Vous êtes sur la page 1sur 312

File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

FEDERATION EUROPEENNE DE LA F.E.M.


MANUTENTION 1.001
SECTION I 3èmeEDITION
REVISEE
APPAREILS LOURDS DE LEVAGE ET DE MANUTENTION 1998.10.01

REGLES POUR LE CALCUL


DES APPAREILS DE LEVAGE

CAHIER 1

OBJET ET DOMAINE D’APPLICATION

ème
La totalité de la 3 édition révisée comprend les cahiers 1 à 5 et 7 à 9
Copyright by FEM Section I
Disponible aussi en allemand et en anglais
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Cahier 1

Objet et domaine d’application

1.1. PRÉFACE.............................................................................................................................. 2

1.2. INTRODUCTION ................................................................................................................... 3

1.3. OBJET................................................................................................................................... 5

1.4. DOMAINE D'APPLICATION ................................................................................................. 6

LISTE DES SYMBOLES ET DES DÉSIGNATIONS ........................................................................ 7

1-1
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

1.1. PRÉFACE

Les règles pour le calcul des appareils de levage, mises au point par le comité technique de la
Section I/FEM et publiées jusqu'à présent en deux éditions, la 1ère en 1962 et la 2ème en 1970,
ont toujours trouvé une utilisation de plus en plus large dans de nombreux pays à travers le
monde.

Tenant compte de cette audience de plus en plus large, la Section I de la F.E.M. a décidé de
modifier la forme de l'édition de ces règles de calcul. L'ancienne forme compacte a été
abandonnée pour permettre une meilleure actualisation et la nouvelle répartition en cahiers
séparés sera comme suit :

Cahier 1 - Objet et domaine d'application

Cahier 2 - Classement et Sollicitations des charpentes et des mécanismes

Cahier 3 - Calcul des contraintes dans la charpente

Cahier 4 - Calcul et choix des éléments de mécanismes

Cahier 5 - Equipement électrique

Cahier 6 - Stabilité et sécurité contre l'entraînement par le vent

Cahier 7 - Règles de sécurité

Cahier 8 - Charges d'essai et tolérances

Cahier 9 - Suppléments et commentaires aux cahiers 1 à 8

A cette occasion, on mentionnera également, la nouvelle Terminologie de la Section I, bien qu'elle


ne fasse pas directement partie des Règles de Calcul.

1-2
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

1.2. INTRODUCTION

Pour faciliter l'application de ces Règles par les clients, les constructeurs et les organismes de
sécurité appelés à en connaître, il est nécessaire d'apporter quelques explications en répondant
aux 2 questions suivantes -

1. Comment appliquer ces Règles, en pratique, aux différents types d'appareils dont elles
régissent la construction ?

2. Comment un client doit-il utiliser ces Règles pour préciser ses désirs relatifs à un appareil
qu'il veut commander et quelles conditions doit-il fixer dans son appel d'offres pour que les
constructeurs consultés puissent lui faire une proposition conforme à ses désirs ?

1. Il est nécessaire de prendre d'abord conscience de l'extrême variété des appareils régis par les
Règles de calcul; il est bien évident que l'on ne calcule pas de la même façon une grue à vitesse
très élevée et à cadence de fonctionnement très rapide et un petit pont roulant de service peu
intensif. Pour un tel appareil il ne peut être question d'effectuer la totalité des contrôles qui, à la
lecture des Règles, sembleraient être nécessaires, car on aboutirait manifestement à un volume
de calculs totalement disproportionné avec le but recherché. Il appartient donc au constructeur,
dans chaque cas particulier, de rechercher quels sont, dans l'appareil qu'il étudie, les éléments
qu'il doit calculer et ceux pour lesquels le calcul n'est pas nécessaire, non pas qu'il faille
admettre que pour ces derniers les résultats ne seraient pas conformes aux prescriptions des
Règles, mais parce que, bien au contraire, l'on sait pertinemment d'avance que le calcul dans ce
cas ne ferait que confirmer une conclusion favorable dont on est parfaitement sûr, soit parce
que l'on utilise un élément standardisé dont la bonne tenue a été vérifiée une fois pour toutes,
soit parce que l'on a pu vérifier que, dans certains cas, une partie des contrôles imposés par les
Règles ne peuvent être défavorables et s'avèrent par conséquent inutiles.

Si l'on prend par exemple les calculs de fatigue, il est extrêmement facile de se rendre compte
que pour les appareils à service faible ou moyen, certaines vérifications sont inutiles car elles
conduisent toujours à la conclusion que les calculs les plus défavorables sont ceux résultant des
conditions de sécurité par rapport à la limite élastique.

Ces considérations montrent donc que l'exécution d'un calcul conforme aux Règles prend une
forme très différente suivant le type d'appareil que l'on a à traiter et peut présenter pour un
appareil simple ou pour un appareil comportant des éléments standardisés, une forme
extrêmement sommaire sans que soit mise en cause, de ce fait, la conformité de l'appareil avec
les principes énoncés par les Règles de calcul.

2. En ce qui concerne la deuxième question, il convient tout d'abord de donner quelques


explications au client qui peut se trouver un peu désorienté par l'ensemble du document et
hésiter devant la multiplicité des choix qui lui sont offerts, multiplicité pourtant indispensable si
l'on veut tenir compte de l’extrême diversité des problèmes à résoudre.
En fait, la seule chose importante pour le client est de préciser le service qu'il attend de son
appareil et, si possible, de donner quelques indications sur le service des différents mouvements.

1-3
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Pour le service de l'appareil, il faut préciser deux éléments :

- la classe d'utilisation, définie sous 2.1.2.2.;

- le spectre de charge, défini sous 2.1.2.3.

Pour déterminer le nombre de cycles de levage fixant la classe d'utilisation, le client pourra, par
exemple, faire le produit :

- du nombre de cycles de levage que l'appareil devra accomplir, en moyenne chaque jour où il
est utilisé;

- du nombre moyen de jours d'utilisation par an ;

- du nombre d'années après lequel l'engin pourra être considéré comme devant être remplacé.

De même, le facteur de spectre pourra être calculé au moyen de la formule simplifiée figurant au
paragraphe précité.

Dans l'un comme dans l'autre cas, les calculs ne requièrent pas une grande précision : il s'agit
davantage d'estimations que de véritables calculs. D'ailleurs, les nombres de cycles de levage
délimitant les classes d'utilisation ne constituent pas des valeurs garanties ; ce sont de simples
valeurs d'orientation, servant de base aux calculs de fatigue et correspondant à une longévité
moyenne, pouvant être attendue avec une sécurité raisonnable, pour autant que l'appareil, calculé
suivant les présentes Règles de calcul, soit utilisé dans les conditions spécifiées par le client dans
sa demande d'offre et qu'il soit, en outre, conduit et entretenu régulièrement conformément aux
indications du constructeur.

S'il ne peut déterminer la classe d'utilisation et le spectre de charge, le client pourra se limiter à
indiquer le groupe dans lequel l'engin doit être rangé. Un guide quant au choix de ce groupe est
fourni par le tableau T.2.1.2.5., lequel n'est pas contraignant, mais livre de simples exemples
pouvant, par comparaison, faciliter ce choix.

En ce qui concerne les mécanismes, il convient également de préciser pour chacun d'eux :

- la classe d'utilisation, définie sous 2.1.3.2. ;

- le spectre de sollicitation, défini sous 2.1.3.3. ;

Les mêmes remarques pouvant être faites que ci-dessus pour l'appareil dans son ensemble.

Les tableaux de l'annexe A.2.1.1. peuvent faciliter la détermination de la classe d'utilisation : à


partir de la classe d'utilisation de l'appareil, ils permettent de déterminer un nombre total d'heures
de fonctionnement du mécanisme, en fonction de la durée moyenne d'un cycle de manoeuvres et
du rapport entre la durée de fonctionnement de ce mécanisme et la durée du cycle complet.

1-4
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Le tableau T.2.1.3.5. peut servir de guide pour le client désirant se limiter à choisir un groupe pour
chacun des mécanismes devant équiper l'engin dont il désire passer commande.

En principe, le client n'a pas d'autres renseignements à fournir en relation avec les calculs de
l'appareil, sauf, dans certains cas :

- la surface des charges levées offertes au vent, si cette surface est plus élevée que celles
définies sous 2.2.4.1.2. ;

- la valeur du vent hors service, dans le cas où les conditions locales rendraient nécessaires le
calcul avec un vent hors service supérieur à celui défini sous 2.2.4.1.2.

1.3. OBJET

Les présentes règles ont pour objet de déterminer les sollicitations et combinaisons de sollicitation
dont il faut tenir compte dans l'établissement des projets d'exécution des appareils de levage et de
fixer pour les différentes combinaisons de sollicitations possibles, les conditions de résistance et
de stabilité à observer.

1-5
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

1.4. DOMAINE D'APPLICATION

Les règles de calcul présentes s'appliquent au calcul d'appareils de levage, ou parties d'appareils
de levage qui appartiennent à la terminologie illustrée pour engins de levage et appareils lourds de
levage de la Section I de la F.E.M.

N'appartiennent pas à la Section I

1) Engins de levage attribués à la Section V, par exemple :

- Grues sur véhicules sur pneus, à bandages pleins, à chenilles, sur camions, à remorques et
sur appuis.

2) Engins de levage qui, selon le règlement intérieur de la F.E.M. sont attribués à la Section IX, à
savoir :

- Matériels divers équipés d'appareils de levage de série,

- Palans électriques,

- Palans pneumatiques,

- Accessoires de levage,

- Appareils de levage à chaîne à bras,

- Plates-formes élévatrices, plates-formes de travail, rampes ajustables de quai,

- Treuils,

- Crics, vérins, chèvres, appareils combinés de traction et de levage,

- Appareils mécaniques de desserte de casiers.

Pour le matériel de levage de série, on pourra utiliser ceux des chapitres des règles de calcul de la
Section I qui ont été désignés par la Section IX.

Les règles de calcul comportent 8 cahiers. De plus, certains cahiers comportent des annexes qui
donnent des informations plus détaillées concernant les méthodes d'utilisation.

1-6
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

LISTE DES SYMBOLES ET DES DÉSIGNATIONS

Symbole Unité Désignation Paragraphe

A m2 Surface exposée au vent 2.2.4.1.

A - Influence concordante des contraintes de traction propres avec les


contraintes de charge 3.1

A1 à A8 - Groupes d'engins de levage 2.1.2

Ae m2 Aire fermée des treillis 2.2.4.1.4

a mm Empattement de l'engin de levage ; 2.2.2.3


dimension du treillis dans le calcul des sollicitations dues au vent ; 2.2.4.1.4
longueur de la bande de plaque dans les calculs de voilement ; A-3.4
épaisseur de la soudure d'angle dans le cas d'entaille T.A.3.6.-2.33

a m/s2 Accélération 5.8.3.1

B - Influence de l'épaisseur de l'élément de construction 3.1.1.2

B mm Largeur du treillis dans les calculs des sollicitations dues au vent 2.2.4.1.4

B0 à B10 - Classes d’utilisation des éléments de construction 2.1.4.2

b mm Largeur de la section à travers le vent frontal ; 2.2.4.1.4


plus grand côté du rectangle des profilés en acier ; 3.1.1.2
longueur de la plaque dans les calculs de voilement ; A-3.4
largeur utile du rail dans les calculs des galets 4.2.4.1

C - influence du froid ; 3.1.1.3


coefficient utilisé dans le calcul du couple de serrage des boulons ; A-3.2.2.2.2.3
coefficient de sélection relatif aux câbles métalliques des
commandes par câbles 4.2.2.1.3.1

Cf - Coefficient de forme dans le calcul de la sollicitation due au vent 2 2.4.1.4

c, c' - Facteurs relatifs à la pente des courbes de Wöhler 4.1.3.5

c1, c1max - Coefficients dépendant de la vitesse de rotation. dans les calculs


de galets 4.2.4.1

c2, c2max - Coefficients dépendant du groupe. dans les calculs de galets 4.2.4.1

cos ϕ - Facteur de puissance 5.2.3.3.2

D - Désignation utilisée dans le contrôle des tôles relatif au défaut de


feuilletage T.A.3.6

D m Diamètres des barres dans la détermination des coefficients de


forme 2.2.4.1.4

1-7
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

D mm Diamètre d'enroulement du câble ; 4.2.3.1


diamètre du galet ; 4.2.4.1
diamètre des arbres dans la vérification de la résistance à la fatigue
des éléments de mécanismes A-4.1.3

Dt mm Diamètre de passage des boulons 3.2.2.2.1

d mm Profondeur de la section parallèle à la direction du vent dans les


calculs de surcharge de vent ; 2.2.4.1.4
diamètre nominal du boulon ; A-3.2 .2 .2 .3
diamètre nominal du câble ; 4.2.2.1.3
diamètre des arbres dans la vérification de la résistance à la fatigue
des éléments de mécanismes A-4.1.3

d2 mm Diamètre du boulon à fond de filet 3.2.2.2.1

dc - Nombre de démarrages complets par heure 5.8.1.4

di - Nombre d'impulsions ou de démarrages incomplets par heure 5.8.1.4

dmin mm Diamètre minimum du câble A-4.2.2

dt mm Diamètre nominal du boulon 3.2.2.2.1

E N/mm2 Module d'élasticité de l'acier A-3.4

E1 à E8 - Groupes des éléments de construction 2.1.4.1

ED % Facteur de marche 5.8.1.4

e mm Epaisseur de la bande de plaque dans les calculs de voilement ; A-3.4


épaisseur de la tôle dans les assemblages soudés T.A-3.6-2.31

e1, e2 mm Epaisseurs des tôles dans les assemblages soudés A-3.4

F N Force exercée par le vent ; 2.2.4.1.2


effort horizontal dans les accélérations ; A-2.2.3
effort de traction des boulons ; 3.2.2.2.2
effort de compression appliqué sur la barre dans les calculs de
flambage A-3.3

F0 N Charge de rupture minimum du câble 4.2.2.1.2

F1 N Effort de service admissible sur les boulons 3.2.2.2.1

Fc N Projection de l'effort dans le câble sur l'axe des x. dans les


mouvements de translation A-2.2.3

Fcm N Force d'inertie due à la charge dans les mouvements de translation A-2.2.3

Fcmax N Valeur maximale de Fc A-2.2.3

1-8
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

f - Coefficient de remplissage du câble 4.2.2.1.3

fcy nombre de freinages électriques 5.8.1.4

g m/s2 Accélération due à la pesanteur suivant ISO 9,80665 m/s2 A-2.2.3

H - Coefficient dépendant du groupe de classement servant à choisir


les tambours et poulies de câble 4.2.3.1.1

I kgm2 Moment d'inertie de masse dans les mouvements de rotation A-2.2.3.-3

I 1, I 2 mm4 Moment d'inertie géométrique dans les raidisseurs A-3.4

ID A Intensité de démarrage d'un moteur 5.2.3.3.2

IN A Intensité nominale d'un moteur 5.2.3.3.1

Itot A Somme des intensités IA ou IN 5.2.3.3.2

IZ mm4 Moment d'inertie géométrique des raidisseurs A-3.4

Ii kgm2 Moment d'inertie de masse d'une partie subissant une rotation A-2.2.3

Im kgm2 Moment d'inertie de masse de tous les éléments subissant une


rotation A-2.2.3.-2.1

JM kgm2 Moment d'inertie de masse du moteur et du frein 5.8.1.4

j - Numéro de groupe des groupes d'éléments E1 à E8 4.1.3.6

j0 m/s2 Accélération dans les mouvements horizontaux A-2.2.3.-2.2

jm m/s2 Accélération moyenne/décélération moyenne dans les


mouvements horizontaux A - 2.2.3

K’ - Coefficient empirique servant à déterminer la charge de rupture


minimale du câble 4.2.2.1.3

K0 à K4 - Cas d'entaille des éléments soudés A-3.6

K2 - Coefficient utilisé dans le calcul de la force dans la direction du vent


pour les poutres et les tours à treillis 2.2.4.1.4.4

KL N/mm2 Pression du galet sur le rail 4.2.4.2

Km - Mn med / Mmax 4.2.1.2

k - Coefficient de perte au toronnage des câbles 4.2.2.1.3

kc - Coefficient de corrosion utilisé dans la vérification de la résistance


à la fatigue des éléments de mécanismes A-4.1.3

kd - Coefficient de dimension utilisé dans la vérification de la résistance

1-9
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

à la fatigue des éléments de mécanismes A-4.1.3

km - Coefficient de spectre relatif aux mécanismes 2.1.3.3

kp - Coefficient de spectre relatif aux engins de levage 2.1.2.3

ks - Coefficient de forme utilisé dans la vérification de la résistance à la


fatigue des éléments de mécanismes 4.1.3.3

ksp - Coefficient de spectre relatif aux éléments de construction 2.1.4.3

k’sp - Coefficient de spectre relatif à l'élément de mécanisme 4.1.3.5

ku - Coefficient d'état de surface utilisé dans la vérification de la


résistance à la fatigue des éléments de mécanismes 4.1.3.3

Kσ Kτ - Coefficients de voilement utilisés dans les calculs de voilement A-3.4

L N Force de levage maximale admissible 5.8.2.1

L1 à L4 - Classes de spectre des mécanismes 2.1.3.3

l m Longueur de suspension/Longueur de pendule de la charge A-2.2.3.-2

l m Longueur de ligne utile 5.2.3.3.2

l m Longueur des éléments dans les calculs de la force exercée par le


vent ; 2.2.4.1.4.1
largeur totale du champignon de rail 4.2.4.1.2

lk m Longueur des parties serrées dans les assemblages boulonnés 3.2.2.2.1

M N.m Moment extérieur dans les assemblages boulonnés 3.2.2.2.2

M1 à M8 - Groupes de mécanismes 2.1.3.1

M1,M2, M3 - Couples du moteur nécessaires pendant un cycle de travail 5.8.1.3.1

MF N.m Couple de freinage du moteur 5.8.2.1

MNmax N.m Couple de rotation maximum nécessaire pour lever la charge 5.8.2.1

Ma N.m Couple nécessaire au serrage des boulons A-3.2.2.2.2.3

MF N.m Moment fléchissant de la barre dans les calculs de flambement A-3.3

Mmax N.m Valeur maximale du couple du moteur 5.8.2.1

Mmed N.m Valeur moyenne M du couple pendant le temps de fonctionnement


du moteur fiT 5.8.2.1

Mmin N.m Couple minimum du moteur pendant le démarrage 5.8.2.1

1 - 10
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

m - Nombre des plans de friction dans les assemblagesboulonnés 3.2.2.2.2

m kg Masse équivalente utilisée pour le calcul des sollicitations dues aux


mouvements horizontaux ; A-2.2.3.-1
masse totale de l'appareil de levage A-2.2.3.-2

m0 kg Masse de l'appareil de levage sans charge A-2.2 .3.-1

ml kg Masse de la charge A-2.2 .3.-1

mL kg Masse en kilos de la charge utile 5.8.3.1

me kg Masse équivalente dans le calcul des efforts dus aux mouvements


horizontaux A-2.2.3.-2.1

m kg Charge 2.1.2.3

mlmax kg Charge de service ] 2.1.2.3

N - Nombre de cycles de levage A-2.1.1

N N Force perpendiculaire au plan d'assemblage dans les assemblages


boulonnés 3.2.2.2.2

NM N Effort de traction dû au moment extérieur dans les assemblages


boulonnés 3.2.2.2.2

n - Nombre de cycles de levage ; 2.1.2.3


nombre de cycles de contraintes 4.1.3.5

n min-1 Vitesse nominale de rotation des moteurs en tr/min 5.8.1.4

nmax - Nombre de cycles de levage définissant la durée totale d'utilisation 2.1.2.3

P N Charge du galet 4.2.4.2

P1 à P4 - Classes de spectre des éléments de construction 2.1.4.3

P10, P100 - Symboles désignant les essais de soudure T.A-3.6

PL N/mm2 Pression limite servant au calcul du galet 4.2.4.1

PN W Puissance nominale du moteur 5.8.1.4

PNmax W Puissance nécessaire maximum du moteur 5.8.2.1

Pmoy I, II N Charge moyenne du galet dans les cas de charge I et II 4.2.4.1

Pmoy III N Charge moyenne du galet dans le cas de charge III 4.2.4.1

Pmin I, II, III N Charge minimale du galet dans les cas de charge I,II et III 4.2.4.1

Pmax I, II,III N Charge maximale du galet dans les cas de charge I, II et III 4.2.4.1

1 - 11
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Pmed kW Puissance moyenne équivalente 5.8.1.3.2

p mm Portée de l'engin de levage 2.2.3.3

pa mm Pas de filetage 3.2.2.2.1

Q1 à Q4 - Classes de spectre des engins de levage 2.1.2.3

q - Facteur de correction tenant compte du coefficient de forme kS A-4.1.3

q N/mm2 Pression dynamique du vent 2.2.4.1.1

R0 N/mm2 Résistance minimale de rupture à la traction du fil métallique du


câble 4.2.2.1.3

RE N/mm2 Limite élastique apparente σE suivant ISO-3800/1 3.2.2.2.1

r - Nombre des paliers de sollicitation ; 2.1.3.3


rapport des contraintes dans les fortes déformations 3.5

r mm Rayon des coques cylindriques dans les calculs de voilement ; A-3.4


rayon de la gorge d'appui du câble ; 4.2.3.2
rayon de l'arrondi du champignon du rail ; 4.2.4.1.2
rayon du congé de raccordement A-4.1.3

r Ω/km Résistance ohmique par unité de longueur 5.3.2

S N Sollicitation ; 2.1.3.3
effort maximum de traction dans le câble 4.2.2.1.1.2

S m2 Surface de la totalité des éléments des poutres et tours à treillis 2.2.4.1.4.4

S mm2 Section du conducteur 5.2.3.3.2

S1 mm Diamètre d'appui sous la tête du boulon 3.2.2.2.1

SG N Sollicitation due au poids propre charge constante 2.2.1 & 3.5

SH N Sollicitation due aux mouvements horizontaux 2.2.3

SL N Sollicitation due à la charge de service 2.2.1

SM N Sollicitation due à des couples 2.5

SMmoy N Sollicitation moyenne du type M, dans les calculs de roulements 4.2.1.2

SMmin N Sollicitation minimum du type M, dans les calculs de roulements 4.2.1.2

SMmax I N Sollicitation maximum du type M, dans le cas de sollicitation I 2.6.1.1

SMmax II N Sollicitation maximum du type M, dans le cas de sollicitation II 2.6.2.1

1 - 12
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

SMmax III N Sollicitation maximum du type M, dans le cas de sollicitation III 2.6.3.1

SMA N Sollicitation due à l'accélération/au freinage 2.5.1

SMCmax N Sollicitation au couple maximum du moteur 2.6.4.3

SMF N Sollicitation due aux frottements 2.5.1

SMG N Sollicitation due au déport vertical des éléments mobiles de l'engin


de levage autres que la charge de service 2.5.1

SML N Sollicitation due au déplacement vertical de la charge de service 2.5.1

SMW N Sollicitation due à l'effet du vent limite admis pour l'appareil en


service 2.5.1

SMW 8 N Sollicitation due à l'effet du vent pour q = 80 N/mm2 2.6.2.1

SMW 25 N Sollicitation due à l'effet du vent pour q = 250 N/m2 2.6.2.1

SR N Sollicitation due aux forces non équilibrées par des couples 2.5

SRmax I N Sollicitation maximum du type R. dans le cas de sollicitation I 2.6.1.1

SRmax II N Sollicitation maximum du type R. dans le cas de sollicitation II 2.6.2.1

SRmax III N Sollicitation maximum du type R. dans le cas desollicitation III 2.6.3.1

SRmin N Sollicitation minimum du type R. dans les calculs de roulements 4.2.1.3

SRmoy N Sollicitation moyenne du type R. dans les calculs de roulements 4.2.1.3

SRA N Sollicitation due aux accélérations/décélérations 2.5.2

SRG N Sollicitation due au poids propre des éléments de l'engin de levage 2.5.2

SRL N Sollicitation due à la charge de service 2.5.2

SRW N Sollicitation due au vent 2.5.2

SRWmax N Sollicitation due au vent hors service 2.5.2

SRW25 N Sollicitation due au vent pour q = 250 N/mm2 2.6.2.2

ST N Sollicitation due au tamponnement 2.3.3

SV N Sollicitation variable dans le calcul des éléments d'ossature


subissant de fortes déformations 3.5

SW N Sollicitation due au vent de service 2.3.2

SWmax N Sollicitation due au vent hors service 2.3.3

1 - 13
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Sb mm2 Section du noyau d'un boulon 3.2.2.2.1

Seq mm2 Surface équivalente des boulons serrés 3.2.2.2.1

Sp mm2 Surface des éléments des poutres et tours à treillis 2.2.4.1.4.4

s m Portée de l'engin de levage ; 8.2.2.1


voie du chariot ; 8.2.2.4
écartement des rails de roulement de l'engin de levage 8.2.3

T h Durée totale d'utilisation de l'engin de levage 2.1.3.3

T J Energie cinétique totale dans les mouvements de relevage A-2.2.3.-4

T °C Température ambiante sur le lieu d'érection 3.1.1.3

T N Force parallèle au plan d'assemblage dans les assemblages


boulonnés 3.2.2.2.2

T s Durée du cycle 5.8.1.4

T0 à T9 - Classes d'utilisation des mécanismes 2.1.3.2

T1 s Période d'oscillation A-2.2.3.-2

Ta N Effort limite admissible pouvant être transmis par boulon par friction
dans les assemblages boulonnés 3.2.2.2.2

Tc °C Température d'essai pour le test de résilience 3.1.3

Ti h Durée totale d'utilisation du mécanisme A-2.1.1

Tm s Durée moyenne d'accélération ou de décélération A-2.2.3-2

t s Temps, dans le calcul des sollicitations dues aux mouvements


horizontaux A-2.2.3.-2.1

t mm Epaisseur de l'élément de construction lors du choix de la qualité


d'acier ; 3.1.1.2
épaisseur de la paroi des coques cylindriques dans l'étude du
voilement ; A-3.4
épaisseur d'âme des poutres de roulement du chariot 8.2.2.7

t1, t2... s Durée des différents paliers de sollicitation 2.1.3.3


ti, tr

t1, t2, t3 s Durée d'action des différents couples M1, M2 et M3 5.8.1.3.1

t* mm Epaisseur idéale du profilé lors du choix de la qualité d'acier 3.1.1.2

td s Durée de décélération dans les calculs des sollicitations


dues aux mouvements horizontaux 2.2

1 - 14
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

tmc s Durée moyenne d'un cycle de levage A-2.1.1

U0 à U9 - Classes d'utilisation des engins de levage 2.1.2.2

∆u V Chute de tension admissible 5.3.2

VL m/s Vitesse de levage ; 2.2.2.1.1


5.8.2.1

Vs m/s Vitesse théorique du vent 2.2.4.1.1

Vt m/s Vitesse nominale de translation de l'engin de levage 2.2.3.4.1

v m/s Vitesse de régime horizontale du point de suspension de la charge A-2.2.3.-2

v mm Distance de la fibre extrême au centre de gravité de la section dans


les calculs de flambage A-3.3

v m/s Vitesse de déplacement 5.8.3.1

W0, W1, W2 - Cas d'entaille des éléments non soudés A-3.6

Wi s-1 Vitesse angulaire d'une partie de mécanisme autour de son centre


de rotation. dans le calcul des sollicitations dues aux accélérations
des mouvements horizontaux A-2.2.3

x Ω/km Réactance par unité de longueur 5.3.2

x m Coordonnée du point de suspension du câble de levage par rapport


à un axe parallèle à la direction de translation 2.1

x1 m Coordonnée repérant la position du centre de gravité de la charge


suspendue, par rapport à un axe de même direction. sens et
origine que l'axe des x 2.1

ZA - Indice d'évaluation pour l'influence A 3.1.1.1

ZB - Indice d'évaluation pour l'influence B 3.1.1.2

ZC - Indice d'évaluation pour l'influence C 3.1.1.3

Zp - Coefficient d'utilisation pratique minimum pour le choix des câbles


métalliques 4.2.2.1

z m Coordonnée exprimant l'élongation relative en plan de la charge


par rapport à l'engin de levage A-2.2.3.-2.1

zd m Elongation de la charge lors des mouvements de translation de


l'engin de levage A-2.2.3.-2.2

zm m Elongation de la charge lors des mouvements de translation de


l'engin de levage A-2.2.3.-2.2

1 - 15
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

α - Rapport des côtés de panneaux dans les calculs de voilement T.A-3.4.1

αi - Rapport entre la durée d'utilisation du mécanisme considéré durant


le cycle de levage et la durée moyenne de ce cycle A-2.1.1

αm ° Angle d'inclinaison du câble lors de l'accélération des engins de


levage A-2.2.3.-2.1

β - Coefficient de temps relatif à l'accélération des engins


de levage A-2.2.3

βcrit - Valeur critique de β A-2.2.3.-2.2

γc - Coefficient de majoration des sollicitations. dépendant du groupe


de l'engin de levage 2.3

γm - Coefficient de majoration des sollicitations dépendant du groupe du


mécanisme 2.6

∆l1 mm Raccourcissement des pièces à serrer sous l'action de l'effort de


serrage dans les assemblages boulonnés 3.2.2.2.1

∆l2 mm Allongement du boulon sous l'action de l'effort de serrage 3.2.2.2.1

∆s mm Ecart dans la portée de l'engin de levage ; 8.2.2.1


écart dans la distance entre rails de roulement de l'engin de levage 8.2.3

δb - Coefficient d'élasticité des assemblages boulonnés 3.2.2.2.1

η - Coefficient de protection dans les calculs de la force exercée par le


vent ; 2.2.4.1.4.2
coefficient de Poisson ; A-3.4
rendement total du mécanisme 5.8.3.1

θ ° Angle du vent par rapport à l'axe longitudinal de l'élément 2.2.4.1.4.4

κ, κ’, κ’’ - Coefficients de sécurité s'appliquant aux assemblages boulonnés 3.2.2.2.1

κ - Rapport entre les valeurs limites des contraintes dans les calculs
de résistance à la fatigue 3.6

κ m/Ωmm2Conductibilité électrique 5.2.3.3.2

κx, κy, κxy - Rapport entre les valeurs limites des contraintes individuelles
σx. σy. τxy dans les calculs de résistance à la fatigue A-3.6

λ - Coefficient applicable aux forces horizontales dans les


mouvements de translation ; 2.2.3.3
élancement des barres dans les calculs de flambage A-3.3

µ - Constante de masse dans le calcul des sollicitations dues aux


accélérations des mouvements horizontaux ; A-2.2.3.-2
coefficient de frottement dans les filets ; 3.2.2.2.1

1 - 16
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

coefficient de frottement des surfaces en contact des assemblages


boulonnés 3.2.2.2.2.-3

ν - Coefficient de sécurité relatif aux contraintes critiques dans les


éléments d'ossature 3.Intro]

ν‘ - Coefficient de poids propre dans le calcul des éléments d'ossature


subissant des déformations importantes 3.5

νE - Coefficient de sécurité dépendant du cas de sollicitation dans le


calcul des éléments d'ossature 3.2.1.1

νR - Coefficient de sécurité. dépendant du cas de sollicitation, dans le


calcul des éléments de mécanismes 4.1.1.1

νT - = vE, coefficient de sécurité dépendant du cas de sollicitation, dans


le calcul des assemblages boulonnés 3.2.2.2.2

νV - Coefficient de sécurité relatif au voilement 3.4

νK - Coefficient de sécurité dans la vérification de la résistance à la


fatigue des éléments de mécanismes 4.1.3.7

ξ - Coefficient expérimental dépendant du type d'engin de levage,


utilisé dans le calcul du coefficient dynamique 2.2.2.1.1

ρ - Coefficient de réduction applicable aux contraintes critiques dans


les calculs de voilement A-3.4

ρ1 - Coefficient utilisé pour déterminer la charge d'essai dynamique 2.3.3

ρ2 - Coefficient utilisé pour déterminer la charge d'essai statique 2.3.3

σ N/mm2 Contrainte calculée d'ossature. en général 3.2.1.1

σ0 N/mm2 Contrainte en traction pour κ = 0. dans les calculs de résistance à


la fatigue A-3.6

σ1 N/mm2 Contrainte en service dans la section de noyau des boulons 3.2.2.1

σ‘1 N/mm2 Contraintes équivalentes admissibles pour les boulons 3.2.2.1

σ+1 N/mm2 Contrainte en traction admissible pour κ = +1, dans les calculs de
résistance à la fatigue A-3.6

σA N/mm2 Amplitude de la contrainte maximale admissible dans les boulons


pour les calculs de résistance à la fatigue 3.2.2.1

σE N/mm2 Limite élastique apparente de l'acier 3.2.2.1

σG N/mm2 Contrainte de traction provenant de la charge constante ; 3.1.1.1


contrainte due au poids propre 3.5

1 - 17
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

σR N/mm2 Résistance à la rupture 3.2.2.1

σER N/mm2 Contrainte critique d'Euler A-3.4

σV N/mm2 Contrainte résultant des charges variables 3.5

σa N/mm2 Contrainte en traction admissible pour les éléments d'ossature ; 3.1.1.1


contrainte admissible pour les éléments de mécanismes 4.1.1.1

σaf N/mm2 Contrainte normale admissible pour la vérification de la résistance


à la fatigue des éléments de mécanismes 4.1.3.7

σb N/mm2 Contrainte initiale dans le calcul des assemblages boulonnés 3.2.2.2.1

σbw N/mm2 Résistance à la flexion alternée des matières des éléments des
mécanismes 4.1.3.2

σc N/mm2 Résistance à la fatigue de compression admissible pour les


éléments d'ossature ; A-3.6
contrainte de compression calculée des éléments de mécanismes 4.1.1.3

σcg N/mm2 Contrainte de compression dans le galet et le rail 4.2.4.2

σcp N/mm2 Contrainte de comparaison utilisée dans la vérification des


éléments d'ossature 3.2.1.3

σcr N/mm2 Contrainte critique utilisée dans le calcul des éléments d'ossature
soumis à de fortes déformations 3.5

σvcr N/mm2 Contrainte critique de voilement A-3.4

σvcr.c N/mm2 Contrainte critique de comparaison utilisée dans les calculs de


voilement A-3.4

σd N/mm2 Limite d'endurance des matières des éléments des mécanismes 4.1.3.4

σf N/mm2 Contrainte calculée à la flexion des éléments des mécanismes 4.1.1.3

σvi N/mm2 Contrainte idéale au voilement applicable aux coques cylindriques


circulaires A-3.4

σinf N/mm2 Contrainte inférieure dans le calcul des spectres de contraintes 2.1.4.3

σk N/mm2 Résistance à la fatigue des éléments de mécanisme 4.1.3.6

σkx N/mm2 Résistance à la fatigue pour les contraintes normales dans la


direction des x 4.1.3.7

σky N/mm2 Résistance à la fatigue pour les contraintes normales dans la


direction des y 4.1.3.7

σm N/mm2 Moyenne arithmétique de l'ensemble des contraintes supérieures

1 - 18
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

et inférieures pendant la durée totale d'utilisation ; 2.1.4.3


contrainte admissible dans les essais de conformité suivant
ISO-3600/1 3.2.2.2.1

σmax N/mm2 Contrainte maximale dans le calcul de la résistance à la fatigue des


éléments d'ossature 3.6

σmin N/mm2 Contrainte minimale dans le calcul de la résistance à la fatigue des


éléments d'ossature 3.6.4

σn N/mm2 Pression diamétrale dans les assemblages rivés 3.2.2.1

σp N/mm2 Contrainte théorique de traction d'un boulon sous l'effet du serrage 3.2.2.2.1

σsup N/mm2 Contrainte supérieure dans le calcul des spectres de contraintes 2.1.4.3

σsup max N/mm2 Contrainte supérieure maximale dans le calcul des spectres de
contraintes 2.1.4.3

σsup min N/mm2 Contrainte supérieure minimale dans le calcul des spectres de
contraintes 2.1.4.3

σt N/mm2 Résistance en traction admissible dans la vérification de la


résistance à la fatigue des éléments d'ossature ; A-3.6
contrainte calculée à la traction des éléments de mécanismes ; 4.1.1.3
contrainte de traction normale du câble A-4.2.2

σv N/mm2 Contrainte réduite au voilement des coques cylindriques circulaires A-3.4

σw N/mm2 Contrainte admissible en traction-compression alternée dans la


vérification de la résistance à la fatigue des éléments de A-3.6
mécanismes

σwk N/mm2 Contrainte alternée admissible dans la vérification de la résistance


à la fatigue des éléments de mécanismes 4.1.1.3

σx N/mm2 Contrainte normale dans la direction des x. dans le calcul des


éléments d'ossature 3.2.1.3

σxa N/mm2 Contrainte admissible dans la vérification de la résistance à la


fatigue des éléments d'ossature A-3.6

σx max N/mm2 Contrainte limite maximum dans la vérification de la résistance à la


fatigue des éléments d'ossature A-3.6

σx min N/mm2 Contrainte limite minimum dans la vérification de la résistance à la


fatigue des éléments d'ossature A-3.6

σy N/mm2 Contrainte normale dans la direction des y, dans le calcul des


éléments d'ossature 3.2.1.3

σya N/mm2 Contrainte admissible dans la vérification de la résistance à la


fatigue A-3.6

1 - 19
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

des éléments d'ossature

σy max N/mm2 Contrainte limite maximum dans la vérification de la résistance à la


fatigue des éléments d'ossature A-3.6

σy min N/mm2 Contrainte limite minimum dans la vérification de la résistance à la


fatigue des éléments d'ossature A-3.6

τ N/mm2 Contrainte de cisaillement en général ; 3.2.1.3


Contrainte calculée au cisaillement pour les éléments de
mécanismes 4.1.1.3

τa N/mm2 Contrainte de cisaillement admissible dans le calcul des éléments


d'ossature 3.2.1.2

τaf N/mm2 Contrainte de cisaillement admissible dans la vérification de la


résistance à lafatigue des éléments des mécanismes 4.1.3.7

τb N/mm2 Contrainte de torsion dans les boulons sous l'effet du serrage 3.2.2.2.1

τvcr N/mm2 Contrainte critique de cisaillement-voilement A-3.4

τd N/mm2 Limite d'endurance des matières des éléments des mécanismes 4.1.3.4

τk N/mm2 Résistance à la fatigue des éléments de mécanismes 4.1.3.6

τmax N/mm2 Contrainte limite maximum dans le calcul de la résistance à la


fatigue des éléments de mécanismes 3.6.4

τmin N/mm2 Contrainte limite minimum dans le calcul de la résistance à la


fatigue des éléments de mécanismes 3.6.4

τw N/mm2 Résistance au cisaillement alterné des matières des éléments de


mécanismes 4.1.3.2

τwk N/mm2 Limite d'endurance sous sollicitations alternées dans la vérification


de la résistance à la fatigue des éléments de mécanismes 4.1.3.3

τxy N/mm2 Contrainte de cisaillement dans le calcul des éléments d'ossature 3.2.1.3

τxya N/mm2 Contrainte de cisaillement admissible dans la vérification de la


résistance à la fatigue des éléments d'ossature A-3.6

τxy max N/mm2 Contrainte limite maximum dans la vérification de la résistance à la


fatigue des éléments d'ossature A-3.6

τxy min N/mm2 Contrainte limite minimum dans la vérification de la résistance à la


fatigue des éléments d'ossature A-3.6

ϕ, ϕ‘ - Pente des courbes de Wöhler 4.1.3.5

ψ - Coefficient dynamique dans le mouvement de levage ; 2.2 .2.1.1


rapport des contraintes aux bords de la tôle, dans les calculs de

1 - 20
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

voilement 3.4

ψh - Coefficient dynamique dans le calcul des sollicitations dues aux


accélérations des mouvements horizontaux A-2.2.3.-2

Ω - Facteur de tolérance dans les assemblages boulonnés 3.2.2.2.1

ω - Coefficient de flambement 3.3

ω s-1 Vitesse angulaire de l'axe de rotation dans le calcul des


sollicitations dues aux mouvements horizontaux A-2.2.3.-3

ω1, ω2, ωr s-1 Pulsations des oscillations lors des oscillations pendulaires de la
charge A-2.2.3.-2.2

ωm s-1 Vitesse angulaire du moteur A-2.2.3.-2.1

1 - 21
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

FEDERATION EUROPEENNE DE LA F.E.M.


MANUTENTION 1.001
SECTION I 3èmeEDITION
REVISEE
APPAREILS LOURDS DE LEVAGE ET DE MANUTENTION 1998.10.01

REGLES POUR LE CALCUL


DES APPAREILS DE LEVAGE

CAHIER 2

CLASSEMENT ET SOLLICITATIONS
DES CHARPENTES ET DES MECANISMES

ème
La totalité de la 3 édition révisée comprend les cahiers 1 à 5 et 7 à 9
Copyright by FEM Section I
Disponible aussi en allemand et en anglais

FEDERATION EUROPEENNE DE LA F.E.M.


File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Cahier 2

Classement et sollicitations
des charpentes et des mécanismes

2.1. CLASSIFICATION EN GROUPES DES ENGINS DE LEVAGE ET DE LEURS ELEMENTS


CONSTITUTIFS ............................................................................................................................... 4
2.1.1. CONCEPTION GENERALE DE LA CLASSIFICATION ...................................................... 4
2.1.2. CLASSIFICATION DES ENGINS DE LEVAGE DANS LEUR ENSEMBLE ........................ 4
2.1.2.1. CONCEPTION DE LA CLASSIFICATION ..................................................................................4
2.1.2.2. CLASSES D'UTILISATION.........................................................................................................4
2.1.2.3. SPECTRE DE CHARGE ............................................................................................................5
2.1.2.4. CLASSIFICATION EN GROUPES DES ENGINS DE LEVAGE............................................7
2.1.2.5. INDICATIONS EN VUE DU CLASSEMENT D'UN ENGIN DANS UN GROUPE..........................7
2.1.3. CLASSIFICATION DES MECANISMES INDIVIDUELS DANS LEUR ENSEMBLE ............ 7
2.1.3.1. CONCEPTION DE LA CLASSIFICATION ..................................................................................7
2.1.3.2. CLASSES D'UTILISATION.........................................................................................................9
2.1.3.3. SPECTRE DE SOLLICITATION .................................................................................................9
2.1.3.4. CLASSIFICATION EN GROUPES DES MECANISMES INDIVIDUELS DANS LEUR
ENSEMBLE..........................................................................................................................................10
2.1.3.5. INDICATIONS EN VUE DU CLASSEMENT DANS UN GROUPE D'UN MECANISME
INDIVIDUEL DANS SON ENSEMBLE ..................................................................................................10
2.1.4. CLASSIFICATION DES ELEMENTS ................................................................................ 12
2.1.4.1. CONCEPTION DE LA CLASSIFICATION ................................................................................12
2.1.4.2. CLASSES D'UTILISATION.......................................................................................................12
2.1.4.3. SPECTRE DE CONTRAINTES ................................................................................................13
2.1.4.4. CLASSIFICATION EN GROUPES DES ELEMENTS................................................................14

2-1
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.2. SOLLICITATIONS DEVANT INTERVENIR DANS LE CALCUL DES CHARPENTES .......... 15


2.2.1. SOLLICITATIONS PRINCIPALES .................................................................................... 15
2.2.2. SOLLICITATIONS DUES AUX MOUVEMENTS VERTICAUX.......................................... 16
2.2.2.1. SOLLICITATIONS DUES AU SOULEVEMENT DE LA CHARGE DE SERVICE........................16
2.2.2.1.1. VALEURS DU COEFFICIENT DYNAMIQUE ψ .......................................................................................16
2.2.2.2. SOLLICITATIONS DUES AUX ACCELERATIONS (OU DECELERATIONS) SUR LE
MOUVEMENT DE LEVAGE ET AUX CHOCS VERTICAUX DUS AU ROULEMENT SUR LES VOIES
............................................................................................................................................................17
2.2.2.3. CAS PARTICULIER .................................................................................................................17
2.2.3. SOLLICITATIONS DUES AUX MOUVEMENTS HORIZONTAUX SH ............................... 19
2.2.3.1. EFFETS HORIZONTAUX DUS AUX ACCELERATIONS (OU DECELERATIONS) ...................19
2.2.3.1.1. CAS DES MOUVEMENTS DE DIRECTION ET DE TRANSLATION .....................................................19
2.2.3.1.2. CAS DES MOUVEMENTS D'ORIENTATION ET DE RELEVAGE DE FLECHE ...................................20
2.2.3.2. EFFETS DE LA FORCE CENTRIFUGE ............................................................................20
2.2.3.3. REACTIONS TRANSVERSALES DUES AU ROULEMENT ...............................................21
2.2.3.4. EFFETS DE TAMPONNEMENT ST ..........................................................................................21
2.2.3.4.1. TAMPONNEMENT DE LA CHARPENTE.................................................................................................21
2.2.3.4.2. TAMPONNEMENT DE LA CHARGE SUSPENDUE ...............................................................................22
2.2.4. SOLLICITATIONS DUES AUX EFFETS CLIMATIQUES.................................................. 22
2.2.4.1. ACTION DU VENT...................................................................................................................22
2.2.4.1.1. PRESSION DU VENT ...............................................................................................................................22
2.2.4.1.2. CONDITIONS DE VENT POUR LE CALCUL ..........................................................................................23
2.2.4.1.3. CALCUL DES SOLLICITATIONS DUES AU VENT.................................................................................25
2 2.4.1.4. COEFFICIENT DE FORME.......................................................................................................................25
2.2.4.2. SURCHARGE DE NEIGE ........................................................................................................30
2.2.4.3. VARIATIONS DE TEMPERATURE ...................................................................................30
2.2.5. SOLLICITATIONS DIVERSES.......................................................................................... 30
2.2.5.1. CHARGES SUPPORTEES PAR LES ACCES ET PASSERELLES...........................................30

2.3. CAS DE SOLLICITATIONS .................................................................................................... 31


2.3.1. CAS I : APPAREIL EN SERVICE SANS VENT ................................................................ 31
2.3.2. CAS II : APPAREIL EN SERVICE AVEC VENT ............................................................... 31
2.3.3. CAS III : APPAREIL SOUMIS A DES SOLLICITATIONS EXCEPTIONNELLES .............. 32
2.3.4. CHOIX DU COEFFICIENT DE MAJORATION γC ............................................................. 33

2.4. INFLUENCES SISMIQUES..................................................................................................... 33

2.5. SOLLICITATIONS DEVANT INTERVENIR DANS LES CALCULS DES MECANISMES...... 34


2.5.1. SOLLICITATIONS DU TYPE SM ....................................................................................... 34
2.5.2 SOLLICITATIONS DU TYPE SR ........................................................................................ 34

2-2
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.6. CAS DE SOLLICITATIONS .................................................................................................... 35


2.6.1 CAS I - SERVICE NORMAL SANS VENT ......................................................................... 35
2.6.1.1. SOLLICITATIONS DU TYPE SM...............................................................................................35
2.6.1.2. SOLLICITATIONS DU TYPE SR ...............................................................................................35
2.6.2. CAS II - SERVICE NORMAL AVEC VENT ....................................................................... 36
2.6.2.1. SOLLICITATIONS DU TYPE SM...............................................................................................36
2.6.2.2. SOLLICITATIONS DU TYPE SR ...............................................................................................36
2.6.3. CAS III - SOLLICITATIONS EXCEPTIONNELLES ........................................................... 37
2.6.3.1.SOLLICITATIONS DU TYPE SM................................................................................................37
2.6.3.2. SOLLICITATIONS DU TYPE SR ...............................................................................................37
2.6.4. APPLICATION DES CONSIDERATIONS PRECEDENTES AU CALCUL DE SM ............. 37
2.6.4.1. MOUVEMENTS DE LEVAGE...................................................................................................38
2.6.4.2. MOUVEMENTS HORIZONTAUX .............................................................................................38
2.6.4.3. MOUVEMENTS COMBINES....................................................................................................39

ANNEXE......................................................................................................................................... 40
A - 2.1.1. - HARMONISATION ENTRE LES CLASSES D'UTILISATION DES ENGINS ET DES
MECANISMES............................................................................................................................ 40
A - 2.2.3. - CALCUL DES SOLLICITATIONS DUES AUX ACCELERATIONS DES
MOUVEMENTS HORIZONTAUX ............................................................................................... 45

2-3
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.1. CLASSIFICATION EN GROUPES DES ENGINS DE LEVAGE ET DE


LEURS ELEMENTS CONSTITUTIFS
2.1.1. CONCEPTION GENERALE DE LA CLASSIFICATION

Lors du calcul d'un engin de levage et de ses éléments constitutifs, il doit être tenu compte du
service qu'ils doivent fournir au cours de leur utilisation; à cette fin, il est prévu une classification en
groupes :

- de l'engin dans son ensemble;


- des mécanismes individuels dans leur ensemble;
- des éléments de la charpente métallique et de l'équipement mécanique.

Cette classification s'opère sur la base des deux critères suivants :

- la durée totale d'utilisation de l'objet considéré ;


- le spectre de charge, de sollicitation ou de contrainte auquel cet objet est soumis.

2.1.2. CLASSIFICATION DES ENGINS DE LEVAGE DANS LEUR ENSEMBLE

2.1.2.1. CONCEPTION DE LA CLASSIFICATION

Les engins de levage dans leur ensemble sont classés en 8 groupes, désignés respectivement par
les symboles A1, A2, ..., A8 (voir 2.1.2.4.), sur la base de 10 classes d'utilisation et de 4 classes de
spectres de charge

2.1.2.2. CLASSES D'UTILISATION

Par durée d'utilisation d'un engin de levage, l'on entend le nombre de cycles de levage qu'il
accomplit. Un cycle de levage est l'ensemble des opérations commençant au levage d'une charge
et se terminant au moment où l'engin est prêt à lever la charge suivante.

La durée totale d'utilisation est une durée d'utilisation supputée, considérée comme valeur
d'orientation, débutant à la mise en service de l'engin et s'achevant à sa mise hors service
définitive.

En fonction de la durée totale d'utilisation, 10 classes d'utilisation, désignées par les symboles U0,
U1, ..., U9 sont distinguées. Elles sont définies au tableau T.2.1.2.2.

2-4
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.2.1.2.2. Classes d'utilisation

Durée totale d'utilisation


Symbole (nombre nmax de cycles de levage)
U0 nmax ≤ 16 000
U1 16 000 < nmax ≤ 32 000
U2 32 000 < nmax ≤ 63 000
U3 63 000 < nmax ≤ 125 000
U4 125 000 < nmax ≤ 250 000
U5 250 000 < nmax ≤ 500 000
U6 500 000 < nmax ≤ 1 000 000
U7 1 000 000 < nmax ≤ 2 000 000
U8 2 000 000 < nmax ≤ 4 000 000
U9 4 000 000 < nmax

2.1.2.3. SPECTRE DE CHARGE

Le spectre de charge caractérise l'ensemble des charges levées durant la durée totale d'utilisation
(voir 2.1.2.2.) d'un engin. C'est une fonction de distribution (sommée) y = f(x), exprimant la fraction
x (O ≤ x ≤1) de la durée totale d'utilisation, pendant laquelle le rapport de la charge levée à la
charge de service atteint au moins une valeur déterminée y (O ≤ y ≤1).

A titre d'exemple, un spectre de charge est représenté aux figures 2.1.2.3.1. a. et b.

Figure 2.1.2.3.1.-a Figure 2.1.2.3.1.-b

ml = charge ;
mlmax = charge de service ;
n = nombre de cycles de levage pour lesquels la charge levée est supérieure ou égale à ml
nmaX = nombre de cycles de levage définissant la durée totale d'utilisation;
A chaque spectre est adjoint un facteur de spectre kp défini par :
1
KP = ∫ yd dx
0

2-5
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

En vue de la classification en groupes l'exposant d est pris conventionnellement égal à 3.

Dans de nombreuses applications la fonction f(x) peut être approchée par une fonction consistant
en un certain nombre r de paliers (voir figure 2.1.2.3.2.), comportant respectivement n1, n2, ..., nr
cycles de levage, la charge pouvant être considérée comme pratiquement constante et égale à mli
au cours des ni cycles du i-ième palier. Si nmax représente la durée totale d'utilisation et mlmax la plus
grande parmi les charges mli, il existe une relation :
r
n1 + n2 + ..... + nr = ∑
i =1
ni = nmax

et de façon approchée :

kp = ( ml1/mlmax)3.(n1/nmax) + ( ml2/mlmax)3.(n2/nmax) + .....+ ( mlr/mlmax)3.(nr/nmax)


r
kp = ∑
i =1
[ ( mli/mlmax)3.(ni/nmax) ]

Figure 2.1.2.3.2.

En fonction de son spectre de charge, un engin de levage est rangé dans l'une des quatre classes
de spectre Q1, Q2, Q3, Q4 définies au tableau T.2.1.2.3.

Tableau T.2.1.2.3. Classes de spectre

Symbole Facteur de spectre kp


Q1 kp ≤ 0,125
Q2 0,125 < kp ≤ 0,250
Q3 0,250 < kp ≤ 0,500
Q4 0,500 < kp ≤ 1,000

2-6
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.1.2.4. CLASSIFICATION EN GROUPES DES ENGINS DE LEVAGE

La classification en groupes des engins de levage dans leur ensemble est définie par le tableau T.
2.1.2.4.

Tableau T.2.1.2.4. Groupes d'enqins

Classe de Classe d'utilisation


spectre
de charge U0 U1 U2 U3 U4 U5 U6 U7 U8 U9
Q1 A1 A1 A1 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8
Q2 A1 A1 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A8
Q3 A1 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A8 A8
Q4 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A8 A8 A8

2.1.2.5. INDICATIONS EN VUE DU CLASSEMENT D'UN ENGIN DANS UN GROUPE

Des indications quant au classement des engins de levage sont fournies au tableau T.2.1.2 5

L'utilisation d'engins de même type pouvant présenter des caractéristiques très diverses, les
indications de groupe figurant à ce tableau n'ont qu'une valeur d'exemple En particulier, lorsque
pour un engin d'un type déterminé plusieurs groupes sont indiqués, il convient de rechercher, sur
la base de sa durée totale d'utilisation et de son spectre de charge supputés, dans quelles classes
d'utilisation et de spectre il doit être classé et par conséquent, dans quel groupe.

2.1.3. CLASSIFICATION DES MECANISMES INDIVIDUELS DANS LEUR ENSEMBLE

2.1.3.1. CONCEPTION DE LA CLASSIFICATION

Les mécanismes individuels dans leur ensemble sont classés en 8 groupes, désignés
respectivement par les symboles M1, M2, .., M8 (voir 2.1 3.4.) sur la base de 10 classes
d'utilisation et de 4 classes de spectres de sollicitation.

2-7
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.2.1.2.5. - Indications en vue du classement d’un engin dans un groupe

Type d'engin Précisions quant à la Groupe


nature de l'utilisation (1) d'engin
Repère Désignation (voir 2.1.2.4.)
1 Engins à entraînement manuel A1 - A2
2 Grues de montage A1 - A2
3 Ponts de montage et de démontage
pour centrales, salles de machine, ... A2 - A4
4 Portiques de mise et reprise au stock Crochet A5
Benne preneuse ou
5 Portiques de mise et reprise au stock électro-aimant A6 - A8
6 Ponts d'atelier A3 - A5
7 Ponts roulants, ponts casse-fonte, Benne preneuse ou
ponts pour parc à mitraille électro-aimant A6 - A8
8 Ponts de coulée A6 - A8
9 Ponts Pits A8
10 Ponts strippeurs, ponts chargeurs de four A8
11 Ponts de forge A6 - A8
12.a Portiques de déchargement,
portiques à containers Crochet ou spreader A5 - A6
12.b Autres portiques
(avec chariot et/ou grue tournante) Crochet A4
13 Portiques de déchargement, portiques Benne preneuse
(avec chariot et/ou grue tournante) ou électro-aimant A6 - A8
14 Grues de cale, grues de chantier naval,
grues de démontage Crochet A3 - A5
15 Grues de port (tournantes, sur portique, ...),
grues et bigues flottantes Crochet A5 - A6
16 Grues de port (tournantes, sur portique, ...), Benne preneuse
grues et bigues flottantes ou électro-aimant A6 - A8
17 Grues et bigues flottantes pour très
grandes charges
(couramment supérieures à 100 t) A2 - A3
18 Grues de bord Crochet A3 - A4
Benne preneuse
19 Grues de bord ou électro-aimant A4 - A5
20 Grues à tour de chantier A3 - A4
21 Grues derricks A2 - A3
22 Grues sur voie ferrée,
admises en trafic ferroviaire A4

(1) Dans cette colonne ne sont repris, à titre indicatif, que quelques cas typiques d’utilisation.

2-8
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.1.3.2. CLASSES D'UTILISATION

Par durée d'utilisation d'un mécanisme, l’on entend la durée pendant laquelle il est effectivement
en mouvement.

La durée totale d'utilisation est une durée d'utilisation supputée, considérée comme valeur
d'orientation, jusqu'au remplacement du mécanisme. Elle est exprimée par un nombre d'heures.

En fonction de cette durée totale d'utilisation, 10 classes d'utilisation T0, T1, T2, ..., T9 sont
distinguées. Elles sont définies au tableau T.2.1.3.2.

Tableau T.2.1.3.2. Classes d'utilisation

Symbole Durée totale d'utilisation T (h)


T0 T ≤ 200
T1 200 < T ≤ 400
T2 400 < T ≤ 800
T3 800 < T ≤ 1600
T4 1 600 < T ≤ 3200
T5 3 200 < T ≤ 6300
T6 6 300 < T ≤ 12 500
T7 12 500 < T ≤ 25 000
T8 25 000 < T ≤ 50 000
T9 50 000 < T

2.1.3.3. SPECTRE DE SOLLICITATION

Le spectre de sollicitation caractérise la mesure des sollicitations agissant sur un mécanisme


durant sa durée totale d'utilisation. C'est une fonction de distribution (sommée)
y = f(x), exprimant la fraction x (0 ≤ x ≤ 1) de la durée totale d'utilisation (voir 2.1.3.2.) pendant
laquelle le mécanisme est soumis à une sollicitation atteignant au moins une fraction
y (0 ≤ y ≤ 1) de la sollicitation maximale (voir fig. 2.1.2.3.1.).
A chaque spectre est adjoint un facteur de spectre km, défini par
1
km = ∫ yd dx
0

En vue de la classification en groupes, l'exposant d est pris conventionnellement égal à 3.

Dans de nombreuses applications, la fonction f(x) peut être approchée par une fonction consistant
en un certain nombre r de paliers (voir fig. 2.1.2.3.2.), de durées respectives tl, t2, ..., tr, la
sollicitation S pouvant être considérée comme pratiquement constante et égale à Si pendant la
durée ti. Si T représente la durée totale d'utilisation et Smax la plus grande parmi les sollicitations
S1, S2, ..., Sr, il existe une relation:
r
t1 + t2 + ... + tr = ∑
i =1
ti = T

2-9
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

et de façon approchée:
r
km = (S1/Smax)3 ( t1/T) + (S2/Smax)3 ( t2/T) + ..... +(Sr/Smax)3 ( tr/T) = ∑
i =1
[ (Si/Smax)3 ( ti/T) ]

A l'égard de son spectre de sollicitation, un mécanisme est rangé dans l'une des quatre classes de
spectre L1, L2, L3, L4, définies au tableau T.2.1.3.3.

Tableau T.2.1.3.3. Classes de spectre

Symbole Facteur de spectre km


L1 km ≤ 0,125
L2 0,125 < km ≤ 0,250
L3 0,250 < km ≤ 0,500
L4 0,500 < km ≤ 1,000

2.1.3.4. CLASSIFICATION EN GROUPES DES MECANISMES INDIVIDUELS DANS LEUR


ENSEMBLE

Sur la base de leur classe d'utilisation et de leur classe de spectre, les mécanismes individuels
dans leur ensemble sont classés dans l'un des 8 groupes M1, M2, ..., M8, définis au tableau
T.2.1.3.4.

Tableau T.2.1.3.4. Groupes de mécanismes

Classe de Classe d'utilisation


spectre de
sollicitation T0 T1 T2 T3 T4 T5 T6 T7 T8 T9
L1 M1 M1 M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8
L2 M1 M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M8
L3 M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M8 M8
L4 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M8 M8 M8

2.1.3.5. INDICATIONS EN VUE DU CLASSEMENT DANS UN GROUPE


D'UN MECANISME INDIVIDUEL DANS SON ENSEMBLE

Des indications en vue du classement dans un groupe d'un mécanisme individuel dans son
ensemble sont fournies au tableau T.2.1.3.5.

L'utilisation d'engins de même type pouvant présenter des caractéristiques très diverses, les
indications de groupe figurant à ce tableau n'ont qu'une valeur d'exemple. En particulier, lorsque
pour un type déterminé de mécanismes, différents groupes sont indiqués, il convient de
rechercher, sur la base de sa durée totale d'utilisation et de son spectre de sollicitation supputés,
dans quelles classes d'utilisation (voir 2.1.3.2.) et de spectre (voir 2.1.3.3.) il doit être classé et, par
conséquent, dans quel groupe de mécanismes (voir 2.1.3.4.).

2 - 10
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.2.1.3.5
Indications en vue du classement d’un mécanisme dans un groupe

Type d'engin Précisions quant Type de mécanisme


à la nature Levage Orien- Re Direc- Trans-
Repère Désignation d’utilisation (1) tation levage tion lation
1 Engins à entraînement manuel M1 - - M1 M1
2 Grues de montage M2-M3 M2-M3 M1-M2 M1-M3 M2-M3
3 Ponts de montage et de démontage
pour centrales, salles de machines, M2 - - M2 M2
4 Portiques de mise et reprise au stock Crochet
M5-M6 M4 - M4-M5 M5-M6
5 Portiques de mise et reprise au stock Benne preneuse
ou électro-aimant M7-M8 M6 - M6-M7 M7-M8
6 Ponts d’atelier M6 M4 - M4 M5
7 Ponts roulants, ponts casse-fonte, Benne preneuse M7-M8
ponts pour parc à mitraille ou électro-aimant M8 M6 - M6-M7
8 Ponts de coulée M7-M8 - - M4-M5 M6-M7
9 Ponts Pits M8 M6 - M7 M8
10 Ponts strippeurs, ponts chargeurs de -
four M8 M6 M7 M8
11 Ponts de forge M8 -- - M5 M6
12-a Portiques de déchargement, portiques a - Crochet ou
à containers spreader M6-M7 M5-M6 M3-M4 M6-M7 M4-M5
12-b Autres portiques (avec chariot et/ou
grue tournante) b - Crochet M4-M5 M4-M5 - M4-M5 M4-M5
13 Portiques de déchargement, portiques Benne preneuse
(avec chariot et/ou grue tournante) ou électro-aimant M8 M5-M6 M3-M4 M7-M8 M4-M5
14 Grues de cales, grues de chantier Crochet
naval, grues de démontage M5-M6 M4-M5 M4-M5 M4-M5 M5-M6
15 Grues de port (tournantes, sur Crochet
portique, ... ) grues et bigues M6-M7 M5-M6 M5-M6 - M3-M4
flottantes
16 Grues de port (tournantes, sur Benne preneuse
portique, ... ) grues et bigues ou électro-aimant M7-M8 M6-M7 M6-M7 - M4-M5
flottantes
17 Grues et bigues flottantes pour très
grandes charges (couramment M3-M4 M3-M4 M3-M4 - -
supérieures à 100 t)
18 Grues de bord Crochet M4 M3-M4 M3-M4 M2 M3
19 Grues de bord Benne preneuse
ou électro-aimant M5-M6 M3-M4 M3-M4 M4-M5 M3-M4
20 Grues à tour de chantier M4 M5 M4 M3 M3
21 Grues derricks M2-M3 M1-M2 M1-M2 - -
22 Grues sur voie ferrée, admises en
trafic ferroviaire M3-M4 M2-M3 M2-M3 - -

(1) Dans cette colonne ne sont repris, à titre indicatif, que quelques cas typiques d’utilisation.

2 - 11
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.1.4. CLASSIFICATION DES ELEMENTS

2.1.4.1. CONCEPTION DE LA CLASSIFICATION


Les éléments, tant de la charpente que des mécanismes, sont classés en 8 groupes, désignés
respectivement par les symboles E1, E2, ..., E8, sur la base de 11 classes d'utilisation et de 4
classes de spectre de contraintes.

2.1.4.2. CLASSES D'UTILISATION


Par durée d'utilisation d'un élément, l'on entend le nombre de cycles de contraintes auxquels il est
soumis.
Un cycle de contraintes est un ensemble de contraintes successives, commençant au moment où
la contrainte considérée dépasse la contrainte σm définie à la figure 2.1.4.3. et se terminant au
moment où cette contrainte va, pour la première fois, dépasser à nouveau σm dans le même sens.
La figure 2.1.4.3. représente donc l'évolution de la contrainte σ sur une durée d'utilisation égale à
cinq cycles de contrainte.
La durée totale d'utilisation est une durée d'utilisation supputée, considérée comme valeur
d'orientation, jusqu'au remplacement de l'élément.
Pour les éléments de la charpente le nombre de cycles de contrainte est dans un rapport constant
avec le nombre de cycles de levage de l'engin. Certains éléments peuvent être soumis à plusieurs
cycles de contrainte durant un cycle de levage en fonction de leur position dans la charpente. De
ce fait, le rapport précité peut être différent d'un élément à l'autre. Une fois ce rapport connu, la
durée totale d'utilisation de l'élément se déduit de la durée totale d'utilisation définissant la classe
d'utilisation de l'engin.
Pour les éléments mécaniques la durée totale d'utilisation se déduit de la durée totale d'utilisation
du mécanisme auquel appartient l'élément considéré, compte tenu de sa vitesse de rotation et/ou
d'autres circonstances caractérisant son fonctionnement.
En fonction de la durée totale d'utilisation, 11 classes d'utilisation, désignées respectivement par
les symboles B0, B1, B2, ..., B10, sont distinguées. Elles sont définies au tableau T.2.1.4.2.

Tableau T.2.1.4.2. Classes d'utilisation

Durée totale d'utilisation


Symbole (nombre n de cycles de contraintes)
B0 n ≤ 16 000
B1 16 000 < n ≤ 32 000
B2 32 000 < n ≤ 63 000
B3 63 000 < n ≤ 125 000
B4 125 000 < n ≤ 250 000
B5 250 000 < n ≤ 500 000
B6 500 000 < n ≤ 1 000 000
B7 1 000 000 < n ≤ 2 000 000
B8 2 000 000 < n ≤ 4 000 000
B9 4 000 000 < n ≤ 8 000 000
B10 8 000 000 < n

2 - 12
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.1.4.3. SPECTRE DE CONTRAINTES

Le spectre de contraintes caractérise la mesure de la sollicitation agissant sur l'élément pendant sa


durée totale d'utilisation. C'est une fonction de distribution (sommée) y = f(x) exprimant la fraction x
(0 ≤ x ≤ 1) de la durée totale d'utilisation (voir 2.1.4.2.) pendant laquelle l'élément est soumis à une
contrainte atteignant au moins une fraction y (0 ≤ y ≤ 1) de la contrainte maximale.

A chaque spectre de contraintes est adjoint un facteur de spectre ksp défini


par
1
ksp = ∫
0
yc dx

où c est un exposant dépendant des propriétés du matériau considéré, de la forme et des


dimensions de l'élément en cause, de sa rugosité superficielle et de son degré de corrosion (voir
cahier 4).

Dans de nombreuses applications, la fonction f(x) peut être approchée par une fonction consistant
en un certain nombre r de paliers, comprenant respectivement n1, n2, ..., nr cycles de contrainte, la
contrainte σ pouvant être considérée comme pratiquement constante et égale à σi pendant ni
cycles. Si n représente la durée totale d'utilisation et σmax la plus grande parmi les contraintes σ1,
σ2, ..., σr, il existe une relation :
r
n1 + n2+ ..... + nr = ∑
i =1
ni = n

et de façon approchée :
r
ksp = (σ1/ σmax)c (n1 / n) + (σ2/ σmax)c (n2 / n) + ..... +(σr/ σmax)c (nr / n) = ∑
i =1
[ (σi/ σmax)c (ni / n) ]

A l'égard de son spectre de contrainte, un élément est rangé dans l'une des classes de spectre P1,
P2, P3, P4, définies au tableau T.2.1.4.3. 1

Tableau T.2.1.4.3. Classes de spectre

Symbole Facteur de spectre ksp


P1 ksp ≤ 0,125
P2 0,125 < ksp ≤ 0,250
P3 0,250 < ksp ≤ 0,500
P4 0,500 < ksp ≤ 1,000

1
Certains éléments, tant mécaniques que de charpente, tels que des éléments soumis à l'effet de
ressorts, subissent des sollicitations qui sont indépendantes ou presque de la charge de service.
Une attention particulière doit être donnée à leur classification. Généralement ksp = 1 et ils
appartiennent à la classe P4.

2 - 13
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Pour les éléments de charpente les contraintes à prendre en considération pour la détermination
du facteur de spectre sont les écarts σsup - σm entre les contraintes supérieures σsup et la contrainte
moyenne σm, ces notions étant définies par la figure 2.1.4.3. représentant l'évolution de la
contrainte en fonction du temps pendant cinq cycles de contraintes.

Figure 2.1.4.3. - Evolution de la contrainte en fonction du temps


pendant cinq cycles de contrainte

σsup = contrainte supérieure σsup max = contrainte supérieure maximale

σsup min = contrainte supérieure minimale σinf = contrainte inférieure

σm = moyenne arithmétique de l'ensemble des contraintes supérieures et inférieures pendant la


durée totale d'utilisation.

Pour les éléments mécaniques l'on peut poser σm = 0, les contraintes à introduire dans le calcul du
facteur de spectre étant alors les contraintes totales apparaissant dans la section considérée de
l'élément.

2.1.4.4. CLASSIFICATION EN GROUPES DES ELEMENTS

Sur la base de leur classe d'utilisation et de leur classe de spectre de contrainte, les éléments sont
classés dans l'un des groupes E1, E2, ..., E8 définis au tableau T.2.1.4.4.

Tableau T.2.1.4.4. Groupes d'éléments

Classe de Classe d’utilisation


spectre de
contrainte B0 B1 B2 B3 B4 B5 B6 B7 B8 B9 B10
P1 E1 E1 E1 E1 E2 E3 E4 E5 E6 E7 E8
P2 E1 E1 E1 E2 E3 E4 E5 E6 E7 E8 E8
P3 E1 E1 E2 E3 E4 E5 E6 E7 E8 E8 E8
P4 E1 E2 E2 E4 E5 E6 E7 E8 E8 E8 E8

2 - 14
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.2. SOLLICITATIONS DEVANT INTERVENIR DANS LE CALCUL DES


CHARPENTES

Le calcul des charpentes est conduit en déterminant les contraintes développées dans un appareil
en cours de fonctionnement. Ces contraintes sont calculées en envisageant les sollicitations
définies ci-après :

a) les sollicitations principales s’exerçant sur la charpente de l'appareil supposé immobile, dans
l'état de charge le plus défavorable,

b) les sollicitations dues aux mouvements verticaux,

c) les sollicitations dues aux mouvements horizontaux,

d) les sollicitations dues aux effets climatiques.

Les diverses sollicitations, les coefficients de majoration à adopter et la méthode pratique pour
conduire les calculs sont examinés ci-après.

Dans ce qui suit les définitions ci-dessous sont adoptées :

charges de service : poids de la charge utile augmenté du poids des accessoires (moufles,
crochets, palonniers, benne, ...)

poids propre : poids des pièces agissant sur un élément, à l'exclusion de la charge de service.

2.2.1. SOLLICITATIONS PRINCIPALES

Les sollicitations principales comprennent :

- les sollicitations dues aux poids propres des éléments : SG

- les sollicitations dues à la charge de service : SL

Les éléments mobiles étant supposés dans la position la plus défavorable.

Chaque élément de charpente est calculé pour la position de l'appareil et la valeur de la charge
levée (comprise entre 0 et la charge de service) donnant naissance, dans l'élément considéré aux
contraintes maximales.2

2
Dans certains cas, la contrainte maximale peut correspondre à l'absence de service
2 - 15
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.2.2. SOLLICITATIONS DUES AUX MOUVEMENTS VERTICAUX

Ces sollicitations proviennent du soulèvement plus ou moins brutal de la charge de service, des
accélérations (ou décélérations) sur le mouvement de levage et des chocs verticaux dus au
roulement sur les voies.

2.2.2.1. SOLLICITATIONS DUES AU SOULEVEMENT DE LA CHARGE DE SERVICE

On tient compte des oscillations provoquées par le soulèvement de la charge en multipliant les
sollicitations dues à la charge de service par un facteur dit «coefficient dynamique ψ».

2.2.2.1.1. VALEURS DU COEFFICIENT DYNAMIQUE ψ

La valeur du coefficient dynamique ψ à appliquer à la sollicitation due à la charge de service est


donnée par l'expression
ψ = 1 + ξ VL

où VL est la vitesse de levage en m/s et ξ un coefficient expérimental 3

On prend : ξ = 0,6 pour les ponts roulants et portiques ξ = 0,3 pour les grues.

La valeur maximale de la vitesse de levage à envisager pour l'application de cette formule est de 1
m/s. Pour des vitesses supérieures, le coefficient dynamique n'augmente plus.

La valeur du coefficient ψ à appliquer dans les calculs ne peut être inférieure à 1,15.

Les valeurs de ψ sont données par les courbes de la figure 2.2.2.1.1. en fonction des vitesses de
levage VL.

A : Ponts roulants, portiques B : Grues

Figure 2.2.2.1.1. - Valeur du coefficient dynamique ψ

3
La valeur de ce coefficient ξ résulte de nombreuses mesures effectuées sur différents types d'appareils.

2 - 16
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Remarque : Le coefficient ξ indiqué ci-dessus est différent suivant qu'il s'agit de "ponts roulants et
portiques" ou de "grues".

Cette distinction traduit le fait que le coefficient dynamique ψ est, toutes choses égales d'ailleurs,
moins élevé quand l'effort du levage s'exerce sur un élément de charpente présentant une certaine
souplesse, ce qui est le cas pour les grues dont la flèche est toujours assez peu rigide.

Tenant compte de cette remarque, on peut étendre l'application du coefficient ψ déterminé pour les
grues à certains autres appareils, comme par exemple les portiques à avant-bec pour les cas de
calcul correspondant à la charge sollicitant l'avant-bec et l'on doit, bien entendu, appliquer la valeur
de ψ prévue pour les ponts roulants pour les cas de calcul où la charge est appliquée entre les
pieds de l'appareil, la rigidité de la charpente en cet endroit étant comparable à celle d'une poutre
d'un pont roulant.

2.2.2.2. SOLLICITATIONS DUES AUX ACCELERATIONS (OU DECELERATIONS) SUR LE


MOUVEMENT DE LEVAGE ET AUX CHOCS VERTICAUX DUS AU ROULEMENT SUR LES
VOIES

Le coefficient ψ tenant compte du soulèvement plus ou moins brutal de la charge de service, qui
constitue le choc le plus important, les sollicitations dues aux accélérations (ou décélérations) sur
le mouvement de levage sont négligées ainsi que les réactions verticales dues au roulement sur
des voies correctement établies 4

2.2.2.3. CAS PARTICULIER

Pour certains appareils, les sollicitations dues au poids propre et celles dues à la charge de service
sont de signes contraires et il convient à ce moment de comparer la sollicitation "appareil en
charge" avec l'application du coefficient dynamique ψ sur la charge de service et la sollicitation
"appareil à vide" en tenant compte des oscillations provoquées par la pose de la charge que l'on
prend en considération de la manière suivante :

Appelons:
S G la valeur algébrique des sollicitations dues au poids propre,

S L la valeur algébrique des sollicitations dues à la charge de service

On détermine la sollicitation totale majorée à la pose de la charge par l'expression :


S G - S L (ψ-1)/2
qu'il convient de comparer aux sollicitations "appareil en charge" déterminées par l'expression
SG + ψ SL

4
Ceci suppose que les joints de rails sont en bon état. Les inconvénients présentés par un mauvais état du
chemin de roulement sont si sensibles sur les appareils de levage, tant pour la charpente que pour les
mécanismes, qu'il est nécessaire de fixer en principe que les joints de rails doivent être entretenus en bon
état, aucun coefficient de choc ne pouvant tenir compte des détériorations provoquées par des joints
défectueux La meilleure solution, pour les appareils rapides tout au moins, est de souder bout à bout les
rails de roulement des engins afin de supprimer complètement les chocs dus au passage sur les joints.

2 - 17
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

l'élément étant calculé avec la plus défavorable de ces deux valeurs.

Note - Cette formule est basée sur le fait que le coefficient dynamique détermine la valeur de
l'amplitude maximale des oscillations qui naissent dans la charpente au moment du soulèvement
de la charge. L'amplitude de cette oscillation a pour valeur :

S L (ψ-1)

Lorsqu'on pose la charge on admet que l'amplitude de l'oscillation qui prend naissance dans la
charpente est la moitié de celle provoquée au moment du levage.

L'état de charge final est donc dans ce cas

S G - S L (ψ-1)/2

que l'on doit comparer à l'état de charge

SG + ψ SL

Montée Descente

Courbe de levage et de descente lorsque SL et SG sont de signes contraires.

2 - 18
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.2.3. SOLLICITATIONS DUES AUX MOUVEMENTS HORIZONTAUX SH

Les sollicitations dues aux mouvements horizontaux sont :

1) les effets d'inertie dus aux accélérations (ou décélérations) des mouvements de direction et
de translation, d'orientation et de relevage de flèche, calculables en fonction des valeurs de
ces accélérations (ou décélérations),

2) les effets de la force centrifuge,

3) les réactions horizontales transversales provoquées par le


roulement,

4) les effets de tamponnement.

2.2.3.1. EFFETS HORIZONTAUX DUS AUX ACCELERATIONS (OU DECELERATIONS)

A partir des accélérations (ou décélérations) imprimées aux éléments mobiles lors des démarrages
ou des freinages, on calcule les sollicitations en résultant dans les différents éléments de
charpente.
2.2.3.1.1. CAS DES MOUVEMENTS DE DIRECTION ET DE TRANSLATION

Pour ces mouvements, ce calcul s'effectue en considérant un effort horizontal appliqué à la jante
des galets moteurs parallèlement au rail de roulement.

Les efforts doivent être calculés en fonction de la durée d'accélération (ou décélération) admise
suivant les conditions d'exploitation de l'appareil et les vitesses à atteindre.

On en déduit la valeur de l'accélération en m/s2 servant au calcul de l'effort horizontal suivant les
masses à mettre en mouvement.

Remarque - Si les valeurs des vitesses et des accélérations ne sont pas imposées par l'usager, on
peut choisir à titre indicatif, les durées d'accélération en fonction des vitesses à atteindre suivant
les 3 conditions d'exploitation ci-après :

a) appareils à vitesse lente et appareils à vitesse moyenne ayant une longue course à parcourir,

b) appareils à vitesse moyenne et rapide d'application courante,

c) appareils à vitesse rapide avec fortes accélérations.

Dans ce dernier cas, il y a lieu, presque toujours, de motoriser tous les galets.

Le tableau T.2.2.3.1.1. donne des valeurs de durées d'accélération et d'accélérations pour ces 3
conditions.

2 - 19
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.2.2.3.1.1. - Durées d'accélération et accélérations

(a) (b) (c)


vitesse lente et vitesse vitesse moyenne et rapide vitesse rapide avec fortes
moyenne avec longue (applications courantes) accélérations
Vitesses course
à obtenir Durée Accélération Durée Accélération Durée Accélération
d'accélératio d'accélératio d'accélératio
m/s n m/s2 n m/s2 n m/s2
s s s
4,00 8,0 0,50 6,0 0,67
3,15 7,1 0,44 5,4 0,58
2,5 6,3 0,39 4,8 0,52
2 9,1 0,22 5,6 0,35 4,2 0,47
1,60 8,3 0,19 5,0 0,32 3,7 0,43
1,00 6,6 0,15 4,0 0,25 3,0 0,33
0,63 5,2 0,12 3,2 0,19
0,40 4,1 0,098 2,5 0,16
0,25 3,2 0,078
0,16 2,5 0,064

L'effort horizontal à considérer doit être au minimum de 1/30 de la charge sur les galets moteurs ou
freinés et au maximum de 1/4 de cette charge.
2.2.3.1.2. CAS DES MOUVEMENTS D'ORIENTATION ET DE RELEVAGE DE FLECHE

Pour les mouvements d'orientation et de relevage de flèche, le calcul est conduit en considérant le
couple accélérateur (ou décélérateur) s’exerçant sur l'arbre moteur des mécanismes

La valeur des accélérations dépend de l'appareil et, en pratique, on choisit une accélération en tête
de flèche pouvant varier entre 0,1 et 0,6 m/s2, suivant la vitesse de rotation et la portée de la grue,
de manière à obtenir des durées d'accélération de l'ordre de 5 à 10 s dans les cas courants

Remarque - On trouve à l'annexe A-2.2.3. une méthode pour le calcul des effets d'accélération des
mouvements horizontaux

2.2.3.2. EFFETS DE LA FORCE CENTRIFUGE


Pour les grues on tient compte de la force centrifuge due au mouvement d'orientation. En pratique,
on se contente de déterminer l'effort horizontal en tête de flèche, résultant de l'inclinaison du câble
portant la charge. En général on néglige les effets de la force centrifuge sur les autres éléments de
l'appareil

2 - 20
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.2.3.3. REACTIONS TRANSVERSALES DUES AU ROULEMENT


Lorsque 2 galets (ou 2 boggies) roulent sur un rail, on prend en considération le couple formé par
les forces horizontales perpendiculaires au rail. Les composantes de ce couple sont obtenues en
multipliant la charge verticale s'exerçant sur les galets (ou boggies) par un coefficient λ dépendant
du rapport de la portée p à l'empattement a 5.

Ce coefficient est compris entre 0,05 et 0,2 pour les p/a variant de 2 à 8 comme le montre le
graphique ci-dessous

2.2.3.4. EFFETS DE TAMPONNEMENT ST

On considère le cas où le choc dû au tamponnement se produit sur la charpente et celui où le choc


se produit sur la charge suspendue.
2.2.3.4.1. TAMPONNEMENT DE LA CHARPENTE

On distingue 2 cas :
1) celui où la charge suspendue peut balancer,

2) celui où des guidages rigides empêchent le balancement.

Dans le ler cas on applique les règles suivantes :


Pour des vitesses de déplacement horizontal inférieures à 0,7 m/s on ne tient pas compte des
effets de tamponnement.

Pour des vitesses de déplacement supérieures à 0,7 m/s, on tient compte des réactions
provoquées dans la charpente par les chocs sur les tampons

On admet que le tampon est capable d'absorber l’énergie cinétique de l'appareil (sans charge de
service) à une fraction de la vitesse nominale de translation Vt fixée à 0,7 Vt.

5
On appelle empattement la distance entre les axes des galets extrêmes ou, s'il s'agit de boggies, la
distance entre les axes d'articulation sur la charpente des 2 boggies ou ensemble de boggies. S'il existe des
galets de guidage horizontaux, l'empattement est la distance qui sépare les points de contact avec le rail
entre 2 galets horizontaux.
2 - 21
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Les efforts qui en résultent dans la charpente sont calculés en fonction de la décélération que le
tampon utilisé impose à l'appareil

Toutefois, pour des vitesses élevées (supérieures à 1 m/s) l'utilisation de ralentisseurs entrant en
action à l'approche des extrémités des chemins de roulement est autorisée sous réserve que
l'action de ces ralentisseurs s'exerce automatiquement et qu'ils imposent à l'appareil une
décélération effective réduisant en toutes circonstances avant l'arrivée sur les tampons, la vitesse
de translation à la vitesse réduite prévue.

Dans ce cas on prend comme valeur de Vt pour le calcul du tampon la vitesse réduite obtenue à la
suite du ralentissement6.

Dans le 2éme cas, où la charge ne peut pas balancer, on vérifie l'effet de tamponnement de la
même manière mais en tenant compte cette fois-ci de la valeur de la charge de service.

2.2.3.4.2. TAMPONNEMENT DE LA CHARGE SUSPENDUE

On ne considère les chocs dus aux tamponnements de la charge avec des obstacles fixes que
pour les appareils où cette charge est guidée rigidement. Dans ce cas, on prend en considération
les sollicitations provoquées par un tel choc.

Le calcul de ces sollicitations peut se faire en considérant l'effort horizontal appliqué au droit de la
charge, capable de provoquer le soulèvement de deux des galets du chariot.

2.2.4. SOLLICITATIONS DUES AUX EFFETS CLIMATIQUES

Les sollicitations dues aux effets climatiques sont celles résultant de l'action du vent, des
surcharges de neige et des variations de température.

2.2.4.1. ACTION DU VENT


INTRODUCTION

Ce texte traite des sollicitations dues au vent s'exerçant sur les charpentes des appareils de
levage. Il contient une méthode de calcul simplifiée où l'on considère que le vent souffle
horizontalement dans n'importe quelle direction à une vitesse constante et qu'il y a une réaction
statique sur les sollicitations s'appliquant sur les charpentes.
2.2.4.1.1. PRESSION DU VENT

La pression dynamique du vent est donnée par : q = 0.613 Vs2

q = la pression dynamique N/m2 , Vs = la vitesse théorique du vent en m/s.

6
Il convient d'insister sur la nécessité d'utiliser un dispositif sûr et efficace.
Un simple interrupteur de fin de course coupant le courant du moteur de translation est insuffisant
pour envisager le tamponnement à vitesse réduite.
2 - 22
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.2.4.1.2. CONDITIONS DE VENT POUR LE CALCUL

Pour le calcul des sollicitations dues au vent sur les appareils de levage, on prend en compte 2
conditions.
2.2.4.1.2.1 Vent de service

C'est le vent maxi, dans lequel l'appareil de levage est conçu pour opérer. Les sollicitations dues
au vent sont considérées comme s'appliquant dans la direction la moins favorable en combinaison
avec les sollicitations de service appropriées. Les pressions du vent "en service" ainsi que les
vitesses correspondantes sont indiquées dans le tableau T.2.2.4.1.2.1. Elles sont considérées
comme constantes sur toute la hauteur de l'appareil 7.

Il est supposé que les vitesses maximales de travail ainsi que les accélérations normales ne seront
pas obligatoirement atteintes pour les conditions de vent maximales

Tableau T.2.2.4.1.2.1. - Pressions du vent en service

Pressions du vent Vitesse du vent


Type d'appareils en service en service
N/m2 m/s
Appareils de levage aisément protégés
contre l'action du vent ou conçus pour
utilisation en cas de vent léger 125 14
exclusivement. Opérations de montage
Tous types d'appareils courants normaux 250 20
installés à l'extérieur
* Appareils devant continuer de 500 28
fonctionner même en cas de vent fort

* Par exemple les appareils du type 12 a dans la table T.2.1.2.5.

Action du vent sur la charge

L'action du vent sur la charge au crochet d'un appareil levant des charges diverses se détermine
de la relation:

F = 2,5 . A . q
où :

F est la force exercée par le vent sur la charge au crochet en N,

7
Dans le cas de la mise en place d'un dispositif de détection de la vitesse du vent sur l'appareil, celui-ci
doit être normalement placé au niveau le plus élevé de l'appareil. Dans le cas où la vitesse du vent à un
niveau différent est plus significative pour la sécurité de l'appareil, le constructeur doit fixer la hauteur à
laquelle le dispositif doit être placé

2 - 23
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

q est la pression dynamique du vent "en service" suivant tableau T.2.2.4.1.2.1. en N/m2.

A est l'aire maximale des parties solides de la charge en m2 8. Quand cette aire est inconnue,
une valeur minimale de 0,5 m2 par tonne de charge utile doit être prise.

Quand un appareil de levage est conçu pour manutentionner seulement des charges de
dimensions et de formes spécifiques, la charge due au vent sera calculée pour les dimensions et la
configuration appropriées.

2.2.4.1.2.2. Vent hors service

Il s'agit ici d'un vent (tempête) maximum pour lequel l'engin de levage est conçu pour rester stable
dans les conditions hors service, comme indiqué par le constructeur. La vitesse varie avec la
hauteur de l'appareil au-dessus du niveau du sol environnant, l'emplacement géographique et le
degré d'exposition aux vents prédominants.

Pour les engins de levage utilisés à l'air libre, la pression du vent théorique normale et la vitesse
correspondantes, pour les conditions "hors service" sont indiquées dans le tableau T.2.2.4.1.2.2.

Tableau T.2.2.4.1.2.2. - Pressions du vent hors service

Hauteur au-dessus du sol Pression du vent Vitesse approximative


hors service équivalente de vent
m N/m2 hors service m/s
0 à 20 800 36
20 tà 100 1 100 42
Plus de 100 1 300 46

Pour calculer les charges dues au vent dans des conditions "hors service", la pression du vent
pourra être prise comme constante dans l'intervalle de hauteur verticale figurant au tableau
T.2.2.4.1.2.2. Alternativement la pression théorique du vent à l'extrémité supérieure de l'engin peut
être considérée comme constante sur toute la hauteur de l'engin.

Si les appareils sont installés en permanence ou utilisés pour des longues périodes dans des
endroits où les conditions de vent son exceptionnellement sévères, les valeurs ci-dessus peuvent
être modifiées par entente entre l'utilisateur et le constructeur à la lumière des données
météorologiques locales

Pour certains types d'appareils dont la flèche peut être rapidement abaissée (tels que grues à tour
aisément repliables au moyen d'un mécanisme incorporé) le vent hors service n'est pas pris en
considération à condition que la machine soit définie pour être repliée après chaque journée de
travail.

8
Quand un appareil doit occasionnellement, exceptionnellement manutentionner des charges de grande
surface, il est admis que le constructeur peut déterminer une vitesse de vent inférieure à celle du tableau
T.2.2.4.1.2.1. au-dessus de laquelle de telles charges ne pourront plus être manutentionnées.
2 - 24
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.2.4.1.3. CALCUL DES SOLLICITATIONS DUES AU VENT

Pour la plupart des charpentes complètes et partielles, ainsi que pour des composants individuels
utilisés dans les charpentes, la sollicitation est calculée pour

F = A . q . Cf

F est la sollicitation due au vent en N

A est la surface frontale effective de l'élément considéré en m2

q est la pression du vent correspondant à la condition de construction considérée en N/m2

Cf est le coefficient de forme dans la direction du vent, de l'élément considéré.

La sollicitation totale due au vent sur la charpente est la somme des sollicitations s'exerçant sur
ses éléments partiels.

Les calculs de résistance et de stabilité des appareils devront être conduits en appliquant les
sollicitations totales dues au vent.
La grandeur de la sollicitation due au vent à prendre en compte dans la conception d'un
mécanisme en vue de déterminer le moteur et les exigences de freinage de ce mécanisme, ainsi
que pour assurer la sécurité de l'appareil dans le vent, est donnée dans le chapitre traitant des
conditions de calcul des mécanismes
2 2.4.1.4. COEFFICIENT DE FORME

2.2 4.1.4.1. Barres individuelles, cadres, etc.

Les coefficients de forme pour les barres individuelles, cadres simples en treillis, cabines, etc...
sont indiqués au tableau T.2.2.4.1.4.1. Les valeurs pour les éléments varient selon l'allongement
aérodynamique et dans le cas de grosses sections en caisson, avec le rapport de section.

L'allongement dynamique et le rapport de section sont définis dans la figure 2.2.4.1.4.1.

La charge due au vent sur des cadres en simple profilé peut être calculée sur les bases des
coefficients pour les barres individuelles donnés à la partie haute du tableau T.2.2.4.1.4.1. Dans ce
cas, l'allongement aérodynamique de chaque barre doit être pris en compte. Alternativement, les
coefficients globaux pour cadres en treillis construits en profilés plats ou à section circulaire
donnés dans le milieu du tableau peuvent être utilisés

Si un châssis treillis est composé de profilés plats ou ronds (sections circulaires) ou de sections
circulaires dans les deux régimes d'écoulement, (D.VS < 6 m2/s et D.VS ≥ 6 m2/s) on applique les
coefficients de forme appropriés aux surfaces frontales correspondantes.

Quand des goussets de dimension normale sont utilisés en construction soudée treillis, il n'est pas
nécessaire de tenir compte des surfaces supplémentaires présentées par ceux-ci pourvu que les
longueurs des barres individuelles soient prises entre les centres des noeuds.

2 - 25
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Des coefficients de formes obtenus en soufflerie ou par des essais effectués sur des engins de
grandeur nature peuvent également être utilisés.

Table T.2.2.4.1.4.1. - Coefficients de forme

Allongement aérodynamique l/b ou l/D (1)


Type Description ≤5 10 20 30 40 50 > 50
Laminés [ ] 1,15 1,15 1,3 1,4 1,45 1,5 1,6

Caissons rectangulaires
jusqu'à 356 mm 1,4 1,45 1,5 1,55 1,55 1,55 1,6
au carré

et 254 x 457 mm 1,05 1,05 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6


en rectangle
Autres sections 1,30 1,35 1,60 1,65 1,70 1,80 1,80
Eléments Profilés et sections
individuels circulaires, où :
D.Vs < 6 m2/s 0,60 0,70 0,80 0,85 0,90 0,90 0,90
D.Vs ≥ 6 m2/s 0,60 0,65 0,70 0,70 0,75 0,80 0,80
Eléments en b/d
caisson supérieur 2 1,55 1,75 1,95 2,10 2,20
à 356 mm au 1 1,40 1,55 1,75 1,85 1,90
carré et 254 x 457 0,5 1,0 1,20 1,30 1,35 1,40
mm 0,25 0,80 0,90 0,90 1,0 1,0
rectangulaire

Vent b

Profilés plats 1,70


Châssis Profilés sections ronds où
simples
en treillis D.Vs < 6 m2/s 1,10
D.Vs ≥ 6 m2/s 0.80
Cabines Eléments protégés
des rectangulaires sur 1,10
mécanis- sol ou base solide
mes, etc.

(1) Voir figure 2.2.4.1.4.1.

2 - 26
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

(I) Allongement aérodynamique :


(longueur de l'élément) / (largeur des sections à travers le vent frontal) = l/b * ou l/D *

* Dans les constructions en treillis les longueurs des éléments individuels sont prises entre les
centres des noeuds adjacents. Voir schéma ci-dessous.

(II) Rapport de solidité :



n
(aire des parties fixes) / (aire fermée) = A /Ae = 1
[(li . bi)/(L . B)]

(III) Rapport d'espacement :


(distance entre deux éléments se faisant face) = a/b ou a/B
(largeur de l’élément à travers le vent frontal)

Pour "a" on prendra la plus petite valeur possible dans la géométrie de la face exposée.

(IV) Rapport de section :


(largeur de la section à travers vent frontal) = b/d
(profondeur de la section parallèle à la direction du vent

Figure 2.2.4.1.4.1. - Définitions : Allongement aérodynamique. rapport de solidité. rapport


d'espacement et rapport de section

2 - 27
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.2.4.1.4.2. Cadres ou éléments multiples: Coefficient de Protection

Lorsque les cadres ou éléments de construction sont disposés de manière à être protégés les uns
les autres, la force du vent s’exerçant sur ces cadres ou éléments ou sur les éléments et sur les
parties non protégées se trouvant derrière sont calculés en utilisant les coefficients de forme
appropriés par un facteur η indiqué au tableau T.2.2.4.1.4.2. Les valeurs de η varient avec le
rapport de solidité et d'espacement comme indiqué dans le tableau.

Tableau T.2.2.4.1.4.2. - Coefficients de protection

Rapport
d'espacement Rapport de solidité A/Ae
a/b 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 ≥0,6
0,5 0,75 0,40 0,32 0,21 0,15 0,10
1,0 0,92 0,75 0,59 0,43 0,25 0,10
2,0 0,95 0,80 0,63 0,50 0,33 0,20
4,0 1,0 0,88 0,76 0,66 0,55 0,45
5,0 1,0 0,95 0,88 0,81 0,75 0,68
6,0 1,0 1,0 1,0 1,0 1,0 1,0

Là où il y a un certain nombre de châssis ou de cadres identiques espacés d'une manière


équidistante l'un derrière l'autre de façon que chaque châssis protège ceux qui se trouvent derrière
lui, l'effet de protection augmente jusqu'au 9ème châssis et reste ensuite constant. Les sollicitations
dues au vent sont calculées comme suit:

Sur le 1er cadre F1 = A.q.Cf en N

Sur le 2ème cadre F2 = η.A.q.Cf en N

Sur le nème cadre Fn = η (n-1).A.q.Cf


(pour n entre 3 et 8)) en N

Sur le 9ème et suivant F9 = η8.A.q.Cf en N

La sollicitation totale est ainsi Ftotal = [1 + η + η2 + η3 + .... + η(n-1)].A.q.Cf


jusqu'à 9 cadres = [(1 - ηn) / (1 - η)].A.q.Cf en N

au dessus de 9 cadres Ftotal = [1 + η + η2 + η3 + .... + n8 + (η - 9)8].A.q.Cf


= [(1 - η9) / (1 - η) + (n - 9) η8].A.q.Cf en N

Note : Le terme ηx utilisé dans les formules ci-dessus est considéré comme ayant une limite
inférieure de 0,10. Il est pris à 0,10 même si ηx < 0,10

2 - 28
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.2.4.1.4.3 Tours treillis

A défaut d'un calcul détaillé, en calculant les sollicitations du vent de face sur les tours carrées,
l'aire solide de la face exposée au vent est multipliée par les coefficients de forme totals suivants :

pour tours composées d'éléments plats 1,7 (1 + η)


pour tours composées d'éléments ronds
où D.Vs < 6 m2/s 1,1 (1 + η)
où D.Vs ≥ 6 m2/s 1,4

La valeur de η est prise au tableau T.2.2.4.1.4.2. pour a/b = 1 selon le rapport de solidité de la face
au vent.

La sollicitation maximale due au vent sur une tour carrée se produit quand le vent souffle en
diagonale. A défaut d'un calcul détaillé, cette charge peut être considérée comme 1,2 fois de celle
apparaissant par vent normal à une face.
2.2.4.1.4.4 Parties inclinées par rapport à la direction du vent

Eléments individuels. cadres. etc...

Si le vent souffle suivant un angle par rapport à l'axe longitudinal d'un élément ou par rapport à la
surface d'un cadre, la force s’exerçant dans la direction du vent s'obtient comme suit :
F = A.q.Cf sin2 θ en N
où : F, A, q et Cf sont définis comme au 2.2.4.1.3.
et θ est l'angle du vent (0 < 90°) par rapport à l'axe longitudinal ou face.

Barres de treillis et tours

Si le vent souffle en angle par rapport à l'axe longitudinal d'une poutre en treillis ou d'une tour, la
force dans la direction du vent est calculée comme suit :
F = A.q.Cf.K2 en N

où F, A, q et Cf sont définis comme au 2.2.4.1.3. et


K2 = θ / [50 (1,7 - Sp/S)] qui ne peut être pris plus petit que 0,35 ou plus grand que 1.
et θ est I' angle en degrés (θ < 90°) entre la direction du vent et l'axe longitudinal de la poutre ou
de la tour.

Sp est l'aire en m2 des éléments entretoises de la poutre ou tour projetée dans son plan exposé au
vent.

S est l'aire en m2 de tous les éléments de la poutre (entretoises et éléments principaux) ou de la


tour projetée dans le plan exposé au vent.

La valeur de K2 a des limites inférieures et supérieures de 0,35 et 1,0. Elle est prise à 0,35 même
si la valeur calculée est < 0,35 et à 1,0 si la valeur calculée est > 1,0.

2 - 29
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.2.4.2. SURCHARGE DE NEIGE

Il n'est pas tenu compte des surcharges de neige dans le calcul des ponts roulants, portiques et
grues.

2.2.4.3. VARIATIONS DE TEMPERATURE

Les sollicitations dues aux variations de température ne sont à considérer que dans des cas
particuliers, entre autres, lorsque les éléments ne peuvent se dilater librement.

Dans ce cas, on prend comme limite d'écart de température


- 20°C à + 45°C

2.2.5. SOLLICITATIONS DIVERSES

2.2.5.1. CHARGES SUPPORTEES PAR LES ACCES ET PASSERELLES

Pour le dimensionnement des passerelles d'accès, des cabines de conduite, plates-formes, on


envisage comme charges concentrées:

3000 N pour les accès et passerelles d'entretien où peuvent être déposés des matériaux;

1500 N pour des accès et passerelles uniquement destinés au passage du personnel;

300 N de poussée horizontale sur les garde-corps et plinthes.

Ces charges ne sont pas à prendre en compte dans le calcul des poutres.

2 - 30
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.3. CAS DE SOLLICITATIONS

On envisage dans les calculs 3 cas de sollicitations

- le cas du service normal sans vent,


- le cas du service normal avec vent limite de service,
- le cas des sollicitations exceptionnelles.

Les diverses sollicitations étant déterminées comme il est indiqué au paragraphe 2.2, on tient
compte d'une certaine probabilité de dépasser la contrainte calculée, inhérente aux imperfections
du calcul et aux imprévus, par l'application d'un coefficient de majoration γC dépendant du groupe
dans lequel est classé l'appareil.

Les valeurs de ce coefficient γC sont indiquées à l'article 2.3.4.

2.3.1. CAS I : APPAREIL EN SERVICE SANS VENT

On considère les sollicitations statiques dues au poids propre SG, les sollicitations dues à la charge
de service SL multipliées par le coefficient dynamique ψ et les deux effets horizontaux les plus
défavorables SH parmi ceux définis à l'article 2.2.3. à l'exclusion des effets de tamponnement.

L'ensemble de ces sollicitations doit être multiplié par le coefficient de majoration γC visé à l'article
2.3.4., soit :
γC (SG + ψ SL + SH)

Dans le cas où la translation est un mouvement de mise en place de l'appareil qui n'est pas
normalement utilisé pour les déplacements des charges, on ne combine pas l'effet de ce
mouvement avec un autre mouvement horizontal. C'est le cas, par exemple, d'une grue de port où
l'appareil étant mis en place, une série de manutentions s'effectue à point fixe.

2.3.2. CAS II : APPAREIL EN SERVICE AVEC VENT

On prend les sollicitations du cas I, auxquelles on ajoute les effets du vent limite de service Sw
défini au paragraphe 2.2.4.1.2.1. (tableau T.2.2.4.1.2.1.) et, le cas échéant, la sollicitation de
variation de température, soit :

γC (SG + ψ SL + SH) + SW

Remarque - Les effets dynamiques d'accélération et de décélération n'ont pas les mêmes valeurs
dans le cas II et dans le cas I car, lorsque le vent souffle, les temps de démarrage ou de freinage
ne sont pas les mêmes que par temps calme.

2 - 31
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.3.3. CAS III : APPAREIL SOUMIS A DES SOLLICITATIONS EXCEPTIONNELLES

Les sollicitations exceptionnelles concernent les cas suivants :


- appareil hors service avec vent maximal,
- appareil en service sous l'effet d'un tamponnement,
- appareil soumis aux essais prévus au cahier 8.

On prend en considération la plus élevée des combinaisons suivantes :

a) sollicitation SG due au poids propre augmentée de celle Sw max due au vent maximal visé à
l'article 2.2.4.1.2.2. (y compris les réactions aux ancrages).
b) sollicitation SG due au poids propre et SL due à la charge de service auxquelles on ajoute le
plus élevé des effets de tamponnement ST prévus à l'article 2.2.3.
c) sollicitation SG due au poids propre augmentée de la plus élevée des 2 solliciltions ψρ1 SL et
ρ2 SL ; ρ1 et ρ2 étant les coefficients de majoration de la charge nominale prévus aux essais
dynamique (ρ1) et statique (ρ2) définis en 8.1.1. et 8.1.2.

Ces 3 cas s'expriment par les relations


a) SG + Sw max
9
b) SG + SL + ST
c) SG + ψρ1 SL ou SG + ρ2 SL

Remarque 1 - Il convient de noter que les vérifications prévues en (c) ne sont utiles que dans le
cas où la charge de service supposée s’exerçant seule, provoque des contraintes de sens opposé
à celle résultant du poids propre dans la mesure où la charge d'essai statique imposée ne dépasse
pas 1,5 fois la charge nominale.

Remarque 2 - Dans le cas d'emploi de dispositifs de ralentissement préalable avant le choc sur le
tampon dans les conditions prévues à l'article 2.2.3.4.1. on prend pour ST la plus élevée des
sollicitations résultant, soit de la décélération provoquée préalablement par le ralentisseur, soit de
celle imposée finalement par le tampon.

9
On tient compte des sollicitations créées par la charge de service, mais on néglige les effets du
balancement résultant du choc, ce balancement ne sollicitant la charpente que lorsque les autres effets sont
pratiquement absorbés.
Cette remarque ne s'applique pas aux charges guidées rigidement qui ne peuvent pas balancer.

2 - 32
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.3.4. CHOIX DU COEFFICIENT DE MAJORATION γC

La valeur du coefficient de majoration γC dépend du groupe dans lequel est classé l'appareil.

Tableau T.2.3.4. - Valeurs du coefficient de majoration γC

Groupe
de l'engin A1 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8
γc 1,00 1,02 1,05 1,08 1,11 1,14 1,17 1,20

2.4. INFLUENCES SISMIQUES

En règle générale, il n'y a pas lieu de vérifier les charpentes des engins de levage aux effets de
séismes européens.

Toutefois, si une disposition réglementaire l'exige, ou si le cahier des charges particulier le prescrit,
il peut être appliqué, dans les régions sujettes aux séismes, des règles ou des recommandations
particulières.

Cette exigence doit être fournie au constructeur par l'utilisateur de l'installation, qui doit également
livrer les spectres sismiques correspondants.

2 - 33
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.5. SOLLICITATIONS DEVANT INTERVENIR DANS LES CALCULS DES


MECANISMES

Les mécanismes sont soumis à deux sortes de sollicitations :

a) les sollicitations (représentées par le symbole SM) qui dépendent directement des couples
exercés sur les mécanismes par les moteurs ou par les freins.
b) les sollicitations (représentées par le symbole SR) qui ne dépendent pas de l'action des
moteurs ou des freins, mais qui sont déterminées par les réactions s’exerçant sur les pièces
mécaniques et non équilibrées par un couple agissant sur les arbres moteurs 10.

2.5.1. SOLLICITATIONS DU TYPE SM

Les sollicitations de ce type à considérer sont :

a) les sollicitations SMG correspondant au déplacement vertical du centre de gravité des


éléments mobiles de l'appareil autres que la charge de service.
b) les sollicitations SML correspondant au déplacement vertical de la charge de service telle que
définie à l'article 2.2. du chapitre "charpentes".
c) les sollicitations SMF correspondant aux frottements dont il n'a pas été tenu compte dans le
calcul du rendement du mécanisme (cf. cahier 4 art. 4.2.6.1.1.).
d) les sollicitations SMA correspondant à l'accélération (ou au freinage) du mouvement.
e) les sollicitations SMW correspondant à l'effet du vent limite admis pour l'appareil en service.

2.5.2 SOLLICITATIONS DU TYPE SR

Les sollicitations de ce type à considérer sont :

a) les sollicitations SRG dues au poids propre des éléments agissant sur la pièce considérée.
b) les sollicitations SRL dues à la charge de service telle que définie à l'article 2.2. du chapitre
"charpentes".
c) Les sollicitations SRA dues aux accélérations ou décélérations des différents mouvements de
l'appareil, ou de ses éléments, calculées suivant l'article 2.2.3.1. du chapitre "charpentes"
pour autant que l'ordre de grandeur de ces sollicitations ne soit pas négligeable par rapport
aux sollicitations SRG et SRL.
d) Les sollicitations SRW dues au vent limite de service SW ou au vent limite hors service
SW max (cf. art. 2.2.4.1. du chapitre "charpentes") pour autant que l'ordre de grandeur de ces
sollicitations ne soit pas négligeable.

10
Par exemple, dans un mouvement de translation : les sollicitations qui proviennent de la réaction
verticale sur les galets de roulement ainsi que les efforts transversaux qui sollicitent l’arbre du galet
mais ne se transmettent pas dans les éléments du mécanisme de commande.
2 - 34
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.6. CAS DE SOLLICITATIONS

On envisage dans les calculs trois cas de sollicitations :

Cas I : Service normal sans vent,


Cas II : Service normal avec vent,
Cas III : Sollicitations exceptionnelles.

On détermine pour chacun de ces cas une sollicitation maximale qui sert de base pour les calculs.

Remarque : Bien entendu dans le cas des appareils non soumis au vent les cas I et II se
confondent.

Les diverses sollicitations étant déterminées comme il est indiqué au paragraphe 2.5., on tient
compte d'une certaine probabilité de dépasser la contrainte calculée, inhérente aux imperfections
de calcul et aux imprévus, par l'application d'un coefficient de majoration γm dépendant du groupe
dans lequel est classé le mécanisme.

Les valeurs de ce coefficient γm sont indiquées dans le tableau T.2.6.

Tableau T.2.6. - Valeurs du coefficient de majoration γ m

Groupe du
mécanisme M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8
γm 1,00 1,04 1,08 1,12 1,16 1,20 1,25 1,30

2.6.1 CAS I - SERVICE NORMAL SANS VENT

2.6.1.1. SOLLICITATIONS DU TYPE SM

La sollicitation maximale SM max I du type SM (cf. art. 2.5.) est déterminée en combinant les
sollicitations SMG, SML, SMF, et SMA définies à l'article 2.5.1. ce qui s'exprime par la relation :
SM max I = ( S MG + S ML + S MF + S MA ) γm

Remarque : Il convient de préciser qu'il ne faut pas considérer la combinaison des valeurs
maximales de chacun des termes de cette relation, mais la valeur résultant de la combinaison la
plus défavorable pouvant effectivement se produire au cours du service.

2.6.1.2. SOLLICITATIONS DU TYPE SR

La sollicitation maximale SR max I du type SR (cf. art. 2.5.) est déterminée en combinant les
sollicitations SRG, SRL, SRA, définies à l'article 2.5.2. ce qui s'exprime par la relation :
SR max I = ( S RG + S RL + S RA ) γm

La remarque de l'article 2.6.1.1. est applicable.

2 - 35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.6.2. CAS II - SERVICE NORMAL AVEC VENT

2.6.2.1. SOLLICITATIONS DU TYPE SM

La sollicitation maximale SM max II du type SM (cf. art. 2.5.) est déterminée en combinant les
sollicitations SMG, SML et SMF, définies à l'article 2.5.1. avec l'une des deux combinaisons suivantes
:

a) la sollicitation SMA et la sollicitation SMW8 correspondant à l'action d'un vent de 80 N/m2.

b) la sollicitation SMW25 correspondant à l'action d’un vent de 250 N/m2.

On prend donc la plus élevée des 2 valeurs exprimées par les relations suivantes

SM max II = ( S MG + S ML + S MF + S MA + S MW 8 ) γm
ou
SM max II = ( S MG + S ML + S MF + S MW 25 ) γm

La remarque de l'article 2.6.1.1. est applicable.

2.6.2.2. SOLLICITATIONS DU TYPE SR

La sollicitation maximale SR max II du type SR (cf. art. 2.5.) est déterminée en combinant les
sollicitations SRG, SRL et SRA, définies à l'article 2.5.2. et SRW25 correspondant à l'action d'un vent de
250 N/m2, ce qui s'exprime par la relation :

SR max II = ( S RG + S RL + S RA + S RW 25 ) γm

La remarque de l'article 2.6.1.1. est applicable.

2 - 36
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.6.3. CAS III - SOLLICITATIONS EXCEPTIONNELLES

2.6.3.1.SOLLICITATIONS DU TYPE SM

La sollicitation maximale SM max III du type SM définie à l’article 2.5. est déterminée en considérant la
sollicitation maximale que le moteur peut effectivement transmettre au mécanisme en tenant
compte des limitations résultant des conditions pratiques de fonctionnement

Les valeurs SM max III sont précisées à l'article 2.6.4.

2.6.3.2. SOLLICITATIONS DU TYPE SR

Les conséquences d'une surcharge due à un tamponnement ou un accrochage étant beaucoup


moins graves pour un mécanisme que pour la charpente, on prend comme sollicitation
exceptionnelle celle prévue au paragraphe a) de l'article 2.3.3. du chapitre "charpente".
On a donc : SR max III = ( S RG + S RW max )

Dans le cas où des moyens supplémentaires d'encrage ou de haubanage sont adjoints pour
assurer l'immobilité ou la stabilité par vent hors service, il convient de tenir compte, le cas échéant,
de l'action de ces dispositifs sur les mécanismes.

2.6.4. APPLICATION DES CONSIDERATIONS PRECEDENTES AU CALCUL DE SM

En fait les mécanismes des appareils de levage assurent :


- soit des déplacements purement verticaux du centre de gravité des masses mobiles (par
exemple mouvements de levage),
- soit des déplacements purement horizontaux pour lesquels le centre de gravité de l'ensemble
des masses mobiles se déplace horizontalement (par exemple mouvements de direction, de
translation, d'orientation ou de relevage de flèche équilibré),
- soit des mouvements combinant une élévation du centre de gravité des masses mobiles avec
un déplacement horizontal (par exemple relevage de flèche non équilibré).

2 - 37
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.6.4.1. MOUVEMENTS DE LEVAGE

La formule se réduit pour les sollicitations du type SM à :


Cas I et II : SM max I = ( S ML + S MF ) γm

On néglige dans ce cas la sollicitation due à l'accélération du levage qui est faible par rapport à
SML.

Cas III : SM max III = 1,6 ( S ML + S MF )

Compte tenu des règles générales de l'article 2.6.3.1. on admet que les sollicitations maximales
pouvant être transmises aux mécanismes de levage sont limitées en pratique à 1,6 fois la
sollicitation SM max 11.

2.6.4.2. MOUVEMENTS HORIZONTAUX

Cas I - La formule se réduit à : SM max I = ( S MF + S MA ) γm

Cas II - On prend la plus élevée des valeurs suivantes :


SM max II = ( S MF + S MA + S MW 8 ) γm
ou
SM max II = ( S MF + S MW 25 ) γm

Cas III - On prend pour SM max III la sollicitation correspondant au couple maximal du moteur (ou du
frein) à moins que les conditions de fonctionnement ne limitent le couple effectivement transmis
soit par patinage des galets sur les rails, soit par des moyens de contrôle appropriés (coupleur
hydraulique, limiteur de couple, etc. ). Dans ce cas on prend la valeur effectivement transmise 12.

11
Dans un mouvement de levage il est impossible en utilisation normale de transmettre au mécanisme des
efforts supérieurs à ceux résultant du levage de la charge, les effets de l'accélération étant négligeables.
Un effort plus grand ne peut provenir que d'une fausse manoeuvre (mauvaise évaluation de la charge, etc.).
Compte tenu de l'expérience acquise par de nombreuses années de pratique des appareils de levage les
plus divers, il a été admis que le coefficient 1,6 assurait une sécurité suffisante. Il faut remarquer qu'il
convient d'éviter l'utilisation de moteurs surpuissants.
12
Si dans le cas du mouvement de levage les efforts transmis normalement au mécanisme sont limités par
la charge levée, dans les mouvements horizontaux, le couple maximal du moteur peut toujours être
transmis au mécanisme, s'il n'existe pas de limitation mécanique. C'est pourquoi il a été admis un mode
d'évaluation différent des valeurs de SM max III suivant qu'il s'agit d'un mouvement de levage ou d'un autre
mouvement.

2 - 38
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.6.4.3. MOUVEMENTS COMBINES

Cas I et II :
Pour les cas I et II on détermine la sollicitation SM max II 13 par l'application des formules générales
définies à l'article 2.6.1.1. et à l'article 2.6.2.1.

Cas III :
On peut prendre comme valeur maximale SMC max III la sollicitation provoquée par l'application du
couple maximal du moteur SM max . Cette valeur souvent trop élevée est toujours acceptable car
favorable à la sécurité.

Elle doit être prise en considération lorsque la puissance mise en jeu pour l'élévation des centres
de gravité des masses mobiles est négligeable par rapport à la puissance nécessaire pour vaincre
les accélérations ou les effets du vent.

Lorsqu'au contraire les effets des accélérations ou du vent sont négligeables par rapport à l'effet
du déplacement vertical des centres de gravité des masses mobiles, cette valeur est nettement
trop élevée et on peut calculer SM max III par la formule :
SM max III = 1,6 SM max II

Entre ces deux limites extrêmes on doit examiner chaque cas particulier en fonction du moteur
choisi, de son mode de démarrage et de la valeur relative des sollicitations dues aux effets d’inertie
et de vent d'une part, et à l'élévation des centres de gravité d'autre part.

Dans tous les cas lorsque les conditions de fonctionnement limitent le couple effectivement
transmis au mécanisme (cf. art. 2.6.4.2.) ce couple limite est pris comme valeur de SMC max s'il est
inférieur aux valeurs précédemment définies.

.
.

13
Ou SM max I pour les appareils non soumis à l'action du vent
2 - 39
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

ANNEXE
A - 2.1.1. - HARMONISATION ENTRE LES CLASSES D'UTILISATION DES ENGINS ET DES
MECANISMES

La présente annexe se propose d'indiquer une voie permettant dans de nombreux cas de déduire
la classe d'utilisation des mécanismes de celle de l'engin dans son ensemble et de certains
paramètres caractérisant le service.

Le point de départ est la durée moyenne tmc (en secondes) d'un cycle de levage tel qu'il est défini à
l'article 2.1.2.2. C'est donc le temps nécessaire pour accomplir toutes les manoeuvres d'un tel
cycle.

La durée totale d'utilisation T de l'engin, exprimée en heures, est alors fournie par la relation :

T = N.tmc / 3600

où N représente le nombre de cycles de levage définissant la classe d'utilisation de l'appareil.

Le tableau T.A.2.1.1.1. donne les valeurs de T pour les durées de cycles de 30 à 480 s en fonction
de la classe d'utilisation de l'appareil. Le nombre de cycles de levage considéré est le nombre
maximal correspondant à cette classe d'utilisation, ces valeurs toutefois ramenées respectivement
à 15 625, 31 250 et 62 500 pour les classes U0, U1, U2, afin de réduire le nombre de valeurs
différentes pour T.

On détermine ensuite, pour chaque mécanisme, le rapport αi entre la durée d'utilisation du


mécanisme considéré durant le cycle de levage et la durée moyenne tmc de ce cycle.

Le tableau T.A.2.1.1.2. fournit les durées totales d'utilisation Ti du mécanisme en fonction de la


durée totale d'utilisation de l'engin et ce pour diverses valeurs classiques du rapport αi. Ce tableau
indique, en outre, la classe d'utilisation du mécanisme. Les diverses classes sont représentées par
des zones en escalier.

Il suffit donc de fixer la classe d'utilisation de l'engin par le tableau T.2.1.2.2., la durée moyenne du
cycle de levage et les valeurs de αi pour fixer les classes d'utilisation des mécanismes

Les courbes de l'abaque T.A.2.1.1.3. permettent de fixer immédiatement les classes d'utilisation
des mécanismes en fonction de ces trois paramètres.

2 - 40
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.A.2.1.1.1. - Durées totales d'utilisation (T) des engins de levage en heures

Durée
moyenne Classe d'utilisation de l'engin
d'un
cycle de
levage U0 U1 U2 U3 U4 U5 U6 U7 U8 U9
tmc (s)
30 130 260 520 1 040 2 085 4 165 8 335 16 665 33 335 > 33 335

45 195 390 780 1 565 3 125 6 250 12 500 25 000 50 000 > 50 000

60 260 520 1 040 2 085 4 165 8 335 16 665 33 335 66 665 > 66 665

75 325 650 1 300 2 605 5 210 10 415 20 835 41 665 83 335 > 83 335

90 390 780 1 565 3 125 6 250 12 500 25 000 50 000 100 000 > 100 000

120 520 1 040 2 085 4 165 8 335 16 665 33 335 66 665 133 335 > 133 335

150 650 1 300 2 605 5 210 10 415 20 835 41 665 83 335 166 665 > 166 665
________
180 780 1 565 3 125 6 250 12 500 25 000 50 000 100 000 200 000 > 200 000
________
240 1 040 2 085 4 165 8 335 16 665 33 335 66 665 133 335 > 200 000

300 1 300 2 605 5 210 10 415 20 835 41 665 83 335 166 665 > 200 000

360 1 565 3 125 6 250 12 500 25 000 50 000 100 000 200 000 > 200 000
________
420 1 825 3 645 7 290 14 585 29 165 58 335 116 665 > 200 000

480 2 085 4 165 8 335 16 665 33 335 66 665 133 335 > 200 000

2 - 41
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.A.2.1.1.2. - Durée totale d'utilisation Ti (en heures) des mécanismes


en fonction de T et α i

T Valeur de αi Classe d’
utilisation des
(h) 1,00 0,63 0,40 0,25 0,16 0,10 mécanismes
130 130 82 52 33 21 13
195 195 123 78 49 31 20
260 260 164 104 65 42 26
325 325 205 130 81 52 33
390 390 246 156 98 62 39
520 520 328 208 130 83 52 T0
650 650 410 260 163 104 65
780 780 491 312 195 125 78
1 040 1 040 655 416 260 166 104
1 300 1 300 819 520 325 208 130
1 565 1 565 986 626 391 250 157
1 825 1 825 1 150 730 456 292 183
2 085 2 085 1 314 834 521 334 209
2 605 2 605 1 641 1 042 651 417 261 T1
3 125 3 125 1 969 1 250 781 500 313
3 645 3 645 2 296 1 458 911 583 365
4 165 4 165 2 624 1 666 1 041 666 417
5 210 5 210 3 282 2 084 1 303 834 521 T2
6 250 6 250 3 938 2 500 1 563 1 000 625
7 290 7 290 4 593 2 916 1 823 1 166 729
8 335 8 335 5 251 3 334 2 084 1 334 834
10 415 10 415 6 561 4 166 2 604 1 666 1 042 T3
12 500 12 500 7 875 5 000 3 125 2 000 1 250
14 585 14 585 9 189 5 834 3 646 2 334 1 459
16 665 16 665 10 499 6 666 4 166 2 666 1 667
20 835 20 835 13 126 8 334 5 209 3 334 2 084 T4
25 000 25 000 15 750 10 000 6 250 4 000 2 500
29 165 29 165 18 374 11 666 7 291 4 666 2 917
33 335 33 335 21 001 13 334 8 334 5 334 3 334
41 665 41 665 26 249 16 666 10 416 6 666 4 167 T5
50 000 50 000 31 500 20 000 12 500 8 000 5 000
58 335 58 335 36 751 23 334 14 584 9 334 5 834
66 665 66 665 41 999 26 666 16 666 10 666 6 667
83 335 83 335 52 501 33 334 20 834 13 334 8 334 T6
100 000 100 000 63 000 40 000 25 000 16 000 10 000
116 665 116 665 73 499 46 666 29 166 18 666 11 667
133 335 133 335 84 001 53 334 33 334 21 334 13 334
166 665 166 665 104 999 66 666 41 666 26 666 16 667 T7
200 000 200 000 126 000 80 000 50 000 32 000 20 000
> 200000 > 200 000 > 126 000 > 80 000 > 50 000 > 32 000 > 20 000
T8

T9

2 - 42
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

EXEMPLE D'APPLICATION

Grue de port à crochet.

La classe d'utilisation de l'engin sera U5.

Un cycle de levage comprend les opérations suivantes :

- levage de la charge ;
- translation ;
- orientation ;
- descente ;
- décrochage de la charge
- montée à vide ;
- orientation ;
- translation ;
- descente à vide
- accrochage d'une nouvelle charge.

La durée d'exécution moyenne du cycle sera estimée à 150 s.

Les rapports αi seront estimés comme suit :

- levage (montée et descente) : αi = 0,63


- orientation (2 sens) : αi = 0,25
- translation (id.) : αi = 0,10

Le tableau T.A.2.1.1.1. nous donne pour la classe U5 et tmc = 150 s :


T = 20 835 h

Le tableau T.A.2.1.1.2. nous donne, en regard de T = 20 835 h, pour les divers mécanismes, les
durées totales Ti et les classes d'utilisation suivantes :

- levage (αi = 0,63) : Ti = 13 126 h T7


- orientation (αi = 0,25) : Ti = 5 209 h T5
- translation (αi = 0,10) : Ti = 2 084 h T4

Des courbes du tableau T.A.2.1.1.3. l'on tire immédiatement les mêmes conclusions en partant de
l'ordonnée tmc = 150 s (ligne en traits interrompus).
.

2 - 44
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

A - 2.2.3. - CALCUL DES SOLLICITATIONS DUES AUX ACCELERATIONS


DES MOUVEMENTS HORIZONTAUX

PREMIERE PARTIE -

METHODE DE CALCUL

1. DONNEES DE BASE

L'on appellera :

v : la vitesse de régime horizontale du point de suspension de la charge, soit à la fin de la


période d'accélération, soit au début de la période de freinage, selon que l'on considère un
phénomène d'accélération ou de freinage ;

F : une force horizontale fictive, ayant même direction de v, s'appliquant au point de suspension
de la charge et produisant le même effet, sur le mouvement considéré, que le couple
accélérateur ou décélérateur appliqué par le moteur ou le frein.

2. PROCEDE A SUIVRE

L'on calculera successivement les diverses grandeurs soulignées ci-dessous.

Masse équivalente (m)

L'inertie de toutes les parties mobiles, autres que la charge, dans le mouvement envisagé, est
remplacée par une masse équivalente m, supposée concentrée au point de suspension de la
charge et fournie par la relation:
m = m0 + ∑ i [ ( Ii . wi2) / v2 ]
où :

m0 = masse de l'ensemble des éléments, autres que la charge, subissant le même mouvement
de translation pure que le point de suspension de la charge,

Ii = moment d'inertie d'une partie subissant une rotation au cours du mouvement envisagé, ce
moment d'inertie étant compté autour de l'axe de rotation,

Wi = vitesse angulaire de la partie précitée autour de son axe de rotation, cette vitesse
correspondant à la vitesse de translation v du point de suspension de la charge.

La somme Σ s'étend à toutes les parties en rotation (charpente, mécanisme, moteur) au cours du
mouvement envisagé. Toutefois, pour les mécanismes proprement dits, l'on peut négliger l'inertie
des éléments autres que ceux directement solidaires de l'arbre moteur.

Accélération ou décélération moyenne jm


Jm = F / (m + m1 )
où m1 est la masse de la charge proprement dite.

2 - 45
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Durée moyenne d'accélération ou de décélération Tm

Tm = v / Jm
Forces d'inertie moyenne

L'on calculera pour chaque élément matériel en mouvement, l'accélération correspondant à


l'accélération jm au point de suspension de la charge. En multipliant cette accélération par la masse
du dit élément, l'on obtient la force d'inertie moyenne qu'il subit.

En particulier pour la charge proprement dite, cette force d'inertie Fcm sera égale à :

Fcm = m1 . Jm

Période d'oscillation T T1 = 2 . π . ( l / g )0,5


où :
l = longueur de suspension de la charge, lorsque celle-ci se trouve à la position supérieure
qu'elle peut atteindre, sans qu'il soit toutefois nécessaire de considérer des valeurs de l
inférieures à 2,00 m.
g = accélération due à la pesanteur.

Valeur de µ : µ = m1 / m

Lorsque le système commandant le mouvement, contrôle l'accélération ou la décélération et la


maintient à une valeur constante, l'on prend µ = 0 quelles que soient les masses m et m1.

Valeur de β : β = Tm / T1

Valeur de ψh :

Avec les valeurs obtenues pour µ et β, l'on recherche au diagramme de la figure A.2.2.1. la valeur
correspondante de ψh.

Forces d'inertie à considérer dans les calculs de la charpente

Les forces d'inertie tenant compte des effets dynamiques, et qu'il convient donc de considérer dans
les calculs de charpente, s'obtiennent comme suit :

- force d'inertie due à la charge : ψh . Fcm

- force d'inertie sur les parties mobiles autres que la charge ; le double des forces d'inertie
moyennes.

3. JUSTIFICATION
La justification de la méthode précédente figure à la deuxième partie de la présente annexe.

2 - 46
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

DEUXIEME PARTIE - EXPOSE DE LA METHODE

1. POSITION DU PROBLEME

Un engin de levage est un système physique comportant essentiellement :

- des masses concentrées (charge utile, contrepoids, ...) et réparties (poutres, câbles, ...) ;

- des liaisons élastiques entre ces masses (poutres, câbles, ...).

Si un tel système, partant d'un état d'équilibre, est soumis à une sollicitation variable, il ne tend pas
de façon progressive vers un nouvel équilibre même si la nouvelle sollicitation est elle-même
constante. Il exécute au contraire, un mouvement oscillatoire plus ou moins complexe autour de ce
nouvel état d'équilibre. Au cours de ce mouvement, les diverses sollicitations et contraintes
internes du système peuvent dépasser, dans une mesure parfois notable, les valeurs qu'elles
admettraient si le système était en équilibre statique sous l'influence de la nouvelle sollicitation.

Une telle situation se présente lors de l'accélération ou de la décélération (freinage) d'un


mouvement horizontal d'un engin de levage. Ainsi, si, partant d'une position de repos, un engin ou
une partie d'engin entame un mouvement de translation ou de rotation, les divers éléments de ce
système subissent des accélérations et sont donc soumis à des forces d'inertie. Lorsque la vitesse
de régime est atteinte, l'accélération s'annule, les forces d'inertie disparaissent et la sollicitation
externe subit une nouvelle variation.

L'angle parcouru par un système de rotation (p. ex. la partie tournante d'une grue) pendant la
durée d'application des forces d'inertie, est généralement relativement faible. L'on pourra dés lors,
sans commettre d'erreur appréciable, considérer que chacun de ses points parcourt un trajet
rectiligne durant cette période. Comme d'autre part, il n'y a pas de différence de principe entre le
traitement d'un mouvement de translation et celui d'un mouvement de rotation, l'on considérera par
la suite le mouvement de translation avec le plus de détails (chapitre 2) et l'on se bornera à une
courte note (chapitre 3) sur le mouvement de rotation.

2 - 47
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2. CALCUL DES SOLLICITATIONS DANS LE CAS D'UN MOUVEMENT DE TRANSLATION

2.1. DONNEES GENERALES

Pour fixer les idées, l'on examinera le cas du freinage du mouvement de translation d'ensemble
d'un pont-roulant, ce dernier portant une charge suspendue à son câble de levage. Les autres cas
de la pratique peuvent se traiter de façon tout à fait analogue.

Désignons (figure A.2.1.) par :

m1 la masse de la charge suspendue

m la masse totale du pont-roulant proprement dit y compris celle du chariot


(voir toutefois plus loin une remarque concernant l'inertie du moteur et des mécanismes
commandant le mouvement).

x une coordonnée repérant la position du pont-roulant le long de son chemin de roulement, x


représentera plus précisément la coordonnée du point de suspension du câble de levage par
rapport à un axe parallèle à la direction de translation.

x1 une coordonnée repérant la position du centre de gravité de la charge suspendue, par rapport
à un axe de même direction, sens et origine que l'axe des x.

z = x1 - x une coordonnée exprimant l'élongation relative en plan de la charge par rapport au


pont roulant.

Supposons qu'à l'instant t = 0 le pont se meuve dans le sens positif de l'axe des x à la vitesse v et
supposons en outre, que la charge soit au repos relatif par rapport au pont :

( z = z' = 0, avec : z' = dz / dt )

Si le frein est appliqué au mécanisme de translation à l'instant t = 0, il fera apparaître dès cet
instant, une force de freinage horizontale, parallèle à l'axe des x mais de sens opposé à celui-ci, en
chaque point de contact entre un galet moteur et son rail de roulement. Admettons, pour la facilité,
que le chariot soit placé à mi-portée des poutres principales du pont; l'on peut admettre alors
également, par raison de symétrie, que la force totale apparaissant à chacun des deux rails de
roulement est la même. Désignons sa projection sur l'axe x par F/2 (avec F > 0), de sorte que la
force de freinage totale agissant sur le système en mouvement (pont augmenté de sa charge) soit
égale à F en valeur absolue.

Si le système se composait de masses rigidement liées entre elles, il en résulterait une


décélération de valeur absolue jm fournie par la relation: Jm = F / ( m +m1 ) (2.1.1)

2 - 48
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Figure A.2.1.

L'on ne peut cependant oublier que F trouve son origine dans le couple appliqué au mécanisme
de translation, lequel doit non seulement freiner l'inertie de translation du pont et de la charge,
mais également l'inertie de rotation du moteur d'entraînement et des mécanismes intermédiaires.
Généralement, l'on peut négliger l'inertie de rotation de tous les éléments autres que ceux
solidaires de l'arbre du moteur. Dans de nombreux cas cependant, l'inertie de ces derniers doit être
portée en compte et la relation (2.1.1.) n'est alors valable que pour autant que l'on ait incorporé à
m une masse équivalente me, définie par la relation : me . v2 = Im . ωm2 (2.1.2.)

Im = moment d'inertie de tous les éléments solidaires de l'arbre du moteur (y compris,
évidemment, le moteur lui-même) ;

ωm= vitesse angulaire du moteur correspondant à la vitesse de translation v du pont.

Sous l'influence de la décélération jm le câble de suspension ne peut conserver sa position


verticale. Sa nouvelle position d'équilibre est inclinée sur la verticale d'un angle αm déterminé par la
relation :
αm = arctg( Jm / g ) (2.1.3.)
où g est l'accélération due à la pesanteur. Dans ce cas, le câble exerce sur le pont une force
horizontale dont la projection Fcm sur l'axe des x est donnée par :

Fcm = m1 . Jm (2.1.4.)
2 - 49
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

En réalité, le système n'est pas rigide, la décélération n'est pas constante et n'est donc pas fournie
par (2.1.1.), la charge et son câble de suspension exécutent un mouvement oscillatoire et la force
horizontale développée par le câble sur le pont peut prendre des valeurs très différentes de
(2.1.4.).

Par un raisonnement analogue, l'on peut conclure que la décélération du système fait apparaître
des forces d'inertie agissant sur chaque élément matériel constituant le pont et le chariot
proprement dits, mais que par suite de l'élasticité des poutres, ce système exécutera un
mouvement oscillatoire au cours duquel les contraintes subiront des fluctuations qu'il convient
d'estimer.

Dans les deux paragraphes suivants, nous traiterons successivement de l'effet des forces d'inertie
sur la charge et sur les poutres.

2 - 50
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.2. EFFET DES FORCES D'INERTIE SUR LA CHARGE

Pour la détermination du mouvement exécuté par la charge après application du frein, l'on peut
négliger le mouvement du point de suspension, dû à la flexibilité des poutres dans un plan
horizontal. L'amplitude de ce mouvement est, en effet très faible vis-à-vis de l'amplitude du
balancement de la charge. Les calculs pourront donc être effectués en considérant le pont comme
un système indéformable.

La projection Fc sur l'axe des x de la force exercée par le câble sur le pont, est fournie par la
relation :
FC= m1 . g [( x1 - x ) / l] = m1 . g . z / l (2.2.1)
où l est la longueur de suspension de la charge. L'on remarque que Fc est proportionnelle à
l'élongation z de la charge par rapport à sa position d'équilibre initiale, comme s'il s'agissait d'une
force de rappel élastique.

Les équations de mouvement s'inscrivent :

ml . x’’1 = m1 . g [( x1 - x ) / l] (2.2.2.)

m . x’’ = m1 . g [( x1 - x ) / l] - F (2.2.3.)

cependant qu'en supposant x = 0 pour t = 0, les conditions initiales sont les suivantes :

pour t = 0, x1 = x = 0 (2.2.4.)

x’1 = x’ = v (2.2.5.)

z = x1 - x = 0 (2.2.6.)

z’ = x’1 - x’ = 0 (2.2.7.)

Posons :
g / l = ω12 (2.2.8.)

(m1 / m) . (g / l) = ω22 (2.2.9.)

ω12 + ω22 = ωr2 (2.2.10.)

F / m = J0 (2.2.11.)

Les équations (2.2.2.) et (2.2.3.) deviennent alors :

x" + z" + ω12 . z = 0 (2.2.12.)

x" - ω22 . z = - J0 (2.2.13.)

d’ou
z’’ + ωr2 . z = J0 (2.2.14.)

2 - 51
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

La solution de ces équations, avec les conditions initiales (2.2.4.) à (2.2.7.) est donnée par :

z = ( J0 / ωr2 ) . [1 - cos( ωr . t)] (2.2.15.)

x' = v -[ ( ω12./ ωr2 ) . J0 . t ] - [ ( ω22./ ωr2 ) . ( J0 / ωr ) ] . sin(ωr . t) (2.2.16.)

L'expression complète de x ne nous intéresse pas directement.

posons : J0 / ωr2 = zm (2.2.17.)

L'on voit alors facilement, que Zm est la position d'équilibre que peut occuper la charge lors d'une
décélération constante du pont, égale à la valeur jm définie par (2.1.1.), c'est-à-dire, pour la
décélération que l'on obtiendrait en appliquant la force de freinage F à la masse totale (pont et
charge) en mouvement, cette masse étant supposée former un ensemble rigide. A la valeur z = zm
du déplacement de la charge, correspond la force horizontale Fcm, définie par (2.1.4.), exercée par
le câble sur le pont. La comparaison de (2.2.1.), (2.2.15.) et (2.2.17.) montre, dés lors, que l'on a :

Fc = Fcm . [ 1 - cos(ωr . t) ] (2.2.18.)

si la phase de décélération du pont a une durée de td telle que:

ωr . t d ≥ π (2.2.19.)

l'on voit que Fc atteint par moments le double de Fcm' en d'autres termes, que sa valeur maximum
Fc max est fournie par la relation :
Fc max = 2 . Fcm (2.2.20.)

Si la condition (2.2.19.) n'est pas satisfaite, cela signifie que le pont s'est arrêté avant que la
charge n'ait atteint son élongation maximum z = 2 . zm Toutefois, après l'arrêt du pont, la charge
continuera, en général, à effectuer un mouvement oscillatoire, le câble continuera donc à
développer une force horizontale variable sur le pont et il convient de rechercher la valeur
maximum qu'elle peut atteindre.

Il est facile de vérifier que le mouvement de la charge, après l'arrêt du pont, est décrit par
l'expression :
z = zd . cos[ ω1 . (t - td) ] + (z’d / ω1) . sin[ ω1 . (t - td) ] (2.2.21.)

avec
zd = zm . [ 1 - cos(ωr . td) ] (2.2.22.)

z'd = ωr . zm . sin(ωr . td) (2.2.23.)

où td est la plus petite valeur positive de t qui annule l'expression (2.2.16.) de x'.

La valeur maximum Fc max prise par Fc est alors fournie par la relation :

Fc max = Fcm . { [ 1 - cos( ωr . td ) ]2 + ( ωr2 / ω12 ) . sin2( ωr . td ) }0,5 (2.2.24.)

2 - 52
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Nous posons en général


Fc max / Fcm = ψh (2.2.25.)

Pour la détermination de ψh il est pratique d'introduire les grandeurs suivantes :

Tm = v / Jm c'est la durée qu'aurait la phase de ralentissement du pont roulant si la


décélération était constante et le système mobile indéformable.
T 1 = 2 π / ω1 c'est la période d'oscillation du système pendulaire formé par la charge suspendue
(pont arrêté).
T1 = 2 π . ( l / g )0,5

L'on peut vérifier sans peine que ψh ne dépend que des deux paramètres sans dimension µ et β
définis par les rapports :
µ = m1 / m (2.2.26.)

β = Tm / T1 (2.2.27.)

et dont on dispose très facilement. L'on remarquera que (2.2.16.) peut s'écrire :

x’ = v . { 1 - [ ωr . t + µ . sin( ωr . t ) ] / [ 2 π . β ( 1 + µ )0,5 ] } (2.2.28.)

et que l'on a par conséquent:

[ ωr . td + µ . sin( ωr . td ) ] / [ 2 π . β ( 1 + µ )0,5 ] = 1 (2.2.29.)

Cette équation permet de déterminer la valeur de ωr td qu'il faut introduire dans (2.2.24.).

Le diagramme (2.2.1.) reprend les valeurs de ψh en fonction de β, pour quelques valeurs de µ (la
courbe µ = 0 sera expliquée plus loin au chapitre 5).

Si µ < 1 (ce qui est généralement le cas pour les mouvements de translation de pont, tels que celui
de l'exemple traité) l'analyse du problème montre que ψh ne peut en aucun cas dépasser 2. Cette
valeur est atteinte durant la phase de décélération du pont, si la condition (2.2.19.) est satisfaite,
ou, ce qui revient au même, si β atteint ou dépasse une certaine valeur critique βcrit fonction de µ.
Au-delà de cette valeur critique, ψh reste donc constant et égale à 2, quel que soit β.

Si µ > 1 (ce qui peut se produire pour des mouvements de direction, où m ne représente
essentiellement que la masse du chariot, ou dans des mouvements de giration), la même analyse
montre que, toujours pourvu que β atteigne ou dépasse une certaine valeur critique, βcrit fonction
de µ, ψh peut dépasser 2 et atteindre un maximum donné par :

ψh = [ 2 + µ + ( 1 / µ ) ]0,5 (2.2.30.)

2 - 53
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Ce maximum ne peut être effectivement atteint qu'au cours du mouvement pendulaire de la charge
consécutif à l'immobilisation de son point de suspension. La valeur critique βcrit est telle que l'arrêt
du pont survient avant que la condition (2.2.19.) ne soit satisfaite, ou encore, avant que Fc
n'atteigne 2 Fcm. Toutefois, toute valeur de β supérieure à βcrit entraîne la réalisation de (2.2.19.) et
Fc passe nécessairement par la valeur 2 Fcm, d'où ψh > 2. L'on remarquera, en outre, que si β > βcrit
a été calculé en prenant pour v la vitesse de régime maximale du mouvement, un freinage à partir
de la vitesse initiale :
v . βcrit / β

conduit nécessairement à la valeur maximale de ψh fournie par (2.2.30.). C'est pourquoi, dans la
figure A.2.2.1. les valeurs de ψh ont été maintenues constantes pour tout β > βcrit

Figure A.2.2.1.
En ce qui concerne le choix de T1, il convient de remarquer que le danger d'atteindre des valeurs
élevées pour ψh est d'autant plus grand que la longueur de suspension l de la charge est plus
courte, car β atteint alors plus rapidement sa valeur critique. L'on effectuera donc les calculs en
supposant la charge au voisinage de sa position la plus élevée. Dans la pratique l sera
généralement situé dans un domaine variant de 2 à 8 m. Le tableau ci-dessous fournit la valeur de
T1 pour quelques valeurs de l.
l (m) T1 (s)
2 2,84
3 3.47
4 4.01
5 4.49
6 4.91
7 5.31
8 5.67

2 - 54
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Il reste à examiner l'influence de la force horizontale Fc max sur l'état des sollicitations subies par la
charpente.

Cette force se manifeste réellement et les éléments qui doivent la transmettre directement, tels que
le chariot, doivent être calculés pour y résister. La configuration de la sollicitation agissant sur la
poutre dans son ensemble mérite cependant quelque attention.

Considérons d'abord le cas où Fc max se manifeste avant que le pont ne se soit immobilisé. Il faut
se garder de considérer celui-ci comme une poutre appuyée à ses deux extrémités et sollicitée en
son centre par la force Fc max. L'on ne peut perdre de vue que chacun des deux appuis ne peut
transmettre qu'une réaction F/2. Les schémas successifs de la figure A.2.2.2. illustrent comment il
faut considérer le problème. Le schéma "a" représente l'état d'équilibre idéal, pour lequel le
système subit dans son ensemble une décélération jm (soit une accélération x" = - jm) et pour lequel
le câble développe une force Fcm. Chaque élément matériel dm du système subit alors une force
d'inertie jm dm. Le schéma "a" est la superposition du schéma "b" et du schéma "c". "b" se rapporte
à la sollicitation due aux forces d'inertie sur le pont proprement dit (sujet qui sera traité au
paragraphe 2.3.) et "c" traduit l'effet de la sollicitation provenant du câble. En fait, la force réelle
développée par le câble n'est pas la force Fcm figurée au schéma "c", mais la force :

Fc max = ψh . Fcm (2.2.31.)

Comme les appuis (galets freinés) ne sont plus capables d'augmenter leur réaction, l'excès de
force (ψh - 1) Fcm ne peut que provoquer une accélération supplémentaire x" donnée par :

x" = ( ψh - 1) . Fcm / m (2.2.32.)

qui se traduit par une charge répartie - x" dm sur tous les éléments matériels du pont. Le schéma
"d" représente donc la configuration de la sollicitation dont il faut tenir compte pour le calcul des
poutres.

Considérons, ensuite, le cas où Fc max se manifeste lorsque le pont s'est déjà immobilisé. Cette
fois, les galets freinés ne doivent plus consacrer une partie de la réaction dont il sont capables à
reprendre les forces d'inertie sur le pont
et, en général, ils devront être considérés comme fixes. La poutre doit, dès lors, être calculée
comme appuyée à ses deux extrémités et sollicitée en son centre par FC max. Ce dernier cas est
pratiquement le seul à devoir être envisagé car, même lorsque Fc atteint son maximum 2 Fcm avant
immobilisation du pont, cette force peut encore apparaître au cours du mouvement pendulaire
consécutif à l'arrêt.

Toutes les considérations précédentes restent valables si, au lieu de considérer une phase de
freinage, l'on considère une phase de démarrage du pont le portant, par un couple moteur
constant, de l'arrêt à une certaine vitesse de régime.

2 - 55
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2.3. EFFET DES FORCES D'INERTIE SUR LA CHARPENTE

Dans le paragraphe précèdent, la charpente a été supposée parfaitement rigide. En réalité, elle
possède une certaine élasticité et exécute donc également un mouvement oscillatoire durant la
période de freinage et après l'arrêt Du fait que la charpente se compose essentiellement de
masses réparties, et non plus simplement concentrées, la détermination théorique du mouvement
est, en général, très difficile. Elle ne pourrait se justifier que pour des engins très importants, où les
forces d'inertie jouent un rôle appréciable.

Sollicitation Accélération

Figure A.2.2.2.

2 - 56
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Dans la presque totalité des cas, il suffit de se représenter une charpente comme un système
oscillant simple, possédant des forces de rappel proportionnelles à l'élongation et subissant
l'accélération d'ensemble du système de référence auquel on la rapporte. En vertu de la remarque
faite à la suite de l'expression (2.2.1.), l'on peut reprendre ici des considérations parallèles à celles
développées au paragraphe 2.2. Toutefois, la période propre des oscillations (comparable à la
période T1 du paragraphe 2.2.) est toujours sensiblement plus courte que celle d'une charge
suspendue. Le plus souvent elle ne dépasse pas quelques dixièmes de seconde. Il en résulte que
le paramètre comparable à β dépasse toujours la valeur critique βcrit et qu'il faut prendre
uniformément ψh = 2 ce coefficient s'appliquant aux sollicitations d'inertie calculées avec la
décélération moyenne jm. L'on ne pourrait éventuellement faire exception à cette règle que pour
des phases de freinage extrêmement brèves, telles que celles qui résultent d'un freinage d'un
mouvement de translation, à faible vitesse, avec patinage des galets sur les rails.

Les mouvements d’oscillation de la charpente ayant une fréquence élevée, les valeurs maximales
des sollicitations qui en résultent viennent, par instants, se superposer à celles provenant de la
charge.

2 - 57
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

3. CALCUL DES SOLLICITATIONS DANS LE CAS D'UN MOUVEMENT DE GIRATION

Pour un mouvement de giration, l'on peut développer des considérations analogues à celles du
chapitre 2. Pour calculer l'effet des forces d'inertie sur la charge, il suffit de déterminer m par la
relation :
m v 2 = I ω2 (3.1.)

v est la vitesse linéaire horizontale du point de suspension de la charge.
I est le moment d'inertie de toutes les parties en mouvement (charpente, mécanismes, moteur)
rapporté à un arbre déterminé.
ω est la vitesse angulaire de cet arbre correspondant à la vitesse v ci-dessus

4. CALCUL DES SOLLICITATIONS DANS LE CAS D'UN MOUVEMENT DE RELEVAGE

Pour un mouvement de relevage, l'on peut développer des considérations analogues à celles du
chapitre 2. Il suffit de déterminer m par la relation :

m v2 = 2 T (4.1.)

v est la vitesse linéaire horizontale du point de suspension de la charge,


T est l'énergie cinétique totale des masses en mouvement, lorsque la vitesse linéaire
horizontale du point de suspension de la charge est égale à v.

5. SYSTEMES AVEC REGLAGE D'ACCELERATION

Dans certains systèmes de commande, tels que certains dispositifs à groupe Ward Leonard ou à
commande hydraulique, les valeurs des accélérations et décélérations sont imposées par les
caractéristiques mêmes du système et sont maintenues constantes, indépendamment des
conditions extérieures. Le balancement de la charge ne vient donc pas perturber les conditions
d'accélération ou de décélération de l'engin ou de la partie d'engin en mouvement.

Dans l'exemple que nous avons traité au paragraphe 2.2. cela revient à supposer que x" est une
constante donnée. Au moyen de l'équation (2.2.12.) et des développements qui en résultent, il est
facile de démontrer que dans ce cas :

ψh = 2 sinβ π pour β ≤ 0,5 (5.1.)


ψh = 2 pour β > 0,5 (5.1.)

Une telle situation s'obtiendrait également en supposant la masse m1 infiniment petite vis-à-vis de
m, de telle sorte qu'elle ne puisse perturber le mouvement de celle-ci (5.1.) est, dés lors, la courbe
limite que l'on obtient en faisant tendre vers zéro et a été représenté sur le diagramme A.2.2.1. par
la courbe µ = 0.

Les considérations du paragraphe 2.3. ne subissent aucune modification.

2 - 58
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

6. CONCLUSIONS GENERALE

Connaissant le couple ou la force de freinage ou d'accélération, l'on commencera par calculer la


décélération ou accélération moyenne jm, que l'on obtient en supposant les diverses charpentes
parfaitement rigides et la charge concentrée en son point de suspension. Avec cette accélération
l'on calcule les forces d'inertie agissant tant sur la charge que sur les divers éléments de la
charpente. Pour tenir compte de l'élasticité des diverses liaisons, ces forces sont ensuite
multipliées par un certain coefficient ψh.

Pour les forces d'inertie agissant sur les charpentes, l'on prendra uniformément ψh = 2, sauf
éventuellement dans le cas exceptionnel mentionné à l'avant-dernier alinéa du paragraphe 2.3., à
condition que l'on puisse dûment justifier cette diminution.

Pour les forces d'inertie agissant sur la charge, l'on calculera la masse m (en y incorporant, le cas
échéant, la masse équivalent à l'inertie du moteur et des mécanismes) et l'on déterminera la durée
moyenne de décélération ou d'accélération Tm en partant de la vitesse de régime maximale du
mouvement. La valeur de T1 résulte de la longueur de suspension de la charge dans sa position
supérieure et est donc connue. L'on peut dès lors, déterminer les paramètres µ et β (pour un
système à réglage d'accélération l'on prend µ = 0) et la figure A.2.2.1. fournit la valeur
correspondante de ψh. Dans presque tous les cas, la force maximale apparaît ou peut apparaître
après l'achèvement de la phase de freinage ou de démarrage envisagé. Son action sur la
charpente s'obtient par l'application des règles ordinaires de la statique.

L'on remarquera que les calculs développés au chapitre 2 supposent la charge au repos relatif (z
= z' = 0) à l'instant initial t = 0. Si tel n'est pas le cas, le mouvement du système en est affecté et ψh
peut éventuellement atteindre des valeurs considérablement plus élevées que celles que nous
avons fixées.

Une telle situation peut se présenter, par exemple, lorsqu'un mouvement est freiné, par
applications répétées et discontinues du frein ou lorsque des mouvements successifs sont
effectués à intervalles assez rapprochés. La méthode de calcul indiquée ci-dessus n'a donc rien
d'excessif et il existe des cas particuliers où il convient de ne l'appliquer qu'avec une certaine
prudence.

2 - 59
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

MANUTENTION 1.001
3èmeEDITION
SECTION I REVISEE
APPAREILS LOURDS DE LEVAGE ET DE MANUTENTION
1998.10.01

REGLES POUR LE CALCUL


DES APPAREILS DE LEVAGE

CAHIER 3

CALCUL DES CONTRAINTES DANS LA CHARPENTE

ème
La totalité de la 3 édition révisée comprend les cahiers 1 à 5 et 7 à 9
Copyright by FEM Section I
Disponible aussi en allemand et en anglais
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Cahier 3

Calcul des contraintes


dans la charpente

INTRODUCTION .............................................................................................................................. 3

3.1. CHOIX DES ACIERS ................................................................................................................ 4


3.1.1. EVALUATION DES INFLUENCES DE RUPTURE FRAGILE ............................................. 4
3.1.1.1. INFLUENCE A : INFLUENCE CONCORDANTE DES CONTRAINTES DE TRACTION
PROPRES AVEC LES CONTRAINTES DE CHARGE ............................................................................4
3.1.1.2. INFLUENCE B : EPAISSEUR DE LA PIECE DE CONSTRUCTION t...................................6
3.1.1.3. INFLUENCE C : INFLUENCE DU FROID...................................................................................7
3.1.2. DETERMINATION DU GROUPE D'ACIER REQUIS .......................................................... 7
3.1.3. QUALITE DES ACIERS ...................................................................................................... 8
3.I.4. DIRECTIVES SPECIALES................................................................................................. 10

3.2. VERIFICATION PAR RAPPORT A LA LIMITE ELASTIQUE................................................. 11


3.2.1. ELEMENTS DE CHARPENTE AUTRES QUE LES ASSEMBLAGES .............................. 11
3.2.1.1. ELEMENTS SOLLICITES EN TRACTION OU COMPRESSION SIMPLE .................................11
3.2.1.2. ELEMENTS SOLLICITES AU CISAILLEMENT.........................................................................12
3.2.1.3. ELEMENTS SOLLICITES PAR DES EFFORTS COMBINES CONTRAINTE DE
COMPARAISON ..................................................................................................................................12
3.2.2. CAS DES ASSEMBLAGES .............................................................................................. 13
3.2.2.1. ASSEMBLAGES RIVETES ......................................................................................................13
1 - Rivets travaillant au cisaillement ..........................................................................................................................13
2 - Rivets travaillant à la traction................................................................................................................................13
3 - Rivets travaillant à la fois à la traction et au cisaillement ....................................................................................14
4 - Pression diamétrale limite (matage).....................................................................................................................14
5 - Remarques concernant les assemblages rivetés................................................................................................14
3.2.2.2. ASSEMBLAGES BOULONNES ...............................................................................................14
3.2.2.2.0. GENERALITES ..........................................................................................................................................14
3.2.2.2.1. ASSEMBLAGES PAR BOULONS DE TRACTION A SERRAGE CONTROLE .....................................14
3.2.2.2.2. ASSEMBLAGES PAR BOULONS SOLLICITES PARALLELEMENT A LA SURFACE
D'ASSEMBLAGE........................................................................................................................................................18
3.2.2.3. ASSEMBLAGES SOUDES ......................................................................................................21

3.3. VERIFICATION DES ELEMENTS SOUMIS AU FLAMBEMENT ........................................... 23

3.4. VERIFICATION DES ELEMENTS SOUMIS AU VOILEMENT ............................................... 24

3.5. CAS DES CONSTRUCTIONS SUBISSANT DES DEFORMATIONS IMPORTANTES.......... 25

3-1
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

3.6 VERIFICATION DES ELEMENTS SOUMIS A LA FATIGUE .................................................. 26


3.6.1. NOMBRE CONVENTIONNEL DE CYCLES ET SPECTRE DE CONTRAINTES ............. 26
3.6.2. MATERIAU EMPLOYE ET CAS D'ENTAILLE .................................................................. 26
3.6.3. DETERMINATION DE LA CONTRAINTE MAXIMALE σmax .............................................. 26
3.6.4. RAPPORT κ ENTRE LES CONTRAINTES EXTREMES.................................................. 27
3.6.5. VERIFICATION DES ELEMENTS SOUMIS A LA FATIGUE ............................................ 27

ANNEXE......................................................................................................................................... 28
A-3.2.2.2.2.3. - EXECUTION DES ASSEMBLAGES PAR BOULONS A HAUTE RESISTANCE
AVEC SERRAGE CONTROLE 28
A - 3.2.2.3. - CONTRAINTES DANS LES ASSEMBLAGES SOUDES ....................................... 32
A - 3.3. - VERIFICATION DES ELEMENTS DE CHARPENTE SOUMIS AU FLAMBEMENT .... 34
A - 3.4. - VERIFICATION DES ELEMENTS DE CHARPENTE SOUMIS AU VOILEMENT ........ 39
A - 3.6. - VERIFICATION DES ELEMENTS DE CHARPENTE SOUMIS A LA FATIGUE .......... 46
1 - VERIFICATION DES ELEMENTS DE CHARPENTE .......................................................................47
2 - VERIFICATION DES ELEMENTS DE JONCTION (soudures, boulons, rivets) .................................54

EXEMPLES DE VERIFICATION PAR CALCULS ......................................................................... 67


EXEMPLES DE VERIFICATION A LA FATIGUE D'UN ASSEMBLAGE AME SEMELLE SOUDE
- ACIER A-37 .............................................................................................................................. 67
VERIFICATION A LA FATIGUE ET A LA LIMITE ELASTIQUE.................................................. 68
PREMIER EXEMPLE - ELEMENTS DE GROUPE E4 AVEC SOUDURE D'ANGLE (Q.C.)....................68
DEUXIEME EXEMPLE - ELEMENT DU GROUPE E6 - SOUDURE EN K (Q.S.) ...................................71

3-2
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

INTRODUCTION

Pour les trois cas de sollicitations définis à l'article 2.3., on détermine les contraintes dans les
différents éléments de la charpente et on vérifie qu'il existe un coefficient de sécurité ν suffisant
par rapport aux contraintes critiques, en considérant les trois causes de ruine possibles :

- dépassement de la limite élastique ;

- dépassement de la charge critique au flambement où au voilement ;

- dépassement de la limite d'endurance à la fatigue.

La qualité des aciers utilisés doit être bien précisée et les propriétés mécaniques, les compositions
chimiques ainsi que les qualités de soudabilité doivent être garanties par le fabricant du matériau.

Les contraintes admissibles du matériau employé sont déterminées dans les conditions imposées
aux articles 3.2, 3.3, 3.4 et 3.6. ci-après en se rapportant aux contraintes critiques du matériau.

Ces contraintes critiques sont celles correspondant soit à la limite élastique (ce qui se traduit en
fait par la fixation d'une contrainte correspondante à la limite d'allongement critique) soit à la
contrainte critique de voilement où de flambement soit, pour la fatigue, à la contrainte
correspondant aux essais à une probabilité de survie de 90 %.

Le calcul des contraintes provoquées dans les éléments de charpente est effectue en partant des
différents cas de sollicitations envisagés à l'article 2.3., et en appliquant les procédés classiques de
la résistance des matériaux.

Les sections de métal à considérer sont les sections brutes (c'est-à-dire surface des trous non
déduite) dans toutes les parties soumises à des efforts de compression 1, et les sections nettes
(c’est-à-dire surface des trous déduite) dans toutes les parties soumises à des efforts de traction.

Dans le cas d'une pièce fléchie, on doit en principe considérer une section demi-nette en prenant
la section nette dans les parties tendues et la section brute dans les parties comprimées. On peut
cependant, pour simplifier, considérer dans les calculs, soit les modules de résistance de la section
nette, soit les modules de résistance calculés pour la section demi-nette, en adoptant comme
centre de gravite de la section, celui de la section brute.

1
La surface des trous n'est incluse dans la section que lorsque ceux-ci sont occupés par un rivet où un
boulon.
3-3
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

3.1. CHOIX DES ACIERS

Les vérifications effectuées dans les règles de calcul concernant la sécurité des charpentes de
l'engin contre le fluage, l’instabilité et la rupture à la fatigue n'offrent pas de sécurité contre la
rupture fragile.

Afin de réaliser une sécurité suffisante contre la rupture fragile, il faut choisir une certaine qualité
d'acier cependant de l'influence de la rupture fragile.

Les influences principales agissant sur la sensibilité de la rupture fragile sont :

A. Influence concordante des contraintes de traction propres longitudinales et des contraintes de


charges propres.

B. Epaisseur de la pièce de construction.

C. Influence du froid.

Les influences A., B., C. sont évaluées en points. La qualité requise dépend de la somme de ces
points.

3.1.1. EVALUATION DES INFLUENCES DE RUPTURE FRAGILE

Dans ce qui suit, les influences unitaires A., B., C. sont décrites et évaluées selon le paragraphe
3.1.

3.1.1.1. INFLUENCE A : INFLUENCE CONCORDANTE DES CONTRAINTES DE TRACTION


PROPRES AVEC LES CONTRAINTES DE CHARGE

Equations pour les droites I, II et III dans la


figure 3.1.1.1.

σa = contrainte admissible de traction par Droite I : pas de cordon de soudure où


rapport à la limite élastique, cas I seulement cordon latéral
ZA = σG / ( 0,5 . σa ) – 1
valable seulement pour σG ≥ 0,5 . σa
σG = contrainte de traction provenant de la
charge constante Droite II : cordon longitudinal
ZA = σG / ( 0,5 . σa )

ZA = indice d’évaluation pour influence A Droite III : accumulation de cordons


ZA = σG / ( 0,5 . σa ) + 1

3-4
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Le danger de rupture fragile est augmenté du fait de fortes concentrations de sollicitations, en


particulier du fait des contraintes à la traction tri-axiales, comme c'est le cas dans l'accumulation
des cordons de soudure.
Si des éléments de construction sont recuits après soudure avec des contraintes faibles (env. 600
- 650° C) on peut utiliser pour tous les types de cordon de soudure la droite I.

Indice d’évaluation ZA

I - Pas de cordon où seulement cordon latéral


II - Cordon longitudinal
III - Accumulations de cordons

Figure 3.1.1.1. - ZA dépendant des contraintes et cordons de soudure

3-5
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

3.1.1.2. INFLUENCE B : EPAISSEUR DE LA PIECE DE CONSTRUCTION t

t = Epaisseur de l’élément de construction

ZB = Indice d’évaluation pour


l'influence B

de t = 5 à t = 20 mm :
ZB = 9 . t2 / 2500.

de t = 20 à t = 100 mm
ZB = 0,65 . ( t - 14,81 )0,5 - 0,05

Figure 3.1.1.2. - Indice d’évaluation ZR = f (t)

t ZB t ZB t ZB
mm mm mm
16 0,9 60 4,3
5 0,10 20 1,45 65 4,55
6 0,15 25 2,0 70 4,8
7 0,20 30 2,5 75 5,0
8 0,25 35 2,9 80 5,2
9 0,30 40 3,2 85 5,4
10 0,40 45 3,5 90 5,6
12 0,50 50 3,8 95 5,8
15 0,80 55 4,0 100 6,0

Pour les profilés laminés, il faut inclure une épaisseur idéale t*. Celle-ci est représentée comme
suit :

pour les aciers ronds : t* = d / 1,8

pour les aciers carrés : t* = t / 1,8

pour les sections rectangulaires : t* = b / 1,8

où b est le plus grand côte du rectangle et où le rapport des côtes est de b / t ≤ 1,8
Pour b / t > 1,8 alors t* = t.

3-6
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

3.1.1.3. INFLUENCE C : INFLUENCE DU FROID

C'est la température la plus basse du lieu d’érection de l'appareil de levage qui est prépondérante
pour la classification. Elle est en général plus basse que la température d'exploitation.

T = Température sur le lieu d’érection en °C

ZC = Indice d’évaluation pour l'influence C

de T = 0° C à T = - 30° C prendre

ZC = 6 . T2 / 1600

de T = -30° C à T = - 55° C prendre

ZC = [ ( - 2,25 . T ) -33,75 ] / 10

T ZC T ZC
en ° C en ° C
0 0,0 - 30 3,4
-5 0,1 - 35 4,5
- 10 0,4 - 40 5,6
- 15 0,8 - 45 6,7
- 20 1,5 - 50 7,9
- 25 2,3 - 55 9,0

Température T en ° C
Figure 3.1.1.3. - Indice d’évaluation ZC = f (T)

3.1.2. DETERMINATION DU GROUPE D'ACIER REQUIS

C'est la somme des valeurs d’évaluation des § 3.1.1. qui détermine la qualité minima de la
charpente d'acier.

Le tableau T. 3.1.2. comprend le classement des groupes par rapport à la somme des indices
d’évaluation.

Si la somme des chiffres où indices d’évaluation est plus grande que 16, où si la qualité d'acier
requise ne peut être obtenue, il faut des mesures spéciales en vue de l'obtention des qualités
d'acier nécessaires pour la sécurité contre la rupture fragile qui doivent être déterminées avec des
spécialistes en matériaux.

3-7
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.3.1.2.
Classement des -troupes de qualité par rapport à la somme des indices d’évaluation

Sommation des indices d’évaluation Groupe de qualité correspondant


Article 3.1.1. au tableau T.3.1.3.
ΣZ = ZA + ZB + ZC
≤ 2 1

≤ 4 2

≤ 8 3

≤ 16 4

3.1.3. QUALITE DES ACIERS

Par qualité des aciers, on comprend dans cette règle de calcul la propriété qu'a l'acier de montrer
un comportement rigide à certaines températures.

Les aciers sont divisés en 4 groupes de qualité. Le groupe dans lequel l'acier utilisé doit être
classé résulte de sa résilience sous une certaine forme et température d'essai déterminée.

Le tableau T.3.1.3. montre les résiliences et les températures d'essai pour les 4 groupes.

Les résiliences indiquées sont des valeurs minimales prises comme moyenne des trois essais, où
aucune valeur ne peut se situer au-dessous de 20 Nm/cm2.

La résilience est à déterminer selon l'essai de résilience de pointe de l'ISO R 148 et de l'Euronorm
45 - 63.

Des aciers de groupes différents peuvent être soudés ensemble.

TC est la température d'essai pour le test de résilience.

T est la température sur le lieu d’érection de la grue.

TC et T ne sont pas directement comparables entre eux, car les sollicitations dans le test de
résilience sont plus défavorables que les sollicitations de l'appareil de levage en service et hors
service.

3-8
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.3.1.3. - Groupes de qualité

Groupe de Résilience du test Température Aciers correspondant au


qualité d'entaille ISO. d’essai groupe de qualité
ISO R 148 en TC °C Norme
Nm/cm2 Désignation des aciers
Fe 360 - A Euronorm 25
Fe 430 - A
St 37 - 2 DIN 17100
1 - - St 44 - 2
E 24 - 1 NF A 35-501
43 A 50 B * BS 4360 1972
Fe 360 - B
Fe 430 - B Euronorm 25
Fe 510 - B
R St 37-2 DIN 17100
2 35 + 20 St 44-2
E 24 (A37) - 2
E 26 (A42) - 2 NF A 35-501
E 36 (A52) - 2
40 B 43 B * BS 4360 1972
Fe 360 - C
Fe 430 - C Euronorm 25
Fe 510 - C
St 37 - 3U
St 44 - 3U DIN 17100
3 35 0 St 52 - 3U
E 24 (A37) - 3
E 26 (A42) - 3 NF A 35-501
E 36 (A52) - 3
40 C 43 C * BS 4360 1972
50 C 55 C
Fe 360 - D
Fe 410 - D Euronorm 25
Fe 510 - D
St 37 - 3N
St 44 - 3N DIN 17100
4 35 -20 St 52 - 3N
E 24 (A37) - 4
E 26 (A42) - 4 NF A 35-501
E 36 (A52) - 4
40 D 43 D * BS 4360 1972
50 D 55 E
* Les garanties d'essais des aciers selon la BS 4360 ne sont pas dans tous les cas en accord avec
l'Euronorm ou d'autres normes nationales, et les propriétés garanties par l'essai d'impact pour les
aciers de la BS 4360 peuvent différer par rapport aux autres aciers faisant partie du même groupe
de qualité. Les propriétés de l'essai d'impact figurent dans la
BS 4360, et dans le cas où les exigences seraient différentes de celles garanties dans la
BS 4360, un accord doit être obtenu de la part des fournisseurs d'acier.

3-9
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

3.I.4. DIRECTIVES SPECIALES

En plus des directives susnommées, il faut, pour le choix des qualités d'acier, tenir compte de ce
qui suit :

1 - Les aciers non calmés du groupe I ne peuvent être utilisés pour des pièces de construction
portantes que dans le cas des profilés laminés et des tubulures allant jusqu’à une épaisseur
de 6 mm.

2 - Des éléments de construction de plus de 50 mm épaisseur ne peuvent être utilisés pour des
pièces de construction portantes soudées que si la firme possède une très grande expérience
dans le soudage des tôles épaisses. La qualité d'acier et sa vérification sont dans ce cas à
déterminer spécialement par des experts.

3 - Si des pièces sont pliées à froid avec un rapport de rayon, épaisseur de tôle < 10, il faut
utiliser l'acier dans la qualité pliable.

3 - 10
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

3.2. VERIFICATION PAR RAPPORT A LA LIMITE ELASTIQUE

On distingue pour cette vérification les éléments constituant la charpente proprement dite et les
assemblages rivés, boulonnés ou soudés;

3.2.1. ELEMENTS DE CHARPENTE AUTRES QUE LES ASSEMBLAGES

3.2.1.1. ELEMENTS SOLLICITES EN TRACTION OU COMPRESSION SIMPLE

1) Cas des aciers pour lesquels le rapport entre la limite élastique σE et la charge de rupture σR est
< 0,7.

La contrainte calculée σ ne doit pas dépasser la contrainte limite admissible σa obtenue en divisant
la contrainte de la limite d’élasticité σE par un coefficient νE cependant du cas de sollicitation défini
en 2.3.

Les valeurs de νE et de contraintes admissibles sont :

Valeurs de νE Cas I Cas II Cas III


1,5 1,33 1,1

Contraintes admissibles σa σE / 1,5 σE / 1,33 σE / 1,1

Pour les aciers au carbone d’élaboration courante A.37 - A.42 - A.52 (appelés aussi E.24 - E.26 -
E.36 ou Fe 360 - Fe 510), la contrainte critique σE est conventionnellement celle qui correspond à
un allongement de 0,2 %.

Tableau T.3.2.1.1. - Valeurs de σE et de σa pour les aciers A.37 - A.42 - A.52

Limite Contraintes admissibles: σa


ACIERS élastique : Cas I Cas II Cas III
σE N/mm2 N/mm2 N/mm2 N/mm2

E.24 (A.37, Fe 360) 240 160 180 215

E 26 (A.42) 260 175 195 240

E.36 (A.52, Fe 510) 360 240 270 325

3 - 11
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2) Cas des aciers à haute limite élastique (σE / σR > 0,7)

Pour les aciers à haute limite élastique pour lesquels le rapport σE / σR est supérieur à 0,7
l'application des coefficients νE ne peut donner une sécurité suffisante. Dans ce cas, on peut
vérifier que la contrainte admissible σa donnée par l'expression ci-dessous n'est pas dépassée :
σa = [ (σE + σR ) / (σE.52 + σR.52 ) ] . σa 52
dans laquelle :

σE et σR : les contraintes de limite élastique et de rupture de l'acier considéré,

σE.52 et σR.52 : ces mêmes contraintes pour l'acier A.52 c’est-à-dire 360 N/mm2 et 510 N/mm2

σa 52 : contrainte admissible de l'acier A.52 du cas de sollicitation considéré.

3.2.1.2. ELEMENTS SOLLICITES AU CISAILLEMENT

La contrainte admissible au cisaillement τa a pour valeur :

τa = σa / 3 0,5

σa étant la contrainte admissible en traction.

3.2.1.3. ELEMENTS SOLLICITES PAR DES EFFORTS COMBINES


CONTRAINTE DE COMPARAISON

σx , σy étant les 2 contraintes normales et τxy la contrainte de cisaillement en un point, on vérifie :

1 - que chacune des 2 contraintes σx , σy est inférieure σa et que τxy est inférieure à τa

2 - que la contrainte de comparaison σcp est inférieure à σa c’est-à-dire:

σcp = ( σx2 + σy2 - σx . σy + 3 . τxy2 ) 0,5 ≤ σa

Pour l'application de cette formule, le plus simple est de prendre les valeurs maximales
σx , σy et τxy mais en fait un tel calcul conduit à une contrainte de comparaison trop élevée s'il est
impossible que les valeurs maximales de chacune des trois contraintes se produisent
simultanément.

Néanmoins, ce mode de calcul simple étant favorable à la sécurité est toujours acceptable.

Si l'on désire serrer le calcul de plus près, il convient de rechercher quelle est la combinaison la
plus défavorable pouvant effectivement se produire. En pratique on peut alors faire 3 vérifications
en calculant successivement la contrainte de comparaison résultant des 3 combinaisons suivantes
:

σx max et les contraintes correspondantes σy et τxy

3 - 12
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

σy max et les contraintes correspondantes σx et τxy

τxy maw et les contraintes correspondantes σx et σy

Remarque : L'attention est attirée sur ce que dans le cas où 2 des 3 contraintes sont sensiblement
de même valeur et supérieures à la moitié de la contrainte admissible, la combinaison la plus
défavorable des 3 valeurs peut se produire pour des cas de charges différents de ceux
correspondant au maximum de chacune des 3 contraintes.

Cas particulier :

- Traction (ou compression) combinée au cisaillement

On vérifie la relation :
( σ2 + 3 . τ2 )0,5 ≤ σa

3.2.2. CAS DES ASSEMBLAGES

3.2.2.1. ASSEMBLAGES RIVETES


1 - Rivets travaillant au cisaillement

Compte tenu de l'influence de l'effort de serrage, la contrainte de cisaillement T calculée ne doit


pas dépasser la valeur :
τ = 0,6 . σa pour le cisaillement simple
et
τ = 0,8 . σa pour le cisaillement double ou multiple

σa étant la contrainte admissible en traction du métal constituant le rivet.

Cisaillement simple Cisaillement double ou multiple


2 - Rivets travaillant à la traction

La contrainte calculée σ ne doit pas dépasser la valeur

σ = 0,2 . σa

3 - 13
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

3 - Rivets travaillant à la fois à la traction et au cisaillement

On vérifie les conditions ci-dessous, à savoir : σ ≤ 0,2 . σa


and τ ≤ 0,6 . σa pour le cisaillement simple
or τ ≤ 0,8 . σa pour le cisaillement double

4 - Pression diamétrale limite (matage)

La pression diamétrale sur les parois des trous σn ne doit pas dépasser :
σn ≤ 1,5 . σa pour le cisaillement simple
σ n ≤ 2 . σa pour le cisaillement double

5 - Remarques concernant les assemblages rivetés

a) les rivets travaillant à la traction sont à éviter en particulier dans les éléments principaux ;

b) tout assemblage doit se faire au minimum par 2 rivets alignés dans la direction de la force.

3.2.2.2. ASSEMBLAGES BOULONNES

3.2.2.2.0. GENERALITES

Les assemblages par boulons peuvent subir des contraintes par des forces agissant
perpendiculairement par rapport à la jointure de l'assemblage (assemblages boulonnés en traction)
par des forces agissant parallèlement à la surface d'assemblage et par l'effet simultané de forces
perpendiculaires et parallèles à la surface d'assemblage.
3.2.2.2.1. ASSEMBLAGES PAR BOULONS DE TRACTION A SERRAGE CONTROLE

1 - Généralités

Un assemblage par boulons de traction à serrage contrôlé est un assemblage dans lequel l'effort
principal se trouve dans le sens de l'axe du boulon, vis, ou tige filetée et qui a subi un effet de
serrage qui a été contrôlé en l'absence de toute contrainte extérieure qui est recommandé par tous
les assemblages soumis à la fatigue.

On doit s'assurer que le boulon n'est soumis à aucun effort de cisaillement. Ces boulons n'entrent
pas dans la catégorie des boulons HR, mais ils peuvent être utilisés s'ils remplissent les conditions
du chapitre 3.2.2.2.2.3.

Toutes les précautions doivent être prises pour que le serrage soit applique avec précision et qu'il
se maintienne dans le temps (tolérance +/- 10 %). Pour tenir compte de cette tolérance, nous
introduisons le facteur Ω = 1,1.

Durant l'application du serrage initial sur le boulon sous l'effet combine des sollicitations en traction
et en torsion, la contrainte doit être au maximum de 80 % de la limite élastique, compte tenu de la
dispersion dans l'application de l'effort de serrage initial.

3 - 14
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2 - Calcul de l'effort admissible sur l'assemblage

A - Calcul de l'effort de serrage initial à appliquer

a) serrage avec torsion


σb = (σp 2 + 3 . τb2 )0,5 ≤ 0,8 σE
avec : τb = [ ( 2 . d2 . σp ) / dt ] . [ pa / ( π . d2 ) + 1,155 . µ]
ou :
σp = contrainte théorique de traction sous l'effet de serrage
τb = contrainte de torsion sous l'effet de serrage
d2 = diamètre à fond de filet
dt = diamètre nominal du boulon
pa = pas de filetage
µ = coefficient de frottement dans les filets
σE = limite élastique du métal du boulon

b) Serrage sans torsion σb ≤ 0,8 σE

B - Effort admissible F1 sur l'assemblage

Il y a deux vérifications à effectuer :

a) Sous l'effort maximal pondéré par les coefficients de sécurité κ et κ‘, on ne doit pas dépasser la
limite élastique des vis:
déterminer : σ‘1 = ( σb2 - 3 . τb2 )0,5

vérifier que : F1 / Sb ≤ ( σ‘1 - σp ) / ( κ . κ‘ . δb )

ou
Sb = section du noyau < section de la tige

et δb = ∆l1 / (∆l1 + ∆l2 )

∆l1 = raccourcissement des pièces à serrer sous l'action de l'effort de serrage

∆l2 = allongement du boulon sous l'action de l'effort de serrage

Pour les pièces assemblées en acier, la section à considérer pour ∆l1 est :

Seq = 0,25 . π . [ ( S1 + 0,1 . lk )2 - Dt2 ]


ou

S1 = diamètre d'appui sous tête

lk = longueur des parties serrées

3 - 15
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Dt = diamètre du trou de passage des boulons

Pour les boulons dont la section de la tige est très différente de la section du noyau et dont la
longueur filetée restant dans la partie soumise à contrainte est appréciable, un calcul complet de
∆l2 doit être fait.

b) Sous l'effort maximal affecte des coefficients Ω, κ' and κ " on ne doit pas arriver au décollement
des pièces.
σ1 = F1 / Sb ≤ σp / [ κ' . κ'‘ . ( 1 - δb ) . Ω ]

Coefficients de sécurité κ , κ' et κ'‘:

κ dépend de l’état de surface des pièces à serrer (surfaces usinées κ = 1)

κ' correspond à la sécurité par rapport à la limite élastique suivant tableau T.3.2.2.2.

κ'' correspond à la sécurité contre le décollement des pièces suivant tableau T.3.2.2.2.

Tableau T.3.2.2.2.

Case I Case II Case III

κ‘ 1,50 1,33 1,1

κ‘’ 1,3 1,0 1,0

Note : Les coefficients κ‘ et κ‘’ devront être appliqués à partir de la situation la plus défavorable
due à la dispersion dans l'application de l'effort de serrage initial.

C - Vérification à la fatigue

La vérification des boulons à la fatigue s'effectue uniquement dans le cas I de sollicitations.

Sous l'effet de l'effort de service F1, la contrainte de traction réelle varie entre les valeurs :

σp et σp + ( F1 . δb ) / Sb

L’équation suivante doit être vérifiée :

σ1 = F1 / Sb ≤ 2 . σA / δb

σA est l'amplitude de la contrainte maximale admissible par rapport à la fatigue selon l'abaque
suivante.

3 - 16
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Pour tout autre type de boulons ou mode de réalisation, les valeurs de σa à prendre en compte
devront donner une sécurité à la fatigue au moins équivalente.

Les essais éventuels de conformité devront être effectués suivant spécification ISO 3800/1 avec

σm = 0,8 . RE . ( R E = σE )

Amplitude de contrainte maximale admissible à la fatigue

Abaque pour boulons ISO

- pas standard
- classes 8.8, 10.9, 12.9
- filet roulé à froid et traité thermiquement après roulage.

3 - 17
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

3.2.2.2.2. ASSEMBLAGES PAR BOULONS SOLLICITES PARALLELEMENT A LA SURFACE D'ASSEMBLAGE

1 - Boulons travaillant au cisaillement (boulons calibres)

De préférence pour sollicitations calmes avec et sans préserrage.

Les vérifications à effectuer supposent un boulonnage réalise dans de bonnes conditions, c'est-
à-dire en utilisant des boulons calibrés (tournés ou matricés) avec tolérance ISO et dont le corps
lisse porte tout le long des trous percés dans les pièces à assembler.

Les trous doivent être percés et alésés avec les tolérances ISO.

Les boulons bruts ne sont tolérés que pour des assemblages secondaires ne transmettant pas
de gros efforts. Ils sont interdits dans les assemblages soumis à la fatigue.

La contrainte τ calculée sur section lisse ne doit pas dépasser les valeurs fixées pour les rivets à
l'article 3.2.2.1.1.

La pression de la surface intérieure ne doit pas dépasser les valeurs indiquées au paragraphe
3.2.2.1.4.

2 - Boulons travaillant à la traction et au cisaillement combines

On vérifie que :

σ ≤ 0,65 . σa

et τ ≤ 0,6 . σa dans le cas du cisaillement simple

ou τ ≤ 0,8 . σa dans le cas du cisaillement double

et que ( σ2 + 3 . τ2 )0,5 ≤ σa

La contrainte admissible dans le boulon est limitée à :


σa = 0,7 . σE(0,2) pour exécution normale

σa = 0,8 . σE(0,2) pour précaution contre l'arrachement


des filets.

σE(0,2) étant la limite de contrainte d’élasticité à 0,2 % d'allongement du métal constituant le


boulon.

3 - 18
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

3 - Assemblages par boulons à haute résistance avec serrage contrôlé (H.R.)

Ce type d'assemblage est recommandé pour des ensembles soumis à la fatigue et dont les
efforts principaux sont parallèles aux plans d'assemblage. Les pièces assemblées par boulons à
haute résistance sont sollicitées par les genres d'efforts suivants :

A - Forces parallèles au plan d'assemblage (symbole T)

Dans ce cas, les forces tendent à faire glisser les pièces en contact et la transmission de
l'effort se fait par friction. Pour déterminer l'effort limite admissible Ta pouvant être transmis
par friction, par boulon, on considère l'effort de traction F qui s'exerce dans le boulon après
serrage, multiplie par le coefficient de frottement µ des surfaces en contact et on applique à
cet effort limite, les coefficients de sécurité νT égaux à ceux prévus à l'article 3.2.1.1., c'est-à-
dire :

νT = 1,5 pour le cas I de sollicitation

= 1,33 for case II pour le cas II de sollicitation

= 1,1 pour le cas III de sollicitation

Ce qui s’écrit : Ta = m . ( µ . F )/ νT
m étant le nombre de plans de friction.

La valeur de F de la traction dans un boulon dépend du couple de serrage appliqué, et la


valeur de µ dépend du métal constituant les pièces, de l’état des surfaces en contact et de la
méthode de mise en oeuvre. L'annexe A-3.2.2.2.2.3. donne quelques indications sur ce
problème.

B - Forces perpendiculaires au plan d'assemblage (symbole N)

La vérification par calcul des forces perpendiculaires à la surface d'assemblage s'effectue


selon le paragraphe 3.2.2.2.1.

Si l'assemblage boulonné est sollicité par un moment M extérieur, il faut en déterminer la


force de traction NM au boulon qui est sollicité au maximum et le cas échéant, l'additionner à
la force de traction N déjà existante.

3 - 19
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

C - Effets de sollicitations combinés des types T, N et M

On effectue 2 vérifications :

a) Vérifier que, pour le boulon le plus tendu, la somme des efforts de traction due aux
sollicitations de N et de M reste inférieure à l'effort de traction admissible défini en
3.2.2.2.2.

b) Vérifier que l'effort moyen transmis par friction reste inférieur à la valeur suivante :

T = µ . ( F - N ) . m / νT
D - Détermination des contraintes dans les pièces assemblées

Pour les éléments sollicités en compression, la contrainte est calculée sur la section brute
(surface des trous non déduite).

Pour les éléments sollicités en traction, on distingue deux cas :

1er cas : Boulons disposés en une seule ligne perpendiculaire au sens de l'effort ;
on vérifie deux conditions :
a) effort total dans la section brute
b) 60 % de l'effort total dans la section nette (surface des trous déduite)

2eme cas : Boulons disposés en plusieurs lignes perpendiculaires au sens de l'effort.

On calcule la section la plus chargée (correspondant


à la ligne 1 pour la pièce A de la figure) en vérifiant
les 2 conditions :

a) effort total dans la section brute

b) dans la section nette, l'effort total amené par les


lignes 2 et 3 (soit 2/3 de l'effort total du joint dans le cas de la figure) augmenté de 60 % de
l'effort repris par la ligne 1.

Ceci suppose que l'effort est reparti également entre tous les boulons et que le nombre de
lignes de boulons est recuit, car s'il est trop grand, les derniers boulons travaillent trop peu. Il
est recommande de ne pas dépasser deux lignes de boulons ou exceptionnellement trois
lignes.

3 - 20
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

E - Réalisation des assemblages avec boulons à haute résistance

Il convient de préciser que les calculs ci-dessus, effectués pour vérifier la bonne tenue des
assemblages avec boulons H.R. ne sont valables que pour des assemblages réalisés
conformément aux règles de l'art imposant un serrage contrôlé des boulons et une
préparation des surfaces en contact afin d'obtenir les coefficients de frottement convenables.

L'annexe A-3.2.2.2.2.3. donne des précisions sur ce point.

3.2.2.3. ASSEMBLAGES SOUDES

Dans les assemblages soudés, on suppose que le métal d'apport a des caractéristiques au moins
aussi bonnes que celles du métal de base.

On vérifie que les contraintes développées dans les cas de traction et compression longitudinales
ne dépassent pas les contraintes admissibles σa fixées à l'article 3.2.1.1.

Pour le cisaillement dans les cordons, la contrainte admissible τa a pour valeur :


τa = σa / 20,5

Toutefois, pour certains types de sollicitations en particulier les contraintes transversales dans les
cordons de soudure, les contraintes maximales sont à diminuer.

Le tableau T. 3.2.2.3. résume en fonction du type de sollicitation les valeurs à ne pas dépasser
pour certains aciers.

3 - 21
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T. 3.2.2.3.
Contraintes de comparaison maximales admissibles dans les cordons de soudure (N/mm2 )
: aciers A.37 (Fe 360) - A.42 - A.52 (Fe 510)

Types de sollicitations A.37 A.42 A.52


Cas I Cas II Cas III Cas I Cas II Cas III Cas I Cas II Cas III

Contraintes de
comparaison
longitudinales 160 180 215 175 195 240 240 270 325
pour tous les types de
cordon

Contraintes
transversales
en traction

1) Soudure bout à bout 160 180 215 175 195 240 240 270 325
et soudure en K qualité
spéciale

2) Soudure en K qualité 140 158 185 153 170 210 210 236 285
courante

3) Soudure d'angle 113 127 152 124 138 170 170 191 230

Contraintes
transversales en
compression

1) Soudure bout à bout 160 180 215 175 195 240 240 270 325
et soudure en K

2) Soudure d'angle
130 146 175 142 158 195 195 220 265

Cisaillement
Tous types de
soudure 113 127 152, 124 138 170 170 191 230

L'annexe A-3.2.2.3. donne quelques indications complémentaires sur les assemblages soudés.

3 - 22
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

3.3. VERIFICATION DES ELEMENTS SOUMIS AU FLAMBEMENT

En principe, on admet de calculer les pièces soumises au flambement avec la même sécurité que
celle adoptée par rapport à la limite élastique, c’est-à-dire que si l'on détermine la contrainte
critique d'affaissement pratique, la contrainte limite admise sera la contrainte divisée par les
coefficients 1,5 ou 1,33 ou 1,1 envisagés au paragraphe 3.2.1.1.

En pratique, la méthode de calcul est laissée au choix du constructeur qui doit justifier l'origine de
la méthode adoptée.

Si la méthode employée revient à majorer les contraintes calculées par un coefficient de


flambement ω dépendant de l’élancement de la pièce et à contrôler que cette contrainte majorée
reste au-dessous d'une contrainte limite on choisit comme valeur de cette contrainte limite, les
valeurs fixées à l'article 3.2.1.1.

Remarque : L'annexe A-3.3. donne des méthodes pour l'application des différents modes de
calculs classiques en tenant compte des directives ci-dessus.

3 - 23
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

3.4. VERIFICATION DES ELEMENTS SOUMIS AU VOILEMENT

Lors de la détermination des nouveaux coefficients de sécurité au voilement, il a été considéré que
des tôles planes, sollicitées par des contraintes de pression reparties sur toute la largeur de la tôle,
sont plus fortement soumises au voilement que des tôles subissant des sollicitations variant de
pression en traction sur la largeur de la tôle.

En conséquence, la sécurité au voilement a été rendue dépendante du rapport ψ entre les


contraintes aux bords de la tôle (annexe A-3.4.).

De même il a été juge nécessaire de déterminer pour les coques cylindriques de section circulaire
la contrainte critique de voilement, ainsi que l’espacement et le moment d'inertie des raidisseurs
latéraux, ceci afin d’éviter les fortes différences de sécurité effective résultant de l'utilisation des
données très divergentes, fournies par la littérature technique.

On vérifie que la contrainte calculée ne soit pas plus grande que la contrainte critique de voilement
divisée par le coefficient νV suivant :

Cas Coefficient de sécurité νV


Voilement éléments plans I 1,70 + 0,175 ( ψ - 1)
II 1,50 + 0,125 (ψ - 1)
III 1,35 + 0,075 (ψ - 1)
Voilement éléments courbes I 1,70
Coques cylindriques circulaires II 1,50
(par exemple : tubes) III 1,35

Le rapport de contrainte de bordure ψ est compris entre -1 et +1.

Dans l'annexe, le paragraphe A-3.4. indique le procédé à suivre pour déterminer la contrainte
critique de voilement.

3 - 24
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

3.5. CAS DES CONSTRUCTIONS SUBISSANT DES DEFORMATIONS


IMPORTANTES

Dans ce cas, les contraintes dans les éléments peuvent ne pas être proportionnelles aux forces qui
les provoquent par suite de la déformation de la construction entraînée par l'application de ces
forces.

C'est le cas par exemple, des contraintes créées dans le fût d'une grue
(schématisée par la figure ci-contre) ou il apparaît que le moment dans
le fût n'est pas proportionnel aux forces appliquées par suite des
déformations qui augmentent leurs bras de levier.

Dans ce cas, on conduit le calcul de la façon suivante :

1 - On effectue d'abord la vérification prévue aux articles 3.2. - 3.3. - 3.4.


en calculant les contraintes résultant des différents cas de sollicitation et
en vérifiant qu’il existe une sécurité suffisante par rapport aux
contraintes critiques (limite élastique, flambement, voilement). Pour le
calcul des contraintes, on doit tenir compte de l'effet des déformations
entraînées par l'application des charges sollicitant la construction.
2 - On effectue en outre, une vérification supplémentaire en calculant les
contraintes résultant de l'application des sollicitations multipliées par le coefficient ν du cas de
sollicitation considéré, en tenant compte des déformations résultant de l'application de ces
sollicitations majorées, et en vérifiant que ces contraintes ainsi calculées restent inférieures aux
contraintes critiques de limite élastique, de flambement ou de voilement.

Toutefois, pour tenir compte du fait que les sollicitations variables Sv (sollicitations dues à la charge
levée multiplies par ψ au vent et aux mouvements horizontaux) sont plus dangereuses que la
sollicitation constante du poids propre SG , on peut pratiquement effectuer la vérification de la
façon suivante en considérant deux cas :

1 - Les effets du poids propre SG et ceux de la charge variable SV occasionnent des déformations
de sens contraire.

On détermine la contrainte σG résultant de l'application du poids propre SG (sans majoration) et σv


résultant des charges variables SV multipliées par le coefficient ν correspondant au cas considéré
(art. 3.2. limite élastique, art. 3.3. flambement, art. 3.4. voilement) et on vérifie que cette contrainte
est inférieure à la charge critique soit :
σ résultant de ( SG + ν . Sv ) ≤ σcr
2 - Le poids propre et la charge variable occasionnent des déformations de même sens. On
détermine la contrainte résultant de l'application de la charge variable multipliée par le coefficient ν
et du poids propre multiplie par le coefficient :
ν‘ = 1 + ( ν - 1 ) . r
ou r = σG / (σG + σV ) calcule dans l’état initial des déformations.
On a donc : σ résultant de (ν' . SG + ν . Sv ) ≤ σcr

3 - 25
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

3.6 VERIFICATION DES ELEMENTS SOUMIS A LA FATIGUE

Il y a danger de fatigue lorsqu'un élément est soumis à des sollicitations variables et répétées.

Dans la vérification à la fatigue on tient compte des paramètres définis ci-après :

1 - le nombre conventionnel de cycles et le spectre de contraintes auxquels est soumis l’élément


;

2 - le matériau employé et le cas d'entaille au point considéré ;

3 - la contrainte extrême maximale σmax à laquelle est soumis l'élément ;

4 - le rapport κ entre les valeurs des contraintes extrêmes.

3.6.1. NOMBRE CONVENTIONNEL DE CYCLES ET SPECTRE DE CONTRAINTES

Le nombre de cycles de variations de sollicitations et le spectre de contraintes à prendre en


considération sont ceux prévus à l'article 2.1.2.2. et 2.1.2.3.

On tient compte de ces 2 paramètres en considérant uniquement le groupe où est classé l’élément
conformément à l'article 2.1.4.

3.6.2. MATERIAU EMPLOYE ET CAS D'ENTAILLE

La résistance à la fatigue d'un élément dépend de la qualité du matériau employé, de la forme et


du mode de réalisation des assemblages. Les formes des pièces assemblées et leur mode de
réalisation ont pour effet de provoquer des concentrations de contraintes (ou effet d'entaille)
diminuant considérablement la tenue à la fatigue de l'élément.

L'annexe A-3.6. donne un classement de différents assemblages suivant leur degré d'entaille (ou
encore de rupture).

3.6.3. DETERMINATION DE LA CONTRAINTE MAXIMALE σmax

La contrainte maximale σmax est la contrainte la plus élevée, en valeur absolue (c'est-à-dire soit en
traction, soit en compression) qui peut être imposée à l'élément dans le cas I de sollicitation visé à
l'article 2.3.1. sans application du coefficient de majoration νC

Pour les pièces comprimées on ne tient pas compte, dans la vérification à la fatigue de l'application
du coefficient de flambement ω vise à l'article 3.3.

3 - 26
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

3.6.4. RAPPORT κ ENTRE LES CONTRAINTES EXTREMES

Ce rapport est déterminé en calculant les valeurs extrêmes des contraintes auxquelles est soumis
l'élément dans le cas I de sollicitation.

Ce rapport peut être diffèrant suivant les cycles de manoeuvres mais il est favorable à la sécurité
de déterminer ce rapport κ en envisageant les 2 valeurs les plus extrêmes que l'on peut rencontrer
au cours des manoeuvres possibles du cas I de sollicitation.

Si l'on désigne par σmax et σmin les valeurs algébriques de ces contraintes extrêmes, σmax
représentant la contrainte extrême dont la valeur absolue est la plus élevée, la valeur de κ est
représentée par le rapport :
κ = σmin / σmax ou τmin / τmax dans le cas du cisaillement.

Ce rapport qui varie de - 1 à + 1, est positif si les contraintes extrêmes restent dans le même sens
(contraintes ondulées) et négatif, si ces contraintes sont de sens opposé (contraintes alternées).

3.6.5. VERIFICATION DES ELEMENTS SOUMIS A LA FATIGUE

En fonction des paramètres définis aux articles 3.6.1. à 3.6.4., on s'assure de la bonne tenue des
éléments de charpente et assemblages soumis à la fatigue en vérifiant que σmax , définie à l'article
3.6.3. n'est pas supérieure à la contrainte admissible de résistance à la fatigue de l'élément
considéré.

Cette contrainte admissible à la fatigue est déterminée à partir de la contrainte critique définie
comme étant celle qui correspond aux essais sur éprouvettes à une survie probable de 90 % à
laquelle on applique un coefficient de sécurité de 4/3 c'est-à-dire :
σa à la fatigue = 0,75 . σcr à 90 % de survie.

La détermination de ces contraintes admissibles en fonction de toutes ces considérations est un


problème complexe et il convient dans les cas généraux de se reporter aux ouvrages spécialisés
traitant ces problèmes.

L'annexe A-3.6. donne des indications pratiques, basées sur des résultats de recherches dans ce
domaine, pour déterminer ces contraintes admissibles pour les aciers A.37 - A.42 et A.52 en
fonction des différents groupes où sont classés les éléments et des effets d'entaille des principaux
assemblages employés dans la construction des appareils de levage.

3 - 27
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

ANNEXE

A-3.2.2.2.2.3. - EXECUTION DES ASSEMBLAGES PAR BOULONS


A HAUTE RESISTANCE AVEC SERRAGE CONTROLE

L'article 3.2.2.2.2.3. fixe les prescriptions générales à observer dans l’exécution des assemblages
avec boulons à haute résistance.

Cette annexe donne quelques précisions sur la mise en oeuvre des surfaces à assembler, les
coefficients de frottement obtenus et les méthodes de serrage.

Coefficient de friction µ

Ce coefficient de friction admissible pour le calcul de l'effort transmissible par frottement dépend du
matériau assemblé et de la préparation des surfaces.

Une préparation minimale avant assemblage consiste à enlever toute trace de poussière, de
rouille, d'huile et de peinture par un brossage énergique à l'aide d'une brosse métallique propre,
les taches d'huile doivent être enlevées par un décapage à la flamme ou par application de
produits chimiques appropriés (tétrachlorure de carbone par exemple).

Une préparation plus soignée augmentera le coefficient de friction. On procède alors à un


traitement de sablage, de grenaillage ou de décapage au chalumeau oxyacétylénique, 5 heures au
maximum avant le serrage et un brossage doit être exécuté au moment de l'assemblage.

Les coefficients de friction sont donnés au tableau ci-après.

Tableau T.A. 3.2.2.2.2.3.1. - Valeurs de µ

Surfaces traitées spécialement


Matériau assemblé Surfaces simplement préparées (brûlage au chalumeau,
(dégraissage et brossage) grenaillage, sablage)

E-24 (A.37) Fe 360 0,30 0,50

E-26 (A.42) 0,30 0,50

E-36 (A.52) Fe 510 0,30 0,55

Il est nécessaire de prévoir deux rondelles, l'une sous la tête du boulon, l'autre sous l’écrou. Ces
rondelles doivent comporter un chanfrein à 45° au moins sur le bord intérieur, et tourne du coté
tête de boulon ou écrou. Elles doivent être traitées de manière que leur dureté soit au moins égale
à celle du métal constituant le boulon.

3 - 28
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Serrage des boulons

La valeur de la traction à introduire dans le boulon doit atteindre la valeur déterminée par le calcul.

On peut mesurer cette valeur de traction résultant du serrage par la détermination du couple
nécessaire à appliquer sur le boulon et donnée par la formule :

Ma = 1,10 . C . d .F

Ma étant le couple à appliquer en Nm ;

d le diamètre nominal du boulon en mm ;

F l'effort de traction nominal à introduire dans le boulon (kN) ;

C un coefficient dépendant du filetage du boulon, du coefficient de friction des filets et de celui


écrou-rondelle.

Pour les boulons à filet métrique et rondelles à l'état de livraison (légèrement huilés, sans rouille ni
poussière) on prend :
C = 0,18

La contrainte de traction dans le boulon ne doit pas dépasser celle définie à l'article 3.2.2.2.2.

Valeurs des sections résistantes des boulons

Dans la détermination des contraintes dans le boulon, la section résistante est calculée en prenant
la moyenne arithmétique entre le diamètre du noyau et le diamètre à flancs de filet. Ces valeurs
sont indiquées au tableau ci-dessous :

Diamètre
nominal 8 10 12 14 16 18 20 22 24 27 30
( mm )
Section
résistante 36,6 58 84,3 115 157 192 245 303 353 459 561
( mm2 )

3 - 29
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Qualité des boulons

Les boulons employés pour ce type d'assemblage sont des boulons à haute limite élastique.

Les charges de rupture σR doivent être supérieures aux valeurs ci-dessous, pour les valeurs de σE
0,2suivantes :

σE 0,2 σR
N/mm2 N/mm2
< 700 > 1,15 . σE
700 à 850 > 1,12 . σE
> 850 > 1,10 . σE

Le diamètre des trous ne doit pas être supérieur de plus de 2 mm à celui du diamètre du boulon.

Le tableau ci-après donne, par boulon et par plan de friction, les valeurs des efforts transmissibles
dans le plan parallèle à celui de l'assemblage pour des boulons de 1000 - 1200 N/mm2 , de limite
élastique σE = 900 N/mm2 et pour différents coefficients de frottement concernant les aciers A.37,
A.42 et A.52.

Pour l'application de ces valeurs, on doit envisager les plans de friction effectifs comme il est
indique dans les croquis ci-dessous :

1 plan de friction m = 1

2 plans de friction m = 2

3 plans de friction m = 3

Plans de friction effectifs

3 - 30
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Table T.A.3.2.2.2.2.3.2.
Effort transmissible dans le plan d’assemblage par boulon et par plan de friction

Boulons de 1000/1200 N/mm2 : σE = 900 N/mm2


avec précautions contre l’arrachement des filets : σa = 0,8 . σE

Surfaces simplement Surface traitées spécialement


Ø Sec- préparées
du tion Effort Couple Aciers Aciers Acier
Bou- Résis- de Appli- A-37, A-42, A-52 A-37, A-42 A-52
lon tante serrage qué µ = 0,30 µ = 0,50 µ = 0,55
Cas Cas Cas Cas Cas Cas Cas Cas Cas
2
mm mm kN Nm I II III I II III I II III
kN kN kN kN kN kN kN kN kN

10 58 41,7 82,7 8,3 9,4 11,4 13,9 15,7 18,9 15,2 17,2 20,8

12 84,3 60,6 144,0 12,1 13,6 16,5 20,2 22,8 27,5 22,2 25,0 30,3

14 115 82,7 229,0 16,5 18,6 22,5 27,5 31,0 37,6 30,2 34,2 41,4

16 157 113,0 358,0 22,6 25,5 30,8 37,7 42,5 51,4 41,5 46,8 56,5

18 192 138,0 492,0 27,6 31,0 37,6 46,0 51,8 62,7 50,6 57,0 69,0

20 245 176,0 697,0 35,2 39,7 48,0 58,5 66,1 80,0 64,5 72,7 88,0

22 303 218,0 950,0 43,6 49,3 59,7 72,5 82,0 99,0 80,0 90,2 109,0

24 353 254,0 1200,0 50,8 57,1 69,4 84,5 95,5 115,5 93,1 105,0 127,0

27 459 330,0 1760,0 66,0 74,2 90,0 110,0 124,0 150,0 121,0 136,0 165,0

Pour un boulon de limite élastique σE’ , les valeurs des efforts et des couples de ce tableau sont à
multiplier par le rapport : σE / 900.

En cas d’exécution sans précaution contre l’arrachement des filets (σa = 0,7 . σE ) ces valeurs sont
à diviser par 1,14 .

3 - 31
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

A - 3.2.2.3. - CONTRAINTES DANS LES ASSEMBLAGES SOUDES

La détermination des contraintes dans les cordons de soudure est un problème très complexe en
raison, notamment, du grand nombre de configurations que peuvent avoir les assemblages
soudes.

C'est pourquoi il n'est pas possible, en l’état actuel de la question, d’édicter des règles précises
dans les règles pour le calcul des appareils de levage, le volume et l'objet des règles relatives à la
soudure seraient d'ailleurs difficilement compatibles avec le cadre général des présentes règles de
calcul. C'est pourquoi il a été convenu de se limiter aux quelques indications générales suivantes :

1 - Toute méthode de calcul suppose impérativement un joint bien exécuté c'est-à-dire une
soudure ayant une pénétration parfaite du cordon, une bonne forme de celui-ci, pour que la
liaison entre les éléments à assembler et le cordon ne présente ni discontinuité ni coude
brusque, ni cratères ou entailles provenant de l’enlèvement du métal.

Le dessin du cordon doit être adapté aux efforts à transmettre, on se reportera à ce sujet aux
ouvrages spécialisés.

Il est à noter que la tenue d'un joint soudé est notablement améliorée par une finition obtenue
par un meulage soigné de la surface du cordon.

2 - Il n'y a pas lieu de prendre en considération les accumulations locales de contraintes dues à la
conception du joint, non plus que les contraintes résiduelles.

3 - Les contraintes admissibles dans les cordons de soudure sont celles fixées à l'article 3.2.2.3. et
la contrainte de comparaison σcp dans le cas de sollicitations combinées de traction (ou
compression σ et de cisaillement τ est donnée par l'expression :

σcp = ( σ2 + 2 . τ2 )0,5

Pour le cas de contraintes doubles σx et σy et de cisaillement τxy

σcp = ( σx2 + σy2 - σx . σy + 2 . τxy2 )0,5

4 - Dans un cordon d'angle, la largeur de la section considérée est la profondeur, à fond de gorge,
du cordon et sa longueur est la longueur effective du cordon diminuée des cratères d’extrémité.

La longueur n'a pas à être diminuée si le joint est fermé sur lui-même ou si des précautions
particulières sont prises pour limiter l'effet des cratères.

L'attention est attirée sur ce qu'il semble avéré que les ruptures par fatigue dans les
assemblages soudés se produisent rarement dans le cordon de soudure lui-même mais
essentiellement à coté de celui-ci dans le métal de base.

3 - 32
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

On doit donc, en général, calculer les contraintes σmin et σmax intervenant dans les calculs de
résistance à la fatigue, dans le métal de base à coté du cordon de soudure, suivant les
méthodes classiques de calcul de la résistance des matériaux.

Pour assurer la résistance à la fatigue du cordon lui-même, l’opinion prévaut qu'il suffit de veiller
à ce qu'il soit capable de transmettre les mêmes sollicitations que le métal basé adjacent.

Cette règle n'est cependant pas impérative lorsque les dimensions des éléments assemblés
sont surabondantes par rapport aux forces effectivement transmises. Dans ce cas, on peut se
contenter de dimensionner le cordon de soudure en fonction de ces dernières mais il convient
alors d'effectuer la vérification à la fatigue conformément aux indications de l'annexe A-3.6.

En tout état de cause, l'attention est attirée sur le fait qu'il convient toujours de proportionner
l’épaisseur du cordon de soudure à celle des pièces assemblées.

Cas particuliers

Dans certains cas d'assemblage par soudure, en particulier lorsque s'exerce une sollicitation
transversale (c’est-à-dire perpendiculaire au cordon de soudure), il est nécessaire de diminuer les
contraintes limites admissibles (Cf. article 3.2.2.3.).

3 - 33
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

A - 3.3 ET A - 3.4. - VERIFICATION DES ELEMENTS DE CHARPENTE SOUMIS AU


FLAMBEMENT ET AU VOILEMENT

Le but de ces deux annexes n'est pas de prendre position sur ces problèmes, mais de donner
quelques indications générales et de permettre de se référer aux travaux existants.

Différentes méthodes sont actuellement utilisées parmi lesquelles nous citons :

1 - en Allemagne, la DIN-4114
2 - en Belgique, le règlement NBN 1
3 - en France, les règles CM 1966
4 - en Grande-Bretagne, le BS 2573

A - 3.3. - VERIFICATION DES ELEMENTS DE CHARPENTE SOUMIS AU FLAMBEMENT

Sans vouloir prendre position sur ce problème, la F.E.M. recommande pour les cas simples,
d'utiliser une méthode pratique consistant à majorer la contrainte calculée dans les différents cas
de sollicitations, définis aux art. 2.3.1., 2.3.2., 2.3.3. par un coefficient de flambement ω dépendant
de l’élancement de la pièce et de vérifier que pour chacun de ces cas, la contrainte ainsi majorée
reste inférieure aux contraintes données au tableau T.3.2.1.1.

Les valeurs de ω sont données aux tableaux ci-après, dans les cas suivants, en fonction de la
valeur de l’élancement λ :

Tableau T.A. 3.3.1. : lamines en acier A.37 (Fe 360)

Tableau T.A. 3.3.2. : lamines en acier A.52 (Fe 510)

Tableau T.A. 3.3.3. : tubes en acier A.37 (Fe 360)

Tableau T.A. 3.3.4. : tubes en acier A.52 (Fe 510)

Détermination des longueurs de flambement pour le calcul de la valeur d’élancement λ

1 - Dans les cas courants de barres articulées aux deux extrémités et chargées axialement on
prend pour longueur de flambement la longueur entre noeuds.

2 - Pour une barre encastrée à une extrémité et libre à l'autre et chargée axialement on prend
comme longueur de flambement 2 fois la longueur de la barre.

3 - 34
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

3 - Etant donné les incertitudes actuelles concernant l'influence des encastrements des barres
comprimées entre 2 articulations, l'influence de ces encastrements n'est pas prise en
considération et la barre est calculée comme étant articulée à ses 2 extrémités et par
conséquent, on prend pour longueur de flambement la longueur entre noeuds.

Cas des barres comprimées et fléchies :

Pour les barres chargées excentriquement ou chargées axialement avec un moment provoquant
une flexion dans la barre, on peut :

- soit vérifier les 2 formules suivantes :

F / S + ( M f . v ) / I ≤ σa
et
ω . F / S + 0,9 . Mf . v / I ≤ σa
dans lesquelles :

F est l'effort de compression appliquée dans la barre,

S la section de la barre,

Mf le moment fléchissant de la section considérée,

v la distance de la fibre extrême au centre de gravité,

I le moment d'inertie ;

- soit effectuer le calcul exact en fonction des déformations prises par la barre sous l'effet combiné
de la flexion et de la compression, ce calcul pouvant être effectué par intégration ou par itération.

3 - 35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.A. 3.3.1. - Valeur du coefficient ω en fonction de l'élancement λ


pour laminés en acier A.37 (Fe 360)

λ 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
20 1,04 1,04 1,04 1,05 1,05 1,06 1,06 1,07 1,07 1,08

30 1,08 1,09 1,09 1,10 1,10 1,11 1,11 1,12 1,13 1,13

40 1,14 1,14 1,15 1,16 1,16 1,17 1,18 1.19 1,19 1,20

50 1,21 1,22 1,23 1,23 1,24 1,25 1,26 1,27 1,28 1,29

60 1,30 1,31 1,32 1,33 1,34 1,35 1,36 1,37 1,39 1,40

70 1,41 1,42 1,44 1,45 1,46 1,48 1,49 1,50 1,52 1,53

80 1,55 1,56 1,58 1,59 1,61 1,62 1,64 1,66 1,68 1,69

90 1,71 1,73 1,74 1,76 1,78 1,80 1,82 1,84 1,86 1,88

100 1,90 1,92 1,94 1,96 1,98 2,00 2,02 2,05 2,07 2,09

110 2,11 2,14 2,16 2,18 2,21 2,23 2,27 2,31 2,35 2,39

120 2,43 2,47 2,51 2,55 2,60 2,64 2,68 2,72 2,77 2,81

130 2,85 2,90 2,94 2,99 3,03 3,08 3,12 3,17 3,22 3,26

140 3,31 3,36 3,41 3,45 3,50 3,55 3,60 3,65 3,70 3,75

150 3,80 3,85 3,90 3.95 4,00 4,06 4,11 4,16 4,22 4,27

160 4,32 4,38 4,43 4,49 4,54 4,60 4,65 4,71 4,77 4,82

170 4,88 4,94 5,00 5,05 5,11 5,17 5,23 5,29 5,35 5,41

180 5,47 5,53 5,59 5,66 5,72 5,78 5,84 5,91 5,97 6,03

190 6,10 6,16 6,23 6,29 6,36 6,42 6,49 6,55 6,62 6,69

200 6,75 6,82 6,89 6,96 7,03 7,10 7,17 7,24 7,31 7,38

210 7,45 7,52 7,59 7,66 7,73 7,81 7,88 7,95 8,03 8,10

220 8,17 8,25 8,32 8,40 8,47 8,55 8,63 8,70 8,78 8,86

230 8,93 9,01 9,09 9,17 9,25 9,33 9,41 9,49 9,57 9,65

240 9,73 9,81 9,89 9,97 10,05 10,14 10.22 10,30 10,39 10,47

250 10,55

3 - 36
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.A. 3.3.2. - Valeur du coefficient ω en fonction de l’élancement λ


pour lamines en acier A.52 (Fe 510)

λ 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
20 1,06 1,06` 1,07 1,07 1,08 1,08 1,09 1,09 1,10 1,11

30 1,11 1,12 1,12 1,13 1,14 1,15 1,15 1,16 1,17 1,18

40 1,19 1,19 1,20 1,21 1,22 1.23 1,24 1,25 1,26 1,27

50 1,28 1,30 1,31 1,32 1,33 1,35 1,36 1,37 1,39 1,40

60 1,41 1,43 1,44 1,46 1,48 1,49 1,51 1,53 1,54 1,56

70 1,58 1,60 1,62 1,64 1,66 1,68 1,70 1,72 1.74 1,77

80 1.79 1,81 1,83 1,86 1,88 1,91 1.93 1,95 1,98 2,01

90 2,05 2,10 2,14 2.19 2,24 2,29 2,33 2,38 2,43 2,48

100 2,53 2,58 2,64 2,69 2,74 2,79 2,85 2,90 2,95 3,01

110 3,06 3,12 3,18 3,23 3,29 3,35 3,41 3,47 3.53 3.59

120 3,65 3,71 3,77 3,83 3,89 3,96 4,02 4,09 4,15 4,22

130 4,28 4,35 4,41 4,48 4,55 4,62 4,69 4,75 4,82 4,89

140 4,96 5,04 5,11 5,18 5,25 5,33 5,40 5,47 5.55 5,62

150 5,70 5,78 5,85 5,93 6,01 6,09 6,16 6,24 6,32 6,40

160 6,48 6,57 6,65 6,73 6,81 6,90 6,98 7,06 7,15 7,21

170 7,32 7,41 7,49 7,58 7,67 7,76 7,85 7,94 8,03 8,12

180 8,21 8,30 8,39 8,48 8,58 8,67 8,76 8,86 8,95 9,05

190 9,14 9,24 9,34 9,44 9,53 9,63 9,73 9,83 9.93 10,03
200 10,13 10,23 10,34 10,44 10,54 10,65 10,75 10,85 10,96 11,06

210 11,17 11,28 11,38 11,49 11,60 11,71 11,82 11,93 12,04 12,15

220 12,26 12,37 12,48 12,60 12,71 12,82 12,94 13,05 13,17 13,28

230 13,40 13,52 13,63 13,75 13,87 13,99 14,11 14,23 14,35 14,47

240 14,59 14,71 14,83 14,96 15,08 15,20 15,33 15,45 15,58 15,71

250 15,83

3 - 37
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.A. 3.3.3.- Valeur du coefficient ω en fonction de l’élancement λ


pour tubes en acier A.37 (Fe 360)
λ 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
20 1,00 1,00 1,00 1,00 1,01 1,01 1,01 1,02 1,02 1,02

30 1,03 1,03 1,04 1,04 1,04 1,05 1,05 1,05 1,06 1,06

40 1,07 1,07 1,08 1,08 1,09 1,09 1,10 1,10 1,11 1,11

50 1,12 1,13 1,11 1,14 1,15 1,15 1,16 1,17 1,17 1,18

60 1,19 1,20 1,20 1,21 1,22 1,23 1,25 1,26 1,26 1,27

70 1,28 1,29 1,30 1,31 1,32 1,33 1,35 1,36 1,36 1,37

80 1,39 1,40 1,41 1,42 1,44 1,46 1,47 1,48 1,50 1,51

90 1,53 1,54 1,56 1,58 1,59 1,61 1,63 1,64 1,66 1,68

100 1,70 1,73 1,76 1,79 1,83 1,87 1,90 1,94 1,97 2,01

110 2,05 2,08 2,12 2,16 2,20 2,23

Pour λ > 115 prendre les valeurs de ω au tableau T.A.3.3.1.

Tableau T.A. 3.3.4. - Valeur du coefficient ω en fonction de l’élancement λ


pour tubes en acier A.52 (Fe 510)
λ 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
20 1,02 1,02 1,02 1,03 1,03 1,03 1,04 1,04 1,05 1,05

30 1,05 1,06 1,06 1,07 1,07 1,08 1,08 1,09 1,10 1,10

40 1,11 1,11 1,12 1,13 1,13 1,14 1,15 1,16 1,16 1,17

50 1,18 1,19 1,20 1,21 1,22 1,23 1,24 1,25 1,26 1,27

60 1,28 1,30 1,31 1,32 1,33 1,35 1,36 1,38 1,39 1,41

70 1,42 1,44 1,46 1,47 1,49 1,51 1,53 1,55 1,57 1,59

80 1,62 1,66 1,71 1,75 1,79 1,83 1,88 1,92 1,97 2,01

90 2,05

Pour λ > 90 prendre les valeurs de ω au tableau T.A.3.3.2.


Nota : Les valeurs de ω des tableaux T.A. 3.3.3. et T.A. 3.3.4., sont valables pour le calcul d'une
barre chargée axialement et composée d'un seul tube dont le diamètre est au moins égal à 6 fois
l'épaisseur.

3 - 38
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

A - 3.4. - VERIFICATION DES ELEMENTS DE CHARPENTE SOUMIS AU VOILEMENT

Sur le plan théorique, on considère que la contrainte critique de voilement σvcr est un multiple de la
contrainte de référence d'EULER, donnée par la formule :

σER = π2 . E . ( e / b )2 / [ 12 . ( 1 - η2 ) ]

représentant la contrainte critique au flambement d'une bande d’épaisseur e et d'une portée égale
à b représentant la dimension de la plaque comptée dans le sens perpendiculaire aux efforts de
compression (voir croquis ci-dessous).

Dans cette formule, E est le module d’élasticité et η le coefficient de Poisson.

Pour les aciers courants avec E = 210 000 N/mm2 et η = 0,3, la contrainte d'EULER devient :

σER = 189 800 . ( e / b )2

La tension critique de voilement σvcr doit être un multiple de cette valeur d'ou :
σvcr = κσ . σER
pour le cas de la compression.

Pour le cisaillement la contrainte critique est :


τvcr = κτ . σER

Les valeurs des coefficients κσ et κτ, appelés coefficients de voilement dépendent :

- du rapport α = a / b des deux cotes de la plaque

- du mode d'appui de la plaque sur les bords

- du type de sollicitation de la plaque sur son plan

- du renforcement éventuel de la plaque par des raidisseurs.


Valeurs des coefficients κσ et κτ

Sans vouloir entrer dans les détails de ce problème qui fait l'objet de travaux spécialisés et de
normes particulières nous donnons ci-après pour quelques cas simples des valeurs de κσ et κτ
(voir tableau T.A. 3.4.1.).

Pour des cas plus complexes, il y a lieu de se reporter aux ouvrages spécialisés.

3 - 39
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

FÉDÉRATION EUROPÉENNE DE LA MANUTENTION


Product Group
Krane und Hebezeuge
Cranes and Lifting Equipment
Appareils et Equipement de Levage

FEM 1.001 Rules for the Design of Hoisting appliances


Booklet 3 Calculating the stresses in structures

Corrigendum 2010-05-19 EN
3rd EDITION Revised
1998.10.01

German, English and French Version on the following pages 3- 40 and 3- 43 as follows:

The equation of δ cr.


v
c shall be read as follows:

Combined compression and shear [pages 3- 40]

Taking δ and τ to be calculated stresses in compression and in shear the critical comparison
stress δ cr.
v
c is determined from the expression:

σ 2 + 3τ 2
σ v
cr .c =
2 2
1 +ψ σ ⎛ 3 −ψ σ ⎞ ⎛τ ⎞
⋅ v + ⎜⎜ ⋅ v ⎟⎟ + ⎜⎜ v ⎟⎟
4 σ cr ⎝ 4 σ cr ⎠ ⎝ τ cr ⎠

Example of checking for buckling [pages 3- 40 last formula on page]

The critical comparison stress then becomes:

282 + 3 × 47 2
σ crv .c = = 168 N / mm 2
2
1 − 0,79 28 ⎛ 3 + 0,79 28 ⎞ ⎛ 47 ⎞
2

× + ⎜ × ⎟ +⎜ ⎟
4 158,5 ⎝ 4 158,5 ⎠ ⎝ 99 ⎠

The total 3rd Edition revised comprises booklets 1 to 5 and 7 to 9 Corrigendum Booklet 3
Copyright by FEM Product Group Cranes and Lifting Equipment (former FEM Section I Heavy
Lifting Appliances)

I:\Pokorny\Archive - FEM\FEM 1 Transfer 2004-10-28\Corrigendum\FEM 1.001 Part 3\N xyz FEM 1.0001 Booklet 3
EN Corr 2010-05-20.doc
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Compression et cisaillement combinés

σ et τ étant les contraintes calculées en compression et au cisaillement, on détermine la contrainte


critique de comparaison σvcr.c par l'expression :

σvcr.c = (σ2 + 3 τ2 )0,5 / { { [ ( 1 + ψ) / 4 ] . ( σ / σ v


cr ) + { [ 0,25 . ( 3 - ψ ) . σ / σvcr ]2 . [ τ / τvcr ]2 }0,5 }
ψ étant défini dans le tableau T.A. 3.4.1.

Remarque importante : Il est essentiel de noter que les formules ci-dessus donnant les contraintes
critiques σvcr et σvcr.c ne sont valables que lorsque les valeurs ainsi déterminées sont inférieures à
la limite de la proportionnalité (c’est-à-dire 190 N/mm2 pour l'acier A.37, 290 N/mm2 pour l'acier
A.52).

De même, la formule donnant τvcr n'est valable que lorsque la valeur 30,5 . τvcr est inférieure à la
limite de proportionnalité. .

Lorsque ces formules conduisent à des valeurs supérieures à ces limites, il convient de prendre en
compte une valeur critique limite obtenue en multipliant la valeur critique calculée par le coefficient
ρ indiqué dans le tableau T.A. 3.4.2. qui précise en outre pour les différentes valeurs de σvcr et τvcr
.calculées, les valeurs réduites correspondantes.

3 - 40
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.A. 3.4.1. - Valeur des coefficients de voilement κσ et κτ des plaques


appuyées sur les quatre bords

No. CAS α=a/b κσ or κτ


1 Compression simple uniforme α≥1 κσ = 4

α≤1 κσ = (α + 1 / α)2

2 Compression non uniforme α≥1 κσ = 8,4 / ( ψ + 1,1 )

α≤1 κσ = 2,1 . (α + 1 / α)2 / ( ψ + 1,1 )

3 Flexion pure ψ = - 1 ou flexion α≥2/3 κσ = 23,9


avec traction prépondérante
Zug ψ < -1
α≤2/3 κσ = 15,87 + 1,87 / α2 + 8,6 α2

4 Flexion avec compression κσ = ( 1 + ψ ) . κ‘ - ψ . κ‘’ + 10 . ψ . ( 1 + ψ )


prépondérante - 1 < ψ< 0 ou :
κ‘ = valeur de κσ for ψ = 0 in case n° 2
κ‘’ = valeur de κσ pour la flexion pure (cas no. 3

5 Cisaillement pur α≥1 κτ = 5,34 + 4 / α2

α≤1 κτ = 4 + 5,34 / α2

Tableau T.A. 3.4.2. - Valeurs de ρ et des contraintes critiques σvcr , σvcr.c et τvcr (N/mm2)

σvcr σvcr σvcr σvcr


ou τ v
cr ou τ v
cr ou τ v
cr ou τvcr
σ v
cr.c ρ σ v
cr.c σ v
cr.c ρ σ v
cr.c
calculée calculée réduite réduite calculée calculée réduite réduite
Acier St 37 (Fe 360) Acier St 52 (Fe 510)
190 110 1,00 190 110 290 168 1,00 290 168
200 116 0,97 194 113 300 173 0,98 294 169
210 121 0,94 197 114 310 179 0,96 297 172
220 127 0,91 200 116 320 185 0,94 300 174
230 133 0,88 202 117 330 191 0,92 303 175
240 139 0,85 204 118 340 196 0,90 306 176
250 145 0,82 206 119 350 202 0,88 308 177
260 150 0,80 208 120 360 208 0,86 309 178
280 162 0,76 212 122 380 220 0,82 312 180
300 173 0,72 215 124 400 231 0,79 316 182
340 197 0,65 221 128 440 254 0,73 322 185

3 - 41
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Détermination des contraintes limites au voilement

Ayant déterminé, comme il est dit précédemment, les contraintes critiques au voilement, on adopte
comme contrainte admissible la contrainte critique divisée par le coefficient νV fixé à l'article 3.4.

Le calcul est alors conduit de la façon suivante :

On détermine pour les différents cas de sollicitations les contraintes comme il est indiqué à l'article
3.4. et l'on vérifie que les contraintes ainsi calculées ne dépassent pas les contraintes admissibles
déterminées comme il est dit plus haut.

Remarque : Dans les cas de compression et cisaillement combines, la contrainte critique de


comparaison σvcr.c est à comparer à la contrainte de comparaison calculée suivant la formule de
l'article 3.2.1.3. :
σcp = ( σ2 + 3 . τ2 )0,5

Exemple de vérification au voilement

Soit une poutre à âme pleine, acier A.37 de 10 m de portée, hauteur 1,50 m, épaisseur de âme
0,010 m ; charge uniformément repartie 162 kN/m ; raidisseurs espaces de 1,25 m.

Réactions aux appuis : A = B = 810 kN


Moment d'inertie de la poutre I = 1 419 000 cm4
Vérification à la section MN à 0,625 m de A
Moment fléchissant en MN :

Mf = 810 x 0 625 - ( 162 x 0,6252 ) / 2 = 474,7 kNm

Contrainte supérieure (compression) :

σ1 = - ( 474,7 x 106 x 0,84 x 103 ) / ( 1 419 000 . 104 ) = - 28 N/mm2

Contrainte inférieure (traction) :

σ2 = ( 474,7 x 106 x 0,66 x 103 ) / ( 1 419 000 . 104 ) = 22 N/mm2

3 - 42
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

FÉDÉRATION EUROPÉENNE DE LA MANUTENTION


Product Group
Krane und Hebezeuge
Cranes and Lifting Equipment
Appareils et Equipement de Levage

FEM 1.001 Rules for the Design of Hoisting appliances


Booklet 3 Calculating the stresses in structures

Corrigendum 2010-05-19 EN
3rd EDITION Revised
1998.10.01

German, English and French Version on the following pages 3- 40 and 3- 43 as follows:

The equation of δ cr.


v
c shall be read as follows:

Combined compression and shear [pages 3- 40]

Taking δ and τ to be calculated stresses in compression and in shear the critical comparison
stress δ cr.
v
c is determined from the expression:

σ 2 + 3τ 2
σ v
cr .c =
2 2
1 +ψ σ ⎛ 3 −ψ σ ⎞ ⎛τ ⎞
⋅ v + ⎜⎜ ⋅ v ⎟⎟ + ⎜⎜ v ⎟⎟
4 σ cr ⎝ 4 σ cr ⎠ ⎝ τ cr ⎠

Example of checking for buckling [pages 3- 40 last formula on page]

The critical comparison stress then becomes:

282 + 3 × 47 2
σ crv .c = = 168 N / mm 2
2
1 − 0,79 28 ⎛ 3 + 0,79 28 ⎞ ⎛ 47 ⎞
2

× + ⎜ × ⎟ +⎜ ⎟
4 158,5 ⎝ 4 158,5 ⎠ ⎝ 99 ⎠

The total 3rd Edition revised comprises booklets 1 to 5 and 7 to 9 Corrigendum Booklet 3
Copyright by FEM Product Group Cranes and Lifting Equipment (former FEM Section I Heavy
Lifting Appliances)

I:\Pokorny\Archive - FEM\FEM 1 Transfer 2004-10-28\Corrigendum\FEM 1.001 Part 3\N xyz FEM 1.0001 Booklet 3
EN Corr 2010-05-20.doc
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Ces contraintes sont calculées aux points correspondant aux bords supérieur et inférieur de l’âme.

contrainte de cisaillement :

( 810 . 103 - 162 . 0,625 . 103 ) / ( 10 . 1500 ) = 47 N/mm2

Flexion : (cas 4 - compression prépondérante ) :

ψ = 0,22 / -0,28 = -0,79 α = 1,25 / 1,50 = 0,83 (< 1 )

on a donc : κσ = ( 1 + ψ ) . κ‘ - ψ . κ‘’ + 10 . ψ . ( 1 + ψ )

avec κ‘ = ( α+ 1 / α )2 . 2,1 / ( 0 + 1,1 ) = ( 0,83+ 1 / 0,83 )2 . 2,1 / 1,1 = 7,90

et κ‘’ = 23,9

d’ou κσ = ( 1- 0,79 ) . 7,90 + 0.79 . 23,9 - 10 . 0,79 . ( 1 - 0,79 ) = 18,88

Contrainte de référence d'Euler :

σE R = 189 800 . ( e / b )2 = 189 800 ( 10 / 1500 )2 = 8,4 N/mm2

d'ou contrainte critique de voilement :

σvcr = κσ . σER = 18,88 . 8,4 = 158,6 N/mm2

Cisaillement : κτ = 4 + 5,34 / σ2 = 4 + 5,34 / 0,832 = 11,75

et τvcr = κτ . σE R = 11,75 . 8,4 = 99 N/mm2

La contrainte critique de comparaison est alors :σvcr.c =

( 282 + 3 . 472 )0,5


________________________________________________________________________________________________________________
2 2 0,5
{ [ ( 1 - 0,79 ) / 4 ] . ( 28 / 158,5 ) + { [ 0,25 . ( 3 + 0,79 ) . 28 / 158,5 ] . [ 47 / 99 ] }

σvcr.c = 168 N/mm2

3 - 43
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Conclusion :

La contrainte de comparaison dans le cas de la traction (ou compression) combinée au


cisaillement est donnée à l'article 3.2.1.3.

( σ2 + 3 τ2 )0,5 = 86 N/mm2.
Cette valeur est inférieure à la contrainte critique de voilement selon l'article 3.4.
(avec νV = 1,4) 168 / 1,4 = 120 N/mm2 pour le cas I des sollicitations.

La contrainte admissible de voilement n’est donc pas dépassée dans le cas I de sollicitations.

Il convient bien entendu de s'assurer également que les contraintes limites admissibles au
voilement ne sont pas dépassées dans les cas II et III de sollicitations.

Vérification des éléments de coques cylindriques de section circulaire soumis au voilement :

Les coques à paroi mince, par exemple les gros tubes, soumis à des sollicitations de pression
axiales, centrées ou excentrées, doivent être vérifiées au voilement local, si :
t / r ≤ 25 . σE / E
ou:
t = épaisseur de la paroi
r = rayon pris sur le milieu de la paroi
σE = limite clastique du type d'acier, selon tableau T. 3.2.1.1.
E = module d’élasticité, voir annexe A-3.4.

La contrainte idéale au voilement σvi peut être déterminée par :


σvi = 0,2 E . t / r

Dans tous les cas ou σvi est supérieure à la limite de proportionnalité de l'acier utilisé, la contrainte
idéale au voilement σv est réduite σvi à l'aide du facteur ρ.

A des intervalles d'au maximum 10 . r , il est prévu des raidisseurs latéraux dont le moment
d'inertie doit atteindre au moins la valeur fournie par la relation :

I = 0,5 . r . t3 / ( r / t )0,5

Le moment d'inertie est calcule d’après les équations suivantes :

1 - Disposition centrale du raidisseur F (centre de gravité de la section du raidisseur dans le plan


médian de l’épaisseur de la paroi).

3 - 44
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2 - Disposition excentrée du raidisseur F (centre de gravité de la section du raidisseur F2 à


l’extérieur du plan médian de l’épaisseur de la paroi 1).

I = I1 + I2 + F1 . e12 + F2 . e22

Il est admis que le calcul de σvi respectivement σv, tient compte des écarts géométriques entre les
surfaces moyennes réelles et idéales de la coque, résultant d'imperfections locales de fabrication,
jusqu’à une valeur de t / 2.

3 - 45
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

A - 3.6. - VERIFICATION DES ELEMENTS DE CHARPENTE SOUMIS A LA FATIGUE

Il convient de rappeler que le phénomène de la fatigue est l'une des causes de ruine envisagées à
l'article 3.6. et que par conséquent, la vérification à la fatigue vient en complément de celle par
rapport à la limite élastique et éventuellement au flambement et au voilement.

Si les contraintes admissibles de fatigue, déterminées ci-après, sont supérieures à celles résultant
des autres vérifications, cela signifie simplement que le dimensionnement n'est pas conditionné
par la fatigue.

L'article 3.6. fixe les différents paramètres devant intervenir dans la vérification à la fatigue des
éléments de charpente.

Cette annexe a pour but de classer d'abord les différents assemblages suivant le cas d'entaille
défini à l'article 3.6.2. et de fixer ensuite pour ces différents cas d'entaille et pour chaque groupe de
classement de l’élément défini à l'article 2.1.4. les contraintes de la fatigue admissibles en fonction
du coefficient κ défini à l'article 3.6.4.

Ces contraintes admissibles à la fatigue ont été déterminées à la suite d'essais entrepris par la
F.E.M. sur des éprouvettes présentant différents cas d'entaille et soumis à des spectres différents.
Elles ont été fixées en se basant sur les valeurs des contraintes qui, aux essais, ont assuré une
survie de 90 %, affectées d'un coefficient de sécurité de 4/3.

En pratique, une charpente est composée éléments assemblés entre eux par soudure, rivetage ou
boulonnage et l’expérience montre que le comportement d'un élément est très diffèrent selon le
point considèré, la proximité immédiate d'un assemblage constituant toujours un point faible plus
ou moins vulnérable suivant le mode d'assemblage mis en oeuvre.

On examine donc dans un premier paragraphe l'effet de la fatigue sur les éléments de charpente,
d'une part, en dehors de tout assemblage et, d'autre part, à proximité immédiate des assemblages
d'usage courant.

Dans un deuxième paragraphe, on examine la résistance à la fatigue des éléments de jonction


proprement dits : cordons de soudure, rivets, boulons.

3 - 46
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

1 - VERIFICATION DES ELEMENTS DE CHARPENTE

On considère la résistance à la fatigue du métal dans sa continuité, loin de tout assemblage et,
d'une façon générale, loin de tout point où peut se produire une concentration de contraintes, donc
une diminution de résistance à la fatigue.

Pour tenir compte de la diminution de résistance au voisinage des assemblages, par suite de la
présence de trous, de cordons de soudure, provoquant des changements de section, on considère
au voisinage de ces assemblages des "effets d'entaille" caractérisant les effets de concentration de
contraintes provoqués par la présence de discontinuités dans le métal.

Ces effets d'entaille se traduisent par une réduction des contraintes admissibles, l'importance de la
réduction dépendant du type de discontinuité rencontré, c’est-à-dire du mode d'assemblage utilisé.

Pour caractériser l'importance de ces effets d'entaille, les différents cas de construction
d'assemblages sont repartis en différentes catégories de la façon suivante :

Elements non-soudés

Ces éléments présentent 3 cas de construction :

Le cas WO concerne le matériau lui-même sans effet d'entaille.

Le cas W1 et W2 concernent les éléments perforés (voir tableau T.A.3.6. (1)).

Éléments soudés

Ces assemblages sont repartis par ordre d'effet d'entaille croissant de K0 à K4, correspondant aux
éléments de charpente situés à proximité des cordons de soudure.

Le tableau T.A. 3.6. (1) donne quelques indications sur la qualité des soudures et une classification
des soudures et des différents cas d'assemblage les plus couramment employés dans la
construction des appareils de levage.

Détermination des contraintes admissibles à la fatigue

Sollicitations en traction et compression

Les valeurs de base qui ont servi à la détermination des contraintes admissibles en traction et
compression sont celles qui résultent de l'application d'une contrainte constante alternée
± σW (κ = - 1 ) assurant aux essais une survie de 90 % sur laquelle un coefficient de sécurité de 4/3
a été appliqué.

Pour tenir compte du nombre de cycles et du spectre de contraintes, les valeurs ont été
déterminées pour chaque groupe de classement de l’élément, ce dernier tenant compte de ces
deux paramètres.

3 - 47
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Pour les éléments non soudés, les valeurs de σW sont identiques pour les aciers A.37 et A.44.
Elles sont plus élevées pour l'acier A.52.

Pour les éléments soudés, les valeurs de σW sont identiques pour les 3 qualités d'acier.

Tableau T.A. 3.6.1.


Valeurs de σW en fonction du groupe d’élément et du cas de construction (N/mm2)

Éléments soudés
Eléments non soudés Cas de construction
Groupe Cas de construction (Aciers St 37 à St 52, Fe 360 à Fe 510)
d' W0 W1 W2
élémen Fe 360 Fe 360 Fe 360
t St 37 St 52 St 37 St 52 St 37 St 52 K0 K1 K2 K3 K4
St 44 Fe 510 St 44 Fe 510 St 44 Fe 510
E1 249,1 298,0 211,7 253,3 174,4 208,6 (361,9) (323,1) (271,4) 193,9 116,3

E2 224,4 261,7 190,7 222,4 157,1 183,2 (293,8) 262,3 220,3 157,4 94,4

E3 202,2 229,8 171,8 195,3 141,5 160,8 238,4 212,9 178,8 127,7 76,6

E4 182,1 201,8 154,8 171,5 127,5 141,2 193,5 172,8 145,1 103,7 62,2

E5 164,1 177,2 139,5 150,6 114,9 124,0 157,1 140,3 117,8 84,2 50,5

E6 147,8 155,6 125,7 132,3 103,5 108,9 127,5 113,8 95,6 68,3 41,0

E7 133,2 136,6 113,2 116,2 93,2 95,7 103,5 92,4 77,6 55,4 33,3

E8 120,0 120,0 102,0 102,0 84,0 84,0 84,0 75,0 63,0 45,0 27,0

Les valeurs entre parenthèses, supérieures à 0,75 fois la charge de rupture, ne sont que des
valeurs théoriques (voir remarque 2 à la fin de ce paragraphe).

Les formules suivantes donnent pour toutes valeurs de κ les contraintes admissibles de fatigue :

a) κ ≤ 0
- en traction: σt = 5 . σw / ( 3 - 2 . κ ) (1)

- en compression: σc = 2 . σw / ( 1 - κ ) (2)

σw étant donné dans le tableau ci-dessus.

b) κ > o
- en traction : σt = σO / [ 1 - κ . (1 - σO / σ+1 ) ] (3)

- en compression : σc = 1,2 . σt (4)

3 - 48
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

où σO = contrainte en traction pour κ = 0 donnée par la formule (1)


c'est-à-dire : σO = 1,66 . σw

σ+1 = contrainte en traction pour κ = + 1 c’est-à-dire la contrainte de rupture σR divisée par le


coefficient de sécurité de 4/3 :
σ+1 = 0,75 . σR

σt est limite en tout cas à 0,75 . σR .

A titre d'illustration, la figure A.3.6.1. reprend des courbes fournissant la contrainte admissible en
fonction du rapport κ pour les cas suivants :
- acier A 52 ;
- traction prépondérante ;
- groupe E6 ;
- le cas de construction W0, W1, W2 pour les éléments non soudés et les cas d'assemblage K0 à
K4.

Les contraintes admissibles ont été limitées à 240 N/mm2, c’est-à-dire, à la contrainte admissible
adoptée pour la vérification à la rupture.
(contrainte admissible)

(Rapport entre les contraintes extrêmes)


Figure A.3.6.1. - A.52: Traction groupe E6

3 - 49
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Sollicitations au cisaillement dans le matériau pour les éléments de charpente

On prend pour chacun des groupes E1 à E8, la contrainte admissible de fatigue en traction du cas
wO divisée par 30,5:
τa = σt of case wO / 30,5

Sollicitations combinées à la traction (ou compression) et au cisaillement

Dans ce cas, on détermine les contraintes admissibles de fatigue de chacune des sollicitations
normales de traction ou compression σxa et σya et de cisaillement τxya supposées s’exerçant seules
en fonction respectivement des valeurs de κ suivantes déterminées conformément à l'article 3.6.4.
:

κx = σx min / σx max κy = σy min / σy max et κxy = τxy min / τxy max

On vérifie ensuite les 3 conditions suivantes :

σx max < σxa σy max < σya et τxy max < τxya

Elles ne doivent pas dépasser la valeur de σa, admise au cas I de sollicitation (voir tableau
T.3.2.1.1.).

Ensuite pour la vérification sous l'effet de la combinaison de ces 3 genres d'efforts, on considère 2
cas :

a) S'il existe une contrainte nettement prédominante par rapport aux deux autres pour un même
cas de sollicitation, on peut se contenter de vérifier l’élément à la fatigue sous l'application de
l'effort correspondant en négligeant l'action des deux autres.

b) Dans les autres cas, en plus de la vérification pour chacune des sollicitations supposées
s'exerçant seules, il est recommandé de vérifier la relation suivante :

(σx max / σxa )2 + (σy max / σya )2 - σx max . σy max / ( | σxa | . | σya | ) + ( τxy max / τxya )2 ≤ 1 2
(5)

où les valeurs des contraintes σxa, σya et τxya sont celles résultant de l'application des formules (1),
(2), (3) et (4) limitées à 0,75 . σR.

2
Cette inégalité constituant une condition sévère, il est admis que des valeurs légèrement supérieures à 1
sont admissibles.
Dans ce cas on vérifie inégalité suivante :
[ (σx max / σxa )2 + (σy max / σya )2 - σx max . σy max / ( | σxa | . | σya | ) + ( τxy max / τxya )2 ]0,5 ≤ 1,05
De plus, l'attention est attirée sur ce que les valeurs | σxa | et | σya | introduites au dénominateur du 3eme
terme doivent être prises en valeur absolue, σx max et σy max étant considérées en valeur algébrique.

3 - 50
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Pour l'application de cette formule, il convient de se reporter aux indications données à l'article
3.2.1.3. c’est-à-dire que l'on peut :

- soit effectuer la vérification en combinant les valeurs maximales de σx max , σy max et τxy max par
rapport aux contraintes limites admissibles σxa, σya et τxya calculées en considérant les valeurs
de κ les plus défavorables.

- soit rechercher la combinaison effectivement possible la plus défavorable en faisant la vérification


avec les valeurs suivantes :

a) σx max et κx min avec les valeurs de σy, τxy, κy et κxy correspondantes

b) σy max et κy min avec les valeurs de σx, τxy, κx et κxy correspondantes

c) τxy max et κxy min avec les valeurs de σx, σy, κx et κy correspondantes.

Voir à ce sujet la remarque de l'article 3.2.1.3.

Pour faciliter les calculs, on trouve dans le tableau T.A. 3.6.2. les valeurs admissibles de :

τxy max / τxya en fonction des valeurs de σx max / σxa et de σy max / σya

Dans ce tableau, les valeurs de σx max / σxa sont portées dans la colonne de gauche avec la
convention suivante : le rapport est considéré comme positif si σx max et σy max sont de même signe,
et négatif dans le cas contraire.

3 - 51
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.A. 3.6.2. - Valeurs de τxy max / τxya en fonction de σx max / σxa et σy max / σya

σx max σy max / σya


________
σxa 1,0 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0
+ 1,0 0 0,300 0,400 0,458 0,490 0,500 0,490 0,458 0,400 0,300 0

+ 0,9 0,300 0,436 0,520 0,575 0,608 0,625 0,625 0,608 0,575 0,520 0,436

+ 0,8 0,400 0,520 0,600 0,656 0,693 0,714 0,721 0,714 0,693 0,656 0,600

+ 0,7 0,458 0,575 0,656 0,714 0,755 0,781 0,794 0,781 0,781 0,755 0,714

+ 0,6 0,490 0,608 0,693 0,755 0,800 0,831 0,849 0,854 0,849 0,831 0,800

+ O,5 0,500 0,625 0,714 0,781 0,831 0,866 0,889 0,900 0,900 0,889 0,866

+ 0,4 0,490 0,625 0,721 0,794 0,849 0,889 0,917 0,933 0,938 0,933 0,917

+ 0,3 0,458 C,608 0,714 0,794 0,854 0,900 0,933 0,954 0,964 0,964 0,954

+ 0,2 0,400 0,575 0,693 0,781 0,849 0,900 0,938 0,964 0,980 0,985 0,980

+ 0,1 0,300 0,520 0,656 0,755 0,831 0,889 0,933 0,964 0,985 0,995 0,995

0 0 0,436 0,600 0,714 0,800 0,866 0,916 0,9S4 0,980 0,99S 1,000

- 0,1 0,300 0,520 0,656 0,755 0,831 0,889 0,933 0,964 0,98S 0,995

- 0,2 0,400 0,575 0,693 0,781 0,849 0,900 0,938 0,964 0,980

- 0,3- 0,173 0,458 0,608 0,714 0,794 0,854 0,900 0,933 0,954

- 0,4 0,265 0,490 0,625 0,721 0,781 0,849 0,889 0,917

- 0,5 0,300 0,500 0,625 0,714 0,781 0,831 0,866

- 0,6 0,300 0,490 0,608 0,693 0,755 0,800

- 0,7 0,265 0,458 0,575 0,656 0,714

- 0,8 0,173 0,400 0,520 0,600

- 0,9 0,300 0,436

- 1,0 0

Si σx max et σy max sont de signes contraires (traction ou compression) lire les valeurs de
τxy max / τxya en partant des valeurs négatives de σx max / σxa.

3 - 52
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Remarques générales

Remarque 1 - Dans l'application des considérations précédentes, il est essentiel de tenir compte
des flexions secondaires que le mode d'assemblage peut provoquer dans les éléments de
charpente.

Remarque 2 - Si l'on se reporte au tableau des valeurs de σw, l'on voit apparaître dans les groupes
E1 et E2 des contraintes très supérieures à celles admises habituellement dans les constructions
de charpente. Ces valeurs ne sont en effet que des valeurs théoriques obtenues par extrapolation
de résultats d'essais sur des groupes plus élevés (E3 et E8) et avec des cas d'entaille moyens et
importants K2, K3 et K4). Il convient donc de ne pas attacher une signification physique à ces
valeurs indiquées entre parenthèses dont la comparaison pourrait dans certains cas conduire à la
conclusion qu'un assemblage du type K0 ou K1 résisterait mieux à la fatigue que le métal dans sa
continuité (cas W0). En fait cette anomalie apparente introduit le fait bien connu qu'il n'est pas
nécessaire le plus souvent de faire des vérifications à la fatigue pour les groupes légers avec des
cas d'entaille faibles ou modérés.

Sur le plan des calculs, il faut noter que ces valeurs théoriques de σw ne sont utilisées que pour la
détermination des contraintes de fatigue admissibles σsa , σyen et τxya entrant dans la formule (5)
pour la vérification dans le cas des efforts combinés. Des exemples de calcul sont donnés en fin
d'annexe.

3 - 53
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2 - VERIFICATION DES ELEMENTS DE JONCTION (soudures, boulons, rivets)

Soudures

a) Sollicitations en traction et compression dans les cordons de soudure :

On vérifie les cordons de soudure soumis à la fatigue en traction et compression en adoptant les
mêmes contraintes admissibles que celles du métal qu'ils assemblent.

Remarque - Les limites prévues à l'article 3.2.2.3. pour certains cas particuliers de traction et
compression transversales dans les cordons de soudure doivent être respectées.

L'annexe A.3.2.2.3. donne en outre quelques indications sur la détermination des contraintes
dans les cordons de soudure.

b) Sollicitations au cisaillement dans les cordons de soudure :

Les contraintes de cisaillement admissibles à la fatigue dans les cordons de soudure sont
déterminées en divisant par 20,5 les contraintes admissibles en traction du cas K0.

c) Sollicitations combinées :

Pour tenir compte de l'influence de la fatigue dans les cordons de soudure, sous l'effet de
sollicitations variables combinées, on utilise la méthode définie plus haut pour les éléments de
charpente.

Boulons et rivets

a) Sollicitations en traction :

La fatigue, sous les efforts de traction variables dans les boulons et rivets n'est pas prise en
considération.

Il faut d'ailleurs remarquer que l'on doit éviter le plus possible de faire travailler les boulons et
plus encore les rivets en traction.

b) Sollicitations au cisaillement et pression diamétrale :

On distingue le cisaillement simple et le cisaillement multiple définis à l'article 3.2.2.1.1.

Les contraintes de cisaillement admissibles à la fatigue pour les boulons et rivets sont
déterminées en multipliant les contraintes admissibles en traction du cas W2 par :

0,6 dans le cas du cisaillement simple 0,8 dans le cas du cisaillement multiple

On obtient les valeurs des pressions diamétrales admissibles en multipliant par 2,5 les valeurs
du cisaillement admissible dans les boulons et rivets.

3 - 54
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.A. 3.6.(1) - Classification des cas de construction des assemblages

Les assemblages peuvent être réalises par rivets, boulons ou soudures.

Les soudures les plus employées dans les appareils de levage sont : les soudures bout a bout, les
soudures en K et les soudures d'angle, de qualite courante (Q.C.) ou speciale (Q.S.) précisées ci-
après.

En outre, un contrôle des soudures est prevu pour certains types d'assemblages.

3 - 55
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

A - Qualité des soudures


3
Genre de Qualite de Execution des Sym-
soudure la soudure soudures Symbole Essai de soudure bole
Base du cordon grat-
tée (ou ébarbée) avant
Qualité éxécution de la reprise Essai par exemple aux
speciale au dos. Sans cratère rayons X sur 100 % de la P 100
Soudure (Q.S.) d'extremité. Cordon longueur du cordon
bout à bout meulé au ras de la tôle
realisée dans parallèlement au sens
l'épaisseur des forces
des éléments Base du cordon grattée Si la contrainte calculée
à joindre Qualité (ou ébarbée) avant est > 0,8 fois la contrainte P 100
courante exécution du admissible
(Q.C) cordon de reprise au Autrement contrôle au
dos. Sans cratère hasard sur au moins P 10
d'extrêmité 10 % de la longueur du
cordon
Base du cordon grattée
(ou ébarbée) avant
exécution de la soudure
Qualité sur la 2eme face. Bords
Soudure en K speciale des cordons sans
réalisée dans (Q.S.) entaille. Meulés le cas S'assurer que pour les
l'angle formé échéant. Soudure à sollicitations en traction,
par 2 pièces pénétration complète la tôle perpendiculaire au D
avec chanfrein sens des efforts
sur l'une des Zone sans pénétration ne présente pas de
pièces à de soudure entre les défaut de feuilletage.
assembler à Qualité deux cordons < 3 mm
l'endroit du courante
cordon (Q.C.)

S'assurer que pour les


Qualité Bords du cordon sans sollicitations en traction,
speciale entaille. la tôle perpendiculaire au D
Soudure (Q.S.) Meulés le cas échéant sens des efforts ne
d'angle présente pas de défaut
réalisée de feuilletage
dans l'angle
formé par 2 Qualité
pièces courante
(Q.C.)

3
Il est prévu que les symboles seront adaptés à la norme ISO 2553 lors de la prochaine édition
des "Règles pour le calcul des appareils de levage" quand l'additif de cette norme, actuellement en
projet, sera définitivement publié.

3 - 56
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.A. 3.6.(1) (suite) - B - Cas de construction des assemblages

Les tableaux suivants donnent une classification des différents cas d'assemblage en fonction des
effets d'entaille plus ou moins importants qu'ils entraînent.

Il convient de noter que pour une même soudure, les effets d'entaille sont differents suivant le type
de sollicitation auquel est soumis l'assemblage.

Par exemple, un joint d'angle est classé dans le cas K0 pour des efforts de traction ou compression
longitudinales (0,31) ou de cisaillement longitudinal (0,51) et dans le cas K3 ou K4 pour des efforts
de traction ou compression transversales (3,2 ou 4,4).

1 - Eléments non soudeés

Cas W0
Référence Description Figure Symbole
Matériau de base, caractérisé par des
W0 surfaces homogènes. Pièces sans
jonction et sans discontinuité (barres
pleines) sans effets d'entaille à moins
que ces derniers puissent être calculés

Cas W1
Référence Description Figure Symbole
Eléments perforés. Eléments perforés
pour rivetage ou boulonnage avec rivets
W1 et boulons sollicités jusqu'a 20 % des
valeurs admissibles. Eléments perforés
pour assemblage par boulons (article
.2.2.2.2.3.) à haute résistance sollicités à
100 % de la valeur admissible (article
3.2.2.2.2.2.)

Cas W2
Référence Description Figure Symbole
Eléments perforés pour assemblage par
W2.1 rivets ou boulons sollicités au
cisaillement multiple

Eléments perforés pour assemblage par


W2.2 rivets ou boulons sollicités au
cisaillement simple (compte tenu des
efforts excentriques) de pièces non
appuyées
Eléments perforés pour assemblage, par
W2.3 rivets et boulons sollicités au cisaillement
simple, de pièces appuyées ou guidées

3 - 57
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2 - Elements soudes

Cas K0 - Amorce de rupture faible

Référence Description Figure Symbole


Eléments reliés par soudure bout à
0,1 bout (Q.S.) perpendiculaire au sens
des efforts P 100

Pièces d'épaisseur différente reliées


par soudure bout à bout (Q.S.)
0,11 perpendiculairement au sens des P 100
efforts
Pente asymetrique : 1/4 1/5
Pente symetrique : 1/3

Eléments d'âme d'une poutre reliés


0,12 transversalement par soudure bout a P 100
bout (Q.S.)

Gousset fixé par soudure bout à bout


0,13 (Q.S.) perpendiculairement au sens P 100
des efforts

Eléments reliés par soudure bout à


0,3 bout (Q.C.) realisée parallèlement au P 100
sens des efforts ou P10

Eléments reliés par soudure d'angle


(Q.C.) realisée parallèlement au sens
0,31 des efforts. (Partie longeant les pièces
assemblées).

Soudure bout à bout (Q.C.) entre


0,32 semelle en profilé et âme d'une poutre P 100
ou P 10

Soudure en K, ou soudure d'angle


(Q.C.) entre semelle et âme d'une
0,33 poutre, calculée pour la contrainte de
comparaison en cas d'efforts
combinés (article 3.2.1.3.)

3 - 58
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Cas K0 - Amorce de rupture faible (suite)

Référence Description Figure Symbole

Soudure bout a bout (Q.C.) dans le


P 100
0,5 cas d'un cisaillement longitudinal
ou P10

0,51 Soudure en K (Q.C.) ou soudure


d’angle (Q.C.) dans le cas d'un
cisaillement longitudinal

Cas K1 - Amorce de rupture modérée

Référence Description Figure Symbole


Eléments reliés par soudure bout à
bout (Q.C.) réalisée
1,1 perpendiculairement au sens des P100
efforts ou P 10

Pièces d'épaisseur différente reliées


par soudure bout à bout tQ.C.)
1,11 perpendiculairement au sens des P100
efforts : ou P 10
Pente asymetrique : 1/4 1/5
Pente symetrique : 1/3

1,12 Eléments d'âme d'une poutre, reliés


transversalement par soudure bout à P100
bout (Q.C.) ou P 10

Gousset fixé par soudure bout à bout


1,13 (Q.C.) perpendiculairement au sens P100
des efforts ou P 10

Elément principal continu sur lequel


sont fixées par soudure continue en K
1,2 (Q.S.) des pièces perpendiculaires au
sens des efforts

3 - 59
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Cas K1 - Amorce de rupture modérée (suite)

Référence Description Figure Symbole


Ame sur laquelle sont fixés par
soudure d'angle (Q.S.) des raidisseurs
1,21 perpendiculaires au sens des efforts,
les cordons contournant les jours des
raidisseurs
Eléments reliés par soudure bout à
1,3 bout réalisée parallèlement au sens
des efforts (sans contrôle de la
soudure)
Soudure en K (Q.S.) entre semelle
1,31 courbée et âme

Cas K2 - Amorce de rupture moyenne

Référence Description Figure Symbole


Pièces d'épaisseur différente reliées
par soudure bout à bout (Q.C.)
2,1 realisée perpendiculairement au sens
des efforts :
Pente asymétrique : 1/3
Pente symétrique : 1/2

Profilés reliés par soudure bout à bout


2,11 (Q.S.) réalisée perpendiculairement P100
au sens des efforts ou P 10

Profilé relié à un gousset par soudure


2,12 bout à bout (Q.S.) P100
perpendiculairement au sens des
efforts
Soudure bout à bout (Q.S.)
perpendiculaire au sens des efforts
2,13 réalisée au croisement de plats avec P100
goussets auxiliaires soudés
Extrémités des cordons meulées en
évitant l'obtention d'entailles

3 - 60
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Cas K2 - Amorce de rupture moyenne (suite)

Référence Description Figure Symbole


Elément principal continu sur lequel
sont fixés par soudure d'angle (Q.S.)
2,2 des voiles transversaux, des
raidisseurs, des anneaux ou des
moyeux perpendiculaires au sens des
efforts
Ame sur laquelle sont fixés par des
2,21 soudures d'angle (Q.S.) des
raidisseurs transversaux dont les
coins sont coupés, les cordons ne
contournant pas les coins
Voile transversal fixé par soudure
2,22 d'angle (Q.S.) avec coins coupés, les
cordons ne contournant pas les coins

Elément principal continu aux bords


duquel sont fixées par soudure bout à
2,3 bout (Q.S.) des pièces parallèles au
sens des efforts avec chanfreins ou P100
congés. Les extrémités des cordons
sont meulées en évitant l'obtention
d'entailles
Elément principal continu sur lequel
sont soudées des pièces parallèles au
sens des efforts et se terminant en
chanfrein ou congé. Valables pour les
2,31 extrémités des cordons réalisées dans
une zône égale à 10 fois l'épaisseur
par des soudures en K (Q.S.) avec
extrémités des cordons meulées en
evitant l'obtention d'entailles
Elément continu sur lequel est fixé par
soudure d'angle (Q.S.) un plat terminé
2,33 par un chanfrein de pente 1/3, la
soudure d'angle étant réalisée dans la
zone X avec a = 0,5 e

2,34 Soudure en K (Q.C.) réalisée entre


semelle courbée et âme

3 - 61
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Cas K2 - Amorce de rupture moyenne (suite)

Référence Description Figure Symbole

Assemblage en croix réalisé par D


2,4 soudure en K (Q.S.)
perpendiculairement au sens des
efforts

Soudure en K (Q.S.) entre semelle et


2,41 âme dans le cas de charge
concentrée dans le plan de l'âme
perpendiculaire au cordon de soudure
Soudure en K (Q.S.) raccordant des
2,5 pièces sollicitées à la flexion ou au
cisaillement

Cas K3 - Amorce de rupture importante

Référence Description Figure Symbole


Pièces d'épaisseur différente reliées
par soudure bout à bout (Q.C.)
3,1 perpendiculaire au sens des efforts. P100
Pente asymétrique 1/2 ou disposition ou P 10
symétrique sans pente de
raccordement
Soudure bout à bout, dont la base
3,11 supportée par un soutien ne comporte
pas de cordon de reprise au dos
(Soutien fixé par point de soudure de
place en place)
Tubes reliés par soudure bout à bout
3,12 dont la base supportée par un soutien
n'est pas couverte par un cordon de
reprise
Soudure bout à bout (Q.C.)
perpendiculaire au sens des efforts
3,13 réalisée au croisement de plats avec
goussets auxiliaires soudés.
Extrémités des cordons meulées en
évitant l'obtention d'entailles

3 - 62
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Cas K3 - Amorce de rupture importante (suite)

Référence Description Figure Symbole


Elément principal continu sur lequel
sont fixées par soudure d'angle (Q.C.)
3,2 des pièces perpendiculaires au sens
des efforts ne recevant qu'une faible
partie des efforts transmis par
l'élément principal
Ame et raidisseur ou voile transversal
3,21 fixés par soudure d'angle (Q.C.)
interrompue

Elément continu aux bords duquel


sont fixées par soudure bout à bout
3,3 (Q.C.) des pièces parallèles au sens
des efforts avec chanfrein. Extrémité
des cordons meulée en évitant
l'obtention d'entailles
Elément continu sur lequel sont
soudées des pièces terminées en
chanfrein ou congé parallèlement au
3,31 sens des efforts, valables pour les
extrémités des cordons réalisées dans
une zône égale a 10 fois l'épaisseur
par des soudures d'angle (Q.S.) avec
meulage des extrémités des cordons
sans obtention d'entailles
Elément continu à travers lequel est
passée une tôle avec extrémités en
3,32 chanfrein ou congé parallèlement au
sens de l'effort, fixée par soudure en K
(Q.C.) dans une zone égale à 10 fois
l'épaisseur

Elément continu sur lequel est soudé


un plat, parallèle au sens des efforts
3,33 par soudure d'angle (Q.S.) dans la
zône indiquée lorsque : e1 < 1,5 . e2

3 - 63
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Cas K3 - Amorce de rupture importante (suite)

Référence Description Figure Symbole


Eléments aux extrémités desquels
sont fixés par soudure d'angle (Q.S.)
3,34 des goussets de liaison lorsque
e1<e2. En cas de gousset unilatéral
tenir compte de l'effort excentrique
Elément continu sur lequel sont
soudés des raidisseurs parallèles au
sens des efforts, les extrémités des
3,35 cordons étant des soudures d'angle
(Q.S.) dans la zône = 10 fois
l'épaisseur, meulées sans obtention
d'entailles
Elément continu sur lequel sont fixés
des raidisseurs parallèles au sens des
3,36 efforts par des soudures d'angle
(Q.C.) interrompues, effectuées entre
des échancrures

Assemblage en croix réalisé par D


3,4 soudure en K (Q.C.) perpendiculaire
au sens des efforts

Soudure en K (Q.C.) entre semelle et


3,41 âme dans le cas de charge
concentrée dans le plan de l'âme
perpendiculaire au cordon
Soudure en K (Q.C.) raccordant des D
pièces sollicitées à la flexion et.au
3,5 cisaillement

Elément continu sur lequel sont fixés


3,7 par des soudures d'angle (Q.S.) des
profilés ou des tubes

3 - 64
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Cas K4 - Amorce de rupture très importante

Référence Description Figure Symbole


Pièces d'épaisseurs différentes reliées
4,1 par soudure bout à bout (Q.C.)
perpendiculaire au sens des efforts.
Position asymétrique sans pente de
raccordement
Soudure bout à bout (Q.C.)
4,11 perpendiculaire au sens des efforts au
croisement de plats sans gousset
auxiliaire
Soudure en V perpendiculaire au sens D
4,12 des efforts entre pièces qui se croisent
(joint cruciforme)
Elément continu aux bords duquel
4,3 sont soudées des pièces parallèles au
sens des efforts se terminant à angle
droit
Elément continu sur lequel sont fixées
par soudure d'angle (Q.C.) des pièces
4,31 terminées en angle droit parallèles au
sens des efforts et recevant une partie
importante de l'effort transmis par
l'élément principal
Elément continu à travers lequel est
passée une tôle se terminant en angle
4,32 droit et fixée par soudure d'angle
(Q.C.)
Elément continu sur lequel est fixé un
4,33 plat par soudure d'angle (Q.C.)
parallèlement au sens des efforts

3 - 65
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Cas K4 - Amorce de rupture très importante (suite)

Référence Description Figure Symbole


Couvre-joint fixe par soudure d'angle
4,34 (Q.C.) (e1 = e2) En cas de couvre-joint
unilatéral tenir compte de l'effet
excentrique

Pièces soudées l'une sur l'autre par


4,35 soudure d'angle (Q.C.) à l'intérieur de
fente ou trou

Eléments continus entre lesquels sont


4,36 fixés par soudure d'angle (Q.C.) ou
bout à bout (Q.C.) des goussets de
liaison
D
Assemblage en croix réalisé par
4,4 soudure d'angle (Q.C.)
perpendiculaire au sens des efforts
Soudure d'angle (Q.C.) entre semelle
4,41 et âme dans le cas de charge
concentrée dans le plan de l'âme
perpendiculaire au cordon
Soudure d'angle (Q.C.) raccordant
4,5 des pièces sollicitées à la flexion et au D
cisaillement

Elément continu sur lequel sont fixés


4,7 par soudure d'angle (Q.C.) des
profilés ou des tubes

3 - 66
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

EXEMPLES DE VERIFICATION PAR CALCULS

EXEMPLES DE VERIFICATION A LA FATIGUE


D'UN ASSEMBLAGE AME SEMELLE SOUDE - ACIER A-37

MEMBRANE SUPERIEURE D'UNE POUTRE DE PONT ROULANT


SUR LAQUELLE ROULE UN CHARIOT
(double verification à la fatigue et à la limite clastique)

Les résultats des calculs des contraintes dans la membrane supérieure de la poutre sont les
suivantes :

compression longitudinale :

σx max = - 140 N/mm2

σx min = - 28 N/mm2

d’ou κ = 0,2

Compression transversale au passage du galet :

σy max = - 100 N/mm2

σy min = 0

d’où κ=0

Cisaillement : changement de signe au passage d'un coté à l'autre de la section


τxy max = ± 40 N/mm2

d’où κ = -1

Contrainte de comparaison :

[ ( -140 )2 + ( -100 )2 - 140 . 100 + 3 . 402 ]0,5 = 144 < 160 N/mm2 ( σa )

acceptable (cf. article 3.2.1.3.).

3 - 67
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

VERIFICATION A LA FATIGUE ET A LA LIMITE ELASTIQUE

PREMIER EXEMPLE - ELEMENTS DE GROUPE E4 AVEC SOUDURE D'ANGLE (Q.C.)

1 - VERIFICATION DANS LE MATERIAU A COTE DE LA SOUDURE D'ANGLE

a) Compression longitudinale : cas K0 (référence 0,31)

Vérification à la limite élastique :

σa = 160 N/mm2 (table T.3.2.1.1.)


σx max = - 140 N/mm2

d’où
| σx max l < σa

Vérification à la fatigue :

σw = 193,5 N/mm2 (table T.A.3.6.1.)

σa = 5 / 3 . σ w = 322,5 N/mm2

σ+1 = 0,75 . σR = 270 N/mm2

σt est limité à 270 N/mm2

σc = - 1,2 . σt = - 324 N/mm2

σxa = - 324 N/mm2

l σx max l < l σxa l

b) Compression transversale : cas K4 (référence 4,41)

Vérification a la limite élastique :

σa = 160 N/mm2 (table T. 3.2.1.1.)

σy max = - 100 N/mm2

| σy max | < σa

3 - 68
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Vérification à la fatigue :

σw = 62,2 N/mm2 (table T.A.3.6.1.)

σa = 5 / 3 . σ w = 103,7 N/mm2

σt = σ0 = 107,7 N/mm2 (formule (3))

σc = 1,2 . σt = 124,4 N/mm2

σya = - 124,4 N/mm2

l σy max l < l σya |

c) Cisaillement dans le matériau

Vérification à la limite clastique :

τxya = 160 / 30,5 = 92,4 N/mm2 (table T. 3.2.1.1.)

τxy max = + 40 N/mm2 (formule (1))

τxy max < τa

Vérification à la fatigue :

τw = 182,1 / 3 0,5 = 105,1 N/mm2 (table T.A.3.6.1.)

τa = τw = 105,1 N/mm2

τxya = 105,1 N/mm2

τXY max = 40 N/mm2

| τXY max l < τa

d) Vérification aux sollicitations combinées :

Utilisation de la formule (5) :

Condition à vérifier :

( -140 / -324 )2 + ( -100 / -124,4 )2 - ( -140 ) . ( -100 ) / ( 324 . 124,4 ) + ( 40 / 92,4 )2 = 0,672 < 1

donc satisfaite.

3 - 69
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

2 - VERIFICATION DANS LE CORDON DE SOUDURE

Si l'épaisseur des deux cordons est égale à l'épaisseur de l’âme, les contraintes σx max, σy max et
τxy max ont les mêmes valeurs que dans 1. ci-dessus.

Les contraintes admissibles en traction et compression sont les mêmes que pour 1. ci-dessus
(dans le matériau), tant pour la vérification à la limite élastique que pour celle à la fatigue. Il en
résulte que nous pouvons nous dispenser d'une vérification pour les cas correspondant à a) et b)
ci-dessus.

En ce qui concerne les contraintes admissibles au cisaillement, pour la vérification à la limite


élastique elles s'obtiennent en divisant la contrainte admissible en traction par 20,5 , au lieu de 30,5
pour le matériau proprement dit. Elles sont donc plus favorables que celles utilisées dans les cas
c) et d) ci-dessus.

Finalement, nous pouvons nous contenter de vérifier à la fatigue les cas correspondant à c) et d)
ci-dessous :

c) Cisaillement dans le cordon :

τxya = 193,5 / 20,5 = 136,8 N/mm2 (table T.A.3.6.1.)


τxy max = 40 N/mm2
d'où
| τxy max l < | τxya l

d) Vérification aux sollicitations combinées :

Utilisation de la formule (5)

Condition à vérifier :

(-140 / -324 )2 + ( -100 / -124,4 )2 - ( -140 ) . (-100 ) / ( 324 . 124,4 ) + ( 40 / 136,8 )2 = 0,571 < 1

donc satisfaite.

Remarque : Si l'élément avait été classé dans le groupe E6, la contrainte σy max = - 100 N/mm2
serait trop élevée, car la contrainte admissible en fatigue pour le cas K4 et κ = 0 n'est que :

σya = 1,2 . 5 / 3 . 41 = 82 N/mm2

3 - 70
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

DEUXIEME EXEMPLE - ELEMENT DU GROUPE E6 - SOUDURE EN K (Q.S.)

Les sollicitations - et donc les contraintes - seront supposées être les mêmes que dans le premier
exemple.

Les contraintes admissibles pour les vérifications à la limite élastique n'étant pas affectées par le
changement de groupe, ni par le type de soudure, les calculs du premier exemple peuvent, à cet
égard, être repris tels quels.

Nous nous limiterons donc à la vérification à la fatigue.

1 - VERIFICATION DANS LE MATERIAU AU BORD DE LA SOUDURE

a) Compression longitudinale, cas K0 (Référence 0,33)


σw = 127,5 N/mm2 (table T.A.3.6.1.)

σO = 5 / 3 . σw = 212,5 N/mm2

σ+1 = 0,75 . σR = 270 N/mm2

σt = 212,5 / [ 1 - ( 1 - 212,5 / 270 ) . 0,2] = 222,0 N/mm2 (formule (3))

σc = - 1,2 . σt = 266 N/mm2 (formule (4))

σxa = - 266 N/mm2

σx max = - 140 N/mm2

d'où l σx max l < l σxa l

b) Compression transversale : cas K2 (Référence 2,41)

σw = 95,6 N/mm2 (table T.A.3.6.1.)

σa = 5 / 3 . σ w = 159,3 N/mm2

σt = σO = 159,3 N/mm2 (formule (3))

σc = - 1,2 . σt = 191,2 N/mm2

σya = - 191,2 N/mm2

σy max = - 100 N/mm2

d'où l σy max l < l σya l

3 - 71
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

c) Cisaillement dans le matériau :

τxya = 147,8 / 30,5 = 85,3 N/mm2 (table T.A.3.6.1.)

τxy max = ± 40 N/mm2

d'où | τxy max l < | τxya l

d) Vérification aux sollicitations combinées :

Utilisation de la formule (5)

Condition à vérifier :

(-140 / -266 )2 + ( -100 / -191,2 )2 - ( -140 ) . (-100 ) / ( 266 . 191,2 ) + ( 40 / 85,3 )2 = 0,495 < 1

donc satisfaite.

2 - VERIFICATION DANS LE CORDON DE SOUDURE

Même raisonnement que pour le premier exemple.

Restent à vérifier les cas c) et d) à la fatigue.

c) Cisaillement dans le cordon :

τxya = 127,5 / 20,5 = 90,2 N/mm2 (table T.A.3.6.1.)

τxy max = ± 40 N/mm2

d'où | τxy max l < | τxya l

d) Vérification aux sollicitations combinées :

Utilisation de la formule (5)

Condition à vérifier :

(-140 / -266 )2 + ( -100 / -191,2 )2 - ( -140 ) . (-100 ) / ( 266 . 191,2 ) + ( 40 / 90,2 )2 = 0,472 < 1

donc satisfaite.

3 - 72
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

FEDERATION EUROPEENNE DE LA F.E.M.


MANUTENTION 1.001
SECTION I 3èmeEDITION
REVISEE
APPAREILS LOURDS DE LEVAGE ET DE MANUTENTION 1998.10.01

REGLES POUR LE CALCUL


DES APPAREILS DE LEVAGE

CAHIER 4

CALCUL ET CHOIX DES ELEMENTS DE MECANISMES

ème
La totalité de la 3 édition révisée comprend les cahiers 1 à 5 et 7 à 9
Copyright by FEM Section I
Disponible aussi en allemand et en anglais

FEDERATION EUROPEENNE DE LA F.E.M.


File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Cahier 4

Calcul et choix
Des éléments de mécanismes

4.1. CONDUITE DES CALCULS ................................................................................. 3


4.1.1. VERIFICATION PAR RAPPORT A LA RUPTURE ............................................................ 3
4.1.1.1. VALEUR DE LA CONTRAINTE LIMITE ADMISSIBLE................................................................3
4.1.1.2. VALEURS DU COEFFICIENT νR ...............................................................................................4
4.1.1.3. RELATIONS ENTRE LES CONTRAINTES CALCULEES ET LES CONTRAINTES LIMITES
ADMISSIBLES .......................................................................................................................................4
4.1.2. VERIFICATION PAR RAPPORT AU FLAMBEMENT ......................................................... 5
4.1.3. VERIFICATION PAR RAPPORT A LA FATIGUE ............................................................... 5
4.1.3.1. METHODE GENERALE.............................................................................................................5
4.1.3.2. LIMITE D'ENDURANCE SOUS SOLLICITATIONS ALTERNEES D'UNE EPROUVETTE
POLIE ....................................................................................................................................................6
4.1.3.3. INFLUENCE DE LA FORME, DES DIMENSIONS, DE L'ETAT DE SURFACE ET DE LA
CORROSION .........................................................................................................................................7
4.1.3.4. LIMITE D'ENDURANCE EN FONCTION DE κ, σR ET σwk (ou τwk) ..............................................7
4.1.3.5. COURBE DE WÖHLER .............................................................................................................9
4.1.3.6. RESISTANCE A LA FATIGUE D'UN ELEMENT MECANIQUE .................................................11
4.1.3.7. CONTRAINTES ADMISSIBLES ET CALCULS DE VERIFICATION..........................................11
4.1.4. VERIFICATION PAR RAPPORT A L'USURE................................................................... 13

4.2. CALCULS D'ELEMENTS PARTICULIERS........................................................ 14


4.2.1. CHOIX DES ROULEMENTS............................................................................................. 14
4.2.1.1. DUREE DE VIE THEORIQUE ..................................................................................................14
4.2.1.2. SOLLICITATION MOYENNE DES ROULEMENTS SOUMIS A DES EFFORTS DU TYPE SM ..14
4.2.1.2.1. Determination de la sollicitation moyenne SM moy des roulements pour les mouvements combinés ....14
4.2.1.3. SOLLICITATION MOYENNE DES ROULEMENTS SOUMIS A DES EFFORTS DU TYPE SR...15
4.2.1.4. ROULEMENTS SOUMIS SIMULTANEMENT A DES SOLLICITATIONS DES TYPES SM ET SR
............................................................................................................................................................15
4.2.2. CHOIX DES CABLES ....................................................................................................... 15
4.2.2.1. CHOIX DU DIAMETRE DU CABLE ..........................................................................................16
4.2.2.1.1. Bases communes aux deux méthodes .....................................................................................................16
4.2.2.1.2. Méthode du coefficient d'utilisation pratique minimal Zp...........................................................................17
4.2.2.1.3. Méthode du facteur de sélection C ...........................................................................................................18

4-1
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

4.2.3. CHOIX DES POULIES, TAMBOURS ET DES DISPOSITIFS D'ATTACHE DU CABLE... 19


4.2.3.1. DIAMETRE MINIMAL D'ENROULEMENT ................................................................................19
4.2.3.1.1. Valeurs du coefficient H.............................................................................................................................20
4.2.3.1.2. Remarque...................................................................................................................................................20
4.2.3.2 RAYON DE FOND DE GORGE.............................................................................................20
4.2.3.3. DISPOSITIFS D'ATTACHE DU CABLE .............................................................................21
4.2.4. CHOIX DES GALETS DE ROULEMENT.......................................................................... 21
4.2.4.1. DIMENSIONNEMENT DU GALET ...........................................................................................21
4.2.4.1.1. Détermination de la charge moyenne .......................................................................................................22
4.2.4.1.2. Détermination de la largeur utile du rail b .................................................................................................22
4.2.4.1.3. Détermination de la pression limite PL ......................................................................................................23
4.2.4.1.4. Détermination du coefficient c1 ..................................................................................................................24
4.2.4.1.5. Détermination du coefficient c2 ..................................................................................................................25
4.2.4.2. REMARQUES ...................................................................................................................25
4.2.5. CALCUL DES ENGRENAGES ......................................................................................... 26

ANNEXE..................................................................................................................... 27
A - 4.1.3. - DETERMINATION DES CONTRAINTES ADMISSIBLES DANS LES ELEMENTS DE
MECANISMES SOUMIS A LA FATIGUE.................................................................................... 27
EXEMPLE D'APPLICATION .................................................................................................................30
LISTE DE QUELQUES OUVRAGES TRAITANT DES PROBLEMES DE FATIGUE ..............................32
A - 4.2.2. - COMMENTAIRES SUR LE CHOIX DES CABLES ET SUR LE PROBLEME DU
COEFFICIENT DE SECURITE ................................................................................................... 33
A - 4.2.3. - CONSIDERATIONS SUR LA DETERMINATION DES DIAMETRES MINIMAUX
D'ENROULEMENT DES CABLES.............................................................................................. 37

4-2
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

4.1. CONDUITE DES CALCULS

Les éléments de mécanismes sont calculés en vérifiant qu'ils présentent une sécurité suffisante
par rapport aux causes de ruine provenant de la rupture, du flambement, de la fatigue et de l'usure
excessive.

En outre, d'autres considérations peuvent intervenir et il convient en particulier d'éviter les


échauffements exagérés ou les déformations pouvant entraver le bon fonctionnement des
mécanismes.

4.1.1. VERIFICATION PAR RAPPORT A LA RUPTURE 1

La vérification des éléments, des mécanismes par rapport à la rupture s'effectue en contrôlant que
la contrainte calculée ne dépasse pas une contrainte limite dépendant de la charge de rupture du
matériau utilisé.

4.1.1.1. VALEUR DE LA CONTRAINTE LIMITE ADMISSIBLE

La valeur de la contrainte limite admissible σa est donnée par la formule suivante :


σa = σR / νR
dans laquelle :
σR est la charge de rupture du matériau

νR est un coefficient de sécurité correspondant à chaque cas de sollicitation (art. 2.3.)

1
Il pourrait sembler plus logique de vérifier par rapport à la limite élastique comme cela a été préconisé
dans le cahier "charpentes", cette valeur constituant en principe la limite à ne pas dépasser dans l'emploi du
matériau. Pour les aciers couramment employés en charpente, il existe un large écart entre la limite
élastique et la charge de rupture, écart qui protège d'une rupture brutale même en cas de dépassement
exceptionnel de la limite élastique.
Par contre, l'utilisation dans les mécanismes de certains aciers à limite élastique très élevée par rapport à
la charge de rupture conduirait à construire des pièces fragiles si on déterminait la contrainte limite
admissible par rapport à la limite élastique, un dépassement accidentel de cette limite conduisant
immédiatement à la rupture. C'est pourquoi le critère de vérification par rapport à la charge de rupture a été
choisi.

4-3
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

4.1.1.2. VALEURS DU COEFFICIENT νR

Les valeurs à adopter pour νR sont fournies par le tableau T. 4.1.1.2.

Tableau T.4.1.1.2. - Valeurs de νR

Cas de sollicitation I et II III


Valeur de νR 2,2 1,8

Les valeurs de νR sont à majorer de 25 % pour les fontes grises.

4.1.1.3. RELATIONS ENTRE LES CONTRAINTES CALCULEES ET LES CONTRAINTES


LIMITES ADMISSIBLES

Suivant le type d'effort considéré, on vérifie les relations ci-dessous, dans lesquelles on appelle :

σt la contrainte calculée à la traction,


σc la contrainte calculée à la compression,
σf la contrainte calculée à la flexion,
τ la contrainte calculée au cisaillement.

1) Traction @ 1,25 . σt ≤ σa

2) Compression pure : σc ≤ σa

3) Flexion pure : σf ≤ σ a

4) Flexion et traction combinées : 1,25 . σt + σf ≤ σa

5) Flexion et compression combinées : σc + σf ≤ σ a

6) Cisaillement pur : 30,5 τ ≤ σa

7) Traction, flexion et cisaillement combinés : [ ( 1,25 . σt + σf )2 + 3 τ2 ]0,5 ≤ σa

8) Compression, flexion et cisaillement combinés : [ ( σc + σf )2 + 3 τ2 ]0,5 ≤ σa

4-4
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

4.1.2. VERIFICATION PAR RAPPORT AU FLAMBEMENT

On calcule les pièces soumises au flambement conformément à l'article 3.3. du cahier 3 en


vérifiant que la contrainte calculée ne dépasse pas une contrainte limite déterminée en fonction de
la contrainte critique au-delà de laquelle le flambement risque de se produire.

On tient compte pour cette vérification de la valeur du coefficient γm cependant du groupe dans
lequel est classé le mécanisme (cf. tableau T.2.6.).

Quelques indications générales relatives à la vérification des éléments au flambement sont


données à l'annexe A.3.3.

4.1.3. VERIFICATION PAR RAPPORT A LA FATIGUE

4.1.3.1. METHODE GENERALE

La résistance à la fatigue d'un élément donné est essentiellement déterminé par :

- le matériau dans lequel il est construit ;

- la forme, l’état de surface, l’état de corrosion, les dimensions (effet d’échelle) et autres facteurs
provoquant des concentrations de contraintes ;

- le rapport κ entre les contraintes minimale et maximale des divers cycles de contraintes ;

- le spectre de contraintes ;

- le nombre de cycles de contraintes.

La résistance à la fatigue d'un élément mécanique n'est connue que dans des cas exceptionnels.
En général, elle doit être déduite des caractéristiques du matériau et de l'élément et de lois
admises quant à leur comportement.

Le point de départ est fourni par la limite d'endurance à la traction et à la fatigue sous sollicitations
alternées (κ =- 1) d'une éprouvette polie, exécutée dans le matériau considéré. La diminution de
cette résistance à la fatigue par suite de la forme géométrique de la pièce, de son état de surface,
de son état de corrosion et de ses dimensions, est prise en considération par l'introduction de
facteurs adéquats.

De la limite d'endurance sous sollicitations alternées, celle correspondant à d'autres rapports κ


entre contraintes extrêmes est déduite à partir d'un diagramme de SMITH, dans lequel certaines
hypothèses sont faites quant à la forme de la courbe de résistance.

La limite d'endurance ainsi déterminée, pour l'élément réel et pour un rapport entre contraintes
extrêmes donné, est prise comme base pour la construction de la courbe de Wöhler, au sujet de
laquelle il est également fait certaines hypothèses. A partir de cette courbe de Wöhler (résistance à
la fatigue sous l'action exclusive de cycles de contraintes ayant tous le même rapport κ entre

4-5
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

contraintes extrêmes), le recours à l’hypothèse de PALMER-MINER sur l'accumulation des


dommages par fatigue, permet de déterminer la résistance à la fatigue d'un élément, en fonction
du groupe dans lequel il est classé.

La méthode décrite sous 4.1.3. pour la détermination de la résistance à la fatigue vaut uniquement
pour les éléments possédant une structure homogène du matériau sur toute la section considérée.
Elle n'est donc pas utilisable pour les éléments ayant subi un traitement superficiel (par exemple :
trempe, nitruration, cémentation, ...). Dans de tels cas, la résistance à la fatigue ne peut être
déduite de la courbe de Wöhler que si celle-ci a elle-même été déterminée par des éléments
exécutés dans le même matériau, avec une forme et des dimensions comparables et ayant subi un
traitement superficiel identique.

La vérification de la résistance à la fatigue ne doit être effectuée que pour le cas de sollicitations I.

Pour un nombre de cycles de contraintes inférieur à 8 000, cette vérification n'est pas nécessaire.

4.1.3.2. LIMITE D'ENDURANCE SOUS SOLLICITATIONS ALTERNEES D'UNE EPROUVETTE


POLIE

Les ouvrages spécialises (voir aussi Annexe A-4.1.3.) fournissent la valeur de la limite d'endurance
σbw à la flexion rotative alternée d'une éprouvette polie, pour les matériaux utilisés régulièrement
dans la construction de mécanismes.

De façon approchée, les mêmes valeurs de σbw peuvent être acceptées pour la limite d'endurance
à la flexion plane alternée.

Pour la limite d'endurance à la traction et à la compression axiale alternée, les valeurs de σbw
doivent être diminuées de 20 % 2.

La résistance en durée τw au cisaillement alterne (par effort tranchant ou par torsion) est déduite
de σbw par la relation :
τw = σbw / 30,5

2
Un élément matériel, soumis à la même contrainte qu'un élément adjacent, soutient moins efficacement
ce dernier que s'il était soumis à une contrainte inférieure, comme c'est le cas en flexion. Un gradient de
contrainte, c’est-à-dire :
( différence de contraintes entre deux éléments matériels adjacents )
( distance entre ces deux éléments matériels )

plus élevé provoque un effet de renforcement.

4-6
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Les valeurs indiquées pour σbw sont généralement celles correspondant statistiquement à une
probabilité de survie de 90 %. Pour les aciers au carbone d'usage courant pour la mécanique l'on
pourra admettre :
σbw = 0,5 . σR

σR étant la résistance minimale à la rupture.

4.1.3.3. INFLUENCE DE LA FORME, DES DIMENSIONS, DE L'ETAT DE SURFACE ET DE LA


CORROSION

La forme, les dimensions, l’état de surface (usinage) et l’état de corrosion de l'élément considéré
entraînent une diminution de la limite d'endurance sous sollicitations alternées, par rapport au cas
idéal de l’éprouvette polie.

Cette influence est portée en compte par l'introduction de facteurs respectifs ks, kd, ku et kc au sujet
de la détermination desquels l'on trouvera des indications à l'annexe A-4.1.3.

La limite d'endurance sous sollicitations alternées σwk ou τwk de l'élément considéré est fournie
pour la traction, la compression, la flexion et le cisaillement par torsion,
par la relation :
σwk = σbw / ( ks . kd . ku . kc )
ou
τwk = τw / ( ks . kd . ku . kc )

Dans le cas du cisaillement par effort tranchant, l'on prend :


τwk = τw

4.1.3.4. LIMITE D'ENDURANCE EN FONCTION DE κ, σR ET σwk (ou τwk)

La figure 4.1.3.4. traduit, sous forme d'un diagramme de SMITH, les hypothèses faites concernant
les relations entre la limite d'endurance σd (ou τd), et le rapport κ entre contraintes extrêmes, la
résistance à la traction σR et la limite d'endurance sous sollicitations alternées σwk (ou τwk).

Il en résulte les relations suivantes :

Contraintes normales :

-1 ≤ κ < 0 Contraintes alternées


σd = 5 . σwk / ( 3 - 2 . κ )

0 ≤ κ < 1 Contraintes ondulées


σd = [ 5 . σwk / 3 ] / { 1 - [(1 - 5 . σwk / ( 3 . σR )) . κ ] }

4-7
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Contraintes de cisaillement :

-1 ≤ κ < 0 Contraintes alternées


τd = 5 . τwk / ( 3 - 2 . κ )

0 ≤ κ < 1 Contraintes ondulées


τd = [ 5 . τwk / 3 ] / { 1 - [(1 - 5 . 30,5 . τwk / ( 3 . σR )) . κ ]

Trac tion,
Compression ou
Cisaillement
ou

Moyen

Figure 4.1.3.4.

4-8
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

4.1.3.5. COURBE DE WÖHLER

Par courbe de Wöhler on entend ici une fonction de longévité, représentant le nombre n de cycles
de contraintes pouvant être subis avant la rupture par fatigue, en fonction de la contrainte
maximale σ (τ), cependant que tous les cycles de contraintes présentent la même amplitude et le
même rapport κ entre valeurs extrêmes.

A propos de cette courbe de Wöhler, les hypothèses respectives suivantes sont faites :

- pour n = 8 * 103 :
σ = σR
ou
τ = σR / 30,5

- pour 8 * 103 ≤ n ≤ 2 * 106, domaine de la résistance de durée limitée, la fonction est représentée
par une droite TD dans un système de référence comprenant deux axes à échelle logarithmique
(figure 4.1.3.5.).

La pente de la courbe de Wöhler, dans l'intervalle considéré, est caractérisée par le facteur :

c = tg( ϕ ) = [ log(2 * 106 ) - log(8 * 103 ) ] / ( log σR - log σd )


ou
c = tg( ϕ ) = [ log(2 * 106 ) - log(8 * 103 ) ] / [ ( log ( σR / 30,5 ) - log τd ) ]

- pour n = 2 * 106 :
σ = σd
ou
τ = τd

- pour n > 2 * 106, domaine dit de la résistance en durée (endurance), la fonction est
représentée, dans le même système de référence que ci-dessus, par la droite DN, bissectrice de
l'angle formé par le prolongement de TD et la parallèle à l'axe des n, passant par D.

La pente de la courbe de Wöhler pour n > 2 * 106 est caractérisée par le facteur :

c’ = tg( ϕ‘ ) = c + ( c2 + 1 )0,5

4-9
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Figure
4.1.3.5.

Le facteur de spectre ksp de l'élément est déterminé au moyen de la valeur susmentionnée de c.


Pour certains éléments appartenant au groupe E8 (voir 4.1.3.6.), il doit également être calculé de
façon identique, mais après remplacement de c par c'. Pour distinguer les deux facteurs de spectre
ainsi trouvés, le deuxième sera désigné par k’sp.

Une valeur de c inférieure à 2,5 est l'indice d'une conception déficiente de l'élément considéré. Un
tel élément ne peut être mis en oeuvre.

4 - 10
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

4.1.3.6. RESISTANCE A LA FATIGUE D'UN ELEMENT MECANIQUE

La résistance à la fatigue σk ou τk d'un élément mécanique donné, est déterminée par les
expressions respectives :

σ k = 2 [ ( 8 - j ) / c ] . σd
ou
τk = 2 [ ( 8 - j ) / c ] . τd

ou j est le numéro de groupe de cet élément.

Pour les éléments du groupe E8, dont la durée totale d'utilisation n et le facteur de spectre k'sp (voir
4.1.3.5.) satisfont à l’inégalité :
n . k'sp > 2 * 106

σk ou τk doit cependant être déterminé par l'expression :

σk = [ (2 * 106 / n ) . ( 1 / k'sp ) ]1/c’ . σd


ou
τk = [ (2 * 106 / n ) . ( 1 / k'sp ) ]1/c’ . τd

La classification des éléments en groupes, sur base de leur durée totale d'utilisation n et de leur
facteur de spectre ksp, de même que les contraintes critiques à la fatigue associées à chaque
groupe, sont visualisées à la figure 4.1.3.6. où σjk y représente la contrainte correspondant au
groupe Ej. Pour les contraintes critiques au cisaillement, la lettre σ doit être supposée remplacée
par τ.

4.1.3.7. CONTRAINTES ADMISSIBLES ET CALCULS DE VERIFICATION

Les contraintes admissibles σaf et τaf s'obtiennent en divisant respectivement les contraintes σk et
τk, définies sous 4.1.3.6., par un facteur de sécurité νk.

L'on prendra :
νk = 3,21/c
ou

νk = 3,21/c’ pour les éléments du groupe E8


satisfaisant à l’inégalité figurant à.
l'avant-dernier alinéa de 4.1.3.6.
σaf et τaf s'obtiendront donc par les relations :
σaf = σk / νk

τaf = τk / νk

4 - 11
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

et l'on vérifiera que :


σ ≤ σaf

τ ≤ τaf
avec :
σ - contrainte normale maximale fournie par les calculs;

τ - contrainte maximale de cisaillement fournie par les calculs.

Figure 4.1.3.6.

Pour les éléments sollicités simultanément par des contraintes normales et des contraintes de
cisaillement avec des rapports κ entre contraintes extrêmes distincts, il doit être satisfait à la
condition suivante :
( σx / σkx )2 + ( σy / σky )2 - [ σx . σy / ( σkx . σky ) ] + (τ / τk )2 ≤ 1,1 / νk2
dans laquelle :

σx, σy = contraintes normales maximales respectivement dans les directions x et y,

τ = contrainte maximale de cisaillement,

σkx , σky = résistances à la fatigue pour les contraintes normales, respectivement dans les
directions x et y,

τk = résistance à la fatigue au cisaillement.

4 - 12
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

S'il n'est pas possible de déterminer le cas le plus défavorable de la relation ci-dessus à partir des
contraintes correspondantes σx, σy et τ, les calculs doivent être effectués séparément pour les
sollicitations σx max, σy max et τmax et les contraintes correspondantes les plus défavorables.

A remarquer que les vérifications ci-dessus ne garantissent pas la sécurité contre des ruptures
fragiles. Cette sécurité ne peut être assurée que par un choix adéquat de la qualité du matériau.

4.1.4. VERIFICATION PAR RAPPORT A L'USURE

Pour les parties soumises à l'usure, les grandeurs spécifiques l’influençant, par exemple, la
pression superficielle, la vitesse circonférentielle doivent être déterminées. Ces valeurs doivent
être telles, que compte tenu de l’expérience actuelle, elles ne conduisent pas à une usure
excessive.

4 - 13
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

4.2. CALCULS D'ELEMENTS PARTICULIERS


4.2.1. CHOIX DES ROULEMENTS

Pour la détermination des roulements, il convient d'abord de vérifier que le roulement est capable
de supporter :

- la charge statique à laquelle il peut être soumis dans la situation la plus défavorable des cas I,
II ou III de sollicitation et,

- la charge dynamique maximale dans le plus défavorable des cas I ou II de sollicitation.

4.2.1.1. DUREE DE VIE THEORIQUE

En outre, on choisit les roulements de manière à assurer une durée de vie théorique acceptable en
heures donnée au tableau T.2.1.3.2. en fonction de la classe d'utilisation du mécanisme sous une
sollicitation moyenne constante définie aux articles 4.2.1.2. et 4.2.1.3., ci-après.

4.2.1.2. SOLLICITATION MOYENNE DES ROULEMENTS SOUMIS A DES EFFORTS DU TYPE


SM

Pour tenir compte des variations de sollicitations du type SM au cours des cycles de manoeuvres,
on détermine une sollicitation moyenne équivalente SM moy supposée appliquée d'une façon
constante pendant la durée de vie déterminée à l'article 4.2.1.1.

SM moy s'obtient en multipliant SM max II 3 défini aux articles 2.6.4.1. et 2.6.4.2. par le facteur de
spectre km défini à l'article 2.1.3.3.

SM moy = km . SM max II

4.2.1.2.1. Determination de la sollicitation moyenne SM moy des roulements pour les mouvements combinés

Dans les cas des mouvements combinant une élévation du centre de gravite des masses mobiles
avec un déplacement horizontal (par exemple relevage de flèche non équilibré) on détermine la
sollicitation moyenne SM moy en combinant :

- la sollicitation moyenne correspondant aux accélérations et à l'action du vent, déterminée par


l'application de l'article 4.2.1.2.

3
ou SM max I pour les éléments non soumis au vent.
4 - 14
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

- la sollicitation moyenne correspondant au déplacement vertical du centre de gravite des


masses mobiles déterminée par l'expression :

SM moy = ( 2 . SM max + SM min ) / 3

SM max et SM min étant les valeurs maximale et minimale des sollicitations correspondantes.

4.2.1.3. SOLLICITATION MOYENNE DES ROULEMENTS SOUMIS A DES EFFORTS DU TYPE


SR

On considère les sollicitations extrêmes SR max and SR min développées dans le cas I de sollicitation
pour les appareils non soumis au vent ou le cas II de sollicitation pour les appareils soumis au vent
(cf. art. 2.6.) et on calcule le roulement avec une sollicitation moyenne constante donnée par
l'expression:

SR moy = ( 2 . SR max + SR min ) / 3

appliquée pendant la durée de vie théorique déterminée à l'article 4.2.1.1.

4.2.1.4. ROULEMENTS SOUMIS SIMULTANEMENT A DES SOLLICITATIONS DES TYPES SM


ET SR

On détermine suivant les indications ci-dessus les sollicitations moyennes équivalentes pour
chacun des types d'effort SM et SR supposés s'exerçant seuls et on choisit le roulement pour une
charge moyenne équivalente résultant de la combinaison des deux sollicitations moyennes SM et
SR.

4.2.2. CHOIX DES CABLES

Les règles indiquées ci-dessous visent à fixer des exigences minimum raisonnables dans le choix
des câbles utilisés sur les appareils de levage, objets de ces règles de calcul.

Elles n'ont pas la prétention de résoudre tous les problèmes ni de se substituer au dialogue
nécessaire entre le constructeur de câbles et le constructeur d'appareils de levage.

Elles s'appliquent à des câbles de préférence conformes à la recommandation ISO 2408 "Câbles
en acier d'emploi général caractéristiques".

Elles n'excluent pas, cependant, les câbles non spécifiés dans cette recommandation ISO 2408.

Pour ces derniers, il appartient au constructeur de câbles de justifier à l'utilisateur les valeurs
minimales des paramètres détailles dans la recommandation ISO.

La désignation des paramètres des câbles est conforme à celle utilisée dans la recommandation
ISO 2408.

4 - 15
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Les méthodes indiquées ci-dessous supposent que les câbles soient correctement graisses, que
les diamètres d'enroulement sur les poulies et les tambours soient convenablement choisis
conformément à l'article 4.2.3. et que les câbles soient, pendant leur service, correctement
entretenus et surveilles et périodiquement remplacés, conformément à la recommandation ISO
4309 "Surveillance des Câbles".

Le choix du diamètre des câbles (et des diamètres d'enroulement du § 4.2.3.) est effectué en
tenant compte du groupe du mécanisme de levage. Cependant, pour des appareils appelés à être
démontés fréquemment (comme les grues de chantier par exemple), ce qui impose des
changements de câble de levage plus fréquents, il est admis d'effectuer le choix du câble de
levage dans le groupe immédiatement inférieur à celui du mécanisme de levage sans toutefois
pouvoir être inférieur au groupe M 3.

Dans tous les cas o les appareils de levage sont utiliseés pour des manutentions dangereuses (par
exemple déplacement de métal en fusion, de produits hautement radioactifs ou corrosifs, etc.), il
faut considérer, pour le choix des câbles et des poulies, le groupe de mécanisme immédiatement
supérieur à celui résultant de la norme de classification des appareils de levage.

Le groupe M 5 est le groupe minimum retenu pour le transport des charges dangereuses et pour le
choix du diamètre des câbles et des poulies.

4.2.2.1. CHOIX DU DIAMETRE DU CABLE

Deux méthodes pourront être utilisées, au choix du constructeur :

- la méthode du coefficient d'utilisation pratique minimal Zp (§ 4.2.2.1.2.) applicable aux câbles


actifs et aux câbles dormants.

- la méthode du facteur de sélection (§ 4.2.2.1.3.) applicable aux câbles actifs seulement.


4.2.2.1.1. Bases communes aux deux méthodes

4.2.2.1.1.1. Définition de l'effort maximal de traction S dans le câble de levage (exception faite des bennes preneuses)

Il s'obtient en tenant compte des facteurs suivants :

- charge maxi nominale de travail de l'appareil,

- poids du moufle et des accessoires de levage dont le poids propre vient s'ajouter à l'effet de la
charge pour augmenter la tension du câble,

- démultiplication mécanique due au mouflage,

- rendement du mouflage,

- forces d’accélération si ces dernières sont supérieures à 10 % des charges verticales,

- inclinaison des câbles en fin de course haute si l'angle formé par le câble avec l'axe de levage
est supérieur à 22,5°.

4 - 16
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

4.2.2.1.1.2. Définition de l'effort maximal de traction S dans les câbles autres que le câble de levage

La détermination de l'effort maximal de traction S dans les différents câbles ne servant pas
exclusivement au levage vertical de la charge s'effectue à partir des efforts déterminés dans le cas
I ou le cas II de sollicitations, en tenant compte du cas le plus défavorable pouvant se rencontrer
de façon normalement répétitive.

En ce qui concerne les câbles servant au déplacement horizontal des charges, il sera tenu compte
des efforts résultant du roulement et des frottements, ainsi que de l'inclinaison maxi que peut
prendre localement, sous l'influence des sollicitations normales, le support sur lequel se déplace la
charge.
4.2.2.1.1.3. Détermination de l'effort maximal de traction S dans les câbles équipant les bennes à deux câbles
(suspension et fermeture)

Dans le cas des appareils à bennes preneuses où le poids de la charge ne se repartit pas toujours
également entre les câbles de fermeture et de suspension pendant toute la durée du cycle, on
procède de la façon suivante pour fixer la valeur de S à appliquer :

1) Si le système employé assure automatiquement une répartition égale de la charge levée


entre les câbles de fermeture et de suspension et où en conséquence, le déséquilibre entre
les réactions subies par les câbles est limité à une courte période en fin de fermeture ou
début d'ouverture, on détermine S de la façon suivante :

a) câbles de fermeture : S = 66 % du poids de la benne chargée divisé par le nombre de


câbles de fermeture.

b) câbles de suspension : même pourcentage.

2) Si le système employé n'assure pas un équilibre automatique entre les câbles de fermeture et
de suspension au cours du levage et qu'en pratique, presque toute la charge est appliquée
sur les câbles de fermeture, on détermine S de la façon suivante :

a) câbles de fermeture : S = poids total de la benne chargée, divisé par le nombre de câbles
de fermeture ;

b) câbles de suspension : S = 66 % du poids total de la benne chargée, divisé par le nombre


de câbles de suspension.
4.2.2.1.2. Méthode du coefficient d'utilisation pratique minimal Zp.

Définitions

On appelle coefficient d'utilisation pratique minimal Zp le rapport existant entre :

- la charge de rupture minimum Fo du câble (charge qui doit être atteinte au moins lors de l'essai
de rupture du câble),

4 - 17
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

- l'effort maxi de traction S dans le câble


Z p = F0 / S
4.2.2.1.2.1. Détermination des câbles

Le câble choisi doit avoir un coefficient d'utilisation pratique minimal au moins égal à la valeur
minimal Zp du groupe de mécanisme dans lequel est classé le câble en question et figurant dans le
tableau T.4.2.2.1.2.

Tableau T.4.2.2.1.2.

Groupe de Valeur minimale de Zp


mécanismes Câbles actifs Câbles dormants
M1 3,15 2,5
M2 3,35 2,5
M3 3,55 3
M4 4 3,5
M5 4,5 4
M6 5,6 4,5
M7 7,1 5
M8 9 5

4.2.2.1.3. Méthode du facteur de sélection C

Définitions

C = facteur de choix du câble,

S = effort maximal de traction auquel est soumis le câble dans son utilisation,

d = diamètre nominal du câble (dimension par laquelle le câble est désigné),

f = coefficient de remplissage du câble,

k = coefficient de perte de toronnage résultant de la construction du câble,

Ro = contrainte minimale de rupture à la traction du fil métallique du câble,

k' = coefficient empirique pour la charge de rupture minimale pour une composition de câble
donnée et tel que :
k’ = π / 4 .f . k

4 - 18
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

4.2.2.1.3.1. Détermination du câble

Pour un câble de composition donnée et ayant un acier de résistance minimale donnée, et pour
une classe d'utilisation de câble donnée, il correspond un facteur C bien défini par la formule :
C = [ Zp / (π . k . f . RO / 4 ) ]0,5 = [ Zp / (k’ . RO ) ]0,5

Zp étant la valeur minimale indiquée dans le tableau T.4.2.2.1.2. (cas des câbles actifs)
correspondant au groupe de mécanisme choisi pour le câble.

Le diamètre nominal d doit être tel que : d ≥ C . S0,5


4.2.2.1.3.2. Calcul du facteur C - garanties

Les valeurs C sont calculées à partir :

- du coefficient Zp correspondant au groupe de mécanisme,

- de la résistance à la rupture en traction de l'acier constituant les fils du câble,

- du coefficient k' (ou des coefficients k et f). Ce dernier peut être :

• soit tiré de la recommandation ISO 2408 pour les câbles courants y figurant (voir annexes)
• soit garanti par le constructeur de câble (pour les câbles de fabrication spéciale) et dans ce
cas, les valeurs de k' garanties doivent figurer sur le certificat de conformité délivré par ce
dernier.

4.2.3. CHOIX DES POULIES, TAMBOURS ET DES DISPOSITIFS D'ATTACHE DU CABLE

4.2.3.1. DIAMETRE MINIMAL D'ENROULEMENT

Le diamètre minimal d'enroulement d'un câble est déterminé en vérifiant la relation :

D ≥ H.d

dans laquelle :

D est le diamètre d'enroulement sur les poulies, tambours ou poulies d’équilibrage, compte au
niveau de l'axe du câble.

H un coefficient dépendant du groupe de classement du câble concerné.

d le diamètre nominal du câble.

Nota : Pour le groupe de mécanisme dans lequel on doit classer le câble, voir ci-dessus.

4 - 19
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

4.2.3.1.1. Valeurs du coefficient H

Les valeurs minimales du coefficient H dépendant du groupe dans lequel est classé le mécanisme,
sont fixées au tableau T.4.2.3.1.1., pour les tambours, les poulies et les poulies d’équilibrage.

Elles correspondent à des câbles actuellement utilisés et connus, et à l’expérience acquise sur leur
fonctionnement.

Elles ne sauraient se substituer au dialogue indispensable entre le constructeur de câbles et le


constructeur d'appareils de levage, notamment lorsqu'il est envisagé d'utiliser de nouvelles
compositions de câble présentant des caractéristiques de souplesse différentes.

Tableau T.4.2.3.1.1. - Valeurs de H

Groupe du Poulies
mécanisme Tambours Poulies d’équilibrage
M1 11,2 12,5 11,2
M2 12,5 14 12,5
M3 14 16 12,5
M4 16 18 14
M5 18 20 14
M6 20 22,4 16
M7 22,4 25 16
M8 25 28 18

4.2.3.1.2. Remarque

Lorsqu'à partir de la formule donnée à l'article 4.2.2.1. a été déterminé un diamètre minimal de
câble et qu'on en déduit des diamètres minimaux d'enroulement sur les tambours et poulies, on
peut utiliser avec les diamètres d'enroulement ainsi déterminés un câble de diamètre supérieur au
diamètre minimal calculé pourvu que le diamètre du câble utilisé ne soit pas supérieur de plus de
25 % au diamètre minimal et que l'effort de traction dans le câble ne dépasse pas la valeur S ayant
servi au calcul de ce diamètre minimal.

4.2.3.2 RAYON DE FOND DE GORGE

La durée de vie du câble dépend, non seulement du diamètre des poulies et des tambours, mais
aussi de la pression qui s’exerce entre le câble et la gorge d'appui du câble.

Les rapports d'enroulement donnés ci-dessus l'ont été dans l’hypothèse d'un rayon de gorge
d'appui r, tel que : r = 0,53 . d
d étant le diamètre nominal du câble.

4 - 20
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

4.2.3.3. DISPOSITIFS D'ATTACHE DU CABLE

Les dispositifs d'attache du câble doivent être calculés pour que sous une force de traction de 2,5
fois l'effort maximal de traction S, elles puissent résister sans déformation permanente notable.

L'attache du câble au tambour doit être telle que, compte tenu de la friction des spires restant sur
le tambour, l'ensembIe cumulé (fixation plus friction) résiste à 2,5 fois l'effort maximal de traction S.

Le coefficient de frottement entre câble et tambour considéré dans les calculs sera :

µ = 0,1

Dans la position de déroulement maximum du câble sur le tambour, au moins deux spires
complètes de sécurité doivent encore se trouver enroulées sur le tambour, avant l'attache
d’extrémité.

4.2.4. CHOIX DES GALETS DE ROULEMENT

Pour choisir un galet de roulement, on détermine son diamètre en considérant :

- la charge supportée par le galet,

- la qualité du métal qui le constitue,

- le type de rail sur lequel il roule,

- la vitesse de rotation du galet,

- le groupe dans lequel est classé le mécanisme.

4.2.4.1. DIMENSIONNEMENT DU GALET

Pour dimensionner un galet, il convient de vérifier :

- d'une part, qu'il est capable de supporter la charge maximale à laquelle il doit être soumis,

- d'autre part, qu'il est capable d'assurer, sans usure anormale, le service courant de l'appareil.

Ces deux conditions sont vérifiées au moyen des deux formules suivantes

Pmoy III / ( b . D ) ≤ PL . C1max . C2max < 1,38 . PL ≈ 1,4 PL

où C1max = 1,2 et C2max = 1,15

et Pmoy I, II / ( b . D ) ≤ PL . C1 . C2

4 - 21
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

dans lesquelles :

D est le diamètre du galet en mm

b la largeur utile du rail en mm

PL une pression limite cependant du matériau constituant le galet en N/mm2

c1 un coefficient dépendant de la vitesse de rotation du galet

c2 un coefficient dépendant du groupe dans lequel est classé le mécanisme

Pmoy III la charge moyenne que doit supporter le galet dans le cas III de sollicitation en N
calculée selon les formules du paragraphe 4.2.4.1.1.

Pmoy I,II la charge moyenne dans les cas I ou II.


4.2.4.1.1. Détermination de la charge moyenne

Pour déterminer les charges moyennes, on considère les charges maximales et minimales
supportées par le galet dans les cas de sollicitation considérés : soit l'appareil en service normal
sans tenir compte du coefficient dynamique ψ pour Pmoy I,II soit l'appareil hors service pour Pmoy III et
on détermine les valeurs des Pmoy par la formule ci-dessous dans les 3 cas de sollicitation I, II ou
III.

Pmoy I,II,III = ( Pmin I,II,III + 2 . Pmax I,II,III ) / 3

4.2.4.1.2. Détermination de la largeur utile du rail b

Pour les rails à surface de roulement plane de largeur totale l avec un arrondi de rayon r de
chaque côté, on a :
b=l-2.r

Pour les rails à surface de roulement bombée, on a :


4
b=l-4.r/3

4
Ces formules donnent, pour une même largeur de tête de rail, une table de roulement utile plus grande
pour un rail bombe que pour un rail plat. On tient compte ainsi de la meilleure adaptation d'un rail
légèrement bombe au roulement du galet.
4 - 22
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

4.2.4.1.3. Détermination de la pression limite PL

La valeur de PL est donnée dans le tableau T.4.2.4.1.3., en fonction de la charge de rupture du


métal composant le galet.

Tableau T.4.2.4.1.3. - Valeurs de PL

Charge de rupture du métal PL


composant le galet en N/mm2
σR > 500 N/mm2 5,0
σR > 600 N/mm2 5,6
σR > 700 N/mm2 6,5
σR > 800 N/mm2 7,2

Les qualités de métal correspondent à des aciers moulés, forgés, laminés, des fontes
sphéroïdales.

Dans le cas de galets bandagés, il convient bien entendu de considérer la qualité du bandage qui
doit être suffisamment épais pour ne pas se laminer.

Pour les galets exécutés dans les aciers à haute résistance et traités pour l'obtention d'une dureté
superficielle très élevée, on limite la valeur de PL à celle de la qualité de l'acier constituant le galet
avant traitement superficiel selon le tableau T.4.2.4.1.3., une valeur supérieure risquant d’entraîner
une usure prématurée du rail.

Mais à charge égale, les galets de ce type présentent une durée d'utilisation très supérieure à celle
des galets de plus faible dureté superficielle ce qui en rend l'emploi intéressant pour des appareils
à service intensif.

Il est également possible d'utiliser des galets de fonte courante en particulier sous la forme de
fonte trempée en coquille qui présente une bonne dureté superficielle.

Il convient d'observer que ces galets sont fragiles et que leur emploi doit être évité pour les
mouvements rapides ou quand des chocs sont à craindre.

Lorsqu'on les utilise on détermine leur diamètre en prenant pour valeur de PL = 5 N/mm2.

4 - 23
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

4.2.4.1.4. Détermination du coefficient c1

Les valeurs de c1 dépendent de la vitesse de rotation du galet et sont données dans le tableau
T.4.2.4.1.4.a.

En outre, ces mêmes valeurs sont données dans le tableau T.4.2.4.1.4.b. en fonction du diamètre
du galet et de la vitesse de mouvement en m/min.

Tableau T.4.2.4.1.4.a. - Valeur de c1

Vitesse du galet Vitesse du galet Vitesse du galet


en tr/min. c1 en tr/min. c1 en tr/min. c1
200 0,66 50 0,94 16 1,09
160 0,72 45 0,96 14 1,10
125 0,77 40 0,97 12,5 1,11
112 0,79 35,5 0,99 11,2 1,12
100 0,82 31,5 1,00 10 1,13
90 0,84 28 1,02 8 1,14
80 0,87 25 1,03 6,3 1,15
71 0,89 22,4 1,04 5,6 1,16
63 0,91 20 1,06 5 1,17
56 0,92 18 1,07

Tableau T.4.2.4.1.4.b.
Valeurs de c1 en fonction du diamètre du galet et de la vitesse de translation

Diamètre
du galet Valeurs de c1 pour vitesses de translation en m/min
en mm 10 12,5 16 20 25 31,5 40 50 63 80 100 125 160 200 250
200 1,09 1,06 1,03 1 0,97 0,94 0,91 0,87 0,82 0,77 0,72 0,66 - - -
250 1,11 1,09 1,06 1,03 1 0,97 0,94 0,91 0,87 0,82 0,77 0,72 0,66 - -
315 1,13 1,11 1,09 1,06 1,03 1 0,97 0,94 0,91 0,87 0,82 0,77 0,72 0,66 -
400 1,14 1,13 1,11 1,09 1,06 1,03 1 0,97 0,94 0,91 0,87 0,82 0,77 0,72 0,66
500 1,15 1,14 1,13 1,11 1,09 1,06 1,03 1 0,97 0,94 0,91 0,87 0,82 0,77 0,72
630 1,17 1,15 1,14 1,13 1,11 1,09 1,06 1,03 1 0,97 0,94 0,91 0,87 0,82 0,77
710 - 1,16 1,14 1,13 1,12 1,1 1,07 1,04 1,02 0,99 0,96 0,92 0,89 0,84 0,79
800 - 1,17 1,15 1,14 1,13 1,11 1,09 1,06 1,03 1 0,97 0,94 0,91 0,87 0,82
900 - - 1,16 1,14 1,13 1,12 1,1 1,07 1,04 1,02 0,99 0,96 0,92 0,89 0,84
1 000 - - 1,17 1,15 1,14 1,13 1,11 1,09 1,06 1,03 1 0,97 0,94 0,91 0,87
1 120 - - - 1,16 1,14 1,13 1,12 1,1 1,07 1,04 1,02 0,99 0,96 0,92 0,89
1 250 - - - 1,17 1,15 1,14 1,13 1,11 1,09 1,06 1,03 1 0,97 0,94 0,91

4 - 24
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

4.2.4.1.5. Détermination du coefficient c2

Le coefficient c2 dépend du groupe où est classé le mécanisme et est donné par le tableau
T.4.2.4.1.5.

Tableau T.4.2.4.1.5. - Valeur de c2

Groupe du
mécanisme c2
M1àM4 1,12
M5 1,00
M6 0,90
M7-M8 0,80

4.2.4.2. REMARQUES

Remarque 1

Ces formules ne sont applicables que pour des galets dont le diamètre ne dépasse pas 1,250 m.
Pour des diamètres supérieurs, l’expérience montre que les pressions limites admissibles entre rail
et galet doivent être abaissées. L'utilisation de galets de diamètre supérieur est à déconseiller.

Remarque 2

Il convient de noter que la pression limite PL est une pression fictive déterminée en supposant que
le contact entre galet et rail s'effectue sur une surface dont la largeur est la largeur utile
précédemment définie (art. 4.2.4.1.2.) et la longueur, le diamètre du galet.
Le mode de calcul exposé ci-dessus provient de l'application de la formule de HERTZ qui s’écrit :

σcg2 / ( 0,35 . E ) = P / ( b . D )
dans laquelle :

σcg est la contrainte de compression dans le galet et le rail en N/mm2

E le module d’élasticité du métal en N/mm2

P la charge du galet en N

b et D en mm étant définis plus haut (art. 4.2.4.1.)

Si on appelle KL la valeur σcg2 / ( 0,35 . E ) qui a la dimension d'une pression en N/mm2, la relation
s’écrit alors :
KL = P / ( b . D )

4 - 25
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

et caractérise la pression du galet sur le rail, et on est conduit à la formule de l'article 4.2.4.1. en
posant :
KL = PL . c1 . c2

4.2.5. CALCUL DES ENGRENAGES

Le choix de la méthode de calcul des engrenages est laissé au constructeur qui doit indiquer
l'origine de la méthode employée, les sollicitations à prendre en considération étant déterminées
suivant les indications données à l'article 2.6.

Dans le cas où le calcul tient compte des durées de fonctionnement, on prend alors les nombres
d'heures conventionnels fixés à l'article 2.1.3.2.

4 - 26
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

ANNEXE
A - 4.1.3. - DETERMINATION DES CONTRAINTES ADMISSIBLES DANS LES ELEMENTS DE
MECANISMES SOUMIS A LA FATIGUE

La limite d'endurance sur éprouvette polie est une valeur de laboratoire, qui n'est pratiquement
jamais atteinte pour des pièces réellement construites. De nombreux facteurs : forme, dimensions,
état de surface (qualité de l'usinage) et corrosion possible provoquent des discontinuités se
traduisant par des "effets d'entaille" qui diminuent les contraintes admissibles dans la pièce,
lorsque le calcul de ces contraintes s'effectue suivant les méthodes élémentaires classiques de la
résistance des matériaux. Il en est tenu compte par des coefficients, appelés respectivement ks, kd,
ku, kc, tous supérieurs ou égaux à l’unité, par le produit desquels il convient de diviser la limite
d'endurance sur éprouvette polie.

Des indications quant à la détermination de ces coefficients sont fournies ci-après :

a. Détermination de ks

Ce coefficient précise les concentrations de contraintes provoquées par les changements de


sections avec congés de raccordement, les entailles circulaires, les trous transversaux, le mode de
fixation des moyeux.

Les figures A.4.1.3.1. a. et b. donnent les valeurs du coefficient de forme ks, en fonction de la
résistance à la rupture du métal, valables pour un diamètre D de 10 mm.

Les courbes a. donnent le coefficient ks pour des changements de section de rapport D/d = 2 avec
un tableau T.A.4.1.3.1. de corrections pour d'autres valeurs de D/d. Les courbes b. donnent à titre
indicatif quelques valeurs de ks pour des trous, entailles circulaires, clavetages.

On tient compte des diamètres supérieurs à 10 mm par l'application du coefficient de dimension kd

Figure A.4.1.3.1.a. - Coefficient de forme ks (Diamètre D = 10 mm)


Changement de section D/d = 2

4 - 27
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Pour d'autres valeurs de D/d, lire ks sur la courbe (r/d) + q avec pour q les valeurs
ci-dessous :

Tableau T.A.4.1.3.1. - Facteurs de correction q pour D/d ≤ 2

D/d 1,05 1,1 1,2 1,3 1,4 1,6 2


q 0,13 0,1 0,07 0,052 0,04 0,022 0

Courbe I : Trou transversal d1 = 0,175 . d


II : Entaille circulaire : profondeur 1 mm
III : Moyeu claveté
IV : Moyeu ajusté à la presse.
Figure A.4.1.3.1.b. - Coefficient de forme ks (Diamètre D = 10 mm)
Trou, entaille circulaire, clavetage

b. Détermination du coefficient de dimensions kd

Pour des diamètres supérieurs à 10 mm l'effet de concentration de contraintes augmente et l'on


tient compte de cet accroissement par l'introduction du coefficient de dimension kd.

On trouve les valeurs de ce coefficient kd au tableau T.A.4.1.3.2. pour des valeurs de d de 10 mm


à 400 mm.

Tableau T.A.4.1.3.2. - Valeurs de kd

d mm 10 20 30 50 100 200 400


kd 1 1,1 1,25 1,45 1,65 1,75 1,8

4 - 28
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

c. Détermination du coefficient d’état de surface (mode d'usinage) ku

L’expérience montre que les pièces usinées pour obtenir un fini grossier ont une limite d'endurance
moins élevée que les pièces polies soigneusement.

On tient compte de ce fait en appliquant un coefficient d'usinage ku donné à la figure A.4.1.3.2.


pour le cas d'une surface meulée ou finement polie à l’émeri et pour le cas d'une surface dégrossie
au tour.

d. Détermination du coefficient de corrosion kc

La corrosion peut avoir une action très sensible sur la limite d'endurance des aciers, action que l'on
prend en considération par l'application d'un coefficient kc.

La figure A.4.1.3.2. donne les valeurs de ce coefficient kc pour les cas de corrosion à l'eau douce
et à l'eau de mer.

Figure A.4.1.3.2. - Valeurs des coefficients : d'usinage ku - de corrosion kc

Valeurs de ku

Courbe I : Surface meulée ou finement polie à l'émeri


II : Surface dégrossie au tour

Valeurs de kc

Courbe III : Surface corrodée à l'eau douce


IV : Surface corrodée à l'eau de mer

4 - 29
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

EXEMPLE D'APPLICATION

Arbre à changement de section


en acier A-550
de diamètre D = 70 mm
et d = 50 mm
avec congé de rayon r = 5 mm,
usiné au tour, galet claveté.

L’élément sera supposé classé dans le groupe E4.

Nous supposerons la sollicitation alternée (κ = - 1) et l'arbre exécuté en acier A 550 (σR


minimal = 550 N/mm2). L'on pourra donc adopter :

σbw = 0,5 . 550 = 275 N/mm2


Section A-B

D/d = 70 / 50 = 1,4
r/d = 5 / 50 = 0,1

Détermination de ks (forme)
Pour D/d = 1,4 on trouve :
q = 0,04 (Table T.A.4.1.3.1.)

Sur la courbe (r/d) + q = 0,1 + 0,04 = 0,14 on trouve par interpolation :

ks = 1,4 (Figure A.4.1.3.1.a.)

Détermination de kd (dimension)
Pour d = 50 on trouve :
kd = 1,45 (Table T.A.4.1.3.2.)

Détermination de ku (usinage)

Pour une pièce usinée au tour on trouve :

ku = 1,15 (Figure A.4.1.3.2., courbe II)

Des valeurs précédentes l'on déduit :


σwk = 275 / ( 1,4 . 1,45 . 1,15 ) = 117,8 N/mm2

4 - 30
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Pour κ = - 1 l'on a :

σd = σwk = 117,8 N/mm2

c = log(2 000 000/8 000) / log(550 / 117,8) = 3.58

Pour le groupe E4 la contrainte critique est donc :

σk = σd . 2(8-4)/c = 117,8 . 2(4 / 3,58) = 255,4 N/mm2

Le coefficient de sécurité νk; est donné par :

νk = 3,21/c = 3,2(1 / 3.58) = 1,38

La contrainte admissible σaf est donc :

σaf = 255,4 / 1,38 = 184,6 N/mm2

Section C-D

L'on a :

ks = 2,2 (Figure A.4.1.3.1.b.)

kd = 1,45 (même valeur que ci-dessus)

ku = 1,15 (même valeur que ci-dessus)

de la :
σwk = 275 / ( 2,2 . 1,45 . 1,15 ) = 75,0 N/mm2

σd = σwk = 75,0 N/mm2

c =log(2 000 000 / 8 000) / log(550 / 75) = 2,77

σk = 75 . 2(4/2,77) = 204 N/mm2

νk = 3,21/2.77 = 1,52

σaf = 204 / 1,52 = 134 N/mm2

4 - 31
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

LISTE DE QUELQUES OUVRAGES TRAITANT DES PROBLEMES DE FATIGUE

(1) Niemann, G. Maschinenelemente


Band 1
Springer Verlag Berlin/Göttingen/Heidelberg 1975

(2) Niemann, G. Maschinenelemente


Band 2
Springer Verlag Berlin/Gottingen/Heidelberg 1983

(3) Decker, K.-H. Maschinenelemente


Carl Hanser Verlag, Munchen 1982

(4) "Metal Fatigue" by J.A. POPE - Ph D, D.Sc - Wh.Sch. I. Mech.


E. Chapman and Hall Ltd., 37, Essex Stréet, London, W.C.2.

(5) "La Fatigue des Metaux" by R. CAZAUD - Ingenieur CNAM - Doctor of the University of Paris
Lecturer at the Higher Institute for Mechanical Enginéering Materials, Consulting Enginéer
Dunod
92, rue Bonaparte - Paris

(6) "Fatigue of Metals and Structures" by H.J. GROVER, S.A. GORDON, R.L. JACKSON
Thames and Hudson
London

4 - 32
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

A - 4.2.2. - COMMENTAIRES SUR LE CHOIX DES CABLES ET SUR LE PROBLEME DU


COEFFICIENT DE SECURITE

La durée de vie d'un câble de levage dépend de facteurs inhérents d'une part à la construction du
câble (facteurs internes), d'autre part aux caractéristiques de l'appareil et aux conditions
d'enroulement du câble (facteurs externes).

Les principaux facteurs externes sont l'effort de traction, les diamètres des poulies, le type et le
nombre de cycles de travail.

Ces facteurs déterminent, en principe, les diamètres d'enroulement du câble.

La figure A.4.2.2. montre les rapports existant entre la contrainte à la traction, le diamètre des
poulies et la durée de vie (nombre de flexions alternées provoquant la rupture) pour un câble
donne (16 mm de diamètre).

D’après ce diagramme, la durée de vie du câble est d'autant plus longue que le diamètre de la
poulie est plus grand et que la contrainte à la traction est plus petite.

Les diamètres d'enroulement doivent être déterminés de façon à assurer au câble une durée de
vie raisonnable avant son remplacement.

L'ancienne méthode de calcul définit des coefficients de sécurité minimaux invariables et des
diamètres d'enroulement minimaux (en fonction du diamètre du câble) pour certaines utilisations
telles que, par exemple, pour les appareils de levage.

Cette méthode, encore utilisée et parfois même imposée par la loi dans de nombreux pays, ne
permet pas de satisfaire aux conditions nécessaires pour avoir une durée de vie raisonnable. Les
efforts et le mode d'utilisation des mécanismes d'appareils de levage diffèrent considérablement
d'un appareil à l'autre, de sorte que de telles valeurs minimales peuvent être trop grandes dans
certains cas (par exemple pour un pont roulant de centrale) et trop faibles dans d'autres cas (par
exemple pour une grue à benne en service intensif).

Même si les coefficients de sécurité étaient convenablement choisis suivant les groupes de
mécanismes, le calcul des diamètres d'enroulement fait en partant de ces coefficients de sécurité
ne pourrait pas aboutir à une bonne conception et ceci pour les raisons suivantes :

Le constructeur désire utiliser un câble ayant le diamètre le plus petit possible afin d'obtenir des
diamètres les plus petits possibles pour les poulies et les tambours. Pour un coefficient de sécurité
donné il obtient ce résultat en utilisant un fil dont la résistance est la plus grande possible et en
employant un câble dont le coefficient de remplissage est le plus grand possible.

4 - 33
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

La durée de vie d'un câble dont le diamètre a été calculé de cette manière n'est pourtant pas
toujours la meilleure.

Un câble de même diamètre dont le fil a une résistance inférieure (par exemple 1600 N/mm2 au
lieu de 2200 N/mm2) et dont le coefficient de remplissage est inférieur (par exemple 8 torons au
lieu de 6) peut avoir une durée de vie beaucoup plus longue, bien qu'alors le coefficient de sécurité
soit diminué.

Une difficulté supplémentaire provient de ce que le coefficient de sécurité se rapporte, selon les
pays, à des charges de rupture ayant des définitions différentes et les coefficients de sécurité n'ont
pas la même signification suivant qu'ils se rapportent à une charge de rupture définie d'une
manière ou d'une autre.

On connaît quatre définitions de la charge de rupture des câbles :

- Charge de rupture calculée : c'est la section du câble multipliée par la résistance du fil le
composant ;

- Charge de rupture théorique : c'est la somme des charges de rupture des fils composant le
câble ;

- Charge de rupture réelle : c'est la charge constatée lors d'un essai du câble à la rupture ;

- Charge de rupture pratique (nominal breaking strength) : c'est la charge de rupture minimale
garantie par le fabricant du câble.

Lorsqu'un câble est déterminé en fonction d'un coefficient de sécurité qui se rapporte soit à la
charge de rupture réelle, soit à la charge de rupture pratique, le constructeur a tendance à utiliser
des câbles dont la perte au commettage (différence entre la charge de rupture théorique et la
charge de rupture réelle) est la plus faible afin d'obtenir un plus petit diamètre de câble ; mais la
perte au commettage n'est pas en rapport avec la résistance aux flexions répétées des câbles.
Une bonne durée de vie des câbles ne peut donc pas être obtenue par une telle méthode de
calcul.

Ceci démontre que le coefficient de sécurité ne donne pas une base adéquate pour la
détermination des diamètres d'enroulements en vue du bon comportement du câble soumis à des
flexions alternées. Cette méthode empêche même souvent d'obtenir la meilleure solution.

Etant donné la difficulté pour le constructeur de tenir compte de l'influence de ces différents
facteurs, il est préférable de déterminer simplement le diamètre dmin du câble en fonction de l'effort
de traction S par la formule :
dmin = C . S0,5

C étant un coefficient qui dépend du groupe du mécanisme.

4 - 34
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Dans le cas où l'on emploie des câbles anti-giratoires (par exemple les grues à tour où la charge
est suspendue par un seul brin) et pour les manutentions dangereuses (par exemple de matières
en fusion) les valeurs de C sont majorées par rapport à celles du cas général, ceci pour
compenser soit la composition plus défavorable du câble, soit un plus grand risque.

Entre la valeur C, le coefficient de sécurité Zp se référant à la charge de rupture théorique et f


coefficient de remplissage du câble (rapport entre la section métallique du câble et la surface du
cercle circonscrit au câble) il existe la relation suivante :

C = [ Zp / (π . k . f .RO / 4 ) ]0,5

dans laquelle RO est la résistance à la rupture (en N/mm2) du fil composant le câble.

Les valeurs de C sont applicables aux câbles composés de fils ayant une résistance de 1600,
1800, 2000 et 2200 N/mm2.

Si l'on utilise exceptionnellement un câble composé de fils ayant une résistance de 1400 N/mm2 le
diamètre du câble doit être augmenté en conséquence.

Le choix de la composition et de la section du câble, en fonction du diamètre d minimal calculé, est


à déterminer par le fabricant du câble, ou par le constructeur, en fonction des conditions
d'enroulement du câble en cause et en tenant compte de l'évolution technique.

4 - 35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Nombre de flexions alternées provoquant la rupture (durée de vie)

Nombre de flexions alternées

Contrainte de traction

Câblage Lang, diamètre 16 mm, 6 torons de 19 fils de 1 mm de diamètre, RO = 1400 N/mm2


Poulies en fonte munies d'une gorge adaptée de rayon r = 8,5 mm

Figure A.4.2.2. Influence du diamètre D de la poulie et de la contrainte de traction σt


sur la durée de vie d'un câble :

4 - 36
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

A - 4.2.3. - CONSIDERATIONS SUR LA DETERMINATION DES DIAMETRES MINIMAUX


D'ENROULEMENT DES CABLES

Il n'y a pas de valeurs minimales absolues pour les diamètres des poulies et les tambours au-
dessous desquelles le fonctionnement d'un câble ne pourrait plus être assuré. Il n'y a pas non plus
de diamètre minimal absolu exigé pour les différents types de câble.

La durée de vie d'un câble diminue de façon continue en fonction de la diminution du diamètre des
poulies et des tambours, les autres conditions restant inchangées.

La figure A.4.2.3. montre le comportement d'un câble donné.

Pour assurer une durée de vie suffisante au câble, les diamètres d'enroulement minimaux D
doivent être déterminés en fonction du groupe de mécanisme en cause par la formule :

D/d ≥ H

dans laquelle d est le diamètre nominal du câble, H est un coefficient choisi en fonction du groupe
dans lequel est classé le mécanisme et qui est d'autant plus élevé que le service est plus dur.

Le coefficient H est plus grand pour les poulies que pour les tambours car, au cours d'un cycle de
manœuvre, le câble est soumis sur une poulie à 2 fois plus de flexions alternées (câble droit, câble
fléchi, câble droit) que sur un tambour (câble droit, câble fléchi).

Pour les poulies d'équilibrage, le coefficient H est plus faible car le câble est soumis à moins de
flexions alternées et normalement les mouvements sont très restreints. Il est cependant nécessaire
de dimensionner aussi ces éléments en fonction des flexions alternées.

Les conditions d'enroulement défavorables comme par exemple les enroulements sur plusieurs
poulies ou les sens d'enroulement inversés ou l'emploi de câbles anti-giratoires (dont la
composition est moins favorable aux flexions alternées) doivent être compensées par une
majoration convenable permettant d'obtenir une durée de vie du câble suffisante en fonction du
groupe de mécanisme.

4 - 37
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Nombre de flexions alternées provoquant la rupture (Durée de vie)

Nombre de flexions alternées

Diamètre de la poulie

Rapport

Câblage Lang, diamètre 16 mm, 6 torons de 19 fils de 1 mm de diamètre, σR = 140 N/mm2. Poulies
en fonte munies d'une gorge adaptée de rayon r = 8,5 mm

Figure A.4.2.3. Influence du diamètre D de la poulie et de la contrainte de traction σt


sur la durée de vie d'un câble :

4 - 38
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

MANUTENTION
1.001
SECTION I 3èmeEDITION
REVISEE
APPAREILS LOURDS DE LEVAGE ET DE MANUTENTION 1998.10.01

REGLES POUR LE CALCUL


DES APPAREILS DE LEVAGE

CAHIER 5

EQUIPEMENT ELECTRIQUE
Révisé en 2003

ème
La totalité de la 3 édition révisée comprend les cahiers 1 à 5 et 7 à 9
Copyright by FEM Section I
Disponible aussi en allemand et en anglais

FEDERATION EUROPEENNE DE LA F.E.M.


File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

FEDERATION EUROPEENNE DE LA F.E.M.


MANUTENTION 1.001
SECTION I 3
ème EDITION
REVISEE
APPAREILS LOURDS DE LEVAGE ET DE MANUTENTION 1998.10.01

REGLES POUR LE CALCUL


DES APPAREILS DE LEVAGE

CAHIER 5

EQUIPEMENT ELECTRIQUE
Révisé en 2003

La totalité de la 3 ème édition révisée comprend les cahiers 1 à 5 et 7 à 9


Copyright by FEM Section I
Disponible aussi en allemand et en anglais
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

La troisième édition des "Règles de calcul des appareils de levage" datée du 1.10.1987
comprenait 8 manuels. Un additif à cette édition a été ajouté en 1998. Cet additif est englobé
dans le manuel 9, qui remplace également le manuel 6.

Ce manuel fait partie des "Règles de calcul des appareils de levage" 3 ème édition révisée,
comprenant 8 manuels :

Manuel 1 - Objet et domaine d'application


Manuel 2 - Classification et charge sur les structures et mécanismes
Manuel 3 – Calcul des contraintes dans les structures
Manuel 4 – Contrôle de fatigue et choix des éléments des mécanismes
Manuel 5 – Equipement électrique (Révisé en 2003)
Manuel 6 – Stabilité et sécurité contre le mouvement dû au vent
Manuel 7 – Règles de sécurité
Manuel 8 – Charges d'essai et tolérances
Manuel 9 - Suppléments et commentaires sur les manuels 1 à 8

NOTE: Le Manuel 9 ne doit donc pas être utilisé séparément

Le Manuel 5 a été révisé en 2003 pour tenir compte de diverses normes européennes.
Les principales modifications concernent les points suivants:

5.3 Installation de câbles et conducteurs


Cette clause a été arrangée, la nouvelle version comprend certaines parties de l'ancien 5.2 et
des références à
EN 60204-32
EN 60364-5-52

5.5 Dispositifs de limitation et d'indication (ancien titre "fins de course")


Cette clause a été remplacée par des références aux prescriptions découlant des normes
européennes sur la protection de survitesse des moteurs

5.6 Type de commande


La révision de cette clause fait référence aux prescriptions découlant des normes
européennes sur les résistances au freinage des convertisseurs de fréquence.

Manuel 5 - 1/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.7 Environnement
Le texte existant a été supprimé et remplacé par la référence à EN 60204-32.
Des Clauses sur la CEM et sur les atmosphères potentiellement explosives ont été
introduites.

5.8 Sélection des moteurs


La révision de cette clause a apporté des changements mineurs. Une nouvelle clause 5.8.4.
sur les commandes à convertisseur de fréquence a été ajoutée.

5.9 à 5.11
La révision de cette clause a apporté des changements mineurs. Des références à IEC
60034-1 ont été ajoutées.

Manuel 5 - 2/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

MANUEL 5 – EQUIPEMENT ELECTRIQUE

5.1 AVANT PROPOS .......................................................................................................................... 5


5.2 ALIMENTATION............................................................................................................................ 6
5.2.1. G E N E R A L I T E S.............................................................................................................................................................................................................................................6
5.2.2. DISPOSITIFS D E COUPURE & SECURITE ..........................................................................................................................................................................6
5.2.3. B A R R E S C O N D U CTRICES, BOBINES DE CABLES ET CABLES SOUPLES ............................................................................................6
5.3 INSTALLATION DE CAB LES ET CONDUCTEURS ................................................................... 7
5.3.1. CALCUL DE LA S E C T I O N T R A N S V E R S A L E D E S C O N D U C T E U R S...............................................................................................................7
5.3.1.1. CALCUL DE LA SECTION TRANSVERSALE PAR RAPPORT A LA CHUTE DE TENSION ADMISSIBLE...................7
5.3.1.2. CALCUL DE LA SECTION TRANSVERSALE MINIMUM EN FONCTION DE LA CAPACITE THERMIQUE DES
CONDUCTEURS.............................................................................................................................................................8

5.3.2. CONDITIONS D’ INSTALLATION....................................................................................................................................................................................................9


5.4 EQUIPEMENT ELECTRIQUE DE PROTECTION ET DE SECURITE...................................... 10
5.4.1. P R O T E C T I O N D ES MOTEURS CONTRE LA SURCHAUFFE ..............................................................................................................................10
5.4.2. PROTECTION DU CABLAGE.........................................................................................................................................................................................................10
5.4.3. PROTECTION CO NTRE L'ABSENCE OU L'INVERSION DE PHASES .........................................................................................................10
5.4.4. ACTION DES DISPOS ITIFS DE SECURITE.......................................................................................................................................................................10
5.4.5. PROTECTION CO NTRE LES EFFETS DE LA FOUDRE..........................................................................................................................................11
5.5 LIMITEURS ET INDICATEURS .................................................................................................. 12
5.5.1. P R E S C R I P T I O N S G E N E R A L E S..................................................................................................................................................................................................12
5.5.2. PROTECTION CO NTRE LA SURVITESSE DE MOTEUR .......................................................................................................................................12
5.6 COMMANDES ............................................................................................................................. 13
5.6.1. C O M P O S A N T S.........................................................................................................................................................................................................................................13
5.6.1.1. RELAIS ET CONTACTEURS............................................................................................................................ 13
5.6.1.2. BLOCS DE RESISTANCE................................................................................................................................ 13

5.6.2. APPAREILLAGE, EMPLACEMENT, MONTAGE ET COFFRETS .......................................................................................................................14


5.6.3. T Y P E D E C O M M A N D E.......................................................................................................................................................................................................................14
5.6.3.1. MISE SOUS TENSION .................................................................................................................................... 14
5.6.3.2. COMMANDE CABINE ..................................................................................................................................... 14
5.6.3.3. COMMANDE AU SOL...................................................................................................................................... 14
5.6.3.4. COMMANDES SANS CABLE........................................................................................................................... 14

5.6.4. COMMANDE DE F REINS MECANIQUES............................................................................................................................................................................15


5.6.4.1. FREIN DE SECOURS...................................................................................................................................... 15
5.7 ENVIRONNEMENT ..................................................................................................................... 16
5.7.1. E N V I R O N N E M E N T S POTENTIELLEMENT EXPLOSIFS.........................................................................................................................................16
5.7.2. COMPATIBILITE E L E C T R O M A G N E T I Q U E........................................................................................................................................................................16
5.8 SELECTION DES MOTEURS..................................................................................................... 17
5.8.1. CRITERES DE S ELECTION DES MOTEURS (IEC 60034-1) ................................................................................................................................17
5.8.1.1. REMARQUES SUR LA SELECTION DES MOTEURS......................................................................................... 17
5.8.1.2. DEGRE DE PROTECTION (IEC 60034-5).......................................................................................................... 18
5.8.1.3. CALCUL THERMIQUE DU MOTEUR ................................................................................................................ 18

Manuel 5 - 3/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.8.1.4. MOTEURS A CAGE D'ECUREUIL A DEMARRAGE DIRECT............................................................................... 20


5.8.1.5. CORRECTION DE PUISSANCE EN FONCTION DE LA TEMPERATURE AMBIANTE ET DE L'ALTITUDE.............. 21
5.8.1.6. FACTEUR DE MARCHE ET NOMBRE DE CYCLES DE TRAVAIL A L'HEURE..................................................... 22

5.8.2. MOTEURS POUR L E S M O U V E M E N T S V E R T I C A U X................................................................................................................................................23


5.8.2.1. DETERMINATION DU COUPLE NECESSAIRE.................................................................................................. 23
5.8.2.2. FACTEUR DE MARCHE ET NOMBRE DE CYCLES A L'HEURE.......................................................................... 24

5.8.3. MOTEURS POUR M O U V E M E N T S H O R I Z O N T A U X....................................................................................................................................................25


5.8.3.1. DETERMINATION DU COUPLE NECESSAIRE.................................................................................................. 25
5.8.3.2. FACTEUR DE DUREE DE MARCHE ET NOMBRE DE CYCLES A L'HEURE........................................................ 27
5.8.3.3. ROTATION..................................................................................................................................................... 27
5.8.3.4. VARIATION DE PORTEE................................................................................................................................. 27

5.8.4. S E L E C T I O N S D ES DISPOSITIFS POUR SERVICE CONVERTISSEUR DE FRÉQUENCE .........................................................28


5.8.4.1. GENERALITES............................................................................................................................................... 28
5.8.4.2. DIMENSIONNEMENT THERMIQUE.................................................................................................................. 29
5.8.4.3. CRITERES DE SELECTION POUR LES MOUVEMENTS VERTICAUX................................................................. 29
5.8.4.4. CRITERES DE SELECTION POUR LES MOUVEMENTS HORIZONTAUX............................................................ 30
5.9 MOYEN DE LEVAGE DE CHARGE ........................................................................................... 31
5.9.1. ALIMENTATION........................................................................................................................................................................................................................................31
5.9.2. DISPOSITIFS D E RETENUE DE CHARGE .........................................................................................................................................................................31
5.9.2.1. AIMANTS DE LEVAGE.................................................................................................................................... 31

5.9.3. BENNES & GRAP P I N S.......................................................................................................................................................................................................................31


5.9.4. MATERIEL DE R OTATION DE CHARGE..............................................................................................................................................................................32
5.10 ENTRETIEN ET CONTROLES.............................................................................................. 33
5.10.1. ENTRETIEN.................................................................................................................................................................................................................................................33
5.10.2. C O N T R O L E S..............................................................................................................................................................................................................................................33
5.10.2.1. CONTROLES REGULIERS.............................................................................................................................. 33
5.10.2.2. CONTROLES AVANT MISE EN SERVICE......................................................................................................... 34
5.11 EQUIPEMENT ELECTRIQUE AUXILIAIRE.......................................................................... 34
5.11.1. ECLAIRAGE.................................................................................................................................................................................................................................................34
5.11.1.1. CABINE ......................................................................................................................................................... 34
5.11.1.2. ECLAIRAGE DE LA ZONE DE TRAVAIL........................................................................................................... 34
5.11.1.3. ECLAIRAGE DES ACCES ET DES ARMOIRES MACHINES ............................................................................... 34
5.11.1.4. ECLAIRAGE DE SECOURS............................................................................................................................. 34

5.11.2. CHAUFFAGE ET CLIMATISATION......................................................................................................................................................................................35


5.11.2.1. ARMOIRES MACHINES................................................................................................................................. 35
5.11.2.2. CABINE ......................................................................................................................................................... 35

5.11.3. CIRCUIT AUXILIAIRE...........................................................................................................................................................................................................................35

LISTE DES SYMBOLES ET ANNOTATIONS Voir manuel 1

Manuel 5 - 4/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.1 AVANT PROPOS


L'équipement électrique des appareils de levage doit être conforme à EN 60204-32 et autres
normes applicables EN-publiées par CEN et CENELEC. Si les normes EN-applicables ne
spécifient pas des prescriptions particulières, les recommandations données dans ce
document doivent être suivies :
De nombreux détails spécifiés dans les versions précédentes de ce Manuel 5 sont
maintenant couverts par EN 60204-32.

Manuel 5 - 5/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.2 ALIMENTATION

5.2.1. GENERALITES

Ce document traite des systèmes basse tension à courant alternatif jusqu'à 1000 V.
Le circuit d'alimentation doit être conforme à EN 60204-32 clause 4.3. La variation de tension
au point d'alimentation (4.3 de EN 60204-32) ne doit pas dépasser –5% ... +5% de la tension
nominale dans des conditions de service normales. Dans les applications avec très longues
distances de câblage, il peut être nécessaire de limiter davantage la variation de tension. La
chute de tension admise en pourcentage dans les diférentes parties de l'alimentation doit
être prise en compte au cas par cas. Il est recommandé que les détails du circuit
d'alimentation soient convenus entre le fournisseur et l'acheteur par ex. en utilisant l'Annexe
A de EN 60204-32.

Le type de mise à la terre de l'alimentation (voir IEC 60364-1) peut avoir des effets
importants sur les prescriptions de l'électrification de l'appareil de levage. Le type doit
toujours faire l'objet d'un accord entre acheteur et fournisseur. Dans les cas où le type
d'alimentation est TN avec neutre directement à la terre, le materiel se comportera
habituellement correctement.
Si le type d'alimentation est TN autrement qu'avec mise à la terre du neutre, TT ou IT des
restrictions peuvent devoir être prises en compte, par ex. les dispositifs conçus pour une
alimentation TN avec mise à la terre du neutre peuvent comporter des éléments pour le
filtrage de CEM, qui pourraient :
− ne pas supporter la tension de phase par rapport à la terre des systèmes TT ou des
systèmes IT lors de défaut à la terre
− introduire des courants de fuite élevés de façon inacceptable à la terre.

5.2.2. DISPOSITIFS DE COUPURE & SECURITE


Les prescriptions pour interrupteur d'alimentation d'appareil de levage et sectionneur
d'appareil de levage sont données à la clause 5 de EN60204-32.
Des prescriptions complémentaires peuvent s'appliquer, si ces dispositifs sont utilisés dans
des opérations d'urgence (voir 9.2.5.4 de EN 60204-32).

5.2.3. BARRES CONDUCTRICES, BOBINES DE CABLES ET CABLES SOUPLES


Les clauses suivantes de EN 60204-32 fixent les prescriptions de base :
− 13.7. Câbles souples
− 13.8. Câbles collecteurs, barres collectrices et ensembles de bagues collectrices
− 14.4.3. Connexions aux appareils de levage et entre pièces mobiles d'appareil de levage
Selon 13.8.2. de EN 60204-32 la continuité de toute connexion protectrice de mise à la terre
réalisée par contacts glissants doit être assurée, par ex. par duplication du collecteur de
courant.
De plus, lorsque des contacts glissants sont utilisés pour alimenter des commandes
électroniques, des doubles collecteurs doivent être utilisés également dans les collecteurs de
phase pour éviter le bruit et les pannes de matériel qui peuvent se produire si un contact
coupe momentanément.

Manuel 5 - 6/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.3 INSTALLATION DE CABLES ET CONDUCTEURS


Les prescriptions générales pour les câbles et les techniques de câblage sont données aux
clauses 13 et 14 de EN 60204-32.

5.3.1. CALCUL DE LA SECTION TRANSVERSALE DES CONDUCTEURS


Ces prescriptions s'appliquent à l'alimentation de l'appareil de levage ainsi qu'au câblage
dans l'appareil de levage.
La chute de tension doit être prise en consideration, en faisant attention à la fluctuation et à
la chute de tension dans l'alimentation. Pour les lignes d'alimentation très longues, non
seulement la partie résistive mais également la partie inductive de l'impédance d'alimentation
doivent être prises en compte.
La section transversale des conducteurs doit être déterminée en tenant compte de la
résistance mécanique nécessaire et de la charge électrique à transporter.
5.3.1.1. CALCUL DE LA SECTION TRANSVERSALE PAR RAPPORT A LA CHUTE DE TENSION
ADMISSIBLE

Lors du calcul de la chute de tension, la position la plus défavorable de l'appareil de levage


par rapport au point d'alimentation doit être prise en compte.
Lors du calcul de la chute de tension admissible sur une ligne d'alimentation utilisée par
plusieurs appareils de levage, les intensité de démarrage (ID) et nominales (IN) des moteurs
fonctionnant simultanément doivent être prises en compte.
Notes pour le calcul :
− Dans cette clause, l'intensité nominale (IN) ne doit pas nécessairement être
considérée comme signifiant l'intensité de la plaque signalétique du moteur mais le
courant tiré par le moteur à pleine charge nominale.
− Pour les moteurs à rotor à cage d'écureuil ID (intensité de démarrage), se reporter au
catalogue du fabricant. Si le moteur est contrôlé par une commande électronique
(démarreur doux, convertisseur de fréquence, etc …), l'intensité maximale pendant
une phase de fonctionnement quelconque doit être prise en compte comme intensité
de démarrage, bien que l'intensité la plus élevée ne se produise pas nécessairement
lors du démarrage du mouvement. En démarrage direct, ID est typiquement 5 à 10
fois IN. Avec les commandes électroniques, l'intensité de démarrage dépend du type
de convertisseur et de ses réglages ; avec les convertisseurs de fréquence, ID est
typiquement inférieure à 2 fois IN.
− Pour les moteurs à rotor à bagues collectrices, considérer ID comme étant environ 2 *
IN.
− Pour commande avec n moteurs en parallèle, appliquer n * ID ou n * IN.
− Dans le cas où deux appareils de levage ou plus travaillent ensemble, ils doivent être
considérés comme un appareil en utilisant l'intensité de la somme ( ID ou IN ) de
chaque mouvement conjoint.
− Au cas où l'alimentation alimente également d'autres charges (continues) comme
l'éclairage, les pompes hydrauliques, les aimants de levage ou d'autres appareils de
levage, l'intensité tirée par ces dispositifs doit être prise en considération.

Manuel 5 - 7/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Pour une alimentation triphasée, la section transversale minimum requise (S) des
conducteurs en cuivre peut être calculée par la formule :
S = √3 * l * Itot * cos ϕ / ( ∆u * κ ) [mm2], où
l = Longueur effective de la ligne [m]
Itot = Somme des intensités calculées ci-dessus (ID et IN) [A]
∆u = Chute de tension admissible [V]

κ = Conductivité électrique [Ω * mm2 * m-1]-1


cos ϕ = Facteur de puissance.

5.3.1.2. CALCUL DE LA SECTION TRANSVERSALE MINIMUM EN FONCTION DE LA CAPACITE


THERMIQUE DES CONDUCTEURS

Lors du calcul de la section transversale de la barre conductrice, qui alimente plusieurs


appareils de levage, le fonctionnement réel simultané des moteurs de commande doit être
pris en compte.
Notes pour le calcul :
− Dans cette clause, l'intensité nominale (IN) ne doit pas nécessairement être
considérée comme signifiant l'intensité de la plaque signalétique du moteur mais le
courant tiré par le moteur à pleine charge nominale.
− Au cas où n>1 moteurs sont commandés en parallèle, considérer : IN = n * IN’ (IN’ =
intensité nominale pour un moteur).
− Dans le cas où deux appareils de levage ou plus travaillent ensemble, ils doivent être
considérés comme un appareil en utilisant l'intensité de la somme de chaque
mouvement conjoint.
− Au cas où l'alimentation alimente également d'autres charges (continues) comme
l'éclairage, les pompes hydrauliques, les aimants de levage ou d'autres appareils de
levage, l'intensité tirée par ces dispositifs doit être prise en considération.
La température de conducteur maximum admise ne doit pas être dépassée en service
normal. La section transversale des conducteurs doit être choisie selon les spécifications des
fabricants ou selon IEC60364-5-52.
Les tableaux de IEC 60364-5-52 contiennent un certain nombre de paramètres, dont les plus
importants sont :

- type de conducteur
- mode d'installation
- facteurs de correction (températures ambiantes, nattes de câbles ...); pour les tourets
de câble voir également EN 60204-32 clause 13.7.3,
Les limites d'intensité données dans IEC 60364-5-52 correspondent à du courant continu. Si
le fabricant du conducteur ne fournit pas de directives plus détaillées pour un usage
intermittent consistant en “périodes actives (Ta)” et
− “périodes inactives (Ti)”,
les informations fournies dans 5.3.1.2.1 ou 5.3.1.2.2 peuvent être utilisées.

Manuel 5 - 8/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.3.1.2.1. Capacité de surcharge des Tableau 5. 3.1.2-a


conducteurs avec une durée fED pour un cycle de 10 minutes
Section
de cycle de 10 minutes transversale
Ta / (Ta + Ti)
L'augmentation admise de l'intensité dépend mm2 0,6 0,4 0,25 0,15
de la durée du cycle de charge par rapport à 1,5 1,044 1,120 1,265 1,505
la constante thermique de temps du
2,5 1,058 1,150 1,315 1,580
conducteur. Le tableau 5.3.1.2-a définit la
capacité de surcharge ( f ED ) des conducteurs 4 1,075 1,183 1,369 1,660
en service intermittent lorsque la durée du 6 1,092 1,215 1,421 1,737
cycle de travail est de 10 minutes. Ces 10 1,116 1,260 1,493 1,842
valeurs f ED ont été calculées en utilisant les 16 1,139 1,303 1,561 1,942
formules de 5.3.1.2.2.
25 1,161 1,344 1,626 2,037
5.3.1.2.2. Capacité de surcharge des 35 1,177 1,373 1,673 2,105
conducteurs avec toute durée
50 1,193 1,403 1,719 2,173
de cycle
70 1,207 1,429 1,760 2,231
Si la durée du cycle de fonctionnement est 95 1,219 1,450 1,793 2,280
très courte par rapport à la constante de
120 1,227 1,464 1,816 2,314
temps du câble (T), on peut appliquer des
150 1,234 1,477 1,836 2,343
facteurs supérieurs à ceux figurant au
5.3.1.2.1. 185 1,240 1,488 1,854 2,369
240 1,247 1,501 1,874 2,397
Le facteur de surcharge f ED admis pour le
cycle de charge particulier peut s'exprimer en 300 1,252 1,510 1,888 2,419
fonction de Ta, Ti, et T suivant illustration ci-
dessous.
La constante thermique de temps T à utiliser dans le calcul de fED est donnée au Tableau 5.3.1.2-b.

Tableau 5. 3.1.2-b
Ta+Ti
−   mm 2 1,5 2,5 4 6 10 16 25 35
 T 
1- e T/min 2,7 3,1 3,6 4,2 5,2 6,4 7,9 9,4
f ED =
 Ta
− 
 T  mm 2 50 70 95 120 150 185 240 300
1-e
T/min 11,3 13,6 16,1 18,4 21,0 23,7 27,7 31,8
5.3.2. CONDITIONS D’INSTALLATION
Le type de protection pour le matériel de connexion et de distribution doit être adéquat pour
les conditions environnantes en suivant les directives données dans EN 60204-32 clause
12.3.
Les connexions et les bornes de liaison doivent être placées dans des armoires ou boîtiers.
Des systèmes embrochables dont la connexion accidentelle pourrait être dangereuse doivent
être clairement séparés sauf si leur conception empêche ce risque. Afin d'assurer la
protection mécanique continue, le revêtement protecteur des câbles et conducteurs doit
pénétrer dans les boîtiers par des presse-étoupes ou dispositifs similaires.

Les fils ou conducteurs appartenant à des circuits électriques à différentes tensions nomi-
nales peuvent être disposés dans un seul coffret ou peuvent faire partie du même câble à
condition que ces fils ou conducteurs soient isolés contre la tension nominale la plus élevée.

Les conducteurs ayant une isolation individuelle ne peuvent être installés que dans des
gaines ou circuits dont les extrémités sont munies de protection appropriée.Les conducteurs
et câbles sans gaine, qui sont fixés aux parties de la structure doivent être protégés, si
besoin est, contre l'usure mécanique.

Manuel 5 - 9/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.4 EQUIPEMENT ELECTRIQUE DE PROTECTION ET DE SECURITE

5.4.1. PROTECTION DES MOTEURS CONTRE LA SURCHAUFFE


La protection contre la surchauffe des moteurs doit remplir les conditions 7.3 de EN 60204-
32.
Les relais thermiques normaux ou les méthodes de protection reposant sur des méthodes de
calcul peuvent ne pas se comporter correctement en service court (S2 de IEC 60034-1) et en
service intermittent , (S3...S8 de IEC 60034-1) puisque, par ex.
− leur constante de temps peut ne pas être comparable à celle du cycle de charge
− la température initiale pendant la mise en marche n'est pas connue
− lorsque les moteurs auto-ventilés fonctionnent à basse vitesse, le refroidissement n'est
pas efficace
Par conséquent, les méthodes de protection reposant sur une mesure réelle de la
température du moteur sont préférées.
La protection contre la surcharge peut également être mise en oeuvre par des dispositifs
électroniques, qui peuvent être soit des dispositifs séparés soit intégrés dans le groupe de
commande ou contrôle.

5.4.2. PROTECTION DU CABLAGE

La section transversale d'un conducteur doit être déterminée selon l'intensité de courant à
laquelle il est soumis à la fois pendant le fonctionnement normal du moteur et pendant la
mise en route ou le freinage électrique, voir clause 5.3.2.
Que les charges (moteurs) soient protégés ou non contre la surcharge, tous les câbles doient
être protégés selon 7.2 de EN 60204-32 contre toute surintensité, qui pourrait provenir d'un
court-circuit ou d'une isolation défectueuse.
Le dispositif de protection doit être réglé pour les intensités de court-circuit prévues.

5.4.3. PROTECTION CONTRE L'ABSENCE OU L'INVERSION DE PHASES


Lorsque l’inversion de phases d'alimentation peut provoquer un état dangereux ou des
dommages à la machine de levage, la protection doit être assurée selon 7.8 de EN 60204-
32.
Si l'absence de phases peut provoquer un danger, les mesures de sécurité appropriées
doivent être prises.

5.4.4. ACTION DES DISPOSITIFS DE SECURITE


Lorsque plusieurs moteurs commandent le même mouvement, l'action d'un dispositif de
sécurité doit arrêter tous les moteurs pour ce mouvement.
Après qu'un dispositif de sécurité ait été actionné, il doit être possible de remettre le matériel
en route uniquement manuellement (par une action manuelle volontaire).

Manuel 5 - 10/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.4.5. PROTECTION CONTRE LES EFFETS DE LA FOUDRE


Pour du matériel de levage de grandes dimensions qui est monté dans des lieux
particulièrement exposés, les effets de la foudre doivent être pris en compte
− sur des éléments de structure vulnérable (par exemple : câble de support de flèche)
− sur les roulements ou galets qui forment une liaison entre les parties importantes de la
structure (par exemple : couronne d'orientation, galet de translation)
Si besoin est, une protection contre les effets de la foudre doit être assurée, par exemple en
suivant IEC 61024-1.
Pour la sécurité du personnel, il est recommandé que les rails de roulement pour le matériel
de levage soient mis à la terre.

Manuel 5 - 11/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.5 LIMITEURS ET INDICATEURS

En plus des prescriptions données plus loin dans cette clause, les limiteurs et les indicateurs
doivent respecter :
− 7.7 de FEM 1.001 Manuel 7, et
− EN 12077-2, et
− les normes EN-pour le type particulier d'appareil de levage, et
− s'il n'y a pas de normes EN publiées pour le type particulier d'appareil de levage, les
prescriptions fixées dans ISO 10245 pour le type d'appareil de levage particulier
doivent être suivies.

5.5.1. PRESCRIPTIONS GENERALES


Un contacteur de fin de course doit provoquer l'arrêt du mouvement en ouvrant le circuit
électrique et en le maintenant ouvert tant que les conditions de sécurité ne sont pas
rétablies.
S'il est inévitable de dériver un dispositif de sécurité, cette opération doit seulement pouvoir
être réalisée à l'aide d'un dispositif qui, lorsqu'il n'est plus actionné, réenclenche
automatiquement le dispositif de sécurité. Les dispositions de 9.2.4 de EN 60204-32 doivent
être suivies, et si besoin est, un signal d'avertissement permanent doit être envoyé.

En général, les fonctions de sécurité doivent respecter la catégorie de sécurité 1 en cas de


raccordement fixe, ou la catégorie de sécurité 2 de EN 954-1 sans raccordement fixe.

5.5.2. PROTECTION CONTRE LA SURVITESSE DE MOTEUR

Tous les mouvements de levage à commande électronique doiven têtre équipés de


protection contre une vitesse excessive. La protection contre la survitesse doit empêcher :
− des mouvement incontrôlés et involontaires et
− que toutes les parties du mécanisme atteignent leur vitesse mécanique limite.
La limite de déclenchement de la protection contre la survitesse doit être réglée de telle sorte
que le frein mécanique soit capable d'arrêter le mouvement en toute sécurité dans toutes les
conditions. En général, la limite de déclenchement ne doit pas dépasser 1,2 fois la vitesse
spécifiée à la charge nominale. Lors de l'utilisation de shuntage de champ à une charge
réduite, la limite de déclenchement peut être réglée à une valeur plus élevée, en général ne
dépassant pas 1,2 fois la vitesse spécifiée pour cette charge.
L'arrêt d'urgence à toute combinaison de vitesse et de charge possible ne doit pas provoquer
de danger, notamment dans les cas où la commande est destinée à fonctionner au-dessus
de la vitesse nominale.

NOTE : Les éléments à prendre en compte comprennent les combinaisons vitesse/charge


admises, les temporisations dans le système (surtout délais de freinage), la limite de
vitesse mécanique des machines, la fiabilité de la mesure/estimation de charge.

Manuel 5 - 12/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.6 COMMANDES

5.6.1. COMPOSANTS

5.6.1.1. RELAIS ET CONTACTEURS


Les relais et contacteurs doivent respecter les prescriptions de EN6024-32 clause 4.2.2.
Si l'appareil de levage doit être utilisé à une altitude dépassant 1000 m, ceci doit être pris en
compte lors du choix du contacteurs et relais.
Les contacteurs inverseurs doivent être du type à verrouillage électrique ou mécanique.

5.6.1.2. BLOCS DE RESISTANCE

5.6.1.2.1. Generalites

Les groupes de résistances doivent être logés dans des coffrets adéquats selon EN 60204-
32 cl. 12.3.
La limite de température du matériau de la résistance est définie dans 7.2.2.8 de IEC 60947-
1. La montée en température des surfaces avec lesquelles on peut être en contact des
coffrets de résistance doit respecter 7.2.2.2 de IEC 60947-1. Lors du calcul des blocs de
résistances, le couple équivalent, le facteur de durée cyclique et la cadence de commutation
doivent être pris en compte.
Des ventilateurs de refroidissement pour les résistances doivent être utilisés uniquement si
un contrôle approprié est prévu (détection des flux d'air et/ou mesure de température). Dans
les environnements sales, des ventilateurs ne doivent pas être utilisés pour assurer la
fiabilité.

5.6.1.2.2. Resistances de freinage pour les commandes de convertisseur de fréquence

La résistance de freinage d'une commande de levage doit pouvoir absorber l'énergie


générée lors de la descente de la charge maximum à la vitesse maximum. Pour les
mouvements horizontaux, la résistance de freinage doit pouvoir absorber l'énergie générative
pendant la décélération du mouvement en tenant également compte de la possibilité d'une
charge basculante et de la poussée du vent (charge et fixation de la charge incluses).
La résistance de freinage doit être thermiquement capable d'absorber l'énergie
généréependant les cycles de commande successifs de l'application. La défaillance de la
résistance de freinage ne doit conduire ni à la perte de la capacité d'arrêt ni à une
accélération incontrôlée du mouvement.
Les résistances de freinage et leur coffret peuvent chauffer à des températures dangereuses.
La protection ou l'avertissement du danger doivent être assurés selon l'application. Les
prescriptions de la clause 5.1.4.1 de prEN 13135-2 doivent être remplies.
NOTE : La résistance de freinage peut également être commune pour plusieurs commandes
de levage et translation. Dans ces cas-là, le dimensionnement de la résistance de freinage
doit être fait en conséquence.
NOTE : La résistance de freinage est habituellement raccordée à la barre omnibus CC de
convertisseur de fréquence et de ce fait elle est toujours sous tension lorsque l'alimentation
électrique est fournie au convertisseur de fréquence – également lorsque le moteur ne
fonctionne pas.

Manuel 5 - 13/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.6.2. APPAREILLAGE, EMPLACEMENT, MONTAGE ET COFFRETS


Les dispositifs de commutation, appareillages et tableaux de commandes recevant
l'équipement électrique peuvent être fermés :
− dans des coffrets ou boîtiers,
− dans des espaces fermés spéciaux,
− dans la structure de support (principalement la poutre de l'appareil de levage) de
l'appareil de levage.
Ces coffrets et l'équipement installé doivent respecter la cl. 12 de EN 60204-32.

5.6.3. TYPE DE COMMANDE

5.6.3.1. MISE SOUS TENSION


L'appareil de levage peut uniquement être mis sous tension lorsque tous les dispositifs de
commande sont sur la position 0. Cette position 0 peut être déterminée soit par un circuit de
contrôle soit en utilisant des commandes à maintenir appuyées pendant leur utilisation.
Come l'exige EN 60204-32 clause 10.7.1, un dispositif d'arrêt d'urgence ou de coupure
d'urgence doit être situé à chaque poste de commande opérateur.

5.6.3.2. COMMANDE CABINE


Les commandes doivent être disposées de telle sorte que l'opérateur ait une vision adéquate
de la zone de travail de l'appareil de levage.
La commande des treuils de levage doit de préférence être disposée à droite du siège de
l'opérateur.

5.6.3.3. COMMANDE AU SOL


Des boutons-poussoirs ou autres dispositifs de commutation, qui reviennent
automatiquement à leur position "arrêt" dès qu'ils sont relâchés, doivent être prévus pour la
commande de tous les mouvements par boîte à boutons suspendue.
Les boîtiers des boîtes à boutons suspendues doivent de préférence être en matière
parfaitement isolante ou en matière avec isolation de protection. Les pièces métalliques
accessibles de l'extérieur, qui traversent l'isolation, doivent être séparément mises à la terre.
La surface du boîtier doit être de couleur vive. Pour un fonctionnement à l'intérieur, le degré
de protection doit être d'au moins IP43, et pour le fonctionnement extérieur au moins IP55
Le boitier de commande doit être suspendu par une liaison indépendante des conducteurs
thermiques.

5.6.3.4. COMMANDES SANS CABLE


Les prescriptions de 9.2.7 de EN 60204-32 et Annexe C de prEN 13557 s'appliquent aux
commandes sans câble notamment commandes radio et infrarouges.
L'émetteur doit avoir une catégorie de protection minimum de IP 43 pour usage interne et IP
55 pour usage externe.

Manuel 5 - 14/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.6.4. COMMANDE DE FREINS MECANIQUES


Les prescriptions de EN 60204-32 clauses 9.3.4, 15.6, et 15.7 doivent être remplies.
Des mesures doivent être prises pour garantir qu'aucun mouvement involontaire ne se
produit lors du démarrage.

5.6.4.1. FREIN DE SECOURS


Les appareils de levage qui exigent une sécurité particulière, par ex. dans les aciéries ou
avec des charges dangereuses ou en fusion, doivent être munis d'un frein de secours.
Le fonctionnement du frein de secours doit être prévu selon la conception de la commande. Il
est recommandé que, dans des conditions de service normales, le frein de secours soit
toujours appliqué à l'arrêt, après que le mouvement ait été stoppé par le frein principal. Dans
certaines applications – par exemple si l'attente du relâchement du frein de secours pourrait
provoquer une temporisation inacceptable à chaque démarrage – il peut être nécessaire
d'appliquer le frein de secours uniquement lorsque le commutateur du pont roulant
(contacteur principal) est hors tension.
En cas d'arrêt d'urgence, le frein de secours doit être appliqué immédiatement.

Manuel 5 - 15/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.7 ENVIRONNEMENT

L'équipement électrique doit être adéquat pour l'utilisation dans l'environnement physique et
les conditions de service spécifiées dans 4.4.2 à 4.4.8 de EN 60204-32. Lorsque
l'environnement physique ou les conditions de service sont en dehors de ce qui est spécifié,
un accord peut être nécessaire entre le fournisseur et l'utilisateur (voir annexe A de EN
60204-32).

5.7.1. ENVIRONNEMENTS POTENTIELLEMENT EXPLOSIFS


Dans les atmosphères potentiellement explosives, l'équipement électrique notamment les
moteurs doit être conforme aux prescriptions complémentaires correspondantes (ex. EN
50014...50020).

5.7.2. COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE


Les prescriptions du 4.4.2 de EN 60204-32 s'appliquent.
Le fabricant doit réaliser une analyse de CEM pour définir quelles prescriptions essentielles
de sécurité et/ou protection s'appliquent à son appareil et comment s'y conformer. Le
fabricant doit appliquer :
− les normes de famille de produits spécifiques harmonisées, et
− les normes génériques harmonisées pour l'environnement résidentiel, commercial et
industriel léger, et l'environnement industriel
pour mettre l'appareil de levage en conformité avec la Directive EMC.
En utilisant uniquement des appareils et composants marqués CE (respectant la Directive
CEM) et en suivant strictement les instructions et limitations d'utilisation du fabricant de ces
produits, l'appareil de levage fini pourrait être considéré comme respectant la Directive EMC
et aucune autre vérification n'est alors nécessaire. Le fabricant doit fournir des instructions
claires pour le montage/l'installation/l'utilisation/l'entretien pour garantir que la conformité à la
Directive puisse être assurée dans tous les environnement électromagnétiques prévus.
Dans les cas où le fabricant ne se limite pas uniquement à l'utilisation d'appareils marqués
CE, une analyse de CEM complète et la vérification de la conformité sont nécessaires.

Manuel 5 - 16/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.8 SELECTION DES MOTEURS

5.8.1. CRITERES DE SELECTION DES MOTEURS (IEC 60034-1)

Lors de la sélection des moteurs pour une application, au moins les détails suivants doivent
être pris en compte :
- puissances nécessaires – la puissance thermique est également incluse dans ces
puissances nécessaires,
- couple nominal maximum et couple d'accélération maximum,
- facteur de durée de cycle,
- nombre de cycles/heure,
- type de commande (type de freinage),
- regulation de vitesse,
- type d'alimentation,
- degré de protection, (conditions d'environnement ),
- température ambiante,
- altitude.
Le moteur doit respecter les deux conditions suivantes de dimensionnement :
- le calcul thermique selon la clause 5.8.1.3.
- le couple maximum nécessaire:
• pour les mécanismes de levage selon la clause 5.8.2.1.
• pour les mouvements horizontaux selon la clause 5.8.3.1.
NOTE: Des critères complémentaires ou différents peuvent être nécessaires selon le
système de commande.
NOTE: La sélection des moteurs pour les commandes à convertisseur de fréquence est
définie à la clause 5.8.4, qui couvre également le dimensionnement des commandes à
convertisseur de fréquence.
Si les schémas de couple nécessaires, pour définir le couple équivalent moyen (cl. 5.8.1.3.1.)
ne sont pas disponibles, ceux-ci peuvent être évalués respectivement à l'aide des tableaux T
5.8.2.2a. et T 5.8.3.2a

5.8.1.1. REMARQUES SUR LA SELECTION DES MOTEURS


La sélection du moteur doit faire l'objet d'un accord avec le fabricant en tenant compte du
couple et des puissances calculées dans les clauses suivantes et des conditions réelles de
fonctionnement du moteur.
En cas de commande électronique, la définition des moteurs doit être faite en coopération
avec le fabricant, en tenant compte du système de refroidissement et de la plage de vitesse.
Au cas où deux mécanismes ou plus commandent le même mouvement, ce qui suit doit être
pris en compte :
− la synchronisation à la fois statique et dynamique des mouvements selon les besoins de
l'application

Manuel 5 - 17/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

− les verrouillages nécessaires entre les mécanismes pour garantir un fonctionnement en


toute sécurité
− le chargement asymétrique statique ainsi que de transition des mécanismes et par
conséquent le dimensionnement adéquat nécessaire des moteurs et autres éléments de
commande.

5.8.1.2. DEGRE DE PROTECTION (IEC 60034-5)


Le degré de protection pour tous les moteurs doit être conforme à EN 60204-32 clause 15.2.
En cas de risque de condensation d'eau, il faut bien veiller à ce que les orifices d'évacuation
de condensation d'eau restent ouverts.

5.8.1.3. CALCUL THERMIQUE DU MOTEUR

5.8.1.3.1. Couple équivalent moyen

Pour effectuer le calcul thermique, il faut déterminer le couple équivalent moyen en fonction
du couple nécessaire pendant les cycles de travail, par la formule :

M12 * t1 + M22 * t 2 + ... + Mn 2 * tn


Mmed =
t 1 + t 2 + ... + t n

Où:
t1, t2, ...,tn sont les durées des périodes pendant lequelles les différentes valeurs de
couple sont produites, les périodes de repos ne sont pas prises en
compte.
M1, M2 , .... Mn sont les valeurs de couple calculées en tenant compte de toutes
les forces d'inertie notamment celle de la masse du rotor du moteur.
En cas de charges variables, au moins 10 cycles de travail successifs doivent être pris en
compte (voir définition 2.1.2.2.).
Le schéma 5.8.1.3.1. montre un exemple du couple pour 2 cycles de service différents.

5.8.1.3.2. Puissance moyenne équivalente

En partant du couple moyen équivalent, on définit la puissance moyenne équivalente P med


[kW] par la formule :
Pmed = (M med * nm / 9 550 )
où :
Mmed = couple moyen équivalent [Nm]
nm = vitesse du moteur [1/mn]
Si le moteur est calculé pour un service S3 et que la capacité correspond à l'utilisation réelle
dans l'application particulière, alors le moteur peut être choisi selon la puissance moyenne
équivalente calculée.
Pour les moteurs à cage d'écureuil de capacité S1, le dimensionnement thermique doit être
réalisé selon la méthode décrite à la clause 5.8.1.4. (NOTE: s'applique uniquement aux
moteurs à démarrage direct).
Pour la selection du moteur, la puissance moyenne équivalente Pmed doit être corrigée en
fonction de l'altitude si elle dépasse 1000 m et la température ambiante si elle dévie de 40 °C
(Voir 5.8.1.5.).

Manuel 5 - 18/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Torque

raising lowering raising lowering


with load with load without load without load
M1 M6 M7 M12

M2

M5

hoisting M8
M11 time
motion t1 t2 t3 t4 t5 t6 t8 t9 t10

tr1 tr2 t7 tr3 t11 t12 tr4

M3 M4

M9 M10
M1

M2

M6
with load without load
and resisting wind with driving wind
horizontal
motion t1 t2 t3 t4 t5 t6

tr1 tr2 tr3

M5

M3 CYCLE 1 M4

raising with lowering with raising lowering


partial load partial load without load without load
M1 M6 M12

M2

M5

hoisting M8

motion M11 time


t1 t2 t3 t4 t5 t6 t8 t9 t10

tr1 tr2 t7 tr3 t11 t12 tr4

M3 M4

M9 M10
M1

M2

M6
with partial load without load

and resisting wind with driving wind


horizontal
motion
t1 t2 t3 t4 t5 t6

tr1 tr2 tr3

M5

M3 CYCLE 2 M4

Schéma 5.8.1.3.1.
Couples types pour 2 cycles de travail différents :
Mouvement de levage Mouvement horizontal
tr: temps de repos tr: temps de repos
M1,M4,M7,M10, couple de démarrage M1,M4 couple de démarrage
M2,M8, couple de levage, montée M2 Couple de travail avec vent
M3,M6,M9,M12 couple de freinage M3, M6 couple de freinage
M5,M11, couple de levage, descente M5 couple sans charge avec du vent

Manuel 5 - 19/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.8.1.4. MOTEURS A CAGE D'ECUREUIL A DEMARRAGE DIRECT


L'inégalité suivante doit être remplie pour le dimensionnement thermique des moteurs à cage
d'écureuil :
Ck ( 1 - η N ) * P N * T > ( 1 - ηmcy ) * P mcy * tN + ( P N * t E * ID / IN ) - ( J * nmcy2 * 10-3 / 182 )
NOTE: L'indice “cy” se réfère au cycle.
énergie dissipée par le moteur fonctionnant à
( 1 - ηN ) * P N * T sa puissance nominale (S1) pendant une
durée T
énergie dissipée par le moteur pendant le
( 1 - ηmcy ) * P mcy * t N
temps t N (vitesse constante ) en un cycle
2 -3
( P N * tE * ID / IN ) - ( J * n mcy * 10 / énergie dissipée par le moteur pendant les
182 ) phases de démarrage & freinage
Ck facteur de correction lié au type de moteur
puissance nominale [kW] du moteur en
PN
service continu (S1)
ηN rendement du moteur à P N
Pmcy. Mmcy * nmcy / 9 550 [kW]
vitesse du moteur [1/mn] pour la puissance
nmcy
Pmcy
couple résistant moyen [Nm] calculé de la
même manière que Mmed (voir clause
Mmcy
5.8.1.3.1), mais en excluant les phases de
démarrage & freinage.
ηmcy rendement du moteur à la puissance P mcy
durée totale de cycle [s],
T
= t N + t E + tr
facteur de durée cyclique (voir clause
ED 5.8.1.6.)
= 100 * ( tN + t E ) / T
temps de fonctionnement [s] à vitesse
tN
constante pendant un cycle.
temps équivalent [s] de démarrage et de
freinage pendant un cycle,
tE
= ( π / 30 ) * nmcy * J / Macc / ( dccy + 0,5 * d icy +
3 * fcy )
temps de repos total (à vide) [s] pendant un
tr
cycle.
inertie totale des masses en mouvement
J
ramenée à l'arbre moteur [kgm2 ].
nombre de démarrages directs pendant un
dccy
cycle
dicy nombre d'impulsions pendant un cycle
nombre de freinages électriques pendant
fcy
uncycle
couple d'accélération moyen [Nm],
Macc
= M Dmcy - M mcy
MDmcy couple moyen de démarrage du moteur [Nm]
Manuel 5 - 20/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Les données suivantes doivent être indiquées par le fabricant du moteur :

puissance nominale [kW] du moteur en


PN
service continu (S1)
η1/4 ... 5/4 rendement pour puissances 1/4 P N ... 5/4 P N
JM moment d'inertie du moteur [kgm2 ]
n1/4 ... 5/4 vitesse du moteur à 1/4 P N ... 5/4 P N [1/mn]
couple moyen de démarrage du moteur en
MDmcy
[Nm]
rapport entre l'intensité de démarrage et
ID/IN
l'intensité à P N
Ck facteur de correction lié au type de moteur

Si le facteur C k n'est pas mentionné dans le catalogue du fabricant, C k doit être considéré
comme égal à 1 pour les moteurs de polarité égale ou supérieure à 4.

5.8.1.5. CORRECTION DE PUISSANCE EN FONCTION DE LA TEMPERATURE


AMBIANTE ET DE L'ALTITUDE
Ces corrections dépendent du type de moteur, de la méthode de refroidissement et de la
classe d'isolation.
Le calcul précis peut uniquement être fait par le fabricant du moteur en lui fournissant les
indications suivantes :
- P med sans correction
- valeur de température ambiante
- altitude
Le dimensionnement thermique peut reposer sur les formules ci-dessous et sur les valeurs
de k indiquées sur le Schéma 5.8.1.5:
P’med = P med / k
ou
P'mcy = P mcy / k (pour les moteurs à cage d'écureuil)
P'mcy or P'med = puissance nominale nécessaire du moteur en fonction de l'altitude et de la
température ambiante.

Manuel 5 - 21/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

ALTITUDE

Température ambiante

Schéma 5.8.1.5 = Facteur de correction k en fonction de la température ambiante et de


l'altitude

Note 1: Les valeurs de coefficient k > 1 doivent uniquement être appliquées par accord entre
le fabricant du moteur et les fabricants d'appareils de levage.
Note 2: La température ambiante doit être indiquée au-dessus d'une altitude de 1000 m.

5.8.1.6. FACTEUR DE MARCHE ET NOMBRE DE CYCLES DE TRAVAIL A


L'HEURE

Le facteur de marche est donné par la formule suivante :

ED = Temps d'utilisation / (Temps d'utilisation + temps mort ) * 100 (%)

Le temps d'utilisation et le nombre d'opérations à l'heure des moteurs ainsi que le nombre de
cycles de travail de l'appareil de levage sont une base importante pour la définition thermique
des moteurs et qui doivent faire l'objet d'un accord entre l'utilisateur et le fabricant de
l'appareil de levage. S'il n'est pas possible de donner ces indications de manière précise, il
convient de se reporter aux tableaux T 5.8.2.2 a et T 5.8.3.2 a.

Manuel 5 - 22/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.8.2. MOTEURS POUR LES MOUVEMENTS VERTICAUX

5.8.2.1. DETERMINATION DU COUPLE NECESSAIRE


Pour un moteur de levage, la puissance nécessaire pour soulever la charge nominale
maximale (P Nmax ) se définit en kW en tenant compte de la configuration de la transmission et
du mouflage selon la formule suivante :
PNmax = L * V L * 10-3 * η
Où :
L = force de levage nominale maximum admissible [N]
VL = vitesse de levage [m/s]
η = rendement des machines
Le couple nécessaire pour soulever la charge nominale maximum est :
MNmax = P Nmax * 9 550 / n, où
nm = vitesse de rotation du moteur [1/mn].
Afin de pouvoir développer le couple nécessaire pour l'accélération, pour soulever la charge
d'essai ou pour compenser les variations de tension et fréquence secteur, le couple
développé par le moteur doit satisfaire à la condition minimum suivante :
- Pour les moteurs à cage d'écureuil à démarrage direct :
Mmin / MNmax ≥ 1,6, où
Mmin est le couple minimum du moteur au démarrage.
- Pour les moteurs à bagues collectrices:
Mmax / M Nmax ≥ 1,9
Mmax étant le couple maximum du moteur.
- Pour tous les types de moteurs qui sont alimentés par des tensions et/ou
fréquences variables :
Mmax / M Nmax ≥ 1,4
Le couple de freinage mécanique à l'arbre moteur (MF) doit au moins être égal à :
- Statique MF ≥ 2 * M Nmax * η2
- Dynamique MF ≥ 1,6 * MNmax * η2

Définition du couple de freinage :


- Statique : est le couple minimum nécessaire pour empêcher la charge nominale (SWL) de
faire tourner les machines.
- Dynamique : est le couple de freinage produit par le frein pendant toute la durée d'un
cycle de freinage.

Si un freinage électrique est appliqué, il doit être capable de ralentir la charge en complète
sécurité.

Manuel 5 - 23/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.8.2.2. FACTEUR DE MARCHE ET NOMBRE DE CYCLES A L'HEURE


Si aucune indication précise n'est donnée, les valeurs mentionnées au Tableau T 5.8.2.2.a
peuvent être choisies.

Tableau T.5.8.2.2.a.
Indications pour le nombre de cycles à l'heure et le facteur de marche pour les mouvements
verticaux

Type d'appareil Détails Nombre Type de mécanisme FM%


de
concernant la Relevag Relevag
Réfé- cycles
Désignation nature de Levage e avant- e
rence à
l'utilisation (1) bec flèche
l'heure
1 Appareils manuels (= non
motorisés)
2 Grues de montage 2-25 25-40
3 Grues de montage et 2-15 15-40
démontage pour centrals,
ateliers machines, etc.
4 Portiques de mise & reprise au Crochet 20-60 40 S2 (2)
stock 15-30
min
5 Portiques de mise & reprise au Benne 25-80 60-100 S2 (2)
stock preneuse ou 15-30
électroaimant min
6 Ponts d'atelier 10-50 25-40
7 Ponts roulants, ponts casse- Benne 40-120 40-100
fonte preneuse ou
ponts pour parc à mitraille électroaimant 60
8 Ponts de coulée 3-10 40-60
9 Ponts pits 30-60 40-60
10 Ponts strippeurs, ponts 30 60
chargeurs de four 10 60
11 Ponts de forge 6 40
12-a Portiques de déchargement, a – Crocher ou 20-60 40-60 S2 (2)
portiques à containers spreader 15-30
12-b Autres portiques (avec chariot min
et/ou grue tournante) b – Crochet 20-60 40-60 S2 (2)
15-30
min
13 Portiques de déchargement, Benne 20-80 40-100 S2 (2)
portiques (avec chariot et/ou preneuse ou 15-30
grue tournante) électroaimant 60 min
14 Grues de cale, grues de Crochet 20-50 40 40
chantier naval, grues de
démontage

Manuel 5 - 24/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

15 Grues de port (tournantes, sur Crochet 40 60 40-60


portique, …) grues et bigues 20 40
flottantes
16 Grues de port (tournantes, sur Benne 25-60 60-100 40-60
portique, …) grues et bigues preneuse ou
flottantes électroaimant
17 Grues et bigues flottantes pour 2-10 S1 (2) S2 (2)
très grandes charges ou S2 15-30
(couramment supérieures à 100 t) 30 min min
18 Grues de bord Crochet 30-60 40 40
19 Grues de bord Benne preneuse 30-80 60 60
ou électroaimant
20 Grues à tour 20 40-60 25-40
21 Grues derricks 10 S1 (2) S1 ou
ou S2 S2 (2)
30 min 30 min
22 Grues sur voie ferrée, admises 10 40
en traffic ferroviaire
1) Cette colonne ne comprend que des cas typiques indicatifs d'utilisation
2) Il est recommandé pour S1 et S2 de se reporter à la définition IEC 60034-1

5.8.3. MOTEURS POUR MOUVEMENTS HORIZONTAUX


Afin de choisir correctement les moteurs de translation, toutes les valeurs de couple (ou
puissance) nécessaires doivent être prises en considération, en tenant compte du temps de
démarrage, du nombre de cycles de démarrage à l'heure et du facteur de marche. Le couple
de transmission maximum des moteurs de translation est limité par l'adhérence des galets de
translation menés sur leurs chemins de roulement.

5.8.3.1. DETERMINATION DU COUPLE NECESSAIRE

- Couple de maintien de la vitesse


Pour déterminer le couple nécessaire pour maintenir la vitesse, il faut tenir compte de
la somme des forces (w) s'opposant au déplacement résultant du poids mort, de la
charge et des conditions d'utilisation telles que :
- déformation de la surface de roulement,
- frottement des galets dans les lignes droites et les courbes,
- force du vent,
- pentes de la voie de roulement,
- traction nécessaire du câble d'alimentation.

- Couple d'accélération (montée en vitesse)


Le couple d'accélération doit prendre en compte la somme des forces d'accélération de
la masse de la charge soulevée et des autres masses mises en mouvement. Les
valeurs d'accélération recommandées sont données au Tableau T 2.2.3.1.1 (manuel
2).

Manuel 5 - 25/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Les moteurs de translation doivent fournir le couple nécessaire aux conditions de service
suivantes :
- Cas I pour appareils de levage non exposés au vent
- Cas II pour appareils de levage exposés au vent
Le couple nécessaire peut être calculé par les formules suivantes (voir schéma
5.8.1.3.1)
Cas I
M1, ... Mn = [ a * ( m + mL ) + w0 ]* v * 60 / ( 2 * π * nm * η )
Cas II
La plus grande des valeurs provenant des résultats de la formule suivante doit être
prise en compte :
M1, ... Mn = [ a * ( m + mL ) + w8 ]* v * 60 / ( 2 * π * nm * η )
et
M1, ... Mn = w25 * v * 60 / ( 2 * π * nm * η )
où:
a accélération [m/s2] (à vitesse constante a = 0)
m = m0 + mrot * η , masse équivalente [kg] de toutes les parties en
mouvement, à l'exclusion de la charge, qui est supposée être
concentrée au point de suspension de la charge.
mL masse de la charge soulevée [kg]
m0 masse [kg] de tous les éléments, à l'exclusion de la charge,
subissant le même mouvement horizontal que le point de suspension
de la charge.
mrot = Σ( J * nχ2 / v2 ) / 91,2 , masse équivalente [kg] de l'i nertie des
pièces en rotation réduite au mouvement linéaire, où :
nχ vitesse des masses en rotation [1/mn]
moment d'inertie de toutes les masses en rotation [kgm2]
J
w0, w8, w25 résistance totale au déplacement [N] (w peut également
devenir négative dans certains cas)
w0 à un vent nul
w8 à un vent de 80 N/m2
w25 à un vent de 250 N/m2
v vitesse de déplacement [m/s]
nm vitesse de rotation des moteurs [1/mn]
η rendement global du mécanisme
Le moteur doit être choisi sur la base de la plus élevée des valeurs de couple calculées (M1,
... Mn) dans les cas I et II.
Pour les moteurs à bagues collectrices utilisés pour les mouvements horizontaux, les
résistances de démarrage doivent être définies de telle sorte que le couple minimum fourni
par le moteur ne soit jamais inférieur à 1,2 fois le couple nécessaire pour maintenir la vitesse
de déplacement.

Manuel 5 - 26/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.8.3.2. FACTEUR DE DUREE DE MARCHE ET NOMBRE DE CYCLES A L'HEURE


Si aucune indication précise n'est donnée, les valeurs mentionnées au Tableau T 5.8.3.2.a.
peuvent être choisies.

5.8.3.3. ROTATION
Le calcul est réalisé de façon analogue à la clause 5.8.3.1, les vitesses angulaires étant
substituées aux vitesses linéaires.

5.8.3.4. VARIATION DE PORTEE


Si la variation de portée en cas de flèches relevables conduit à une élévation ou à un
abaissement du centre de gravité des masses mises en mouvement, le calcul peut être
réalisé de façon analogue à la clause 5.8.3 en insérant dans le facteur (w) les forces
nécessaires au déplacement vertical du centre de gravité.
Tableau T. 5.8.3.2.a
Indications pour le nombre de cycles à l'heure et le facteur de marche pour les mouvements
horizontaux
Type d'appareil Détails Nombr Type de mécanisme FM%
e
Réfé concernant la de
rence nature de cycles Rotatio Translati
Designation Chariot
l'utilisation (1) à n on
l'heure
1 Appareils manuels
2 Grues de montage 2-25 25 25-40 25-40
3 Grues de montage et 2-15 25 25
démontage pour centrales,
ateliers machines, etc
4 Portiques de mise & reprise au Crochet 20-60 15-40 40-60 25-40
stock
5 Portiques de mise & reprise au Benne 25-60 40 60 15-40
stock preneuse ou
électro-aimant
6 Grues d'atelier 10-50 25-40 25-40
7 Ponts roulants, ponts casse- Benne 40-120 40-60 60-100
fonte preneuse ou
ponts pour parc à mitraille électro-aimant
8 Grues de poche de coulée 3-10 40-60 40-60
9 Grues Pits 30-60 40 40-60 40-60
10 Ponts strippeurs, ponts 30 40 60
chargeurs de four 10 40 40
11 Grues de forge 6 100 25 25
12-a Portiques de déchargement, a – Crochet 20-60 15-40 40-60 15-40
portiques à containers ou
12-b Autres portiques (avec chariot spreader
et/ou grue tournante) 20-60 25-40 40-60 25-40
b – Crochet

Manuel 5 - 27/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

13 Portiques de déchargement, Benne 20-80 40 40-100 15-60


portiques (avec chariot et/ou preneuse ou
grue tournante) électro-aimant
14 Grues de cale, grues de Crochet 20-50 25 40 25-40
chantier naval, grues de
démontage
15 Grues de port (tournantes, sur Crochet 40
portique, …) grues et bigues 25-40 40 15-25
flottantes 20
16 Grues de port (tournantes, sur Benne 25-60 40-60 25-40
portique, …) grues et bigues preneuse ou
flottantes électro-aimant
17 Grues et bigues flottantes pour 2-10 15-40
très grandes charges
(couramment supérieures à 100
t)
18 Grues de bord Crochet 30-60 40
19 Grues de bord Benne 30-80 60
preneuse ou
électro-aimant
20 Grues à tour 20 40-60 25 15-40
21 Grues derricks 10 25
22 Grues sur voie ferrée admises 10 25
en trafic ferroviaire
1) Cette colonne ne comprend que des cas typiques d'utilisation, à titre indicatif

5.8.4. SELECTIONS DES DISPOSITIFS POUR SERVICE CONVERTISSEUR DE


FREQUENCE

5.8.4.1. GENERALITES
Lors de l'alimentation de moteur asynchrone par
des convertisseurs de fréquence, la vitesse du 5

moteur est toujours proche du point à vide (= entre


I
le point à couple maximum et le point à couple 4
IN

zéro) sur les courbes de couple illustrées à la


figure 5.8.4.1. Le réglage de vitesse s'effectue en M

changeant la fréquence d'alimentation au moteur. 3


MN

Dans la zone de shuntage de champ au-dessus de


la vitesse nominale du moteur nN, le couple 2
maximum du moteur (“couple excessif” Mpo)
diminue de façon inversement proportionnelle au
carré de la vitesse, ce qui fixe des limitations 1

d'utilisation de shuntage de champ.


n
nN
La figure illustre également l'intensité du moteur à 0
0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6 1.8 2.0 2.2 2.4 2.6
la vitesse nominale (ligne épaisse), qui augmente
très rapidement si le moteur est trop chargé. Figure 5.8.4.1

Manuel 5 - 28/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

NOTE 1: Si le moteur est monté en charge jusqu'au couple maximum ou près de celui-ci,
il y a un risque important de situation instable. Les marges de couple minimum
nécessaire sont définies aux 5.8.4.3 et 5.8.4.4. Une marge encore supérieure peut
être nécessaire selon :
la caractéristique du convertisseur de fréquence (ex. contrôle vectoriel ou contrôle
U/f , avec ou sans réponse en vitesse), et
• l'environnement prévu (ex. variation de tension d'alimentation, oscillation de
charge, phénomènes transitoires).
NOTE 2: Les courbes illustrées sur la figure ne sont qu'indicatives, et les valeurs réelles
pour un type de moteur particulier doivent être demandées au fournisseur du moteur.
NOTE 3: Les conseils donnés au 5.8.1.1 doivent être suivis dans toute cette clause.
5.8.4.1.1. Utilisation de shuntage de champ

Puisqu'avec le shuntage de champ le couple maximum du moteur diminue, seulement une


charge limitée peut être manutentionnée. Le pourcentage maximum de charge admis pour
différentes vitesses ne peut pas être spécifié ainsi, mais doit être analysé plus en détail. Les
points principaux concernés sont la charge à manutentionner et l'inertie en rotation du
systèmes (moteurs, freins, accouplements, engrenages) ainsi que la vitesse d'accélération
souhaitée.
Lorsque l'application de shuntage de champ est envisagée, toutes les restrictions
provoquées par les composants mécaniques (moteur, frein, engrenage) doivent être
vérifiées. A noter également que l'augmentation de la vitesse diminue la distance d'arrêt en
quadrature.

5.8.4.2. DIMENSIONNEMENT THERMIQUE


Le calcul thermique du moteur peut se faire suivant illustration au 5.8.1.3. Lorsqu'on utilise
des moteurs de capacité S1, au lieu de l'inégalité du 5.8.1.4, on doit utiliser la formule ci-
dessous.
Ck (1 - ηN ) * P N * T > ( 1 - η med ) * P med * (T - tr )
La catégorie opérationnelle de l'appareil de levage ainsi que le spectre de charge n'ont qu'un
effet négligeable sur la sélection du convertisseur de fréquence . Les éléments suivants
peuvent varier selon l'application et doivent être vérifiés :
• dimensionnement de la résistance de freinage
• nécessité de refroidissement de coffret.

5.8.4.3. CRITERES DE SELECTION POUR LES MOUVEMENTS VERTICAUX

5.8.4.3.1. Sélection de moteur

Le couple nécessaire (M Nmax ) pour augmenter la charge nominale maximum est calculé
comme au 5.8.2.1. Le couple M max développé par le moteur doit respecter 5.8.2.1.
Afin de pouvoir développer le couple nécessaire pour l'accélération, pour soulever la charge
d'essai ou pour compenser les variations de tension secteur, le plus important des couples
M1... Mn ( =M i,max ) pendant le cycle de charge (voir 5.8.1.3.1) doit respecter
Mpo / Mi,max ≥ 1,3,
à moins que le système de contrôle ne garantisse qu'on peut éviter de dépasser le couple
maximum Mpo . Voir également la NOTE 1 au 5.8.4.1.

Manuel 5 - 29/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

NOTE: Dans la zone de shuntage de champ, une marge de sécurité inférieure selon les
instructions du fabricant du convertisseur de fréquence peut être appropriée.

5.8.4.3.2. Sélection du convertisseur de fréquence

L'intensité nominale continue du convertisseur de fréquence doit être au moins égale à


l'intensité du moteur au couple de charge M Nmax . L'intensité nécessaire pour le moteur à tout
chargement prévu notamment des situations dynamiques ne doit pas dépasser la surcharge
nominale de courte durée du convertisseur de fréquence .

5.8.4.4. CRITERES DE SELECTION POUR LES MOUVEMENTS HORIZONTAUX

5.8.4.4.1. Sélection de moteur

Les couples nécessaires (M1 ... Mn) sont calculés comme au 5.8.3.1. Le plus élevé d'entre
eux (Mi,max ) doit satisfaire à la condition minimum suivante:
Mpo / Mi,max ≥ 1,2,
à moins que le système de contrôle ne garantisse que le dépassement du couple maximum
Mpo puisse être évité.
La possibilité d'appliquer un shuntage de champ doit être vérifiée au cas par cas.
Habituellement, il y a des possibilités très limitées d'appliquer le shuntage de champ dans les
mouvements horizontaux du fait que très souvent une part importante du couple nécessaire
vient du terme dépendant de l'accélération (et décélération). Des applications types pour le
shuntage de champ sont les appareils de levage exposés au vent dans une situation de vent
faible.

5.8.4.4.2. Sélection du convertisseur de commande

L'intensité nominale continue du convertisseur de fréquence doit être au moins égale à


l'intensité du moteur à la vitesse la plus élevée qui maintient le couple. L'intensité nécessaire
pour le moteur pour tout chargement prévu y compris des situations dynamiques ne doit pas
dépasser la surcharge nominale de courte durée du convertisseur de fréquence .

Manuel 5 - 30/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.9 MOYEN DE LEVAGE DE CHARGE

5.9.1. ALIMENTATION
Compte tenu des conditions sévères auxquelles sont soumis les systèmes d'alimentation en
courant, l'équipement électrique doit être choisi et installé avec des précautions toutes
particulières.
Les cables d'alimentation doivent pouvoir être enroulés sur des enrouleurs de câbles et leurs
résistance mécanique, résistance aux influences extérieures et résistance à la chaleur
doivent être adéquates pour les conditions de service.
Les moyens de fixation des cables doivent être choisis de telle sorte que toutes les
contraintes sur les connexions ou détérioration des câbles soient évitées.
Les câbles doivent être installés de façon à éviter toute deterioration éventuelle en service
normal.

5.9.2. DISPOSITIFS DE RETENUE DE CHARGE


Les prescriptions données dans cette clause s'appliquent à tous les dispositifs de retenue de
charge tels que les électro-aimants de levage et les ventouses.
Les dispositifs de retenue de charge sont normalement conçus pour un facteur de marche de
50 %. D'autres facteurs de marche doivent être convenus entre fabricant et utilisateur.
Les forces d'arrachement doivent être au moins le double de la capacité de levage.
S'il y a une alimentation de secours par des batteries, la durée de tenue doit être d'au moins
20 minutes. Dans ce cas, une unité de charge automatique et un indicateur de niveau de
charge doivent être prévus. L'utilisation de l'alimentation de secours doit être indiquée
visuellement et de façon audible pour un avertissement général. Si le niveau de tension de la
batterie n'est pas adéquat, un dispositif empêchant l'utilisation de l'installation doit entrer en
jeu.

5.9.2.1. AIMANTS DE LEVAGE


La classe d'isolation des enroulements doit être choisie selon la puissance dissipée, la
temperature ambiante, et si besoin est, l'élévation de température due aux matériaux
manutentionnés.
La capacité de levage d'un aimant de levage doit être spécifiée pour une charge précise à la
tension nominale et à la température de service de la bobine d'aimant.

5.9.3. BENNES & GRAPPINS


Les moteurs de commande (commande électro-hydraulique ou électro-mécanique) doivent
être conçus pour un service S3, S4 ou S6 selon le type et l'application.
En service normal, les moteurs et l'équipement électrique situés sur le grappin doivent être
conformes à IP 55 au moins. Pour un fonctionnement sous l'eau, le degré de protection doit
être IP 57 au moins. En raison des conditions de service spéciales de cet équipement, il
convient de tenir particulièrement compte des secousses et vibrations.

Manuel 5 - 31/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.9.4. MATERIEL DE ROTATION DE CHARGE


Le matériel de rotation de charge doit être conçu de telle sorte que les charges puissent être
accélérées et freinées sans que les câbles ne se tordent. Le système de câbles de levage, la
charge, la hauteur de levage, le centre de gravité et le moment d'inertie de la charge et du
palonnier s'il y a lieu doivent être pris en compte dans la conception du matériel.
L'installation de guides tels que des systèmes télescopiques ou articulés peut être utilisée
pour empêcher la torsion des câbles.
Toutes les connexions électriques aux pièces en rotation doivent être conçues conformément
à la plage de rotation.
Si le moteur de rotation est monté sur la structure du support de l'appareil de levage, il doit
être au minimum conforme au degré de protection des autres moteurs sur la structure. Si le
moteur de rotation est monté sur le système de levage de charge, il doit être conforme à IP
44 au moins pour fonctionnement interne et IP 55 pour fonctionnement externe.

Manuel 5 - 32/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.10 ENTRETIEN ET CONTROLES

5.10.1. ENTRETIEN

L'équipement électrique d'un appareil de levage doit être maintenu en bon état. L'entretien
doit être fonction de l'intensité d'utilisation et du spectre de charge de l'appareil de levage et
réalisé conformément aux instructions du fournisseur ou constructeur.
En plus des listes de contrôles au 5.10.2, on peut trouver les prescriptions pour les
instructions et pratiques d'entretien par ex. dans ISO 12480-1 et EN 12644-1.

5.10.2. CONTROLES
On fait la distinction entre contrôles réguliers et contrôles effectués avant que l'appareil ne
soit mis en service.
Les contrôles réguliers sont subdivisés en contrôles simples et contrôles complets.

5.10.2.1. CONTROLES REGULIERS

5.10.2.1.1. Contrôles simples

Le bon fonctionnement électrique des dispositifs de sécurité qui peuvent être vérifiés du
poste de commande doit être vérifié régulièrement, en principe avant le début de chaque
journée de travail.
En particulier, il convient de vérifier au moins ce qui suit :
− fins de course d'urgence,
− fonctions de freinage,
− arrêt d'urgence.
5.10.2.1.2. Contrôles complets

Au moins une fois par an, l'équipement électrique d'un appareil de levage doit être soumis à
un contrôle complet.
Outre les contrôles simples ci-dessus, il y a lieu de contrôler ce qui suit de façon approfondie
:
— les réglages et l'état des dispositifs de sécurité électrique,
— l'intégrité des systèmes de protection avec mise à la terre,
— l'intégrité des circuits équipotentiels,
— l'isolation de tout l'équipement électrique,
— l'étanchéité de toute les connexions,
— les valeurs de résistance prédéterminées, s'il y a lieu,
— l'état physique des câbles et entrées de câbles,
— l'état physique des dispositifs de sécurité,
— la présence et l'état des dispositifs qui protègent contre un contact direct,
— que les performances techniques des pièces remplacées sont compatibles avec le bon
fonctionnement de l'appareil de levage.

Manuel 5 - 33/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.10.2.2. CONTROLES AVANT MISE EN SERVICE


En plus des contrôles complets, les contrôles avant mise en service comprennent au moins :
— le contrôle que l'équipement électrique de tous les appareils de levage est conforme aux
réglementations et normes,
— le contrôle que l'équipement électrique est conforme aux schémas électriques,
— le contrôle du séquentiel des circuits de sécurité et de commande,
— le contrôle du bon fonctionnement des composants électriques
— le contrôle que le système de commande ne permet pas des vitesses excessives
incontrôlées en service normal,
— le contrôle des réglages corrects de tout l'équipement électrique et de son bon
fonctionnement

5.11 EQUIPEMENT ELECTRIQUE AUXILIAIRE


En plus des prescriptions de EN 60204-32 clause 16, les clauses suivantes s'appliquent.

5.11.1. ECLAIRAGE

5.11.1.1. CABINE
Un éclairage de service fixe non éblouissant doit être prévu, disposé de manière à ne
dispenser que l'éclairement nécessaire à l'éclairage des dispositifs de commande.
Si le dispositif d'éclairage général du site n'est pas suffisant pour permettre l'accès et la sortie
de la cabine en toute sécurité, un éclairage portatif supplémentaire doit être prévu ; ce
dispositif doit pouvoir fonctionner, même si les principaux circuits électriques de l'appareil de
levage sont hors tension.

5.11.1.2. ECLAIRAGE DE LA ZONE DE TRAVAIL


Lorsque l'éclairage de la zone de travail est assuré par l'appareil, des projecteurs doivent
être convenablement placés sur l'appareil de levage, de telle sorte qu'un éclairage minimum
de 30 lux au niveau du sol soit assuré.
Ce circuit d'éclairage doit être indépendant des principaux circuits de l'appareil de levage.
Des précautions doivent être prises pour éviter que des chutes de tension produites par le
démarrage des moteurs ne coupent les lampes à décharge.

5.11.1.3. ECLAIRAGE DES ACCES ET DES ARMOIRES MACHINES


Lorsque l'éclairage général du site ne permet pas un éclairage suffisant, un éclairage
supplémentaire indépendant des principaux circuits de l'appareil de levage doit être assuré.
L'éclairage minimum doit être de 30 lux.

5.11.1.4. ECLAIRAGE DE SECOURS


Lorsque l'éclairage du site ne permet pas de sortir de l'appareil en toute sécurité, une lampe
portative, équipée de piles, doit être prévue. Un chargeur de batterie doit être prévu dans la
cabine.

Manuel 5 - 34/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5.11.2. CHAUFFAGE ET CLIMATISATION

5.11.2.1. ARMOIRES MACHINES


Une ventilation naturelle ou forcée doit être prévue pour disperser la puissance calorifique
dissipée par les machines et leurs équipements.
Lorsqu'un équipement électronique est utilisé et que les conditions de travail ne garantissent
pas une température ambiante pour un bon fonctionnement de l'équipement électronique, un
groupe de climatisation doit être prévu.

5.11.2.2. CABINE
Si besoin est, un appareil de chauffage doit être prévu dans la cabine.
Cet appareil du type à rayonnement obscur/non rayonnant doit être solidement fixé. Il doit
être muni d'un thermostat et doit avoir la puissance pour assurer une température minimum
de 15° C, en tenant compte de l'environnement dans lequel est installé le matériel. Cet
appareil doit être alimenté indépendamment des principaux circuits de l'appareil de levage.
Si l'environnement l'impose, un groupe de climatisation devrait être installé dans la cabine
pour maintenir une température maximum acceptable. Cet appareil doit être alimenté par un
circuit indépendant des principaux circuits de l'appareil de levage.

5.11.3. CIRCUIT AUXILIAIRE

S'il n'y a pas de possibilité d'alimentation à proximité, des circuits auxilIiaires devraient être
prévus pour l'entretien, comme suit :
− Un circuit pour un éclairage portatif, si l'éclairage ambiant n'est pas suffisant pour réaliser
l'entretien.
− Un circuit pour de l’outillage portatif suivant accord entre le fournisseur et l’utilisateur.
− Ces circuits doivent être protégés par un coupe-circuit différentiel à haute sensibilité et
devraient être indépendants des principaux circuits de l'appareil de levage.

-:-

Manuel 5 - 35/35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

MANUTENTION
1.001
SECTION I 3èmeEDITION
REVISEE
APPAREILS LOURDS DE LEVAGE ET DE MANUTENTION 1998.10.01

REGLES POUR LE CALCUL


DES APPAREILS DE LEVAGE

CAHIER 7

REGLES DE SECURITE

ème
La totalité de la 3 édition révisée comprend les cahiers 1 à 5 et 7 à 9
Copyright by FEM Section I
Disponible aussi en allemand et en anglais
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Cahier 7

Règles de sécurité

7.1. DOMAINE D'APPLICATION ..................................................................................................... 4

7.2. BASES DE CALCUL................................................................................................................. 4

7.3. MARQUAGE ET INSCRIPTIONS ............................................................................................. 4


7.3.1. PANNEAU INDIQUANT LA CHARGE NOMINALE............................................................. 4
7.3.2. PLAQUE DU CONSTRUCTEUR ........................................................................................ 5
7.3.3. PANNEAUX D'AVERTISSEMENT ...................................................................................... 5

7.4. CONFIGURATION CONSTRUCTIVE ....................................................................................... 6


7.4.1. GABARIT DE PASSAGE .................................................................................................... 6
7.4.1.1 Distances de sécurité..................................................................................................................6
7.4.1.2. Garde inférieure .........................................................................................................................6
7.4.1.3. Garde supérieure .......................................................................................................................6
7.4.2. POSTE DE CONDUITE — GENERALITES........................................................................ 6
7.4.2.1.Visibilité ......................................................................................................................................6
7.4.2.2. Poste de conduite ......................................................................................................................7
7.4.2.3. Matériaux ininflammables...........................................................................................................7
7.4.2.4. Vitrages .....................................................................................................................................7
7.4.2.5. Eclairage et chauffage................................................................................................................7
7.4.2.6. Protection thermique ..................................................................................................................8
7.4.2.7. Ventilation..................................................................................................................................8
7.4.3. CONDITIONS COMPLEMENTAIRES CONCERNANT LES POSTES DE CONDUITE
ELEVABLES ................................................................................................................................. 8
7.4.3.1. Plaque .......................................................................................................................................8
7.4.3.2. Mouvements incontrôlés ............................................................................................................8
7.4.3.3. Postes de conduite élevables .....................................................................................................8
7.4.3.4. Limitation de vitesse...................................................................................................................8
7.4.3.5. Commandes ..............................................................................................................................9
7.4.3.6. Fin de course .............................................................................................................................9
7.4.3.7. Amortissement ...........................................................................................................................9
7.4.3.8 Signal de détresse ......................................................................................................................9
7.4.3.9. Hauteur de gerbage ...................................................................................................................9
7.4.3.10 Commande au sol .....................................................................................................................9

7-1
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.4.4. PASSERELLES ET PLATES-FORMES............................................................................ 10


7.4.4.1. Accès.......................................................................................................................................10
7.4.4.2. Accès indirect ..........................................................................................................................10
7.4.4.3. Accès aux passerelles, plates-formes.......................................................................................10
7.4.4.4. Accès aux zones d’entretien.....................................................................................................10
7.4.4.5. Passerelles et plates-formes, hautes ........................................................................................10
7.4.4.6. Montage, démontage, entretien................................................................................................11
7.4.4.7. Dérogation ...............................................................................................................................11
7.4.4.8. Hauteur de passage libre .........................................................................................................11
7.4.4.9. Garde-corps.............................................................................................................................11
7.4.4.10. Surfaces de circulation ...........................................................................................................12
7.4.4.11. Contact accidentel..................................................................................................................12
7.4.5. ESCALIERS ET ECHELLES............................................................................................. 12
7.4.5.1. Generalité ................................................................................................................................12
7.4.5.2. Escaliers ..................................................................................................................................12
7.4.5.3. Echelles ...................................................................................................................................13

7.5. DISPOSITIFS MECANIQUES ................................................................................................. 14


7.5.1. TRANSMISSIONS PAR CABLES ET PAR CHAINES ...................................................... 14
7.5.1.1. Tambours ................................................................................................................................14
7.5.1.2. Position basse du crochet ........................................................................................................14
7.5.1.3. Câbles .....................................................................................................................................14
7.5.1.4. Chaînes ...................................................................................................................................14
7.5.2. MOUFLAGES, POULIES ET AUTRES MOYENS DE PREHENSION .............................. 15
7.5.2.1. Gégorgement...........................................................................................................................15
7.5.2.2. Protection de la main ...............................................................................................................15
7.5.2.3. Entretien ..................................................................................................................................15
7.5.2.4. Décrochement accidentel .........................................................................................................15
7.5.2.5. Charge nominale......................................................................................................................15
7.5.3. FREINS............................................................................................................................. 15
7.5.3.1. Généralité ................................................................................................................................15
7.5.3.2. Freins de levage ......................................................................................................................16
7.5.3.3. Freins de translation et direction,..............................................................................................16
7.5.3.4. Frein d’orientation ....................................................................................................................17
7.5.3.5. Frein de relevage .....................................................................................................................17

7-2
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.6. DISPOSITIFS HYDRAULIQUES............................................................................................. 18


7.6.1. Conduites.......................................................................................................................... 18
7.6.2. Vérins hydrauliques........................................................................................................... 18
7.6.3. Limitation de pression ....................................................................................................... 18
7.6.4. Filtration ............................................................................................................................ 18
7.6.5. Contrôle de la pression ..................................................................................................... 18
7.6.6. Reniflards .......................................................................................................................... 18
7.6.7. Fin de course .................................................................................................................... 19
7.6.8. Pression de rupture........................................................................................................... 19
7.6.9. Spécification du fluide ....................................................................................................... 19
7.6.10. Démarrage intempestif.................................................................................................... 19

7.7. DISPOSITIFS DE SECURITE ................................................................................................. 20


7.7.1. INSTALLATIONS POUR LIMITER LES MOUVEMENTS DE TRAVAIL............................ 20
7.7.1.1. Mécanismes de levage.............................................................................................................20
7.7.1.2. Mécanisme de translation.........................................................................................................20
7.7.1.3. Mécanismes d’orientation et de relevage..................................................................................21
7.7.2. SECURITE CONTRE LA SURCHARGE ET LE RENVERSEMENT ................................. 21
7.7.2.1. Sécurité au déraillement...........................................................................................................21
7.7.2.2. Surcharge ................................................................................................................................22
7.7.2.3. Tableau de charges .................................................................................................................22

7.8. VIEILLISSEMENT DES APPAREILS DE LEVAGE................................................................ 23

7-3
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.1. DOMAINE D'APPLICATION

Ces règles s'appliquent aux grues et appareils lourds de levage et de manutention selon le
paragraphe 1.4. du cahier 1 "Objet et domaine d'application" 1.

7.2. BASES DE CALCUL

Le calcul des charpentes et des mécanismes doit être effectué notamment selon les règles du
cahier 3 "Calcul des contraintes dans la charpente" et du cahier 4 "Calcul et choix des éléments de
mécanismes".

7.3. MARQUAGE ET INSCRIPTIONS

Les appareils de levage doivent porter les marques et inscriptions ci-dessous et ce, dans la langue
du pays dans lequel l'engin est utilisé, ou bien dans une langue acceptée par l'utilisateur.

7.3.1. PANNEAU INDIQUANT LA CHARGE NOMINALE

La charge nominale et la portée doivent être indiquées de façon durable à un endroit visible et
facilement lisibles du sol.

La charge nominale est la plus grande masse qui peut être levée par l'appareil de levage ou par
des accessoires de levage incorporés, fixes ou éventuellement sous certaines conditions ; pour un
engin à benne preneuse, c'est la masse totale admissible de la benne et du contenu.

Pour les engins de levage à portée variable, la charge nominale correspondant à chaque portée
doit être indiquée de manière durable, bien lisible du sol, avec des graduations appropriées. Des
indications plus précises concernant les charges admissibles pour les différentes portées sont à
prendre dans les notices d'utilisation du constructeur.

S'il s'agit d'engins à plusieurs treuils de levage, la charge nominale de chaque treuil doit être
indiquée sur les mouflages correspondants. De plus, il doit être mentionné si tous les chariots
peuvent être utilisés ensemble.

1
Pour les grues à tour de chantier les dispositions de sécurité en projet à la Commission Economique
Européenne (C.E.E.) seront également acceptées par la F.E.M.

7-4
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.3.2. PLAQUE DU CONSTRUCTEUR

Sur chaque appareil de levage, ainsi que treuil et chariot autonome, la plaque du constructeur doit
être apposée à un endroit accessible, elle mentionne les indications suivantes :

- nom du constructeur,
- année de construction,
- numéro de fabrication,
- charge nominale en kg et/ou tonne,
- indication du type.

7.3.3. PANNEAUX D'AVERTISSEMENT

Aux endroits appropriés, doit être apposé, d'une manière visible, un panneau "Interdiction de
stationner sous la charge". D'autre part, aux accès de l'appareil de levage, il faut prévoir un
panneau "Interdiction de monter aux personnes non autorisées", et aux endroits particulièrement
dangereux des panneaux " Danger Appareil de levage", au besoin avec des couleurs
d'avertissement.

7-5
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.4. CONFIGURATION CONSTRUCTIVE


7.4.1. GABARIT DE PASSAGE

7.4.1.1 Distances de sécurité

Toutes les parties mobiles d'un appareil de levage, à l'exception des apparaux de manutention et
de préhension de charge, doivent être, dans la position et les conditions de charges les plus
défavorables, éloignées d'au moins 0,05 m de toute partie fixe du bâtiment, d'au moins 0,1 m de
toute main courante et au moins 0,5 m des zones de circulation. Sont considérées comme zones
de circulation, toutes les voies autorisées au personnel. Ceci ne s'applique pas aux plates-formes
de travail. Pour les gabarits de passage de chemin de fer, l'on considère ces gabarits comme
dimension de chargement. I1 faut également respecter une distance minimum de 0,5 m dans les
zones de circulation. En aucun cas les éléments fixes des engins ne doivent entrer dans le gabarit
de passage de chemin de fer.

7.4.1.2. Garde inférieure

La distance minimale verticale entre le gabarit de passage d'un appareil de levage et les surfaces
de circulation situées au-dessous, que ce soit le sol, les passerelles fixes ou placées sur des
dispositifs mobiles et faisant partie de ces dispositifs ou appartenant au bâtiment, à l'exception des
plates-formes de travail, ou bien des plates-formes de service ou similaires, doit être de 1,8 m
minimum dans la zone de circulation de service. La distance aux éléments d'installation
accessibles sous certaines conditions, ou aux éléments mobiles (toits, fours, éléments de
mécanismes et appareils de levage en translation en-dessous) ainsi qu'aux mains courantes, doit
être au moins de 0,5 m verticalement.

7.4.1.3. Garde supérieure

La distance minimum verticale entre gabarit supérieur d'un appareil de levage et des éléments
stationnaires ou mobiles se trouvant au-dessus (par exemple, entre des éléments constitutifs de
chariots, des mains courantes d'une part, la ferme du bâtiment ou des engins de levage circulant
par dessus, d'autre part), doit être d'au moins 0,5 m dans la zone d'entretien et à proximité des
plates-formes. Cet intervalle peut être diminué à 0,1 m pour certains éléments de construction, à la
condition toutefois, que cela ne représente aucun risque pour le personnel, ou bien qu'un tel
danger soit écarté par des dispositifs adéquats.

7.4.2. POSTE DE CONDUITE — GENERALITES

7.4.2.1.Visibilité

Les postes de conduite doivent être disposés de manière à ce que le conducteur puisse voir
facilement toutes les opérations de travail, ou qu'il puisse les suivre par des dispositifs ou
aménagements appropriés.

7-6
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.4.2.2. Poste de conduite

Le poste de conduite doit être suffisamment spacieux pour que le conducteur puisse accéder ou
quitter sans gêner les dispositifs de commande. Les dispositifs de commande doivent pouvoir être
manipulés de préférence en position assise ou, si nécessaire, également en position debout.

Les postes de conduite doivent avoir une hauteur libre de 1,9 m minimum et être pourvus d'une
main courante à au moins 1 m du sol.

Les postes de conduite en plein air et les postes se trouvant dans des bâtiments non chauffés
doivent être de construction fermée, à l'exception des zones climatiques chaudes. Les postes de
conduite dans les bâtiments chauffés et les postes de conduite qui ne sont pas utilisés
fréquemment ou les postes supplémentaires peuvent être de construction ouverte.

S'il y a un risque de chute d'objets, il faut prévoir une protection au-dessus du poste de conduite.

Les postes de conduite et la disposition des organes de commande doivent être conçus suivant
des principes ergonomiques.

7.4.2.3. Matériaux ininflammables

La charpente des postes de conduite doit être réalisée en matériaux non inflammables, les
revêtements latéraux et le plafond peuvent être fabriqués en matériaux au choix, difficilement
inflammable. Le plancher des postes de conduite doit être recouvert d'un revêtement de sol non
métallique et calorifuge.

7.4.2.4. Vitrages
Les vitrages du poste de conduite, dont la distance au sol est de moins de 1,0 m, ainsi que les
parties vitrées, situées au sol, doivent être prévus ou protégés de manière à ce qu'il n'y ait pas de
risque de chute de personne ; les parties vitrées sur lesquelles on peut marcher, doivent d'autre
part, être résistantes à la marche.

Les moyens d'accès doivent être protégés, contre toute possibilité d'ouverture accidentelle. Les
portes coulissantes et les portes pivotantes vers l'extérieur des postes de conduite doivent
conduire à des plates-formes.

Il doit être possible de nettoyer sans aucun risque les vitres des postes de conduite Les parties
vitrées incorporées au plancher du poste de conduite et d'autres vitres exposées, pendant le
service, à un risque accru de bris ou à des rayonnements de chaleur, doivent être prévues en
verre de sécurité approprié.

7.4.2.5. Eclairage et chauffage


Afin de pouvoir se servir des organes de commande, les postes de conduite doivent être
suffisamment éclairés d'une manière anti-éblouissante et si nécessaire, pouvoir être ventilés.
Les postes de conduite fermés pour utilisation en plein air, et les postes se trouvant dans des halls
non chauffés, doivent pouvoir être chauffés.

7-7
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.4.2.6. Protection thermique


Les postes de conduite qui sont exposés à une grande chaleur doivent être protégés contre les
rayonnements thermiques, doivent être calorifugés et climatisés, de manière à ce que des
conditions de travail supportables soient assurées.

7.4.2.7. Ventilation
Les postes de conduite exposés à l'influence nuisible de poussières, de vapeur ou de gaz, doivent
être protégés contre la pénétration de telles matières et être équipés d'un dispositif d'alimentation
avec de l'air pur.

7.4.3. CONDITIONS COMPLEMENTAIRES CONCERNANT LES POSTES DE CONDUITE


ELEVABLES

7.4.3.1. Plaque
Le nombre de personnes et la charge maximale admises dans le poste de conduite doivent être
indiqués d'une façon durable et très lisible.

"Les conditions supplémentaires de service et d'entretien des postes de conduite élevables"


doivent être affichées dans le poste de conduite.

7.4.3.2. Mouvements incontrôlés


Il doit être impossible de faire tourner ou osciller dangereusement ces postes de conduite.

7.4.3.3. Postes de conduite élevables


Les postes de conduite élevables doivent être pourvus d'une protection contre la chute. Au lieu
d'une protection anti-chute, il peut y avoir deux systèmes porteurs indépendants l'un de l'autre, à
condition que le poste soit maintenu avec sécurité, même s'il y a rupture d'une des constructions
portantes, rupture de transmission ou panne de frein de service. Chaque dispositif portant doit être
conçu avec un coefficient de sécurité d'au moins 5 fois la charge totale

Dans le cas d'une protection contre la chute et d'une seule construction portante, un coefficient de
sécurité d'au moins 8 est nécessaire.

Les transmissions par câble doivent être conçues, au moins, suivant le groupe M8. Le diamètre du
câble ne doit pas être inférieur à 6 mm. Les câbles qui sont utilisés en plein air, doivent être en fils
galvanisés.

7.4.3.4. Limitation de vitesse


La cabine de commande doit pouvoir s'arrêter d'elle-même dès que l'on atteint une vitesse de
descente égale à 1,4 fois la vitesse nominale.

Le poste de conduite doit pouvoir se déplacer indépendamment de la charge.

7-8
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.4.3.5. Commandes
Tous les dispositifs de commande doivent se couper automatiquement, dès que l'opérateur les
lâche.

7.4.3.6. Fin de course


Pour limiter la position fin de course, haute et basse, du poste de conduite, il doit y avoir des
interrupteurs de fonctionnement et d'arrêt d'urgence, avec des éléments de commande et
d'actionnement séparés. Les éléments d'arrêt d'urgence doivent couper directement le circuit
principal de courant et déclencher un signal d'avertissement acoustique.

Dés que le poste de conduite heurte des obstacles ou dès qu'un moyen de portance devient mou,
tous les mouvements de l'appareil de levage doivent être interrompus automatiquement. Des
dispositifs de redémarrage, pour la remise en route de l'appareil de levage ne doivent pas être du
type à réenclenchement automatique.

7.4.3.7. Amortissement

Dans le cas où la vitesse de déplacement du poste de conduite dépasse 40 m/mn, il faut prévoir
des dispositifs, diminuant la vitesse en temps utile, de manière que les amortisseurs ne puissent
pas être atteints à une vitesse de plus de 40 m/mn. Dans le cas où la vitesse d'approche est de
plus de 20 m/mn, il faut prévoir des amortisseurs absorbeurs d'énergie.

7.4.3.8 Signal de détresse


Le poste de conduite doit posséder un dispositif de signal de détresse indépendant de
l'alimentation en courant électrique de l'appareil de levage. D'autre part, il est nécessaire qu'une
possibilité de descente de secours, par exemple, une échelle de corde ou un dispositif à câble se
trouve continuellement dans le poste de conduite.

7.4.3.9. Hauteur de gerbage


L'utilisateur doit veiller à ce que dans le cas de la hauteur de gerbage maximum, il y ait une
distance de sécurité de 0,5 m par rapport au bord inférieur du poste de conduite, celui-ci se
trouvant dans la position de service la plus élevée.

7.4.3.10 Commande au sol


L'appareil ne peut fonctionner par commande au sol, qu'à la condition que le poste de conduite se
trouve dans la position de service la plus élevée (voir aussi 7.7.).

7-9
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.4.4. PASSERELLES ET PLATES-FORMES

7.4.4.1. Accès
En utilisation normale, l'accès du poste de conduite doit être possible, sans danger et sans
difficulté dans n'importe quelle position de l'engin de levage. Si le plancher du poste se trouve à
moins de 5 m par rapport au sol, l'accès peut être limité à certaines positions de l'engin de levage,
à la condition toutefois que le poste de conduite soit équipé d'une possibilité de descente de
secours par exemple : une échelle de corde.

L'accès du poste de conduite doit, de préférence, se faire par une plate-forme protégée par un
garde-corps qui se trouve en regard du poste de conduite. Des accès par le plancher ou le plafond
du poste de conduite, ne sont admissibles que dans la mesure où les conditions dimensionnelles
le nécessitent. Lors de l'accès direct par un escalier, une plate-forme ou une passerelle, l'écart
horizontal à l'accès du poste de conduite ne doit pas dépasser 0,15 m et l'écart vertical entre la
plate-forme et le plancher du poste de conduite ne doit pas dépasser 0,25 m.

7.4.4.2. Accès indirect


Les engins de levage, dont le poste de conduite ne peut pas être atteint directement du sol, quelle
que soit la position de l'engin et dont le plancher du poste de conduite se situe à plus de 5 m du
sol, doivent être équipés de passerelles appropriées. Pour certains appareils tels que ponts
roulants, l'accès peut être limité à certaines positions de l'engin, si des dispositifs appropriés
permettent de quitter le poste de conduite.

7.4.4.3. Accès aux passerelles, plates-formes


Les passerelles, les montées et les plates-formes doivent être accessibles sans danger, quelle que
soit la position de l'engin de levage. Les montées souvent utilisées doivent conduire à des plates-
formes ou passerelles. Pour de telles voies d'accès, il est préférable d'utiliser des escaliers plutôt
que des échelles.

7.4.4.4. Accès aux zones d’entretien


Tous les postes opérationnels et toutes les installations de l'engin de levage, nécessitant un
contrôle ou un entretien régulier, doivent être équipés de moyens d'accès sûrs ou être accessibles
à l'aide de plates-formes de travail mobiles.

7.4.4.5. Passerelles et plates-formes, hautes


Les postes indiqués dans le paragraphe précédent, situés à plus de 2 m au-dessus du sol, ainsi
que les flèches, doivent être rendus accessibles à l'aide d'escaliers, de paliers, de passerelles ou
d'échelles. Les marches doivent être munies sur les deux côtés d'un garde-corps (voir aussi
7.4.5.2.).

7 - 10
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.4.4.6. Montage, démontage, entretien


En vue d'effectuer des opérations de montage ou de démontage, de vérification, de dépannage et
d'entretien en des points situés à plus de 2 m du sol, on doit prévoir, sur l'engin et sur la flèche des
dispositifs suffisants pour assurer la sécurité du personnel (comme par exemple : mains courantes,
poignées, dispositifs de sécurité, etc...), ainsi que l'accès à ces points. Les poulies et les parties
mobiles en bout de flèche devront être conçues de façon qu'aucun graissage ne soit nécessaire
entre l'opération de montage et de démontage de la grue. Si ce n'était pas le cas, des passerelles
doivent être prévues dans la flèche.

7.4.4.7. Dérogation
On peut renoncer à l'installation de ces moyens d'accès dans les flèches comme indiqué ci-
dessus, quand ces dernières peuvent être abaissées en vue d'une inspection visuelle complète ou
si d'autres constructions appropriées permettent une inspection visuelle.

7.4.4.8. Hauteur de passage libre


Les montées, passerelles et plates-formes doivent avoir un passage libre d'une hauteur d'au moins
1,80 m. A des endroits où des éléments entraînes sont en mouvement relatif par rapport aux
passerelles et plates-formes, une largeur libre de passage d'au moins 0,5 m doit être prévue. Cette
cote peut être réduite jusqu'à une hauteur de 0,6 m, ainsi qu'en largeur à 0,4 m par un garde-fou.
Entre les éléments fixes, la largeur libre de passage doit être d'au moins 0,4 m.

La hauteur libre de passage en ce qui concerne les accès empruntés rarement, à l'intérieur de la
charpente des appareils, peut être diminuée à 1,3 m au minimum, la largeur de passage doit alors
être agrandie à 0,7 m d'une façon linéaire avec la diminution de la hauteur. La hauteur libre au-
dessus des plates-formes qui ne sont utilisées que pour l'entretien peut être réduite à 1,3 m.

7.4.4.9. Garde-corps
S'il y a danger de chute de plus d'un mètre, les parties accessibles d'installation de l'appareil
doivent être pourvues d'un garde-corps complet sur les côtés concernés. Les plinthes doivent avoir
une hauteur d'au moins 0,1 m. Les ouvertures dans les garde-corps sont admises, dans la mesure
où il y a les protections appropriées contre le risque de chute. En règle générale, le garde-corps
doit avoir une hauteur de 1 m, et être pourvu d'une plinthe et d'une lisse intermédiaire. La hauteur
du garde-corps peut être diminuée jusqu'à 0,8 m, si une hauteur de passage libre de 1,3 m est
admissible. Le long des passerelles, il doit y avoir au moins une main courante.

Pour des passerelles qui longent des murs d'immeubles, ou une construction pleine, une main
courante peut être admise à la place du garde-corps, celle-ci ne doit avoir que des ouvertures (par
exemple : colonnes, ouvertures pour portes) de 1 m de longueur au maximum.

7 - 11
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.4.4.10. Surfaces de circulation


Les surfaces de passerelles doivent être anti-dérapantes. Des trous, écartements ou découpures
dans le revêtement, doivent être limités à une grandeur telle qu'une bille d'un diamètre de 0,02 m
ne puisse la traverser.
Les passerelles qui se trouvent à moins de 0,5 m au-dessus de lignes d'alimentation non
protégées doivent être pourvues de revêtements ininterrompus dans cette zone.

7.4.4.11. Contact accidentel


Si des passerelles sont disposées dans le voisinage des lignes d'alimentation, celles-ci doivent
être protégées contre tout contact accidentel.

7.4.5. ESCALIERS ET ECHELLES

7.4.5.1. Generalité
Lorsque les différences de niveau dépassent 0,5 m, il faut prévoir des escaliers ou des échelles.
Jusqu'à une hauteur de 2 m, il est également possible, pour des surfaces verticales, de réaliser
des marches, avec des poignées (par exemple pour extrémités de châssis).

Les échelles doivent être interrompues par des paliers de repos, à des distances verticales
maximales de 8 m. En cas de grandes hauteurs, comme pour les grues à tour, plusieurs paliers de
repos espacés au maximum de 8 m peuvent être nécessaires. Si cela pose des problèmes de
place, il est possible de disposer les paliers de repos latéralement à un échelle continue.

7.4.5.2. Escaliers

L'inclinaison des escaliers ne doit pas dépasser 65°, la hauteur d'une marche ne doit pas excédée
0,25 m et dans le cas des grues à tour 0,2 m et la profondeur d'une marche ne doit pas être de
moins de 0,15 m.

Si possible le rapport suivant doit être observé :

2 hauteurs de marche + 1 largeur de giron = 0,63 m

L'intervalle entre les marches doit rester égal. Quand il s'agit d'escaliers principaux les poteaux de
rampes doivent avoir un écartement l'un de l'autre d'au moins 0,6 m, pour les autres escaliers 0,5
m sont suffisants.

Les surfaces des marches doivent être anti-dérapantes.

Les escaliers doivent posséder un garde-corps de chaque côté ; dans le cas où d'un côté il y aurait
un mur, une main courante du côté du mur est suffisante.

7 - 12
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.4.5.3. Echelles

La longueur des échelons entre les montants doit être d'au moins 0,3 m, l'écartement des échelons
ne doit pas dépasser 0,3 m et doit rester équidistant. La distance des échelons à la construction
fixe doit être d'au moins 0,15 m. Un échelon doit pouvoir supporter en son milieu une force de
1200 N sans déformation permanente.

Les ouvertures de passage doivent avoir des dimensions minimum de 0,63 m x 0,63 m ou un
diamètre de 0,8 m.

Les échelles d'une hauteur de plus de 5 m doivent, à partir de 2,5 m, être équipées d'une
protection dorsale (crinoline).

La distance entre deux arceaux de la protection dorsale ne doit pas dépasser 0,90 m au maximum.
Ces arceaux doivent être reliés au cadre par au moins trois lisses longitudinales équidistantes.

Dans tous les cas une lisse longitudinale doit se trouver à un endroit exactement opposé à la ligne
médiane verticale de l'échelle.

La capacité de résistance des arceaux de protection renforcés par les lisses longitudinales devra
en chaque point de l'arc pouvoir supporter une force de 1000 N sur
0,1 m. Aucune déformation visible ne doit apparaître.

Les montants doivent dépasser d'au moins 1 m le dernier échelon supérieur, à moins que des
poignées soient prévues ; en cas de problème de place 0,8 m peut être admis.

La protection dorsale n'est pas requise si l'échelle est placée à l'intérieur d'une construction qui
assure la fonction de cette protection dorsale et si le libre passage entre l'échelle et le côté opposé
est de 0,70 - 0,80 m. Seront considérés comme protection équivalente : des éléments de structure
qui sont aménagés de façon que la distance verticale dans la zone de protection entre les barres
est toujours inférieure à 0,75 m, et où le cercle situé entre l'échelle et les barres est inférieur à 0,75
m.

Les échelles doivent être pourvues de paliers de repos, répartis de manière que la première
distance ne dépasse pas 10 m et qu'ensuite une marche-palier soit prévue tous les 8 m.

7 - 13
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.5. DISPOSITIFS MECANIQUES


7.5.1. TRANSMISSIONS PAR CABLES ET PAR CHAINES

7.5.1.1. Tambours

Les tambours à câbles doivent être rainurés ; en règle générale, le câble doit être enroulé en une
seule couche. Si l'enroulement doit être réalisé en plusieurs couches, un dispositif ou une
disposition adéquat d'enroulement doit être prévu ; un tel dispositif n'est pas forcément nécessaire
pour des enroulements à deux couches à condition que le câble soit guidé correctement par un
dispositif approprié.

S'il existe un risque que, pendant le service, les câbles puissent prendre du mou sur le tambour, ou
ne pas s'enrouler parfaitement, il faut prévoir des mesures qui empêcheront cette éventualité.

Les tambours doivent être pourvus de flasques, à moins que d'autres dispositifs n'évitent que les
câbles ne se déroulent latéralement ou chutent.

Le diamètre des joues doit être suffisamment grand pour dépasser la dernière couche de câbles
d'au moins une fois et demi le diamètre du câble, le câble étant complètement enroulé. Pour les
grues à tour on prendra 2 fois le diamètre du câble.

7.5.1.2. Position basse du crochet

A la position du crochet la plus basse admissible, il doit y avoir, avant la fixation du câble, encore
au moins deux tours de câble sur le tambour. Si la fixation d'un bout de câble sur le tambour se fait
par bornes à vis cette fixation doit être réalisée par au moins deux serre-câbles à verrouillage
positif (commandé mécaniquement).

7.5.1.3. Câbles

Les câbles doivent être, si possible protégés contre l'influence directe de la chaleur rayonnante et
contre les éclaboussures de matières en fusion ou autres matières nuisibles. Si les conditions de
fonctionnement sont soumises à des influences excessives de la chaleur, des matières corrosives
ou autres, il faut employer des câbles spéciaux.

7.5.1.4. Chaînes
Les entraînements par chaînes doivent être équipés d'un dispositif garantissant l'enroulement
correct de la chaîne sur la roue, et empêchant que la chaîne ne dérape. Une protection efficace de
la chaîne doit être prévue.

7 - 14
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.5.2. MOUFLAGES, POULIES ET AUTRES MOYENS DE PREHENSION

7.5.2.1. Gégorgement
Il faut garantir par des moyens adéquats que les câbles ou chaînes ne puissent sortir des poulies.

7.5.2.2. Protection de la main


S'il existe un danger que la main puisse se coincer entre le câble et la poulie du moufle, une
protection adéquate doit être prévue.

7.5.2.3. Entretien
Les poulies de câbles doivent être disposées de manière à être accessibles pour l'entretien.

7.5.2.4. Décrochement accidentel


Si le mode d'utilisation augmente le danger de décrochement accidentel de la charge ou du
crochet, des crochets de sécurité, d'une forme particulière, sont nécessaires.

7.5.2.5. Charge nominale


Il faut indiquer d'une façon durable la charge nominale et le poids propre sur les porte-charges
interchangeables, tels que grappins, aimants de levage, bennes, griffes ou palonniers ; en ce qui
concerne les grappins et bennes pour matières en vrac, il faut également indiquer la contenance
ainsi que le nom du constructeur.

7.5.3. FREINS
Les prescriptions de ce paragraphe ne s'appliquent pas aux entraînements par vérins (par exemple
vérin hydraulique de levage).

7.5.3.1. Généralité
Les mécanismes doivent être équipés de freins mécaniques. Dans des cas spéciaux où
l'entrainement est réalisé avec un engrenage à blocage automatique, ce frein peut être supprimé à
la condition d'apporter la preuve que ni des sollicitations ni des mouvements inadmissibles ne
peuvent survenir.
Le dispositif de freinage doit pouvoir être contrôlé facilement. Les ressorts de freins doivent être
conçus en tant que ressorts à pression, Il faut garantir la possibilité de réglage du frein et de
changement de garniture de ce frein.

7 - 15
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.5.3.2. Freins de levage


Les treuils de levage doivent être munis de freins qui s'appliquent automatiquement et qui doivent
retenir avec sécurité la charge d'essai en cas de panne ou de coupure de la commande du
mécanisme de levage.

Les dispositifs de freins doivent être dimensionnés pour 1,6 minimum de la charge de levage. Ils
doivent pouvoir freiner sans à-coup nuisible et sans échauffement inadmissible la charge d'essai
dynamique.

Les freins des mécanismes de levage doivent être agencés de manière à ce qu'il y ait liaison
mécanique entre, d'une part, le mécanisme qui produit le couple de freinage, et d'autre part, le
couple résistant de la charge.

Les dispositifs électriques ou mécaniques doivent permettre, sous charge, que la vitesse de
descente reste dans la limite admissible.

Les mécanismes de levage pour déplacer des matières fondues doivent être équipés de deux
freins mécaniques, à fonctionnement indépendant, dont chaque frein doit correspondre aux
exigences précédentes ; le deuxième frein doit avoir une action légèrement temporisée par rapport
au premier.

Dans des cas particulièrement critiques, où il faut également parer à une rupture d'engrenage il
faut que le deuxième frein qui agit sur le tambour du câble soit commandé de manière à ce qu'il
agisse automatiquement, sans temporisation, au plus tard au moment où le tambour atteint 1,5 fois
la vitesse de descente nominale. Dans ce cas, il faut inclure dans le dispositif de commande de la
grue un bouton d'arrêt d'urgence qui actionne le frein.

7.5.3.3. Freins de translation et direction,

Les mécanismes de translation et de direction des appareils de levage et des chariots doivent être
équipés de freins automatiques ou de freins actionnés à partir du poste de conduite. Sont
exceptées les installations qui ne sont pas soumises à l'influence du vent et qui opèrent sur une
voie horizontale à une vitesse ne dépassant pas 40 m/mn. S'il s'agit de galets montés sur
roulements à billes, la vitesse ne doit pas dépasser 20 m/mn. Pour les engins destinés au transport
des matières en fusion, il faut obligatoirement un frein indépendant de la vitesse.

Les freins doivent être conçus de manière à ce que l'engin de levage ou le chariot puisse, le cas
échéant, sous l'influence du vent, être arrêté en temps voulu et maintenu à l'arrêt dans toutes les
conditions opérationnelles, même en cas de panne de courant.

Les freins non automatiques de l'engin de levage et des chariots exposés au vent, doivent être
équipés d'un dispositif de blocage.

Les freins automatiques ou les dispositifs de blocage doivent présenter une sécurité d'au moins 1,1
par rapport aux forces maximales agissant hors service.

7 - 16
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.5.3.4. Frein d’orientation

Les mécanismes d'orientation doivent avoir des freins conçus de manière à pouvoir en temps
voulu et le cas échéant sous l'influence du vent, arrêter et maintenir à l'arrêt la partie tournante,
même en cas de panne de courant.

7.5.3.5. Frein de relevage

Les mécanismes de relevage doivent avoir des freins qui, en cas d'arrêt ou de panne de la
commande de relevage, s'appliquent automatiquement et maintiennent avec sécurité la flèche
avec la charge d'essai, dans la position la plus défavorable.

Le mécanisme de freinage devra être conçu pour un couple de freinage correspondant à au moins
1,6 fois le couple de la charge de levage et du poids propre de l'ensemble de la flèche, et 1,0 fois
le couple dû à la charge du vent dans les conditions opérationnelles les plus défavorables (vent
maximum en service).
Pour l'engin de levage "hors service" ceci devra correspondre à au moins 1,1 fois le couple
provenant du poids propre de l'ensemble de la flèche et de la charge due au vent (vent maxi hors
service = tempête) dans la position de la flèche la plus défavorable ou dans une position de la
flèche déterminée hors service.

7 - 17
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.6. DISPOSITIFS HYDRAULIQUES


7.6.1. Conduites
Pour les conduites sous pression jusqu'à un diamètre extérieur de 3 cm, il faut utiliser des tubes en
acier étiré sans soudure, sur lesquels aucun travail de soudage ne doit être effectué, mis à part le
soudage de tubulures pour des raccords à vis.

7.6.2. Vérins hydrauliques


Lorsqu'il s'agit de dispositifs de levage et de relevage actionnés par des vérins hydrauliques, des
dispositifs automatiques (clapets de sécurité) doivent être montés aux raccordements des conduits
de pression empêchant une descente non admise de la charge, particulièrement lors d'une rupture
de conduit. S'il y a un risque de descente dangereuse provoquée par des pertes, par fuites d'huile
ou des organes non étanches, il faut pallier ces dangers par des dispositifs mécaniques.

En ce qui concerne les autres entraînements hydrauliques, les mouvements doivent être arrêtés
par des freins de blocage automatiques, par l'intermédiaire d'organes de commande à retour
automatique, selon les prescriptions du paragraphe 7.5.3.

7.6.3. Limitation de pression


Un dépassement de la pression maximum de service doit être rendu impossible par des soupapes
de limitation de pression. Des mesures adéquates ou des mesures constructives doivent assurer
qu'un coefficient de 1,6 de la pression de service ne soit pas dépassé, même lorsqu'il a des à-
coups de pression.

7.6.4. Filtration
Avant la mise en service, l'installation hydraulique doit être exempte de corps étrangers tels que
copeaux, éclats ou pailles. L'installation doit être réalisée d'une manière telle que ces corps
étrangers puissent être facilement enlevés après des réparations.

7.6.5. Contrôle de la pression


Chaque circuit hydraulique doit avoir au moins un raccordement pour un appareil de mesure de la
pression permettant le contrôle de la pression sans démonter les tuyauteries.

7.6.6. Reniflards
Aux endroits adéquats des installations hydrauliques, il faut prévoir des ventilations.

7 - 18
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.6.7. Fin de course


Un dépassement des positions finales doit être évité par des dispositifs adéquats.

7.6.8. Pression de rupture


Les conduits et tuyauteries doivent être dimensionnés avec un facteur de sécurité égal à 4 par
rapport à la pression de rupture ; cela s'applique également aux raccords et filetages. Les
installations de levage fixes qui ne sont pas soumises à des vibrations ou des coups, doivent
pouvoir supporter un coefficient de sécurité de 2,5.

7.6.9. Spécification du fluide


Pour des dispositifs hydrauliques des appareils de levage et vérins, il faut employer des fluides
hydrauliques qui correspondent aux conditions de service et aux nécessités en matière de
sécurité. La spécification du fluide doit être indiquée à l'utilisateur. Les niveaux maximum et
minimum du réservoir hydraulique doivent être contrôlables.

7.6.10. Démarrage intempestif


Un démarrage accidentel occasionné par une remise sous tension après une panne de réseau ou
lors de la mise en tension par le sectionneur du réseau, interrupteur ou commutateur principal, doit
être évité, par exemple, par un verrouillage électrique ou un retour mécanique automatique des
organes de commande.

7 - 19
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.7. DISPOSITIFS DE SECURITE


7.7.1. INSTALLATIONS POUR LIMITER LES MOUVEMENTS DE TRAVAIL

7.7.1.1. Mécanismes de levage


La course des mécanismes de levage mus mécaniquement doit être limitée dans sa position la
plus haute et la plus basse admissible par des interrupteurs automatiques d'arrêt en tenant compte
de la distance de ralentissement (limiteurs de course). L'inversion des mouvements à partir des
positions limites doit rester possible à partir de l'appareil de commande. Si une position limite est
atteinte en fonctionnement normal un interrupteur de fin de course indépendant supplémentaire
doit être prévu. Dans ce cas le fonctionnement de l'interrupteur fin de course opérationnel
permettra l'inversion du mouvement avec l'appareil de commande, par contre le fonctionnement de
l'interrupteur fin de course de secours ne permettra pas le mouvement inverse.

Les mécanismes de levage entraînés par moteur à combustion et enclenchés mécaniquement


sans organe d'accouplement électrique, hydraulique ou pneumatique, peuvent être équipés de
dispositifs d'alarme optique ou acoustiques au lieu d'interrupteurs fin de course.

7.7.1.2. Mécanisme de translation


Dans le cas d'appareils de levage ou de chariots motorisés des dispositifs tels que sabots d'arrêt,
amortisseurs hydrauliques, en caoutchouc ou à ressorts ou de construction spéciale, doivent
pouvoir être à même d'absorber la moitié de l’énergie cinétique correspondant à une vitesse de
translation normale, le ralentissement maximum au poste de commande ne devra pas excéder 5
m/s2.

Si la position de fin de course est très souvent approchée en utilisation, la décélération au poste de
commande ne doit pas dépasser 2,5 m/s2.

En cas de radio-commande, les voies de déplacement des engins de levage et des chariots
doivent être munies d'interrupteurs de fin de course si la vitesse de déplacement excède 40 m/mn.

Les engins de levage et les chariots à poste de commande attelé qui sont constamment soumis au
vent, doivent être pourvus de dispositifs de blocage dans la position hors service.
Si les conditions d’exploitation exigent qu'il faille tenir compte de certaines forces du vent, l'engin
doit être équipé d'un avertisseur de vent.

Les transbordeurs, aiguillages, plaques tournantes doivent être équipés de verrouillages


mécaniques empêchant toute chute et déraillement.

Les engins de levage doivent être équipés de chasse-pierres si des matières pouvant empêcher le
déplacement peuvent joncher les rails.

7 - 20
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Si deux ou plusieurs engins de levage sont utilisés sur une voie commune, des dispositifs évitant
un tamponnement dangereux sont à prévoir. En aucun cas une décélération au poste de
commande de 5 m/s2 doit être dépassée.

Dans le cas où la zone de travail présente un danger quelconque du fait de l'utilisation de l'engin
de levage ou du chariot, des mesures de précautions doivent être prises pour le personnel qui s'y
trouve comme par exemple des panneaux d'avertissement, clignotants, avertisseurs sonores ou
interrupteurs automatiques.

7.7.1.3. Mécanismes d’orientation et de relevage

Pour les mécanismes de relevage mus mécaniquement, les mouvements de relevage de flèche
dans les positions extrêmes doivent être limités par des interrupteurs automatiques de fin de
course (fin de course d'urgence), en tenant compte de la distance de ralentissement.

L'inversion des mouvements à partir de positions extrêmes doit rester possible avec l'appareil de
commande.

Les mécanismes de relevage entraînés par moteur à combustion et enclenchés mécaniquement


sans organe d'accouplement électrique, hydraulique ou pneumatique peuvent être équipés de
dispositifs d'alarme optiques ou acoustiques au lieu d'interrupteurs de fin de course.

De même les mécanismes d'orientation mus par moteurs ayant une zone d'orientation limitée
doivent être munis d'un limiteur. Les mouvements d'orientation devront être limités par un
interrupteur de service automatique.

D'autre part, pour les positions extrêmes dans les zones à orientation limitée, et les positions
extrêmes de relevage, il faudra prévoir des limiteurs dont l'application se fera selon les
prescriptions de l'article 7.7.1.2.

7.7.2. SECURITE CONTRE LA SURCHARGE ET LE RENVERSEMENT

7.7.2.1. Sécurité au déraillement


Les engins de levage et chariots doivent être construits de telle manière ou équipés de sécurités
supplémentaires telles que, même dans les cas de déraillement, de rupture d'un galet ou d'un axe
de galet, la hauteur de chute soit limitée à 3 cm au maximum et qu'un basculement ou une chute
soit rendu impossible

L'appareil de levage ou le chariot ne doit pas se renverser ni tomber même sous la sollicitation de
forces inhabituelles telles que tamponnement, collision ou montage.

7 - 21
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.7.2.2. Surcharge

Les engins de levage ou chariots équipés de flèches ou de bras qui sont susceptibles de basculer
sous l'effet d'une surcharge, et dont la charge de levage est indépendante de la portée, doivent
être équipés d'un interrupteur de charge limite ; si toutefois la charge de levage varie en fonction
de la portée, cet interrupteur doit également servir d'interrupteur à moment constant (limiteur de
couple). Il doit être possible de revenir dans la zone d'utilisation admissible du couple de charge
par inversion du mouvement ou bien, dans le cas où la surcharge se produit au cours du levage de
la charge, par dépose de cette charge en utilisant les commandes usuelles (levier de commande,
etc...).

Les appareils de levage dont les dispositifs de levage ou de relevage sont entraînés par des
moteurs à combustion et qui sont commandés mécaniquement sans l'intermédiaire d'organes
électriques, hydrauliques ou pneumatiques, peuvent, au lieu de la sécurité de surcharge, être
équipés de dispositifs avertisseurs optiques ou sonores.

7.7.2.3. Tableau de charges


Sur les grues et appareils de levage dont la charge de levage dépend de la portée, on devra
disposer un tableau indicateur permanent et visible du poste de manoeuvre de l'opérateur, qui
donne, avec des valeurs espacées de façon convenable, la charge admissible correspondant à
chaque portée.

7 - 22
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

7.8. VIEILLISSEMENT DES APPAREILS DE LEVAGE

Comme toutes les machines et tous les appareils de levage, ceux relevant de la compétence de la
Section I de la FEM sont aussi conçus pour une certaine durée de vie.

Ils sont de plus soumis à des règles de calculs qui ont été développées à partir des connaissances
scientifiques et des expériences des utilisateurs et des constructeurs pour les applications aux
différents types d'appareils.

Cette notion de vieillissement s'applique principalement à la charpente et aux mécanismes à


l'exclusion des composants consommables (ex.: câbles, garnitures de freins, contacteurs, moteurs
thermiques, etc.).

Les facteurs dont il faut tenir compte dans le vieillissement de l'appareil sont principalement :

- les phénomènes de fatigue


- la corrosion
- les accidents d'exploitation, de montage et de démontage
- les surcharges
- l'entretien insuffisant du matériel.

L'utilisateur doit toujours garder à l'esprit l'importance du vieillissement.

7 - 23
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

FEDERATION EUROPEENNE DE LA F.E.M.


MANUTENTION 1.001
SECTION I 3èmeEDITION
REVISEE
APPAREILS LOURDS DE LEVAGE ET DE MANUTENTION 1998.10.01

REGLES POUR LE CALCUL


DES APPAREILS DE LEVAGE

CAHIER 8

CHARGES D’ESSAI ET TOLERANCES

ème
La totalité de la 3 édition révisée comprend les cahiers 1 à 5 et 7 à 9
Copyright by FEM Section I
Disponible aussi en allemand et en anglais
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Cahier 8

Charges d’essais et tolérances

8.1. ESSAIS ..................................................................................................................................... 2


8.1.1. ESSAI DYNAMIQUE........................................................................................................... 2
8.1.2. ESSAI STATIQUE............................................................................................................... 2
8.1.3. REMARQUE 1 .................................................................................................................... 2
8.1.4 REMARQUE 2 ..................................................................................................................... 2

8.2. TOLERANCES POUR APPAREILS DE LEVAGE ET VOIES .................................................. 3


GENERALITES............................................................................................................................. 3
8.2.1. PROCEDE DE MESURE .................................................................................................... 3
8.2.2. TOLERANCES DE CONSTRUCTION DES APPAREILS DE LEVAGE.............................. 3
8.2.2.1. Voie ...........................................................................................................................................3
8.2.2.2. Flèche de poutre ........................................................................................................................4
8.2.2.3. Axe de roue ...............................................................................................................................4
8.2.2.4. Voie de chariot...........................................................................................................................4
8.2.2.5. Appuis en vis à vis .....................................................................................................................5
8.2.2.6. Planéïté de voie .........................................................................................................................5
8.2.2.7. Axe de chariot............................................................................................................................6
8.2.2.8. Rectitude de rail .........................................................................................................................6
8.2.2.9. Axe de roue ...............................................................................................................................7
8.2.2.10. Axes de roues opposées ..........................................................................................................7
8.2.2.11. Plans médians des galets.........................................................................................................8
8.2.2.12. Entr’axe de guidage .................................................................................................................8
8.2.2.13. Diamètre de galet.....................................................................................................................8
8.2.3. TOLERANCES PRESCRITES POUR LES VOIES DES APPAREILS DE LEVAGE........... 9

ANNEXE......................................................................................................................................... 11
A - 8.1.3. CONDITIONS D'ESSAIS DES APPAREILS DE LEVAGE DANS CERTAINS PAYS
EUROPEENS ............................................................................................................................. 11

8-1
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

8.1. ESSAIS

Les appareils doivent être essayés en surcharge, avant leur mise en service, dans les conditions
suivantes :

8.1.1. ESSAI DYNAMIQUE

L'essai dynamique est effectué avec un coefficient de surcharge ρ1 = 1,2 : soit avec une charge
égale à 120 % de la charge nominale. Tous les mouvements sont exécutés successivement avec
prudence et sans vérification des vitesses ni de l'échauffement des moteurs (cf. article 2.3.3. c).

8.1.2. ESSAI STATIQUE

L'essai statique est effectué avec un coefficient de surcharge ρ2 = 1,4 : soit avec une charge égale
à 140 % de la charge nominale. Cet essai doit être exécuté sans vent. Il consiste à soulever la
charge nominale à une faible distance du sol et à ajouter sans choc le surplus nécessaire (cf.
article 2.3.3. c).

8.1.3. REMARQUE 1

Les valeurs de ces charges d'essais constituent les conditions minimales. Si des lois ou
règlements d'un pays exigent des valeurs supérieures, celles-ci doivent être respectées pour les
appareils destinés à ces pays.

A titre d'information, les essais de charge dans certains pays sont précisés à l'annexe
A-8.1.3.

8.1.4 REMARQUE 2

Il est généralement d'usage d'effectuer en même temps que ces essais une mesure de la
déformation prise par la charpente des appareils.

Aucune obligation n'est imposée par les présentes règles concernant la valeur des déformations à
ne pas dépasser.

Si l'utilisateur veut imposer une flèche limite, il doit le préciser dans son appel d'offre 1.

1
L'habitude de juger la robustesse d'un appareil en fonction de la faiblesse de la flèche prise sous la
charge devrait être abandonnée.

Si une flèche trop importante peut être gênante pour des poutres en treillis par suite des désarticulations
d'assemblages qu'elle risque d’entraîner, elle n'a par contre, aucune répercussion fâcheuse dans les
poutres à âme pleine ou en caisson.

En pratique, la valeur de la flèche devrait être limitée uniquement par des considérations d'utilisation de
l'appareil, les oscillations verticales de la charge pouvant, dans certains cas, être gênantes.
8-2
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

8.2. TOLERANCES POUR APPAREILS DE LEVAGE ET VOIES


GENERALITES

L'utilisation des Règles de Calcul pose comme préalable que les tolérances déterminées dans ce
qui suit pour les appareils et voies soient respectées. Elles sont valables à moins que des
conditions différentes aient été convenues avec l'utilisateur et ne nécessitent pas la prise en
considération des déformations élastiques résultant de l'exploitation. Les déformations élastiques
doivent, si nécessaire, être prises en considération séparément.

Les tolérances établies sont valables pour les ponts roulants, les portiques et les grues tournantes,
mais non pour les grues sur voie de chemin de fer. Pour les grues installées temporairement, par
exemple les grues de chantier ces règles ne s'appliquent que partiellement ; dans d'autres cas,
elles doivent être utilisées judicieusement.

8.2.1. PROCEDE DE MESURE

Pour le mesurage avec un mètre ruban, il doit être fait usage de mètres-acier étalonnés. Les
prescriptions propres au mètre ruban sont à respecter. Les valeurs obtenues sont à corriger aussi
bien pour la déflection du ruban que pour l'écart entre la température ambiante et la température
étalon. Les mesures effectuées sur un même appareil doivent être faites avec le même mètre
ruban et avec la même force de traction.

8.2.2. TOLERANCES DE CONSTRUCTION DES APPAREILS DE LEVAGE

8.2.2.1. Voie
L'écart ∆s sur la portée maximale ∆s de l'engin (voir croquis) ne doit pas dépasser les valeurs
suivantes :

pour s ≤ 15 m : ∆s = ± 2 mm
pour s > 15 m : ∆s = ± [ 2 + 0,15 . ( s-15 ) ] mm ( max. ± 15 mm )

(s est à exprimer en m)

Figure 8.2.2.1.

8-3
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

8.2.2.2. Flèche de poutre


Les poutres des appareils de levage doivent, lorsque posées en appui libre aux extrémités, ne pas
avoir de flèche, même si le dessin ne prescrit pas de contre-flèche. Cela veut dire que pour
l'appareil à vide (sans chariot) la voie du chariot ne doit pas descendre sous l'horizontale.

Ceci n'est valable que pour les appareils de levage ayant une voie de plus de 20 mètres.

8.2.2.3. Axe de roue

Si le rail possède une surface de roulement horizontale l'inclinaison de l'axe de la roue, pour
l'appareil de levage non chargé, devra se situer entre + 0,2 % et - 0,05 % (voir figure 8.2.2.3.).

Figure 8.2.2.3.

On doit entendre par appareil de levage non chargé que celui-ci est posé librement sans chariot
sur les sommiers.

8.2.2.4. Voie de chariot

La voie du chariot ne doit pas s'écarter de ± 3 mm de la cote nominale s.

Figure 8.2.2.4.

8-4
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

8.2.2.5. Appuis en vis à vis

Dans un plan perpendiculaire à la course du chariot, la différence de hauteur des deux points en
vis-à-vis de la voie du chariot, ne doit pas dépasser 0,15 % de l'écartement avec un maximum de
10 mm.

Figure 8.2.2.5.

8.2.2.6. Planéïté de voie

Les rails de chariot doivent être disposés de manière telle que la surface de roulement soit
horizontale et que le plus grand défaut de planéité de la surface d'appui ne dépasse pas ± 3 mm,
pour les voies jusqu'à 3 m, et ± 0,1 % de la voie du chariot, pour des voies dépassant 3 m .

Figure 8.2.2.6.

8-5
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

8.2.2.7. Axe de chariot

L'axe du rail du chariot ne doit pas s'écarter de l'axe de la poutre support de rail de plus de la demi-
épaisseur de l'âme de la poutre support de rail .

Figure 8.2.2.7.

8.2.2.8. Rectitude de rail

Les axes des rails de chariot ne doivent pas s'écarter de plus de + 1,û mm, sur une longueur de
rail de 2 m, de leur axe théorique. Il ne peut exister des déports aux joints de rail .

Axes théoriques des rails de chariot

Figure 8.2.2.8.

8-6
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

8.2.2.9. Axe de roue

Les axes des alésages des roues doivent se situer à l'intérieur d'un écart angulaire dans le plan
horizontal de ± 0,04 % par rapport à la position théorique .
Axe théorique
de toutes les roues

Figure 8.2.2.9.

8.2.2.10. Axes de roues opposées

Les alésages de palier des deux roues opposées de chaque côté de la voie et les axes de
balanciers éventuels du chariot et du pont doivent présenter dans le plan vertical, un écart
d'alignement inférieur à 0,15 % de l'écartement, avec un maximum de 2 mm .

Figure 8.2.2.10.

8-7
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

8.2.2.11. Plans médians des galets

Les plans médians des galets roulant ensemble sur un même rail ne peuvent s'écarter du centre
du rail de plus de ± 1 mm .

Axe rhéorique moyen des galets

Milieu du galet Milieu du galet


Figure 8.2.2.11.

Dans le cas de paliers lisses, le galet doit se trouver au milieu entre les surfaces de contact
frontales des roues.

8.2.2.12. Entr’axe de guidage

Dans le cas de galets de guidage horizontaux le milieu de l'entr’axe d'un ensemble de guidage ne
doit pas s'écarter de plus de ± 1 mm de l'axe moyen du champignon du rail .

Milieu de l’entr’axe des


galets de guidage
Entr’axe
des galets
de
guidage

Axe moyen du champignon

Figure 8.2.2.12.

8.2.2.13. Diamètre de galet

La tolérance sur le diamètre des galets doit correspondre à la classe de tolérance h9 de l'ISO. En
cas "d'arbre électrique" de plus petites tolérances peuvent être nécessaires qui sont à déterminer
cas par cas. Les tolérances sont également valables pour les galets non entraînés car tous les
galets doivent être interchangeables

8-8
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

8.2.3. TOLERANCES PRESCRITES POUR LES VOIES DES APPAREILS DE LEVAGE

Les tolérances déterminées dans ce qui suit se réfèrent à l'état neuf de la voie de l'appareil. Si en
cours d'utilisation il se produit un dépassement de ces tolérances de plus de 20 %, la voie doit être
redressée. Si les conditions de roulement se détériorent sensiblement, il pourra être nécessaire de
redresser la voie, même si le dépassement n'atteint pas encore les 20 % tolérés.

1 - Le plus grand écart ∆s sur l'écartement s est :


pour s ≤ 15 m : ∆s = ± 3 mm
pour s > 15 m : ∆s = ± [ 3 + 0,25 . ( s-15 ) ] mm (max. ± 25 mm)
(s est à exprimer en m) (Voir figure 8.2.2.1.)

S'il existe des galets moteurs d'un côté on peut permettre un écart d'une valeur triple de celui
donné par les deux formules, mais le plus grand écart ne doit pas dépasser
25 mm.

2 - Il est admis que le chariot étant placé au milieu de la portée, les deux côtés de la voie
présentent environ la même flèche.

3 - Le plus grand écart admissible entre le rebord supérieur du rail et sa hauteur théorique est
de ± 10 mm. Est considérée comme hauteur théorique la position horizontale ou
éventuellement la courbe de surhaussement prévue. Le positionnement en hauteur des deux
rails peut présenter une différence de 10 mm. L'écart entre l'axe longitudinal du rail et sa
position théorique, mesuré en un endroit quelconque sur une longueur de 2 m, ne peut
dépasser ± 2 mm.

4 - L'inclinaison de la surface de roulement des rails ne doit pas dépasser les valeurs suivantes
par rapport à sa position théorique :

Longitudinalement : 0,3 %
Transversalement : 0,3 %

Figure 8.2.3.a.

8-9
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

5 - L'écart entre les positions réelle et théorique de l'axe du rail ne peut dépasser ± 10 mm.
L'écart entre l'axe longitudinal du rail et sa position théorique, mesurée en un endroit
quelconque sur une longueur de 2 m, ne peut dépasser ± 1 mm .
Flèc he

Figure 8.2.3.b.

Pour les appareils conduits des deux côtés par des galets horizontaux, les valeurs précitées
sont valables également pour la surface des rails des galets horizontaux.

Pour les appareils conduits sur un seul rail, l'exigence relative à la rectitude du rail non
conducteur peut être abaissée après en avoir référé au constructeur.

6 - Il n'y a pas lieu de tenir compte des déports des joints de rails. Il est recommandé d'utiliser
des joints de rail soudés.
.

8 - 10
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

ANNEXE
A - 8.1.3. CONDITIONS D'ESSAIS DES APPAREILS DE LEVAGE DANS CERTAINS PAYS
EUROPEENS
Etats Essais dynamiques Essais statiques Observations
AUTRICHE 125 % jusqu’à 25 t
110 % au delà de 25 t
BELGIQUE jusqu’à 20 t 125 % 25 t 140 %
de 20 à 50 t +5t de 25 à 50 t 10 t
au delà de 50 t 110 % 50 t 120 %
SUISSE Suivant
DIN 15030
ALLEMAGNE Pk = 1,25 . P (H1 et H2) Pg = 1,50 . P (H3 and H4) DIN 15018 part
Pg = 1,33 . P (H1 et H2) Pg = 1,33 . P - 1,4 . P 1
Pk = 1,25 . P DIN 15019 part
Pk = 1,25 . P1 + 0,25 . P0 1
DIN 15030
FRANCE 120 % 150 %
(sauf grues de chantiers et (sauf grues de chantiers et
certains appareils démontables : certains appareils démontables :
110 %) 133 %)
GRANDE 125 % de la SWL
BRETAGNE

ITALIE 128 % auto grues Pendant 15 min.


120 % grues à tour
110 % autres appareils
PAYS BAS jusqu’à 20 t 125 % Non obligatoire
de 20 à 50 t +5t
NORVEGE jusqu’à 20 t 125 %
de 20 à 50 t +5t FEM
au delà de 50 t 110 %
ou FEM
SUEDE jusqu’à 5 t 125 %
de 5 à 20 t 120 %
de 20 à 50 t 115 %
au delà de 50 t 110 %

8 - 11
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

FEDERATION EUROPEENNE DE LA F.E.M.


MANUTENTION 1.001
SECTION I 3ème EDITION
REVISEE
APPAREILS LOURDS DE LEVAGE ET DE MANUTENTION 1998.10.01

REGLES POUR LE CALCUL


DES APPAREILS DE LEVAGE

CAHIER 9

SUUPLEMENTS ET COMMENTAIRES
AUX CAHIERS 1 à 8

ème
La totalité de la 3 édition révisée comprend les cahiers 1 à 5 et 7 à 9
Copyright by FEM Section I
Disponible aussi en allemand et en anglais
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Cahier 9

Suppléments et commentaires
aux cahiers 1 à 8

9.1. PREFACE ................................................................................................................................. 3

9.2. PRESENTATION....................................................................................................................... 3

9.3. VALEURS DU COEFFICIENT DYNAMIQUE ψ (2.2.2.1.1.) ..................................................... 4

9.4. SOLLICITATIONS DUES AUX MOUVEMENTS HORIZONTAUX SH. (2.2.3.) ......................... 6


9.4.1. Réactions transversales dues au roulement ....................................................................... 6
9.4.1.1. Modèle de l'appareil ...................................................................................................................6
9.4.1.2. Relation entre les forces tangentielles et les déplacements ........................................................7
9.4.1.3. Charges dues à l'obliquité (marche en crabe) .............................................................................8
9.4.1.4. Forces tangentielles, Fx et Fy ...................................................................................................10
9.4.1.5. Angle d'obliquité α....................................................................................................................11
9.4.2. Effets de tamponnement sur la structure .......................................................................... 11

9.5. ACTION DU VENT (2.2.4.1.)................................................................................................... 12

9.6. QUALITE DES ACIERS (3.1.3.).............................................................................................. 13

9.7. ELEMENTS DE CHARPENTE AUTRES QUE LES ASSEMBLAGES - CONTRAINTES


ADMISSIBLES (3.2.1.1.)................................................................................................................ 18

9.8. ASSEMBLAGES PAR BOULONS DE TRACTION A SERRAGE CONTROLE (3.2.2.2.1.)... 20

9.9. VERIFICATION DES ELEMENTS SOUMIS AU FLAMBEMENT ( 3.3) ................................. 20

9.10. VERIFICATION DES ELEMENTS SOUMIS AU VOILEMENT (3.4.) .................................... 21

9.11. CAS DES STRUCTURES SUBISSANT DES DEFORMATIONS IMPORTANTES (3.5.) ..... 22
9.11.1. Effet non proportionnel sur la structure due aux forces................................................... 22
9.11.2. Structures non linéaires et effets favorables du poids propre ......................................... 24

9.12. CHOIX DES GALETS DE ROULEMENT (4.2.4.).................................................................. 26

9.13. CALCUL DES ENGRENAGES (4.2.5.)................................................................................. 27


File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.14. DETERMINATION DES CONTRAINTES ADMISSIBLES DANS LES ELEMENTS DE


MECANISMES SOUMIS A LA FATIGUE (2.1.4.3., 4.1.3.5., 4.1.3.6. et 4.1.3.7.) .......................... 27
9.14.1. Introduction ................................................................................................................... 27
9.14.2. Modifications partielles des cahiers 2 et 4....................................................................... 28
9.14.3. Vérification à la fatigue d'un élément de mécanisme - Exemple ..................................... 34

9.15. STABILITE ET SECURITE CONTRE L'ENTRAINEMENT PAR LE VENT (Cahier 6 :


supprimé)........................................................................................................................................ 36
9.15.1. Domaine d'application ..................................................................................................... 36
9.15.2. Stabilité - Calculs ............................................................................................................ 36
9.15.2.1. Stabilité..................................................................................................................................36
9.15.2.2. Calculs...................................................................................................................................36
9.15.2.3. Influence due au déplacement................................................................................................36
9.15.2.4. Influence due au site ..............................................................................................................36
9.15.2.5. Influence due aux accessoires ...............................................................................................36
9.15.2.6. Cas de collision......................................................................................................................36
9.15.3. Stabilité arrière en service............................................................................................... 38
9.15.4. Application des charges dues au vent............................................................................. 38
9.15.4.1. En service ..............................................................................................................................38
9.15.4.2. Hors service...........................................................................................................................38
9.15.5. Base des appareils de levage ......................................................................................... 38
9.15.6. Dispositifs supplémentaires temporaires pour la stabilité................................................ 39
9.15.7. Déformation..................................................................................................................... 39
9.15.8. Résistance au glissement dû au vent.............................................................................. 39

9.16. ESSAIS (8.1.) ........................................................................................................................ 41

9.17. TOLERANCES POUR APPAREILS DE LEVAGE ET VOIES (8.2)...................................... 42

1-2
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.1. PREFACE

Les "Règles pour le calcul des appareils de levage" établies par le Comité Technique de la section
I de la Fédération Européenne de la Manutention (F.E.M), qui étaient publiées sous la forme de 8
cahiers, ont été largement utilisées dans de nombreux pays du monde entier.

Cependant, ces règles ont été élaborées au début des années 80 et doivent progresser pour rester
en phase avec l'évolution des connaissances et des outils de conception utilisés, d'efficacité
croissante.

La nécessité d'une révision est basée sur quelques observations :

• La norme harmonisée EN 13001 issue des travaux du CEN/TC147/WG2 ne sera appliquée


progressivement qu'au début du 21ème siècle.

Ainsi, il n'est pas souhaitable d'attendre cette date en continuant à se référer à des règles FEM,
dont certaines parties sont devenues obsolètes.

• La FEM 1.001 est un texte consolidé par un fort retour d'expérience. Il est utilisé par une
nombreuse population, où l'on retrouve les constructeurs, les donneurs d'ordres, etc...

• L'évolution des règles devrait faciliter l'application future des normes harmonisées basées
entre autres sur des méthodes aux états limites.

Le texte qui suit doit être considéré comme un supplément aux textes des cahiers 2, 3, 4 et 8. Le
cahier 6 est supprimé.

9.2. PRESENTATION

Au début de chaque article, il y a une référence à l'article issu du cahier 2, 3, 4, 6 ou 8 que le


nouveau texte peut remplacer.

Exemple :

L'article 2.2.2.1.1. du cahier 2 peut être remplacé par le texte suivant :

1-3
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.3. VALEURS DU COEFFICIENT DYNAMIQUE ψ (2.2.2.1.1.)

L'article 2.2.2.1.1. du cahier 2 peut être remplacé par le texte suivant :

Pour le coefficient ψ donné dans l'article 2.2.2.1.1. du cahier 2, nous pouvons prendre la valeur φ2
donnée par le texte suivant :

Dans le cas d'une charge libre au sol, les effets dynamiques du transfert de la charge du sol vers
l'appareil de levage doivent être pris en compte en multipliant la force de gravité due à la masse de
la charge de levage par un facteur φ2 (voir figure F.9.3.).

La masse de la charge de levage inclut les masses de la charge utile, des accessoires de levage
et d'une partie des câbles ou des chaînes de levage, etc.

Figure F.9.3. - Facteur φ2

Le facteur φ2 doit être calculé comme suit :

φ2 = φ 2min + β2νh

φ 2min et β2 sont donnés dans le tableau T.9.3.a pour la classe de levage appropriée. Pour les
besoins de la présente norme, les appareils de levage sont affectés aux classes de levage HC1 à
HC4 selon leurs caractéristiques dynamiques. (La sélection des classes de levage dépend du type
particulier des appareils de levage et est traitée dans les normes européennes relatives aux types
spécifiques des appareils de levage.) De même, les valeurs de φ2 peuvent être déterminées par
des essais ou par analyse sans se référer à la classe de levage.

νh est la vitesse stable de levage, relative à l'accessoire de levage. Les valeurs de νh sont
données dans le tableau T.9.3.b.

1-4
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.9.3.a. - Valeurs de β2 et φ 2min

Classe de levage de β2 φ 2min


l'appareil s/m

HC1 0,17 1,05

HC2 0,34 1,10

HC3 0,51 1,15

HC4 0,68 1,20

Tableau T.9.3.b. - Valeurs de νh pour l'estimation de φ2

Combinaison de Type de mécanisme de levage et de son mode de


charges fonctionnement

HD1 HD2 HD3 HD4 HD5


Cas I, Cas II νh,max νh,CS νh,CS 0,5 . νh,max νh. = 0

Cas III - νh,max - νh,max 0,5 . νh,max

Où :

HD1 le mécanisme de levage ne peut pas fonctionner en vitesse très lente ;

HD2 une vitesse stable très lente du mécanisme de levage peut être sélectionnée par
l'opérateur de l'appareil de levage ;

HD3 le système de commande du mécanisme de levage garantit l'utilisation d'une vitesse


stable très lente jusqu'au soulèvement de la charge ;

HD4 une commande de vitesse variable continue peut être actionnée par l'opérateur de
l'appareil de levage ;

HD5 après prétension de l'agrès de levage, une commande de vitesse variable continue est
assurée par le système de commande du mécanisme d'entraînement, indépendant de
l'opérateur de l'appareil de levage ;

νh,max est la vitesse stable maximale de levage ;

νh,CS est la vitesse stable très lente de levage.

1-5
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.4. SOLLICITATIONS DUES AUX MOUVEMENTS HORIZONTAUX SH. (2.2.3.)

L'article 2.2.3. du cahier 2 peut être remplacé par le texte suivant :

9.4.1. Réactions transversales dues au roulement

Exemple de méthode pour analyser les charges dues à l'obliquité.

9.4.1.1. Modèle de l'appareil

Pour procéder à une estimation des forces tangentielles entre les galets et les rails ainsi que des
forces entre les moyens de guidage actifs qui sont dues à l'obliquité de l'appareil de levage, un
modèle mécanique simple de translation est nécessaire. L'appareil est supposé mobile à vitesse
constante et dépourvu de commande antiobliquité.

Le modèle se compose de n paires de roues en ligne, dont p paires sont couplées. Une paire
individuelle (i) de galets peut être définie, comme couplée (C) mécaniquement ou électriquement,
ou montée indépendamment (l) l'une de l'autre. Cette dernière condition est également valable
dans le cas de mécanismes simples indépendants.

Les galets sont placés dans les positions géométriques idéales d'une structure d'appareil de
levage rigide en translation sur une voie rigide. Les différences de diamètres de galets sont
négligées dans ce modèle. Les galets sont fixes (F) ou mobiles (M) eu égard au déplacement
latéral. Le degré de liberté latéral peut, par exemple, être assuré par un bras articulé.

Les différentes combinaisons possibles de paires de galets transversalement en lignes sont


présentées figure F.9.4.a.

Coupled (C) Independent (I)

Fixed/Fixed
(F/F) IFF

CFF
Fixed/Movable IFM
(F/M)

CFM
Figure F.9.4.a - Différentes combinaisons de paires de galets

Sur la figure F.9.4.b les positions des paires de galets par rapport à la position des moyens de
guidage à l'avant de l'appareil en translation sont données par la distance di..

1-6
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

NOTE: Quand des roues à boudins sont utilisées au lieu d'un dispositif de guidage externe,
d1 = 0.
On suppose que les forces de gravité dues aux masses de l'engin chargé (mg) agissent à une
distance µl du rail 1 et sont réparties de manière égale entre les n galets de chaque côté du
chemin de roulement de l'appareil de levage.

Slack of the Width of the rail head


guide
T ravelling direction

Wheel pair 1

Wheel pair 2

Wheel pair i

Wheel pair n

Span
Rail 1 Rail 2

Figure F.9.4.b - Positions des paires de galets

9.4.1.2. Relation entre les forces tangentielles et les déplacements

Il est d'abord tout à fait nécessaire d'adopter une relation entre les forces tangentielles et les
déplacements correspondants se produisant entre le galet et le rail. Du fait que le galet doit
transmettre des couples d'entraînement (My) au rail et que son déplacement est limité par le
système (appareil de levage et chemin de roulement), il glisse dans les directions latérale et
longitudinale [u(ux,uy)]; des forces tangentielles correspondantes (Fx, Fy) agissent sur l'appareil de
levage (voir figure F.9.4.c).

1-7
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Sliding
distance
Geometry

Rolling distance

Forces

Figure F.9.4.c - Forces tangentielles et déplacements

En général, une relation existe entre les distances de glissement (ux,uy), la distance de roulement
théorique rψ, la charge de galet Fz et les forces tangentielles (Fx, Fy), comme suit :

Fx = fx (sx, sy, pc, état de surface). Fz Fy = fy (sx, sy, pc, état de surface). Fz

Les coefficients de frottement du galet (fx, fy) dépendent du glissement, c'est à dire du rapport entre
le glissement et les distances de roulement théoriques (sx = ux / rψ, sy = uY / rψ), de la pression de
contact entre le galet et le rail (pc) et de l'état de surface du rail. Pour simplifier le calcul, les
relations empiriques suivantes peuvent être utilisées :


fx = 0,3⋅ 1 − e
(−250. sx ) ,pour sx ≤ 0,015 @

fy = 0,3⋅ 1 − e
(
−250. s
y ) , pour s
y ≤ 0,015
   
 

9.4.1.3. Charges dues à l'obliquité (marche en crabe)

Le modèle de l'appareil de levage est supposé en translation à vitesse constante et décalé d'un
angle α, comme indiqué sur la figure F.9.4.d. L'appareil peut être guidé horizontalement par des
dispositifs externes ou par des boudins de galets.

1-8
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Direction du mouvement Direction du rail

Glissement latéral
Sy Fy Guidage

h µ' µ
Syi Fz1i = — mg Fz2i = — mg Fy2i
Fy1i n n
Fx1i Fx2i

paire de
galets i

Rail 1 x Rail 2

y Pôle instantané de
glissement

µl µ' l

Figure F.9.4.d - Charges agissant sur l'appareil de levage en position oblique

1-9
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Une force de guidage Fy est en équilibre avec les forces tangentielles de roues Fx1i, Fy1i, Fx2i, Fy2i,
dues à la rotation de l'appareil autour du pôle instantané de glissement . Avec le glissement latéral
maximal sy =α au niveau du dispositif de guidage et la distribution linéaire du glissement latéral syi
entre le dispositif de guidage et le pôle de glissement instantané, les forces d'obliquité
correspondantes peuvent être calculées comme suit :

a) Distance entre le pôle instantané de glissement et les moyens de guidage h

Pour les systèmes F/F, h = (pµµ'l2 + Σd2i) / Σdi


Pour les systèmes F/M, h = (pµl2 + Σd2i) / Σdi

où :
p est le nombre de paires de galets couplés;
µ est la distance entre le pôle instantané de glissement et le rail 1;
µ' est la distance entre le pôle instantané de glissement et le rail 2;
l est la portée de l'appareil;
di est la distance entre la paire de galets i et les moyens de guidage.

b) effort de guidage Fy

Fy = νfmg

où :
ν = 1 - Σdi /nh, pour les systèmes F/F
= µ' (1 - Σdi /nh), pour les systèmes F/M
f = 0,3·(1 - e-250 α) où α < 0,015 rad;
mg est la force de gravité due à la masse de l'appareil chargé;
n est le nombre de roues de chaque coté du chemin de roulement de l'appareil de levage.

9.4.1.4. Forces tangentielles, Fx et Fy

Fx1i = ξ1i fmg


Fx2i = ξ2i fmg
FY1i = ν1i fmg
FY2i = ν2i fmg
où :
f et mg sont données dans l'article 9.4.1.3.b)
ξ1i, ξ2i, ν1i et ν2i sont donnés dans le tableau T.9.4.

1 - 10
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

T.9.4 - Valeurs de ξ 1i, ξ2i, ν1i et ν2i

Combinaisons des
paires de galets ξ1i = ξ2i ν1i ν2i
(Voir figure F.9.4.a)

µµ'l/nh µ di
CFF (1 − )
n h

IFF 0 µ' di
(1− )
n h

CFM µµ'l/nh 0

IFM 0

9.4.1.5. Angle d'obliquité α

L'angle d'obliquité α , qui ne doit pas dépasser 0,015 radians, doit être choisi en tenant compte du
jeu entre les moyens de guidage et le rail ainsi que de la variation dimensionnelle raisonnable et
de l'usure des galets de l'appareil et des rails comme suit :

α = αg + αw + αt

Où :
αg = sg/wb est la partie de l'angle d'obliquité due au jeu des moyens
de guidage ;

sg est le jeu des moyens de guidage ;

wb est la distance entre les moyens de guidage ;

αw = 0,1 (b/wb) est la partie de l'angle d'obliquité due à l'usure ;

b est la largeur du champignon de rail ;

αt = 0,001 rad est la partie de l'angle d'obliquité due aux tolérances.

9.4.2. Effets de tamponnement sur la structure

Dans l'article 2.2.3.4.1 remplacer 0,7 m/s par 0,4 m/s

1 - 11
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.5. ACTION DU VENT (2.2.4.1.)

L'article 2.2.4.1.du cahier 2 peut être remplacé par le texte suivant :

D'autres recommandations ou résultats de travaux peuvent aussi être utilisés pourvu que le même
niveau de sécurité soit obtenu.

1 - 12
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.6. QUALITE DES ACIERS (3.1.3.)

L'article 3.1.3 du cahier 3 peut être remplacé par le texte suivant:

Les propriétés des nuances d'acier les plus fréquemment utilisées sont fournies dans les normes
suivantes :

EN 10025 Produits laminés à chaud en aciers de construction non alliés. Conditions techniques
de livraison.
EN 10113-1 Produits laminés à chaud en aciers de construction soudables à grains fins. Partie 1 :
Conditions générales de livraison.
EN 10137-1 Tôles et larges plats en aciers de construction à haute limite d'élasticité à l'état
trempé et revenu ou durci par précipitation - Partie 1: Conditions générales de
livraison.
EN 10149-1 Produits plats laminés à chaud en aciers à haute limite d'élasticité pour formage à
froid - Partie 1 : Conditions générales de livraison.
EN 10210-1 Profils creux pour la construction finis à chaud en aciers de construction non alliés -
Partie 1: Conditions techniques de livraison.
EN 10219-1 Profils creux pour la construction formés à froid en aciers de construction non alliés et
à grains fins - Partie 1: Conditions techniques de livraison.

Par qualité des aciers, on comprend dans cette règle de calcul la propriété qu'a l'acier de montrer
un comportement rigide à certaines températures.

Les aciers sont divisés en quatre groupes de qualité. Le groupe dans lequel l'acier utilisé doit être
classé résulte de sa résilience sous une certaine forme et température d'essai déterminée.

Les tableaux T.9.6.a, T.9.6.b, T.9.6.c et T.9.6.d montrent les résiliences et les températures d'essai
pour les quatre groupes.

Les résiliences indiquées sont des valeurs minimales, prises comme moyenne de trois essais, des
éprouvettes longitudinales sont utilisées.

La résilience est à déterminer selon des essais avec éprouvettes à entaille en V selon la norme
européenne EN 10045-1.

Des aciers de groupes de qualité différents peuvent être soudés ensemble.

Tc est la température d'essai pour le test de résilience.

T est la température sur le lieu d'érection de l'appareil de levage

Tc et T ne sont pas directement comparables entre eux car l'essai de résilience impose
une condition plus défavorable que le chargement de l'appareil de levage en
service et hors service.

1 - 13
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.9.6.a - Groupes de qualité

Groupe Energie Température Aciers correspondant au groupe de qualité Ancienne Nouvelle


d'impact d'essai Désignation des aciers
selon Tc Selon Selon Selon
e qualité EN 10045-1 l'ancienne EN 10027-1 & norme norme
°C norme ECISS IC 10 EN 10027-2
J
ST 37-2 S235JR 1.0037 DIN 17100
ST 44-2 S275JR 1.0044
1 - - 50 B S355JR 1.0045 BS 4360 (1972)
Fe 360-B S235JR 1.0037 EN 10025
Fe 430-B S275JR 1.0044 (1990)
Fe 510-B S355JR 1.0045
R St 37-2 S235JRG2 1.0038 DIN 17100
St 44-2 S275JR 1.0044
2 27 + 20 E 24(A37)-2 S235JR 1.0037
E 28 - 2 S275JR 1.0044 NF A 35-501
E 36 (A52)-2 S355JR 1.0045
40 B S235JRG2 1.0038 BS 4360
43 B S275JR 1.0044 (1972)

Fe 360-C S235JO 1.0114 EN 10025


Fe 430-C S275JO 1.0143 (1990)
Fe 510-C S355JO 1.0553
St 37-3U S235JO 1.0114 DIN 17100
St 44-3U S275JO 1.0143
ST 52-3U S355JO 1.0553
3 27 ±0 E 24 (A37)-3 S235JO 1.0114 NF A 35-501
E 28 - 3 S275JO 1.0143
E 36 (A52)-3 S355JO 1.0553
40 C S235JO 1.0114 BS 4360 EN 10025
43 C S275JO 1.0143 (1972)
50 C S355JO 1.0553 (1993)
Fe 360-D1 S235J2G3 1.0116
Fe 360-D2 S235J2G4 1.0117
Fe 430-D1 S275J2G3 1.0144
Fe 430-D2 S275J2G4 1.0145
27 Fe 510-D1 S355J2G3 1.0570 EN 10025
Fe 510-D2 S355J2G4 1.0577 (1990)
Fe 510-DD1 S355K2G3
Fe 510-DD2 S355K2G4 1.0595
40 1.0596
4 - 20 St 37-3N S235J2G3 1.0116
- S235J2G4 1.0117
St 44-3N S275J2G3 1.0144
27 - S275J2G4 1.0145 DIN 17100
St 52-3N S355J2G3 1.0570
- S355J2G4 1.0577
40 - S355K2G3 1.0595
- S355K2G4 1.0596
27 E 24 (A37)-4 S235J2G3 1.0116 NF A 35-501
E 28 - 4 S275J2G3 1.0144
40 E 36 (A52)-4 S355K2G3 1.0595
40 D S235J2G3 1.0116 BS 4360
43 D S275J2G3 1.0144 (1972)
27 50 D S355J2G3 1.0570
St 52-3N S355J2H 1.0576 DIN 17100 EN 10210-1
50D S355J2H 1.0576 BS 4360 (1994)
(1972)

1 - 14
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.9.6.b - Groupes de qualité

Groupe Energie Température Aciers correspondant au groupe de qualité Ancienne Nouvelle


de d'impact d'essai Désignation des aciers
selon Tc Selon Selon Selon
qualité EN 10045-1 l'ancienne EN 10027-1 & EN 10027-2 norme norme
°C norme ECISS IC 10
J

40 S275N 1.0490
S275NL 1.0491
47
40 E 355 R S355N 1.0545
E 355 FP S355NL 1.0546
47
40 E 420 R S420N 1.8902 NF A 36-201 EN 10113-2
E 420 FR S420NL 1.8912 (1984) (1993)
47
40 E 460 R S460N 1.8901
E 460 FP S460NL 1.8903
47
40 StE285 S275N 1.0490
TStE285 S275NL 1.0491
47
40 StE355 S355N 1.0545
TStE355 S355NL 1.0546
47
40 StE420 S420N 1.8902 DIN 17102 EN 10113-2
TStE420 S420NL 1.8912 (1983) (1993)
47
4 40 -20 StE460 S460N 1.8901
TStE460 S460NL 1.8903
47
40 S275N 1.0490
40EE S275NL 1.0491
47
40 S355N 1.0545
50EE S355NL 1.0546
47
40 S420N 1.8902 (Royaume EN 10113-2
S420NL 1.8912 Uni) (1993)
47
40 S460N 1.8901
55EE S460NL 1.8903
47
40 S275M 1.8818
S275ML 1.8819
47
40 S355M 1.8823
S355ML 1.8834
47
40 S420M 1.8825 EN 10113-3
S420ML 1.8836 (1993)
47
40 S460M 1.8827
S460ML 1.8838
47

1 - 15
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.9.6.c - Groupes de qualité

Groupe Energie Température Aciers correspondant au groupe de qualité Ancienne Nouvelle


de d'impact d'essai Désignation des aciers
selon Tc Selon Selon Selon
qualité EN 10045-1 l'ancienne EN 10027-1 & EN 10027-2 norme norme
°C norme ECISS IC 10
J
30 S460Q 1.8908
40 S 460 T S460QL 1.8906
50 S460QL1 1.8916
30 S500Q 1.8924
40 S 500 T S500QL 1.8909
50 S500QL1 1.8984
30 S550Q 1.8904
40 S 550 T S550QL 1.8926
50 S550QL1 1.8986
30 S620Q 1.8914 NFA 36-204 EN 10137-2
40 S 620 T S620QL 1.8927 (1992) (1995)
50 S620QL1 1.8987
30 S690Q 1.8931
40 S 690 T S690QL 1.8928
50 S690QL1 1.8988
30 S890Q 1.8940
40 S890QL 1.8983
50 S890QL1 1.8925
30 S960Q 1.8941
40 S 960 T S960QL 1.8933
30 S460Q 1.8908
40 TStE 460 V S460QL 1.8906
4 50 -20 S460QL1 1.8916
30 StE 500 V S500Q 1.8924
40 TStE 500 V S500QL 1.8909
50 EStE 500 V S500QL1 1.8984
30 StE 550 V S550Q 1.8904
40 TStE 550 V S550QL 1.8926
50 EStE 550 V S550QL1 1.8986
30 StE 620 V S620Q 1.8914 (Allemagne) EN 10137-2
40 TStE 620 V S620QL 1.8927 (1995)
50 EStE 620 V S620QL1 1.8987
30 StE 690 V S690Q 1.8931
40 TStE 690 V S690QL 1.8928
50 EStE 690 V S690QL1 1.8988
30 S890Q 1.8940
40 TStE 890 V S890QL 1.8983
50 EStE 890 V S890QL1 1.8925
30 S960Q 1.8941
40 TStE 960 V S960QL 1.8933
40 S500A 1.8980
50 S500AL 1.8990
40 S550A 1.8991
50 S550AL 1.8992
40 S620A 1.8993 EN 10137-3
50 S620AL 1.8994 (1995)
40 S690A 1.8995
50 S690AL 1.8996

1 - 16
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.9.6.d - Groupes de qualité

oupe Energie Température Aciers correspondant au groupe de qualité Ancienne Nouvelle


e d'impact d'essai Désignation des aciers
selon Tc Selon l'ancienne Selon Selon
alité EN 10045-1 norme EN 10027-1 & EN 10027-2 norme norme
°C ECISS IC 10
J
E 315 D S315MC 1.0972
E 355 D S355MC 1.0976
E 420 D S420MC 1.0980
S460MC 1.0982
S500MC 1.0984 NF A 36-231
E 560 D S550MC 1.0986 (1992)
S600MC 1.8969
S650MC 1.8976
E 690 D S700MC 1.8974
QStE 300 TM S315MC 1.0972
QStE 360 TM S355MC 1.0976
QStE 420 TM S420MC 1.0980
QStE 460 TM S460MC 1.0982
QStE 500 TM S500MC 1.0984 SEW 092 EN 10149-2
QStE 550 TM S550MC 1.0986 (1995)
QStE 600 TM S600MC 1.8969
QStE 650 TM S650MC 1.8976
4 40 -20 QStE 690 TM S700MC 1.8974
43F35 S315MC 1.0972
46F40 S355MC 1.0976
50F45 S420MC 1.0980
S460MC 1.0982 (Royaume
S500MC 1.0984 Uni)
60F55 S550MC 1.0986
S600MC 1.8969
S650MC 1.8976
75F70 S700MC 1.8974
QStE 260 N S260NC 1.0971
QStE 300 N S315NC 1.0973 SEW 92-75
QStE 360 N S355NC 1.0977
QStE 420 N S420NC 1.0981 EN 10149-3
S260NC 1.0971 (1995)
40/30 S315NC 1.0973 (Royaume
43/35 S355NC 1.0977 Uni)
S420NC 1.0981

1 - 17
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.7. ELEMENTS DE CHARPENTE AUTRES QUE LES ASSEMBLAGES -


CONTRAINTES ADMISSIBLES (3.2.1.1.)
L'article 3.2.1.1. du cahier 3 peut être remplacé par le texte suivant :

Tableau T.9.7.a - Valeurs de fy, fu, et σa pour aciers de construction non alliés, à grains fins,
à l'état trempé et revenu
Norme Acier Epaisseur Limite Résistance Contraintes admissibles: σa
t d'élasticit à la Cas I Cas II Cas III
é traction fu
fy
mm N/mm2 N/mm2 N/mm2 N/mm2 N/mm2
S235 ≤ 16 235 340 157 177 214
(Fe360) ≤ 40 225 340 150 169 205
EN 10025 ≤ 100 215 340 143 162 195
≤ 150 195 340 130 147 177
≤ 200 185 320 123 139 168
≤ 250 175 320 117 132 159
S275 ≤ 16 275 410 183 207 250
(Fe440) ≤ 40 265 410 177 199 241
≤ 63 255 410 170 192 232
≤ 80 245 410 163 184 223
≤ 100 235 410 157 177 214
≤ 150 225 400 150 169 205
≤ 200 215 380 143 162 195
≤ 250 205 380 137 154 186
EN 10025 S355 ≤ 16 355 490 237 267 323
et (Fe510) ≤ 40 345 490 230 259 314
EN 10113 S355N et ≤ 63 335 490 223 252 305
S355NL ≤ 80 325 490 217 244 295
aciers ≤ 100 315 490 210 237 286
jusqu'à ≤ 150 295 470 197 222 268
t ≤150 ≤ 200 285 450 190 214 259
≤ 250 275 450 183 207 250
EN 10113 S460 ≤ 16 460 550 307 346 418
≤ 40 440 550 293 331 400
≤ 63 430 550 287 323 391
≤ 80 410 550 273 308 373
≤ 100 400 550 267 301 364
EN 10137 S460 ≤ 50 460 550 307 346 418
≤ 100 440 550 293 331 400
≤ 150 400 500 267 301 364
S690 ≤ 50 690 770 460 519 627
≤ 100 650 760 433 489 591
≤ 150 630 710 420 474 573
S890 ≤ 50 890 940 593 669 809
≤ 100 830 880 553 624 755
S960 ≤ 50 960 980 640 722 873

1 - 18
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

NOTE 1: La limite d’élasticité fy et la contrainte admissible σa des profils creux finis à chaud
selon EN 10210-1 sont conformes à celles du tableau T.9.7., t ≤ 65 mm, pour les nuances
235 à 460.

NOTE 2: La limite d’élasticité fy et la contrainte admissible σa des profils creux finis à froid
selon EN 10219-1 sont conformes à celles du tableau T.9.7., t ≤ 40 mm, pour les nuances
235 à 460.

Tableau T.9.7.b - Valeurs de fy, fu, et σa pour aciers à haute limite d'élasticité pour formage à
froid et profils creux

Epaisseur Limite Résistance Contraintes admissibles: σa


d'élasticité à la traction
Norme Acier t fy fu Cas I Cas II Cas III
2
mm N/mm N/mm2 N/mm2 N/mm2 N/mm2
S315 315 390 210 237 286
S355 355 430 237 267 323
EN 10149 S420 toutes 420 480 280 316 382
S460 les 460 520 307 346 418
S500 épaisseurs 500 550 333 376 455
S550 t 550 600 367 414 500
S600 600 650 400 451 545
S650 ≤ 8 650 700 433 489 591
> 8 630 700 420 474 573
S700 ≤ 8 700 750 467 526 636
> 8 680 750 453 511 618

EN 10219-1 S420MH ≤ 16 420 500 280 315 382


et MLH ≤ 40 400 500 267 300 363

1 - 19
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.8. ASSEMBLAGES PAR BOULONS DE TRACTION A SERRAGE CONTROLE


(3.2.2.2.1.)

L'article 3.2.2.2.1. du cahier 3 peut être remplacé par le texte suivant :

Pour le calcul développé dans l'article 3.2.2.2.1, d'autres recommandations ou normes (par
exemple : VDI 2230, FDE 25030, ou les travaux du CEN/TC 185/WG 7) peuvent être utilisées.

Cependant, ces différentes méthodes ne peuvent pas être mixées.

Des essais (par exemple : extensomètriques) peuvent compléter et/ou remplacer les calculs.

9.9. VERIFICATION DES ELEMENTS SOUMIS AU FLAMBEMENT


( 3.3)

L'article 3.3. du cahier 3 peut être remplacé par le texte suivant :

La méthode présentée dans la norme ENV 1993-1 :1992 Eurocode 3 : Calcul des structures en
acier Partie 1.1, peut être utilisée.

1 - 20
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.10. VERIFICATION DES ELEMENTS SOUMIS AU VOILEMENT


(3.4.)

L'article 3.4 du cahier 3 peut être remplacé par le texte suivant :

Lors de la détermination des coefficients de sécurité au voilement, spécifiés ci-dessous, il a été


considéré que des tôles planes, sollicitées par des contraintes de pression réparties sur toute la
largeur de la tôle, sont plus fortement soumises au voilement que des tôles subissant des
sollicitations variant de pression en traction sur la largeur de la tôle.

En conséquence, la sécurité au voilement a été rendue dépendante du rapport ψ (annexe A-3.4.


du cahier 3).

On vérifie que la contrainte calculée n'est pas plus grande que la contrainte critique de voilement
divisée par le coefficient ηv du tableau T.9.10 :

Tableau T.9.10

Cas Coefficient de
sécurité ηv
I 1,70 + 0,175 (ψ - 1)
Voilement des éléments plans II 1,50 + 0,125 (ψ - 1)
III 1,35 + 0,075 (ψ - 1)
Voilement des éléments I 1,70
courbes II 1,50
Coques cylindriques circulaires III 1,35
(par exemple : tubes)

Le rapport des contraintes de bordure ψ est compris entre + 1 et - 1.

L'annexe A.3.4.du cahier 3 indique le procédé à suivre pour déterminer la contrainte critique de
voilement.

La vérification des éléments soumis au voilement peut être menée selon d'autres
recommandations, par exemple ENV 1993-1.

ENV 1993-1 est basé sur la méthode des états limites : des coefficients partiels de sécurité γF et γM
sont utilisés.

1 - 21
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.11. CAS DES STRUCTURES SUBISSANT DES DEFORMATIONS


IMPORTANTES (3.5.)

L'article 3.5. du cahier 3 peut être remplacé par le texte suivant :

9.11.1. Effet non proportionnel sur la structure due aux forces

Dans ce cas, les contraintes dans les éléments de charpente ne


peuvent pas être proportionnelles aux forces qui les provoquent
par suite de la déformation de la construction entraînée par
l'application de ces forces.

C'est le cas, par exemple, des contraintes créées dans le fût


d'une grue (schématisée par la figure F.9.11.a) où il apparaît que
le moment dans le fût n'est pas proportionnel aux forces
appliquées par suite des déformations qui augmentent le bras de
levier.
Figure F.9.11.a Dans ce cas, le calcul est conduit de la façon suivante :
- soit en utilisant la méthode des états limites,
- soit en utilisant la méthode décrite dans l'article 3.5 du cahier 3.

Méthode des états limites

La figure F.9.11.b illustre la méthode des états limites :

Figure F.9.11.b - Diagramme type de la méthode des états limites

fi est l'effort i sur l'élément ou le composant ;


Fj est la combinaison de charges j des charges fi, multipliées par des coefficients partiels de
charges et un coefficient de risque, quand il s'applique;
Sk sont les effets de charge dans la section k des éléments de charpente ou des parties
support, tels que les efforts ou moments internes résultant de la combinaison de charges Fj ;
σ1l sont les contraintes dans un élément particulier l résultant des effets de charge Sk.
σ2l sont les contraintes dans un élément particulier l résultant des effets locaux ;
σl est la contrainte de calcul résultante dans l'élément particulier l ;
R est la résistance prescrite ou caractéristique du matériau, d'un élément particulier ou d'un
assemblage, telle que la contrainte correspondant à la limite d'élasticité, la limite de stabilité
élastique ou la limite d'endurance (états limites) ;

1 - 22
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

lim σ est la contrainte de calcul limite ;


γP sont les coefficients partiels de charge appliqués aux charges individuelles selon la
combinaison de charges considérée ;
γn est le coefficient de risque, quand il s'applique ;
γm est le coefficient de résistance.

NOTE 1: Au lieu d'une comparaison de contraintes, comme mentionnée ci-dessus, une


comparaison des efforts, moments, déformées, etc. peut être effectuée.

NOTE 2: Une description générale de la méthode des états limites est donnée dans l'ISO
2394 : 1986, Principes généraux de la fiabilité des constructions.

Les charges individuelles spécifiques fi sont calculées selon les données du


cahier 2.
Elles sont multipliées par les coefficients partiels de charge appropriés.
Puis elles sont combinées selon les combinaisons données dans l'article 2.3 du cahier 2.

Tableau T.9.11 - Coefficients partiels de charge γp

Charges Articles cas de sollicitations


(voir. 2.3)

Cas I Cas II Cas III

effet défavorable 2.2.1 1,22 1,16 1,10


Poids
propre effet favorable - poids estimé 0,90 0,95 1,00

effet favorable - poids pesé 1,00 1,00 1,00

Charges de service 2.2.2.1 1,34 1,22

Accélération des mécanismes 2.2.3 1,34 1,22 1,10

Effets climatiques 2.2.4 1,16 1,10

avec γm = 1,10

1 - 23
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Pour vérifier le montage ou le démontage, le cas III est approprié.

NOTE: Les valeurs données dans le tableau 10 du document pr EN 13001-2 peuvent être
acceptées.

9.11.2. Structures non linéaires et effets favorables du poids propre

L'article 3.5 du cahier 3 décrit une méthode corrective pour des calculs de preuve d'aptitude dans
le cas de structures soumises à une déformation importante. Cependant, les déformations
importantes ne sont pas les seuls cas où le concepteur doit considérer l'utilisation d'une semblable
correction.

En combinant les articles 2.3.1 et 3.2.1 ou 3.4, les conditions pour la contrainte calculée dans la
combinaison de charges Cas I peuvent être exprimées comme suit :

σ{γc(SG + ψSL + SH)} ≤ σcr / ν


σcr est la limite d'élasticité, la contrainte critique de flambement ou de
voilement, quelle que soit la plus critique,
ν est le coefficient correspondant νE ou νV.

La formule ci-dessus peut également être représentée ainsi:

νσ{γc(SG + ψSL + SH)} ≤ σcr

pour n'importe quelle structure.

Si la structure se comporte à peu près linéairement, la formule ci-dessus peut être modifiée
comme suit:

σ = kg ν γc SG + kL ν γc ψ SL + kh ν γc SH ≤ σcr

où les coefficients kg, kL, et kh représentent les relations linéaires entre les effets de charge (SG, SL,
SH) et la contrainte calculée. Ces coefficients dépendent de la configuration et du type de
chargement de l'appareil de levage.

1 - 24
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Un exemple simplifié : Une poutre en appui simple, de portée l et de module de résistance W,


chargée par son poids propre mg (SG ) et au centre par un effort F produit par les effets de charge
SL. La contrainte de flexion est calculée par la formule :

ν ⋅ γ c ⋅ mg ⋅ l ν ⋅ γ c ⋅ ψ ⋅ F ⋅ l
σ= +
8 ⋅W 4⋅W
l l
où l'on voit que k g = et kL =
8 ⋅W 4 ⋅W

Dans le but de vérifier l'effet le plus critique de toutes les charges pour un détail particulier de
calcul, il est évident que les signes des charges variables doivent être choisis afin qu'elles mènent
à la contrainte combinée maximale (si une telle combinaison est physiquement possible). De plus,
les charges sont multipliées par des coefficients tenant compte des effets dynamiques et d'une
marge adéquate vis à vis de la rupture.
Cependant, dans le cas où le poids propre SG diminue la valeur absolue des contraintes dues aux
charges variables (SG ayant un effet de contrainte opposé et favorable) la multiplication du poids
propre par ses coefficients mènerait à une situation où la marge actuelle vis à vis de la contrainte
critique pourrait être dangereusement réduite. Pour maintenir la marge prévue vis à vis de la
rupture, la méthode de calcul décrite dans l'article 3.4 doit également être appliquée dans les cas
suivants :

1 - Quand le poids propre a un effet de direction opposé à celui de l'effet des charges variables,
c.a.d. le poids propre a un effet d'équilibrage. Exemples : tours et structures inférieures de grues
tournantes à flèches et grues à tour.

2 - Spécialement pour les structures où le poids propre a un effet de direction opposé à celui de
l'effet des charges variables et les efforts de traction et compression sont supportés par différents
éléments de la structure.

Exemple 1: Les tirants pour ancrage de tempête prennent la différence entre efforts
ascendants et descendants tandis que les galets supportent toutes les charges descendantes
dans les cas d'une action du vent opposée.

Exemple 2: Les axes de boggie et les flasques supports des articulations de type pivot (telles
que les têtes d'extrémité des axes). Les axes supportent toute la compression tandis que les
flasques reprennent la différence entre charges ascendantes et descendantes.

3 - Structures précontraintes.

Exemple : Joints de poutres boulonnés.

Dans ce cas, les charges variables seront multipliées par le coefficient ν, mais les charges de
précontrainte seront prises comme les valeurs estimées les plus basses. Le coefficient pour le
poids propre sera choisi entre 1 et ν en fonction de son effet favorable ou défavorable pour les
boulons.

1 - 25
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.12. CHOIX DES GALETS DE ROULEMENT (4.2.4.)


L'article 4.2.4.du cahier 4 peut être remplacé par le texte suivant :

La méthode proposée dans l'article 4.2.4.1 peut être utilisée avec les valeurs de PL et c2 donnée
ci-dessous dans les tableaux T.9.12.a et T.9.12.b:

Tableau T.9.12.a - Valeurs de PL

Résistance à la traction du PL Résistance minimale


métal pour le rail
du galet de roulement
N/mm_ N/mm2 N/mm2
fu > 500 5,00 350

fu > 600 5,60 350

fu > 700 6,50 510

fu > 800 7,20 510

fu > 900 7,80 600

fu > 1000 8,50 700

Tableau T.9.12.b - Valeurs de c2

Classification en groupe c2
de mécanisme
M1 et M2 1,25

M3 et M4 1,12

M5 1,00

M6 0,90

M7 et M8 0,80

Le durcissement de la bande de roulement du galet à la profondeur de 0,01D peut être prise en


compte au moment de la sélection de la valeur de PL.

Quand on utilise les tableaux ci-dessus, il n'est pas nécessaire de considérer les 5 derniers
paragraphes de l'article 4.2.4.1.3 du cahier 4.

1 - 26
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.13. CALCUL DES ENGRENAGES (4.2.5.)

L'article 4.2.5. du cahier 4 peut être remplacé par le texte suivant :

Des normes ou méthodes de calcul telles que, par exemple :


• NF E 23015, méthode Henriot ;
• DIN 3990 ;
• ISO 6336.
peuvent être utilisées.

Pour le calcul de conception des engrenages, le coefficient γm n'est pas cumulatif avec le facteur
de service (ka). Cependant, il doit être au moins égal à γm.

9.14. DETERMINATION DES CONTRAINTES ADMISSIBLES DANS LES


ELEMENTS DE MECANISMES SOUMIS A LA FATIGUE (2.1.4.3., 4.1.3.5., 4.1.3.6.
et 4.1.3.7.)

Les articles 2.1.4.3, 4.1.3.5, 4.1.3.6, 4.1.3.7 et l'annexe A 4.1.3 des cahiers 2 et 4 peuvent être
remplacés par le texte suivant :

9.14.1. Introduction

Les méthodes de calcul pour la détermination de la résistance à la fatigue des composants de


mécanismes sont similaires dans les documents de la FEM Section I (FEM 1.001 édition 1987) et
de la FEM Section II (FEM 2.131 et FEM 2.132 édition 1992).

Dans les éditions mentionnées ci-dessus, la courbe de Wöhler d'un composant comprend une
seconde pente (facteur c') pour les nombres de cycles n plus grand que 2.10 6 :

Figure F.9.14.a

1 - 27
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

De la présence de cette seconde pente résulte la détermination de valeurs de limite d'endurance


très basses pour les très grands nombres de cycles n, et par conséquent, un niveau de sécurité
trop élevé.

Cette proposition, qui intègre en particulier la suppression de cette seconde pente de Wöhler, est
présentée ci-après.

9.14.2. Modifications partielles des cahiers 2 et 4

CAHIER 2 MODIFIE

NOTE: Les modifications apparaissent en caractères gras.

2.1.4.3 SPECTRE DE CONTRAINTES


...
Dans de nombreuses applications, la fonction f(x) peut être approchée par une fonction
consistant en un certain nombre r de paliers, comprenant respectivement n1, n2,... nr cycles de
contraintes ; la contrainte σ peut être considérée comme pratiquement constante et égale à σi
pendant ni cycles. Si n représente le nombre total de cycles et σmax la plus grande parmi les
contraintes σ1, σ2, ..., σr il existe une relation :
r
n1 + n2 + ... + nr = ∑ ni = n et σ1 > σ2 > ... > σr
i =1

et de façon approchée :

c c c c
 σ  n1  σ  n2  σ  nr r
 σ i  ni
ksp =  1 
 σ max  n
+  2 
 σ max  n
+ ..... +  r 
 σ max  n
= ∑  
 σmax  n
i= 1

Cette sommation est tronquée pour le premier ni ≥ 2.106. Ce ni est pris comme nr et
remplacé par nr = 2.106 cycles.

A l'égard de son spectre de contrainte, un élément est rangé dans l'une des classes de spectre
P1, P2, P3, P4, définies au tableau T.2.1.4.3.

1 - 28
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

CAHIER 4 MODIFIE

NOTE: Les modifications apparaissent en caractères gras.

4.1.3.5 COURBE DE WÖHLER

Dans ce contexte, la courbe de Wöhler, montre le nombre de cycles de contraintes n


pouvant être subis avant la rupture par fatigue, en fonction de la contrainte maximale σ (ou τ),
cependant que tous les cycles de contraintes présentent la même amplitude et le même rapport k
entre valeurs extrêmes.A propos de cette courbe de WÖHLER, les hypothèses respectives
suivantes sont faites :

σR
- pour n = 8.103 : σ = σR ou τ =
3

- pour 8.103 ≤ n ≤ 2.106, domaine d'endurance limitée, la fonction est représentée par une ligne
droite TD dans un système de référence comprenant deux axes à échelle logarithmique (figure
4.1.3.5).

La pente de la courbe de WÖHLER, dans l'intervalle considéré, est caractérisée par le facteur :

log 2 ⋅ 10 6 − log 8 ⋅ 10 3 log 2 ⋅ 10 6 − log 8 ⋅ 10 3


c = tan ϕ = ou c = tan ϕ =
log σR − log σ d σ
log R − log τ d
3

- pour n > 2·106 : σ = σd ou τ =τd

Figure 4.1.3.5 modifiée

Le facteur de spectre ksp de l'élément est déterminé au moyen de la valeur susmentionnée de c.

1 - 29
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

4.1.3.6 RESISTANCE A LA FATIGUE D'UN ELEMENT MECANIQUE

La résistance à la fatigue σk ou τk d'un élément mécanique donné, est déterminée par les
expressions respectives :
 8− j  8 − j
σk =  2  ⋅ σd
c ou τk =  2 c  ⋅ τd
   
   
où j est le numéro de groupe de cet élément.

La classification des éléments en groupes, sur la base de leur nombre total de cycles n et de
leur facteur de spectre ksp, de même que les contraintes critiques à la fatigue associées à
chaque groupe, sont visualisées à la figure 4.1.3.6 où σjk représente la contrainte correspondant
au groupe Ej. Pour les contraintes critiques au cisaillement, la lettre σ doit être remplacée par τ.

Figure 4.1.3.6 modifiée

Concernant la relation entre les classes de spectre P1 à P4 et le facteur de spectre KSP voir le
tableau T.2.1.4.3 dans le cahier 2.

1 - 30
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Commentaire : Les résistances à la fatigue ci-dessus sont basées sur le numéro de


groupe de l'élément, c'est pourquoi ces valeurs sont discontinues.
Les formules susmentionnées peuvent être utilement remplacées par les suivantes :
σd σd τd τd
σk = 1
= 1
ou τk = 1
= 1
 n c  n  c  n c  n  c
 k sp ⋅   k sp ⋅   k sp ⋅   k sp ⋅ 
 nd   2 ⋅ 106   nd   2 ⋅ 106 

Voir exemple en 9.14.3.

1 - 31
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

CAHIER 4 MODIFIE

NOTE: Les modifications apparaissent en caractères gras.

4.1.3.7 CONTRAINTES ADMISSIBLES ET CALCULS DE VERIFICATION

Les contraintes admissibles σaf et τaf s'obtiennent en divisant respectivement les contraintes σk
et τk, définies sous 4.1.3.6., par un facteur de sécurité νk .
1
En prenant : νk = 3,2 c

σaf et τaf s'obtiendront donc par les relations :


σk τk
σaf = τaf =
νk νk
et l'on vérifiera que :
σ ≤ σaf τ ≤ τ af

avec : σ amplitude maximale de contrainte normale calculée,


τ amplitude maximale de contrainte de cisaillement calculée.

Pour les éléments sollicités simultanément par des contraintes normales et des contraintes de
cisaillement avec des rapports κ entre contraintes extrêmes distincts, la condition suivante doit
être satisfaite :
2
 σx 
2
σ   σ xσ y   τ 
2

  +  y  −   +   ≤ 11 ,
 σ kx  σ   τk 
ky   σkx ⋅ σky  ν 2k
dans laquelle :

σx , σy = contraintes normales maximales dans les directions x et y respectivement,


τ = contrainte maximale de cisaillement,
σkx, σky = résistances à la fatigue pour les contraintes normales, dans les directions
x et y respectivement,
τk = résistance à la fatigue au cisaillement.

S'il n'est pas possible de déterminer le cas le plus défavorable de la relation ci-dessus à partir
des contraintes correspondantes σx, σy et τ, les calculs doivent être effectués séparément pour
les sollicitations σx max, σy max et τmax et les contraintes correspondantes les plus défavorables.
A remarquer que les vérifications ci-dessus ne garantissent pas la sécurité contre des ruptures
fragiles.

Cette sécurité ne peut être assurée que par un choix adéquat de la qualité du matériau.

1 - 32
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

CAHIER 4 MODIFIE

ANNEXE A-4.1.3 - DETERMINATION DES CONTRAINTES ADMISSIBLES DANS LES


ELEMENTS DE MECANISMES SOUMIS A LA FATIGUE

NOTE: Les modifications apparaissent en caractères gras.

La limite d'endurance sur éprouvette polie est une valeur de laboratoire, qui n'est pratiquement
jamais atteinte pour des pièces réellement construites. De nombreux facteurs : forme, dimensions,
état de surface (qualité de l'usinage) et corrosion possible provoquent des discontinuités se
traduisant par des "effets d'entaille" qui diminuent les contraintes admissibles dans la pièce,
lorsque le calcul de ces contraintes s'effectue suivant les méthodes élémentaires classiques de la
résistance des matériaux. Il en est tenu compte par des coefficients, appelés respectivement ks, kd,
ku, kc, tous supérieurs ou égaux à l'unité. La limite d'endurance sur éprouvette polie est divisée par
le produit de ces coefficients.
Il est déconseillé au concepteur d'utiliser un facteur de peau tenant compte de l'influence de
traitements de surface.

...
Le calcul des contraintes admissibles en fatigue peut également être mené avec la méthode
du gradient (ou méthode Siebel), qui tient compte de l'adaptation plastique en fond
d'entaille.
Cette méthode est utilisée dans les documents suivants :

- "Handbuch für Werkstoffprüfung", E. SIEBEL, Berlin 1958,

- "Calcul des pièces à la fatigue - Méthode du gradient", A. BRAND, CETIM 1980,

- FKM Forschungskuratorium Maschinenbau e. V. (Hrsg.) : Festigkeitsnachweis. Vorhaben


Nr. 154, FKM-Heft 183-1Frankfurt 1994,

- E DIN 743 : Tragfähigkeit von Wellen und Achsen. Teile 1-4, Beuth-Verlag, Berlin, April
1996

1 - 33
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.14.3. Vérification à la fatigue d'un élément de mécanisme - Exemple

Considérons un arbre dont le spectre de contraintes initial est donné au tableau T.9.14 :

Tableau T.9.14

Niveau σi (N/mm_) σi/σmax ni (réel) ni (effectif)

1 200 1 10 000 10 000

2 160 0,8 50 000 50 000

3 125 0,625 200 000 200 000

4 90 0,45 1 500 000 1 500 000

5 80 0,4 5 000 000 2 000 000

6 71 0,355 20 000 000 0

7 63 0,315 50 000 000 0

n = ∑ni = 3 760 000

Selon le cahier 2 Classification de l'élément

n = 3,76.106

Il appartient à la classe d'utilisation B8 (article 2.1.4.2).

c = 3 (pente de la courbe de Wöhler pour l'élément)

Calculons le facteur de spectre ksp (article 2.1.4.3.):

104 5 ⋅ 104 2 ⋅ 105 1,5 ⋅ 106 2 ⋅ 106


k sp = 1 ⋅ + 0,83 ⋅ + 0,6253 ⋅ + 0,453 ⋅ + 0,4 3 ⋅
3,76 ⋅ 106
3,76 ⋅ 10 6
3,76 ⋅ 10 6
3,76 ⋅ 106
3,76 ⋅ 106

= 0,0026 + 0,006809 + 0,012986 + 0,036353 + 0,034043


= 0,09285

Il appartient à la classe de spectre P1 et, en conséquence, au groupe d'éléments E6 (article


2.1.4.4).

1 - 34
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Selon le cahier 4 Vérification à la fatigue

La limite d'endurance de l'élément est : σd = 100 N/mm2 (article 4.1.3.4).

La résistance à la fatigue de l'arbre est (article 4.1.3.6) :

 8− j   8− 6
   
 c   3 
σk = 2 . σd = 2 .100 = 158 N / mm 2

Le facteur de sécurité est (article 4.1.3.7) : νk = 3.21/c = 3.21/3 = 1.473

σk 158
La contrainte admissible de l'arbre est : σaf = = = 1073
, N/mm2
νk 1473
,
La contrainte maximale calculée est :

σ = 200 N/mm2 σ = 200 N/mm2 > σaf = 107.3 N/mm2

La tenue en fatigue de cet arbre n'est pas validée, car l'amplitude maximale de contrainte est
supérieure à la valeur admissible.

NOTE: Si on utilise la formule de calcul de la contrainte admissible proposée dans le


commentaire de l'article 4.1.3.6, on obtient :
σd 100 2
σk = 1/ c
= 1/ 3
= 178,9 N/mm
 n   3760000
 k sp ⋅   0,09285 ⋅ 
 2 ⋅ 10 
6  2000000

σk 178,9
La contrainte admissible de l'arbre est : σaf = = = 1215
, N/mm2
νk ,
1473

L'amplitude maximale de contrainte calculée est :

σ = 200 N/mm2 σ = 200 N/mm2 > σaf = 121.5 N/mm2

La tenue en fatigue de l'arbre n'est toujours pas validée, car l'amplitude maximale de contrainte est
supérieure à la valeur admissible.

1 - 35
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.15. STABILITE ET SECURITE CONTRE L'ENTRAINEMENT PAR LE VENT


(Cahier 6 : supprimé)
Le texte suivant remplace le cahier 6

9.15.1. Domaine d'application


Ces prescriptions spécifient les conditions à satisfaire lors de la vérification, par le calcul, de la
stabilité des appareils de levage qui sont sujets au renversement et au glissement ; elle suppose
que les appareils de levage reposent sur une surface porteuse ou sur une voie qui est horizontale
et rigide.
NOTE: Quand l'appareil de levage est assigné à opérer sur une surface inclinée, le constructeur doit
tenir compte des conditions requises.

9.15.2. Stabilité - Calculs

9.15.2.1. Stabilité
Un appareil de levage est dit "stable" lorsque la somme algébrique des moments de stabilité est
supérieure ou égale à la somme des moments de renversement.

9.15.2.2. Calculs
Des calculs doivent être effectués pour vérifier la stabilité de l'appareil de levage en déterminant la
somme des moments de renversement à l'aide des charges multipliées par le facteur de charge
donné dans le tableau T.9.15.a.

Dans tous les calculs, la position de l'appareil de levage et de ses éléments, et l'effet de toutes les
charges et forces, seront considérés dans leur combinaison, leur direction et leur effet les plus
défavorables.

9.15.2.3. Influence due au déplacement


Pour les appareils de levage conçus pour se déplacer avec une charge, les forces engendrées par
la variation maximale admissible de la voie dans le plan vertical, telle que spécifiée par le
constructeur, doivent être prises en compte en plus des autres charges spécifiées dans la
condition II du tableau T.9.15.a.

9.15.2.4. Influence due au site


Si nécessaire, les effets dus aux excitations particulières au site ou à la zone doivent être
considérés comme une condition de charge supplémentaire.

9.15.2.5. Influence due aux accessoires


Dans les calculs figurant dans le tableau T.9.15.a, on doit tenir compte des charges dues au poids
de l'appareil de levage et de ses composants, y compris les accessoires de levage qui sont montés
de façon permanente sur l'appareil de levage en service normal.

9.15.2.6. Cas de collision


Pour le cas de collision, les calculs de stabilité seront basés sur des considérations dynamiques.

1 - 36
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.15.2.7. Cas des grues à tour


Pour les grues à tour, le cas de stabilité selon le tableau T.9.15.b doit être appliqué.

Tableau T.9.15.a.

Condition Charge Facteur de charge


à considérer

I. Stabilité de base Charges dues au poids propre 1,0


Charge appliquée 1,6 P
Charge du vent 0
Forces d'inerties 0
II. Stabilité dynamique Charges dues au poids propre 1,0
Charge appliquée 1,35 P
Charge du vent 1,0 W1
Forces d'inerties 1,0 D
III. Stabilité arrière Charges dues au poids propre 1,0
(relâchement brutal de la Charge appliquée -0,2 P
charge) Charge du vent 1,0 W1
Forces d'inerties 0
IV.Charge de vent Charges dues au poids propre 1,0
extrême Charge appliquée 1,0 P1
Charge du vent 1,2 W2
Forces d'inerties 0
V. Stabilité pendant le Charges dues au poids propre 1,0
montage ou Charge appliquée 1,25 P2
démontage Charge du vent 1,0 W3
Forces d'inerties 1,0 D

où :
D sont les forces d'inerties des entraînements ;
P est la charge nette ;
P1 est le poids des accessoires de levage; dans le cas hors service ce poids sera
considéré comme une partie du poids de l'appareil de levage et de ses composants ;
P2 est le poids de la partie installée/démontée pendant le montage ou le démontage ;
W1 est l'effet du vent en service ;
W2 est l'effet du vent hors service - les effets dus aux rafales sont inclus ;
W3 est l'effet du vent en service W1 ou l'effet de la valeur limite du vent pour l'opération
de montage suivant la notice d'instructions du constructeur.

1 - 37
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Tableau T.9.15.b.

Condition Charge Facteur de


charge à
considérer

VI.Stabilité pendant le Charges dues au poids propre 1,0


montage ou le Charge appliquée horizontale 0,10 P2
démontage
Charge appliquée verticale 1,16 P2
voir figure F.9.15.
Charge du vent 1,0 W3
Forces d'inerties 1,0 D

P2

Figure F.9.15 - Exemple: application d'une charge P2 pour monter une flèche

9.15.3. Stabilité arrière en service

La stabilité arrière en service est couverte par la condition III.

9.15.4. Application des charges dues au vent

9.15.4.1. En service
Les forces du vent en service devront toujours être appliquées dans la direction la plus
défavorable.

9.15.4.2. Hors service


Les forces du vent hors service seront appliquées dans la direction la plus défavorable dans le cas
des appareils de levage qui ne sont pas en rotation libre sous l'effet du vent. Pour ces appareils de
levage conçus pour tourner librement sous l'effet du vent, la force devra être appliquée à la
superstructure dans la direction considérée, et à la structure basse dans la direction la plus
défavorable.

9.15.5. Base des appareils de levage

Le constructeur de l'appareil de levage doit spécifier les forces que les appareils de levage
transmettent au sol ou à la structure porteuse. L'information fournie par le constructeur doit
spécifier toutes les conditions d'application pour lesquelles les efforts ont été énoncés (y compris le

1 - 38
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

vent hors service). Dans le cas où la base de l'appareil de levage assure tout ou partie de la
stabilité de l'appareil de levage, le constructeur doit spécifier les exigences applicables à la base
de l'appareil de levage.

9.15.6. Dispositifs supplémentaires temporaires pour la stabilité

Les appareils de levage doivent être stables dans leur configuration de fonctionnement (condition I
à IV du tableau T.9.15.a) sans utilisation de dispositifs supplémentaires temporaires.

Des dispositifs supplémentaires temporaires peuvent être utilisés pour satisfaire la condition V du
tableau T.9.15.a, montage ou démontage.

Un lest amovible peut être utilisé pour satisfaire la condition IV du tableau T.9.15.a. Cependant,
cette condition doit être remplie sans ce lest amovible avec un facteur de 1,1 W2.

9.15.7. Déformation

Là où il peut être démontré qu'avec les efforts les plus défavorables pour la configuration la plus
déstabilisante et en considérant la déformation (théorie du deuxième ordre), l'effet sur le moment
de renversement ne dépasse pas les 10%, le calcul de stabilité peut être réalisé sans tenir compte
de la déformation (théorie du premier ordre) afin de simplifier les calculs.

Cependant, quand c'est le cas, les moments de renversement pour chaque condition de charge V
du tableau T.9.15.a doivent être augmentés de la valeur obtenue ci-dessus d'après la théorie du
deuxième ordre.

9.15.8. Résistance au glissement dû au vent

La résistance au glissement dû au vent doit démontrée par calcul pour toutes les appareils de
levage sur rails travaillant à l'air libre, et ce pour les conditions du tableau T.9.15.c

Tableau T.9.15.c - Glissement dû au vent

Condition Charge Facteur de charge à


considérer

1.- EN SERVICE Charges dues au poids propre 1,0


Charge appliquée 1,35 P
Charge du vent 1,2 W1
Forces d'inerties 1,0 D
2.- HORS SERVICE Charges dues au poids propre 1,0
Charge appliquée 1,0 P1
Charge du vent 1,2 W2
Forces d'inerties 0

1 - 39
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

Là où les pinces rails ou des dispositifs similaires sont nécessaires pour empêcher le glissement
en cas de tempête, le manuel de service doit indiquer que ceux-ci doivent être utilisés dés que la
limite du vent en service est atteinte.

Les résistances au déplacement dues aux frottements et les coefficients de frottement suivant le
tableau T.9.15.d. doivent être utilisés.

Tableau T.9.15.d - Résistance au déplacement et coefficients de frottement


Rapport :
Résistance au déplacement / Charge radiale Coefficient de frottement entre rail et

Paliers lisses Paliers à roulements roue freinée pince rail

0,02 0,005 0,14 0,25

NOTE : Des coefficients de frottement plus élevés peuvent être admis s'il peut être
démontré qu'ils sont présents pour tous les états et qualités de surface (par exemple huile,
poussière, glace).

1 - 40
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.16. ESSAIS (8.1.)


L'article 8.1.du cahier 8 peut être remplacé par le texte suivant :

Avant leur mise en service, les appareils doivent être essayés en surcharge, dans les conditions
suivantes :

Les appareils de levage doivent être testés en dynamique, avec la vitesse maximale nominale pour
chaque mouvement de mécanisme et une surcharge qui ne doit pas être inférieure à celle obtenue
en multipliant la charge nominale par le coefficient ρ issu du tableau T.9.16 :

Tableau T.9.16 - Valeurs du coefficient d'essai dynamique ρ

Charge (t) ψ ≤ 1,2 ψ ≤ 1,4 ψ > 1,4

≤ 30 1,2 1,25 1,3

≤ 100 1,15 1,2 1,25

< 100 1,10 1,15 1,2

NOTE : Ces valeurs ne s’appliquent pas pour les appareils de levage équipés de
mécanismes motorisés de levage de série ayant un limiteur de charge à action directe.
Dans ce cas les valeurs données par le document FEM 9.751 seront appliquées.

où ψ = coefficient dynamique selon l'article 9.3.

Pour les appareils de levage, cet essai dynamique couvre également les exigences de surcharge
statique et d'essai de stabilité.

1 - 41
File is licenced for SCE - Order-no: 402699 - 1License(s)

9.17. TOLERANCES POUR APPAREILS DE LEVAGE ET VOIES (8.2)

L'article 8.2.du cahier 8 peut être remplacé par le texte suivant :

Les axes des alésages des roues ne doivent pas avoir d'écart angulaire supérieur à α par rapport à
l'axe théorique, dans le plan horizontal, voir figure F.9.17.

L'axe théorique est la valeur moyenne arithmétique des angles des axes de roues. Les valeurs
pour α sont données dans le tableau T.9.17 ci-dessous.

Position théorique
toutes roues

Figure F.9.17

Table T.9.17 - Ecart angulaire de la roue α/rad

Classe de Vitesse d'avancement v (m/min)


mécanisme ≤25 ≤50 ≤100 ≤200 >200

M1 0.0012 0,0012 0,0012 0,0010 0,0008

M2 0,0012 0,0012 0,0010 0,0008 0,0007

M3 0,0012 0,0010 0,0008 0,0007 0,0006

M4 0,0010 0,0008 0,0007 0,0006 0,0005

M5 0,0008 0,0007 0,0006 0,0005 0,0004

M6 0,0007 0,0006 0,0005 0,0004 0,0004

M7 0,0006 0,0005 0,0004 0,0004 0,0004

M8 0,0005 0,0004 0,0004 0,0004 0,0004


NOTE: Les angles α donnent approximativement la même valeur d'usure des roues et des
rails, lorsque les roues sont calculées selon 9.12.

1 - 42