Vous êtes sur la page 1sur 4

Le rapport annuel de la Cour des comptes se présente

le rapport annuel de la cour des comptes dresse le résultat de l’exécution des missions
programmées par ladite et des Cours régionales des comptes concernant les différentes
attributions dévolues aux juridictions financières, que ce soit les attributions
juridictionnelles qui visent à s’assurer du respect des règles en vigueur et sanctionner tout
manquement, le cas échéant, ou celles à caractère non-juridictionnel, à travers lesquelles, les
contrôles effectués se focalisent sur l’efficience, l’efficacité et l’économie des opérations
financières exécutées par les organismes publics, ainsi que sur la réalisation des objectifs
escomptés des programmes et politiques publiques, précise-t-on de même source.

Le rapport annuel qui présente l’ensemble des activités de la Cour des comptes et des cours
régionales des comptes, est subdivisé en deux volumes : le premier, composé de deux livres,
concerne la Cour des comptes, tandis que le second, contenant onze (11) livres, porte sur les
activités des Cours régionales des comptes, relève la même source, ajoutant que le document
contient, par conséquent, les synthèses de toutes les missions de contrôle effectuées
conformément aux dispositions constitutionnelles et légales prévoyant la publication de
tous les travaux de la Cour.

Concernant la vérification et le jugement des comptes présentés par les comptables publics,
la Cour des comptes rends, dans le cadre de cette attribution juridictionnelle, et après avoir
mené les vérifications nécessaires et la tenue des délibérations, 181 arrêts, tandis que les cours
régionales des comptes ont rendu 1963 jugements.

Pour ce qui l’attribution répressive des juridictions financières « Discipline budgétaire et


financière », le Cour des comptes a rendu, après la poursuite des concernés par le Parquet
général et le suivi de toutes les procédures juridictionnelles en vigueur, 15 arrêts au moment
où les Cours régionales des comptes ont rendu 53 jugements. Par ailleurs, le Parquet général
près les juridictions financières a décidé la poursuite de 114 personnes, en matière de
discipline budgétaire et financière.
Le Procureur général du Roi près la Cour des comptes a également saisi le Procureur général
du Roi près la Cour de cassation -Président du Ministère Public- de huit affaires relatives à
des faits de nature à justifier des sanctions pénales, selon le communiqué.

S’agissant du contrôle de la gestion et l’évaluation des programmes publics, la même source


indique que ce type de contrôle est considéré comme la principale attribution des juridictions
financières, sur le plan des ressources affectées à son exercice. Par ailleurs, les synthèses des
rapports issus des missions relatives à cette attribution constituent le principal du rapport
annuel des juridictions financières.

Dans ce cadre, la Cour des comptes a effectué 50 missions de contrôle au cours de l’année
2018. Les cours régionales des comptes ont mené, quant à elles, 224 missions. Les résumés
des rapports particuliers relatifs à ces missions de contrôle ont été présentés dans le rapport
annuel de la Cour, accompagnées des commentaires des responsables des organismes
contrôlés, relève le communiqué.

Dans ce sens, le document fait observer que concernant la Cour des comptes, en plus d’une
mission sur l’état de préparation du Maroc pour la mise en œuvre des objectifs de
développement durable et une autre concernant les données préliminaires sur l’exécution du
budget 2017, quatre missions portant sur le secteur financier ont été menées. Il s’agit en
l’occurrence du contrôle de la gestion de la Caisse de dépôt et de gestion et de deux de ses
filiales (Fipar holding et Medz) ainsi que du dépositaire central (Maroclear).

Le secteur de l’agriculture, de la pêche maritime et des eaux et forêts a connu, quant à lui,
l’exécution de cinq missions, dont quatre missions d’évaluation des programmes publics, à
savoir le plan Halieutis, le programme d’extension de l’irrigation, la filière oléicole et le
programme de régénération du chêne liège, ainsi qu’une mission de contrôle de la gestion de
l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA).

Concernant le secteur de la santé, la Cour a établi les rapports particuliers relatifs à neuf
missions de contrôle de la gestion, dont deux ont porté sur l’évaluation de la gestion de
l’Assurance maladie obligatoire, et six missions sur le contrôle de certains centres
hospitaliers, tandis qu’une mission s’est axée sur le contrôle de la gestion de l’Agence
nationale de l’assurance maladie (ANAM).

Dans le domaine de l’éducation et de la formation, la Cour des comptes a réalisé 10 missions


de contrôle, dont neuf ont porté sur les institutions d’enseignement supérieur, tandis qu’une
mission a concerné l’Académie régionale de l’éducation et de la formation de Souss-Massa.
Pour le secteur de la culture et de la communication, quatre missions de contrôle ont été
menées: deux relatives à la Société nationale de radiodiffusion et de télévision, la troisième
dédiée à la société Soread 2M tandis que la quatrième mission a concerné le programme de
promotion de l’industrie cinématographique, ajoute le communiqué.

Le secteur de l’industrie et des mines a connu, de sa part, la réalisation d’une mission de


contrôle de l’activité minière de l’OCP, et une autre portant sur les mesures de l’efficacité
énergétique. Enfin, trois autres missions ont été dédiées au contrôle de la gestion du domaine
public hydraulique, des établissements pénitentiaires et des centres d’immatriculation des
véhicules de Tétouan et de Tanger.

Concernant les Cours régionales des comptes (CRC), le communiqué fait savoir qu’elles
ont réalisé 224 missions de contrôle de la gestion et de l’emploi des fonds publics par les
associations bénéficiant des subventions publiques. Ces missions concernent le contrôle de
la gestion de 204 communes, deux groupements de communes, deux établissements publics
locaux, en plus de 14 contrôles des contrats de gestion déléguée des services publics locaux
et de deux missions de contrôle de l’emploi de fonds publics.

Dans le cadre de la répartition de ces missions selon les CRC, la Cour régionale des comptes
de la région de Rabat-Salé-Kénitra a réalisé, au titre de l’année 2018, 27 missions de contrôle
de la gestion dont six ont concerné la gestion déléguée du service de collecte des déchets
solides et assimilés et le nettoiement au niveau des territoires des communes de Salé,
Kénitra (secteur Saknia), Témara, Khémisset, Skhirat et Tiflet. Ceci en plus de six missions
de contrôle de la gestion ayant concerné les communes de Sidi Kacem, Rommani, Tiflet, la
gestion des services et équipements communaux de la commune de Témara, la gestion des
ressources propres dans la dernière commune et la gestion de l’urbanisme et services
communaux de la commune de Ain El Aouda.

En outre, il a été réalisé 15 missions de contrôle de la gestion d’autres communes au niveau


des provinces de Kénitra (6 communes), Sidi Slimane (4), Sidi Kacem (3) et Khémisset (2).

S’agissant de la Cour régionale des comptes de la région de Casablanca-Settat, elle a réalisé,


durant l’année 2018, 20 missions de contrôle, à savoir deux missions de contrôle de la gestion
déléguée du secteur de nettoiement au niveau de la commune de Lbir Jdid et la commune
d’Azemmour, une mission de contrôle de la gestion du service de distribution de l’eau
potable par la régie autonome de distribution de l’eau et d’électricité de Chaouia (RADEEC),
une mission de contrôle de la gestion de l’Arrondissement de Sidi Belyout à Casablanca, en
plus du contrôle de la gestion des 16 communes au niveau des provinces d’El Jadida (6
communes), Settat (5), Ben Slimane (2), Sidi Benour (2) et Berrechid (1).