Vous êtes sur la page 1sur 122

RAPPORT STRATEGIQUE 2016

PANORAMA DU MAROC DANS LE MONDE

Les relations internationales du Royaume

Rédaction achevée en février 2016


SOMMAIRE

Liminaire

Introduction

Chapitre I : La politique étrangère du Royaume du Maroc


Chapitre II : Le Maroc et les pays du voisinage
Chapitre III : Le Maroc et le monde arabo-musulman
Chapitre IV : Le Maroc et le continent africain
Chapitre V : Le Maroc et l’euro-Méditerranée
Chapitre VI : Le Maroc et l'Amérique
Chapitre VII : Le Maroc et l'Asie

Conclusion

Annexes
 Liste des abréviations
 Bibliographie sélective
 Liste des cartes et des graphiques

2
LIMINAIRE

En 2015, l'Institut Royal des Etudes Stratégiques


(IRES) a inauguré une nouvelle série de rapports
stratégiques, intitulés le Panorama du Maroc
dans le monde. Ces rapports stratégiques
annuels ont en commun de présenter une
situation donnée dans sa globalité (Big picture) :
une grande perspective.

Le premier de cette série a examiné les


transitions majeures, en cours, au niveau
planétaire et leurs impacts sur le Maroc, en
termes de risques à éviter, d’opportunités à saisir
et de ruptures à anticiper.
Figure 1 : Les relations internationales du Maroc

3
LIMINAIRE (2)

Le présent rapport stratégique constitue le second Panorama. L'IRES a dédié ce rapport


aux relations internationales du Royaume, en partant des Orientations contenues
dans le Message Royal du 30 août 2013, appelant l’Institut à consacrer ses efforts aux
relations extérieures du Maroc et au domaine diplomatique.

La seconde édition du Panorama du Maroc dans le monde met en exergue les


fondements de la politique étrangère du Royaume du Maroc, tels qu'ils émanent de la
Vision de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI. Elle aborde les relations du Maroc avec son
voisinage et réserve trois chapitres aux aires d'appartenance du Royaume, un chapitre
aux relations avec l'Amérique et un chapitre aux relations avec l'Asie.

Le rapport stratégique se réfère principalement aux conclusions des études réalisées


par l’IRES sur les relations extérieures du Maroc. Il est enrichi par les propositions
formulées lors des rencontres organisées par l’Institut.

4
INTRODUCTION

Le Maroc est un carrefour de plusieurs civilisations. Peuplé dès la préhistoire par les Amazighs,
il a connu à des degrés variés l'influence des civilisations phénicienne, carthaginoise, romaine,
vandale, byzantine et arabe, ce qui a permis au Maroc de se forger une identité culturelle
plurielle.

Du VIIIème au XVème siècle, le Maroc était un haut lieu de l’histoire de l’humanité,


interagissant avec Al Andalous, terre de coexistence pacifique entre les peuples des trois religions
monothéistes. Cette période s'est caractérisée par les travaux de grands penseurs et savants dont,
notamment, Al-Bakri, Charif Al Idrissi, Moïse Maïmonide, Ibn Rochd – Averroès -, Ibn Khaldoun et
Hassan al-Wazzan -Léon l’africain -.

L’ouverture du Maroc sur le monde s'est distinguée également par les voyages à l'étranger
d'explorateurs illustres, tels que Ibn Battouta. Elle s'est consolidée avec l'établissement de liens de
coopération étroite avec des puissances comme l'Angleterre, pays avec lequel le Maroc a huit
siècles de relations diplomatiques.

A partir du XVème siècle, le Maroc s'est replié cependant sur lui-même du fait, au nord, de la fin
de l'ère musulmane en Andalousie et, à l'est, de la présence de l’Empire Ottoman. Face à cette
situation, le Maroc a donné, à partir du XVIème siècle, la priorité à l'ouverture sur l’Afrique.

5
INTRODUCTION (2)

Il a fallu attendre la deuxième moitié du XVIIème siècle pour que le


Maroc s'ouvre de nouveau sur le monde, avec la construction d'un
nouveau port à Essaouira et la restauration d’autres ports sur
l’Atlantique, notamment le port de Casablanca. Par ailleurs, le Maroc a
été le premier pays au monde à reconnaître l’indépendance des
Etats-Unis en 1777 et a établi avec la Russie des relations
commerciales en 1778.

A partir du XIXème siècle, des Marocains se sont installés en Afrique et


en Europe. Des liens ont été tissés avec les nouvelles Républiques
d’Amérique du Sud grâce, particulièrement, aux Marocains de
confession juive.

6
INTRODUCTION (3)

Le Maroc poursuit, depuis le XXème siècle, son • un comportement international, fondé sur
ouverture sur l’extérieur dont il a fait un choix la modération politique et religieuse qui
stratégique incontournable, en prenant appui ont permis au Royaume de jouer un rôle
sur les atouts dont dispose le Royaume, au de médiateur privilégié et de pont entre le
rang desquels figurent notamment : monde musulman et l'occident,

• sa position géographique, au carrefour des • une sensibilité accrue aux questions


continents européen et africain, avec une globales (développement humain, sécurité
projection sur le monde arabe, plaçant le mondiale, changement climatique,
Maroc au centre des préoccupations des défense d’un ordre international équitable
grandes puissances (sécurité dans le Détroit et juste…),
de Gibraltar, stabilité politique au sud de la
Méditerranée, lutte contre le terrorisme et
• des choix judicieux, basés sur le
développement de secteurs porteurs,
le crime organisé au Sahel…),
contribuant à l'émergence d'un Maroc
moderne qui reste, néanmoins, attaché à
ses valeurs et à ses traditions ancestrales.

7
INTRODUCTION (4)

Le schéma des relations de coopération et Adepte du soft power, le Maroc entend


de partenariat, développé par le Royaume faire de la composante culturelle l'un des
le place, aujourd’hui, au cœur des grands déterminants de sa stratégie d'alliance et
enjeux internationaux. Il requiert du de partenariat.
Maroc de réadapter en permanence les
outils de déploiement de sa politique
étrangère aux mutations accélérées sur le L'émergence d'un nouveau paysage
plan régional et mondial. géopolitique mondial, consacrant la
prééminence des espaces intégrés,
A la fois méditerranéen, arabo-musulman conduit le Royaume du Maroc à
et africain, le Maroc se reconnaît dans ses s'interroger sur les moyens de consolider
différentes aires d'appartenance et ses aires d'appartenance.
revendique cette pluralité.

8
Chapitre I

L A P O L I T I Q U E E T R A N G E R E D U R O YA U M E D U M A R O C

9
GRILLE DE LECTURE

La politique étrangère est définie comme l’instrument par


lequel un Etat tente d’agir sur son environnement politique Ouverture sur
international. La politique suivie par un Etat, en matière de le monde
relations internationales ressort du pouvoir souverain de sa Amérique du Nord
plus haute autorité. Aussi ce rapport stratégique met-il en Amérique du Sud
Asie, Océanie
exergue les Discours Royaux qui fondent la doctrine de la
Aires
politique étrangère du Royaume. d’appartenance
L'analyse de cette politique a permis de dégager une grille de Monde arabo-
islamique
lecture qui met en évidence trois espaces géostratégiques
Afrique et
distincts, au sein desquels se nouent les relations Méditerranée
internationales du Maroc :

• Un espace de proximité qui représente les relations de


voisinage du Maroc avec l'Algérie, l'Espagne et la Voisinage
Mauritanie. immédiat
Espagne, Algérie
• Un espace complexe, constitué par les aires et Mauritanie
d’appartenance culturelle du Royaume : le monde arabo-
musulman, l’Afrique et l’euro-Méditerranée.

• Un espace global, enfin, qui est celui de la nouvelle


Figure 2 : Ouverture du Maroc sur le monde
échelle de la mondialisation : la planète.

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 10


DOCTRINE

La doctrine marocaine en matière de politique étrangère s'appuie sur des approches globales qui
sont d’ordre géopolitique, géoéconomique et géoculturel. Trois principes directeurs encadrent
l’action diplomatique marocaine, à savoir le voisinage, la solidarité et le partenariat.

Sous le Règne de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, la réflexion et l'action sont conjuguées pour
œuvrer inlassablement afin de dénouer le conflit artificiel du Sahara marocain, en proposant un
projet original d’autonomie, de défendre de façon globale les intérêts du Royaume à l’extérieur, de
consolider les liens traditionnels du Royaume, de nouer des partenariats stratégiques et d’inscrire
le Maroc dans les nouvelles questions mondiales (changement climatique, Objectifs du Millénaire
pour le Développement…).

La détermination, le pragmatisme, le réalisme, la modération, l'anticipation, la fermeté, l'approche


participative, la vision stratégique et la diversification sont, entre autres, des concepts ou des
termes qui constituent les vecteurs qui structurent le nouveau mode opératoire, en matière de
puissance attractive, développé par Le Souverain.

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 11


L A V I S I O N R O YA L E

La diplomatie marocaine "… se doit aujourd'hui de se Il s'agit aussi de "… donner la priorité à une diplomatie
mobiliser pour capitaliser la nouvelle image que nous économique audacieuse, capable de mobiliser les
avons accréditée auprès de l'opinion publique énergies pour développer les partenariats, attirer les
internationale, l'image d'un Maroc démocratique et investissements, promouvoir l'attractivité du pays,
moderniste, mobilisé autour de son Souverain, un conquérir de nouvelles positions et intensifier les
exemple de modération et de tolérance. Elle doit échanges extérieurs …" .
également œuvrer activement et avec sérieux à prospecter
de nouveaux espaces de coopération économique, à
La Vision Royale repose sur une nouvelle approche de
approfondir la dimension stratégique du Maroc afin d'en
l’action diplomatique du Royaume selon laquelle, les
faire un partenaire modèle de tous les pays, dans la
ambassadeurs de Sa Majesté sont considérés comme " …
perspective d'un partenariat volontariste et solidaire
des soldats devant déployer tous leurs efforts au
exemplaire, à consolider la position du Maroc en tant
service des objectifs économiques de leur pays …".
que pôle régional d'avant-garde et facteur de stabilité
et de paix dans son environnement maghrébin, arabe, Extraits du Message Royal adressé à la première Conférence des
islamique, euro-méditerranéen, africain et américain, à Ambassadeurs de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI
tirer le meilleur profit de la mondialisation, à s'intégrer le 30 août 2013
dans l'économie globale, tout en atténuant leurs
retombées négatives sur notre développement et à donner
un nouveau souffle à nos relations extérieures …".

Extrait du Message Royal à l'occasion de la célébration de la Journée


Nationale de la Diplomatie Marocaine tenue à Rabat le 28 avril 2000

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 12


LA MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE ETRANGERE

Le déploiement de la politique étrangère du Royaume du Maroc se fait


à travers :

• les Visites de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI à l'étranger,

• les représentations diplomatiques à l’étranger,

• les missions diplomatiques auprès du système multilatéral,

• une diplomatie multiforme (économique, culturelle, spirituelle,


climatique), mais aussi parlementaire et citoyenne,

• la contribution des Marocains du Monde.

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 13


L E S V I S I T E S R O YA L E S A L ' E T R A N G E R

Figure 3 : Les Visites officielles effectuées par Sa Majesté Le Roi Mohammed VI à l’étranger depuis
Son accession au Trône

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 14


L E S R E P R E S E N T AT I O N S D I P L O M AT I Q U E S A L ' E T R A N G E R

Le Maroc dispose d’un réseau


diplomatique et consulaire assez
étoffé. Néanmoins, le Royaume
est faiblement représenté en
Afrique de l’Est et en Afrique
Australe, en Asie centrale et en
Océanie.
Le Maroc possède 91 ambassades,
de 53 consulats et de 75 consuls
honoraires, selon le Ministère des
Affaires Etrangères et de la
Coopération en 2013. Il dispose,
aussi, de 4 missions diplomatiques
à New York, Genève, Paris et
Bruxelles.

Figure 4 : Les représentations marocaines à l’étranger

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 15


L E M A R O C A U S E I N D U S Y S T E M E D E C O O P E R AT I O N
M U L T I L AT E R A L E

Le Maroc a toujours plaidé en faveur d’un "… La nécessité d'instaurer une gouvernance
ordre mondial multipolaire, prônant une multilatérale globale, à travers notamment le
gouvernance saine et responsable et où les renforcement de la cohérence entre les
intérêts des pays en développement sont politiques économique, financière et
équitablement pris en compte. commerciale internationales et
l'approfondissement de la coordination entre
"… La restructuration des institutions les actions des institutions de Bretton Woods et
multilatérales devient dans ce contexte une de la nouvelle organisation mondiale du
priorité et un impératif afin de s’inscrire dans commerce …".
une approche nouvelle, privilégiant les
principes d’équité, de solidarité et d’éthique Extrait du Message de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI à la
conférence internationale de l'ONU sur le financement du
ainsi qu’un partenariat qui tire sa raison développement (Mars 2013)
d’être des valeurs de l’interdépendance et de
la responsabilité partagée …"

Extrait du Message de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI aux


participants à la 9ème réunion ministérielle du G77 (Septembre
1999)

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC


L E M A R O C A U S E I N D U S Y S T E M E D E C O O P E R AT I O N
M U L T I L AT E R A L E ( 2 )

Organisation des Nations-Unies : Le Maroc a toujours fait montre de dynamisme pour la défense des
causes arabes et africaines au sein de l’Assemblée Générale de l’ONU. Outre l'aide humanitaire, il a
déployé des contingents militaires, en soutien aux opérations onusiennes de maintien de la paix. Le
Maroc a été élu trois fois, en tant que membre non permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU.
Banque Mondiale : Le Maroc a renforcé ses relations de partenariat avec la Banque Mondiale. Depuis
2001, trois programmes de coopération ont été mis en œuvre.
Fonds Monétaire International : Les relations du Maroc avec le FMI sont anciennes. Le Royaume fait
partie du Comité de développement de cette organisation qui compte 25 pays membres.
Organisation Mondiale du Commerce : Le Maroc a accueilli en 1994 la conférence ministérielle de
Marrakech, ayant donné naissance à l’OMC le 1er janvier 1995. Il est signataire de tous les accords
multilatéraux de l’OMC sur le commerce. Par ailleurs, le Maroc joue un rôle actif au sein de cette
organisation, en favorisant le rapprochement entre les pays développés et les pays en développement.
Le Royaume a présidé, en 2004, le groupe africain à l’OMC, au même titre que le groupe arabe.

Le Maroc est réputé pour avoir abrité plusieurs rencontres, d'envergure


internationale. En novembre 2016, le Royaume organisera la
Conférence mondiale sur le climat (COP22)

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC


L E M A R O C A U S E I N D U S Y S T E M E D E C O O P E R AT I O N
M U L T I L AT E R A L E ( 3 )

Figure 5 : La participation du Maroc aux opérations de paix et aux actions humanitaires

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 18


L E S R E L AT I O N S D U M A R O C A V E C L ' O T A N

De par son engagement actif en faveur de la lutte anti-terroriste et de la promotion de la paix et de la sécurité
au niveau régional et international, le Royaume du Maroc dispose d'un statut d'allié majeur non-membre de
l'Organisation du Traité Atlantique (OTAN). Il est le premier pays du Dialogue méditerranéen à avoir obtenu un
statut d’associé auprès de l'Assemblée parlementaire de cette même organisation.
Le Maroc et l'OTAN entretiennent des relations de coopération multiforme. Le Maroc compte à son actif
plusieurs réalisations dont notamment :

• sa participation aux opérations de maintien de la paix, sous l'égide de l'OTAN, en Bosnie et au Kosovo,

• sa contribution à l’opération Active Endeavour, lancée par l'OTAN pour sécuriser les routes maritimes en
Méditerranée contre les actes terroristes,
• l'association des Forces Armées Royales, à près d'une cinquantaine d'exercices et manœuvres militaires
organisés par l'OTAN,

• l'entrainement dans les centres de formation de l'OTAN.

Le Maroc a toujours plaidé en faveur de la prise en compte, dans le cadre du nouveau concept stratégique de
l'OTAN, des risques liés à la piraterie et aux trafics illicites, de l'élargissement de la coopération sécuritaire à
certaines régions sensibles , en l'occurrence le Sahel et la façade atlantique sud ainsi que l'implication des pays
partenaires de la Méditerranée aux processus décisionnels de l'OTAN.

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC


U N E D I P L O M AT I E M U L T I F O R M E

"… La capacité de coordination de la diplomatie


 Parlementaire traditionnelle, tant au niveau de l’administration
centrale que des missions diplomatiques mérite
 Economique d'être renforcée "… afin qu’elle soit en mesure
d’assurer le suivi et d’impliquer tous les acteurs non
 Culturelle gouvernementaux dans l’action diplomatique, de
consolider la diplomatie non gouvernementale
 Spirituelle
associative, parlementaire, économique,
 Climatique culturelle, médiatique et d’être plus présente dans
ce nouvel espace où notre absence a longtemps été
 Citoyenne mise à profit par les adversaires de notre intégrité
territoriale …"

Extraits du Message Royal adressé aux participants au colloque organisé à


l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la diplomatie marocaine
(28 avril 2000)

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 20


L A D I P L O M AT I E P A R L E M E N T A I R E

La Constitution de 2011 a conféré de larges


prérogatives à l'institution législative qui joue,
désormais, un rôle important dans la vie politique,
mais aussi en matière de diplomatie que ce soit
avec les parlements des pays étrangers ou avec les
organisations parlementaires dont le Maroc est
membre.
Pour dynamiser davantage la diplomatie
parlementaire, il faudrait :
• opérationnaliser les nombreux groupes d’amitié
parlementaires,
• donner plus d'efficience à l'action de la
commission des affaires étrangères, des affaires
islamiques et des Marocains Résidant à
l’Etranger,
• instaurer des mécanismes de suivi et d’évaluation
des actions de la diplomatie parlementaire,
• renforcer la coordination entre les deux
chambres du Parlement et entre celles-ci et le
Ministère des Affaires Etrangères et de la Figure 7 : Groupes d’amitié parlementaire
Coopération.
Figure 6 : Les groupes d’amitié parlementaire

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 21


L A D I P L O M AT I E E C O N O M I Q U E

La diplomatie économique marocaine a acquis une expérience, en matière de négociations


commerciales et a contribué à l'amélioration du positionnement stratégique du Maroc en Afrique
et à sa visibilité sur la scène internationale.

La forte impulsion donnée par Sa Majesté Le Roi Mohammed VI à l’action diplomatique dans le
domaine économique devrait favoriser la transition vers une diplomatie, au service du
développement économique du Royaume et de la préservation de ses intérêts stratégiques
prioritaires. Dans ce cadre, il est nécessaire d'adopter une approche rénovée, privilégiant la
coordination et la mutualisation des moyens des différents acteurs composant le système de
promotion économique du Maroc à l’étranger.

Ce système devrait être adapté aux nouvelles réalités concurrentielles pour accompagner le
développement de l'offre exportable du Maroc, favoriser l’émergence de grandes entreprises, à la
recherche de relais de croissance à l’extérieur et stimuler l’attractivité de l'économie pour les
investissements directs étrangers.

Le renforcement des capacités de l’offre exportable marocaine permettrait de maximiser les


retombées des accords préférentiels ou de libre-échange sur l'économie nationale.

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 22


S C H E M A D E S P A R T E N A R I AT S E C O N O M I Q U E S D U
MAROC

Figure 7 : Accès à un marché de plus de deux milliards de consommateurs

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 23


L A D I P L O M AT I E C U L T U R E L L E

La diplomatie culturelle constitue, aujourd’hui, un des attributs de la puissance des Etats et un


pilier central de projection de leurs capacités d’influence, à l’échelle internationale.

De par son histoire, en tant que terre de brassage des civilisations, sa diversité culturelle et ses
choix de société, le Maroc dispose de plusieurs atouts pour faire de sa diplomatie culturelle un
axe central de sa puissance attractive (soft power). Les actions menées par le Royaume consistent
en :

• la promotion de l’héritage culturel et artistique marocain, à travers des évènements


organisés par le Maroc à l’étranger et par le biais de la participation aux grandes
manifestations et expositions internationale,

• l'élaboration de deux stratégies sectorielles "Maroc culturel 2020" et "Patrimoine 2020",


• le lancement récent d’une réflexion sur le capital immatériel dont une des composantes est
le capital culturel.

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 24


L A D I P L O M AT I E C U L T U R E L L E ( 2 )

Pour rehausser la place de la culture dans le dispositif diplomatique marocain et en


faire un facteur d'attractivité et de compétitivité, au service du rayonnement
international du Royaume, il est opportun :

• de donner à la dimension culturelle l'importance qu'elle mérite au niveau de


l'action diplomatique du Royaume, au même titre que la dimension politique et
économique,

• de recourir, au niveau de la diplomatique culturelle, à l'innovation numérique et


de mettre en œuvre une politique appropriée de "Marque Maroc",

• de repenser les liens entre la politique culturelle et la diplomatie culturelle,

• de revoir la gouvernance du champ culturel, selon une approche faisant de la


culture un secteur à part entière, productif, créateur de valeur ajoutée et de
cohésion sociale.

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 25


L A D I P L O M AT I E S P I R I T U E L L E

La diplomatie spirituelle du Royaume tire sa substance des spécificités du modèle marocain de l’Islam.
Celui-ci est basé sur le rite sunnite malékite et la doctrine achaârite qui promeuvent les vertus de la
modération, du juste-milieu et du respect des opinions et des croyances.
L’Institution de la Commanderie des Croyants, qui s’est forgée à travers douze siècles d'histoire, a établi
des attaches spirituelles qui unissent séculairement non seulement les Marocains, mais aussi les
populations africaines, en particulier celles relevant du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest.
Le rôle de la diplomatie spirituelle du Royaume s’est davantage renforcé dans un contexte international,
marqué actuellement par la prolifération des courants extrémistes violents. Outre son rôle reconnu de
plateforme de dialogue et d’échange cultuel entre le monde musulman et l'occident, le Maroc s’érige,
aujourd’hui, comme référence internationale, en matière de lutte contre le radicalisme religieux. Le
Royaume a procédé, récemment, à la mise en place de l'Institut Mohammed VI de formation des Imams
prédicateurs et des prédicatrices qui forme, aussi, des imams de Tunisie, du Mali, de Guinée, de Côte
d’Ivoire et de France, mais aussi à la création de la Fondation Mohammed VI des Oulémas d'Afrique.
Pour rendre encore plus efficiente l'action de la diplomatie spirituelle, il faudrait formaliser une doctrine,
permettant de contrer le discours radical des mouvements extrémistes, en particulier en direction des
jeunes. Cette doctrine pourrait constituer un cadre référentiel, utile à la communauté internationale dans
sa lutte contre l’endoctrinement et le recrutement des terroristes.

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 26


L A D I P L O M AT I E C L I M AT I Q U E

Le Maroc est fortement concerné par le changement climatique. La vulnérabilité du pays à ce


phénomène planétaire est perceptible à plusieurs niveaux : raréfaction des ressources hydriques,
menaces sur la sécurité alimentaire et la sécurité sanitaire, fragilisation des écosystèmes, forte
exposition du littoral aux risques climatiques, développement de la migration climatique…

Face à cette vulnérabilité, la diplomatie climatique a aussi un rôle à jouer pour accompagner l’effort
d’adaptation du pays au changement climatique. Elle devrait œuvrer en faveur d’un meilleur
positionnement du Maroc dans le débat international sur le climat, tout en cherchant à faire
bénéficier le Royaume des mécanismes de coopération, offerts au niveau bilatéral et multilatéral.

Le Maroc accueillera la COP22 en novembre 2016. Afin d'assurer à cette conférence internationale
le succès escompté, il devrait porter un intérêt particulier à la maitrise du processus des
négociations sur le changement climatique et à ses enjeux politiques et économiques. En tant que
pays facilitateur des négociations, le Royaume du Maroc se placerait, ainsi, au cœur des enjeux
d'une nouvelle gouvernance mondiale du climat.

Le Royaume devrait mettre l'accent, au niveau des négociations internationales, sur l’adaptation au
changement climatique, le financement et les mécanismes de compensation des risques, causés
par le dérèglement climatique et ce, en conformité avec les intérêts des groupes de pays auxquels
il adhère, notamment le groupe Afrique.

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 27


L A D I P L O M AT I E C I T O Y E N N E

Les acteurs de la société civile exercent, aujourd'hui, une influence croissante sur les relations
internationales. La plupart des Etats associent ces acteurs dans leurs actions diplomatiques pour
faire valoir leurs intérêts stratégiques.

Conscient de l'importance de ces acteurs, le Maroc devrait encourager leur implication dans l'effort
de promotion de l'image du Royaume à l'international et dans la défense de ses intérêts nationaux,
particulièrement, la question nationale de l'intégrité territoriale. Pour ce faire, il importe :

• de favoriser une appropriation effective par la société civile des enjeux des grands dossiers
nationaux,

• de mettre en réseau des ONG pour optimiser leurs actions et mutualiser leurs moyens,

• de renforcer leur capacité pour tisser des liens étroits avec leurs homologues étrangers et d'en
faire un levier d'influence, mettant en exergue les avancées accomplies par le Maroc,

• d'exploiter les espaces de communication offerts à l'international pour diffuser une image du
Maroc plus proche de la réalité, tout en impliquant les Marocains du Monde afin de faciliter la
réalisation d'un tel objectif.

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 28


LES MAROCAINS DU MONDE

• Les Hautes Orientations de Sa Majesté


Le Roi Mohammed VI ont toujours mis
en avant la place de choix des
Marocains du Monde en tant que
citoyens à part entière, acteurs clés dans
le processus de développement du
Maroc et ambassadeurs du Royaume à
l’Etranger.

• L’effectif des Marocains du Monde


s’élève à 3,8 millions de personnes selon
le Ministère des Affaires Etrangères et
de la Coopération.

• Le Maroc s’efforce de préserver des liens


forts et réguliers avec ses ressortissants
résidant à l’étranger dont les
compétences peuvent être mobilisées,
constituant ainsi un levier d'accélération
de l'accumulation du capital humain du
Figure 8 : Dispersion des Marocains du Monde, hors Europe- 2012
Maroc.

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 29


LES MAROCAINS DU MONDE (2)

L’Europe abrite 80% de la communauté


marocaine résidant à l'étranger dont 50% en
France et en Espagne. Cependant, le taux de
croissance des flux d’émigration vers l’Europe
est en nette décélération, traduisant l’amorce
d’une diversification vers d’autres zones
géographiques, notamment les pays du
Golfe, l’Amérique du Nord et l’Afrique.
Les transferts des Marocains du Monde, de
l'ordre de 8% du PIB, contribuent fortement
aux équilibres macroéconomiques du pays et
jouent un rôle important, en matière de
réduction de la pauvreté.

Figure 9 : Répartition des Marocains en Europe - 2012

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 30


LES MAROCAINS DU MONDE (3)

Les politiques migratoires restrictives, menées par les pays d'accueil des Marocains du
Monde et la concurrence acharnée pour l’attraction des talents et des profils qualifiés à
l'échelle internationale exigent que le Maroc mette en œuvre une stratégie à long
terme de la mobilité, pouvant être déclinée en cinq axes interdépendants :

• Consolider les liens des Marocains du Monde avec la mère patrie.


• Créer les conditions nécessaires pour une mobilisation vigoureuse des compétences
des Marocains du Monde en faveur du développement de leur pays.
• Améliorer la gouvernance du dispositif institutionnel, dédié à la migration.
• Accroître la mobilisation des transferts des Marocains du Monde et maximiser leurs
retombées sur l’économie nationale.
• Etablir une articulation judicieuse entre la politique migratoire et les politiques
d’éducation et d’emploi.

LA POLITIQUE ETRANGERE DU MAROC 31


Chapitre II

L E M A R O C E T L E S P AY S D U V O I S I N A G E

32
SYNOPTIQUE

L'espace de proximité du Maroc est


déterminé par la continuité géographique
terrestre avec l’Algérie et la Mauritanie et
maritime avec l’Espagne.
Cet espace est celui où se joue la sécurité
territoriale du Royaume, d'où son
importance cruciale.
La sécurité n'est pas seulement d'ordre
militaire (conflits de voisinage), mais aussi
d’ordre civil (migrations, menaces
transnationales…).
La position géographique particulière du
Maroc en tant que pont entre l’Afrique et
l’Europe et entre la Méditerranée et
l'Atlantique fait de la sécurité un élément Figure 10 : Le voisinage du Maroc
important pour la stabilité régionale et
internationale.

LE MAROC ET LES PAYS DU VOISINAGE 33


L A V I S I O N R O YA L E

La vision de Sa Majesté Le Roi "… Dans cette perspective, le Maroc réitère sa disposition à
Mohammed VI, en ce qui tout mettre en œuvre, tant sur le plan bilatéral - et
concerne les relations avec les notamment avec l’Algérie sœur, dans le cadre de la
pays du voisinage se fonde sur dynamique constructive actuelle - qu’au niveau régional,
deux piliers interdépendants : pour la concrétisation commune des attentes des
générations présentes et à venir qui aspirent à l’avènement
• La préservation de d’un ordre maghrébin nouveau. Il s’agit d’un Maghreb
l’intégrité territoriale du qui transcende l'enfermement dans les postures figées
Royaume. et les antagonismes stériles, et qui ouvre la voie au
• Le développement de la dialogue, à la concertation, à la complémentarité, à la
coopération avec les pays solidarité et au développement …"
limitrophes et son
Extrait du Discours de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, à l’occasion du 36ème anniversaire de
élargissement à des domaines la Marche Verte (6 novembre 2011)
structurants.

LE MAROC ET LES PAYS DU VOISINAGE 34


I L E TA I T U N E F O I S …

l'histoire du voisinage

Depuis l'Antiquité, plusieurs civilisations ont interagi en


Afrique du Nord, nourrissant ainsi une appétence
naturelle du Maroc pour le dialogue avec les autres
peuples.

Le Maroc est l'un des rares pays à avoir préservé son


indépendance pendant plus d'un millénaire, du VIIIème au
XXème siècle. En outre, il constitue l’un des premiers
Etats-Nations du monde.

L’empire Almoravide s’étendait au début du XIIème siècle


du fleuve Sénégal au centre de la péninsule ibérique. Le
Maroc développa des capacités manifestes à intégrer des
territoires et des peuples aussi différents que ceux de
l’Afrique subsaharienne et de l‘Occident.

Les fortes interactions nouées entre le Maroc et


l’Espagne, au temps d'Al-Andalous, irriguent encore Figure 11 : L'Empire Almoravide et Almohade
aujourd'hui les relations entre les deux pays.

LE MAROC ET LES PAYS DU VOISINAGE 35


H I S TO I R E R E C E N T E

Algérie
• Soutien multiforme du Maroc à la résistance algérienne dans sa lutte pour l’indépendance.
• Etablissement des relations diplomatiques entre le Royaume du Maroc et la République d’Algérie le 1er
octobre 1962.
• Guerre des Sables en 1963 et différends politiques avec l’Algérie, en raison de sa position concernant la
question du Sahara marocain depuis 1975.

Espagne

• Signature le 11 février 1957 du traité diplomatique entre le Maroc et l’Espagne.


• Accord de Madrid de 1975, établissant les conditions de retrait de l’Espagne du Sahara marocain.
• Signature en 1991 du traité d’amitié et de bon voisinage entre les deux pays.

Mauritanie

• Reconnaissance de l’indépendance de la Mauritanie par le Maroc en 1969, avec établissement en 1970


des relations diplomatiques entre les deux pays.
• Ambivalence des relations bilatérales, en lien avec la position mauritanienne à l’égard de la question du
Sahara marocain.

LE MAROC ET LES PAYS DU VOISINAGE 36


LES INSTRUMENTS GLOBAUX DU VOISINAGE

communs à l’espace de proximité distincts


La coopération avec l'Union pour la Méditerranée Maroc/Algérie/Mauritanie
est s'appuie sur des projets régionaux communs :
dépollution de la Méditerranée, énergies Les trois pays adhèrent à plusieurs organisations et
renouvelables, enseignement supérieur et recherche regroupements régionaux, comme l'Union du Maghreb
scientifique, développement des PME… Arabe, la Ligue Arabe et l’Organisation de la Conférence
Islamique.
Le Forum pour le dialogue en Méditerranée
occidentale (Dialogue 5+5) plaide en faveur du
développement d’une coopération étroite sur les Maroc/Mauritanie
questions de défense, incluant des exercices
militaires conjoints, une coordination sous- Les deux pays font partie du CEN-SAD, communauté des
régionale, en matière de lutte contre l’immigration Etats sahélo-sahariens, regroupant 28 Etats africains et de
clandestine et le crime organisé… la Conférence des pays africains riverains de l'Atlantique.

Le Dialogue méditerranéen de l’OTAN est un


Maroc/Espagne
cadre de coopération renforcée en matière
sécuritaire, avec des opérations de surveillance
maritime conjointes, le programme "Active Instrument européen de voisinage et de partenariat
Endaevour" et l'échange de renseignements. (IEVP), la politique européenne de voisinage est mise en
place en 2004 dans le but d'encourager des relations plus
étroites avec les pays limitrophes de l'Union européenne.

LE MAROC ET LES PAYS DU VOISINAGE 37


L E S A C C O R D S B I L AT E R A U X

Nombre d'accords issus de la Typologie des accords


coopération bilatérale
Algérie • Plus de 100 accords et • Sur le plan bilatéral : accords sectoriels dans le
conventions de coopération. domaine universitaire, des transports, de
l’agriculture…
• Sur le plan régional : traité portant création de
l’UMA en 1989.
Espagne • 105 accords conclus avec le • Deux types d’accords : les uns bilatéraux et les
Maroc contre seulement 55 autres multilatéraux avec l’Union européenne
traités que l’Espagne a signés (économiques, financiers, sécuritaires et
avec les autres pays du culturels).
Maghreb réunis.
• Existence d'une haute commission mixte maroco-
espagnole.
Mauritanie • 80 accords. • Conventions, protocoles d'entente et
programmes de coopération dans le domaine
économique, social, culturel et technique.

• Mise en place de plusieurs commissions


sectorielles et de groupes de travail spécialisés.

LE MAROC ET LES PAYS DU VOISINAGE 38


LES ENJEUX GLOBAUX

Les enjeux globaux et transverses qui s'expriment dans cet espace de proximité sont les
suivants :
• La construction d’un espace de coopération commun, garant de la stabilité de la
région et lui permettant de forger une position influente sur les affaires
internationales.
• La montée des menaces transnationales, en l’occurrence le terrorisme et le crime
organisé qui mettent à rude épreuve la stabilité régionale et internationale.
• Les risques occasionnés par l’immigration illégale et ses problèmes connexes, tant sur
le plan humanitaire que sécuritaire.
• L’accentuation des effets du changement climatique et l’impératif de renforcer les
capacités d’adaptation à ce phénomène mondial.

LE MAROC ET LES PAYS DU VOISINAGE 39


LE MAROC ET L'ALGERIE

Enjeux pour le Maroc Leviers pour développer la coopération


Politiques bilatérale
• Inflexion de la position algérienne au sujet de la
question du Sahara marocain.
• Relancer les relations bilatérales sur de nouvelles
Economiques bases, en restaurant la mémoire collective des deux
• Mobilisation du potentiel de l’intégration peuples et en mettant en place une plateforme de
coopération, regroupant les collectivités frontalières
maghrébine.
des deux pays.
• Amélioration de l’attractivité économique
maghrébine pour les investissements directs
• Elargir le champ des intérêts en vue d’accélérer la
étrangers. transition d’une situation marquée par une logique de
Sécuritaires compétition étroite à une logique de gains partagés.
• Raffermissement de la coopération en matière de
lutte contre le terrorisme et le crime organisé. • Orienter la coopération économique vers les secteurs
où existent de véritables complémentarités entre les
• Sécurisation des frontières avec l'Algérie, point
deux pays.
d’accès au Maroc des migrants subsahariens.
Culturels et humains • Mettre en place une stratégie de communication
• Renforcement de la coopération entre les acteurs de appropriée en direction de l’Algérie, privilégiant les
la société civile. valeurs d’éthique et de respect mutuel et ciblant,
notamment, les jeunes algériens dont certains
• Contribution des médias au développement d’une seraient les futurs hauts dirigeants de ce pays.
image positive des deux pays dans les opinions
publiques respectives.

LE MAROC ET LES PAYS DU VOISINAGE 40


L E M A R O C E T L ' E S PA G N E

Enjeux pour le Maroc Leviers de renforcement des relations


Politiques
• Résolution des question des présides de Sebta, Melilia • Réécrire l’histoire commune des deux pays, en prélude à une
et des iles Zaffarines. révision profonde des rapports entre le nord et le sud de la
• Délimitation des eaux territoriales sur l’Atlantique. Méditerranée.
• Maintien d’une position favorable de l’Espagne • Renforcer la dimension euro-méditerranéenne des relations
concernant le Sahara marocain. Maroc-Espagne.
Economiques
• Elargissement de la coopération bilatérale aux métiers • Anticiper les tensions éventuelles, en mettant en place des
mondiaux du Maroc et aux secteurs d’avenir. mécanismes permanents de concertation et de coordination.
• Développement de la coopération tripartite au niveau • Rééquilibrer les relations commerciales et élargir le champ de la
de l’Afrique et de l’Amérique du Sud. coopération à des espaces d’intérêt commun, notamment l'Afrique
Sécuritaires et l'Amérique Latine.
• Sécurisation du Détroit de Gibraltar.
• Améliorer l’image du Maroc auprès des médias et des leaders
• Gestion de la question de l’immigration clandestine.
d’opinion en Espagne.
• Lutte contre le terrorisme et le crime organisé.
Culturels et humains
• Approfondissement de l’intégration socio-économique
des Marocains résidant en Espagne.
• Amélioration de l’image du Maroc et des Marocains en
Espagne.
• Rééquilibrage des échanges culturels.
• Rapprochement entre les sociétés civiles des deux pays.

LE MAROC ET LES PAYS DU VOISINAGE 41


L E S R E L AT I O N S E C O N O M I Q U E S E N T R E L E M A R O C E T
L’ E S PA G N E

Source : Office des changes

La coopération économique entre le Maroc et l'Espagne s’est


fortement développée durant les dernières années. L’Espagne
est, depuis 2012, le premier partenaire commercial du Royaume
du Maroc.

Figures 12 : Les relations économiques Maroc-Espagne

LE MAROC ET LES PAYS DU VOISINAGE 42


L E M A R O C E T L A M A U R I TA N I E

Enjeux pour le Maroc Leviers de développement des relations


 Politiques • Renforcer la place de la Mauritanie dans les priorités de la
• Atténuation de l’ambivalence de la politique étrangère, en réhabilitant l’axe Rabat-Nouakchott et
position mauritanienne relative au en développant la coopération et la concertation au sein des
Sahara marocain. regroupements régionaux, comme la CEN-SAD.
 Economiques • Approfondir la coopération économique, en incitant les
• Intensification des échanges opérateurs marocains à cibler davantage le marché
commerciaux. mauritanien, en tant que débouché et lieu d'investissement.
• Développement des investissements
marocains en Mauritanie et leur • Elargir le champ de la coopération à des domaines structurants
diversification vers des secteurs dont, notamment, l’enseignement et la formation
porteurs. professionnelle, le développement humain et les
 Sécuritaires infrastructures.
• Mise en place d’une vision commune,
• Faire de la coopération culturelle et spirituelle un relais durable
en matière de sécurité régionale.
des relations entre les deux pays, en valorisant l'héritage
 Culturels et humains culturel hassani et la mémoire commune, partagée par les deux
• Promotion de l’héritage culturel pays et en encourageant la proximité entre les acteurs de la
commun : le patrimoine Hassani. société civile.

LE MAROC ET LES PAYS DU VOISINAGE 43


Chapitre III

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN

44
SYNOPTIQUE

L'aire arabo-musulmane se
caractérise par une diversité
culturelle importante, un grand
potentiel économique et un atout
démographique.

Elle constitue, depuis le milieu du


XXème siècle, l'épicentre de crises
sécuritaires qui interpellent les
grandes puissances : des conflits du
Proche-Orient aux transformations
sociopolitiques, dites "printemps
arabe".

L'importance de la dimension
stratégique des relations du Maroc
avec les pays du monde arabo-
musulman varie d'une région à
l'autre. Figure 13 : Le monde arabo-musulman

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN 45


L A V I S I O N R O YA L E

"… Nous accordons un intérêt particulier à l’édification du grand Maghreb arabe auquel Nous
sommes fier d’appartenir et pour la réalisation duquel Nous œuvrons en vue de l’asseoir sur des
bases solides de fraternité et de coopération sincères, avec ce que cela exige comme assainissement
du climat et élimination des obstacles".
Extrait du premier Discours du Trône du 30 juillet 1999

"… Le Maroc continuera, par ailleurs, à jouer pleinement le rôle qui est le sien dans la défense des
causes et des intérêts supérieurs du monde arabo-islamique, préférant à la logique de la
confrontation et de la violence, les vertus du dialogue et de la négociation (…) Nous ne
soulignerons jamais assez la nécessité de renforcer la solidarité arabo-islamique, de moderniser et
de rénover les structures et les mécanismes et l'action arabo-islamique commune, afin qu'elle puisse
contribuer à promouvoir la démocratie et l'intégration économique".
Extrait du Discours du Trône du 30 juillet 2004

"… L'adhésion du Maroc aux efforts de réconciliation arabe, autant que son engagement en
faveur du processus de paix, traduisent concrètement le choix stratégique qui a toujours été le sien
: dès lors que sont en jeu des questions déterminantes pour l'avenir de la nation arabe et en
particulier la cause palestinienne, il a constamment à cœur de faire prévaloir l'esprit de dialogue,
de consensus et de solidarité, dans le cadre du droit et de la légalité".
Extrait du Discours de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI à l’occasion du 21ème sommet arabe ordinaire du 30 mars 2009

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN 46


I L E TA I T U N E F O I S …

l'histoire de l'appartenance arabo-musulmane


L’Islam a été introduit au Maroc au VIIème siècle. Une grande partie de
la population du Maroc devient musulmane. Le Maroc a entretenu des
relations politiques, économiques et spirituelles continues avec les
pays du Moyen-Orient depuis lors.
Dès le Moyen-Age, l’action marocaine fut marquée par l’appui résolu
et solidaire du Maroc aux autres nations arabo-musulmanes :
• face aux Croisés dans les pays du Levant,
• face à la Reconquista qui menaçait Al Andalus,
• face à la France, en soutenant l'émir Abdelkader en Algérie.
Le Maroc s’est inlassablement engagé sur la voie de l’affermissement
de ses relations historiques, culturelles et de coopération avec les pays
arabo-musulmans. Ainsi, certains grands rendez-vous de la
coopération entre les Etats arabo-musulmans se sont déroulés au
Royaume :
• Le 25 septembre 1969, plusieurs dirigeants de pays à majorité
musulmane se sont réunis à Rabat, suite à l'incendie de la
mosquée Al-Aqsa pour créer l’Organisation de la Coopération
Islamique.
• Depuis son adhésion à la Ligue Arabe le 1er octobre 1958, le
Maroc a abrité six sommets arabes (1965, 1969, 1974, 1981, 1985 Figure 14 : La Ligue Arabe
et 1989).

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN 47


H I S TO I R E R E C E N T E

Profondément inscrit dans son appartenance au monde arabo-musulman, le Maroc a


milité depuis son Indépendance en faveur des causes et des intérêts suprêmes de ce
monde, notamment pour :
• l’indépendance de l’Algérie,
• le droit légitime du peuple palestinien à instaurer son propre Etat,
• la résolution de la guerre civile au Liban, le respect de la souveraineté du Koweït, du
Soudan, du Bahreïn et d’Irak,
• la recherche de solutions politiques et diplomatiques aux crises touchant certains pays
de la région : Irak, Liban, Syrie, Yémen et Somalie.
Si le Maroc n’est intervenu militairement que deux fois dans l’ensemble des conflits de
cette aire, c'est parce qu’il a toujours préféré l’esprit de dialogue et de négociation à la
logique de la confrontation et de la violence.

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN 48


H I S TO I R E R E C E N T E ( 2 )

Construction du Maghreb

L'édification d’un espace maghrébin Le bilan de l’Union du Maghreb Arabe,


intégré est érigé en priorité après presque 27 ans d’existence,
stratégique pour le Maroc : demeure très en deçà des aspirations
• 1948 : création du Comité pour la de ses fondateurs.
libération du Maghreb.
Le Maghreb figure, en effet, parmi les
• 1958 : conférence des partis régions les moins intégrées
politiques maghrébins à Tanger. économiquement, à l’échelle
• 1989 : signature du traité de mondiale et ce, malgré les multiples
Marrakech, portant création de complémentarités qui caractérisent ses
l’Union du Maghreb Arabe. pays membres.

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN 49


L E S I N S T R U M E N T S D E L ' A P PA R T E N A N C E A R A B O -
MUSULMANE

• Union du Maghreb Arabe : L'édification du


Maghreb est une priorité stratégique du Maroc dont
l'importance s'est renforcée avec la signature en
1989 du traité de Marrakech, portant création de
l’Union du Maghreb Arabe.

• Ligue Arabe : Le Maroc a toujours été convaincu de


la nécessité de soutenir l’action arabe commune. Le
Royaume est fortement engagé en faveur des causes
arabes, particulièrement le droit légitime du peuple
palestinien à un Etat indépendant, avec comme
capitale, Al Qods.

• Organisation de la Conférence Islamique : Elle a


été créée lors du sommet de Rabat du 25 septembre
1969, suite à l’incendie criminel de la Mosquée Al-
Aqsa.
Figure 15 : Le Maroc et le monde arabo-musulman

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN 50


LE MAROC ET LE MONDE MUSULMAN

Afrique du Nord (hors voisinage)

• Tunisie : Les relations avec ce pays sont stables et durables, dans le cadre du respect des choix de société des deux pays et
de leur engagement ferme en faveur de la démocratie.

• Libye : Le Maroc considère "la nouvelle Libye" (post-printemps arabe) comme un partenaire fondamental dans l’édification
du Maghreb. Depuis l’éclatement du conflit inter-libyen, le Maroc s’est rangé aux côtés du peuple libyen et a appuyé les
efforts de l’ONU pour mettre fin à ce conflit. A ce titre, il a abrité les pourparlers politiques inter-libyens sur la paix.

• Egypte : Les relations sont marquées par leur durabilité, dans le cadre du respect des choix de société promus de part et
d’autre.

Moyen Orient

• Conseil de Coopération du Golfe : Les relations ont connu un tournant en mai 2011, à la suite de l’invitation adressée au
Maroc pour adhérer à ce groupement :

 Conclusion en novembre 2012 à Manama d'un plan d'action pour la période 2012-2017 qui définit les domaines de
coopération, les objectifs, les orientations générales et les moyens à mettre en œuvre.

 Convergence des points de vue, notamment sur l'urgence d’une transition politique en Syrie, la solution de deux Etats
pour la résolution du conflit israélo-palestinien et la non-ingérence de l’Iran dans les affaires internes des pays arabes.

• Jordanie : Les liens de fraternité qui unissent Sa Majesté Le Roi Mohammed VI et le Roi Abdallah II de Jordanie renforcent
les excellentes relations qu’entretiennent les pays, fondées sur l’entente et la concertation. Ces relations se caractérisent par
une convergence des points de vue sur plusieurs questions régionales et par l’engagement des deux monarchies en faveur
de la paix au Moyen-Orient.

• Yémen : Le Maroc a participé à la coalition "Tempête de fermeté", menée par l’Arabie saoudite contre les rebelles Houtis.

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN 51


LE MAROC ET LE MONDE MUSULMAN(2)

• Palestine : Le Maroc a toujours assumé son rôle de défense de la cause palestinienne, préférant les vertus du dialogue
et de la négociation à la logique de la confrontation et de la violence. Il a mis en place un mécanisme de financement
des projets éducatifs, socioéconomiques et culturels au profit des habitants de la ville sainte (Agence Bayt Mal Al
Qods)

• Irak : La qualité des relations avec l'Irak ont été préservées malgré la crise que connaît ce pays. Depuis le début de la
guerre en Irak en 2003, le Maroc maintient sa position constante d'appui à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de
l’Irak et souligne l’importance de la participation de toutes les composantes de la société irakienne, sans exclusion, au
processus politique.

• Syrie : Marquées par des tensions épisodiques, les relations entre le Maroc et la Syrie se sont dégradées après la
position ferme du Maroc en faveur d’une transition politique dans ce pays. Le Maroc a abrité, en décembre 2012, la
conférence internationale des amis de la Syrie.

• Liban : Les relations entre le Maroc et le Liban reposent sur l’entente et le respect mutuel et englobent les domaines de
coopération politique, culturelle et socio-économique.

Autres pays arabes

• Soudan : Les relations du Maroc avec le Soudan se basent sur le respect des choix de société promus de part et
d’autre. Le Maroc est membre du Comité ministériel arabe, chargé de faciliter les pourparlers de paix entre le
gouvernement soudanais et les factions d’opposition au Darfour.

• Somalie : Depuis le déclenchement de la guerre civile en Somalie, le Maroc n’a cessé de contribuer aux efforts
entrepris au niveau arabe et international, visant à mettre fin à la souffrance du peuple somalien et à parvenir à la
réconciliation nationale. Suite aux effets néfastes de la sécheresse, le Royaume a fourni, en février 2006, une aide
d’urgence à la Somalie.

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN 52


LE MAROC ET LE MONDE MUSULMAN (3)

Pays non arabes du Moyen-Orient


• Iran : Les relations entre le Maroc et l’Iran se sont dégradées depuis la révolution islamique de 1979. Rompues
en 2009, les relations diplomatiques entre les deux pays ont été rétablies en 2015.
• Turquie : Le Maroc entretient de bonnes relations politiques et économiques avec la Turquie, pays avec lequel,
il existe une convergence de points de vue sur certaines questions régionales d’intérêt commun.
Pays d’Asie du Sud
• Pakistan : Les relation entre le Maroc et le Pakistan sont basées sur le respect mutuel, la solidarité et le partage
de l’héritage culturel islamique commun. Depuis 2012, une nouvelle dynamique a été insufflée aux relations
bilatérales, à travers le renforcement du cadre juridique, les échanges de visites, la coopération culturelle et la
concertation sur les questions internationales d’intérêt commun.
• Indonésie : Depuis que les relations diplomatiques se sont établies entre les deux pays en 1960, elles se sont
distinguées par un dialogue régulier et une convergence de points de vue sur les principales questions d’ordre
régional et international.
• Malaisie : Les relations diplomatiques entre le Maroc et la Malaisie ont été établies en 1963. Elles ont connu
une impulsion suite à la visite effectuée en Malaisie par Sa Majesté Le Roi Mohammed VI en 2003.
Pays d’Asie centrale
Les relations diplomatiques entre le Royaume du Maroc et les ex-républiques soviétiques d’Asie centrale ont été
établies entre 1992 et 1993. L’Asie centrale demeure l’un des derniers espaces intéressant la diplomatie du Maroc.

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN


53
LE MAROC ET LE MONDE ARABE

Des mutations sociopolitiques au sein du monde arabe laissent entrevoir une nouvelle
recomposition géopolitique dans la région :

• Effondrement des régimes en place dans certains pays de la région MENA.


• Signes avant-coureurs d’une nouvelle reconfiguration géopolitique, matérialisée par l’émergence
d’un axe chiite (Iran-Irak-Syrie), en opposition aux pays du Conseil de Coopération du Golfe
(Arabie Saoudite, Emirats-Arabes-Unis, Qatar, Koweït, Bahreïn, Sultanat d’Oman).
• Nouvelle géopolitique de la région qui se dessine, sous l’influence d’acteurs non membres de la
Ligue Arabe (Iran, Turquie et Israël), avec des préfigurations de ruptures fortes, telles que la
nouvelle position de la Turquie sur l’échiquier moyen-oriental et l’ouverture en direction d’Israël
(initiative arabe de paix formulée par l’Arabie Saoudite au sommet de la Ligue Arabe en 2002,
toujours d’actualité).
• Niveau inquiétant de la menace terroriste, avec l’accroissement du territoire contrôlé par
l'organisation de l’Etat islamique et par les autres groupes terroristes en Libye, en Syrie et en Irak.

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN 54


LE MAROC ET LE MONDE ARABE (2)

Enjeux pour le Maroc L’Accord d’Agadir


Politiques
• Repositionnement stratégique, à l’aune des La Déclaration d’Agadir est une initiative
nouveaux équilibres régionaux post-printemps lancée par le Maroc, l’Egypte, la Tunisie et la
arabe. Jordanie le 8 mai 2001. L’accord d’Agadir a été
• Regain d’influence sur les grands dossiers signé à Rabat le 25 février 2004. Il est entré en
régionaux. vigueur le 27 mars 2007.
Economiques L’accord permet le cumul diagonal des règles
• Concrétisation du projet d’intégration économique d’origine, favorisant ainsi le développement
arabe (GAFTA). des échanges commerciaux entre les pays
• Attractivité renforcée des investissements des pays signataires .
du Conseil de Coopération du Golfe.
Sécuritaires
• Lutte contre le radicalisme religieux et les groupes
extrémistes.
• Constitution d’une armée arabe, partageant une
doctrine commune.
Culturels et humains
• Renforcement des échanges culturels.
• Politique migratoire concertée et mutuellement
bénéfique, en particulier entre le Maroc et les pays
Figure 16 : La ligue Arabe
du Conseil de Coopération du Golfe. Source : IRES

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN 55


L E S L E V I E R S D E R E N F O R C E M E N T D E L A C O O P E R AT I O N
D U M A R O C AV E C L E M O N D E A R A B E

• Doter le Maroc d’une vision stratégique de moyen-long terme en direction du monde arabe : Basée
sur les principes de solidarité et de l'engagement ferme en faveur des causes arabes, cette vision devrait
prendre en considération la nouvelle reconfiguration des sphères d'influence dans la région arabe qui est
davantage l'œuvre d'acteurs non membres de la Ligue des Etats Arabes (Turquie, Iran, Israël). Elle devrait
permettre au Maroc de faire valoir un discours diplomatique représentatif des pays arabes sud-
méditerranéens, visant à promouvoir la paix, la sécurité et la prospérité. Le Maroc devrait aussi saisir sa
centralité vis-à-vis de l'Union européenne et ses liens étroits avec les pays du Conseil de Coopération du
Golfe pour s'adjuger un rôle actif dans le rééquilibrage des forces, à l’échelle régionale.

• Faire preuve d'une vigilance accrue face à la menace terroriste, incarnée par le phénomène Daesh :
Tout en déployant des actions de nature sécuritaire et militaire pour endiguer ce phénomène ainsi que les
groupuscules terroristes, en coordination avec l'action de la communauté internationale, le Maroc pourrait
mettre à contribution son approche multidimensionnelle de prévention et de lutte contre le terrorisme pour
déconstruire le référentiel idéologique qui fonde la stratégie d'endoctrinement et de recrutement des
terroristes par Daesh.

• Recourir à des approches de coopération triangulaire associant, d'une part, le Maroc et les pays arabes
et, d'autre part, l'Afrique et l'Europe.

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN 56


F O C U S S U R L E S R E L AT I O N S D U M A R O C AV E C L E S PAY S D U
C O N S E I L D E C O O P E R AT I O N D U G O L F E

Les relations du Maroc avec les pays du Conseil de Coopération


du Golfe ont connu un tournant en mai 2011, à la suite de
l’invitation adressée par le Secrétariat Général de ce Conseil au
Royaume pour adhérer à ce groupement régional. Cette offre
constitue une reconnaissance de la crédibilité dont jouit le
Maroc au niveau international et de son leadership au niveau
régional.

Aujourd’hui, les relations entre les deux parties évoluent dans le


cadre d’un partenariat stratégique. En vue de donner un contenu
opérationnel à ce partenariat, Sa Majesté Le Roi Mohammed VI a
effectué, en octobre 2012, une visite officielle dans quatre pays,
membre du Conseil, en plus de la Jordanie.
Figure 17 : Pays membres du Conseil de Coopération du Golfe

En novembre 2012, le Maroc et les pays du Conseil de Coopération du Golfe ont conclu à Manama un plan d'action pour
la période 2012-2017 qui a défini les domaines de coopération, les objectifs, les orientations générales et les moyens à
mettre en œuvre :
• Constitution de groupes de travail, chargés de prospecter les domaines de coopération au niveau des secteurs de
l'agriculture et de la sécurité alimentaire, du transport, des télécommunications, des énergies renouvelables, du
tourisme, de l'enseignement, de la recherche scientifique, des médias, de la jeunesse et des sports, en plus de la
coopération judiciaire.
• Tenue d’une réunion annuelle Maroc-Conseil de Coopération du Golfe pour apprécier les progrès accomplis, en
matière de coopération dans les domaines convenus.

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN 57


F O C U S S U R L E S R E L AT I O N S D U M A R O C A V E C L E S P AY S
D U C O N S E I L D E C O O P E R AT I O N D U G O L F E ( 2 )

Les IDE en provenance des pays du Conseil de


• Coopération
,
du Golfe ont connu une évolution
encourageante pour se situer, depuis 2011, à plus de 25%
en moyenne des flux d’IDE reçus par le Maroc, sauf pour
l’année 2013. Les principaux secteurs bénéficiant de ces
IDE sont le tourisme, l’immobilier et, plus récemment,
l’énergie et les mines.

Une telle dynamique n'a pas pu s'étendre, jusqu'à présent,


aux relations commerciales puisque la part de marché
détenue par le Maroc au niveau des pays du Conseil de
Coopération du Golfe reste largement inférieure à 1%.
Des marges de progression existent si, toutefois, les
objectifs de la stratégie Maroc Export Plus qui cible les Figure 18 : Les IDE au Maroc en provenance des pays du Conseil de
Coopération du Golfe
pays du Golfe, en tant que marchés de niche sont
concrétisés. Source : Office de Changes

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN 58


F O C U S S U R L E S R E L AT I O N S D U M A R O C A V E C L E S P AY S
D U C O N S E I L D E C O O P E R AT I O N D U G O L F E ( 3 )

Outre leur potentiel d’investissement et de commerce, les pays du Conseil de Coopération du


Golfe pourraient jouer avec le Maroc un rôle majeur au niveau des partenariats tripartites,
notamment en Afrique et en Europe. Ces partenariats permettraient aux deux parties d’élargir le
champ de leurs intérêts stratégiques, selon une logique de coopération "gagnant-gagnant".

La grande proximité du Maroc avec les pays du Golfe pourrait ouvrir une nouvelle phase dans
les relations Maroc-Afrique, en établissant avec ces pays des joint-ventures gagnantes dans des
secteurs à forte valeur ajoutée et en les associant aux initiatives et actions diplomatiques
marocaines, à savoir le Forum des Etats africains riverains de l’Atlantique et la Communauté des
Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD). Une telle perspective ne manquerait pas de renforcer
davantage la présence marocaine en Afrique et de compenser le déficit de son absence de la
dimension institutionnelle des relations interafricaines, en l’occurrence l’Union africaine.

Le Maroc gagnerait à édifier une communauté d'intérêt tripartite pour accompagner le


processus transitionnel dans certains pays arabes, en jouant un rôle déterminant dans les
médiations politiques et dans le processus de paix et de sécurité dans la région. Aussi, les trois
parties pourraient-elles mettre en commun leurs atouts en vue de saisir les multiples
opportunités économiques dont regorgent les pays arabes, y compris la reconstruction des
pays dévastés par la guerre civile.

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN 59


F O C U S S U R L E S R E L AT I O N S D U M A R O C A V E C L E S P AY S
D U C O N S E I L D E C O O P E R AT I O N D U G O L F E ( 4 )

Dans le but d'exploiter le potentiel du partenariat stratégique entre le Maroc et le Conseil de Coopération du Golfe, quelques leviers
ont été identifiés dont notamment :
• le développement des échanges commerciaux, en déployant des actions vigoureuses, en termes de multiplication de
campagnes d'information et de sensibilisation des opérateurs économiques, au niveau des deux parties et de mise en place de
lignes maritimes directes,
• la mise en œuvre d'une politique migratoire concertée, à même de satisfaire les besoins des pays du Conseil de Coopération
du Golfe en main d’œuvre marocaine et de favoriser la diversification géographique de l’émigration marocaine. Pour cela, il
faudrait amener les pays de ce Conseil à améliorer le cadre de protection juridique et sociale afin de permettre aux Marocains
une meilleure accessibilité au marché du travail et de sécuriser les conditions de leur séjour dans les pays du Golfe,

• l’amélioration du cadre de protection des investissements au Maroc des pays du Conseil de Coopération du Golfe,
notamment pour ce qui est de la rapidité du règlement des différends commerciaux pour favoriser le développement de joint-
ventures entre les entreprises du Golfe et leurs homologues marocaines,

• l'élargissement du champ de coopération de ces entreprises à l’Afrique :

 dans le domaine de la finance : la dimension régionale offerte par "Casablanca Finacial City", notamment en direction des
marchés africains pourrait constituer un vecteur d’attraction des capitaux du Golfe, en quête de placements rentables,

 dans le domaine des infrastructures : l’expérience acquise par le Maroc et les capacités de financement des pays du Golfe
pourraient être mobilisées pour mener des projets communs en Afrique,

 dans le domaine de la sécurité alimentaire : le potentiel nourricier du continent africain et l’expertise marocaine dans le
cadre du Plan Maroc Vert, conjugués aux capacités de production du groupe OCP dans le domaine des engrais, pourraient
contribuer aux efforts déployés pour la sécurité alimentaire du continent, voire même à l’échelle mondiale.

LE MAROC ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN 60


Chapitre IV

LE MAROC ET LE CONTINENT AFRICAIN

61
SYNOPTIQUE

L’Afrique, dont le nombre d’habitants atteindra 2


milliards de personnes, à l’horizon 2050, soit plus du
quart de la population mondiale, dispose de multiples
potentialités qui font du continent africain un enjeu
stratégique mondial.
Ce continent constitue un espace géostratégique
important où se déploie une vive concurrence entre
puissances traditionnelles et émergentes.
Les relations du Maroc avec les pays d’Afrique ont
connu un essor depuis l’accession de Sa Majesté Le Roi
Mohammed VI au Trône en 1999.
Le positionnement stratégique du Maroc vis-à-vis de
l'Afrique est mû principalement par des considérations
de développement du continent. Celles-ci traduisent la
ferme volonté du Royaume à accompagner le processus
de convergence économique, social et institutionnel de
ses partenaires africains, notamment en Afrique
Centrale et de l'Ouest. Figure 19 : La croissance économique en Afrique subsaharienne

LE MAROC ET LE CONTINENT AFRICAIN 62


L A V I S I O N R O YA L E

"… Constamment animé par la volonté de donner une expression tangible à son appartenance
africaine, le Maroc continuera de mettre en œuvre une politique africaine cohérente, au service
du développement humain et de la consolidation de la sécurité régionale, inscrivant son action,
notamment, dans le cadre de la coopération engagée avec les pays du Sahel et du Sahara et les
Etats d'Afrique atlantique, en vue de faire face aux multiples menaces qui pèsent sur la région …"

Extrait du Discours du Trône du 30 juillet 2010

"… L’Afrique est un grand continent, par ses forces vives, ses ressources et ses potentialités. Elle doit
se prendre en charge, ce n’est plus un continent colonisé. C’est pourquoi l’Afrique doit faire
confiance à l’Afrique. Elle a moins besoin d’assistance et requiert davantage de partenariats
mutuellement bénéfiques. Plus qu’une aide humanitaire, c’est de projets de développement
humain et social, dont notre continent a le plus besoin …".
Extrait du Discours adressé par le Souverain à l’occasion de l’ouverture du Forum économique maroco-ivoirien le 24 février 2014

LE MAROC ET LE CONTINENT AFRICAIN 63


L E S V I S I T E S R O YA L E S E N A F R I Q U E S U B S A H A R I E N N E

Figure 20 : Les Visites officielles effectuées par Sa Majesté Le Roi Mohammed VI en


Afrique depuis 1999

LE MAROC ET LE CONTINENT AFRICAIN 64


I L E TA I T U N E F O I S …

l’histoire de l'appartenance africaine Sahara, espace d’échanges


Au cours du Paléolithique inférieur (environ un million d’années), Homo
erectus a peuplé la quasi-totalité du Maroc. C'est sur le site
archéologique de Carrière Thomas 1 à Casablanca qu'un outillage
datant de cette période a été découvert. De plus, la moitié des fossiles
d’Afrique du Nord a été découverte au Maroc.

La relation du Maroc avec l’Afrique est restée liée aux transformations


qu’a connues le sahara qui a fait l'objet de mouvements de migration
humaine et d'échanges entre le nord et le sud.

Le Maroc a toujours entretenu des relations étroites avec l’Afrique


subsaharienne, à travers le commerce caravanier.

• Du XIème au début du XVIIIème siècle, les dynasties qui se sont


succédées ont unifié un espace politique et civilisationnel, centré sur
le Maroc et étendu jusqu’au fleuve Sénégal et Niger.

• Le Maroc s’est engagé, depuis son Indépendance, sur la voie du


soutien aux mouvements de libération dans le continent africain et de
l’appui résolu et solidaire au mouvement de lutte contre l'apartheid
en Afrique du Sud.

• Le Maroc est membre fondateur de l’Organisation de l’Unité Africaine


(aujourd'hui Union Africaine), créée en 1963 à Addis-Abéba.

Figure 21 : Le Maroc au XVII-XVIIIème siècle

LE MAROC ET LE CONTINENT AFRICAIN 65


L E S I N S T R U M E N T S D E L ' A P PA R T E N A N C E A F R I C A I N E

• Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN-SAD) : le Maroc, qui est


membre de la CEN-SAD depuis 2001, y joue un rôle actif. Il a abrité trois réunions
du Conseil exécutif de cette organisation.

• Conférence des pays Africains riverains de l'Atlantique : Elle est née à partir
de l’initiative marocaine de la Conférence ministérielle des Etats africains,
riverains de l’Atlantique afin de renforcer la coopération sécuritaire et
économique et de promouvoir une identité atlantique africaine.

• Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) : Huit pays


d’Afrique de l’Ouest y sont représentés, avec une population de 80 millions
d'habitants. Le Maroc a engagé, depuis 2000, des négociations pour
l’établissement d’un accord commercial et d’investissement préférentiel avec
cette organisation.

• Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) : Le


Maroc est devenu en 2005 membre observateur auprès de cette organisation.

LE MAROC ET LE CONTINENT AFRICAIN 66


L ' I M P L A N T AT I O N D E S O P E R AT E U R S M A R O C A I N S E N
AFRIQUE

Figure 22 : Les opérateurs marocains en Afrique

LE MAROC ET LE CONTINENT AFRICAIN 67


L E M A R O C E T L E S P AY S A F R I C A I N S

Le cadre de coopération est riche et en constante évolution :


plus de 600 accords de coopération ont été conclus par le Maroc
avec plus de 40 pays, depuis le début des années 2000. A cela
s'ajoute le renforcement des liens de coopération avec des
regroupements régionaux (UEMOA, CEDEAO).

Les relations du Maroc avec les pays d’Afrique dépassent le


simple cadre des relations économiques pour englober des
dimensions structurantes : l’aide au développement des pays
d’Afrique subsaharienne, la dimension spirituelle de la
coopération, l’accueil au Maroc de plus de 16.000 étudiants
africains dont 6.500 bénéficient de bourses marocaines, la
contribution effective du Royaume au renforcement de la paix et
de la stabilité en Afrique et le lancement par le Maroc d’une
stratégie d’immigration, selon une approche humanitaire et des
droits de l’Homme.

Le positionnement du Maroc demeure, cependant, polarisé sur


l’Afrique de l’Ouest et sur quelques pays d’Afrique Centrale, en
raison, notamment, de l’éloignement géographique de ces pays, Figure 23 : Les pays africains reconnaissant la pseudo "rasd" en 2015
de leur appartenance à des communautés linguistiques
différentes et de l’attitude ambivalente, voire hostile, de certains
pays d’Afrique Australe et d’Afrique de l’Est, au sujet de
l’intégrité territoriale du Royaume.

LE MAROC ET LE CONTINENT AFRICAIN 68


LES ENJEUX POUR LE MAROC EN AFRIQUE

Politiques
• Défense de l’intégrité territoriale du Maroc.
• Développement du réseau diplomatique, notamment en Afrique Australe et en Afrique de l’Est.
Economiques
• Concrétisation du positionnement du Maroc en tant que hub régional dans le domaine économique,
financier et du transport, mais aussi de l'éducation et de la recherche scientifique.
• Développement des investissements marocains en Afrique et leur sécurisation.
Sécuritaires
• Lutte contre les menaces transnationales (terrorisme, piraterie maritime, trafic d’armes…).
• Renforcement des capacités des Etats sahéliens face aux risques suscités par les mouvements
séparatistes.
Culturels et humains
• Valorisation de l’héritage culturel commun.
• Transfert du savoir et du savoir-faire en matière de mise en œuvre de projets de développement
humain.
• Consolidation des actions de diplomatie spirituelle en Afrique.

LE MAROC ET LE CONTINENT AFRICAIN 69


L E S L E V I E R S D E R E N F O R C E M E N T D E S R E L AT I O N S D U M A R O C
AV E C L ' A F R I Q U E
VISION GLOBALE

• Réunir les conditions pour un développement durable des relations du Maroc avec
l'Afrique, à travers le renforcement des capacités compétitives de l'offre exportable
marocaine, la diversification à l'international des groupes marocains en Afrique et le choix de
modes d’insertion appropriés dans l’économie africaine, en nouant des alliances avec les
firmes étrangères.

• Rénover et renforcer les instruments de promotion économique du Royaume en


Afrique, en instaurant un nouveau cadre institutionnel de relations économiques et
financières avec les pays africains, en développant les moyens directs de transport terrestre,
maritime et aérien à destination des partenaires du Maroc et en dotant les missions
économiques des ambassades marocaines des moyens d’action nécessaires.

• Faire du Maroc un hub régional dans les domaines de la finance, des transports et de la
formation universitaire et professionnelle. Le Maroc devrait tirer profit de sa position en tant
que trait d’union entre l’Afrique et l’Europe, en renforçant son rôle dans les processus de
dialogue et de coopération Afrique-Europe, en participant à l'édification de chaînes de valeur
entre les deux continents et en approfondissant la coopération triangulaire dans les secteurs
socioéconomiques, à fort impact sur le développement de l'Afrique.

LE MAROC ET LE CONTINENT AFRICAIN 70


L E S L E V I E R S D E R E N F O R C E M E N T D E S R E L AT I O N S D U M A R O C
AV E C L ' A F R I Q U E ( 2 )
AXE AFRIQUE DE L'OUEST

• Intensifier la coopération sécuritaire pour contenir la prolifération de la menace terroriste et


criminelle en Afrique de l'Ouest et l'insérer dans le cadre d'une réponse commune : Pour ce faire, il
faudrait renforcer les capacités des pays vulnérables, moyennant des mécanismes de financement offerts
dans le cadre de la coopération régionale et internationale et opérer un transfert des compétences pour
améliorer la gouvernance sécuritaire. Au-delà de la façade atlantique, cette coopération devrait cibler aussi
les zones limitrophes qui constituent des foyers de tensions, notamment la région sahélo-saharienne.

• Etendre la coopération du Maroc avec les pays d’Afrique de l’Ouest aux pays d’Afrique Australe
riverains de l’Atlantique, selon une logique qui associe la dynamique des investissements, le
développement des échanges commerciaux et le renforcement des capacités de développement des
partenaires africains. La priorité devrait être accordée à des domaines structurants dont, notamment, celui de
la sécurité alimentaire, des énergies renouvelables et des infrastructures portuaires.

• Mettre à contribution les acteurs non gouvernementaux pour créer des relais de coopération durables
dans la partie sud de l'atlantique : Cela est primordial pour favoriser la compréhension mutuelle et
l’appropriation des enjeux communs. A ce titre, il serait opportun de créer un réseau transatlantique de
chambres de commerce et d’industrie, permettant d’encourager les relations entre les opérateurs
économiques relevant de cet espace et de mettre en place une plateforme d'ONG pour densifier les
échanges humains et culturels.

LE MAROC ET LE CONTINENT AFRICAIN 71


L E S L E V I E R S D E R E N F O R C E M E N T D E S R E L AT I O N S D U M A R O C
AV E C L ' A F R I Q U E ( 3 )
A X E A F R I Q U E A U S T R A L E E T A F R I Q U E D E L’ E S T

• Faire de l’Afrique Australe et de l'Afrique de l’Est l'une des priorités de la politique étrangère
marocaine et ce, pour des considérations liées à la défense de la question nationale et au besoin de
mobiliser le potentiel de coopération économique avec les pays de ces deux régions. Pour ce faire, une
nouvelle approche de coopération, adaptée aux spécificités de l’Afrique Australe et de l'Afrique de l’Est
s’avère incontournable. Elle devrait cibler les partenaires devant constituer des clés d’entrée dans les deux
régions, élargir le champ des intérêts économiques entre les opérateurs économiques de part et d’autre et
insérer la coopération dans un cadre multilatéral.

• Doter le Royaume d’une politique de communication appropriée, en direction des pays d’Afrique
Australe et d'Afrique de l’Est pour combler le déficit d’information sur le Maroc et véhiculer un discours
apaisé, à destination de ces deux régions, tout en mobilisant les acteurs de la société civile pour renforcer
la compréhension mutuelle entre les peuples.

• Renforcer la coopération scientifique et technique, en encourageant la collaboration entre les


universités marocaines et celles des pays d’Afrique Australe et d'Afrique de l’Est, y compris par le biais
d'un programme de mobilité circulaire des étudiants et du personnel de la recherche des deux parties et
en créant un fonds, dédié à la coopération technique dont le financement pourrait être assuré
partiellement, à travers la mobilisation des instruments régionaux et/ou internationaux.

LE MAROC ET LE CONTINENT AFRICAIN 72


Chapitre V

LE MAROC ET L'EURO-MEDITERRANEE

73
SYNOPTIQUE

L'espace euro-méditerranéen dispose de plusieurs


atouts. Ses deux rives présentent d’importantes
complémentarités sur le plan démographique,
économique, énergétique et de la sécurité
alimentaire... La Méditerranée est également une
éco-région, compte tenu de la richesse de sa
biodiversité.

Cependant, les différentes approches de


partenariat envisagées (processus de Barcelone,
politique européenne de voisinage, Union pour la
Méditerranée…) n'ont pas abouti aux résultats
escomptés, à savoir la réduction de la fracture
entre les deux rives de la Méditerranée et la
construction d'une zone de paix et de prospérité.

Pays le plus avancé en matière d’intégration à


l’Europe, au vu de son statut avancé, le Maroc a
toujours milité en faveur de la dynamisation de la
coopération entre les pays de la Méditerranée,
laquelle constitue un espace de projection de la
Source : Marine nationale Française
politique étrangère marocaine.
Figure 24 : Quelques données sur la Méditerranée

LE MAROC ET L'EURO-MEDITERRANEE 74
L A V I S I O N R O YA L E

"… Nous nous réjouissons également de ce que la vocation du Maroc à s'ériger comme une économie
émergente converge avec son ambition stratégique de construire avec l'Union européenne un
espace économique commun. Pour servir ce dessein, le Maroc plaide pour aller au-delà du simple
établissement d'une zone de libre-échange et appelle à la dynamisation des flux d'investissement, à la
promotion des synergies industrielles et agricoles, aux redéploiements d'activités de services et à la
mise en œuvre de politiques communes en matière de recherche-développement et d'économie de la
connaissance. Une telle vision passe nécessairement par une mise en œuvre, prompte et
effective, de tous les engagements convenus par les deux parties …".

Extrait du Discours adressé par le Souverain au sommet Maroc-Union-européenne à Grenade en mars 2010

"… Nous estimons que le statut avancé qui lie notre pays à l'Union européenne n'est pas une fin
en soi. Il constitue, plutôt, une étape importante sur la voie de consolidation d'un partenariat
maroco- européen que Nous voulons équitable et équilibré …".

Extrait Discours du Trône du 30 juillet 2014

LE MAROC ET L'EURO-MEDITERRANEE 75
I L E TA I T U N E F O I S …

l’histoire de l'appartenance euro-méditerranéenne


Une richesse et un patrimoine culturel communs lient le Maroc à l'espace
euro-méditerranéen depuis l’Antiquité (3000 ans d’histoire commune) :
• Plusieurs populations venues du pourtour méditerranéen se sont installées
en Afrique du Nord depuis l’Antiquité (Grecs, phéniciens, hébreux,
romains, vandales et byzantins).
• Du VIIIème au VIème siècle avant Jésus-Christ, il est à noter la présence de
comptoirs phéniciens sur les côtes marocaines.
• La Maurétanie Tingitane fut une province romaine pendant plusieurs
siècles.
Dès le VIIIème siècle, le Maroc a joué un rôle influent en Méditerranée
occidentale :
• Huit siècles d’ouverture sur l'Andalousie et les Etats du bassin occidental
en Méditerranée.
• Du XIème au XIVème siècle, une succession de dynasties : almoravide,
almohade et mérinide ont unifié les deux rives du détroit de Gibraltar
(Andalousie).
• Du XVème au XIXème siècle, le Maroc constitue avec l’Espagne, la France
et les Royaumes d’Italie les 4 seules puissances capables de faire face à
l'expansionnisme ottoman en Méditerranée. Figure 25 : L'Empire romain en 117

 La Méditerranée a été et demeure pour le Maroc un espace essentiel


d'articulation stratégique et d’échange avec ses voisins méditerranéens

LE MAROC ET L'EURO-MEDITERRANEE 76
L E S I N S T R U M E N T S D E L ' A P PA R T E N A N C E E U R O -
MEDITERRANEENNE

• Le Dialogue 5+5 : Il a été mis en place en 1990 à Rome et concerne les dix pays de
la Méditerranée occidentale. Constituant une plateforme de coordination informelle,
ce dialogue a pour objectif de promouvoir la paix et la sécurité entre les pays
membres. Le Maroc joue un rôle actif dans ce dialogue.
• La politique européenne de voisinage : Ce cadre partenarial est né à l’issue du
processus d’élargissement de l’Union européenne à l’Est en 2004. Il vise à
accompagner les partenaires sud-méditerranéens et ceux de l'Europe orientale dans
leur processus de réformes, moyennant une assistance financière et un renforcement
des capacités institutionnelles. Cette politique a connu plusieurs tentatives de
réformes dont la plus récente date de novembre 2015. Parmi les pays du sud de la
Méditerranée, le Maroc est le premier bénéficiaire des instruments de cette
coopération.
• L’Union pour la Méditerranée : Lancée en 2008 et regroupant 43 pays, elle porte
sur des projets de coopération dans le domaine de l’éducation, de
l'environnemental, du genre… Le Maroc a activement participé à la mise en place de
cette Union et en assure le secrétariat général.

LE MAROC ET L'EURO-MEDITERRANEE 77
L E M A R O C E T L’ U N I O N E U R O P E E N N E

L'importance pour le Maroc de l’Union européenne réside dans le fait qu'elle est son premier client, son premier fournisseur, son
premier investisseur étranger et sa première source de flux touristiques et de transferts des Marocains du Monde.

Les relations du Maroc avec l'Union européenne se caractérisent par un dialogue politique renforcé, la création d'espaces de
consultation, à l’instar de la Commission parlementaire mixte, le partenariat avec le Conseil de l’Europe ainsi que par la
multiplication des opérations de jumelage institutionnel et le renforcement de l’assistance technique dans le cadre des
programmes TAIEX et SIGMA...

Elles ont connu un tournant important en 2008, avec l'accès du Maroc au statut avancé auprès de l'Union européenne. Ce statut,
qui se situe entre l’association et l’adhésion, offre des opportunités indéniables au Maroc, lui permettant d’accéder aux agences et
programmes communautaires et d’assurer la convergence du système normatif et réglementaire national, par rapport à l’acquis de
l’Union. Actuellement, des négociations sont en cours pour la conclusion d’un accord de libre-échange complet et approfondi
(ALECA) qui devrait permettre au Maroc d’intégrer le marché unique européen.

Les négociations au titre de l’ALECA devraient en priorité viser :

• la réduction substantielle du déficit commercial chronique du Maroc dans ses échanges avec l’Europe,

• l'amélioration de la part détenue par le Maroc sur le marché de l’Union européenne pour la porter, à terme, à un niveau
comparable à celui atteint par certains pays de la région méditerranéenne ou par d’autres régions émergentes,

• une impulsion supplémentaire à l’attractivité du Royaume aux investissements européens.

Enfin, le partenariat du Maroc avec l’Europe devrait être global et se matérialiser par un appui solide de l’Union européenne au
Royaume concernant la défense de son intégrité territoriale,

LE MAROC ET L'EURO-MEDITERRANEE 78
L E M A R O C E T L’ U N I O N E U R O P E E N N E ( 2 )

Figure 26 : Les IDE et les échanges commerciaux entre le Maroc et l’Union européenne

Source : Office des changes

LE MAROC ET L'EURO-MEDITERRANEE 79
L E S E N J E U X D E S R E L AT I O N S D U M A R O C A V E C L ’ E S P A C E
EURO-MEDITERRANEEN

• Enjeux politiques : Stabilisation de la situation politique dans certains pays sud-méditerranéens et


aboutissement des processus de médiation en cours qui constituent des défis de taille pour créer les
conditions favorables à la réussite de la transition démocratique dans ces pays.

• Enjeux économiques : Dynamisation des échanges sud-sud au niveau de l’espace méditerranéen en vue de
créer une dynamique de progrès économique au sein de cet espace et réussite du processus de
convergence réglementaire, prévu dans le cadre du statut avancé qui pourrait servir de modèle pour les
autres pays de la région.

• Enjeux sécuritaires : Lutte contre les menaces transnationales, notamment le terrorisme, le crime organisé
et les réseaux d’immigration illégale et déconstruction de "Daesh".

• Enjeux environnementaux : Développement des capacités d’adaptation au changement climatique,


surtout au sud de la Méditerranée, dans le cadre d’une vision régionale commune.

• Enjeux culturels et humains : Promotion du dialogue entre les sociétés civiles, rapprochement entre les
jeunes des deux rives de la Méditerranée, dans le but de renforcer la compréhension mutuelle et
amélioration de l’intégration socioéconomique des Marocains résidant en Europe.

LE MAROC ET L'EURO-MEDITERRANEE 80
L E S L E V I E R S D E R E N F O R C E M E N T D E L A C O O P E R AT I O N A U S E I N D E
L’ E S PA C E E U R O - M E D I T E R R A N E E N

• Inscrire la vision du partenariat euro-méditerranéen dans le cadre d'un projet civilisationnel où les
aspects humains, culturels et institutionnels sont également intégrés : Cette nouvelle vision à géométrie
variable permettrait à chacun des partenaires d’avancer à son rythme et en fonction de ses contraintes,
favoriserait l’appropriation collective des enjeux du partenariat et ciblerait les secteurs prioritaires en vue
d'aider les pays sud-méditerranéens à gagner la bataille du développement humain et à accélérer leur
émergence économique et leur transition démocratique.

• Promouvoir l'intégration entre les pays du nord et du sud de la Méditerranée : Une attention
particulière devrait être accordée à l'édification d'un système productif intégré, permettant aux pays du sud
de rehausser leurs profils de spécialisation économique et aux pays du nord de disposer de nouveaux relais
de croissance.

• Mettre en œuvre une politique migratoire rénovée et à visage humain : Cette politique devrait faciliter,
dans le cadre du "brain gain", la mobilité entre les deux rives de la Méditerranée, en tenant compte des
complémentarités démographiques et apporter des réponses de fond aux flux massifs de migrants, suite
aux guerres en Libye et en Syrie.

LE MAROC ET L'EURO-MEDITERRANEE 81
L E S L E V I E R S D E R E N F O R C E M E N T D E L A C O O P E R AT I O N A U S E I N D E
L’ E S PA C E E U R O - M E D I T E R R A N E E N ( 2 )

• Faire face aux nouveaux défis sécuritaires : Pour ce faire, il est nécessaire de prévoir un cadre unique qui
codifierait, dans une même et unique référence, les instruments de sécurisation de l’espace méditerranéen.
De plus, la coopération sécuritaire et les échanges d'informations entre les pays du nord et du sud de la
Méditerranée devrait être la règle générale et non l’exception.

• Mutualiser les expériences afin de renforcer l’efficacité de la coopération régionale : Cela passerait par
le développement de la coopération entre les régions et les acteurs locaux de part et d'autre de la
Méditerranée pour bâtir des solidarités de fait, dans des domaines favorisant la compréhension mutuelle. Il
serait important, aussi, de favoriser le développement des think tanks au niveau régional pour servir de
forum consultatif sur les questions liées à la construction régionale, notamment dans les pays sud-
méditerranéens.

• Revoir de fond en comble l'apport financier de l'Union européenne en faveur du sud de la


Méditerranée : Pour accompagner le processus de convergence des pays sud-méditerranéens,
l'engagement financier de l'Union européenne devrait être accru et indexé sur le principe "more for more".
Outre la mise en place d’un patronat euro-méditerranéen pour impulser la coopération entre les opérateurs
privés des deux rives, il serait judicieux de promouvoir le financement long des économies sud-
méditerranéennes, en donnant la priorité à l’accessibilité des PME aux financements.
.

LE MAROC ET L'EURO-MEDITERRANEE 82
F O C U S S U R L E S R E L AT I O N S D U M A R O C A V E C L A F R A N C E
DANS UN MONDE GLOBALISE

Les relations entre le Maroc et la France sont denses et diversifiées. Les deux pays entretiennent
un dialogue politique renforcé, favorisant la convergence des points de vue au sein des instances
internationales.

La coopération économique se caractérise par son dynamisme et ne cesse de se diversifier au


profit de domaines figurant au rang des priorités du Maroc dont, notamment, l’éducation et la
formation, l’agriculture, l’industrie, l’énergie… ainsi que la coopération décentralisée.

La France demeure un partenaire commercial de choix pour le Maroc. Elle est le premier
investisseur étranger, le principal créancier public du Maroc et le premier bailleur de fonds
bilatéral, au titre de l’aide publique au développement.

Sur un autre registre, la France est le principal pays d’accueil des Marocains du Monde et se
positionne comme premier pays d’origine des transferts des Marocains Résidant à l’Etranger et
première source des recettes touristiques.

LE MAROC ET L'EURO-MEDITERRANEE 83
F O C U S S U R L E S R E L AT I O N S D U M A R O C AV E C L A F R A N C E D A N S U N
MONDE GLOBALISE (2)

Si les deux pays ont forgé les bases d’un partenariat stratégique prometteur, force est de constater
que, malgré les avancées réalisées, ce partenariat est loin d'avoir épuisé son potentiel, eu égard aux gisements
d’opportunités qu'offre le contexte international, mais, aussi, aux défis à relever, parmi lesquels, il faut signaler :

le défi de la compétitivité : Le Maroc et la France devraient, outre la création de joint-ventures, selon une
approche basée sur la co-localisation des activités industrielles et de services, orienter leur coopération vers le
développement du capital immatériel, en associant les entreprises et les acteurs publics, à l'échelle nationale
et régionale. Ils gagneraient à élargir le champ de leur coopération à des espaces géographiques d’intérêt
commun, en l’occurrence l’Afrique, la Méditerranée et l'Atlantique,

le défi du développement durable : Dans un contexte de raréfaction des ressources naturelles et au moment
où le changement climatique menace même la survie de l’Homme, la coopération entre le Maroc et la France
devrait être poursuivie et accélérée dans le cadre de la préparation de la COP22 au Maroc en 2016 et au-delà
afin qu'une réponse, à la hauteur des enjeux encourus, soit apportée à cette problématique globale. Il y a lieu,
aussi, d'exploiter en commun les gisements d’opportunités dans les domaines des énergies renouvelables, de
l’eau et de la sécurité alimentaire et de promouvoir de nouveaux concepts émergents, comme l’économie
bleue et l’économie mauve,

LE MAROC ET L'EURO-MEDITERRANEE 84
F O C U S S U R L E S R E L AT I O N S D U M A R O C AV E C L A F R A N C E D A N S U N
MONDE GLOBALISE (3)

le défi de la sécurité : outre les menaces transnationales dont, notamment, le terrorisme et le crime organisé,
la coopération entre le Maroc et la France mérite d’être étendue aux menaces émergentes, particulièrement la
cybercriminalité sous toutes ses facettes et qui constitue l'un des canaux privilégiés par les extrémistes pour
leurs activités d'endoctrinement et de recrutement des jeunes,

le défi de la migration : De par l’importance de la communauté marocaine résidant en France et de


l’impératif d'assurer une meilleure intégration de celle-ci, en particulier les jeunes nés dans les pays d’accueil, il
faudrait :

• mettre en œuvre une politique migratoire, fondée sur une offre socioculturelle appropriée qui reconnaisse
la richesse de l’identité des Marocains de France et leur appartenance à un double référentiel de valeurs.

• favoriser la migration circulaire et mobiliser la communauté marocaine établie en France en vue d'en faire
un relais important de développement de la coopération bilatérale, voire triangulaire.

• adopter une approche collaborative en matière de gestion cultuelle qui serait relayée par une stratégie de
communication proactive sur les valeurs de tolérance et de coexistence, prônées par le modèle de l’Islam
marocain qui s’érige, aujourd’hui, en référence sur le plan régional.

LE MAROC ET L'EURO-MEDITERRANEE 85
Chapitre VI

LE MAROC ET L'AMERIQUE

86
SYNOPTIQUE

L’Amérique du Nord représente environ 25% du


PIB mondial en 2014, selon la Banque Mondiale
pour seulement 7% de la population mondiale.
Près de 30% des IDE dans le monde proviennent
des pays d’Amérique du Nord.

L'Amérique du Nord est engagée dans des méga-


processus d’intégration, en l’occurrence l’accord
transatlantique et l’accord transpacifique. Elle
occupe une place stratégique dans les options de
la politique étrangère du Royaume du Maroc.

Depuis son entrée en vigueur en 1994, l'accord de


libre-échange nord-américain a insufflé une
dynamique additionnelle aux échanges inter-
régionaux. Cette région affiche un degré
d’intégration économique élevé.
Figure 27 : L'Amérique du Nord

LE MAROC ET L'AMERIQUE 87
SYNOPTIQUE

L'Amérique du Sud figure, aujourd’hui, parmi les régions


dont le poids géopolitique et géoéconomique ne cesse de
se renforcer, sous l'effet, en particulier, de la montée en
puissance du Brésil.

La dynamique des réformes qu’ont connue plusieurs pays


sud-américains sur le plan politique, économique et social a
favorisé l’accélération de la transition démocratique dans la
région, le développement de ses perspectives de croissance
et l’amélioration substantielle de son insertion dans
l’économie mondiale.

Aujourd’hui, l'Amérique du Sud figure parmi les régions qui


affichent un taux d’intégration régionale assez élevé. Cette
intégration s’est faite de manière progressive, à travers la
constitution de deux communautés : le Mercosur et la
Communauté Andine forment ensemble l’UNISAR qui est un
cadre de coopération similaire à celui de l’Union
européenne.
Figure 28 : Données géopolitiques et géoéconomiques de
Les opportunités stratégiques que recèle l'Amérique du Sud l’Amérique du Sud
en font un partenaire de choix pour le Maroc.

LE MAROC ET L’AMERIQUE 88
L A V I S I O N R O YA L E

"… Dans le cadre des relations historiques qui lient le Maroc et les Etats-Unis d'Amérique,
Nous réaffirmons Notre engagement à renforcer le partenariat stratégique entre les deux
pays, notamment à travers la recherche de nouveaux mécanismes de soutien à l'accord de
libre échange et la poursuite du dialogue stratégique …"
Extrait du Discours du Trône du 30 juillet 2014

"...Développer notre partenariat stratégique avec les Etats-Unis, qui repose sur les valeurs et
les principes auxquels croient nos deux peuples amis …".
Extrait du Discours du Trône du 30 juillet 2015

Le dialogue stratégique avec les Etats-Unis comporte, entre autres, une nouvelle stratégie de
développement 2013-2017 de l'Agence Américaine pour le Développement International en
faveur du Maroc ainsi que le soutien américain au plan d'autonomie, présenté par le Royaume. Il
concerne, aussi, la poursuite de la coopération entre les deux pays dans le cadre du Forum
Global de Lutte Contre le Terrorisme ainsi que le renforcement des relations politiques,
économiques et sécuritaires régionales en Afrique du Nord et au Sahel.

LE MAROC ET L'AMERIQUE 89
L A V I S I O N R O YA L E ( 2 )

"… Nous attachons une égale importance à la nécessite de consolider nos relations avec
les pays d'Amérique du Sud, en nous employant à explorer de plus larges perspectives
pour la coopération culturelle et économique et le développement des échanges
commerciaux, tant bilatéraux que multilatéraux …"
"… Poursuivre la réflexion sur la valeur stratégique de ce partenariat et ses
prolongements dans l'espace atlantique, en Afrique de l'Ouest, en Amérique du Sud
et en Europe …".

Extraits du Message Royal à l'occasion du colloque sur la coopération arabo-afro-ibéro-latino-américaine : les


gouvernements et la société civile (1er août 2009)

"… Nous réaffirmons la nécessité d’instaurer un partenariat ambitieux reliant le monde


arabe, l’Afrique et les pays d’Amérique du Sud, dans le cadre du dialogue et de la
coopération Sud-Sud …"

Extrait du Message Royal à l'occasion du 50ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre le
Maroc et le Pérou (23 juin 2014)

LE MAROC ET L'AMERIQUE 90
I L E TA I T U N E F O I S …

l'histoire de l'ouverture du Maroc sur l'Amérique

• Amérique du Nord : le Maroc est le premier


pays au monde à avoir reconnu l’indépendance
des Etats-Unis en 1777. Un traité de paix a été
conclu entre les deux pays en 1786 sous le
règne du Sultan Sidi Mohammed Ben Abdellah.

• Amérique du Sud : Les Marocains ont été les


premiers citoyens de l'orient à amorcer des
liens entre le Maroc et les nouvelles
républiques d’Amérique du Sud, au début du
XIX siècle. Les relations avec le Brésil ont été
officialisées en 1890.

Figure 29 : le Sultan du Maroc Sidi Mohammed Ben Abdellah

LE MAROC ET L'AMERIQUE 91
LE MAROC ET L'AMERIQUE DU NORD

Les relations du Maroc avec les pays de l'ALENA sont marquées par un renforcement significatif du dialogue
politique, notamment avec les Etats-Unis d’Amérique, par des relations économiques en progression
encourageante, mais dont le potentiel n’est pas totalement mobilisé. Quant à la coopération culturelle, elle pâtit
du manque de visibilité du Maroc, au niveau du champ culturel nord-américain.

Etats-Unis

• Une coopération sécuritaire en matière de lutte contre le terrorisme.

• Des relations économiques à fort potentiel, au regard des opportunités offertes au Maroc dans le cadre de
l’accord de libre-échange conclu en 2006.

• Un potentiel commercial prometteur malgré l'actuel déficit commercial chronique, en défaveur du Maroc.

Canada

• Des relations bilatérales connaissant, depuis 2004, une progression des échanges commerciaux et un
développement des flux d’investissements canadiens vers le Maroc.

• La présence d’une communauté marocaine importante au Canada qui pourrait constituer un relais pour le
raffermissement des relations maroco-canadiennes.

Mexique

• Une prévalence du pragmatisme économique dans les relations entre le Maroc et le Mexique malgré la
position ambivalente de ce pays à l'égard de l’intégrité territoriale du Royaume. La balance commerciale est
excédentaire en faveur du Maroc.

LE MAROC ET L'AMERIQUE 92
LE MAROC ET L'AMERIQUE DU SUD

L’atlantique sud offre d’innombrables opportunités, mais confronte, en même temps,


les pays riverains à de multiples défis qui ne peuvent être relevés que grâce à des
approches communes.

Les relations du Maroc avec les pays d'Amérique du Sud sont importantes pour des
considérations à la fois géopolitiques, géoéconomiques et sécuritaires. Elles sont
conformes à la stratégie du Maroc qui est centrée sur la coopération sud-sud.
Toutefois, ces relations ont été, pendant longtemps, dominées par la question
de l’intégrité territoriale du Royaume.

La visite effectuée par Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, en 2004, à quatre pays sud-
américains incorporait autant une dimension politique, en lien avec la défense de la
marocanité du Sahara qu’une dimension économique forte, matérialisée par la
signature d’un accord-cadre Maroc-Mercosur, en vue de l’établissement d’un accord
de libre-échange et de la mise en place de commissions mixtes de coopération.

LE MAROC ET L'AMERIQUE 93
LE MAROC ET L'AMERIQUE DU SUD(2)

Les relations du Maroc avec chacun des pays d’Amérique du Sud connaissent des évolutions
contrastées, avec une polarisation sur quelques pays leaders de ce sous-continent :

• Le Brésil est devenu en 2014 le 3ème client du Royaume. Prenant appui sur un cadre juridique
riche, la coopération avec ce pays inclut une dimension militaire, une dimension culturelle et
technique ainsi qu'une coopération décentralisée entre des villes des deux pays.

• Les relation entre le Maroc et l’Argentine, le Chili et le Pérou ont connu une impulsion
particulière, suite à la Visite de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI en 2004.

• Les relations avec la Colombie et le Paraguay se sont nettement améliorées pendant la


dernière décennie. Ces pays entretiennent un dialogue permanent avec le Maroc, mais le
partenariat économique et commercial demeure très faible.

• L’Equateur et l’Uruguay, dont la position à l'égard de l'intégrité territoriale du Royaume n’est


pas totalement tranchée, n’abritent pas de représentation diplomatique marocaine.

• La question du Sahara est aussi à l'origine des relations tendues avec la Bolivie et le Venezuela.
Le Royaume n'est représenté ni à la Paz, ni à Caracas.

LE MAROC ET L'AMERIQUE 94
L E S E N J E U X D E S R E L AT I O N S D U M A R O C A V E C L E S P AY S
D ’A M E R I Q U E D U N O R D

La nouvelle politique étrangère américaine du "leadership en retrait", laisse


augurer un changement de paradigme qui fait que les alliances
conjoncturelles et d’intérêt ont tendance à remplacer celles de solidarité
automatique qui régnaient du temps de la guerre froide. Cette nouvelle
politique est susceptible d'avoir des répercussions sur les perspectives des
relations du Maroc avec les Etats-Unis.

Les échanges commerciaux du Maroc avec les Etats-Unis et le Canada se


caractérisent par un déficit chronique, à la défaveur du Maroc. Reflet de la
faible accessibilité de l’offre exportable marocaine au marché américain, ce
déficit n’est que très partiellement compensé par les flux d’IDE, en
provenance des Etats-Unis.

LE MAROC ET L'AMERIQUE 95
L E S E N J E U X E T L E S P E R S P E C T I V E S D E S R E L AT I O N S D U M A R O C
AV E C L E S PAY S D ' A M E R I Q U E D U S U D

Le Brésil, l'Argentine, le Chili, le Pérou et la Colombie ont une position globalement favorable
pour ce qui est de la question nationale du Sahara. Le potentiel de développement des échanges
commerciaux est bien réel. Ces pays pourraient, aussi, constituer des clés d’entrée du Maroc en
Amérique du Sud à des fins économiques, mais aussi pour défendre la question de l’intégrité
territoriale du Royaume.

L'Equateur, le Paraguay et l'Uruguay ne s’alignent pas automatiquement sur des positions


notoirement anti-marocaines. Ce sont des pays où l’action diplomatique marocaine devrait être
déployée avec vigueur, en envisageant de nouvelles approches de coopération et en utilisant
l’influence de certains partenaires clés de la région.

La Bolivie et le Venezuela sont les deux pays où les perspectives de coopération avec le Maroc
demeurent limitées. Néanmoins, le changement à la tête du régime au Venezuela ouvre une brèche
que le Royaume devrait saisir pour atténuer, voire infléchir, à terme, la position hostile de ce pays à
la cause nationale.

LE MAROC ET L'AMERIQUE 96
L E S L E V I E R S D E R E N F O R C E M E N T D E S R E L AT I O N S D U
M A R O C A V E C L E S P AY S D ' A M E R I Q U E D U N O R D

• Faire du capital immatériel un levier permettant d’atténuer l’asymétrie des relations du Maroc avec
les pays d’Amérique du Nord, en procédant à la réduction des vulnérabilités qui grèvent la capacité du
Maroc à tirer un meilleur profit des opportunités de coopération offertes en la matière.

• Entretenir le leadership du Maroc en Afrique de l’Ouest pour renforcer le positionnement du


Royaume dans l’agenda stratégique de l’Amérique du Nord, de manière à y constituer un pôle de
puissance incontournable dans les liens que les pays d’Amérique du Nord ambitionnent de tisser avec
l’Afrique.

• Mobiliser efficacement le potentiel de la coopération économique entre le Maroc et les pays


d’Amérique du Nord, en rehaussant les capacités compétitives des entreprises marocaines pour un
meilleur accès aux marchés américains et en adaptant la réglementation marocaine au système normatif
nord-américain, de loin plus contraignant que les obstacles tarifaires.

• Asseoir les bases d'une relation culturelle durable et équilibrée avec les pays d’Amérique du Nord,
en s’appuyant sur une double conjonction : celle de l’action associative et de l’action diplomatique, d’une
part et celle qu’autorisent les affinités culturelles du Maroc avec les communautés maghrébines et
africaines, établies en Amérique du Nord, d’autre part.

LE MAROC ET L'AMERIQUE 97
L E S L E V I E R S D E R E N F O R C E M E N T D E S R E L AT I O N S D U M A R O C
AV E C L E S PAY S D ' A M E R I Q U E D U N O R D

A X E S P R I O R I TA I R E S PA R PAY S

• Concrétiser les ambitions de la Déclaration commune avec les Etats-Unis, visant notamment le
renforcement de la coopération sécuritaire et la mobilisation du potentiel de l’accord de libre-
échange, ce qui devrait permettre aux opérateurs marocains de tirer un meilleur profit des
mécanismes d’appui, prévus dans le cadre de cet accord. Sur un autre plan, il serait opportun
d'assurer une meilleure coordination entre la représentation diplomatique marocaine aux Etats-Unis
et celle auprès des Nations-Unies afin de développer un discours homogène, au service des intérêts
stratégiques prioritaires du Maroc.

• Inscrire l’accord de libre-échange avec le Canada dans le cadre d’une approche de coopération
"gagnant-gagnant", comportant une dimension "développement" conséquente. Cet accord devrait
être mis en cohérence avec les dispositions de l’accord avec les Etats-Unis en vue d’assurer une
fluidité des relations commerciales avec les pays de l’ALENA. L’élargissement des perspectives de
coopération avec le Canada suppose, également, de mettre à contribution la communauté marocaine
résidant dans ce pays, en tant que relais favorisant la compréhension mutuelle entre les deux peuples.

• Recourir à une approche pragmatique, visant à élargir le champ des intérêts économiques avec
le Mexique. La coopération avec ce pays devrait être étendue à des domaines structurants et relayée
par une forte implication des acteurs non gouvernementaux en vue d'asseoir la coopération sur des
bases solides et durables. Le but recherché serait aussi de communiquer activement sur les avancées
du Maroc auprès des leaders d'opinion mexicains.

LE MAROC ET L'AMERIQUE 98
L E S L E V I E R S D E R E N F O R C E M E N T D E S R E L AT I O N S D U M A R O C
AV E C L E S PAY S D ' A M E R I Q U E D U S U D

• Améliorer le positionnement du Maroc en Amérique du Sud, à travers le renforcement des relais


diplomatiques marocains sur place, tout en donnant la priorité aux pays dont la position à l’égard du conflit
artificiel du Sahara est vacillante et non arrêtée, de manière définitive.

• Mettre en place des mécanismes de suivi et d’accompagnement des relations bilatérales, notamment
avec les pays où des commissions mixtes n’ont pas encore été créées.

• Impliquer les acteurs marocains dans la nouvelle stratégie de positionnement du Royaume en


Amérique du Sud, notamment les partis politiques, les acteurs associatifs et le secteur privé.

• Renforcer la présence du Maroc en Amérique du Sud par le canal des groupements multilatéraux et
régionaux (MERCOSUR et Communauté Andine).

• Faire de l’Atlantique sud un espace de coopération commun, à travers la création d’une plateforme
internationale, regroupant les Etats riverains de l’Atlantique en Afrique et en Amérique du Sud. Il faut noter, à
ce titre, que le Maroc est devenu le premier pays africain "observateur" à l'Association des Etats de la Caraïbe.

• Promouvoir un partenariat économique basé sur les secteurs porteurs, en phase avec les spécificités et
les caractéristiques des économies émergentes d’Amérique du Sud (agriculture, énergies renouvelables,
société du savoir…).

• Mettre à contribution les Marocains résidant en Amérique du Sud en vue d'en faire une véritable courroie
de transmission entre les sociétés civiles marocaine et américaine.

LE MAROC ET L'AMERIQUE 99
Chapitre VII

LE MAROC ET L'ASIE

100
SYNOPTIQUE

L’accélération du processus de décentrement du monde,


consécutive aux effets induits par la crise économique
mondiale ainsi que l’émergence de certaines initiatives de
regroupement régional dont, notamment, l’accord en cours de
négociation "Trans-Pacific Strategic Economic Partnership
Agreement", constituent autant d’éléments qui confèrent à
l’espace asiatique une forte charge stratégique.

L’Asie, espace le plus peuplé de la planète, est devenue un


nouveau pôle directeur de l’économie mondiale, avec 35% du
PIB mondial actuellement, le tiers du commerce international et
30% des IDE reçus, selon respectivement le FMI, l'OMC et la
CNUCED. Elle contribuerait à hauteur de 55% à la richesse
mondiale à l’horizon 2050, selon le CEPII.

La dynamique dans cette région a pris de l'ampleur, suite à la


montée en puissance de la Chine et de la place de choix qu’elle
occupe dans la division internationale du travail. Elle est
soutenue, également, par la présence renforcée des Etats-Unis
qui sont conscients du fait que le maintien de leur hégémonie
passe essentiellement par l'accroissement de leur influence au
sein de l’aire Asie-pacifique.

Dans ce chapitre, un focus est réservé à la Fédération de Russie


dont une part importante du territoire se trouve en Asie et ce,
bien que ce pays ne fasse pas partie de l'Asie, selon la
classification des organisations internationales

Figure 30 : Part du marché mondial (en %), année 2014

LE MAROC ET L'ASIE 101


L A V I S I O N R O YA L E

"... Au delà de ces partenariats bilatéraux, le Maroc "… Le Maroc est disposé à adhérer avec l’Inde à des
continuera à partager son expérience accumulée et son initiatives communes s’inscrivant dans le cadre de ce
savoir faire consolidé, afin d’asseoir une coopération forum et touchant les domaines prioritaires pour nos
triangulaire riche et diversifiée, fondée sur un peuples et dans lesquels nos deux pays ont engrangé de
véritable partenariat ''gagnant gagnant'' avec la grandes expériences et d’importantes expertises.
Chine…" "… Cela se fera à l’image du partenariat fructueux qui lie
"… Mon pays, qui croit fermement au partenariat sino- nos deux pays dans le domaine du phosphate et de ses
africain est disposé à tout mettre en œuvre pour dérivés, et que nous nous attachons à élargir pour qu’il
renforcer davantage ce processus et gagner le pari de couvre les programmes de sécurité alimentaire, et à
bâtir, ensemble, une Afrique stable et prospère. Nous mettre à la disposition de certains pays africains …".
devons envisager notre avenir commun avec optimisme, Extraits du Discours Royal adressé au 3ème Sommet du Forum
car l’Afrique a foi en ses potentialités, ses ressources et Inde-Afrique (29 septembre 2015)
ses compétences …".

Extraits du Message Royal adressé au sommet du Forum de


Coopération sino africain (5 décembre 2015)

"… Afin de renforcer la politique d'ouverture et de diversification des partenariats, Nous veillons à
consolider les relations séculaires qui unissent notre pays, respectivement à la Fédération de Russie et
à la République populaire de Chine, que Nous comptons visiter, l'une et l'autre, prochainement. A cet égard,
Nous sommes déterminé à approfondir la dimension économique du partenariat privilégié qui lie le Maroc
à ces deux pays … ".
Extrait du Discours du Trône du 30 juillet 2004

LE MAROC ET L'ASIE 102


I L E TA I T U N E F O I S …

l'histoire de l'ouverture du Maroc sur l'Asie

• Chine : Les relations marchandes entre le Maroc et la Chine remontent au Moyen-Age : en


1336, le chinois Wang DAYUAN se rend au Maroc tandis qu'Ibn Battouta effectue un voyage
en Chine en 1345. Les relations diplomatiques entre le Maroc et la République Populaire de
Chine ont été officiellement établies en 1958.

• Inde : Les relations entre l'Inde et le Maroc remontent au XIVème siècle quand Ibn Battouta
avait effectué un voyage en Inde. Ses écrits sur la société indienne médiévale constituent une
source importante d'information historique. Dans l'histoire moderne, l'Inde avait fortement
soutenu le processus de libération du Maroc du protectorat français et avait reconnu
l’Indépendance du Royaume en 1956. Les missions diplomatiques, de part et d’autre, ont été
établies en 1957.

• Russie : Les premiers contacts officiels entre le Maroc et la Russie remontent à 1778 lorsque
le Sultan Mohammed Ben Abdellah et l'Impératrice de Russie, Catherine II, ont établi des
relations commerciales entre les deux pays.

LE MAROC ET L'ASIE 103


L E M A R O C E T L’A S I E

Les relations du Royaume du Maroc avec les pays d’Asie sont marquées globalement par le partage de
valeurs communes, en l’occurrence le soutien à la paix et à la stabilité internationale, la résolution
pacifique des conflits et la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats. Ces relations, qui ont été
établies depuis l’accès du Maroc à l’Indépendance, sont caractérisées par les traits suivants :

 L’absence de conflits ou de tensions dans les relations bilatérales. Les grands pays asiatiques ont
toujours adopté une position favorable à la question de l’intégrité territoriale du Royaume, à
l'exception de l’Inde. Celle-ci avait fini par retirer sa reconnaissance de la pseudo "rasd" le 26 juin
2000, ce qui a ouvert de nouvelles perspectives de coopération entre le Maroc et l'Inde.

 La progression régulière des échanges commerciaux, accompagnée toutefois d’une forte aggravation
du solde commercial en défaveur du Maroc, sauf dans le cas de l’Inde. Le potentiel de la coopération
commerciale demeure insuffisamment mobilisé.

 Le développement encore limité des flux touristiques, en provenance de l'Asie malgré la progression
enregistrée au cours des dernières années.

 L’existence d’espaces d’intérêt commun, en l’occurrence l’Afrique et le monde arabe.

LE MAROC ET L'ASIE 104


LE MAROC ET L'ASIE (2)

Chine

Les relations du Maroc avec la Chine sont régies par un cadre de coopération riche et diversifié.
Le déficit du commerce bilatéral en défaveur du Maroc n’est que faiblement compensé par les
investissements chinois qui représentent à peine 0,2% des IDE reçus par le Royaume et par les
flux de touristes chinois reçus par le Maroc qui ne dépassent pas 0,14% de l’ensemble des
touristes étrangers, en visite au Royaume.

Le partenariat stratégique avec la Chine, en cours de négociation se veut un programme


abordant les volets suivants :

• Elargissement et approfondissement de la coopération bilatérale dans plusieurs domaines,


avec un intérêt particulier pour le rééquilibrage des relations commerciales et le
développement des investissements chinois au Maroc.
• Consolidation du dialogue politique et sécuritaire.
• Renforcement du dialogue stratégique, en mettant en valeur le poids du Maroc en Afrique

LE MAROC ET L'ASIE 105


LE MAROC ET L'ASIE (3)

Inde

Les relations du Maroc avec l’Inde font l'objet de plusieurs accords de coopération dans le domaine
politique, économique, commercial et culturel. L’Inde est le seul pays asiatique avec lequel le Maroc
réalise un excédent commercial, en raison du poids des exportations marocaines des phosphates dans
le commerce bilatéral.
Japon

Les relations du Maroc avec le Japon connaissent une évolution sensible sur le plan économique, en
raison surtout de la dynamique des importations en provenance du Japon. Les IDE japonais au Maroc
sont l’œuvre de 35 entreprises, intervenant dans des secteurs variés (pièces automobiles, câblages
électroniques…). Les Japonais représentent 30% des flux touristiques asiatiques, captés par le Maroc et
0,6% de l'effectif global des touristes visitant le Royaume.
Corée du Sud

Les relations du Maroc avec la Corée du Sud se caractérisent par une progression régulière des
échanges commerciaux. Depuis le début des années 2000, les entreprises sud-coréennes opèrent sur
le marché marocain dans divers domaines, tels que l’électroménager, la téléphonie, l’automobile, les
chantiers de construction…

LE MAROC ET L'ASIE 106


L E S E N J E U X D E S R E L AT I O N S D U M A R O C A V E C L E S P AY S
D ’A S I E

Le basculement des équilibres géostratégiques au profit de l’Asie se répercuterait, à terme,


sur la nature des relations internationales du Maroc, lequel se trouve interpellé sur trois défis
majeurs :

 Accélérer la diversification des relations de partenariat du Royaume et renforcer leur


résilience face aux effets collatéraux des rapports coopératifs ou conflictuels entre les
puissances émergentes d’Asie et les puissances traditionnelles.

 Développer les capacités exportatrices nationales malgré l’éloignement géographique de


l'Asie et les différences d’ordre culturel et linguistique entre le Maroc et les pays
asiatiques.

 Se positionner comme interlocuteur principal des pays asiatiques, particulièrement en


Afrique. L'éventualité d'un déplacement des instruments de la coopération du bilatéral au
multilatéral, sous l’égide de l’Union africaine, est un risque que le Maroc devrait anticiper,
notamment en ce qui concerne la Chine, la Corée du Sud, l’Inde et le Japon.

LE MAROC ET L'ASIE 107


L E S L E V I E R S D E R E N F O R C E M E N T D E S R E L AT I O N S
D U M A R O C A V E C L E S P AY S D ’ A S I E

• Améliorer le positionnement diplomatique du Royaume, à travers une implication active dans


les forums afro-asiatiques, surtout dans un contexte où l'Union africaine cherche à se substituer
aux représentations diplomatiques nationales dans les relations afro-asiatiques. Une présence
soutenue du Maroc est nécessaire au sein des regroupements régionaux, tels que l’ASEAN, l'APEC
et l’Organisation de Shanghai pour la Coopération, au même titre que les forums Asie-Monde
arabe, comme le dialogue arabo-nippon, le dialogue nippo-islamique, le forum sur la
Coopération sino-arabe…

• Edifier un partenariat économique dynamique et durable, en encourageant l’investissement


des grandes firmes asiatiques au Maroc et en développant la coopération entre le secteur
bancaire marocain et asiatique en vue d'un accompagnement efficient des investisseurs
asiatiques au Maroc et en Afrique subsaharienne et des entreprises marocaines et africaines en
Asie.

• Recourir à une approche rénovée de promotion de l’image du Maroc en Asie en vue


d’accroître la visibilité du Maroc dans l'ensemble des supports de communication asiatiques. Cet
effort pourrait s’appuyer sur les groupes d'amitié maroco-asiatiques et les forums entre les
hommes d’affaires marocains et asiatiques.

LE MAROC ET L'ASIE 108


L E S L E V I E R S D E R E N F O R C E M E N T D E S R E L AT I O N S D U
M A R O C AV E C L E S PAY S D ’A S I E ( 2 )
A X E S P R I O R I TA I R E S PA R PAY S

Chine : Concrétiser les perspectives de coopération offertes dans le cadre des accords signés à Pékin,
en novembre 2014, en marge du forum sino-marocain et conclure un accord stratégique avec la Chine
qui viendrait renforcer le dialogue politique et élargir la coopération bilatérale dans de multiples
domaines.

Inde : Diversifier le partenariat avec l'Inde, au-delà des phosphates, en élargissant le champ de
coopération au domaine des TIC et en attirant les investissements indiens dans des créneaux, tels que
la logistique portuaire et ferroviaire, l’industrie automobile, en particulier le segment à faible coût ainsi
que le secteur cinématographique.

Japon : Axer la coopération économique sur les métiers mondiaux du Maroc, sur les secteurs où le
Japon dispose d’une expertise, comme la conception de réseaux de transport et sur le tourisme. Pour
cela, la réouverture du bureau de l’Office National Marocain du Tourisme à Tokyo mérite d’être
envisagée.

Corée du Sud : Examiner l’opportunité de conclure un accord de libre-échange, en évaluant au


préalable les impacts macroéconomiques et sectoriels de ce projet d'accord, lequel devrait favoriser
l’attrait des investissements coréens dans des secteurs structurants, comme l’économie verte et
l’innovation technologique.

LE MAROC ET L'ASIE 109


F O C U S S U R L E S R E L AT I O N S D U M A R O C AV E C L A F E D E R AT I O N
DE RUSSIE

Les relations entre le Maroc et la Russie sont anciennes. Elles ont


connu une progression notable pendant la période récente, sous
l'impulsion des visites de haut niveau des dirigeants des deux pays.
Parmi ces visites, il y a lieu de citer celle :

• du Président Léonid Brejnev en octobre 1961.


• de Feu Sa Majesté Le Roi Hassan II en octobre 1966.
• de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI en octobre 2002.
• du Président Vladimir Poutine en septembre 2006.

Figure 31 : La Fédération de Russie

La coopération entre les deux pays a connu un élan positif en 2002, avec la Déclaration sur le partenariat stratégique,
s'appuyant sur quatre volets :
• L'enrichissement et l'approfondissement du dialogue politique pour coordonner les positions des deux pays sur les
questions d’intérêt commun, aussi bien au niveau bilatéral que multilatéral.
• L'élargissement du champ du partenariat à plusieurs secteurs d’activité, à travers la réalisation de projets conjoints
d’investissement.
• La dynamisation des échanges commerciaux bilatéraux.
• L'encouragement de la coopération universitaire et culturelle.

LE MAROC ET L'ASIE 110


LES RELATIONS ECONOMIQUES DU MAROC AVEC LA FEDERATION DE RUSSIE

Avec un commerce bilatéral de 18,2 milliards de dirhams


en 2013, la Fédération de Russie est le 6ème fournisseur et
le 16ème client du Maroc. De son côté, le Maroc est le 53ème
fournisseur de la Russie et son 50ème client.

La suppression par le Maroc des formalités de visa pour les


ressortissants russes en 2005 a permis de dynamiser les
flux touristiques en provenance de la Russie, induisant une
multiplication par 10 environ des recettes touristiques
entre 2003 et 2012. Malgré cette progression, la Russie ne
représente que 0,5% des recettes touristiques globales du
Maroc.
Figure 32 : Echanges commerciaux du Maroc avec la Russie

Source : Office de Changes

Quant aux investissements directs russes au Maroc, ils sont très faibles.

LE MAROC ET L'ASIE 111


L E S L E V I E R S D E R E N F O R C E M E N T D E S R E L AT I O N S D U M A R O C
AV E C L A F E D E R AT I O N D E R U S S I E

• Placer la question de l’intégrité territoriale du Royaume au centre des priorités du partenariat


stratégique avec la Russie.

• Mobiliser le potentiel de la coopération sur le plan commercial et d’investissement :

 en rééquilibrant les échanges commerciaux bilatéraux, tout en mettant l’accent sur certains secteurs où
l’offre marocaine dispose d’atouts compétitifs, à l’instar de l’agro-alimentaire, du textile, des phosphates
et dérivés et des produits de la pêche,
 en élargissant le champ de la coopération à des secteurs porteurs, comme l’énergie, la prospection
pétrolière et la formation technique et scientifique qui constituent des champs d’expertise avérée de la
Russie,
 en saisissant, moyennant une politique de ciblage appropriée, la dynamique de la demande touristique
russe et en promouvant les opportunités d’investissement au Maroc auprès du secteur privé russe, par le
biais de mesures de facilitation et, éventuellement, de la conclusion d'un accord de promotion et de
protection des investissements,
 en renforçant la dimension culturelle et humaine du partenariat, tout en encourageant le rapprochement
entre les acteurs de la société civile et les établissements d’enseignement supérieur de part et d’autre. La
programmation annuelle de semaines culturelles et l’enseignement des langues arabe et russe dans les
universités des deux pays permettraient de renforcer la compréhension mutuelle entre les deux peuples.

LE MAROC ET L'ASIE 112


CONCLUSION

Le schéma des relations de coopération et de partenariat, développé par le Royaume le place, aujourd’hui, au cœur des grands
enjeux internationaux. Si les choix de la politique étrangère du Maroc se distinguent par leur pertinence, le Maroc devra, néanmoins,
réadapter en permanence les outils de déploiement de sa politique étrangère aux mutations accélérées, sur le plan régional et
mondial afin que celle-ci soit constamment en phase avec le monde de demain. A cet effet, il est formulé quelques propositions
concernant aussi bien les relations internationales du Royaume que sa diplomatie.

LES RELATIONS INTERNATIONALES

Politique de partenariat

• Consolider les partenariats déjà établis par le Maroc et œuvrer en faveur de leur diversification pour adapter le schéma des
alliances du Royaume aux nouvelles réalités géostratégiques mondiales.

• Elargir le champ de la coopération bilatérale aux espaces géographiques d’intérêt commun et inscrire les relations avec les pays
partenaires dans un monde globalisé, en tenant compte des défis de la compétitivité, du développement durable, de la sécurité et
de la migration.

• Faire de la coopération sud-sud un vecteur de déploiement de la politique étrangère du Royaume et privilégier les approches de
coopération tripartite associant, d'une part, le Maroc et les pays partenaires et, d'autre part, l'Afrique et l'Europe.

Voisinage immédiat

• Restaurer la mémoire collective, réécrire l'histoire commune avec les pays voisins, notamment l'Espagne et anticiper les tensions
éventuelles, en mettant en place des mécanismes permanents de concertation et de coordination.

• Promouvoir la coopération entre les opérateurs économiques pour élargir le champ des intérêts économiques et libérer les
relations de coopération des ambivalences de l’agenda politique.

CONCLUSION 113
CONCLUSION (2)

Aires d'appartenance
• Continuer à jouer un rôle important dans les médiations politiques et dans le processus de paix et de sécurité dans le monde
arabe.

• Entretenir le leadership du Maroc en Afrique de l’Ouest pour renforcer le positionnement du Royaume dans l’agenda stratégique
des grandes puissances.

• Etendre la coopération en Afrique, au-delà des pays francophones et arabophones vers les pays anglophones et lusophones et
faire de l’Afrique Australe et de l'Afrique de l’Est l'une des priorités de la politique étrangère marocaine.

• Plaider en faveur d'une vision de partenariat euro-méditerranéen qui soit inscrite dans le cadre d'un projet civilisationnel où les
aspects humains, culturels et institutionnels sont également intégrés.

Ouverture sur le monde


• Œuvrer pour que l’Atlantique sud soit un espace de coopération commun, à travers la création d’une plateforme de dialogue et de
concertation, regroupant les Etats riverains de l’Atlantique en Afrique et en Amérique du Sud.

• Eriger le capital immatériel en tant que levier permettant de réduire l’asymétrie des relations du Maroc avec les pays développés,
notamment les Etats-Unis et l'Europe.

• Améliorer le positionnement du Maroc en Amérique du Sud, en faisant des relations privilégiées avec les pays leaders du sous-
continent une clé d’entrée au sein des communautés économiques régionales sud-américaines.

• Edifier un partenariat économique dynamique et durable avec l'Asie, en encourageant l’investissement des grandes firmes
asiatiques au Maroc et en développant la coopération visant l'Afrique.

CONCLUSION 114
CONCLUSION (3)

LA DIPLOMATIE

Dimension politique
• Défendre la centralité du Maroc afin de contrer les tentatives visant à l’exclure des initiatives internationales, en direction
du continent africain.

S'adjuger un rôle actif dans le rééquilibrage des forces, à l’échelle régionale en tirant profit du statut avancé du Maroc
auprès de l'Union européenne et des liens étroits du Royaume avec les pays du Conseil de Coopération du Golfe.

Dimension économique
• Redynamiser la diplomatie économique et rénover les instruments de promotion économique du Royaume dans
l'objectif de rééquilibrer les relations commerciales entre le Maroc et les pays partenaires, de renforcer l’attractivité aux
investissements directs étrangers et de favoriser la diversification à l’international des entreprises marocaines.

Dimension culturelle
• Donner à la dimension culturelle l'importance qu'elle mérite au niveau de l'action diplomatique du Royaume, au même
titre que la dimension politique et économique.

• Asseoir les bases d'une relation culturelle durable et équilibrée avec les pays avec lesquels des affinités culturelles
existent ou ceux qui accueillent une communauté marocaine importante.

CONCLUSION 115
CONCLUSION (4)

Dimension sécuritaire

• Intensifier la coopération sécuritaire pour endiguer la menace terroriste et criminelle.


• Insérer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent dans le cadre d'une vision globale,
en poursuivant l'approche multidimensionnelle de prévention adoptée par le Maroc et en
s'appuyant sur une doctrine permettant de contrer le discours radical des mouvements
extrémistes, en particulier en direction des jeunes et la menace incarnée par "Daesh".
Dimension environnementale

• Réussir l'organisation de la COP22 et placer le Maroc au cœur des enjeux d'une nouvelle
gouvernance du climat, en portant un intérêt particulier à la maitrise du processus des
négociations sur le changement climatique.
• Renforcer les moyens d’action de la diplomatie climatique et faire de l'adaptation au
changement climatique le socle majeur de cette diplomatie.

CONCLUSION 116
CONCLUSION (5)

Diplomatie parallèle
• Encourager l'implication de la société civile dans l'effort de promotion de l'image du Royaume à l'international et la
mettre à contribution, particulièrement, en ce qui concerne la question nationale de l'intégrité territoriale.

• Impliquer les Marocains du Monde en vue d'en faire une véritable courroie de transmission entre les sociétés civiles
marocaine et étrangère.

Diplomatie intellectuelle
• Tisser une étroite coopération entre les think tanks marocains et étrangers, à travers l'établissement d'un dialogue
stratégique, notamment avec ceux opérant dans le domaine des relations internationales et de la sécurité.

• Développer la veille prospective et montrer que le Maroc est capable d'une pensée stratégique de standard international.

• Promouvoir la coopération scientifique et technique, en encourageant la collaboration entre les universités marocaines et
étrangères.

Volet communication
• Doter le Royaume d’une stratégie de communication active sur l’image du Maroc qui soit différenciée selon les
continents pour faire connaitre les avancées réalisées dans différents domaines, lutter contre les stéréotypes et les
préjugés négatifs et accroître la visibilité du pays à l'étranger.

• Mettre en œuvre une politique appropriée de la "Marque Maroc", en associant aussi bien les pouvoirs publics que les
acteurs économiques et le milieu médiatique et en faire un instrument, au service du rayonnement du Royaume à
l'étranger.

CONCLUSION 117
L I S T E D E S A B R E V I AT I O N S

ALECA Accord de Libre-Echange Complet et Approfondi


BM Banque Mondiale
CCNUCC Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques
ERASMUS European Community Action Scheme for the Mobility of University Students
FMI Fonds Monétaire International
GATT General Agreement on Tariffs and Trade
GIEC Groupe Intergouvernemental d'Experts sur l'Evolution du Climat
IDE Investissements Directs Etrangers
IGM lndice de Gouvernance Mondiale
IRRHM Institut Royal pour la Recherche sur l'Histoire du Maroc
MAEC Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération
MDM Marocains du Monde

OCDE Organisation de Coopération et de Développement Économique


OCP Office Chérifien des Phosphates
OMC Organisation Mondiale du Commerce
ONG Organisation Non Gouvernementale

118
BIBLIOGRAPHIE SELECTIVE

Publications externes Rapports de l’IRES


• B. LUGAN, Histoire de l'Afrique des origines à nos jours (Editions • Contribution de la puissance attractive à la compétitivité globale du Maroc
Ellipses, 2009). (2011).
• Chevallier D. & A. Morel, 1985, "Identité culturelle et appartenance • Les relations du Maroc avec l'Afrique : les voies d’une stratégie globale et
régionale : quelques orientations de recherche", Terrain, n° 5, pp. 3-5 approfondie (2011).
• E. LEVI PROVENCAL, Maroc, Atlas historique, géographique et • Diversification des alliances stratégiques : quel potentiel de développement des
économique, Edition Horizon de France, 1935. relations du Maroc avec les BRICS et la Turquie ? (2012).
• R. Ricard, "Des juifs marocains en Amérique du Sud, Revue de • Les accords de libre-échange conclus par le Maroc : quelles incidences sur la
géographie du Maroc 2-3 (1928). compétitivité globale du pays ? (2012).
• Institut Royal pour la Recherche sur l’Histoire du Maroc : Histoire du • Les relations du Maroc avec l'Algérie : les leviers d’une stratégie de coopération
Maroc, réactualisations et synthèse (2011). au service de la construction maghrébine (2012).
• Institut Royal pour la Recherche sur l’Histoire du Maroc : • Les relations du Maroc avec l'Espagne : les leviers d’une stratégie de
Chronologie de l’Histoire du Maroc : des temps préhistoriques à la coopération durable (2012).
fin du XXème siècle (2013).
• Les relations du Maroc avec l'Amérique du Sud : pour une stratégie de
• Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération du Maroc : coopération globale et intégrée (2013).
Relations diplomatiques du Maroc.
• Quels leviers de concrétisation du partenariat stratégique du Maroc avec les
• Ministère de la Culture. pays du Conseil de Coopération du Golfe ? (2013).
• Ministère des Habous et des Affaires Islamiques. • Les relations du Maroc avec la Mauritanie : bilan et perspectives (2014).
• Office des Changes : Balance de paiements (diverses publications). • La dynamique Asie-pacifique et son impact sur les équilibres mondiaux : quelles
incidences sur le Maroc? (2014).
• Rapports des institutions et organisations internationales : ONU,
OMC, Banque Mondiale, FMI. • Quelle place de l’Amérique du Nord dans les options stratégiques du Maroc ?
(2014).
• Publications des institutions et organisations régionales :
Commission Européenne, Secrétariat du Conseil de Coopération du • Quels leviers de développement des relations du Maroc avec les pays d'Afrique
Golfe, Banque Africaine de Développement, Banque Asiatique de Australe et d'Afrique de l'Est ? (2015).
Développement.

119
LISTE DES CARTES ET DES GRAPHIQUES (1)

NOMS ET SOURCES
Figure 1 Les relations internationales du Maroc
Source : Traitement IRES des données du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération et de l’Office des Changes

Figure 2 Ouverture du Maroc sur le monde

Figure 3 Les visites officielles effectuées par Sa Majesté Le Roi Mohammed VI à l’étranger depuis 1999
Source : IRES

Figure 4 Les représentations marocaines à l’étranger


Source : IRES

Figure 5 Participation du Maroc aux opérations de paix et aux actions humanitaires


Source : IRES

Figure 6 Les groupes d’amitié parlementaire


Source : IRES

Figure 7 Accès à un marché de plus de deux milliards de consommateurs

Figure 8 Dispersion des Marocains du Monde, hors Europe- 2012


Source : Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération

Figure 9 Répartition des Marocains en Europe- 2012


Source : Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération

Figure 10 Le voisinage du Maroc


Source : IRES

120
LISTE DES CARTES ET DES GRAPHIQUES (2)

NOMS ET SOURCES
Figure 11 L'Empire Almoravide et Almohade
Source : IRRHM

Figure 12 Relations économiques Maroc-Espagne


Source : Office des Changes

Figure 13 Le monde Arabo-Musulman


Source : atlas-historique.net

Figure 14 La Ligue Arabe


Source : IRES

Figure 15 Le Maroc et le monde arabo-musulman

Figure 16 La Ligue Arabe

Figure 17 Les pays membres du Conseil de Coopération du Golfe

Figure 18 Les IDE au Maroc en provenance des pays du Conseil de Coopération du Golfe
Source : Office des Changes

Figure 19 La croissance économique en Afrique subsaharienne


Source : Oxford Economics database estimates

Figure 20 Les Visites officielles effectuées par Sa Majesté Le Roi Mohammed VI en Afrique depuis 1999
Source : IRES

121
LISTE DES CARTES ET DES GRAPHIQUES (3)

NOMS ET SOURCES
Figure 21 Le Maroc au XVII-XVIIIème siècle

Figure 22 La présence des opérateurs marocains en Afrique


Source: IRES

Figure 23 Les pays africains reconnaissant la pseudo "rasd" en 2015


Source : IRES

Figure 24 Quelques données sur la Méditerranée


Source : Marine nationale Française

Figure 25 Empire Romain en 117


Source : Geographical Tour
Figure 26 Les échanges commerciaux entre le Maroc et l'Union européenne
Source : Office des Changes
Figure 27 L'Amérique du Nord
Figure 28 Données géopolitiques et géoéconomiques de l'Amérique du Sud
Sources : Mercosur, FMI, Caricom, Direction Générale du Trésor, Géoconfluences
Figure 29 Le Sultan Sidi Mohammed Ben Abdellah

Figure 30 Part du marché mondial (en %), année 2014


Source : IRES
Figure 31 La Fédération de Russie

Figure 32 Les échanges commerciaux Maroc-Russie


Source : Office des Changes

122