Vous êtes sur la page 1sur 10

Compte rendu de la manipulation 3 :

Etude des Méthodes de mesure de


débit et de perte de charge

Réalisé par : Mohamedou Mohamed

RaddaouiManel

Mahfoudhi Rania

1ére année génie Energétique G3

2017/2018
I. Introduction :
Le fait que les fluides gazeux et liquides occupent les deux tiers (2/3) de la matière de
l’univers, cette substance a pris une place prépondérante dans toute activité humaine. Donc
La mesure du débit de fluides est tout simplement primordiale, capitale et importante pour un
ingénieur en génie énergétique. Cette mesure s’effectue à l’aide d’un appareil dit
«débitmètre ». Ce dernier doit posséder les meilleures qualités métrologiques possibles : Il
doit assurer constamment une précision de mesure en adéquation avec les exigences des
normes internationales.

Certainement, il existe des nombreuses méthodes pour mesurer le débit mais dans cette
manipulation on s’intéresse par la méthode débitmètre a section variable(qui sont
accompagnés d’une perte de charge) :

 Tube de Venturi
 Diaphragme
 Rotamètre

II. Objectif :
 L’étude comparée de plusieurs dispositifs de mesure de débit: un tube de Venturi, un
diaphragme, et un rotamètre.
 Comparaison de leurs pertes de charge
 Les avantages et les inconvénients de chaque débitmètre (facilité de montage, gamme
de débit mesurable...)

III. Rappel théorique :


Si on considère un système fluide en écoulement permanent et adiabatique ne produisant
aucun travail mécanique, les variations d'énergies de ce système sont celles de l'énergie
interne, de l'énergie cinétique et de l'énergie potentielle.
Soient:
- u: l'énergie interne par unité de masse
- V: la vitesse
- z la cote par rapport à un certain niveau de référence
-ρ: masse volumique
-A : la surface de la section transversale
L’énergie cinétique par unité de masse entre deux positions 1 et 2 est donc V²/2

a) on suppose que la vitesse soit uniforme sur chaque section


L’énergie nécessaire à ce mouvement est par unité de masse entre deux positions 1 et 2

𝑉22 𝑉12
u2 + + 𝑔𝑧2 = u1 + + 𝑔𝑧1
2 2

2
Le travail fourni au fluide pénétrant par une section et se déplaçant de la longueur Δ𝑙pendant
le tempsΔ𝑡est :pAΔ𝑙
La conservation de la masse nécessite que pendant le temps Δ𝑡 une quantité égale pénètre et
sorte de la conduite entre les sections 1 et 2 donc :

ρ𝐴1 (∆𝑙)1= ρ𝐴2 (∆𝑙)2

Le travail fourni au système par unité de masse est donc :

𝑝1 𝐴1 (∆𝑙)1 /ρ𝐴1 (∆𝑙)1 − 𝑝2 𝐴2 (∆𝑙)2 /ρ𝐴2 (∆𝑙)2

𝑝 𝑉2 𝑝 𝑉2 𝑢2 −𝑢1
Ainsi𝜌𝑔1 + 2𝑔
1
+ 𝑧1 = 𝜌𝑔2 + 2𝑔
2
+ 𝑧2 + [ ]
𝑔

b) on suppose que la vitesse n'est pas constante dans la section


L’énergie interne est constante, la variation de z est grande par rapport aux dimensions
de la conduite et que la pression est uniforme sur la section droite de la conduite alors en
appliquant une intégration sur l'équation précédente on obtient:

𝑝1 𝑉̅12 𝑝2 𝑉̅22
+ + 𝑧1 = + + 𝑧2 + ∆𝐻
𝜌𝑔 2𝑔 𝜌𝑔 2𝑔

Avec - 𝑉̅:la vitesse moyenne calculée par intégration de V


- Δ𝐻: perte de charge apparente

IV. Mesures des débits volumiques des fluides avec


des débitmètres à section variable :
 Tube de venturi :

C’est un organe déprimogène prenant la forme d'un tube comportant un rétrécissement qu'on
utilise pour mesurer le débit d'un fluide la vitesse au niveau du tube en fonction de la section
d'entrée 𝑆𝐴 et la section de sortie 𝑆𝐵 et les hauteurs de fluides ℎ𝐴 et ℎ𝐵 est la suivante:

3
1/2
(ℎ𝐴 −ℎ𝐵 )
𝑉𝐵 = [2𝑔 𝑆
2 ] ; Calcul de Qthéo :
1−( 𝐵 )
𝑆𝐴

En réalité, une perte de charge existe surtout en aval de l’étranglement.


𝑝𝐴 𝑝𝐶
+ 𝑧𝐴 = + 𝑧𝐶 + (∆𝐻)𝑣𝑒𝑛𝑡𝑢𝑟𝑖
𝜌𝑔 𝜌𝑔

 Diaphragme:

Diaphragme

C’est un élément déprimogène, il limite l'écoulement du fluide ce qui engendre une pression
différentielle de part et d'autre du diaphragme.
la vitesse au niveau du diaphragme en fonction de la section de la conduite𝑆𝐸 , 𝐶𝑐 , 𝑆𝐷 et
leshauteurs d'eau dans les tuyauteries d'entréeℎ𝐸 et de sortieℎ𝐹 :

4
1
2
2𝑔(ℎ𝐸 −ℎ𝐹 )
 𝑉𝐸 = [ 𝑆
2 ]
(𝐶 𝑆𝐸 ) −1
𝑐 𝐷

Avec :𝑆 = 𝜋𝑅 2
𝑟
𝐶𝑐 =
𝑅
Calcul de Qthéo :

Et on a :Cq« coefficient de débit » tq : Cq= Q réel/ Q théo

 Rotamètre:
Appelé aussi débitmètre à flotteur est un appareil pour la mesure des fluides dans des
tuyauteries ou une force de frottement est générée par le passage du fluide entre l'espace
annulaire, le flotteur et la paroi du tube. Le flotteur se soulève jusqu'à ce que toutes les
forces en présences soient en équilibre.

Schéma de rotamètre

5
Pour une meilleure précision, le débit est généralement établi par étalonnage.
On néglige les pertes de charge par frottement dans le tube.
On peut écrire donc la différence des pressions entre deux extrémités de l’appareil est
constante :
𝑃ℎ 𝑃𝑙
+𝑍𝐻 =𝜌𝑔+𝑍𝑙 +(∆H)
𝜌𝑔

V. Dispositif expérimentale :
L'eau pénètre dans l' appareil par un débitmètre venturi en plexiglas. Il s'écoule ensuite dans
un divergent puis dans une conduite droite, avant de passer dans un diaphragme et pénètre
dans un rotamètre. Cet appareil permet aussi de mesurer la perte de charge dans le diffuseur
et dans le coude placé avant le rotamètre.

Schéma de principe de l’appareil

VI. Manipulation :
 Principe de l’expérience :
Après avoir établi I'écoulement, il faut en premier lieu purger les conduites et les tubes du
multi-manomêtre de l'air qui s'y trouve. Tous les tibes sont reliés, à leur partie supérieure, a un
collecteur commun, Une valve et de l'air comprimé permettent de regler initialement la contre
pression dans le collecteur et donc le niveau d'eau dans les tubes du multi-manomètre On règle
ensuite la pression d'alimentation pour obtenir une hauteur manometrique pour un děbit nul
.L'appareil est alors mis à niveau, en se référant au manometre. On peut ensuite procéder aus
mesures pour diffèrentes valeurs du debit. Le débit est ajusté par la vanne à la sortie de

6
l'uppareil. Une répartition des pertes de charge est directement visualisce sur le panneau des
manomètres.

Venturi :- section d'entrée de diamètre 26mm


-convergent de longueur 25 mm
-col de diamètre 16 mm et longueur 16 mm
-section de sortie de diamètre 26 mm
-divergent de longueur 89 mm

Diaphragme : - diamètre 20 mm
Rotamètre :-Fourni avec une courbe d'étalonnage de 0 à 35 l/mn pour une échelle
verticale de 270 mm

Manomètre : - 380 mm d'eau

 Travail demandé :
 Tableau de mesures :
N° Essai A B E F Indication Volume eau Temps(s)
Rotamètre (L3)
(cm)
1 223 50 215 20 18 5 27
2 202 65 193 28 16,5 5 36
3 185 69 166 45 14 5 38
4 172 71 151 54 12 5 43
5 165 76 135 70 10 5 50
6 152 80 120 74 8 5 66
7 145 85 110 77 6 5 73
8 136 90 115 85 4 5 88
9 124 99 105 95 2 5 95
10 117 114 119 115 0 5 110

 Exploitation des résultats :

On a:

*Tube de Venturi

𝑉
Qexp= (m3.s-1)
𝑡

Qthéo=1.1405*10^-3*√(ℎ𝐴 − ℎ𝐵 )

7
*Diaphragme

𝑉
Qexp= (m3.s-1)
𝑡

Qthéo=3.998*10^-3*√(ℎ𝐸 − ℎ𝐹 )
*Rotamètre

𝑉
Qexp= (m3.s-1)
𝑡


d'Essai
Qexp,Tube de Qthéo,Tube de Qexp,Diaphragme Qthéo,Diaphragme Qexp,Rotamètre
-4 -4 -4 -4 -4
Venturi*10 Venturi*10 *10 *10 *10
1 1.85 4.7 1.85 13.2 1.85
2 1.39 4.2 1.39 12 1.39
3 1.32 3.8 1.32 10.2 1.32
4 1.16 3.6 1.16 9.3 1.16
5 1 3.4 1 7.5 1
6 0.76 3 0.76 6.3 0.76
7 0.68 2.7 0.68 5.4 0.68
8 0.57 2.4 0.57 5.1 0.57
9 0.53 1.8 0.53 3 0.53
10 0.45 0.6 0.45 1.8 0.45

N° √(𝒉𝑨 − 𝒉𝑩 ) √(𝒉𝑬 − 𝒉𝑭 )
d'Essai
dA (m) 0.026
1 0.42 0.44
dB(m) 0.016
2 0.37 0.4
dE(m) 0.02
3 0.34 0.34
dD(m) 0.051
4 0.317 0.31
AA 5.3*10^-4
5 0.29 0.25
AB 2.01*10^-4
6 0.26 0.21
AE 2*10^-3
7 0.24 0.18
CC 0.632
8 0.21 0.17
C1 5.673
9 0.15 0.1
C2 1.467
10 0.05 0.06
SD 0.000314

Calcul du nombre de Reynolds :


𝑑∗𝑉𝐵 𝑑 𝑄𝑡ℎé𝑜 4∗𝑄𝑡ℎé𝑜 4
𝑅𝑒tube de venturi = =𝑣∗ = = 1.005∗3.14∗16∗10−9 ∗ 𝑄𝑡ℎé𝑜 =79.18*10^6𝑄𝑡ℎé𝑜
𝑣 𝐴𝐵 𝜋∗𝑑∗𝑣

𝑑∗𝑉𝐵 𝑑 𝑄𝑡ℎé𝑜 4∗𝑄𝑡ℎé𝑜 4


𝑅𝑒 Diaphragme = =𝑣∗ = =1.005∗3.14∗20∗10−9 *𝑄𝑡ℎé𝑜 =6.34*10^7𝑄𝑡ℎé𝑜
𝑣 𝐴𝐵 𝜋∗𝑑∗𝑣

8
Calcul du Cq:
𝑄𝑒𝑥𝑝
Cq =𝑄
𝑡ℎé𝑜

N° Re,tube de venturi Re,Diaphragme Cq , tube de venturi Cq , Diaphragme


d'Essai -3
*10
1 37.21 83.69 0.39 0.14
2 33.26 76.08 0.33 0.12
3 30.09 64.67 0.35 0.13
4 28.5 58.96 0.32 0.12
5 26.92 47.55 0.29 0.13
6 23.75 39.94 0.253 0.12
7 21.38 34.24 0.251 0.13
8 19 32.33 0.24 0.11
9 14.25 19.02 0.29 0.18
10 4.75 11.41 0.75 0.25

 Traçage des courbes :

« Courbe de débit volumique du rotamètre avec sa courbe d’étalonnage »

 Les interprétations:
Pour le rotamètre , Les 2 courbes ont la même allure : donc le rotamètre est bien calibré .
Pour le diaphragme ,
Pour le tube de venturi ,

9
 Les avantages et les inconvénients :

Venturi
+Engendre la plus faible perte de charge
+La section d'étranglement réduit l'écoulement du fluide ce qui résulte en une chute de pression.
Cette pression différentielle est reliée au débit en appliquant l'équation de Bernoulli. L'entrée et la
sortie des cônes aident à contrôler la récupération de pression, ce qui rend la Venturi la plus
efficace des compteurs différentiels disponibles.

Diaphragme
+bien adapté pour le suivi de débit en continu
+bien adapté à la régulation de débit
+facilité d’installation

10