Vous êtes sur la page 1sur 18

Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

Accueil >  Ressources documentaires >  Construction et travaux publics >  Techniques du bâtiment :    
préparer la construction >  Techniques du bâtiment : Reconnaître le terrain >  Les murs de soutènement
S'inscrire aux newsletters
>  Dimensionnement et justifications des murs de soutènement

Article précédent | Réf : TBA320 Article suivant

Les murs de soutènement


Date de publication : 01 juin 2006

 Cet article fait partie de votre abonnement TECHNIQUES DU BÂTIMENT : PRÉPARER L …

 
Services inclus  Dictionnaire multilingue

Corps de l'article

PLAN DE LA PAGE
I  Justification vis-à-vis de la stabilité globale
II  Justification vis-à-vis de la stabilité externe
III  Justification vis-à-vis de la stabilité interne
IV  Stabilité externe : applications aux calculs d’un mur poids

I - JUSTIFICATION VIS-À-VIS DE LA STABILITÉ GLOBALE


La justification vis-à-vis de la stabilité globale est particulièrement importante pour les murs de soutènement construits sur
versants. Cette justification relève des calculs de stabilité de pentes. On utilise classiquement la méthode de Bishop
simplifiée en supposant que les surfaces de rupture potentielle sont circulaires ( cf .  Fig. 1 ). La procédure de justification
consiste à étudier un grand nombre de surfaces de rupture potentielle et à vérifier qu’aucune n’indique un coefficient de
sécurité globale, dans l’approche actuelle, généralement inférieur à 1,5.

Dans le cadre de versants de géométrie importante, en montagne en particulier, on limitera les justifications à une zone
bornée à l’amont et à l’aval par une distance à partir du plan de soutènement égale à trois fois la hauteur du mur ( cf .  Fig. 1
). Le principe qui prévaut consiste à augmenter la stabilité dans l’environnement proche de l’ouvrage sans être obligé de
conforter toute la montagne.

On veillera à faire les vérifications à toutes les étapes de construction de l’ouvrage et, en particulier, à chacune des phases de
terrassement.

Certains ouvrages, comme certains murs en remblai renforcé, relèvent de la norme NF P 94-220 (Juin 1998) Renforcement
des sols – Ouvrages en sol rapportés renforcés par armatures ou nappes peu extensibles et souples.

Figure n°1 - Exemples de schémas de rupture pour 


vérification de la stabilité globale

1 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

II - JUSTIFICATION VIS-À-VIS DE LA STABILITÉ EXTERNE

A - Principes
Le mur de soutènement subit des actions volumiques (poids du mur, du terrain sur les talons du mur en béton armé, du mur
en remblai armé, etc.) et des actions surfaciques (poussée et butée des terres, poussée et butée des surcharges sur le terrain,
actions directes sur le mur, etc.).

Les éléments de réduction (moment, effort normal, effort tranchant) sont rapportés à la base du mur et servent à vérifier le
glissement sur la base et le poinçonnement du sol de fondation.

Actuellement, il n’existe pas de réglementation des justifications des stabilités des murs de soutènement. En attendant la
mise en place des normes spécifiques en application de l’EC7-1, on propose une procédure transitoire qui ne s’applique
qu’aux états limites de service (ELS), sans pondérations des actions et sollicitations.

On se placera en déformation plane, c’est-à-dire pour une tranche de terrain de 1 m.

B - Application des poussées et butées


1 - Murs poids

Pour les murs poids, la poussée s’applique sur toute la hauteur du parement amont : l = AB ( cf .  Fig. 2 ).

Pour l’inclinaison de la poussée δ a , on adoptera les règles suivantes :

δ a = max (δ R , + 2/3 ϕ’) (1)

δ R calculé par la formule de Rankine :

avec δ R = β si λ = 0

Les signes de λ, β, δ a sont indiqués sur la figure 4 .

Par exemple sur la figure 2a , λ = 0 entraîne que δ R = β, si β = 0, δ R = 0 et donc δ a  = +2/3 ϕ’.

Pour une monocouche de sol « homogène » de mêmes caractéristiques physiques et mécaniques, la force de poussée
inclinée, par m, sera :

pour le mur poids ( cf .  Fig. 2a ) : F a = 1/2 K a γ H 2 (l = AB = H) (4) ;


et pour le mur en caissons : F a = 1/2 K a γ l 2 (l = AB) (5)

Figure n°2 - Application de la poussée sur un mur poids. 

2 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

2 - Murs en béton armé

Pour les murs en béton armé, on pourra simplifier en appliquant la poussée sur un plan vertical fictif AB passant par l’arrière
du talon et sur toute la hauteur h, de la base du talon au point d’intersection avec le talus ( cf .  Fig. 3 ). Le sol au-dessus du
talon est associé au mur et agit par son poids propre.

Figure n°3 - Application de la poussée sur un mur en 


béton armé.

Pour l’inclinaison de la poussée δ a , on adoptera les règles suivantes :

Si L B 0 δ a  = β

Si L B 0

δ 0  = max(β, +2/3 ϕ’)

avec L = H cot anθ et

Avec :

β : inclinaison de la surface libre OA par rapport à l’horizontale ;


δ a : obliquité de la contrainte de la poussée par rapport à la normale à l’écran ;
λ : angle de l’écran OB avec la verticale.

Les orientations positives de λ, β et δ a sont celles indiquées sur la figure 4 .

Figure n°4 - Conventions de signe. 

3 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

Généralement, on ne prend pas en compte la butée des terres devant les murs. La première raison est qu’elle peut
disparaître si l’on excave le sol ; la seconde raison est qu’il faut un déplacement important pour la mobiliser complètement.

Toutefois, pour des situations provisoires, on peut prendre en compte une partie de la butée limite en fonction du
déplacement toléré. En première approximation, on prend souvent une « butée hydraulique » avec K p = 1.

Cette méthode de calcul est une simplification de la méthode théorique plus complexe, mais elle entraîne deux points
importants :

il ne faut surtout pas prendre un angle d’inclinaison de la poussée δ a égal à +ϕ’ : le volume de sol associé au mur
étant supérieur au volume théorique, par compensation , l’angle d’inclinaison de la poussée δ a est beaucoup plus
faible que ϕ’ et doit être calculé d’après (6) ;
la force de poussée n’est pas calculée sur la hauteur H du mur mais sur h, de la base du talon au point d’intersection
avec le talus (h = H si β = 0). Pour une monocouche de sol « homogène » de mêmes caractéristiques physiques et
mécaniques, la force de poussée inclinée, par m, pour le mur en béton armé ( cf .  Fig. 3 ) sera : F a = 1/2 K a γ h 2 (h =
AB).

Les actions ne seront pas pondérées, les poussées et les butées seront calculées sans pondération des poids volumiques des
sols. De même, les coefficients de poussée et de butée ne seront pas affectés de coefficients de sécurité partiels.

C - Justification vis-à-vis du glissement sur la base du mur


On vérifie que le mur ne glisse pas sur le sol de fondation en écrivant que la résultante des forces horizontales qui tend à
faire glisser le mur sur sa base reste inférieure aux forces de frottement entre la base du mur et le sol de fondation (7). Les
forces de frottement sont la somme des forces de frottement dues à l’angle de frottement du sol ϕ’ et à la cohésion c’(si elle
existe).

H : résultante des forces horizontales (non pondérées)

V : résultante des forces verticales (non pondérées)

ϕ’ : angle de frottement du sol de fondation (sans coefficient de sécurité)

c’: cohésion du sol de fondation (sans coefficient de sécurité)

A’: surface du sol de fondation comprimé

γ g1  = γ g2  : coefficients de sécurité sur tg ϕ’ et c’pris égaux à 1,5 actuellement

On définit la surface du sol de fondation comprimé en calculant la répartition des contraintes normales sous la base du mur.

On fait l’hypothèse forte que le sol de fondation est en élasticité linéaire et on applique les résultats du calcul des
contraintes en flexion composée (8).

A : surface de la fondation = B × 1 (par m)

B : largeur de la fondation

4 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

e G  : excentricité de la résultante des forces par rapport au centre d’inertie de la semelle

Pour une semelle rectangulaire, si e G ≤ B/6, le sol de fondation est entièrement comprimé et A = A’.

Si e G > B/6, une partie du sol est décomprimé et A’ < A ; l’équation (9) permet de déterminer A’ en calculant la valeur de y,
distance à l’axe neutre pour laquelle la contrainte s’annule.

La figure 5 donne un exemple, dans une configuration simple, où le terre-plein est horizontal β est égal à 0, le parement
amont vertical λ = 0 et l’angle d’inclinaison de la poussée pris égal à δ a . Dans ce cas, la force horizontale H est égale à F ah et
la force verticale V est égale à W + F av .

La figure 6 donne la répartition des contraintes normales sous la base de la fondation qui indique, dans cet exemple, un sol
entièrement comprimé (A’ = A = B).

On vérifiera pour cet exemple que :

Figure n°5 - Application des forces horizontale et 


verticales sur le mur.

Figure n°6 - Répartition des contraintes normales sous la 


base de la fondation.

D - Justification vis-à-vis du poinçonnement

5 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

On détermine le diagramme des contraintes normales appliquées sous la base du mur au sol de fondation ( cf .  Fig. 6 ).

Comme pour le calcul des fondations superficielles, on détermine la contrainte de référence q’ ref et la contrainte ultime q’ ult
.

1. Contrainte de référence q’ ref

On la détermine :

soit aux trois quarts de la largeur comprimée ( cf .  Fig. 7 ) :

si le sol est entièrement comprimé (11) ;

si le sol est partiellement comprimé (12) ;

soit par la méthode de Meyerhof, en recentrant la résultante des forces sur une semelle fictive réduite de
largeur B’= B – 2e G ( cf .  Fig. 7 )

avec V, résultantes des forces verticales.

2. Contrainte ultime q’ ult

Elle sera déterminée dans le chapitre « Fondations superficielles ». Provisoirement, d’après le guide du SETRA sur les
ouvrages de soutènement de 1998, on pourra adopter comme valeur de coefficient de sécurité global sur q’ ult  :

γ q  = 2 + (i δ ) 2  (14)

i δ étant le coefficient de réduction de la contrainte ultime du sol qui est fonction de l’inclinaison δ de la résultante
des forces ( cf . Fig. 6) et de l’encastrement du mur.

La justification vis-à-vis du poinçonnement du sol de fondation consiste à vérifier l’inéquation (15) :

Figure n°7 - Déterminations de la contrainte de référence 


q’ ref .

E - Justification vis-à-vis du renversement


On fait l’hypothèse forte que le renversement peut se produire autour du point O, à l’aval du mur ( cf .  Fig. 8 ). On calcule le
moment de renversement M r dû à la force horizontale de la poussée et le moment de stabilité M s dû aux poids du mur et
du remblai sur le talon et aussi de la composante verticale de la poussée. On néglige, généralement par sécurité, le poids du
terrain sur le patin avant ainsi que la butée.

Figure n°8 - Schéma de calcul vis-à-vis du renversement. 

6 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

On vérifie généralement que M r ≤ M s /1,5.

Dans le fascicule 62, titre V, le critère de justification à l’ELU (avec pondération des actions et sollicitations) de renversement
consiste à vérifier que la surface de sol comprimée sous la fondation est au moins égale à 10 % de la surface totale.

III - JUSTIFICATION VIS-À-VIS DE LA STABILITÉ INTERNE


La justification vis-à-vis de la stabilité interne est propre à la technologie de chaque type de mur.
Murs poids réalisés in situ
On vérifiera qu’il n’y a pas glissement, renversement ou poinçonnement de la maçonnerie, en considérant qu’aucune
partie du mur ne glisse, ne se renverse et ne poinçonne en fonction des caractéristiques mécaniques des matériaux et
du mortier (résistance à la compression et au cisaillement). On s’assure généralement que la section horizontale de la
partie de mur reste entièrement comprimée ( cf .  Fig. 9 ).

Figure n°9 - Mode de rupture interne d’un mur poids. 

Murs poids constitués d’un empilement de blocs


La stabilité interne consiste à vérifier au niveau de chaque interface entre blocs :
que la surface de contact entre blocs est entièrement comprimée et que les efforts de compression n’excèdent
pas la résistance de chacun des blocs ( cf .  Fig. 10a ) ;
que les blocs ne glissent pas entre eux. La résistance au cisaillement entre blocs est obtenue généralement par
des dispositifs mécaniques, crans, tenon-mortaise, etc. ( cf .  Fig. 10b ) ;
que les blocs ne se renversent pas ( cf .  Fig. 10c ).

7 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

Figure n°10 - Résistances internes des murs poids 


préfabriqués (d’après Doc. SETRA, 1998).

Murs cellulaires constitués d’éléments modulaires remblayés


Pour ce type de murs, la détermination des efforts agissant sur les différentes parties des éléments est plus complexe.
Murs en béton armé
La stabilité interne consiste à vérifier la résistance du voile et de la semelle vis-à-vis des règles de calcul du béton armé (
cf .  Fig. 11 ).

Figure n°11 - Mode de rupture interne d’un mur en béton 


armé.

Murs en remblai armé


On donne les principes généraux pour les remblais renforcés par des armatures unidimensionnelles et
bidimensionnelles.

On distingue, dans le comportement d’un massif en remblai renforcé, une zone active qui entraîne le sol vers l’aval et
une zone stable résistante dans laquelle les armatures vont transférer les efforts de la zone active à la zone résistante
généralement par frottement ( cf .  Fig. 12 ). Ainsi, la partie de sol résistante équilibre la partie de zone active
déstabilisatrice. Les éléments du parement ne servent qu’à empêcher l’écoulement des terres entre les armatures et le
parement.

La ligne des tractions maximales sépare la zone active de la zone passive ( cf .  Fig. 12 ). Elle est définie par la norme
®
NF P 94-220-1 de juin 1998 pour les murs en Terre Armée ( cf .  Fig. 13 ). Cette ligne des tractions maximales dépend de
l’extensibilité des renforcements : plus les renforcements seront souples, plus la ligne des tractions maximales se
rapprochera du coin de Coulomb ( cf .  Fig. 14 ). On notera l’importance de la position de la ligne des tractions maximales
au-delà de laquelle s’ancrent les renforcements ; plus cette ligne s’éloigne du parement, plus la longueur des
renforcements augmente.

Figure n°12 - Définition des zones active et résistante d’un 


mur en Terre Armée ® .

8 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

Figure n°13 - Position de la ligne des tractions maximales 


des murs en Terre Armée ® .

Figure n°14 - Position de la ligne des tractions maximales 


des massifs renforcés par nappes de géotextile.

À partir de ces principes généraux, il y a autant de règles de dimensionnement que de procédés. On distingue ceux dont
le remblai est renforcé par des armatures peu extensibles qui concernent généralement les remblais renforcés par des

9 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

armatures métalliques et ceux dont le remblai est renforcé par des armatures extensibles et souples, qui concernent plus
particulièrement les ouvrages renforcés par des géosynthétiques.

Massifs en remblai renforcé par armatures peu extensibles


Les justifications de ces ouvrages relèvent de la norme NF P 94-220.

Elles consistent à vérifier pour chaque lit d’armature :

qu’il n’y a pas rupture de l’armature, le long de la ligne de traction maximale ( cf .  Fig. 13 ) ;
qu’il y a une force d’adhérence suffisante au-delà de la ligne de traction maximale pour transférer cette traction
par frottement dans la zone résistance ( cf .  Fig. 13 ) ;
qu’il n’y a pas de rupture de l’attache de l’armature au parement ( cf .  Fig. 13 ).

Massifs en remblai renforcé par armatures extensibles


Le document de référence actuel est celui établi en 1990 par le Comité français des géosynthétiques (CFG)
« Recommandations pour l’emploi des géotextiles dans le renforcement des ouvrages en terre ». La justification de la
stabilité interne est conduite en considérant, les surfaces de calcul potentiellement les plus défavorables ( cf .  Fig. 15 ).
Elle consiste à vérifier, pour chaque nappe de renforcement, au niveau du point d’intersection avec la ligne de rupture
potentielle :
qu’il n’y a pas rupture de la nappe ;
qu’il y a une force d’adhérence suffisante de la nappe dans la zone résistante ;
qu’il y a une résistance à l’arrachement suffisante de la nappe dans la zone active ; cette résistance dépend
essentiellement des conditions d’accrochage des renforcements au parement.

Figure n°15 - Schématisation du comportement des 


massifs en remblai renforcé par géosynthétiques (d’après
Doc. SETRA, 1998).

IV - STABILITÉ EXTERNE : APPLICATIONS AUX CALCULS D’UN MUR POIDS

A - Application avec δ a /ϕ’ = 0


On reprend le mur de soutènement dont on a calculé la poussée du terrain lui-même et de la surcharge. Dans un premier
calcul, on garde l’hypothèse conservatrice : δ a /ϕ’ = 0.

Les dimensions du mur sont indiquées à la figure 16 .

Figure n°16 - Caractéristiques géométriques du mur. 

10 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

Les sols ont les caractéristiques suivantes :

remblai compacté ;
poids volumique : γ = 1,8 kN/m 3 ;
ϕ’ = 30° ;
c’= 0 ;
frottement remblai/mur : δ a = 0 ;
argile ;
poids volumique : γ = 1,9 kN/m 3 ;
ϕ’ = 25° ;
c’= 20 kPa ;
P le = 1,2 MPa (pression limite pressiométrique équivalente nette de l’argile sous la fondation du mur).

Le mur en maçonnerie a un poids volumique de 2,4 kN/m 3 .

On suppose que la stabilité globale et la stabilité interne ont été, par ailleurs, vérifiées. On fait les différentes justifications
vis-à-vis de la stabilité externe.

On rappelle les diagrammes de poussée du sol et de la surcharge sur les figures 17 et 18 . On néglige la butée devant le mur.

On établit d’abord le diagramme des contraintes apportées par le mur sur le sol de fondation. On calcule les moments par
rapport à l’arête aval 0, mais on pourrait faire évidemment les calculs par rapport à n’importe quel autre point ( cf .  Fig. 19 ).

Dans le tableau 1 , on détermine les forces horizontales et verticales, et on calcule les moments de ces forces par rapport au
point O.

Tableau n° 1 - Calculs des efforts et des moments

Désignation Force (kN) bdl/0 (m) Moments/0 (kN.m)

ABDE 120 2,5 –300

AOB 120 1,33 –160

F aγ 75 5/3 +125

F aq 34 5/2 +85

Figure n°17 - Diagramme de poussée du sol. 

11 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

Figure n°19 - Décomposition des efforts appliqués au 


mur.

La résultante des forces verticales est de 240 kN, le moment résultant par rapport au point O est de – 250 kN.m.

L’excentricité de la résultante des forces verticales par rapport à O est donc :

e O = – 250/240 = – 1,04 m.

Elle est par rapport au centre de gravité G de la semelle :

e G = – 0,46 m

Le sol de fondation sous la semelle du mur est donc entièrement comprimé (0,46 < 3/6 = 0,50) ; on calcule les contraintes
d’après (8) :

Le diagramme des contraintes appliquées au sol de fondation argileux est indiqué sur la figure 20  :

12 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

1 - Justification par rapport au glissement

On vérifie que :

Vérification satisfaite

On prend actuellement 1,5 comme coefficients de sécurité sur l’angle de frottement et sur la cohésion. On rappelle
qu’actuellement les actions ne sont pas pondérées.

2 - Justification par rapport au poinçonnement

Contrainte de référence q’ réf

On détermine d’abord la contrainte de référence ( cf . Chapitre « Fondations superficielles »).

La contrainte de référence q’ réf est indiquée sur les figures 21 et 22 . Elle est égale à la contrainte aux trois quarts de la
largeur comprimée ou est égale à la contrainte moyenne sur la surface réduite (Meyerhof ).

La différence n’est pas significative ; on peut donc calculer directement avec la formule simplifiée de Meyerhof.

Contrainte ultime q’ ult

La contrainte ultime est déterminée d’après les règlements appliqués aux calculs des fondations superficielles, DTU
13.12 et Fascicule 62 titre V du CCTG. On a une argile de type B ; en considérant un encastrement nul de la semelle,
on a : q’ ult  = 0,8 P le = 1 MPa pour une charge verticale centrée.

On doit vérifier que : q’ réf ≤ (q’ ult .i δ )/γ q .

0n adopte comme valeur de coefficient de sécurité global : γ q  = 2 + (i δ ) 2 . L’inclinaison de la résultante des charges
sur la verticale est de 24° ( cf .  Fig. 21 et Fig. 22 ). Le coefficient de réduction est égal, pour un sol cohérent, à i δ = (1 –
δ/90) 2 = 0,53 et γ q  = 2,28

117 kPa ≤ (1000×0,53)/2,28 = 232 kPa

Figure n°21 - Diagramme de la détermination de la 


contrainte de référence.

13 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

Figure n°22 - Diagramme de la détermination de la 


contrainte de référence (Meyerhof ).

Vérification satisfaite
3 - Justification vis-à-vis du renversement ou de la non-décompression totale du sol (10 %)

Cette justification n’est pas généralement dimensionnante. Elle ne serait licite que sur des sols très raides ou du rocher. On
ne peut pas appliquer ici la règle des 10 %, puisque elle concerne les états limites ultimes (pondération des actions et
sollicitations). Traditionnellement, on prend un coefficient de sécurité global au renversement égal à 1,5.

460/210 = 2,19

Vérification satisfaite

Conclusion : la stabilité externe est complètement vérifiée.

B - Application avec δ a /ϕ’ = 2/3


D’après (1), on aurait δ a /ϕ’ = 2/3, donc δ a = 20°. On reprend les mêmes justifications.

Les tables de Kérisel et Absi donnent comme coefficients de poussée :

14 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

remblai : K ag = 0,300 ;
surcharge : K aq = 0,304.

On pourrait prendre la même valeur de K a pour les poussées du remblai et de la surcharge, la différence entre les deux
n’étant pas significative.

D’où le calcul des poussées suivantes.

Poussée du remblai

On écrit la contrainte de poussée au point D :

P D= K a× γ × z d

Z D= 5 m

P D = 0,300 × 18 × 5 = 27 kPa

La répartition des contraintes est triangulaire, variant de 0 en E à 27 kPa en D. Les contraintes sont inclinées de 20°
par rapport au parement amont vertical du mur ; elles sont donc inclinées de 20° par rapport à l’horizontale ( cf .  Fig.
23 ).

La répartition des contraintes étant triangulaire, on a directement la force de poussée, F a = 27 × 5/2 = 67,5 kN/m de
mur, appliquée au tiers à partir de la base de la fondation du mur à 5/3 = 1,67 m ( cf .  Fig. 24 ).

Poussée due à la surcharge

Puisqu’il s’agit d’une surcharge uniformément répartie sur toute la largeur du terre-plein, la poussée est identique sur
toute la hauteur du mur ( cf .  Fig. 24 ).

p d = K a × q = 0,304 × 20 = 6,08 kPa

Les contraintes sont inclinées de 20° par rapport au parement amont vertical du mur ; elles sont donc inclinées de 20°
par rapport à l’horizontale ( cf .  Fig. 24 ).

La répartition des contraintes étant rectangulaire, on a directement la force de poussée : F a = 6,08 × 5 = 30,4 kN/m de
mur, appliquée à mi-hauteur du mur à 5/2 = 2,50 m ( cf .  Fig. 24 ).

On établit d’abord le diagramme des contraintes apportées par le mur sur le sol de fondation. On décompose les
forces de poussée inclinées sur l’horizontale et la verticale ( cf .  Fig. 25 ). On calcule les moments par rapport à l’arête
aval 0.

Dans le tableau 2 , on détermine les forces horizontales et verticales, et on calcule les moments de ces forces par
rapport au point O.

Tableau n° 2 - Calculs des efforts et des moments

Désignation Force (kN) bdl/0 (m) Moments/0 (kN.m)

ABDE 120 2,5 –300

AOB 120 1,33 –160

F ag v 23,1 3 –69

Faqv 10,4 3 –31

Fa g h 63,4 5/3 +106

Faqh 28,6 5/2 +72

La résultante des forces verticales est de 273 kN, le moment résultant par rapport au point O est de –382 kN.m.

L’excentricité de la résultante des forces verticales par rapport à O est donc :

e O = –382/273 = –1,40 m

Elle est par rapport au centre de gravité G de la semelle : e G  = –0,10 m

Le sol de fondation sous la semelle du mur est donc entièrement comprimé (0,10 < 3/6 = 0,50) ; la résultante des
forces est pratiquement centrée, ce qui est satisfaisant.

On calcule les contraintes d’après (8) :

Le diagramme des contraintes appliquées au sol de fondation argileux est indiqué sur la figure 26 .

15 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

Figure n°24 - Diagramme de poussée de la surcharge. 

Figure n°25 - Décomposition des efforts appliqués au 


mur.

16 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

Figure n°26 - Diagramme des contraintes. 

1 - Justification par rapport au glissement

On vérifie que :

Vérification satisfaite

2 - Justification par rapport au poinçonnement

Contrainte de référence q’ réf

Elle est égale à la contrainte aux trois quarts de la largeur comprimée ou est égale à la contrainte moyenne sur la
surface réduite (Meyerhof ) ( cf .  Fig. 27 ).

Contrainte ultime q’ ult

On doit vérifier que : q’ réf ≤ (q’ ult .i δ) /γ q

17 sur 18 16/10/2018 à 17:07


Les murs de soutènement - Dimensionnement et... https://www.techniques-ingenieur.fr/base-docu...

0n adopte comme valeur de coefficient de sécurité global γ q = 2 + (i δ ) 2 . L’inclinaison de la résultante des charges
sur la verticale est de 19° ( cf .  Fig. 27 ). Le coefficient de réduction est égal pour un sol cohérent à i δ = (1 – δ/90) 2 =
0,62 et γ q = 2, 38.

100 kPa ≤ (1000×0,62)/2,38 = 260 kPa

Vérification satisfaite

Figure n°27 - Détermination de la contrainte de référence. 

3 - Justification vis-à-vis du renversement

D’après le tableau 2  :

560/178 = 3,15

Vérification satisfaite

Conclusion : la stabilité externe est complètement vérifiée.

Dans ce cas, le mur est surdimensionné ; la largeur de la semelle pourrait être optimisée ainsi que l’épaisseur en tête de mur.

Commentaires La prise en compte d’un frottement entre le remblai et le mur δ a /ϕ’ = 2/3 diminue la poussée
horizontale (dans le cas de l’application de 18 %) et augmente les forces stabilisatrices grâce aux composantes
verticales des poussées. Le coefficient de sécurité vis-à-vis du glissement qui est dans le cas de l’application
dimensionnant passe de 1,58 pour δ a /ϕ’ = 0 à 2,04 avec δ a /ϕ’ = 2/3, soit une augmentation de 29 %. Étant donné
l’importance du choix de δ a /ϕ’, qu’il est réaliste de prendre égal à 2/3 ϕ’ comme préconisé par le guide du SETRA, on
vérifiera que les dispositions constructives assurent bien ce frottement remblai-mur (cas, par exemple, d’un
complexe géosynthétique drainant le long du mur).

18 sur 18 16/10/2018 à 17:07

Vous aimerez peut-être aussi