Vous êtes sur la page 1sur 167

REPUBLIQUE DU CAMEROUN

PAIX – TRAVAIL – PATRIE


MINISTERE DE L’ECONOMIE DE LA
PLANIFICATIONET ET DE L’AMENAGEMENT
DU TERRITOIRE

Réalisation du Plan d'Action de Réinstallation Involontaire des personnes affectées par le


Projet d'Urgence de Lutte contre les Inondations (PULCI)
Dans la Région de l'Extrême - Nord du Cameroun

CONTRAT DE SERVICE n° 03/02/14 03 février 2014 CONCLU ENTRE


Le MINEPAT et M MOUMIE Philip
Consultant individuel

DRAFT DU RAPPORT FINAL

Avant les dernières consultations publiques

1
SOMMAIRE
LISTE DES ABREVIATIONS.............................................................................................................. 6

LISTE DES TABLEAUX .................................................................................................................... 7

LISTE DES PHOTOS .............................................................................. Error! Bookmark not defined.

LISTE DES ANNEXES .................................................................................................................... 10

1. Résumé du Plan d'action de Réinstallation ........................................................................ 14

1.1 Le projet ............................................................................................................................... 14


1.2. Objectifs du PAR .................................................................................................................. 14
1.3. Le contexte légal et réglementaire ....................................................................................... 15
1.4. Les personnes et les biens affectés ...................................................................................... 18
1.5 Les barèmes de compensation .............................................................................................. 18
1.6. Organisation pour la mise en œuvre du PAR ........................................................................ 21
1.7 Procédure de recours ......................................................................................................... 22
1.8 Assistance aux personnes vulnérables ................................................................................ 22
1.9 Suivi et évaluation............................................................................................................... 22
1.10 Coût du PAR........................................................................................................................ 22

2. Introduction .......................................................................................................................... 24

2.1 Objet et contenu du présent rapport ................................................................................... 24


2.2 Conduite du travail.............................................................................................................. 24
2.2.1 Concertations préalables avec les autorités administratives et traditionnelles .......................... 25
2.2.2 Préparation et conduite de l’enquête socio-économique .......................................................... 26
2.2.3 Consultation publique ................................................................................................................. 28
2.2.4 Choix et délimitation des lieux de réinstallation ........................................................................ 28
Cartographie des zones impactées ....................................................................................................... 28
Matérialisation cartographique des zones de recasement ................................................................... 28
Découpage parcellaire des zones de recasement ................................................................................. 28
2.3 Définition clés ..................................................................................................................... 28

3. Description du projet ........................................................................................................... 29

3.1. Justification du projet.......................................................................................................... 29


3.2 Principales composantes du projet ...................................................................................... 30
3.3 Les Parties prenantes au Projet ........................................................................................... 30
3.3.1 Structures publiques .................................................................................................................... 31
3.3.2. Collectivités territoriales décentralisées ............................................................................... 32
3.3.3 Organisations non gouvernementales ......................................................................................... 33
4. Contexte Légal et réglementaire .......................................................................................... 33

4.1 Les régimes de propriété des terres au Cameroun ............................................................... 33

2
4.2 Mécanisme légal de l’expropriation pour cause d’utilité publique ....................................... 34
4.2.1 Textes réglementaires .................................................................................................................. 34
4.2.2. Gestion des terres et de l’expropriation ..................................................................................... 38
4.2.3 Les formalités préalables à l’expropriation pour cause d’utilité publique ............................... 39
4.2.4 Les effets de l’arrêté de la déclaration d’utilité publique ........................................................ 40
4.2.5 La réalisation de l’enquête d’expropriation ............................................................................. 40
4.2.6 Modalité de l’indemnisation et Recours judiciaire ...................................................................... 41
4.2.7 Dispositions prises dans le cadre du PULCI.............................................................................. 43
4.3 Politique OP 4.12 de la Banque Mondiale............................................................................ 43
4.4 Comparaison entre la législation camerounaise et les directives de la Banque mondiale ....... 45

5. Description du milieu socio-économique affecté par le Projet ............................................ 50

5.1 Contexte institutionnel........................................................................................................ 50


5.1.1. Organisation administrative ........................................................................................................ 50
5.1.2. Gestion des terres et de l’expropriation ..................................................................................... 50
5.2. Caractéristiques socio-économiques de la population affectée par le PULCI (Projet d'Urgence
de Lutte Contre les Inondations) dans la région de l'Extrême-Nord .............................................. 51
5.2.1 La zone concernée et acteurs sociaux ................................................................................... 51
5.2.2. Données démographiques et sociales......................................................................................... 53
5.2.3. Données socio-économiques et interprétation .......................................................................... 54
I. Infrastructures ........................................................................................................................... 57
5.2.5 Les parties prenantes locales (élus et populations) et le PULCI .................................................. 61
6. Réinstallation et compensations ........................................................................................ 62

6.1 La conduite du recensement .............................................................................................. 62

6.1.1 Conception des enquêtes ............................................................................................................ 62


6.1.2 Choix des enquêteurs ............................................................................................................... 63
6.1.3 Revue et test des questionnaires ................................................................................................ 63
6.1.4 Formation et préparation du travail de l’équipe ...................................................................... 63
6.1.5 Réalisation et limites des enquêtes ............................................................................................. 64
6.2. Recensement de la zone impactée par le projet de barrage................................................... 64
6.2.1 Villages et hameaux impactés .................................................................................................. 64
6.2.2 Localités, démographie et données de base des ménages ......................................................... 65
6.2.3 Activités socio-économiques et source de revenu des ménages................................................. 68
6.2.4 Les moyens de production agricoles perdus ................................................................................ 68
6.2.5 Les habitations et autres bâtiments des ménages ....................................................................... 73
6.2.6 Les biens collectifs ........................................................................................................................ 79
6.3 Aspirations des ménages des localités à déplacer .................................................................. 85

7 Stratégies de réinstallation et de compensations ................................................................. 87

7.1 Rappels des principes ...................................................................................................... 87


7.1.1 Principes généraux.................................................................................................................... 87
7.1.2 Principes relatifs à l’éligibilité et la compensation de l’occupation des terres ........................... 88
7.1.3 Rappels des règles et procédures de déplacement des populations ........................................... 90
7.1.4 Principe de construction des maisons sur les sites de réinstallation ........................................... 92
7.1.5 Rappels des règles de consultations publiques............................................................................ 93
7.1.6 Matrice d’éligibilité ...................................................................................................................... 95
3
7.2 Consultations publiques ..................................................................................................100
7.3 Mise en application des principes dans le cadre du PULCI ................................................100
7.3.1 Barèmes de compensation et évaluation des biens ............................................................... 100
7.3.2 Compensations individuelles...................................................................................................... 101
7.3.3 Compensations collectives ........................................................................................................ 113
7.3.4 Actions spécifiques pour les personnes à réinstallées et les villages hôtes............................... 114
7.4 Ensemble des taches à assumer...........................................................................................114
7.4 Organigramme et fonction des différents responsables de l’opération de compensation .......115
7.4.1 Organigramme d’ensemble de l’opération de compensation ................................................. 115
7.4.2 Détail des différentes fonctions : .............................................................................................. 115
8. Choix et délimitation des lieux de réinstallation ....................................................................117

8.1 Cartographie des zones impactées .....................................................................................118


8.1.1 La réalisation des fonds de carte ............................................................................................... 118
8.1.2 La délimitation de la zone d’emprise du PULCI ........................................................................ 119
8.1.3 La collecte de données de terrain ........................................................................................... 119
8.2 Matérialisation cartographique des zones de recasement ....................................................123
8.3 Découpage parcellaire des zones de recasement ..................................................................126

9. La gestion des plaintes ...........................................................................................................129

9.1 Type de plaintes et conflits à régler ......................................................................................129


9.2. Vue générale du mécanisme propose ..................................................................................129
9.3 Enregistrement de plaintes ..................................................................................................130
9.4 Comité de médiation- Mécanisme de résolution amiable ......................................................130
9.4.1 Comité de médiation .................................................................................................................. 130
9.4.2 Mécanisme de résolution amiable ............................................................................................. 130
10. Assistance aux personnes vulnérables ..................................................................................131

10.1 Type des personnes et des groupes vulnérables ..................................................................131


10.2 Actions en direction des groupes vulnérables .....................................................................131
10.2.1 Identification des personnes et des groupes vulnérables........................................................ 131
10.2.2 Types d’actions d’assistance aux personnes vulnérables ........................................................ 131
10.3 Moyens affectés à l’assistance aux personnes vulnérables ..................................................131

11 Suivi et évaluation ...............................................................................................................132

11.1 Objectifs généraux .............................................................................................................132


11.2. Suivi .................................................................................................................................132
11.2.1 Objectifs et contenu ................................................................................................................. 132
11.2.2 Indicateurs ................................................................................................................................ 132
11.3 Évaluation.........................................................................................................................133
11.3.1 Objectifs ................................................................................................................................... 133
11.3.2 Processus .................................................................................................................................. 134
12. Budget du plan d’indemnisation et de réinstallation .............................................................134

4
12.1 Bases d’établissement du budget .......................................................................................134
12.2 Budget...............................................................................................................................134

13 Chronogramme de mise en œuvre ...................................................................................137

13.1. Axe stratégique 1 : Proposition d’un plan de lotissement.................................................137


13.1.1 Démarche administrative ..............................................................................................137
13.1.2 Ouverture des voies et dégagement des plates-formes de réinstallation ..........................137
13.2. Axe stratégique 2 : Proposition d’un plan d’affectation des terres agricoles aux populations
déplacées du PULCI ...................................................................................................................137
13.2.1 Affectation des terres agricoles aux populations déplacées.................................................... 137
13.3. Axe stratégique 3 : Proposition d’un programme de restauration et d’amélioration des
conditions de vie des populations déplacées ..............................................................................137
13.3.1 Action à entreprendre avant le déménagement des populations du projet .......................... 137
13.3.2 Actions à prendre pendant le déménagement .................................................................. 138
13.3.3 Action à entreprendre après la réinstallation ................................................................... 138
13.4 Axe stratégique 4 : Compensations collectives des villages hôtes ........................................138
13.4.2 Action d’encadrement et d’appui au développement des populations hôtes après
réinstallation ....................................................................................................................................... 139
13.5 Axe stratégique 5 : Esquisse d’organisation spatiale des villages hôtes ................................139
13.5.1 Elaboration de la carte spatiale des zones de localisation .................................................. 139
13.6 Axe stratégique 6 : Mise en œuvre, suivi et évaluation du SDAR du PULCI .........................139
13.6.1 Actualisation du chronogramme ............................................................................................. 139
13.6.2. Mettre sur pied une commission d’évaluation pendant la mise en œuvre ............................ 139
Illustrations des types de biens récensés ....................................................................................141

Illustrations des consultations publiques en Mai 2014 pour le choix des sites de recasement à
Yagoua, Kaï-Kaï et Maga. ...........................................................................................................149

Références Bibliographiques......................................................................................................153

Annexes ....................................................................................................................................156

5
LISTE DES ABREVIATIONS

BM Banque Mondiale
CCE Comité de Constat et d’Evaluation
CDCE Commission Départementale de Constat et d’Evaluation
DUP Déclaration d’Utilité Publique
EDC ElectricityDevelopment Corporation
EIES Etude d’Impact Environnementale et Sociale
GPS Global Position System
MINADER Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural
MINAS Ministère des affaires sociales
MINATD Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation
MINDCAF Ministère des Domaines du Cadastre et des Affaires Foncières
MINDUH Ministère du Développement Urbain et de l’Habitat
MINEPAT Ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire
MINEPIA Ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales
MINTP Ministère des Travaux Publics
ONG Organisation Non Gouvernementale
OP Politique Opérationnelle
PACA Programme d’Amélioration de la Compétitivité Agricole
PAP Personnes Affectées par le projet
PAR Plan d’Action de Réinstallation
PB Procédures de la Banque Mondiale
PM Premier Ministre
PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement
PULCI Projet d’Urgence de Lutte Contre les Inondations
PV Procès-verbal
TDR Termes de Référence

6
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1: Lecture comparée de la réglementation nationale et la politique de la banque mondiale et
suggestions ............................................................................................................................................ 16
Tableau 2 : ............................................................................................................................................. 20
Tableau 3 : cout des indemnisations et de réinstallations .................................................................... 23
Tableau 4: Organisation des rencontres avec les autorités administrative de la zone d’étude ........... 25
Tableau 5: Organisation des rencontres avec les autorités traditionnelles de la zone d’étude ........... 26
Tableau 6: Lecture comparée de la réglementation nationale et la politique de la banque mondiale et
suggestions ............................................................................................................................................ 46
Tableau 7: Carte administrative de la Région de l’Extrême-Nord......................................................... 48
Tableau 8: Organisation administrative de la zone d’étude ................................................................ 51
Tableau 9: Répartition des écoles primaires par villages ...................................................................... 58
Tableau 10: Situation des Etablissements secondaires dans les villages impactés .............................. 59
Tableau 11:Villages impactés par le projet ........................................................................................... 65
Tableau 12: Arrondissement de Yagoua ............................................................................................... 65
Tableau 13: Arrondissement de Vélé .................................................................................................... 65
Tableau 14: Arrondissement de Kaï-Kaï ................................................................................................ 66
Tableau 15: Arrondissement de Maga .................................................................................................. 66
Tableau 16: Tableau récapitulatif des ménages de la zone impactée .................................................. 66
Tableau 17: Arrondissement de Yagoua ............................................................................................... 67
Tableau 18: Arrondissement de Vélé .................................................................................................... 67
Tableau 19: Arrondissement de kaï-kaï ................................................................................................. 67
Tableau 20: Arrondissement de Maga .................................................................................................. 68
Tableau 21: Récapitulatif des Groupes vulnérables .............................................................................. 68
Tableau 22: les surfaces agricoles impactés (en m²) ............................................................................. 70
Tableau 23: Arbres fruitiers recensés.................................................................................................... 71
Tableau 24: Arbres d’ombrage et autres .............................................................................................. 72
Tableau 25: Maisons recensées ............................................................................................................ 74
Tableau 26: Les autres petits bâtiments ............................................................................................... 76
Tableau 27: Superficie des bâtis en m² (habitations et autres petits bâtiments des ménages) ........... 78
Tableau 28: Tombes impactées par arrondissement et par village ...................................................... 79
Tableau 29: Biens collectifs des villages ................................................................................................ 80
Tableau 30: Matrice d’éligibilité ............................................................................................................ 97
Tableau 31: Barèmes de compensations des cultures annuelles ....................................................... 110
Tableau 32: Barèmes de compensations des cultures pérennes ........................................................ 112
Tableau 33: liste des taches et des responsabilités relatives aux opérations de réinstallation ......... 114
Tableau 34: récapitulatif des coûts ..................................................................................................... 135
Tableau 35: récapitulatif des éléments du budget ............................................................................. 136
Tableau 36: cout du plan d’action de réinstallation et d’indemnisation ............................................ 136

Tableau 1: Lecture comparée de la réglementation nationale et la politique de la banque 24


mondiale et suggestions

7
Tableau 2 : Carte administrative de la Région de l’Extrême-Nord. 26
Tableau 3 : Organisation des rencontres avec les autorités administrative de la zone 27
d’étude.........
Tableau 4 : Organisation des rencontres avec les autorités traditionnelles de la zone 30
d’étude.........
Tableau 5 : Organisation administrative de la zone d’étude................................................ 37
Tableau 6 : Villages impactés par le projet……………………….................................................... 46
Tableau 7 : Données de base des ménages de la zone de Yagoua…................................................. 47
Tableau 8 : Données de base des ménages de la Zone de Vélé....................................................... 47
Tableau 9 : Données de base des ménages de la Zone de Kaï-Kaï…................................................ 47
Tableau 10 : Données de base des ménages de la Zone de Maga………............................................ 48
Tableau11 : Total des ménages de la zone impactée………………................................................... 48
Tableau 12 : Groupe vulnérable de la zone de Yagoua………………................................................ 48
Tableau 13 : Groupe vulnérable de la zone de Vélé……………………............................................. 49
Tableau 14 : Groupe vulnérable de la zone de kaï-kaï…………......................................................... 49
Tableau 15 : Groupe vulnérable de la zone de Maga…………........................................................... 49
Tableau 16 : Récapitulatif des Groupes vulnérables…………............................................................ 50
Tableau 17 : Surfaces agricoles impactées……………….................................................................... 51
Tableau 18 : Nombre d’arbres fruitiers recensés……………............................................................... 52
Tableau 19 : Les autres espèces d’arbres à compenser……................................................. 53
Tableau 20 : Nombre de pièces par maisons recensées………............................................................. 55
Tableau 21 : Les autres petits bâtiments………………….................................................................... 56
Tableau 22: Superficies des habitations et autres petits bâtiments des ménages....................... 59
Tableau 23: Nombres de tombes touchés…………………................................................................. 60
Tableau 24: Biens collectifs des villages……………......................................................................... 62
Tableau 25 : Matrice d’éligibilité…………......................................................................................... 77
Tableau 26 : Barèmes de compensations pour les cultures annuelles……………….................. 82
Tableau 27 : Barème de compensations pour les cultures pérennes…........................... 84

8
LISTE DES PHOTOS
Photo 1: case carrée .............................................................................................................................. 86
Photo 2: un Sare clôturé........................................................................................................................ 86
Photo 3: Magasin en briques crépi........................................................................................................ 86
Photo 4: puits traditionnel .................................................................................................................... 86
Photo 5: case en briques cuites liées avec du ciment ........................................................................... 86
Photo 6: case ronde en terre avec enclos de porcs .............................................................................. 86
Photo 7: consultations publiques ........................................................................................................ 100
Photo 8: Exemple (2) de codification de sarés. ................................................................................... 141
Photo 9: case en brique terre et toiture en paille. .............................................................................. 142
Photo 10: Case en brique de terre cuite et toiture en paille. ............................................................. 142
Photo 11: Saré en brique de terre avec clôture et toiture en paille. .................................................. 143
Photo 12: Saré avec clôture cimentée et toiture en tôle ondulée. ..................................................... 143
Photo 13: Saré clôturé en brique de terre cuite avec grenier............................................................. 144
Photo 14: Grenier en murs de Seko. ................................................................................................... 144

Photo1 : Photo montrant la position de la digue par rapport à une concession

Photo 2: Photos de consultation d’une autorité traditionnelle 28

Photo 3 : Photos de consultations publiques 28

Photo 4 : Photos de consultations publiques ................................... 29

Photo 5 : Photo d’un Sare ……………………………………………………………………………........... 31

Photo 6 : Photo d’une case ronde 31

Photo 7 Photo d’une case carrée 32

Photo 9: Découpage ‘parcellaire des zones de recasements ............................................... 44

9
LISTE DES ANNEXES
1. Correspondances
1.1. Entre le PACA et le Consultant (dossier)
1.2. Entre le Consultant et les autorités administratives locales (dossier)
1.3. Entre le Préfet du Mayo Danay et les Sous-Préfets (dossier)
1.4. Entre les Sous-préfets et les Autorités Traditionnelles (dossier)
 Yagoua
- Choix des zones de recasement
- Compensations
 Vele
- Choix des zones de recasement
- Compensations
 Maga
- Choix des zones de recasement
- Compensations
 Kaï- kaï
- Choix des zones de recasement
- Compensation
1.5. Autres correspondances entre le PACA et les autres Administrations (dossier)
1.6. Correspondances de la Banque Mondiale
1.7. Correspondances des services du Cadastre
2. Procès-verbaux des réunions(dossier)
2.1. Avec les Autorités Administratives
2.2. Avec les Autorités Administratives et Traditionnelles
2.3. Avec les responsables de la SEMRY
3. Fiches de recensement des biens sur 30 m(fichier Excel)
3.1. Personnes recensées et groupes vulnérables sur 30m
3.2. Ethnie
3.3. Puits et tombes
3.4. Espèces d’arbres recensées
3.5. Source de revenue
3.6. Type d’aménagement
3.7. Autres petits bâtiments
3.8. Terres cultivées
3.9. Biens collectifs
4. Tableaux de synthèse du recensement(dossier)
4.1. Personnes recensées et groupes vulnérables sur 30m
4.2. Ethnie
4.3. Puits et tombes
4.4. Espèces d’arbres recensées
4.5. Source de revenu
4.6. Type d’aménagement
4.7. Autres petits bâtiments

10
4.8. Terres cultivées
4.9. Biens collectifs
4.10. Récapitulatif général
5. Procès-verbaux des consultations publiques(dossier)
5.1. Yagoua
5.2. Maga
5.3. Kaï- kaï
5.4. Vele
6. Liste des personnes affectées (dossier)
6.1. Yagoua
6.2. Vele
6.3. Kaï- kaï
6.4. Maga
7. Fiches individuelles de compensation(dossier)
7.1. YAGOUA
7.2. VELE
7.3. KAÏ- KAÏ
7.4. MAGA
8. Positions géographiques des concessions impactées sur l’emprise du projet(dossier)
8.1. Yagoua
8.2. Vele
8.3. Kaï- kaï
8.4. Maga
9. Cartographie des zones impactées(dossier)
9.1. Délimitation des zones impactées par le projet (dossier)
- Yagoua
- Vélé
- Maga
- Kai-Kai
9.2. Délimitation des zones de recasement des populations affectées par le projet (dossier)
- Yagoua
- Vélé
- Maga
- Kai-Kai
9.3. Découpage parcellaire provisoire des zones de recasement (dossier)
9.3.1. Règlement d’urbanisme des lotissements
9.3.2. Cahier de charges du lotissement
9.3.3. Opérationnalisation des lotissements
9.3.4. Opérationnalisation de l’option de recasement par recul, au-delà de la zone d’emprise du projet.
10. Rapports de mission (dossier)
10.1. Mission conjointe PACA- Consultant
11. modèles de questionnaires d’enquête et de guide d’entretien(dossier)
11.1. Questionnaire A
11.2. Questionnaire B
11.3. Guide d’entretien
12. Grille de prix des terrains ruraux(dossier)
13. coûts de construction (dossier)
13.1. Evaluation des coûts de construction des cases d’habitation (dossier)
 Cases rondes (dossier)

11
 Cases carrées (dossier)
13.2. Evaluation des coûts toilettes, cuisines, magasins (dossier)
 Toilettes-WC
 Cuisines
 Magasins
14. évaluation des coûts de matériaux de construction pour chaque type de
maison(dossier)
14.1. Blocs de pierres
14.2. Chevrons
14.3. Contre-plaqué
14.4. Fer de 6
14.5. Fer de 8
14.6. Gravier
14.7. Lattes pour toiture
14.8. Sable fin
14.9. Brique et tôles
14.10. Ciment
14.11. Fenêtre
14.12. Lattes pour plafond
14.13. Portes
15. Evaluation des coûts de construction(dossier)
14.1. Description et évaluation des infrastructures collectives (dossier)
14.2. Evaluation des coûts toilettes, cuisines, magasins (dossier)
14.3. Evaluation des coûts de maisons rondes (dossier)
14.4. Evaluation des coûts de maisons carrées (dossier)
14.5. Evaluation des biens collectifs (dossier)
14.6. Evaluation des coûts des matériaux de construction (dossier)
16. coûts de compensation des constructions(dossier)
16.1. Coût de compensation des infrastructures individuelles (dossier)
16.2. Coût de compensation des infrastructures collectives (dossier)
17. Coût de compensation des cultures(dossier)
17.1. Coût de compensation des arbres fruitiers (dossier)
 Anacardier
 Citronnier
 Manguier
 Bananier
 Goyaviers
 Papayer
 Tableau récapitulatif des coûts des arbres fruitiers
17.2. Coûts de compensation des arbres d’ombrages (dossier)
 Acacia
 Balanite
 Jujubier
 Moringa
 Rônier
 Eucalyptus
 Autres arbres d’ombrage
 Arbres d’ombrage

12
 Cailcedrat
 Monier
 Neemiers
 Tableau récapitulatif des coûts des arbres d’ombrage
17.3. Coûts de compensation des cultures (dossier)
 Cultures maraichères
 Maïs
 Mil rouge
 Riz
 Mil blanc
 Sorgho
 Cultures vivrières
 Tableau récapitulatif des cultures vivrières
18. coûts de compensation des autres constructions(dossier)
18.1. Fiches de compensation des infrastructures individuelles (dossier)
18.2. Fiches de compensation des infrastructures collectives (dossier)
19. Budget du par(dossier)
20. Chronogramme de mise en œuvre du PAR(dossier)
21. TDRs de la mission
22. Textes règlementaires applicables(dossier)
22.1. Domaine foncier
22.2. Urbanisme et habitat
22.3. Agriculture
22.4. PO 042 de la BM
22.5.
22.6.
22.7.

13
1. Résumé du Plan d'action de Réinstallation

1.1 Le projet

Le projet de Lom Pangar s’inscrit dans la continuité du développement du potentiel


hydroélectrique du bassin de la Sanaga, après la réalisation de la centrale au fil de l’eau
d’Edéa dans les années 50, du barrage hydroélectrique de Song Loulou de 1988. Il est situé
dans la région de l’Est du Cameroun, département du Lom et Djerem.

L’objectif de la construction du barrage réservoir de Lom Pangar est de renforcer la capacité


de régulation hydrologique de la Sanaga, d’augmenter les capacités de production sur les
aménagements hydroélectriques existants de Song Loulou et Edéa en améliorant
significativement la puissance garantie en période d’étiage et d’installer une capacité
complémentaire de production de 30 MW au pied du barrage.

Il est rendu nécessaire par l’accroissement de la demande en énergie dans la zone


interconnectée Sud du Cameroun.

Le projet comporte les composantes suivantes :

 Le barrage proprement dit. Le barrage réservoir de Lom Pangar, d’une hauteur de 46


mètres, à une retenue couvrant une superficie de 540 km² environ, pour une capacité
utile de 6 milliards de mètre cube,
 Une centrale hydroélectrique. Celle-ci se trouve au pied du barrage, elle a une capacité
de 30 MW en vue d’augmenter la capacité d’approvisionnement électrique de la région
de l’Est actuellement desservie par des centrales thermiques diesel. L’énergie sera
transportée à Bertoua par une ligne 90 KV de 110km de longueur,
 Une route d’accès entre Deng Deng et le site du barrage se trouvant près du village
actuel de Lom Pangar,
 Un campement de travailleurs, une aire de travaux et de dépôts de matériaux sur la rive
droite du Lom en face du village de Lom Pangar,
 La création du parc national de Deng Deng. Cette composante constitue une mesure
compensatoire du projet de barrage, il est donc prévu qu’edc en gère les conséquences
sociales.

Le présent document constitue le Plan…

1.2. Objectifs du PAR

Les objectifs et les principes que sous-tend le PAR, consiste d’une part à minimiser les effets
du projet sur les populations locales grâce à des compensations et des réinstallations
adéquates, et d’autre part à permettre à celles-ci d’améliorer leur qualité de vie au travers
d’une approche des principaux axes de plan de développement socio-économiques qui sont

14
développés dans le plan de gestion, environnemental et social (PGES) qui accompagne le
PAR.

D’une manière générale, le PAR fournit des informations sur (i) les populations qui seront
affectées, (ii) le contexte réglementaire, (iii) les méthodes utilisées pour l’identification des
personnes affectées par le projet (paps), (iv) les méthodes et l’objet des consultations avec
les paps sur les problèmes liés aux pertes de biens , aux indemnisations et aux
réinstallations, (v) le projet proposé pour la réinstallation et l’indemnisation, (vi) les
méthodes et la planification de réinstallation et de l’indemnisation, (vii) l’organisation
institutionnelle pour la mise en œuvre du PAR, (viii) le coût du PAR, (ix) l’assistance aux
personnes vulnérables, (x) le suivi externe et interne du PAR.

1.3. Le contexte légal et réglementaire

Le projet appliquera les lois camerounaises en matière foncière, d’indemnisation et de


réinstallation ainsi que la directive OP 412, de la banque mondiale. En cas de différence
entre les lois camerounaises et l’op 412, c’est la partie la plus favorable aux populations
impactées qui sera appliquée.

Les régimes de propriété de terres au Cameroun sont régis par les ordonnances 74-1, 74-2 et
74-3 du 6 juillet 1974. L’expropriation et les modalités d’expropriation sont régies par la loi
N° 85-09 du 4 juillet 1985 avec plusieurs décrets d’application.

Le tableau 1 ci-après les différences entre les exigences de la législation et celles de la


politique OP 412 de la banque mondiale et les propositions du consultant par rapport à ces
différences.

Concernant la gestion des terres et de l’expropriation, c’est le Ministère des Domaines et des
Affaires Foncières (MINDAF) avec ses services déconcentrés dans les régions et les
départements qui responsable. La loi du 22 Juillet 2004 prévoit néanmoins un rôle des
collectivités territoriales dans la région de la question foncière. En effet, en matière de
gestion foncière, l’article 13, alinéas 2 et 3 de la loi du 22 juillet 2004 stipule que « pour les
projet ou opérations qu’il initie sur le domaine national, l’Etat prend la décision après
consultation du conseil municipal de la commune concernés, ».

¹ « Procès-verbal de constat et d’évaluation des biens des populations riveraines pour le classement du Parc
National de Deng Deng ». Sous-commission chargée du classement du Parc National de Deng Deng, Bélabo 30
Octobre 2009.

15
Tableau 1: Lecture comparée de la réglementation nationale et la politique de la banque mondiale et suggestions

Elément Recommandations par rapport au Projet d’urgence de lutte


D’appréciation Législation camerounaise Politique PO.4.12delabanquemondiale contre les inondations
- Compensations en cas de
Principe Indemnisation en cas de réinstallation - Principe similaire de rétablissement dans les droits
réinstallationinvolontaire
Général Involontaire - Appliquer les dispositions de la BM
- -Réhabilitation économique
- Assistance multiforme aux déplacés
Assistance aux - Suivi pour s’assurer du confort des
Rien n’est prévu par la loi - Appliquer les dispositions de la BM
Déplacés nouvelles
- Conditionsd’installationdesPAP
- Appliquer la politique de la Banque car l’indemnisation
A la valeur nette actuelle du bien (le taux
Taux de sur la base
tient Au coût de remplacement du bien affecté
Compensation - Du bien déprécié ne permettrait pas aux PAP de le
Compte de l’état de dépréciation)
remplacer, eu Egard à l’inflation

Prix de cession du Service des domaines -Valeur au prix dominant du marché


- Terres Appliquer les dispositions de la BM
(généralement des prix sociaux) -Compensation en nature (terre contre terre)

Selon les typesde cultures Barèmes - Espèce d’arbres/culture Les deux sont d’accord sur la nature des espèces. Mais les taux
-Cultures officiels - Age (productivité), Prévus par la loi sont figés et ne tiennent pas compte des autres
(taux figés) - Prix des produits en haute saison (au aspects. Appliquer les dispositions de la BM
-Barèmes officiels en m², établis en meilleur coût)
fonction de:
I) La classification (six catégories),
Ii) Age (taux de vétusté), La catégorisation de la loi camerounaise par ce qu’elle est
Iii) dimensions et - Taux prenante compte: englobante et peut léser certains sur quelques points.
-Bâti Iv) superficie - Le coût des matériaux de construction Les barèmes sont aussi figés, depuis 1985, donc sont dépassés.
Taux réévalué à7,5%/an - Le coût de la main d’œuvre
jusqu’en1990 Appliquer les dispositions de la Banque Mondiale
-Pas d’indemnisation pour les immeubles
vétustes, ou menaçant ruine,
ou construits en enfreignant
la réglementation.

16
Elément
D’appréciation Législation camerounaise Politique PO.4.12delabanquemondiale

Déguerpissement pour les occupants Se conformer à la réglementation de la Banque


illégaux Assistance Mondiale
Dudomaineprivédel’etat.
Propriétaires légaux des terrains Propriétaires légaux des chefs Dispositions similaires
Propriétaires du terrain coutumier Exploitants des terrains coutumiers Dispositions similaires

Personnes ayant perdu un bien Personnes ayant perdu un bien (terres, bâtiment,
(terres, bâtiment, cultures bien Cultures, bien culturel, toutes mises en œuvre Appliquer les dispositions de la BM
Eligibilité culturel, toutes mises en valeur
constatées) Constatées)

Personne limitée dans l’accès aux biens et aux


ressources (maison en location, ressource naturelle) Appliquer les dispositions de la BM

Personnes installées sur les sites du


Inéligibilité projet après l’information Personnes installées sur les sites du projet après
l’information sur le déguerpissement Dispositions similaires
Sur le déguerpissement

Paiement des
Avant la réinstallation Avant la réinstallation Dispositions similaires
Indemnisations
Personnes - Considération particulière pour les vulnérables
Rien n’est prévu par la loi Appliquer les dispositions de la BM
Vulnérables -Assistance multiforme

Contentieux Recours au MINDAF, ou à la justice en Privilégier le dialogue pour une gestion des plaintes à
cas d’insatisfaction d’une PAP l’amiable et dans la proximité Appliquer les dispositions de la BM

Les personnes affectées doivent être informées à


Consultation Prévue par la loi l’avance des options qui leur sont offertes, puis être Dispositions similaires
associées à leur mise en œuvre

17
1.4. Les personnes et les biens affectés

Un recensement exhaustif des personnes affectées a été effectué en Mai 2014.L’objectif


était de recenser les ménages et leurs biens affectés ainsi que les biens collectifs impactés….
Les impacts sur les biens bâtis sont relativement importants, étant donné le nombre de
villages et de ménages touchés. Le remplacement des terres agricoles affectées par les… ne
posera pas de problème, car ces terres sont…

Les informations issues des enquêtes sont résumées ci-après :

 Nombre de villages touchés : 15


 Nombre de ménages touchés :
 Surface de cultures vivrières touchées :
 Nombre d’arbres et de cultures pérennes…
 Nombre de tombes touchées :
 Nombre de maisons touchées i
 Nombre de cases touchées :i

La date limite d’éligibilité à compensation des biens correspond à la date de démarrage des
recensements, elle est fixée au 1ermars 2014

1.5 Les barèmes de compensation

Les compensations pourront prendre plusieurs formes :

 Indemnisation en numéraire (pertes de cultures, pertes de tombeaux, pertes de


revenus),
 Compensations en nature (bâtiments privés ou publics).
 Compensations par action de développement et d’appui (appui aux filières agricoles).

Ces dernières compensations pourront être traitées dans le PGES

 Terre portant les cultures vivrières

Pour les terres portant les cultures annuelles, étant donné que même dans leur lieu
d’origine, le défrichage est fait régulièrement, il n’est pas en charge. Cependant, considérant
les problèmes liés au dérangement (déplacement, recherche de nouvelles terres, fertilité
sans doute inférieure), le consultant propose de payer une année de production de ces
champs.

Il est proposé un prix moyen de…., ce prix est cohérent avec le barème officiel de 2003.

 Terres portant des cultures pérennes


Le calcul de la valeur intégrale de remplacement impose de ne pas considérer seulement le
produit de la culture sur une année, mais de prendre en compte le cout de rétablissement

18
de la plantation (plants, labour, engrais et autres), ainsi que le revenu perdu pendant les
années nécessaires au rétablissement de la plantation.

19
Prendre le texte de 2003
Tableau 2 :

Eléments Compensation Compensation PIR Compensation pro - Compensation proposée par le


légale au Cameroun EDC (2008) posée EIES route consultant
(1981) Maroua-Mora 2014
Agrumes : citronnier, orangé, J = 1250 Frs/pied 47000 Frs/pied J = 9500 Frs/pied J = 9500 Frs/pied
mandarinier, pomelo, A = 3500 Frs/pied A = 3500 Frs/pied A = 47000 Frs/pied A = 47000 Frs/pied
pamplemoussier…
Manguier, avocatier J = 1250 Frs/pied J = 5000 Frs/pied J = 14500 Frs/pied J = 14500 Frs/pied
A = 3500 Frs/pied A = 75000 Frs/pied A = 68000 Frs/pied A = 68000 Frs/pied
Papayer J = 150 Frs/pied J = 1000 Frs/pied J = 1000 Frs/pied J = 1000 Frs/pied
A = 500 Frs/pied A = 3000 Frs/pied A = 3000 Frs/pied A = 3000 Frs/pied
Kolatier et safoutier J = 1250 Frs/pied J = 20000 Frs/pied J = 5000 Frs/pied J = 5000 Frs/pied
A = 3500 Frs/pied A = 50000 Frs/pied A = 75000 Frs/pied A = 75000 Frs/pied
Autres arbres fruitiers J = 375 Frs/pied J = 7500 Frs/pied J = 7500 Frs/pied J = 7500 Frs/pied
A = 1720 Frs/pied A = 25000 Frs/pied A = 25000 Frs/pied A = 25000 Frs/pied
Palmier à huile et cocotier De 15 à 25 ans = De 15 à 25 ans = _ _
2000Frs/pied 10000Frs/pied
De 25 ans et plus = De 25 ans et plus =
1725 Frs/pied 35000 Frs/pied
Voacanga J = 600 Frs/pied J = 20000 Frs/pied _ _
CULTURES PERENNES

A = 1200 Frs/pied A = 50000 Frs/pied


Arbres d’ombrage J = 500 Frs/pied J = 5000 Frs/pied J = 5000 Frs/pied J = 5000 Frs/pied
A = 1000 Frs/pied A = 10000 Frs/pied A = 10000 Frs/pied A = 10000 Frs/pied
Autres arbres cultivés Moins de 5 ans = Moins de 5 ans = Moins de 5 ans = Moins de 5 ans = 10000 Frs/pied
1000 Frs/pied 10000 Frs/pied 10000 Frs/pied 5 ans et plus = 20000 Frs/pied
5 ans et plus = 2000 5 ans et plus = 20000 5 ans et plus = 20000
Frs/pied Frs/pied Frs/pied

20
 Tombes

Il est proposé une indemnisation de 80 000 FCFA/tombe ; sans exhumation

 Habitation

Les habitations affectées seront remplacées dans les même villages par des maisons de
surface au moins équivalentes, mais au standing amélioré (en briques de terre recouvertes
de ciment et avec un toit de tôle) . A noter que les maisons de 1 pièce et les cases seront
remplacées par les maisons de 2 pièces. Des latrines privatives seront aussi installées.

Les autres petits bâtiments (greniers, cuisines) seront indemnisés à hauteur de 30 000 FCFA

1.6. Organisation pour la mise en œuvre du PAR

Au stade de la présente étude, le PAR provisoire doit être avalisé par les instances
gouvernementales centrales et régionales, puis présenté aux communautés affectées.

L’organisation de la mise en place du PAR peut être visualisée de la manière suivante :

Supervision et orientation
Structure(s) : Comité interministériel de suivi du PULCI sous
la coordination du MINEPAT

Maitrise d’ouvrage :
MINEPAT/UCP

Maitrise d’œuvre

UCP/SEMRY Consultant

Suivi et contrôle Accompagnement du


Opération de réinstallation et maître d’œuvre
d’indemnisation

Figure 1 : organigrammes des opérations de réinstallation et de compensation

21
1.7 Procédure de recours
Un mécanisme de règlement amiable des conflits, sous forme d’un comité de médiation
rassemblant des personnalités de l’administration, des populations et des ONG, sera mis en
place lors de la phase opérationnelle de paiement des indemnisations. Il sera accessible à
toutes les personnes affectées et permettra une résolution équitable des litiges.

1.8 Assistance aux personnes vulnérables


Les personnes vulnérables comprennent :

 Des personnes handicapées ou souffrant de maladies graves, ainsi que des vieillards,
 Des personnes économiquement vulnérables comme des femmes chefs de ménage
et leur famille.
 …

Ces personnes peuvent être rendues plus vulnérables encore à l’occasion d’une opération de
déplacement, ce qui n’est pas le cas ici. Néanmoins, elles sont notamment susceptibles
d’être exclues des bénéfices de l’opération et de ne pâtir que de ses inconvénients en raison
de : (i) leur absence aux réunions d’information, (ii) leur difficulté de suivre les opérations de
reconstruction, (iii) leur non éligibilité aux indemnisations, par omission ou par négligence.

Les actions envisageables ici seront les suivantes :

 Appui rapproché spécifique pour les aider à retrouver de la terre,


 Assistance pour leur procurer des plants d’arbres fruitiers,

1.9 Suivi et évaluation


Le suivi et l’évaluation constituent des composantes clé des actions de réinstallation et de
compensations, ils poursuivent 2 principaux objectifs :

 Suivi des situations spécifiques et des difficultés apparaissant durant l’exécution du


PAR,
 Evaluation des impacts à moyen et long terme de la perte et du remplacement de
terrains sur les ménages affectés, leur subsistance, leurs revenus et leurs conditions
économiques,

Le suivi se déroulera sur 3 années après la fin de la phase active de


déplacement/réinstallation, sous la responsabilité de la SEMRY.

Des évaluations effectuées par des auditeurs indépendants sont également prévues. Elles
auront lieu une première fois pendant la phase active d’indemnisation, puis une seconde
après une période d’environ 2 ans.

1.10 Coût du PAR


Le budget du PAR s’élève à :FCFA,

22
Ce montant comprend les couts suivants :

 Les indemnisations individuelles et les frais de réinstallation pour FCFA: xxxxxx


 Le coût de la maîtrise d’œuvre pour FCFA: xxxxxxx

Les détails des coûts figurent dans le tableau x ci-après

Tableau 3 : cout des indemnisations et de réinstallations

N° POSTE FCFA
A INDEMNISATION INDIVIDUELLES ET COUTS DE
REINSTALLATION
A1 Indemnisation arbres fruitiers
A2 Indemnisation correspondant à la production
d’une année de cultures vivrières

A3 Habitation et différents bâtiments y compris


tombes
B COMPENSATION COLLECTIVE DES VILLAGES

C MAITRISE D’OEUVRE
C1 Assistance personnes vulnérables et dispositif de
gestion de conflits (ONG, frais de déplacement et
autres)
C2
C3 Facilitation du personnel de l’administration, des
élus et de la chefferie

C4 Suivi des chantiers, conseil juridique


C5 Suivi et évaluation
TOTAL GENERAL

23
2. Introduction

2.1 Objet et contenu du présent rapport

Le présent document constitue le plan d’action de réinstallation (PAR) involontaire des


populations affectées par les travaux du Projet d'Urgence de lutte Contre les Inondations
(PULCI) dans la Région de l'Extrême -Nord du Cameroun.

Il est établi conformément aux lois camerounaises et aux prescriptions contenues dans
lespolitiques de sauvegarde de la Banque Mondiale en l’occurrence l’op/BP 4.12 relatives au
Plan d’Action de Réinstallation involontaire.

Les objectifs et les principes que sous-tend ce plan consistent d’une part à minimiser les
effets du projet sur les populations locales grâce à des compensations et des réinstallations
adéquates, et d’autre part à permettre à celles-ci d’améliorer leur qualité de vie par la
réalisation de certaines infrastructures de meilleures qualité et la fourniture des services et
biens essentiels (eau potable, soins de santé,éducation).

Le présent rapport s’articule autour des parties suivantes :

 Description résumée du Projet causant le déplacement de population et la


compensation de biens.
 Contexte légal et réglementaire
 Résultat des enquêtes socio-économiques et des consultations.
 Cadre organisationnel de la réinstallation.
 Résolution des conflits.
 Suivi et évaluation.
 Assistance aux personnes vulnérables.
 Budget et calendrier d’exécution.

2.2 Conduite du travail

Les activités ayant permis l’élaboration de ce PAR ont été réalisées entre mars et juillet
2014.

Elles se sont articulées autour des points suivants :

 Mise en place des bases de compensation et de réinstallation.


 Identification des villages affectés.
 Recensement précis des populations affectées et recherche participative des lieux
de réinstallation.
 Mise en place d’un cadre légal de compensation et de réinstallation
 Mise en place d’un cadre opérationnel pour l’exécution du PAR

24
La mission s’est déroulée sous le contrôle du maître d’ouvrage du PULCI sous la
coordination de l’ucp.

D’une manière générale, la préparation du PAR a été menée en concertation avec le maître
d’ouvrage et son représentant, les autorités administratives camerounaises, et notamment :

 M. Les sous-préfets de Yagoua, Vele, Maga et Kaïka.

Au moment du recensement, la commission officielle d’évaluation n’était pas encore


opérationnelle, en effet elle n’a commencé son travail qu’à partir du mois d’Août.

2.2.1Concertations préalables avec les autorités administratives et traditionnelles

 Rencontre avec les autorités administratives

Nous avons rencontré successivement M le Gouverneur de la Région de l'Extrême nord, le


Représentant de M le Préfet du Mayo-Danay, les sous-préfets de Yagoua, Vélé, Kaï-Kaïet
Maga suivant le calendrier ci-dessous:

Tableau 4: Organisation des rencontres avec les autorités administrative de la zone d’étude

Date Désignation Observations

1 25/03 014 Visite de courtoisie à M le Gouverneur Le Gouverneur a demandé de le


de la Région de l'Extrême nord et tenir régulièrement informé de
rencontre avec le délégué régional du l'évolution de la mission
Cadastre

2 26/03 014 Réunion de concertation avec le Préfet Il a fallu des efforts pour faire
du Mayo Danay et le Sous-Préfet de comprendre que les personnes
Yagoua affectées par le PULCI sont
différentes des personnes
sinistrées suite aux inondations.

Séance de travail avec le délégué


départemental du Cadastre du Mayo
3 26/03 014 Danay M Oumar Bichaïr Idem

4 27/03/014 Réunion de concertation avec le Sous- Idem


Préfet de VELE M Hapmo Richard

5 28/03/014 Réunion de concertation avec le Sous- Idem


Préfet de Maga
M Abdoulaye Oumarou

PHOTOS

25
Au cours de ces rencontres, nous avons présenté les termes de références de la mission et
son enjeu. Nous avons souligné l'importance de l'appui de l'autorité administrative pour son
heureux aboutissement.

Nous avons à chaque fois noté qu'il risquait d'y avoir une confusion entre le projet de
réinstallation des personnes victimes des inondations de 2012 et 2013, et les personnes qui
risquent d'être affectées par le PULCI ; d'où notre mail du 3 mars 2014 adressé au
Coordonnateur du PACA dont copie en annexe.

Toutes ces autorités ont laissé comprendre qu'elles prendront les mesures nécessaires,
chacune à son niveau pour le bon déroulement de la mission.

C'est ainsi que le Préfet à immédiatement envoyé le message n° 00000063/L/K25/SP, du 26


février 2014 à tous les Sous-préfets du Département pour les inviter à "prendre toutes les
mesures qu'ils jugeront utiles pour le succès de cette opération", avec " un accent tout
particulier... Sur l'information des chefs traditionnels pour une meilleure collaboration"

 Concertation avec les Autorités traditionnelles

Nous avons rencontré, en présence des Sous -préfets des localités couvertes par les plus
hautes autorités traditionnelles entourées de quelques notables, suivant le calendrier ci-
dessous.

Tableau 5:Organisation des rencontres avec les autorités traditionnelles de la zone d’étude

Date Désignation Observations

1 26/02/014 Le Lamido de Yagoua en présence de son Adjoint


M DJALATA Ferdinand

2 27/02/014 Le Lamido de Yagoua représenté par son adjoint


M
Adhésion totale
DJALATA Ferdinand
des autorités
3 28/02/014 Le Lamido de Pouss Saïd Moustapha traditionnelles

4 28/02/014 Le Lamido de Guirvidig Ahmadou Ngourda

PHOTOS

2.2.2 Préparation et conduite de l’enquêtesocio-économique


Les questionnaires et le guide d'administration ont été préparés.

26
Les enquêteurs ont été recrutés et choisis de préférence parmi les techniciens supérieurs de
l'agriculture et du génie rural disposant d'une bonne expérience dans les localités
concernées.

Après avoir constaté le nombre important des personnes qui risquent d'être impactées par
les travaux du PULCI, au cas où l'on devait respecter une bande réglementaire de 300, nous
avons décidé, pour éviter le retard dans la réalisation de la mission, de recruter 12
enquêteurs au lieu de 6 initialement prévus.

Les 5 premiers ont assisté à la réunion de concertation avec le Lamido de Guirvidig le 28


février 2014 et ont été largement briefés après cette rencontre.

Le test d’administration des questionnaires s’est déroulé le 2 mars 2014 et les ajustements
nécessaires ont été faits.

Les enquêtes ont effectivement démarré sur le terrain le 03 mars 2014.


Le tableau de répartition des enquêteurs sur le terrain se trouve en annexe ainsi que l'état
d'avancement des travaux de recensement.

Pour le moment aucune difficulté majeure n’a été relevée. Les enquêteurs de la zone de
Doressou à BeguePalam ont rencontré des personnes qui ont été recasées ailleurs. Ces
personnes recasées ont laissé leurs familles dans les sites de recasement et reviennent
reconstruire leurs anciennes cases détruites. Ils prétendent qu'ils n’ont pas la possibilité de
nourrir leur famille car les champs n’ont pas été prévus pour eux sur ces sites de
recasement.

Pour l'instant ces personnes ne sont pas encore recensées du moment où les cases sont
détruites et que les membres de leurs familles ne sont pas présentes.

D'une manière générale, l'adhésion de la population est totale car elle a été sensibilisée par
les chefs de village. Certains enquêteurs sont accompagnés par les chefs de village ou de
bloc.

A l'issue de la réunion tenue au siège du PACA le vendredi 7 mars 2014, et au cours de


laquelle il a été convenu de considérer la bande impactée de 50 m seulement à partir de la
digue, les enquêteurs ont été immédiatement instruits de ces nouvelles dispositions.

27
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

2.2.3 Consultation publique

2.2.4 Choix et délimitation des lieux de réinstallation

Cartographie des zones impactées

Matérialisation cartographique des zones de recasement

Découpage parcellaire des zones de recasement

2.3 Définition clés


- Projet : Le Projet de Lom Pangar. Projet de construction d’un barrage hydro
électrique sur le Lom.
- Personne Affectée par le Projet (PAP) : Toute personne qui du fait du projet perd des
droits de propriété, d’usage, ou d’autres droits sur un bâtiment, des terres
(agricoles, des cultures annuelles ou pérennes, ou tout autre bien meuble ou
immeuble, en totalité ou en partie et de manière permanente ou temporaire.
- Déplacement physique : Perte de l’hébergement et des biens du fait des acquisitions
de terres par le projet, nécessitant que la personne affectée se déplace sur un
nouveau site. Les personnes physiquement déplacées doivent déménager du fait du
projet.
- Déplacement économique : Pertes de sources de revenu ou de moyens d’existence
du fait de l’acquisition de terrain ou de restrictions d’accès à certain es ressources
(terre, eau, forêt), du fait de la construction ou de l’exploitation du projet ou de ses
installations annexes. Les personnes économiquement déplacées n’ont pas
forcément toutes besoin de déménager du fait du projet.
- Compensation : Paiement en espèces ou en nature pour un bien ou une ressource
acquis ou affecté par le projet.
- Assistance à la réinstallation : Assistance fournie aux personnes déplacées
physiquement par le projet. Cette assistance peut par exemple comprendre le
transport, de l’aide alimentaire, l’hébergement, et où divers services aux personnes
affectées durant le déménagement et la réinstallation. Elle peut également
comprendre des indemnités en espèces pour le dérangement subi du fait de
réinstallation et pour couvrir les frais de déménagement et de réinstallation, tels que
les dépenses de déménagement et le temps de travail perdu.
- Date limite : Date d’achèvement du recensement et de l’inventaire des personnes et
biens affectés par le projet. Les personnes occupant la zone du projet après la date
limite ne sont pas éligibles aux indemnisations ni à l’assistance à la réinstallation. De

28
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

même, les biens immeubles (tels que les bâtiments, les cultures, les arbres fruitiers
ou forestiers) mis en place après la date limite ne sont pas indemnisés.
- Valeur intégrale de remplacement : Le taux de compensation des biens perdus doit
être calculé à la valeur intégrale de remplacement, c'est-à-dire la valeur du marché
des biens plus les coûts de transaction. En ce qui concerne la terre et les bâtiments,
la valeur de remplacement est définie comme suit :
- Terrains agricoles : le prix du marché pour un terrain d’usage et de potentiel
équivalents situé au voisinage du terrain affecté, ou la fourniture d’une terre
semblable plus le coût de mise en valeur permettant d’atteindre u n niveau
semblable ou meilleur que celui du terrain affecté.
- Bâtiments privés ou publics : Le coût d’achat ou de construction d’un nouveau
bâtiment de surface et de standing semblables ou supérieurs à ceux du bâtiment
affecté y compris le coût de toutes taxes d’enregistrement et de mutation. Dans la
détermination du coût de remplacement, ni la dépréciation du bien ni la valeur des
matériaux éventuellement récupérés ne sont pris en compte. La valorisation
éventuelle des avantages résultant du Projet n’est pas non plus déduite de
l’évaluation d’un bien affecté.
- Groupes vulnérables : Personnes qui, du fait de leur sexe, de leur ethnie, de leur âge,
de handicaps physiques ou mentaux, ou de facteurs économiques ou sociaux,
peuvent se trouver affectés de manière plus importante par le processus de
déplacement et de réinstallation, ou dont la capacité à réclamer ou à bénéficier de
l’assistance à la réinstallation et autres avantages peut se trouver limitée.

3. Description du projet

3.1. Justification du projet


Les fortes pluies survenues durant le mois d’août et le début de septembre 2012, (environ
50 ans de période de retour) ont affecté les régions du Nord et de l’Extrême Nord du
Cameroun. Celles-ci ont eu comme conséquence des crues importantes des Mayo Tsanaga,
Boula, Grueléo, Vrick et du fleuve Logone et l’élévation exceptionnelle du niveau d’eau dans
le lac de Maga, qui ont affectées de nombreuses familles, dont certaines sont encore sans
abri définitif.

Pour prévenir et éviter de nouvelles catastrophes, Le Projet d'Urgence de lutte contre les
Inondations dans la Région de l'Extrême Nord élaboré par le Gouvernement avec l'appui de
la Banque Mondiale, a pour but:

29
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

(i) La réhabilitation des ouvrages hydrauliques (la digue/barrage de Maga; la digue de


Logone entre Yagoua et Pouss sur 70 km et les périmètres de la SEMRY I et II, afin d’éviter
leur effondrement à court et long termes.

(ii) l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de contingence multirisque et de


gestion des risques et des catastrophes.

(iii) La mise en place d'un mécanisme d’appui institutionnel pour une meilleure
gestion des ressources en eau dans la zone.

La réalisation et/ou la réhabilitation de ces infrastructures pourrait avoir des impacts


négatifs/positifs sur les populations locales sur le site et juxtaposant le site.

Telles que présentées, ces opérations affecteront des milliers de personnes (et leur cadre de
vie) qui vivent dans les zones d’emprunt et les zones tampons et ceci nécessite leurs
déplacements sur des sites mieux sécurisés.

Le plan d'action de recasement, objet de la présente étude a pour finalité de bien planifier et
d'organiser le déplacement et la réinstallation de personnes qui seront affectées par les
travaux ou qui se trouvent dans les zones de sécurité définie par la réglementation en
vigueur, afin d'éviter ou d'atténuer les graves problèmes socio-économiques et
environnementaux que ce genre d'opérations engendre généralement.

Ce Plan d'Action est réalisé dans l'esprit de l'op BP 4.12 de la Banque Mondiale dont les
dispositions sont présentées ci-dessous.

3.2 Principales composantes du projet


(i) La réhabilitation des ouvrages hydrauliques (la digue/barrage de Maga; la digue de
Logone entre Yagoua et Pouss sur 70 km et les périmètres de la SEMRY I et II, afin d’éviter
leur effondrement à court et long termes.

(ii) l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de contingence multirisque et de


gestion des risques et des catastrophes.

(iii) La mise en place d'un mécanisme d’appui institutionnel pour une meilleure
gestion des ressources en eau dans la zone.

3.3 Les Parties prenantes au Projet


La mise en œuvre du PULCI impliquera plusieurs structures et organismes publics et privés
car il entraînera le déplacement et la réinstallation involontaire des populations installées
sur l'emprise des infrastructures à réaliser ou sur les emprises de sécurité. Ils sont présentés
ci-dessous, chacun avec son rôle statutaire ou réglementaire.

30
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

3.3.1 Structures publiques

 Ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du


Territoire(MINEPAT)
Ce département ministériel est chargé de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique
économique de la nation ainsi que de l’aménagement du territoire. A ce titre, il est entre
autres responsable de (i):la cohérence des stratégies sectorielles de développement du pays;
ii) l’élaboration des normes et règles d’aménagement du territoire et du contrôle de leur
application, (iii) le suivi et le contrôle de la mise en œuvre des programmes nationaux,
régionaux ou locaux d’aménagement du territoire.

 Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MINATD)


Ce Département ministériel représente territorialement toutes les administrations dans les
services déconcentrés et coordonne leurs activités. Dans le cadre de l’expropriation, le
schéma est le suivant:
- Région et Départements:
Les Gouverneurs et les Préfets, assurent la présidence des commissions
d’expropriation, respectivement au niveau de la Région et au niveau départemental.
C’est chacun en ce qui le concerne qui signe l’arrêté qui déclenche le processus de mise
en place de la commission dont il est compétent en vue de la mise en œuvre de la
procédure d’expropriation;
- Arrondissements:
Le Sous-préfet assure la coordination des activités des diverses structures
décentralisées des Ministères techniques; il préside les réunions du comité de
développement local ou de coordination des services, assure la tutelle des collectivités
locales (communes) et des chefferies traditionnelles. Le Sous-préfet joue également un
rôle central dans le suivi de tout projet de développement et d’aménagement devant
se réaliser sur son territoire de compétence. Les Sous-préfets sont d’office membres
des différentes commissions d’indemnisation qui sont mises en place;
- Villages:
Les chefs traditionnels (Chefs de canton et de village) sont des auxiliaires de
l’administration.
Ils sont placés sous l’autorité et le contrôle du Sous-préfet et travaillent à la cohésion
sociale à travers la gestion.

 Ministère des Domaines du Cadastre et des Affaires Foncières (MINDCAF)


Le MINDAF est au centre de la politique nationale de réinstallation involontaire. En charge de
la gestion du patrimoine national, il est responsable des propositions d’affectation des terres,
de l’acquisition et l’expropriation des biens immobiliers au profit de l’Etat, des
établissements publics administratifs et des sociétés à capital public, en collaboration avec
les administrations et organismes concernés. Ses responsables régionaux et

31
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

départementaux sont rapporteurs au sein des Commissions de Constat et d’Evaluation des


biens à ces différents niveaux. Son Ministre est le Président des Commissions Nationales.

 Ministère du Développement Urbain et de l’Habitat (MINDUH)


Il est responsable de la mise en œuvre de la politique nationale en matière de
développement urbain et de l’habitat. C’est ce Ministère qui détermine les taux de
compensation des constructions. Ses attributions s’étendent entre autres à: (i) la
planification et le contrôle du développement des villes, (ii) l’élaboration et le suivi de la mise
en œuvre des stratégies d’aménagement et de restructuration des villes, (ii) la mise en
œuvre de politique de l’habitat social, l’élaboration et la mise en œuvre du plan
d’amélioration de l’habitat, tant en milieu urbain qu’en milieu rural, de la définition et du
contrôle de l’application des normes en matière d’habitat.
En matière d’assainissement, la Direction du Développement Urbain est chargée entre
autres, en liaison avec les ministères et les collectivités territoriales décentralisées
concernées:
- De l’établissement des plans d’aménagement, de restructuration, d’assainissement
et de drainage des villes et quartiers;
- De la maîtrise d’ouvrage des travaux d’aménagement, de restructuration,
d’assainissement et de drainage ainsi que du contrôle des dits travaux ;
- Du suivi et du contrôle des travaux de construction, d’entretien et de réhabilitation
des voiries urbaines des réseaux divers, ainsi que des ouvrages d’art, en liaison avec
les administrations concernées.

 Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER)


Les responsables départementaux de ce ministère sont aussi membres de la Commission de
Constat et d’Evaluation des biens à indemniser. Le MINADER est la partie gouvernementale
qui détermine les taux des cultures à indemniseren fonction du décret de 2003.

 Ministère de l’élevage, des pêches et des industries animales (MINEPIA)


Membres de la Commission de Constat et d’Evaluation des biens à indemniser,non le
MINEPIA est la partie gouvernementale qui s’occupe de l’encadrement des populations dans
l’amélioration de leur condition sylvo-pastorale.

 Ministère des Travaux Publics (MINTP)


Il est chargé de l’entretien et la protection du patrimoine routier, et intervient dans
l’évaluation des biens meubles à indemniser et est chargé d’effectuer le métrage des
bâtiments et autres infrastructures.

3.3.2. Collectivités territoriales décentralisées

Elles sont sous la tutelle du MINATD. Les communes interviennent dans le développement
local en matière d’amélioration et/ou de construction/réhabilitation des équipements et

32
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

infrastructures communautaires. Elles sont gérées par les Maires qui sont aussi membres des
commissions d’expropriation. On distingue dans les zones ciblées par le Projet, les
Communes urbaines (Yagoua, Vélé, Kaï-Kaï et Maga).
Insérer les députés

3.3.3 Organisations non gouvernementales

Ce sont des organisations de la société civile qui interviennent dans l’animation,


l’encadrement, la formation des communautés et autres acteurs éventuels, et dans l’appui -
conseil.
Dans le cadre de la Politique de Réinstallation du Projet d’Urgence de Lutte Contre les
Inondations, ces institutions interviendront pour jouer leur rôle. Leurs capacités seront
renforcées à cet effet en matière de directives de la Banque Mondiale et des modalités de
réinstallation du présent Cadre.

A compléter après la dernière phase des consultations i

4. Contexte Légal et réglementaire

4.1 Les régimes de propriété des terres au Cameroun


Comme dans beaucoup de pays d’Afrique, le droit foncier au Cameroun est complexe du fait
de la juxtaposition d’un droit formel et d’un droit coutumier.
Les ordonnances 74-1, 74-2 et 74-3 du 6 juillet 1974 sont les lois fondamentales qui
définissent la propriété privée, le champ des domaines public et privé de l’Etat ainsi que du
domaine national.
Selon cette typologie des statuts d'occupation foncière, quatre cas sont à considérer :

1) Domaine public de l’Etat(chapitre 1 des ordonnances 74-1, 74-2 et 74-3 du 6 juillet


1974).

D’après l’article 2, font partie du domaine public, tous les biens, meubles et immeubles qui
par nature ou destination sont affectés soit à l’usage du public, soit aux services publics. Les
biens du domaine public sont inaliénables et imprescriptibles.

La propriété publique (articles 3 et 4) est divisée en propriété naturelle et en propriété


publique artificielle.

La propriété naturelle comprend les côtes, les voies d’eau, le sous-sol.

La propriété publique artificielle comprend les terrains utilisés pour différents usages publics
tels que les routes, voies de chemin de fer, les ports, les aéroports et l’espace aérien. «
Néanmoins, certaines parties du domaine public peuvent faire l’objet d’affectations
privatives soit sous la forme de concession, d’une durée maximale de 30 ans, soit sous la
forme d'un permis d’occupation révocable à tout moment » (article 13).
33
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

2) Domaine privé de l’Etat (chapitre 1 des ordonnances 74-1, 74-2 et 74-3 du 6 juillet 1974).

D’après l’article 10, font partie du domaine privé de l’Etat :

- Les terrains qui supportent les édifices, constructions et aménagements réalisés


et entre tenus par l’Etat,
- Les biens meubles et immeubles acquis par l’Etat à titre gratuit ou onéreux selon
les règles du droit commun,
- Les immeubles dévolus à l’Etat en vertu d’expropriations pour cause d’utilité
publique,
- Les prélèvements décidés par l’Etat sur le domaine
national.
La loi de 74 n'est plus envigueur

3) Domaine national (Titre 3 des ordonnances 74-1, 74-2 et 74-3 du 6 juillet 1974)

D’après l’article 14, il s’agit des terres non classées dans le domaine public et ne faisant pas
l’objet d’un titre de propriété privée.
D’après l’article 15, les terres du domaine national se divisent en deux parties :
- Les terres dont l’occupation se traduit par une emprise évidente de l’homme sur la
terre et une mise en valeur probante (maisons d’habitation, cultures, plantations,
parcours),
- Les terres libres de toute occupation.

L’article 17, précise :" les collectivités coutumières, leurs membres ou toute autre
personne de nationalité camerounaise, qui à la date d’entrée en vigueur de la
présente ordonnance, exploitent ou occupent des terres de la première catégorie de
l’article 15, continueront de les occuper et les exploiter. Ils pourront sur leur
demande, obtenir des titres de propriété".

4) Terres privées (titre 2 des ordonnances 74-1, 74-2 et 74-3 du 6 juillet 1974)
Elles correspondent à des terres ayant reçu un titre légal de propriété. En zone rurale, cette
catégorie est absente.

4.2 Mécanisme légal de l’expropriation pour cause d’utilité publique

4.2.1 Textes réglementaires


 Droit formel
Au Cameroun plusieurs textes réglementaires encadrent l’acquisition foncière et le
déplacement involontaire. Ce sont, pour les plus en vue:
- La constitution du 18 janvier révisée en 1996;
- L’ordonnance n°74-1 du 06 juillet 1974 fixant le régime foncier ;
- L’ordonnance n°74-2 du 06 juillet 1974 fixant le régime domanial;
- L’ordonnance n°74-3 du 06 juillet 1974 et la loi n°85/009 du 04 juillet 1985 relative à
la procédure d’expropriation pour cause d’utilité publique et aux modalités

34
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

d’indemnisation ;
- Le décret n°87/1872 du 16 décembre 1987 portant application de la loi n°85/009 du
04 Juillet 1985 relative à l’expropriation pour cause d’utilité publique et aux modalités
d’indemnisation;
- Le décret n° 66/385 du 30 décembre 1966, portant sur la revalorisation des taux de
mise à prix des terrains domaniaux ; voir circulaire en vigueur
- L’arrêté n° 0832/Y.15.1/MINUH/D000 du 20 Novembre 1987 fixant les bases de calcul
de la valeur vénale des constructions frappées d’expropriation pour cause d’utilité
publique;
- L’arrêté n° 58/MINAGRI du 13 Août 1981 et le décret n°2003/418/PM du 25 février
2003 portant modification des tarifs des indemnités à verser au propriétaire pour
toute destruction d’arbres cultivés et cultures vivrières.

 Constitution du 18 janvier 1996


La Constitution la République de Cameroun établit les principes fondamentaux de protection
des droits individuels, dont le droit de propriété: «La propriété individuelle est le droit d’user,
de jouir et de disposer de biens garantis à chacun par la loi. Nul ne saurait en être privé si ce
n’est pour cause d’utilité publique, et sous la condition d’une indemnisation dont les
modalités sont fixées par la loi.»

 Ordonnance n°74-1et n°74-2 du 06 juillet 1974fixant le régime foncier et domanial


Ces textes font de l’Etat le seul propriétaire légal et le gardien des terres. Il lui donne la
prérogative d’intervenir pour s’assurer de l’utilisation rationnelle des terres, en fonction des
priorités de développement du pays. Selon ces textes, les terres du Cameroun sont classées
en trois grandes catégories: la propriété privée, le domaine public, et le domaine national.
- La propriété privée: Est propriété privée tout bien acquis par l’Etat ou par les
individus: terres immatriculées, « free holdlands », terres acquises sous le régime de
la transcription, terres consignées au Grundbuch. Seules les terres ayant ce statut
peuvent, selon la loi camerounaise, bénéficier de l’indemnisation en cas de
déplacement involontaire;
- La propriété publique: c’est le statut de tout bien mobilier ou immobilier mis à part
pour l’utilisation directe du public ou des services publics. Cette propriété peut être
publique naturelle (Comme les côtes, les voies d’eau, le sous-sol, l’espace aérien),ou
publique artificielle, faite de tout terrain affecté à des usages divers tels que les
routes, les pistes, les chemins de fer, les lignes télégraphiques et téléphoniques, les
alluvions déposées en amont et en aval des sites construits pour un usage public, les
monuments publics et bâtiments installés et maintenus par l’Etat, les concessions aux
chefs de tribus traditionnels de terres. Les biens du domaine public sont inaliénables,
imprescriptibles, et insaisissables;
- Le domaine national: Il est composé des terres qui ne sont classées ni dans le
domaine privé de l’Etat ou des autres personnes, ni dans le domaine public. Elles sont

35
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

administrées par l’Etat, pour une mise en valeur et une utilisation rationnelles. Elles
peuvent être allouées en concession par l’Etat à des tiers, louées, ou assignées. Elles
peuvent aussi être occupées par des habitations, les plantations, les zones de
pâturages. Elles peuvent encore être libres de toute occupation.

 Ordonnance n°74-3 du 06 juillet 1974, la loi n°85/009 du 04 Juillet 1985 relative à


l’expropriation pour cause d’utilité publique et aux modalités d’indemnisation et Décret
n°87/1872/du16décembre1987 portant application de la loi n°85/009du 04 Juillet1985
Les textes ci-dessus définissent les procédures d’expropriation pour cause d’utilité publique
des terres et déterminent les compensations à accorder aux victimes en relation avec la
Constitution et la législation foncière.
En rappel, l’expropriation affecte uniquement la propriété privée telle qu’elle est reconnue
par les lois et règlements. L’expropriation ouvre droit à l’indemnisation pécuniaire ou en
nature. L’indemnité due aux personnes évincées est fixée par le décret d’expropriation. Le
décret d’expropriation entraîne le transfert de propriété et permet de muter les titres
existants au nom de l’Etat ou de toute autre personne de droit public bénéficiaire de cette
mesure.
En principe, l’expropriation ouvre droit à une indemnisation préalable. Toutefois, dans
certains cas, le bénéficiaire de l’expropriation peut, avant le paiement effectif de l’indemnité,
occuper les lieux dès la publication du décret d’expropriation. Un préavis de six(06) mois à
compter de la date de publication du décret d’expropriation, est donné aux victimes pour
libérer les lieux. Ce délai est de trois(03) mois en cas d’urgence.
L’acte de déclaration d’utilité publique est suspensif de toute transaction et de toute mise en
valeur sur les terrains concernés. Aucun permis de construction ne peut, sous peine de
nullité d’ordre public être délivré sur les lieux.

 Le décret n°87/1872 du 16 décembre 1987 portant application de la loi


n°85/009 du 04 Juillet 1985 relative à l’expropriation pour cause d’utilité publique et aux
modalités d’indemnisation ;

La loi n°85/009 du 04 Juillet 1985 relative à l’expropriation pour cause d’utilité publique
et aux modalités d’indemnisation stipule entre autres :
- L’expropriation pour cause d’utilité publique affecte uniquement la propriété
privée telle qu’elle est prévue par les lois et règlements (Art.2)
- L’expropriation ouvre droit à l’indemnisation pécuniaire ou en nature selon les
conditions définies par la présente loi (Art.3) ;
- L’indemnité due aux personnes évincées est fixée par le décret
d’expropriation(Art.3) ;
- L’indemnité porte sur le dommage matériel direct, immédiat et certain causé par
l’éviction (Art.7);
- La composition et les modalités de fonctionnement de la commission de constat et
d’évaluation (CCE) font l’objet d’un texte réglementaire (Art.7) ;
36
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

- Les modalités de détermination de la valeur des cultures détruites sont fixées par
décret (Art.10);
- La valeur des constructions et autres mises en valeur est déterminée par la CCE
(Art.10);
- Il n’est dû aucune indemnité pour (…) constructions vétustes (…) ou celles
réalisées en infraction (…) des règles d’urbanisme ou aux dispositions
législatives (…)(Art.10) ;

Le décret 87-1872 du 16 décembre 1987 portant application de la loi n° 85-9 du 4 juillet 1985
décrit le fonctionnement de la commission départementale de constat et d’évaluation
(CDCE). Selon le décret, la CDCE est chargée :
- De choisir et de faire borner les terrains concernés aux frais du bénéficiaire (sous-
entendu de la DUP);
- De constater les droits et évaluer les biens mis en cause ;
- D’identifier les titulaires et propriétaires des droits et des biens ;
- De faire poser les panneaux indiquant le périmètre de l’opération, aux frais
du bénéficiaire (de la DUP).
La commission départementale de constat et d’évaluation est présidée par le Préfet. Sa
composition est fixée par l'Art. 2.
Cette commission statue sur la procédure d’expropriation engagée à la demande des
services publics (chapitre I).
La commission débute son travail dès réception de l’arrêté déclarant les travaux
d’utilité publique par la notification du préfet et des autorités locales. Le préfet assure la
publicité par voie d’affichage.
Les populations sont informées au moins 30 jours avant le début des enquêtes sur le terrain
(Art. 10), qui sont menées (…) en présence des propriétaires du fond et des biens qu’il
supporte ainsi que des notabilités des lieux et des populations (…) (Art 11).
A la fin des travaux, la commission produit un procès-verbal de l’enquête signé par tous les
membres de la commission, un PV de bornage et le plan parcellaire retenu, établi par le
géomètre membre de la commission, un état d’expertise des cultures signé par tous
les membres (Art. 12).
Depuis la date de la DUP, toute transaction, mise en valeur ou délivrance de permis de
construire est suspendue (Art. 14).

 Arrêté n° 0832/Y.15.1/MINUH/D000 du 20 Novembre 1987fixant les bases de calcul


de la valeur vénale des constructions frappées d’expropriation pour cause d’utilité publique
Ce texte, et aux fins d’indemnisation, classe les constructions en 6 catégories ou standings,
fonction de la nature des matériaux utilisés. Chaque catégorie bénéficie à la compensation
d’un taux particulier qui tient par ailleurs compte de l’état de vétusté de l’investissement.
Dans le cas du PULCI, ce sont les dispositions de l'op BP 4.12 de la Banque Mondiale qui
prévaudront, car c'est la valeur de remplacement du bien qui devra être considérée.

37
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

 Arrêté n° 58/MINAGRI du 13 Août 1981 et Décret n°2003/418/PM du 25 février 2003


fixant les tarifs des indemnités à allouer aux propriétaires victimes de destruction, pour
cause d’utilité publique, des cultures et arbres cultivés.

Le décret fixe les tarifs des indemnités à allouer aux propriétaires victimes de destruction des
cultures et arbres cultivés survenant pour cause d’utilité publique.
Dans le cas du PULCI, le Consultant s'est inspiré des tarifs utilisés récemment dans le cadre
des travaux de construction du barrage de Lom-Pangar et de l’eies de la route Maroua-Mora
financés entre autres bailleurs de fonds par la Banque Mondiale.

- Droit coutumier (Régime traditionnel)

Le régime foncier traditionnel cohabite avec les lois foncières, avec laquelle ellese superpose.
Ce régime reconnaît aussi la propriété individuelle et la propriété collective.
Dans ce contexte, la propriété individuelle est conférée de trois manières: le droit de hache,
l’achat, ou le don.
- Le droit de hache,la propriété est reconnue par la communauté à la personne ou à la
descendance de la personne qui a le premier mis en valeur les terres ;
- L’achat, l’acquisition se fait auprès de premières cités, contre paiement en espèces ou
en nature, quelquefois en présence des chefs et autorités traditionnelles qui, à
l’occasion, bénéficient de quelques présents. L’achat est conclu par un acte de
cession qui ouvre la voie à la procédure d’immatriculation ;
- Le don est fait par les propriétaires et peut être verbal ou écrit.
L’acquisition des terres dans ces conditions fait partie du droit commun.

Dans la partie septentrionale, l’autorité traditionnelle incarnée par les lamibés est l’unique
détentrice de la terre, qu’elle peut soit vendre (ce qui est assez rare), soit donner à ses sujets
moyennant le devoir de soumission, la dîme ou toute autre forme d’impôt fixé par lui-même.
Le non-respect des obligations ci-dessus expose le paysan ou l’usufruitier au retrait du
terrain, voire à la confiscation de ses biens.
L’acquisition des terres pour les besoins de compensation ou d’infrastructures dans le cadre
du Projet d’urgence de lutte contre les inondations devrait donc tenir compte de ces réalités.

4.2.2. Gestion des terres et de l’expropriation

Le Ministère des Domaines et des Affaires Foncières (MINDAF) et ses services déconcentrés
dans les régions et départements est responsable de la gestion des terres et de
l’expropriation. Les lois du 22 juillet 2004 prévoient le rôle prééminent des collectivités
territoriales dans la gestion de la question foncière. En effet, l’article 13 alinéas 2 et 3 de la
loi du 22 juillet 2004 stipule que «pour les projets ou opérations qu’il initie sur le domaine
national, l’Etat prend la décision après consultation du conseil municipal de la commune

38
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

concernée, sauf impératif de défense nationale ou d’ordre public». Même dans ces deux cas,
la décision de l’Etat est communiquée, pour information au conseil municipal de la
commune concernée. Pour ce projet, les conseils municipaux des communes des villages
situés sur l’emprise du projet doivent être consultés dans le cadre de la définition de
l’emprise du projet.

4.2.3 Les formalités préalables à l’expropriation pour cause d’utilité publique

L’article 2 du décret de 1987 stipule que tout département ministériel désireux


d’entreprendre une opération d’utilité publique saisit le Ministère chargé des Domaines sur
la base d’un dossier préliminaire en deux (2) exemplaires comprenant :
- Une demande assortie d’une note explicative indiquant l’objet de l’opération,
- Une fiche dégageant les principales caractéristiques des équipements à réaliser.

La dite fiche doit nécessairement comporter les éléments d’information


suivants:
- La superficie approximative du terrain sollicité dûment justifiée,
- L’appréciation sommaire du coût du projet y compris les frais
d’indemnisation,
- La date approximative de démarrage des travaux,
- La disponibilité des crédits d’indemnisation avec indication de l’imputation
budgétaire ou de tous autres moyens d’indemnisation.

En ce qui concerne le PULCI, le Consultant du PAR a été invité par le Maître d'Ouvrage à:
 Récupérer la lettre d'engagement du Gouvernement auprès de la Banque
Mondiale
 Récupérer une copie de la lettre du Ministre au Préfet, (dès qu'elle sera
disponible) et relative à la CCE qui devrait collaborer avec le Consultant pour
accélérer les travaux.
 Poursuivre l'étude sur la base de ces propositions en ce qui concerne les sites de
recasement. Présentées lors de la réunion de suivi ténue le 24 avril 2014 à la
Banque Mondiale
 Rapprocher les listes des personnes recensées en 2012 et 203 à recaser dans les
sites déjà sélectionnés avec celles qui ont été recensées dans le cadre du PULCI.

C'est sur cette base qu'une équipe du Consultant se rendra sur le terrain à partir du 10
mai 2014 pour:
 Localiser dans chaque village le site de recasement, en concertation avec les
autorités administratives et traditionnelles ;
 Préparer les propositions d'aménagement sur la base des résultats de
recensement et des grilles de compensation ;

39
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

 Elaborer les projets de plans d'urbanisation et d’aménagement.

Toutes ces données figureront dans le draft du rapport final qui pourra être soumis le 23
mai 2014 au plus tôt.
Les consultations publiques pourront démarrer le 26 mai 2014 et s'achever le 31 mai 2014.
Le rapport définitif sera soumis le 20 juin 2014 avec toutes les annexes et les résultats des
consultations publiques.
Pendant la visite de terrain, le programme de ces consultations seracommuniqué.
Suivant les recommandations du Maître d'ouvrage, la CCE pourra se joindre au Consultant
pour le choix des sites de recasement, à moins qu'elle attende la proposition complète du
Consultant pour procéder aux vérifications.

Dès réception du dossier, le Ministre chargé des Domaines apprécie le bien-fondé des
justifications du projet (sur la base du dossier et du rapport de la mission de
reconnaissance sur le site du projet) et, lorsqu’il juge le projet d’utilité publique, il prend un
arrêté déclarant d’utilité publique les travaux projetés (DUP). Le même arrêté définit
également le niveau de compétence de la commission chargée de l’enquête
d’expropriation, encore appelée Commission de Constat et d’Evaluation (CCE).

4.2.4 Les effets de l’arrêté de la déclaration d’utilité publique

L’arrêté de déclaration d’utilité publique est suspensif de toute transaction et de toute mise
en valeur sur les terrains concernés. Aucun permis de construire ne peut, sous peine de
nullité d’ordre public, être délivré sur les lieux. Est uniquement admise, la poursuite des
procédures d’immatriculation portant sur des dépendances du domaine national de
première catégorie au profit de leurs occupants ou de leurs exploitants.

L’arrêté de déclaration d’utilité publique devient caduc si, dans un délai de deux ans à
compter de la date de sa notification au service ou à l’organisme bénéficiaire, il n’est pas
suivi d’expropriation effective. Sa validité ne peut être prorogée qu’une seule fois par arrêté
du Ministre chargé des Domaines pour une durée n’excédant pas un an. Une obligation de
célérité incombe par conséquent aux opérateurs dans la conduite des opérations
d’expropriation pour cause d’utilité publique.

4.2.5 La réalisation de l’enquête d’expropriation


Dès réception de l'arrêté de déclaration d'utilité publique, le Président désigné de la
commission de constat et d'évaluation le notifie au Préfet et au magistrat municipal de la
localité concernée. Une fois saisi, le Préfet en assure la publicité par voie d'affichage aux
bureaux de la Région, aujourd’hui la région, à la Préfecture, au Service Régional ou
Départemental des Domaines, à la Mairie, à la Sous-préfecture, au chef-lieu du district et à la
chefferie du lieu de situation du terrain, ainsi que par tous autres moyens jugés nécessaires
en raison de l'importance de l'opération.

40
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Pour leur permettre de participer à toutes les phases de l'enquête, les populations
concernées doivent être informées au moins trente jours à l'avance du jour et de l'heure de
l'enquête, par convocations adressées aux chefs de village et notables par les moyens
appropriés. La commission peut, après avoir au préalable arrêté elle -même la liste
exhaustive des propriétaires des biens à détruire, constituer une sous-commission
technique de trois membres au moins, afin d’expertiser une catégorie de ces biens. Le travail
de la sous-commission est exécuté sous la responsabilité et le contrôle de la commission
entière qui en contresigne les documents.
A la fin de l'enquête, la commission de constat et d'évaluation produit :
- Un procès-verbal d'enquête relatant tous les incidents éventuels ou observations
des personnes évincées signé de tous ses membres présents,
- Un procès-verbal de bornage et le plan parcellaire du terrain retenu, établis par le
géomètre membre de la commission,
- Un état d'expertise des constructions et de toute mise en valeur signé de tous les
membres de la commission,
- Un état d'expertise des cultures signé de tous les membres de la commission,
- Un état d'expertise de toute autre mise en valeur signé de tous les membres de la
commission.

Dès la fin des travaux de la commission, et pour la préparation du décret d’expropriation, le


Président de la commission transmet au Ministre chargé des Domaines un rapport qui
procède à la mise en forme du dossier d'expropriation. Celui-ci comporte :
- L'arrêté désignant nommément les membres de la commission,
- Les différentes pièces ci-dessus énumérées.

4.2.6 Modalité de l’indemnisation et Recours judiciaire

L'expropriation pour cause d'utilité publique affecte uniquement la propriété privée telle
qu'elle est reconnue par les lois et règlements. Le décret d'expropriation entraîne le
transfert de propriété et permet de muter les titres existants au nom de l'Etat ou de toute
autre personne morale de droit public bénéficiaire de cette mesure.

Les actions en résolution, en revendication et toutes actions réelles ne peuvent arrêter


l'expropriation ni en empêcher les effets. L'action en réclamation est transportée sur
l'indemnité et le droit en demeure affranchi. En principe, l'expropriation ouvre droit à une
indemnisation préalable. Toutefois, dans certains cas, le bénéficiaire de l'expropriation peut,
avant paiement effectif de l’indemnité, occuper les lieux dès la publication du décret
d'expropriation.

Un préavis de six mois à compter de la date de publication du décret d'expropriation, est


donné aux victimes pour libérer les lieux. Ce délai est de trois mois en cas d'urgence. Les

41
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

indemnités dues pour expropriation sont à la charge de la personne morale bénéficiaire de


cette mesure.

En ce qui concerne l'Etat, elles sont supportées par le budget du département ministériel
ayant sollicité l'expropriation. S'agissant des collectivités publiques locales, des
établissements publics, des concessionnaires de services publics ou des sociétés d'Etat,
chacun de ces organismes doit au préalable négocier avec les propriétaires ou ayants droit
concernés. Le résultat de ces négociations préalables est soumis au Ministre chargé des
Domaines qui peut déclarer d'utilité publique les travaux envisagés en vue de faire conduire
la procédure d'expropriation.

Outre le montant des indemnités d'expropriation fixé conformément aux dispositions de


l'article 3 de la loi n°85/009 susvisée, le décret d'expropriation désigne l'autorité chargée de
prendre la décision de mandatement des crédits correspondants. Il n'est dû aucune
indemnité pour destruction des constructions vétustes ou menaçant es, ruines ou de celles
réalisées en infraction aux règles d'urbanisme ou aux dispositions législatives ou
réglementaires fixant le régime foncier.

Les indemnités dues pour expropriation sont à la charge de la personne morale bénéficiaire
de cette mesure. L'indemnité porte sur le dommage matériel direct, immédiat et certain
causé par l'éviction. Elle couvre :
- Les terrains nus,
- Les cultures,
- Les constructions,
- Toutes autres mises en valeurs, quelle qu'en soit la nature, dûment constatées parla
commission de constat et d'évaluation.

L'indemnité est pécuniaire. Toutefois, en ce qui concerne les terrains, la personne morale
bénéficiaire de l'expropriation peut substituer une compensation de même nature et de
même valeur à l'indemnité pécuniaire. En cas de compensation en nature, le terrain
attribué doit, autant que faire se peut, être situé dans la même commune que le
terrainfrappé d'expropriation.

Le décret d’expropriation n’épuise pas la procédure d’acquisition des terrains par


l’opérateur. L’acquisition définitive des terrains occupés est soumise aux dispositions du
décret n° 76-167 du 27 avril 1976 fixant les modalités de gestion du domaine privé de l’Etat,
modifié et complété par les dispositions du décret n° 95/146 du 04 Août 1995, en particulier
l’attribution en jouissance des dépendances du domaine privé de l’Etat, par voie de
concession (provisoire et définitive) ou de baux ordinaires ou emphytéotiques. Les
concessions de moins de 50 hectares sont attribuées par arrêté du Ministre chargé des
Domaines. Celles de plus de 50 hectares sont attribuées par décret présidentiel. Pour les

42
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

opérateurs étrangers, il ne peut être établi que des baux emphytéotiques. En fait, si
l’expropriation pour cause d’utilité publique incorpore des dépendances du domaine
national au domaine privé de l’Etat, l’attribution en jouissance transfère cette propriété à
l’opérateur bénéficiaire de l’expropriation pour cause d’utilité publique.

4.2.7 Dispositions prises dans le cadre du PULCI

A COMPLETER

4.3 Politique OP 4.12 de la Banque Mondiale

Les politiques de sauvegarde environnementale et sociale de la Banque Mondiale


comprennent à la fois, les Politiques Opérationnelles (PO) et les Procédures de la Banque
(PB). Les politiques de sauvegarde sont conçues pour protéger l’environnement et la société
contre les effets négatifs potentiels des projets, plans, programmes et politiques. Les
politiques de sauvegarde environnementale et sociale les plus courantes sont: PO.4.01
Évaluation Environnementale, y compris la Participation du Public, PO.4.04 Habitats Naturels,
PO.4.09 Lutte antiparasitaire, PO.4.11 Patrimoine Culturel, PO.4.12 Réinstallation
Involontaire des populations, PO.4.10 Populations Autochtones, PO.4.36 Forêts, PO.4.37
Sécurité des Barrages, PO.7.50 Eaux Internationales, PO.7.60 Projets dans des Zones en litige.

Il apparaît que parmi toutes ces Politiques de Sauvegarde, seule la PO.4.12 Réinstallation
involontaire des populations est applicable au Projet d’Urgence de Lutte Contre les
Inondations. Les autres politiques de sauvegarde ne s'appliquent pas au projet. Les activités
qui déclenchent les politiques sus-indiquées doivent être considérées par le Projet. Les
implications de la Politique de Sauvegarde pour le recasement des populations du Projet
d’Urgence de Lutte Contre les Inondations peuvent être résumées comme suit:

 PO.4.12 Réinstallation Involontaires des populations


La politique opérationnelle PO.4.12 de "Réinstallation Involontaire" de la Banque est
applicable dans le cadre de projet de développement dont les activités affectent les
populations, notamment la destruction de leurs systèmes de production ou la perte de leurs
sources de revenus, des restrictions d'accès ou d’utilisation des ressources naturelles et qui
nécessitent un déplacement de ces populations.

La politique opérationnelle PO.4.12 recommande qu’en cas de réinstallation involontaire de


population, des mesures appropriées soient planifiées et mises en œuvre pour éviter que la
réinstallation involontaire provoque des conséquences dommageables sur le long terme, un
appauvrissement des populations et des dommages environnementaux. Ainsi, la politique
PO.4.12 de la Banque sur la réinstallation involontaire vise à:

43
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

- Eviter ou minimiser la réinstallation involontaire autant que possible en envisageant


des variantes dans la conception du projet ;
- Lorsqu’une réinstallation de population ne peut pas être évitée, les activités de
réinstallation devront être conçues et exécutées sous la forme de programmes de
développement durable devant procurer aux personnes déplacées par le projet
suffisamment de moyens d’investissement pour leur permettre de bénéficier des
avantages du projet. Dans ce cas, les populations déplacées devront être consultées
et participées à la planification et à l’exécution des programmes de réinstallation.
- Les personnes déplacées devront être assistées dans leurs efforts pour améliorer
leur niveau de vie ou au moins pour rétablir leurs moyens d’existence à son niveau
d'avant la réinstallation ou de la mise en œuvre du projet.
La politique P O 4.12de la BM prendre en compte les conséquences économiques et sociales
des activités de projet financé par la BM et qui sont occasionnées par:

- Le retrait involontaire de terres provoquant la réinstallation ou perte d’habitat, la


perte de biens ou d’accès à ses biens, la perte de sources de revenus ou de moyens
d’existence, que les personnes affectées aient ou non à se déplacer sur un autre site
- La restriction involontaire de l’accès à des parcs définis comme tels juridiquement,
et à des aires protégées entraînant des conséquences sur moyens d’existence des
personnes déplacées.

La politique P O.4.12 détermine les mesures requises pour traiter des impacts de la
réinstallation involontaire, à savoir l’élaboration d’un plan de réinstallation ou un cadre de
politique de réinstallation. Ce cadre exige que les populations faisant l’objet de réinstallation
soient:
- Informées des possibilités qui leur sont offertes et des droits se rattachant à leur
réinstallation;
- Consultées, soumises à plusieurs choix et informées des alternatives réalisables aux
plans technique et économique;
- Pourvues rapidement d’une compensation effective au coût intégral de
remplacement pour les pertes de biens directement attribuables au projet.

Aussi, le plan de réinstallation doit prendre en compte les indemnités de réinstallation


pendant la réinstallation, les aides pour la reconstruction de logement, pour l’acquisition de
terrains à bâtir, de terrains agricoles. Lorsque cela est possible pour l’atteinte des objectifs
de la politique, le plan de réinstallation prévoit pour les personnes déplacées une aide après
la réinstallation, pour une période transitoire d’une durée fondée sur une estimation
raisonnable du temps probable nécessaire au rétablissement de leurs moyens d’existence et
de leurs revenus. Il devrait prévoir une aide au développement pour la viabilisation des
terrains, des mécanismes de crédit, la formation ou des créations d’emploi qui s’ajouteraient
aux mesures de compensation.

44
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

La politique P O.4.12 requiert que les besoins des groupes vulnérables au sein des
populations déplacées soient spécifiquement examinés lors de l’élaboration et la mise en
œuvre du plan de réinstallation.

Globalement, le principe fondamental de la politique PO.4.12 est la sauvegarde au moins, à


défaut d’une amélioration des conditions de vie des populations affectées par les activités
d’un projet financé par la Banque Mondiale. Pour garantir que la accorder aux populations
affectées seront effectifs, la politique PO.4.12 exige dans le cadre du plan de réinstallation un
programme de suivi/évaluation du plan.

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’urgence de lutte contre les inondations, la
politique PO.4.12 de la Banque Mondiale est applicable au PAR.

4.4 Comparaison entre la législation camerounaise et les directives de la Banque mondiale


L’examen de la politique PO.4.12 de la Banque Mondiale et de la législation nationale
présentée ci-dessus indique des points de convergences et de différences.
Les points de convergences portent sur:
- Le principe même de l’indemnisation/compensation en cas de perte des biens;
- La période de compensation, qui doit se situer préalablement à la mise en œuvre de
l’investissement;
- Les formes de compensation (numéraire, nature);
- L’information et consultation des populations;
- L’inéligibilité pour les occupants du site postérieurement à la délivrance de
l’information relative au projet.

Les différences concernent des éléments prescrits par la Banque Mondiale mais qui sont
inconnus de la législation nationale:
- Les taux d’indemnisation;
- Les formes de prise en charge;
- Le mode de gestion des litiges;
- L’assistance aux groupes vulnérables;
- Le suivi des réinstallés et la réhabilitation économique des paps.

Toutefois en cas de contradiction entre la législation nationale et la PO.4.12, ce sont les


dispositions de la PO.4.12qui devront prévaloir.

45
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Tableau 6: Lecture comparée de la réglementation nationale et la politique de la banque mondiale et suggestions

Elément Recommandations par rapport au Projet d’urgence de


D’appréciation Législation camerounaise Politique PO.4.12delabanquemondiale lutte contre les inondations
Indemnisation en cas de - Compensations en cas de - Principe similaire de rétablissement dans les
Principe
réinstallation réinstallation involontaire droits
Général
Involontaire - -Réhabilitation économique - Appliquer les dispositions de la BM
- Assistance multiforme aux déplacés
Assistance aux - Suivi pour s’assurer du confort des
Rien n’est prévu par la loi - Appliquer les dispositions de la BM
Déplacés nouvelles
- Conditionsd’installationdesPAP
A la valeur nette actuelle du bien (le - Appliquer la politique de la Banque car
Taux de l’indemnisation sur la base
taux tient Au coût de remplacement du bien affecté
Compensation - Du bien déprécié ne permettrait pas aux PAP de
Compte de l’état de dépréciation)
le remplacer, eu Egard à l’inflation
Prix de cession du Service des
-Valeur au prix dominant du marché
- Terres domaines Appliquer les dispositions de la BM
-Compensation en nature (terre contre terre)
(généralement des prix sociaux)
Selon les typesde cultures Barèmes - Espèce d’arbres/culture Les deux sont d’accord sur la nature des espèces. Mais les
-Cultures officiels - Age (productivité), taux Prévus par la loi sont figés et ne tiennent pas compte
(taux figés) - Prix des produits en haute saison (au des autres aspects. Appliquer les dispositions de la BM
-Barèmes officiels en m², établis en meilleur coût)
fonction de:
I) La classification (six catégories), La catégorisation de la loi camerounaise par ce qu’elle est
Ii) Age (taux de vétusté), englobante et peut léser certains sur quelques points.
- Taux prenante compte:
Iii) dimensions et Les barèmes sont aussi figés, depuis 1985, donc sont
-Bâti - Le coût des matériaux de construction
Iv) superficie dépassés.
- Le coût de la main d’œuvre
Taux réévalué à7,5%/an
jusqu’en1990 Appliquer les dispositions de la Banque Mondiale
-Pas d’indemnisation pour les
immeubles vétustes, ou menaçant
ruine, ou construits en
enfreignant la réglementation.

46
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Elément
D’appréciation Législation camerounaise Politique PO.4.12delabanquemondiale
Déguerpissement pour les occupants Se conformer à la réglementation de la Banque
illégaux Assistance Mondiale
Dudomaineprivédel’etat.
Propriétaires légaux des terrains Propriétaires légaux des chefs Dispositions similaires
Propriétaires du terrain coutumier Exploitants des terrains coutumiers Dispositions similaires

Personnes ayant perdu un bien Personnes ayant perdu un bien (terres, bâtiment,
(terres, bâtiment, cultures bien Cultures, bien culturel, toutes mises en œuvre
culturel, toutes mises en valeur Appliquer les dispositions de la BM
Eligibilité Constatées)
constatées)

Personne limitée dans l’accès aux biens et aux


ressources (maison en location, ressource naturelle) Appliquer les dispositions de la BM

Personnes installées sur les sites du


projet après l’information Personnes installées sur les sites du projet après
Inéligibilité l’information sur le déguerpissement Dispositions similaires
Sur le déguerpissement

Paiement des
Avant la réinstallation Avant la réinstallation Dispositions similaires
Indemnisations
Personnes Considération particulière pour les vulnérables
Rien n’est prévu par la loi - Assistance multiforme Appliquer les dispositions de la BM
Vulnérables

Recours au MINDAF, ou à la justice en Privilégier le dialogue pour une gestion des plaintes à
Contentieux cas d’insatisfaction d’une PAP l’amiable et dans la proximité Appliquer les dispositions de la BM

Les personnes affectées doivent être informées à


Consultation Prévue par la loi l’avance des options qui leur sont offertes, puis être Dispositions similaires
associées à leur mise en œuvre

47
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Tableau 7: Carte administrative de la Région de l’Extrême-Nord

Mayo Danay Logone et Chari Mayo Kani Mayo Tsanaga Diamaré Mayo Sava

Chef- Chef- Chef- Chef


Arrondissement Arrondissement Arrondissement Chef- Lieu Arrondissement Arrondissement Chef- Lieu Arrondissement
Lieu Lieu Lieu
Lieu

Yagoua Yagoua Kousseri Kousseri Kaélé Kaélé Mokolo Mokolo Maroua Maroua Mora Mora

Moulvou Moulvou
Kar-Hay Doukoula Makary Makary Bourrha Bourrha Meri Meri Tokomberé Tobomberé
Daye Daye

Maga Maga Fotokol Fotokol Mindif Mindif Koza Koza Gazawa Gazawa Kolofata Kolofata

Wina Wina Blangoua Blangoua Moutourwa Moutouwa Mogode Mogode Bogo Bogo

Ndoukoula
Gueré Gueré Goulfey Goulfey Guidiguis Guidiguis Hina Hina Ndoukoula
(district)

Logone Dargala
Gobo Gobo Logone Birni Taibong Dziguilao Mayo Moskota Mozogo Dargala
Birni
(district)

Tchatibali Tchatibali Waza Waza Porhi Touloum Souledé Roua Roua

Datcheka Datcheka Hile Alifa Hile Alifa

Kalfou Kalfou Darak Darak

Velé Velé Zina (district) Zina

48
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Mayo Danay Logone et Chari Mayo Kani Mayo Tsanaga Diamaré Mayo Sava

Kaikai Kaikai

49
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

5. Description du milieu socio-économique affecté par le Projet


Ce chapitre fera ressortir les principales données socio-économiques de la zone d’étude à
travers la description du contexte institutionnel et la présentation des caractéristiques socio-
économiques des populations affectées par le projet.
5.1 Contexte institutionnel
5.1.1. Organisation administrative
La nouvelle organisation administrative du Cameroun est établie d’après le décret
présidentiel N° 376/2008 du 12 novembre 2008. Celle-ci est constituée des Régions, des
départements et des arrondissements, placée respectivement sous l’autorité d’un
Gouverneur, d’un Préfet et d’un Sous-préfet.
Ces unités administratives déconcentrées sont complétées au niveau local par des
collectivités territoriales décentralisées, instituées par la constitution du 18 janvier 1996 : la
Région et la commune.
Le Projet d’Urgence de Lutte Contre les Inondations (PULCI) est situé dans la Région de
l’Extrême-Nord plus précisément dans le département du Mayo-Danay et touche les
arrondissements de Yagoua, Vélé, Kaï-kaï et Maga.
La loi n°2004/18 du 22 juillet 2004 fixant les règles applicables aux communes confie aux
communes, dans son article 3, la mission de développement local et d’amélioration du cadre
et des conditions de vie de ses habitants. Elle constitue de ce point de vue, un interlocuteur
privilégié des opérateurs des projets comme le cas du PULCI dans l’élaboration et la mise en
œuvre des projets socio-économiques.
Pour ce projet, sont concernés le Lamido de Yagoua et de Guirvidig, le sultan de Pouss, les
chefs de village et ou de quartiers appelés Lawan et Djaoro.
5.1.2. Gestion des terres et de l’expropriation
Le Ministère des Domaines et des Affaires Foncières (MINDAF) et ses services déconcentrés
dans les régions et départements est responsable de la gestion des terres et de
l’expropriation. Les lois du 22 juillet 2004 prévoient le rôle prééminent des collectivités
territoriales dans la gestion de la question foncière. En effet, l’article 13 alinéas 2 et 3 de la
loi du 22 juillet 2004 stipule que «pour les projets ou opérations qu’il initie sur le domaine
national, l’Etat prend la décision après consultation du conseil municipal de la commune
concernée, sauf impératif de défense nationale ou d’ordre public». Même dans ces deux cas,
la décision de l’Etat est communiquée, pour information au conseil municipal de la
commune concernée. Pour ce projet, les conseils municipaux des communes des villages
situés sur l’emprise du projet doivent être consultés dans le cadre de la définition de
l’emprise du projet.

50
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

5.2. Caractéristiques socio-économiques de la population affectée par le PULCI (Projet


d'Urgence de Lutte Contre les Inondations) dans la région de l'Extrême-Nord
Dans le cadre de ce projet, plusieurs études ont déjà été menées pour circonscrire la zone
impactée et les populations affectées, la réalisation du tracé le long du Logone et la zone
située autour du barrage de Maga. Les résultats ci-après sont basés sur les sources ci-
dessous présentés :
 Une étude socio-économique de la région de l’Extrême-Nord réalisé par la Délégation
Régionale du MINEPAT en 2009 ;
 Une étude sur les conditions de vie des ménages à l’Extrême-Nord conduite par la
direction de la statistique et de la comptabilité nationale en 2002 ;
 Le recensement général de la population et de l’habitat réalisé en 2005 ;
 L’étude socio-économique réalisée en mars 2014 intéressant tous les villages a
permis de faire un recensement des populations potentiellement affectées.
5.2.1 La zone concernée et acteurs sociaux
La zone concernée par le PULCI est située dans le département du Mayo-Danay et couvre les
arrondissements de Yagoua, Vélé, Kaï-Kaï et Maga. Elle s’étend le long du fleuve Logone de
Yagoua à Pouss sur 70 Km, de Pouss à 5km de Tékélé et de Pouss à Guirvidig sur 27km le
long du lac Maga circonscrit sur 50 m du pied de la digue.
Les arrondissements sont administrés par les Sous-préfets et au niveau inférieur, les chefs de
village possèdent l’autorité. Ces derniers sont des auxiliaires d’administration. Le pouvoir
traditionnel est détenu par le Lamido de Yagoua et de Guirvidig ainsi que le Sultan de Pouss.
Ceux-ci conservent l’essentiel du pouvoir traditionnel, social et dans une moindre mesure
économique, chacun dans son unité de commandement. Pour l’accomplissement de ces
missions, ils sont entourés des chefs de villages appelés Lawan et des chefs de quartiers,
Djaoro.
Le lamidat correspond à la chefferie de premier degré et le village à la chefferie du troisième
degré.
Ces chefs très écoutés constituent des leaders locaux pouvant contribuer significativement à
la réussite des campagnes de sensibilisation des populations sur le projet ainsi que la
maîtrise des conflits pouvant surgir.
Ils concourent également au maintien de l’ordre de leur unité de commandement, à la
cohésion sociale à travers la gestion des affaires courantes et au développement socio-
économique et culturel de leurs collectivités par la mobilisation des habitants.
Le tableau 1 suivant présente l’organisation administrative de la zone d’étude.

Tableau 8: Organisation administrative de la zone d’étude

51
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Région Département Arrondissements Chefferie 1erdégré Chefferie des villages

Yagoua Lamidat de Yagoua Lawan et djaoro

Vélé, Lamidat de Yagoua Lawan et djaoro

Extrême- Kaï – Kaï Sultanat de Pouss Lawan et djaoro


Mayo Danay
nord
Sultan de Pouss Lawan et djaoro
Maga Lamidat de
Lawan et djaoro
Guirvidig

Les villes de Yagoua, Vélé, Kaï-Kaï et Maga sont administrés par des maires.
Outre les autorités traditionnelles et les représentants de l’administration, il existe sur la
zone d’étude un certain nombre d’acteurs sociaux qui ont une influence ou une action sur
les populations :
- Les élites, qui sont ressortissants du village qui vivent le plus souvent en ville où ils
occupent une fonction socialement valorisée. Ils servent d’interface entre le village et
le monde extérieur et sont consultés régulièrement par les tenants du pouvoir local
qui prennent en compte leur avis,
- Les partis politiques, leurs idées sont relayées auprès des populations par les
conseillers municipaux qui jouent un rôle important dans les villages.
- Les autorités religieuses sont représentées par deux confessions : le christianisme qui
est fortement ancrée dans la zone d’étude par l’église catholique, l’église fraternelle
luthérienne qui est très active et l’islam qui est présent dans tous les villages de la
zone
- L’encadrement technique, est assuré par PACA, PADFA, PDR Extrême-nord,
- Interviennent également dans la zone, les organismes internationaux suivant l’unicef,
le HCR, l’Union Européenne (UE), la Banque Islamique de Développement (BID) ; les
ONG internationaux Care International, les Volontaires Allemands (DED), les
Volontaires Néerlandais (SNV), Peace Corps, Plan International ; les ONG
confessionnelles le Comité Diocésain de Développement (CDD), le Catholic Relief
Service (CRS), l’Union des Eglises Fraternelles Luthériennes (UFLC) et les ONG
nationales à savoir Sana Logone, l’Association Femmes et Progrès (AFEP), la Cellule
d’Appui à la Formation Rurale (CAFOR) et le Service d’Appui aux Initiatives Locales de
Développement (SAILD)
- Les groupements d’intérêts communs (GIC), les unions de GIC, les Coopératives et les
associations qui sont très nombreux.

52
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

5.2.2. Données démographiques et sociales


La démographie
La région de l’Extrême-Nord est la région la plus peuplée du Cameroun avec une population
de 3 111 792 habitants. Elle compte six départements dont le département du Mayo-Danay.
Ce dernier compte environ les 1/6 de la population de la région.
Suivant le rapport du 3e recensement général de la population et de l’habitat effectué en
2005 et le taux d’accroissement annuel de 2,6% dans la région de l’extrême-nord, le
département du Mayo-Danay comprend 679 257 habitants dont la densité est de 99,82
habitants au km2. La population est constituée de 48% des hommes et de 52% des femmes.
43% de la population à moins de 15 ans et 44% entre 15 et 55 ans. La population du Mayo-
Danay est essentiellement jeune.
Le Département du Mayo-Danay compte 11 arrondissements dans lesquels se trouvent les
arrondissements impactés par le PULCI à savoir: Yagoua, Vélé, Kaï-Kaï et Maga.
La population totale de ces localités est évaluée à 351 964 habitants dont 71 084 à Kaï-Kaï,
109 259 à Maga, 53 529 à Vélé et 118 092 à Yagoua.
La population recensée des arrondissements touchés par le PULCI est constituée d’une
mosaïque d’ethnies composées des sédentaires dont les principaux groupes sont :
- Les Massa : ils sont présents dans presque tous les villages des 4 zones impactées par
le Projet. Ils sont majoritaires dans les localités de Yagoua, Vélé et à Doreissou dans
la localité de Kaï Kaï. A Bégué palam, Djafga et Dougui dans la localité de Kaï Kaï et à
Maga, ils sont minoritaires.
- Les Mousgoum : ils se retrouvent majoritaires dans les localités de Kaï-Kaï (Bégué
palam, Djafga et Dougui) et de Maga et presque inexistants à Yagoua et à Vélé.
- Les autres ethnies existantes recensées dans les 4 localités sont très peu
nombreuses. Ce sont les Haoussa à Doreissou, Kotoko à Vounaloum et Foulbé à
Guémé.
L’habitat
L’habitat dans la zone se caractérise par une forte dispersion. Les concessions appelées Saré,
sont des groupements de plusieurs cases clôturées ou non dans lesquelles vivent une famille
ou un ménage. Cette famille est composée de plusieurs chefs de famille, constitués des
frères cadets, de leurs épouses ainsi que de leur descendance et parfois d’autres parents
(grands-parents, veuves...) Comptant en moyenne cinq à dix personnes. Ses concessions
sont constituées de plusieurs cases (cuisine, salon, chambre, toilette) et autres petits
bâtiments (porcherie, bouverie, boutique, grenier, hangar …) en terre (couverte de tiges de
mil ou d’herbes graminées), brique de terre cuite ou brique de terre non-cuite couvertes le
plus souvent par une toiture en paille ou en Seko (paille tressée).

53
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Le cadre de vie
L’accès à l’eau potable sécurisée (forages) est limité à une petite partie de la population.
Dans la majorité des cas, les ménages s’approvisionnent dans des puits (. Quelques-uns sont
protégés, d’autres à découverts d’où l’apparition d’un certain nombre de maladies
parasitaires telles les diarrhées.
L’électrification rurale est présente dans plusieurs villages de la zone d’étude. Dans les
villages où il manque de l’électricité, de rares groupes électrogènes privés sont utilisés, ce
qui limite quand même le potentiel de développement rapide de la zone.
5.2.3. Données socio-économiques et interprétation
Le système de production des ménages recensés combine de manière harmonieuse
l’agriculture, la pêche et l’élevage. L’importance relative de chaque activité dépend aussi
bien des conditions climatiques que de la localisation dans l’espace des groupes et des
ressources naturelles dont ils disposent.
Hors mis les principales activités que sont l’agriculture, l’élevage et la pêche, le port de sable,
l’artisanat et le petit commerce constituent des activités non négligeables pour la survie
d'une petite partie de la population.
L’Agriculture
L’activité agricole est pratiquée par l’ensemble des personnes recensées. Les principales
spéculations pratiquées par les paysans se répartissent en deux catégories : les cultures
pluviales (sorgho rouge, mil blanc et rouge, maïs, arachide, niébé, coton, patate douce, etc.)
Et les cultures de contre-saison (sorgho de saison sèche ou mouskwari, riz irrigué, maïs de
décrue, cultures maraîchères diverses ...).
La culture du riz comme céréale complémentaire au mil et au sorgho revêt une importance
particulière pour l’ensemble des riverains. Car c’est la culture qui est la plus pratiquée dans
les localités touchées par le projet (dans la limite circonscrite par le PULCI à savoir 30 m du
pied de la digue, c’est le mil qui est la culture la plus pratiquée suivie du sorgho). Les ruraux
ont bénéficiés des parcelles d’un demi‑hectare, appelées « piquets », qui constituent les
superficies minimales attribuées par la SEMRY.
Un véritable «marché des piquets» est né, caractérisé par la redistribution d’une partie
importante du périmètre à chaque campagne. Cela permet à de nombreux producteurs et
non paysans de pratiquer plus ou moins durablement la riziculture. En l’absence de titre
foncier, les parcelles ne peuvent ni être cédées ni être transférées par héritage. En revanche,
la location s’est développée et perdure encore de nos jours. Elle procure un revenu (de
l’ordre de 20000 FCFA/piquet) pour ceux qui disposent de plusieurs piquets ou préfèrent
s’adonner temporairement à d’autres activités. D’après la SEMRY, environ 25% des
producteurs récoltent moins de 4 t/ha et 25% plus de 6 t/ha. La diversité des rendements,
qui résulte de stratégies familiales différentes et de conditions physiques, dont le producteur

54
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

n’est pas toujours responsable, a des incidences directes en matière de paiement de la


redevance et de revenus monétaires.
D’autres cultures comme le maïs, l’arachide, le niébé et les cultures maraîchères apportent
aux producteurs des revenus assez conséquents.
Néanmoins, quelques difficultés dans la culture de riz sont à observer :
- Les canaux d’irrigation et de drainage sont bouchés ;
- Les pompes tombent régulièrement en panne ;
- Le manque d’engins de labour ;
- La présence des oiseaux granivores ;
- Les aléas climatiques ;
- L’inorganisation des riziculteurs.
L’élevage
L’élevage constitue l’une des activités majeures pour les ménages recensés. Il est, parmi les
activités traditionnelles la plus rémunératrice et c’est un élevage sédentaire. L’élevage
comprend du gros bétail (bovins), des petits ruminants (ovins, caprins), des porcs et la
volaille.
Ces derniers jouent un rôle social très important et les éleveurs font du bétail un patrimoine
de prestige qu’ils thésaurisent volontairement et fièrement, même quand des besoins
essentiels ne sont pas satisfaits.
Le troupeau familial exprime en effet la richesse du groupe dans la mesure où il lui permet
d’acquérir des épouses et d’augmenter sa descendance. Les bovins ne peuvent quitter le
groupe familial que pour procurer des épouses. La compensation matrimoniale connaît une
certaine stabilité (8 à 14 têtes), malgré l’existence d’un marché fluctuant. Le bétail peut faire
l’objet de prêt et sert aussi à organiser des cures de lait. Les bovins sont gardés par les
hommes et, après la traite matinale, ils sont conduits au pâturage.
Malgré cela, l’élevage souffre du manque de pâturage, des problèmes sanitaires et d’un
faible taux de commercialisation. Aussi, des vols de bétail récurrents entraînent le plus
souvent des conflits ethniques entre groupes voisins.
Le secteur offre des opportunités intéressantes, mais son développement nécessiterait un
appui important dans tous les domaines : conseil technique, investissement, appui
commercial, etc.
La pêche
La pêche est pratiquée de façon artisanale dans le fleuve du Logone et dans le lac artificiel de
Maga par la majorité des personnes interrogées. Elle se pratique le plus souvent toute
l’année car le Logone et le lac Maga sont des eaux très poissonneuses. Les matériels de
pêche utilisés sont les filets, les hameçons, les masses, les plombs, les perches, les pirogues.

55
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Le matériel de pêche rudimentaire et l’absence d’infrastructures de conservation et/ou de


transformation limitent le développement de l’activité.
L’artisanat
Dans la zone, les activités artisanales concernent surtout la poterie, la vannerie, le tissage,
les produits de la forge (houes, machettes, couteaux, haches, lances, flèches, foyers
améliorés, etc.), la cordonnerie, la menuiserie.... En saison sèche, la poterie et la vannerie
rapportent de l’argent aux femmes pratiquant ces activités.
Emploie dans la carrière (porteurs de sable1)
L’architecture de l’habitat dans cette zone a favorisé la création des carrières de sable en
vue de la transformation de la terre en brique de terre cuite ou non-cuite. Ces carrières
emploient plusieurs jeunes, les porteurs de sables impliquant leur insertion dans le
développement de la zone.
Le marché
Tous les produits agropastoraux ne sauraient être écoulés sans un endroit approprié qu’est
le marché. Dans le département du Mayo Danay, on distingue deux types principaux de
marchés : le marché de grande consommation et les marchés saisonniers périodiques ou de
production.
A. Les marchés de grande consommation ou marchés stables
On les appelle aussi marchés permanents. Le marché de Yagoua est considéré comme un
marché de consommation puisqu’il absorbe tous les flux de produits agricoles entrants en
provenance de leurs arrondissements et autres zones rurales. Des jours de marchés
spécifiques existent ici même si l’on observe quotidiennement quelques activités fébriles de
commercialisation des produits.
Les plus importants marchés en dehors de leur lieu d’implantation dans les différentes
unités administratives se trouvent également dans les lamidats et les chefferies
traditionnelles. Ces lieux et unités sont ordinairement créés à cause des activités
commerciales qui y sont menées. En ce qui concerne les marchés de bétail, les plus
importants sont à Yagoua, à Guirvidig, à Doumrou, à Gazawa, à Hougno et à Dziglao.
Dans le département de Mayo Danay, il y a au moins un marché à bétail hebdomadaire.
Ainsi :
1. Marché de bétail de Yagoua : il se tient tous les samedis. Les animaux proviennent de
Yagoua, du Tchad, de Yelé. Leur destination est Bogo, Maroua et Memé.
2. Marché à bétail de Kaï Kaï : il a lieu tous les jeudis. La provenance du produit est Kaï
Kaï, Tchad. Leur destination est Pouss, Bogo, Méme et Maroua.

1
Ceux sont des personnes travaillant dans des carrières qui portent du sable à l’aide des seaux de 10 à 15 L ou
des sacs de 25 à 50 kg.

56
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

3. Marché à bétail de Gobo : il a lieu tous les jeudis. Le bétail provient du Tchad, de
quelques têtes de Gobo, de Guere et de Wina. La destination est Yagoua, Dourmou
et Guider (Nord).
4. Marché à bétail de Zouay : c’est un grand marché de porcs qui se tient tous les jeudis.
Les animaux proviennent de Mayo Danay, du Tchad, de Mayo Kani. Leur destination
est le grand sud du Cameroun.
D’une manière générale, les produits agricoles sont collectionnés auprès des cultivateurs
(producteurs) locaux, regroupés par ces collectionneurs mis en sacs et stockés dans les
magasins. A ce niveau, on pratique soit des ventes en gros, soit des ventes en demi-gros et
même des ventes en détails qui permettent d’atteindre les consommateurs finaux
B. Les marchés périodiques, saisonniers ou de production
Ce sont les marchés à très faible pouvoir d’achat pour les producteurs locaux. Ils
consomment peu et se nourrissent mal. Leur tissu commercial est peu important. Ils jouent
essentiellement le rôle des principaux flux sortants des produits agricoles. Ces marchés sont
hebdomadaires et se tiennent comme suit :
- Marché de Vélé : Dimanche
- Marché de Pouss : Mardi
- Marché de Doreissou : Vendredi
- Marché de Maga: Lundi
- Marché de la ferme Vounaloum : Mercredi
- Marché de Guirvidig : Samedi
Certains produits visent exclusivement le marché. C’est le cas dans l’arrondissement de
Yagoua où la production du riz irrigué (dans le secteur de la SEMRY) vise essentiellement le
marché.
Pour les cultures vivrières, les marchés de la commercialisation du riz sont localisés dans les
périmètres de Maga et de Yagoua. Le sorgho se rencontre sur les marchés de Bogo, Yagoua
et Maga.
Pour des spéculations comme les arachides, les quantités produites sont très faibles. Les
denrées son totalement autoconsommées.
Encadrement des activités
L’encadrement des activités dans la zone est assuré par les services de l’Etat
(programmes et projets) ainsi que par quelques ONG et organismes internationaux (Plan
International, UE, etc.). Ils soutiennent le développement socio-économique de la zone et
garantissent une meilleure gestion des ressources naturelles.
i. Infrastructures
Education

57
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

L’éducation dans le Mayo Danay est caractérisée par l’enseignement primaire et maternel et
l’enseignement secondaire.

L’enseignement primaire et maternel

Dans le département du Mayo Danay, le taux de scolarisation et d'alphabétisation sont aussi


bas que la population est importante. La scolarisation y accuse un très grand retard, comme
dans d’autres départements de la région de l’extrême-nord. La sous-scolarisation et
l'analphabétisme affectent davantage les filles et les femmes.
Dans ce département, on compte plus de 200 écoles primaires dont 23 sont reparties dans
les différents villages impactés comme indiqué dans le tableau 6 suivant :

Tableau 9: Répartition des écoles primaires par villages

Arrondissement Villages Ecoles primaires


DJOGOÏDI 1
MARAO 1
YAGOUA
ZOULLA -
VOUNALOUM 1
VELE 2
GUEME 1
VELE DOUMARAYE 1
KARTOUA 3
BIDI -
BEGUE PALAM 2
DOREISSOU 1
KAI KAI
DJAFGA 1
DOUGUI -
POUSS 7
MAGA
GUIRVIDIG 2

L’enseignement secondaire
Il est composé de l'enseignement général et de l'enseignement technique. Les
établissements d'enseignement secondaire général sont, soit des collèges d'enseignement
secondaire (CES), soit des lycées et des CETIC comme établissements d’enseignement
techniques. Il existe dans les villages touchés par le PULCI, 9 établissements secondaires.

58
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Tableau 10: Situation des Etablissements secondaires dans les villages impactés

Arrondissement Villages Etablissements secondaires


DJOGOÏDI 1
MARAO -
YAGOUA
ZOULLA -
VOUNALOUM 1
VELE 1
GUEME -
VELE DOUMARAYE -
KARTOUA 1
BIDI -
BEGUE PALAM 1
DOREISSOU 1
KAI KAI
DJAFGA 1
DOUGUI -
POUSS 1
MAGA
GUIRVIDIG 1
Source : délégation départementale de l’enseignement secondaire du Mayo Danay

Si les écoles primaires et secondaires sont présentes dans presque tous les villages, plusieurs
petits villages sont situés à plus de cinq kilomètres d’un établissement scolaire. Les
bâtiments sont quelque peu délabrés et peu ou pas équipés, Le personnel éducatif se limite
à quelques enseignants qualifiés par l’état, entouré de bénévoles disposants le plus souvent
de compétences limitées, le faible développement de l'enseignement technique et de
l'enseignement maternel, l'absence d'une carte scolaire, la vétusté des équipements et des
infrastructures et le manque de salles de classe sont les éléments qui bloquent l’essor de
l’éducation dans les localités impactées par le PULCI.
Santé
La dotation du département du Mayo Danay en infrastructures sanitaires reste très faible
malgré la multitude d'interventions qu'on y rencontre.
Les centres de santé (CS) opérant dans les villages impactés sont au nombre de 7 et se
retrouvent à Vounaloum (1 CS), Doreissou (1 CS), Djafga (1 CS), Vélé (1 CS), Guirvidig (1 CS)
et Pouss (2 CS).
Le Mayo Danay est une zone très fragile du point de vue sanitaire et se trouve constamment
exposée aux épidémies de rougeole, de méningite cérébro-spinale, de choléra, de fièvre
jaune, d'infections respiratoires aiguës (IRA). Cette vulnérabilité est due à de nombreux
facteurs géographiques, climatiques, démographiques et socio-économiques favorables à

59
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

l'éclosion et à l'entretien des affections endémo-épidémiques. C'est ainsi que le choléra sévit
en saison des pluies et fait des milliers de victimes. La méningite cérébro-spinale, la rougeole
et les IRA quant à elles, sévissent en saison sèche.
Les endémies récurrentes varient d'une zone à une autre, en raison des caractéristiques des
localités concernées. Dans cet ordre d'idées, l’arrondissement de Maga, par exemple, étant
enclavé en saison de pluies, on y note chaque année des épidémies de choléra. La maladie
est d'autant plus difficile à traiter que les interventions sont difficiles dans la localité à cause
des difficultés d'accès. De même, dans les localités situées le long du Logone dans lesquels il
y a beaucoup de moustiques, le taux de prévalence du paludisme est très élevé. Les maladies
diarrhéiques s’y retrouvent fréquemment du fait du problème de l'eau, et la réputation des
gens de ne pas se laver.
De façon générale, les cinq premières causes de mortalité sont : le paludisme, les IRA, la
malnutrition, les diarrhées et les anémies. La population la plus vulnérable demeure les
femmes et les enfants. Les premières parce que exposées aux complications des grossesses,
aux anémies et au paludisme du fait de leur fonction de procréation. Les seconds parce que
les cinq premières causes de mortalité correspondent aux maladies infantiles.
Le PULCI va augmenter un certain nombre de maladies graves à vecteurs comme les
infections respiratoires aiguës (IRA) dues à un grand soulèvement de la poussière. Il sera
donc nécessaire de conduire une éducation sanitaire tout en augmentant l’offre curative.
Transport
Dans le département du Mayo-Danay, plusieurs routes permettent de desservir les
populations de la zone du projet. Ces routes sont en majorité rurales. Les moyens de
déplacement sont constitués par des moto-taxis qui transportent en permanence les
populations.
Il existe une route en terre de Yagoua à Pouss distante de 70 km et de Pouss à Maga sur
27km. Cette route est plus fréquentée le jour des marchés de Yagoua, Vélé, Kaï Kaï et
Pouss, en saison sèche. En saison des pluies (Juillet-Août-Septembre), elle est impraticable.
La seule voie pour desservir ces populations est le fleuve Logone et le lac de Maga. De ce
fait, le transport est assuré par des pirogues dotées de moteur d’une puissance moyenne ou
encore par des pirogues à pagaie.
Communication
Deux bureaux de postes (CAMPOST) existent dans la zone impactée, à Yagoua et à Maga.
Trois réseaux de téléphonie mobiles sont également disponibles: Camtel, Orange et MTN.
Mais dans les villages impactés, une grande fluctuation des trois réseaux ne permet pas
souvent une meilleure communication. Cette zone étant limitrophe au Tchad, l'opérateur de
téléphonie mobile TIGO Tchad couvre aussi quelques localités.

60
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Eau et électricité
Les infrastructures d’approvisionnement en eau potable ont été mises en place dans le cadre
de programmes hydrauliques. Quelques-uns de ces forages recensés dans les villages situés
le long du Logone sont en panne. Cette situation peut s’expliquer par la présence de sources
d’eau alternatives gratuites et à la qualité gustative de l’eau considérée comme meilleure.
Cependant, ces sources d’eau ne sont pas aménagées et leur potabilité n’est pas assurée.
Le raccordement à l’électricité a été initié dans plusieurs villages, des lignes ont été mises en
place et branchées dans certains villages comme Vounaloum, Vélé, Pouss, Maga. Toutefois,
les branchements ne sont pas effectués dans plusieurs villages, car les populations refusent
de payer les frais relatifs à l’accès au courant, souvent trop élevés au regard de leurs
revenus. Bien qu’il soit considéré comme une priorité par beaucoup de villages, l’accès à
l’électricité est extrêmement limité pour le moment.
Les sites touristiques.
La zone impactée du projet regorge d’énormes potentialités touristiques dont certaines sont
encore en voie de prospection. Ses richesses culturelles, naturelles, historiques, etc...lui
confèrent une place de choix dans la sphère du tourisme camerounais. C’est ainsi que nous
recensons :
- Le lac artificiel de Maga : avec une superficie de 20 000 ha le long d’une digue de 27 km
de long et 4 mètres de haut et très riche en poissons. On y rencontre aussi des
hippopotames ;
- Les cases en obus de Mourla : architecture traditionnelle en forme conique, symbole du
peuple Mousgoum ;
- Le palais du Sultan de Pouss : Forteresse en terre battue et haut lieu de la tradition
mousgoum
- Le centre culturel de Pouss : lieu touristique très visité par les étrangers renfermant
beaucoup de vestiges culturels
- Les rizières de Yagoua et de Maga : vastes champs de culture du riz de saison sèche et du
riz pluvial, propriétés de la SEMRY.
- Les bacs d’évacuation d’eau de la SEMRY : barrage de retenue d’eau servant à apporter
de l’eau dans les rizières de Yagoua et de Pouss.
5.2.5 Les parties prenantes locales (élus et populations) et le PULCI
Plusieurs parties prenantes locales sont impliquées dans le projet à savoir :
 Les autorités administratives telles que le préfet du Mayo-Danay, les Sous-préfets de
Yagoua, de Vélé, de Kaï-Kaï et de Maga,

61
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

 Les autorités communales de Yagoua, de Vélé, de Kaï-Kaï et de Maga ;


 Les autorités traditionnelles telles que le Lamido de Yagoua et de Guirvidig, le Sultan
de Pouss, les Lawan et Djaoro de Yagoua, de Vélé, deKaï-Kaï et de Maga.
 Les délégués départementaux et d'arrondissement de l’agriculture, de la santé, de
l’éducation, de la promotion de la femme et de la famille, des domaines et du
cadastre, de l’élevage et de la pêche, des affaires sociales, des petites et moyennes
entreprises, de l’économie et de la planification ;
 La direction de la SEMRY ;
 Les populations des localités impactées du projet.
Ces autorités ont pour rôle de faciliter la réinstallation des populations des localités
impactées dans de meilleures conditions. Elles sont la courroie de transmission entre le
projet et les populations impactées.

6. Réinstallation et compensations
6.1 La conduite du recensement
Le recensement a été conduit sous la direction du consultant M. Moumié et sur la base des
profils recherchés, treize (13) enquêteurs ont été ainsi retenus. Ceux-ci étaient supervisés
par un cadre Monsieur BOUM NACK Pierre Eric qui connaît bien la région.
L’approche méthodologique adoptée par le consultant pour conduire ce recensement s’est
articulée sur cinq (05) activités à savoir la conception des questionnaires, le choix des
enquêteurs, la revue et test des questionnaires, la formation et la préparation du travail de
l’équipe et la réalisation et limites des enquêtes.
6.1.1 Conception des enquêtes
L’objectif de cette enquête était de recenser les ménages, leurs biens et les biens collectifs.
Deux types de questionnaires (questionnaire A et questionnaire B) et un guide de
l’enquêteur ont été élaborés sur la base des termes de références donnés par le PACA, de la
visite des lieux impactés, de la sensibilisation des populations et de la revue de la littérature.
Le questionnaire A qui correspond aux ménages comprend quatre (4) sections :
- Identification du ménage;
- Ethnicité et langue ;
- Sources de revenus ;
- Description de l’habitat.
Le questionnaire B correspondant aux types de biens collectifs se compose de trois (3)
sections à savoir :
- Ressources naturelles et sa gestion (aires protégées, réserves forestières…) ;
- Santé (infrastructures de santé) ;

62
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

- Eaux potables (forages, bornes fontaines) et services sociaux (écoles primaires et


maternelles, établissements secondaires, infrastructures étatiques et autres
infrastructures sociales).
Un exemple des questionnaires d’enquête A et B est présenté en Annexe.
6.1.2 Choix des enquêteurs
Les enquêteurs ont été choisis sur la base de leur compétence, de la langue, de leur
disponibilité et sur leur disposition à avoir un moyen de locomotion. Ce choix s’est porté sur
treize (13) enquêteurs possédant chacune une moto, maîtrisant les calculs des terres et des
biens à recenser. Les enquêteurs couvrant les zones de Yagoua, Vélé et Kaï-Kaï étaient des
techniciens supérieurs d’agriculture et ceux couvrant le zone de Maga, des agents de
développement. Chacun d’eux disposait d’une moto comme moyen de locomotion.
6.1.3 Revue et test des questionnaires
Les questionnaires de recensement ont été préparés à l’avance puis testés sur le terrain afin
qu’ils puissent être amendés si nécessaire, avant la réalisation de l’enquête. Il a notamment
été vérifié la bonne compréhension par les populations des questions posées et l’adéquation
des thèmes abordés avec la situation réelle.
Les questionnaires A et B ont été testés avec un des enquêteurs dans le village de Marao.
Suite à ce test ils ont étés revus et adaptés selon le contexte socio-économique et culturel,
afin d’optimiser le travail des enquêteurs en déterminant le timing d’administration de la
trame d’enquête, ainsi que de lever certains équivoques sur la compréhension des questions
par les populations impactées.
Ce test a été effectué le 02 mars 2014.
6.1.4 Formation et préparation du travail de l’équipe
Au cours de cette réunion, treize (13) enquêteurs ont été entretenus sur les objectifs de la
mission et la méthodologie d’enquête à appliquer sur le terrain. Les descentes sur le terrain
ont été planifiées et les enquêteurs répartis par village. Un kit de l‘enquêteur (une chemise à
rabat plastique, un stylo à bille bleu, un crayon, une gomme, un taille crayon, une fiche de
réparation des enquêteurs sur le terrain) a été distribué à chaque enquêteur. Des codes
devant être portés sur chaque maison des ménages recensés ont été attribués à chaque
enquêteur (cf. Liste des enquêteurs et leur répartition par zone d’intervention en Annexe).
Sur le terrain les enquêteurs ont été répartis comme suit :
- Deux enquêteurs pour la zone de Yagoua ;
- Cinq enquêteurs à Vélé ;
- Quatre enquêteurs à Kaï-Kaï ;
- Trois enquêteurs à Maga.

63
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Deux responsables de l’équipe ont été choisis, l’un pour appuyer, contrôler et superviser les
enquêteurs et l’autre pour s’occuper des relations avec les autorités légales et coutumières.
Cette réunion a eu lieu le 02 mars 2014.
6.1.5 Réalisation et limites des enquêtes
Réalisation des enquêtes
Pour la réalisation de cette activité, il a été estimé une moyenne de quinze (15) personnes
recensées par jour. Les enquêteurs descendaient dans leur zone d’intervention souvent
accompagnés par les chefs traditionnels. Ils délimitaient tout d’abord le village d’une
distance de 30 m à partir du pied de la digue, ensuite administraient le questionnaire. Seuls
les chefs de famille étaient interrogés. A chaque fin d’échange, un code était attribué au chef
de famille interrogé et ce code était marqué sur le mur de la clôture du Saré (concession) ou
de la maison correspondant à l’interviewé.
A la fin de chaque journée de travail, un petit débriefing entre les enquêteurs et le
superviseur s’imposait pour élucider les difficultés rencontrées sur le terrain. De même, tous
les trois (3) jours, une supervision sur le terrain a été effectuée pour confirmer l’avancée du
travail d’enquête et pour apporter des solutions aux problèmes rencontrés par les
enquêteurs. Cette activité s’est déroulée pendant 13 jours du 03 au 15 Mars 2014.
Difficultés rencontrées
Quelques difficultés apparues en cours de mission ont empêché de mener le processus
entièrement à son terme.
 Le flou relatif aux limites de la zone à recenser au moment des enquêtes, car pour un
premier temps, il était question de recenser les ménages dans un rayon de 400 m du
pied de la digue. Et une semaine après, cette délimitation a été révisée à 50 m du pied de
la digue. Ce qui a occasionné un sérieux retard dans la collecte des données des
ménages, puisqu’il fallait prendre un certain temps pour réexpliquer aux autorités
administratives et traditionnelles et aux populations le pourquoi de ce changement.
 La période d’enquête a coïncidé avec la période des travaux champêtres (repiquage du
riz). La population était occupée à travailler dans leur exploitation agricole, ce qui a
amené les enquêteurs à repasser plusieurs fois dans les mêmes endroits pour rencontrer
ces personnes.
6.2. Recensement de la zone impactée par le projet de barrage
Les résultats du recensement de la zone impactée par le projet concernent les villages
impactés, la démographie et données de base des ménages, les activités socio-économiques
et sources de revenu des ménages, les moyens de production agricoles perdues, l’habitat et
autres bâtiments des ménages et les biens collectifs.
6.2.1 Villages et hameaux impactés
Plusieurs villages et hameaux impactés par le projet sont présentés dans le tableau suivant :

64
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Tableau 11:Villages impactés par le projet

Arrondissement Yagoua Vélé Kaï-Kaï Maga

Djogoïdi Kartoua Dougui Pouss


Marao Bidi Djafga Guirvidig
Villages Zoulla Doumaraye Begue-Palam
Vounaloum Vélé Doreissou
Guémé

Les villages impactées par le projet sont au nombre de quinze (15) répartis au sein de quatre
arrondissements.
6.2.2 Localités, démographie et données de base des ménages
Le nombre de ménages et d'habitants impactés par le Projet sont présentés dans les
tableaux ci-dessous par Arrondissement et par village.
Tableau 12: Arrondissement de Yagoua

Villages Nombre de ménages Nombre total d’habitants

Djogoïdi 14 154
Marao 22 161
Zoulla 21 156
Vounaloum 118 949
S/Total 175 1420

Tableau 13: Arrondissement de Vélé

Villages Nombre de ménages Nombre total d’habitants

Kartoua 79 724
Bidi 29 270
Doumaraye 81 650
Vélé 113 968

65
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Guémé 100 992


S/Total 402 3604

Tableau 14: Arrondissement de Kaï-Kaï

Villages Nombre de ménages Nombre total d’habitants

Dougui 7 80
Djafga 66 608
Begue Palam 49 408
Doreissou 119 1128
S/Total 241 2224

Tableau 15: Arrondissement de Maga

Villages Nombre de ménages Nombre total d’habitants

Pouss 49 333
Guirvidig 14 107
S/Total 63 440

Tableau 16: Tableau récapitulatif des ménages de la zone impactée

Arrondissement Nombre de ménages Nombre total d’habitants

Yagoua 175 1420


Vélé 402 3604
Kai kai 241 2224
Maga 63 440
TOTAL 881 7688

Le nombre de ménages impacté dans les zones de Vélé et de Kaï-Kaï sont les plus élevées en
raison d’une forte concentration des habitations dans ces localités.
Groupes vulnérables
Les groupes vulnérables recensés dans le cadre de cette enquête comportent :
- Des ménages monoparentaux dirigés par une femme,

66
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

- Des handicapés physiques, mentaux ou atteintes d’une infirmité,


- Des personnes âgées de plus de 70 ans
Tableau 17: Arrondissement de Yagoua

Ménages parentaux dirigés


Villages Personnes âgées +70 Handicapés
par une femme
Djogoïdi 1 5 1
Marao 2 2 3
Zoulla 3 8 7
Vounaloum 10 19 8
Total 16 34 19

Tableau 18: Arrondissement de Vélé

Ménages parentaux dirigés


Villages Personnes âgées +70 Handicapés
par une femme
Kartoua 15 15 13
Bidi 4 1 0
Doumaraye 11 9 6
Vélé 7 22 15
Guémé 17 24 6
Total 54 71 40

Tableau 19: Arrondissement de kaï-kaï

Ménages parentaux
Villages Personnes âgées +70 Handicapés
dirigés par une femme
Dougui 0 1 0
Djafga 2 12 2
Beguen Palam 7 10 1
Doreissou 12 17 4
Total 21 40 7

67
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Tableau 20: Arrondissement de Maga

Ménages parentaux dirigés


Villages Personnes âgées +70 Handicapés
par une femme
Pouss 2 7 1
Guirvidig 1 1 0
Total 3 8 1

Tableau 21: Récapitulatif des Groupes vulnérables

Ménages parentaux
Zones Personnes âgées +70 Handicapés
dirigés par une femme
Yagoua 16 34 19
Vélé 54 71 40
Kaï-Kaï 21 40 7
Maga 3 8 1
TOTAL GENERAL 94 153 67

Les enquêtes effectuées dans ces localités montrent que sur 881 chefs de famille recensés,
11% de ménages sont dirigés par des femmes. Celles-ci sont soit célibataire, soit divorcée ou
veuve.
Les personnes vulnérables telles que les jeunes, les handicapées et les personnes âgées ne
sont pas isolées car elles vivent en famille.
6.2.3 Activités socio-économiques et source de revenu des ménages
Dans tous les villages impactées par le projet, la majorité des ménages recensés (96%) tirent
leur source de revenu de l’agriculture, l’élevage et de la pêche. En plus de ces activités,
certains sont des porteurs de sables et des artisans.
Quelques personnes recensées officient comme personnel de l’état. Ce sont des
enseignants, des policiers, des agents communaux et des gendarmes.
6.2.4 Les moyens de production agricoles perdus
Les cultures des villages
La surface agricole totale perdue dans les villages à réinstaller s’élève à 194547 m² soit 19,45
ha et se répartit comme suit :

68
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

69
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Tableau 22: les surfaces agricoles impactés (en m²)


Villages Sorgho Mil blanc Mil rouge Cultures maraichères Riz Maïs TOTAL (m²) Total (ha)

Djogoïdi 2 700 7 500 10 200 1,02

Marao 2 500 2 500 0,25

Zoulla 2 500 5000 7 500 0,75

Vounaloum 21 250 2 500 15 885 - 2 500 42 135 4,21

Zone de Yagoua 23 950 15 000 20 885 - 2 500 62 335 6,23

Kartoua 10 000 10 000 1

Bidi 1 250 200 5 000 6 450 0,65

Doumaraye 3 650 300 2 750 5 000 11 670 1,16

Vélé 22 500 3 000 9 424 34 924 3,49

Guémé 5 000 7 500 50 - 12 550 1,25

Zone de Vélé 9 900 40 000 3 300 12 394 10 000 75 594 7,55

Dougui 5 000 5 000 0,5

Djafga 5 000 5 000 0,5

Begue Palam 1 500 12 500 - 14 000 1,4

Doreissou 30 500 - 18 150 30 668 3,06

Zone de Kaï Kaï 42 000 12 500 - 18 150 54 668 5,47

Pouss 1 950 1 950 0,19

Guirvidig

Zone de Maga 1 950 1950 0,19

Total 51 900 76 450 18 300 35 247 10 150 2 500 194 547 19,45

70
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Outre le riz cultivé par toutes les familles sous l’encadrement de la SEMRY, Le sorgho, le mil
blanc et le mil rouge sont les principales cultures vivrières pratiquées par les chefs de famille
recensés. Ce qui démontre que les céréales sont la base de l’alimentation des populations
impactées par le PULCI. La patate et les cultures maraichères (tomates, piments, Voandzou,
concombres, aubergines) sont également pratiquées.
La surface agricole par ménage à réinstaller est en moyenne de 220 m², mais ce chiffre cache
de grandes disparités entre les ménages.
Les arbres à compenser
Deux types d’arbres sont à compenser à savoir les arbres fruitiers et les arbres d’ombrages
recensés. Les deux tableaux suivant présentent les espèces d’arbres recensées.
Tableau 23: Arbres fruitiers recensés

TOTAL
Villages Goyaviers Manguiers Bananier Papayer Citronnier Anacardier d'arbres
fruitiers

Vounaloum 14 34 10 58

Zone de Yagoua 14 34 10 0 0 0 58

Kartoua 16 17 6 1 40

Bidi 6 16 1 23

Doumaraye 8 8

Vélé 19 4 4 1 28

Guémé 3 55 2 1 61

Zone de vélé 44 100 1 2 11 2 160

Dougui 5 10 2 1 18

Djafga 41 31 2 74

Begue Palam 4 4

Doreissou 29 23 2 1 55

Zone de Kaï-Kaï 75 68 2 5 1 151

Pouss 6 144 4 154

Guirvidig 23 112 2 137

Zone de Maga 29 256 0 0 6 0 291

Total 162 458 13 2 22 3 660

Dans la zone impactée, six espèces d’arbres fruitiers ont été recensés.

71
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Tableau 24: Arbres d’ombrage et autres

Autres arbres
Villages Eucalyptus Neemiers Acacia Jujubier Moringa Balanites Rôniers Cailcedrat Monier TOTAL
d’ombrage 2

Marao 23 23

Zoulla 37 37

Vounaloum 10 4 89 103

Zone de
10 0 0 0 0 0 4 0 0 149 163
Yagoua

Kartoua 1 11 1 1 18 187 219

Bidi 6 1 36 43

Doumaraye 5 9 2 6 8 45 75

Vélé 5 1 2 127 135

Guémé 3 2 29 3 174 211

Zone de Vélé 14 28 29 4 2 8 28 1 0 569 683

Dougui 5 5 13 1 8 32

Djafga 14 8 1 37 60

Begue Palam 22 1 23

Doreissou 373 3 8 6 2 71 463

Zone de Kai
414 11 8 5 1 0 19 3 0 117 578
Kai

2
Arbres d’ombrages non clairement identifiés

72
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Pouss 15 166 12 3 23 1 1 142 363

Guirvidig 139 125 1 6 9 5 285

Zone de
154 291 13 9 0 0 32 1 1 147 648
Maga

Total 592 330 50 18 3 8 83 5 1 982 2072

Au total, 2072 arbres (arbres fruitiers et autres espèces d’arbres) ont été recensés dans la zone du projet.
6.2.5 Les habitations et autres bâtiments des ménages
Les habitations des ménages recensés appelées « saré » sont des concessions clôturées ou non constituées de plusieurs cases et
aménagements appartenant à plusieurs ménages de la même famille.

73
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

L’habitat
Le tableau suivant présente les maisons classées par rapport au nombre de pièces.
Tableau 25: Maisons recensées

Maison 1 Maison 2 Maison 3 Maison 4 Maison 5 Maison 6 Maison 7 Maison 9 Maison 10 Maison 11 Total de
Villages
Pièce Pièce Pièce Pièce Pièce Pièce Pièce pièces pièces pièces maison
Djogoïdi 56 8 1 1 66

Marao 110 1 2 113

Zoulla 107 2 109

Vounaloum 507 37 4 548

Zone de yagoua 780 48 6 1 1 836

Kartoua 350 28 4 1 1 2 386

Bidi 155 4 2 1 162

Doumaraye 316 4 4 2 1 327

Vélé 519 33 10 6 1 1 570

Guémé 392 25 9 3 3 1 1 1 435

Zone de Vélé 1732 94 29 13 4 3 3 1 1 0 1880

Dougui 45 1 46

Djafga 306 59 2 1 1 369

Begue Palam 210 13 2 233

Doreissou 586 39 3 1 3 632

Zone de kai kai 1155 112 7 2 4 0 0 0 0 0 1280

Pouss 196 3 199

74
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Guirvidig 52 3 55

Zone de Maga 248 6 0 0 0 0 0 0 0 0 254

Total de maisons 3915 260 42 16 8 3 3 1 1 1 4250

75
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Autres petits bâtiments


Tableau 26: Les autres petits bâtiments

Atelier Enclos
Villages Grenier Hangar porcherie bergerie magasin poulailler écurie bouverie boutique Total
couture chèvre
Djogoïdi 6 2 2 2 2 14
Marao 14 9 3 26
Zoulla 17 9 4 1 31
Vounaloum 58 33 8 20 2 11 132
Zone de
95 53 17 23 4 11 0 203
Yagoua
Kartoua 19 18 8 2 1 8 3 4 63
Bidi 5 2 3 2 12
Doumaraye 22 12 8 1 1 44
Vélé 37 30 15 10 6 12 2 1 113
Guémé 30 7 9 3 1 2 52
Zone de Vélé 89 53 27 16 8 15 0 1 5 1 3 284
Dougui 2 4 2 1 2 11
Djafga 57 12 1 6 1 77
Begue Palam 32 11 1 4 1 1 50
Doreissou 68 6 5 15 3 1 2 100
159 33 7 27 6 3 1 2 0 0 0 238
Zone de Kaï

76
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Kaï
Pouss 5 1 6
Guirvidig 2 1 3
Zone de
7 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 9
Maga

Total 374 157 67 66 18 36 1 3 5 1 6 734

Les petits bâtiments sont des greniers, hangars et magasins construits dans des sarés.

77
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Ces maisons, cases et bâtiments sont construits pour certains en briques de terre cuite ou
non cuite et pour d’autres en terre battue ou Seko (paille tressée). Ils sont pour la plupart en
bon état. Les toits sont en très grande majorité recouverts de paille. Un très petit nombre de
cases et de petits bâtiments sont recouverts de tôles.
Le tableau suivant présente la superficie des habitations et autres petits bâtiments des
ménages recensés.
Tableau 27: Superficie des bâtis en m² (habitations et autres petits bâtiments des ménages)

Nombre total de Nombre total autres Surfaces totales bâties


Villages
maisons petits bâtiments approximatives (m²)

Djogoïdi 66 14 2 169

Marao 113 26 1 954

Zoulla 109 31 1 709

Vounaloum 548 132 8 113

Zone de Yagoua 836 203 13 945

Kartoua 386 63 7 478

Bidi 162 12 1 520

Doumaraye 327 44 5 760

Vélé 570 113 9 280

Guémé 435 52 10 568

Zone de Vélé 1880 284 34 606

Dougui 46 11 815

Djafga 369 77 10 072

Begue Palam 233 50 4 459

Doreissou 632 100 12 302

Zone de Kaï Kaï 1280 238 27 648

Pouss 199 6 2 618

Guirvidig 55 3 586

Zone de Maga 254 9 3 204

Total 4250 734 79 403

La surface totale des maisons et autres petits bâtiments construits est évaluée à 7,94 ha.

78
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Les tombes impactées par le projet


Tableau 28: Tombes impactées par arrondissement et par village

Arrondissements Villages Nombre tombes

Djogoïdi 40

Marao 27

Yagoua Zoulla 37

Vounaloum 165

Total 1 269

Kartoua 172

Bidi 97

Doumaraye 133
Vélé
Vélé 190

Guémé 167

Total 2 759

Dougui 0

Djafga 89

Kaï-Kaï Begue Palam 22

Doreissou 240

Total 3 351

Pouss 15

Maga Guirvidig 15

Total 4 30

TOTAL 1409

Une dernière vérification sera effectuée lors de la consultation publique


Les personnes recensées résident dans ces zones depuis longtemps. Avec les cas des
maladies comme le choléra, les diarrhées et paludisme, il n’est pas surprenant qu’il y ait
autant de tombes.
6.2.6 Les biens collectifs
Les biens collectifs des villages recensés regroupant les ressources naturelles, infrastructures
de santé, infrastructures étatiques et infrastructures sociales sont indiqués dans le tableau
suivant :

79
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Tableau 29: Biens collectifs des villages

Nombre de pièces
Nombre de salles
Arrondissements Nom du village Type de biens Nombre pour bâtiment Surface (m²) Matériaux utilisés
de classe
administratif

Eglise 2 290,5 Brique terre cuite + tôle

bâtiment 1 240 Brique terre cuite + paille

Djogoïdi Magasin 1 16,38 Brique terre cuite + tôle

Forage 2 Ciment + fer

Puits 4

Parpaing + brique de terre


Ecole primaire 1 6 800
cuite + tôle

Bar 1 150 Brique terre cuite + tôle

Boutique 1 16 Brique terre cuite + tôle


Marao
Yagoua Parpaing + Brique terre cuite
Magasin 5 308
+ tôle

Puits 15

Mosquée 1 20 Brique terre cuite + paille

Eglise 1 72 Brique terre cuite + paille


Zoulla
Puits 24

Parpaing + brique terre cuite


CES 1 2 1 430
+ tôle + paille
Vounaloum
Centre de santé 1 6 200 Parpaing + tôle

Bâtiment SEMRY 5 14 476 Parpaing + brique terre cuite

80
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

+ tôle + paille

Parpaing + brique terre cuite


Magasin 37 1231 + brique de terre non cuite +
tôle + paille

Eglise 1 450 Brique terre cuite + tôle

Mosquée 1 48 Parpaing + tôle

Hangar 1 120 Poteau + tôle

Puits 45

Forage 3 Ciment + fer

Magasin 2 217 Parpaing + tôle

Mosquée 2 84 Parpaing + terre battue + tôle

Kartoua Ecole primaire 1 10 1000 Parpaing + tôle

Eglise 1 600 Parpaing + tôle

Boutique 1 15 Brique terre cuite + tôle

Puits 16
Vélé Bidi Puits 17

Forage 1 Ciment + fer

Brique terre non cuite + paille


Eglise 2 182
Doumaraye + tôle

Magasin 3 75 Brique terre cuite + tôle

Puits 26

Ecole publique 1 6 540 Parpaing + tôle


Vélé
Forage 1 Ciment + fer

81
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Château d’eau 1 Ciment + fer

Parpaing + brique terre cuite


Magasin 14 698 + brique de terre non cuite +
tôle

Boutique 1 100 Parpaing + tôle

Bloc latrine 2 31 Parpaing + tôle

brique terre cuite + brique de


Eglise 3 226
terre non cuite + tôle

Puits 46

Forage 4 Ciment + fer

Parpaing + brique terre cuite


Eglise 6 649
+ tôle
Guémé
Mosquée 1 80 Parpaing + tôle

Magasin 6 755 Parpaing + tôle

Puits 24

Brique de terre non cuite +


Mosquée 1 35
Dougui tôle

Puits 2

Bâtiment SEMRY 4 8 1180 Parpaing + terre + tôle


Kaï Kaï brique terre cuite + brique de
Mosquée 3 183
terre non cuite + tôle + paille
Djafga
brique terre non cuite + terre
Eglise 2 485,92
battue + tôle

Puits 22

82
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Séko + feuille de menier +


Eglise 1 50
paille
Begue Palam
Mosquée 1 18 Brique de terre cuite

Puits 11

Reserve
1 350
forestière

Parpaing + brique terre cuite


Ecole primaire 2 5 567
+ tôle

Parpaing + brique terre cuite


Eglise 6 1216 + brique de terre non cuite +
Doreissou tôle

brique terre cuite + brique de


Mosquée 3 237
terre non cuite + tôle

brique terre cuite + brique de


Magasin 3 107
terre non cuite + tôle + paille

Puits 28

Ecole primaire 1 3 160 Terre battue + tôle

Ferme SEMRY 1 6 100 Parpaing

Terre + brique terre non cuite


Eglise 3 305
+ tôle
Maga Pouss
Terre + brique terre non cuite
Mosquée 4 116
+ tôle + paille

boutique 1 9 Terre battue + seko

Puits 10

83
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Guirvidig Mosquée 1 80 Brique terre cuite

Les biens collectifs impactés par le projet sont nombreux. Il s’agit des magasins, mosquées, école primaire et secondaire, bâtiment, églises,
hangar et centre de santé.

84
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

6.3 Aspirations des ménages des localités à déplacer


Les ménages recensés n’ont pas émis de vœux particuliers pour leur réinstallation. Celle-ci
est involontaire.
Néanmoins, ils ont souhaité pour la plupart de ne pas être éloigné de leur exploitation
agricole car pour les agriculteurs, la grande majorité des terres agricoles reçues de la SEMRY
ne font pas parties de la zone délimitée par le projet (30 m du pied de la digue). Pour les
pécheurs, ils disent vouloir rester près du Logone parce que c’est leur principale source de
revenu.

85
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Photo 2: un Sare clôturé Photo 1: case carrée

Photo 6: case ronde en terre avec enclos de porcs Photo 5: cas

Photo 4: puits traditionnel Photo 3: Ma

86
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

7 Stratégies de réinstallation et de compensations

7.1 Rappels des principes

7.1.1 Principes généraux


Les différents principes généraux applicables au projet sont les suivants :
 Application de la législation camerounaise et de la politique de la Banque Mondiale.
Dans le cas où ces deux ensembles réglementaires sont différents, le projet applique
celui qui est le plus favorable aux personnes affectées. C’est le cas par exemple des
cultures. Celles-ci sont indemnisées par rapport à l’espèce d’arbres /culture, à l’âge
(productivité), et au prix des produits en haute saison c’est-à-dire au meilleur coût
(selon la PO 4.12 de la BM) et non sur la base des types de cultures (Barèmes
officiels) avec des taux figés (selon la loi camerounaise);
 Dans le cas où une des législations est muette sur un élément, c’est l’autre qui
s’applique. Ainsi pour de l’assistance aux déplacés, la législation camerounaise est
muette, c’est donc la PO 4.12 qui s’applique ;
 Minimisation des déplacements. La conception et l’évolution des différentes
composantes du projet sont conduites de manière à minimiser les impacts sur les
personnes et les biens ;
Dans le cas du PULCI, les populations qui sont essentiellement des cultivateurs du riz sous
l'encadrement de la SEMRY, ou pêcheurs dans le Logone, ont opté pour un recul en restant
dans leur localité au lieu d'être déplacées dans les sites qui avaient été choisis pour abriter
les populations sinistrées lors des inondations de 2012 et 2013.
 Priorité au remplacement en nature des biens affectés sur la compensation en
nature et en espèces ; c’est notamment le cas des terres agricoles et des habitats;
 Indemnisations calculées suivant les prix les plus récents,
 Choix possible entre différentes options. Sous condition d’éligibilité, les PAPs
pourront avoir le choix entre différentes options de réinstallation et de
compensation. C’est notamment le cas pour les maisons d’habitation.

87
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

7.1.2 Principes relatifs à l’éligibilité et la compensation de l’occupation des terres

Eligibilité
Conformément à la PO.4.12 et au regard du droit d’occuper les terres, les trois catégories
suivantes sont éligibles aux bénéfices de la Politique de Réinstallation du Projet :
a) les détenteurs d’un droit formel sur les terres (au Cameroun, ceux qui ont un titre
foncier) ;
b) les personnes qui n’ont pas de droit formel sur les terres au moment où le recensement
commence, mais qui ont des droits coutumiers sur ces terres (ceux qui sont installés depuis
au moins 1974 et ceux qui ont mis en valeur le terrain) ;
c) Celles qui n’ont ni droit formel ni titres susceptibles d’être reconnus sur les terres qu’elles
occupent.
Les personnes relevant des alinéas (a) et (b) ci-dessus reçoivent une compensation pour
lesterres qu’elles perdent. Les personnes relevant du c) reçoivent une aide au Recasement
en lieu et place de la compensation pour les terres qu’elles occupent, et toute autre aide
permettant d’atteindre les objectifs énoncés dans la présente politique, à condition qu’elles
aient occupé les terres dans la zone du projet avant une date limite fixée par les autorités
camerounaises et acceptable par la Banque Mondiale. Les personnes occupant ces zones
après la date limite n’ont droit à aucune compensation ni autre forme d’aide au recasement.
En d’autres termes, les occupants informels de l’alinéa(c) sont reconnus par la politique
PO.4.12 comme éligibles, non à une indemnisation pour les terres qu’ils occupent, mais à
une assistance au Recasement. Cependant, les personnes qui viennent occuper les zones à
déplacer/compenser après la date-limite ne sont pas éligibles à compensation ou à d’autres
formes d’assistance.Conformément à la PO 4.12 de la Banque Mondiale, et pour chacune
des composantes du PULCI, une date limite d’éligibilité a été déterminée pour éviter les
installations opportunistes visant à obtenir des compensations indues.
Dans le cas du projet, d’après la PO.4.12, une date d’éligibilité devra être déterminée, sur la
base du calendrier d’exécution probable du Projet. La date limite est la date :
 De démarrage des opérations de recensement destinées à déterminer les ménageset
les biens éligibles ;
 A laquelle les ménages et les biens observés dans les emprises à déplacer
sontéligibles à compensation ;

88
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

 Après laquelle les ménages qui arriveraient pour occuper les emprises ne seront
paséligibles.
Dans le cas où une procédure est lancée, la date limite selon la Banque Mondiale doit être
rendue cohérente avec celle de la loi camerounaise, qui est la date de déclaration d’utilité
publique d’un domaine (Loi n°85/ du 04 juillet 1985).
Il est nécessaire de préciser que toutes les améliorations apportées après le procès-verbal de
la Commission de Constat et d’Evaluation ne peuvent donner lieu à une indemnisation si
elles ont été réalisées dans le but d’obtenir une indemnité plus élevée.
Compensation
L’acquisition ou l’occupation de terres par le projet donne lieu à compensation des
détenteurs de droits sur ces terres. Comme indiqué au paragraphe précédent, ce principe
s’applique quelle que soit la nature des droits d’occupation détenus, que ceux -ci soient
sanctionnés par un titre, tout autre document, ou non.
La compensation peut prendre la forme :
 D’une indemnisation en numéraire pour les terres cultivables et cultivées ;
 D’une assistance en nature, par exemple sous la forme de mise à disposition de
terres remplaçant les terres perdues du fait du projet.
Les principes de compensation seront les suivants :
 Quelle qu’en soit la forme (en nature ou en argent), l’indemnisation sera réglée avant
1er déplacement ou l’occupation des terres,
 S’agissant des bâtiments, et par opposition avec la valeur nette ou dépréciée d’un
bâtiment, la valeur intégrale de remplacement comprend le coût intégral des
matériaux et de la main d’œuvre nécessaires pour reconstruire un bâtiment de
surface et de standing similaires. En d’autres termes, la personne affectée doit être
capable de faire reconstruire son bâtiment sur un autre site en utilisant
l’indemnisation payée pour l’ancien bâtiment.
 S’agissant des cultures pérennes, la valeur intégrale de remplacement doit prendre
en compte non seulement la valeur des récoltes perdues du fait de la destruction de
la culture, mais également le coût de son ré-établissement jusqu’à un stade
équivalent à celui où elle se trouvait lorsqu’elle a été détruite.

89
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

 Pour les cas spécifique de l’orpaillage et de la pêche, la solution est d’abord plutôt
collective qu’individuelle.
A l’échelle individuelle, une prime forfaitaire sera allouée aux personnes physiques. Il est
proposé une prime correspond au revenu d’environ 1/3 d’une année par ménage pour les
orpailleurs-chefs de trous, pour les orpailleurs ouvriers et pour les pêcheurs.

7.1.3 Rappels des règles et procédures de déplacement des populations

Le PULCI nécessitera le déplacement physique de populations. La procédure développée ci-


dessous intéresse donc les villages et campements permanents.
Le choix des emplacements potentiels de reclassement demande l’implication des
représentants locaux du gouvernement, soit la Préfecture, la sous-préfecture, et bien sûr les
communautés affectées.
Le choix des emplacements de reclassement est basé sur les critères suivants :
 Surface suffisante pour construire les habitations des personnes déplacées ;
 Accès possible aux services essentiels (eau, santé, éducation). Si ceux -ci sont
insuffisants ou le deviennent à cause de l’arrivée de cette nouvelle population, les
mettre en place ;
 Possibilité d’avoir de nouvelles terres en tenant compte des jachères et de
l’augmentation prévisible de la population;
 Lieu socialement et culturellement acceptable, et formellement admis par les
représentants du gouvernement, la communauté affectée et la communauté hôte.
Par ailleurs, il sera systématiquement effectué avant chaque déplacement une mise à jour
des données socio-économiques des villages et campements à déplacer. Les informations à
collecter sont les suivantes :
 Identification du chef de ménage ;
 Profession principale du chef de ménage ;
 Sources de revenu du chef de ménage ;
 Composition démographique des ménages ;
 Typologie des maisons et infrastructures ;
 Typologie des champs et des cultures ;
 Présence de puits et tombes ;

90
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

 Présence d’une source de revenu régulier et niveau de vie ;


 Maladies courantes du ménage ;
 Attentes et craintes par rapport au projet.

La réinstallation de l’ensemble des villages devra s’articuler autour des étapes suivantes :
 Réunion de consultation dans le village avec le comité de consultation, rédaction
d’un procès-verbal (PV) accompagné d’une fiche de présence ;
 Consultation des PAP au travers d’une réunion plénière avec PV et fiche de
présence ;
 Consultation des villages hôtes ;
 Visite conjointe sur le terrain des représentants des différents villages d’accueil pour
définir :
- un accord de principe sur l’accueil desPAP ;
- des compensations communautaires réalistes : forages ou puits dans tous les
villages, terrains de sport et autres aménagements ;
- les programmes de restauration de niveau de vie, et les conditionsd’éligibilité ;
- la répartition des biens communaux entre les villages (par exemple école,
dispensaire etc.).
 Inventaire des zones cultivées (localisation GPS, taille approximative, culture, etc.)
dans les villages d’accueil ;
 Grande session de consultation entre village déplacé et villages hôtes pour fixer des
limites approximatives entre les différents villages ;
 Description du système agricole en place dans villages à déplacer (cultures, rotations,
etc.) ;
 Vérification de la qualité agronomique de la zone de réinstallation :
- Qualité des terres ;
- Cultures appropriées ;
- Zonage agricole.
 Réunion avec des agronomes au sein d’un comité de consultation sur la répartition et
la localisation des parcelles agricoles à accorder à chacun des ménages à déplacer.

91
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Ce processus devra être respecté pour les sites de recasement des personnes affectées par
les inondations de 2012 et 2013 en cours de lotissement.
Il ya lieu de rappeler que les personnes affectées par les travaux du PULCI dans les zones de
GUIRVIDIG, POUSS, DANGALA et…….seront recasées dans ces sites.
NB : la capacité d’accueil des personnes supplémentaires doit être confirmée étant donné
que le processus d’affectation des lots n’est pas achevé.

7.1.4 Principe de construction des maisons sur les sites de réinstallation

En principe, l’évaluation des indemnisations pour construction au Cameroun se fait suivant


l’arrêté N°00832/4.15.1/MINUH/d000 de 20 novembre 1987, fixant les bases de calcul de la
valeur vénale des constructions frappées d’expropriation pour cause d’utilité publique.
Sachant que les catégories de maisons rencontrées sur le terrain ne correspondent pas
toujours à celles fixées par les textes réglementaires en vigueur. Elles n’ont pas servi de
référence pour l’évaluation.
Pour chaque bâtiment répertorié, un devis spécifique a été établi pour le remplacement à
neuf, sans tenir compte de l’état de dégradation. Ce devis a été établi en fonction des couts
de matériaux sur le marché et le prix de la main d’œuvre pratiqué sur les chantiers privés de
BTP. Les calculs ont été effectués de la manière suivante :

Maison en dur
 Maçonnerie 8 000F/m²
 Béton armé 13 500F/m3
 Ouverture : porte 45 000F, fenêtre 25 000F
 Charpente + toiture 16 000 F/m²
Pour une maison en dur peinte de 100m², le montant Total est de 7 500 000F soit 75000F/m²
et 70 000F/m² sans peinture.

Maison en terre Battue


 Élévation 2 500F/m²
 Porte en bois 45 000F
 Fenêtre en bois 25 000F

92
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

 Toiture 10 000F/m²
Pour une maison en terre de 100m², le montant total est estimé à 1 350 000 soit 13500F/m².
Rappelons que le terrain est gratuit et disponible selon les différentes autorités
traditionnelles traversées par le projet. Le prix du terrain ne sera pas pris en compte dans
l'évaluation des biens.
Cependant, le comité de mise en œuvre du PAR s’assurera que ces mêmes dispositions
prévalent lors du déplacement des populations.

7.1.5 Rappels des règles de consultations publiques


Le premier volet de consultations s'est déroulé en février et en mars 2014.
L'EIES du PULCI aurait dû intervenir avant le lancement de l'étude du PAR qui devait tout
simplement.
À la fin du XXe siècle, la concertation s’est imposée progressivement comme un principe
d’action publique dans le domaine de l’environnement, de l’aménagement, de la gestion du
territoire et, plus largement de la gestion publique et collective des ressources. Son
développement est étroitement lié à celui du principe de participation, impulsé par la Charte
Mondiale de la nature (1982) et des conventions internationales comme la Déclaration de
Rio sur l'environnement et le développement dans son principe 10 (1992) et la Convention
d’Aarhus (1998). Ces textes ont encouragé les gouvernements à inscrire dans la loi
l’impératif de concertation.
L’article 11 du décret N°2013/0065/PM du 13 janvier 2013 prescrit l’organisation des
consultations publiques dans le cadre des EIES au Cameroun et traduit par la même occasion
l’engagement de l’Etat du Cameroun à respecter les engagements internationaux.

 Objectifs
L’intégration des aspects sociaux revêt d’une grande importance à la fois pour le
Gouvernement et la Banque Mondiale qui est le principal bailleur de fonds du projet. C’est la
raison pour laquelle un programme d’information et de consultation des PAPà travers le
consultant du PACA a été mis en place et réalisé. Les consultations publiques ont pour
objectif principal d’informer et sensibiliser les différentes parties prenantes au projet et de
collecter les données de base nécessaires à la réalisation de l’étude. Il s’agissait plus
spécifiquement au cours de notre mission de :

93
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

- expliquer le projet aux différentes parties prenantes afin de leur permettre demieux
le connaître et d’avoir une meilleure compréhension de ses impacts ;
- permettre aux parties prenantes de s’exprimer, de faire part de leurs préoccupations,
appréhensions et attentes vis à vis du projet ;
- recueillir les informations pertinentes à prendre en compte dans la conduite
del’étude ;
- compléter l’identification des impacts du projet et envisager avec les
partiesintéressées, les mesures d’atténuation et de compensation efficientes
etadaptées.
 Planification et organisation
La préparation des consultations publiques a tenu compte des principes édictés par la
réglementation en vigueur et ceux évoqués dans la politique de diffusion de la Banque
Mondiale. Les principes considérés sont les suivants :
- Identifier les parties prenantes primaires et secondaires du projet : l’équipe sociale a
été mobilisée sur le terrain avant la visite officielle de démarrage de l’étude pour des
rencontres et interviews individuels. Les résultats des premières enquêtes
individuelles réalisées ont permis d’intégrer certaines contraintes culturelles et
locales dans le planning général de déroulement de l’étude ;
- Identifier les facteurs socio culturels qui pourraient influencer le processus de
consultation : noter que le contrat d’étude a été signé en début de mois de février
2014;
- Consulter toutes les catégories de parties prenantes et de classe d’individus : malgré
une forte communication sur l’intérêt de la participation des femmes, il a été difficile
de les mobiliser compte tenu de la place qu’elles occupent dans la société de la
région du projet ;
Les moyens financiers et la logistique ont été mobilisés suffisamment à temps pour assurer
l’aménagement des sites d’accueil des réunions et leur déroulement dans le respect de
l’ordre public ;
- Définir les paramètres, les buts et les résultats attendus du processus de
consultation;
- Préparer une réponse aux quiétudes exprimées (si applicable) ;

94
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

- S’assurer que les résultats de la consultation soient reflétés dans les documents
produits.
Ainsi, dans un premier temps, une première prise de contact avec les principaux groupes
décisionnels a été menée pendant la visite officielle de reconnaissance de terrain qui a
eu lieu du 10 au 21 décembre 2013. Pour la publicité autour du démarrage de l’étude et
de la programmation des réunions de consultation publique, des banderoles d’annonce
ont été affichées à l’entrée des villes de Maroua et à Mora et dans les endroits très
fréquentés.
Le planning des réunions des consultations public est donné par le tableau ci-dessous.
 Déroulement des consultations
Par rapport aux ateliers de restitution
 Résumé des ateliers de restitution
- Attentes ;
- Craintes ;
- Doléances indirectes et indirectes liées au projet.

7.1.6 Matrice d’éligibilité

Les personnes éligibles à la réinstallation sont classées en quatre groupes :


 Personne affectée : une personne qui souffre de la perte de biens ou
d'investissements, tels que la terre, la maison, et/ou l'accès aux ressources naturelles
et/ou économiques du fait des sous-projets et des activités, et à qui une
compensation est due. Par exemple, une personne affectée est celle qui cultive une
parcelle de terrain qui sera touchée par un sous projet, ou qui a construit une
infrastructure qui est maintenant demandée par le sous-projet, ou dont les moyens
d’existence reposent sur l'accès public à des terres qui doivent être touchées par le
sous-projet ;
 Ménage affecté : un ménage est affecté si un ou plusieurs de ses membres
sontaffectés par les activités du projet, que ce soit par la perte d’une maison, de la
terre,perte d'accès ou est autrement touché de quelque façon que ce soit par les
activitésdu projet. Cette définition prévoit :

95
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

- les membres des ménages comprenant les hommes, les femmes, les enfants, les
parents dépendants et les amis, ainsi que les locataires ;
- les individus vulnérables qui peuvent être trop vieux ou malades pour pouvoir
contribuer à la production de subsistance ou autre production agricole
- les parents qui ne peuvent pas résider ensemble en raison des règles culturelles, mais
qui dépendent des unes des autres pour leur existence quotidienne ; et
- les autres personnes vulnérables qui ne peuvent pas participer à la production, àla
consommation, ou à la résidence partagée pour des raisons physiques ou culturelles.
 Communauté locale affectée : une communauté est affectée si les activités du
projetaffectent ses relations ou sa cohésion socio-économique et/ou socioculturelle.
Parexemple, les activités du projet pourraient mener à une amélioration du bien-être
socio-économique telle qu’elle pourrait donner naissance à une conscience de classe
allant de pair avec une érosion culturelle ;
 Ménage vulnérable : ménage ayant en son sein les handicapés mentaux ouphysiques,
les personnes malades, les personnes du troisième âge, les femmes chef de familles
peuvent avoir des besoins en terre différents de la plupart des ménagesou des
besoins sans relation avec la quantité de terre dont il dispose.
Quelle que soit la catégorie, l’éligibilité à la compensation ou aux diverses formes d’appui du
Projet dans le cadre de la réinstallation dépendra de la présence des différentes catégories
sur le site avant la date butoir, généralement considérée à compter du démarrage
durecensement.
Prise en compte des groupes vulnérables
Les familles vulnérables ont parfois des besoins différents comparativement à la plupart des
familles :
Il s’agit:
 Des femmes : même si elles sont, en principe, aidées par leur mari, ou ont desenfants
ou d’autres personnes pour les soutenir, dans beaucoup de cas aussi, les femmes
sont les principaux soutiens de leur famille. Il leur faut un accès relativement facile
aux services de santé, en tant que mère et en tant qu’épouse. Elles ne devraient pas
être réinstallées de façon à les séparer de leurs ménages car la survie même de ces
derniers dépend souvent d’elles. Leur compensation doit tenir compte de tous ces

96
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

facteurs. Il est important de tenir compte de leurs statuts spécifiques (célibataires,


paysannes, chefs de ménages, veuves, etc.).
 Des personnes âgées : les personnes âgées cultivent souvent la terre aussi longtemps
qu’elles peuvent le faire. Leur viabilité économique ne dépend pas seulement de la
surface de terre qu’elles cultivent ou du volume de leur production, mais plutôt de la
production, même de petites quantités de nourriture, qu’elles échangent avec
d’autres. Elles peuvent vivre d’aliments préparés et de dons généreux de céréales de
personnes telles que leurs parents ou leurs voisins. Ce qui engendrerait un préjudice
à cette viabilité économique est une réinstallation qui les séparerait des personnes
ou des familles dont elles dépendent pour leur maintien. La définition de famille en y
incluant les personnes à charge évite cette situation.
Le projet devra pendant la mise en œuvre du PAR s’assurer que ces personnes vulnérables
soient assistées d’une manière convenable.
Tableau 30: Matrice d’éligibilité

Impact Eligibilité Droit à compensation ou réinstallation


Perte de terre Etre titulaire d’un titre Indemnisation de la terre dans le cadre de
titrée foncier (propriété l’expropriation
formelle) valide et
Enregistré

Etre titulaire d’un droit Indemnisation de la terre dans le cadre de


foncier local ou droit l’expropriation, avec option entre
coutumier (propriété indemnisation en espèces, mais à un
formelle) niveau moins élevé que les premiers
(valeur domaniale) ou en nature sous la
forme d’un terrain de remplacement
(cette dernière option est à privilégier)
Perte de terre Propriété informelle et Pas d’indemnisation pour la terre,
cultivable et locataires : mais possibilité d’assistance au
cultivée non Etre l’occupant reconnu recasement sous la forme d’une parcelle
titrée d’une parcelle cultivable de caractéristiques équivalentes, ceci doit
et cultivée (reconnu par se faire absolument quand les personnes
les chefs coutumiers, tirent un revenu principal de la terre, ce
notables et voisins) qui n’est généralement pas le cas dans les
villes.
Les « propriétaires »
coutumiers sont
considérés comme des

97
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

occupants de bonne foi de


la terre, et sont éligibles
aux mesures décrites ci-
contre

Ils ne sont pas éligibles à


une compensation
monétaire pour un terrain
non titré, car celui-ci est
automatiquement
considéré comme
appartenant à l’Etat.
Perte de terre Communautés villageoise Appui pour trouver de nouveaux
non cultivée pâturages et de nouveaux couloirs de
Eleveurs transhumance, appui à l’intensification de
l’élevage et compensation de la perte de
revenu encourue durant la période
nécessaire pour rétablir l’activité sur un
autre site.
Perte de culture Cultures observée dans Cultures pérennes : compensation à la
les emprises du projet lors valeur intégrale de remplacement de la
du recensement culture considérée (prenant en
considération la valeur du plant, le travail
nécessaire au ré-établissement de la
culture, et la perte de revenu pendant la
période nécessaire au ré-établissement à
la valeur du marché du produit considéré)

Cultures annuelles : si la culture est


détruite avant
d’avoir pu être moissonnée,
compensation à la valeur actuelle du
marché du produit perdu.

Perte de Propriétaire résident, Compensation du bâtiment à la valeur


bâtiment reconnu ou non comme intégrale
propriétaire par la loi de remplacement (valeur du marché s’il
est possible de se référer à des
transactions pour ce type de bâtiment,
plus indemnité de déménagement)
ou
Réinstallation dans un bâtiment de
caractéristiques et de surface
équivalentes ou supérieures et indemnité
de déménagement.

98
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Locataire reconnu comme Compensation du coût du déplacement,


locataire par le comprenant (i) les frais encourus pour
propriétaire louer un logement similaire (trois mois de
loyer de dépôt de garantie) et (ii)
indemnité de déménagement.

Déménagement Etre résident et éligible à Prise en charge du coût du


la réinstallation déménagement, de préférence en nature
(mise à disposition d’un véhicule pour
transporter les effets personnels).

Récupération de matériaux des bâtiments


Les propriétaires de bâtiments pourront
récupérer tous les matériaux constitutifs
des bâtiments expropriés. Un délai leur
sera donné pour ce faire, à échéance
duquel le bâtiment sera démoli par le
Projet de sorte à éviter que des squatters
ne s’y installent.
Perte d’activité Etre reconnu par le Compensation de la perte de revenu
commerciale ou voisinage et les autorités encourue durant la période nécessaire
artisanale comme l’exploitant de pour ré-établir l’activité sur un autre site,
l’activité (cas des …………..) plus appui en vue de l’adaptation à ces
nouveaux sites
Changement Pêcheur Appuis structurels (formation, crédit)
dans les durant une période suffisante pour que
conditions ces professionnels puissent s’adapter à
d’exercice de la leur nouvel environnement et
profession compensation de la perte de revenu
pendant la période nécessaire à leur
adaptation.
Puits et forages Propriétaires des forages Compensation
et des puits
Ressources Villages considérés Compensation communautaire au village
naturelles, traditionnellement traditionnellement propriétaire sur la
steppes et comme propriétaire de la base d’un taux forfaitaire appliqué à la
savanes zone concernée surface occupée ou acquise.

99
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

7.2 Consultations publiques

Photo 7: consultations publiques

7.3 Mise enapplication des principes dans le cadre du PULCI

7.3.1 Barèmes de compensation et évaluation des biens


Les biens évalués dans le cadre de la présente étude ont été recensés au cours des missions
effectuées sur le terrain du 21 février 2014 au 16 mars 2014 (saison sèche). Des évolutions
sont donc possibles si ces emprises ne sont pas sécurisées avant le démarrage du projet.
Les compensations peuvent être vues à plusieurs niveaux :
- Pertes de biens et de revenus individuels : habitations, tombes, cultures, mines,
élevage, pêche, etc. ;
- Pertes de biens communautaires : lieux de culte et autres bâtiments publics (écoles,
centres de santé, forages, lieux de réunion), lieux religieux, etc.
Les compensations pourront prendre plusieurs formes :
- Indemnisations en numéraire (pertes de cultures, pertes de tombeaux, pertes de
revenus) ;
- Compensations en nature (bâtiments privés ou publics, appui technique),
- Compensations par actions de développement et d’appui (projets élevage, mines,
pêche, etc.).
Pour les indemnisations des cultures, le consultant s’est appuyé sur le décret n°
2003/418/PM du 25 février 2003, amélioré avec le barème appliqué dans le cadre du
barrage de Lom-Pangar, composante usine et ligne (EDC, 2011), de EIES en vue de la
réhabilitation de la route Maroua – Mora 60 (janvier 2014) et les relevés des prix sur les
marchés et dans les villages.

100
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

7.3.2 Compensations individuelles


 TYPES DE SARE
Cette partie présente les types de sarés qu’on rencontre dans les villages concernés. En
sillonnant ces villages, nous avons rencontré deux types de sarés : des sarés ronds et des
sarés carrés.
- Saré carré avec une maison ronde, deux maisons rectangulaires, une cuisine, un
puits, un hangar et une douche WC
Les sarés correspondent à des concessions où on rencontre des familles. La plupart de ces
sarés ont des formes carrées ou rondes avec des parfois des clôtures. C’est ainsi qu’après
avoir fait la descente sur le terrain, nous avons rencontré les types de sarés en forme carrée
avec des maisons rondes et des sarés avec des maisons carrées. La figure n°1 par exemple
nous montre un saré carré, avec une maison ronde, deux maisons carrées, une cuisine, un
puits, un hangar et une douche WC.
- Saré carré avec deux maisons rectangulaires, une cuisine, un hangar, et une
douche WC
La figure n°2 ci-dessous est un saré carré avec deux maisons carrées, une cuisine, un hangar
et une douche WC. Ces sarés sont souvent parsemés de quelques arbres qui peuvent être
d’ombrage ou fruitiers. Les clôtures sont faites avec des briques de terre, des pailles ou en
séko.
- Saré carré avec deux maisons carrées, une maison ronde, une cuisine, un puits, et
une douche WC.
La figure n°3 ci-dessus présente un saré en forme carré avec deux maisons carrées, une
maison ronde, une cuisine, un puits, et une douche WC. Dans ces types de saré, on
rencontre souvent des porcheries, des poulaillers et des bergeries pour certaines familles qui
pratiquent l’élevage dans la concession.
- Saré carré avec trois maisons rectangulaires, une cuisine, un puits, et une douche
WC
La figure n°4 ci-dessous est un saré de forme carrée comportant trois maisons carrées, une
cuisine, un puits et une douche WC. Les maisons se trouvent juxtaposées et le puits se
trouve au centre du saré. Les maisons sont généralement recouvertes en toit de paille, de
chaume ou de tôle.
- Saré carré avec deux maisons carrées, une maison ronde, deux cuisines, un
hangar, un puits et une douche WC
La figure n°5 ci-dessous est un saré avec deux maisons carrées, une maison ronde, deux
cuisines, un hangar, un puits et une douche WC. Ces maisons sont collées à la clôture.

101
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

ENTRÉE
PRINCIPALE

Figure 2: Saré carré avec hangar + puits+ cuisine+ toilettes WC

ENTRÉE
PRINCIPAL
E

Figure N°

Figure 3: Saré carré avec hangar + puits+ 2 cuisines+ toilettes WC

ENTRÉE
PRINCIPAL
E

Figure 4: Saré rond avec cuisine+ toilettes WC

102
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

ENTRÉE
PRINCIPAL
E

Figure 5: Saré carré avec hangar + puits+ toilettes WC

GRENIER

ENTRÉE
PRINCIPAL
E

Figure 6: Saré rond avec grenier + toilettes WC

 Types de case
Ce chapitre présente les différentes propositions de modèle de cases rencontrées sur le
terrain. Ces cases ont des formes rondes et des formes carrées avec des nombre de pièces
qui varient d’un type à l’autre. Dans le cadre de cette étude, nous avons pu rencontrer
quatre types de case :
o Les maisons à une pièce
o Les maisons à deux pièces
o Les maisons à trois pièces
o Les maisons à quatre pièces

103
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

- Les maisons à une pièce


Ce sont des types de case ronde et carrée à une pièce, comportant une porte et une fenêtre
uniquement. Elles ont 3,5 m de diamètre pour les cases ronde et 3,5m de côté pour les cases
carrées.
- Les maisons à deux pièces
Ce sont des cases ronde et carrée à deux pièces qui comportent trois portes et trois
fenêtres. Elles mesurent 4m de diamètre pour les cases rondes et 5m de côté pour les
carrés. Ces cases comportent trois portes et trois fenêtres pour chaque type.
- Les maisons à trois pièces
Elles correspondent aux cases ronde et carrée qui ont trois pièces. Elles comportent quatre
portes et quatre fenêtres pour chaque type. Ces cases ont un diamètre de 6 m pour les
rondes et 6 m de côté pour les carrés.
- Les maisons à quatre pièces
Elles sont rondes et carrées avec quatre pièces, comportant cinq portes et quatre fenêtres
pour chaque type. Ces cases ont chacune 6,5 m de diamètre pour les rondes et 6,5 m de côté
pour les carrés.

104
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

105
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

106
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

107
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

108
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Terres cultivables
Comme indiqué dans la matrice d’éligibilité (Voir Tableau 24), il est indiqué que les
terrains nécessaires au projet ne faisant l’objet d’aucun titre foncier ne seront pas
indemnisés en numéraire, et par conséquent ils ne font pas l’objet d’une évaluation.
Par contre, les terres défrichées et/ou labourées doivent faire l’objet d’une compensation à
l’usager reconnu pour le travail de défrichage et/ou de labour sur une base forfaitaire à
l’hectare, établie en liaison avec les services chargés de l’agriculture sur la base du nombre
de jours nécessaire aux travaux considérés et du salaire minimum journalier.
Il est proposé d’appliquer ce principe pour les cultures pérennes et aux cultures annuelles.
Cultures annuelles
- Détermination des rendements moyens R pour chaque culture (consultation des
services de l’agriculture),
- Détermination des prix de marché moyens P pour les différents produits,
- Compensation pour l’unité de surfaceC: C = R x P
- Si une culture donne plusieurs produits tous valorisés (par exemple tubercule et
feuille de manioc), la compensation doit prendre en compte cet aspect en sommant
l’ensemble des produits récoltés et susceptibles d’être commercialisés,
- Le stade de la culture (niveau de maturité) n’est pas pris en compte (valeur intégrale
de remplacement).
Les cultures annuelles qui peuvent être récoltées à un stade normal de maturité avant
destruction pour les besoin des travaux ne seront pas compensées.
Le Tableau 25 suivant présente le barème de compensation pour 2008 des cultures
annuelles (en FCFA/m²) basé sur les prix du marché observés à Maroua et dans les villages
en févier 2014.

109
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Tableau 31: Barèmes de compensations des cultures annuelles

Eléments Compensation Compensation Compensation Compensation pro - Compensation


légale Cameroun légale Cameroun PIR EDC (2008) posée EIES route proposée par le
(1981) (2003) (1) Maroua-Mora 2014 consultant
Unité Taux/FCFA Taux/FCFA Taux/FCFA Taux/FCFA Taux/FCFA
Légumineuses : arachide, m² J = 30 J = 150 J = 150 J = 150 J = 150
voandzou, soja, haricot, etc. m² A = 50 A = 200 A = 200 A = 200 A = 200

Céréales : maïs, mil, sorgho, m² J = 30 J = 150 J = 150 J = 150 J = 150


riz, etc. m² A = 50 A = 250 A = 200 A = 200 A = 200
Banane plantain pied J = 350 J = 1000 J = 1000 J = 1000 J = 1000
pied A = 600 A = 1500 A = 2900 A = 2900 A = 2900
CULTURES ANNUELLES

Banane douce pied J = 200 J = 800 J = 800 J = 800 J = 800


pied A = 350 A = 1200 A = 2400 A = 2400 A = 2400
Ananas pied J = 100 J = 150 J = 300 J = 300 J = 300
pied A = 180 A = 200 A = 300 A = 300 A = 300
Tubercules : igname, pied J = 50 J = 100 J = 50 J = 100 J = 100
macabo, taro, patate, pied A = 80 A = 300 A = 80 A = 300 A = 300
manioc, pomme de terre, etc
Cultures maraîchères m² 1500 3000 3000 3000 3000
Cotonnier m² J = 30 J = 100 J = 30 J = 100 J = 100
m² A = 50 A = 200 A = 50 A = 200 A = 200
Tabac m² J = 30 J = 100 J = 30 J = 100 J = 100
m² A = 50 A = 200 A = 50 A = 200 A = 200
Canne à sucre pied J = 25 75 J = 25 75 75
A = 40 A = 40
Légende : J= jeune, A= âgée.
(1) : Décret N° 2003/418 PM du 25 Fév. 20

110
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Cultures pérennes
Le calcul de la valeur intégrale de remplacement impose de ne pas considérer seulement le
produit de la culture sur une année, mais de prendre en compte le coût de ré-établissement
de la plantation (plants, mise en place et autres), ainsi que le produit perdu pendant les
années nécessaires au rétablissement de la plantation.
Le gouvernement a fixé les tarifs des indemnités. Pour les cultures pérennes, ils tiennent
compte de la durée de rétablissement de la plantation.
L’évaluation des cultures pérennes sera faite par comptage lors du recensement, les taux de
compensation des cultures pérennes ont été calculés conformément au principe de la valeur
intégrale de remplacement, sur les bases suivantes :
- V : Valeur moyenne de commercialisation du produit d’un arbre, en FCFA/an ;
- D : Durée de rétablissement moyenne de l’arbre à un niveau de production adulte,
en années ;
- CP : Coût de plantation (plant, travail du sol, fertilisation initiale), en FCFA ;
- CL : Coût du travail nécessaire à la plantation et à l’entretien pendant la durée de
rétablissement de la plantation, en FCFA.
Le montant de la compensation c’est : C = V x D + CP + CL.
Pour ne pas multiplier les cas de calcul, aucune catégorie intermédiaire entre les jeunes
arbres non productifs et les arbres en production n’a été retenue. Pour la majorité des
productions, les différentes données (prix des plants, des produits, rendements) seront
collectées auprès de différentes personnes (villageois, pépiniéristes, services agricoles).
Le calcul de la valeur intégrale de remplacement impose de ne pas considérer seulement le
produit de la culture sur une année, mais de prendre en compte le coût de ré-établissement
de la plantation (plants, labour, engrais et autres), ainsi que le revenu perdu pendant les
années nécessaires au ré-établissement de la plantation.
L’évaluation des cultures annuelles sera faite par comptage peu avant la destruction.

111
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Tableau 32: Barèmes de compensations des cultures pérennes

Eléments Compensation Compensation Compensation Compensation pro - Compensation


légale Cameroun légale Cameroun PIR EDC (2008) posée EIES route proposée par le
(1981) (2003) (1) Maroua-Mora 2014 consultant
Unité Taux/FCFA Taux/FCFA Taux/FCFA Taux/FCFA Taux/FCFA
Agrumes : citronnier, orangé, pied J = 1250 J = 5000 J = 4700 J = 9 500 J = 9 500
mandarinier, pomelo, pied A = 3500 A = 35 000 A = 35 000 A = 47 000 A = 47 000
pamplemoussier…
Manguier, avocatier pied J = 1250 J = 5000 J = 5000 J = 14 500 J = 14 500
pied A = 3500 A = 35 000 A = 75 000 A = 68 000 A = 68 000
Papayer pied J = 150 J = 1000 J = 1000 J = 1000 J = 1000
pied A = 500 A = 3000 A = 3000 A = 3000 A = 3000
Kolatier et safoutier pied J = 1250 J = 20 000 J = 20 000 J = 50 000 J = 50 000
CULTURES ANNUELLES

pied A = 3500 A = 50 000 A = 50 000 A = 75 000 A = 75 000


Autres arbres fruitiers pied J = 375 J = 7500 J = 7500 J = 7500 J = 7500
pied A = 1720 A = 25000 A = 25000 A = 25000 A = 25000
Palmier à huile et cocotier Pied De 15 à 25 ans = - De 15 à 25 ans = - -
2000 10000
pied De 25 ans et plus = De 25 ans et plus
1725 = 35000
Voacanga pied J = 600 - J = 20000 - -
pied A = 1200 A = 50000
Arbres d’ombrage Pied J = 500 J = 5000 J = 5000 J = 5000 J = 5000
pied A = 1000 A = 10000 A = 10000 A = 10000 A = 10000
Autres arbres cultivés Pied Moins de 5 ans = Moins de 5 ans = Moins de 5 ans = Moins de 5 ans = Moins de 5 ans =
1000 10000 10000 10000 10000
Pied 5 ans et plus = 2000 5 ans et plus = 5 ans et plus = 5 ans et plus = 20000 5 ans et plus =
20000 20000 20000

112
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Tombes
A partir de cas concrets (EIES en vue de la réhabilitation de la route Maroua – Mora 60
janvier 2014) sur la base des prix observés chez lesartisans, le coût d’indemnisation estimé
varie ainsi :
- Exhumation et inhumation dans une tombe en terre : 80 000 FCFA,
- Exhumation et inhumation dans une tombe en ciment : 120.000 FCFA,
- Frais de cérémonie sans exhumation : 80 000 FCFA.
-
Dans le cas présent, aucune exhumation ni reconstruction de tombe ne sera nécessaire, le
consultant propose donc une indemnité de 80 000 FCFA/tombe.

7.3.3 Compensations collectives


Bâtiments
Pour les bâtiments collectifs, deux approches sont prévues :
- Les écoles et les centres de santé construits en dur, même en mauvais état, doivent
être reconstruits avec les mêmes matériaux ;
- Les autres bâtiments publics construits en matériaux non durables ou en semi dur,
seront reconstruits avec la même approche que celle suivie pour les bâtiments
privés, soit la reconstruction de bâtiment au standing amélioré en briques de terre
recouvertes de ciment et toit en tôles. Il s’agit essentiellement des églises et des
mosquées. Leur surface de reconstruction sera de 70 m2.
Pour les bâtiments annexes (hangars), ils seront reconstruits aussi en matériaux semi-durs
avec la même surface.

Forages et puits

Pour les villages déplacés, les forages existants seront remplacés. D’après le service eau et
assainissement de Maroua, le coût est d’environ 8 000 000 FCFA / forage et pour le coût des
puits, il est fonction de la profondeur. Toutes les personnes déplacées devant bénéficier
d’un forage, les personnes venant des campements devront en bénéficier également. Ceci
sous-entend que lorsqu’un village de réinstallation n’est pas équipé de forage, le projet
devra en prévoir un.

113
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

7.3.4 Actions spécifiques pour les personnes à réinstallées et les villages hôtes
Les personnes réinstallés dans les villages hôtes devraient avoir accès à:
- Eau potable ;
- Santé ;
- Education ;
- Sites religieux ;
- Assistance matérielle et technique dans le domaine agricole et de la pêche.

7.4 Ensemble des taches à assumer


Le tableau xx suivant présente dans l’ordre ou elles doivent être exécutées, l’ensemble des
tâches à assumer pour le déplacement et la réinstallation des personnes affectées par les
travaux du PULCI.

Tableau 33: liste des taches et des responsabilités relatives aux opérations de réinstallation

N° Description des taches observation


01 Actualisation en liaison avec les services préfectoraux, Opération démarrée et qui
des taux de compensation applicables aux cultures se poursuivra au cours de
annuelles et pérennes,par recueil des données sur les l’étude de présentation
marchés locaux et calcul selon les bases présentées participative du PAR
aux tableaux 6,7 et 8 ci-dessus provisoire
02 Information et discussion au niveau de chaque Opération à réaliser au
villageaffecté sur les points suivants ; début de la mission de
- Règle d’éligibilité, mise en œuvre du PAR
- Taux de compensation applicable à chaque
bien affecté
- Taux de compensation communautaires pour
les ressources naturelles et la brousse
03 Préparation des accords de compensation avec A réaliser avant la mise en
chaque ménage et chaque communauté affectés œuvre du projet par le
PULCI
04 Présentation à chaque entité affectée (ménage ou A réaliser avant la mise en
communauté) des compensations prévues au cas par œuvre du projet par le
cas PULCI
05 Négociation des compensations avec chaque ménage A réaliser avant la mise en
et chaque communauté affectés œuvre du projet par le
PULCI
06 Signature des accords de compensation A réaliser avant la mise en
œuvre du projet par le
PULCI
07 Mise en œuvre des compensations (réinstallation et A réaliser avant la mise en
ou indemnisation en nature ou en numéraire) œuvre du projet par le
PULCI

114
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

08 Suivi A réaliser avant la mise en


œuvre du projet par le
PULCI

gouvernementales centrales et régionales,puis présentés aux communautés hôtes.


Parallèlement, le PULCI doit se doter d’une cellule opératrice conséquente. Cela est

La mise en œuvre du PAR devra être terminée en décembre 2014, compte tenu de la date
de démarrage du chantier prévu au début de 2015.

7.4 Organigramme et fonction des différents responsables de l’opération de


compensation

7.4.1 Organigramme d’ensemble de l’opération de compensation

Fonction : Supervision et orientation

Structure(s) : Comité interministériel de suivi du PULCI sous


la coordination du MINEPAT

Fonction : Maitrised’ouvrage

Structure(s) : MINEPAT/CPP

Fonction : Maitrise d’œuvre

Structure(s) : UCP/SEMRY

Fonction : Suivi et contrôle Fonction : Animation consultation des


populations
Structure(s) : Commission de
réinstallation et d’indemnisation Structure(s) : ONG locale

Figure4 organigrammes des opérations de réinstallation et de compensation

7.4.2 Détail des différentes fonctions :


Supervision et coordination

Le comité interministériel pour le suivi du plan de réinstallation et de compensation sera


composé :

 Du MINEPAT

115
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

 Du ministre de l’environnement,
 Du ministre du cadastre et des affaires foncières,
 Du ministre de l'Agriculture et du développement rural
 Du ministre de l'urbanisme et de l’habitat
 Du ministre de la santé
 Du ministre de l’eau etde l’énergie
 Du ministre des mines
 Du ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation.

Le ministre De l’économie, du plan et de l'aménagement du territoire en sera le


coordonnateur..

Dans le cadre de l’opération réinstallation le Comité interministériel aura les missions


suivantes :

 Examiner, commenter et valider le PAR puis prendre en temps opportun toutes les
mesures qui apparaitraient nécessaires à son exécution,
 Se tenir informé des résultats de l’opération et procéder aux révisions de stratégie
qui pourraient s’imposer compte tenu de l’avancement et des évaluations,
 Assurer la bonne coordination des différents départements ministériels concernés.

Maitrise d’ouvrage

La maitrise d’ouvrage de l’opération de réinstallation et de compensation sera assurée parla


SEMRY

Les fonctions de la maitrise d’ouvrage sont les suivantes :

 Signature et approbation des documents relatifs au financement des frais de


compensation et de réinstallation,
 Présidence des commissions de dépouillement d’appels d’offre sur les travaux de
réinstallation et les actions d’engagement,
 Signature et approbation des marchés des travaux et services engagés dans le cadre
du volet réinstallation et compensation du projet,
 Ordonnancement des paiements,
 Validation des PV de réception provisoires et définitifs des ouvrages exécutés et des
fournitures livrées,
 Préparation des appels d’offre et des contrats,
 Exécution et gestion des paiements,
 Convocation de la commission d’attribution et d’indemnisation,
 Appel au Comité interministériel en tant que de besoin.

Maitrise d’œuvre

116
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

La maitrise d’œuvre de l’opération est assurée par l'UCP du Projet qui peut être
accompagné dans sa mission soit par un Cabinet de consultant ou un Consultant individuel
sélectionné à cet effet pour la durée de l'opération. La maîtrise d'œuvre assure les
fonctions suivantes :

 Préparation des documents nécessaires aux paiements pour signature par le maitre
d’ouvrage et paiement,
 Supervision des reconstructions des maisons dans les villages,
 Conduite et gestion des actions spécifiquement destinées aux personnes les plus
vulnérables,
 Secrétariat de la Commission d’attribution et d’indemnisation.

La cellule de projet qui travaillera principalement sur la composante barrage, délèguera pour
la composante ligne électrique une ou deux personnes. Elles seront équipées de
motocyclettes et leur durée de travail est prévue sur 9 mois.

A la fin de la mission, le suivisera assuré par le responsable de la gestion communautaire


déjà en poste.

8. Choix et délimitation des lieux de réinstallation


Les lieux de réinstallations ont été choisis par l’administration et les chefs traditionnels
après consultation des populations à déplacer.
Le projet de déplacement des populations concernent un ensemble de villages situés dans la
zone d’emprise du projet de réhabilitation des digues du Logone et du Lac Maga. Les
concertations au MINEPAT ont abouti à la détermination de la largeur de cette zone
d’emprise du projet, à partir du pied de la digue actuelle. Elle a été fixée à 50 mètres sur la
digue du lac Maga et à 30 mètres sur celle du Logone. Prenant en compte le nombre
considérable de personnes affectées (près du millier de ménages) et les délais de réalisation
de l’étude qui sont relativement courts, nous avons adopté une méthodologie articulée
autour de cinq activités :
Des concertations publiques ont été organisées dans les différents villages pour statuer pour
les options de recasement. Ces concertations, animées par le consultant, ont connu la
participation des populations sans discrimination, les autorités administratives, municipales
et traditionnelles (Sous- préfet, Maire, Lamido ou Sultan, Lawanes et Djaoros, SEMRY).
A l’issue de ces concertations, une option de recasement a été choisie pour chacun des
villages.
Option de recasement Village Arrondissement
Recasement par recul des Djogoïdi, Marao, Zoulla YAGOUA
habitations au-delà de la
Djafga, Begué- Palam, KAI- KAI

117
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

zone d’emprise du projet Doreissou


Recasement dans les zones Vounaloum YAGOUA
de recasement identifiées
Guémé, Kartoua, Vélé, VELE
Doumaraye, Bidi
Pouss et Guirvidig MAGA

L’option de recasement par recul consiste à recaser les populations affectées sur le site
initialement occupé, en observant un recul correspondant à la zone d’emprise du projet. Les
populations concernées par cette option peuvent être recasées sur leur propre terrain, ou
sur une parcelle cédée par un voisin. Cette option présente l’avantage de maintenir la
personne affectée dans son environnement habituel et ses aires usuels de parcours. Elle ne
convient cependant pas en situation de très forte concentration des populations et
d’existence des contraintes particulières à l’occupation des sols (zones à risques, zones
d’emprunt pour l’entretien de la digue).
L’option de recasement dans les sites de recasement consiste à déplacer les populations
affectées dans des sites de recasement préalablement identifiés, de manière à éviter des
déplacements sur plus de 4 kilomètres. De concert avec les populations et les autorités
administratives et coutumières, des sites de recasement ont été identifiés et sommairement
évalués dans les différents villages concernés par cette option de recasement.

8.1 Cartographiedeszones impactées

8.1.1 La réalisation des fonds de carte


Il s’est agi, à partir des fonds de carte existants (Cartes de l’APD du projet PULCI, cartes
topographiques, des photographies aériennes récentes en mode multi spectral et des
images satellites de haute résolution disponibles sur la zone (SPOT, 5 mètres pour la digue
de Maga, Rapid-eye d’un mètre de résolution pour le Logone), de réaliser des fonds de carte
à grande échelle nécessaires à une reconnaissance sommaire de la zone d’étude. Une bande
de près de 200 mètres de part et d’autre de la digue a été considéré dans un premier temps,
de manière à disposer d’une vue plus large de la zone du projet. A partir de ces données
sources, différentes couches d’informations géographiques ont été généré notamment :
- Le corps de la digue actuel ;
- Les sentiers et pistes de la zone d’étude ;
- Les cases ;
- Les clôtures
- Les courbes de niveau ;
- Les pieds d’arbre ;
- Les ouvrages hydrauliques ;
- La ligne moyenne tension longeant la digue ;

118
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

- Les lames d’eau.

8.1.2 La délimitation de la zone d’emprise du PULCI


Cette délimitation s’est faite au bureau, au moyen d’outil du logiciel SIG. Elle a consisté à
générer un couloir à partir du pied de la digue, suivant la largeur arrêtée par l’administration
(30 mètres pour le Logone et 50 mètres pour Maga). Tous les objets se trouvant
partiellement ou totalement dans le couloir ainsi généré ont été sélectionnés et configurés
sous forme de cartes de repérage sur le terrain pour la phase d’enquêtes.

8.1.3 La collecte de données de terrain

Pendant la phase d’enquêtes et de recensement des ménages et des biens affectés, il a été
procédé systématiquement à une prise des coordonnées GPS de tous les ménages affectés.
A chaque code GPS, on a associé le code attribué au ménage et le village de résidence de
l’enquêté. Il a également été procédé au complètement de fonds de carte par le
positionnement des équipements divers (forage, puits, Eglise, Ecole, Chefferie) et la collecte
des données toponymiques (noms de lieux, de quartier et de village.
Des points remarquables de ces sites ont été levés au GPS dans l’optique de leur
matérialisation cartographique

119
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

120
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

121
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

122
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

8.2 Matérialisation cartographique des zones de recasement


Cette matérialisation a été précédée d’une évaluation objective des besoins en espaces
constructibles des populations déplacées. La grille proposée pour la compensation des
terrains construits est la suivante :

Superficie de l’espace bâti affecté Superficie du lot proposé en


compensation

< 50 m² 100 m²

51- 75 m² 150 m²

76- 100 m² 200 m²

101- 125 m² 250 m²

126- 150 m² 300 m²

151- 200 m² 400 m²

201- 250 m² 500 m²

251- 300 m² 600 m²

300- 400 m² 800 m²

>400 m² 1 000 m²

Suivant cette grille de compensation, les besoins en terrains constructibles de chaque zone
ont été évalués par sommation des superficies construites évaluées pour le compte des
personnes concernées. La somme des superficies ainsi trouvée à été majorée de 50 à 75%
pour intégrer les superficies requises pour le passage des voies de dessertes et autres
équipements socio- collectifs de base dans les zones de lotissement. Lorsque la superficie
totale du site identifiée ne suffisait pas à satisfaire les besoins des personnes à déplacer, le
complément nécessaire était intégré dans le site de recasement le plus proche. Cette
méthode a permis de fixer les contenances superficielles requises dans les différents sites de
recasement. Elles sont les suivantes :

Site de recasement Superficie


Vounaloum I Vounaloum 16 070 m²
Vounaloum II Vounaloum 9 792 m²

123
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Mara I Kartoua 9 027 m²


Mara II Kartoua 7 024 m²
Kartoua Kartoua 16 330 m²
Doumaraye Doumaraye 9 100 m²
Vélé Vélé 58 590 m²
Dandalang Pouss 10 000 m²
Mahaourou Guirvidig 2 500 m²

En tenant compte de ces superficies et des contraintes d’occupation des terres (cases
existantes, zones inondables, verger, etc…), ces différents sites ont été matérialisés sous
forme cartographique, conformément à leur contenance superficielle.
Les coordonnées géographiques des bornes à implanter pour leur délimitation ont été aussi
calculées.

124
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

125
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

8.3 Découpage parcellaire des zones de recasement

Après matérialisation cartographique des sites de lotissement, on a procédé à un projet de


découpage et d’affectation parcellaire. Ce découpage prévoit les lots affectés à différentes
personnes impactées par le PULCI, les espaces devant accueillir les équipements sociaux de
base (points d’eau, lieu de culte, etc…) et la voirie de desserte. Les parcelles sont attribuées
de manière à conserver les regroupements familiaux et les relations de voisinage existant
initialement dans les zones de déguerpissement.

126
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

127
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

128
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

9. La gestion des plaintes

9.1 Type de plaintes et conflits à régler


Dans la pratique les plaintes et conflits qui apparaissent au cours de la mise en œuvre d’un
programme de réinstallation et d’indemnisation peuvent être les suivants :

 Erreurs dans l’identification et évaluation des biens,


 Désaccords sur les limites de parcelles, soit entre les personnes affectées et l’agence
d’expropriation, soit entredeux voisins,
 Conflit sur la propriété d’un bien (deux personnes affectées, ou plus, déclarent être le
propriétaire d’un même bien),
 Désaccord sur l’évaluation d’une parcelle ou d’un autre bien,
 Succession, divorce et autres problèmes familiaux, ayant pour résultat des conflits
entre héritiers ou membre d’une même famille, sur la propriété ou sur les parts de
propriété d’un bien donné,
 Désaccords sur les mesures de réinstallation, par exemple sur le type d’habitat
proposés ou sur les caractéristiques de la parcelle de réinstallation.

9.2. Vue générale du mécanisme propose


Dans les programmes de réinstallation et d’indemnisation, tel que celui envisagé pour le
PULCI, des plaintes et litiges peuvent résulter d’incompréhension des politiques de
réinstallation du projet, ou de conflits de voisinage parfois sans rapport avec le projet mais
qui peuvent souvent être résolus par l’arbitrage, en utilisant des règles de médiation issues
de la tradition. Ainsi de nombreux litiges peuvent être résolus :

 Par des explications supplémentaires (exemple expliquer en détail comment le projet


a calculé l’indemnité du plaignant et lui montrer que les mêmes règles s’appliquent à
tous),
 Par l’arbitrage, en faisant appel à des anciens ou à des personnes respectées dans la
communauté tout en lui étant extérieure.(certaines élites pourront être sollicitées)

A l’inverse, le recours aux tribunaux prévu par la loi camerounaise nécessite souvent des
long délais avant qu’une affaire soit traitée, peut entrainer des frais importants pour le
plaignant, et nécessite un mécanisme complexe, avec des experts et juristes, qui souvent
peut échapper au plaignant et se retourner contre lui. Enfin, les tribunaux ne sont censés
connaître les litiges sur les propriétés non titrées, qui dans le cas du projet du PULCI vont
vraisemblablement constituer la majorité des cas.

C’est pourquoi le maitre d’œuvre avec la représentation du PULCI à Yagoua mettra en place
un mécanisme extra –judiciaire des traitements des litiges faisant appel à l’explication et à la
médiation par des tiers. Chaque personne affectée tout en conservant bien sûr la possibilité

129
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

de recourir à la justice camerounaise, pourra faire appel à ce mécanisme, selon des


procédures précisées plus loin.Il comprendra deux étapes principales :

 L’enregistrement par le maitre d’œuvre de la plainte ou du litige,


 Les traitements amiables, faisant appels à des médiateurs indépendants du projet.

9.3 Enregistrement de plaintes

Le Maître d'œuvre du PULCI mettra en place un registre de plaintes tenu par le service
chargé des relations communautaires. L’existence de ce registre et les conditions d’accès(ou
il est disponible, quand on peut accéder aux agents chargés d’enregistrer les plaintes,etc.…)
seront largement diffusés aux populations affectées dans le cadre des activités de
consultation et d’information. Le registre sera ouvert dès le lancement des activités de
recensement dans une zone donnée.

9.4 Comité de médiation- Mécanisme de résolution amiable

9.4.1 Comité de médiation


Le projet mettra en place pour chaque arrondissement concerné par les réinstallations
(Yagoua, Velé, KaïKaï et Maga) un Comité de médiation, composé par exemple des
personnes suivantes :

 Deux représentants de l’administration territoriale(le sous-préfet et le chef de


canton)
 Deux représentants de l'autorité traditionnelle
 Deux représentants des populations, choisis par exemple parmi les organisations
communautaires de base, les anciens selon les cas,
 Un représentant d’une ONG ou organisation religieuse présente sur le terrain dans la
zone concernée et jouissant d’une haute estime de la part des populations.

Le Comité de médiation de secteur devrait se réunir environ une fois par mois (à adapter
selon les besoins), en présence du maitre d’œuvre et du représentant de la SEMRY.

9.4.2 Mécanisme de résolution amiable

Après qu’une plainte ou litige ait été enregistrée, le maitre d’œuvre préparera les éléments
techniques (exemple compensation proposée, liste des entretiens ou réunions tenus avec le
plaignant, motif exacte du litige, etc.…) pour le comité de médiation, qui tentera de proposer
une solution acceptable pour les deux parties. Le cas échéant, d’autres réunions seront
organisées, et le Comité pourra désigner un de ses membres pour poursuivre l’arbitrage
dans un cadre moins formel que les réunions mensuelles.

L’accord éventuel sera sanctionné par un protocole signé des parties et dont le président du
Comité de médiation se portera garant en signant également.

130
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

10.Assistance aux personnes vulnérables

10.1 Type des personnes et des groupes vulnérables


Dans le cas des villages impactés par les travaux du PULCI, les groupes vulnérables
comportent :

 Des ménages monoparentaux dirigés par une femme,


 Des handicapés physiques ou mentaux,
 Des femmes enceintes ou ayant des très jeunes enfants,
 Des personnes atteintes des maladies graves ou d’infirmité,
 Des personnes âgées isolées ou à l’inverse des jeunes sans famille.

Dans la tradition camerounaise, ces personnes bénéficient d’une certaine solidarité qui ne
les laisse en général pas totalement démunies.Cette solidarité s’exerce au niveau du
voisinage, ou surtout de la famille élargie et du clan.

Ces personnes peuvent être rendues plus vulnérables encore à l’occasion d’une opération de
déplacement lointain de village, ce qui n’est pas le cas ici. Néanmoins elles sont notamment
susceptibles d’être exclus des bénéfices de l’opération et de ne pâtir que de ses
inconvénients en raison de (i) leur absence aux réunions d’information,(ii) leur difficulté de
suivre les opérations de reconstruction, (iii) leur non éligibilité aux indemnisations, par
omission ou par négligence.

10.2 Actions en direction des groupes vulnérables

10.2.1 Identification des personnes et des groupes vulnérables


Les enquêtes effectuées dans le cadre de la préparation du présent PAR montrent que le
nombre de personnes vulnérables est faibles et assez important.En phase d’exécution,
surtout si cette phase n’intervient pas rapidement, il conviendra de parfaire les résultats des
enquêtes.

10.2.2Types d’actions d’assistance aux personnes vulnérables


Les actions envisageable dans ce cas ou il n’ya pas de déménagement hors village, seront les
suivantes ;

 Appui rapproché spécifique pour les aider à retrouver de la terre,


 Assistance pour leur procurer des plants d’arbres fruitiers,
 Appui spécifique par l’organisme de micro finance.

10.3 Moyens affectés à l’assistance aux personnes vulnérables


Vu le nombre élevé des personnes vulnérables repérées pendant le recensement, il ya lieu
que la cellule de maîtrise d’œuvre se dote d’un travailleur social spécifiquement dédié à ces
groupes de personnes.Il conviendra de poursuivre les objectifs suivant :

131
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

 Identifier précisément les personnes vulnérables au sein des personnes affectées par
le projet,
 Veiller à ce qu’aucun ne ménage éligible à ces actions n’en soit exclu,
 Vérifier que toutes les personnes vulnérables aient retrouvé une habitation et une
terre équivalente à celles perdues et des plants nécessaires à la relance de la
production agricole.

11 Suivi et évaluation

11.1 Objectifs généraux


Le suivi et l’évaluation constituent des composantes clé des actions de réinstallation et
d’indemnisation, ils poursuivent deux principaux objectifs :

 Suivi ;(i) des situations spécifiques et des difficultés apparaissent durant l’exécution,
(ii) de la conformité de la mise en œuvre opérationnelle avec les objectifs et
méthodes définis dans la directive OP 412 de la Banque mondiale, dans la
réglementation camerounaise et dans le présent PAR,
 Evaluation des impacts à moyens et long terme de la réinstallation sur (i) les ménages
affectés, leurs moyens de subsistance, leurs revenus et leur conditions économiques,
(ii) l’environnement, (iii) les capacités locales, (iv) l’habitat etc.

Au sens du présent document, le suivi est interne et vise à corriger « en temps réel » les
méthodes de mise en œuvre durant l’exécution du projet. De son coté l’évaluation est
externe et vise à (i) vérifier si les objectifs généraux des politiques ont été respectés,(ii) tirer
les enseignement de l’opération pour modifier les stratégies et la mise en œuvre dans une
perspective de plus long terme.

11.2. Suivi

11.2.1 Objectifs et contenu


Le suivi traitera essentiellement des aspects suivants :

 Suivi social et économique ; suivi de la situation des personnes ayant perdues des
terres agricoles, restauration des moyens d’existence, notamment dans les domaines
de l’agriculture et de la pêche,
 Suivi des personnes vulnérables,
 Suivi du système de traitement des plaintes et conflits,
 Assistance à la restauration des moyens d’existence : agriculture, pêche et suivi des
mesures d’assistance qui doivent être mises en œuvre dans ce domaine.

11.2.2 Indicateurs
Les indicateurs globaux suivants seront utilisés :

132
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

 Nombre de ménages et de personnes affectées par les activités du projet,


 Montant total des compensations payées,
 Revenu monétaire moyen, et revenu total moyen (avec valorisation de
l’autoconsommation),
 Qualité des bâtiments (fissures, gouttières etc.) pour les personnes ayant perdus leur
habitation.
 Rendements des champs,
 Taux de remplacement des arbres fruitiers au bout de deux ans,
 Evolution des personnes ayant gardé la même activité et de celles ayant changé
d’activité.

La valeur initiale de ces indicateurs (valeur de référence) peut être établie à partir des
enquêtes socio-économiques incluses dans le recensement. Par la suite, il serait pertinent de
réitérer ces enquêtes à raison d’une fois par an par exemple, sur un échantillon de l’ordre de
15 à 20% des ménages déplacés. Enfin, comme indiqués au paragraphe 9.3 les personnes
vulnérables feront l’objet d’un suivi social spécifique. Il est ainsi rappelé qu’il convient que le
maitre d’ouvrage prenne les mesures nécessaires afin d’identifier les problèmes spécifiques
à ces personnes et de les assister afin de permettre leur bonne réinstallation.

Ce suivi devra être réalisé par l'UCP du PULCI et un rapport annuel de suivi spécifique aux
actions de réinstallation sera préparé par ses soins.

11.3Évaluation

11.3.1 Objectifs
Les documents de référence à l’évaluation seront les suivants :

 Le présent PAR
 Les lois camerounaises telles qu’elles sont décrites au chapitre 3,
 Les politiques de la Banque mondiale (OP 412).

Les objectifs de l’évaluation sont les suivants :

 Evaluation général de la conformité de l’exécution avec les objectifs et méthodes


précisés dans le présent PAR,
 Evaluation de la conformité de l’exécution avec les lois et règlements du Cameroun
ainsi qu’avec la politique OP 412 de la Banque mondiale,
 Evaluation des procédures mises en œuvre pour les indemnisations, les
reconstructions de bâtiments,
 Evaluation de l’adéquation des indemnisations par rapport aux pertes subies,
 Evaluation de l’impact des programmes d’appui spécifiques sur les revenus, les
niveaux de vie, et les moyens d’existence, en particulier par rapport à l’exigence de la
Banque mondiale sur le maintien des niveaux de vie à leur niveau précédent,

133
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

 L’évaluation des actions correctives à prendre éventuellement.

L’évaluation utilisera les documents et matériaux issus du suivi interne, et en supplément,


les évaluateurs procèderont à leur propre analyse du terrain par enquête auprès des
intervenants et des personnes affectées par le projet.

11.3.2 Processus
L’évaluation du programme d’indemnisation et de reconstructionsera mené par des
auditeurs extérieurs disposant d’une bonne expérience de la question et si possible des
spécificités camerounaises.

L’évaluation devrait être entreprise en deux temps :

 Immédiatement après l’achèvement des opérations d’indemnisation et de


réinstallation,
 Deux ans après ces opérations.

12.Budget du plan d’indemnisation et de réinstallation


A compléter

12.1 Bases d’établissement du budget


Le budget a été établi sur les bases suivantes :

 Cout des travaux de construction des maisons : le consultant s’est appuyé sur les
devis et données établis par des artisans de Yagoua.
 Indemnisation des cultures annuelles et pérennes : le consultant s’est appuyé sur les
barèmes officiels de 2003 et de ses enquêtes auprès des producteurs et des marchés,
 Maitrise d’œuvre : les coûts sont estimés sur la base des prix couramment pratiqués.

12.2 Budget
Le budget s’élève àxxxxxxxxx

Ce montant comprend les couts suivants :

Les indemnisations individuelles et des frais de réinstallation pourxxxxxxxxx

Tableau n°

Le cout des compensations collectives pourxxxxxxxxx

Le cout de maitrise d’œuvre pourxxxxxxxxx

Les détails des couts figurent dans le tableau ci-après.

134
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Tableau 34: récapitulatif des coûts

Indications Types Unité Quantités Coût unitaire Coût Total

Maisons Carrées 1 076 578 094 215


Maison, cuisine et Maisons rondes 2 509 1 322 659 685
toilette Cuisines 515 185 520 95 542 800
Toilettes 881 184 330 162 394 730
Sous-total 1 2 158 691 430
Atelier de couture 1 200 000 200 000
Bergerie 66 200 000 13 200 000
Boutiques 5 250 000 1 250 000
Bouverie 3 30 000 90 000
Ecurie 1 25 000 25 000
Autres bâtiments Enclos chèvre 6 20 000 120 000
Grenier 367 36 000 13 212 000
Hangar 157 22 000 3 454 000
Magasin 18 202 615 3 647 070
Porcherie 67 30 000 2 010 000
Poulailler 36 40 000 1 440 000
Sous-total 2 38 648 070

Château d'eau 1 PM PM
Forage 11 9 000 000 99 000 000
Eglise 25 PM PM
Mosquée 14 PM PM
Biens collectifs Centre de santé 1 64 000 000 64 000 000
Ecole maternelle et
primaire 6 22 000 000 132 000 000
Ecole secondaire 1 22 000 000 22 000 000
Infrastructures SEMRY 9 PM PM
Sous-total 3 317 000 000

Sorgho m2 51 900 200 10 380 000


Mil blanc m2 76 450 200 15 290 000
Mil rouge m2 1 830 200 366 000
Cultures vivrières
2
Cultures maraichères m 35 277 200 7 055 400
2
Riz m 10 150 200 2 030 000
2
Maïs m 25 000 200 5 000 000
Sous-total 4 40 121 400

Goyaviers pied 162 25 000 4 050 000


Manguiers pied 458 68 000 31 144 000
Arbres fruitiers
Bananiers pied 13 29 000 377 000
Papayers pied 2 3 000 6 000

135
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Citronniers pied 22 47 000 1 034 000


Anacardiers pied 3 25 000 75 000
Sous-total 5 36 686 000

Eucalyptus pied 592 10 000 5 920 000


Neemiers pied 330 10 000 3 300 000
Acacia pied 50 10 000 500 000
Jujubier pied 18 10 000 180 000
Moringa pied 6 10 000 60 000
Arbres d'ombrages Balanites pied 8 10 000 80 000
Rôniers pied 83 10 000 830 000
Cailcedrat pied 5 10 000 50 000
Monier pied 1 10 000 10 000
Autres arbres
d'ombrages pied 882 10 000 8 820 000
Sous-total 6 19 750 000

TOTAL 2 610 896 900

Tableau 35: récapitulatif des éléments du budget

N° POSTE FCFA
A Indemnisation individuelles et couts de réinstallation

A1 Indemnisation arbres fruitiers


A2 Indemnisation correspondant à la production d’une année de cultures
vivrières

A3 Habitation et différents bâtiments y compris tombes

B Compensation collective des villages

C Maitrise d’œuvre
C1 Assistance personnes vulnérables et dispositif de gestion de conflits
(ong, frais de déplacement et autres)

C2
C3 Facilitation du personnel de l’administration, des élus et de la chefferie

C4 Suivi des chantiers, conseil juridique


C5 Suivi et évaluation
Total général

Tableau 36: cout du plan d’action de réinstallation et d’indemnisation

136
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

13 Chronogramme de mise en œuvre


Le chronogramme de mise en œuvre est établi sur une période de 6 mois à compter du mois
de juillet 2014.

CHRONOGRAMME DE MISE EN ŒUVRE DU PAR PULCI

13.1. Axe stratégique 1 : Proposition d’un plan de lotissement

13.1.1 Démarche administrative


- Bornage et immatriculation des terrains d’assiettes des lotissements
- Payement des états de session du levé topographique du lotissement
- approbation du plan de lotissement

13.1.2 Ouverture des voies et dégagement des plates-formes de réinstallation


- Ouverture des voies
- Terrassement
- Implantation du lotissement

13.2. Axe stratégique 2 : Proposition d’un plan d’affectation des terres agricoles
aux populations déplacées du PULCI

13.2.1 Affectation des terres agricoles aux populations déplacées


- Organiser la séance d’information des populations sur l’attribution des parcelles et
sur le chronogramme de déménagement
- Délimitation sur carte
- Organiser les séances de présentations et d’approbations de l’affectation des terres
- Procéder aux corrections éventuelles
- Distribution des parcelles
13.3. Axe stratégique 3 : Proposition d’un programme de restauration et d’amélioration
des conditions de vie des populations déplacées

13.3.1 Action à entreprendre avant le déménagement des populations du projet


 Mise en place d’un comité de médiation et du comité local de mise en œuvre du
PAR (chefs de villages et autorités administratives)
 Recruter un prestataire privé pour la maitrise d’œuvre du PAR chargé de:
- Préparer le DAO
- Lancer l’appel d’offre
- Dépouiller et attribuer le marché
 Signer une convention avec les délégations d’arrondissements et départemental et
/ou programmes /projets des ministères sectoriels (santé, éducation, femme et
famille, affaires sociales, PNVRA, PAIJA…) Programmes et projets.
 Indemnisations des populations
- S’assurer de la disponibilité des fonds

137
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

- Elaborer le calendrier d’indemnisation


- Informer les populations
- Organiser les séances d’indemnisations
 Réaliser les constructions
- Préparation des appels d’offres pour l’acquisition des matériels des constructions
- Construire les maisons d’habitation des populations
- Accompagner les populations dans la construction de l’habitat
- Construire des forages collectifs et puits d’eaux
- Construire des écoles maternelles et primaires impactées
- Affecter les maîtres dans ces villages
- Construire les églises et mosquées affectées
- Construire les centres de santé affectés
- Equiper ces centres de santé en matériel essentiel de santé
- Fournir un stock de produits de première nécessité
- Appuyer l’affectation du personnel de santé
- Réhabiliter les pistes rurales des zones de réinstallation
- Appuyer l’encadrement et la formation des jeunes des villages concernés
- Participer à l’encadrement des familles et des femmes dans la promotion de leurs
activités
- Prendre toutes les dispositions prévues pour une meilleure réinstallation (frais de
déménagement, etc…)
- Appliquer toutes les mesures du PAR pour les personnes vulnérables
 Gestion des plaintes
- Mettre en place un registre de gestion des plaintes
 Production agricole
- Organiser les séances d’information des populations sur l’attribution des parcelles
- Délimitation et attribution des parcelles agricoles aux ménages
- Distribuer le matériel agricole aux agriculteurs
- Appui l’acquisition du matériel de pêche
- Commerce et petit commerce
- Prévoir des espaces pour le marché éventuellement
13.3.2 Actions à prendre pendant le déménagement
13.3.3 Action à entreprendre après la réinstallation
13.4 Axe stratégique 4 : Compensations collectives des villages hôtes

13.4.1 Action à entreprendre avant le déménagement

- Réaliser le projet de construction des forages


- Sensibiliser les populations sur le dialogue social et la solidarité Africaine en
matière de déménagement et du bon voisinage
- suivre les travaux de construction des différentes infrastructures

138
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

- Lancer un appel d’offre pour la construction des salles de classes

13.4.2 Action d’encadrement et d’appui au développement des populations hôtes après


réinstallation
 Assurer la maintenance des forages et puits d’eaux dans les nouveaux sites
 Mise en place des comités locaux de gestion des forages et des puits d’eaux
 Construire des écoles dans les lieux de réinstallations
 Lancer les campagnes d’éducation sanitaire et de sensibilisation contre les IST et
d’autres maladies
 Appuyer l’affectation des personnes dans les cases de santé reconstruites
(infirmeries)
 Production agricole
- Renforcement des capacités des agriculteurs des villages hôte
- Faciliter la création des Organisations des producteurs dans les villages
- Mettre en place des programmes de suivi des animaux
- Faciliter les voies d’accès vers le Logone aux pêcheurs
- Planification du développement
- Elaborer des plans de développement de l’ensemble des villages de la zone
13.5 Axe stratégique 5 : Esquisse d’organisation spatiale des villages hôtes

13.5.1 Elaboration de la carte spatiale des zones de localisation


13.6 Axe stratégique 6 : Mise en œuvre, suivi et évaluation du SDAR du PULCI

13.6.1 Actualisation du chronogramme

13.6.2. Mettre sur pied une commission d’évaluation pendant la mise en œuvre

Lesdétails de ce chronogramme se trouvent en annexe N°.xxxx

139
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

140
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Photo 8: Exemple (2) de codification de sarés.

Illustrations des types de biens recensés

141
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Photo 9: case en brique terre et toiture en paille.

Photo 10: Case en brique de terre cuite et toiture en paille.

Les cases d’habitation des photos 3 et 4 sont de type de construction traditionnelle et ne


présentent pas de clôture.

142
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Photo 11: Saré en brique de terre avec clôture et toiture en paille.

Photo 12: Saré avec clôture cimentée et toiture en tôle ondulée.

143
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Photo 13: Saré clôturé en brique de terre cuite avec grenier

Photo 14: Grenier en murs de Seko.

144
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Photo 9 : Enclos pour élevage de porc.

Photo 10 : Magasin en brique de terre cuite et cimenté

145
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Photo 11 : Forage d’eau potable

Le Forage est un point d’eau potable communautaire issu de la coopération entre le


Cameroun(MINEE), l’UNICEF, le Japon et la SNV.

Photo 12 : Puits traditionnel avec couvercle de protection.

Les puits traditionnels sont à usage personnelles des familles d’un saré.

146
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Photo 13 : CES de Vounaloum.

Le CES de Vounaloum se trouve dans l’emprise du projet.

147
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Photo 14 : Arbres d’ombrages autour des sarés.

Photo 15 : Verger à l’extérieur d’un saré.

148
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Illustrations des consultations publiques en Mai 2014 pour le choix des sites de
recasement à Yagoua, Kaï-Kaï et Maga.

Photo xx :

149
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

150
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

151
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

152
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Références Bibliographiques

GeorgiusKoppert, Martial Massike L., Maximilien Bilong et Gaëlle Ndongo N.(juin 2005),
Etude environnementale du barrage de Lom-Pangar (Thème 19 : Indemnisation)

Georges JAY, Jean-Paul GRANDJEAN et Martial MASSIKE (Mars 2011), Projet


Hydroélectrique de Lom Pangar (PHLP), Plan d’Indemnisation et de Réinstallation. Rapport
final

Egis-Cameroun (Janvier 2014), Etudes d’Impact Environnemental en vue de la réhabilitation


de la route Maroua – Mora 60 dans la Région de l’Extrême Nord Rapport final du Plan de
Réinstallation

Cyrille NGOUANA KENGNE (Septembre 2012). Cadre de la politique de recasement, projet


de développement du secteur de l’énergie (PDSEN)

République du Cameroun, Régime foncier et domanial

Circulaire 0001 du 22 Mars 1994 fixant les prix minima des terrains domaniaux

MINAGRI, Cameroun 1981. Arrêté N° 58/MINAGRI du 13 Août 1981 portant modification


des tarifs des indemnités à verser au propriétaire pour toute destruction d’arbres cultivés et
cultures vivrières.

MINAGRI, Cameroun 1988.Arrêté n° 73/MINAGRI/DAG/ du 19 février 1982 portant


rectification de l’arrêté n° 58/MINAGRI du 13-08-81

153
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Arrêté N°0082/ y. 15.1/MNUH/D du 20 novembre 1987 fixant les bases de calcul de la


valeur vénale des constructions frappées d’expropriation pour cause d’utilité publique

MINEPAT, Cameroun (Avril 2010), Etude pour la définition d’un cadre de politique de
recasement des populations PCFC

MINEE, Cameroun (Mai 2011), Cadre de la politique de réinstallation (CPR) Projet


d’assainissement des eaux usées du Cameroun(PAEUC) – Rapport Final

MINUH, Cameroun – P.D.U.E. (Août 2010) Cadre de Politique de Recasement

PNDP, Cameroun 2004 Politique de déplacement Involontaire

Banque Mondiale Manuel Opérationnel de la Banque Mondial PO 4.12

République du Cameroun :

- Constitution du 18 janvier 1996 ;


- Ordonnance n°74-1 du 06 juillet 1974 fixant le régime foncier ;
- Ordonnance n°74-2 du 06 juillet 1974 fixant le régime domanial ;
- Ordonnance n°74-3 du 06 juillet 1974 relative à la procédure d’expropriation pour
cause d’utilité publique et aux modalités d’indemnisation ;

Loi n°85/009 du 04 Juillet 1985 relative à l’expropriation pour cause d’utilité publique et aux
modalités d’indemnisation ;

Décret n°87/1872 du 16 décembre 1987 portant application de la loi n°85/009 du 04 Juillet


1985 relative à l’expropriation pour cause d’utilité publique et aux modalités
d’indemnisation ;

Arrêté n° 0832/Y.15.1/MINUH/D000 du 20 Novembre 1987 fixant les bases de calcul de la


valeur vénale des constructions frappées d’expropriation pour cause d’utilité publique ;

Décret n°2003/418/PM du 25 février 2003 fixant les tarifs des indemnités à allouer aux
propriétaires victimes de destruction, pour cause d’utilité publique, des cultures et arbres
cultivés.

Loi n°19 du 26 Novembre 1983 modifiant les dispositions de l’article 5 de l’ordonnance


n°74-1 du 6 Juillet 1974 fixant le régime foncier ;

Loi n°85/009 du 04 Juillet 1985 relative à l’expropriation pour cause d’utilité publique et aux
modalités d’indemnisation

154
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

MINUH, Cameroun 1987.Arrêté n° 0832/Y.15.1/MINUH/D000 du 20 Novembre 1987 fixant


les bases de calcul de la valeur vénale des constructions frappées d’expropriation pour cause
d’utilité publique

MINDAF, Cameroun 2005Instruction N°000005/I/Y.2.5/MINDAF/D220 du 29 décembre 2005


portant rappel des règles de base sur la mise en œuvre du régime de l’expropriation pour
cause d’utilité publique.

155
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les
inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Annexes

156
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Chronogramme de mise en œuvredu PAR du PULCI.


Le tableau ci-dessous présente une proposition du chronogramme de mise en œuvre du SDAR des PAPs du PULCI

durée de 6 mois.

Année 2014
Mois Juillet Aout Septembre Octobre Novembre Décembre
Semaine 1 2 3 4 3 4 1 2 4 1 2 3 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4
Actions à mener
Axe stratégique 1 : proposition d’un plan de lotissement des villages de la zone du projet
Composante
Sous-composante : Démarche administrative
Bornage et immatriculation
1 des
terrains d’assiette des
lotissements
2 Payement des états de session
du levé topographique du
lotissement

3 Approbation du plan de
lotissement
Sous-composante : ouverture des voies et dégagement des plates-formes de réinstallation
Ouverture des voies
4 Terrassement
Sous composante implantation du lotissement
Implantation du lotissement
5
Axe stratégique n° 2 : proposition d’un plan d’affectation des terres agricoles aux populations déplacées du PULCI
Composante affectation des terres agricoles (Confer Axe stratégique n°3, volet agricole)

157
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Organiser la séance
d’information des populations
6 sur l’attribution des parcelles et
sur le chronogramme de
déménagement
Délimitation et attribution des
parcelles agricoles aux
7 différents ménages
Axe stratégique n°3: proposition d’un programme de restauration et d’amélioration des conditions de vie des populations déplacées
Composante : Actions à entreprendre avant le déménagement des populations du projet
Mise en place d’un comité de
médiation et du comité local du
8 SDAR du PULCI (chefs du village
et les autorités
administratives…)
Recruter un prestataire privé
9 pour la maitrise d’œuvre du
SDAR du PULCI et du PAR
Signer une convention avec les
délégations d’arrondissement
et
départemental et/ou
programmes/projets des
10 ministères sectoriels (Santé,
éducation, femmes et famille,
affaires sociales, PNVRA,
PAIJA, …)
Programmes et projets

Sous composante : sur le plan social

158
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Indemniser les populations


éligibles des villages du PULCI
11 avant le recasement Maître
d’ouvrage/CCE
Secteur eau potable
Construire les forages collectifs
12 ou puits d’eau selon le besoin
des populations
Secteur religion
Construire les églises et
13 mosquées impactées dans les
villages

Secteur éducation
Construire les écoles
14 maternelles et primaires
impactées dans les nouveaux
villages
Fournir des tables bancs aux
15 écoles affecter les maîtres dans
ces villages
Secteur santé et sécurité de la population
Construire les dispensaires
affectés dans les nouveaux
villages

Equiper le dispensaire en
matériel essentiel de santé
Fournir un stock de produits de
première nécessité

159
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Appuyer l’affectation d’un


personnel de santé

Secteur routes rurales


Réhabiliter les pistes rurales des
zones de réinstallation

Secteur de la jeunesse
Appuyer l’encadrement et la
formation des jeunes des
villages concernées

Secteur de l’habitat
Accompagner les populations
dans la construction de leur
habitat

Secteur Femmes et familles/affaires sociales


Participer àl’encadrement des
familles et des femmes dans la
promotion de leurs activités

Appui au déménagement
Prendre toutes les
dispositions prévues pour une
meilleure réinstallation (frais
dedéménagement,etc…)

160
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Secteur Assistance aux personnes vulnérables et personnes âgées


Appliquer toutes les mesures du
PAR pour les personnes
ulnérables
Secteur gestion des plaintes
Mettre en place un registre
degestion de plainte
Sous composante : Secteur productif
Secteur Agriculture
Organiser les séances
d’information des populations
sur l’attribution des parcelles
Délimitation et attribution des
parcelles agricoles aux ménages
Appui logistique aux
agriculteurs pour leurs
déplacements dans leurs
nouveaux villages pendant la
préparation des champs
Distribuer le matériel agricole
aux agriculteurs
Appui technique (encadrement
et suivi des producteurs dans la
réalisation de leurs travaux)
Distribuer le matériel agricole
aux agriculteurs

161
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Secteur Pêche
Appui à l’acquisition du
matériel de pêche
Secteur commerce et petit commerce
Prévoir des espaces pour le
marché

Actions à entreprendre pendant le déménagement

Actions à entreprendre après la réinstallation

Axe stratégique n° 4 : COMPENSATIONS COLLECTIVES DES VILLAGES HOTES


Composante : Actions à entreprendre avant le déménagement
sous composante : Sur le plan
social

Réaliser le projet de
construction des forages

162
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Secteur Education
Lancer un appel d’offre pour la
construction des salles de classe
Construire des salles de classe
Secteur Santé et sécurité des populations
Lancer un appel d’offre pour la
construction des salles des
cases de santé
Reconstruire les cases de santé
impactées dans les nouveaux
villages
sous composante : Sur le plan social
Sensibiliser les villages sur
ledialogue social et la solidarité
africaine en matière de
déménagement et du bon
voisinage
composante : Actions d’encadrement et d’appui au développement des populations hôtes après réinstallation du
sous composante : Sur le plan social
Secteur Eau
Assurer la maintenance des
forages et puits de d’eau dans
les nouveaux sites
Mise en place des comités
locaux de gestion des forages et
puits d’eau

Secteur électrification rurale


Mettre en œuvre des actions

163
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Appuyer les programmes de


réabonnement des ménages
réinstalles
Secteur Education

Construire des écoles dans les


villages hôtes

Secteur de la santé
Campagne d’éducation
sanitaire et sensibilisation
contre les IST et d’autres
maladies

Appuyer l’affectation des


personnes dans les cases de
santé reconstruites (infirmiers)

Secteur agriculture
Sous composante : Secteur productif
renforcement des capacités
des agriculteurs des villages
hôte
Faciliter la création des
Organisations des producteurs
dans les villages

Secteur élevages
Mettre en place des

164
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

programmes de suivi des


animaux

Secteur de la pêche

Faciliter les voies d’accès vers le


Logone aux pêcheurs

Secteur de la planification du développement

Elaborer des plans de


développement de l’ensemble
des villages de la zone

Axe stratégique5 : ESQUISSE D’ORGANISATION SPATIALE DES VILLAGES HOTES


Elaboration de la carte spatiale
des zones de localisation

165
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

Axe stratégique n°6 : MISE EN OEUVRE, SUIVI ET EVALUATION DU SDAR du PULCI


Actualisation du chronogramme
Mettre sur pied une
commission d’évaluation
pendant la mise en œuvre

166
Réalisation d'un plan d'action de réinstallation involontaire des personnes affectées par le projet d'urgence de lutte contre les inondations dans la Région de l'Extrême- nord du Cameroun.

yyyy

167