Vous êtes sur la page 1sur 32

Sommaire

Introduction 1

1 Sujet 2
1.1 Données du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.2 Travaux demandés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

2 Conception des éléments porteurs du bâtiment autre que fondation 4


2.1 Conception du Pancher . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
2.1.1 Pre-dimensionnement du plancher . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2.1.2 Évaluation de charges appliquées . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2.1.3 Combinaison d’action . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2.2 Pre-dimensionnement de la poutre secondaire . . . . . . . . . . . . . . 6
2.2.1 Évaluation de charge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.3 Pre-dimensionnement poutre principale . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.3.1 Évaluation de charge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.4 Conception du mur porteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.4.1 Prédimensionnement du mur porteur . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.4.2 joint de dillatation et chaînages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.5 Descente des charges verticales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.5.1 Charge permanent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2.5.2 Charge d’exploitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2.5.3 Descente des charges sommaire verticales de poteau . . . . . . . 10
2.5.4 Descente des charges verticales du mur porteur . . . . . . . . . 11
2.6 Pre-dimensionnement des poteaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

3 Les fondations 14
3.1 Conception et calcul d’une semelle continue sous mur extérieur . . . . 14
3.1.1 Hypothèses de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
3.1.2 Prédimensionnement de la semelle continue sous mur . . . . . . 15
3.1.3 Dimensionnement géotechnique des fondations . . . . . . . . . . 15
3.1.4 Détermination des sections d’armature de la semelle . . . . . . . 16
3.2 Conception et calcul d’une semelle continue sous poteau intérieur . . 16
3.2.1 Hypothèses de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
3.2.2 Prédimensionnement de la semelle continue sous poteau . . . . 17
3.2.3 Dimensionnement géotechnique des fondations . . . . . . . . . . 18
3.2.4 Détermination des sections d’armature de la semelle . . . . . . . 18
3.2.5 Sections d’armature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

i
SOMMAIRE

3.3 Conception et calcul d’une semelle isolée sur pieux (Poteau intérieur) . 22
3.3.1 Conception du pieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
3.3.2 Prédimensionnement de la semelle isolée sur pieux . . . . . . . . 24
3.3.3 Détermination des sections d’armature de la fondation . . . . . 25

Conclusion 27

Bibliographie 28

ii
Liste des tableaux

2.1 Charges permanents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9


2.2 Charges d’exploitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2.3 Descente des charges sommaire verticales de poteau . . . . . . . . . . . 10
2.4 Descente des charges verticales de mur porteur . . . . . . . . . . . . . . 12

3.1 récapitulation des armatures de la semelle continue sous mur . . . . . . 16


3.2 récapitulation des armatures de la semelle continue sous poteaux . . . 22
3.3 V aleurs de ρp et ρs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
3.4 récapitulation des armatures de la semelle isolée sur pieux . . . . . . . 26

iii
Table des figures

1.1 Vue en élévation de l’ossature du bâtiment . . . . . . . . . . . . . . . . 2

2.1 Conception des éléments porteurs du bâtiment . . . . . . . . . . . . . . 4


2.2 Prédimensionnement d’un Mur porteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.3 Brique creuse à perforation verticale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.4 Déscente de charge verticale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

3.1 Semelle continue en béton armé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15


3.2 Semelle continue sous poteaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
3.3 Prédimensionnement de la semelle continue sous poteau . . . . . . . . 17
3.4 Schéma de calcul de la poutre continue . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.5 moment fléchissant et effort tranchant à l’ELU . . . . . . . . . . . . . . 19
3.6 moment fléchissant et effort tranchant à l’ELS . . . . . . . . . . . . . . 19
3.7 Dimensionnement d’une poutre en T . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.8 Pieu tubulaire fermé et à section pleine . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
3.9 Prédimensionnment de la semelle de liaison . . . . . . . . . . . . . . . . 24

iv
Introduction

Un ingénieur en Génie Civil est chargé d’assurer les stabilités ainsi que la résis-
tance des structures d’un ouvrage qui lui est confié vis à vis de de la destination de
l’ouvrage ainsi qu’aux charges qui lui est appliquées. En effet Il existe beaucoup de
types de structure mais pour cet étude on va se focaliser sur l’étude d’un ouvrage
en Béton Armé plus précisé- ment la CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DES
FONDATIONS EN BÉTON ARMÉ D’UN BATIMENT INDUSTRIEL A 4 ETAGES .En
tant que technicien en ce domaine donc on est forcé de Connaître et comprendre
les mécanismes de fonctionnement du Béton Armé, Connaître et savoir appliquer
les règles de l’art. Pour pouvoir résoudre le problème on va donc étudier en premier
lieu une semelle continue sous mur. Ensuite une semelle continue sous poteaux.
Enfin une semelle isolée sur pieux.

1
Chapitre 1

Sujet

1.1 Données du projet

Charge Charge d’ex- Nombre Hauteur de Site de Résistance de


permanent ploitation en d’étages l’étage construction calcul du sol
[kPa] [kPa] en [MPa]
0,9 9 4 4,8 Tamatave 0,25

Longueur du bâtiment [m] Largeur du bâtiment [m] Espasemet du poteau


52 17,1 5, 7 × 6, 5

F IGURE 1.1 – Vue en élévation de l’ossature du bâtiment

2
Sujet

1.2 Travaux demandés


• Conception et calcul d’une semelle continue sous mur extérieur
• Conception et calcul d’une semelle continue sous poteaux (ossatures inté-
rieures)
• Conceptiion et calcul d’une semelle isolée sur pieux (poteaux intérieur)

3
Chapitre 2

Conception des éléments porteurs du


bâtiment autre que fondation

F IGURE 2.1 – Conception des éléments porteurs du bâtiment

2.1 Conception du Pancher


(Voir rapport graphyque)

4
Conception des éléments porteurs du bâtiment autre que fondation

2.1.1 Pre-dimensionnement du plancher


Concernant notre plancher on a :

Lx = 1, 9m



Ly = 5, 7m





L2 = Lx = 1, 9m



 q = 10kN/m2
 Lx

 = 0, 32 ≤ 0, 4 ; donc notre dalle est considerer comme une dalle travaillant dans un seul sens
Ly √



h0 = L2 L2 .q = 7, 85cm , ainsi on prend h0 = 8cm

2.1.2 Évaluation de charges appliquées


• Charge permanent


 P oids propre dalle : Gpd = 25 × 0, 08 × 1 = 2, 00kN/m
P oids propre revêtement : Gpr = 0, 9 × 1, 0 = 0, 90kN/m


G = Gpd + Gpr = 2, 90kN/m
• Charge d’exploitation
n
Q = 1, 0 × 9 = 9kN/m

2.1.3 Combinaison d’action


2.1.3.1 Aux ELU
• Situation du projet durable
 P P

 γG,j Gk,j + γQ1 P + γQ1 Qk,1 + γ0,i ϕ0,i Qk,i
Gk : Action permanent 





0
 Ch arg e d exp loitation noté I (selon Eurocode1)

  (
 Qk : Action variable
 : V ent W
  Ch arg e c lim atique :
N eige S





SA : Action accidentelles

(
γG = γG,k = 1, 35
⇒ Cas def avorable
γ = 1, 5
( Q,i
γG = γG,k = 1
⇒ Cas f avorable
γQ,i = 0
(
PELU = γG,j Gk,j + γQ1 Qk,1
Donc pour notre projet le cas le plus déf avorable est :
⇒ PELU = 17, 42kN/m

2.1.3.2 Aux ELS

 P P

 Gk,j + P + Qk,i + ϕ0,i Qk,i
 G : Action permanent

k,j


 P : F orce pré − contrainte
Qk,i : Action variable

5
Conception des éléments porteurs du bâtiment autre que fondation

P P
Gk,j + P + Qk,i + ϕ0,i Qk,i
PELS = 1 × 2, 9 + 1 × 9
⇒ PELS = 11, 9kN/m

2.2 Pre-dimensionnement de la poutre secondaire


 
1 1

hps = à l
 15 10


 
1 1

bps = à hps avec l = 6, 50m

3 2



 43, 33 ≤ hps ≤ 65 ⇒ on prend hps = 50cm
16, 66 ≤ bps ≤ 25 ⇒ on prend bps = 20cm

2.2.1 Évaluation de charge


• Charge permanent G :
P oids propre dalle : 25 × 1, 9 × 0, 08 = 3, 8kN/m



Revêtement : 0, 9 × 1, 9 = 1, 71kN/m




 P oids propre poutre : 25 × 0, 2 × 0, 50 = 2, 5N/m
G = 8, 01kN/m

• Charge d’exploitation :
Bâtiment industriel Q = 9kN/m2 × 1, 9m = 17, 1kN/m

2.3 Pre-dimensionnement poutre principale


 
1 1

hps = à l
 15 10


 
1 1

bps = à hps avec l = 6, 70m

3 2



 44, 66 ≤ hps ≤ 67 ⇒ on prend hpp = 60cm
0, 20 ≤ bpp ≤ 0, 30 ⇒ on prend bps = 25cm

2.3.1 Évaluation de charge


2.3.1.1 Charge permanent G

P oids propre dalle : 25 × 5, 30 × 0, 08 = 10, 6kN/m





Revêtement : 0, 60 × 5, 30 = 3, 18kN/m




 P oids propre poutre : 25 × 0, 25 × 0, 60 = 3, 75kN/m
G = 16, 78kN/m

2.3.1.2 Charge concentré P

(
P oids propre poutre sec ondaire
P = 25 × 5, 30 × 0, 20 × 0, 40 = 10, 6kN/m

6
Conception des éléments porteurs du bâtiment autre que fondation

2.3.1.3 Charge variable

Bâtiment industriel Q = 10kN/m2 × 5, 30m = 53kN/m

2.4 Conception du mur porteur


2.4.1 Prédimensionnement du mur porteur
Les murs porteurs sont des éléments en béton armé (préfabriqué ou coulés sur
place) ou en maçonnerie et ils sont destinés à assurer la stabilité de l’ouvrage sous
l’effet des actions horizontales et à reprendre une partie des charges verticales

F IGURE 2.2 – Prédimensionnement d’un Mur porteur





he max [cm] = h - ht

he max


Il f aut que : a > avec : 
20 
 h : hauteur libre d0 un étage



ht : épaisseur du plancher
Ainsi on chosiie un mur en maçonnerie de brique perf oré verticalement d0 épaisseur : a = 27, 5 cm

F IGURE 2.3 – Brique creuse à perforation verticale

7
Conception des éléments porteurs du bâtiment autre que fondation

2.4.2 joint de dillatation et chaînages


• Des joints de dillatations sont nécessaire dans les maconneries porteuses.
Puisque notre construction se trouve dans une régions humide et tempérée
donc leur espacement ne peut être supérieur à 35 m. Ansi on aura un joint
de dillatation à 26.5 m suivant la longeur du bâtiment.
• Des chaînages verticals doivent être réalisés au moins dans les angles saillants
et rentrants des maçonneries, ainsi que de part et d’autre des joints de frac-
tionnement du bâtiment.
• Les murs en maçonnerie porteuse sont ceinturés a chaque étage, au niveau
des planchers, ainsi qu’en couronnement, par un chaînage hirizontal en bé-
ton armé, continu et fermé.

2.5 Descente des charges verticales


La descente des charges verticales est obtenue en déterminant le cheminement
des efforts dans la structure, depuis la toiture jusqu’aux fondations.

F IGURE 2.4 – Déscente de charge verticale

8
Conception des éléments porteurs du bâtiment autre que fondation

2.5.1 Charge permanent


Ce sont les poids propres des éléments constitutifs du bâtiment qui restent per-
manents, comme les éléments de la structure, les enveloppes et les parties des
équipements.

T ABLE 2.1 – Charges permanents


Matériaux de construction Charges Unité
Béton armé 25 kN/m3
Maçonnerie en briques perforées (sans enduits) 13,5 kN/m3
Enduit en plâtre par cm 0,15 kN/m2
Carrelage céramique 0,2 kN/cm2
Ensemble des matériaux utiles pour l’étanchéité de la toiture 0,52 kN/m2

2.5.2 Charge d’exploitation


Les surcharges d’exploitation correspondent aux surcharges statiques (matériel,
le mobilier, les équipements et machines fixes) et aux charges dynamiques (per-
sonnes, appareils mobiles, circulation)

T ABLE 2.2 – Charges d’exploitation


Nature des locaux Charge [kN/m2]
Bâtiment industriel 10
Terrasse non accessible 1,5
Poussière 0,5
Eau 1

9
Conception des éléments porteurs du bâtiment autre que fondation

2.5.3 Descente des charges sommaire verticales de poteau

T ABLE 2.3 – Descente des charges sommaire verticales de poteau

10
Conception des éléments porteurs du bâtiment autre que fondation

2.5.4 Descente des charges verticales du mur porteur

11
Conception des éléments porteurs du bâtiment autre que fondation

T ABLE 2.4 – Descente des charges verticales de mur porteur

12
Conception des éléments porteurs du bâtiment autre que fondation

2.6 Pre-dimensionnement des poteaux


L
Les poteaux doivent remplir la condition de non flambement af ≺ 14, 4 pour une
section rectangulaire, où Lf est la longueur de flambement du poteau.

— Lf = 0, 7 × Lo Le poteau est encastré à ses extrémités.


— Lo : la longueur libre du poteau qui est de 4,80m.
Lf
La condition de flambement a
= 13, 44 ≺ 14, 4 vérif ié

La section d’un poteau en m2 peut se déterminer par la relation :



0,85


 σbc = f
θγb C28
= 14, 2 M P a





fC28 = 25 M P a







NU


S≥ avec : θ = 1 car la durée d0 application t de la combinaison daction est ≥ 24h
σbc 








 γb = 1, 5





NU en [M N ]

Ainsi pour tout les poteaux du bâtiment on a un poteau de section 45 x 55 cm2 .


Et après descente de charge définitive on a sur la tête de la semelle :
NU [kN]= 3341,37 et Nser [kN]= 2324,76 .

13
Chapitre 3

Les fondations

La fondation est la partie le plus importante d’une construction. C’est un élé-


ment de la structure en interaction avec le sol. Il assure la transmission de charges
verticales et horizontales provenant de la structure de bâtiment vers le sol.
Dans les ouvrages de génie civil, on rencontre trois types de semelle et le choix dé-
pend de l’envergure de la construction et la portance du sol.
Les fondations répartissent les charges d’un ouvrage sur le sol de façon à ce que la
charge totale sur le sol soit inférieure ou égale à son taux de travail maximum.

σSol 6 σ̄Sol

3.1 Conception et calcul d’une semelle continue sous


mur extérieur
3.1.1 Hypothèses de calcul
• Les fondations superficielles sont calculées à l’état limite de service pour leurs
dimensions extérieures et à l’état limite ultime de résistance ou à l’état limite
de service pour leurs armatures selon les conditions de fissuration.
• Seule la largeur est à déterminer, la longueur étant celle du mur à supporter.
• Les charges à l’état limite ultime de résistance et de service à la base du mur
sont calculées par mètre linéaire de mur.
• La contrainte du sol est supposée uniformément répartie et doit vérifier la
condition de résistance suivante :

Nser Nser
σSer = 6 qSer d0 où A >
A qSer


 N : Charge de service en MN/ml
 ser
Avec A : Largeur de la semelle en m



qSer : contrainte admissible du sol à l’ELS en Mpa

14
Les fondations

3.1.2 Prédimensionnement de la semelle continue sous mur

F IGURE 3.1 – Semelle continue en béton armé

• La largeur de la semelle "A " :



 Nser

 = 0.279 MN/ml
Nser


A> Avec
qSer 
 σ̄Sol 2.q u
 qSer = = = 0.166


3 3
d0 où A = 1.8 m
• La hauteur utile "d"
Elle doit vérifier :

A−a
d d0 où d = 0.40 m
4
• La hauteur "h" de la semelle

h = d + 5 cm
d0 où h = 0.45 m
• La profondeur d’encastrement est prise = 0.95 m

3.1.3 Dimensionnement géotechnique des fondations


— Vérification au poinçonnement : il faut vérifier que : qref 6 qELU
P
NELU
 

 3σmax + σmin  σmax

= σmin =
A×1

 qref

= ;X
Avec 4



NELU = NU + 1.35(Gsol + Gsemelle )


qELU = 0.25M P a

(
Gsol : poids propre de sol sur la semelle
où :
Gsemelle : poids propre de la semelle

15
Les fondations

Après calcul on a : qELU = 0, 25 M P a  qref = 0, 245M P a ( vérif iée)

3.1.4 Détermination des sections d’armature de la semelle


• Nappe inférieure // à A

N u (A − a)
As//A =
8 d f e/γs
• Nappe supérieure ⊥ à A

As//A
As⊥A =
4
Ainsi après calcul on a :

T ABLE 3.1 – récapitulation des armatures de la semelle continue sous mur


Armature de la nappe inférieure
Section calculée (cm2 ) Section choisie (cm2 ) Barre
A 5,37 5,65 5HA12
Armature de la nappe supérieure
Section calculée (cm2 ) Section choisie (cm2 ) Barre
A 1,35 5,5 7HA10

3.2 Conception et calcul d’une semelle continue sous


poteau intérieur

F IGURE 3.2 – Semelle continue sous poteaux

3.2.1 Hypothèses de calcul


• Les fondations superficielles sont calculées à l’état limite de service pour leurs
dimensions extérieures et à l’état limite ultime de résistance ou à l’état limite
de service pour leurs armatures selon les conditions de fissuration.
• On suppose que la semelle est rigide.

16
Les fondations

3.2.2 Prédimensionnement de la semelle continue sous poteau

(
N p : Charge venant du poteau
N m : Charge venant du mur

F IGURE 3.3 – Prédimensionnement de la semelle continue sous poteau

• Calcul de la position ”xG ” de la résultante des charges


La résultante des charges ” Ni” est repérée par rapport à la première charge.
P

P
M oment de N i
xG = → xG = 10.55 m
Ni
P

• Calcul de la longueur L de la semelle


Supposons que le débord de gauche soit égale à 0.50 m (car c’est le débord
minimal pour ce type d’ouvrage).

L = 2 × (xG + 0.50) → L = 21.1 m

• Calcul de la largeur B de la semelle


(
Nser Np ser = 2.325M N , Nm ser = 0.279M N
P
B= → B = 1, 6 m Car
qser L qser = 0.166M P a

• La hauteur utile "d"


Elle doit vérifier :

B−b
d d0 où d = 0.30 m
4
• La hauteur "h" de la semelle

h = d + 5 cm
d0 où h = 0.35 m

17
Les fondations

• La hauteur de libage "hl "


(
hl > 60 cm
→ hl = 0.6 m
hl > h + 15 cm
• La profondeur d’encastrement est prise = 0.95m

3.2.3 Dimensionnement géotechnique des fondations


— Vérification au poinçonnement : il faut vérifier que : qref 6 qELU
 
NELU M ELU × 6
P
± G 2
 
3σmax + σmin σmax,min =

 

B×L

 qref

= ; BL
Avec  4  X
N = NU + 1.35(Gsol + Gsemelle )


  ELU

q = 0.25M P a

ELU
(
Gsol : poids propre de sol sur la semelle
où :
Gsemelle : poids propre de la semelle

Après calcul on a : qELU = 0, 25 M P a  qref = 0, 242M P a ( vérif iée)

3.2.4 Détermination des sections d’armature de la semelle


La détermination des section d’armature d’une semelle continue sous poteau est
comme celle d’une poutre Chargé par une charge linéaire q.


qu = 0.388M N/m
σmax
Avec : qu = B × ; or : σmax = σmin → 2


σmin ser = qu = 0, 259M N/m
q
3

F IGURE 3.4 – Schéma de calcul de la poutre continue

18
Les fondations

3.2.4.1 Diagramme des moments fléchissant et de l’effort tranchant


Les moments fléchissant sont exprimés en MNm et les efforts tranchants en MN.
• à l’ELU

F IGURE 3.5 – moment fléchissant et effort tranchant à l’ELU

• à l’ELS

F IGURE 3.6 – moment fléchissant et effort tranchant à l’ELS

3.2.5 Sections d’armature


Le calcul des sections d’armature sera mené comme la dimensionnement à l’ELU
d’une section en T en flexion simple pour une fissuration jugé peu préjudiciable
.

19
Les fondations

F IGURE 3.7 – Dimensionnement d’une poutre en T





Mu (en travée) = 1, 37 MN.m ; Mu (sur appui) = 1, 73 MN.m ; Vu = 1, 55 MN








 Mser (en travée) = 0, 93 MN.m ; Mser (sur appui) = 1, 16 MN.m





b = 1, 6m ; h = 60cm ; d = 55cm ; b0 = 55 cm ; h0 = 27, 5 cm





◦ Données : 




fc28 = 25 MPa ; FE400 ; θ=1 ; γb = 1, 5 ; γs = 1, 15




400
fsu = γfeS = 1,15




 = 347, 8MPa





 f = 0,85fc28 = 0,85×25 = 14, 17 MPa


bu θ×γb 1×1,5

◦ h0
Mtu = b × h0 × fbu (d −
) = 2, 57M N.m > Mu
2

→ Dimensionnement d0 une poutre à section réctangulaire de base b et de hauteur h

3.2.5.1 Armature sur appui


• Nappe supérieure ⊥ à B
o γ = MMser
u
= 1, 49 → Après consultationde labaque on a : µul = 0, 299

o µbu = bdM2 fb
U
U
= 0, 253 < µul = 0, 299 → on na pas besoin des aciers comprimés

o αu = 1, 25 [1− 1 − 2µbu ] = 0, 37


 yu = αu ×d = 0, 203
o
Zb = d − 0, 4yu = 0, 468

Mu
o Au = Zb ×fsu
= 98, 16 cm2

o Vérification de la condition de non fragilité :

Bft28
Il faut que : Amin ≥ fe
= 50, 4 cm2 (B : Section de la poutre)

Ainsi on va prendre A = 107, 99 cm2 → 12HA25 sur la partie inférieur du libage

et 10HA25 réparties sur le reste de la largeur B

20
Les fondations

• Nappe inférieure // à B

As⊥
As//B =
4

3.2.5.2 Aramture en travée (Armature de libage)


• Armature longitudinale ⊥ à B

o γ = MMser
u
= 1, 474 → Après consultationde l0 abaque on a : µul = 0, 293

o µbu = bdM2 fb
U
U
= 0, 199 < µul = 0, 293 → on na pas besoin des aciers comprimés

o αu = 1, 25 [1− 1 − 2µbu ] = 0, 281


 yu = αu ×d = 0, 203
o
Zb = d − 0, 4yu = 0, 488

Mu
o Au = Zb ×fsu
= 78, 20 cm2

Ainsi on va prendre A = 78, 54 cm2 → 16HA25

• Armature transversale


Vu


 τu = bd




 n o
φl max h b
φt ≤ min φl min ,




 φt = 3
; 35
, 10





π φt 2

At = n × avec n : Nombre de Brins





 4



0,9 At fe

St = (Espacement)


γs b(τu −0,3 ft28 )







 St ≤ St max = min (0, 9d ; 40 cm ; 15φ0 lmin si A0 s 6= 0)





Position du premier cours à une distance St
de l0 appui





 2




Pour faire la répartition des armatures transversales, on utilise la série de Caquot








 2, 5 ; 5 ; 7 ; 8 ; 9 ; 10 ; 11 ; 13 ; 16 ; 20 ; 25 ; 35 ; 40 cm.





Le nombre de répétitions des armatures transversales est : L2

21
Les fondations

3.2.5.3 Tableau récapitulatif des armatures de la semelle continue sous po-


teaux

T ABLE 3.2 – récapitulation des armatures de la semelle continue sous poteaux


Armature sur appui
Armature longitudinale Armature // à B
Section calculée (cm2 ) Section choisie (cm2 ) Barre Barre
98,16 107,99 22HA25 9HA20/ml
Armature en travée
Armature longitudinale Armature transversale
2 2
Section calculée (cm ) Section choisie (cm ) Barre Barre
78,20 78,54 16HA25 HA10
Répartition et espacement des armatures transversales
9 4x7 4x8 4x9 4x10 4x11 4x13 4x16 3x20 4x16 4x13 4x11 4x10 4x9 4x8 4x7 9

3.3 Conception et calcul d’une semelle isolée sur pieux


(Poteau intérieur)
3.3.1 Conception du pieux
• Choix du type de pieu :
On va choisir un pieu de type tubulaire fermé et à section pleine.

F IGURE 3.8 – Pieu tubulaire fermé et à section pleine

• Choix du diamètre φ du pieu :


Le diamètre d’un pieu est au minimum 30 cm. Ainsi on va prendre φ = 60 cm
• Choix de la longueur Lpieu du pieu :
La longueur d’un pieu est au minimum 4 m. Ainsi on va prendre Lpieu = 10 m.
• Calcul de la charge limite d’un pieu Qu :

22
Les fondations


 Qpu = ρp .A.qpu
◦ Qu = Qpu + Qsu ; X
Q
su = ρs .P. qsi .ei

Qpu : Charge limite de pointe (poinçonnement du sol sous la base du pieu)




Qsu : Charge limite de frottement (frottement entre fût du pieu et sol)


ρp : Coefficent réduceur de l’effort de pointe


ρs : Coefficent réduceur du frottement latéral


Avec : A : Aire de la section doite du pieu

P : Périmètre de la section droite du pieu


q : Résistance limite de pointe
pu

q : frottement latéral unitaire limite dans la couche i
si

e : épaisseur de la couche i (pour la couche d’ancrage, on remplace ei par h)
i

◦ Les valeurs de ρp et ρs

T ABLE 3.3 – V aleurs de ρp et ρs

Ainsi pour notre cas : ρp = ρs = 1

◦ Les valeurs de A et P

φ2

=π×

A


Ona : 4 → A = 0, 283m2 ; P = 1, 885m
 φ
P = 2π


2
◦ Calcul de qpu
La valeur de qpu se lit dans le tableau de l’annexe qui est en fonction de la
nature du sol, de l’indice de liquidité et de la profondeur de la pointe du pieu.
Puisque notre site de construction se trouve à Tamatave, notre sol est un sable
fin.

d’où : qpu = 4000 kP a

23
Les fondations

◦ Calcul de qsi
La valeur de qsi se lit dans le tableau de l’annexe qui est en fonction de la na-
ture du sol, de l’indice de liquidité et de la profondeur de la couche par rapport
à la surface du terrain.
Puisque notre site de construction se trouve à Tamatave, notre sol est un sable
fin.Et puisque notre sol est homogène.

d’où : qsi = 46 kP a
◦ Les valeur de Qpu , Qsu et Qu

Enfin nous avons :


Qpu = 1.132 M P a , Qsu = 0.867 M P a , Qu = 1.999 M P a

• Détermination du nombre de pieu Npieu :

N u(résultat de la descente de cahrge du poteau)


On a : Npieu = → Npieu = 2
Qu

3.3.2 Prédimensionnement de la semelle isolée sur pieux

F IGURE 3.9 – Prédimensionnment de la semelle de liaison

• Valeur de b’ :

On a : 2φ 6 b0 6 3φ → b0 = 1, 8 m

24
Les fondations

• Valeur de B :

On a : B = b0 + 2φ → B = 3m
• Valeur de A :

On a : A = 2φ → A = 1, 2 m
• Valeur de d :

! !
b 0 0 b
On a pour le cas de 2 pieux : 0, 50 b − 6 d 6 0, 70 b − → d = 0, 95 m
2 2
• Valeur de h :

On a : h = d + 0.05 → h = 1, 00 m

3.3.3 Détermination des sections d’armature de la fondation


3.3.3.1 Armatures inférieures

 !
Fs Nu 0 b
b −

= 1, 10
 Au

 ; Fs =
fsu 4d 2

On a :
 Nu 1
 Au > .



2, 5 fsu
→ Au = 42, 42cm2 d’ou : A = 44,18cm2 soit 9HA25

3.3.3.2 Armatures supérieures

A
On a : A0 = = 4, 42 → A = 4,52cm2 soit 9HA8
10

3.3.3.3 Armatures de répartition


• Armatures verticales

 τ0

 Atv > A > 0, 2.A
4.ft28


◦ On a : Nu

2
 τ0 = < 1, 5.ft28 (τ0 : contrainte tangentielle au nu du poteau)


A.d
→ Atv = 7,7cm2 ; Pour maintenir les neufs files d’armature :
il nous faut10 brins, soit 4 cadres + 1 é trier
◦ Espacement St : puisque Atv est à repartir sur toute la longueur de la semelle
5 × 95
par une longueur d et que 10 brins de HA8 présente 5 cm2 → Stv =
7, 7
Ainsi : on aura besoin de 4 cadres + 1 étrier de HA8 espacés de 60 cm.

25
Les fondations

• Armatures horizontales

τ0
◦ On a : Ath > A − A0 > 0, 1.A → Ath = 3, 18cm2
4.ft28
répartis sur la hauteur d − d0 (d0 = distance entre A0 et la face supérieure de la semelle),
ce qui conduit par face à :
(
Ath m : nombre de barre
m.At = → m.At = 1, 59 cm2 avec :
2 At : s ection d’une barre
0
d−d
◦ Sth = = 18 cm ⇒ 4 cadres horiontaux de HA8 espacés de 18 cm
m+1

3.3.3.4 Tableau récapitulatif des armatures de la semelle isolée sur pieux

T ABLE 3.4 – récapitulation des armatures de la semelle isolée sur pieux


Armatures inférieures
Section calculé [cm2 ] Section choisie [cm2 ] Barre
A 42,42 42,18 9HA25
Armatures supérieures
Section calculé [cm2 ] Section choisie [cm2 ] Barre
A 4,42 4,52 9HA8
Armature de répartition
Armatures verticales Armatures horizontales
Barre HA8 HA8
St [cm] 60 18

26
Conclusion

Bref le règles de calcul en BA ne sont pas si difficile a appliquer mais pour se


faire il faut tout simplement se repérer à des documents fiables et de bien connaitre
la situation avant de faire l’étude car des moindres négligences peuvent causer de
considérables différences de valeur obtenue après la dimensionnement .Cette étude
nous a permis de se familiariser un peu plus avec les règles de dimensionnement
des semelle de fondations superficielle et profonde .Mais Quelque soit le types de
fondation à utiliser ses dimension dépend de la charge à transmètre au sol d’assise
et de la caractéristique du sol de fondatiion ?

27
Bibliographie

[1] (UCL), Jean-Perchat , Maitrise du BAEL.

[2] Arnole, RASOLOMAMPIONONA Zarasoa. «Leçon d’infrastructure 4eme an-


née.» 2017.

[3] BAEL 91 modif 99.

[4] CONCEPTION ET CALCUL DE STRUCTURE DE BATIMENT. Henry Thonier.

28