Vous êtes sur la page 1sur 9

FORMATION MATLAB/SIMULINK.

FASCICULE N°2 : SIMULINK

1. Simulink.

1.1. Présentation de Simulink.

: SIMULINK 1. Simulink. 1.1. Présentation de Simulink. Simulink est l’extension graphique de Matlab permettant de

Simulink est l’extension graphique de Matlab permettant de représenter les fonctions mathématiques et les systèmes sous forme de diagrammes-blocs, et de simuler le fonctionnement de ces systèmes. Le démarrage de Simulink se fait en tapant SIMULINK dans la fenêtre de commande de Matlab. Cela permet d’ouvrir la fenêtre de supervision ci-contre. Cette fenêtre contient quatre groupes d’objets :

Simulink : c’est le groupe des objets principaux de Simulink ;

Power System Blockset : ce groupe contient des objets supplémentaires permettant de simuler des systèmes électriques de puissance (machines électriques, convertisseurs statiques,…) ;

Stateflow : ce groupe contient des objets permettant de lier entre elles différentes simulations et d’échanger des données entre elles (cela peut par exemple permettre de réaliser des couplages entre différents aspects physiques d’un problème) ;

Simulink Extras : il s’agit de blocs supplémentaires de Simulink, généralement peu utilisés. Nous allons maintenant détailler les différents objets du groupe Simulink. Ces objets sont ordonnés dans les huit sous-groupes présentés dans la fenêtre ci-contre.

Les objets continus : il s’agit de blocs contenant des opérateurs linéaires (gain, sommation, fonction de transfert,…)

objets continus : il s’agit de blocs contenant des opérateurs linéaires (gain, sommation, fonction de transfert,…)

Formation Matlab/Simulink - Fascicule n°2 : Simulink

Formation Matlab/Simulink - Fascicule n°2 : Simulink  Les objets discrets : il s’agit de blocs

Les objets discrets : il s’agit de blocs contenant des opérateurs linéaires discrets (bloqueur, fonction de transfert discrète, délai,…)

(bloqueur, fonction de transfert discrète, délai,…)  Les objets fonctions : il s’agit de blocs contenant

Les objets fonctions : il s’agit de blocs contenant des objets où l’on peut définir des fonctions (soit des fonctions intégrés de Matlab, soit des fonctions personnalisées écrites dans un fichier *.m) ; un de ces blocs sera étudié en détail dans un autre TP : les S-Function ;

écrites dans un fichier *.m) ; un de ces blocs sera étudié en détail dans un

Patrice Koffi CHETANGNY

Les objets mathématiques : il s’agit de blocs contenant des objets intégrant des fonctions mathématiques pour le calcul algébrique, matriciel et logique ;

pour le calcul algébrique, matriciel et logique ;  Les objets nonlinear : il s’agit de

Les objets nonlinear : il s’agit de blocs contenant des opérateurs non-linéaires (hystérésis, temps mort, saturation,…) ;

(hysté résis, temps mort, saturation,…) ;  Les objets signaux et systèmes : il s’agit de

Les objets signaux et systèmes : il s’agit de blocs facilitant la réalisation de simulations ; on y retrouve des sous-systèmes (comme des sous-programmes, ce sont des sous-schémas de simulation qui permettent d’alléger les schémas), des multiplexeurs, des démultiplexeurs, des blocs de textes pour donner des informations sur le schéma,… ;

Formation Matlab/Simulink - Fascicule n°2 : Simulink

Formation Matlab/Simulink - Fascicule n°2 : Simulink  Les objets sinks : il s’agit de blocs

Les objets sinks : il s’agit de blocs d’observation des résultats (en temps réel sur une courbe, sur un afficheur,… ou enregistrés dans l’espace de travail de matlab ou encore enregistrés dans un fichier) ;

sur un afficheur,… ou enregistrés dans l’espace de travail de matlab ou encore enregistrés dans un

Patrice Koffi CHETANGNY

Les objets sources : il s’agit de sources de signaux (constant, sinusoïdal, rampe, horloge, données provenant d’un fichier,…) ;

rampe, horloge, données provenant d’un fichier,…) ; 1.2. Construction d’un diagramme de simulation. Dans une

1.2. Construction d’un diagramme de simulation.

Dans une fenêtre de simulation, on fait glisser les blocs depuis la fenêtre de supervision. Pour construire le diagramme, il faut ensuite relier les blocs entre eux à l’aide de « fils ». Les paramètres d’un bloc (par exemple la valeur d’un gain) peuvent être modifiés en double-cliquant sur le bloc. Lorsque le diagramme est terminé, il ne faut pas oublier de le sauvegarder ! La fenêtre ci-dessous donne un exemple de schéma de simulation ici des exemples de démonstration.

le sauvegarder ! La fenêtre ci-dessous donne un exemple de schéma de simulation ic i des

Formation Matlab/Simulink - Fascicule n°2 : Simulink

1.3. Simulation avec Simulink.

Avant de démarrer la simulation, il est très important de régler les paramètres de la simulation. Les principaux sont :

les temps de début et de fin de simulation ;

le choix du pas de simulation (fixe ou variable) ;

le choix de l’algorithme d’intégration ;

les erreurs relatives et absolues ;

le choix des variables chargées dans l’espace de travail ;

le choix des variables sauvegardées dans l’espace de travail.

La simulation démarre en choisissant START dans le menu SIMULATION.

2. Exemples d’application.

2.1. Réponse d’une fonction de transfert à différents signaux à l’aide de Simulink.

On considère la fonction de transfert

H

 

s

1

1

 

2

s

s

2

0

0

2

,

avec

2

  

0

100 rad/s

correspondant à la forme générale d’un filtre passe-bas du second ordre. La figure suivante donne le schéma de simulation à réaliser pour étudier la réponse à un échelon.

à réaliser pour étudier la réponse à un échelon. Pour  valant successivement -1 ; 0

Pour valant successivement -1 ; 0 ; +0,5 ; +0,707 ; 2, tracer la réponse à un échelon

d’amplitude 1. Pour valant successivement 0,5 ; 0,707 ; 2 tracer la réponse à une sinusoïde

d’amplitude 1 et de fréquence 1 Hz ; 100 Hz ; 500Hz ; 1000 Hz. Interpréter les 17 courbes obtenues.

Patrice Koffi CHETANGNY

Les figures suivantes montrent deux paramétrages du simulateur que vous comparerez sur la réponse du filtre à un échelon d’amplitude 1 pour valant 0,5.

filtre à un échelon d’amplitude 1 pour  valant 0,5. 2.2. Régulation thermique d’un véhicule. Dans

2.2. Régulation thermique d’un véhicule.

valant 0,5. 2.2. Régulation thermique d’un véhicule. Dans cet exercice on s’intéresse à la modélisatio n

Dans cet exercice on s’intéresse à la modélisation de la régulation thermique d’un véhicule. On décompose l’étude selon le plan suivant :

modélisation simplifiée du comportement thermique d’un véhicule ;

régulation par thermostat à hystérésis.

2.2.1. Modélisation simplifiée du comportement thermique d’un véhicule.

Pour réaliser cette modélisation, on fait les hypothèses suivantes :

la température à l’intérieur du véhicule est supposée uniforme et on la note

la température de l’air extérieur est aussi supposée uniforme au voisinage du véhicule et elle est

T

int

;

notée

T

ext

;

les échanges thermiques entre l’air intérieur au véhicule est l’extérieur sont réduits à une

résistance thermique globale

R

isol

0,05 K.W

1

;

la chaleur dans le véhicule est produite par un ventilateur fournissant une puissance thermique

réglée

manuellement par un bouton dont la position varie de façon linéaire entre 0 et 5 ; on a

élémentaire

P

therm

400 W

et

la

puissance

thermique

totale

P

therm

tot

est

élém

P

therm

tot

 P

therm

élém

;

une partie de la chaleur est perdue par échange thermique avec l’extérieur et une autre partie sert à augmenter la température de l’air intérieur ; ces phénomènes thermiques sont représentés par le schéma électrique équivalent suivant :

Formation Matlab/Simulink - Fascicule n°2 : Simulink

T R isol T int T ext P therm tot C air int 4 
T
R isol
T int
T ext
P therm
tot
C
air
int
4
 1
Le condensateur représentant l’inertie thermique de l’air intérieur vaut
7.10
J.K
.
C air
int
En écrivant les équations du modèle thermique ci-dessus, montrer que l’on peut
représenter le fonctionnement de ce système par le schéma bloc suivant.
Text
Ptherm
+
élém
Ptherm
1
T
tot
+
+
Tint
p
Cair
-
int
1
Risol
Construire le diagramme de simulation sous Simulink du système ci-dessus. Prévoir
l’affichage écrit de la température intérieure et le tracé de la température intérieure en
fonction du temps.

En supposant que la température extérieure vaut 0°C et que le bouton est réglé sur la position 4, simuler l’évolution de la température intérieure du véhicule en fonction du temps sur une durée de 1 heure. Relever la courbe.

En supposant que la température extérieure vaut 0°C, donner la valeur de la température

intérieure au bout de 15 minutes de chauffage pour des valeurs de variant entre 0 et 5 par pas de 0,5. Présenter le résultat dans un tableau.

2.2.2. Régulation par thermostat à hystérésis.

Pour maintenir la température intérieure à une valeur constante, on réalise une régulation thermique. Un moyen simple consiste à réaliser le système suivant :

Patrice Koffi CHETANGNY

on compare la température intérieure mesurée

intérieure

T

int

cons

;

T int

mes

à une consigne de température

lorsque la température intérieure croît (phase de chauffage) on règle automatiquement à 5

tant que

T

int

mes

T

int

cons

 

, puis ensuite on applique automatiquement   0 ;

lorsque la température intérieure décroît (phase de refroidissement) on laisse à 0 tant que

T

int

mes

T

int

cons



, puis ensuite on applique automatiquement   5 ;

en résumé, on a la caractéristique

  f T

int

cons

T

int

mes

suivante :

5 T  0 
5
T

0

T

intcons intmes

Réaliser le schéma de simulation et simuler le fonctionnement du thermostat pour ε 0,5 C . Commenter le résultat.

Indication : on utilisera le bloc Relay dans le groupe des objets NonLinear.