Vous êtes sur la page 1sur 68

Christian

Mascle
Walery
Wygowski

Fabrication

Du dossier produit au dossier fabrication


avancée
et méthodes
industrielles
Tome 1

Extrait de la publication
Christian
Mascle
Walery
Wygowski

Fabrication

Du dossier produit au dossier fabrication


avancée
et méthodes
industrielles
Tome 1

Presses internationales
P o ly t e c h n i q u e
Fabrication avancée et méthodes industrielles – Du dossier produit au dossier fabrication, tome 1
Christian Mascle, Walery Wygowski

Équipe de production
Coordination éditoriale et production : Luce Venne-Forcione
Correction d’épreuve : Nicole Blanchette
Couverture : Cyclone Design
Mise en pages : Martine Aubry

Pour connaître nos distributeurs et nos points de vente, veuillez consulter notre site Web à l’adresse suivante :
polymtl.ca/pub
Courriel des Presses internationales Polytechnique : pip@polymtl.ca

Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada pour
nos activités d’édition.

Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.

Tous droits réservés


© Presses internationales Polytechnique, 2012

On ne peut reproduire ni diffuser aucune partie du présent ouvrage, sous quelque forme ou par quelque procédé
que ce soit, sans avoir obtenu au préalable l’autorisation de l’éditeur.

Dépôt légal : 1er trimestre 2012 ISBN 978-2-553-01551-9 (version imprimée)


Bibliothèque et Archives nationales du Québec ISBN 978-2-553-01630-1 (version pdf)
Bibliothèque et Archives Canada Imprimé au Canada
Notes biographiques

Christian Mascle est professeur titulaire au Département de génie mécanique de l’École Polytechnique de
Montréal. Il a obtenu son premier diplôme d’ingénieur en microtechnique de l’École d'ingénieurs du Locle
(Suisse) en 1978, son baccalauréat en génie mécanique de l’École Polytechnique de Montréal en 1982 et son
doctorat ès sciences en microtechnique de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse) en 1990. Il a
acquis son expérience initiale à l’occasion de différents stages dans l’industrie des turbines hydrauliques, du
polissage de pièces et du raffinage pétrolier; par la suite, il a travaillé successivement comme associé de
recherche en biomécanique à l’École Polytechnique de Montréal, comme professeur adjoint à l’École
Polytechnique de Thiès (Sénégal), comme assistant professeur à l’École polytechnique fédérale de Lausanne,
puis il a obtenu un poste de professeur à l’Université du Québec à Trois-Rivières, avant de revenir à son
alma mater, l’École Polytechnique de Montréal. Au cours de sa carrière universitaire, il a enseigné
l’industrialisation des produits, la fabrication industrielle, la conception et les méthodes d’assemblage, la
méthodologie du design, les éléments de machines et les systèmes hydrauliques. Ses intérêts en recherche
comprennent la détermination de gammes et de ressources en fabrication et en assemblage, la modélisation
et la conception des produits pour l’ensemble de leur cycle de vie, le traitement des produits en fin de vie et
la méthodologie de conception, tant dans le domaine de l’aérospatiale que dans ceux de l’automobile, du
matériel informatique et de la microtechnique. Il est membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ) et
du Centre interuniversitaire de recherche sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG).

Walery Wygowski est enseignant au Département de génie mécanique et au Service de la formation


continue de l’École Polytechnique de Montréal. Il cumule plus de 40 ans d’expérience pédagogique en
enseignement du génie mécanique dans plusieurs universités à travers le monde. Il a travaillé comme maître
de conférences, puis comme professeur à l’Université technique d’État de Moscou Bauman (Russie); il a
aussi été professeur à l’École normale supérieure technique de Laghouat (Algérie) ainsi que professeur et
chef de la section fabrication à l’Institut Polytechnique Gamal A. Naser de Conakry (Guinée). Il a obtenu ses
diplômes d'ingénieur mécanicien (1961) et de docteur ès sciences techniques (1966) de l’Université
technique d’État de Moscou Bauman de même qu’un doctorat en sciences appliquées de l’École
Polytechnique de Montréal (2005). Ses intérêts en recherche comprennent la conception, la fabrication et
l’industrialisation de produits dans les domaines de l’aérospatiale, du nucléaire et d’autres industries de
produits complexes. Il est l’auteur principal du livre Technologie des réacteurs nucléaires (publié en russe
par Atomizdat, Moscou, en 1992) et du Dictionnaire français-russe – russe-français de la technologie de
pointe (publié par ETS, Moscou, en 1997) qui comporte plus de 120 000 termes. Il a aussi élaboré les notes
des cours Processus de fabrication mécanique, Technologie de construction mécanique et Éléments de
machines de l’École Polytechnique de Montréal. Il est membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec.
Avant-propos

Objectifs
Lorsqu’on entend le mot « innovation », on pense souvent « nouveau produit ». Mais pour être compétitif, un
industriel pense plutôt « amélioration de la productivité, de la qualité, de l’adaptabilité et de la responsa-
bilité ». Cette innovation est donc parfois dans le produit, mais de manière beaucoup plus courante, pour un
chef d’entreprise, elle est surtout dans les moyens de production, c’est-à-dire les procédés et les méthodes de
fabrication de pointe.
Comment comprendre la réalité de la fabrication industrielle et du travail du bureau des méthodes? Comment
transformer des matières premières minérales en produits fabriqués fonctionnels? Enfin, comment élaborer le
dossier de fabrication à partir du dossier produit issu du bureau d’études? C’est ce que le lecteur apprendra
en parcourant les différents chapitres de ce livre consacré à la fabrication et aux méthodes de pointe.
Le présent ouvrage répond à un besoin dans la formation en industrialisation du produit, une formation de
spécialité en ingénierie, souvent négligée dans le cursus et pourtant essentielle à la formation. Il fournit les
fondements théoriques et de nombreux exemples d’applications nécessaires à la bonne compréhension des
disciplines suivantes :
• fabrication mécanique avancée;
• assemblage et production automatisée;
• fabrication assistée par ordinateur et machines-outils;
• contrôle dimensionnel;
• réingénierie des systèmes mécaniques.
Les objectifs recherchés sont avant tout pédagogiques : il s’agit de mettre à la disposition des étudiants en
génie un ouvrage donnant les bases du cycle complet de l’industrialisation des produits, c’est-à-dire le
passage des données de la maquette numérique du dossier produit au dossier de fabrication. C’est le travail
qu’exécute en général le bureau des méthodes d’une entreprise. L’ouvrage, qui sera suivi d’un autre traitant
d’études de cas, convient très bien aux ingénieurs de la pratique industrielle qui désirent compléter ou
consolider leurs connaissances, qu’ils soient issus du domaine du génie mécanique, du génie industriel ou du
génie des matériaux; il comporte une mine de renseignements pour tout ingénieur confronté aux problèmes
d’industrialisation d’un produit et de fiabilité des machines de production.

Description
Jusqu’à maintenant, il n’existait pas de livres en français couvrant l’ensemble de la fabrication, de l’éla-
boration d’un brut à l’assemblage d’un produit. Non seulement ce livre propose-t-il une description de
l’ensemble des procédés, mais il présente aussi, dans de nombreux cas, les moyens de calculer les principaux
paramètres d’élaboration ou de contrôle des pièces.
L’ouvrage, divisé en deux tomes, a pour objet la fabrication industrielle et l’industrialisation des produits des
génies mécanique et industriel. Dans le premier tome, l’introduction à la compétitivité industrielle et à
l’importance de la seconde transformation des métaux constitue une entrée en matière et une sensibilisation
aux grands enjeux de la survie d’une entreprise. L’analyse de la qualité d’un produit, l’introduction à
ISO 9000 et la conception des gabarits de contrôle des pièces établissent un lien nécessaire entre la fonc-
tionnalité numérique, la fabrication et la fonctionnalité réelle qui n’a rien de virtuel. Ce lien permet l’indis-
pensable vérification de l’industrialisation du produit.
Toute fabrication de produit commence par un certain nombre de procédés d’obtention de pièces brutes.
Ces pièces doivent avoir, à l’état brut, des formes qui dépendent étroitement de leur procédé d’obtention.
VI Avant-propos

Le lecteur apprendra à connaître les différentes technologies industrielles disponibles et les règles de concep-
tion permettant de définir les formes des bruts et d’en calculer les dimensions et les tolérances.
Le comportement fonctionnel des pièces et l’apparence générale du produit imposent que les pièces soient
finies, et parfois polies, à l’aide de procédés d’usinage. Les différents types de machines-outils, leur préci-
sion et ses paramètres, les opérations d’usinage et les outils utilisés sont décrits en détail.
De même, le comportement fonctionnel des pièces, leur usure et leur fiabilité dépendent de leur conception
et du soin apporté à leur fabrication. L’obtention d’un bon état de surface et la problématique de la fiabilité
technologique des pièces et des machines-outils sont abordées dans une perspective d’amélioration continue
de la qualité et de la fiabilité.
La compétitivité d’une entreprise industrielle exige une amélioration de la productivité, de la qualité, de
l’adaptabilité et de la responsabilité vis-à-vis du public et des générations futures. Dans le deuxième tome,
nous abordons donc la productivité, qui est certainement le paramètre dont on entend le plus parler à tous les
échelons de l’activité publique et industrielle. Pour améliorer la productivité, il faut être capable de la
mesurer et savoir comment l’accroître. Dans l’industrie, l’ingénieur se préoccupe du coût de fabrication, du
coût de production, du prix de revient, ou coût unitaire, et du coût technologique, selon le contexte. Ce
contexte-là est déterminé par la stratégie ou la tactique de l’entreprise. Nous présentons trois définitions
appropriées aux notions qui reflètent les difficultés de l’estimation des coûts.
Ayant abordé les procédés d’usinage, le lecteur voudra approfondir ses connaissances et s’enquérir des
montages d’usinage disponibles pour positionner une pièce et la brider. L’ouvrage l’amènera à comprendre
les fondements de l’isostatisme et, pour les cas limites, le calcul des forces de serrage.
Vient ensuite la question de la séquence des opérations : dans quel ordre et au cours de quelle phase une
surface donnée doit-elle être usinée? C’est là le domaine des processus d’usinage et de l’analyse de fabri-
cation. À l’aide des renseignements contenus dans l’ouvrage, le lecteur pourra établir la charte de tolérances
lui permettant de calculer les dimensions des cotes opérationnelles.
Enfin, les pièces doivent être assemblées; c’est l’objet de l’avant-dernier chapitre du livre, dans lequel il est
surtout question des procédés de soudage. Quant au dernier chapitre, il amènera le lecteur à parcourir un
domaine, qui tout en sortant parfois du génie mécanique, traite malgré tout des procédés d’élaboration d’une
pièce ou de sa finition. Il y sera question des procédés d’usinage non conventionnels, des revêtements par
plasma et de l’ébavurage.
Chacun des chapitres se termine par une auto-évaluation qui contient des questions ou des problèmes
accompagnés ou non de réponses partielles ou complètes, avec ou sans commentaires.

Note : À moins d'indications contraires, les unités utilisées dans les figures et tableaux sont des millimètres.
Remerciements

Cet ouvrage n’a pu être conçu que grâce à l’appui et au travail de nombreux professeurs et enseignants qui se
sont succédé dans l’enseignement des cours Procédés de fabrication mécanique et Fabrication et métaux;
nous pensons en particulier à MM. Claude Morel et Luc Baron, qui ont contribué à l’élaboration, à
l’amélioration et à la correction des notes de ces cours, mais aussi à nos collègues du Laboratoire de
recherche en fabrication virtuelle pour le soutien qu’ils nous ont apporté, tant par leur aide que par leurs
conseils et leurs idées.
Les auteurs tiennent aussi à remercier M. André Wygowski pour la préparation des figures et son aide
désintéressée dans la résolution de problèmes informatiques de toute nature.
Enfin, les auteurs remercient toute l’équipe des Presses et ses collaborateurs, dont Mme Nicole Blanchette,
qui a effectué la révision et la correction d’épreuves du texte avec beaucoup de professionnalisme, Mme
Martine Aubry, qui a fait la saisie des corrections et la mise en pages du manuscrit et, bien sûr, Mme Luce
Venne-Forcione chargée, entre autres, de notre projet; elle nous a conseillé et a effectué les révisions des
révisions, tout en essayant de concilier nos frustrations et les raisons d’État de l’édition, mais aussi les
multiples notes manuscrites des réviseurs et des auteurs.
Table des matières

Notes biographiques ........................................................................................................................................ III


Avant-propos .................................................................................................................................................... V
Remerciements .............................................................................................................................................. VII
Liste des principaux symboles et abréviations ............................................................................................. XIII
Introduction ................................................................................................................................................... XV

Chapitre 1 Fabrication industrielle ............................................................................................................... 1


1.1 Introduction ............................................................................................................................................... 1
1.2 Compétitivité des entreprises .................................................................................................................... 1
1.2.1 Qualité ............................................................................................................................................ 3
1.2.2 Productivité .................................................................................................................................... 5
1.2.3 Adaptabilité .................................................................................................................................... 5
1.2.4 Responsabilité environnementale................................................................................................... 7
1.3 Phases d’élaboration d’un produit............................................................................................................. 8
1.3.1 Service commercial (phases 1 et 5) ................................................................................................ 9
1.3.2 Bureau d’études (phase 2) ............................................................................................................ 11
1.3.3 Bureau des méthodes (phase 3) .................................................................................................... 12
1.3.4 Production (phase 4) .................................................................................................................... 15
1.3.5 Flux d’activités dans l’entreprise ................................................................................................. 16
1.4 Dossier produit ........................................................................................................................................ 19
1.4.1 Dessins de définition .................................................................................................................... 19
1.4.2 Nombre de pièces commandées ................................................................................................... 20
1.4.3 Délais de fabrication .................................................................................................................... 21
1.4.4 Travail en succession ou travail en parallèle................................................................................ 21
1.4.5 Matière d’œuvre ........................................................................................................................... 22
1.4.6 Présentation des bruts................................................................................................................... 22
1.5 Rôles du bureau des méthodes ................................................................................................................ 24
1.6 Conclusion .............................................................................................................................................. 27
Autoévaluation................................................................................................................................................. 28

Chapitre 2 Modèle qualité ............................................................................................................... 31


2.1 Introduction ............................................................................................................................................. 31
2.2 Concept de qualité totale ......................................................................................................................... 31
2.3 Modèle qualité et techniques associées ................................................................................................... 33
2.3.1 AMDEC ....................................................................................................................................... 38
2.3.2 Méthode de Taguchi..................................................................................................................... 40
2.3.3 Qualité six sigma .......................................................................................................................... 42
2.4 Normes ISO 9000 ................................................................................................................................... 43
2.5 Structure de la série ISO 9000 ................................................................................................................ 43
2.5.1 ISO 9001:2000 et ISO 9004:2000 ................................................................................................ 43
2.5.2 Documentation ............................................................................................................................. 45
2.6 Choix d’un modèle qualité ...................................................................................................................... 45
2.7 Implantation d’un modèle qualité ........................................................................................................... 46
2.7.1 Manuel qualité (ISO 9001:2000, paragraphe 4.2.2) ..................................................................... 47
2.7.2 Procédures organisationnelles et responsabilités ......................................................................... 47
2.7.3 Instructions de travail ................................................................................................................... 48
2.7.4 Échéancier .................................................................................................................................... 49
X Table des matières

2.8 Certification ............................................................................................................................................ 50


2.8.1 Registraires .................................................................................................................................. 50
2.8.2 Processus de certification ............................................................................................................ 51
2.9 Conclusion .............................................................................................................................................. 54
Autoévaluation ................................................................................................................................................ 55
Réponses ......................................................................................................................................................... 56

Chapitre 3 Gabarit ....................................................................................................................................... 57


3.1 Introduction ............................................................................................................................................ 57
3.2 Norme de tolérancement géométrique.................................................................................................... 57
3.2.1 Lacunes du tolérancement dimensionnel ..................................................................................... 58
3.2.2 Classes et symboles ..................................................................................................................... 60
3.2.3 Système de références ................................................................................................................. 61
3.2.4 État virtuel et état résultant .......................................................................................................... 63
3.2.5 Règles d’interprétation ................................................................................................................ 66
3.3 Construction des gabarits ....................................................................................................................... 69
3.3.1 Classification ............................................................................................................................... 69
3.3.2 Calcul de calibres tolérancés avec ajout d’une surépaisseur d’usure
pour le contrôle dimensionnel ..................................................................................................... 70
3.3.3 Calcul de calibre (gabarit) tolérancé fonctionnel de position
(calibre d’assemblabilité) ............................................................................................................ 75
3.4 Conclusion .............................................................................................................................................. 88
Autoévaluation ................................................................................................................................................ 88
Réponses ......................................................................................................................................................... 90

Chapitre 4 Procédés d’obtention d’une pièce brute.................................................................................. 95


4.1 Introduction ............................................................................................................................................ 95
4.2 Choix du procédé d’obtention d’une pièce brute ................................................................................... 95
4.3 Laminage ................................................................................................................................................ 96
4.4 Forgeage libre ....................................................................................................................................... 100
4.5 Estampage à chaud et autres opérations de déformation ...................................................................... 107
4.5.1 Technologie des bruts estampés ................................................................................................ 107
4.5.2 Règles applicables aux bruts estampés ...................................................................................... 112
4.6 Roulage et fluotournage ....................................................................................................................... 116
4.7 Formage à haute énergie....................................................................................................................... 120
4.7.1 Formage par explosion .............................................................................................................. 120
4.7.2 Formage électrohydraulique ...................................................................................................... 121
4.7.3 Formage électromagnétique ...................................................................................................... 123
4.8 Moulage ................................................................................................................................................ 125
4.8.1 Moulage en sable ....................................................................................................................... 129
4.8.2 Moulage en carapace (croning) ................................................................................................. 131
4.8.3 Moulage à la cire perdue ........................................................................................................... 136
4.8.4 Moulage en coquille .................................................................................................................. 142
4.8.5 Moulage sous pression .............................................................................................................. 144
4.8.6 Règles simples de conception de pièces moulées ...................................................................... 148
4.8.7 Surépaisseur d’usinage et tolérancement du brut ...................................................................... 152
4.9 Conclusion ............................................................................................................................................ 159
Autoévaluation .............................................................................................................................................. 160
Réponses ....................................................................................................................................................... 163

Chapitre 5 Procédés d’usinage conventionnels ....................................................................................... 167


5.1 Introduction .......................................................................................................................................... 167
5.2 Matériaux de la partie active des outils ................................................................................................ 167
Table des matières XI

5.3 Tournage ............................................................................................................................................... 170


5.4 Fraisage ................................................................................................................................................. 174
5.5 Perçage et alésage ................................................................................................................................. 179
5.6 Filetage et taraudage ............................................................................................................................. 185
5.6.1 Filetage ....................................................................................................................................... 186
5.6.2 Taraudage ................................................................................................................................... 188
5.6.3 Machines-outils .......................................................................................................................... 189
5.7 Brochage ............................................................................................................................................... 190
5.8 Taillage des engrenages ........................................................................................................................ 193
5.9 Rectification .......................................................................................................................................... 199
5.10 Conclusion ............................................................................................................................................ 203
Autoévaluation............................................................................................................................................... 204
Réponses ........................................................................................................................................................ 204

Chapitre 6 Précisions de fabrication et d’assemblage ............................................................................. 207


6.1 Introduction ........................................................................................................................................... 207
6.2 Précision d’usinage ............................................................................................................................... 207
6.2.1 Précisions dimensionnelle et géométrique ................................................................................. 208
6.2.2 Mesure de la précision ............................................................................................................... 215
6.2.3 Estimation de la précision par méthode statistique .................................................................... 223
6.2.4 Erreurs primaires de la précision d’usinage ............................................................................... 230
6.2.5 Stratégie de diminution des erreurs primaires d’usinage ........................................................... 287
6.2.6 Modèles de calcul de la précision d’usinage .............................................................................. 294
6.3 Précision en prototypage rapide ............................................................................................................ 312
6.4 Précision d’assemblage ......................................................................................................................... 314
6.5 Conclusion ............................................................................................................................................ 329
Autoévaluation............................................................................................................................................... 329
Réponses ........................................................................................................................................................ 336

Chapitre 7 État de surface et facteurs appropriés ........................................................................ 337


7.1 Introduction ........................................................................................................................................... 337
7.2 État de surface ....................................................................................................................................... 337
7.2.1 Influence de l’état de surface sur le fonctionnement des pièces ................................................ 342
7.2.2 Influence des facteurs technologiques sur l’état de surface ....................................................... 350
7.2.3 Mesure de l’état de surface et de la contrainte résiduelle .......................................................... 360
7.3 Augmentation technologique de la durée de vie des produits............................................................... 365
7.4 Mise au point pour la fiabilité des produits spéciaux ............................................................................ 367
7.4.1 Complexité de conception des produits spéciaux ...................................................................... 367
7.4.2 Stratégie moderne ...................................................................................................................... 369
7.5 Conclusion ............................................................................................................................................ 374
Autoévaluation............................................................................................................................................... 375
Réponses ........................................................................................................................................................ 377

Annexe A Présentation des aciers finis à froid............................................................................................. 379


Annexe B Précision d’usinage et qualité...................................................................................................... 387
Bibliographie ................................................................................................................................................ 419
Index ............................................................................................................................................................. 425

Extrait de la publication
Extrait de la publication
Liste des principaux symboles
et abréviations

Symbole Définition
ou abréviation

Δ1 Méthode de sommation arithmétique des distorsions de cotes (± Worst Case)


AC Approche basée sur la charte de tolérances et la méthode EP avec la sommation probabiliste
des erreurs primaires
AF Assemblage automatique par machine à transfert libre
AFNOR Association française de normalisation
AI Assemblage automatique par machine à indexage synchronisé
AISI American Iron and Steel Institute
ANSI American National Standards Institute
AP Assemblage programmable par unités de travail multispécialisées
AR Acier rapide / Assemblage robotisé
ARS Acier rapide supérieur
AS Assemblage symbiose (manuel/automatique)
ASME American Society of Mechanical Engineers
BD Balance de dimensions
BÉ Bureau d’études
BM Bureau des méthodes
CALS Normes en matière d’échanges de données établies par le United States Department of
Defense (Continuous Acquisition and Life-Cycle Support)
CAO Conception assistée par ordinateur
CN Commande numérique
CNC Commande numérique par calculateur
Co Cote outil
CSA Association canadienne de normalisation (Canadian Standard Association; ancienne
appellation française : ACNOR)
CT Classe de tolérances de moulage
CU Compensation d’usure
DI Dépenses indirectes de production ou frais généraux indirects (y compris les dépenses
administratives et d’amortissement)
E Module d’Young
EM Méthode basée sur le calcul d’écart minimal quadratique du contour réel par rapport au
contour moyen
EP Méthode basée sur l’analyse des erreurs primaires avec la sommation probabiliste des erreurs
aléatoires et systématiques, ainsi que la sommation ±/Méthode de sommation probabiliste des
erreurs primaires
ÉV État virtuel
F Cote de dessin de définition
FAO Fabrication assistée par ordinateur
FGL Fonte à graphite lamellaire
FGLA Fonte à graphite lamellaire à faible résistance
XIV Liste des principaux symboles et abréviations

FGS Fabrication en grande série


FGV Fabrication à grande vitesse/Fraisage à grande vitesse
FM Fabrication de masse
FPS Fabrication en petite série
FS Fabrication en série
FU Fabrication unitaire
HB Dureté Brinell (Brinell Hardness)
HP (Machine-outil) à haute précision
HRC Dureté Rockwell (Rockwell Hardness)
HV Dureté Vickers (Vickers Hardness)
ISO Organisation internationale de normalisation (International Organization for
Standardization)
IT Intervalle de tolérance
LMC Minimum de matière (Least Material Condition)
LOM Objet manufacturé laminé (Laminated Object Manufacturing)
LT Lien technologique
MA Surépaisseur d’usinage
MFCS Moteur-fusée à combustion solide
MMC Maximum de matière (Maximum Material Condition)
MMT Machine à mesurer tridimensionnelle
MNP Moule non permanent
MO Machine-outil
MOCN Machine-outil à commande numérique
MOD Main-d’œuvre directe
MP Moule permanent
P Pénalisation
PO (Machine-outil) à précision ordinaire
PR Prix de revient / Prototypage rapide
PS Paramètre de sortie
Qu Qualité
R Cote de dessin du brut
RFS Sans égard à la cote (Regardless of Feature Size)
SA Sous–assemblage
SAE Society of Automotive Engineers
SAS Système d’assemblage
SR Surface de référence
ST Système technologique
STL Format de fichier basé sur une facettisation des surfaces par des triangles orientés vers
l’extérieur de la matière et jointifs bord à bord (Stereolithography)
TD Tolérance dimensionnelle
TF Tolérance de fabrication
TG Tolérance géométrique
TG(F) Tolérance géométrique de forme
TG(P) Tolérance géométrique de position relative
TTh Traitement thermique
UGV Usinage à grande vitesse
VD Méthode basée sur le calcul du vecteur du centre de masse du contour réel
Introduction

L’expression « procédés de fabrication mécanique » désigne les moyens mécaniques imaginés et mis en
œuvre par l’homme pour transformer, par le travail, la matière en produits utiles. On peut facilement
concevoir que l’homme exploita d’abord des moyens manuels, d’où le terme « manufacturer » (de manus,
« main » et factus, « faire »), employé aujourd’hui pour désigner le fait de fabriquer des biens avec des
moyens mécaniques.
L’évolution dans ce domaine, tout comme dans les autres sphères de l’activité humaine, fut lente et hésitante.
Ce n’est qu’au cours du XVIIIe siècle, à l’ère de la révolution industrielle, que la mécanisation, puis
l’automatisation des procédés de fabrication, tels que nous les connaissons de nos jours, ont réellement
commencé à s’accélérer. Aujourd’hui, l’éventail des procédés de fabrication et des matériaux, qui continue
d’ailleurs à s’élargir, est tellement vaste que l’exploitation rationnelle des uns et des autres, de même que
celle de la force ouvrière, au sens noble du terme, nécessite une planification rigoureuse si l’on veut en
optimaliser le rendement. C’est au bureau des méthodes qu’incombe généralement cette responsabilité.
Les machines, avec lesquelles on fabrique les produits, coûtent de plus en plus cher, ainsi que la main-
d’œuvre qui les utilise. Les machines se compliquent grandement, elles possèdent plus d’axes, elles ont des
commandes numériques et sont souvent équipées d’appareillage automatique coûteux, tels les changeurs
d’outils, les évacuateurs de copeaux, etc. Il est donc important d’immobiliser ces systèmes de production et
cette main-d’œuvre le moins de temps possible. Pour ce faire, il faut faire subir à une pièce le nombre
minimal d’opérations de montage/démontage sur des machines différentes. Le bureau des méthodes va jouer
un rôle fondamental à cet égard.
Au bureau des méthodes, le travail s’effectue selon les principes et les règles de l’organisation scientifique
du travail (OST). Science industrielle de la production optimale, l’OST vise à économiser la santé des
travailleurs et à obtenir des productions de la meilleure qualité possible pour le coût le plus économique
possible. Cette science s’est constituée à partir :
• des principes et des méthodes de travail énoncés par les savants des XVIe et XVIIe siècles;
• des modèles de travail scientifique utilisés par les chercheurs des XVIIIe et XIXe siècles, qui conduisirent à
l’énoncé des principes et des règles particulières au domaine industriel;
• des connaissances industrielles que la mise en pratique méthodique de ces règles et principes par les
industriels depuis la fin du XIXe siècle a permis d’accumuler.

Les principaux personnages de l’histoire qui contribuèrent soit directement, soit indirectement, à l’édifica-
tion de cette science sont :
• Eli Whitney (1765-1825). Cet Américain, inventeur entre autres de la machine à égrener le coton, fut le
premier en 1798, semble-t-il, à reconnaître l’importance d’établir une méthode quelconque assurant un degré
raisonnable de précision et d’uniformité des pièces fabriquées en plusieurs exemplaires. Il posait ainsi les
bases de l’interchangeabilité des pièces mécaniques. Cela lui permit d’obtenir un contrat du gouvernement
américain pour fabriquer 10 000 fusils. Ce fut probablement la première grande série de pièces
interchangeables.
• Charles Renard (1847-1905). Cet officier et ingénieur militaire français imagina une série de nombres à
utiliser, de préférence à tous les autres, dans le but de rationaliser et de standardiser les équipements et les
outillages. C’est ce qu’on appelle les séries « Renard ».

• F. W. Taylor (1856-1915). Ce chercheur américain consacra 25 ans de sa vie à l’étude de la coupe des
métaux dont il dégagea un certain nombre de lois qui régissent la vitesse de coupe, la nature, la forme et les
conditions d’emploi des outils. Il découvrit les aciers rapides au tungstène. Il fit intervenir dans ses
XVI Introduction

expériences, comme source d’économie, un nouveau facteur : la vitesse d’exécution, et lutta contre les
multiples causes de gaspillage du temps. Il énonça le principe suivant qu’il appliqua dans ses travaux :
Diviser une difficulté globale en plusieurs difficultés élémentaires, puis étudier une
à une ces difficultés élémentaires.
De plus, il énonça cinq autres principes :
1. Pour chaque travail, étudier une technique rationnelle remplaçant les anciennes
méthodes empiriques.
2. Transmettre systématiquement cette technique à l’exécutant pour qu’il
l’applique intégralement.
3. Séparer la fonction préparation de celle d’exécution du contrat.
4. Spécialiser chacune de ces fonctions.
5. Répartir équitablement les bénéfices résultant de l’augmentation du rendement.

• F. Gilbreth (1868-1924). Les travaux de cet autre chercheur américain sont à la base de l’étude de la
simplification du travail. Avec la collaboration de son épouse, il se consacra à l’étude des mouvements des
travailleurs afin d’aboutir au meilleur rendement possible avec le minimum de fatigue. Ils énoncèrent les
trois principes suivants relatifs à la formation des apprentis :
1. Les mouvements sont les premiers éléments à considérer pour l’apprentissage
d’un métier manuel quelconque;
2. Dès le début, il faut enseigner avec méthode et exiger les mouvements corrects;
3. La qualité correcte est le résultat de mouvements corrects exécutés à la vitesse
standard.

• Henry Ford (1863-1947). Ce remarquable industriel américain, fondateur de la plus grande fabrique
d’automobiles du monde, la « Ford Motor Company », et inventeur de l’automobile qui porte son nom, fut le
premier à appliquer de façon intensive les principes et les règles de l’OST. Le plan d’organisation de ses
usines, célèbre dès le début sous le nom de « système Ford », s’est particulièrement distingué par :
1. la rationalisation poussée à l’extrême du travail (travail à la chaîne);
2. un aménagement des salaires destiné à accroître, autant que possible, le ren-
dement (association des ouvriers aux bénéfices, travail des malades et des
infirmes);
3. l’introduction de la semaine de cinq jours de huit heures chacun.

Cette courte présentation, outre son aspect historique, avait surtout comme objectif d’illustrer l’état d’esprit
dans lequel il convient de réaliser le travail en bureau des méthodes. Assurément, retenir des noms, savoir
qui a fait quoi ou se rappeler qui a énoncé tel principe ou telle règle a une certaine importance, mais ce sont
les principes, les règles et les méthodes de travail scientifique que les savants et industriels ont énoncés et
mis en pratique qui constituent la ligne directrice de l’organisation scientifique du travail à mettre en œuvre.
Organiser scientifiquement le travail, c’est identifier, inventorier, grouper, choi-
sir, ordonner, spécifier pour fabriquer et pour contrôler, dans un temps minimal,
à un coût minimal et à la qualité imposée.
Le passage à la fabrication industrielle a aussi été caractérisé par un effort de systématisation des expériences
manufacturières. C’est ce à quoi se sont employés certains chercheurs, dont I. Dwigoubski, professeur à
l’Université de Moscou, dans son livre Bases initiales de technologie publié en 1807.
Les découvertes de la révolution industrielle ont fait bondir la production depuis le milieu du XIXe siècle, tant
du point de vue du nombre de biens produits que de celui de leur diversité. Mais, si les avantages de ce
nouveau mode de production et du mode de consommation qui s’est ensuivi sont nombreux au regard du
confort et de la simplification de la vie quotidienne, on prend de plus en plus conscience d’un certain nombre
Introduction XVII

de leurs impacts latéraux, lesquels viennent jeter quelques ombres sur ce tableau à première vue idéal. En
effet, les précurseurs de l’OST, dont l’objectif était d’augmenter la productivité, la qualité des biens produits
et l’adaptabilité des moyens de production, sous-pondéraient les conséquences environnementales et sociales
du système qu’ils préconisaient.
Depuis les années 1960, le mouvement écologiste – suivi de la communauté scientifique – a mis en lumière
la détérioration de l’environnement planétaire due à notre mode de vie et à nos pratiques industrielles, qui
pourrait même compromettre l’avenir à long terme de la Terre et de la vie qu’elle héberge. Par ailleurs, les
grandes inégalités sociales entre les États du nord et ceux du sud, mais également les inégalités chroniques
qui se creusent à l’intérieur même des États développés, ne cessent d’être médiatisées et dénoncées. Les
consommateurs, de plus en plus sensibilisés aux répercussions de leurs habitudes d’achat sur l’environne-
ment et le développement des pays, désirent faire des choix responsables non seulement écologiquement,
mais également socialement.
La réglementation évolue, elle aussi, dans le sens d’un développement plus respectueux des environnements
humains et naturels. Par exemple, les grands émetteurs finaux de gaz à effet de serre (les industries qui en
produisent plus de 105 t/an), tels que les entreprises des secteurs de la fabrication, les centrales thermiques et
les industries minières, pétrolières et gazières, sont actuellement tenus de réduire leurs émissions polluantes,
mais ces exigences s’étendront petit à petit à l’ensemble des entreprises.
Il est alors impératif de faire du développement durable une part intégrante de l’organisation de la production
industrielle. Un développement peut être qualifié de durable s’il reconnaît l’interdépendance des différentes
sphères de l’activité humaine et s’il respecte les limites d’assimilation et de régénération de nos ressources
sociales et naturelles. Le développement durable tend vers un équilibre entre les moyens que l’on prend pour
subvenir aux besoins de tous et les impacts qu’ont ces façons de faire sur les plans environnemental, social et
économique.
Aussi, l’ingénieur se doit-il aujourd’hui de recommander des équipements et des procédés qui consomment
moins d’énergie et émettent moins de polluants dans l’atmosphère, dans les eaux et dans le sol, tout en tenant
compte des aspects sociaux et économiques.
Pour toutes les raisons évoquées ci-dessus, les entreprises doivent adapter leur production à ce courant ascen-
dant d’une nouvelle consommation. La fabrication ne saurait échapper à ces changements. En tenant compte
de l’état actuel du secteur manufacturier, on peut formuler une définition de la technologie de pointe (TP) :
La technologie de pointe fait appel à de nouveaux procédés de fabrication et à de
nouvelles machines, auxquels sont associées la technologie de l'information, la micro-
électronique et de nouvelles méthodes organisationnelles inhérentes à ces processus.
La TP constitue un atout pour les entreprises qui cherchent à atteindre des objectifs de performance
(productivité, qualité, coût) à l'échelle internationale dans les conditions de mondialisation des marchés.
Chapitre 1

Fabrication industrielle

1.1 INTRODUCTION
La compréhension de la fabrication industrielle et du travail du bureau des méthodes passe par la connais-
sance des facteurs fondamentaux qui influent sur la compétitivité des entreprises, des phases d’élaboration
d’un produit, du contenu du dossier produit ainsi que du rôle et des défis du bureau des méthodes. Dans ce
chapitre, nous examinerons chacun de ces aspects de la fabrication industrielle.

1.2 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES


En raison de la mondialisation des marchés, la compétitivité d’une entreprise est devenue un facteur déter-
minant de son succès ou de son échec.
Par compétitivité, on entend la capacité d’une entreprise de faire face aux autres entreprises, lors de la
production et de la vente d’un produit à un marché. Bien entendu, c’est la demande du marché qui déter-
minera directement le succès ou l’échec commercial d’un produit. En général, on attribue ce succès ou cet
échec à au moins six facteurs fondamentaux :
1. la qualité;
2. la productivité;
3. l’adaptabilité;
4. la responsabilité environnementale;
5. l’adéquation du produit;
6. la mise en marché.
Une entreprise compétitive maîtrise bien ces six facteurs fondamentaux. L’adéquation du produit, c’est la
capacité du cahier des charges de répondre à un besoin réel du marché. La mise en marché permet de faire
connaître le produit et contrôle jusqu’à un certain point la perception que le marché a du produit. Ces deux
facteurs ne sont habituellement pas sous la responsabilité directe des ingénieurs. En revanche, les quatre
premiers le sont et nous en ferons l’étude dans cette section.
La compétitivité d’une entreprise donnée se mesure en comparaison de celle des autres entreprises qui
travaillent dans le même domaine (fig. 1.1). L’acheteur, que ce soit le consommateur final ou le donneur
d’ordre, est roi. C’est lui qui détermine le produit ou le service qu’il veut acheter. Pour une gamme de prix
donnée, il exige :
• un niveau de qualité élevé,
• des délais de livraison courts,
• des produits plus ou moins personnalisés.
Pour assurer sa compétitivité, l’entreprise doit répondre adéquatement aux questions posées à la figure 1.2
lors de la conception d’un produit (une automobile dans l’exemple présenté).
La plupart des produits offerts sur le marché actuel font appel à des technologies ou à des matériaux qui
étaient encore inexistants il y a 30 ans (par exemple, les matériaux composites, les transmissions optiques, le
prototypage rapide).
2 Chapitre 1

Il y a deux voies possibles pour la conception d’un nouveau produit :


• on peut améliorer un produit existant afin de parvenir à satisfaire les besoins du marché. C’est la
modification d’un produit A de la figure 1.3a;
• on peut concevoir un nouveau produit qui surpasse la performance du produit A existant en considérant le
besoin global pour obtenir une réponse plus pertinente. C’est le produit B de la figure 1.3a.

Figure 1.1 Compétitivité de l’entreprise.

Figure 1.2 Questions et solutions lors de la conception d’un produit.


Fabrication industrielle 3

Croissance Saturation Modification


de produit A

Décroissance
Profits

A B
u it u it
od od
Pr Pr Temps

Maturité
Implantation
R&D R & D du produit B
du produit A (a)

Qualité
(assurer un niveau élevé)

Compétitivité
d’une
entreprise

Délais Coûts
(respecter, voire diminuer) (comprimer)
(b)

Figure 1.3 Conception d’un nouveau produit et compétitivité d’une entreprise : a) cycle de vie d’un pro-
duit; b) triangle qualité-délais-coûts.

1.2.1 Qualité
La défaillance d’un produit peut avoir des conséquences très graves. À ce titre, on peut mentionner les
catastrophes aériennes ou maritimes, les accidents dans les centrales électriques et nucléaires, dans les usines
chimiques, etc. La qualité d’un produit se mesure de différentes façons et sous différents aspects. Dans cet
ouvrage, nous définissons la qualité comme la conformité instantanée du produit réalisé avec les spécifi-
cations du cahier des charges pour un prix donné. Le succès potentiel du produit dépend donc très fortement
des spécifications du cahier des charges. Le succès effectif de ce même produit résultera non seulement de la
conformité du produit avec les spécifications, mais aussi d’une foule de facteurs tels que le contexte
économique, la perception des clients et les nouveaux produits de la concurrence. Par exemple, un sondage
mené par l’Association canadienne des automobilistes (Canadian Automobile Association, CAA) en 1991 a
révélé que les constructeurs automobiles pouvaient obtenir des taux d’insatisfaction très faibles pour leurs
meilleurs modèles et, en même temps, des taux d’insatisfaction élevés pour le service après-vente de leurs
concessionnaires et pour d’autres modèles (tabl. 1.1).
4 Chapitre 1

Tableau 1.1 Taux d’insatisfaction moyen selon un sondage national de la CAA en 1991

Constructeurs Taux d’insatisfaction


automobiles
Véhicules Service après-vente
(moyenne)
Ensemble des modèles Meilleurs modèles Pires modèles
(moyenne) (0 % pour tous) (moyenne)

Chrysler 5,2 % Fifth Avenue Eagle Medallion 12,9 %


Dodge 2000GTX 20,0 %
Dodge Spirit

Ford 6,3 % Festiva Camion 15,6 %


Probe F-100-350
11,0 %

GM 4,4 % Chevrolet Monte Carlo Buick Regal 13,7 %


Buick Skyhawk Camion
13,0 %

Honda 2,0 % Acura Legend Accord 5,4 %


Prelude 3,0 %

Toyota 2,7 % Cressida Camion 7,2 %


MR2 13,0 %
Previa

Volkswagen 2,9 % Fox Jetta 10,0 %


Passat 2,0 %
Golf

La qualité n’est donc pas reliée au degré de sophistication technique du produit ou à son seul prix, mais
plutôt à sa conformité absolue avec les spécifications du cahier des charges pour un prix donné. Il faut par
conséquent allier prix et qualité afin d’atteindre le meilleur rapport qualité-prix. Le manque de qualité coûte
cher, mais ce coût est difficile à évaluer. On peut tenir compte du coût des pièces rejetées ou retouchées dans
ce calcul. Toutefois, la perte de clientèle et de marché due à la non-qualité est plus difficile à estimer. Cette
perte est généralement très importante et extrêmement lourde de conséquences.
La qualité constitue un facteur fondamental difficile à maîtriser face à une inertie ambiante dans le monde
industriel et des affaires. Elle est affaire de culture et non de règle. Certaines compagnies traitent encore la
qualité comme un mal nécessaire. L’importance accordée aux critères de qualité dans les catalogues de
produits n’est pas toujours proportionnelle aux applications réelles qui se retrouvent sur les sites de
production.
Selon le triangle qualité-délais-coûts (fig. 1.3b), il faut :
• respecter la qualité des produits et les coûts de fabrication :
– par l’implantation de nouvelles technologies,
– par l’utilisation accrue du matériel informatique (par exemple, les microprocesseurs);
Fabrication industrielle 5

• respecter les délais dans tous les services, de la conception au service après-vente. À cet égard, l’approche
traditionnelle par constitution de stocks de produits est insuffisante. Il convient de mettre en place des
méthodes d’organisation moderne (par exemple, Kanban–juste à temps).

1.2.2 Productivité
La productivité est certainement le facteur fondamental dont on entend le plus parler à tous les échelons de
l’activité publique : industrie, politique, enseignement, médias d’information, etc. Pourtant, on n’emploie ce
terme couramment que depuis les années 1950. Il fait partie du vocabulaire tant des économistes que des
ingénieurs. La productivité est un concept scientifique sans nationalité et sans couleur politique. Une
entreprise annonce qu’elle se modernise pour accroître sa productivité, une autre licencie des employés pour
la même raison. Les politiciens et les représentants de l’industrie nous rappellent régulièrement que la survie
des entreprises est liée aux gains de productivité.
Toutefois, une baisse des prix attribuable à un gain de productivité ne constitue qu’un des éléments de la
compétitivité, la qualité des produits en étant un autre (fig. 1.4). En effet, on constate que dans bien des
domaines, les produits asiatiques sont généralement moins chers et les produits allemands, plus chers.
Cependant, certains consommateurs (particuliers et entreprises) préfèrent les produits allemands en raison
des spécifications élevées du cahier des charges, malgré leurs prix élevés.

Figure 1.4 Comparaison de la qualité et de la productivité de différentes zones économiques mondiales.

1.2.3 Adaptabilité
Dans les dernières décennies, les décisions d’affaires des industries manufacturières ont visé les économies
d’échelle au détriment de l’adaptabilité. La conjonction de ce processus et des contraintes de la compétitivité
internationale a entraîné un renforcement de la spécialisation des tâches. En période de forte croissance de la
demande, le système de production tel qu’il a évolué était efficace. L’espérance de vie de plus en plus courte
des produits modernes oblige toutefois à une constante et rapide évolution des moyens de production.
Aujourd’hui, on cherche à élever le niveau de productivité des installations, à abaisser les coûts et à accroître
la souplesse des lignes de production existantes. Or, cette souplesse ne peut ni s’improviser ni se subir, mais
doit au contraire être l’objet de spécifications précises. L’entreprise doit devenir moins vulnérable aux
changements conjoncturels et structurels. L’achat de nouvelles formes d’équipements automatisés risque
6 Chapitre 1

cependant d’épuiser une grande partie des ressources d’une entreprise dans le développement si le
renouvellement des produits se fait à un rythme trop rapide. On aborde ici le problème des variantes d’un
même produit par la modularisation de ce dernier. L’adaptabilité comprend donc :
• la capacité de concevoir des produits modulaires en plusieurs variantes;
• la capacité de produire à un instant donné plusieurs variantes d’un produit donné (en général par des
combinaisons de modules de base);
• la possibilité d’adapter en permanence la capacité de production aux fluctuations du marché, la capacité
de faire évoluer dans le temps les moyens de production (fig. 1.5). Alors qu’un système de production
spécialisé a une durée de vie équivalente à celle du produit pour lequel il a été bâti, un système flexible
peut s’adapter à la production de 1 à n produits.
Bénéfices

Figure 1.5 Comparaison entre les cycles de vie de n produits et le type de système de production.

On peut remarquer que cette adaptabilité, que l’on exige de plus en plus au regard des moyens de production,
est tributaire de la conception du produit, d’où la nécessité absolue d’une « intégration » de la conception et
de la production. Il est évident que cette adaptabilité implique des modifications fondamentales des
structures internes des entreprises et remet en cause, en particulier, les structures pyramidales. Une entreprise
moderne, pour survivre, doit optimiser toutes les ressources humaines et motiver tous ses acteurs.
Un produit, ou un système de production, répond à un certain nombre de fonctions de base. Il est toujours
intéressant, lors de la conception, d’essayer de faire coïncider modules et fonctions. Il est évident qu’il faut
bien faire apparaître les fonctions principales (sous forme d’un schéma-bloc par exemple), ce qui n’est pas
toujours facile. Si l’on prend l’exemple d’une souris d’ordinateur (fig. 1.6), on peut faire apparaître
quatre fonctions de base et réaliser ces fonctions au moyen de quatre modules correspondants. Ainsi, le
choix d’une nouvelle technologie permet de ne modifier qu’un module sans tout remettre en cause.
On peut ainsi, dès la conception, prévoir les modules sensibles aux technologies à évolution rapide (maté-
riaux, électronique, style, etc.) et ainsi éviter de remettre en question l’ensemble de l’étude à chaque chan-
gement. Cette approche se pratique couramment dans l’industrie automobile.
Chapitre 2

Modèle qualité

2.1 INTRODUCTION
La production industrielle de produits et de services nécessite une structure organisationnelle efficace et une
conformité aux normes généralement reconnues.
En 1987, le comité technique 176 de l’Organisation internationale de normalisation, qui porte en anglais le
nom de International Standards Organisation (ISO), a publié la première version de la série 9000 des normes
ISO sur la qualité. Conçues originalement pour harmoniser l’immense éventail de normes nationales et
internationales concernant les modèles qualité, ces normes donnent les orientations pour la sélection, la mise
en place et le maintien d’un système qualité. Le comité regroupait au départ les organismes nationaux de
normalisation de cinq pays, soit :
• l’Association française de normalisation (AFNOR), France;
• l’American National Standards Institute (ANSI), États-Unis;
• le British Standards Institute (BSI), Angleterre;
• le Nederlands Normalisatie Institute (NNI), Pays-Bas;
• l’Association canadienne de normalisation (Canadian Standards Association, CSA), Canada.

Depuis, plus d’une centaine de pays, notamment les cinq membres du comité 176 ainsi que le Japon,
l’Allemagne, la Suède, etc., ont fait des normes ISO 9000 leurs normes nationales. Ces normes sont de plus
en plus présentes sur le marché mondial pour garantir la qualité des biens et des services dans les relations
fournisseurs-clients. On estime qu’à la fin de décembre 2005, au moins 776 608 certificats ISO 9001:2000
avaient été délivrés dans 161 pays et économies.
Dans ce chapitre, nous définirons en premier lieu le concept de qualité totale, ou système qualité. Nous
verrons ensuite les niveaux de modèles qualité et les techniques qui y sont associées. De là, nous exami-
nerons la raison d’être et la structure des normes de la série ISO 9000. Nous présenterons en détail un plan
d’implantation de ces normes, notamment en regard du manuel qualité, des procédures organisationnelles,
des instructions de travail et de l’échéancier. Enfin, nous décrirons le processus de certification.

2.2 CONCEPT DE QUALITÉ TOTALE


L’organisation mise en place pour obtenir la qualité totale est parfois appelée système qualité. Tous les
secteurs de l’entreprise coopèrent dans le concept de qualité totale (fig. 2.1).
• La conception doit développer/concevoir l’assurance qualité (fiabilité, maintenabilité, disponibilité, coûts)
et la planification (contrôle qualité, production).
• Avant la production, on sélectionne le personnel (choix, formation, motivation).
• En production, on réalise le contrôle des achats et des matériaux, le contrôle du processus, l’inspection
finale et le contrôle de la logistique (emballage, stockage, manutention et transport).
• Après la production, il convient de surveiller la banque de données (concurrence, client, maintenance),
l’analyse des coûts qualité, les actions correctives et le contrôle d’après-vente (compétence des vendeurs,
accueil).
• Pendant la proposition et la préparation, il est nécessaire de planifier la politique qualité, l’organisation du
travail, la législation et la sécurité du travail.
32 Chapitre 2

Figure 2.1 Concept de qualité totale.

W. E. Deming, économiste et scientifique américain, a introduit la notion de qualité au Japon dans les années
1950. Aujourd’hui, il y fait figure de prophète. Il existe même au Japon un prix Deming récompensant le
produit qui montre la meilleure qualité. Dans le but d’aider les responsables du management à améliorer la
qualité des produits, Deming a énoncé 14 préceptes.
1. Toujours chercher à améliorer le produit ou le service et investir dans le futur. Être toujours compétitif.
2. Adopter la philosophie du temps présent : pas de défaut, pas de délai, pas d’erreur, un personnel compé-
tent et accueillant.
3. Ne plus dépendre du contrôle de masse et préférer le contrôle du processus.
4. Améliorer la qualité des matériaux, des composants et des équipements achetés.
5. Rechercher continuellement les défauts (gaspillage) et les insuffisances du système mis en place
(conception, achats, qualification) et toujours chercher à l’améliorer.
6. Introduire et utiliser des méthodes modernes de travail.
7. Introduire et utiliser des méthodes modernes de supervision ou d’encadrement.
8. Éliminer la crainte et la peur : peur du changement, peur de s’informer, de justifier de mauvais résultats.
9. Abattre les barrières et les cloisons entre les services de l’entreprise.
10. Éliminer l’usage des objectifs chiffrés, se débarrasser des slogans : des procédures, des investissements
et de meilleurs outils sont plus efficaces que les affiches prônant le zéro défaut.
11. Éliminer les standards de travail des quotas numériques.
12. Susciter et créer une satisfaction ou une fierté dans le travail.
13. Mettre en œuvre des programmes d’éducation et de qualification.
14. Créer une organisation appropriée à une politique visant la qualité.
Des documents soutiennent les actions opérationnelles de gestion de la qualité (fig. 2.2).

Figure 2.2 Documents attribués aux actions opérationnelles de la gestion de la qualité.


Modèle qualité 33

2.3 MODÈLE QUALITÉ ET TECHNIQUES ASSOCIÉES


On distingue essentiellement quatre niveaux de modèles qualité (fig. 2.3).

Niveau 3 Qualité totale


ISO 9001:2000

Niveau 2 Assurance qualité


ISO 9000:1994

Niveau 1 Contrôle
de la qualité
Aucun modèle
Niveau 0 qualité

Figure 2.3 Différents niveaux de modèles qualité.

Niveau 0 : Aucun modèle qualité. Les entreprises ayant un modèle qualité de niveau 0 ne possèdent, en fait,
aucun modèle qualité. Autrement dit, elles ne procèdent à aucun contrôle de la qualité sur les produits
distribués, et encore moins sur les moyens de production de ces mêmes produits.
Niveau 1 : Contrôle de la qualité. Les entreprises ayant un modèle qualité de niveau 1 possèdent un système
permettant le contrôle de la qualité des produits finis, mais pas le contrôle de la qualité des moyens de
production de ces produits.
Niveau 2 : Assurance qualité. Les entreprises ayant un modèle qualité de niveau 2 possèdent un système de
contrôle de la qualité des produits finis et des moyens de production. La norme ISO 9000:1994 correspondait
à ce niveau de modèle qualité.
Niveau 3 : Qualité totale. Les entreprises ayant un modèle qualité de niveau 3 mobilisent la totalité de leurs
activités dans un processus continu d’amélioration afin d’obtenir une meilleure satisfaction du client au
moindre coût. L’édition d’ISO 9001:2000 ne comporte plus le terme « assurance de la qualité ». Cela illustre
le fait que les exigences relatives au système de management de la qualité spécifiées dans cette nouvelle
édition concernent encore l’assurance de la qualité du produit, mais visent également à accroître la
satisfaction des clients.
La qualité du produit dépend de nombreuses composantes. Si l’une d’elles ne donne pas satisfaction, il y a
automatiquement non-qualité avec toutes les conséquences qui peuvent s’ensuivre : réclamation, annulation
de commande, perte de clientèle, atteinte à l’image de marque de l’entreprise, etc. La figure 2.4 présente les
principales composantes de la qualité.
Bien souvent, le modèle qualité va de pair avec des techniques telles que l’amélioration continue, la réingé-
nierie des processus, le Kaisen, le juste-à-temps, le Kanban, le SMED (Single minute exchange of die), le
déploiement de la fonction qualité (QFD, Quality function deployment) et la maintenance préventive totale.
34 Chapitre 2

Jugées avant l’achat


Caractéristiques
de fonctionnalité Performances

Présentation Accueil
esthétique

Les composantes
Délais
de la qualité Service après-vente
Jugées après l’achat

Fiabilité Achat
Maintenabilité
Coût global
de possession Utilisation
Disponibilité
Maintenance
Durabilité
Sécurité d’emploi

Figure 2.4 Principales composantes de la qualité (adapté de Fanchon, 1994).

L’approche Kaïzen peut s’appliquer aux opérations quotidiennes comme la mise en œuvre de projets à plus
long terme, par exemple l’élaboration d’un nouveau produit ou la modification d’un processus de fabrica-
tion. « Kaïzen » ou « Kaisen » vient d’un mot japonais qui signifie « amélioration progressive et continue ».
Cette notion englobe diverses techniques de qualité (fig. 2.5).

KAÏZEN
Amélioration progressive

Organisation Qualité
- Système de propositions - QFD (déploiement de la fonction
- Discipline au poste de travail qualité)
- Maintenance préventive totale - PPM (parts per million = zéro
- Kanban (juste-à-temps) des erreurs)
- Collaboration entre la direction - Cercles de qualité
et le personnel

Produit nouveau Productivité


- Robotisation
- Automatisation et mécanisation
- Fabrication avancée

Figure 2.5 Composantes de l’approche Kaïzen.


Modèle qualité 35

Parmi ces techniques, le QFD est une méthode permettant de traduire les demandes du consommateur en
spécifications techniques de l’entreprise pendant les phases de la vie d’un produit : R-D, conception, indus-
trialisation, commercialisation et distribution. Le QFD utilise l’outil graphique, dit la maison de qualité,
représenté à la figure 2.6.

Étalonnage selon
la voix du client
6 : Conflits aéronautique Analyse
à résoudre
2 : Demande
du client
Mesure de
Im
po

performance
rta

7 : Caractéristiques
nc

techniques
e aé
ro

La voix
na
ut

du client
iq
ue

aéronautique

Éliminer l’ébavurage,
l’opération sans
valeur ajoutée 3 : Matrice relationnelle -
4 : Perception de 5:
Assurer une qualité vérification de fidélité
la concurrence Pondération
requise des caractéristiques
par le client
Ne pas dépasser le techniques
coût préétabli 1 : Qualité
demandée

Poids par importance 8 : Pondération


% par importance performance
Cheminement de l’outil
9A : Performance
Procédé multifonctionnel nouvelle
Modification de gamme
Compagnie X
9B : Performance
Compagnie Y en compétition
Compagnie Z

10 : Résultats
finaux

Figure 2.6 L’outil graphique du QFD : maison de la qualité.


36 Chapitre 2

Le Kanban vise la diminution des frais de stockage (fig. 2.7). Il permet également de réduire de façon
notable les frais de réglage des machines-outils (fig. 2.7b).
Frais en unités du temps, C

Frais en unités du temps, C

Figure 2.7 Modes d’organisation des travaux : a) organisation périmée; b) Kanban (juste-à-temps). [1 et
3 = frais de stockage des pièces; 2 = frais de réalisation du contrat et de réglage des machines-
outils; 4 = frais d’organisation des demandes pour la livraison de sous-assemblages et matériaux;
5 = frais constants pour la préparation des travaux et gestion; Σ = frais sommaires; Cmin =
valeur minimale des frais sommaires; mopt = taille optimale du lot assurant une Cmin.]

L’application du Kanban, entre autres techniques, permet parfois une amélioration simultanée de la produc-
tivité et de la qualité. Dans la plupart des cas, il existe effectivement un lien entre ces éléments : l’augmenta-
tion de la productivité entraîne une augmentation de la qualité, car celle-ci est essentielle à une automatisa-
tion efficace de l’assemblage des produits. L’augmentation de productivité est liée non seulement à une
accélération de la cadence de travail, mais également à une réduction du temps de préparation. Par exemple,
dans une entreprise de fabrication automobile, le temps de réglage de la presse hydraulique pour l’estampage
des capots et des ailes d’une automobile (fig. 2.8) était auparavant d’une heure, temps requis pour le démon-
tage et le montage du poinçon et de la matrice avec les éléments de fixation et de vissage. Après l’améliora-
tion du processus de réglage – la modification de la conception d’outillage par les glissières en queue
d’aronde autorisant maintenant les mouvements simultanés en sens opposé du poinçon et de la matrice lors
du changement grâce à deux régleurs –, le temps du changement d’outillage est passé à douze minutes et la
précision d’estampage a été améliorée.

Extrait de la publication
Chapitre 3

Gabarit

3.1 INTRODUCTION
La production de pièces mécaniques nécessite un dessin de définition. Ce dessin doit définir de façon non
équivoque la forme finale de la pièce, et ce, sans indiquer explicitement le ou les procédés de fabrication. Il
doit refléter les critères de la conception et par conséquent contenir toute l’information technique nécessaire
à la fabrication.
Les dessins de définition exécutés selon les normes traditionnelles de cotation dimensionnelle (encore en
usage aujourd’hui) portent à confusion. Cette lacune est apparue durant la Seconde Guerre mondiale lorsque
plusieurs entreprises œuvraient à la fabrication de pièces et de sous-systèmes militaires. Lors de l’assem-
blage de ces pièces et sous-systèmes, on constatait souvent la présence d’interférences. Il fallait alors
retravailler les pièces ou tout simplement les mettre au rebut. Les différentes entreprises se sont longtemps
disputées devant les tribunaux afin de déterminer un responsable. On a conclu que la cotation dimen-
sionnelle utilisée dans les dessins de définition des pièces et sous-systèmes était à l’origine de ces erreurs,
qu’une importante révision du langage du dessin technique utilisé sur les plans et devis s’imposait et qu’une
norme de tolérancement des formes géométriques était nécessaire.
Cela fait ressortir l’importance de contrôler la pièce durant sa fabrication. On peut le faire à l’aide
d’instruments de mesure à l’atelier ou en métrologie, ou encore au moyen d’un gabarit qui représente l’état
limite d’assemblage. Le contrôleur vérifie par ce gabarit que la pièce s’assemblera même si elle est à sa pire
condition d’assemblage, c’est-à-dire où les éléments dimensionnels sont à leur état au maximum de matière
avec les erreurs de forme maximales permises et les erreurs de positionnement maximales. Le résultat du
contrôle considéré est utile pour ajuster le procédé de fabrication ainsi que pour établir la raison du rejet et
les façons d’y remédier. Le gabarit représente généralement l’environnement immédiat de la pièce, cet
environnement étant à son état virtuel.
Dans ce chapitre, nous étudierons la norme de tolérancement géométrique CAN/CSA B 78.2-M91,
notamment les systèmes de référence et les états virtuels et résultants. Nous examinerons ensuite, à l’aide de
quelques exemples, la conception des gabarits et les calculs nécessaires pour les réaliser.

3.2 NORME DE TOLÉRANCEMENT GÉOMÉTRIQUE


Plusieurs comités de normalisation, dont le CSA travaillent, depuis les années d’après-guerre, à éta-
blir un langage technique uniforme et sans équivoque. Le CSA (dont l’acronyme français était alors
ACNOR), a publié en 1991 sa plus récente version de la norme sur le tolérancement géométrique
CAN/CSA B 78.2-M91, en concordance avec les normes ISO (Organisation internationale de norma-
lisation), dont ISO 1101 « Technical Drawings, Geometrical Tolerancing » et ISO 5458 « Positional
Tolerancing ». La norme ASME (American Society of Mechanical Engineers) Y14.5M-1994 (R-2004)
remplace la norme ANSI (American National Standards Institute) Y14.5M-1982 (R-1988). La norme
Y14.41-2003 est un élargissement de la norme Y14.5M-1994 à la modélisation 3D. Elle établit les besoins
et les documents de référence applicables à la préparation et à la révision des données de définition du
modèle et du dessin numérique du produit. À quelques différences mineures près, la norme ASME est aussi
en concordance avec les normes ISO.
Au début des années 1960, l’introduction du tolérancement géométrique dans l’industrie a été un échec
parce qu’il n’était pas assez bien défini. Redéfini depuis, il a fait l’objet depuis 1975 d’investissements
importants de la part de l’industrie aérospatiale et aéronautique. Au Canada comme dans la plupart des pays
58 Chapitre 3

industrialisés, on exige maintenant que les dessins de définition soient exécutés selon les normes de
dimensionnement et de tolérancement géométrique. De plus, une note au dessin de définition doit identifier
la norme d’interprétation, par exemple : « Interprété selon CAN/ACNOR B78.2-1991. » Dans la présente
section, nous tenterons de répondre à la question : « Pourquoi avons-nous besoin d’une norme de tolé-
rancement géométrique? » à travers un exemple de dessin de définition qui porte à confusion.

3.2.1 Lacunes du tolérancement dimensionnel


La figure 3.1 présente le dessin de définition d’une pièce fort simple, cotée selon la méthode traditionnelle
du tolérancement dimensionnel, c’est-à-dire sans aucune tolérance géométrique. Les deux trous de diamètre
8 mm doivent être percés puis vérifiés lors d’un contrôle de qualité. Le machiniste, après avoir étudié le
dessin de définition de la pièce, décide de faire un simple montage constitué de deux barres perpendiculaires
qu’il fixe à la table de la perceuse (fig. 3.2). Ensuite, il dépose la face A de la pièce sur la table de la
perceuse. Puis, considérant qu’il est plus difficile d’obtenir une tolérance serrée sur une cote de 100 mm
plutôt que de 75 mm, il appuie correctement la face C sur la barre de gauche, puis il glisse la pièce de façon
à compléter son positionnement sur la face B.

Figure 3.1 Exemple de dessin de définition d’une pièce à percer [A, B et C = faces de référence.]

Figure 3.2 Positionnement de la pièce par rapport aux barres fixées à la table de la perceuse selon le
machiniste. [B et C = faces de référence.]
Gabarit 59

Lors du repérage de la pièce dans le montage de perçage, le machiniste remarque que la face B ne touche
qu’en un seul point à la barre horizontale et qu’il y a un vide à angle entre la face B et la barre. Il conclut
que cette déviation est normale compte tenu des tolérances de fabrication des faces extérieures, soit ±0,1 à
0,2 mm. Une fois toutes les pièces réalisées, celles-ci sont ensuite acheminées au service du contrôle de la
qualité. L’inspecteur étudie alors le dessin de définition et, pour les mêmes raisons que le machiniste, décide
de faire un montage similaire à celui du machiniste pour vérifier la position des deux trous de diamètre 8
mm sur le marbre d’une machine à mesurer. Considérant la longueur des surfaces B et C, il décide pour des
raisons de stabilité d’appuyer la face B correctement sur la barre horizontale avant de glisser la pièce vers la
gauche, afin de compléter son positionnement par un contact sur la face C (fig. 3.3).

Figure 3.3 Positionnement de la pièce par rapport aux barres fixées à la table de la perceuse selon
l’inspecteur. [B et C = faces de référence.]

L’inspecteur remarque qu’il y a un espace angulaire entre la face C et la barre verticale. Étant donné les
tolérances de fabrication des faces extérieures (±0,1 à 0,2 mm), cette déviation est acceptable. Ensuite, il
vérifie la position des deux trous et trouve que les deux trous sont en dehors des limites permises de
±0,1 mm. L’inspecteur vérifie son montage et ses mesures pour s’assurer de sa conclusion. Il va voir le
machiniste pour lui dire que les pièces qu’il a percées ne sont pas bonnes, mais ce dernier est convaincu
qu’il a fait les trous aux bons endroits. En fait, ni l’un ni l’autre n’a tort. C’est l’information fournie par le
dessin de définition qui est insuffisante. La faute revient au concepteur, qui n’a pas utilisé de tolérancement
géométrique pour positionner les trous.
Cet exemple illustre bien une situation confuse. Le machiniste et l’inspecteur ont bien accompli leur tâche et
ils se sont conformés aux exigences du dessin. Le problème se situe dans la localisation isostatique de la
pièce lors de l’inspection et du perçage. Le machiniste et l’inspecteur se sont servis de deux systèmes
différents de repérage. Le machiniste a repéré la face C avec deux points de contact et il a ensuite repéré la
face B avec un point de contact. L’inspecteur a procédé de la même façon que le machiniste, sauf qu’il a
inversé la séquence de repérage des faces B et C. Il est clair que la cotation dimensionnelle (même
tolérancée) utilisée dans le dessin de définition n’est pas suffisante pour définir de façon unique la pièce à
produire et à inspecter. Si le concepteur avait utilisé le tolérancement géométrique dans le dessin de
définition de la pièce, la séquence de mise en position aurait été explicite. Cependant, il ne faut pas pour
autant tout tolérancer géométriquement. Toute pièce ou tout élément géométrique est censé avoir la forme
géométrique représentée par le dessin de définition. À moins que ce ne soit spécifié autrement :
• une ligne qui apparaît droite implique la rectitude;
• une ligne qui apparaît circulaire implique la circularité;

Extrait de la publication
60 Chapitre 3

• une ligne qui apparaît parallèle implique le parallélisme;


• une ligne qui apparaît perpendiculaire implique la perpendicularité;
• une ligne d’axe implique la symétrie;
• une ligne qui apparaît commune à deux ou à plusieurs éléments implique la symétrie ou la concentricité.

Les tolérances géométriques ne doivent être prescrites que si elles sont indispensables pour assurer
l’aptitude à l’emploi de la pièce; autrement, on augmente indûment les coûts de fabrication et de contrôle.
Examinons maintenant les classes et les symboles utilisés en tolérancement géométrique.

3.2.2 Classes et symboles


L’élaboration du tolérancement géométrique a nécessité la création de classes de tolérances géométriques et
de symboles appropriés, la définition d’un certain nombre de concepts ainsi que l’établissement de règles
d’interprétation et de notation pour les dessins de définition. On distingue quatre classes de tolérances
géométriques (tabl. 3.1). La première classe regroupe les tolérances de forme qui ont pour but de contrôler
les caractéristiques propres d’un élément géométrique isolé, telles que la planéité d’une surface ou la
rectitude d’une arête. Dans ce cas, les éléments sont dits isolés, car ils ne sont pas associés à un autre
élément. Les tolérances de profil, que l’on retrouve dans cette classe, sont une exception, puisque les
éléments auxquels elles s’adressent peuvent être isolés ou associés.

Tableau 3.1 Classes et symboles de tolérancement géométrique

Classe Isolée/associée Symbole Description

Forme Isolée Planéité (flatness)


Rectitude (straightness)
Circularité (circularity)

Cylindricité (cylindricity)

Isolée ou associée Profil de ligne (profile of a line)


Profil de surface (profile of a surface)

Orientation Associée Parallélisme (parallelism)

Perpendicularité (perpendicularity)
Inclinaison (angularity)

Localisation Associée Localisation (position)

Concentricité (concentricity)

Symétrie (symmetry)

Battement Associée
Battement simple (runout)

Battement total (total runout)

Extrait de la publication
Gabarit 61

La deuxième classe comprend les tolérances d’orientation qui ont pour but de contrôler l’orientation d’un
élément par rapport à un autre, telle que la perpendicularité d’une surface par rapport à un axe. Cette classe
de tolérance est dite associée, car elle associe une caractéristique géométrique d’un élément à un autre
élément utilisé comme référence.
La troisième classe inclut les tolérances de localisation. Elles définissent la position d’un élément par
rapport à un autre élément, par exemple la position d’un trou par rapport à des surfaces. Ce sont des
tolérances associées, car la position d’un élément est définie par rapport à d’autres éléments.
Enfin, la dernière classe regroupe les tolérances de battement. Ces tolérances contrôlent le battement d’une
surface par rapport à un autre élément et sont donc associées.

3.2.3 Système de références


Afin d’éviter toute ambiguïté, il est nécessaire de spécifier un système de références particulier lors du
tolérancement géométrique d’un élément d’une pièce. En général, on distingue les références simulées,
partielles et spécifiées (primaires, secondaires et tertiaires).

Références simulées. Une référence simulée peut être un point, une ligne ou un plan « parfait » résultant du
contact entre un élément de référence (partie de la pièce à mesurer) et un élément de référence simulée
(marbre ou autre élément beaucoup plus parfait que la pièce à mesurer). Les références simulées
n’apparaissent donc pas sur le dessin de définition de la pièce, mais sont plutôt des éléments géométriques
parfaits qui apparaissent autour d’une pièce réelle lorsque celle-ci est mise en contact avec d’autres objets.

Références partielles. Une référence partielle est une zone ou plusieurs zones restreintes de la surface
d’une pièce brute utilisées pour positionner une ou des surfaces fonctionnelles de la pièce finie (fig. 3.4).
Comme les différents procédés de mise en forme, tels que le moulage, le forgeage, le soudage ou le travail à
la presse, n’offrent pas la précision nécessaire pour permettre l’utilisation directe des surfaces de la pièce
brute comme références spécifiées, il est souvent nécessaire de s’appuyer en premier sur des zones
restreintes de la pièce brute afin de définir de façon unique la position d’une ou de plusieurs surfaces
fonctionnelles.
Ensuite, il est possible de s’appuyer sur ces premières surfaces fonctionnelles pour définir les autres surfaces
de la pièce. Ces zones restreintes de la surface brute doivent être disposées de façon à obtenir un posi-
tionnement adéquat de la pièce brute durant l’usinage et l’inspection. À noter qu’il n’est pas toujours
nécessaire d’utiliser des références partielles sur une pièce brute. Celles-ci sont nécessaires uniquement
lorsque les dimensions du brut peuvent différer de façon significative de sa forme idéale.

Figure 3.4 Système de références partielles.

Extrait de la publication
62 Chapitre 3

Il faut indiquer les références partielles sur les dessins de définition (fig. 3.5) :
• par une croix lorsque la référence partielle est ponctuelle;
• par deux croix reliées par un trait fin lorsque la référence partielle est linéaire;
• par une, deux ou trois zones hachurées circulaires ou carrées lorsque la référence partielle est une surface.

(a) (b) (c) (d)

Figure 3.5 Références partielles : a) ponctuelles; b) linéaires; c) et d) surfaciques.

On définit chaque référence partielle par un symbole circulaire divisé en deux par une ligne horizontale.
Dans la partie inférieure, on inscrit la lettre désignant la référence partielle (primaire, secondaire ou tertiaire)
et le numéro de la zone. La partie supérieure sert à inscrire des données complémentaires, telles que la
dimension de la zone (à gauche), information qui peut être inscrite à l’extérieur si l’espace est insuffisant
(fig. 3.6, à droite).

Figure 3.6 Exemple de références partielles.

La position des zones, lignes ou points constituant les références partielles doit être déterminée par des
dimensions théoriquement exactes (cotes théoriques encadrées). La dimension de position indique
habituellement le centre de la zone (fig. 3.7). Pour des raisons de stabilité, les trois zones de références
partielles primaires devraient être situées sur la plus grande surface de la pièce ou sur plusieurs surfaces
parallèles et le plus espacées possible. Les deux zones de références partielles secondaires devraient
également se trouver sur une grande surface et être le plus espacées possible. De plus, les références
partielles devraient être situées sur des surfaces qui peuvent accepter des points de serrage sur les surfaces
opposées sans se déformer. Les références partielles doivent aussi être choisies en fonction d’un outillage de
repérage simple. On suggère de concevoir les pièces moulées selon un système de références partielles telles
que celles-ci interceptent le centre de la pièce. Ce système devrait réduire le plus possible l’accumulation
d’erreurs.

Références spécifiées. Une référence spécifiée est soit un élément géométrique (un point, une ligne ou une
surface) ou un élément dimensionnel (axe d’un trou, plan de symétrie d’une rainure, etc.) de la pièce finie
qui est spécifié comme élément de référence primaire, secondaire ou tertiaire dans une tolérance
géométrique d’un élément de la pièce finie. Les références spécifiées doivent être clairement identifiées sur
le dessin de définition de la pièce. Seules les références spécifiées associées à un élément dimensionnel
peuvent comporter un modificateur à l’état au maximum ou au minimum de matière.
Chapitre 4

Procédés d’obtention d’une pièce brute

4.1 INTRODUCTION
Une pièce brute est un produit initial, réalisé lors d’une production primaire, qui a une forme géométrique
ainsi que des propriétés physico-mécaniques et dont la modification de ses surfaces par usinage génère petit
à petit une pièce finie. Selon la nature des changements de forme géométrique et de propriétés physico-
mécaniques des surfaces, on peut classifier les procédés d’obtention des pièces brutes comme suit :
• formage à chaud ou à froid avec une déformation plastique (laminage, forgeage, estampage, extrusion);
• formation de la pièce brute par remplissage de métal fondu d’un évidement appelé empreinte, dans un
moule non permanent ou permanent (moulage);
• création de la pièce mécano-soudée (estampage-soudage);
• métallurgie des poudres.
Les alliages élaborés lors de la production primaire peuvent être coulés en lingots ou moulés. Les organes
métalliques entrant dans la fabrication des produits ou dans la construction des machines ou des appareils
utilisés industriellement proviennent de sources différentes : forges, fonderies et ateliers d’usinage. La
fabrication des pièces de formes complexes se fait généralement par moulage, c’est-à-dire en coulant le
métal liquide dans des moules en sable ou en métal. Ce procédé est économique dans le cadre d’un type de
fabrication. Par exemple, le moulage par centrifugation des pièces tubulaires devient meilleur marché à partir
d’un nombre de pièces coulées égal à environ 1 000 pièces par rapport aux procédés concurrentiels tels que
le moulage en sable ou en coquille.
Les alliages coulés en lingots doivent subir des transformations de forme afin d’être utilisables dans les
nombreux domaines auxquels ils sont destinés. On en fera des pièces ébauchées ou encore des produits semi-
finis tels que des barres, des tôles et des profilés. Toutes ces transformations exigent un outillage important
qui est en général présent dans les sites des industries de première transformation. Les moyens mis en œuvre
pour les réaliser varient grandement. Nous ne verrons que les principaux dans cet ouvrage, notamment le
laminage, le forgeage libre, l’estampage à chaud, le roulage et le fluotournage, le formage à haute énergie et
diverses techniques de montage.

4.2 CHOIX DU PROCÉDÉ D’OBTENTION D’UNE PIÈCE BRUTE


Le choix du procédé d’obtention d’une pièce brute dépend de la conception de la pièce finie, de son
fonctionnement dans l’assemblage, du matériau, de l’encombrement et du type de fabrication. Par exemple,
on peut utiliser une barre laminée pour une pièce de révolution en acier avec différence de diamètres
maximal et minimal des portées inférieure à 20 mm dans n’importe quel type de fabrication. Dans ce cas, on
obtient la pièce brute par découpage en longueur de la barre laminée.
Avec l’utilisation de grandes vitesses de coupe (Vc = 600 à 1 000 m/min pour l’acier), on peut effectuer
l’usinage en pleine matière (le brut est une barre forgée ou laminée). Mais malgré la diminution considérable
du temps pièce dans ce cas-là, il convient de prendre en compte le coût d’usinage sur la machine-outil (MO)
à grande vitesse de coupe, qui est plus élevé que pour une MO traditionnelle. Par exemple, étant donné qu’on
vise la minimisation du coût de réalisation d’une surface dans l’acier au nickel-chrome-molybdène
35NCD16, y compris le coût d’usinage, le coût d’outil et le coût de reprise manuelle, on arrive à réduire le
coût de trois à cinq fois (CETIM, 1996) par rapport aux méthodes de production traditionnelles.

Extrait de la publication
96 Chapitre 4

Le forgeage libre s’emploie dans les conditions de fabrication unitaire et en petite série, ainsi que pour la
fabrication de pièces lourdes nécessitant de très hautes performances mécaniques.
L’estampage permet d’obtenir une pièce brute dans des conditions de fabrication en série et en grande série
avec une forme géométrique la plus proche de celle d’une pièce finie. Remarquons que les propriétés
physico-mécaniques des bruts estampés sont supérieures à celles des bruts moulés.
On peut obtenir par moulage en phase liquide une grande gamme de bruts. Le moulage englobe 50 à 70 % de
la masse des pièces produites, parmi lesquelles les pièces brutes en fonte représentent 75 % et celles en acier,
20 %. En outre, les bruts en alliages non ferreux jouent un rôle important dans la fabrication des auto-
mobiles, des avions, des bateaux et d’autres produits. Toutefois, il y a des restrictions accompagnées de
recommandations. Par exemple, le moulage sous pression ne s’emploie pas pour les pièces en fonte, tandis
que ce procédé est très utilisé pour les pièces en alliage d’aluminium, de magnésium ou de laiton. La qualité
des pièces moulées dépend des conditions de cristallisation du métal dans un moule, qui sont déterminées par
le procédé. Dans certains cas, il est probable qu’on repère la formation de retassures friables et de criques à
chaud ou à froid à l’intérieur des parois seulement après l’usinage d’ébauche. C’est pourquoi on exécute
plusieurs opérations de contrôle des pièces brutes.

4.3 LAMINAGE
Le laminage est une déformation plastique du métal à chaud ou à froid par les laminoirs tournants pour un
changement de forme géométrique et de dimensions de la section transversale avec une augmentation de la
longueur des bruts.
La figure 4.1 montre un schéma du laminage et de ses produits à partir de l’ébauche primaire (lingot) jus-
qu’aux pièces brutes obtenues par découpage, pliage, poinçonnage pour les processus subséquents : for-
geage, estampage, soudage (fig. 4.2) et usinage. La figure 4.3 présente les types de profilés : courant, laminé
et spécial.
Pour bien choisir le fournisseur de barres laminées, il convient de considérer les facteurs suivants : qualité du
produit, produit répondant aux exigences techniques, régularité du produit, fiabilité de l’approvisionnement,
délai de livraison, gamme de produits et soutien technique.
En marge du laminage habituel, il existe des processus spéciaux utilisés dans les conditions de fabrication en
grande série. On fabrique des arbres échelonnés, des appuis de rotule et d’autres pièces de révolution avec
changement de diamètre par laminage transversal à coin (fig. 4.4). Ce processus remplace l’estampage à
chaud, permet d’économiser 30 % du métal et de diminuer la quantité du travail. On utilise le laminage
transversal dans les laminoirs calibrés (fig. 4.5) pour fabriquer les roues dentées, les roues-pignons et les
bandes de roulement des roues de pont roulant. Ce processus remplace l’opération d’ébauchage en usinage,
diminue la quantité du travail de 1,3 fois, permet l’économie de 20 % du métal et augmente la durée de vie
grâce à l’orientation favorable des grains du métal.
Procédés d’obtention d’une pièce brute 97

Ébauche primaire Lingot Laminoir

Pour billette

Ébauche semi-produit
e = 65 à 300 mm
B = 600 à 1600 mm
Plaque Bloom
Billette

B B B = 200 200 mm
à 450 450 mm

B
B e

Ébauche
laminée
Plat : e = 4 à 160 mm Profilés Barre
Tôle : e = 0,2 à 4 mm cylindrique
Feuille métallique : e < 0,2 mm

Barre carrée

Laminoir Laminoir
7

Fil

Tube Pièce
Pièce brute à fente tubulaire

Pièces prismatiques
10 à 1420 mm 30 à 650 mm

Figure 4.1 Le laminage et ses produits. [B = dimensions; e = épaisseur.]


98 Chapitre 4

Électrodes de soudage
par point

Figure 4.2 Produits laminés-soudés.

Profilés courants

Feuille

Plaque Barre carrée Barre Barre Barre


hexagonale cylindrique tubulaire

Profilés laminés Profilé refoulé

Cornière Poutre en I Poutre en U

Profilés spéciaux

Figure 4.3 Types de profilés.


Procédés d’obtention d’une pièce brute 99

Figure 4.4 Laminage transversal à coin.

Figure 4.5 Laminage transversal dans des laminoirs calibrés : a) ébauchage; b) finition.
100 Chapitre 4

4.4 FORGEAGE LIBRE


Le forgeage libre est un formage à chaud avec une déformation plastique effectué à l’aide de machines et
d’outillage universel. Deux types de machines servent au forgeage libre :
• des machines travaillant par choc où une composante est animée d’une vitesse V ≥ 6 m/s pour la frappe
(moutons, marteaux) du brut;
• des machines travaillant par pression (presses mécaniques ou hydrauliques) où une composante est
animée d’une vitesse V ≤ 1 m/s.
Avant le forgeage, on chauffe des lopins dans des fours à flamme, à résistance électrique (alliages
d’aluminium et de magnésium, T° ≥ 500 °C ± 5 °C), à induction (acier, cuivre, laiton, aluminium), ainsi que
des installations avec contact électrique (le chauffage des barres longues avec l > 1,5d) et des bruts profilés
avec un diamètre jusqu’à 100 mm.
Le choix précis des fours déborde le cadre de cet ouvrage, mais on peut noter les critères suivants :
• la productivité globale du four − quantité de métal chauffée jusqu’à température de forgeage par unité de
temps (kg/h);
• la productivité spécifique du four − déterminée par une masse de métal chauffée de 1 m2 de surface
pendant une heure (kg/m2 ⋅ h);
• le rendement − ce paramètre est calculé par une relation entre la quantité théorique de chaleur nécessaire
au chauffage du métal et la quantité de chaleur réellement consommée.
Le forgeage libre est le seul processus de fabrication pour les pièces forgées lourdes (jusqu’à 250 t) du type
arbres de générateurs hydrauliques, disques de turbines, vilebrequins des moteurs maritimes, laminoirs, etc.
Les pièces forgées de moindre masse, par exemple de 20, 60 ou 120 kg, peuvent être fabriquées par forgeage
libre ou estampage à chaud. Les avantages du forgeage libre sur l’estampage à chaud sont avérés écono-
miquement dans les conditions de fabrication unitaire et en petite série grâce à l’utilisation d’outillage
universel.
Le processus de forgeage libre comporte des opérations avec chronologie déterminée.
Ces opérations sont l’opération préalable, les opérations d’aplatissement, les opérations essentielles et les
opérations de calibrage. Considérons les opérations de forgeage libre les plus courantes. La figure 4.6 illustre
l’opération préalable. La figure 4.7 montre les différentes opérations d’aplatissement et la figure 4.8, les
autres opérations essentielles.

1
(a) (c) F (d) F

3
2 4

D 5
(b) d

Figure 4.6 Opération préalable : a) et b) préparation d’un lopin; c) opération de séparation; d) mise de
longueur. [1 = lingotière; 2 = couperet; 3 = brut; 4 = guillotine qui fait une coupe définitive du
brut; 5 = lopin préparé; d, D, L = dimensions; F = force.]

Extrait de la publication
Chapitre 5

Procédés d’usinage conventionnels

5.1 INTRODUCTION
Dans la pratique habituelle, l’usinage consiste à enlever sous forme de copeaux l’excès de matière d’une
pièce, à la main ou à la machine. L’aptitude d’une machine à exécuter un travail donné dépend de la forme,
de la grandeur et du nombre de pièces à usiner. Il faut aussi tenir compte de l’exactitude des mesures et de la
qualité de l’état de surface. Suivant le genre de machine avec laquelle on usine des pièces, on parle de pièces
tournées (souvent cylindriques), fraisées (souvent prismatiques), mais aussi rabotées, rectifiées, percées, etc.
Le choix d’un procédé d’usinage conventionnel se base sur une bonne connaissance de ces procédés et des
matériaux requis pour la partie active des outils.
Dans ce chapitre, nous verrons en premier lieu les matériaux employés dans la partie active des outils
d’usinage. En second lieu, nous décrirons les divers procédés d’usinage conventionnels, soit le tournage, le
fraisage, le perçage, l’alésage, le filetage, le taraudage, le brochage, le taillage des engrenages et la rectifi-
cation. Par ailleurs, nous ne traiterons dans cet ouvrage que des procédés à la machine.

5.2 MATÉRIAUX DE LA PARTIE ACTIVE DES OUTILS


Pour choisir le matériau d’un outil, il faut prendre en compte la matière à usiner et le type d’opération à
effectuer (fig. 5.1a).
Les matériaux employés pour la partie active des outils dans la pratique habituelle sont présentés au
tableau 5.1.
Les carbures métalliques sont les matériaux les plus communément utilisés pour la partie active d’un outil.
On peut en voir les applications dans la figure 5.1b.

Figure 5.1 Choix d’un matériau d’outil : a) facteurs essentiels. [E = ébauche; F = finition.]
168 Chapitre 5

Nuance de carbure

P Bleu M Jaune M Rouge

Métaux ferreux Métaux ferreux Métaux ferreux à copeaux


à copeaux longs à copeaux longs et à courts; métaux non
copeaux courts; ferreux; matières non
métaux non ferreux métalliques

Par exemple, fonte grise


Par exemple, acier, fonte, Par exemple, fonte grise,
alliages légers alliage en aluminium,
cuivre, plastiques
(b)

Figure 5.1 (suite) Choix d’un matériau d’outil : b) applications des carbures métalliques. [M et P = codes
de nuances de carbone ISO.]

Tableau 5.1 Matériaux de la partie active des outils et leurs attributs

N Matériaux Composition Caractéristiques Particularités du procédé Applications

Aciers rapides – À base de tungstène (W) : Structure de martensites à Coulage avec trempe : dureté Grand nombre de com-
(HSS) > 0,7 % de carbone (C), grains très fins très élevée (conservation binaisons d’opérations
1 éléments d’addition jusqu’à 600 °C) d’usinage
susceptibles de former des Bonne ténacité (deux fois plus
carbures : 4 % de chrome que le carbure)
(Cr), 12 à 20 % de tungstène
Aciers rapides (W), 1 à 1,5 % de vanadium Structure très homogène Obtention de poudre : Meilleure aptitude à la
frittés (V) et ≈ 12 % de cobalt (Co) rectification
Très bonne résistance à l’usure – Pulvérisation de l’acier
– À base de molybdène (Mo) : et à l’échauffement liquide par jet de gaz
6 à 13 % de tungstène (W)
Moins fragile que l’acier coulé – Frittage à 1 150 °C
et 3,5 à 10 % de molybdène
2 (Mo) – Pression isostatique de
1 500 bars

Un peu poreux, mais de qualité – Pulvérisation Fabrication d’outils de


suffisante forme et de plaquettes
– Pressage à froid et par
frittage

Aciers rapides Revêtement de nitrure Couleur dorée Dépôt physique en phase Revêtement d’outils
revêtus de titane (TiN) pouvant vapeur (PVD) à 500 °C dimensionnels et de
3 atteindre une épaisseur de Durabilité élevée forme (ex. forets,
10 µm Dureté de 2 500 HV tarauds, outils à tailler
des engrenages)

Adapté de Sandvik Coromant, 2000.


Procédés d'usinage conventionnels 169

Tableau 5.1 (suite) Matériaux de la partie active et ses attributs

N Matériaux Composition Caractéristiques Particularités du procédé Applications

Carbures Particules très dures d’une Dureté : Technique métallurgique Grand nombre
métalliques de dimension de 1 à 10 µm – WC : 2 000 HV par frittage de poudre d’opérations d’usinage
tungstène (WC), – TiC : 3 000 HV
de titane (TiC), – TaC : 1 700 HV
de tantale (TaC) – NbC : 2 000 HV
et de niobium
(NbC) Grande résistance à la flexion
Bonne conductibilité thermique
Dureté à chaud rendant possible
l’usinage jusqu’à 1 000 °C
Faible dilatation thermique

Carbures de tungstène Phase α : carbures de tungstène Carbures de tungstène


ordinaires (WC-Co) : Phase β : carbures de cobalt ordinaires (WC-Co) :
tungstène (W), cobalt (Co), usinage de fontes et de
carbures de tantale (TaC) et matières non métalliques
parfois de niobium (NbC) 5 %

Carbures anticriquage : Grande résistance au criquage Carbures solubles formant Usinage des aciers
4 de tungstène (WC), de un agglomérat sans liant
Résistance à la flexion
titane (TiC), de tantale (TaC), métallique
de niobium (NbC), de Résistance importante à l’usure
tungstène-cobalt (WC-Co) par diffusion
Phase gamma (γ) additionnelle

Carbures micrograin. Ténacité plus élevée que celle Permet l’obtention d’arêtes Usinage des aciers
Structure granulométrique des carbures de titane coupantes très fines traités, des aciers alliés et
très fine (0,2 à 1 µm) liée par Valeurs importantes de dureté, des aciers inoxydables
du cobalt (8 à 20 %) de résistance à l’usure et de
résistance mécanique

Cermets Excellente stabilité chimique : Composition de céramique Tournage et fraisage à


Carbures cémentés à base – Résistance à l’usure par et de métal haute vitesse de coupe
de carbure de titane (TiC), diffusion Production de poudre, Opération de finition
de carbonitrure de titane – Dureté à chaud pressage des ébauches,
(TiCN), de nitrure de titane frittage, traitement des
(TiN) Faible usure par oxydation, mais plaquettes
formation d’arêtes rapportées
Liant au nickel (10 à 20 %)

Carbures Revêtement de carbure de Bonne résistance à la Déposition chimique en Tournage, fraisage,


métalliques à titane (TiC) de dureté déformation plastique et à la phase vapeur (CVD) perçage
revêtement de 3 000 HV fatigue thermique
2 à 12 µm Résistance élevée à l’usure
d’épaisseur
Revêtement de nitrure de Faible coefficient de frottement
titane (TiN) de dureté sur la face de coupe
2 200 HV Résistance élevée à l’usure en
cratère
5
Revêtement d’oxyde d’alumi- Bonne résistance à l’usure
nium (Al2O3) de dureté Chimiquement inerte (forme une
2 300 HV barrière chimique et thermique
entre l’outil et le copeau)

Revêtement multicouches Performances plus élevées que


de carbure de titane (TiC), celles des plaquettes unicouches
d’oxyde d’aluminium (Al2O3) État de surface des pièces
et de nitrure de titane (TiN) comparable à celui des
plaquettes unicouches

Adapté de Sandvik Coromant, 2000.

Extrait de la publication
170 Chapitre 5

Tableau 5.1 (suite) Matériaux de la partie active et ses attributs

N Matériaux Composition Caractéristiques Particularités du procédé Applications

Céramiques À base d’oxyde d’aluminium Résistance, ténacité et Pressage à froid ou à chaud Usinage des fontes
(Al2O3) : conductibilité relativement grises
faibles
– A1 : aluminium pur
L’addition d’oxyde de
zirconium améliore leurs
performances

– A2 mixtes : oxyde Résistance élevée aux chocs Pressage à chaud


d’aluminium (Al2O3) et carbure thermiques
de titane (TiC) Sensibilité acceptable à la
fissuration
6

– A3 : renforcé par des fibres Ténacité, tenue et résistance Pressage à chaud pour une Usinage des alliages
aux chocs thermiques très meilleure répartition des réfractaires, de l’acier
élevées fibres trempé, des fontes
Coupe intermittente

À base de nitrure de silicium Résistance aux chocs Pressage à froid et frittage ou Usinage de fonte grise
(Si3N4) thermiques et ténacité pressage à chaud et formage à sec ou avec arrosage
supérieures à celles des céra- par meulage (meilleure à vitesse de coupe
miques à base d’oxyde technique) supérieure à 450 m/min
d’aluminium

Nitrure de bore Deux formes structurales : Grande dureté à chaud jusqu’à Structure hexagonale Tournage des pièces en
cubique hexagonale et cubique (dureté 2 000 °C devenant cubique lorsque la acier trempé, en acier
(matériau juste au-dessous de celle du Excellente résistance à l’usure température > 1 500 °C et à forgé, en fonte, en
synthétique) diamant) par abrasion des pressions de 50 à alliage réfractaire
7 100 hbar
Bonne stabilité chimique Usinage des matériaux
Les arêtes doivent être très durs (dureté égale
Relativement fragile par chanfreinées et rodées ou supérieure à 45
rapport aux céramiques HRC)

Adapté de Sandvik Coromant, 2000.

5.3 TOURNAGE
Le tournage est une opération qui consiste à façonner une pièce cylindrique au moyen d’un tour. La
figure 5.2 présente les opérations courantes de tournage et les outils appropriés.
Dans les conditions de fabrication en série, il est très économique d’utiliser les tours à commande numérique
(CN) pour l’usinage des arbres étagés avec surface curviligne (fig. 5.3). Cela permet de diminuer le temps
pièce de 1,5 à 2 fois grâce à la diminution du temps secondaire (temps improductif ou ts). La valeur du temps
secondaire se compose du temps de changement de la coordonnée unitaire, du temps de changement d’outil
et du temps de chargement/déchargement de la pièce.
Étant donné une pièce brute laminée, on exécute l’usinage d’ébauchage en quatre passes successives et une
opération de finition suivant le contour de la pièce en une passe finale de l’outil. On y utilise une pointe
d’entraînement à la poupée avant par un élément sphérique.
La figure 5.4 montre un tour à CN à deux tourelles montées sur un chariot transversal.
Procédés d'usinage conventionnels 171

Opération : rainurage Opération : perçage


extérieur Outil : foret
Outil : outil à saigner
Ma
Ma
Opération : alésage-dressage Opération : alésage
Outil : outil à aléser-dresser Outil : foret aléseur

Ma

Ma
Opération : alésage
Outil : alésoir machine
Ma

Mc
Ma

Opération : dressage
Ma Outil : outil à dresser

Opération : rainurage-
profilage Pas de filet
Outil : outil profilé Ma
à saigner

Opération : filetage
Ma Outil : outil à fileter

Opération : chariotage du
contour à CN Opération : chariotage
Outil : outil à charioter Outil : outil à charioter droit

Figure 5.2 Opérations courantes de tournage et outils appropriés. [Ma = mouvement d’avance;
Mc = mouvement de coupe.]
172 Chapitre 5

Pièce brute laminée

Mc

A 4

5 2 3

Coupe A-A
1

(a)

(b)

Figure 5.3 Trajectoires de l’outil lors du tournage sur un tour : a) de côté; b) coupe A-A. [1, 2, 3 et
4 = passes préalables d’enlèvement de matière (ébauchage); 5 = chariotage du profil final;
Mc = mouvement de coupe.]
6
7
5
3 4

8
9

Figure 5.4 Tour à CN à deux tourelles montées sur un chariot transversal. [1 = commande électrique
principale; 2 = commande de la broche; 3 = boîte de vitesse; 4 = mandrin à trois mors;
5 et 9 = chariot transversal; 6 et 8 = tourelle révolver (porte-outil); 7 = contre-poupée.]
Chapitre 6

Précisions de fabrication
et d’assemblage

6.1 INTRODUCTION
Dans ce chapitre, nous examinerons la précision avec laquelle l’usinage et le prototypage rapide permettent
de réaliser des pièces. Nous verrons aussi comment calculer la précision d’un assemblage quant à sa
fonctionnalité et comment évaluer son degré de correspondance aux paramètres définis. L’évaluation
s’effectue en comparant la tolérance de la cote résultante avec la valeur prévue par le bureau d’étude.
En général, la précision concerne les paramètres géométriques. La précision des assemblages est étroitement
liée à la précision des pièces, puisque la précision des pièces conjuguées détermine le jeu ou le serrage dans
l’assemblage. À son tour, l’assemblage peut provoquer des erreurs de position relative des pièces ainsi que
leur déformation, ce qui diminue la fiabilité de fonctionnement des machines. C’est pourquoi il faut
connaître le degré de précision qu’on peut obtenir avec un procédé donné, comme l’usinage, l’assemblage et
le prototypage rapide.
Dans ce chapitre, nous verrons des exemples de tolérancement dimensionnel et géométrique, après avoir
résumé rapidement la théorie et les normes du tolérancement qui dépend du rôle fonctionnel de la pièce ainsi
que de la présence de telle ou telle erreur primaire de fabrication. Une présentation des moyens de mesure de
la précision avec leurs caractéristiques permettra ensuite de choisir les instruments pertinents.
Nous présenterons aussi les outils d’estimation de la précision par méthodes statistiques, dont l’objectif n’est
pas de dresser un portrait statistique et détaillé de la précision d’usinage, mais plutôt d’établir à travers des
cas industriels les conditions de fabrication d’un grand nombre de pièces similaires.
L’article 6.2.4 traite de la nature des erreurs primaires d’usinage et amène à choisir une stratégie pour leur
diminution, laquelle est présentée à l’article 6.2.5. Pour appliquer la théorie des erreurs primaires à une
situation réelle correspondant à l’usinage, nous avons élaboré des modèles de calcul de la précision
d’usinage à l’article 6.2.6.
La section 6.3 poursuit l’analyse des erreurs primaires à appliquer à la précision du prototypage rapide.
À la section 6.4, nous examinons la précision d’assemblage rigide ou élastique dans le calcul de précision de
la cote résultante en nous basant sur les différents principes d’interchangeabilité.
L’autoévaluation en fin de chapitre porte sur des sujets courants en précision de fabrication et d’assemblage.

6.2 PRÉCISION D’USINAGE


La précision d’usinage reflète la précision dimensionnelle et géométrique qu’on doit atteindre et mesurer de
façon adéquate à toutes les étapes de la réalisation des pièces. Les résultats des mesures prises sont estimés
par une méthode statistique.
La précision d’usinage est déterminée par les paramètres du processus de fabrication; les erreurs générées
sont appelées « erreurs primaires ». L’identification et l’analyse de ces erreurs permettent d’établir une
stratégie afin de les diminuer. Chaque paramètre de la précision d’usinage (tolérance dimensionnelle,
tolérance géométrique de forme ou tolérance géométrique de position relative) a sa propre méthode de
calcul. Examinons de plus près les éléments de la précision d’usinage.
208 Chapitre 6

6.2.1 Précisions dimensionnelle et géométrique


La précision dimensionnelle est caractérisée par la tolérance dimensionnelle, TD. La précision géométrique
peut être exprimée par la tolérance de forme, TG (F), et par la tolérance de position relative, TG (P).
Il existe la relation suivante entre ces paramètres :
TG (F) ≤ TD (6.1)
Plus précisément :
• si la précision géométrique de forme est normale : TG (F) = 0,3 TD;
• en présence d’une haute précision géométrique de forme : TG (F) = 0,2 TD;
• pour une très haute précision géométrique de forme : TG (F) = 0,12 TD.

Selon les conditions de fonctionnement de la pièce et les possibilités technologiques, la tolérance géomé-
trique de position TG (P) s’exprime de la manière suivante :
TG (P) > TD ou TG (P) < TD (6.2)
La figure 6.1 montre des exemples de tolérancement issus d’un bureau d’études dans lesquels les valeurs de
TD, de TG (P) et de TG (F) sont précisées.

Figure 6.1 Exemples de tolérancement dimensionnel et géométrique : a) relation entre la tolérance géomé-
trique de position et la tolérance dimensionnelle; b) et c) relation entre la tolérance géométrique
de forme et la tolérance dimensionnelle. [TD = tolérance dimensionnelle; TG (F) = tolérance
géométrique de forme; TG (P) = tolérance géométrique de position.]
Précisions de fabrication et d’assemblage 209

Le dessin technique d’une pièce prismatique à la figure 6.2 fournit un exemple complet du dimensionnement
et du tolérancement avec TD, TG (F) et TG (P).

Figure 6.2 Dimensionnement et tolérancement d’une pièce prismatique avec certains éléments de révolu-
tion (en pouces).

Le tableau 6.1 établit le lien entre la conception et la fabrication d’une pièce en tolérancement ainsi que TD,
TG (F) et TG (P) en fonction de la pièce.
Afin d’examiner le maintien de la précision d’usinage TD, TG (F) et TG (P), considérons le cas où une
pièce doit se déplacer dans une glissière. Si les dimensions A1 et A2 s’écartent du jeu fonctionnel JA
(fig. 6.3a), il peut se produire un coincement (fig. 6.3b). Il faut donc s’assurer de l’exactitude des
dimensions considérées, à savoir la précision des cotes A1 et A2. Mais quelle tolérance de jeu peut-on
accepter? La figure 6.3c montre une méthode qualitative pour déterminer la valeur optimale en appliquant
la tolérance du jeu au cylindre-piston. La courbe Cfabr caractérise une modification du coût de leur
fabrication tandis que la courbe Cfonct montre une augmentation du coût de fonctionnement en fonction du
frottement et des fuites hydrauliques.

Extrait de la publication
210 Chapitre 6

Tableau 6.1 Lien entre la conception et la fabrication d’une pièce en tolérancement

Tolérance
dimensionnelle Tolérance géométrique (TG)
(TD)

Tolérance de forme Tolérance de position relative


(TG [F]) (TG [P])

Cote diamétrale ou rayon


Battement

Profil de surface

Perpendicularité
Profil de ligne

Concentricité
Cote angulaire

Parallélisme

Localisation
Cote associée
Attribut

Cylindricité
Cote linéaire

Inclinaison
Circularité
Rectitude

Symétrie
Planéité

Simple

Total
Symbolisation

Fonction de la pièce Conception


Positionner, localiser √ √ √ √ √ √ √ √ √
Maintenir √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √
Insérer √ √ √ √ √ √
Fixer par serrage √ √ √ √ √ √ √
Isoler, protéger √ √ √ √ √
Assurer la coaxialité √ √ √ √ √
Transmettre la charge √ √ √ √ √
Assurer le jeu dynamique √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √
Assembler avec jeu √ √ √ √ √ √ √
Mettre le joint √ √ √ √ √ √ √
Orienter √ √ √ √ √ √ √ √
Erreurs primaires intrinsèques
Fabrication par usinage
de :
Positionnement, εP √ √ √ √
Déformations élastiques, Δy √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √
Réglage, Δr √ √ √ √ √
Usure d’outil, Δu √ √ √ √ √ √ √ √
Déformations thermiques, ΔT √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √
Imprécision de MO, Δm-o √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √
Imprécision d’outil, Δout √ √ √ √
Contrainte résiduelle, σrés √ √ √ √ √ √ √ √
Erreurs primaires intrinsèques
Fabrication par usinage sur MOCN
supplémentaires de :
Reproduction de contour
théorique √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √ √
Non-régularité de marche de la
√ √ √ √ √ √ √ √ √ √
commande
Erreur accumulée des éléments
√ √ √ √ √
de mesure et de vis-mère
Jeu √ √ √ √ √ √
Vitesse de la commande √ √ √ √
Précisions de fabrication et d’assemblage 211

JA Coincement

A1 A1
A2 A2

(a) (b)

Coût Σ = Cfonct + Cfabr

CΣ min

Cfonct
Cfabr

TDoptim

TD : tolérance dimensionnelle
(c)

Figure 6.3 Maintien fiable de la précision pour une pièce devant se déplacer dans une glissière : a) jeu
fonctionnel; b) coincement; c) méthode pour déterminer la valeur optimale de tolérance
dimensionnelle. [A1 et A2 = dimensions par rapport au jeu dimensionnel; CΣmin = coût de
fabrication et de fonctionnement minimum; Cfabr = coût de fabrication; Cfonct = coût de
fonctionnement; JA = jeu fonctionnel; TDoptim = tolérance dimensionnelle optimale.]

Dans certains cas, il convient d’établir une tolérance géométrique de forme TG (F) adéquate. La fiabilité du
fonctionnement d’un combustible nucléaire (UO2 en comprimés avec enveloppe en alliage zircon) dépend
d’une distorsion possible des comprimés causée par l’expansion thermique. La figure 6.4 permet de
visualiser ce phénomène (Korsakov et al., 1992). La concavité est obtenue lors du pressage des comprimés
d’UO2 par une forme convenable de poinçon. On obtient ainsi un bon contact local des comprimés du
combustible nucléaire qui permettra un transfert efficace de chaleur.

Extrait de la publication
212 Chapitre 6

Figure 6.4 Maintien fiable de la précision pour un comprimé cylindrique d’UO2 : a) température du
comprimé en fonction de la distance; b) tolérance géométrique de forme lors de la déformation
thermique du comprimé; c) déformation thermique du comprimé avec forme corrigée.
[1 = comprimé après expansion thermique; 2 = comprimé avant expansion thermique;
3 = concavité obtenue lors du pressage des comprimés; Tº = température; X = distance.]

La figure 6.5 montre l’influence de TG (F) sur la durée de vie d’un produit. La diminution des défauts
particuliers (en diabolo, en cône et en tonneau) des portées du vilebrequin pour un camion conduit à une
augmentation considérable de la durée de vie du coussinet conjugué.
Dans un autre cas, le taillage des engrenages permet une coaxilité, TG (P) = 0,05 (fig. 6.6). Cela donne lieu à
des chocs inutiles entre les dents lors du fonctionnement. Afin d’éviter cet inconvénient, on effectue le
rasage des dents pour obtenir une tolérance TG (P) = 0,02.
Considérons les surfaces élémentaires (cylindre, plan, cône, etc.) ainsi que les sections des surfaces splines,
cubiques et de Bézier, comme les contours d’une pièce.
L’action des erreurs primaires telles que les déformations élastiques et thermiques ainsi que l’imprécision
géométrique de la MOCN vont contribuer à une distorsion du contour programmé. Par conséquent, le
contour donné C est transformé pour donner le contour réel.
La figure 6.7 propose l’interprétation paramétrique des tolérances TD, TG (F) et TG (P) sur un champ
vectoriel. L’ensemble des écarts est présenté sous la forme du champ vectoriel dont le vecteur ΔΣk part du
contour donné C. Ce vecteur indique la direction et la grandeur de la distorsion. Chaque point {z1, z2, ..., zm}
du contour C correspond au point {z1 , z 2 , ..., z m} du contour réel C.


Le degré de conformité du contour C par rapport au contour réel C  est estimé par les paramètres de qualité
tels que l’erreur des cotes ΔC du contour réel qui est une différence entre les cotes l1 du contour donné et les
cotes réelles l1 :
ΔC = l1 – l1 = TD
TD = (E – 1) × l1 (6.3)
 .
où E est le coefficient d’extension du contour moyen réel C M
Précisions de fabrication et d’assemblage 213

Figure 6.5 Maintien fiable de la tolérance géométrique de forme : vilebrequin d’un camion.

Figure 6.6 Maintien fiable de la tolérance géométrique de position pour un engrenage de deux roues
dentées : a) interprétation géométrique d’une coaxilité; b) influence technologique sur tolérance
géométrique de position. [R1 et R2 = rayons entre l’axe de rotation et le diamètre primitif.]

Extrait de la publication
214 Chapitre 6


C M
Z 1 Z 2
y

C
Z m

ΔΣ 2

Δ Σ1 Z k
 (U,
O  V)


l
1

Δd
C

Z n
Z1 Z2

Zm ϕ

Zk

O (x, y) K Δ Σn

l1 Δ Σk
Zn

n
x

Figure 6.7 Interprétation de la précision dimensionnelle et géométrique pour une pièce avec un contour
donné (élément interne ou externe). [ΔΣ1, ΔΣ2,…, ΔΣn = vecteurs de position des points Z par
rapport aux points Z; Δd = vecteur de la position du point O par rapport au point O (vecteur du
déplacement); ϕ = angle du pivotement du contour donné; C = contour donné (prévu par
le programme); C  = contour réel moyen; K, n = points sur le contour
 = contour réel; C
M
donné C; l 1 = cote sur le contour donné; l 1 = cote sur le contour réel; O = centre du contour
donné; O  = centre du contour réel; U, V  = coordonnées du centre O  du contour réel; Z1,
  
Z2, ..., Zm = points du contour donné; Z1 , Z2 , ..., Zm = points du contour réel.] (adapté de
Kamsuk et al., 2001.)

La précision d’une forme est caractérisée par l’écart type σ minimal du contour réel par rapport au contour
moyen C  . Cette valeur est nommée la tolérance géométrique de forme, TG (F).
M

La précision d’une position relative est déterminée par le vecteur du déplacement Δd (fig. 6.7) du centre de
masse du contour réel C  et l’angle ϕ de son pivotement. Le module de ce vecteur est nommé la tolérance
géométrique de position, TG (P). Chaque vecteur {Δ Σ1 , Δ Σ 2 , ..., Δ Σm} du champ représente le vecteur
d’écart sommaire du contour réel par rapport au contour donné. Cet écart est provoqué par l’action des
erreurs primaires d’usinage. Par exemple, pour le point « K », on a :
l
Δ Σk = ∑ Δik (6.4)
i =1

où Δik est le vecteur des écarts pour le point K provoqués par l’action i des erreurs primaires d’usinage.
On peut voir à la figure 6.8 l’interprétation des précisions dimensionnelle et géométriques, TD, TG (F) et
TG (P), pour la pièce usinée de révolution avec trou central.

Extrait de la publication
Chapitre 7

État de surface et facteurs appropriés

7.1 INTRODUCTION
Les états de surface qu’on peut obtenir après la fabrication d’une pièce déterminent la fonctionnalité de
celle-ci une fois assemblée, par exemple : pour un assemblage fretté, une étanchéité ou encore un risque
d’usure prématurée. La qualité d’un état de surface dépend d’un ensemble de conditions liées au procédé, à
la gamme d’usinage, aux phases et aux sous-phases, aux outils, aux machines ainsi qu’à d’autres facteurs.
Dans ce chapitre, nous verrons en premier lieu les facteurs déterminant la qualité des états de surface. Nous
examinerons ensuite les techniques qui permettent d’augmenter la durée de vie des produits. Pour conclure,
nous suivrons les étapes de la mise au point pour la fiabilité des produits spéciaux.

7.2 ÉTAT DE SURFACE


L’appellation « géométrie d’une surface » se rapporte aux fines irrégularités (creux et saillies) produites à la
surface d’une pièce par les processus de fabrication (Akamatsu, 1997). La norme française NF E05-015
(Association française de normalisation, 1972) classe les défauts géométriques selon quatre ordres :
• ordre 1 : écart de forme, résultant d’un positionnement (mise en place et serrage) de la pièce ou de l’outil,
d’une déformation élastique ou thermique du système technologique en cours de travail;
• ordre 2 : ondulation, résultant d’une vibration à basse fréquence de la pièce, de l’outil, ou des deux;
• ordre 3 : rugosité, qui peut être constituée de traces géométriques de l’outil, de traces de grains de meule,
de grenaillage;
• ordre 4 : rugosité résiduelle, résultant de l’état de surface de l’outil, de vibrations à haute fréquence lors de
l’usinage.
La figure 7.1a présente l’interprétation des défauts géométriques comme éléments d’un profil.
Le terme « état de surface » désigne à la fois :
• l’état géométrique de la surface, à savoir les écarts géométriques d’une pièce réalisée en fabrication par
laminage, forgeage, estampage, moulage, usinage mécanique ainsi qu’usinage électrochimique et électro-
érosion, par rapport à une pièce géométriquement idéale;
• l’état physico-chimique de la surface, dont différentes caractéristiques de la couche superficielle, à
savoir les structures et les phases de variations des couches superficielles, l’écrouissage, les contraintes
résiduelles.
Rappelons brièvement les paramètres couramment utilisés dans l’industrie manufacturière. Il s’agit des
paramètres Rt, Rmax, Rp, Ra, Rz et ηp, qui caractérisent la rugosité et sont liés à la ligne moyenne, ainsi que
du paramètre W qui caractérise l’ondulation. Voyons leurs définitions.
• Le paramètre Rt est la distance entre la ligne des saillies et la ligne des creux pour une longueur donnée l
(fig. 7.1b).
• Le paramètre Rmax est pris sur une saillie et un creux consécutifs (fig. 7.1c).
• Le paramètre Rp est la moyenne des Rpj, calculée à l’aide de l’équation suivante :
1 j=n
Rp = ∑Rpj
n j=1
(7.1)

où Rpj est la distance entre la ligne des saillies et la ligne moyenne pour une longueur donnée l (fig. 7.1d).
338 Chapitre 7

Figure 7.1 État de surface : a) interprétation des éléments d’un profil (adapté de Barlier et Girardin, 1992);
b) hauteur maximale du profil de rugosité; c) maximum de la hauteur des irrégularités du profil
de rugosité; d) hauteur maximale de saillie de rugosité et écart moyen arithmétique du profil de
rugosité; e) hauteur des irrégularités de rugosité sur 10 points; f) paramètres d’ondulation;
g) longueur portante du profil et niveau de coupe préétabli. [ηp = longueur portante du profil;
AWi = pas courant d’ondulation pour n motifs caractéristiques; b1, b2, bi et bn = longueurs de
segment obtenues quand on coupe les saillies à un niveau p; Rpj = hauteur maximale courante
de saillie de la rugosité; Rz = hauteur des irrégularités de rugosité sur dix points; Wj, Wj+1 =
profondeurs courantes d’ondulation; y1, y2, y3, y4 et y5 = hauteurs courantes des
irrégularités.]
État de surface et facteurs appropriés 339

• Le paramètre Ra est déterminé par l’équation (fig. 7.1d) :


j= n
1
Ra =
n
∑ Raj (7.2a)
j =1
où :
l
1
l ∫0
Raj = y dx (7.2b)

• Le paramètre Rz est donné par l’équation (fig. 7.1e) :


1 j=n
Rz = ∑Rzj
n j=1
(7.3a)

où :
5
∑ yi
j =1
Rzj = (7.3b)
5
• On trouve la profondeur moyenne d’ondulation W pour n motifs caractéristiques sur la longueur d’éva-
luation l grâce à l’équation (fig. 7.1f) :
1 j= m
W = ∑ Wj
m j =1
(7.4)

et le pas moyen d’ondulation AW pour n motifs caractéristiques sur la longueur d’évaluation l à l’aide de
l’équation :
1 i=n
AW = ∑ AWi (7.5)
n i =1

• Le paramètre ηp est la somme des longueurs des segments obtenue quand on coupe les saillies par une
ligne moyenne à l’intérieur de la longueur de base à un niveau p de coupe préétabli en pourcentage de
Rmax (fig. 7.1g) :
ηp = b1 + b2 + … + bn (7.6)
On y utilise le taux de longueur portante tp comme le rapport de la longueur portante à la longueur de
base :
ηp
tp = (7.7)
l
Les figures 7.2a à 7.2e présentent d’autres exemples d’états de surface.
Les contraintes résiduelles σr occupent une place importante dans l’industrie moderne.
On appelle contraintes résiduelles les contraintes qui existent dans une pièce n’étant soumise à aucune action
extérieure (Akamatsu, 1997). Dans un matériau polycristallin, on distingue trois ordres de contraintes, selon
l’échelle du volume concerné.
• Les contraintes d’ordre I sont macroscopiques. Elles sont homogènes sur un volume constitué de plusieurs
grains. Ces contraintes peuvent être causées par une déformation plastique, une variation de température
ou un changement de structure du matériau.
• Les contraintes d’ordre II varient à l’échelle d’un grain ou d’une phase. Ces contraintes macroscopiques
sont causées par la différence d’orientation des cristaux et l’anisotropie des propriétés élastiques et
plastiques des cristaux (Balazinski, 2005).
• Les contraintes d’ordre III concernent l’échelle atomique. Elles résultent de la présence de défauts comme
les lacunes et les dislocations.
340 Chapitre 7

2
4 5
3
Écrouissage

Ri

ARi
1
AW1 AW2 6 7
(b)
(a)

Rt
Croûte de perlite P Zone décarburée totale
H

Croûte de ferrite F Zone décarburée partielle

Couche essentielle Couche essentielle

(c) (d)

Figure 7.2 État de surface : a) striés d’usinage; b) couche superficielle durcie de pièce métallique après
l’usinage en ébauchage; c) dureté superficielle d’une pièce en fonte grise; d) dureté super-
ficielle d’une pièce en acier forgée ou laminée. [1 = surface réelle; 2 = striés; 3 = strie n° i;
4 = couche contaminée; 5 = gaz absorbé; 6 = oxyde; 7 = couche durcie, couche essentielle;
ARi = largeur de strie i; AW1 = largeur d’ondulation 1; AW2 = largeur d’ondulation 2;
F = ferrite; P = perlite; Ri = hauteur de strie i; Rt = hauteur maximale du profil de rugosité.]

En général, ce sont les contraintes d’ordre I dont il faut tenir compte dans la fabrication de pointe. Nous
allons examiner la formation de ces contraintes à l’aide de la figure 7.3.
On peut voir dans la figure 7.3a que la couche superficielle de la pièce usinée est déformée élastiquement et
plastiquement sous l’action de la force de coupe F.
La composante normale FN provoque une déformation de compression, tandis que la composante tangen-
tielle Ft crée les déformations de traction et de cisaillement. La compression des éléments de la pièce suivant
l’axe des y provoque une augmentation de leurs dimensions suivant l’axe des z, ce qui entraîne l’apparition
des contraintes de compression. On peut estimer la relation entre les contraintes normales et les contraintes
de compression provoquées par celles-ci à l’aide du coefficient de Poisson ν (Dalsky et al., 2000) :
ν × FN > Ft (7.8a)
Ft
= ctg θ (7.8b)
FN
Selon le triangle ABC (fig. 7.3b), on a :
ˆ + ABC
θ + ACB ˆ = 180° (7.8c)
et, d’autre part :
ˆ = 90° − φ
ACB
et
ˆ = 180° − CBD
ABC ˆ = 180° − δ (7.8d)
État de surface et facteurs appropriés 341

Copeau

M Outil
F
F
z FN 0 Sy + - 0 +
0 Ft 0

Pièce 2

(a) N
900 1

B D (c) (d)
A
M

0
+ (b)
A1
A2
Tension

+ A3
A4

A A1 A2 A3 A4
Compression

- (e) (f) -
(g)

Figure 7.3 Formation des contraintes résiduelles pendant l’usinage : a) vue en coupe de l’opération
d’usinage mécanique; b) schéma géométrique; c) contraintes en processus d’usinage avec la
ligne AC parallèle à la direction de la force de coupe; d) contraintes résiduelles; e) contraintes
mécaniques résiduelles induites courantes (adapté de Jang et Seireg, 1990); f) contraintes
thermiques résiduelles induites courantes (adapté de Jang et Seireg, 1990); g) génération des
contraintes résiduelles aux points A1, A2, A3 et A4. [1 = chargement; 2 = déchargement;
α = angle de dépouille; γ = angle de coupe; δ = angle qui comporte l’angle de dépouille α et le
taillant; θ = angle entre la force de coupe F et l’axe de coordonnée 0z; σ = contrainte; φ = angle
de cisaillement du copeau; A, B, C, D, M et N = points caractéristiques du schéma
géométrique; A1, A2, A3 et A4 = points courants du contact du bec de l’outil avec la pièce; FN =
force normale; Ft = force tangentielle; M = point final de la ligne du cisaillement du copeau.]

Si on insère l’équation 7.8d dans l’équation 7.8c, on obtient :


θ = φ + δ − 90° (7.8e)
où φ = angle de frottement entre le copeau et la face de coupe de l’outil = angle de cisaillement du copeau
δ = angle qui comporte l’angle de dépouille α et le taillant β(δ = β + α)
Ayant γ = 90° – δ, on exprime l’équation 7.8c d’une autre façon :
θ=φ–γ (7.8f)

Extrait de la publication
342 Chapitre 7

De là, l’inégalité représentée par les équations 7.8a et 7.8b prend la forme :
ν > ctg(φ – γ ) (7.8g)
Ainsi, on a (Dalsky et al., 2000) :
• ν = 0,3 pour les déformations volumiques élastiques;
• ν = 0,5 pour les déformations volumiques plastiques;
• ν = 1,0 pour l’état plan de déformations plastiques.
Par conséquent, pour les déformations plastiques intrinsèques d’état possible géométrique (plan et volume),
si on insère les valeurs ci-dessus dans l’expression 7.8g, on a :
(1 à 0,5) > ctg(φ – γ ) ou (φ – γ ) > (45° à 72°) (7.8h)
Le but en fabrication est d’augmenter la valeur (φ – γ) par la sélection de conditions de coupe, afin de
diminuer les déformations nuisibles de traction tout en accroissant les déformations de compression. Les
contraintes résultantes résiduelles (fig. 7.3d) résultent de la soustraction des contraintes élastiques de
déchargement 1 des contraintes mécaniques induites courantes 2 (fig. 7.3c).
Les contraintes résiduelles induites par la fabrication d’usinage sont toujours multiaxiales. Par exemple, dans
certains cas, les transformations de phase, notamment pendant l’usinage des pièces en alliage de titane sous
l’action de la température et des déformations plastiques, exercent une influence importante sur le signe et la
valeur des contraintes résiduelles.
On peut voir les contraintes mécaniques induites courantes et les contraintes thermiques (fig. 7.3g) selon une
position de la zone observée par rapport à l’outil travaillant en tournage.
Il convient de remarquer que les contraintes résiduelles σr se superposent aux champs de contraintes de
fonctionnement σf de la pièce. La contrainte réelle à laquelle est soumise la pièce vaut alors (σr + σf). En
général, la contrainte résiduelle de compression, jouant un rôle positif, a aussi un effet favorable sur la tenue
en fatigue découlant de la diminution de la contrainte résultante.
La déformation plastique de la couche superficielle est caractérisée par l’écrouissage (microdureté) Hd en
Vickers HV, par un degré d’écrouissage Hξ en pourcentage et par une profondeur de la couche écrouie he en
micromètres. Le degré d’écrouissage est déterminé comme suit :
H1 − H
Hξ = × 100 % (7.9)
H
où H1 = écrouissage (microdureté) mesuré sur la surface supérieure de la couche en HV
H = microdureté du cœur du métal en HV

7.2.1 Influence de l’état de surface sur le fonctionnement des pièces


Le fonctionnement des pièces dans diverses conditions peut mettre en présence divers phénomènes tels que
le frottement et l’usure, l’écaillage, la vibration, la fatigue, la précontrainte et le patinage de l’embrayage, la
pression hertzienne, la radioactivité, la vitesse critique et l’effort d’inertie, l’irréversibilité, l’échauffement et
l’instabilité, l’écoulement fluide. La présence d’un ou de plusieurs de ces phénomènes relève du fonction-
nement de la pièce examinée et détermine les paramètres du fonctionnement tels que :
• la résistance à l’usure,
• la rigidité des joints,
• la résistance à la corrosion sous le rayonnement γ,
• la résistance à la corrosion intercristalline,
• la résistance à la corrosion,
• la résistance à la radiation,
• la résistance à la corrosion sous contraintes,
• la tenue en fatigue.
État de surface et facteurs appropriés 343

Les concepteurs doivent tenir compte des fonctions de la surface considérée ou de phénomènes qui
déterminent les paramètres du fonctionnement, par exemple la résistance à l’usure, pour préciser le
paramètre de rugosité Ra. Le tableau 7.1 présente les paramètres de rugosité Ra admissibles selon la fonction
des pièces.

Tableau 7.1 Paramètres de rugosité Ra admissibles selon la fonction de la surface ou le phénomène


de fonctionnement
Fonction de surface Rugosité Ra (μm)
Exemple
ou phénomène Alésage Arbre
Tige – moyeu mobile
Liaison cylindrique 1,25 à 0,32 0,63 à 0,16
Tige – moyeu immobile
Ajustement glissant 0,63 à 0,32 0,63 à 0,08
Ajustement incertain 1,25 à 0,32 0,63 à 0,16
Ajustement avec serrage (à la presse) 1,25 à 0,16 0,63 à 0,08
Assemblage fixe avec jeu, centrage démontable 0,32
Frottement Assemblage fixe avec jeu, centrage précis 1,6
de glissant Guidage (glissière de MO) 0,4
Denture de fonctionnement du pignon de chaîne 3,2
Jante de poulie 3,2
Filet de vis sans fin en fonction d’une qualité de précision 0,2 à 1,6
Profil de la roue dentée en fonction d’une qualité de précision 0,4 à 3,2
Frottement Galet de roulement 0,4
de roulement Chemin de roulement à bille 0,02
Assemblage par des cannelures avec centrage suivant :
Diamètre extérieur 1,25 à 0,16 0,63 à 0,16
Diamètre intérieur 0,32 à 0,04 1,25 à 0,32
Mise en position Clavetage 5 à 1,25 2,5 à 0,6
Rainure de clavette aux arbres :
Surface de fonctionnement 1,6
Surface moins importante 3,2
Épaulement d’arbre pour la mise en place :
des roulements à une qualité de précision 0 1,6
Contact fixe
des roues dentées 1,6 à 3,2
Surface d’appui sous la tête de vis, écrou, boulon 6,3
Portée d’arbre à mettre en place des garnitures 0,4
Étanchéité statique
Joint plat 1,6
Portée de joint V – anneau 0,8
Étanchéité dynamique
Portée de joint 4 lobes 0,4
Piston, tige 0,63 à 0,08 0,32 à 0,08
Frottement fluide Conduit, canalisation, tuyauterie 6,3
Injecteur, gicleur, valve 0,2
0,8 à 3,2
Adhérence Pièces à coller en fonction du matériau et du type d’assemblage (Rz = 10 μm pour le collage des pièces
cylindriques)
Barre de torsion 0,2 à 2,0
Fatigue Balancier de suspension du char de combat (portée) 1,25
Vilebrequin d’un mécanisme de traction de la chenille (portée) 2,5
Gorge, chanfrein, arrondi, embrèvement, chambrage sur la roue 6,3
Face libre de la roue dentée 6,3
Avant-trous pour la visserie 12,5
Libre, sans contact
Surface libre de pièce (bout d’arbre, surface moins importante de la roue) :
Charge moyenne 10 à 2,5
Charge élevée, haute cyclique 2,6 à 0,32
344 Chapitre 7

Examinons l’influence de l’état de surface sur les huit paramètres de fonctionnement mentionnés
précédemment.

Résistance à l’usure. Plus de 80 % des machines tombent en panne à cause de l’usure. Une paire de pièces
fonctionne avec un ajustement avec jeu (fig. 7.4a). Le piston fait un mouvement de va-et-vient. Cette paire a
été usinée par trois différents procédés d’usinage représentés par les courbes 1, 2 et 3 dans la figure 7.4b.
Le processus de rodage s’exécute avec différentes intensités en fonction du procédé d’usinage des pièces
considérées. Après rodage, la rugosité est devenue équipotentielle (fig. 7.4g) et l’usure dans le temps de trois
paires de pièces est soumise à une même loi (fig. 7.4b).
Le profil initial de la rugosité se transforme en profil de fonctionnement à la fin du processus de rodage sous
l’action des forces appliquées (fig. 7.4f et g). Ce profil de fonctionnement, nommé rugosité équipotentielle,
ne dépend pas du profil initial des pièces frottées, mais plutôt des conditions de frottement : la pression sur le
contour et les propriétés physiques et mécaniques des matériaux.
Par contre, pour une usure admissible, la durée de vie d’un produit τ1, τ2 et τ3 est différente selon les procé-
dés d’usinage choisis (fig. 7.4b).
Pour atteindre l’usure minimale lors de l’écrouissage Hd (fig. 7.4c), il est nécessaire de tenir compte du type
de frottement : le frottement avec graissage en régime demi-onctueux (courbe 6) assure une usure moindre
que les frottements secs selon les courbes 4 et 5.
L’usure minimale pendant le glissement du chariot 7 sur la glissière 8 (fig. 7.4d) a lieu pour la rugosité 10
des surfaces 9 avec la plus grande valeur de ηp, malgré une même valeur de Rmax (10 et 11).
Il existe une zone optimale d’écrouissage (> 10 %) dans laquelle on peut obtenir une usure moindre
(fig. 7.4h).

Rigidité des joints. Si les sillons d’usinage des deux pièces coïncident lors du contact, la rigidité des joints
est plus grande que pour deux pièces dont les sillons ne coïncident pas (fig. 7.4i).

Résistance à la corrosion sous rayonnement γ. La figure 7.5a présente une chambre « à chaud » pour les
travaux effectués avec un produit en Pu239. Afin de garantir une bonne résistance à la corrosion sous
rayonnement γ (fig. 7.5b), il faudra atteindre Ra = 0,63 μm après le soudage de l’enveloppe de protection en
acier inoxydable 2 (fig. 7.5a).

Résistance à la corrosion intercristalline. Ce type de résistance est caractérisé par la détérioration des
métaux suivant les joints de grains (l’acier inoxydable austénitique). On y observe l’appauvrissement des
carbures de chrome et des σ-phases. Ces phénomènes aboutissent à une apparition de contraintes sur les
joints de grains intrinsèques à la précipitation de nouvelles phases. L’apparition d’écrouissage lors de
procédés d’assemblage ou d’usinage accélère le processus de corrosion intercristalline. L’assemblage du
tube 4 et de la plaque tubulaire 5 par dudgeonnage (fig. 7.5c) provoque un écrouissage dans la zone 6 de la
plaque (fig. 7.5g) qui contribue à la corrosion (fig. 7.5d). Toutefois, une technologie de fabrication avancée,
l’assemblage par explosion, exclut complètement la formation d’écrouissage grâce à l’application d’une
force impulsive. En outre, elle produit une frontière en forme de labyrinthe 8 entre le tube 7 et la plaque 9
qui améliore l’étanchéité (fig. 7.5e), et dont la valeur est plus grande à mesure que la rugosité augmente
(fig. 7.5f).
Fabrication avancée et

Du dossier produit au dossier fabrication


méthodes industrielles
Tome 1
Dans le domaine industriel, le
mot « Innovation » évoque souvent
l’idée de nouveau produit et de com-
pétitivité, et donc de productivité, de qua-
lité, d’adaptabilité et de responsabilité. Cette
innovation est parfois celle des produits eux-
mêmes, mais plus couramment dans l’industrie, elle
se situe dans l’évolution des moyens employés pour
la production de ces objets, c’est-à-dire dans le passage
vers des procédés et des méthodes de fabrication de pointe.
C’est dans cette optique de recherche de la performance, tant
dans la fabrication industrielle que dans l’industrialisation
des produits, que s’inscrit Fabrication avancée et méthodes
industrielles – Du dossier produit au dossier fabrication.
Comment comprendre la réalité de la fabrication industrielle et du
travail du bureau des méthodes? Comment transformer des matiè-
res premières minérales en produits fabriqués fonctionnels? Enfin, com-
ment élaborer le dossier de fabrication à partir du dossier produit issu du
bureau d’études? C’est ce que le lecteur apprendra en parcourant les diffé-
rents chapitres des deux tomes de ce livre : compétitivité industrielle, qualité
des produits et respect de la norme ISO 9000, gabarits de contrôle des pièces,
procédés d’obtention et calculs d’une pièce brute, procédés d’usinage, précision,
état de surface, fiabilité technologique, mesures de la productivité, calcul des coûts
de fabrication, montages d’usinage, processus et analyse de fabrication, charte de
tolérances, procédés d’assemblage conventionnels et non conventionnels.
Ce livre unique en français couvre l’ensemble des étapes de fabrication des produits,
de l’élaboration de leur brut à leur assemblage. Il propose une description de l’ensem-
ble des procédés et fournit les outils pour calculer les principaux paramètres d’élabora-
tion des pièces et en assurer le contrôle. Il est destiné aux étudiants en génie mécanique,
mais aussi aux ingénieurs praticiens qui sont aux prises avec des problèmes d’industria-
lisation de produits ou de fiabilité de machines de production.
Christian Mascle est professeur titulaire au Département de génie mécanique de
l'École Polytechnique de Montréal. Il détient un doctorat en microtechnique de l'École
polytechnique fédérale de Lausanne, un baccalauréat en génie mécanique de l'École
Polytechnique de Montréal et un diplôme d’ingénieur en microtechnique de l’École
d’ingénieurs du Locle (Suisse). Fort d’une trentaine d’années d’expérience en enseigne-
ment et en recherche, il est spécialiste de l’industrialisation, de l’assemblage et de la fabri-
cation des produits dans les domaines de l’aérospatiale, de l’automobile et des produits
microtechniques.
Walery Wygowski enseigne au Département de génie mécanique et au Service de la forma-
tion continue de l'École Polytechnique de Montréal. Il a obtenu son doctorat en sciences
appliquées de l'École Polytechnique de Montréal et des diplômes de docteur en sciences
techniques et d'ingénieur mécanicien de l'Université technique d'État de Moscou Bauman.
Il cumule plus de 40 ans d’expérience pédagogique en génie mécanique dans diverses
universités à travers le monde. Il est spécialiste en conception, en fabrication et en industriali-
sation de produits dans les domaines de l’aérospatiale, du nucléaire et d’autres industries
de produits sophistiqués.

ISBN 978-2-553-01551-9
ISBN : 978-2-553-01551-9

9 782553 015519
www.polymtl.ca/pub
Extrait de la publication