Vous êtes sur la page 1sur 53

BUSINESS & REGULATORY FINANCIAL INFORMATION EXPERTISE

SENSIBILISATION A LA
NORME IFRS 9

26 ET 29 SEPTEMBRE 2017
FORMATION
Objectifs

• Renforcer la culture générale sur la norme IFRS 9


• Comprendre les modifications apportées par IFRS 9 à la classification
et à l’évaluation des instruments financiers
• Comprendre le nouveau système de provisionnement sous IFRS 9
• Mesurer les impacts de la norme IFRS 9
• Appréhender la mise en œuvre et les impacts d’IFRS 9 chez NATIXIS

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 2


Sommaire

1 La norme IFRS 9 Le support de la


formation contient
des pages non
projetées au cours
du séminaire,

2
apportant des
informations
Phase 1 – Classer et évaluer les complémentaires ou
illustrations

instruments financiers Les pages non


projetées sont

3
marquées du
symbole

Phase 2 – Déprécier les actifs


financiers

4 Déclinaison pour Natixis


& échanges

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 3


Glossaire
 ACPR = Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution  FINREP = consolidated FINancial REPorting framework  JVOCI = Juste Valeur par OCI

 AFS = Available For Sale (Actifs disponibles à la vente)  FIRB = Internal Ratings Based Foundation  JVR = Juste Valeur par Résultat

 AMF = Autorité des Marchés Financiers  FP, OF = Fonds Propres (Own Funds)  K, EFP = Exigence en Fonds Propres

 BCE = Banque Centrale Européenne  FSB = Financial Standard Board  LGD = Loss Given Default (perte en cas de défaut)

 BdF = Banque de France  FTA = First Time Application  NIH = Net Investment Hedge

 BM = Business Model (modèle économique)  FTC = Flux de Trésorerie Contractuels  OCI = Other Comprehensive Income (autres éléments du résultat

global)
 CA = Capital Adequacy  GAAP = Generally Accepted Accounting Principles

 PD = Prodbaility of Default (pobabilité de défaut)


 CET1 = Core Equity Tiers 1 (CET1+AT1=T1)  GAAP = Generally Accepted Accounting Principles

 PIT = Point In Time


 CFH = Cash Flow Hedge  FVH = Fair Value Hedge

 RW = Risk Weight (pondération en risque)


 COREP = COmmon solvency REPorting framework  HTC = Held To Collect

 RWA = Risk Weighted Assets (Actifs Pondérés)


 CR = Credit Risk  HTCS = Held To Collect and Sell

 SI = Système d’Information
 CRBF : Comité de la Réglementation Bancaire et Financière  HTM = Held To Maturity (Actifs détenus jusqu’à échéance)

 SPPI = Solely Payment of Principal and Interest


 CRD = Capital Requirements Directive  IAS = International Accounting Standards

 SURFI = Système Unifié de Rapport Financier


 CRR = Capital Requirements Regulation  IASB = Internation Accounting Standards Board

 TIE = Taux d’Intérêt Effectif


 EAD = Exposure At Default (Exposiition au défaut)  IFRIC = IFRS Interpretations Committee

 TTC = Through The Cycle


 EBA = European Banking Authority  IFRS = International Financial Reporting Standards

 XBRL = eXtensible Business Reporting Language


 ECB = European Central Bank  IRBA = Internal Ratings-Based Advanced

 ECL = Expected Credit Loss  ITS = Implementing Technical Standards

 EL = Expected Loss (Pertes attendues)  JV = Juste Valeur

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 4


BUSINESS & REGULATORY FINANCIAL INFORMATION EXPERTISE

1 La norme IFRS 9

FORMATION
Présentation générale

1er Janvier 2018

IFRS 9
3 phases

CLASSIFICATION DEPRECIATION COUVERTURE

IFRS 9
sur option maintenu

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 6


Contexte normatif comptable

▪ Les normes IFRS (International Financial Reporting Standards) sont des normes
internationales destinées à améliorer la communication financière à l’international
par une harmonisation et une standardisation de la présentation des données
comptables. Elles sont rédigées par l’IASB (International Accounting Standards
Board).

▪ Depuis 2005, les normes IFRS remplacent les normes IAS (International Accounting
Standards) existantes depuis 1973.

▪ Le respect des normes IFRS est obligatoire en Europe pour les sociétés cotées en
bourse et les grands groupes internationaux (facultatives pour les autres sociétés)
depuis le 1er janvier 2005.

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 7


Faiblesses d’IAS 39

Suite à la crise de 2008, la norme IAS 39 (Instruments financiers – comptabilisation et


évaluation) a été fortement remise en question. Les critiques suivantes ont notamment
été formulées :

Application incohérente de la norme

Provisions trop faibles et reconnaissance tardive des pertes

Mauvaise adéquation avec la réalité des activités de l’entreprise

Cadre trop complexe pour la classification des instruments financiers

Intention de gestion pas assez prise en compte pour la classification

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 8


Projet de refonte d’IAS 39

Le G20, suite à des débats sur les causes de la crise, a demandé à l’IASB de refondre IAS 39
en une norme simplifiée et adaptée à la réalité économique.

Les améliorations apportées par IFRS 9 comprennent :


• une approche simplifiée pour la classification et l’évaluation des actifs financiers
qui reflète le modèle économique dans le cadre duquel ils sont gérés ainsi que leurs flux de trésorerie contractuels,

• un modèle unique de dépréciation, prospectif, fondé sur les « pertes attendues »,


• une approche sensiblement réformée de la comptabilité de couverture,
qui reste optionnelle*.

* Cette option n’est pas


retenue par les groupes BPCE
et Natixis qui continueront
Phase I Phase II Phase III d’appliquer IAS 39 en matière
de couverture, en 2018, et
Classification Dépréciation Couverture * fourniront les informations
relatives à la couverture dans
les annexes.

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 9


Trois phases en un coup d’œil
Des nouveaux critères 3 Classes

Phase I ACTIFS FINANCIERS PASSIFS FINANCIERS JVR


Classification Instruments de dette
Instruments de
cap. propres
Dérivés trading option JV Autre

Spread
Business Model Trading émetteur JVOCI
Option
HTC HTCS Autres
FVOCI
Cout
SPPI SPPI
SPPI
amorti

SUIVI DE LA
Phase II PÉRIMÈTRE ÉTENDU
CALCUL DES PERTES DÉGRADATION RELATIVE
ATTENDUES À LA QUALITÉ DE CRÉDIT
Dépréciation (ECL) (STAGE/BUCKET)

Phase III
Couverture *

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 10


Phase I : Classification
Les principaux objectifs de la phase I sont :

▪ la simplification de la classification des instruments financiers;

▪ la mise en place de nouveaux critères de classement axés sur les caractéristiques des flux contractuels des

instruments (SPPI) et le modèle auquel ils appartiennent (business model);

▪ le durcissement des conditions d’application de l’évaluation au coût amorti;

▪ la fin des tests de dépréciation sur les instruments de capitaux propres autres que JVR;

▪ la correction du traitement de la dégradation du spread émetteur des instruments de capitaux propres.

ACTIFS FINANCIERS PASSIFS FINANCIERS

Instruments de dette Instruments de capitaux propres Dérivés Trading Option JV Autre

Business Model Trading

HTC HTCS Autres Yes No Spread émetteur

SPPI SPPI SPPI Option FVOCI

Yes No Yes No Yes No

CA JVR JVOCI JVR JVR JVR JVOCI JVR JVR JVR JVR JVOCI CA

Juste valeur par autres éléments Juste valeur par résultat net
Coût amorti (CA)
du résultat global (JVOCI) (JVR)

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 11


Phase II : Dépréciation

La phase II d’IFRS 9 a pour but de substituer au critiqué modèle de perte encourue d’IAS 39 un
modèle unique de dépréciation basé sur les pertes de crédit attendues et sur le suivi de la
dégradation du risque depuis la comptabilisation initiale des instruments éligibles.

La phase II s’articule autours de 3 piliers :

PÉRIMÈTRE ÉTENDU CALCUL DES PERTES ATTENDUES SUIVI DE LA DÉGRADATION


RELATIVE À LA QUALITÉ DE
CRÉDIT
• Actifs au Cout amorti • ECL, et non plus pertes
avérées
• Approche par phase (sain,
• SPPI + JVOCI dégradation significative,
défaillant)

Dégradation
CA JVOCI ECL = PD × LGD × EAD Sain
significative
Défaillance

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 12


Phase III : Couverture

IFRS 9 introduit un modèle sensiblement réformé pour la comptabilité de couverture, avec des informations accrues
sur l'activité de gestion des risques.

Le nouveau modèle représente une révision importante de la comptabilité de couverture qui aligne le traitement
comptable sur les activités de gestion des risques, permettant aux entités de mieux rendre compte de ces activités
dans leurs états financiers.

La macro-couverture n’est pas traité par IFRS 9.

Les principaux axes d’amélioration sont les suivants :

Elargissement des Renforcement du


Elargissement règles d’éligibilité niveau
Assouplissement des
des règles d’éligibilité des des instruments de d’information à
critères d’efficacité
instruments couverts couverture fournir

La phase 3 étant optionnelle, les groupes BPCE et Natixis continueront d’appliquer IAS 39
en 2018, et fourniront les informations relatives à la couverture dans les annexes.

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 13


Calendrier d’application
22/11/2016
24/07/2014 03/2015 Adoption par la ??/10/2017 01/01/2018
Publication de la Réponse à la commission Entrée en vigueur
Amendement IFRS
version finale de la consultation du européenne de la de la norme IFRS 9
9 – Clauses de
norme IFRS 9 par Comité de Bâle sur norme IFRS 9 remboursement
l’IASB les modalités
anticipé
d’implémentations Règlement (UE) n°2016/2067
prévoyant une
d’IFRS 9
compensation
18/12/2015 12/09/2016 négative
BCBS - Guidance on Amendement IFRS 4
credit risk and - « Appliquer la 29/06/2017
accounting for norme IFRS 9 Iavec ITS FINREP IFRS 9
expected credit IFRS 4 Contrats
losses d'assurance »
« Recouvrement » et 12/05/2017
« Report » EBA - Guidelines
on credit
institutions’ CR Assurance/IFRS4:
mgmt practices
Recouvrement/
Report jusqu’à
and accounting
10/11/2016 application
ITG - Réunions du Groupe sur les ressources transitoires des AMF - for ECL IFRS17 en 2021
IFRS liées à la dépréciation des instruments financiers (ITG) Recommandation
IFRS 9 – DOC-
2016-12

2014 2015 2016 2017 2018

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 14


Enjeux pour les établissements financiers

➢ Impact sur le montant des fonds propres


➢ Impacts associés aux reclassements et
aux provisionnements
➢ Gestion de la First Time Application (FTA)
➢ Coût de mise en œuvre

➢ Revue des portefeuilles d’instruments


➢ Coopération des Directions Risque et
Finance
➢ Gestion de la communication
financière et les divergences de norme
➢ Impact sur le coût du risque et le besoin
en capital

➢ Calcul des pertes attendues


➢ Mutualisation sur SI Risque & Finance
➢ Exigence sur le SI d’un niveau et
d’une qualité d’information élevés
pour l’appréciation des pertes
encourues

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 15


BUSINESS & REGULATORY FINANCIAL INFORMATION EXPERTISE
Comité de Bâle

2 Phase I : Classer et évaluer les


instruments financiers

FORMATION
Classification sous IFRS 9
Une classification simplifiée
Catégories Evaluations Catégories &
sous IAS 39 sous IAS 39 évaluations sous
IFRS 9

Juste valeur par résultat


JVR Juste valeur par
(JVR)
résultat net
(JVR)

Disponible à
la vente JVOCI
(AFS) Juste valeur par
autres éléments du
résultat global
(JVOCI)
Prêts et Coût
créances amorti

Coût amorti
Actifs détenus jusqu’à Coût
échéance (HTM) amorti

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 17


De IAS 39 à IFRS 9

CLASSIFICATION

Impairment tests
Type d’actifs
for capital instruments
Instruments de dette
Instruments de capitaux

AFS Evaluation des


propres

passifs financiers
Business Model
HTM Désormais, le gain ou la
perte d’un passif financier,
en JVR, attribuable aux HTC/HTCS/Other
variations du risque de
Tainting rule crédit est comptabilisé en
autres éléments du résultat
global SPPI
Séparation des caractéristiques des flux
dérivés incorporés sur contractuels
les sous-jacents actifs

Quoted/not quoted

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 18


Trois volets de classification sous IFRS 9

ACTIFS FINANCIERS PASSIFS FINANCIERS

Instruments de dette Instruments de capitaux propres Dérivés Trading Option JV Autre

Business Model Trading

HTC HTCS Autres Yes No Spread émetteur

SPPI SPPI SPPI Option FVOCI

Yes No Yes No Yes No

CA JVR JVOCI JVR JVR JVR JVOCI JVR JVR JVR JVR JVOCI CA

ACTIFS FINANCIERS ACTIFS FINANCIERS PASSIFS FINANCIERS


Instruments de capitaux propres Emprunts, DAT, dépôts,
Instruments de dette
émissions, etc.
billets de trésorerie, prêts à Actions principalement

terme, obligations, titrisation,


etc.

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 19


Actifs > Instruments de dettes

De nouveaux critères de classification

1 - Type d’actif = instrument de dettes


(prêts, obligations, etc.)

2 – Business Model = HTC, HTCS, autres

3 – Test SPPI = Yes/No

Intention de gestion Business Model

Caractéristique de l’instrument SPPI

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 20


Actifs > Instruments de dettes
Le critère Business Model

3 modèles économiques à distinguer :

Modèle économique Modèle économique


dont l’objectif est de dont l’objectif est atteint
Autres modèles
détenir des actifs afin à la fois par la perception
économiques
d’en percevoir les flux de de flux de trésorerie (dont activités de trading)
trésorerie contractuels contractuels et par la
IMPORTANCE POUR
vente d’actifs financiers

HTC HTCS AUTRES


Held To Collect Held To Collect and Sell

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 21


Actifs > Instruments de dettes
Le critère Business Model : définition

▪ Le modèle économique représente la manière dont une entité gère collectivement des groupes
d’actifs financiers en vue d’atteindre un objectif économique donné.

▪ L’appréciation se fait à un niveau agrégé d’instruments financiers, documenté, et ne dépend donc


pas d’une intention de gestion pour un instrument financier particulier (analyse portefeuille par
portefeuille).

▪ L’appréciation du modèle économique doit se baser sur des informations pertinentes et des faits
observables comme par exemple :
− La gestion des risques
− La rémunération des dirigeants (basée sur les flux contractuels perçus ou sur la JV des actifs ?)
− L’évaluation de la performance et la façon dont elle est présentée aux dirigeants de l’entité

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 22


Actifs > Instruments de dettes
Le critère Business Model : 3 modèles

La stratégie de gestion est de détenir des actifs afin d’en percevoir les flux de trésorerie contractuels au cours
de la durée de vie des actifs.
HTC

La vente des actifs ne remet pas en question le modèle de gestion HTC si ces cessions interviennent dans un
cadre limité :
▪ Cession résultant de l’augmentation du risque de crédit;
▪ Cession proche de l’échéance et dont le prix reflète les flux de trésorerie contractuels restant dus;
▪ Fréquence historique et un montant des ventes qui restent peu significatifs.
HTCS

La perception des flux de trésorerie contractuels et la vente d’actifs financiers sont toutes deux essentielles à
l’atteinte de l’objectif du modèle économique.
Dans ce modèle, la vente d’actifs est essentielle, et non accessoire.
La cession d’actif est typiquement plus fréquente et significative que dans le modèle HTC.

Si les actifs financiers ne s’inscrivent dans aucun des deux modèles précédents, ils sont classés dans les autres
Autres

modèles de gestion et sont évalués à la JVRN. Il s’agit d’une catégorie par défaut.
En corollaire, les activités de trading sont soumises à ce modèle.
Dans ce modèle, la décision de conserver ou de céder des actifs s’appuie sur la JV des actifs pour en évaluer
le rendement.

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 23


Actifs > Instruments de dettes
Le critère SPPI

Critère SPPI :

Flux de trésorerie contractuels qui Flux de trésorerie contractuels qui ne


correspondent uniquement à des correspondent pas uniquement à des
remboursements de principal et à des remboursements de principal et à des
versements d’intérêts sur le principal versements d’intérêts sur le principal
restant dû restant dû

SPPI NON SPPI


Solely Payment of Principal and Interest

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 24


Actifs > Instruments de dettes
Le test SPPI : principe

Le test des caractéristiques des flux de trésorerie doit permettre de répondre à la


question : le contrat est-il considéré comme simple ou complexe ?

Dans un financement simple, il faut que les intérêts de l’actif financier soient la
contrepartie de la valeur temps de l’argent, du risque de crédit et d’autres éléments
« accessoires » comme le risque de liquidité, des coûts administratifs ou une marge
bénéficiaire (exemple : contrat de prêt de base « vanille »).

Valeur
temps Risque
Autres Intérêts
de de crédit
l’argent

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 25


Actifs > Instruments de dettes
Le cas de parts de titrisation
Dans les transactions multi-tranche qui concentrent le risque de crédit sur certaines d’entre elles, une tranche est
considérée comme ayant des caractéristiques de SPPI et ainsi être comptabilisé au CA ou JVOCI, si les trois critères
suivants sont respectés:

1. les termes contractuels de la tranche évaluée donnent lieu à des flux de trésorerie qui sont SPPI sur le capital en
circulation ;

2. le groupe de sous-jacent doit contenir un ou plusieurs instruments qui ont des flux de trésorerie contractuels qui
sont SPPI sur le capital en circulation et tout autre instrument dans le pool sous-jacent doit soit:

a) réduire la variabilité des flux de trésorerie des principaux instruments dans le pool et, constituer avec ces
instruments principaux, des flux de trésorerie SPPI ; ou
b) aligner les flux de trésorerie des tranches avec les flux de trésorerie instruments sous-jacents pour remédier
aux différences de:
• de taux d'intérêt, fixe ou flottant ;
• de devise dans laquelle les flux de trésorerie sont libellés ;
• d’échéancier des flux de trésorerie;

3. l'exposition au risque de crédit inhérente à la tranche est égale ou inférieur à l'exposition au risque de crédit de
tout le groupe d'instruments sous-jacent (par exemple, la cote de crédit de la tranche est égale ou supérieure à la
cote de crédit qui s'appliquerait à un emprunt unique qui aurait financé le pool sous-jacent).

Si ces critères ne sont pas vérifiés, la tranche doit comptabilisée en JVR.

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 26


Actifs > Instruments de dettes
Le test SPPI : analyse

L’objectif du business
model est il la perception
Oui de flux de trésorerie Oui JVOCI ou
QUALITATIVE

Les FTC correspondent SUCCES contractuels ou cette Coût amorti


ANALYSE

uniquement au dernière et la vente selon le BM


remboursement du principal d’actifs financiers ?
et au versement des intérêts
sur le capital restant dû ? Non Non
ECHEC JVR
1

Pas de résultat
précis

L’objectif du business
Différence peu model est il la perception
de flux de trésorerie Oui JVOCI ou
significative
QUANTITATIVE

Benchmark : SUCCES contractuels ou cette Coût amorti


selon le BM
ANALYSE

Comparaison des flux de dernière et la vente


trésorerie contractuels de d’actifs financiers ?
Différence
l’actif étudié avec les FTC
d’un actif de référence significative Non
ECHEC JVR
2

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 27


Actifs > Instruments de dettes
Le test SPPI : quelques exemples

▪ Prêts de base (« vanille »)


▪ Instrument comportant une date d’échéance stipulée à l’égard duquel les flux de trésorerie sont entièrement fixes ,
ou comportant un intérêt à un taux variable aligné sur la périodicité de l’indice (EURIBOR 3 mois refixé tous les 3
mois)
▪ Obligations comportant une date d’échéance stipulée à l’égard de laquelle le principal et les intérêts sont liés
(sans effet de levier) à un indice d’inflation de la monnaie dans laquelle l’instrument est émis
▪ Instruments à taux variable comportant une date d’échéance stipulée offrant périodiquement à l’emprunteur le
choix d’un taux d’intérêt du marché
▪ Obligations comportant une date d’échéance stipulée et portant intérêt à un taux de marché variable plafonnée

▪ Obligations convertibles
▪ Prêts portant intérêt à taux variable inversé
▪ Prêts sans recours
▪ Parts d’OPCVM
▪ Instruments dont le montant remboursé est indexé sur un indice ou sur un autre sous-jacent

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 28


Actifs > Instruments de capitaux propres

De nouveaux critères de classification

1 - Type d’actif = instrument de capital


(principalement actions)

2 – détenu à des fins de trading


Classement en JVR

3 – option FVOCI
en option en JVOCI pour les instruments de capitaux propres ne
répondant pas à la définition d’un actif détenu à des fins de
transaction à leur date d’acquisition

- Les dividendes restent reconnus en résultat


(sous conditions)
- Les plus et moins values latentes et réalisées ne passent
jamais en résultat

Intention de gestion Trading O/N

Caractéristique de l’instrument

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 29


Actifs financiers – reclassement

Le reclassement des actifs financiers est très encadré par la norme IFRS 9. Celui-ci n’est
désormais possible que lorsque le modèle économique change ; ce qui demeure un
fait plutôt rare pour un groupe d’actifs financiers.

Changements
Décision de la Changement Reclassement
importants
Direction de modèle obligatoire des
internes ou
Générale économique actifs financiers
externes

En cas de reclassement, l’entité devra fournir toutes les informations


relatives à celui-ci au titre d’IFRS 7 : instruments financiers – informations
à fournir

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 30


Actifs financiers – synthèse

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 31


Passifs financiers

A OPTE POUR L’ANTICIPATION 2016


DU TRAITEMENT DES PASSIFS JVOCI

Critères de classification (peu de changement)

1 – Coût Amorti par défaut

2 – Trading Oui/Non

3 – Option de Juste Valeur (3 critères)

4 – Variation de valeur due à la variation


du spread émetteur pour les instruments
de capitaux propres : JVOCI

Peu de changements, IAS 39, ayant été jugée satisfaisante


Le seul point auquel il a été demandé de remédier urgemment concerne les variations de juste valeur résultant du risque de crédit
propre, lorsqu'une entité a opté pour la juste valeur. Lorsqu'une entreprise a émis des instruments et que son propre crédit se détériore,
la diminution de la juste valeur de son passif se traduit par un profit (et le rétablissement de son crédit, par une perte).
Selon IFRS 9, les variations de juste valeur seront désormais comptabilisées (sauf exception) dans les autres éléments du résultat global
tandis que le bilan continuera à enregistrer la juste valeur.

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 32


Passifs financiers

Option pour la JVR


▪ L’entité peut, lors de la comptabilisation initiale, désigner irrévocablement un actif ou passif
financier comme évalué à la Juste Valeur par Résultat si cette désignation élimine ou réduit
sensiblement une incohérence dans l’évaluation ou la comptabilisation (= non-concordance
comptable).

▪ Par exemple, si un actif financier est évalué à la JVR mais qu’un passif que l’entité considère
comme lié à cet actif financier est évalué au coût amorti, l’entité peut décider lors de la
comptabilisation initiale d’évaluer ce passif à la JVR pour une information plus pertinente.

▪ Pour les passifs financiers, cette option est également possible pour un groupe de passifs
financiers ou un groupe d’actifs et de passifs financiers gérés collectivement et dont la
performance est évaluée selon leur juste valeur.

▪ De même, les dispositions en matière d’analyse des dérivés incorporés sont maintenues pour le
classement et l’évaluation des passifs financiers.

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 33


Passifs financiers – risque de crédit propre

▪ Lorsqu’une entité choisit d’évaluer sa propre dette à la juste valeur, elle doit
appliquer un traitement spécifique à la variation de juste valeur découlant des
variations du risque de crédit qui lui est propre.

▪ Le gain ou la perte d’un passif financier désigné à la JVR, attribuable aux variations
du risque de crédit propre est, sauf exceptions, comptabilisé en autres éléments du
résultat global (JVOCI) non recyclables.

▪ Le montant résiduel de la variation de la juste valeur est comptabilisé en résultat.

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 34


Lien avec le FINREP

Application d’IFRS 9 au FINREP :


Au 1er arrêté suivant le passage à IFRS 9
(31 mars 2018)
Pour aller plus loin :

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 35


Lien avec le FINREP
Les évolutions du FINREP en lien avec la phase I d’IFRS 9 concernent 20
69 tableaux sous IFRS 9
contre 65 sous IAS 39 (6 états. Ci-dessous l’exemple de l’état F1.1 (Actif) illustrant que les évolutions
tableaux nouveaux et 2
suppression) dans les classifications d’IFRS 9 se répercutent dans les états FINREP à

Modification de structure l’identique. Certains tableaux demandent néanmoins des informations


pour 28 tableaux
complémentaires par rapport à celles requises par la norme.

Nouveau
pavé

Modification

Suppression

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 36


BUSINESS & REGULATORY FINANCIAL INFORMATION EXPERTISE
Pouvoir et sanctions de la BCE

3 Phase II : Déprécier les actifs


financiers

FORMATION
Présentation

DEPRECIATION

SAINS DOUTEUX

Aucun indice objectif Indice sur base collective Indice sur base individuelle
de dépréciation identifié et calcul de provision et calcul de provision

STAGE 1 STAGE 2 STAGE 3

ECL à 1 an ECL à maturité PROVISION INDIVIDUELLE

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 38


Faiblesses du modèle des pertes avérées IAS 39

Approche à postériori qui traduit dans les états financiers les


conséquences d’événements passés

Dépréciations insuffisantes et tardives (Too little / Too late)

Modèle basé sur les pertes encourues

Approche favorisant la pro cyclicité

Interdiction d’une dépréciation prospective

Dès 2009, le G20 et le FSB (Financial Stability Board) préconisent un nouveau modèle de
provisionnement capable d’anticiper de manière dynamique les pertes de crédit
attendues (ECL = Expected Credit Losses).

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 39


Nouveau modèle de dépréciation sous IFRS 9

L’IASB rédige la phase 2 de la norme IFRS 9 et construit un nouveau modèle de


provisionnement basé sur la perte attendue et applicable au périmètre suivant :

PERIMETRE IFRS 9 – Phase II

Créances de
location

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 40


Trois niveaux de dépréciation

Amélioration RISQUE DE CREDIT Détérioration

STAGE 1 STAGE 2 STAGE 3

ECL à un an ECL à terme Provision Indiv.

- Pas de dégradation du - En cas d’augmentation - Détérioration du risque de


risque de crédit ou si le significative du risque de crédit telle que l’actif est
niveau du risque est faible crédit et si le niveau de douteux (credit impaired)
risque est élevé
- ECL 12 mois : approximation - Provision individuelle :
du niveau de pertes facturé - ECL à maturité : inchangé par rapport à ce
dans le taux d’intérêt de Comptabilisation de pertes qui est fait sous IAS 39
l’actif à terme.

TIE (Taux d’Intérêt Effectif) sur TIE sur la valeur brute TIE sur la valeur nette des
la valeur brute dépréciations

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 41


Dépréciation – critères de dégradation

DEGRADATION si ANALYSE
variation du risque de défaut sur la durée de vie de l’instrument
MULTIFACTORIELLE
16 critères HISTORIQUE
dont les principaux sont : PREVISIONNELLE
- baisse de la note externe
- baisse de la note interne COLLECTIVE
- changements importants dans la performance avérée ou attendue SI PAS INDIVIDUELLE
- Impact d’une détérioration des perspectives macro-économiques

Prendre en compte l’impact du risque de crédit, la


probabilité de subir une perte de crédit, la valeur
temps de l’argent, les informations raisonnables et
justifiables et la période maximale à prendre en
considération pour évaluer les pertes de crédit,

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 42


Dépréciation – critères de dégradation

Critères de dégradation significative à prendre en compte :

- L’entité doit fonder son appréciation sur la variation du risque de défaut au cours de la durée de vie attendue de
l’instrument.

- L’analyse est multifactorielle : la pertinence d’un facteur particulier et son poids relatif dépendent des caractéristiques de
l’instrument, de l’emprunteur et de la zone géographique où il exerce.

- La norme fournit une liste non exhaustive de 16 critères. Ex : baisse de la note externe, baisse de la note interne ou du
score de comportement, changements importants dans la performance avérée ou attendue de l’emprunteur,
détérioration des perspectives macro-économiques avec des répercutions importantes possibles pour l’emprunteur…

- Le Comité de Bâle, dans sa recommandation, attend des banques qu’elles examinent chacune des 16 classes
d’indicateurs présentés par la norme et qu’elles étudient la nécessité de prendre en considération d’autres informations.

- L’analyse doit prendre en compte des informations disponibles historiques actuelles et prévisionnelles.

- L’appréciation doit être faite sur base collective quand ces facteurs ne peuvent être identifiés de façon individuelle.
Cela peut en particulier être le cas des informations prospectives et des facteurs macro-économiques.

- Le suivi de la dégradation devant être effectué depuis la comptabilisation initiale de l’instrument, il peut exister des
instruments provisionnés sur la base des pertes attendues à 1 an et d’autres sur la base des pertes attendues à maturité.

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 43


Dépréciation – guidance BCBS

 Texte publié en décembre 2015 par le Comité de Bâle, qui estime que les mesures simplificatrices
prévues par la norme IFRS 9 ne sont pas appropriées pour les banques :

Guide d’application du Comité de Bâle


Dispositions simplificatrices IFRS 9
(concerne les encours de crédit B et HB et les garanties)

Les banques doivent développer des systèmes et processus nécessaires


Proportionnalité : l’entité n’a pas à engager
pour utiliser toutes les informations raisonnables utiles à une
des coûts et des efforts déraisonnables pour
implémentation solide, cohérente et de haute qualité.
réaliser son évaluation du risque de crédit
 Investissement initial couteux mais bénéfique à long terme

Dérogation à l’évaluation de L’utilisation de cette simplification par les banques serait un signe de
l’augmentation significative du risque de faible qualité d’implémentation de la norme.
crédit pour les expositions jugées comme  Les banques doivent toujours évaluer l’augmentation significative
ayant un risque de crédit faible du risque de crédit même si le risque de crédit est faible

Présomption réfutable d’augmentation


Les banques doivent être capables d’identifier une dégradation du
significative du risque de crédit à partir de
risque de crédit en amont d’un impayé
30 jours d’impayés

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 44


Evaluation des dépréciations
Le modèle des pertes attendues prend en compte :
▪ les événements passés (ex : historique des pertes pour des instruments similaires)
▪ les conditions actuelles
▪ La prévision des conditions économiques futures

Expected Credit Loss (ECL)

Les pertes de crédit attendues sont une estimation, établie par pondération probabiliste.

Le montant des pertes de crédit peut être mesuré avec les paramètres bâlois ajustés :
Moyenne pondérée des pertes attendues au titre du risque de crédit sur la période étudiée
(12 mois ou durée de vie totale selon le stage de provisionnement)

ECL = PD × LGD × EAD


PD = Probability of Default = Probabilité que l’instrument fasse l’objet d’une défaillance
LGD = Loss Given Default = Total des pertes de crédit attendues qui découleraient de la défaillance
EAD = Exposition at Default = Exposition au défaut

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 45


Exemple de calcul (simplifié)
L’entité A a prêté un million €.

Elle estime la probabilité de défaut à l’origine à 0,5% pour un horizon de douze mois
(Stage 1).

Elle estime qu’en cas de défaut, une perte de 25 % de l’encours actuariel brut serait
encourue.

▪ PD = 0,5%
▪ LGD = 25%
▪ EAD = 1 000 000€

Rappel : ECL = PD x LGD x EAD

Le montant de la perte attendue à provisionner en date de première comptabilisation


est :

ECL = 0,5% x 25% x 1 000 000 = 1 250 €

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 46


Liens et écarts avec le modèle Bâlois

« Les notions de risque de défaut et de pertes attendues renvoient assez


spontanément au dispositif réglementaire issu de l’application des accords de Bâle
encadrant les exigences de solvabilité pour les banques. L’IASB reconnaît qu’une des
demandes exprimées par les utilisateurs étaient un meilleur alignement des normes
comptables et des règles prudentielles (IASB, 2014, § BCE.125), et il est certain que des
points de convergence existent désormais entre les deux. Mais l’approche reste
différente, l’IASB privilégiant en particulier une démarche centrée sur la situation à la
date de clôture, le régulateur mettant quant à lui l’accent sur l’ensemble du cycle
économique. »

Extrait article Revue Française de la Comptabilité | N°497 Avril 2016


Stéphane Lefrancq, maître de conférences, CNAM Lirsa

Extrait article Revue Banque| N°793 Février 2016


Pierre-Yves CURTET, associé Equinox-Cognizant

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 47


Liens et écarts théoriques avec le modèle Bâlois

 Le Comité de Bâle indique, dans sa recommandation, que le montant des pertes de crédit peut
être mesuré avec les paramètres bâlois ajustés

Domaine CRDIV/CRR IFRS 9

- Vision Through the cycle - Vision Point-in-Time


- Horizon 1 an - Horizon 1 an (S1) ou à terme (S2/3)
PD - Base contrepartie (ou transaction pour le retail) - Base contrat
- Mesure de la qualité intrinsèque du tiers - Mesure prospective (forward looking)
- Floor de PD à 0,03% - Aucun floor exigé

- Vision Through the cycle - Vision Point-In-Time


- Sur les entrées en défaut de l’année - Sur les entrées en stage 2
LGD
- Conditions de bas de cycle (downturn) - Mesure prospective (forward looking)
- Floor de LGD (selon le type de transaction) - Aucun floor exigé

- Hors bilan sur CCF de bas de cycle - Hors bilan sur CCF de conjoncture
EAD - Pas de prise en compte des hypothèses de RA - Hypothèses de rachats anticipés
- Critères bâlois d’éligibilité des sûretés - Critères élargis d’éligibilité des sûretés

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 48


Impacts sur le ratio de solvabilité

Dans le calcul du ratio de solvabilité :


• SA (standard) : la hausse des dépréciations IFRS 9 vs. IAS 39 impacte directement le numérateur du
ratio (CET1) et de façon pondérée le dénominateur (RWA)  baisse du ratio.
• IRB (notations internes) : le mécanisme de déduction ou réintégration de la différence entre
provisions comptables et EL bâloise s’applique.
L’EBA a mené deux études d’impacts quantitatifs, les résultats de la dernière ont été publiés le 13 juillet.

PROV. CET1 PROV. CET1

+13% -45pbs SA +6% -77pbs


FULL STANDARD
MOYENNE

+18% -75pbs
IRB +16% -32pbs
NOT.INTERNES
3 QUARTILES

Panel de 50 banques G-SIIs ou O-SIIs de 20 Etats Membres UE


Données 30/9/2016 ou 31/12/2016 (avant anticipations 2017)

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 49


Prise en compte dans le calcul des ratios

Des dispositions transitoires devraient atténuer l’impact négatif d’IFRS 9 sur le ratio de
solvabilité. Le Comité de Bâle, la commission Européenne, l’EBA et le Conseil de l’Union
Européenne ont émis des propositions.

Le 16 juin 2017, le Conseil de l’Union Européenne a


arrêté sa position et une proposition d’amendement au
CRR (575/2013) concernant la mise en place d’une
phase transitoire de 5 ans permettant aux banques
européennes qui le souhaitent, d’étaler les effets
négatifs de la première application d’IFRS 9 sur les
fonds propres.

Inclure dans les fonds propres (CET1) une partie


(dégressive) de l’augmentation des provisions ECL,
ETALEMENT : lorsque le bilan d’ouverture IFRS 9 reflète une
augmentation des provisions nettes d’impôts par rapport au bilan de
clôture IAS 39.
ALLEGEMENT : en cas d’augmentation significative et inattendue des
provisions IFRS 9 par détérioration macroéconomique.

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 50


BUSINESS & REGULATORY FINANCIAL INFORMATION EXPERTISE

4 Déclinaison chez Natixis


& échanges

FORMATION
Présentation par les normes comptables

RETENIR / APPROFONDIR
THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 52
THEIA by Julhiet Sterwen

Selon la mythologie En astronomie, Théia


grecque et romaine, est une protoplanète
Théia (Θεία) est une de la taille de Mars qui
Titanide, fille d'Ouranos pourrait être à l’origine
(le Ciel) et de Gaïa (la de la création de la
Terre) Lune selon la théorie du
Giant Impact

THEIA by JULHIET STERWEN REGULATORY FINANCIAL EXPERTISE 53