Vous êtes sur la page 1sur 11

1

RWANDA : LE LOGICIEL DU GENOCIDE

«Un génocide n’est ni un massacre ni un crime contre l’humanité. C’est une extermination
rationnellement décidée et mise en œuvre par un Etat»1.
En avril 1994, au Rwanda, eut lieu un des derniers génocides du XX siècle où près de 800,000 Tutsi
et Hutu de l’opposition furent massacrés en moins de 3 mois. La France, qui soutenait le régime,
reconnaît une faute politique mais pas de responsabilité militaire comme le déclarait encore le 26
janvier 2008, Bernard Kouchner, Ministre des affaires étrangères françaises, en présence du
président rwandais Paul Kagamé à Kigali. Quel fut le rôle et la nature de l’assistance technique
militaire française (ATMF) sachant que les troupes françaises ne participèrent que ponctuellement
aux combats et que seuls quelques militaires français étaient présents au moment du génocide ?
Quelle était la nature de la menace et quelles furent les mesures prises pour la contrer ?
Généralement, la guerre, encore plus un génocide perpétré par des «sauvages», demeure pour
beaucoup inintelligible. Pourtant, pour amener des civils vivants côte à côte depuis des siècles à
s’entretuer, il faut une méthode. Cette méthode, c’est la Doctrine de la Guerre Révolutionnaire (DGR)
du colonel Lacheroy de l’Ecole militaire de Paris formulée après la défaite française en Indochine.
«La DGR n’implique pas une volonté de génocide stricto sensu mais certains affirment que l’on peut,
avec la terreur de masse et l’utilisation de la machette, éliminer plus de gens qu’à Hiroshima»2.
«Cette doctrine est apparue si performante qu’elle sera enseignée à toutes les dictatures latino-
américaines et aux Etats-Unis qui la mettent en oeuvre au Vietnam»3. Au Rwanda, la DGR sera mise
en œuvre dès la veille de l’indépendance par le colonel belge Guy Logiest et presque tous les
officiers supérieurs rwandais, formés en Belgique ou en France, feront l’apprentissage de cette
doctrine.
La Doctrine de la Guerre Révolutionnaire
«La DGR permet de gagner les guerres où l’enjeu est le contrôle des populations et la traque de
l’ennemi intérieur afin d’éviter qu’il ne prenne le pouvoir. Pour cela, il faut crée une cohésion
animique du peuple avec le chef d’Etat, cohésion qu’on obtient par la terreur de masse»4. Cette
doctrine combine trois dimensions : (1) une dimension verticale avec la mise en place d’une
hiérarchie parallèle qui se substitue au pouvoir civile en période de troubles, (2) une dimension
horizontale caractérisée par le quadrillage territorial et le fichage systématique de la population afin
de la fixer en surface, (3) une dimension de guerre psychologique combinant propagande (tracts,
journaux et radio) et actions violentes (attentat, assassinat, torture) afin de créer cette terreur de
masse.
Hiérarchie parallèle - «En 1951, le lieutenant colonel Lacheroy découvre sur le cadavre d’un
commissaire politique l’organigramme du Vietminh. Il comprend que chaque Vietnamien est pris
dans un maillage d’organisations formant des hiérarchies parallèles et clandestines : organisations
de jeunesse et professionnelles encadrant la population au quotidien et doublant l’administration
locale, de la commune à la région. Ces organisations contrôlent les déplacements, l’économie et
assurent l’autodéfense des habitants. Les cadres du parti communiste (10% de la population),
disséminés à chaque échelon contrôlent le dispositif»5. Les récalcitrants, les notables notamment,
sont assassinés. Ce dispositif permet de «retourner» la population qui finit par soutenir la guérilla.
Lorsque la France perd ce conflit, le colonel Lacheroy devient le maître à penser de l’Ecole de guerre
de Paris. La DGR sera mise en pratique une première lors de la guerre d’Algérie en 1956.
Quadrillage - «A Alger, le lieutenant-colonel Trinquier établit un quadrillage par secteurs et sous-
secteurs et recense toutes les familles. Les chefs de famille sont intégrés dans un bureau au niveau
du sous-secteur qui s’intègre dans un ensemble plus grand, le secteur et ainsi de suite. En parallèle,
il établit un service de renseignement où chaque niveau va servir de source de renseignements au

1 Patrick de Saint-Exupéry, l’inavouable. p.15


2 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.53
3 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.41
4 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.49
5 Gabriel Périès & David Servenay - Une guerre noire. p.40
2
niveau supérieur. A chaque sous-secteur et secteur correspond un numéro qui figure sur la carte
d’identité. Le quadrillage territorial fonctionne «en double comptabilité». Lors d’un contrôle, le
«numéro minéralogique» permet d’identifier celui qui n’est pas au bon endroit et de l’interroger»6.
L’organisation d’un quadrillage territorial serré avec une superposition de niveaux, institue de facto
une hiérarchie parallèle. En situation d’urgence, le militaire se substitue à l’autorité civile et s’occupe
de tous les domaines : justice, armée, etc. La finalité logique de cette dynamique est le putsch
comme à Alger le 23 avril 1961 ou à Kigali le 7 avril 1994. Contrairement au Vietminh, le
gouvernement rwandais n’opère pas dans la clandestinité. La dimension hiérarchique épouse le
quadrillage territorial et implique quatre niveaux: (1) l’akazu (petite maison), soit l’entourage immédiat
d’Habyarimana et de sa femme, (2) les 300 cadres ruraux, (3) les 30,000 miliciens Interahamwe,
exécuteurs de base des massacres et (4) la garde présidentielle. «Les violences épousent les
frontières administratives du pays et s’arrêtent à une frontière parce que le bourgmestre peut dire :
«vous massacrez, puis vous arrêtez de massacrer, jusqu’à la frontière administrative»7.
Guerre psychologique - «La propagande exerce une pression sur l’émotivité et le comportement
d’un groupe donné, au bénéfice du groupe qui la diffuse. La propagande est (1) blanche quand sa
source est connue et officiellement revendiquée, (2) grise si dans un souci tactique le doute est
entretenu sur sa source, (3) noire si elle prétend émaner d’une autre source que la véritable8. La
propagande combine des moyens matériels (presse, radio, rumeur), des moyens d’influence
(infiltration, compromission et intoxication) et des moyens actifs (grève, sabotage et terrorisme !)»9.
«La propagande permet aussi de déshumaniser l’adversaire comme montrer un fellagha sous la
figure d’un cancrelat qu’il faut écraser. Dès lors, tout est permis»10.
Mais le catalyseur ultime, c’est la terreur. «La terreur exerce une action paralysante sur les
adversaires et une action attractive sur ceux qui sont susceptibles de se rallier. La terreur permet
d’établir le partage des eaux entre l’ami et l’ennemi. Un no man’s land couvert de cadavres est la
meilleure des séparations entre la société déchue et la société naissante»11. «La peur paralyse dit
Lacheroy, et lorsque l’on tient un récipient, on peut verser ce que l’on veut dedans : lorsqu’un homme
est saisi par la terreur, il se vide et on peut verser le message que l’on veut à l’intérieur»12. «La
terreur favorise l’adhésion des populations et s’obtient par l’assassinat, la disparition, la mutilation et
la torture, des crimes généralement commis par les escadrons de la mort»13.
Après la guerre d’Algérie, les officiers français de la guerre révolutionnaire sont envoyés là où leur
savoir peut encore servir. «Toute une série d’officiers sud américains sont formés à l’École de
Guerre en France. L’Etat-major argentin, sous la conduite d’officiers français intégrés dans les états-
majors, organise à partir de 1959 la territorialisation de l’armée (quadrillage). Ils ciblent par
profession ou zone géographique pour créer un choc qui tétanise la population»14. «Martin Almada
est torturé sauvagement par les hommes du général Stroessner (Paraguay). Sa femme décédera
d’un infarctus, après que les tortionnaires lui eurent fait écouter un enregistrement des cris de
douleur de son mari»15.
Le Rwanda (1922 – 1990)16
En 1922, la Société des Nations confie à la Belgique l’administration du territoire en partenariat avec
le Mwami (roi tutsi). La distinction ethnique est contestée17 mais, instituée par le colonisateur, elle
finira par s’imposer. En 1931, la mention ethnique est introduite sur les livrets d’identité afin de

6 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.454


7 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.227
8 Ministère de la défense nationale, Instruction provisoire sur l’arme psychologique TTA 117, juillet 1957, p.9
9 Ministère de la défense Instruction sur l’emploi de l’arme psychologique TTA 117 p.19
10 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.49
11 Gabriel Périès & David Servenay - Une guerre noire. p.46
12 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.48
13 Marie-Monique Robin, Escadrons de la mort, l’école française.
14 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.45
15 Marie-Monique Robin, Escadrons de la mort, l’école française p.371 Archives de la terreur
www.unesco.org/webworld/paraguay/index.html
16 Historique de cette partie extrait de VIRET Emmanuel, 2008, Rwanda Index chronologique (1867-1994), sauf mention contraire.
17 Les Bahutu, les Batutsi et les Batwa parlent la même langue (kinyarwanda), la même culture (ikinyarwanda), les mêmes croyances
(imana) et habitent le même territoire. Il n’y a donc qu’une seule ethnie : les Banyarwanda. Dorcy Rugamba, Hutu/Tutsi.
3
recenser les contribuables. En 1946, le Mwami consacre son pays au Christ-Roi. Parallèlement, une
contre élite hutu émerge. Le discours indépendantiste de l’UNAR, parti monarchiste tutsi, incite les
Belges à soutenir les Hutu et suivent donc de près les «guerres révolutionnaires» de la France en
Indochine et en Algérie car ils redoutent des troubles similaires. En 1959, l’agression d’un populaire
chef hutu par l’UNAR déclenche une insurrection paysanne, où plusieurs centaines de Tutsi sont
tuées, plusieurs milliers fuyant le pays.
La Belgique décrète l’état d’urgence et envoie le colonel Logiest. «Formé à la guerre révolutionnaire,
il développe un cadre politico-militaire avec comme objectif de faire disparaître la monarchie tutsi»18.
«Il remplace les chefs tutsi par des chefs hutu, recrute les cadres de l’armée dans le nord, région
hostile au Mwami et mobilise la population au profit du parti Parmehutu en larguant des tracts sur les
collines. Mais l’action psychologique ne suffit pas, il faut faire peur. Au printemps 1960, un bataillon
parachutiste s’installe à Kigali. Le 6 juin à Butare, après que 1,165 huttes eurent été brûlées par des
militants du Parmehutu, un groupe de 250 Tutsi refusent l’exil qu’on leur propose. Un peloton de
gendarmes est envoyé sur place. Un groupe d’irréductible refuse de se rendre et seront abattus au
cours d’une fusillade»19.
L’indépendance - Fin juin, le MDR-Parmehutu remporte 84%. «La nouvelle constitution s’inspire de
la constitution française avec un pouvoir présidentiel fort qui décrète les mesures d’urgences après
avis du gouvernement et l’autorité militaire exerce directement les pouvoirs attribués à l’autorité civile
à laquelle elle est substituée par la législation sur l’état d’exception. Tout est dit, rien n’est explicité.
Les techniciens du droit restent des orfèvres du camouflage.»20. Les offensives militaires de l’UNAR
réfugiée dans les pays voisins, renforce la cohésion du Parmehutu qui, en représailles, massacre les
Tutsi de l’intérieur (10,000 morts en 1963). C’est dans les années 1960 qu’apparaît le mot inyenzi
(cancrelat) qui finit par désigner l’ensemble de la population tutsi.
Le Parmehutu connaît alors des tensions internes, notamment sociales et régionales, que la lutte
contre un ennemi commun avait masquées. Profitant du trouble, le général Habyarimana, ministre de
la Défense originaire du Nord, prend le pouvoir le 5 juillet 1973. Il entend surmonter la polarisation
ethnique par «l’idéologie du développement» et l’unité nationale. Le Mouvement Révolutionnaire
National pour le Développement (MRND), parti unique créé en 1975, se confond entièrement avec
les structures de l’Etat et les bourgmestres, nommés par le président, se retrouvent intégrer dans
une structure pyramidale qui remonte jusqu’à lui. Tous les citoyens rwandais sont membres d’office
du parti. Le territoire est complètement quadrillé, divisé en préfectures, secteurs et cellules. Les
slogans nient tout clivage ethnique : «hutu, tutsi, twa, sont des prénoms, Rwandais est notre nom de
famille», bien que 85% des postes sont réservés aux Hutu. L’un des pôles du pouvoir, «l’akazu»,
regroupe Agathe Habyarimana, l’épouse du Président, et ses frères.
En Ouganda, les réfugiés rwandais participent à la prise du pouvoir par Museveni en janvier 1986 et
fondent le Front Patriotique Rwandais (FPR) en 1987. Le FPR réclame le retour des réfugiés mais se
heurte au refus de Habyarimana. Le multipartisme est encouragé par le discours de Mitterrand à La
Baule en juin 1990, qui conditionne l’aide française à la démocratisation. Habyarimana annonce en
juillet une possible ouverture vers le multipartisme. Toutefois, la chute des cours du café et la
corruption plongent le pays dans une crise grave. Un Plan d’ajustement structurel (PAS) est signé, le
franc rwandais est dévalué à deux reprises, l’inflation atteint 19,2% (1991).
Accord de coopération militaire.
«En 1975, un premier accord de coopération militaire est signé avec Valéry Giscard d’Estaing qui a
été formé par le colonel Lacheroy lorsqu’il était officier de réserve à l’École de Guerre»21. L’accord
prévoit que «la France mette à disposition les militaires français nécessaire pour l’organisation et
l’instruction de la Gendarmerie rwandaise». En 1983, une première révision précise que les
personnels français «servent sous l’uniforme rwandais avec un badge Coopération Militaire»22 car ils

18 Gabriel Périès & David Servenay - Une guerre noire. p.100


19 Gabriel Périès & David Servenay - Une guerre noire. p.101
20 Gabriel Périès & David Servenay - Une guerre noire. p.108
21 Mission d’information parlementaire française (1998) p. 19
22 Mission d’information parlementaire française (1998) p.27
4
peuvent être appelés à occuper des postes de substitution dans la Gendarmerie rwandaise et une
deuxième modification, en 1992, supprime l’interdiction faite aux coopérants militaires d’être associés
de près ou de loin à toute opération de guerre ou de rétablissement de l’ordre malgré les velléités
génocidaires de plus en plus apparentes du gouvernement»23.
Lors de sa première offensive du 1er octobre 1990, le FPR qui ne dispose ni d’artillerie ni de blindés
parvient jusqu’à 90 kilomètres de Kigali. «L’irruption des rebelles fournit le prétexte à la première
manipulation, celle qui enclenche la mécanique. En accord avec le gouvernement rwandais, l’armée
française met en scène la fausse attaque de Kigali destiné à masquer l’opération grise» 24 .
L’opération Noroît est déclenchée pour assurer la sécurité des ressortissants français25. Le 4 octobre
1990, 150 légionnaires atterrissent à Kigali pour faire face à «l’attaque rebelle». «Les soldats
débarquent des avions comme s’ils allaient faire la guerre, alors que pas un seul coup de feu n’a été
tiré. Simple erreur de timing. Quelques heures plus tard, la nuit de Kigali s’illumine de milliers de
coups de feu. Les rebelles ont investi la ville, affirme aussitôt le gouvernement rwandais» 26 qui
dénonce une «invasion étrangère de monarchistes revanchards tutsi (sic)»27. Pourtant, les rebelles
ne sont jamais entrés dans Kigali. C’est les FAR qui tirent. «Cette soi-disant entrée des rebelles dans
Kigali n’est qu’une manipulation»28. «Comme l’écrivent les parlementaires dans leur rapport, nous
sommes en plein «dysfonctionnement institutionnel»29. «Noroît maintient le FPR en dehors de Kigali,
sauve le régime et sert de prétexte pour organiser des arrestations massives. Le 9 octobre, le
ministère de la Justice admet 3,000 arrestations, d’autres parlent de 10,000»30. le 11 Octobre, 348
Tutsi sont massacrés en représailles.
Pourquoi la France se prête-t-elle à ce jeu ? Patrick de Saint-Exupéry, journaliste du Figaro au
Rwanda explique : «A ce moment là 31 , les apprentis sorciers sortent de leurs laboratoires et
assiègent la présidence de la République afin de fourguer leur «pierre philosophale 32 . François
Mitterrand est un homme de pouvoir fasciné par l’Histoire et les théories du complot. C’est un
homme de gauche qui a conservé de solides amitiés à droite, dans les réseaux antigaullistes en
particulier. Ministre des Colonies et ministre de l’intérieur au début de la guerre d’Algérie, François
Mitterrand est séduit par la «guerre révolutionnaire». François Mitterrand est des leurs. Afin de
régénérer l’empire, ils proposent au président vieillissant un élixir de jouvence, une intrigue à sa
hauteur. Il s’agit de déjouer un complot contre la France en Afrique»33.
«La chute de l’URSS réactualise le complexe de Fachoda. Les chefs du FPR ont œuvré dans les
services secrets ougandais, ils tiennent un discours révolutionnaire et certains de leurs responsables
ont effectué des stages à Fort-Bragg34 (USA). De plus, l’armée américaine vient de créer, début 1990,
un bureau des «opérations psychologiques» (PSYOPS). La conclusion s’impose : les Américains
viennent de lancer au Rwanda une «guerre révolutionnaire» contre l’empire français. La matérialité
du complot est établie. Et, paradoxalement, cela soulage la France : si les Américains se lancent à
l’assaut de notre empire, c’est qu’ils nous considèrent encore comme une grande puissance. C’est
très exactement ce que, aux tréfonds de nous-mêmes, nous voulons démontrer : l’URSS vient de
s’écrouler, mais nous, nous comptons encore…. Nous allons donc prouver aux Américains qu’ils ont
raison. C’est affaire de prestige. Nous allons engager nos meilleures forces au Rwanda et nous
vaincrons ces «Khmers noirs» 35.

23 Le 15 octobre 1990, le colonel Galinié utilise déjà le terme de génocide dans une note. Mission d’information parlementaire française
(1998) p.140
24 Patrick de Saint-Exupéry, l’inavouable. p.279
25 La Belgique envoie 400 parachutistes (opération Green Beans) pour évacuer les ressortissants. Le 10 octobre, la Belgique annule son
programme d’assistance militaire.
26 Patrick de Saint-Exupéry, l’inavouable. p.242
27 Monique Mas, Paris – Kigali 1990 – 1994. p.7
28 Patrick de Saint-Exupéry, l’inavouable. p.243
29 Patrick de Saint-Exupéry, l’inavouable. p.280
30 Mission d’information parlementaire française (1998) p.81
31 Après la chute du mur de Berlin, le 9 novembre 1989.
32 La doctrine de la Guerre révolutionnaire.
33 Patrick de Saint-Exupéry, l’inavouable. p.268
34 Fort-Bragg (Caroline du Nord) siège du United States Special Operations Command (USSOCOM), les forces spéciales. Plusieurs
officiers français y ont séjourné dans les années 1960 afin d’enseigner aux Américains le concept de «guerre révolutionnaire».
35 Patrick de Saint-Exupéry, l’inavouable. p.270
5
«En notre imaginaire, nous rejouons l’Indochine au Rwanda. Et nous nous jetterons tête baissée
dans la fosse que nous venons de creuser. Afin d’éprouver une nouvelle fois, une dernière fois, ce
prodigieux vertige d’empire36. Hubert Védrine présentera Mitterrand «comme le continuateur d’une
politique ancienne menée depuis les indépendances» et ajoute, en un elliptique sous-entendu, «les
Etats-Unis ont sans doute éprouvé une sympathie» pour nos ennemis du FPR »37.
«C’est l’idéologie ethniste de l’infanterie de marine qui nourrit la pensée de Mitterrand. Les généraux
élyséens Huchon et Quesnot, qui dirigent la manoeuvre au Rwanda, viennent eux aussi de
l’infanterie de marine, intimement liée à la DGSE38 et à son service action»39. «Mitterrand reçoit tous
les jours les notes de synthèse de la DGSE. La spécialité du général Huchon et des troupes de
marine n’est pas de créer l’ethnicité mais de l’instrumentaliser avec de bons anthropologues qui
repèrent les fractures sur lesquelles appuyer. Si la doctrine africaine de l’infanterie de marine
implique la manipulation de l’ethnicité, il ne faut pas s’étonner d’une certaine convergence sur ce
thème entre politiques et militaires, voire d’un certain formatage du sommet de l’État»40. «Certains
militaires français hauts gradés utilisant même des expressions comme «Tutsiland» et «pays hutu»
dans leur correspondance privée et ordres officiels»41.
Le 23 janvier 1991, le FPR lance une deuxième attaque sur Ruhengeri. En représailles, entre 300 et
1,000 Tutsi sont massacrés. Interrogé sur la révolte qui pousse les paysans à massacrer les Tutsi, le
Président Habyarimana répond : «il ne s’agit pas d’une révolte. Tout le monde obéit». «Après cette
attaque, une structure parallèle de commandement militaire est mise en place. L’Elysée veut que le
Rwanda soit traité de manière confidentielle et le Colonel Canovas est reçu hors hiérarchie à Paris
par le chef d’état-major des armées»42. «Le général Jean-Claude Thomann, premier commandant
des forces françaises au Rwanda, évoque des «distorsions préjudiciables à la gestion de la crise
entre autorités de tutelles respectives». Il fait état «d’une difficulté de doctrine, ces opérations
faisaient progressivement l’objet d’une théorisation». Une doctrine, une théorisation : voilà ce que la
France a fourni aux tueurs : les moyens de leur ambition»43.
«Le 20 mars 1991, suite aux assurances d’ouverture politique, la France met à disposition un
Détachement d’Assistance Militaire (Dami), d’une trentaine d’instructeurs. Cette décision ne sera pas
annoncée officiellement. La mission consiste à : (1) former les FAR sur le plan tactique, à l’emploi de
mortiers (120mm), de mines et d’explosifs, (2) assurer la protection des ressortissants français à
Ruhengeri, (3) collecter des renseignements. Le Dami sera reconduit jusqu’en décembre 1993»44.
«Ces instructeurs sont issus du 8ème Régiment Parachutiste d’Infanterie de Marine (Rpima) et du
2ème Régiment Etranger Parachutiste (REP), deux régiments de la 11ème Division Parachutiste
(DP)»45. «Quand un pouvoir politique mène une guerre, il fait appel aux meilleurs spécialistes. Et le
meilleur spécialiste, c’est le meilleur tueur. Concrètement, sur le terrain, un homme des forces
spéciales est là pour tuer l’ennemi derrière les lignes»46.
«Le 30 avril 1991, le Colonel Gilbert Canovas rappelle les aménagements intervenus depuis le 1er
octobre 1990 : « (1) mise en place de secteurs opérationnels, (2) recrutement en grand nombre de
militaires de rang et mobilisation des réservistes permettant un quasi-doublement des effectifs, (3)
réduction du temps de formation initiale limité à l’utilisation de l’arme individuelle». Il souligne
également que «l’avantage concédé» aux rebelles au début des hostilités «a été compensé par une
offensive médiatique» menée par les Rwandais à partir du mois de décembre. Ces mots ont un sens
et décrivent un type précis de guerre : «secteurs opérationnels» signifie «quadrillage» ; «recrutement
en grand nombre» signifie «mobilisation populaire» ; «réduction du temps de formation» signifie

36 Patrick de Saint-Exupéry, l’inavouable. p.271


37 Patrick de Saint-Exupéry, l’inavouable. p.272
38 Direction Générale de la Sécurité Extérieure.
39 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.458
40 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.364
41 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.147
42 Patrick de Saint-Exupéry, l’inavouable. p.246
43 Patrick de Saint-Exupéry, l’inavouable. p.252
44 Mission d’information parlementaire française (1998) p.146
45 Patrick de Saint-Exupéry, l’inavouable. p.201
46 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.263
6
«milice» et «offensive médiatique» signifie «guerre psychologique»47. De 1990 a 1994, la France a
aidé le Rwanda à faire passer son armée de 5,000 à 50,000 hommes par un recrutement massif, en
clair, la formation de milices. Si la France n’a pas directement formé les miliciens elle a formé ses
formateurs.
La nouvelle Constitution de juin 1991, autorise la création de partis politiques. Le Mouvement
démocratique républicain (MDR) ressuscite, en abandonnant l’acronyme Parmehutu, suivi de
plusieurs autres. Le 22 janvier 1992, le ministre de l’Intérieur décide d’armer la population de la zone
frontalière constituée en milices d’autodéfense conseillées par la garde présidentielle (GP). En
réaction, les ultras Hutu créent en février 1992, la Coalition pour la défense de la République (CDR).
Les partis créent des mouvements de jeunesse qui deviennent vite des milices chargées du
recrutement ou de démonstrations de force : Interahamwe pour le MRND, Impuzamugambi pour la
CDR, etc. La presse libre fleurit.
«En 1991 et 1992, Kigali est la cible d’attentats dont l’origine, sans enquête sérieuse, est attribuée au
FPR ou aux Tutsi. Conscient des risques de dérapages, le Colonel René Galinié obtient le 29 janvier
1992 la création d’un Dami-Gendarmerie et met en place, en août 1992, avec quatre assistants
techniques supplémentaires, une section de recherche pour lutter contre les actions de terrorisme.
Une demande, restée sans suite, de former des officiers de police judiciaire est formulée par la
Gendarmerie rwandaise. A la différence de l’Ambassadeur de France qui soutient le projet, le
Général Jean Varret reste très sceptique quant à la possibilité de faire de la Gendarmerie rwandaise
une Gendarmerie «démocratique». Il s’agissait plutôt de ficher les Tutsi»48. «La Garde Présidentielle
bénéficiera aussi d’un Dami-GP constitué de deux à trois officiers dirigés par le lieutenant-colonel
Denis Roux, probablement du GIGN»49. «Sa mission consiste à faire de la formation physique, de
l’entraînement au tir et de l’apprentissage des techniques de protection de personnalités afin de la
faire évoluer vers une garde républicaine. Le Dami-GP sera toutefois supprimé en août 1992 car trop
proche du pouvoir»50, «certains membres étant même soupçonnés d’appartenir à des escadrons de
la mort»51. Patrick de Saint- Exupéry raconte avoir vu lors de l’opération Turquoise, un officier du
GIGN. «Il s’est peu à peu désarticulé et a fini assis dans l’herbe, où il s’est mis à sangloter : “l’année
dernière, j’ai entraîné la garde présidentielle…” Ses yeux étaient hagards. Il était perdu. Le passé
venait de télescoper le présent. Il avait formé les tueurs d’un génocide»52. «C’est aussi la GP qui
assassinera le 7 avril 1994 le Premier ministre Agathe Uwilingiyimana et les 10 casques bleus
belges»53.
«Le 3 février 1992, une note du Quai d’Orsay indique que le Lieutenant-colonel Chollet, chef du
Dami, exercera simultanément les fonctions de conseiller du président de la République et conseiller
du chef d’état-major de l’armée rwandaise. Ses pouvoirs consistent à «le conseiller sur l’organisation
de l’armée, l’instruction et l’entraînement des unités, l’emploi des forces»54. Le 5 février 1992, un tract
du MDR55 dénonce que l’armée rwandaise soit commandée par un Français. Le Lieutenant-colonel
Chollet est rapatrié en mars 1992 et remplacé à la tête du Dami par le Lieutenant-colonel Jean-Louis
Nabias.
«A la mi-avril 1992, le Lieutenant-colonel Jean-Jacques Maurin est désigné par l’Amiral Jacques
Lanxade pour une mission temporaire afin de conseiller le Chef d’état-major de l’armée rwandaise.
Le Chef d’état-major des FAR a expressément souhaité sa participation aux réunions quotidiennes et
a tous ses déplacements sur le territoire. Il participe à l’élaboration des plans de bataille quotidiens et
est partie prenante aux décisions. Il est aussi sollicité sur la conception d’une compagnie de
renseignement (CRAP & RASURA)56, d’une section d’écoute et tient à jour la situation tactique à
partir du compte rendu des chefs de secteurs et du bilan des écoutes. Le caractère journalier de ces

47 Patrick de Saint-Exupéry, l’inavouable. p.248


48 Mission d’information parlementaire française (1998) p.156
49 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.31. De fin 1998 à mi-2002, il commande la sécurité de Jacques Chirac à l’Élysée.
50 Mission d’information parlementaire française (1998) p.155
51 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.28
52 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.31
53 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.235
54 Patrick de Saint-Exupéry, l’inavouable. p.179
55 MDR : Mouvement Démocratique Rwandais
56 Le radar RASURA permet la détection, la localisation et l’identification des objectifs mobiles terrestres.
7
rencontres allant quelque peu à l’encontre de la volonté exprimée par ailleurs «que cet officier
n’affiche pas ostensiblement sa présence au sein de l’état-major rwandais». Le fait, qu’il
accompagne le Colonel Serubuga dans ses déplacements et participe à la définition des opérations
tactiques montre qu’il existe bien une mission consistant à «conseiller discrètement le Chef d’état-
major des FAR pour tout ce qui concerne la conduite des opérations, la préparation et l’entraînement
des forces»57.
En mai 1992, des premiers contacts sont établis avec le FPR et un calendrier de négociations est
adopté. Celles-ci s’enlisant, le FPR lance une nouvelle offensive le 5 juin 1992. Le lendemain, des
éléments du 8e Rpima rejoignent le dispositif Noroît afin de contrer l’offensive.
Le COS. «Le 24 juin 1992, le Commandement des Opérations Spéciales (COS) est créé. C’est un
état-major interarmées placé sous l’autorité directe du chef d’état-major des armées, lui-même placé
sous l’autorité directe du président de la République. Le lien est organique et on ne peut plus direct.
Les «objectifs» sont «militaires», mais également «paramilitaires». Le COS est une structure
«politico-militaire», c’est le bras armé du pouvoir. Son fonctionnement est tellement secret que les
troupes du COS n’ont pas la moindre idée du schéma d’ensemble lorsqu’elles sont appelées à
servir» 58 . «En 1993, l’amiral Lanxade, autorise le COS à développer des capacités de guerre
psychologique. C’est la voie ouverte à la mise en œuvre officielle de la doctrine de la «guerre
révolutionnaire». Le Rwanda leur servira de laboratoire. Ce pays, dit Jean-Christophe Mitterrand, n’a
«pas grand-chose à part du café, de la banane et des gorilles». Justement, c’est parfait. Il n’y a
aucun enjeu, et le profil du Rwanda – dictature, crise économique, surpopulation, guérilla – est
totalement adapté à une «guerre révolutionnaire» 59.
«Tout au long de 1992, un grand nombre d’achats de machettes sont effectués par les proches du
président Habyarimana qui contrôlent un sous-secteur de la douane» 60 . «En octobre 1992, le
gouvernement achète 20,000 fusils et 20,000 grenades pour une armée de 30,000 hommes. Les
nouvelles armes sont données aux soldats, les plus anciennes distribuées aux agents communaux.
Lors du génocide, beaucoup d’assassinats sont perpétrés avec des machettes mais les armes à feu
sont très utiles pour faire peur et briser les résistances»61.
Le MRND et la CDR organisent des manifestations contre les accords de partage du pouvoir qui
s’achèvent désormais toutes en combat de rue. Les violences font une douzaine de morts. La
Gendarmerie tente de contenir les violences et arrête, fin 1992, une centaine de miliciens mais la
justice se révèle incapable de faire respecter la légalité. En janvier 1993, des Tutsi et des opposants
sont massacrés ainsi que de nombreuses personnalités politiques de tous bords.
Le 8 février 1993, le FPR rompt le cessez-le-feu et lance une offensive sur Byumba et Ruhengeri. La
France réagit avec l’opération Chimère. Le 9 février, les premiers éléments du 21ème Rima arrivent à
Kigali suivi le 20 et 21 février de parachutistes de Bangui et de Libreville ainsi qu’une section de
mortiers lourds»62. «Malgré ce renforcement, l’armée rwandaise reste totalement démoralisée et ne
contrôle plus la situation. Le 22 février 1993, le Colonel Didier Tauzin, accompagné d’une vingtaine
d’officiers et spécialistes du 1er Rpima, arrive à Kigali et reçoit sous ses ordres la totalité des 69
militaires du Dami. La mission consiste à : (1) rehausser le niveau opérationnel de l’état-major des
FAR, (2) participer à la sûreté éloignée du dispositif Noroît, (3) former les FAR sur les équipements
nouveaux, (4) être en mesure de guider les appuis aériens. L’objectif est aussi d’encadrer
indirectement une armée d’environ 20,000 hommes et de la commander indirectement» 63. «Une
équipe d’officiers conseillers est envoyé auprès de l’état-major des FAR. Le Dami-Génie conseille en
matière d’organisation défensive du terrain et le Dami-Artillerie forme les FAR sur l’utilisation des
batteries de 122 et de 105 mm. Les soldats français opèrent à proximité du front entraînant à une
occasion un tir de riposte français. La présence française entraîne une reprise de confiance quasi-

57
Mission d’information parlementaire française (1998) p.160
58 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.277
59 Patrick de Saint-Exupéry, l’inavouable. p.277
60 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.187
61 Commission d’enquête parlementaire belge (1997) p.480
62 Mission d’information parlementaire française (1998) p.163
63 Mission d’information parlementaire française (1998) p.164
8
immédiate des FAR. Le FPR arrêté sur ses positions du 23 février 1993, ne progressera plus» 64. Le
28 février à Kigali, le ministre français de la Coopération Marcel Debarge appelle «tous les Hutu à
s’unir contre le FPR», ce qui constitue dans ce contexte, «un appel à la guerre raciale»65.
«Dans le prolongement des conseils du Colonel Gilbert Canovas, le Colonel Didier Tauzin insiste sur
la nécessité de prévoir une réserve stratégique, un recrutement de cadres, une réorganisation des
unités et la création d’unités de renseignement. A partir du 15 mars 1993, ses propositions sont
acceptées par le Chef d’état-major rwandais et des plans de défense et de contre-attaque sont
élaborés. Dès le 20 mars, l’armée rwandaise entreprend des réorganisations. Un officier français
estimera que le coût global (financier, humain, médiatique) de cette opération de stratégie indirecte
est extrêmement faible en regard des résultats obtenus et en comparaison de ce qu’aurait été le coût
d’un engagement direct contre le FPR»66.
Evolution des missions de Noroît. «Le 9 mars 1993, le FPR signe un accord de cessez-le-feu à
Dar Es-Salam, en vertu duquel il se retire sur les positions qu’il occupait avant le 8 février. Cet
accord prévoit aussi le retrait à partir du 17 mars 1993, des troupes françaises arrivées en renfort
après le 8 février. Le dispositif Noroît, ramené à deux compagnies, abandonne le contrôle sur les
axes menant à Kigali et se repositionne sur la capitale. «Les entrées et les sorties de la ville sont
soumises à des contrôles effectués à des check point tenus par la Gendarmerie rwandaise appuyée
par des militaires français 67 . Si les règles aux check points font référence à la «remise de tout
suspect à la disposition de la Gendarmerie rwandaise», on voit mal comment une telle procédure
peut avoir lieu si, préalablement, il n’y a pas eu une opération de contrôle d’identité ou de fouille»68.
Et si les français contrôlent les cartes d’identité, c’est qu’ils peuvent immédiatement interpréter le
«numéro minéralogique» de celles-ci. La carte d’identité rwandaise, qui prévaut avant le génocide,
contient des informations relatives à l’appartenance ethnique: Tutsi, Hutu, Twa. Bien que la mention
de l’ethnie sur les cartes d’identité soit formellement abolie dès novembre 1990, des nouvelles cartes
d’identité avaient été commandées à des entreprises françaises et devaient être livrées la semaine
où l’attentat contre l’avion présidentiel eut lieu69. Détail troublant, dans les archives de la mission
parlementaire française, il y a une photo de carte d’identité mais le chiffre que porte cette carte a été
effacé alors que figurent le nom, l’ethnie et la photo de la personne»70.
En compensation de ce retrait, le Dami-Panda est renforcé et réorganisé afin d’appuyer l’état-major
des FAR dans : (1) le renseignement, (2) la conduite des opérations, (3) la veille opérationnelle sur le
front et (4) le recyclage de quelques unités existantes. Le 16 mars, le Colonel Dominique Delort
considère que «la diminution de notre aide entraînerait l’effondrement rapide des FAR en cas de
reprise de l’offensive». Les effectifs du Dami-Panda seront portés à 80 personnes de juin à
septembre 1993, avant de décroître rapidement en octobre à une trentaine»71. «Toutefois, les forces
spéciales sont en train de perdre la guerre et doivent franchir un palier. La création en avril 1993 de
la Radio des Mille collines (RTLM) sera l’instrument privilégié de la guerre psychologique et de la
manipulation des foules»72. Elle commencera à émettre en juillet 1993 et se chargera d’étendre la
propagande ethnique aux campagnes.
Le 23 octobre 1993, le président burundais hutu démocratiquement élu est assassiné par des
putschistes tutsi. Cet assassinat divise l’ensemble des partis politiques rwandais. Dans chaque parti,
une fraction dure, dite «Power», présente ses propres candidats et choisit la guerre à outrance. Ce
déplacement des lignes d’opposition constitue une aubaine pour Habyarimana devenu le seul garant
d’un processus qu’il s’applique à faire échouer. Le Hutu Power s’appuie sur d’importants relais

64 Mission d’information parlementaire française (1998) p.164


65 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.360
66 Mission d’information parlementaire française (1998) p.164
67 Témoignage de Jean-Hervé Bradol – juillet 1993
68
Mission d’information parlementaire française (1998) p.176
69 Déclaration du conseiller culturel de l’ambassade de France, 26 mai 1994.
70 Mission d’information parlementaire française (1998) p.167
71
Mission d’information parlementaire française (1998) p.168
72 Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.450
9
médiatiques, tel le journal Kangura,73 qui assimilent tous les Tutsi au FPR et présentés comme des
monarchistes avides de revanche désirant édifier un empire «tutsihima».
Accords de paix d’Arusha. Contraint par la menace du gel de l’aide, Habyarimana signe les
Accords d’Arusha le 4 août 1993 qui prévoient le rapatriement des réfugiés, la fusion des forces
armées FPR et FAR et l’installation d’un gouvernement de transition. «Le Conseil de sécurité vote le
5 octobre 1993 la création de la Mission des Nations Unies pour l’Assistance au Rwanda (MINUAR),
deux jours après la morts de 18 soldats américains en Somalie» 74 . La MINUAR forte de 2,548
casques bleus, mais faiblement équipée, est dirigée par le général canadien Roméo Dallaire. Les
éléments français (Noroît & Dami-Panda) quittent le Rwanda le 15 décembre. Officiellement, il ne
reste que 24 coopérants militaires français. Le 28 décembre 1993, 600 soldats du FPR s’installent à
Kigali pour protéger les représentants du FPR.
La situation se dégrade toutefois au début de 1994. La mise en place du gouvernement de transition
est reportée à de nombreuses reprises, les attentats et assassinats se multiplient et les milices
dressent des listes d’opposants à éliminer. Le 11 janvier, le général Dallaire informe New York que
les Interahamwe ont dressé des listes de Tutsi et formé 1,700 combattants qui sont prêts à se
répandre dans Kigali par groupe de quarante, afin de tuer un millier de Tutsi en vingt minutes. La
RTLM appelle les Hutu à se défendre «jusqu’au bout», demande l’extermination des Tutsi et
annonce que «le moment est venu de prendre les Belges pour cible»75. «Des documents datés de
mars 1994 au nom de Félicien Kabuga, actionnaire fondateur de la radio RTLM, sont retrouvés et
mentionnent l’importation de 50,000 machettes de chez Chillington au Kenya, une entreprise
anglaise spécialisée dans les instruments agricoles »76.
«Différents obstacles s’opposent à la mise en application des accords d’Arusha : «l'entraînement des
milices, la politisation de l'armée, la RTLM, le bras de fer l'opposition et le Président de la République,
la présence du bataillon du FPR à Kigali, la faiblesse de la MINUAR, la division des partis en factions
modérée et Hutu power, les menaces non réprimées des extrémistes du parti CDR, la propagande
du FPR sur Radio Muhabura, etc. Ces raisons jouent d’autant plus facilement que les protagonistes
pratiquent, avec un art consommé, le double langage»77.
Le 3 avril, la RTLM dans son style loufoque annonce que le FPR «se prépare à faire un petit quelque
chose. Ils ont des dates, nous les connaissons… nous avons des agents… qui nous apportent des
informations. Ils nous disent que le 3, le 4 et le 5, il se passera un petit quelque chose ici à Kigali. Et
aussi le 7 et le 8… vous entendrez les balles et les grenades exploser»78. La date du 6 est omise79.
Le 4 avril, en présence de Roméo Dallaire, Luc Marchal 80 et de Jacques Roger Booh-Booh 81 ,
Théoneste Bagosora déclare que «la seule solution plausible pour le Rwanda serait l’extermination
des Tutsi». Il prendra la tête du gouvernement provisoire après l’attentat contre l’avion présidentiel.
Le 6 avril à 20h22, le Falcon 50 présidentiel transportant Habyarimana ainsi que le président du
Burundi Cyprien Ntaryamira, le chef d’état-major des FAR et le colonel Elie Sagatwa, membre
éminent de l’Akazu, chef officieux de la garde présidentielle est abattu peu avant son atterrissage à
Kigali. Les auteurs de l’attentat ne seront jamais clairement identifiés et si l’attentat est bien l’élément
déclencheur d’un dispositif armé depuis longtemps, il ne serait être la cause du génocide.

***

73
Qui publie en décembre 1990 «Les dix commandements du Hutu».
74 Mission d’information parlementaire française (1998) p.207
75 Les Belges sont soupçonnés de sympathie pro-tutsi. Peu après l’attentat contre l’avion présidentiel, la RTLM accuse les Belges,
information aussitôt relayée par l’ambassade de France. Commission d’Enquête Citoyenne (2004) p.346.
76 Commission d’enquête parlementaire belge (1997) p.477
77 Mission d’information parlementaire française (1998) p. 221
78 RTLM Broadcasting genocide p.59
79 C’est le 6 avril 1994 que l’avion présidentiel sera abattu.
80
Commandant adjoint belge de la MINUAR.
81
Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies
10
L’utilisation et la mise en œuvre de la DGR au Rwanda ne fait donc pas de doute, cette doctrine
étant déjà connue des militaires rwandais qui furent nombreux à avoir été formés à l’Ecole de Guerre
à Paris ; le président Habyarimana ayant même été le premier officier parachutiste à sauter au
Rwanda le 6 juin 1962 !82
De par son format, l’ATMF a surtout consisté dans l’envoi de conseillers chargé de mettre à jour la
DGR83. Cette mise à jour n’inclue toutefois pas, comme en Algérie, un usage systématique et massif
de la torture 84 , et les éléments manquent pour établir un lien direct entre l’ATMF et les actions
«psychologiques» (RTLM, assassinats, attentats) qui ponctuèrent les années précédant le génocide ;
ces actions pouvant émaner du gouvernement ou du FPR. Mais ce qui est clair, c’est que l’armée
française a soutenu avec enthousiasme le gouvernement rwandais et son projet génocidaire, même
après son déclenchement. Lors de l’opération Turquoise (juin 1994), «à la fin d’une cérémonie, un
cadeau est offert à l’amiral Lanxade qui est venu faire une tournée sur le terrain. Cintré dans son
uniforme de marin, il brille au milieu de l’assemblée et déballe le présent. Il s’agit d’une plaque de
bois, taillée comme dans un tronc. Large d’une trentaine de centimètres, elle est découpée de
manière à figurer les contours du Rwanda. Dessus, en guise de décoration, sont apposées de petites
machettes. Debout, aux côtés de l’amiral, fier de son idée, le colonel Sartre sourit. Il rayonne de
contentement»85.
Curieusement, quinze ans plus tard, le rôle de la France au Rwanda reste méconnu. La mission
d’information parlementaire française (1998), en donnant l’impression d’aborder le sujet, a
magnifiquement botté en touche. Au niveau des partis, les socialistes restent muets de peur d’avoir à
reconnaître la responsabilité écrasante de Mitterrand, les communistes préfèrent ne pas faire le jeu
de l’impérialisme américain, quant à la droite… Et pour être bien sûr que le monstre ne fasse jamais
surface, une discrète manipulation psychologique permet de continuer à brouiller la réalité à l’instar
de Dominique de Villepin, ministre des Affaires étrangères, qui parla d’un double génocide sur les
ondes de RFI en septembre 2003. En clair, c’était donc bien une affaire de «sauvages»86.
«Tous, cependant, ne sont pas restés indifférents comme le premier ministre de l’époque, Edouard
Balladur : «Oui, ça m’a … ça m’a beaucoup affecté. Quand vous voyez une jeune femme qui ne peut
plus tenir son bébé dans les bras, parce qu’elle n’a plus de bras, qu’elle a seize ans et que le bébé
n’a plus de bras non plus. C’est un spectacle qui m’a horrifié… » 87. Cette «double» mise en abîme,
de l’homme de pouvoir qui se retrouve confronté en personne aux conséquences ultimes d’une
politique qu’il sait avoir soutenu, même à contrecœur88, débouchera peut être, un jour sur un vrai
examen de conscience. En attendant, le 27 août 2003, le Pentagone conviait officiers d’état-major et
civils à une projection privée du film «la bataille d’Alger»89 en vue de la prise de Bagdad. La DGR a
encore de beaux jours devant elle,…90

82 Gabriel Périès & David Servenay - Une guerre noire. p.119


83 Des armes et du matériels furent livrés en cours de cette période, et même après le déclenchement du génocide.
84 Sur le rôle de la torture comme arme lire LAZREG Marnia, 2008, Torture and the twilight of empire. From Algiers to Baghdad
85 Patrick de Saint-Exupéry, l’inavouable. p.106
86
Ces propos, qui ont ulcéré Patrick de Saint-Exupéry, le pousseront à écrire L’inavouable (2004), premier livre qui fera le lien entre la
DGR et le rôle de l’armée française au Rwanda. Deuxième livre essentiel, Une guerre noire (2007), de Gabriel Périès et David Servenay,
apporte un éclairage plus historique et technique sur la DGR et déborde du cadre strictement rwandais
87 Gabriel Périès & David Servenay - Une guerre noire. p.301.
88 Lors de l’opération Turquoise, les militaires voulaient monter sur Kigali afin de sauver le régime. Balladur, en s’y opposant fermement, à
précipité la chute du régime.
89 Interdit en France, diffusé brièvement en 1970 mais retiré des écrans sous la pression de manifestations d'extrême droite, le film
attendra 1971 pour sortir normalement et restera pratiquement inédit en France jusqu'en 2004.
90 Le Monde 8 septembre 2003
11
Bibliographie :
AUSSARESSES Paul, Général, 2008 Je n’ai pas tout dit. Ultimes révélations au service de la
France, Edition du Rocher, 295p.
DE LA PRADELLE Géraud, 2005, Imprescriptible. L’implication française dans le génocide tutsi
portée devant les tribunaux, les arènes, 187p.
DE SAINT-EXUPERY Patrick, 2004, L’inavouable. La France au Rwanda, Les Arènes, 288p.
LAZREG Marnia, 2008, Torture and the twilight of empire. From Algiers to Baghdad, Princeton
University Press, 335p.
MAS Monique, 1999, Paris – Kigali 1990 – 1994. Lunettes coloniales, politique du sabre et
onction humanitaire pour un génocide en Afrique, L’Harmattan, 527p.
Ministère de la défense nationale, 1957, Instruction provisoire sur l’arme psychologique TTA
117, 63p.
PERIES Gabriel & SERVENAY David, 2007, Une guerre noire. Enquête sur les origines du
génocide rwandais (1959 – 1994), La découverte, 415p.
Rapport de la commission d’enquête citoyenne sur le rôle de la France durant le génocide des Tutsi
au Rwanda en 1994, mars 2004, 592p.
Rapport de la commission d’enquête des Nations Unies lors du génocide au Rwanda, décembre
1999, 86p.
Rapport de la commission d’enquête parlementaire du sénat belge concernant les événements du
Rwanda, décembre 1997, 736p.
Rapport de la mission d’information du parlement français sur les opérations militaires menées par la
France, d'autres pays et l'ONU au Rwanda entre 1990 et 1994, décembre 1998, 413p.
ROBIN Marie-Monique, 2004, Escadron de la mort, l’école française, La découverte, 453p.
TRINQUIER Roger, 2008, La guerre moderne, Economica, 109p.
VIRET Emmanuel, 2008, Rwanda Index chronologique (1867-1994), Paris, SciencePo, Online
Encyclopedia of Mass Violence
WALLIS Andrew, Silent accomplice. The untold story of France’s role in the Rwandan genocide,
IB Tauris, 2007, 241p.