Vous êtes sur la page 1sur 9

SIMSG ENIT ATMS

La Société Internationale de École Nationale des Ingénieurs de Tunisie L’Association Tunisienne de


Mécanique des Sols et de Mécanique des Sols (ATMS)
Géologie (SIMSG)

Confé
Conférence des Jeunes Gé
Géotechniciens Africains,
Tunis 16-
16-18 mars 2007
Young Geotechnical African Conference
Tunisia, 18-18th March, 2007
Tunisia, 18-

UTILISATION DE LA TECHNIQUE
DE LA LITHO STABILISATION
EN ASSISE DE CHAUSSÉE
UNE EXPÉRIENCE DE CHANTIER

Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Introduction:
Les graveleux latéritiques ont été largement utilisés pour l’exécution
des assises de chaussée au Burkina Faso pour:

 des raisons économiques


 des raisons techniques

Aujourd’hui, avec les sollicitations de plus en plus


croissantes que connaissent les grands axes routiers,
apparaissent de nouvelles contraintes:

Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Page 1
•Les graveleux latéritiques naturels présentent des limites
objectives en tant que matériaux de structure de chaussée,

•Il apparaît de plus en plus des contraintes liées à la


disponibilité de matériaux de viabilité pour assise de
chaussée.

D’où, la décision depuis 2004, de procéder au


renforcement des grands axes routiers par des matériaux
plus élaborés.

Ce qui a conduit entre autres, au choix de la technique de la


lithostabilisation pour le renforcement de la route Nationale
n°4 (Ouagadougou – Koupèla ) dont les travaux ont
démarrés en 2005.
Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Ces travaux de renforcement complémentaire, réalisés par le


groupement d’entreprises SOGEA-SATOM/DTP Terrassement,
consistent en la mise en oeuvre de la structure suivante du PK
9+906 au PK 141+350 de la RN 04.

5 cm béton bitumineux semi grenue 0/10

10 à 11 cm grave bitume 0/14

Enduit monocouche 6/10 de protection

15 à 25 cm de lithostab

Le renforcement au lithostab réalisé au cours de ces travaux sur les


structures de chaussée existantes couvre un linéaire cumulé d’environ
70 km.

Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Page 2
La technique du lithostab

Améliorer la granularité du graveleux latéritique naturel


par adjonction d’un certain pourcentage de granulats
concassés.

Objectif:

Obtenir à partir du mélange un matériau présentant de


meilleures performances géotechniques.

Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Constituants du lithostab
Graveleux latéritiques naturels
Granulométrie moyenne avant et après compactage

100,0
90,0
80,0
Variation %fine après compactage = 4%
70,0
Ip = 12
Passants(%)

60,0 FxIp = 200


CBR à 95% OPM = 65
50,0 CBR à 98% OPM = 104

40,0
30,0
Moyenne GAL avant compactage
20,0
Moyenne GAL après compactage
10,0
0,0
0,01 0,10 1,00 10,00 100,00
Tamis (mm)

Photo1 : Tas gerbé de graveleux latéritique naturel sur site d’emprunt Figure 2 : Caractéristiques géotechniques du graveleux latéritique

•une faible évolution de la granulométrie du graveleux latéritique après compactage,

•une variation maximale du pourcentage de passants après compactage de 14% est


obtenue au tamis de 6,3 mm,

•la variation moyenne du pourcentage de fines après compactage est de 4%,

•l’indice portant CBR moyen à 95% et 98% de l’OPM est respectivement de 65 et


104.
Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Page 3
Granulats concassés de granite 0/25

100,00
fuseau
90,00

80,00 Coefficient Los Angeles (10/25) = 25


Coef. Aplatissement moyen = 17
70,00

60,00
Passants (%)

50,00

40,00

30,00

20,00

10,00

0,00
0,01 0,10 1,00 10,00 100,00

Tamis (mm)

Figure 3 : Caractéristiques du granite concassé

Le matériau utilisé pour l’amélioration du graveleux latéritique


naturel est un granulat de granite concassé de classe granulaire
0/25 (Figure 3). Son pourcentage de fines varie entre 0 à 11%.

Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Formulation du lithostab
Etude de laboratoire en faisant varier le pourcentage de
concassé entre 20 et 40

Analyse de l’évolution des caractéristiques suivantes du mélange:


Evolution du CBR à 98% de l'OPM en f onction du % de 0/31,5
• Granulatité
140
120

• Limites d’Atterberg
CBR 98% OPM

100
80
ECB1
60
ECB6
• Proctor modifié 40
ECB1 naturel
20
ECB6 naturel
0
15 20 25 30 35 40 45
• Portance CBR
% 0/31,5

le pourcentage de 30% de concassé de granite 0/25 a été retenu


compte tenu du gain maximum de portance CBR observé.

Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Page 4
Fabrication et mise en œuvre du lithostab
Fabrication

Fabrication du litho sur des plate-formes aménagées à proximité des


sites d’emprunt la procédure suivante:

approvisionnement sur la plateforme d’une couche de 30 cm de


graveleux latéritique étalée à la niveleuse,

mise en place sur la couche de graveleux latéritique de 12 cm de


concassé de granite étalé également à la niveleuse,

Arrosage et malaxage à la recycleuse des deux couches mises en


place.

Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Contrôle de qualité

Aire de fabrication du lithostab Fabrication du lithostab

Après homogénéisation du mélange, des échantillons du


mélange sont prélevés pour être soumis aux essais de contrôle
de qualité en laboratoire.

Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Page 5
Mise en oeuvre

Après validation sur trois planches d’essai, la mise en œuvre du lithostab a


été realisée sur chaussée existante selon la procédure suivante :

décapage du revêtement existant sur environ 7 mètres aux points de


raccordement du lithostab avec le revêtement existant

arrosage à la citerne du tronçon devant recevoir la couche de lithostab

approvisionnement du lithostab déjà prêt pour compactage sur la chaussée,

étalage du lithostab à la niveleuse sur toute la largeur de la chaussée sur une


épaisseur avant compactage de 20 cm,

compactage du matériau ainsi étalé au compacteur à pneu et ensuite au rouleau


lisse vibrant à raison de 8 passes de compacteur à pneu et 10 passes de rouleau
lisse (une passe égale un aller ou retour du compacteur)

Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Mise en oeuvre

Mise en œuvre du lithostab sur chaussée existante

Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Page 6
Résultats du contrôle de qualité
Granulométrie moyenne avant et après amélioration

100,0
90,0
80,0 Moyenne GAL avant compactage
70,0
Fuseau litho
Passants(%)

60,0
50,0 Courbe moyenne litho

40,0
30,0
20,0
10,0
0,0
0,01 0,10 1,00 10,00 100,00
Tamis (mm)

Figure 4 : Evolution de la granularité

On note que l’amélioration au concassé 0/25 a permis de corriger la fraction 4/20 du
graveleux latéritique naturel.

Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Synthèse des résultats statistiques de contrôle de qualité

Limites
Granulométrie: Proctor modifié Portance CBR
d'Atterberg
passants (%) f x IP
80 2 10 wOPM
wL IP γdOPM 95%OPM 98%OPM
µm mm mm (%)

Graveleux latéritique naturel


Valeur minimale 10,0 17,0 65,0 19,5 6,5 95,0 5,4 2,1 38,0 59,0

Valeur maximale 24,0 38,5 92,5 36,5 18,0 385,0 9,0 2,3 92,0 136,0

Valeur moyenne 17,0 32,0 82,8 27,2 12,0 206,8 6,8 2,2 64,2 102,3
Ecart type 3,4 4,6 7,2 4,8 3,1 75,6 0,8 0,0 8,1 15,2

Coef. Variation (%) 19,7 14,3 8,7 17,6 26,2 36,5 11,4 2,2 12,6 14,8

Lithostab
Valeur minimale 11,0 22,0 63,5 19,00 6 93 5 2,2 6,0 110,0

Valeur maximale 24,0 50,0 89,0 33,50 27 363 8 2,8 102,0 136,0

Valeur moyenne 17,1 34,7 78,0 25,76 11 190 6 2,3 72,5 117,7
Ecart type 2,8 6,3 6,2 4,43 4 63 1 0,1 14,9 6,7

Coef. Variation (%) 16,4 18,0 8,0 17,18 32 33 11 3,1 20,5 5,7

Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Page 7
Qualité de la mise en œuvre
CONTRÔLE DE COMPACTAGE

Epaisseur mise
Epaisseur testée
en œuvre w% γd C%
(cm)
(cm)

Valeur minimale 10,0 12,0 2,0 2,0 97,0

Valeur maximale 17,0 24,0 8,0 2,4 110,0

Valeur moyenne 11,5 17,7 4,7 2,3 99,7

Déflexions caractéristiques mesurées

Déflexions caractéristiques (1/100 mm)

Avant lithostabilisation 64 74 75 78 75 85 84

Après lithostabilisation 51 54 39 56 53 59 57

Ecart 13 20 36 22 22 26 27

Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Commentaire sur les résultats


La technique de la lithostabilisation a permis:

 d’améliorer la granulométrie du graveleux naturel dans sa fraction 4/20 ;


d’où le renforcement du squelette (refus sur le tamis de 2 mm).

l’amélioration de la densité sèche à l’OPM, d’où un gain en compacité,

un gain en portance mis en évidence par les mesures de déflexion

Par contre,

l’essai CBR ne met pas en évidence l’apport du concassé à l’amélioration


de la portance du matériau traité.

aucune évolution sensible n’est notée au niveau du pourcentage de fines


et de l’indice de plasticité (la fraction des passants au tamis de 0,400 mm
n’est pratiquement pas modifiée).

Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Page 8
Conclusion
De l’exploitation des données de ce chantier, on peut dire que:
les essais classiques de laboratoire ne seraient pas suffisants pour apprécier le
pouvoir de renforcement du lithostab.
Au vu des résultats obtenus avec les mesures de déflexion, les essais de portance in
situ seraient indiqués pour mieux apprécier ce matériau.

Cela se justifierait par le fait que l’essai CBR qui est réalisé sur la fraction 0/20 du
matériau ne rendrait pas effectivement compte du comportement du matériau qui a été
réellement mis en œuvre (0/25).

La présence de nombreuses carrières de granite sur presque toute l’étendue du


territoire du Burkina Faso est un facteur qui pourrait encourager l’utilisation de la
technique du lithostab. Cependant, cette technique n’ayant pas encore été sanctionnée
par l’expérience, un suivi de la route en vu de l’étude du comportement de ce matériau
à long terme notamment, la conservation de ses propriétés dans le temps face aux
intempéries et sous le trafic est nécessaire.

Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

MERCI DE
VOTRE
ATTENTION
ATTENTION
Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics (LNBTP Ouagadougou (BURKINA FASO) - Février 2007

Page 9