Vous êtes sur la page 1sur 18

INTRODUCTION

Le présent rapport de démarrage ou initial se propose avant tout d’étayer l’approche


méthodologique de l’étude technique en se basant sur la proposition technique et financière
soumise au Projet d’Urgence de Lutte Contre les Inondations (PULCI) en réponse à l’avis
d’appel d’offre. Précisément, en se basant sur les orientations méthodologiques exposées
dans les TDR, ce rapport s’attache à élucider notre compréhension de l’objet et des objectifs
de l’étude. Il étaye notre approche méthodologique.

Contexte

Le PULCI est financé sur prêts IDA et fonds de contrepartie de l’Etat du Cameroun. Le projet comprend trois
composantes dont les activités visent la (i) réhabilitation des ouvrages hydrauliques et hydroagricoles, (ii) la gestion
des risques des catastrophes par l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de contingence multirisque et (iii)
l’appui institutionnel à la Société d’Expansion et de Modernisation de la Riziculture de Yagoua (SEMRY).

Mais, il n’échappe à personne que les populations de la zone d’intervention du PULCI ont également d’autres
problèmes d’ordre social aussi cruciaux que ceux de l’exposition aux inondations, aux excès d’eau de saisons de
pluies de très grandes averses.

Cependant, la réalisation et/ou la réhabilitation de ces infrastructures hydrauliques ne pourrait pas résoudre les
autres problèmes sociaux des populations concernées.

La zone concernée par le PULCI est située dans le département du Mayo-Danay et couvre les arrondissements
de Yagoua, Vélé, Kaï-Kaï et Maga. Elle s’étend le long du fleuve Logone de Yagoua à Pouss sur 70 Km, de Pouss
à 5km de Tékélé et de Pouss à Guirvidig sur 27km le long du lac Maga circonscrit sur 50 m du pied de la digue.

L’accès à l’eau potable sécurisée (forages) est limité à une petite partie de la population. Dans la majorité des cas,
les ménages s’approvisionnent dans des puits. Quelques-uns sont protégés, d’autres à découverts d’où l’apparition
d’un certain nombre de maladies parasitaires telles les diarrhées.

L’électrification rurale est présente dans plusieurs villages de la zone d’étude. Dans les villages où il manque de
l’électricité, de rares groupes électrogènes privés sont utilisés, ce qui limite quand même le potentiel de
développement rapide de la zone.

Les objectifs et les principes que sous-tend cette étude d’avant-projet détaillé consistent à améliorer la qualité de
vie de ces populations par la réalisation de certaines infrastructures de meilleures qualité et la fourniture des
services et biens essentiels en général et l’eau potable en particulier dans les localités phares de la zone
d’intervention du PULCI. Les résultats de ces études devraient comporter des spécifications techniques, les
budgets et les plans, prêts à être exploités dans un éventuel Dossier d’Appel d’Offres (DAO).

Les localités retenues pour cette étude d’APD de mini AEP sont GUIRVIDIG (30 100 âmes) et POUSS (10 500
âmes) dans l’arrondissement de MAGA, BEGUE-PALAM (34 662 âmes jusqu’à Doreissou à moins de 15 km) et
KAI-KAI (10 000 âmes) dans l’arrondissement de Kaï-Kaï, BEGUE-PALAM et VELE (7 400 âmes) dans
l’arrondissement de Vélé. Ces cinq (05) localités ont le mérite d’être retenues pour leur position au cœur de la zone
d’intervention du PULCI et leurs effectifs relativement importants ne permettant pas une simple alimentation en
eau par utilisation directe de forages ou de puits d’eau potable.
Objectifs

Les présents TDRs visent à recruter un prestataire pour la réalisation d’une Etude d’avant-projet détaillé (APD)
avec des spécifications et cadre de devis prêts pour l’élaboration d’un DAO au moment opportun. Le suivi-contrôle
des travaux de réhabilitation sera assuré par les contrôleurs en consultants individuels à recruter et la supervision
par l’équipe du PULCI.

L’objectif principal visé à travers cette étude est d’améliorer quantitativement, qualitativement et à moindre coût, le
service de l’eau aux populations des localités de GUIRVIDIG, de POUSS, de KAI-KAI, BEGUE-PALAM et de VELE.
Plus spécifiquement, il s’agit de :

 Améliorer le dispositif d’approvisionnement en eau des populations de ces cinq (05) localités à travers
une ou plusieurs mini-adductions d’eau potable. Ces localités qui ne disposaient jusqu’à maintenant que
des forages d’eau et/ou puits à motricité humaine pour la satisfaction de leurs besoins ;
 Proposer la création des structures de gestion de ces dispositifs à mettre en place depuis la source
d’approvisionnement jusqu’aux points de distribution, en passant par un stockage surélevé (château
d’eau ?) grâce à un pompage par une source d’énergie à préciser ;

 Améliorer la qualité de l’eau, afin qu’elle respecte les normes nationales en vigueur par des traitements
adaptés.
DESCRIPTION DE LA METHODOLOGIE

Le consultant a pris connaissance de l'avis de sollicitation à manifestation d'intérêt


pour la conduite des études d'avant projet détaillé (APD) pour la construction de
cinq (05) mini-adductions d'eau potable (mini - AEP) dans les villages de Guirvidig,
Pouss, Kai-Kai, Begué Palam et Vélé, zone d'intervention du PULCI.

A. CONCEPTION TECHNIQUE ET MÉTHODOLOGIQUE

Après une lecture complète et approfondie des termes de référence qui décrivent
de façon détaillée les prestations devant être fournies par le Consultant, nous
présentons ci-après, une approche méthodologique basée sur une expertise avérée
pour des projets d’Alimentation en Eau Potable afin de mieux singulariser les
différentes phases à exécuter. Les prestations à fournir telles que mentionnées dans
les Termes de Référence seront exécutées selon les règles de l’art et les normes
internationales en vigueur. De manière générale, toutes les prestations seront
menées dans un esprit critique et novateur susceptible d’apporter des solutions
techniquement fiables et économiquement rentables. Le consultant basera son
approche et sa méthodologie sur les axes suivants :

 La mise en place d’une coordination étroite avec le PULCI, grâce à des rencontres
régulières et/ou un reporting fréquent sur ses prestations;

 La création des conditions d’une approche concertée et participative ;

 La constitution d’une équipe expérimentée et motivée ;

 La planification et l’ordonnancement des tâches, visant à assurer la cohérence et


l’optimisation des différentes phases d’études tout en respectant les délais prévus.

B. CONSISTANCE ET PHASAGE DEL’ÉTUDE

L’étude pourra être menée en trois 03 phases. La succession de ces phases est
logique et permet d’atteindre les objectifs fixés puisque chaque phase permet
d’établir les données et les éléments nécessaires. Au fait, les trois phases peuvent se
présenter comme suit:

PHASE 1 : APS
Cette phase permet de faire ;

Tâche 1 : Mobilisation de l’équipe d’experts, rencontre des différentes parties prenantes au


projet.

Tâche 2 : Caractéristiques physiques de chaque localité (topographie, climat, eaux de


surface, contexte hydrogéologique, sol, végétation, écosystèmes, etc.) à travers la revue
documentaire et une première visite de terrain.

Tâche 3 : Elaboration du contexte socio-économique et environnemental. Il s'agira de mettre


en exergue: la démographie, les principales activités génératrices de revenus et pouvoir
d’achat des populations, les infrastructures d’approvisionnement en eau potable et les
modes de gestion, la volonté et la capacité des populations à payer pour avoir accès à l’eau
potable, la capacité d’organisation et de gestion des usagers de l’eau, les capacités
humaines, techniques, financières et organisationnelles des villages.

Plus particulièrement, l'aspect environnemental, la prise en compte de l'aspect genre et si


nécessaire les aspects liés aux changements climatiques seront pris en compte par
l'environnementaliste de l'équipe.

Tâche 4 : proposition des différentes variantes de mini-réseau d'adduction d'eau


villageoise adapté à la localité : sur la base des informations collectés, le bureau d’étude
devra recommander l’option de mini AEP la plus adaptée aux conteste techniques, physiques
et socio-économiques de chaque localité assortie y compris notamment :

o Plan de situation et schéma du mini AEP pour chaque localité


o Ratio du coût d’investissement estimé rapporté au nombre d’habitants desservis
o Propositions en matière de mode de gestion du mini AEP sur la base de l’analyse des
capacités de gestion existantes
o Analyse des impacts socioéconomiques et environnementaux du mini AEP
o Analyse de la rentabilité économique de l’investissement

Au terme de la première phase le consultant soumettra à la validation du PULCI, un rapport


(volume 1) présentant les résultats de l’analyse diagnostique et les scénarios
d’intervention. Le client aura un délai de 10 jours pour apporter ses observations et
orientations sur le rapport.

PHASE 2 : APD
Elle a pour but de faire :

Tâche 5 : Levé topographique des tracés des conduites ;

Tâche 6 : Etudes Géotechniques

Tâche 7 : Études hydrauliques (dimensionnement des installations de pompages, de


traitement, des réservoirs, bâches, des canalisations, etc...) ;

Tâche 8 : Etudes génie civil

Tâche 9 : Etudes électriques et électromécaniques

Au terme de la deuxième phase le consultant soumettra à la validation du PULCI, un rapport


(volume 2) présentant les résultats de l’étude topographiques, dimensionnement des ouvrages et
production de plans détaillés. Le client aura un délai de 10 jours pour apporter ses observations sur
le rapport.

PHASE 3 : EVALUATION FINANCIERE

Elle a pour objet d’assurer :

Tâche 10 : Evaluation quantitative et financière des travaux à réaliser et établissement d'un


devis confidentiel

Tâche 11 : Estimation du délai d'exécution et planification des interventions

Tâche 12: Estimation des coûts de fonctionnement et de maintenance

Au terme de la troisième phase le consultant soumettra à la validation du PULCI, un


rapport (volume 3) présentant les résultats des évaluations financières et le dossier d’appel
d’offre relatif à la construction de chaque mini AEP. Le client aura un délai de 10 jours pour
apporter ses observations sur le rapport.
DÉROULEMENT DE L’ÉTUDE

Phase 1 : Étude Préliminaire De Faisabilité Du Projet (Aps)

I. TÂCHE 1 : MOBILISATION DE L’ÉQUIPE D’EXPERTS/

Dès la notification de l'ordre de service et avant son intervention dans la zone du


projet, l’équipe d’experts du Consultant prendra contact avec le PULCI pour les
présentations d’usage et la réunion de démarrage des prestations. Cette équipe
dirigée par le Chef de Mission sera immédiatement opérationnelle puisque les
moyens logistiques seront déjà disponibles (bureaux, logements, véhicules et tout
autre équipement permettant un bon déroulement des prestations).

Lors de cette réunion, sera affinée l’approche du consultant et les priorités de


déroulement de l’étude seront arrêtées d’un commun accord. Elle aura lieu au siège
du projet. Suite à la réunion, le consultant entreprendra le recueil des données et
documents existants auprès du PULCI. A l’issue de cette rencontre, les experts
désignés mettront au point les modalités et procédures concernant les différentes
tâches à accomplir.

Elle sera suivie immédiatement d’une visite de terrain qui permettra la connaissance
suffisante des lieux où se dérouleront les études et l’appréciation des difficultés
résultantes des conditions.

II. TÂCHE 2 : CARACTERISTIQUES PHYSIQUES

Les caractéristiques physiques à ressortir pour chaque localité (village) porteront sur: la
topographie, le climat, les eaux de surface, le contexte hydrogéologique, le sol, la végétation,
les écosystèmes, etc. Durant cette tâche ce qui cristallisera le plus l'attention de l'équipe du
consultant sera de déterminer les potentielles sources d’eaux existant dans les localités
cibles et de proposer le mode de captage tout en soulignant la solution optimale pour
l’approvisionnement en eau potable de ces localités. Déjà, nous pouvons d'ores et déjà
suivant notre connaissance sommaire de la zone, avancer que les potentialités hydrauliques
sont abondantes dans la zone du projet PULCI. On pourra citer:

 la rivière Logone;
 le barrage d'eau de Maga;

 le sous-sol sédimentaire,

 etc.

Il sera doc plus question de ressortir la solution optimale pour chacune des localités.

III. TÂCHE 3 : CONTEXTE SOCIO-ECONOMIQUE ET ENVIRONNEMENTAL

L’objectif est de collecter et d’analyser les données disponibles afin de mettre en évidence les
potentialités, les contraintes techniques et socio-économiques et de ressortir une image de la
situation actuelle de la zone de l’étude. Il permet aussi de disposer d’un ensemble
d’informations auprès des services d’appui et autres services relatifs à : la situation
démographique et administrative de la zone de l’étude, la situation de l'alimentation en eau
et des infrastructures et équipements existants, les sources d’alimentation en électricité et
leurs caractéristiques. Pour chacun des aspects à étudier, la collecte des données se fera à la
fois par exploitation de la documentation existante et par enquêtes de terrain.

Les résultats de cette étude sous forme de rapport constitueront une partie du rapport d'APS
et contribueront à son élaboration. Sa finalité consiste à fournir des données fiables
permettant :

 D’établir un état actuel de la zone sur l'alimentation en eau potable et en électricité;

 d'aider au choix et à l’installation des ouvrages et équipements hydrauliques à proposer;

 de contribuer au dimensionnement des ouvrages;

 de donner des indications permettant de déterminer le nombre et la localisation des


points de distribution d'eau

 ENQUÊTES TECHNIQUES

Les enquêtes seront réalisées par l'équipe du projet. Pour ce faire, des enquêtes seront
élaborées afin de permettre la localisation de point de distribution d’eau et les sources
d’alimentation électrique disponibles pour le fonctionnement éventuel des stations de
traitement et de pompage. Elles permettent aussi de caractériser d’une manière générale les
composantes des équipements identifiés et de contribuer à l’évaluation des besoins en eau
futur. Les investigations couvriront la zone restreinte de l’étude.
 ÉTUDE D’INSTALLATION DE LA PRISE D’EAU

A la suite de la reconnaissance des sites, le consultant s’attellera, d’une part à caractériser la


principale source d’eau de surface existante dans la zone, et d’autre part à étudier toutes les
possibilités d’implantation d’une prise pour l’alimentation en eau pour chaque localité. Il
procédera par la suite à l’étude capacitaire de la ressource en eau à partir de l’analyse des
données existantes dans les services de l'administration. Celles-ci porteront sur les données
de la morphologie du cours d'eau/barrage/eau souterraine, des niveaux d’eau, des
écoulements et des crues durant plusieurs années. Cette étude permettra de définir un site
de captage (installation d’une prise d’eau) au niveau du cours d'eau/barrage/eau souterraine
afin de garantir une consommation en eau optimale à l'horizon du projet.

Cette analyse globale permet une meilleure approche dans la définition de site de captage et
dans la compréhension de l’origine de la composition de l’eau, et donc dans la proposition de
méthodes de traitement adaptées.

 ESTIMATION DES BESOINS EN EAU DES POPULATIONS

L’objectif est de définir les besoins en eau en s’appuyant sur une bonne connaissance de la
population s’approvisionnant par branchement particulier ou par borne fontaine et de son
niveau de consommation (informations rendues disponibles par l’analyse documentaire des
consommations ou à partir des résultats des enquêtes socio-économiques) en rapport avec
les normes de consommation unitaire. Sur cette base, pour déterminer les besoins en eau
futurs, le Consultant prendra en compte les données tels que l’évolution de la population (taux
de croissance), les demandes de branchement sur le réseau (ménages et équipements
sociocommunautaires existants et futurs susceptibles d’être raccordés), et éventuellement les
projets d’extension immobilière, les projets d’implantation d’entreprises et de services, les
besoins agricoles, etc. Ces données seront collectées par exploitation de documents et
entretiens.

Les calculs des besoins en eau couvriront une durée de 15 à 20 ans. Dans l’évaluation des
besoins nets en eau, les taux de desserte à considérer seront définis d’un commun accord avec
le Client. Les besoins nets étant le produit de l’effectif de la population par le taux de desserte.

 ANALYSES DE LA QUALITÉ DES EAUX DU COURS D'EAU


Le Consultant pourra procéder à l'identification des propriétés physicochimiques et
bactériologiques de l'eau à mobiliser (dans le cas où cette eau serait une eau de surface). Ces
informations essentielles précisent l’origine de la composition de l’eau, sa minéralisation, ses
caractéristiques et contaminations naturelles ou exogènes. Les propriétés hydrochimiques et
bactériologiques comprendront entre autres :

i. Sur le terrain : température, goût, odeur, dosage de fer, détermination du pH,


Conductivité, CO2 libres et oxygène dissous.

ii. la détermination quantitative des cations (Ca2+, Mg2+, Na+, K+, NH4+, Fe, Mn, F),
des anions (CO3, HCO3-, SO42-, Cl-, NO3-, etc.) et l’extrait sec, l’équilibre
carbonique (TAC, pH et pH de saturation, essais au marbre, indice de Langellier,
etc..), l’analyse bactériologique : germes coliformes et germes totaux.

La connaissance des compositions chimiques et bactériologiques permettront de décider des


procédés de traitement pour la potabilisation de l’eau et de la possibilité d’utilisation de cette
eau.

 ASPECTS ENVIRONNEMENTAL

Le consultant vérifiera les effets socio-environnementaux que les mini-AEP aura aussi bien sur
le milieu naturel que sur la santé humaine. L'impact de la facilité d'approvisionnement en eau
sur scolarisation des filles et l'adoption de nouveaux comportements et positifs en hygiène et
assainissement et en adaptation au changement climatique. Suivant l'approche des travaux
de construction, le consultant pourra examiner si les projets de mini-AEP auront un impact sur
l'emploi à travers la Haute Intensité de Main d’Œuvre (HIMO) par exemple. Enfin, il étudiera
le risque de déplacement des populations pour le passage des conduites de distribution. Pour
limiter les impacts négatifs, les mesures d’atténuation seront identifiées par le consultant
dans le cadre du plan de gestion environnemental et social.

IV. TÂCHE 4: PROPOSITION DES DIFFERENTES VARIANTES DE MINI-RESEAU


D'ADDUCTION D'EAU VILLAGEOISE ADAPTÉ A LA LOCALITÉ
Sur la base des enquêtes techniques socio-économiques et des études précédentes: études
de la mobilisation de la ressource, analyse de la qualité de l’eau et estimation des besoins en
eau, analyse documentaire, le consultant fera des propositions concernant:

 La faisabilité technico-économique et sociale du projet;

 La répartition des ouvrages projetés;

 L’identification des quartiers bénéficiaires du projet;

 Le choix des sites devant abriter les ouvrages de prises, de stockage et de traitement
des eaux;

 Les systèmes d’alimentation répondant aux critères ci-après:

- système adapté au contexte local et d’un entretien facile;

- charges d’exploitation non onéreuses afin de permettre aux populations de pouvoir


prendre en charge le fonctionnement et la maintenance.

Les variantes proposées par le consultant seront transmis au client pour approbation.

Phase 2 : Étude d’Avant-Projet Détaillé (APD)

Pour satisfaire aux attentes du client, le Consultant effectuera l’ensemble des études
sectorielles suivantes :

- Etudes topographiques;

- Etudes géotechniques;

- Etudes hydrauliques;

- Etudes de génie civil;

- Etudes électriques et électromécaniques;

- Etudes de prix (devis quantitatif et financière).

V. TÂCHE 5 : ETUDES TOPOGRAPHIQUES

Après un inventaire et une reconnaissance du site, le Consultant effectuera d’abord


l’ensemble les levées de terrain nécessaires (profils en long des conduites, levés des détails
etc…) en vue du dimensionnement hydraulique avec trois (03) brigades topographiques. Cette
tâche consiste à exécuter les levés topographiques des axes de canalisations projetées et en
des levés de détails d’ouvrages (station de traitement, châteaux d’eau, réservoirs au sol,
bornes fontaines, abreuvoirs éventuellement, etc.).

Les brigades topographiques seront composées de quatre opérateurs, et utiliseront 3 GPS


différentiels. Pour les calculs topographiques les logiciels R TOPO, COVADIS et Global Mapper
seront utilisés. Ceci permettra d’optimiser la durée des opérations de terrains mais également
de rendre disponible toutes les données topographiques nécessaires à l’exécution des autres
tâches.

Une fois, le travail de terrain terminé, les brigades topographiques procéderont au report du
profil en long et de la bande planimétrique correspondante (vue en plan).

VI. TÂCHE 6 : ETUDES GÉOTECHNIQUES

Pour une définition fiable des ouvrages, le Consultant demandera dans le cadre des travaux
qu'une reconnaissance géotechnique soit réalisée par l'entreprise au niveau de tous les
ouvrages importants du réseau. Cette reconnaissance géotechnique se conduira par la
réalisation des puits d’exploration de profondeur suffisante, puis de sondages à la tarière sur
chaque site (essais in situ et de laboratoire nécessaires), afin d'obtenir un niveau de
connaissance suffisant des caractéristiques mécaniques des sols de fondations des ouvrages
hydrauliques qui seront mis en œuvre.

La réalisation des travaux sera assurée par un géotechnicien membre de l'équipe de


l'entreprise.

L'entreprise effectuera les études afin de juger avec le maximum de précision de :

 La texture des sols;

 capacité portante des terrains : la stabilité du site des ouvrages (station de


traitement, bâche de stockage et de reprise, bâche d’eau traitée, réservoirs ou
châteaux d’eau, station de pompage, etc.);

 L’étanchéité du site des ouvrages;

 L’infiltration à travers les fondations;

 La perméabilité, tassement des sols aux horizons fixés;


 plasticité, teneur en eau, etc.

 Les caractéristiques des sols sur le tracé des canalisations.

 La détermination des caractéristiques des matériaux d’emprunt et de carrières à


utiliser éventuellement.

VII. TÂCHE 7 : ETUDES HYDRAULIQUES

L’étude hydraulique permettra de dimensionner les ouvrages, aussi bien linéaires que
ponctuels.

Suite aux études topographiques, le consultant, après avoir défini les axes principaux et points
stratégiques et conçu des synoptiques de réseaux constitué pour l’essentiel de station de
traitement, réservoirs d’eau, canalisations, bornes fontaines, procédera d’abord à l’évaluation
des besoins en eau en prenant une échéance de 20 ans pour le projet et suivant les taux de
desserte respectant les normes en vigueur. Les besoins journaliers permettront de déterminer
éventuellement la capacité des ouvrages de stockage. De même, il sera calé, par un
dimensionnement optimal, la hauteur des châteaux d’eau à construire et le nombre de bornes
fontaines. On veillera à avoir:

- des capacités optimales de façon à ce que l’eau ne séjourne pas longtemps dans les
réservoirs (volume déterminer à partir des courbes « consommation horaire » et «
pompage à débit constant»)

- une hauteur sous radier permettant d’obtenir une pression suffisante dans tout le
réseau et en toutes circonstances.

Puis, il calculera les débits consommé qui seront répartis dans différents tronçons du réseau
projeté.

Ensuite, il procédera au pré-dimensionnement du réseau en déterminant les diamètres des


canalisations suivant les lois classiques de l’Hydraulique en charge. Le dimensionnement du
réseau sera donc fonction de plusieurs paramètres tels que la charge maxi au point de départ, la
dénivelée entre les points de départ et d'arrivée, la nature de conduite utilisée (rugosité des
parois), la distance entre ces deux points (perte de charge linéaire), des ouvrages de vidange, les
dérivations, les ventouses et les robinets (pertes de charge singulières). Les critères de choix du
diamètre sont une vitesse suffisante etune pression aux nœuds satisfaisant la demande calculée.
Des logiciels de modélisation (Epanet, Watergems) des réseaux de distribution d'eau potable
seront utilisés à cet effet, le Consultant ayant une compétence confirmée dans la pratique de ces
outils.

VIII. TÂCHE 8 : ETUDES GÉNIECIVIL

Sur la base des résultats des études préliminaires, le consultant procédera à la conception et au
dimensionnement des ouvrages selon les normes et critères spécifiés au projet et en usage au
Cameroun notamment les normes françaises (BAEL 91, DTU, AFNOR, etc.)

En collaboration avec toute l’équipe, il procèdera :

- aux calculs statique et dynamique du point de vue Génie Civil;

- à l’établissement des normes de construction des ouvrages civils;

- à l’établissement des notes de calculs relatives aux éléments de:

o béton armé;

o fondation;

o ossature et superstructure;

o couvertures;

o tout autre corps d’état.

IX. TÂCHE 9 : ETUDES ÉLECTRIQUES ET ÉLECTROMÉCANIQUES

En fonction des besoins en eau potable et des systèmes d’alimentation déjà définis par le client
(système de pompage à partir du cours d'eau/barrage/forage, station de traitement), le
Consultant étudiera et définira les options d’équipements adéquats pour le projet.

A l’issue de ces études, le Consultant donnera les indications suivantes :

 Dimensionnement et choix justifié des équipements électriques et


hydromécaniques compte tenu des caractéristiques techniques et des besoins à
satisfaire tout en se basant sur les exigences normatives, avec notes de calculs;

 Plans d’installation des équipements pour la prise en compte lors de l’exécution des
travaux;
 Inventaire exhaustif de tout le matériel électrique et électromécanique, y compris
les pièces de rechange;

 Définition des normes d’installation et des cotes de calage.

Pour le choix des équipements, le Consultant veillera à ce qu’ils respectent les conditions de
standardisation définies par les services du Ministère de l'Eau et de l'Energie.

Phase 3 : Evaluation Financiere Et Systeme De Gestion Des Aep

I. TÂCHE 10 : DEVIS ESTIMATIF DESTRAVAUX

Avant-métré

Sur la base des dimensions des ouvrages, il sera déterminé les quantités des différents matériaux
à mettre en œuvre. Un mémoire des métrés quantitatifs pour les ouvrages et un tableau de
l’ensemble des fournitures, équipements et autres prestations seront réalisés.

Devis estimatif

C’est une estimation confidentielle des coûts de construction des ouvrages. Ce devis sera basé
sur les quantités définies dans l’avant-métré ; le Consultant déterminera pour chacun des postes
les prix de construction et de fourniture actuellement en vigueur localement et au niveau
international. Les bordereaux de prix et le cadre du devis estimatif seront bien décrits et justifiés.

Le devis estimatif confidentiel de l’APD servira de base pour le dépouillement et l’évaluation des
offres soumises par les entrepreneurs et autres prestataires.

En outre l’Ingénieur Conseil évaluera le coût des investissements requis pour chaque site centre
et pour la totalité du programme par composante :

- Fourniture et pose des équipements de pompage correspondants;


- Réalisation des travaux de génie civil (station de traitement, château d’eau,
bâches d’eaux brute et traitée, bornes fontaines, station de pompage…) avec
fourniture et pose des équipements y afférents;
- Fourniture et pose des canalisations et pièces spéciales;

De même, il sera déterminé les coûts d’exploitation (fonctionnement, entretien et maintenance)


et le prix de revient du mètre cube d’eau.

Cadre de décomposition des prix


Dans cette partie, il sera décrit toutes les prestations rémunérées par chaque prix mentionné
dans le devis quantitatif.

Les résultats des études APD seront consignés dans un dossier d’étude technique à caractère à
la fois descriptif, justificatif et explicatif.

II. TÂCHE 11 : ESTIMATION DU DELAI D'EXECUTION ET PLANIFICATION DES


INTERVENTIONS

Il sera établi un programme prévisionnel des travaux. De même, on procédera à la détermination


de l’organisation pratique et opérationnelle des travaux.

III. TÂCHE 12 : ESTIMATION DES COUTS DE FONCTIONNEMENT ET DE MAINTENANCE

Un service d’eau potable génère des coûts variables selon le niveau de service choisi et les
configurations locales ; les charges de fonctionnement d’un service doivent être évaluées avec
précision : elles seront présentées et discutées avec le client et les usagers car ceux sont eux qui
seront amenés à en assurer le paiement. Il s’agit donc d’un facteur déterminant de la pérennité
du service. Le consultant s’attèlera à estimer les charges de fonctionnement et de maintenance
qui regroupe de manière non exhaustive :

 Les frais énergétiques (carburant pour groupe électrogène, facture électrique


pour branchement au réseau d’approvisionnement en énergie électrique) ;
 Les consommables (lubrifiant pour les équipements électromécaniques, produits
chimiques pour le traitement de l’eau, etc.) ;
 Les frais d’entretien, de réparation et d’achat des pièces de rechange ;
 Les charges de rémunération du personnel ;
 Les charges de suivi technique et financier ;
 Etc.

TÂCHE 13 : SYSTEME DE GESTION DES MINI-AEP

La décentralisation a institué les communes dans le rôle de maître d'ouvrage, mais a aussi précisé
que tout en étant ainsi responsables du service public de l’eau dans leur territoire, elles ne
pouvaient toujours en assurer la gestion directement. Elles sont obligées de déléguer cette
gestion à un autre acteur, qui peut être un opérateur privé (exploitant) et rémunéré pour cela ou
une association d'usagers (ou tout équivalent associatif) au fonctionnement bénévole. La
commune reste responsable du service et de la satisfaction des usagers. Elle doit donc
sélectionner l’exploitant et lui passer un contrat de façon à garantir un service de qualité.

Le consultant étudiera le type d'exploitation le plus efficient que ce soit par affermage, soit en
régie ou à travers une Associations des Usagers de l’Eau (AUE). Les documents constitutifs de la
structure retenue seront produits.

Procédure de transmission des documents

Les rapports d’APS, d’APD et du système de gestion seront remis dans un délai respectif de 30
jours, 60 jours et 90 jours calendaires à partir du démarrage des prestations. Ces périodes seront
intercalées par des jours dédiés à la lecture des rapports

Edition provisoire.
Les documents en version provisoire seront transmis en cinq (5) exemplaires au PULCI qui
disposera de dix (10) jours pour apporter ses observations. Le consultant prendra directement
en compte les commentaires dans le rapport définitif.

Edition définitive.

Les documents en version définitive seront transmis en dix (10) exemplaires à la Société
Nationale d’Eau, dont un en format reproductible, et un sur support informatique
Planning prévisionnel des activités pour les études APD de construction de cinq (05) mini-AEP dans le cadre du PULCI
Mois 1 Mois 2 Mois 3
N° Désignation
S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 S9 S10 S11 S12 S13 S14 S15 S16
Phase 1
1.1 Mobilisation de l'équipe d'experts
1.2 Caractéristiques physiques de la localité
1.3 Elaboration du contexte socio-économique et environnemental
1.4 Proposition des différentes variantes de mini-AEP adapté à chaque localité
Rapport présentant les résultats de l’analyse diagnostique et les scénarios d’intervention
1.5
(Observations, intégration des amendements et approbation du client)
Phase 2
2.1 Levé topographique des tracés des conduites
2.2 Etudes Géotechniques
2.3 Études hydrauliques
2.4 Etudes génie civil
2.5 Etudes électriques et électromécaniques
Rapport présentant les résultats de l’étude topographiques, dimensionnement des
2.6 ouvrages et production de plans détaillés (Observations, intégration des amendements
et approbation du client)
Phase 3
Evaluation quantitative et financière des travaux à réaliser et établissement d'un devis
3.1
confidentiel
3.2 Estimation du délai d'exécution et planification des interventions
3.3 Estimation des coûts de fonctionnement et de maintenance
3.4 Système de gestion des mini-AEP
Rapport (volume 3) présentant les résultats des évaluations financières et le dossier
3.5 d’appel d’offre relatif à la construction de chaque mini AEP (Observations, intégration
des amendements et approbation du client)

Conformément au planning ci-dessus, le délai maximal de mise en œuvre des études est de trois mois, hormis les périodes de validation des rapports.
EQUIPE DE LA MISSION

N° Nom et prénoms Poste dans le projet Diplôme Expérience Observations

Ingénieur de Génie
1 MAGA Guy Parfait Chef de Mission 16 ans RAS
Rural

DESS en Etude
NGOMO III
2 Environnementaliste d'Impacts 10 ans RAS
Richard Claude
Environnementaux

ZOBO Emmanuel Ingénieur des Travaux


3 Topographe 14 ans RAS
Thierry de Génie Civil

BASSOTE ESSETTI Technicien Supérieur


4 Topographe 6 ans RAS
Joachim en topographie

AKONO ESSOLA Ingénieur de Génie


5 Topographe 12 ans RAS
André Rural