Vous êtes sur la page 1sur 14

Cours : ENSEMBLES ET APPLICATIONS PROF : ATMANI NAJIB 1BAC SM BIOF

Avec Exercices avec solutions

ENSEMBLES ET APPLICATIONS
1)LES ENSEMBLES : est : D3  n  / n/3}
1-1) Activités : 2)L’ensemble A des entiers naturels dont les carrés
Activité 1 : Soient les ensembles : sont inférieurs ou égaux à 40 :
A  n  / n²  40 (en compréhension

E  x   ; 2  / tan x  3 : x  
 A  0;1; 2;3; 4;5;6 (en extension)
 
F   x   ; 2  / x   k : k  
 6  Exercice1 :1)Ecrire en extension les ensembles
  k  suivants : D180  n  / n 180
G   x   ; 2  / x    : k  
 6 2   5 3
A  n  /  n²   ;
 5   2 7 5   2 2
S  ; ; ; ; ; 
 3 3 6 3 6 3  B  x  / x²  x  1  0
Vérifier que : S  E et E  S et que E  S et E  G
2)Ecrire en compréhension l’ensemble Des nombres
 pairs
Vérifier que: n’est pas un élément de E
8 Solution : 1) 180  2²  3²  5
et que E  F
D180  1;2;3;4;5;6;9;10;12;15;18;20;30;36;45;60;90;180
Activité 2 :
5n  8  2n  4  A  1;0;1
Soient A   
/ n   et B   / n 
 8 n  1   2 n  1  x²  x 1  0   3 0 donc : B  
2) P  2k / k  
17 43 42
1- Est ce que : A ? B ? B ?
3 25 37
6 Exercice2 :1) Ecrire en extension les ensembles
2- montrer que est un élément commun entre 𝐴 et 𝐵. suivants :
5
1-2) VOCABULAIRES : E1  k  / k  1  2
 Un ensemble E est une collection d'objets
E2   x  / k ²  7
mathématiques. Les objets que l'ensemble
Contient sont appelés éléments de E. E3  k  / 7  k ²  35
 Si x est un élément de E on dit que x appartient a
E4   x; y   ² /  x  y  x  y   32
E et on écrit : x  E
 ∅ est l’ensemble qui ne contient aucun élément, 2)Ecrire en compréhension l’ensemble Des multiples
on peut le définir comme suite :{𝑥 ∈ 𝐸 𝑒𝑡 𝑥 ∉ 𝐸}. de 5 dans
 Un ensemble peut être défini en extension, c'est- Solution : 1) k  E1  k  et k  1  2 
à-dire en donnant la liste de ses éléments entre k et 2  k  1  2 
accolades. k et 3  k  1 
Par exemple : L’ensemble V des voyelles de
Donc : E1  3; 2; 1;0;1
l’alphabet français en extension est :
V = {a, e, i, o, u, y} k  E2  k  et
 En compréhension c'est-à-dire par une propriété
k ²  7  k  7   7  k  7 et k 
caractérisant ses éléments.
Par exemple : 𝐸 = {k ∈ ℤ/ |3𝑘 + 1| ≤ 5} Donc : E2  2; 1;0;1; 2
Exemples : k  E3  k  et 7  k ²  35
1)L’ensemble des diviseurs de 3 en extension
 7  k  35  k  3; 4;5  k  5; 4; 3;3; 4;5
est : D3  1;3
Donc : E3  5; 4; 3;3;4;5 ¨
L’ensemble des diviseurs de 3 en compréhension
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 1
E4   x; y   ² /  x  y  x  y   32 ? sin   x   sin x   sin   x    sin   x 
Et  x  y    x  y   2 x est u nombre pair on en deduit :
Donc x  y et x  y ont la même parité et      3   5     3   5  
B  sin   ;sin   ;sin   ;  sin   ;  sin   ;  sin   
x  y  x  y 32  2
5   12   12   12   12   12   12  
On dresse un tableau : 2) Egalité ; inclusion ; ensemble des partie d’un
x y 2 4 ensemble
x  y 16 8 Définition : On dit que deux ensembles 𝐸 et 𝐹 sont
x 9 6 égaux s’ils ont exactement les mêmes éléments ; on
y 7 2 écrit 𝐸 = 𝐹
E4   6; 2  ;  9;7  (𝐸 = 𝐹) ⟺ (𝑥 ∈ 𝐸 ⟺ 𝑥 ∈ 𝐹)

E5   x; y   ² / x 2  y 2  15 ?
Exemple : A  k   / 2k  1  3 et 𝐵 = {−2,−1,0,1}
Montrons que : 𝐴 = 𝐵
x 2  y 2  15   x  y  x  y   15
Solution : k  A  k  et 2k  1  3 
De même que : E4 on a : les diviseurs de 15
k et 3  2k  1  3 
sont 1 ;3 ;5 ;15 et x  y  x  y k et 4  2k  2 
On dresse un tableau : k et 2  k  1  k  2; 1;0;1  k  B
x y 1 3
x  y 15 5 Donc on a : k  A  k  B
x 8 4 Donc : 𝐴 = 𝐵
y 7 1 Définition : Soient 𝐸 et 𝐹 deux ensembles
2) P  5k / k   quelconques. 𝐸 est dit inclus dans 𝐹 si tout élément
de 𝐸 est un élément de 𝐹.
Exercice3 : Ecrire en extension les ensembles
On dit aussi que 𝐸 est un sous-ensemble de 𝐹 ou
   n   encore que 𝐸 est une partie de. 𝐹 On note 𝐸 ⊂ 𝐹
suivants : A  cos   :n 
 5 6   (𝐸 ⊂ 𝐹) ⟺ (𝑥 ∈ 𝐸 ⇒ 𝑥 ∈ 𝐹).
   n   Exemple : Soit E  0;1; 2 } déterminer tous les
B  sin   :n 
  12 6   ensembles inclus dans E. Qui s’appelle l’ensemble
Solution : on sait que la fonction cos est périodique des parties de 𝐸 et se note 𝒫(𝐸).
n P( E )  ;0 ;1 ; 2 ; 0;1 ; 0; 2; 1; 2; E
de période 2 et  2  n  12
6 Définition : Soit 𝐸 un ensemble, les partie de 𝐸,
n  0;1; 2;3;..;11 constituent un ensemble qui s’appelle ensemble des
partie de 𝐸 et se note P ( E ) .
   n  
A  cos    / n   0;11 P ( E ) ) = {𝑋/ 𝑋 ⊂ 𝐸}
 5 6  
Remarques : 1)𝐴 est une partie de 𝐸 (𝐴 ⊂ 𝐸) si et
En tenant compte des relations :
seulement si 𝐴 est un élément de P ( E )
cos   x   cos   x    cos x on en deduit :
A ⊆ E ⇔ A ∈ P( E )
  6   11   16   21  2)   P ( E ) et ∅ ⊂ 𝐸 3) E  P ( E ) et E ⊂ 𝐸
A  cos   ; cos   ; cos   ; cos  
  30   30   30   30  Exercice4 : Ecrire en extension les ensembles
 26   31   36   41   46  suivants :
;cos   ;cos   ;cos   ;cos   ;cos  
 30   30   30   30   30  1) P( P   ) 
2) P( P a; b ) 
 51   56   61  Solution :1) Il est aisé de voire que P()  
; cos   ; cos   ; cos  
 30   30   30 
donc : P( P   )  ;
   n  
De même pour sin on a : B  sin    : n   0;11  
2) P( P a; b ) :
  12 6  
En tenant compte des relations : P(a; b)  ;a ; b ; a; b Donc :

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 2


Définition : Soient 𝐴 et
𝐵 deux parties d’un
ensemble 𝐸 ; la
différence de 𝐴 et 𝐵 est
3) Complémentaire d’un ensemble l’ensemble constitué
Définition : par les éléments qui
Soit 𝐴 une partie de 𝐸, le appartiennent à 𝐴 et qui
complémentaire de 𝐴 est n’appartiennent pas à B.
l’ensemble constitué par tous On le note par 𝐴\𝐵 ou 𝐴 − 𝐵
les éléments de 𝐸 qui 𝐴\𝐵 = {𝑥 ∈ 𝐸/ 𝑥 ∈ 𝐴 𝒆𝒕 𝑥 ∉ 𝐵}
n’appartiennent pas à 𝐴, on 5) Propriétés
le note A ou C EA . 5.1 Propriétés d’inclusion.
Soient 𝐸, un ensemble, 𝐴, 𝐵 et 𝐶 des parties de 𝐸.
A   x  E / x  A (𝐴 = 𝐵) ⟺ 𝐴 ⊂ 𝐵 et 𝐵 ⊂ 𝐴
Exemples : Si 𝐸 un ensemble quelconque : 𝐴 ⊂ 𝐵 et 𝐵 ⊂ 𝐶 ⇒ (𝐴 ⊂ 𝐶) la transitivité
E = ∅ et   E 5.2 Intersection et réunion
𝐴 ∩ 𝐴 = 𝐴 et 𝐴 ∪ 𝐴 = 𝐴
C  I (Ensembles des irrationnelles).
Si 𝐴 ⊂ 𝐵 alors 𝐴 ∩ 𝐵 = 𝐴 et 𝐴 ∪ 𝐵 = 𝐵
Exercice5 : donner Complémentaire des ensembles
𝐴∩𝐵⊂𝐴⊂𝐴∪𝐵
suivants :  a; b l’ensemble (𝐴 ∩ 𝐵) ∩ 𝐶 = 𝐴 ∩ (𝐵 ∩ 𝐶) L’associativité
2) l’intervalle  a; b a b (𝐴 ∪ 𝐵) ∪ 𝐶 = 𝐴 ∪ (𝐵 ∪ 𝐶) L’associativité
𝐴 ∩ (𝐵 ∪ 𝐶) = (𝐴 ∩ 𝐵) ∪ (𝐴 ∩ 𝐶) la distributivité
Solution : 1) le complémentaire de est l’ensemble
𝐴 ∪ (𝐵 ∩ 𝐶) = (𝐴 ∪ 𝐵) ∩ (𝐴 ∪ 𝐶) la distributivité
des irrationnels et se note  5.3 Le complémentaire

2)  a; b  x  / x   a; b   x  / x  boux a 𝐴̅ = 𝐸/𝐴 et A A
A  B  A  B et A  B  A  B lois de Morgan
 a; b  ; a  b; 
(𝐴 ⊂ 𝐵) ⟺ (𝐵 ̅ ⊂ 𝐴̅)
4) Intersection ; réunion, différence de deux
5.4 La différence
ensembles.
Définition : Soient 𝐴 et 𝐵 deux
A  B  A   A  B A B  A B
parties d’un ensemble 𝐸 ; 6) Notations généralisées.
l’intersection de 𝐴 et 𝐵 est Soient A1 , A2 … An une famille de parties d’un
l’ensemble constitué par les
ensemble 𝐸, (qu’on peut noter (𝐴𝑖)1≤𝑖≤𝑛)
éléments qui appartiennent à
n
la fois à 𝐴 et à 𝐵. On le note L’ensemble : A1  A2  ...  An se note : Ai
par 𝐴 ∩ 𝐵. 𝐴 ∩ 𝐵 = {𝑥 ∈ 𝐸/ 𝑥 ∈ 𝐴 𝒆𝒕 𝑥 ∈ 𝐵} i 1
Définition : Soient 𝐴 et 𝐵 deux parties d’un n

ensemble 𝐸 ; la réunion de 𝐴 et 𝐵 est l’ensemble L’ensemble A1  A2  ...  An se note : Ai


i 1
constitué par les éléments qui appartiennent
à 𝐴 ou à 𝐵. On le note par 𝐴 ∪ 𝐵. Définition : Une famille (𝐴𝑖)1≤𝑖≤𝑛 de parties d’un
ensemble 𝐸 s’appelle une partition
de l’ensemble 𝐸 si elle vérifie :
n
Ai = 𝐸 et 𝑖 ≠ 𝑗) ⇒ (𝐴𝑖 ∩ 𝐴𝑗 = ∅)
i 1

on dit que les ensembles sont disjoints deux à deux.


𝐴 ∪ 𝐵 = {𝑥 ∈ 𝐸/ 𝑥 ∈ 𝐴 𝒐𝒖 𝑥 ∈ 𝐵} Exercice6:Soient les ensembles :
 k   k 
A 2 :k  B   2 :k 
4 5  2 5 
Monter que : A  B  

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 3


Solution :On suppose que : A  B    A B CA B CA B CA B C
Donc : x0  x0  A et x0  B
k   k
      
  A  B   C  C    A  B  C  C  ¨
  
  k1; k2   ² : x0   2 1 et x0   2 2
2 5 4 5   A  B   E    A  B   E    A  B    A  B 
 
 k  k
Donc    k1; k2   ² :  2 1   2 2  A   B  B  A  E  A
2 5 4 5
2 1 5 2)  A  B    B  C    C  A   B   A  C   C  A
Donc :  k1  k2     k1  k2   contradiction
5 4 8   B   C  A     A  C    C  A  
5
avec le faite que k1  k2  et   Donc : A  B     B  C    B  A   A  C 
8
3) Montrons que :
Exercice7 : Soient A ; B ; C et D des parties d’un
 A  B  A  C  A  B  A  C
ensemble E 
 A  B  A  C  A  B  A  C

 B C  A  E
Monter que : 

  B  D  A
A B  AC  A B  AC  A B  AC

 
CD A E 
Solution : On suppose que :
 A B  AC  A A B  A AC    
B C A  E 
et C  D  A  E    
 A  A   A  B  A  A   A  C  
Remarquer que : A  B  E  A  B  A  B  A C
Donc : B  C  A et C  D  A cad Inversement :
B  C  A et C  D  A A B  AC  A B  AC  A B  AC
Montrons que : B  D  A cad B  D  A ? D’après l’implication directe
Donc : A  B  A  C  A  B  A  C
Soit x  B  D
Exercice10 : Soient A ; B ; C des parties d’un
x  B  D  x  B et x  D
ensemble E
 Si x  C alors x  C  D donc x  A car C  D  A A B  AC
Monter que :  BC
 Si x  C alors x  B  C donc x  A car B  C  A A B  AC
Dans tous les cas :  B  D   A Solution : On suppose que :
Exercice8 : Soient A ; B ; C des ensembles A B  AC
 Montrons que :
Monter que : A  B  C  A  B  B  C A B  AC
Solution : On suppose que : A  B  C  x  E  x  B  x  C  ?
On a : A  B  C  A  B et B  C
x  B  x  A  B  x  A  C  x  A ou x  C
 A  B  B et B  C  B  A  B  B  C  Si x  A alors x  A  B donc x  A  C car
On suppose que : A  B  B  C
A  B  A  C donc B  C
On a : A  B  B  C  A  B  B et A  B  C
 Si x  A et puisque x  C ou x  A est vraie alors
 A  B et B  C BC
 A B C
Conclusion :  x  E  x  B  x  C 
Donc : A  B  C  A  B  B  C
Exercice9 : Soient A ; B ; C des parties d’un Donc B  C
ensemble E Exercice11 : Soient A ; B ; C des parties d’un
Monter que : ensemble E
  
1) A   A  B  C   A  B  C  A  B  C  A  B  C    La différence symétrique de A et B c’est l’ensemble
Qu’on note : AB tel que : AB   A  B    B  A
2)  A  B    B  C    C  A   A  B    B  C   C  A
1)Monter que : AB   A  B    A  B 
3) A  B  A  C  A  B  A  C
Solution :1) 2)Monter que : A B  AB

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 4


3)Monter que : C  P  E  : AB  AC  B  C
Solution : 1)
  
AB   A  B    B  A   A  B  B  A 
  
  A  B  B    A  B  A
    
  A  B    B  B    A  A   B  A

  A  B  E  E   A  B

  A  B   A  B   A  B   A  B
2)Monter que :
    
A B  A  B  B  A  A  B  B  A    Exercice12 :Soit l’ensemble :
E   x; y   ² / x²  xy  2 y ²  5  0
  A  B    B  A  AB
1) a)vérifier que :
3)soit C  P  E    x; y   ² : x²  xy  2 y ²   x  y  x  2 y 
 Si on a : B  C alors AB  AC b) Ecrire en extension l’ensemble E  ²
 Supposons que : AB  AC et montrons que  2t ²  5 t ²  5  

BC ? c) montrer que : E   ; /t 
 3t 3t  
 Soit x  B montrons que x  C ?
4) Ecrire en compréhension les ensembles suivants :
Si x  A :
 1 1 1 
( x  A et x  B )  x  A  B  x  AB  x  AC A  0;1; 4;9;16;... et B  1; ;  ; ;...
 2 3 4 
(Car AB  AC )
 x  A  C  x C C  ...; 5; 2;1; 4;7;...
Donc A  B  C (1) Solution : 1) a)
Si x  A :   x; y   ² :  x  y  x  2 y   x²  2 xy  xy  2 y ²
( x  A et x  B )  x  B  A  x  AB  x  AC  x ²  xy  2 y ²
(Car AB  AC )
b)  x; y   E  ²   x; y   E et  x; y   ²
 x C  A  x C
  x  y  x  2 y   5 et  x; y   ²
Donc A  B  C (2)

De (1) et (2) en deduit que :  A  B   A  B  C   x  y  5
  x; y   ² 
x  y  5
ou 
 x  y  1
ou 
x  y  1
ou 
x  2 y  1  x  2 y  1 x  2 y  5  x  2 y  5
   
Et puisque :  A  B   A  B  A  A  B  E  B  B

Alors B  C Donc : E  ²   3;2  ;  3; 2  ; 1;2  ;  1; 2 


De même on montre que : C  B x  y  t
Donc : AB  AC  B  C 
c)  x; y   E   x  y  x  2 y   5   5 : t 

Finalement : AB  AC  B  C  x  2 y 


t
7) Produit cartésien
 2t ²  5 t ²  5  
x  ety  : t 
Définition : Soient 𝐴 et 𝐵 deux ensembles ; le produit
cartésien de 𝑨 et 𝑩 est l’ensemble des couples (𝑥, 𝑦)  3 t 3 t 
tels que 𝑥 ∈ 𝐴 et 𝑦 ∈ 𝐵, On le note par 𝐴 × 𝐵.  2t ²  5 t ²  5  
𝐴 × 𝐵 = {(𝑥, 𝑦) /𝑥 ∈ 𝐴 𝑒𝑡 𝑦 ∈ 𝐵} Le carrée cartésien   x; y    ; /t


 3t 3t  
d’un ensemble 𝐴
Est l’ensemble 𝐴 × 𝐴 noté 𝐴²  2t ²  5 t ²  5   
Donc : E   ; /t 
Exemples :  3t 3t  
  1
 
k

4) A  k ²; k   et B   ;k  


 k 

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 5


C  1  3n; n   et montrer que y0 ∈]0,1]
Exercice13 :soient E et F deux ensembles et A et b- Considérer un élément y0 ∈]0,1]
B deux parties respectives de E et F et montrer que y0  H
1)déterminer le complémentaire de A  F dans E  F
2- Monter que 𝐺 ⊂ 𝐻
2)déterminer le complémentaire de E  F dans
3- Est-ce que 𝐺 = 𝐻 ?
EF Solution :
3)déterminer le complémentaire de A  B dans E  F
1- a- soit un élément y0  H montrons que y0 ∈]0,1] ?
Solution : 1) le complémentaire de A  B dans
1
E  F se note : CEAFB ou A  B y0  H  x0  / y0 
x0 ²  1
 x; y   A  F   x; y   A  F  x  Aouy  F 1
On a x0 ²  0  x0 ²  1  1  x0 ²  1  1  1
 x  Aouy  F   x; y   A  F ou y  F x0 ²  1
  x; y   A  F Car : y  F donne l’ensemble vide y0 ∈]0,1] Donc : H  0;1 (1)

Donc : A  F  A  F b- Considérer un élément y0 ∈]0,1]

 x; y   E  B   x; y   E  B  x  Eouy  B et montrons que y0  H ?

 x  Eouy  B   x; y   E  B ou x  E
1
y0  0;1  ? x0  / y0 
x0 ²  1
  x; y   E  B Car : x  E donne l’ensemble vide
1 1 1
y0   y0 ²   x0 ²  1
Donc : E  B  E  B x0 ²  1 x0 ²  1 y0 ²
3)  x; y   A  B   x; y   A  B  x  Aouy  B 1
Or : y0  0;1 donc 0 y0  1 donc 1  0
 x  Aouy  B   x; y   A  F ou  x; y   E  B y0 ²

   
  x; y   A  F  E  B Donc : il suffit de prendre : x0 
1
 1 Donc : y0  H
y0 ²
Donc : A  B   A  F    E  B 
Donc : 0;1  H (2)
Exercice14 : soient l’ensemble :
De : (1) et (2) en deduit que : H  0;1
L   x; y   ² / x²  y ²  1
2- montrons que 𝐺 ⊂ 𝐻 ??
Monter qu’il n’existe pas deux parties A et B de
Montrons que : G  0;1 ?
tels que : L  A  B
Solution : On suppose: qu’il existe deux parties A et soit un élément y0  G montrons que y0 ∈]0,1] ?
B de tels que : L  A  B 1
y0  G  x0  / y0 
On a : 1;0   L et  0;1  L 1  x0 ²  1
Donc : 1  A et 1  B car L  A  B On a x0 ²  0  x0 ²  1  1
Donc : 1;1  A  B cad 1;1  L 1 1
 x0 ²  1  1  x0 ²  1  1  2  0  1
Donc contradiction car : 1²  1² 1 1  x0 ²  1 2
Conclusion il n’existe pas deux parties A et B de
Donc : y0 ∈]0,1] Donc : 𝐺 ⊂ 𝐻
tels que : L  A  B
Exercice15 : Soient les ensembles : 3)supposons : 𝐺 = 𝐻
On a 1 H  1 G
 1 
H  y /y : x  1
 x²  1   x0  /1 
1  x0 ²  1
 1 
G  y /y : x   x0  /1  x0 ²  1  1  x0  / x0 ²  1  0
 1  x²  1 
1- montrer que : 𝐻 =]0,1].  x0  / x0 ²  1 absurde donc : H  G
a- Considérer un élément y0  H
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 6
Exercice16 : on considère dans les deux parties On trouve : X  10;4;6;8;10;20; 4; 1;1;5
suivantes :
Exercice17 :Soient les ensembles :
 4 x ²  4 x  10   x  10 
A  x  /   et B   x  /   E   x; y   ² / x²  xy  2 y ²  0
 2x 1   x5 
F   x; y   ² / x  y  0
x  10
1)a) montrer que  x   5 
15
 1 1) montrer que : F  E
x 5 x 5
4 x ²  4 x  10 9 2)déterminer y de tel que : 1; y   E ; est ce que
1)b) montrer que  x    2x 1
2x 1 2x 1 on a E  F ?
2) déterminer : A ; B ; A  B ; B  A et AB en 3) montrer que : E  F  G ou G est un ensemble à
extension déterminer
3)on admet que l’opération est associative dans 4) Soient les ensembles :
l’ensembles des parties de : P  A  x; y   ² / y  x  1  x²  1  0 
Résoudre dans P   l’équation : AX  B B   x; y   ² / y  x 1 x ²  1  0
Solution : 1) a) il est aisé de voir que : a) montrer que : H  A  B
x   5 xx105  1  x15 5 b) déterminer : H  F
Solution : 1) montrons que : F  E ?
1) b) il est aisé aussi de voir que On a :  x; y   F  x  y  0  y   x
 2 x  1  9  4 x²  4 x  10
2
9  x ²  xy  2 y ²  y ²  y ²  2 y ²  0   x; y   E
 x   2 x  1  
2x 1 2x 1 2x 1 Donc : F  E
2) détermination de : A ? 2) 1; y   E  1  y  2 y ²  0  1  y 1  2 y   0
 4 x ²  4 x  10 
On a : A   x  /   et 1
 2x 1   y  1 ou y 
2
4 x ²  4 x  10 9
 x   2 x  1 et  2x 1  1  1
Donc : 1;   E ou  1;   F
2x 1 2x 1
 2  2
4 x ²  4 x  10
En deduit que :  x   ; x  A   Donc :   x; y   ² /  x; y   F et  x; y   E
2x 1
9 9 Donc : E  F
 2x 1      2 x  1divise9 3)  x; y   E  x²  xy  2 y ²  0  x²  2 xy  xy  2 y ²  0
2x 1 2x 1
 2 x  19; 3; 1;1;3;9  2 x 8; 2;0;2;4;10  x²  xy  2 xy  2 y ²  0  x  x  y   2 y  x  y   0

 x 4; 1;0;1;2;5 donc : A  4; 1;0;1;2;5   x  y  x  2 y   0  x  y  0 ou x  2 y  0


détermination de : B ?   x; y   F ou  x; y   G
soit x de façon analogue nous pouvons écrire : Avec : G   x; y   ² / x  2 y  0
x  B  x  5etx  5divise15
Donc :   x; y   ²  x; y   E   x; y   F ou  x; y   G
 x  5 15; 5; 3; 1;1;3;5;15
Donc : E  F  G
 x 10;0;2;4;6;8;10;20 donc : 4) a)  x; y   H  y ²  2 y  x  1  2 x  0
B  10;0;2;4;6;8;10;20
 y ²  2 y  x  1   x  1   x  1  2 x  0
2 2

détermination de : A  B ; B  A et AB ?
  y   x  1    x  1  2 x   y   x  1   x 2  1
2 2 2

A  B  4; 1;0;1;2;5  10;0;2;4;6;8;10;20  4; 1;1;5


A  B  10;0;2;4;6;8;10;20  4; 1;0;1;2;5  10;4;6;8;10;20  y  x  1  x 2  1 ou  y  x  1  x 2  1

AB   A  B    A  B   10;4;6;8;10;20; 4; 1;1;5   x; y   A ou  x; y   B Donc : H  A  B

3)Résolution dans P  4) b)  x; y   H  F   x; y   H ou  x; y   F
 de l’équation : AX  B
 x ²  2 xy  2 x  2 y  0 et x   y
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 7
 x²  2 x²  2 x  2 x  0 3x²  4 x  0  x  3x  4   0 II) LES APPLICATIONS
  
x   y x   y  x   y 1) Activités : Activité 1 :
Considérons les ensembles :
 4 4 4
 x  0oux  
3  x  0ety  0 ou x   ety 
 𝐸 = {𝑎, 𝑏, 𝑐, 𝑑} et 𝐹 = {1,2,3,4,5}, 𝑓, 𝑔 sont des
 x   y
3 3 relations de 𝐸 dans 𝐹.

  4 4 
Donc :  x; y   H  F   x; y    0;0  ;   ;  
E 
f
F E 
g
F
  3 3 
  4 4 
H  F   0;0  ;   ;  
  3 3 
Exercice18 : Soient A ; B ; C des parties d’un
ensemble E
1)a)déterminer une condition suffisante de
Que pouvez-vous dire des relations ci-dessus ?
l’existence de X dans P  E  tel que : A  X  B Activité 2 : Soit la fonction 𝑓 définie par :
b)résoudre dans P  E  l’équation : A  X  B 𝑓:ℝ→ℝ
2) on suppose que C  A  B x
x
A X  B 1  x²
résoudre dans P  E  le système : 
A X  C A   x  E / x  A
Solution : 1)si on a : A  X  B alors : X  B et A  B 1-Montrer que chaque élément de ℝ à une image.
Donc une condition suffisante de l’existence de X 2- l’implication suivante est-elle vraie :
dans P  E  tel que : A  X  B est A  B (P) (𝑎 ≠ 𝑏) ⇒ (𝑓(𝑎) ≠ 𝑓(𝑏)).

b)résolution dans P  E  l’équation : A  X  B  1 1 


3-Montrer que (∀𝑥 ∈ ℝ) f  x    ;
 2 2 
A  X  B   A  B    A  X    B  A  B
 1 1 
  B  A  A   B  A  X   B  A 4- Montrer que (∀𝑦 ∈  ;   x    f  x  y
 2 2
    B  A  X   B  A 2) Définitions et vocabulaires
  B  A  X  B  A  B  A  X  B  A  X  B 2.1 Application Définition :
Soient 𝐸 et 𝐹 deux ensembles non vides, on appelle
Inversement :
application toute relation 𝑓 de 𝐸 dans 𝐹 tel que : tout
X  P  E  tel que : B  C  X  B est solution de élément 𝑥 de 𝐸 est relié à un unique élément 𝑦 de 𝐹.
l’équation : A  X  B Vocabulaire :
Et on a :  B  A  A  B  B  A  A   𝑓:𝐸→𝐹
𝑥 ⟼ 𝑦 = 𝑓(𝑥)
Donc : A  X  B  X   B  A  Y Y  P  E 
1)L’ensemble 𝐸 s’appelle ensemble de départ de
L’ensemble des solutions de l’équation est : l’application 𝑓.
S   B  A  Y ; Y  P  E  2)L’ensemble 𝐹 s’appelle ensemble d’arrivée de
2) C  A  B l’application 𝑓.
3)𝑦 = 𝑓(𝑥) s’appelle l’image de 𝑥 par l’application 𝑓.
 A  X  B  X   B  A   Y / Y  P  E 
  4) 𝑥 s’appelle l’antécédent de 𝑦 par l’application 𝑓.
 A  X  C  A   B  A   Y   C f :  0 
 X   B  A  Y / Y  P  E 
 Exemple1 : x 1
𝑓 est une l’application de
 x
  A   B  A     A  Y   C
x

 0 dans
et puisque A   B  A   et A  Y  Y car Y  A
g: 
alors : X   B  A  C Exemple2 : x  1 g n’est pas une l’application de
x
L’ensemble des solutions de l’équation est : x
S   B  A  C dans car 0 n’admet pas d’images

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 8


2.2 Egalité de deux applications g: 
Activité : Exemple2 : soit l’application :
x x²  1
Soient les deux applications suivantes : g est-elle injective ?
g: 
f:  Solution : on a : g 1  g  1  0 mais 1  1
et n.si.n. pair
n  1  n
n
n  Donc g n’est pas injective
 n.si.n.impair
Vérifier que (∀𝑛 ∈ ℕ)(𝑓(𝑛) = 𝑔(𝑛))
f:  2 
Définition : On dit que deux applications 𝑓 et 𝑔 sont
égales si :
Exercice19 :1) 3x  1
x
1) Elles ont le même ensemble de départ 𝐸 x2
2) Elles ont le même ensemble d’arrivée 𝐹 Montrer que 𝑓 est injective
3) (∀𝑥 ∈ 𝐸)(𝑓(𝑥) = 𝑔(𝑥)). g: 
2) 𝑔 est-elle injective ?
Exemple1 : Les 3 applications : x x²  4
   
f:  g:  h:  h: 

et et
x x² x x² x x² 2) 1 1 1
Sont différentes. n 1    ... 
2 3 n
Exemple2 : soit les 2 applications :
1- déterminer les images des entiers 1, 2, 3
f:  g: 
et 2- Montrer que 𝑛 > 𝑚 ⇒ ℎ(𝑛) > ℎ(𝑚)

 1 
n
n n sin   n  3- En déduire que ℎ est injective.
 2  Définition :(surjection)
que deux applications 𝑓 et 𝑔 ont le même ensemble Soit 𝑓 une application de 𝐸 dans 𝐹, on dit que 𝑓 est
de départ et le même ensemble d’arrivée surjective de 𝐸 dans 𝐹 si tout élément 𝑦 de 𝐹 admet
Et on a : un antécédent dans 𝐸.
 
g  n   sin   n   cos  n    1  f  n  (∀𝒚 ∈ 𝑭)(∃𝒙 ∈ 𝑬)(𝒇(𝒙) = 𝒚)
n

2  Autrement dit : Pour tout 𝑦 dans 𝐹 l’équation 𝑓(𝑥) = 𝑦


Donc : f  g admet au moins une solution dans 𝐸.
Définition :(injection) Exemples :
Soit 𝑓 une application de 𝐸 dans 𝐹, on dit que 𝑓 est f: 
 ;3
Exemple1 : soit l’application :
injective de 𝐸 dans 𝐹 si : x 3  x²
  x1; x2   E 2 x1  x2  f  x1   f  x2  𝑓 est-elle surjective de 
vers ;3 .

Solution : soient y  ;3


Par contraposition on peut dire que :
(𝒇 est injective) ⟺   x1; x2   E
2

Resolvons l’équation: 𝑓(𝑥) = 𝑦


f  x1   f  x2   x1  x2 f  x   y  3  x²  y  x²  3  y
Or y  ;3 donc y  3 donc 0  3  y
Exemples :
 
f: 
Exemple1 : soit l’application :  x  3  y car x  
x x x
𝑓 est-elle injective ? Donc : (∀𝒚 ∈ ;3 )(∃𝒙 ∈ 
)(𝒇(𝒙) = 𝒚)
 
Solution : soient x1  et x2  Donc :𝑓 est surjective

f  x1   f  x2   x1  x1  x2  x2 f: 
Exemple2 : soit l’application :
3  x²
  
x
 x1  x2 x1  x2  1  0 
𝑓 est-elle surjective de vers .?
 x1  x2  0 ou x1  x2  1  0 Solution : on remarque que :
on a : f  x   3

x 
Or x1  x2  1  0  x1  x2  0
Donc par exemple l’équation: f  x   4 n’admet pas
 x1  x2  x1  x2 donc 𝑓 est injective

de solution dans donc : 𝑓 est non surjective

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 9


f:  2  et se note f 1 . 𝑓 bijection de 𝐸 dans 𝐹 ; f 1 sa
Exercice 20: 1) 3x  1
x
bijection réciproque on a :
x2
 f  y  x
  f  x  y
1

a- 𝑓 est-elle surjective de ℝ/{2} vers ℝ.  
b- Modifier l’ensemble d’arrivé pour définir une y F
 x  E

application surjective. f : 1;   0; 
f:   2;  Exemple : soit l’application : 2
2) x
x x²  2 x  3 x 1
a- Montrer que la fonction 𝑔 est surjective. Montrer que f est une bijection et déterminer sa
b- 𝑔 est-elle injective ? bijection réciproque.
h: 
  1;  Solution soient y  0; 
3) 1 1 1 Resolvons l’équation : 𝑓(𝑥) = 𝑦
n 1    ... 
2 3 n  2  2
ℎ est-elle surjective ?  f  x   y  y x 1  y 2
   x 1   x  1
Définition :(bijection) Soit 𝑓 une application de 𝐸  x  1;   x  1;   x  1;  y
dans 𝐹, on dit que 𝑓 est une bijection de 𝐸 dans 𝐹 si  
elle injective et surjective (∀ y  0;  ) (∃ ! 𝒙 ∈ 1;  ) (𝒇(𝒙) = 𝒚)
Propriété : Une application est une bijection de 𝐸
Donc :𝑓 est une bijection de 1;  vers 0; 
dans 𝐹 si et seulement si :
(∀𝒚 ∈ 𝑭) (∃ ! 𝒙 ∈ 𝑬) (𝒇(𝒙) = 𝒚)  f  x  y
  f 1  y   x

Autrement dit : Pour tout 𝑦 dans 𝐹 l’équation 𝑓(𝑥) = 𝑦  
admet une unique solution dans 𝐸.  x  1; 
  y  0; 

f:  f 1 : 0;   1; 
Exemple1 : soit l’application : 2
x 2  5x y  0;  f 1  y    1 Donc : 2
y x 1
𝑓 est-elle une bijection de vers .? x
Solution : soient y  Exercice 22: Déterminer la fonction réciproque de la
Resolvons l’équation : 𝑓(𝑥) = 𝑦 f : 1;    2; 
fonction
2 y x²  2 x  3
f  x   y  2  5x  y  x  x
5 Exercice 23 : Soit la fonction g définie par :
Puisque l’équation 𝑓(𝑥) = 𝑦 admet une unique g:ℝ→ℝ
solution dans (∀𝒚 ∈ ) x
x
Donc :𝑓 est une bijection de vers . 1  x²
Exercice21 : Montrer que 𝑔 est une bijection et déterminer sa
f : 1;    2;  bijection réciproque.
x x²  2 x  3
1- Montrer que 𝑓 est une bijection de [1,+∞[ vers
[2,+∞[.
2- Soit 𝑦 un élément de [2,+∞[, déterminer (en
fonction de 𝑦) l’élément 𝑥 dans [1,+∞[ tel que 𝑓(𝑥) = 𝑦
3) L’image directe et l’image réciproque d’un
L’application qui lie l’élément 𝑦 de [2,+∞[, à l’élément
ensemble par une application
unique 𝑥 de [1,+∞[ et solution de l’équation 𝑓(𝑥) = 𝑦
3.1 Activité /Activité 1 :
s’appelle : la bijection réciproque de la bijection 𝒇 et
se note : 𝑓−1
Définition : Si 𝑓 est une bijection de 𝐸 dans 𝐹;
L’application de 𝐹 dans 𝐸 qui lie chaque élément 𝑦
par l’élément 𝑥 de 𝐸 qui est solution de l’équation 𝑓(𝑥)
= 𝑦 s’appelle la bijection réciproque de la bijection 𝑓

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 10


Soit 𝑓 dont le diagramme sagittal 3) Pour parler de l’image réciproque d’un élément par
est représenté ci-contre une fonction, il faut que 𝑓 soit bijective
1- Déterminer les images Mais on peut considérer l’image réciproque d’un
directes des ensemble {𝑎, 𝑏, 𝑐} ensemble quel que soit la nature de l’application 𝑓
Et {𝑏,𝑐} et 𝐸 Propriété : Soit 𝑓 une application de 𝐸 dans 𝐹.
2- Déterminer les antécédents 𝑓 est surjective de 𝐸 dans 𝐹 ,si et seulement si
des éléments qui appartiennent 𝑓(𝐸) = 𝐹.
aux ensembles : {1} ; {1,3} ; {2,3} Preuve : On a : 𝑓 une application de 𝐸 dans 𝐹 donc :
et {1,4} 𝑓(𝐸) ⊂ 𝐹 ;si de plus 𝑓 est surjective alors :
f:  (∀𝑦 ∈ 𝐹)(∃𝑥 ∈ 𝐸)(𝑓(𝑥) = 𝑦) et donc 𝐹 ⊂ 𝑓(𝐸).
Activité 2 : Soit
x 2 x²  x D’où 𝑓(𝐸) = 𝐹
Réciproquement si 𝑓(𝐸) = 𝐹 alors 𝐹 ⊂ 𝑓(𝐸) et par
 3 
1- Montrer que x   1;1 f  x    ;3
 16 
suite : (∀𝑦 ∈ 𝐹)(∃𝑥 ∈ 𝐸)(𝑓(𝑥) = 𝑦) donc 𝑓 est
surjective.
 3  f :  1 
2- Montrer que : y   ;3 x   1;1 / (𝑓(𝑥) = 𝑦)
 16  Exemple1 : soit l’application : 3x  1
on dit que l’image de l’intervalle  1;1 par
x
x 1
4
 3 
l’application 𝑓 est l’intervalle  ;3 et on écrit : 1) Montrer que : x   1 f  x   3 
 16  x 1
2)Déterminer : f  K  avec K  ; 1
3 
f  1;1   16 ;3
Solution : 1) x   1 :
 
h: ²  4 3x  3  4 3x  1
3    f  x
Activité 3 : Soit 1 x 1 x 1 x 1
 x; y 
x²  y ² 4
2) x  K  x 1  x  1 0   0
1- Déterminer les couples (𝑥,𝑦) qui vérifient x 1
ℎ((𝑥,𝑦)) = 1 4
2- Représenter dans le plan muni d’un repère  3 3  g ( x)  3;  donc f  K   3; 
x 1
orthonormé les points 𝑀 (𝑥, 𝑦) qui vérifient f: 
ℎ ((𝑥, 𝑦)) = 1. Exemple2 : soit l’application :
x x²
Définition : Soit 𝑓 une application de 𝐸 dans 𝐹, 𝐴
Déterminer : f 1
 B  avec B   1; 4
une partie de 𝐸 et 𝐵 une partie de 𝐹.
L’image directe de l’ensemble 𝐴 est l’ensemble Solution :
𝑓(𝐴) = {𝑓(𝑥) ∈ 𝐹/𝑥 ∈ 𝐴} f 1  B   x  / f  x   B  x  / 1  f  x   4
L’image réciproque de l’ensemble 𝐵 est l’ensemble
 x  / 1  x²  4   x  / 0  x²  4
f 1  B  = {𝑥 ∈ 𝐸/ 𝑓(𝑥) ∈ 𝐵}
  x  / 2  x  2   2;2 donc f 1  B    2; 2
Remarques : 1) Soit 𝑓 une application de 𝐸 dans 𝐹,
f: 
𝐴 une partie de 𝐸 et 𝐵 une partie de 𝐹. Exemple3 : soit l’application :
 f  A  B
x cos x

f  A  B   Déterminer : f 1
 D avec D  1; 2
 B  f  A
 Solution :
 x  A   f  x   B  f 1  D   x  / f  x   D  x  /1 f  x   2

 y  B  x  A   f  x   y   x  /1 cos x  2   car
2) 𝑓(𝐴) = ∅ ⟺ 𝐴 = ∅ mais si f  B  = ∅ on ne peut
1
x  / 1  cos x  1 donc f 1  D   
pas dire que 𝐵 = ∅ exemple :

 = ∅
f:
on a : f 1 
Exercice 24:
x 2 x²  1
Soit g : ℝ → ℝ
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 11
7) La partie entière d’un réel.
 
3
x déterminer 𝑓−1([1,2]) f 1 1; 2
1  x² Théorème : On admet la proposition suivante :
4) Restriction ; Prolongement d’une application (∀𝑥 ∈ ℝ)(∃!𝑘 ∈ ℤ)(𝑘 ≤ 𝑥 < 𝑘 + 1).
Activité 1: Soit l’application : Définition : L’entier relatif 𝑘 qui vérifie le théorème
f:  précédent
Ecrire l’expression de 𝑓 sur [−1,1] S’appelle la partie entière du réel 𝒙
x 3 1  x²  x
on le note [𝑥] ou 𝐸(𝑥).
Activité 2 : Soit l’application L’application qui lie chaque élément 𝑥 de ℝ par 𝐸(𝑥)
g:  1  dans ℤ s’appelle l’application partie entière.

x
3x  1 Exemple : E  2 1 𝐸(√2) = 1 ; 𝐸(𝜋) = 3
x 1  1 
1- 𝑔 est-elle bijective ? 𝐸(−𝜋) = −4  n    E    0 
 n 
2- A partir de 𝑔, définir une bijection de ℝ dans ℝ
et (∀𝑘 ∈ ℤ)(𝐸(𝑘) = 𝑘)
Définition : Soit 𝑓 une application de 𝐸 dans 𝐹
Exercices25 : 1) Montrer que :
Soit 𝐴 une partie de 𝐸, l’application définie de 𝐴 vers
(∀𝑥 ∈ ℝ)(∀𝑚 ∈ ℤ)(𝐸(𝑚 + 𝑥) = 𝑚 + 𝐸(𝑥)).
𝐹, qui associe à tout élément 𝑥 de 𝐴 l’élément 𝑓(𝑥),
2) Vérifier par un contre-exemple que :
s’appelle la restriction de 𝒇 sur l’ensemble 𝑨.
𝐸(𝑥 + 𝑦) ≠ 𝐸(𝑥) + 𝐸(𝑦)
Soit Γ un ensemble tel que 𝐸 ⊂ Γ, l’application
h: 
définie de Γ vers 𝐹, qui associe à tout élément 𝑥 de E 3) Soit l’application
l’élément 𝑓(𝑥), s’appelle un prolongement de 𝒇 sur x E  3 x  1  x
l’ensemble 𝚪. 1- Vérifier que ℎ n’est pas injective.
f:   1
Exemple1 : soit l’application : 2- Donner la restriction de ℎ sur l’intervalle  0;  .
x x²  2 x  1 
3 
Déterminer la restriction de 𝒇 sur l’intervalle ;1 3- Déterminer : h 4 et h 2 ; ℎ est-elle
1 1

Solution : f  x    x  1 ²  x  1 surjective ?.
x²  2 x  1 
8) Composition de deux applications.
Si x  ;1 alors : f  x     x  1   x  1 Activité : Soient les deux applications :

Donc : la restriction de 𝒇 sur l’intervalle ;1 est f:  0  g:  1 


1 et x
g : ;1  x x
l’application x² x 1
x x 1 1- Déterminer 𝑓(𝑔(3)) ; 𝑓(𝑔(−1)) 𝑔(𝑓(3))
f:  2- Donner la condition sur 𝑥 pour que le réel 𝑔(𝑓(𝑥))
Exemple2 : soit l’application :
x 2x  x  3 existe.
Déterminer la restriction de 𝒇 sur l’intervalle ;0
3- Donner la condition sur 𝑥 pour que le réel 𝑓(𝑔(𝑥))
existe.
Solution : f  x   2 x  x  3 4- Déterminer les application 𝑓𝑜𝑔 et 𝑔𝑜𝑓.
Si x  ;0 alors : f  x   2 x  x  3  3x  3 Définition : Soient 𝑓 une application de 𝐸 dans 𝐹 et
𝑔 une application de 𝐺 dans 𝐻 tel que : 𝒇(𝑬) ⊂ 𝑮,
Donc : la restriction de 𝒇 sur l’intervalle ;0 est l’application ℎ définie de 𝐸 vers 𝐻 par pour tout 𝑥
g : ; 0  dans 𝐸, ℎ(𝑥) = 𝑔(𝑓(𝑥)) s’appelle la composition des
l’application deux applications 𝑓 et 𝑔 et se note 𝑔𝑜𝑓.
x 3x  3
(∀𝒙 ∈ 𝑬) (𝒈𝒐𝒇(𝒙) = 𝒈(𝒇(𝒙))
Exemple3 : soit les applications :
On peut représenter la composition par :
f: 
 g: 
et
x x x 2 x x
Est-ce que g est un prolongement de 𝒇 ?
Solution : g  x   2 x  x  x Si x 
 
et 
Donc : g est un prolongement de 𝒇 sur

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 12



c) en déduire que h est une bijection de dans
1 
 4 ;   et déterminer sa bijection réciproque
2
1  1
Solution : 1) h  x   x  x   x x  
4  2
Donc : h  g f avec :
 1 
f:   ;   1  1 
Propriété : 2  et g :  ;     ;  
1) La composition de deux applications injectives est 2  4 
1
une application injective x x x x²
2
2) La composition de deux applications surjectives 2)a) f est une bijection en effet :
est une application surjective
1 
3)La composition de deux bijections 𝑓 et 𝑔 est une soient y   ;  
2 
bijection et  g f 
1
 f 1 g 1
Resolvons l’équation : 𝑓(𝑥) = 𝑦
Propriété : 1)La composition des applications est 1 2 y 1
associative : (𝑓𝑜𝑔)𝑜ℎ = 𝑓𝑜(𝑔𝑜ℎ) f  x  y  x  y x
2 2
2) La composition des applications n’est pas
 2 y 1 
2
commutative : 𝑓𝑜𝑔 ≠ 𝑔𝑜𝑓 1 
Or y   ;   donc 2 y  1  0 donc x   
Propriété : 2   2 
Si 𝑓 est une bijection de 𝐸 dans 𝐹 et 𝑓−1 sa bijection 2
 1
réciproque : donc x   y   Puisque l’équation 𝑓(𝑥) = 𝑦 admet
 2
1) (∀𝑥 ∈ 𝐸) f 1
f   x  x f 1 f s’appelle
une unique solution
l’identité de 𝑬 et s note Id E  1 
donc :𝑓 est une bijection de vers  ;   .et
2° (∀𝑥 ∈ 𝐹) f  f 1
  x  x , f f 1
s’appelle 2 
l’identité de 𝑭 et s note Id F 1 
f 1 :  ;    

2 
Si 𝐸 = 𝐹 alors : f 1 f  f f 1  Id E 2
 1
x x 
 2
1  1 
2)b) g est une bijection de  ;   vers  ;   en et
4  2 
1  1 
g 1 :  ;     ;  
: 4  4 
x x
c) h est la composée de deux bijections 𝑓 et 𝑔
 1 
donc h est une bijection de dans  ;  
4 
 1 
h:   ;   Et x 

:
Exemple : soit l’application : 4 
2
 1
h1  x    g f   x   f 1 g 1  x   f 1  g 1  x     x  
1 1
x x x   2
4
1
1)Ecrire l’application h comme La composée de deux Donc : la bijection réciproque h de h est
applications f et g : h  g f 1 
h 1 :  ;    

2)a) Montrer que f est une bijection et déterminer sa  4 


2
bijection réciproque  1
b) Montrer que g est une bijection et déterminer sa x  x 
 2
bijection réciproque
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 13
 f  y  x  f  x  y
 1
Exercice26 : soient les applications :   x 1 
2

f : 1;   1;  g : 1;   1;      y   


2
 y  1; 
  y  1; 
  x 1 
et  x 1 
f 1 : 1;   1; 
2
x 1 x  
x 1  x 1  Donc :  x 1
2

1)Déterminer : f  2; 4  et g 9
1 x  
 x 1 
2)Montrer que f est une bijection de 1;  dans 3)a)vérifier que : x  1;  :
1;  et déterminer sa bijection réciproque 2

 f  x    1  2   g  x 
2

3)a)vérifier que : x  1;  : g  x   f  x     x 1 


2

3)b)en déduire que : g est une bijection de 1;  3)b)on a : g  h f avec h  x   x 2 x  1;  :

dans 1;  et déterminer sa bijection réciproque


Et puisque les applications f et h sont des bijections
de 1;  dans 1;  alors g  h f est une bijection
Solution : 1)
de 1;  dans 1; 
f  2;4    f  x  / x   2;4   f  x  / 2  x 4
et on a :
 


 f  x  / 2  1  x  1 1   f  x  /1
1

1 

x  1 2  1
g 1  x    h f 
1
 x   f 1 h1  x 

 
2
 x 1 
 f  x / 3 f  x  3  2 2  f  h  x    
1 1
  g  x 
 x 1 
Donc : f  2; 4   3;3  2 2 
g 1 9  x  1;  / g  x  9  x  1;  / g  x   9 C’est en forgeant que l’on devient forgeron » Dit un

9  x 1/ x  2  4
proverbe.
g 1 C’est en s’entraînant régulièrement aux calculs et exercices
2)montrons que f est injective ? Que l’on devient un mathématicien
soient x1  1;  et x2  1; 
2 2
f  x1   f  x2   1   1
x1  1 x2  1
 x1  1  x2  1  x1  x2  x1  x2
donc 𝑓 est injective
Montrons que f est surjective ?
2
 y 1 
y  1;  y  f  x   x   
 y 1 
Et on a :
2
 y 1   y  1  y  1  4y
  1    1  1 
 y 1   y  1  y  1   y  1
2

2
 y 1
Donc : y  1;    1 donc :
 y 1 
2
 
y  1;    x  1;   / x   yy  11  et y  f  x 
 
Donc : que f est surjective de 1;  dans 1; 
Détermination de sa bijection réciproque ?

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 14