Vous êtes sur la page 1sur 4

I.

Traduisez le texte suivant en roumain et expliquez les mots évidenciés:

L’inflation en France à 3,3% bat le dernier record de juillet 1991

L'inflation, perte du pouvoir d'achat de la monnaie qui se traduit par une augmentation
générale et durable des prix, atteint en mai un niveau inégalé depuis juillet 1991, selon les
chiffres publiés par l’Insee, mercredi 11 juin.
Se positionnant à 3,3%, la France est un peu au-dessus du taux d’inflation moyen dans
la zone euro, estimé à 3,6% dans les dernières prévisions d’Eurostat. Selon les données
harmonisées d’Eurostat pour avril 2008, l’inflation en France (+3,4%) reste ainsi bien
inférieure à celle en Slovénie (+ 6,2%) ou en Espagne (+ 4,2%), mais elle est supérieure à
l’inflation en Allemagne (+ 2,6%).

Quel impact sur les salaires et le pouvoir d’achat?

L’Insee rapporte que le pouvoir d’achat au premier semestre 2008 a stagné, alors qu’il
avait enregistré une hausse de 3,3% en 2007.

La plupart des économistes s’accordent sur l'impact négatif de cette inflation sur le
pouvoir d’achat des Français, d’autant que les produits énergétiques et alimentaires sont
les premiers postes de dépenses des ménages, notamment les plus défavorisés.

Les revendications salariales pour augmenter les salaires se font de plus en plus fortes.
«Pour arrêter l’effondrement du pouvoir d’achat, il faut aussi agir sur les salaires, les
pensions et les minima sociaux », défend la CGT dans un communiqué.

Le Smic a été revalorisé en mai et le sera aussi au 1er juillet 2008. Cependant, la CGT
juge que ce « mécanisme de la hausse automatique du Smic n’est pas suffisant ».

Le risque, avec l’augmentation des salaires, est d’entrer dans une spirale inflationniste.
Pour l’instant, les économistes constatent que l’effet de second tour ne s’est pas encore
produit.

http://www.euractiv.fr/la-france-et-lue/article/inflation-france-dernier-record-juillet-
1991-000883

1
II. Traduisez en français le texte suivant:

Consiliul de Administraţie al Băncii Naţionale a României (BNR) a decis marţi să


menţină ţinta de inflaţie pentru anul 2012 la nivelul de 3%, plus/minus un punct
procentual, şi să adopte o ţintă staţionară, de 2,5% plus/minus un punct procentual,
începând din 2013, informează un comunicat al BNR.

Trecerea la ţinta staţionară multianuală este o schimbare benefică, dar ambiţioasă,


adusă cadrului de ţintire directă a inflaţiei, ce implică un angajament pe termen lung al
politicii monetare faţă de un obiectiv compatibil cu definiţia de stabilitate a preţurilor pe
termen mediu în economia românească. Aceasta are menirea de a asigura coborârea ratei
inflaţiei la un nivel compatibil cu criteriul de inflaţie al Tratatului de la Maastricht şi
trecerea în final la etapa ţintei continue de inflaţie pe termen lung - compatibilă cu
definiţia cantitativă a stabilităţii preţurilor adoptată de BCE, fără a inhiba modificările de
preţuri relative ce vor însoţi ajustările structurale din economia românească.

În şedinta de marţi, Consiliul de administraţie al BNR a hotărât menţinerea ratei dobânzii


de politică monetară la nivelul de 6,25% pe an, gestionarea adecvată a lichidităţii din
sistemul bancar, menţinerea nivelurilor actuale ale ratelor rezervelor minime
obligatorii aplicabile pasivelor în lei şi în valută ale instituţiilor de credit. CA al BNR a
analizat şi aprobat Raportul trimestrial asupra inflaţiei, document care va fi prezentat
publicului într-o conferinţă de presă organizată în data de 4 noiembrie 2010.

Rata anuală a inflaţiei a urcat la nivelul de 7,77 la sută în luna septembrie 2010.

În acelaşi timp, rata anuală a inflaţiei de bază CORE2 ajustată a fost de 4,7 la sută în luna
septembrie a.c., uşor peste nivelul înregistrat în luna anterioară, în condiţiile în care
amploarea şi persistenţa deficitului de cerere din economie au atenuat efectul advers
exercitat asupra majorităţii preţurilor de consum incluse în acest indice de majorarea cotei
TVA.

Astfel, CA al BNR a decis menţinerea ratei dobânzii de politică monetară la nivelul de


6,25 la sută pe an şi continuarea gestionării adecvate a lichidităţii din sistemul bancar.
Totodată, CA al BNR a hotărât păstrarea nivelurilor actuale ale ratelor rezervelor minime
obligatorii aplicabile pasivelor în lei şi în valută ale instituţiilor de credit.

BNR reafirmă că monitorizează cu vigilenţă evoluţiile interne şi ale mediului economic


internaţional, astfel încât, prin utilizarea adecvată a instrumentelor de care dispune, să
asigure realizarea şi menţinerea stabilităţii preţurilor pe termen mediu şi a stabilităţii

2
financiare. Potrivit calendarului anunţat, următoarea şedinţă a CA al BNR dedicată
politicii monetare va avea loc în data de 5 ianuarie 2011.AGERPRES

III. Choisissez les définitions correctes pour les termes suivants:

Inflation :
a. Une baisse de l'indice des prix observée sur une période suffisamment longue
b. Augmentation du niveau général des prix
c. Excédent des importations par rapport aux exportations

Dépréciation d'une monnaie :


a. Réduction de la valeur d'une monnaie par rapport aux autres monnaies, liée a la
tendance du marché de cette monnaie
b. Augmentation de la valeur d'une monnaie par rapport aux autres monnaies, liée a
la tendance du marché de cette monnaie
c. Décision de politique économique visant a réduire la valeur de la monnaie
nationale par rapport aux autres monnaies

Dévaluation :
a. Baisse du taux d'inflation, qui reste positif
b. Décision de politique économique visant a réduire la valeur de la monnaie
nationale par rapport aux autres monnaies
c. inflation extrêmement élevée, échappant à tout contrôle

Hyperinflation :
a. Inflation extrêmement élevée, échappant à tout contrôle
b. Concomitance d'une croissance faible voire négative, avec un niveau élevé
d'inflation
c. relation entre la quantité d'un bien et la satisfaction qu'il procure

Investissements de productivité :
a. Investissements permettant de remplacer des machines cause de l'usure
b. Lorsque l'on produit plus, le niveau de production augmente, mais cela peut tre
niveau de productivité constante
c. Ils font augmenter la productivité et sont souvent réalisés pour contrecarrer
l'obsolescence de certains matériels

Stagflation :
a. consiste en la concomitance d'une croissance faible voire négative, avec un niveau
élevé d'inflation

3
b. une baisse du taux d'inflation, qui reste positif
c. concerne un revenu.

Élasticité prix :
a.Soit x un bien et R le revenu. L'élasticité revenue est la sensibilité de la demande
de x par rapport a la variation en pourcentage de R.
b.Soit x, un bien ou un service. L'élasticité prix mesure la sensibilité de la demande
de x a la suite de la variation en pourcentage du prix de x.
c.Mesure la sensibilité en pourcentage de la variation du prix de y sur la demande de
x.

IV. L’INFLATION

Définition : Phénomène général d’ajustement, par voie monétaire, des tensions


s’exerçant dans un ensemble socio-économique et caractérisé par la hausse du niveau
général des prix et la dépréciation de la monnaie.

Les principales formes d’inflation


Selon les rytmes (ou degrés), on parle :
- d’inflation rampante,
- d’inflation ouverte,
- d’inflation galopante ou hyperinflation

Selon le contexte: on distingue parfois l’inflation de prospérité et l’inflation de


pénurie.

Selon les modalités: la grande distinction est entre l’inflation par la demande et
l’inflation par les coûts.

Les principales causes d’inflation


- le désajustement entre la demande et l’offre,
- la hausse des coûts,
- l’offre de monnaie, quand elle est trop abondante,
- le déséquilibre consommation-investissement,
- les dépenses publiques, excessives par rapport à leurs moyens de financement,
- les structures économiques, sociales et psychologiques (qui y sont liées)
Bernard et Colli, Vocabulaire économique et financier, Éditions du seuil, 1976

V. Notions générales concernant l’Union Européene


Organismes financiers européens
 LaBanque centrale européenne - responsable de la politique monétaire européenne
 La Banque européenne d'investissement - finance des projets d'investissement
européens
 Le Fonds européen d’investissement - soutien aux petites et moyennes entreprises
 Le Comité économique et social européen est un organ consultative qui représente la
société civile, les employeurs et les travailleurs