Vous êtes sur la page 1sur 190

La boîte à outils

de
l’Auditeur
financier
93
50
07
38
15
6:
3.
3.
14
1.
:4
70
20
884
:8
10
92
54

2e édition
58
t:6
tta
Se
G
NC
:E
om
x.c

Avec 3 vidéos
vo
lar
ho

d’approfondissement
sc
1.
uh

■ Sylvain boccon-gibod
■ Éric Vilmint
Préface de Pierre Grafmeyer
Maquette de couverture : Caroline Joubert
Crédits iconographiques de couverture :
© Yummyphotos – Shutterstock.com,
© Julio Yanes – The Noun Project,
© ProSymbols – The Noun Project

Mise en page : Belle Page

93
50
07
38
15
6:
3.
3.
14
1.
Les QR codes et liens hypertexte permettant d’accéder aux sites internet proposés dans cet ouvrage,
:4
70

n’engagent pas la responsabilité de DUNOD EDITEUR, notamment quant au contenu de ces sites,
20
84

à leur éventuel dysfonctionnement ou à leur indisponibilité d’accès. DUNOD EDITEUR ne gère ni ne


8
:8

contrôle en aucune façon les informations, produits ou services contenus dans ces sites tiers.
10
92
54
58
t:6
tta
Se
G
NC
:E
om
x.c
vo
lar
ho
sc
1.
uh

© Dunod, 2017
11, rue Paul Bert, 92240 Malakoff
www.dunod.com
ISBN 978-2-10-076289-7
Remer­­ciements
Nous remercions nos familles, épouses et enfants respectifs, qui nous ont accompagnés dans
la préparation de cette deuxième édition.
Nous remercions également nos associés et notre équipe d’auditeurs. Les échanges que nous
avons eus ensemble ont largement contribué à enrichir cet ouvrage.
Enfin, nous remercions notre préfacier, qui nous fait bénéficier depuis de nombreuses années
de son expérience, sa sagesse et sa bienveillance.

93
50
07
38
15
6:
3.
3.
14
1.
:4
70
20
884
:8
10
92
54
58
t:6
tta
Se
G
NC
:E
om
x.c
vo
lar
ho
sc
1.
uh

—3—
Pré­­face
La démarche d’audit financier (ou autre) est simple : définir son objectif, utiliser des moyens
pour atteindre cet objectif et, en fonction des résultats des travaux mis en œuvre, en tirer
une conclusion par rapport à ses objectifs. On revient ainsi à la vielle pensée de Sénèque : « Il
n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va. »
À l’époque où tout est axé sur le numérique et sa transition, où les mots importants sont
trans-générationnel et disruption, il peut paraître saugrenu de voir paraître la deuxième
édition papier d’un livre outil sur l’audit !!

93
50
Et pourtant, n’est-il pas nécessaire de se concentrer sur les méthodes de base, sur les

07
38
raisonnements qui permettront à l’auditeur de se forger une opinion quels que soient les

15
6:
3.
moyens de détail utilisés ?
3.
14
1.
:4
Revisiter les méthodologies, en assurer leur maîtrise, telle est la qualité principale de cet
70
20
84

ouvrage écrit et conçu par deux brillants professionnels. Par une approche simple et claire
8
:8
10

rappelant les objectifs relatifs à chaque élément financier, les méthodes de base, ils ont su
92
54
58

mettre à disposition de tous une belle boîte à outils.


t:6
tta
Se

Ce livre doit permettre aux jeunes générations de se familiariser avec les principes, de
G
NC

maîtriser la démarche de construction des outils avant de se jeter à corps perdu dans la
:E
om
x.c

dématérialisation de ces outils et l’utilisation de la puissance de calcul et de simulation du


vo
lar

numérique pour en tirer le meilleur parti.


ho
sc
1.
uh

C’est ainsi qu’après avoir défini leur objectif, utilisé les moyens donnés, l’auditeur sera à
même de conclure et d’apporter ainsi au tiers extérieur la confiance nécessaire dans les
informations utiles à sa propre démarche d’entrepreneur, d’investisseur.
Je vous souhaite une bonne lecture et surtout de profiter de cet ouvrage pour assimiler
complètement les principes plutôt que les détails où se cache le Malin !

Pierre Grafmeyer
Vice-président du Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables (2009-2016)
Président de la CRCC de Lyon (2008-2010)
Président du Conseil régional de l’Ordre des experts-comptables Rhône-Alpes (1993-1996)

—4—
la boîte à outils   de l’auditeur financier

Sommaire des vidéos


Dossier 1 L’esprit de l’auditeur
Dossier 2 L’importance de la communication
Dossier 3 L’approche par les risques

93
50
07
38
15
6:
3.
3.
14
1.
:4
70
20
884
:8
10
92
54
58
t:6
tta
Se
G
NC
:E
om
x.c
vo
lar
ho
sc
1.
uh

—5—
Avant-propos
Le commissaire aux comptes joue un rôle clé dans l’économie. En effet, sa position de tiers
de confiance permet la sécurisation des différentes parties prenantes (entreprises, banques,
investisseurs, actionnaires…). Investi d’une mission d’intérêt général, il est également
au service de son client à qui il apporte de la valeur en identifiant d’éventuels risques ou
faiblesses.
En 2016, la transposition en France de la Réforme européenne de l’audit est venue modifier
significativement le cadre d’exercice de la profession. Cette réforme consacre notamment :

93
– le rôle du H3C (le « Haut Conseil du commissariat aux comptes ») en tant qu’autorité de

50
07
régulation de la profession de commissaire aux comptes ;

38
15
6:
– la pratique du co-commissariat aux comptes, qui était à l’origine une spécificité française ;

3.
3.
14
– le principe d’audit proportionné, permettant d’adapter la démarche d’audit à la taille de
70
1.
:4

l’entité auditée ;
20
84

– la définition des « SACC » (les « Services autres que la certification des comptes »), qui
8
:8
10

remplacent les « DDL » (les « Diligences directement liées »), qui permet au professionnel
92
54
58

de déterminer quels sont les services qu’il est en droit de réaliser pour le compte de l’entité
t:6
tta

auditée sans remettre en cause son indépendance.


Se
G
NC
:E

Ces textes viennent également préciser ou modifier des règles préexistantes relatives à
om
x.c

l’indépendance, notamment pour les mandats dits « EIP » (Entités d’intérêt public : notion de
vo
lar

rotation des cabinets, du plafond d’honoraires relatif aux services autres que la certification
ho
sc
1.

des comptes), au rôle du comité d’audit des entités EIP (sélection et contrôle des auditeurs),
uh

au contenu du rapport d’audit ou à la discipline.


Cependant, cette réforme ne change rien aux principes fondamentaux opérationnels de
la profession. En effet, la fonction de l’auditeur comptable et financier consiste toujours à
mener des travaux d’analyse des risques, de validation et de recherche dans le but de pouvoir
exprimer une opinion sur des comptes et le cas échéant mettre en évidence des anomalies.
L’enseignement de l’audit est un exercice difficile puisqu’il s’agit d’un métier qui nécessite
la compréhension d’un cadre théorique, qui va structurer une démarche essentiellement
pratique, dont les principales évolutions sont liées à la technologie. Ce savoir-faire s’acquiert
« sur le terrain », en complément de l’apprentissage théorique universitaire. L’expérience
permet également d’appréhender les aspects comportementaux, les notions de jugement
professionnel, d’esprit d’équipe et de confiance, qui constituent des piliers du métier tout
autant que la maîtrise technique et méthodologique.
Cet ouvrage s’adresse à l’ensemble des « auditeurs » et se focalise sur la dimension pratique
du métier. Il a pour objectif de présenter les principaux aspects des outils permettant la
réalisation des travaux au cours de la mission.

—6—
la boîte à outils  de l’auditeur financier

Les outils cadres

Bases réglementaires et méthodologiques Bases de la formalisation et du


(dossier 1) relationnel (dossier 2)

Phase préliminaire (dossier 3)

93
50
07
38
15
6:
3.
3.
14
Les techniques de base (dossier 4) 70
1.
:4
20
Les outils de réalisation

884
:8
10
de la mission

92
54
58
t:6

Approche spécifique sur les postes d’actif Approche spécifique sur les postes
tta
Se

(dossier 5) de passif (dossier 6)


G
NC
:E
om
x.c
vo
lar
ho
sc
1.

Procédures analytiques et autres contrôles généraux (dossier 7)


uh
Les outils liés

consolidation

Comptes consolidés (dossier 8)


à la

—7—
Sommaire
Dossier 1 Bases régle­­men­­taires et métho­­do­­lo­­giques (avec vidéo )����������� 12
Outil 1 Les normes d’audit����������������������������������������������������������������������������������������14
Outil 2 Le Code de déon­­to­­logie�������������������������������������������������������������������������������16
Outil 3 La docu­­men­­ta­­tion pro­­fes­­sion­­nelle������������������������������������������������������������18
Outil 4 Les notes d’information������������������������������������������������������������������������������20
Outil 5 L’acceptation et le maintien d’un mandat���������������������������������������������� 22
Outil 6 Le système d’évaluation du risque de blanchiment���������������������������� 24

Dossier 2 Bases de la for­­ma­­li­­sa­­tion et du rela­­tion­­nel (avec vidéo )�����������26

93
50
07
Outil 7 Le dos­­sier per­­manent���������������������������������������������������������������������������������28

38
15
Outil 8 Le dos­­sier de tra­­vail������������������������������������������������������������������������������������30

6:
3.
Outil 9 Les feuilles matresses�������������������������������������������������������������������������������� 32
3.
14
Outil 10 1.
La feuille de tra­­vail���������������������������������������������������������������������������������������34
:4
70
20

Outil 11 Le programme de tra­­vail����������������������������������������������������������������������������36


884

Outil 12 Les étapes clés de la commu­­ni­­ca­­tion avec l’équipe���������������������������38


:8
10
92

Outil 13 La super­­vi­­sion���������������������������������������������������������������������������������������������� 40
54
58

Outil 14 Les étapes clés de la commu­­ni­­ca­­tion avec le client���������������������������42


t:6
tta

Outil 15 La ges­­tion de la réunion de syn­­thèse���������������������������������������������������� 44


Se
G

Outil 16 Les prin­­ci­­paux docu­­ments de syn­­thèse������������������������������������������������ 46


NC
:E
om
x.c

Dossier 3 Phase pré­­li­­mi­­naire (avec vidéo )���������������������������������������������������������������� 48


vo
lar

Outil 17 Déter­­mi­­na­­tion des comptes et asser­­tions signi­­fi­ca­­tifs���������������������� 50


ho
sc
1.

Outil 18 Évaluation du risque inhé­­rent�������������������������������������������������������������������54


uh

Outil 19 Éva­­lua­­tion du risque lié au contrôle��������������������������������������������������������56


Outil 20 Éva­­lua­­tion du risque d’ano­­ma­­lies significatives���������������������������������� 60
Outil 21 Éva­­lua­­tion du risque de fraude�����������������������������������������������������������������62
Outil 22 Le cal­­cul des seuils������������������������������������������������������������������������������������� 64

Dossier 4 Tech­­niques élémentaires����������������������������������������������������������������������������������� 68


Outil 23 Le tableau de pas­­sage���������������������������������������������������������������������������������70
Outil 24 Le rap­­pro­­che­­ment���������������������������������������������������������������������������������������� 72
Outil 25 Les véri­­fi­ca­­tions arith­­mé­­tiques���������������������������������������������������������������� 74
Outil 26 La vali­­da­­tion des quan­­ti­­tés������������������������������������������������������������������������ 76
Outil 27 Les tests de cut-­off��������������������������������������������������������������������������������������78
Outil 28 La circularisation������������������������������������������������������������������������������������������82
Outil 29 La revue sub­­sé­­quente des décais­­se­­ments�������������������������������������������� 86
Outil 30 Démarche rela­­tive à la revue des tests de perte de valeur������������� 88
Outil 31 Les tech­­niques de son­­dage������������������������������������������������������������������������92
Outil 32 Les outils d’assis­­tance infor­­ma­­ti­­sée à l’audit����������������������������������������96
Outil 33 La compré­­hen­­sion de la revue de l’envi­­ron­­ne­­ment infor­­ma­­tique�����98
Outil 34 Uti­­li­­sation des tra­­vaux d’un tiers������������������������������������������������������������ 100
Outil 35 La lettre d’affirmation������������������������������������������������������������������������������� 102

—8—
la boîte à outils  de l’auditeur financier

Dossier 5 Approche spé­­ci­­fique sur les comptes d’actif������������������������������������ 104


Outil 36 D émarche d’audit sur les immo­­bi­­li­­sa­­tions incor­­po­­relles ­
(hors R & D)��������������������������������������������������������������������������������������������������� 106
Outil 37 Démarche d’audit sur les immo­­bi­­li­­sa­­tions incor­­po­­relles : ­
R & D�������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 108
Outil 38 Démarche d’audit des immo­­bi­­li­­sa­­tions cor­­po­­relles���������������������������� 110
Outil 39 Démarche d’audit sur les immo­­bi­­li­­sa­­tions finan­­cières���������������������� 114
Outil 40 Démarche d’audit sur les stocks : quan­­ti­­tés����������������������������������������� 116
Outil 41 Démarche d’audit sur les stocks : valo­­ri­­sa­­tion������������������������������������ 118

93
Outil 42 Démarche d’audit sur les stocks : dépré­­cia­­tion�����������������������������������122

50
07
38
Outil 43 Démarche d’audit sur les créances clients�������������������������������������������124

15
6:
Outil 44 Démarche d’audit sur les autres créances et autres dettes������������128

3.
3.
Outil 45 Démarche d’audit sur la tré­­so­­re­­rie�������������������������������������������������������� 130
14
1.
:4
Outil 46 Démarche d’audit sur les écarts de conver­­sion��������������������������������� 134
70
20

Outil 47 Démarche d’audit sur les comptes de régu­­la­­ri­­sa­­tion������������������������136


884
:8
10
92

Dossier 6 Approche spé­­ci­­fique sur les comptes de pas­­sif������������������������������ 138


54
58

Outil 48 Démarche d’audit sur les capi­­taux propres����������������������������������������� 140


t:6
tta
Se

Outil 49 Démarche d’audit sur les pro­­vi­­sions R & C hors retraite����������������� 142
G
NC

Outil 50 Démarche d’audit sur les pro­­vi­­sions R & C retraite�������������������������� 144


:E
om

Outil 51 Démarche d’audit sur les dettes finan­­cières��������������������������������������� 146


x.c

Outil 52 Démarche d’audit sur les comptes four­­nis­­seurs�������������������������������� 148


vo
lar

Outil 53 Démarche d’audit sur les dettes fis­­cales et sociales (hors TVA)��� 150
ho
sc
1.

Outil 54 Démarche d’audit sur la TVA��������������������������������������������������������������������152


uh

Dossier 7 Pro­­cé­­dures ana­­ly­­tiques et autres contrôles géné­­raux������������������ 154


Outil 55 La revue ana­­ly­­tique du bilan������������������������������������������������������������������� 156
Outil 56 La revue ana­­ly­­tique du compte de résul­­tat���������������������������������������� 158
Outil 57 La revue ana­­ly­­tique du tableau de flux������������������������������������������������ 160
Outil 58 Le contrôle de la conti­­nuité d’exploi­­ta­­tion������������������������������������������ 162
Outil 59 La pro­­cé­­dure d’alerte�������������������������������������������������������������������������������� 164
Outil 60 La revue indé­­pen­­dante����������������������������������������������������������������������������� 166

Dossier 8 Comptes consolidés��������������������������������������������������������������������������������������������� 168


Outil 61 Le réfé­­ren­­tiel de conso­­li­­da­­tion����������������������������������������������������������������170
Outil 62 Les ins­­truc­­tions d’audit������������������������������������������������������������������������������172
Outil 63 La revue du tableau de varia­­tion des capi­­taux ­
propres conso­l­i­­dés (TVCP)������������������������������������������������������������������������� 174
Outil 64 La revue du crédit-­bail�������������������������������������������������������������������������������178
Outil 65 La revue de l’impôt dif­­féré���������������������������������������������������������������������� 180
Outil 66 La preuve d’impôt�������������������������������������������������������������������������������������� 182
Outil 67 La revue croi­­sée des tra­­vaux������������������������������������������������������������������ 186

Glossaire ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 188


Biblio­­gra­­phie�������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 190

—9—
La Boîte à outils,
mode d’emploi
Comment utiliser
les QR codes de ce livre ?
1 Téléchargez un lecteur de QR code gratuit et
ouvrez l’application de votre smartphone.

2 Photographiez le QR code avec votre mobile.

93
50
3 Découvrez les contenus interactifs sur votre

07
smartphone.

38
15
6:
3.
Si vous n’avez pas de smartphone, saisissez l’URL
3.
14
indiquée sous le QR code dans la barre d’adresse
1.
:4
de votre navigateur Internet.
70
20
884
:8
10
92

Les outils sont


54
58
t:6

classés par dossier


tta
Se
G
NC
:E
om
x.c
vo
lar
ho
sc
1.
uh

Une vidéo ou
un lien direct

L’intérêt de la thématique Un menu déroulant


vu par un expert des outils
la boîte à outils   de l’auditeur financier

La représentation
visuelle de l’outil
Une signalétique
claire

Les apports
de l’outil

93
et ses limites

50
07
38
15
6:
3.
3.
14
1.
:4
70
20
884
:8
10
92
54
58
t:6
tta
Se
G
NC
:E
om

L’outil L’essentiel
x.c
vo

en synthèse en anglais
lar
ho
sc
1.
uh

Un cas pratique
commenté

Un approfondissement
pour être plus
opérationnel
Dos­­sier

1 Bases
régle­­men­­taires
et
métho­­do­­lo­­giques
93
50
07
38
15
6:
3.
3.
14
1.
:4
70
20
884
:8

Audit contrac­­tuel et audit légal


10
92
54
58
t:6

Les inter­­ven­­tions de l’audi­­teur peuvent être menées dans dif­­fé­­rents cadres :


tta
Se

ii Un cadre contrac­­tuel, aux termes duquel une entre­­prise demande à un audi­­teur de réa­­
G
NC

li­­ser des tra­­vaux d’audit pour son compte, qui peuvent concer­­ner la struc­­ture elle-­même,
:E
om

une de ses filiales ou une société qu’elle sou­­haite acqué­­rir (notion de « due dili­­gence »).
x.c
vo
lar

ii Un cadre légal, qui est réservé aux commis­­saires aux comptes (CAC). L’audi­­teur doit alors
ho
sc

jus­­ti­­fier d’un diplôme (le « DEC », Diplôme d’exper­­tise comp­­table, ou bien le « CAF CAC »,
1.
uh

Cer­­ti­­fi­­cat d’apti­­tude aux fonc­­tions de commis­­saire aux comptes) et être ins­­crit auprès de
la Compa­­gnie régio­­nale des commis­­saires aux comptes de son lieu d’exer­­cice.

Le cadre régle­­men­­taire de l’audit légal


La par­­ti­­cu­­la­­rité de l’audit légal est que le pro­­fes­­sion­­nel béné­­fi­­cie d’un cadre régle­­men­­taire
strict, d’un cor­­pus de règles et d’un cer­­tain nombre d’outils propres à son métier. Cette
régle­­men­­ta­­tion, bien qu’impo­­sant des contraintes, est un gage de qua­­lité pour les tiers. Elle
per­­met éga­­le­­ment de défi­­nir les limites de l’inter­­ven­­tion de l’audi­­teur, qui par défi­­ni­­tion ne
peut pas revoir l’exhaus­­ti­­vité des tran­­sac­­tions inter­­ve­­nues au cours d’un exer­­cice donné
au sein d’une entre­­prise.
Cette réglementation est relativement dense. Les sources sont multiples (i.e. la loi française,
qui depuis 2016 prend en compte la transposition de textes européens, les recommandations
des autorités de tutelle, la doctrine…) et les textes « officiels » s’accompagnent d’interprétations
foisonnantes. Elles peuvent porter sur des thèmes techniques mais également sur du
comportemental ou de la méthodologie.
https://goo.gl/LZfFjm Dans ce contexte, le professionnel doit être capable de hiérarchiser ces différents textes.
Sans les connaître par cœur, il doit également être en mesure de s’y référer lorsqu’il en
L’esprit ressent le besoin, ce qui suppose qu’il ait organisé leur mise à disposition.
de l’auditeur
(en vidéo)
— 12 —
Dossier

1
93
50
07
38
15
6:
3.
3.
14
1.
:4
70
20
884
:8
10
92
54
58

Il est ainsi fondamental de distinguer :


t:6
tta
Se

ii les normes professionnelles, qui définissent les modalités de conduite de la mission (en
G
NC

France, les Normes d’exercice professionnel ou « NEP ») ;


:E
om

ii le Code de déontologie de la profession de commissaire aux comptes, qui présente les


x.c
vo

principes généraux applicables à la profession et les règles de comportement ;


lar
ho
sc

ii l’acceptation de la mission, prévue par le Code de déontologie, reposant sur l’indépendance


1.
uh

et la compétence du commissaire aux comptes ;


ii la documentation professionnelle et la doctrine, qui regroupent l’ensemble des publications
issues de différents organismes et institutions, sur une multitude de sujets ;
ii les notes d’information publiées par la Compagnie nationale des commissaires aux comptes
(« CNCC ») qui ont pour but de faciliter la pratique des professionnels sur les sujets traités ;
ii La réglementation spécifique relative à la
lutte contre le blanchiment de capitaux et le
financement du terrorisme.
Les outils 1 à 6 présentent la finalité et les Les OUTILS
caractéristiques de chacune de ces catégories de
1 Les normes d’audit.............................................................14
textes, qui constituent un premier socle d’outils
de base pour l’auditeur légal. 2 Le Code de déon­­to­­logie....................................................16

3 La docu­­men­­ta­­tion pro­­fes­­sion­­nelle.................................18

4 Les notes d’infor­­ma­­tion...................................................20

5 L’acceptation et le maintien d’un mandat...................22

6 L
 e système d’évaluation du risque ­
de blanchiment..................................................................24

— 13 —
Outil
1 Les normes d’audit

Des normes inter­­na­­tionales


aux normes fran­­çaises

INTERNATIONAL « ISA » FRANCE « NEP »

Normes spécifiques à la France

NEP 100, audit des comptes réalisé par plusieurs


commissaires aux comptes

93
50
07
NEP 730, changements comptables

38
15
6:
3.
Etc.

3.
14
1.
:4
NEP 200, principes applicables à l’audit des
70
20

ISA 2OO, Objectifs généraux de l’auditeur comptes mis en œuvre dans le cadre de la
884

indépendant et conduite d’un audit selon les certification des comptes


:8
10

normes internationales d’audit


92
54
58

Adaptées dans le
t:6

référentiel français
tta
Se
G
NC
:E

ISA 230, documentation d’audit NEP 230, documentation de l’audit des comptes
om
x.c
vo

ISA 240, les obligations de l’auditeur en matière NEP 240, prise en considération de la possibilité
lar
ho

de fraude lors d’un audit d’états financiers de fraudes lors de l’audit des comptes
sc
1.
uh

Etc. Etc.

Autres normes ISA, non encore


retranscrites dans le référentiel français

En résumé Insight
Les « Normes d’exercice professionnel » The “Normes d’exercice professionnel” (NEP)
(NEP) constituent le cadre de référence pour provide the reference framework for the
l’auditeur, qui doit pouvoir démontrer que son auditor. He should demonstrate that his
opinion est assise sur des travaux réalisés dans opinion is based on the procedures performed
le respect de ces normes. Avec la réforme in accordance with the NEP. Effective in 2016,
européenne de l’audit entrée en vigueur en the European Audit Reform makes reference
2016, le régulateur fait expressément référence to International Standards on Auditing (ISA).
aux normes d’audit internationales (ISA), le The use of French NEP, approved by the « Haut
recours aux normes « françaises », adoptées Conseil au Commissariat aux comptes » (H3C),
par le H3C, n’étant nécessaire qu’en l’absence is mandatory if not already addressed by the
de normes ISA. ISA.

— 14 —
Dossier 1  Bases régle men
­ ­
taires et métho do
­ ­lo giques
­ Outil
1
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? II/ Examen limité en application des dispositions
légales et réglementaires (NEP 2410).
Objec­­tif III/ Diligences directement liées à la mission du
Dans le cadre d’une mis­­sion légale, il s’agit de commissaire aux comptes (NEP 9010 à 9080) Les NEP
défi­­nir les obli­­ga­­tions qui incombent à l’audi­­ – non applicables depuis l’entrée en vigueur de consti­­tuent
teur de manière à assu­­rer la qua­­lité néces­­saire la Réforme européenne. le cadre
à l’opi­­nion émise. IV/ Interventions en application d’autres dispo- d’exer­­cice
sitions légales ou réglementaires (9505 à 9510). de l’audi­­teur
Contexte légal.
V/ Autres obligations du commissaire aux
Les « NEP » françaises sont pour une large part
comptes en application de dispositions légales
la retranscription des normes ISA (International
ou réglementaires (NEP 9605).
Standard on Auditing, normes consacrées dans

93
50
le cadre de l’entrée en vigueur en 2016 de la Métho­­do­­logie et conseils

07
38
réforme européenne de l’audit), lesquelles sont

15
La Réforme européenne de l’audit est venue

6:
des normes internationales d’audit édictées

3.
3.
modifier l’organisation des NEP telle qu’elle
14
par l’IFAC. Certaines spécificités françaises 1.
:4
existait depuis 2007 (l’une des premières
70

font l’objet de NEP qui nous sont propres.


20

illustrations étant la suppression des « DDL »,


84

Afin de faciliter la correspondance NEP/ISA, la


8
:8

remplacées par les « SACC »). Il devient donc


10

numérotation internationale a été conservée,


92
54

nécessaire, avant d’appliquer une norme, de


58

ce qui explique que les numéros des NEP ne


t:6

s’assurer qu’elle est bien en phase avec les


tta

se suivent pas.
Se

dernières évolutions réglementaires. En cas


G
NC

de doute, il est nécessaire de se référer aux


:E
om

Comment l’uti­­li­­ser ? publications de la CNCC. ■


x.c
vo
lar
ho
sc

Étapes
1.
uh

Les NEP couvrent l’ensemble des aspects de


la mission. L’auditeur doit impérativement en
avoir une maîtrise générale et se référer au Avan­­tages
texte en cas de doute. ■■ Les NEP consti­­tuent un référentiel nor­­ma­­tif rela­­
Jusqu’à l’entrée en vigueur de la Réforme ti­­ve­­ment complet et qui évo­­lue régu­­liè­­re­­ment.
européenne de l’audit, les NEP étaient organisées
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

■■ Le réfé­­ren­­tiel NEP est un tex­te dis­­po­­nible au for­­


de la manière suivante : mat papier et élec­­tro­­nique. La ver­­sion numé­­ri­­
I/ Audit des comptes mis en œuvre dans le sée per­­met d’uti­­li­­ser la fonc­­tion recherche et de
cadre de la certification des comptes : faire des copier/col­­ler du texte direc­­te­­ment dans
—— Aspects généraux (NEP 100 à 265). les papiers de tra­­vail.
—— Évaluation du risque d’anomalie significative
et procédures d’audit mises en œuvre (NEP
Les normes d’audit
300 à 450). Pré­­cau­­tions à prendre
—— Caractère probant des éléments collectés ■■ L’audi­­teur doit impé­­ra­­ti­­ve­­ment suivre les mises
(NEP 500 à 580). à jour (Réforme européenne de l’audit) et ne pas
—— Utilisation des travaux d’un autre professionnel hési­­ter à se réfé­­rer au texte. Il doit suivre des
(NEP 600 à 630). for­­ma­­tions régu­­lières, être abonné à des revues
—— Rapports (NEP 700 à 730). d’actua­­lité comp­­table et suivre la publi­­ca­­tion de
—— Audit des comptes mis en œuvre dans la docu­­men­­ta­­tion pro­­fes­­sion­­nelle (cf. outil 3).
certaines entités (NEP 910).

— 15 —
Outil
2 Le Code de déon­­to­­logie

Le recueil des prin­­cipes fon­­da­­men­­taux

93
50
07
38
15
6:
3.
3.
14
1.
:4
70
20
884
:8
10

– Attention –
92
54

va être modifié fin 2016 avec la REA


58
t:6
tta
Se
G
NC
:E
om
x.c
vo
lar
ho
sc
1.
uh

En résumé Insight
En tant qu’auditeur légal, le commissaire aux A statutory auditor has to comply with strict
comptes est soumis dans son exercice au professional rules on top of “Normes d’exercice
respect de règles professionnelles précises. professionnel” (i. e. French audit rules, refer to tool
Au-delà des normes de travail à proprement 1). Indeed, the French Audit Institute (“Compagnie
parler (les « NEP », cf. outil 1), la profession s’est nationale des commissaires aux comptes”)
dotée d’un Code de déontologie qui formalise decided to adopt a Code of Ethics that includes the
différents principes fondamentaux que chaque general guidelines and professional regulations
professionnel s’engage à respecter. Attention, that all auditors should comply with. Please note
ce code va évoluer fin 2016 avec la Réforme that this Code will evolve at the end of 2016
européenne de l’audit. within the context of the European Audit Reform.

— 16 —
Dossier 1  Bases régle men
­ ­
taires et métho do
­ ­lo giques
­ Outil
2
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? ii D’autres prin­­cipes s’appliquent dans des
moments spé­­ci­­fiques de la mis­­sion, en par­­ti­­
Objec­­tif cu­­lier lors de son accep­­ta­­tion et son main­­tien.
Le Code de déon­­to­­logie de la pro­­fes­­sion de Le Code de
Métho­­do­­logie et conseils
commis­­saire aux comptes a pour objec­­tif déon­­to­­logie
Le contenu du Code est bien connu des
de fixer les prin­­cipes fon­­da­­men­­taux devant est un des
étudiants ou des stagiaires, dont le cursus en
être res­­pec­­tés par tous les commis­­saires aux élé­­ments du
prévoit l’étude approfondie. L’une des épreuves
comptes dans l’exer­­cice de leurs fonc­­tions. socle sur lequel
du Diplôme d’expert-comptable est d’ailleurs
repose la
spécifiquement dédiée à la déontologie de
Contexte pro­­fes­­sion
l’expert-comptable et du commissaire aux
L’auditeur légal exerce une profession de commis­­saire
comptes, ce qui souligne l’importance de ses
réglementée. Le Code de déontologie est un aux comptes.

93
dispositions.

50
07
des éléments qui compose le socle de cette

38
Mais, au-delà de cette vision académique, il

15
réglementation. Ses dispositions traitent

6:
ne prend tout son sens qu’avec la pratique

3.
3.
notamment des thèmes suivants :
14
et l’expérience professionnelle. Il convient
1.
:4
ii Les principes fondamentaux de comportement.
70

donc de s’y référer à chaque fois que cela


20
84

ii Les interdictions – situations et mesures de est nécessaire et de s’assurer que le mode


8
:8
10

sauvegarde. d’exercice des missions entre dans le cadre


92
54

prévu par le Code de déontologie. Le cas le


58

ii L’acceptation, conduite et maintien de la


t:6
tta

mission. plus fréquent dans lequel cela peut s’avérer


Se
G

ii L’exercice en réseau. utile est l’analyse préalable à l’acceptation d’un


NC
:E

nouveau mandat (cf. outil 5).  ■


om

ii Les liens financiers, personnels et pro-­


x.c
vo

fessionnels.
lar
ho

ii Les honoraires.
sc
1.
uh

ii La publicité.
Suite à la Réforme européenne de l’audit, la
profession est en attente de la mise à jour du
code, prévue fin 2016.
Avan­­tages
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

■■ Le Code de déon­­to­­logie exprime clai­­re­­ment les


Comment l’uti­­li­­ser ? prin­­cipes communs à l’ensemble des commis­­
saires aux comptes, sur les­­quels repose leur
Étapes
exer­­cice pro­­fes­­sion­­nel.
Le Code n’est pas un outil auquel le pro­­fes­­

Le Code de déon­­to­­logie
sion­­nel se réfère au quo­­ti­­dien dans le dérou­­
le­­ment des mis­­sions. Il défi­­nit le cadre dans Pré­­cau­­tions à prendre
lequel doit s’ins­­crire la pra­­tique du contrôle
■■ S’agis­­sant d’un outil qui fixe un cadre, son
légal des comptes par le/les commis­­saire(s)
contenu peut faire l’objet d’inter­­pré­­ta­­tions (par
aux comptes. exemple en ce qui concerne la publi­­cité). Au-­delà
ii Cer­­tains prin­­cipes sont d’appli­­ca­­tion per­­ de la lettre du Code de déon­­to­­logie, le pro­­fes­­sion­­
ma­­nente, notam­­ment en ce qui concerne nel doit se réfé­­rer, le cas échéant aux inter­­pré­­ta­­
l’inté­­grité, l’impar­­tia­­lité, l’indé­­pen­­dance, la pré­­ tions qui ont pu être réa­­li­­sées par la Compa­­gnie
ven­­tion des conflits d’inté­­rêt, la compétence, natio­­nale des commis­­saires aux comptes (CNCC).
la confra­­ter­­nité et la dis­­cré­­tion.

— 17 —
Outil
3 La docu­­men­­ta­­tion pro­­fes­­sion­­nelle

Une docu­­men­­ta­­tion aux sources mul­­tiples

CNCC
• Lettres d’information
• Notes d’information
• Bonnes pratiques
professionnelles

93
50
H3C

07
38
15
• Avis

6:
3.
3.
• NEP
14
1.
:4
Veille
70
20

Divers technique
884

et réglementaire
:8

• IASB (normes IFRS)


10
92

de l’auditeur
54

• Revues professionnelles
58
t:6

et syndicales
tta
Se
G
NC

AMF
:E
om
x.c

• Recommandations
vo
lar

• Études diverses
ho

ANC
sc
1.
uh

• Règlements
• Recommandations

En résumé Insight
L’audi­­teur évo­­lue dans un envi­­ron­­ne­­ment en In the context of a fast moving environment
per­­pé­­tuelle évo­­lu­­tion, tant du point de vue from an accounting and professional regula­
de la régle­­men­­ta­­tion comp­­table que de la tions pros­­
pec­­
tive, the auditor should put in
régle­­men­­ta­­tion pro­­fes­­sion­­nelle. Il existe ainsi place the appropriate process to be informed
de nom­­breuses sources de régle­­men­­ta­­tions, on a timely basis of the main changes.
d’inter­­pré­­ta­­tions, de recom­­man­­da­­tions ou de Moreover, he should maintain or have access
doc­­trine. to the appropriate technical infor­­ma­­tion on the
Même s’il ne peut bien évi­­dem­­ment pas connaître issues he has to deal with, by using a pro­fes­
tous les textes, l’audi­­teur doit se don­­ner les sional docu­­men­­ta­­tion with mul­­tiple sources.
moyens d’être informé en temps réel de leur
évo­­lu­­tion, et doit être capable d’obte­­nir l’infor­­
ma­­tion utile sur tous les sujets qu’il a à trai­­ter au
moyen d’une docu­­men­­ta­­tion à source mul­­tiple.

— 18 —
Dossier 1  Bases régle men
­ ­
taires et métho do
­ ­lo giques
­ Outil
3
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? Métho­­do­­logie et conseils
De nom­­breux sup­­ports d’infor­­ma­­tion sont
Objec­­tif désor­­mais dis­­po­­nibles sous forme déma­­té­­ria­­
Cette docu­­men­­ta­­tion doit per­­mettre à l’audi­­ li­­sée. Notam­­ment, l’ensemble des commu­­ni­­ca­­ L’audi­­teur doit
teur : tions de la CNCC, de l’AMF ou du H3C sont se don­­ner les
ii d’être à jour en per­­ma­­nence des der­­nières dis­­po­­nibles au for­­mat numé­­rique. L’audi­­teur a moyens de mettre
évo­­lu­­tions régle­­men­­taires, tout inté­­rêt à se consti­­tuer une biblio­­thèque en place une
ii d’être capable de trou­­ver de la docu­­men­­ta­­ élec­­tro­­nique, en plus de la biblio­­thèque papier, veille tech­­nique
tion sur les pro­­blé­­ma­­tiques aux­­quelles il est dans laquelle il pourra faci­­le­­ment retrou­­ver et pro­­fes­­sion­­nelle
confronté. l’infor­­ma­­tion utile grâce à des sys­­tèmes de effi­­cace.
clas­­se­­ment ou de recherche.
Contexte De plus, il pourra par­­ta­­ger ces res­­sources

93
50
De nom­­breuses ins­­ti­­tutions (par exemple  : docu­­men­­taires avec ses col­­la­­bo­­ra­­teurs (créa­­

07
38
tion d’un intra­net par exemple, qui peut avoir

15
CNCC, AMF, ANC, H3C, IASB…) émettent des

6:
3.
commu­­ni­­ca­­tions, sous des formes diverses éga­­le­­ment l’avan­­tage d’être consul­­table à dis­­

3.
tance). ■ 14
(normes, avis, recom­­man­­da­­tions, études…) qui 1.
:4
70
20

ont un impact direct sur la pra­­tique de l’audi­­


884
:8

teur ou sur la solu­­tion à rete­­nir face à une


10
92

pro­­blé­­ma­­tique don­­née. L’audi­­teur doit mettre


54
58

en place un sys­­tème de veille et d’archi­­vage


t:6
tta
Se

de l’infor­­ma­­tion lui per­­met­­tant d’en dis­­po­­ser


G
NC

au bon moment.
:E
om
x.c
vo

Comment l’uti­­li­­ser ?
lar
ho
sc
1.
uh

Étapes
ii L’audi­­teur doit se consti­­tuer une biblio­­
thèque conte­­nant l’ensemble des docu­­ments Avan­­tages
de base néces­­saires à l’exer­­cice de sa pro­­fes­­ ■■ L’orga­­ni­­sa­­tion de l’infor­­ma­­tion et la mise en place
sion (normes, notes d’information, etc.). d’un pro­­ces­­sus de veille assurent à l’audi­­teur

La docu­­men­­ta­­tion pro­­fes­­sion­­nelle
d’être à jour des der­­nières évo­­lu­­tions régle­­men­­
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

ii L’infor­­ma­­tion de base inté­­res­­sant l’audi­­


teur légal est émise par la CNCC, au tra­­vers taires et lui per­­mettent d’être capable de trou­­ver
de sa lettre d’infor­­ma­­tion heb­­do­­ma­­daire. Ce la docu­­men­­ta­­tion de réfé­­rence face à une pro­­blé­­
docu­­ment, acces­­sible aux commis­­saires aux ma­­tique don­­née.
comptes ins­­crits et à leurs col­­la­­bo­­ra­­teurs,
se pré­­sente sous une forme élec­­tro­­nique
avec mise à dis­­po­­si­­tion de nom­­breux liens Pré­­cau­­tions à prendre
per­­met­­tant d’appro­­fon­­dir les sujets pré­­sen­­ ■■ Il est inutile de cher­­cher à lire de manière exhaus­­
tés. Elle peut donc ser­­vir de point de départ tive les revues pério­­diques ou les commu­­ni­­ca­­
au pro­­ces­­sus de veille (lec­­ture régu­­lière) et tions éma­­nant des dif­­fé­­rentes ins­­ti­­tutions. Il est
de clas­­se­­ment des docu­­ments impor­­tants bien plus per­­tinent de rete­­nir les thèmes ayant
(téléchargement via les liens et clas­­se­­ment fait l’objet d’évo­­lu­­tions et de s’assu­­rer du clas­­
dans une biblio­­thèque infor­­ma­­tique). se­­ment orga­­nisé de l’infor­­ma­­tion, de manière à
ii En matière de veille tech­­nique, l’audi­­teur la retrou­­ver le jour où elle est utile.
doit s’abon­­ner à des revues pério­­diques.

— 19 —
Outil
4 Les notes d’information

Liste des notes d’infor­­ma­­tion exis­­tant à ce jour

Notes d’information

NI I. Les rapports du commissaire aux comptes sur NI VII. Le commissaire aux comptes et les demandes
les comptes annuels et consolidés (fév. 2010) de confirmation des tiers (déc. 2010)
NI II. Le commissaire aux comptes et les événements NI VlII. Le commissaire aux comptes et les procédures
postérieurs à la clôture des comptes (fév. 2010) analytiques (déc. 2010)

93
NI III. Le commissaire aux comptes et l’alerte NI IX. Le rapport spécial du commissaire aux comptes

50
07
(juin 2012) sur les conventions et engagements réglementés

38
15
NI IV. Le commissaire aux comptes et les déclarations (décembre 2016)

6:
3.
3.
de la direction (juin 2010) NI X. Le commissaire aux comptes et les changements
14
1.
:4
NI V. Les interventions du commissaire aux comptes comptables (juin 2011)
70
20

relatives aux opérations concernant le capital social NI XI. Le commissaire aux comptes et l’audit des
884
:8

et les émissions de valeurs mobilières comptes consolidés (déc. 2011)


10
92

• NI V. Tome I : Réduction du capital (déc. 2011) NI XII. Le commissaire aux comptes et les opérations
54
58

relatives aux dividendes (déc. 2011)


t:6

• NI V. Tome 2 : Libération d’une augmentation


tta
Se

du capital par compensation avec des créances NI. XIII. Le commissaire aux comptes et le premier
G
NC

(déc. 2011) exercice d’un nouveau mandat (déc. 2011)


:E
om

• NI V. Tome 3 (version 2) : Augmentation du capital NI. XIV. Le commissaire aux comptes et la prévention
x.c
vo

par émission d’actions ordinaires avec suppression du ou le traitement des difficultés des entreprises
lar
ho

droit préférentiel de souscription (septembre 2015) (nov. 2012)


sc
1.

• NI V. Tome 4 : Régimes d’accès au capital en faveur NI. XV. Le commissaire aux comptes et l’approche
uh

des salariés (juin 2011) d’audit par les risques (décembre 2016)
• NI V. Tome 5 (version 2) : Émission d’actions de NI. XVI. Le commissaire aux comptes et les attestations
préférence (juin 2016) (déc. 2012)
• NI V. Tome 6 : Émission de valeurs mobilières NI. XVII. Les interventions du commissaire aux comptes
donnant accès au capital ou donnant droit à relatives au prospectus (juillet 2015)
l’attribution de titres de créance (juin 2012) NI XVIII. Vérifications spécifiques – Le commissaire aux
NI Vl. Les commissaires aux comptes et la comptes et les travaux relatifs au rapport de gestion
transformation des sociétés (déc. 2010) et aux autres documents adressés aux membres de
l’organe appelé à statuer sur les comptes (juillet 2016)

En résumé Insight
Depuis 2010, la CNCC pro­­duit régu­­liè­­re­­ment Since early 2010, the CNCC has published seve­
des «  notes d’infor­­ma­­tion  ». Cha­­cune d’entre ral information notes which provides with com­
elles traite d’un thème aussi exhaus­­ti­­ve­­ment plete guidelines on a specific topic (main issues
que pos­­sible et fournit aux pro­­fes­­sion­­nels la encountered, audit considerations, template of
pré­­sen­­ta­­tion des prin­­ci­­pales pro­­blé­­ma­­tiques le reports…).
concer­­nant, des sup­­ports de tra­­vail et le cas
échéant des modèles de rap­­port.

— 20 —
Dossier 1  Bases régle men
­ ­
taires et métho do
­ ­lo giques
­ Outil
4
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? des ouvrages, accessibles à l’ensemble des
collaborateurs concernés. La version papier
Objec­­tif est plus confortable à la lecture. La version
L’objec­­tif des notes d’infor­­ma­­tion est d’aider électronique présente l’intérêt de faciliter la Les notes
les pro­­fes­­sion­­nels à trai­­ter cer­­tains sujets recherche d’informations et de permettre le d’infor­­ma­­tion
par­­fois complexes dans le respect des normes copier/coller des modèles. sont de
pro­­fes­­sion­­nelles, tout en opti­­mi­­sant le temps Lorsqu’une note d’information est utilisée sur for­­mi­­dables
d’inter­­ven­­tion du fait que toute l’infor­­ma­­tion un dossier, il faut y faire référence dans la note recueils
et les outils utiles sont cen­­tra­­li­­sés dans un seul de synthèse et ne pas hésiter à imprimer les d’infor­­ma­­tions
docu­­ment. pages pertinentes de la note et à les intégrer et de modèles
au dossier. rela­­tifs aux
Contexte Les notes d’information sont mises à jour sujets trai­­tés.

93
50
Dans le cadre de sa mis­­sion légale, le commis­­ régulièrement par la CNCC. Toutefois, entre

07
38
saire aux comptes est confronté à des

15
deux versions de NI, de nouvelles lois, décrets

6:
3.
situa­­tions : ou ordonnances peuvent être promulgués et
3.
14
ii qui néces­­sitent d’impor­t­ antes recherches 1.
faire l’objet de communiqués de la CNCC. Des
:4
70
20

docu­­men­­taires (tant d’un point de vue techni­ recommandations en lien avec le sujet traité
884

que que d’un point de vue des normes de


:8

peuvent également avoir été émises par l’AMF.


10
92

tra­­vail) ; Ainsi, l’auditeur doit s’assurer de prendre en


54
58

ii dont la sen­­si­­bi­­lité impose une rigueur et compte ces différents éléments dans la mise
t:6
tta
Se

une grande pré­­ci­­sion dans la rédac­­tion des en œuvre de ses travaux. ■


G
NC

rap­­ports, afin d’évi­­ter les risques de mise en


:E
om

cause de sa res­­pon­­sa­­bi­­lité (cas des opé­­ra­­tions


x.c
vo

sur le capi­­tal par exemple).


lar
ho

Les notes d’infor­­ma­­tion viennent faci­­li­­ter le


sc
1.
uh

trai­­te­­ment des situa­­tions dont elles font l’objet.

Comment l’uti­­li­­ser ? Avan­­tages


■■ Chaque note d’infor­­ma­­tion est un recueil tech­­
Étapes nique illus­­tré de pro­­po­­si­­tions de démarches
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

ii Prendre connaissance de la liste des conformes aux normes pro­­fes­­sion­­nelles, per­­met­­


thèmes abordés par les notes d’information tant de trai­­ter le sujet en ques­­tion. Cela offre
et s’y reporter lorsqu’elles traitent d’un sujet un gain de temps consi­­dé­­rable au pro­­fes­­sion­­nel.
rencontré en pratique. ■■ Pro­­po­­si­­tion de très nom­­breux modèles de rap­­
ports, inté­­grant le prin­­cipe et les excep­­tions.
Les notes d’information
ii Si tel est le cas, prendre connaissance de
la partie théorique du document, afin de
comprendre le raisonnement à suivre.
ii Se reporter aux programmes de travail.
Pré­­cau­­tions à prendre
ii Utiliser les courriers et modèles proposés ■■ Les notes d’infor­­ma­­tion peuvent trai­­ter de sujets
par cet ouvrage. complexes et être volu­­mi­­neuses. Face à un cas
d’appli­­ca­­tion concret, il est impor­­tant de prendre
Méthodologie et conseils le temps de les lire afin de choi­­sir la solu­­tion
Se constituer une bibliothèque papier et la plus adap­­tée, qui se trouve très cer­­tai­­ne­­ment
une bibliothèque électronique de l’ensemble dans l’ouvrage.

— 21 —
Outil L’acceptation et le maintien
5 d’un mandat

L’acceptation

Code de déontologie ANALYSE LORS DE L’ACCEPTATION PUIS ANNUELLEMENT

93
Questionnaire

50
07
Compétence d’acceptation ou de

38
15
maintien du mandat de

6:
3.
commissariat aux comptes

3.
Acceptation
14
1.
:4
ou
70

__________________
20

Refus
84

Incompatibilité
__________________
8
:8
10

__________________
92

__________________
54
58

__________________
t:6
tta

__________________
Se

Indépendance
G
NC
:E
om
x.c
vo
lar
ho
sc
1.
uh

En résumé Insight
L’acceptation d’un mandat est le point de The client acceptance process is the first
départ de la mission du commissaire aux step to follow by the statutory auditor before
comptes. Lorsqu’il est sollicité par une entité, il accepting or declining an appointment.
est libre d’accepter ou de refuser d’en devenir le Although subjective criteria may be used to
commissaire aux comptes. Au-delà des critères conclude, the auditor should assess annually his
subjectifs susceptibles de guider son choix, le continuing compliance with the rules detailed
professionnel est tenu de s’assurer chaque année in the Code of Ethics (notably independence).
qu’il respecte certains principes fondamentaux, The European Audit Reform will not amend
prévus par le Code de déontologie (et en those fundamental principles.
particulier, l’indépendance). Et même si le Code
est appelé à évoluer avec la mise en œuvre de la
Réforme européenne de l’audit, ces principes ne
seront pas modifiés car ils représentent la base
de la légitimité du commissaire aux comptes, en
tant que tiers de confiance.

— 22 —
Dossier 1  Bases régle men
­ ­
taires et métho do
­ ­lo giques
­ Outil
5
Pourquoi l’utiliser ? dossier. Par exemple, il doit maîtriser les
spécificités du secteur de l’entité (banque,
Objectif association…) ou de son environnement (EIP),
La démarche d’acceptation/maintien fait son référentiel comptable (CRC 99-02, IFRS) L’acceptation
partie des obligations déontologiques et doit et la relation avec les auditeurs des filiales est la première
permettre à l’auditeur : étrangères… étape clé dans
ii de se poser les «  bonnes  » questions sur la la démarche
possibilité d’accepter la mission ; Méthodologie et conseils du commissaire
ii de s’interroger chaque fois sur sa capacité à Utiliser un questionnaire standard comprenant aux comptes.
continuer son mandat ; une déclinaison de questions relatives à chacun
ii de documenter sa démarche afin de pouvoir des 3 thèmes. L’auditeur pourra ainsi procéder
justifier a posteriori si nécessaire (dans le cas à une première analyse rapide et présenter

93
50
une conclusion. En cas de doute, il lui sera

07
d’un contrôle qualité ou d’une mise en cause

38
15
de sa responsabilité par exemple) du respect nécessaire de rédiger une note indiquant

6:
3.
pourquoi il considère pouvoir réaliser la
3.
de ces obligations déontologiques.
14
1.
mission. ■
:4
70
20

Contexte
884
:8

L’analyse d’acceptation/maintien du mandat


10
92
54

constitue l’un des premiers chapitres du


58
t:6

dossier de travail. Par définition, l’analyse est


tta
Se

réalisée avant le démarrage de la mission,


G
NC

chaque année. Comme tous les travaux, elle


:E
om
x.c

doit être formalisée.


vo
lar
ho
sc
1.
uh

Comment l’utiliser ? Avantages


■■ La documentation du processus d’acceptation
Étapes

L’acceptation et le maintien d’un mandat


et la pertinence de l’analyse viennent renforcer
L’auditeur doit s’interroger sur les 3 principaux
la crédibilité du commissaire aux comptes, qui
sujets suivants :
accepte le mandat en connaissance de cause.
ii Indépendance : l’auditeur doit pouvoir émettre
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

Elle va également le protéger en cas de mise en


son opinion en toute liberté. Ainsi, il ne doit
responsabilité.
pas exister de conflits d’intérêts avec l’entité.
Il ne doit pas avoir rendu de services à l’entité
qui l’auraient amené à contrôler ce qu’il a lui- Précautions à prendre
même mis en place (par exemple  : assistance
■■ Formaliser son analyse.
comptable, mise en place de la consolidation…).
■■ Si l’analyse du professionnel conduit à remettre
ii Incompatibilité  : il ne doit pas exister en cause l’acceptation, la tentation est forte
de lien personnel avec le dirigeant/les d’imaginer des mesures de sauvegarde pour
actionnaires (liens familiaux par exemple) ni contourner l’obstacle et obtenir la mission.
de liens financiers (l’auditeur ne peut pas être Les conséquences en termes d’image et de
actionnaire de l’entité, il ne peut pas lui prêter responsabilité pouvant être importantes, il est
ou lui emprunter de l’argent). nécessaire de procéder à l’analyse de la situation
ii Compétence  : l’auditeur doit être capable avec toute l’objectivité nécessaire.
d’apprécier les spécificités techniques du

— 23 —
Outil
6 Le système d’évaluation
du risque de blanchiment
Évaluation du risque de Blanchiment

Exemple de questionnaire d’évaluation


du risque de blanchiment de capitaux
et de financement du terrorisme

Modéré
Faible

Élevé
Critère 1 : identification
du client et du bénéficiaire Risque alloué à la relation

93
effectif de la prestation

50
d’affaires

07
(Niveau de risque le plus important

38
Critère 2 : nature de l’activité

15
des 4 critères  ici, élevé)

6:
exercée par le client

3.
3.
14
1.
:4
Critère 3 : localisation de
70
20

l’activité exercée par le client


884
:8
10
92

Critère 4 : nature de la MESURES DE VIGILANCE


54
58

mission
t:6
tta

Collecte d’informations
Se

pour des transactions


G

Réalisation d’un
NC

complexes, d’un montant


:E

examen attentif des


om

inhabituellement élevé
opérations en lien
x.c

et ne paraissant pas avoir


vo

avec un risque fort.


lar

une justification écono-


ho

mique ou un objet licite.


sc
1.
uh

En résumé Insight
Dans le cadre de la lutte contre le blanchiment As part of anti-money laundering and anti-
de capitaux et le financement du terrorisme terrorist financing, the auditor should
(BCFT), l’auditeur a l’obligation de mettre en implement due diligence procedures on
œuvre des procédures de vigilance à l’égard beneficial owner of the audit and on the
du bénéficiaire effectif de l’audit et à l’égard transactions made by the entity.
des opérations réalisées par l’entité cliente. Thus, he should implement an assessment
Ainsi, il devra mettre en place un système system on the business relation risk based
d’évaluation du risque de la relation d’affaires on 4 criteria: client and beneficial owner
basé sur 4 critères : identification du client et identification, nature of the activity, location,
du bénéficiaire effectif, nature de l’activité, nature of the engagement. This would allow him
localisation, nature de la mission. Cette étape to determine the vigilance level to be applied as
lui permettra de déterminer le niveau de part of the audit acceptance and during all the
vigilance à adopter lors de l’acceptation et au engagement.
cours de l’exercice de son mandat. Par ailleurs,
dès la connaissance d’opérations suspectes,
l’auditeur devra procéder à une déclaration de
soupçons auprès de Tracfin.

— 24 —
Dossier 1  Bases régle men
­ ­
taires et métho do
­ ­lo giques
­ Outil
6
Pourquoi l’utiliser ? élevé et ne paraissant pas avoir une justifi­
cation économique ou un objet licite.
Objectif ii Réalisation d’un examen attentif des
Évaluer le risque de blanchiment et de opérations en lien avec le risque fort. Un système
financement du terrorisme attaché à la relation L’auditeur pourrait lors de ses travaux identifier d’évaluation
d’affaires et définir le niveau de vigilance à des opérations suspectes. Il aura l’obligation indispensable
adopter. Il s’agit d’une obligation réglementaire. de déclarer à Tracfin les opérations portant pour définir
sur des sommes dont il sait, soupçonne ou les procédures
Contexte a de bonnes raisons de soupçonner qu’elles de vigilance
Conformément aux dispositions de la NEP- proviennent d’une infraction passible d’une adaptées à chaque
9605, l’auditeur doit faire preuve de vigilance : peine privative de liberté supérieure à un an relation d’affaires.
ii à l’égard de l’entité ou du bénéficiaire effectif ou participent au financement du terrorisme.

93
50
(à qui profite la prestation ?) ;

07
38
Méthodologie et conseils

15
ii à l’égard des opérations réalisées par l’entité.

6:
3.
3.
Mettre en place un questionnaire permettant
14
1.
d’évaluer les 4  critères et définir le risque
:4
70

Comment l’utiliser ?
20

attaché à la relation d’affaires. ■


884
:8
10

Étapes
92
54
58

Afin de procéder à l’évaluation du risque BCFT


t:6
tta

attaché à la relation d’affaires, l’auditeur devra


Se
G
NC

analyser 4 critères :
:E
om

ii L’identification du client et, le cas échéant, du


x.c
vo

bénéficiaire effectif de la prestation : il recueille

Le système d’évaluation du risque de blanchiment


lar
ho

toute information pertinente sur l’actionnariat,


Avantages
sc
1.
uh

le(s) dirigeant(s) (carte d’identité), la société


(K-bis de moins de 3 mois et statuts). ■■ Le système d’évaluation permet d’établir une
ii La nature de l’activité, certaines étant par classification des risques de blanchiment de
essence plus sensibles (casino, immobilier, capitaux et de financement du terrorisme
secteurs associatifs, etc.). attachés aux mandats ainsi que de définir le
ii La localisation de l’activité : prise en compte niveau de vigilance à adopter par le professionnel.
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

des opérations au sens large réalisées dans


des pays à risques (pays et territoires non
coopératifs ou faisant l’objet de sanctions).
Précautions à prendre
ii La nature de la mission  : certaines d’entre ■■ Dans le cas d’identifications d’opérations
elles nécessitent une surveillance plus suspectes devant faire l’objet d’une déclaration à
importante des opérations envisagées. Tracfin, le professionnel devra s’interroger sur la
Chaque critère est évalué sur une échelle nécessité de procéder également à la révélation
allant de faible à fort. Le niveau de risque de de faits délictueux.
■■ Procéder à une nouvelle évaluation du risque
la relation d’affaires est défini comme étant le
risque le plus élevé affecté à l’un des 4 critères. en cas de changements au niveau de la société
Au cours de sa mission, l’auditeur mettra en (actionnariats, dirigeants, localisation des flux
œuvre des travaux de vigilance : d’activité, métiers…) et lors de la réalisation
d’une mission exceptionnelle par le professionnel
ii Collecte d’informations pour des transactions
dans le cadre des SACC.
complexes, d’un montant inhabituellement

— 25 —
DOS­­SIER

2 Bases de la
for­­ma­­li­­sa­­tion
et du rela­­tion­­nel

93
50
07
38
L 15
6:
3.
e métier d’audi­­teur comp­­table et finan­­cier est en géné­­ral asso­­cié à des pro­­fils de tech­­
3.
14
1.
ni­­ciens. Cepen­­dant, cette vision est réduc­­trice. Au-­delà de la ges­­tion tech­­nique du
:4
70
20

dos­­sier, le res­­pon­­sable de la mis­­sion d’audit doit pour­­suivre deux objec­­tifs majeurs :


884

ii pré­­sen­­ter un dos­­sier de tra­­vail for­­ma­­lisé ;


:8
10
92

ii assurer la commu­­ni­­ca­­tion au sein de l’équipe et avec son client.


54
58
t:6
tta
Se
G

La pré­­sen­­ta­­tion d’un dos­­sier de tra­­vail for­­ma­­lisé


NC
:E
om
x.c

Lorsque l’audi­­teur émet son rap­­port, qui tra­­duit son opi­­nion sur les comptes audités, il
vo
lar
ho

engage sa res­­pon­­sa­­bi­­lité et doit être en mesure de jus­­ti­­fier sa conclu­­sion. Le cas échéant, le


sc
1.
uh

seul élé­­ment tan­­gible dont il pourra se pré­­va­­loir est le contenu de son dos­­sier, qui recueille
les preuves des tra­­vaux effec­­tués. Il est sus­­cep­­tible d’avoir à le four­­nir dans le cadre d’un
contrôle par son auto­­rité de tutelle ou dans le cadre d’une pro­­cé­­dure judi­­ciaire (cas de
fraude notam­­ment). Il peut éga­­le­­ment y avoir recours pour jus­­ti­­fier sa posi­­tion à la direc­­
tion de l’entre­­prise auditée.
Ce dossier doit donc répondre à un certain nombre de critères, en termes de présentation
comme en termes de contenu. Il faut préciser que la dimension « dématérialisation »
des dossiers est de plus en plus présente dans les cabinets grâce aux nouveaux outils
numériques.
Les outils 7 à 11 présentent les principes de base permettant d’assurer la qualité nécessaire
au dossier de travail. Ils sont tous guidés par la notion de rigueur.
L’audi­­teur ne peut cepen­­dant pas se per­­mettre de foca­­li­­ser toute son atten­­tion sur son dos­­
sier. En effet, l’ali­­men­­ta­­tion de celui-­ci repose sur les infor­­ma­­tions qu’il obtien­­dra auprès
de tiers, direc­­te­­ment ou par l’inter­­mé­­diaire de ses col­­la­­bo­­ra­­teurs. Il doit donc gérer avec
atten­­tion la commu­­ni­­ca­­tion auprès de l’ensemble des inter­­ve­­nants.

http://goo.gl/g85LW

L’importance
de la
communication
(en vidéo) — 26 —
Dossier
La ges­­tion de la commu­­ni­­ca­­tion équipe/client
Il s’agit du second pilier sou­­te­­nant la démarche de l’audi­­teur.
En interne, il doit expli­­quer les objec­­tifs à chaque col­­la­­bo­­ra­­teur, et en assu­­rer le suivi et la
super­­vi­­sion. En effet, leurs tra­­vaux ali­­men­­te­­ront le dos­­sier de tra­­vail qui sera le socle de
l’opi­­nion émise. L’audi­­teur en assu­­mera donc la res­­pon­­sa­­bi­­lité.
En externe, il doit éta­­blir et main­­te­­nir la rela­­tion client per­­met­­tant d’obte­­nir les infor­­ma­­
tions néces­­saires à l’éla­­bo­­ra­­tion de son opi­­nion. Cela sup­­pose un contact régu­­lier avec la
2
direc­­tion de l’entre­­prise auditée et l’orga­­ni­­sa­­tion de réunions lors des étapes clés de la mis­
sion. Le lien de confiance éta­­bli avec la direc­­tion est une des clés du suc­­cès de la mis­­sion.
Les outils 12 à 15 per­­mettent de struc­­tu­­rer cette démarche. Néan­­moins, en matière de

93
rela­­tions humaines, au-­delà de tous les outils pou­­vant être ima­­gi­­nés, c’est la sin­­cé­­rité,

50
07
38
l’impli­­ca­­tion et l’ouver­­ture d’esprit de l’audi­­teur dans les rela­­tions qui lui permettront

15
6:
3.
d’atteindre ses objec­­tifs.
3.
14
1.
:4
70
20
884
:8
10
92
54
58
t:6
tta
Se
G
NC
:E
om
x.c
vo
lar
ho
sc
1.
uh

Les outils
7 Le dos­­sier per­­manent......................................................28

8 Le dos­­sier de tra­­vail.........................................................30

9 Les feuilles maî­­tresses.....................................................32

10 La feuille de tra­­vail............................................................34

11 Le programme de tra­­vail.................................................36

12 L
 es étapes clés de la commu­­ni­­ca­­tion ­
avec l’équipe.......................................................................38

13 La super­­vi­­sion................................................................... 40

14 L
 es étapes clés de la commu­­ni­­ca­­tion ­
avec le client.......................................................................42

15 La ges­­tion de la réunion de syn­­thèse.......................... 44

16 Les prin­­ci­­paux docu­­ments de syn­­thèse...................... 46

— 27 —
Outil
7 Le dos­­sier per­­manent

Exemple sim­­pli­­fié de l’archi­­tec­­ture


d’un dos­­sier per­­manent

Dossier permanent

93
A — Informations sur la mission

50
07
Par exemple : fiche contact, nomination, acceptation et maintien de la mission…

38
15
6:
B — Informations sur l’entreprise

3.
3.
14
Par exemple : description de l’activité, organigramme, articles de presse…
1.
:4
70
20

C — Informations juridiques
884

Par exemple : statuts, k-bis, détention du capital, procès verbaux, conventions


:8
10

réglementées, réglementations spécifiques, rapports du CAC…


92
54
58
t:6

D — Informations fiscales
tta
Se

Par exemple : liasse, échanges avec l’administration, conclusions des contrôles


G
NC

fiscaux…
:E
om
x.c

E — Informations comptables et contrôle interne


vo

Par exemple : comptes annuels, manuel de procédures comptables, rapports d’experts,


lar
ho

rapports de l’audit interne, analyses du contrôle interne (sous-division par cycle…)


sc
1.
uh

F — Principaux contrats
Par exemple : emprunt, crédit-bail, partenariats commerciaux, intéressement
et participation…

G — Informations sur l’organisation informatique


Par exemple : cartographie informatique, principaux contrats…

H — Etc.

En résumé Insight
Le dos­­sier per­­manent (ou DP) recense toutes The per­­manent file comprises all the docu­ ­
les infor­­ma­­tions de la mis­­sion dont l’audi­­teur ments that would be useful to the auditor
a besoin en continu pen­­dant la durée de son during the length of his appointment (in France:
man­­dat. Il peut s’agir par exemple d’infor­­ma­­ 6 years). As an ex­ample, it could be infor­­ma­­tion
tions sur l’entre­­prise, de contrats, d’infor­­ma­­ on the entity, agreements, specific regulations,
tions régle­­men­­taires ou juri­­diques, d’ana­­lyses analysis prepared by himself or reports issued
effec­­tuées par ses soins ou des rap­­ports by experts.
d’experts.

— 28 —
Dossier 2  Bases de la for­ma
­ ­li ­sa­tion et du rela­tion nel
­ Outil
7
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? struc­­tu­­ra­­tion, qui doit être la même pour
l’ensemble des dos­­siers du cabi­­net. En effet,
Objec­­tif si chaque dos­­sier dis­­pose d’un DP qui lui est
Le DP consti­­tue une base docu­­men­­taire propre, il est impor­­tant pour faci­­li­­ter le clas­­ Le dos­­sier
propre au dos­­sier, rela­­tive à l’entre­­prise et à se­­ment et la recherche que les col­­la­­bo­­ra­­teurs per­­manent
son envi­­ron­­ne­­ment éco­­no­­mique, enri­­chie tout aient des points de repère. repré­­sente
au long de la mis­­sion, per­­met­­tant à l’audi­­teur La docu­­men­­ta­­tion «  papier  » du DP trouve la mémoire
de retrou­­ver les infor­­ma­­tions/docu­­ments per­­ vite ses limites. En effet, au fil des années, du dos­­sier
ti­­nents au cours de son man­­dat. son volume croît, et il devient dif­­fi­cile d’y de l’audi­­teur
recher­­cher de l’infor­­ma­­tion et de le dépla­­cer. tout au long
Contexte La mise en place d’un DP élec­­tro­­nique per­­ de son man­­dat.
Dans le cadre de sa mis­­sion, l’audi­­teur doit met de sim­­pli­­fier consi­­dé­­ra­­ble­­ment le tra­­vail

93
50
acqué­­rir une connais­­sance de l’entité et de de recherche et de dis­­po­­ser de toute sa docu­­

07
38
son envi­­ron­­ne­­ment. Il doit éga­­le­­ment col­­lec­­ter men­­ta­­tion sur son ordi­­na­­teur por­­table. ■

15
6:
3.
des élé­­ments lui per­­met­­tant d’abou­­tir à des

3.
14
conclu­­sions à par­­tir des­­quelles il fonde son 1.
:4
70

opi­­nion. Cette docu­­men­­ta­­tion peut avoir un


20
884

carac­­tère intem­­po­­rel et l’audi­­teur doit pou­­voir


:8
10
92

la cen­­tra­­li­­ser dans un dos­­sier « per­­manent ».


54
58
t:6
tta
Se

Comment l’uti­­li­­ser ?
G
NC
:E
om

Avan­­tages
x.c

Étapes
vo
lar
ho

Il n’existe pas de métho­­do­­logie type d’uti­­li­­ ■■ Un DP bien orga­­nisé per­­met de retrou­­ver rapi­­
sc
1.

sation du DP. Par défi­­ni­­tion, il doit per­­mettre de­­ment des infor­­ma­­tions utiles. Il en résulte des
uh

au cas par cas de retrou­­ver l’infor­­ma­­tion utile. gains de temps, mais éga­­le­­ment une valo­­ri­­sa­­tion
Par consé­­quent : du tra­­vail de l’audi­­teur vis-­à-vis de son client, qui
ii Il doit être consulté dès qu’un élé­­ment issu appré­­cie lorsque son inter­­lo­­cuteur démontre sa
d’un exer­­cice passé est néces­­saire à la réa­­li­­ connais­­sance du dos­­sier et évite de rede­­mander
sa­­tion de l’audit. des docu­­ments déjà obte­­nus au cours des exer­­
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

ii Il doit être enrichi dès qu’un événement nou­­ cices pré­­cé­­dents.


veau, ayant voca­­tion à avoir des impacts sur ■■ Un DP bien struc­­turé faci­­lite l’inté­­gra­­tion de nou­­

les exer­­cices futurs, se pro­­duit (par exemple  : veaux col­­la­­bo­­ra­­teurs sur les dos­­siers.
acqui­­si­­tion d’une filiale, signa­­ture d’un contrat
de crédit-­bail immo­­bi­­lier signi­­fi­ca­­tif, mise en
place d’un accord d’inté­­res­­se­­ment, conclu­­sion Pré­­cau­­tions à prendre Le dos­­sier per­­manent
d’un accord commer­­cial sur plu­­sieurs années ■■ Il est impor­­tant d’enrichir chaque année le DP. Il
avec un par­­te­­naire, etc.). n’a d’uti­­lité que s’il est mis à jour. Son ali­­men­­ta­­
tion passe par­­fois au second plan. En effet, les
Métho­­do­­logie et conseils jeunes col­­la­­bo­­ra­­teurs ne per­­çoivent pas tou­­jours
L’audi­­teur doit inté­­grer dans son DP tout l’enjeu rela­­tif à la ges­­tion et l’accès à l’infor­­ma­­
docu­­ment qu’il juge utile de conser­­ver. tion dans le temps. Il est de la res­­pon­­sa­­bi­­lité des
L’effi­­ca­­cité du DP repose sur la richesse des en­cadrants de s’assu­­rer que cette tâche n’est pas
infor­­ma­­tions qui le composent et sur leur négli­­gée.

— 29 —
Outil
8 Le dos­­sier de tra­­vail

Exemple sim­­pli­­fié de l’archi­­tec­­ture


d’un dos­­sier de tra­­vail

Architecture générale du dossier


(exemple simplifié)

A — Administration dossier Bilan D1


A1 — Acceptation
A2 — Lettre de mission

93
Libellé K€ X–ref

50
A3 — Etc.

07
Immob. Corp 100 D2

38
Stocks 90 D3

15
Clients

6:
B — Planification et éval. du risque 120 D4
D2

3.
Immobilisations

3.
B1 — Planning Etc.
14
B2 — Seuils 1.
:4
70

B3 — Risques inhérents Libellé K€ X–ref


20
84

Terrain 80 D2–1
B4 — Etc.
8
:8

Construction 10 D2–1
10

Matériel 10 D2–1
92

C — I ntervention préliminaire
54

Total 100
58


t:6

D1
tta
Se

D — Intervention finale
G
NC

D1 — Bilan / Compte de résultat


:E
om

D2 — Immobilisations
x.c
vo

D3 — Stocks
lar
ho

D4 — Etc.
sc
1.

Tableau de passage des immob. D2–1


uh

E — Juridique et rapports

K€ 31/12/N-1 Acquisition Cession 31/12/N
Terrain 70 10 80 D2
Construction 12 -2 10 D2
Matériel 5 5 10 D2
Total 87 15 -2 100

En résumé Insight
Le dos­­sier de tra­­vail est la for­­ma­­li­­sa­­tion de The audit file includes all the required infor­
la démarche et des tra­­vaux de l’audi­­teur. Il mation for the auditor to sup­­port his opi­­nion.
doit conte­­nir toute l’infor­­ma­­tion néces­­saire à It should be organized in such a manner that
l’expres­­sion de son opi­­nion. Il doit être struc­­ a reader should understand the approach
turé de manière à per­­mettre à un re­lecteur adopted and, if deemed necessary, go easily in
de comprendre l’approche rete­­nue et de des­­ a much detailed infor­­ma­­tion.
cendre, si néces­­saire, au niveau de détail le plus The file organization is facilitated through the
fin. Cette cir­­cu­­la­­tion dans le dos­­sier est orga­­ni­­ use of cross referencing which participate to
sée grâce au sys­­tème de référencement croisé the overall audit trail. The audit file becomes
et consti­­tue la piste d’audit. De plus en plus, le electronic.
dossier de travail est informatisé.

— 30 —
Dossier 2  Bases de la for­ma
­ ­li ­sa­tion et du rela­tion nel
­ Outil
8
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? concerne éga­­le­­ment les éven­­tuels papiers de
tra­­vail infor­­ma­­tiques.
Objec­­tif À par­­tir de la racine don­­née par l’archi­­tec­­ture
Le dos­­sier de tra­­vail per­­met de s’assu­­rer que du dos­­sier (exemple  : D2 pour les immo­­bi­­li­­ Il n’est pas de
la démarche de l’audi­­teur est cor­­rec­­te­­ment sa­­tions), le référencement peut se décli­­ner à dossier d’audit
for­­ma­­li­­sée et docu­­men­­tée. l’infini (D2-1, D2-1-1, etc.) en fonc­­tion des pro­­ solide sans
blé­­ma­­tiques ren­­contrées et du niveau de détail cor­­rects
Contexte néces­­saire à la piste d’audit. référencements
En de mul­­tiples occa­­sions, l’audi­­teur doit être Le référencement croisé («  X-­ref  » ou des tra­­vaux
en mesure de jus­­ti­­fier son opi­­nion par les tra­­ «  X-­index  ») fonc­­tionne en «  des­­cen­­dant  » le et jus­­ti­­fi­­cation
vaux réa­­li­­sés (col­­la­­bo­­ra­­teur vis-­à-vis de son dos­­sier (pas­­sage de D2 à D2-1 par exemple) de la piste d’audit.
super­­vi­­seur, signa­­taire vis-­à-vis de son client, mais il doit éga­­le­­ment fonc­­tion­­ner en « remon­­

93
50
voire dans le cadre d’un contrôle de tutelle tant ». Chaque chiffre à côté duquel est men­­

07
38
ou à la demande d’un juge). Il doit donc docu­­

15
tionnée une réfé­­rence doit avoir son pen­­dant

6:
3.
men­­ter : dans la feuille à laquelle la réfé­­rence ren­­voie.
3.
14
ii sa démarche intel­­lec­­tuelle (ana­­lyse des 1.
En pra­­tique, dans le cadre d’un contrôle qua­­
:4
70
20

risques, seuils rete­­nus, opi­­nion géné­­rale) lité a pos­­te­­riori, le meilleur moyen de véri­­fier
884
:8

ii les tra­­vaux induits par sa démarche (tests aléa­­toi­­re­­ment la qua­­lité du référencement est
10
92

de détail). d’ouvrir le dos­­sier à une page au hasard et de


54
58

s’assu­­rer de pou­­voir remon­­ter la chaîne du


t:6

Compte tenu des volumes, il est indis­­pen­­sable


tta
Se

de dis­­po­­ser d’un dos­­sier struc­­turé. référencement jus­­qu’à la feuille maî­­tresse. ■


G
NC
:E
om
x.c

Comment l’uti­­li­­ser ?
vo
lar
ho
sc
1.

Étapes
uh

ii Se réfé­­rer à l’orga­­ni­­sa­­tion type des dos­­siers


au sein du cabi­­net (il existe autant d’archi­­tec­­
ture que de cabi­­net).
Avan­­tages
■■ Un dos­­sier bien struc­­turé et for­­ma­­lisé per­­met de
ii Pour l’ensemble des tra­­vaux, res­­pec­­ter le
référencement croisé (toute feuille non réfé­­ retrou­­ver faci­­le­­ment le rai­­son­­ne­­ment suivi et si
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

ren­­cée ne peut être consi­­dé­­rée comme fai­­sant néces­­saire des infor­­ma­­tions de détail. Il faci­­lite
par­­tie du dos­­sier). la rela­­tion avec le client en cas de désac­­cord et
ii Respecter l’uti­­li­­sation des feuilles maî­­tresses avec les tiers en cas de contrôle.
et des feuilles de tra­­vail (cf. outils 7 et 8).

Métho­­do­­logie et conseils Pré­­cau­­tions à prendre Le dos­­sier de tra­­vail


■■ Atten­­tionà bien véri­­fier la réci­­procité des réfé­­
Le dos­­sier suit une approche dite «  top/
down  ». En par­­tant des docu­­ments de syn­­ rences croi­­sées, la ten­­dance natu­­relle des débu­­
thèse (som­­maire du dos­­sier), il doit être pos­­ tants étant de ne les men­­tion­­ner que dans un
sible de des­­cendre dans le détail en sui­­vant le seul sens.
■■ Ne pas négli­­ger le fond du dos­­sier au pro­­fit de la
référencement.
Le référencement est propre à chaque cabi­­ forme. Très rapi­­de­­ment, la for­­ma­­li­­sa­­tion devient
net. Il s’ins­­crit en haut à droite de chaque un auto­­ma­­tisme et ne doit pas empié­­ter sur le
feuille, sou­­vent en rouge afin d’être visible. Il temps d’ana­­lyse.

— 31 —
Outil
9 Les feuilles maî­­tresses
Exemple de feuille maî­­tresse

Feuille maîtresse Référence de la section : D4


Créances clients
Nom du client
Initiales du collaborateur
et du superviseur
Date de clôture

93
50
Date des travaux

07
38
15
6:
3.
3.
14
1.
:4
70
20
884
:8

N° compte Intitulé Final N Final N–1 Evolution en % Référence


10
92
54
58

411000000 Collectif clients 100 000 105 000 –5 000 –4,8 % D4–1
t:6
tta
Se

416000000 Clients douteux 10 000 9 000 1 000 11,1 % D4–2


G
NC

418100000 Clients Factures 5 000 4 000 1 000 25,0 % D4–3


:E
om

à établir
x.c

Sous total 115 000 118 000 –3 000


vo
lar
ho
sc
1.

491000000 Dép. créances clients –4 000 –3 000 –1 000 33,3 % D4–4


uh

Total 111 000 115 000 –4 000

En résumé Insight
Dans l’approche «  top/down  » décrite dans In the « top-­down approach », defined in tool 8,
l’outil 8, la feuille maî­­tresse est le docu­­ment the lead schedule is the core docu­­ment of the
de base des tra­­vaux de l’audi­­teur sur une sec­­ pro­cedures performed by the auditor on a spe­
tion. Elle regroupe l’ensemble des comptes ci­fic caption.
rela­­tifs à une sec­­tion du bilan ou du compte The lead schedule includes all accounts related
de résul­­tat. to a specific caption of the balance sheet or
Elle per­­met de compa­­rer plu­­sieurs périodes les income statement. It facilitates analytical
unes avec les autres et sert de base à la réa­­li­­ reviews (re­ fer to tools 55 and 56) between
sa­­tion de revue ana­­ly­­tique (cf. outils 55 et 56) seve­ral period ends.
et des pro­­cé­­dures d’audit. The lead schedule is the starting point of all
Par ailleurs, la feuille maî­­tresse est le point de cross-­referencing and audit procedures.
départ des référencements croi­­sés.

— 32 —
Dossier 2  Bases de la for­ma
­ ­li ­sa­tion et du rela­tion nel
­ Outil
9
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? Contrai­­re­­ment aux autres feuilles de tra­­vail, la
feuille maî­­tresse ne comporte pas néces­­sai­­re­­
Objec­­tif ment de conclu­­sion. Il s’agit d’un docu­­ment qui
Dis­­po­­ser d’une pré­­sen­­ta­­tion détaillée, par réca­­pi­­tule l’ensemble des comptes d’une sec­­ La feuille
nature, des comptes devant faire l’objet de tion don­­née, à par­­tir duquel des tra­­vaux vont maî­­tresse
tra­­vaux. pou­­voir être déve­­lop­­pés. La conclu­­sion de ces est le point
tra­­vaux appa­­raî­­tra sur cha­­cune des feuilles de de départ
Contexte tra­­vail concer­­nées (voir outil 10). des tests
La feuille maî­­tresse est éga­­le­­ment appe­­lée Afin de dis­­po­­ser d’une conclu­­sion géné­­rale par de l’audi­­teur.
« lead » ou « lead schedule ». sec­­tion (par exemple, sur les créances clients,
Il s’agit d’une pré­­sen­­ta­­tion détaillée de cha­­cun ou sur les stocks), l’audi­­teur pourra si le
des postes (sec­­tion) du bilan et du compte de volume le néces­­site, rédi­­ger un mémo de sec­­

93
50
résul­­tat. Par consé­­quent, il existe une feuille tion, qui syn­­thé­­ti­­sera ses prin­­ci­­paux tra­­vaux et

07
38
maî­­tresse par sec­­tion. Cha­­cune d’entre elle sa conclu­­sion géné­­rale. Dans le cas contraire,

15
6:
3.
fait l’objet d’un référencement croisé avec le il pourra men­­tion­­ner la conclu­­sion géné­­rale
3.
14
bilan et le compte de résul­­tat audités. 1.
direc­­te­­ment au pied de la feuille maî­­tresse.
:4
70
20

Cela est sou­­vent le cas pour les tra­­vaux sur


884

les capi­­taux propres, qui en l’absence d’opé­­


:8
10

Comment l’uti­­li­­ser ?
92

ra­­tions spé­­ci­­fiques sur le capi­­tal, sont sou­­vent


54
58

rela­­ti­­ve­­ment suc­­cincts.  ■
t:6
tta

Étapes
Se
G

ii À par­­tir de la balance géné­­rale N et N-1, créer


NC
:E
om

les feuilles maî­­tresses à par­­tir de l’outil exis­­


x.c
vo

tant au cabi­­net. Si le cabi­­net n’est pas équipé,


lar
ho

il est pos­­sible de les géné­­rer sur M/S Excel, en


Avan­­tages
sc
1.
uh

qua­­li­­fiant chaque compte puis en uti­­li­­sant un


tableau croisé dyna­­mique. ■■ L’uti­­li­­sationdes feuilles maî­­tresses per­­met de
ii S’assu­­rer que la colonne N-1 cor­­res­­pond aux don­­ner un cadre à la démarche de l’audi­­teur,
comptes défi­­ni­­tifs cer­­ti­­fiés l’année pré­­cé­­dente. d’affec­­ter les tra­­vaux aux col­­la­­bo­­ra­­teurs (en
géné­­ral, chaque col­­la­­bo­­ra­­teur se voit affec­­ter
ii Affec­­ter à chaque col­­la­­bo­­ra­­teur les feuilles
une ou plu­­sieurs feuilles maî­­tresses à trai­­ter), de
maî­­tresses à auditer.
suivre leur avan­­ce­­ment à tra­­vers l’ali­­men­­ta­­tion
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

ii Revoir régu­­liè­­re­­ment en cours de mis­­sion la


des réfé­­rences croi­­sées, et s’assu­­rer ainsi que
maté­­ria­­li­­sa­­tion de l’avan­­cée des tra­­vaux.
l’ensemble des comptes sont audités.
Métho­­do­­logie et conseils
Du fait des règles comp­­tables, cer­­taines Pré­­cau­­tions à prendre
feuilles maî­­tresses sont méca­­ni­­que­­ment liées Les feuilles maî­­tresses
■■ Lors de la revue du dos­­sier par le chef de mis­­sion,
et l’audi­­teur doit s’assu­­rer du fonc­­tion­­ne­­ment
il convient de s’assu­­rer, pour tous les comptes
de ces liens, par exemple :
pré­­sen­­tés dans la feuille maî­­tresse :
ii la varia­­tion des stocks au bilan doit cor­­res­­
—— soit qu’ils ont fait l’objet des tra­­vaux appro­­
pondre à l’impact de la varia­­tion de stocks au
priés, le pre­­mier indi­­ca­­teur étant l’exis­­tence
compte de résul­­tat ;
d’une référen­ce croi­­sée ou de commen­­taires ;
ii les mou­­ve­­ments de pro­­vi­­sions au bilan
—— soit qu’ils ont été qua­­li­­fiés de « non signi­­fi­­ca­­
doivent se tra­­duire par les impacts cor­­res­­pon­­
tifs », au regard des seuils rete­­nus.
dants au compte de résul­­tat.

— 33 —
Outil
10 La feuille de tra­­vail

Struc­­ture type d’une feuille de tra­­vail

Date : Client : Folio 1/X


Exercice : Cartouche
Référencement XXXX
Préparé par : présent sur
TITRE DE LA FEUILLE DE TRAVAIL
toutes les
Superviseur
feuilles

93
50
1– OBJECTIFS

07
38
15
6:
3.
3.
14
1.
:4
70
20

 
884

2– TRAVAUX RÉALISÉS
:8
10
92
54
58
t:6
tta
Se

Structure
G
NC

type en
:E

3– RÉSULTATS
om

4 parties
x.c
vo
lar
ho
sc
1.
uh

4– CONCLUSION

En résumé Insight
La feuille de tra­­vail docu­­mente les tra­­vaux The procedures performed by an auditor on
de l’audi­­teur sur un point par­­ti­­cu­­lier. Elle a specific topic are documented on a working
doit être compré­­hen­­sible par un tiers n’ayant paper.
pas réa­­lisé les tra­­vaux et doit per­­mettre de It has to be understandable by someone who
conclure en fonc­­tion des objec­­tifs pour­­sui­­vis, has not performed the procedures and should
que ce soit posi­­ti­­ve­­ment ou néga­­ti­­ve­­ment. Le con­tain a posi­­tive or negative conclu­­sion based
référencement per­­met de posi­­tion­­ner la feuille on the audit objec­­tives defined.
de tra­­vail dans la piste d’audit du dos­­sier. Referencing a working paper allows the proper
allo­­ca­­tion of the docu­­ment in the overall audit
trail.

— 34 —
Dossier 2  Bases de la for­ma
­ ­li ­sa­tion et du rela­tion nel
­ Outil
10
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? s’ils sont four­­nis par le client) et décrire pré­­ci­­sé­­
ment cha­­cune des étapes sui­­vies.
Objec­­tif Si les tra­­vaux sont jus­­ti­­fiés par des pièces du
La feuille de tra­­vail per­­met à l’audi­­teur de client (par exemple  : un contrat, des fac­­tures, La feuille
s’assu­­rer que les pro­­cé­­dures mises en œuvres un cour­­rier d’avo­­cat…), elles doivent être pla­­ de tra­­vail doit
sont pré­­sen­­tées de manière claire, homo­­gène cées dans le dos­­sier après la feuille de tra­­vail per­­mettre
et per­­mettent de conclure sur une ou plu­­sieurs et réfé­­ren­­cées. à un tiers
étapes du pro­­gramme de tra­­vail. La conclu­­sion d’une feuille de tra­­vail peut être : de suivre
ii qu’aucune ano­­ma­­lie n’a été iden­­ti­­fiée et que et reconsti­­tuer
Contexte les tra­­vaux
l’objec­­tif est atteint ;
Dans le cadre de sa mis­­sion, l’audi­­teur est de l’audi­­teur.
ii que des ajus­­te­­ments ou reclas­­se­­ments ont
amené à réa­­li­­ser des tra­­vaux de détail sur
été iden­­ti­­fiés ;

93
50
de nom­­breux sujets, dont dépen­­dra l’opi­­nion

07
ii qu’il existe des sus­p ­ ens (docu­­ments man­­

38
géné­­rale sur le dos­­sier. Afin de consti­­tuer

15
quants par exemple) qui empêchent de conclure

6:
cette opi­­nion, il est néces­­saire de dis­­po­­ser de

3.
3.
pour le moment et qu’il fau­d ­ ra suivre ;
14
conclu­­sions inter­­mé­­diaires docu­­men­­tées sur 1.
:4
ii que les tra­­vaux ont per­­mis d’iden­­ti­­fier des
70

cha­­cun des tra­­vaux réa­­li­­sés, qui pour­­ront être


20
84

défen­­dues le cas échéant lors d’une dis­­cus­­sion risques ou des fai­­blesses, qui feront l’objet de
8
:8
10

avec le client ou avec un organe de contrôle. recom­­man­­da­­tions et/ou d’un suivi les années
92
54

sui­­vantes.  ■
58
t:6
tta
Se

Comment l’uti­­li­­ser ?
G
NC

Avan­­tages
:E
om

Étapes
x.c

■■ La feuille de tra­­vail per­­met une pré­­sen­­ta­­tion


vo
lar

ii Par­­tie 1 : défi­­nir l’objec­­tif des tra­­vaux en lien


ho

homo­­gène faci­­li­­tant la revue.


sc
1.

avec les assertions des comptes (cf. outil 17). ■■ C’est un modèle qui impose à l’audi­­teur de for­­
uh

Par exemple  : s’assu­­rer de la réa­­lité du stock ma­­li­­ser sa démarche per­­met­­tant d’abou­­tir à une
(quan­­ti­­tés), s’assu­­rer de l’exhaus­­ti­­vité et de la conclu­­sion, ainsi qu’à assu­­rer une piste d’audit
cor­­recte éva­­lua­­tion de la pro­­vi­­sion pour dépré­­ pou­­vant être sui­­vie faci­­le­­ment.
cia­­tion des comptes clients…
ii Par­­tie 2  : décrire pré­­ci­­sé­­ment les tra­­vaux
réa­­li­­sés (par exemple  : rap­­pro­­che­­ment de Pré­­cau­­tions à prendre
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

la balance auxi­­liaire clients avec la balance ■■ Il fau­­dra être syn­­thé­­tique et ne men­­tion­­ner que
générale, véri­­fi­ca­­tion arith­­mé­­tique…). les infor­­ma­­tions néces­­saires aux tra­­vaux (une
ii Par­­tie 3  : pour cha­­cun des tra­­vaux réa­­li­­sés, «  bonne  » feuille de tra­­vail n’est pas for­­cé­­ment
men­­tion­­ner les résul­­tats et le cas échéant indi­­ volu­­mi­­neuse).
quer des conclu­­sions inter­­mé­­diaires. ■■ La conclu­­sion doit être pré­­sen­­tée clai­­re­­ment.
ii Par­t­ ie 4  : conclure sur l’atteinte de l’objec­­tif L’impos­­si­­bi­­lité de conclure dans un sens ou dans
La feuille de tra­­vail
indi­­qué en par­­tie 1, en fonc­­tion des asser­t­ ions. l’autre est en soi une conclu­­sion, qui doit être
expres­­sé­­ment men­­tion­­née.
Métho­­do­­logie et conseils ■■ Dans le cas où les tra­­vaux per­­mettent de détecter
La feuille de tra­­vail doit per­­mettre à un tiers de des ano­­ma­­lies, il ne faut pas oublier de les signa­­
suivre et reconsti­­tuer les tra­­vaux réa­­li­­sés (notion ler au chef de mis­­sion, ni de les men­­tion­­ner dans
de piste d’audit). Ainsi, elle doit men­­tion­­ner le la note de syn­­thèse. Une ano­­ma­­lie ne doit jamais
nom des inter­­lo­­cuteurs ren­­contrés, iden­­ti­­fier les res­­ter au seul niveau de la feuille de tra­­vail.
docu­­ments ou les fichiers uti­­li­­sés (notam­­ment

— 35 —
Outil
11 Le programme de tra­­vail

Extrait d’un pro­­gramme de tra­­vail (capi­­taux propres)

Date : Client : Folio 1/2


Exercice : CAPITAUX PROPRES Référencement XXXX

PROGRAMME DE TRAVAIL
Superviseur

Fait INDEXATION

93
Revu

50
par feuille de

07
par

38
ou N/A travail

15
6:
3.
3.
Objectifs :
14
1.
:4
70

1. Vérifier la concordance de l’ensemble des comptes constituant


20
884

les capitaux propres avec la balance générale


:8
10
92
54

Vérifier la mise à jour du DP


58
t:6

Suivi de l’augmentation de capital réservée aux salariés


tta
Se
G
NC

2. Établir ou vérifier le tableau d’analyse des mouvements


:E
om

des capitaux propres


x.c
vo
lar

3. Capital, réserves et report à nouveau


ho
sc
1.
uh

* s’assurer de la concordance des écritures avec les décisions


des assemblées générales ordinaires (affectation de résultats)
et extraordinaires réduction de capital…)
* s’assurer de la régularité des décisions prises par les AG
(constitution de la réserve légale)

Etc.

En résumé Insight
Le pro­­gramme de tra­­vail est à la fois un outil The audit program should be considered as an
de struc­­tu­­ra­­tion du dos­­sier (enca­­dre­­ment des organization tool (guidelines, docu­­men­­ta­­tion of
tra­­vaux, outil de for­­ma­­li­­sa­­tion), un outil de the procedures performed), a mana­­ge­­ment tool
mana­­ge­­ment opé­­ra­­tion­­nel (orga­­ni­­sa­­tion de la (delegation, allo­­ca­­
tion of tasks, facilitate the
délé­­ga­­tion et de la répar­­tition des tâches, faci­­ follow-­up of the work in progress and the super­­
lite le suivi de l’avan­­ce­­ment et la super­­vi­­sion) vi­­sion of the work) and a quality tool (procedures
et un outil de qua­­lité (orien­­ta­­tion des tra­­vaux defined to respond to identified risk).
sur les risques iden­­ti­­fiés). Thus, in case of proper utilization and if pre­
Il per­­met donc, uti­­lisé à bon escient et à condi­­ pared in advance, the audit program could faci­
tion d’avoir été pré­­paré en amont, d’opti­­mi­­ser litate the optimization of the time spent on the
le temps d’inter­­ven­­tion. audit.

— 36 —
Dossier 2  Bases de la for­ma
­ ­li ­sa­tion et du rela­tion nel
­ Outil
11
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? infor­­ma­­tique uti­­lisé (ERP, logi­­ciels dédiés avec
ou sans inter­­face…). Il est de la res­­pon­­sa­­bi­­lité
Objec­­tif du super­­vi­­seur de la mis­­sion de don­­ner aux
Le pro­­gramme de tra­­vail per­­met de guider les membres de l’équipe un pro­­gramme de tra­­vail Le pro­­gramme
tra­­vaux des col­­la­­bo­­ra­­teurs, tant sur le fond adapté avec des seuils d’inves­­ti­­gation pré­­cis. de tra­­vail
(trai­­te­­ment des sujets pré­­vus dans le plan de Les pro­­grammes doivent être remis à jour contri­­bue
mis­­sion) que sur la forme (for­­ma­­li­­sa­­tion des chaque année et peuvent être conser­­vés dans à struc­­tu­­rer
tra­­vaux en réfé­­rence au pro­­gramme de tra­­ le dos­­sier per­­manent (cf. outil 7). les tra­­vaux.
vail). Il structure le dos­­sier et par­­ti­­cipe ainsi Le pro­­gramme de tra­­vail peut être uti­­lisé pour
à la piste d’audit. aider les jeunes col­­la­­bo­­ra­­teurs dans la ges­­tion
de leur temps, avec une indi­­ca­­tion du temps
Contexte prévu pour les tra­­vaux.  ■

93
50
La réa­­li­­sa­­tion de tra­­vaux per­­ti­­nents ainsi que

07
38
leur docu­­men­­ta­­tion sont la base du tra­­vail

15
6:
3.
de l’audi­­teur. Le pro­­gramme de tra­­vail, parmi

3.
14
d’autres outils (le dos­­sier de tra­­vail, les feuilles 1.
:4
70

maî­­tresses, les feuilles de tra­­vail) contri­­bue à


20
884

réa­­li­­ser cet objec­­tif. Il est uti­­lisé sur tous les


:8
10
92

dos­­siers, pour toutes les sec­­tions et par tous


54
58

les col­­la­­bo­­ra­­teurs.
t:6
tta
Se
G
NC

Comment l’uti­­li­­ser ? Avan­­tages


:E
om
x.c
vo

■■ Le pro­­gramme de tra­­vail struc­­ture le dos­­sier et


lar

Étapes
ho

per­­met de s’assu­­rer, s’il a été cor­­rec­­te­­ment pré­­


sc
1.

ii Suite à l’ana­­lyse des risques (cf. outils 18


uh

paré, de la cou­­ver­­ture des risques prin­­ci­­paux.


à 20), défi­­ni­­tion d’un pro­­gramme de tra­­vail ■■ Il sert de guide aux jeunes col­­la­­bo­­ra­­teurs,
adapté par sec­­tion, construit en géné­­ral à par­­ qui en leur absence pour­­raient avoir du mal à
tir de pro­­cé­­dures stan­­dar­­di­­sées. s’orga­­ni­­ser.
ii Répar­­tition des sec­­tions entre les dif­­fé­­rents ■■ Il per­­met au super­­vi­­seur de suivre l’avan­­ce­­ment
col­­la­­bo­­ra­­teurs inter­­ve­­nants. géné­­ral des tra­­vaux.
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

ii Pour chaque col­­la­­bo­­ra­­teur, réa­­li­­sa­­tion et


docu­­men­­ta­­tion des tra­­vaux décrits dans le pro­­
gramme, en uti­­li­­sant le référencement croisé. Pré­­cau­­tions à prendre
■■ Afin d’évi­­ter des pertes de temps et le décou­­

Le programme de tra­­vail
Métho­­do­­logie et conseils ra­­ge­­ment des col­­la­­bo­­ra­­teurs, bien adap­­ter les
Pour cer­­tains sujets (comme les immo­­bi­­li­­sa­­ pro­­grammes de tra­­vail au cas par­­ti­­cu­­lier de
tions par exemple), le pro­­gramme de tra­­vail l’entre­­prise auditée.
peut être rela­­ti­­ve­­ment stan­­dard quel que soit ■■ Le pro­­gramme de tra­­vail est un guide, mais les
le dos­­sier. Pour d’autres thèmes (comme l’audit col­­la­­bo­­ra­­teurs ne sont pas tenus de l’appli­­quer
des stocks par exemple), les tra­­vaux de l’audi­­ à la lettre.
teur dépen­­dront direc­­te­­ment des méthodes ■■ Des infor­­ma­­tions obte­­nues pen­­dant l’audit
comp­­tables appli­­quées par l’entre­­prise, des peuvent conduire à le remettre en cause. Insis­­
don­­nées dont elle dis­­pose (comp­­ta­­bi­­lité ana­­ ter sur la néces­­sité de tou­­jours res­­ter cri­­tique
ly­­tique, contrôle de ges­­tion…) et de l’outil lors de la réa­­li­­sa­­tion des tra­­vaux.

— 37 —
Outil Les étapes clés de la commu­­ni­­ca­­tion
12 avec l’équipe

Les prin­­ci­­pales étapes


de la commu­­ni­­ca­­tion avec l’équipe

Réflexion sur les risques


Planification
(plan de mission)
Phase amont

93
50

ÉCHANGES CONTINUS AVEC L’ÉQUIPE


07
38
15
6:
Réunion de lancement de la mission

3.
3.
14
1.
:4
70
20
884
:8
10

Problématiques techniques,
92

Pendant Anomalies identifiées


54

difficultés rencontrées
58

la mission
t:6
tta
Se
G
NC
:E
om

Synthèse de la mission
x.c
vo
lar
ho
sc
1.
uh

Après
la mission Analyse de la performance (individuelle et collective)

En résumé Insight
Une mis­­sion d’audit est en géné­­ral réa­­li­­sée Most of the time, an enga­­ge­­ment is performed
en équipe. Au-­delà des compé­­tences tech­­ by an audit team.
niques, une commu­­ni­­ca­­tion réus­­sie au sein de In addi­­tion to technical skills, a smooth commu­­
l’équipe est un des fac­­teurs déter­­mi­­nants du ni­­ca­­tion between team members is one of the
bon dérou­­le­­ment de l’inter­­ven­­tion. Les enjeux key success factors of a successful enga­­ge­­ment.
sont concen­­trés notam­­ment sur quelques The main issues are concentrated in several key
étapes prin­­ci­­pales, pré­­sen­­tées ci-­dessus, sur steps (re­fer to figure above) on which a specific
les­­quelles il convient d’insis­t­ er. focus should be performed.

— 38 —
Dossier 2  Bases de la for­ma
­ ­li ­sa­tion et du rela­tion nel
­ Outil
12
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? li­­ser son pro­­gramme de tra­­vail dans le temps
prévu, avec le niveau de qua­­lité néces­­saire.
Objec­­tif En dehors de ces trois évé­­ne­­ments, il s’agira de
Le plan de commu­­ni­­ca­­tion per­­met de ren­forcer pro­­po­­ser régu­­liè­r­ e­­ment des échanges d’infor­­ La commu­­ni­­ca­­tion
la qua­­lité de l’audit en ren­­dant plus fluide le ma­­tions rapides entre les membres de l’équipe, au sein de l’équipe
déroulé de la mis­­sion et l’uti­­li­­sation des dif­­ tout au long de la mis­­sion. est une des clés
fé­­rents outils, tout en impli­­quant cha­­cun des d’une mis­­sion
membres de l’équipe. Métho­­do­­logie et conseils réus­­sie.
On pourra pré­voir de rédi­­ger un compte rendu
Contexte
qui docu­­mente les échanges tenus lors des
Les tra­­vaux menés dans le cadre de l’audit temps forts, afin de les faire figu­­rer dans le
dépendent de l’approche rete­­nue et peuvent

50
dos­­sier client (pour le lan­­ce­­ment et la syn­­

67
repré­­sen­­ter un volume de tra­­vail signi­­fi­ca­­tif

15
thèse) et dans le dos­­sier col­­la­­bo­­ra­t­ eur (pour

8
53
tou­­chant des thèmes variés. Les outils métiers

:1
le retour sur la per­­for­­mance).

9
.6
(dos­­sier de tra­­vail, etc.) contri­­buent à cet enca­­

1
24
Même en dehors des périodes d’inter­­ven­­tion,

3.
dre­­ment. Mais pour en assu­­rer l’effi­­ca­­cité, ils
14
ne pas hési­­ter à faire cir­­cu­­ler l’infor­­ma­­tion au
:4
1.
doivent être accom­­pa­­gnés d’une commu­­ni­­ca­­
70

sein de l’équipe lors­­qu’un évé­­ne­­ment inter­­vient


20

tion adap­­tée. Dans ce contexte, la commu­­ni­­ca­­


84

(paru­­tion d’un article de presse, infor­­ma­­tion


88
0:

tion doit fonc­­tion­­ner dans les deux sens :


21

sur la signa­­ture d’un contrat impor­­tant…).  ■


9
54

—— les col­­la­­bo­­ra­­teurs doivent être gui­­dés dans


58
t:6

leurs démarches et accom­­pa­­gnés dans les


tta
Se

dif­­fi­cultés ren­­contrées ;
Avan­­tages
CG
N

—— en retour, ils doivent res­­ti­­tuer les conclu­­sions


:E
om

■■ La commu­­ni­­ca­­tion contribue à la qua­­lité et à l’effi­­


x.c

de leurs tra­­vaux et remon­­ter leurs doutes et

Les étapes clés de la commu­­ni­­ca­­tion avec l’équipe


o
rv

inter­­ro­­ga­­tions. ca­­cité de la mis­­sion  ; elle permet de flui­­di­­fier le


la
ho
.sc

recours aux autres outils struc­­tu­­rant la mis­­sion.


1
uh

■■ L’équipe est ainsi dyna­­mi­­sée, cha­­cun de ses


Comment l’uti­­li­­ser ? membres étant res­­pon­­sa­­bi­­lisé sur les par­­ties qui
lui sont délé­­guées.
Étapes
Orga­­ni­­ser les 3 temps forts de la mis­­sion en
termes de commu­­ni­­ca­­tion, que sont : Pré­­cau­­tions à prendre
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

ii la réunion de lan­­ce­­ment, au cours de ■■ Atten­­tion à ne pas tom­­ber dans l’excès consis­­


laquelle seront pré­­sen­­tés les points d’atten­­ tant à orga­­ni­­ser des réunions trop fré­­quentes ou
tion de l’année, le planning et la répar­­tition trop longues.
des tra­­vaux ; ■■ Il faut être à l’écoute en per­­ma­­nence des
ii la syn­­thèse des tra­­vaux, dont l’objec­­tif est de demandes des col­­la­­bo­­ra­­teurs. Une heure d’expli­­
recen­­ser tous les points d’atten­­tion à commu­­ ca­­tion sup­­plé­­men­­taire pas­­sée avec un débu­­tant
ni­­quer au client (ajus­­te­­ments, reclas­­se­­ments, au démar­­rage de la mis­­sion peut évi­­ter de perdre
risques, points en sus­­pens, docu­­ments en les nom­­breuses heures qu’aurait pas­­sées cette
attente etc.) ; même per­­sonne à cher­­cher seule la solu­­tion.
ii le retour sur la per­­for­­mance ; la per­­for­­mance ■■ L’enca­­drant doit don­­ner un retour indi­­vi­­duel à
col­­lec­­tive repose sur la réa­­li­­sa­­tion de la mis­­ chaque col­­la­­bo­­ra­­teur à l’issue de la mis­­sion, afin
sion dans le respect des délais et des bud­­gets qu’il puisse pro­­gres­­ser. Le col­­la­­bo­­ra­­teur sol­­li­­ci­­
impar­­tis  ; la per­­for­­mance indi­­vi­­duelle repose tera ces retours auprès de l’enca­­drant.
sur la capa­­cité de chaque col­­la­­bo­­ra­­teur à réa­­

— 39 —
Outil
13 La super­­vi­­sion

L’équa­­tion de la super­­vi­­sion

50
67
SUPERVISION

15
Programme de travail,

8
53
objectifs des procédures

9:1
.6
d’audit, couverture de

1
24
points comptables

3.
14
:4
1. complexes...
70
20
84
88
0:
21
9
54
58

Conformes ?
t:6
tta

Travaux Travaux Travaux Appropriés ?


Se

auditeur A auditeur B auditeur C


CG

Suffisants ?
N

Correctement documentés ?
:E
om
o x.c
rv
la
ho
.sc
1
uh

En résumé Insight
Dans le cadre d’une inter­­ven­­tion, l’audi­­teur During the per­­for­­mance of an audit, some tasks
peut s’entou­­rer d’une équipe de col­­la­­bo­­ra­­teurs (such as some audit steps, work programs and
à laquelle il délègue cer­­taines étapes de la in some circum­stances the super­­vi­­sion) may
démarche d’audit, du pro­­gramme de tra­­vail et be allocated and delegated to one of the team
le cas échéant, d’une par­­tie de la super­­vi­­sion. members. In this context, super­­vi­­sion acti­vi­
Cette délé­­ga­­tion sup­­pose tou­­te­­fois de conser­­ ties allow the auditor to keep the assu­­rance
ver la maî­­trise du dos­­sier grâce à une super­­vi­­ that the procedures have been performed as
sion adap­­tée, afin que l’audi­­teur soit en mesure planned in order to be in a posi­­tion of issuing
d’obte­­nir une assu­­rance rai­­son­­nable lui per­­ an audit opi­­nion.
met­­tant d’émettre une opi­­nion. Ainsi, de façon Indeed, the auditor performs continuing
conti­­nue, il réa­­lise le coaching de son équipe, coaching activities and detailed review of the
la revue des prin­­ci­­paux tra­­vaux qu’il for­­ma­­lise working papers documented using sign-­offs or
par une signa­­ture ou un ques­­tion­­naire adapté. a ques­­tion­­naire.

— 40 —
Dossier 2  Bases de la for­ma
­ ­li ­sa­tion et du rela­tion nel
­ Outil
13
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? ii Effec­­tuer un « coaching per­­manent ».
ii Revoir en continu les tra­­vaux réa­­li­­sés.
Objec­­tif
L’audi­­teur doit s’assu­­rer que les dili­­gences et Métho­­do­­logie et conseils La super­­vi­­sion
tra­­vaux mis en œuvre par les membres de son garan­­tit
Afin de faci­­li­­ter ces opé­­ra­­tions de super­­vi­­sion,
équipe sont suf­­fi­sants et appro­­priés pour qu’il à l’audi­­teur
l’audi­­teur doit infor­­mer les col­­la­­bo­­ra­­teurs :
puisse for­­ger son opi­­nion. la qua­­lité
ii de leurs res­­pon­­sa­­bi­­li­­tés et des objec­­tifs de
leurs tra­­vaux ; et le carac­­tère
Contexte
ii de dif­­fé­­rents sujets (nature des acti­­vi­­tés de appro­­prié
En fonc­­tion de sa connais­­sance de l’entre­­prise, des dili­­gences
des risques asso­­ciés et des problématiques à l’entité, éven­­tuels pro­­blèmes comp­­tables ou
d’audit, etc.). mises en œuvre.
adres­­ser, l’audi­­teur doit déter­­mi­­ner le besoin

50
Par ailleurs, l’audi­­teur doit exer­­cer son juge­­

67
d’avoir recours à des experts ou à d’autres

15
ment pro­­fes­­sion­­nel sur l’éten­­due de sa revue

8
53
col­­la­­bo­­ra­­teurs.

:1
afin de vali­­der :

9
.6
Ainsi, en début de mis­­sion, il défi­­nit la struc­­

1
24
ii la confor­­mité des tra­­vaux au pro­­gramme de

3.
ture d’équipe adap­­tée à l’audit et le niveau de
14
1.
tra­­vail ;
:4
délé­­ga­­tion.
70
20

En consé­­quence, il doit mettre en œuvre des ii leur cor­­recte docu­­men­­ta­­tion ;


84
88

ii la réso­­lu­­tion ou la mise en évi­­dence de pro­­


0:

opé­­ra­­tions de super­­vi­­sion.
21
9

blèmes signi­­fi­ca­­tifs ;
54
58
t:6

ii l’atteinte des objec­­tifs d’audit ;


Comment l’uti­­li­­ser ?
tta
Se

ii le caractère suf­­fi­sant des tra­­vaux pour for­­


CG
N

ger et étayer son opi­­nion.  ■


:E

Étapes
om
o x.c

ii Évaluer la compé­­tence pro­­fes­­sion­­nelle des


rv
la
ho

col­­la­­bo­­ra­­teurs aux­­quels cer­­tains tra­­vaux sont


.sc
1
uh

délé­­gués.
ii Répar­­tir les tâches et les rôles au sein de Avan­­tages
l’équipe. ■■ Per­­met un suivi du bon dérou­­le­­ment de la mis­­
ii Suivre le dérou­­le­­ment de la mis­­sion et sion et de la réa­­li­­sa­­tion de tra­­vaux en confor­­mité
appré­­cier : avec les attentes de l’audi­­teur.
—— l’adé­­qua­­tion des compé­­tences avec les
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

■■ Assure une homo­­gé­­néité et une qua­­lité


tâches à réa­­li­­ser ; d’ensemble du dos­­sier.
—— la bonne compré­­hen­­sion des orien­­ta­­tions de
la mis­­sion ;
—— la réa­­li­­sa­­tion des tra­­vaux confor­­mé­­ment au Pré­­cau­­tions à prendre
pro­­gramme de tra­­vail et plan de mis­­sion. ■■ La revue des dos­­siers donne lieu à des notes de
ii Étu­­dier les pro­­blèmes comp­­tables complexes revues orales ou écrites.
et les ques­­tions qui se posent durant l’exé­­cu­­ ■■ Il convient de s’assu­­rer a pos­­te­­riori que les
tion de la mis­­sion. réponses ont été obte­­nues et que les modi­­fi­­ca­­
La super­­vi­­sion

ii Modi­­fier éven­­tuel­­le­­ment le pro­­gramme de tions deman­­dées ont été réa­­li­­sées.


tra­­vail et le plan de mis­­sion. ■■ L’audi­­teur doit par ailleurs for­­ma­­li­­ser la revue
ii Ana­­ly­­ser les diver­­gences d’appré­­cia­­tion en signant le ques­­tion­­naire de fin de mis­­sion ou
entre col­­la­­bo­­ra­­teurs. par exemple cer­­taines feuilles de tra­­vail (le cas
ii Déter­­mi­­ner le besoin de recou­­rir à des échéant, utilisation d’une signature électronique).
consul­­ta­­tions.

— 41 —
Outil Les étapes clés de la commu­­ni­­ca­­tion
14 avec le client

Les temps forts de la commu­­ni­­ca­­tion


avec le client

2e temps fort : réunion


1er temps fort : entretien de préparation de la 3e temps fort : réunion
d’acceptation de mission mission, point sur le de synthèse 31/12/N

50
(cf. outil 5) contrôle interne,

67
15
point de pré-clôture

8
53
9:1
.6
30/06/N 31/12/N 30/06/N+1

1
24
3.
14
1.
:4
70
20
84
88

Intervention préliminaire Audit final Conseil / AG


0:
21
9
54
58
t:6
tta
Se
CG
N

Contacts informels réguliers en dehors des périodes d’intervention


:E
om
o x.c
rv
la
ho
.sc

Uniquement en cas de
1
uh

nomination sur un mandat

En résumé Insight
La mis­­sion d’audit exige une orga­­ni­­sa­­tion, une Performing an audit enga­­ge­­ment requires from
coor­­di­­na­­tion et une commu­­ni­­ca­­tion effi­­cace the auditor some specific skills: organization,
au sein de l’équipe. En paral­­lèle, l’audi­­teur coor­­di­­na­­tion and commu­­ni­­ca­­tion with the
doit inté­­grer dans sa démarche la commu­­ni­­ team, shareholders and mana­­ge­­ment.
ca­­tion avec les diri­­geants et les action­­naires While performing a statutory audit, the auditor
de l’entre­­prise auditée. C’est plus vrai encore has an ongoing mis­­sion for the company and
dans le cas de la mis­­sion légale du commis­­ should use continuously his communication
saire aux comptes, qui est conti­­nue. La CNCC skills with the clients.
a d’ailleurs publié début 2012 une « norme de Some guidelines (“Norme de Bon Exercice”)
bon exer­­cice » (NBE) qui pré­­voit trois « temps were published by the CNCC in early 2012
forts » de commu­­ni­­ca­­tion. setting three main commu­­ni­­ca­­tion timing.

— 42 —
Dossier 2  Bases de la for­ma
­ ­li ­sa­tion et du rela­tion nel
­ Outil
14
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? Métho­­do­­logie et conseils
L’audi­­teur rédige un docu­­ment de syn­­thèse
Objec­­tif qui pourra être pré­­senté et remis au client. Ce
Inté­­grer le diri­­geant de l’entre­­prise auditée docu­­ment rap­­pelle le péri­­mètre d’inter­­ven­­tion Les échanges
dans la démarche d’audit per­­met : et les prin­­ci­­pales conclu­­sions de l’audit. Il valo­­ régu­­liers avec
ii d’appré­­cier son rôle et sa compé­­tence et de rise le tra­­vail de l’audi­­teur et sert de base à la les diri­­geants
mieux connaître l’entre­­prise ; dis­­cus­­sion (pen­­dant la réunion de pré­­sen­­ta­­tion au cours de
ii d’obte­­nir une infor­­ma­­tion de qua­­lité que et dans le suivi d’une année sur l’autre). la mis­­sion
seule la direc­­tion est à même de four­­nir (vision En dehors des périodes d’inter­­ven­­tion, il ne en sont un fac­­teur
stra­­té­­gique notam­­ment) ; faut pas hési­­ter à prendre contact avec le clé de suc­­cès.
ii de faci­­li­­ter le dérou­­le­­ment de l’audit, puis­­ diri­­geant de manière infor­­melle, par télé­­
qu’un diri­­geant qui comprend la démarche de phone, lors de l’obten­­tion d’une infor­­ma­­tion

50
67
qui concerne l’entre­­prise ou son sec­­teur par

15
l’audi­­teur sera plus enclin à la sou­­te­­nir ;

8
53
exemple. Il est impor­­tant de mon­­trer que

:1
ii de par­­ta­­ger les conclu­­sions de l’audit ;

9
.6
l’audi­­teur s’inté­­resse à l’entre­­prise, même en

1
24
ii in fine, de valo­­ri­­ser le tra­­vail de l’audi­­teur.

3.
dehors des périodes d’inter­­ven­­tion.
14
1.
:4

Contexte Enfin, il est impor­­tant de documenter, dans


70
20
84

le dos­­sier de tra­­vail, les dif­­fé­­rentes prises de


88

Même si les temps d’inter­­ven­­tion se concen­


0:

contacts.  ■
21

trent fré­­quem­­ment dans la période sui­­vant


9
54
58

la clô­­ture, il est impor­­tant de main­­te­­nir un


t:6
tta

contact régu­­lier entre l’audi­­teur et l’audité.


Avan­­tages
Se
CG
N
:E

■■ La commu­­ni­­ca­­tion audi­­teur/audité contribue à


om
x.c

Comment l’uti­­li­­ser ?

Les étapes clés de la commu­­ni­­ca­­tion avec le client


l’effi­­ca­­cité et au bon dérou­­le­­ment de la mis­­sion.
o
rv
la
ho

■■ Elle permet de valo­­ri­­ser le rôle de l’audi­­teur,


.sc

Étapes
1

qui se posi­­tionne comme un inter­­lo­­cuteur du


uh

Pré­­voir de ren­­contrer phy­­si­­que­­ment le diri­­ diri­­geant, et impose de prendre du recul sur le


geant au moins deux fois dans l’année, en plus dos­­sier, les dis­­cus­­sions avec la direc­­tion néces­­
des réunions for­­melles que sont les conseils et si­­tant une vision glo­­bale de l’entre­­prise et de son
les assem­­blées : métier.
ii Une pre­­mière fois en amont de la clô­­ture,
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

dans le but de faire un pre­­mier point d’acti­­


vité, de prendre connais­­sance des événements Pré­­cau­­tions à prendre
mar­­quants qui ont pu se pro­­duire, de pré­­sen­­ ■■ Ilfaut veiller à prépa­­rer soi­­gneu­­se­­ment les entre­­
ter notre démarche d’audit sur l’exer­­cice, vali­­ tiens avec le diri­­geant. Pour cela, l’audi­­teur peut
der les dates d’inter­­ven­­tion, la par­­ti­­cipation prépa­­rer des ques­­tions ouvertes orien­­tées sur
à l’inven­­taire et le cas échéant de don­­ner les sa vision du métier de l’entre­­prise, le mar­­ché. Il
conclu­­sions de nos tra­­vaux sur le contrôle pren­­dra garde à ne pas abor­­der que des points
interne. comp­­tables ou de détail.
ii Une seconde fois à l’issue des tra­­vaux sur ■■ Prendre le temps de dis­­cu­­ter avec le client, ne
la clô­­ture annuelle, avant l’arrêté des comptes pas don­­ner l’impres­­sion de rem­­plir une obli­­ga­­
défi­­ni­­tifs, de manière à pou­­voir lui pré­­sen­­ter tion. C’est sou­­vent dans les moments les moins
les prin­­ci­­pales conclu­­sions de nos tra­­vaux. for­­mels que les infor­­ma­­tions impor­­tantes sont
obte­­nues.

— 43 —
Outil
15 La ges­­tion de la réunion de syn­­thèse

Un moment d’échange avec les acteurs


clés de la mis­­sion

Directeur
général
Auditeur Réunion de synthèse
= Avocats

50
67
Lieu d’échange

15
8
53
9:1
.6
Recommandations

1
Perspectives Directeur

24
3.
14
Activité financier
1.
:4
70
20

Autres
84

Autres membres Résultats Expert


88

Continuité
0:

principaux de de l’audit Comptable


21
9
54

l’équipe d’audit
Points en
58
t:6

suspens Chef comptable


tta
Se

Ajustements
CG
N
:E
om
o x.c
rv
la

Le cas échéant
ho
.sc
1
uh

En résumé Insight
Une commu­­ni­­ca­­tion effi­­cace avec la direc­­tion An effi­­cient commu­­ni­­ca­­tion with company’s
de l’entre­­prise est un des fac­­teurs clés de suc­­ mana­­ge­­ment is one of the key success factors
cès d’un audit réussi (cf. outil 14). Parmi les of a successful audit (refer to tool 14). Among
outils per­­met­­tant d’y par­­ve­­nir, l’audi­­teur orga­­ the tools that an auditor could use, the auditor
nise, à l’issue de ses tra­­vaux, une réunion de sets up a closing mee­­ting.
syn­­thèse avec la direc­­tion de l’entre­­prise. The main objec­­ tives are to share the audit
L’enjeu est d’échan­­ger sur les résul­­tats de results, clarify some issues, obtain additional
l’audit, cla­­ri­­fier les élé­­ments iden­­ti­­fiés et don­­ infor­­ma­­tion and confirm our understanding of
ner à la direc­­tion la pos­­si­­bi­­lité de four­­nir des the issues.
expli­­ca­­tions complé­­men­­taires, cor­­ro­­bo­­rer ou Moreover, other impor­­ tant matters could be
infir­­mer la compré­­hen­­sion de l’audi­­teur. discussed such as operating results, busi­­ness
Par ailleurs, cette réunion per­­met d’évo­­quer issues, future trends, the company’s ability to
l’acti­­vité de l’entre­­prise, ses pro­­blé­­ma­­tiques conti­­nue as a going concern (re­fer to tool 57).
métiers et ses perspec­­tives. Cela per­­met aussi
de prendre en compte les aspects liés à la
conti­­nuité d’exploi­­ta­­tion (cf. outil 57).

— 44 —
Dossier 2  Bases de la for­ma
­ ­li ­sa­tion et du rela­tion nel
­ Outil
15
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? iden­­ti­­fiés pen­­dant l’audit, de don­­ner l’oppor­­tu­­
nité à la direc­­tion de four­­nir des infor­­ma­­tions
Objec­­tif ou des expli­­ca­­tions sup­­plé­­men­­taires.
La réunion de syn­­thèse per­­met de partager les f) Prendre des notes pour docu­­men­­ter les La réunion
résul­­tats de l’audit, cla­­ri­­fier les faits et pro­­blé­­ échanges. de syn­­thèse
ma­­tiques iden­­ti­­fiés, et de don­­ner à la direc­­tion est un lieu
la pos­­si­­bi­­lité de complé­­ter les infor­­ma­­tions Métho­­do­­logie et conseils d’échange
obte­­nues. Les prin­­ci­­paux acteurs de l’audit au niveau construc­­tif
de l’audi­­teur et au niveau du client, devront avec la direc­­tion
Contexte être conviés à la réunion de syn­­thèse, avec a per­­met­­tant
Au cours d’un audit, il est indis­­pen­­sable de minima le direc­­teur géné­­ral, le direc­­teur finan­­ de valo­­ri­­ser
par­­ta­­ger avec la direc­­tion de l’entre­­prise les le tra­­vail

50
cier ou le chef comp­­table.

67
La société ne doit pas décou­­vrir au cours de de l’audi­­teur.

15
résul­­tats des tra­­vaux mis en œuvre. La direc­­

8
53
:1
tion prend part à cette dis­­cus­­sion en tant que cette réunion les ajus­­te­­ments. Un échange

9
.6
1
res­­pon­­sable de la conduite de l’acti­­vité et de

24
continu est indis­­pen­­sable.

3.
14
la pré­­pa­­ra­­tion des états finan­­ciers. Il ne faut pas oublier de rendre la réunion
70
:4
1.
Cet échange a lieu dans le cadre d’une réunion adap­­tée à l’audi­­toire. En effet, peu de temps
20
84

de syn­­thèse, appe­­lée aussi « closing meeting » devra être consa­­cré aux points comp­­tables
88
0:
21

ou réunion de fin des tra­­vaux. mineurs au pro­­fit d’échange sur l’acti­­vité, les
9
54
58

perspec­­tives et les points majeurs.  ■


t:6
tta
Se

Comment l’uti­­li­­ser ?
CG
N
:E
om

Avan­­tages
x.c

Étapes
o
rv
la
ho

a) Déter­­mi­­ner, en lien avec la direc­­tion, la


.sc

■■ La réunion de syn­­thèse permet d’échan­­ger de


1

liste des par­­ti­­cipants (internes et externes à


uh

façon col­­lé­­giale sur les résul­­tats de l’audit.


l’entre­­prise). ■■ Elle permet de cor­­ro­­bo­­rer ou complé­­ter cer­­
b) Anti­­ci­­per la déter­­mi­­na­­tion de la date de la taines infor­­ma­­tions ou pro­­blé­­ma­­tiques iden­­ti­­
réunion afin de s’assu­­rer de la pré­­sence de tous fiées au cours de l’audit.

La ges­­tion de la réunion de syn­­thèse


les invi­­tés et faci­l­i­­ter la conver­­gence des agen­­das.
c) Pré­­pa­­rer un sup­­port pou­­vant ser­­vir de base
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

de dis­­cus­­sion. Pré­­cau­­tions à prendre


d) Abor­­der à minima les thé­­ma­­tiques sui­­vantes : ■■ La réunion de syn­­thèse doit être un lieu d’échange

—— péri­­mètre d’inter­­ven­­tion ; au cours de laquelle les pro­­blé­­ma­­tiques d’audit


——acti­­vité, résul­­tats et perspec­­tives de la société ; pour­­ront être dis­­cu­­tées en toute trans­­pa­­rence.
—— résul­­tats de l’audit  : pro­­blé­­ma­­tiques iden­­ti­­ Un audi­­toire trop large peut nuire à ce dia­­logue
fiées, estimations, trai­­te­­ments comp­­tables du fait d’infor­­ma­­tions confi­­den­­tielles non dif­
par­­ti­­cu­­liers, ajustements, points en sus­p ­ ens ; fu­sables (exemple  : litige, plan de restruc­­tu­­ra­­
——conti­­nuité d’exploitation et le risque de fraude ; tion…). Cette situa­­tion conduit alors à orga­­ni­­ser
—— recomman­dations en termes de contrôle des réunions ad hoc pour abor­­der ces dif­­fé­­rents
interne, points d’audit, ren­­dant l’exer­­cice moins effi­­cace.
—— élé­­ments à dis­­cu­­ter avec la gou­­ver­­nance de ■■ Par ailleurs, cette réunion est un lieu d’échange

l’entre­­prise. et d’écoute. L’audi­­teur ne doit pas la conce­­voir


e) Favo­­ri­­ser l’échange et la dis­­cus­­sion. L’objec­­ comme un mono­­logue énu­­mé­­rant ses résul­­tats.
tif est de cla­­ri­­fier les élé­­ments col­­lec­­tés ou

— 45 —
Outil Les prin­­ci­­paux docu­­ments
16 de syn­­thèse

Le plan de mis­­sion et la note de syn­­thèse

50
67
15
8
53
9:1
En amont de la mission À l’issue de la mission

.6
1
24
3.
14
1.
:4
70
20

PLAN DE MISSION NOTE DE SYNTHÈSE


84
88
0:
21
9
54
58
t:6
tta
Se

Conclusion des
CG

Stratégie d’audit travaux


N
:E
om
o x.c
rv
la
ho
.sc
1
uh

En résumé Insight
Les deux prin­­ci­­paux docu­­ments de syn­­thèse During its enga­­ge­­ment, the auditor prepares
pro­­duits par le commis­­saire aux comptes sont two main audit memorandum:
■■ le plan de mis­­sion (éga­­le­­ment dénommé ■ t he “audit strategy & plan­­ning memorandum”
«  note d’orien­­ta­­tion  »), qui pré­­sente son which summarizes its audit approach and the
approche ; areas for which risks must be addressed;
■■ la note de syn­­thèse, qui pré­­sente ses conclu­­ ■ the “conclu­­sion memorandum”, detailing the

sions. auditor’s conclu­­sion on the audit matters and


Ils per­­mettent d’appré­­hen­­der l’éva­­lua­­tion des accounting issues, the results of specific pro­
risques réa­­li­­sée par l’audi­­teur, la stra­­té­­gie cedures performed and his final conclu­­sion.
d’audit qu’il a mis en place pour y répondre ainsi
que le résul­­tat des tra­­vaux qui en découlent.

— 46 —
Dossier 2  Bases de la for­ma
­ ­li ­sa­tion et du rela­tion nel
­ Outil
16
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? —— rap­­pro­­che­­ment entre les comptes audités et
les comptes défi­­ni­­tifs ;
Objec­­tif —— conclu­­sion de l’audi­­teur sur les comptes ;
Docu­­men­­ter l’approche d’audit (plan de mis­­ —— revue ana­­ly­­tique. Le plan de mis­­sion
sion) et les conclu­­sions de l’audi­­teur (note de et la note de
syn­­thèse) dans un for­­mat qui per­­met : Métho­­do­­logie et conseils syn­­thèse doivent
ii à un tiers (contrô­­leur, audi­­teur groupe, Il s’agit de standardiser la pré­­sen­­ta­­tion du offrir une vision
suc­­ces­­seur sur le dos­­sier par exemple) de plan de mis­­sion et de la note de syn­­thèse, afin glo­­bale et
comprendre le dos­­sier ; que les audi­­teurs inter­­ve­­nant sur les dos­­siers per­­ti­­nente
ii à l’audi­­teur de pos­­sé­­der un docu­­ment réunis­­ s’appro­­prient les for­­mats et gagnent en effi­­ca­­ du dos­­sier.
sant l’ensemble des sujets, qu’il uti­­li­­sera pour cité lors de leur ali­­men­­ta­­tion.
pré­­sen­­ter la mis­­sion à ses col­­la­­bo­­ra­­teurs ou L’audi­­teur ne men­­tionne que l’infor­­ma­­tion per­­

50
67
15
ses conclu­­sions lors des conseils d’admi­­nis­­tra­­ ti­­nente. L’objec­­tif n’est pas de «  rem­­plir  » un

8
53
tion ou assem­­blées géné­­rales. grand nombre de pages, mais de for­­ma­­li­­ser de

9:1
.6
1
manière struc­­tu­­rée les infor­­ma­­tions clés de la

24
3.
Contexte
14
mis­­sion.
:4
1.
La mis­­sion de l’audi­­teur est éta­­lée dans le temps
70

En fin de mis­­sion, il doit s’assu­­rer que la syn­­thèse


20
84

et touche à de nom­­breux sujets. Il est néces­­saire est à jour de la der­­nière ver­­sion des comptes (il
88
0:

que l’ensemble des points impor­­tants soient


21

y a sou­­vent des chan­­ge­­ments en cours de mis­­


9
54

recen­­sés dans des docu­­ments syn­­thé­­tiques. sion) et qu’il ne sub­­siste aucun point en sus­­pens.
58
t:6
tta

Il est sou­­vent plus effi­­cace de ne pas attendre


Se
CG

la fin des tra­­vaux pour ali­­men­­ter la note de


Comment l’uti­­li­­ser ?
N
:E

syn­­thèse, mais de la rédi­­ger au fur et à mesure


om
x.c

Étapes de leur avan­­cée.  ■


o
rv
la
ho
.sc

ii En amont de la mis­­sion, l’audi­­teur pré­­pare


1
uh

une note d’orien­­ta­­tion, qui compor­­tera prin­­ci­­


pa­­le­­ment les infor­­ma­­tions sui­­vantes : Avan­­tages
—— cal­­cul pré­­li­­mi­­naire des seuils ; ■■ Les docu­­ments de syn­­thèse réunissent l’ensemble

Les prin­­ci­­paux docu­­ments de syn­­thèse


—— pré­­sen­­ta­­tion de l’entre­­prise, de son envi­­ron­­ des infor­­ma­­tions métho­­do­­lo­­giques et tech­­niques
ne­­ment éco­­no­­mique et régle­­men­­taire, de néces­­saires à la compré­­hen­­sion du dos­­sier.
son orga­­ni­­sa­­tion ;
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

■■ Outil de commu­­ni­­ca­­tion entre les membres de


—— risques inhé­­rents iden­­ti­­fiés, éva­­lua­­tion du l’équipe.
risque lié au contrôle et risque d’ano­­ma­­lies ■■ Per­­met à l’audi­­teur, au démar­­rage d’une nou­­velle
signi­­fi­ca­­tives par comptes signi­­fi­ca­­tifs/asser­­ année de mis­­sion, de se remé­­morer faci­­le­­ment
tions ; les points mar­­quants de l’année pré­­cé­­dente.
—— appré­­cia­­tion du risque de fraude et de BCFT
(cf. outil 6) ;
—— pro­­gramme de tra­­vail pour l’inter­­ven­­tion finale. Pré­­cau­­tions à prendre
ii Pen­­dant la phase d’audit, il rédige la note ■■ Ces docu­­ments de syn­­thèse sont à voca­­tion interne
de syn­­thèse qui compor­­tera prin­­ci­­pa­­le­­ment les (le dos­­sier de l’audi­­teur). Ils ne rem­­placent pas la
infor­­ma­­tions sui­­vantes : for­­ma­­li­­sa­­tion de pré­­sen­­ta­­tions à l’atten­­tion de la
—— seuil de maté­­ria­­lité défi­­ni­­tif ; direc­­tion de l’entre­­prise auditée, qui sont des outils
—— points d’audits iden­­ti­­fiés (risques, ajus­­te­­ de commu­­ni­­ca­­tion externe (voir outil 17).
ments, reclas­­se­­ments) ; ■■ Ils doivent être remis à jour chaque année.
—— points en sus­­pens ;

— 47 —
DOS­­SIER

3 Phase
pré­­li­­mi­­naire

A
u démar­­rage de sa mis­­sion, l’audi­­teur doit défi­­nir sa stra­­té­­gie et éva­­luer le risque

50
d’audit. Pour ce faire, il commence par prendre connais­­sance des spé­­ci­­fici­­tés de

67
15
l’entre­­prise (acti­­vité et mar­­chés, loca­­li­­sa­­tion géo­­gra­­phique, struc­­ture finan­­cière,

8
53
:1
struc­­ture de la gou­­ver­­nance, plan de déve­­lop­­pe­­ment…) et de son envi­­ron­­ne­­ment (dyna­­

9
.6
1
24
misme du sec­­teur, concur­­rents…).
3.
14
1.
Sur cette base, il va poser l’équa­­tion du risque d’audit et pla­­ni­­fier les tra­­vaux sus­­cep­­tibles
:4
70
20

de le réduire à un niveau accep­­table. En effet, l’audi­­teur n’ayant pas les moyens de pro­­cé­­
84
88

der à une revue exhaus­t­ ive des tran­­sac­­tions for­­mant les comptes de l’entre­­prise auditée,
0:
21
9
54

il doit déter­­mi­­ner les prin­­ci­­pales zones de risques et concen­­trer ses tra­­vaux sur les sujets
58
t:6

les plus « sen­­sibles ».


tta
Se

Le risque d’audit est défini par l’équa­­tion sui­­vante :


CG
N
:E
om
o x.c
rv

Risque d’audit = RI x RC x RND


la
ho
.sc

avec :
1
uh

« RI » = « risque inhé­­rent »


« RC » = « risque lié au contrôle »
« RND » = « risque de non-­détection »

Cette défi­­ni­­tion est consa­­crée par la NEP 200 « Prin­­cipes appli­­cables à l’audit des comptes
mis en œuvre dans le cadre de la cer­­ti­­fi­cation des comptes », qui défi­­nit dans sa par­­tie 5
cha­­cune des compo­­santes du risque d’audit (para­­graphes 10, 11 et 12).
Ainsi, la norme dis­­pose que :

«  Le risque inhé­­rent cor­­res­­pond à la pos­­si­­bi­­lité que, sans tenir compte du contrôle


interne qui pour­­rait exis­­ter dans l’entité, une ano­­ma­­lie signi­­fi­­ca­­tive se pro­­duise dans les
comptes »

Il s’agit des risques intrin­­sèques, qui existent du seul fait de l’exer­­cice de l’acti­­vité de l’entre­­
prise. Par exemple, une entre­­prise de négoce de tex­­tile est expo­­sée au risque d’obso­­les­­cence
https://goo.gl/K5H8eT rapide de ses stocks du fait de l’évo­­lu­­tion de la mode. L’audi­­teur doit iden­­ti­­fier ces risques
et les qua­­li­­fier (faible, fort…). Il déter­­mine ensuite les comptes et asser­­tions concer­­nés.
L’approche
par les risques
(en vidéo)
— 48 —
Dossier

3
« Le risque lié au contrôle cor­­res­­pond au risque qu’une ano­­ma­­lie signi­­fi­­ca­­tive ne soit ni
pré­­ve­­nue ni détec­­tée par le contrôle interne de l’entité et donc non cor­­ri­­gée en temps
voulu. »

Il s’agit du risque que la per­­for­­mance du contrôle interne ne soit pas suf­­fi­sante pour iden­­
ti­­fier de poten­­tielles ano­­ma­­lies. L’audi­­teur peut l’éva­­luer grâce à des revues de contrôle
interne. Il déter­­mine éga­­le­­ment les comptes et asser­­tions concer­­nés.
La combi­­nai­­son du risque inhé­r­ ent et du risque lié au contrôle cor­­res­­pond au «  Risque
d’Ano­­ma­­lies Signi­­fi­ca­­tives » selon les termes de la NEP 200.

« Le risque de non-­détection est propre à la mis­­sion d’audit : il cor­­res­­pond au risque que
le commis­­saire aux comptes ne par­­vienne pas à détecter une ano­­ma­­lie signi­­fi­­ca­­tive. »

50
67
15
8
53
Il s’agit du risque rési­­duel, selon lequel les tra­­vaux de l’audi­­teur, mal­­gré la prise en compte

:1
9
1.6
des risques inhé­­rents et liés au contrôle, ne détecte­­raient pas une ano­­ma­­lie signi­­fi­ca­­tive.

24
3.
14
Au terme de son ana­­lyse pré­­li­­mi­­naire, l’audi­­teur aura iden­­ti­­fié et éva­­lué le niveau du risque
70
:4
1.
d’ano­­ma­­lies signi­­fi­ca­­tives por­­tant sur chaque compte signi­­fi­ca­­tif et asser­­tions cor­­res­­pon­­
20
84

dantes des états finan­­ciers.


88
0:
21
9
54
58
t:6
tta

Au regard du niveau de risque, il pourra défi­­nir un pro­­gramme de tra­­vail pro­­por­­tionné spé­­


Se
CG

ci­­fique à chaque compte et défi­­nir le seuil d’inves­­ti­­gation qui sera uti­­lisé lors de ses tra­­
N
:E

vaux de contrôle. Plus le risque sera élevé, plus les tra­­vaux de l’audi­­teur seront impor­­tants.
om
x.c

De ce fait, la qua­­lité de l’éva­­lua­­tion du risque lors de la phase pré­­li­­mi­n ­ aire revêt un enjeu
o
rv
la
ho

consi­­dé­­rable, puis­­qu’il va déter­­mi­­ner l’éten­­due des tra­­vaux à réa­­li­­ser. Pour complé­­ter sa


.sc
1
uh

démarche, il réa­­li­­sera en paral­­lèle une éva­­lua­­tion du risque de fraude, qu’il inté­­grera dans
la réa­­li­­sa­­tion de ses tra­­vaux.
Les outils 17 à 22 pré­­sentent des outils per­­met­­tant de satis­­faire cha­­cune des prin­­ci­­pales
étapes de cette phase pré­­li­­mi­­naire. Ainsi, après avoir déter­­miné les comptes signi­­fi­ca­­tifs,
sur les­­quels por­­te­­ront ses ana­­lyses, l’audi­­teur va «  dérou­­ler  » la démarche d’ana­­lyse par
les risques puis défi­­nir le seuil de maté­­ria­­lité sur
lequel il basera ses tra­­vaux.
Dans son dos­­sier de tra­­vail, ces étapes sont for­­
ma­­li­­sées et syn­­thé­­ti­­sées dans le plan de mis­­sion.
Les outils
17 D
 éter­­mi­­na­­tion des comptes ­
et asser­­tions signi­­fi­ca­­tifs............................................... 50

18 Évaluation du risque inhé­­rent....................................... 54

19 Éva­­lua­­tion du risque lié au contrôle............................ 56

20 Éva­­lua­­tion du risque d’ano­­ma­­lies significatives..........60

21 Éva­­lua­­tion du risque de fraude......................................62

22 Le cal­­cul des seuils.......................................................... 64

— 49 —
Outil Déter­­mi­­na­­tion des comptes
17 et asser­­tions signi­­fi­­ca­­tifs

Prisme d’ana­­lyse

Volume et

50
67
Complexité ? nature des

15
Bilan Estimation ?

8
transactions ?

53
9:1
.6
1
24
3.
14
1.
:4
Annexes
Annexes
70

Compte de
20

résultat
84

Connaissance générale Comptes


88
0:

Entretiens avec la direction significatifs


21
9
54
58
t:6
tta
Se

Assertions
CG

États financiers Comparaison


N

principales
:E

avec le seuil Risques


om

spécifiques
x.c

de
o

éventuels ?
rv

signification
la
ho
.sc
1
uh

En résumé Insight
Afin de déve­­lop­­per sa stra­­té­­gie d’audit, In order to define its audit strategy, the
l’audi­­teur doit déter­­mi­­ner les comptes et auditor has to determine the accounts and
les asser­­tions liés pou­­vant être affectés par related asser­­tions that might be affected by
des ano­­ma­­lies signi­­fi­ca­­tives  : les «  comptes material misstatements, called the “significant
signi­­fi­ca­­tifs ». accounts”.
Ainsi, en fonc­­tion d’aspects quan­­ti­­tatifs (seuil, Based on quan­­ ti­­
tative factors (size, volume
volume des tran­­sac­­tions…) et qua­­li­­ta­­tifs (com­ of tran­­sac­­tions…) and qua­­li­­ta­­tive factors
plexité, risques éven­­tuels, esti­­mation…), l’audi­­ (complexity, potential risks, use of estimates…),
teur iden­­ti­­fie au cours des phases d’orien­­ta­­tion the auditor will identify, during the plan­­ning
et de pla­­ni­­fi­ca­­tion de la mis­­sion les comptes phases, the significant accounts (and related
signi­­fi­­ca­­tifs et les asser­­tions atta­­chées qui asser­­tions) for which audit procedures should
doivent faire l’objet de dili­­gences d’audit. be performed.

— 50 —
Dossier 3  Phase pré­­li ­mi naire
­ Outil
17
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? le cas où cer­­tains élé­­ments seraient sujets à
des risques dif­­fé­­rents. Par exemple, les stocks
Objec­­tif de matières pre­­mières et de pro­­duits finis
Cet outil per­­met de dé­terminer les comptes, peuvent pré­­sen­­ter des risques dif­­fé­­rents et Iden­­ti­­fier
groupes de comptes et les asser­­tions liées être indi­­vi­­duel­­le­­ment consi­­dé­­rés comme des les comptes
pou­­vant conte­­nir un risque d’ano­­ma­­lies signi­­ comptes signi­­fi­ca­­tifs. signi­­fi­­ca­­tifs
fi­­ca­­tives sur les­­quels l’audi­­teur doit foca­­li­­ser De même, cer­­tains comptes spé­­ci­­fiques, infé­­ et les asser­­tions
ses dili­­gences. rieurs au seuil de signi­­fi­ca­­tion, peuvent néan­­ liées per­­met
moins influ­­en­­cer le lec­­teur des états finan­­ciers de défi­­nir sur
Contexte dans ses prises de déci­­sion. Dans ce cas, le quels comptes
L’audi­­teur doit éva­­luer le risque que les états compte est consi­­déré comme signi­­fi­ca­­tif et l’approche d’audit
finan­­ciers fai­­sant l’objet de sa revue com­ l’audi­­teur doit défi­­nir une stra­­té­­gie d’audit sera déve­­lop­­pée.

50
67
portent des erreurs. En pra­­tique, l’ana­­lyse est

15
adap­­tée afin de répondre aux attentes du lec­­

8
53
menée au niveau des asser­­tions rela­­tives aux teur des états finan­­ciers (par exemple, des pro­­

9:1
.6
dif­­fé­­rents comptes des états finan­­ciers.

1
vi­­sions pour risques et charges pré­­sen­­tant un

24
3.
14
Il convient pour l’audi­­teur de déter­­mi­­ner les solde nul n’excluent pas l’existence d’un risque
1.
:4
comptes ou groupe de comptes sus­­cep­­tibles
70

non provisionné).
20
84

de conte­­nir des ano­­ma­­lies (indi­­vi­­duel­­le­­ment


88
0:

ou de façon cumu­­lée) supé­­rieures au seuil de


21
9
54

signi­­fi­ca­­tion.
58
t:6
tta
Se
CG

Comment l’uti­­li­­ser ?
N

Déter­­mi­­na­­tion des comptes et asser­­tions signi­­fi­ca­­tifs


:E
om
o x.c
rv

Étapes
la
ho
.sc

En amont de l’inter­­ven­­tion, l’audi­­teur devra


Avan­­tages
1
uh

réa­­li­­ser les pro­­cé­­dures sui­­vantes :


ii Obte­­nir les der­­niers états finan­­ciers (bilan, ■■ La déter­­mi­­na­­tion des comptes et asser­­tions
compte de résul­­tat, annexes). signi­­fi­­ca­­tifs per­­met de concentrer les tra­­vaux
ii Compa­­rer chaque compte avec le seuil de sur les sujets à risques.
signi­­fi­ca­­tion. Par défaut, un compte supé­­rieur
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

à ce seuil est consi­­déré comme signi­­fi­ca­­tif.


ii Esti­­mer pour cha­­cun des comptes les erreurs
Pré­­cau­­tions à prendre
poten­­tielles au vu de la complexité du compte, ■■ La déter­­mi­­na­­tion des comptes signi­­fi­­ca­­tifs et des
de la volu­­mé­­trie et de la nature des tran­­ asser­­tions atta­­chées néces­­site un tra­­vail atten­­
sac­­tions, du carac­­tère esti­­matif (recours au tif et pré­­cis en amont de l’inter­­ven­­tion car cette
juge­­ment)… étape condi­­tionne toute la démarche.
■■ Par ailleurs, au moment de l’inter­­ven­­tion finale,
ii Conclure et docu­­men­­ter si le compte est
consi­­déré comme étant signi­­fi­ca­­tif ou non. il fau­­dra s’assu­­rer de l’absence d’événements
ii Déter­­mi­­ner les asser­­tions prin­­ci­­pales atta­­ remet­­tant en cause les conclu­­sions sur les
chées à cha­­cun des comptes signi­­fi­ca­­tifs. comptes non signi­­fi­­ca­­tifs.
■■ D’une année sur l’autre, l’audi­­teur devra re­visiter

Métho­­do­­logie et conseils la liste des comptes signi­­fi­­ca­­tifs pour s’assu­­rer


que cette der­­nière est tou­­jours appro­­priée au
L’audi­­teur devra consi­­dé­­rer la néces­­sité de
regard des évo­­lu­­tions que la société a connu.
sub­­di­­vi­­ser les compo­­sants d’un compte dans

— 51 — suite outil 17 
Outil Déter­­mi­­na­­tion des comptes
17 et asser­­tions signi­­fi­­ca­­tifs
Comment être plus effi­­cace ?

1) Défi­­ni­­tions impor­­tantes —— Séparation des exer­­cices  : les opé­­ra­­tions et


La NEP 200 «  Prin­­cipes appli­­cables à l’audit les évé­­ne­­ments ont été enre­­gis­­trés dans la
des comptes » défi­­nit au troi­­sième para­­graphe bonne période.
l’ano­­ma­­lie signi­­fi­ca­­tive comme étant «  une —— Classification  : les opé­­ra­­tions et les évé­­ne­­
infor­­ma­­tion comp­­table ou finan­­cière inexacte, ments ont été enre­­gis­­trés dans les comptes
insuf­­fi­sante ou omise, en rai­­son d’erreurs ou adé­­quats.
de fraude, d’une impor­­tance telle que, seule ii Les soldes des comptes en fin de période

50
67
ou cumu­­lée avec d’autres, elle peut influ­­en­­cer —— Existence : les actifs et les pas­­sifs existent.

15
8
53
le juge­­ment de l’uti­­li­­sa­­teur d’une infor­­ma­­tion —— Droits et obli­­ga­­tions  : l’entité détient et

9:1
.6
comp­­table ou finan­­cière. » contrôle les droits sur les actifs, et les dettes

1
24
3.
cor­­res­­pondent aux obli­­ga­­tions de l’entité.
14
La NEP 315 «  Connais­­sance de l’entité et de
1.
—— Exhaustivité : tous les actifs et les pas­­sifs qui
:4
son envi­­ron­­ne­­ment  », quant à elle, défi­­nit au
70
20

auraient dû être enre­­gis­­trés l’ont bien été.


84

troi­­sième para­­graphe les asser­­tions comme


88

—— Évaluation et impu­­ta­­tion  : les actifs et les


0:

étant les «  cri­­tères dont la réa­­li­­sa­­tion condi­­


21
9

pas­­sifs sont ins­­crits dans les comptes pour


54

tionne la régu­­la­­rité, la sin­­cé­­rité et l’image


58
t:6

fidèle des comptes ». des mon­­tants appro­­priés et tous les ajus­­te­­


tta
Se

ments résul­­tant de leur éva­­lua­­tion ou impu­­


CG
N

2) Les asser­­tions ta­­tion sont cor­­rec­­te­­ment enre­­gis­­trés.


:E
om

ii La présentation des comptes et les infor­­


x.c

Dans les tra­­vaux réa­­li­­sés sur les dif­­fé­­rents


o
rv

ma­­tions four­­nies dans l’annexe


la

comptes, les pro­­cé­­dures mises en œuvre


ho
.sc

devront à chaque fois répondre à une ou plu­­ —— Ré­alité et droits et obli­­ga­­tions  : les évé­­
1
uh

sieurs asser­­tions. ne­­ments, les tran­­sac­­tions et les autres


élé­­ments four­­nis se sont pro­­duits et se rap­­
Il convien­­dra d’être per­­tinent dans la sélec­­
portent à l’entité.
tion des pro­­cé­­dures à mettre en œuvre pour
—— Exhaustivité  : toutes les infor­­ma­­tions rela­­
répondre aux asser­­tions prin­­ci­­pales sélec­­tion­­
tives à l’annexe des comptes requises par le
nées pour les comptes signi­­fi­ca­­tifs.
réfé­­ren­­tiel comp­­table ont été four­­nies.
La NEP 500 «  Carac­­tère des élé­­ments pro­­
—— Présentation et intel­­li­­gi­­bilité  : l’infor­­ma­­
bants  » défi­­nit les asser­­tions pour 3 types
tion finan­­cière est pré­­sen­­tée et décrite de
d’infor­­ma­­tions comp­­tables et finan­­cières :
manière appro­­priée, et les infor­­ma­­tions don­­
ii Les flux d’opé­­ra­­tions et les évé­­ne­­ments
nées dans l’annexe des comptes sont clai­­re­­
sur­­ve­­nus au cours de la période
ment pré­­sen­­tées.
—— Ré­alité  : les opé­­ra­­tions et les évé­­ne­­ments —— Mesure et éva­­lua­­tion : les infor­­ma­­tions finan­­
qui ont été enre­­gis­t­ rés se sont pro­­duits et cières et les autres infor­­ma­­tions sont don­­
se rap­­portent à l’entité. nées fidè­­le­­ment et pour les bons mon­­tants.
—— Exhaustivité  : toutes les opé­­ra­­tions et tous Dans les faits, les asser­­tions «  prin­­ci­­pales  »
les évé­­ne­­ments qui auraient dû être enre­­gis­­ seront sou­­vent :
trés sont enre­­gis­t­ rés.
—— pour les comptes d’actif : l’exis­­tence et l’éva­­
—— Mesure  : les mon­­tants et autres don­­nées
lua­­tion,
rela­­tives aux opé­­ra­­tions et évé­­ne­­ments ont
—— pour les comptes de pas­­sif : l’exhaus­­ti­­vité et
été cor­­rec­­te­­ment enre­­gis­­trés.
l’éva­­lua­­tion.

— 52 —
Dossier 3   Phase pré­­l i­­m i­­n aire Outil
17

CAS de Déter­­mi­­na­­tion des comptes et asser­­tions signi­­fi­­ca­­tifs

L’audi­­teur doit déter­­mi­­ner les comptes signi­­fi­ ii appré­­cier la complexité des opé­­ra­­tions
ca­­tifs et les asser­­tions asso­­ciées pour une des notam­­ment au niveau de la mise en place d’un
socié­­tés qu’il doit auditer. Pour cela, il a récu­­ emprunt obli­­ga­­taire ;
péré en amont de son inter­­ven­­tion les infor­­ma­­ ii iden­­ti­­fier les esti­­mations majeures réa­­li­­
tions finan­­cières de la société et a pro­­cédé à sées par la direc­­tion, notam­­ment au niveau
une compa­­rai­­son du solde du compte avec le de l’appré­­cia­­tion des retours de mar­­chan­­dises
seuil de signi­­fi­ca­­tion (cal­­culé à 100 K€). au titre de la garan­­tie, des flux de tré­­so­­re­­ries

50
67
Par ailleurs, il a pu : actua­­li­­sés des filiales per­­met­­tant de jus­­ti­­fier la

15
8
53
ii déter­­mi­­ner la nature et le volume des trans­ valeur des titres de par­­ti­­cipation, de la quan­­ti­­

9:1
.6
actions affec­­tant cha­­cun des comptes ; fi­­cation des risques rela­­tifs aux litiges.

1
24
3.
ii iden­­ti­­fier des risques par­­ti­­cu­­liers au niveau Il a for­­ma­­lisé ses tra­­vaux au tra­­vers du tableau
14
1.
:4
des pro­­vi­­sions pour risques et charges en rai­­ sui­­vant.  ■
70
20

son de litiges en cours avec des concur­­rents ;


84
88
0:
21
9
54
58
t:6
tta
Se
CG

Comptes Montant Supérieur Fort i Com­ Recours Risques Conclu­ Commen­taires Assertions i
N

à la au seuil volume i plexe ? à des spéci­ sion sur le éventuels principales

Déter­­mi­­na­­tion des comptes et asser­­tions signi­­fi­ca­­tifs


:E
om

dernière de signi­ des estima­ fiques i carac­tère


x.c

clôture fication ? trans­ tions ? éven­ signi­ficatif


o
rv
la

actions tuels
ho
.sc

Immobi­li­sa­ 600 oui oui non non non Significatif Nombreuses Existence, droits
1
uh

tions corpo­ acquisitions. et obli­gations,


relles éva­lua­tion et
imputation.
Titres de 1 850 oui non non oui oui Significatif Situation finan­ Existence, droits
partici­pa­tions cière des filiales et obli­gations,
délicate. éva­luation et
imputation.
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

Charges 45 non non non non non Non Pas de risque


constatées significatif iden­tifié et infé­
d’avance rieur au seuil de
signifi­cation
Provision 15 non non oui oui oui Significatif Litiges avec des Exhaustivité,
pour risques concurrents dont droits et obliga­
et charges le montant peut tions, évaluation
litiges être important. et imputation.
Provision 280 oui oui oui oui oui Significatif Quantification Exhaustivité,
pour risques du niveau des droits et obli­ga­
et charges ­ retours et des tions, éva­lua­tion
Provision coûts associés et imputation.
pour garantie complexe.
Emprunt 1 100 oui non oui non non Significatif Clauses Exhaustivité,
obligataire du contrat droits et obli­ga­
complexes. tions, évaluation
et imputation.

— 53 —
Outil
18 Évaluation du risque inhé­­rent

L’envi­­ron­­ne­­ment de l’entité en tant


que source de risques

IDENTIFICATION DES ÉVALUATION DES


RISQUES INHÉRENTS RISQUES INHÉRENTS
Clients
Environnement
Fournisseurs concurrentiel

50
67
15
Impact

8
53
:1
Influence

9
.6
1
24
Flux inter- Informatique

3.
compagnies
14
1.
:4
Entité
70
20
84
88
0:
21

Secteur
9
54

d’activité Probabilité
58

Réglementation
t:6
tta
Se

Principes
CG

Facteurs de
N

comptables
:E

risques de
om

spécifiques fraudes
o x.c
rv
la
ho
.sc
1
uh

En résumé Insight
Une des étapes clés dans la défi­­ni­­tion de During the plan­­ning and risk iden­­ti­­fi­­cation
la démarche d’audit réside dans la prise de phases, the auditor will have to obtain a
connais­­sance de l’entité et de son envi­­ron­­ne­­ sufficient understanding of the company and
ment afin de pou­­voir mettre en évi­­dence les its environment in order to determine and
« risques inhé­­rents ». evaluate the inherent risks.
Il s’agit de la pos­­si­­bi­­lité qu’une ano­­ma­­lie It consists in the possibility that a discrepancy
signi­­fi­ca­­tive se pro­­duise dans les comptes en occurred in the absence of internal control
l’absence de contrôle interne au sein de l’entité within the entity (“NEP 200”).
(NEP 200). This risk assessment is based on the probability
L’audi­­teur devra les éva­­luer en pre­­nant en of the risk factors occur­­rence and the magni­­
compte deux aspects : la pro­­ba­­bi­­lité de sur­­ve­­ tude of their potential impact.
nance et l’inten­­sité de leur impact poten­­tiel. Higher the occur­­ rence and magnitude
Plus l’inten­­sité et la pro­­ba­­bi­­lité seront impor­­ are, higher the impact is on the extent of
tantes, plus les pro­­cé­­dures d’audit seront proce­dures.
appro­­fon­­dies, plus l’éten­­due des tra­­vaux sera
éle­­vée.

— 54 —
Dossier 3  Phase pré­­li ­mi naire
­ Outil
18
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? ii compré­­hen­­sion du rôle de l’infor­­ma­­tique au
niveau de l’entité ;
Objec­­tif ii Ana­­lyse des fac­­teurs de risques de fraude.
Cet outil per­­met d’évaluer et de prendre en 2) Après les avoir iden­­ti­­fiés, l’audi­­teur doit Comprendre
compte dans la démarche d’audit les risques éva­­luer les risques inhé­­rents en pre­­nant en la nature de
liés à l’envi­­ron­­ne­­ment dans lequel évo­­lue compte leur pro­­ba­­bi­­lité de sur­­ve­­nance et l’entité et son
l’entre­­prise. l’impact qu’aurait la réa­­li­­sa­­tion de ce risque. envi­­ron­­ne­­ment
Les risques inhé­­rents seront clas­­sés en faibles, est une néces­­sité
Contexte éle­­vés et signi­­fi­ca­­tifs pour défi­­nir
Chaque société évo­­lue dans un envi­­ron­­ne­­ment et éva­­luer les
qui lui est propre (clients, four­­nis­­seurs, régle­­ Métho­­do­­logie et conseils risques inhé­­rents.
men­­ta­­tion…). Ainsi, l’audi­­teur devra éva­­luer la

50
Pour iden­­ti­­fier les risques inhé­­rents, l’audi­­teur

67
pos­­si­­bi­­lité que cet envi­­ron­­ne­­ment induise un

15
devra pro­­cé­­der à des entre­­tiens (direc­­tion,

8
53
risque d’ano­­ma­­lies signi­­fi­ca­­tives, sans tenir

:1
autres per­­sonnes clés), effec­­tuer une revue

9
.6
compte des éven­­tuels dis­­po­­si­­tifs de contrôle

1
24
ana­­ly­­tique pré­­li­­mi­­naire et revoir les infor­­ma­­

3.
interne mis en place.
14
tions col­­lec­­tées (procès-­verbaux, étude sec­­
:4
1.
70

to­­rielle, orga­­ni­­grammes, rap­­ports d’acti­­vité,


20
84

manuel de pro­­cé­­dures…).
88

Comment l’uti­­li­­ser ?
0:
21

Pour les risques «  éle­­vés  » et significatifs


9
54
58

Étapes (impact poten­­tiel et pro­­ba­­bi­­lité d’occur­­rence),


t:6
tta

l’audi­­teur devra défi­­nir des pro­­cé­­dures d’audit


Se

1) L’audi­­teur doit comprendre la nature de


CG

adap­­tées (cf. outil 20 sur l’éva­­lua­­tion du risque


N

l’entité et son envi­­ron­­ne­­ment afin de pou­­voir


:E

d’anomalies significatives).  ■
om

iden­­ti­­fier les risques inhé­­rents :


o x.c
rv
la

ii prise de connais­­sance géné­­rale du sec­­teur


ho
.sc

d’acti­­vité  : concur­­rence, rela­­tions avec les


Avan­­tages
1
uh

clients et four­­nis­­seurs, évo­­lu­­tions tech­­no­­lo­­


giques, etc. ; ■■ Cette éva­­lua­­tion du risque inhé­­rent per­­met à
ii compré­­hen­­sion de l’envi­­ron­­ne­­ment juri­­dique l’audi­­teur d’adap­­ter sa démarche d’audit en
et régle­­men­­taire, la façon dont la société se fonc­­tion de l’envi­­ron­­ne­­ment dans lequel évo­­lue
conforme aux dif­­fé­­rentes règles et les risques la société.
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

poten­­tiels d’erreurs maté­­rielles en cas de


non-res­­pects ;
Pré­­cau­­tions à prendre

Évaluation du risque inhé­­rent


ii compré­­hen­­sion de l’acti­­vité de la société, de
sa struc­­ture capitalistique, ses inves­­tis­­se­­ments ■■ L’audi­­teur ne devra pas sous-­estimer l’impor­­tance

et ses finan­­ce­­ments ; de la phase d’iden­­ti­­fi­­cation des risques inhé­­rents


ii iden­­ti­­fi­cation des règles comp­­tables spé­­ci­­ qui repose sur une bonne prise de connais­­sance
fiques appli­­cables à l’entité en lien avec son de l’entité et de son envi­­ron­­ne­­ment.
sec­­teur d’acti­­vité ; ■■ Il devra faire atten­­tion à ne pas les mul­­ti­­plier. Il

ii compré­­hen­­sion des objec­­tifs de la direc­­tion doit avoir une approche réa­­liste et se concen­­trer
et de la stra­­té­­gie mise en œuvre (déve­­lop­­pe­­ sur les risques éle­­vés, sous peine d’alour­­dir ses
ment, lan­­ce­­ment de nou­­veaux pro­­duits…) ; tra­­vaux.
■■ Par ailleurs, cer­­tains risques ayant des natures
ii compré­­hen­­sion des flux inter-­compagnies
(les récur­­rents et ceux en dehors de l’acti­­vité ou effets simi­­laires pour­­ront être regrou­­pés.
nor­­male) ;

— 55 —
Outil
19 Éva­­lua­­tion du risque lié au contrôle

L’impact de la prise en compte du contrôle


interne sur la stra­­té­­gie d’audit

Risque lié au
Stratégie d’audit contrôle

Élevé
Pas de tests

50
de contrôles

67
15
8
53

e
:1

ac
9
.6

fic
1
24

ef
3.
14

In
1.
:4
70
20

Tests de contrôles : Moyen


84

Efficace
88

approche limitée
0:
21
9
54
58

Réalisation
t:6
tta

de tests de
Se

contrôles
CG
N
:E
om

Tests de contrôles :
x.c

Approche complète Efficace Faible


o
rv
la
ho
.sc
1
uh

En résumé Insight
Dans la défi­­ni­­tion de sa stra­­té­­gie, l’audi­­teur doit In developing his audit strategy, the auditor has
déter­­mi­­ner, pour les pro­­ces­­sus et les comptes to determine the process on which he plans to
signi­­fi­ca­­tifs, s’il sou­­haite tester les contrôles rely on (controls based approach) or not on
clés et donc faire repo­­ser une par­­tie de sa controls (subs­­tan­­tive approach).
démarche sur l’effi­­ca­­cité du contrôle interne de Then, he selects the controls to test, determine
la société. Il peut choi­­sir au contraire de mettre the sample size and execute the testing plan
en œuvre une approche pure­­ment subs­­tan­­tive. defined.
Il pro­­cède ensuite à la déter­­mi­­na­­tion des Based on the testing results, the auditor will
contrôles à tester, construit l’échan­­tillon néces­­ assess the control risks for each significant
saire et réa­­lise les tests lui per­­met­­tant de accounts and related asser­­tions.
conclure. Sur la base de ces constats, il pro­­cède
à l’éva­­lua­­tion du risque lié au contrôle pour les
comptes signi­­fi­ca­­tifs et asser­­tions prin­­ci­­pales.

— 56 —
Dossier 3  Phase pré­­li ­mi naire
­ Outil
19
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? conclure à un risque moyen en cas de tests
satis­­faisants,
Objec­­tif —— complète  : taille d’échan­t­ illon don­­nant une
Les tests de contrôle ont pour objec­­tif d’évaluer assu­­rance rai­­son­­nable à l’audi­­teur sur l’effi­­ Le risque
le risque qu’une erreur puisse se pro­­duire mal­­ ca­­cité du contrôle et per­­met­­tant de conclure lié au contrôle
gré le contrôle interne mis en place au sein de à un risque faible. s’appré­­cie
l’entre­­prise. En l’absence de contrôles, ou en cas de défail­ au regard
lance ou dans une stra­­té­­gie d’audit sans tests de l’orga­­ni­­sa­­tion
Contexte de contrôles, le risque de contrôle est élevé. de l’entre­­prise
Dans sa démarche d’approche par les risques, Prendre la déci­­sion de tester les contrôles et de la stra­­té­­gie
l’audi­­teur doit iden­­ti­­fier les erreurs poten­­tielles dépen­­dra entre autre de : de tests de
compte tenu de l’envi­­ron­­ne­­ment dans lequel contrôle mise

50
—— la compré­­hen­­sion de l’entre­­prise et de son

67
l’entre­­prise évo­­lue (risque inhé­­rent), puis les en œuvre.

15
envi­­ron­­ne­­ment ;

8
53
erreurs pos­­sibles en l’absence de contrôle au

:1
—— la pré­­sence d’un risque de fraude signi­­fi­ca­­tif ;

9
.6
sein de cette der­­nière, que ces contrôles soient

1
—— le volume des tran­­sac­­tions ;

24
3.
pré­­ven­­tifs ou détectifs (risque lié au contrôle).
14
—— le carac­­tère auto­­ma­­tisé du pro­­ces­­sus ;
:4
1.
Fort de ces constats, l’audi­­teur adop­­tera une
70

—— la complexité des sys­­tèmes d’infor­­ma­­tion ;


20
84

stra­­té­­gie d’audit pré­­li­­mi­­naire en déter­­mi­­nant les —— la nature et l’éten­­due des chan­­ge­­ments de


88
0:

contrôles devant faire l’objet de tests et per­­met­­


21

sys­­tèmes infor­­ma­­tiques, comp­­tables et opé­­


9
54

tant ainsi de dimi­­nuer le risque de contrôle. ra­­tion­­nels ;


58
t:6
tta

—— le gain en effi­­ca­­cité pos­­sible de l’audit.


Se
CG

Comment l’uti­­li­­ser ?
N
:E
om
o x.c
rv

Étapes
la
ho
.sc

1) Acqui­­si­­tion par l’audi­­teur d’une bonne com­ Avan­­tages


1
uh

pré­­hen­­sion des sys­­tèmes comp­­tables et infor­­


■■ La réa­­li­­sa­­tion de tests de contrôles per­­met de
ma­­tiques mis en place par la société.
réduire le risque de contrôle et aura des consé­­
2) Iden­­ti­­fi­cation pour cha­­cun des pro­­ces­­sus en
quences sur l’éten­­due des pro­­cé­­dures à réa­­li­­
lien avec les comptes signi­­fi­ca­­tifs et les asser­­
ser. Ainsi, une éva­­lua­­tion pré­­cise du risque de

Éva­­lua­­tion du risque lié au contrôle


tions des erreurs pos­­sibles et des contrôles mis
contrôle est pri­­mor­­diale.
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

en place par la société pour faire face à ces


risques.
3) Déter­­mi­­na­­tion de la stra­­té­­gie d’audit en matière Pré­­cau­­tions à prendre
de réa­­li­­sa­­tion ou pas de tests de contrôles.
■■ Atten­­tion à ne pas se contenter de conclure
4) Sélec­­tion des contrôles à tester.
que la réa­­li­­sa­­tion des contrôles par la société
5) Déter­­mi­­na­­tion de la taille d’échan­­tillon du test.
est effi­­cace à par­­tir de la simple réa­­li­­sa­­tion de
6) Réa­­li­­sa­­tion des tests. tests de che­­mi­­ne­­ment (voir page sui­­vante), ou
7) Conclu­­sion sur le risque de contrôle : élevé, bien à par­­tir de la compré­­hen­­sion de l’orga­­ni­­sa­­
moyen, faible. tion de l’entre­­prise. Les tailles d’échan­­tillons de
tests néces­­saires sont défi­­nies à par­­tir de bases
Métho­­do­­logie et conseils sta­­tistiques per­­met­­tant à l’audi­­teur d’obte­­nir
Il est offert à l’audi­­teur deux stra­­té­­gies de tests : une assu­­rance rai­­son­­nable sur l’effi­­ca­­cité des
—— limi­­tée  : taille de l’échan­­tillon réduite pour contrôles.
limi­­ter l’éten­­due des tests de contrôles et

— 57 — suite outil 19 
Outil
19 Éva­­lua­­tion du risque lié au contrôle
Comment être plus effi­­cace ?

Afin de réa­­li­­ser de façon per­­ti­­nente les tests de étant des élé­­ments de l’échan­­tillon des tests
contrôles, l’audi­­teur devra déter­m ­ i­­ner la nature de contrôles.
des contrôles, défi­­nir l’éten­­due de l’échan­­tillon
des tests, prendre en compte les élé­­ments déjà Réalisation des tests de contrôles
tes­­tés au cours du test de che­m ­ i­­ne­­ment et avant la clô­­ture
savoir trai­­ter les ano­­ma­­lies iden­­ti­­fiées. Lorsque les tests de contrôles sont réa­­li­­sés
avant la clô­­ture, l’audi­­teur doit obte­­nir des évi­­

50
Pré­­ci­­sions sur la nature des contrôles

67
dences complé­­men­­taires que ces contrôles sont

15
8
effi­­caces tout au long de l’exer­­cice. Pour cela, en

53
Les contrôles peuvent être manuels (exemple :

9:1
fonc­­tion de la date de tests, l’audi­­teur pro­­cède à

.6
comp­­tage), appli­­ca­­tifs (exemple  : cal­­cul auto­­

1
24
des entre­­tiens, des obser­­va­­tions de la réa­­li­­sa­­tion
3.
ma­­tique des amor­­tis­­se­­ments) ou bien manuels
14
1. du contrôle sur la période non tes­­tée…
mais repo­­sant sur l’infor­­ma­­tique (exemple  :
:4
70
20

balance âgée issue du sys­­tème et revue par le Par ailleurs, il convient de s’assu­­rer de l’absence
84
88

ser­­vice comp­­table). de chan­­ge­­ment en termes d’orga­­ni­­sa­­tion au


0:
21
9

sein de l’entre­­prise qui pour­­rait remettre en


54

Dans le cadre de contrôles appli­­ca­­tifs ou repo­­


58
t:6

sant sur l’infor­­ma­­tique, il est néces­s­ aire pour cause les tests réa­­li­­sés et nécessiter la remise
tta
Se

l’audi­­teur de vali­­der en amont l’effi­­ca­­cité des à plat de la stra­­té­­gie.


CG
N

contrôles géné­­raux infor­­ma­­tiques (cf. outil 31).


:E

Défaillances en termes
om
x.c

de réa­­li­­sa­­tion de contrôles
o

Éten­­due de l’échan­­tillon de test


rv
la
ho

Que faire en cas de défaillances iden­­ti­­fiées lors


.sc

La taille de l’échan­­tillon des tests va dépendre


1
uh

de la fré­­quence des contrôles et de la stra­­té­­gie de la réa­­li­­sa­­tion des tests de contrôles ?


de tests adop­­tée (limi­­tée ou complète). Pour les contrôles autres que jour­­na­­liers,
Ainsi, l’échan­­tillon à rete­­nir devra être défini l’iden­­ti­­fi­cation d’une erreur conduit à consi­­dé­­
a minima comme suit pour une approche rer le contrôle comme défi­­cient. L’audi­­teur doit
« complète » : alors conclure à un risque de contrôle élevé,
Contrôle jour­­na­­lier ..........................................   25 mettre à jour le risque d’ano­­ma­­lies signi­­fi­ca­­
tives et l’éten­­due des pro­­cé­­dures d’audit (cf.
Contrôle heb­­do­­ma­­daire .................................   5
outil 20) et consi­­dé­­rer cette erreur comme un
Contrôle men­­suel . ...........................................   2
élé­­ment à inclure dans une lettre de recom­­
Contrôle tri­­mestriel .........................................   2
man­­da­­tion adres­­sée à la société.
Contrôle annuel . ..............................................   1
Pour les contrôles jour­­na­­liers, il est pos­­sible
Contrôle appli­­ca­­tif ...........................................   1 d’étendre la taille de l’échan­­tillon de la façon
sui­­vante :
Test de che­­mi­­ne­­ment
ii Si une erreur, alors l’échan­­tillon passe de 25
Afin de confir­­mer sa bonne compré­­hen­­sion du à 40.
dérou­­le­­ment des dif­­fé­­rentes étapes dans un pro­­
ii Si deux erreurs, alors l’échan­­tillon passe de
ces­­sus, l’audi­­teur pro­­cède à un test de che­­mi­­ne­­
25 à 60.
ment de la tran­­sac­­tion et des contrôles réa­­li­­sés.
ii Au-­delà de deux erreurs, le contrôle est
Les contrôles pas­­sés en revue lors du test de
consi­­déré comme défi­­cient.
che­­mi­­ne­­ment peuvent être consi­­dé­­rés comme

— 58 —
Dossier 3   Phase pré­­l i­­m i­­n aire Outil
19

CAS d’Éva­­lua­­tion du risque lié au contrôle

Au niveau du pro­c­ es­­sus «  achats  », l’auditeur fac­­tu­­rés par le four­­nis­­seur (exemple d’erreur
effectue les contrôles sui­­vants pour faire face poten­­tielle : les pro­­duits récep­­tion­­nés mais non
aux risques d’erreurs poten­­tielles : fac­­tu­­rés par le four­­nis­­seur ne sont pas provi­
ii Contrôle 1 (manuel, jour­­na­­lier)  : vali­­da­­tion sionnés en fac­­tures non par­­ve­­nues).
du mon­­tant de la commande par le direc­­teur ii Contrôle 4 (manuel, men­­suel)  : le paie­­
indus­­triel (exemple d’erreur poten­­tielle : enga­­ ment des fac­­tures four­­nis­­seurs est validé par
ge­­ment de dépenses non conforme aux seuils le direc­­teur géné­­ral (exemple d’erreur poten­­

50
67
d’auto­­ri­­sa­­tion de dépenses). tielle : paie­­ment émis sans bon à payer).

15
8
53
ii Contrôle 2 (manuel, jour­­na­­lier)  : réconci­­lia­­ La stra­­té­­gie d’audit rete­­nue est la réa­­li­­sa­­tion

9:1
.6
tion de la commande, des bons de livrai­­son de tests de contrôles sur le pro­­ces­­sus achat.

1
24
3.
et de la fac­­ture four­­nis­­seur (exemple d’erreur Pour cela, l’audi­­teur a déter­­miné l’échan­­tillon
14
1.
:4
poten­­tielle  : quan­­tité reçue dif­­fé­­rente des des tests et l’audi­­teur a sélec­­tionné de façon
70
20

quan­­ti­­tés comman­­dées et fac­­tu­­rées ; prix uni­­ aléa­­toire les éléments à tester en ayant recours
84
88
0:

taire de la fac­­ture dif­­fé­­rent de la commande). aux tech­­niques de son­­dages (cf. outil 30).
21
9
54

ii Contrôle 3 (appli­­ca­­tif)  : géné­­ra­­tion auto­­ma­­ Le tableau ci-­dessous per­­met de for­­ma­­li­­ser le


58
t:6

tique d’un lis­­ting des fac­­tures non par­­ve­­nues résul­­tat des tests réa­­li­­sés.  ■
tta
Se

pour les pro­­duits récep­­tion­­nés mais pas encore


CG
N
:E
om
o x.c
rv
la
ho
.sc

Nom du Description ­ Nature Fréquence Comptes ­ Taille de Réfé­ Résultat Conclu­


1
uh

contrôle du contrôle significatifs l’échan­tillon rence des tests sion


de tests des tests
Validation du Manuel Journalier Achats de ­ 25 X100 Pas d’ano­ Efficace
montant de la marchan­dises et malies
Contrôle ­
com­mande par dettes (exhaus­tivité, iden­tifiées
achat 1

Éva­­lua­­tion du risque lié au contrôle


le directeur droits et obli­ga­tions,
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

industriel évaluation)
Réconciliation de Manuel Journalier Achats de ­ 25 X101 Pas d’ano­ Efficace
la com­mande, des mar­chan­dises et ma­lies
Contrôle ­ bons de livraison dettes four­nisseurs iden­ti­fiées
achat 2 et de la facture (exhaus­tivité, droits
fournisseur et obli­ga­tions,
évaluation)
Génération Auto­ Mensuel Achats de ­ 1 X102 Pas d’ano­ Efficace
automatique d’un matique marchan­dises et ma­lies
Contrôle ­ listing des FNP dettes four­nisseurs iden­ti­fiées
achat 3 pour les produits (exhaustivité, droits
réceptionnés et obligations,
évaluation)
Le paiement Manuel Mensuel Dettes four­nisseurs 2 X103 Pas d’ano­ Efficace
Contrôle ­ des factures (exhaus­tivité, droits ma­lies
achat 4 fournisseurs est et obli­ga­tions, iden­ti­fiées
validé par le DG évaluation)

— 59 —
Outil Éva­­lua­­tion du risque
20 d’ano­­ma­­lies significatives

Grille d’éva­­lua­­tion du Risque d’Ano­­ma­­lies Signi­­fi­­ca­­tives

Évaluation par l’auditeur


du risque lié au contrôle

50
67
Évaluation du

15
8
risque d’anomalies significatives

53
9:1
.6
1
24
Élevé Moyen Faible

3.
14
1.
:4
70
20
84
88
0:

Élevé Maximum Élevé Moyen


21
9
54

Évaluation par l’auditeur


58
t:6

du risque inhérent
tta
Se
CG

Faible Moyen Faible Minimum


N
:E
om
o x.c
rv
la
ho
.sc
1
uh

En résumé Insight
L’audi­­teur obtient l’éva­­lua­­tion du risque d’ano­­ Based upon his assessment of the inherent risk
ma­­lies signi­­fi­­ca­­tives (RAS) dans les comptes and the control risk for each rele­­vant asser­­
en com­bi­­nant son éva­­lua­­tion des risques tion of the significant accounts, the auditor will
poten­­tiels, basée sur la connais­­sance géné­­rale determine the combined risk assessment.
de l’entre­­prise et de son envi­­ron­­ne­­ment (risque The level of combined risks will directly affect
inhé­­rent), avec son éva­­lua­­tion du risque lié au the extent of the audit procedures to be
contrôle basée sur le niveau d’effi­­ca­­cité du performed: analytical review, tests of details,
contrôle interne. level of testing threshold…
Le risque d’ano­­ma­­lies signi­­fi­ca­t­ ives sert de All those decisions should be properly and
préa­­lable à la défi­­ni­­tion des pro­­cé­­dures clearly documented in the audit files.
d’audit à mettre en œuvre : revues ana­­ly­­tiques,
contrôles de subs­­tance, niveau des seuils de
d’inves­­ti­­gation…
L’ensemble de ces déci­­sions font l’objet d’une
docu­­men­­ta­­tion rigou­­reuse afin de pou­­voir jus­­
ti­­fier l’approche rete­­nue.

— 60 —
Dossier 3  Phase pré­­li ­mi naire
­ Outil
20
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? Ainsi, selon le RAS, les travaux pourront être :
ii minimum  :  procédures analytiques et tests
Objec­­tif de détail très limités ;
Cet outil per­­met d’évaluer le risque d’ano­­ma­­ ii faible  :  procédures analytiques et tests de Le RAS per­­met
lies signi­­fi­ca­­tives au niveau de chaque compte détail ; à l’audi­­teur
et asser­­tions. d’éva­­luer le risque
ii moyen  :  procédures analytiques et tests de
détail étendus ; d’ano­­ma­­lies
Contexte signi­­fi­­ca­­tives
ii élevé et maximum : procédures analytiques
Dans sa ges­­tion du risque d’audit, l’audi­­teur au niveau de chaque
et tests de détail très étendus afin de réduire
doit éva­­luer le risque que les états finan­­ciers compte et asser­­tion
le risque de non-détection.
contiennent des ano­­ma­­lies signi­­fi­ca­­tives. atta­­chée.
Par ailleurs, dans le cadre de la définition de sa
La NEP 200 «  Prin­­cipes appli­­cables à l’audit

50
stratégie d’audit, l’auditeur pourra considérer

67
des comptes  » pré­­cise au §10 que «  le risque

15
d’avancer avant la date de clôture la réalisation

8
53
d’ano­­ma­­lies signi­­fi­ca­­tives dans les comptes est

:1
de certaines procédures d’audit. Ainsi, plus le

9
.6
propre à l’entité ; il existe indé­­pen­­dam­­ment de

1
24
RAS est faible, plus les travaux pourront être

3.
l’audit des comptes. Il se sub­­di­­vise en risque
14
1.
réalisés en amont de la clôture.  ■
:4
inhé­­rent et risque lié au contrôle. »
70
20
84
88
0:
21

Comment l’uti­­li­­ser ?
9
54
58
t:6
tta

Étapes
Se
CG

1) Éva­­luer le risque inhé­­rent (cf. outil 18).


N
:E
om

2) Éva­­luer le risque lié au contrôle (cf. outil 19).


x.c

Avan­­tages
o
rv

3) Déter­­mi­­ner le RAS pour cha­­cun des comptes


la
ho

signi­­fi­ca­­tifs et des asser­­tions liées en croi­­sant


.sc

Éva­­lua­­tion du risque d’ano­­ma­­lies significatives


■■ L’éva­­lua­­tion du RAS permet de défi­­nir et docu­­
1
uh

les éva­­lua­­tions du risque inhé­­rent et du risque men­­ter le niveau de risque d’ano­­ma­­lies sur les
de contrôle selon le tableau pré­­senté. états finan­­ciers.
4) En fonc­­tion du RAS obtenu, déter­­mi­­ner ■■ C’est une dé­marche for­­ma­­trice pour les jeunes
l’éten­­due des pro­­cé­­dures à mettre en œuvre en col­­la­­bo­­ra­­teurs.
réponse à cette éva­­lua­­tion et confor­­mé­­ment
aux Normes d’Exer­­cices Pro­­fes­­sion­­nels.
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

Selon la NEP 200 §12, «  plus le commis­­saire Pré­­cau­­tions à prendre


aux comptes éva­­lue le risque d’ano­­ma­­lies ■■ Il convient pour l’audi­­teur de bien s’assu­­rer que
signi­­fi­ca­­tives à un niveau élevé, plus il met en le RAS a été déter­­miné au niveau des asser­­tions
œuvre de pro­­cé­­dures d’audit complé­­men­­taires de chaque compte signi­­fi­­ca­­tif iden­­ti­­fié.
afin de réduire le risque de non-­détection. » ■■ Par ailleurs, il appar­­tient à l’audi­­teur de veiller à
docu­­men­­ter rigou­­reu­­se­­ment l’éva­­lua­­tion du RAS
Métho­­do­­logie et conseils et les pro­­cé­­dures à réa­­li­­ser.
L’audi­­teur devra faire preuve de juge­­ment pro­­ ■■ Le volume de tra­­vail dépend direc­­te­­ment de
fes­­sion­­nel pour déter­­mi­­ner l’éten­­due des pro­­ l’éva­­lua­­tion du risque. Il faut donc l’éva­­luer aussi
cé­­dures à mettre en œuvre. En fonc­­tion du objec­­ti­­ve­­ment que pos­­sible, afin d’évi­­ter de tom­­
niveau d’assu­­rance obtenu sur l’effi­­ca­­cité opé­­ ber dans des excès soit de « sur-­audit » soit de
ra­­tion­­nelle des contrôles, l’éten­­due des tests tra­­vaux insuf­­fi­­sants pour cou­­vrir les risques
de détails sera adap­­tée ainsi que le niveau des iden­­ti­­fiés.
seuils d’inves­­ti­­gation.

— 61 —
Outil
21 Éva­­lua­­tion du risque de fraude

Sources poten­­tielles d’iden­­ti­­fi­­cation


d’un risque de fraude

Procédures
d’audit
Échanges au
Entretiens avec sein de l’équipe IDENTIFICATION
d’audit ET ÉVALUATION

50
la direction

67
Impact

15
8
53
9:1
.6
1
24
Prise de Risque d’anomalies

3.
14
connaissance significatives
Identification des 1.
:4
résultant de
70

facteurs de risques
20

fraudes
84
88
0:
21

Entretien avec
9
54

Probabilité
58

audit interne et
t:6

autres personnes
tta
Se
CG

Principes
N

Revue
:E

comptables
om

analytique
x.c

spécifiques
o
rv
la
ho
.sc
1
uh

En résumé Insight
Tout au long de sa mis­­sion, l’audi­­teur doit res­­ During all audit phases, the auditor should pay
ter en alerte sur le risque d’ano­­ma­­lies signi­­fi­ atten­­tion on the risk of material misstatements
ca­­tives pou­­vant résul­­ter d’erreurs mais aussi due to frauds (NEP 240).
de fraude (NEP 240). Based on dis­­ cus­­
sions, interviews, his under­
À par­­tir d’entre­­tiens, d’échanges, de sa standing of the company’s busi­­ness and envi­
connais­­sance de l’entité et de son envi­­ron­­ne­­ ronment, the auditor should identify and assess
ment, l’audi­­teur doit iden­­ti­­fier ces fac­­teurs de the fraud risks factors. Based on the conclu­­
risques de fraude, les éva­­luer et en tirer les sion reached, the auditor should define specific
consé­­quences sur sa démarche. audit procedures to address the risks identified
Ainsi, en fonc­­tion des élé­­ments iden­­ti­­fiés, il such as test of controls, direct confir­­ma­­tions,
devra adap­­ter son approche, faire preuve de additional tests of details, inter­­views or specific
scep­­ti­­cisme et conce­­voir des pro­­cé­­dures adap­­ analysis.
tées qui pour­­ront s’appuyer sur les contrôles
exis­­tants au sein de l’entre­­prise mais aussi sur
des confir­­ma­­tions externes, des tests de détails
complé­­men­­taires, des entre­­tiens ou des ana­­
lyses spé­­ci­­fiques.

— 62 —
Dossier 3  Phase pré­­li ­mi naire
­ Outil
21
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? 3) Adap­­ter l’approche géné­­rale : revoir l’affec­­
ta­­tion aux membres de l’équipe, ana­­ly­­ser les
Objec­­tif choix comp­­tables (clô­­ture et esti­­mations),
Il s’agit d’identifier et éva­­luer les risques de véri­­fier le carac­­tère appro­­prié des écri­­tures, Les ano­­ma­­lies
fraudes dans l’entre­­prise sus­­cep­­tibles d’avoir intro­­duire de l’impré­­vi­­si­­bi­­lité et comprendre signi­­fi­­ca­­tives
un impact maté­­riel sur ses états finan­­ciers. la jus­­ti­­fi­cation éco­­no­­mique des opé­­ra­­tions en résul­­tant de fraudes
dehors des acti­­vi­­tés de l’entre­­prise. peuvent être
Contexte 4) Conce­­voir des pro­­cé­­dures d’audit en un détour­­ne­­ment
Lors de la pla­­ni­­fi­ca­­tion et la réa­­li­­sa­­tion de réponse à l’éva­­lua­­tion du risque  : tests des d’actif ou une
son audit, l’audi­­teur éva­­lue le risque d’ano­­ contrôles, confir­­ma­­tions, entre­­tiens, tests de mani­­pu­­la­­tion
ma­­lies signi­­fi­ca­­tives sur les comptes résul­­tant détails, ana­­lyses complé­­men­­taires… des états finan­­ciers.
d’erreurs mais aussi de fraudes.

50
67
Métho­­do­­logie et conseils

15
La fraude est un acte inten­­tion­­nel commis par

8
53
:1
une ou plu­­sieurs per­­sonnes (la direc­­tion, les Il existe une pré­­somp­­tion de risque d’ano­­ma­­

9
.6
1
employés ou un tiers), impli­­quant l’uti­­li­­sation lies signi­­fi­ca­­tives résul­­tant de fraudes dans

24
3.
14
de trom­­pe­­rie pour obte­­nir un avan­­tage injuste la comp­­ta­­bi­­li­­sa­­tion des pro­­duits. De ce fait,
70
:4
1.
et illé­­gal. lorsque le commis­­saire aux comptes estime
20
84

La fraude peut être réa­­li­­sée au tra­­vers d’un que ce risque n’existe pas, il en jus­­ti­­fie dans
88
0:
21

détour­­ne­­ment d’actif ou bien au tra­­vers de son dos­­sier (NEP 240). ■


9
54
58

la mani­­pu­­la­­tion des états finan­­ciers pou­­vant


t:6
tta

induire en erreur le lec­­teur des états finan­­ciers.


Se
CG
N
:E
om
x.c

Comment l’uti­­li­­ser ?
o
rv
la
ho
.sc

Étapes
Avan­­tages
1
uh

1) Iden­­ti­­fier les fac­­teurs de risques.


■■ L’éva­­lua­­tion
de ce risque per­­met d’obtenir une
ii Entre­­tien avec la direc­­tion sur :
bonne compré­­hen­­sion des fac­­teurs de risque de
—— son appré­­cia­­tion du risque ;
fraude et de leur impact afin d’adap­­ter l’approche
—— les pro­­cé­­dures mises en place par l’entité pour
d’audit en consé­­quence.
iden­­ti­­fier les risques de fraude et y répondre ;
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

—— comment elle commu­­nique sur l’éthique et la

Éva­­lua­­tion du risque de fraude


bonne conduite ; Pré­­cau­­tions à prendre
—— l’exis­­tence de fraudes avé­­rées, sus­­pec­­tées
■■ Il faut faire preuve d’esprit cri­­tique sur la pos­­
ou allé­­guées.
si­­bi­­lité qu’un risque d’ano­­ma­­lies signi­­fi­­ca­­tives
ii Entre­­tien avec l’audit interne et toute autre
résul­­tant de fraudes puisse exis­­ter en dépit
per­­sonne utile.
de notre expé­­rience pas­­sée sur l’hon­­nê­­teté ou
ii Réa­­li­­sa­­tion de pro­­cé­­dures ana­­ly­­tiques.
l’inté­­grité des membres de la direc­­tion ou de la
ii Prise en compte des élé­­ments iden­­ti­­fiés lors gou­­ver­­nance.
de la réa­­li­­sa­­tion des pro­­cé­­dures d’audit, de la ■■ De nom­­breux fac­­teurs de risques peuvent exis­­
prise de connais­s­ ance et d’échanges avec les ter. Tou­­te­­fois, il convien­­dra de se foca­­li­­ser sur
membres de l’équipe d’audit. ceux ayant une cer­­taine pro­­ba­­bi­­lité de réa­­li­­sa­­
2) Éva­­luer les risques  : à par­­tir des élé­­ments tion et éga­­le­­ment un impact maté­­riel poten­­tiel
iden­­ti­­fiés, appré­­cier la pro­­ba­­bi­­lité de réa­­li­­sa­­ sur les états finan­­ciers.
tion et la magni­­tude de l’impact poten­­tiel.

— 63 —
Outil
22 Le cal­­cul des seuils

Exemple de four­­chettes de taux par cri­­tère

Exemple de critères Exemple de fourchette


Prise en compte des caractéristiques

pertinents (NEP 320) en fonction du risque d’audit *


de l’entreprise et des utilisateurs

50
Chiffre d’affaires Taux 1 à 3 %

67
15
des états financiers

8
53
:1
Résultat net Taux de 3 à 7 %

9
.6
1
24
3.
14
Résultat courant avant impôt
70
:4
1.
Taux de 3 à 7 %
20
84

Capitaux propres Taux 3 à 5 %


88
0:
21
9
54
58

Endettement net Taux 1 à 2 %


t:6
tta
Se
CG

Autre (à préciser)
N
:E
om
o x.c
rv

Taux proposés par la matrice du pack PE V4 de la CNCC.


la
ho
.sc
1
uh

En résumé Insight
Afin de pou­­voir se for­­ger une opi­­nion sur les In order to be in a posi­­ tion to issue an
comptes d’une société, l’audi­­teur doit obte­­nir unqua­li­fied opi­­nion, the auditor should
une assu­­rance rai­­son­­nable mais non abso­­lue obtain rea­son­able assu­­rance whether the
que ces der­­niers ne pré­­sentent pas d’ano­­ma­­ financial state­
ments are free from material
lies signi­­fi­ca­­tives pou­­vant influ­­en­­cer les déci­­ misstatements.
sions d’un uti­­li­­sa­­teur des états finan­­ciers. Within this context, the auditor should deter­
Dans ce cadre, il est néces­­saire pour l’audi­­teur mine, in accordance with NEP320, a materiality
de déter­­mi­­ner confor­­mé­­ment à la NEP-320 threshold through the use of his professional
« Ano­­ma­­lies significatives et seuil de signi­­fi­ca­­ judgment.
tion » un seuil de maté­­ria­­lité, appelé éga­­le­­ment
seuil de signi­­fi­ca­­tion. Pour ce faire, l’audi­­teur
devra notam­­ment prendre en compte l’envi­­ron­­
ne­­ment de l’entre­­prise, sa struc­­ture finan­­cière
et l’his­­to­­rique des ano­­ma­­lies relevées au cours
des exer­­cices pré­­cé­­dents. La déter­­mi­­na­­tion du
seuil relève du juge­­ment pro­­fes­­sion­­nel.

— 64 —
Dossier 3  Phase pré­­li ­mi naire
­ Outil
22
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? Métho­­do­­logie et conseils
Le cal­­cul du seuil de maté­­ria­­lité fait appel au
Objec­­tif juge­­ment pro­­fes­­sion­­nel. Il est sou­­vent déter­­
L’objec­­tif est de dé­terminer le seuil au-­delà miné en amont de la clô­­ture pour per­­mettre Le seuil au-­delà
duquel des ano­­ma­­lies sont jugées d’une impor­­ d’appré­­hen­­der au mieux la sélec­­tion des duquel le juge­­ment
tance telle qu’elles sont sus­­cep­­tibles d’influ­­en­­ circularisations, la réa­­li­­sa­­tion de tra­­vaux de de l’uti­­li­­sa­­teur
cer le juge­­ment de l’uti­­li­­sa­­teur se fon­­dant sur pré-final et de défi­­nir les seuils d’inves­­ti­­gation des états
les comptes. Déter­­mi­­ner en consé­­quence le néces­­saires aux tests de détails. finan­­ciers peut
seuil de tra­­vail de l’audi­­teur. L’audi­­teur doit tou­­jours mettre à jour le seuil être influ­­encé.
de maté­­ria­­lité au regard des comptes défi­­ni­­
Contexte tifs. Il doit ainsi s’assu­­rer qu’en cas de modi­­
L’audi­­teur doit obte­­nir une assu­­rance rai­­ fi­­ca­­tion du seuil, les tra­­vaux réa­­li­­sés au cours

50
67
son­­nable que les comptes ne pré­­sentent pas de l’audit sont suf­­fi­sants.

15
8
53
d’ano­­ma­­lies signi­­fi­ca­­tives. Compte tenu de son impact sur l’éten­­due des

9 :1
.6
1
Le seuil de maté­­ria­­lité per­­met de don­­ner un tra­­vaux, le seuil de maté­­ria­­lité pré­­li­­mi­n ­ aire

24
3.
14
cadre de réfé­­rence pour appré­­cier le carac­­tère doit être validé en même temps que le plan
1.
:4
maté­­riel des ano­­ma­­lies et aussi déter­­mi­­ner les de mis­­sion par l’asso­­cié, signa­­taire de l’opi­­nion
70
20
84

seuils d’inves­­ti­­gations pour la réa­­li­­sa­­tion des d’audit.


88
0:

pro­­cé­­dures d’audit.
21
9
54
58
t:6
tta
Se

Comment l’uti­­li­­ser ?
CG
N
:E
om

Étapes
o x.c
rv
la

ii Sélec­­tion­­ner l’agré­­gat per­­tinent au cas


ho
.sc

d’espèce en tenant compte des attentes des Avan­­tages


1
uh

uti­­li­­sa­­teurs des états finan­­ciers et au regard


■■ Le cal­­cul des seuils per­­met de dé­finir un cadre de
des carac­­té­­ris­­tiques propres à l’entre­­prise  :
sec­­teur d’acti­­vité, résul­­tat néga­­tif, forte crois­­ réfé­­rence pour appré­­hen­­der le carac­­tère signi­­fi­­
sance du chiffre d’affaires, niveau de capi­­taux ca­­tif des ano­­ma­­lies.
■■ Il consti­­tue une base de cal­­cul pour la déter­­mi­­
propres, struc­­ture d’endet­­te­­ment, fluc­­tua­­tion
na­­tion des seuils d’inves­­ti­­gation néces­­saires à la
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

des résul­­tats d’une année sur l’autre, élé­­ments


excep­­tion­­nels inclus dans les résul­­tats… réa­­li­­sa­­tion des pro­­cé­­dures d’audit.
ii En fonc­­tion des risques d’audit, déter­­mi­­ner
le pour­­cen­­tage à rete­­nir dans la four­­chette. Ce
der­­nier pou­­vant être proche de la four­­chette
Pré­­cau­­tions à prendre
■■ Il est impor­­tant de bien comprendre l’acti­­vité de
haute par exemple en cas :
—— de pré­­sence de peu d’action­­naires ; l’entre­­prise, le sec­­teur dans lequel elle opère, ses
Le cal­­cul des seuils
—— d’absence de dettes ou d’actions cotées sur enjeux et les élé­­ments sur les­­quels les uti­­li­­sa­­
les mar­­chés finan­­ciers ; teurs des états finan­­ciers portent une atten­­tion
—— d’absence de volonté de s’intro­d ­ uire en bourse par­­ti­­cu­­lière.
■■ Il est éga­­le­­ment néces­­saire pour l’audi­­teur de
à court terme ou de levée des fonds.
ii À par­­tir du seuil de maté­­ria­­lité obtenu, éta­­ consi­­dé­­rer dans le cal­­cul du seuil de maté­­ria­­lité
blir le niveau des seuils de pla­­ni­­fi­ca­­tion et le nombre et la nature des ano­­ma­­lies rele­­vés au
d’inves­­ti­­gation. cours des exer­­cices pré­­cé­­dents.

— 65 — suite outil 22 
Outil
22 Le cal­­cul des seuils
Comment être plus effi­­cace ?

Agré­­gats néga­­tifs ou à forte mon­­tant infé­­rieur au seuil de signi­­fi­ca­­tion uti­­


vola­­ti­­lité lisé par le commis­­saire aux comptes pour défi­­
En cas d’agré­­gats néga­­tifs tels que le résul­­tat nir la nature et l’éten­­due de ses tra­­vaux. Le
cou­­rant, l’audi­­teur doit s’inter­­ro­­ger sur la per­­ seuil de pla­­ni­­fi­ca­­tion est fixé à un mon­­tant
ti­­nence de cal­­cu­­ler son seuil sur ce cri­­tère. En tel qu’il per­­met de réduire à un niveau accep­­
effet, compte tenu des évo­­lu­­tions erra­­tiques table le risque que le mon­­tant des ano­­ma­­lies
que ce der­­nier peut connaître dans le temps, rele­­vées non cor­­ri­­gées et des ano­­ma­­lies non

50
67
il peut esti­­mer qu’un autre cri­­tère est plus per­­ détec­­tées excède le seuil de signi­­fi­ca­­tion. »

15
8
53
tinent pour son audit. L’audi­­teur va ainsi déter­­mi­­ner des seuils

9:1
.6
d’inves­­ti­­gation pour réa­­li­­ser ses tests de

1
Il en est de même en cas d’agré­­gat connais­­sant

24
3.
détails en fonc­­tion du seuil de pla­­ni­­fi­ca­­tion. Le
14
des fluc­­tua­­tions impor­­tantes d’une année sur
1.
:4
l’autre. En effet, le risque d’audit n’évolue pas risque de non-­détection sera cou­­vert quant à
70
20

lui par la dif­­fé­­rence entre le seuil de pla­­ni­­fi­ca­­


84

forcément de la même manière. Ainsi, réduire


88
0:

ou aug­­men­t­ er for­­te­­ment le seuil de maté­­ria­­lité tion et le seuil de maté­­ria­­lité.


21
9
54

peut ne pas être appro­­prié. Cet écart devra être plus impor­­tant dans les
58
t:6

socié­­tés pour les­­quelles his­­to­­ri­­que­­ment de


tta
Se

Un seuil pou­­vant être rééva­­lué nom­­breux ajus­­te­­ments ont été rele­­vés au


CG
N

cours des der­­niers exer­­cices. En effet, la pro­­


:E

Comme évo­­qué pré­­cé­­dem­­ment, le cal­­cul du


om
x.c

seuil de maté­­ria­­lité pré­­li­­mi­­naire inter­­vient le ba­­bi­­lité d’avoir des erreurs non détectées y est
o
rv

plus forte.
la

plus sou­­vent en amont de la clô­­ture. Tou­­te­­


ho
.sc

fois, fixer son mon­­tant doit être consi­­déré


1
uh

comme rela­­tif. En effet, l’audi­­teur doit tout au Quelques exemples sec­­to­­riels


long de sa mis­­sion se poser la ques­­tion de son Dans cer­­tains sec­­teurs d’acti­­vité, il peut être
carac­­tère appro­­prié et ne doit pas hési­­ter à le per­­tinent de choi­­sir un agré­­gat adapté à l’acti­­
rééva­­luer en cours de route en fonc­­tion des vité de l’entre­­prise.
infor­­ma­­tions dont il dis­­pose. Ainsi, dans le domaine des bio­­tech­­no­­logies,
Par exemple, en cas de chan­­ge­­ment d’action­­ des socié­­tés de recherche ou même dans
na­­riat, de pro­­blèmes infor­­ma­­tiques, de risques les start-­up, le mon­­tant des dépenses ou des
accrus en matière de conti­­nuité d’exploi­­ta­­tion, frais de R&D peut être le cri­­tère per­­tinent en
l’audi­­teur devra envi­­sa­­ger de faire évo­­luer ou l’absence de revenu, et compte tenu de l’atten­­
non le seuil de maté­­ria­­lité. tion par­­ti­­cu­­lière por­­tée par les lec­­teurs des
états finan­­ciers sur ces agré­­gats.
Le seuil de pla­­ni­­fi­­ca­­tion L’audi­­teur devra ensuite déter­­mi­­ner le pour­­
Le seuil de pla­­ni­­fi­ca­­tion est défini par la NEP cen­­tage de ce cri­­tère à rete­­nir.
450 «  Norme d’exer­­cice pro­­fes­­sion­­nel rela­­ De même, dans le domaine de la grande dis­­tri­­
tive à l’éva­­lua­­tion des ano­­ma­­lies rele­­vées au bu­­tion, rete­­nir la marge peut éga­­le­­ment être
cours de l’audit » comme étant « le seuil d’un per­­tinent.

— 66 —
Dossier 3  Phase pré­­li ­mi naire
­ Outil
22

CAS d’un Cal­­cul des seuils

Un audi­­teur débu­­tant se voit confier par son un mar­­ché très concur­­ren­­tiel et pour lequel les
chef de mis­­sion la déter­­mi­­na­­tion pré­­li­­mi­­naire délais de concré­­ti­­sation des ventes peuvent
du seuil de maté­­ria­­lité dans une société indus­­ être longs et complexes.
trielle clô­­tu­­rant au 31 décembre N. En N, les prin­­ci­­paux agré­­gats finan­­ciers sont :
La société est mature et pré­­sente des résul­­ ii un chiffre d’affaires de 15 M€ sur la période
tats opé­­ra­­tion­­nels très dégradés par rap­­port en légère hausse ;
aux pré­­cé­­dents exer­­cices. Par entre­­tien avec la ii un résul­­tat cou­­rant avant impôt (RCAI) néga­­

50
67
direc­­tion, l’audi­­teur comprend que cette situa­­ tif de 25 K€ contre un RCAI posi­­tif de 550 K€

15
8
53
tion s’explique par des pertes sur créances en N-1 ;

9:1
.6
deve­­nues irré­­cou­­vrables, plu­­sieurs licen­­cie­­ ii un résul­­tat net néga­­tif de 150 K€ contre un

1
24
3.
ments et quelques pro­­blèmes de qua­­lité sur
14
résul­­tat net posi­­tif de 590 K€ en N-1 ;
1.
les pro­­duits ven­­dus.
:4
ii des capi­­taux propres de 2 M€.
70
20

La direc­­tion estime que ces élé­­ments sont ponc­­


84

À partir de ces éléments, il a for­­ma­­lisé ses tra­­


88
0:

tuels. La société commer­­cia­­lise des machines-­


21

vaux de la façon suivante. ■


9
54

outils de fortes valeurs (400 K€ uni­­taires) sur


58
t:6
tta
Se

Détermination du seuil de signification


CG
N
:E
om
x.c

Critères pertinents Taux Base Taux retenu (ou autre Montant


o
rv
la

indicatifs (en K€) modalité de calcul) (en K€)


ho
.sc
1

Chiffre d’affaires 1à3% 15 000 2% 300


uh

Capitaux propres 3à5% 2 000 3% 60

Commentaires
Le résultat courant avant impôts et le résultat net sont négatifs. Le critère « chiffre d’affaires » a été
préféré au critère « capitaux propres » en raison de l’attention particulière portée par la direction et les
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

actionnaires sur le niveau des ventes.

Seuil de signification 300

Détermination du seuil de planification


Le cal­­cul des seuils

Commentaires
Compte tenu de l’historique des erreurs identifiés au cours des exercices précédents, le seuil de
planification a été déterminé à 50 % du seuil de signification

Seuil de planification 150

— 67 —
DOS­­SIER

4 Tech­­niques
élémentaires
Des outils stan­­dards
Afin d’asseoir son opi­n ­ ion, l’audi­­teur va mettre en œuvre un pro­­gramme de tra­­vail consti­­tué

50
67
de tra­­vaux lui per­­met­­tant de col­­lec­­ter des élé­­ments pro­­bants, dans le but de réduire le risque

15
8
53
d’audit. Dans la construc­­tion de son dos­­sier de tra­­vail, il veille à for­­ma­­li­­ser la piste d’audit.

9:1
.6
Afin de rem­­plir ces objec­­tifs, l’audi­­teur dis­­pose d’une pano­­plie d’outils de base, aux­­quels il

1
24
3.
14
peut avoir recours dans de mul­­tiples situa­­tions et sur les­­quels reposent des pro­­grammes
1.
:4
70

de tra­­vail, quel que soit le cycle audité.


20
84

Ils répondent à une ter­­mi­­no­­logie pré­­cise et commune à l’ensemble de la pro­­fes­­sion, bien


88
0:
21

que la grande majo­­rité d’entre eux ne fasse pas l’objet d’une véri­­table nor­­ma­­li­­sa­­tion « offi­­
9
54
58

cielle  ». La NEP 500 «  Carac­­tère pro­­bant des élé­­ments col­­lec­­tés  » énu­­mère, dans sa cin­­
t:6
tta

quième par­­tie inti­­tu­­lée « Tech­­niques de contrôle », une dizaine de tech­­niques. Néan­­moins,


Se
CG

cette liste n’est pas exhaus­­tive et les tech­­niques ne sont pas expli­­ci­­tées (en toute logique
N
:E
om

puisque cela ne relève pas du rôle de la NEP).


o x.c
rv

En géné­­ral très simples dans leur prin­­cipe de fonc­­tion­­ne­­ment, la mise en appli­­ca­­tion de ces
la
ho
.sc

outils peut être plus ou moins aisée selon les cas d’espèce. Nous détaillons le fonc­­tion­­ne­­
1
uh

ment des principaux d’entre eux dans les outils 23 à 35.

— 68 —
Dossier

4
Une ini­­tiation aux tech­­niques d’audit
Ils sont en général présentés aux auditeurs débutants lors de leurs premiers pas dans la
profession, l’objectif étant qu’ils les intègrent rapidement et qu’ils deviennent des réflexes.
Par exemple, après quelques mois d’expérience, tout auditeur doit être capable de réaliser
de manière autonome un « rapprochement » entre deux documents ou bien un « tableau
de passage » sur un sujet donné.
La correcte réalisation des techniques de base suppose que l’auditeur :
ii comprenne sur le fond les raisons pour lesquelles il effectue les travaux ;
ii en respecte la forme, afin que ses travaux puissent être revus et utilisés dans la phase
de synthèse par le responsable de mission.

50
C’est un des points clés de développement personnel pour le débutant : ne pas se laisser

67
15
8
« noyer » par le volume d’informations et le côté en apparence « routinier » de certaines

53
:1
9
tâches, ce qui risquerait de le décourager. Au contraire, il doit s’interroger et comprendre

1.6
24
ce qu’il fait afin d’être capable d’identifier d’éventuelles anomalies.
3.
14
1.
:4
Pour un superviseur, il s’agit même d’un indicateur d’intégration et de progression d’un
70
20

jeune collaborateur.
84
88
0:
21
9
54
58
t:6
tta
Se

Les outils
CG
N
:E
om
o x.c

23 Le tableau de pas­­sage......................................................70
rv
la
ho
.sc

24 Le rap­­pro­­che­­ment............................................................. 72
1
uh

25 Les véri­­fi­ca­­tions arith­­mé­­tiques..................................... 74

26 La vali­­da­­tion des quan­­ti­­tés............................................. 76

27 Les tests de cut-­off...........................................................78

28 La circularisation...............................................................82

29 La revue sub­­sé­­quente des décais­­se­­ments................. 86

30 Démarche rela­­tive à la revue des tests ­


de perte de valeur............................................................ 88

31 Les tech­­niques de son­­dage.............................................92

32 Les outils d’assis­­tance infor­­ma­­ti­­sée à l’audit............ 96

33 La compré­­hen­­sion de la revue de l’envi­­ron­­ne­­ment


infor­­ma­­tique...................................................................... 98

34 Uti­­li­­sation des tra­­vaux d’un tiers.................................100

35 La lettre d’affirmation.................................................... 102

— 69 —
Outil
23 Le tableau de pas­­sage

For­­mat stan­­dard d’un tableau de pas­­sage

Colonne Colonne
à rapprocher à rapprocher
du bilan audité N-1 du bilan audité

50
67
15
8
53
9:1
.6
1
24
3.
14
Détail d’un 31/12/N-1 Augmentation
:4
1.
Diminution Transfert 31/12/N
poste de bilan
70
20
84
88
0:
21
9
54
58
t:6
tta
Se
CG
N

Total
:E
om
o x.c
rv
la
ho
.sc
1
uh

Mouvements qui vont :


Par exemple :
- le cas échéant, être rapprochés du compte de
- Immobilisations
résultat (provisions et amortissements notamment) ;
- Amortissements
- faire l’objet de travaux d’audit.
- Provisions

En résumé Insight
Le tableau de pas­­sage per­­met de détailler les The continuity schedule allows detailing the
mou­­ve­­ments inter­­ve­­nus, ligne à ligne, entre les changes that occurred during the period
élé­­ments qui composent un solde du bilan de between the opening balance (audited last
clô­­ture de l’exer­­cice pré­­cé­­dent (validé lors de year) and the closing balance (subject to the
l’audit de la clô­­ture pré­­cé­­dente) et les élé­­ments audit).
qui composent un solde du bilan de clô­­ture This table is also used by the auditor as
(bilan audité). Ce tableau sert de base à cer­­ a starting point for his audit procedures
tains tra­­vaux de l’audi­­teur (revues ana­­ly­­tiques, (analytical review, tests of details…).
vali­­da­­tion de tran­­sac­­tions…) pour les postes de
bilan concer­­nés.

— 70 —
Dossier 4  Tech­niques élémentaires
­ Outil
23
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? S’assu­­rer :
—— de l’exhaus­­ti­­vité des mou­­ve­­ments (pro­­vi­­
Objec­­tif sions en par­­ti­­cu­­liers) ;
Le tableau de pas­­sage est éga­­le­­ment dési­­gné —— que le solde de clô­­ture pré­­senté répond a Ce tableau
sous les termes de «  tableau de rap­­pro­­che­­ priori aux dif­­fé­­rentes asser­­tions du compte est la base
ment » ou de « tableau de varia­­tion ». concerné (cf. outil 17). des tests
L’objec­­tif de cet outil est de contri­­buer à de l’audi­­teur
la vali­­da­­tion par l’audi­­teur d’un compte ou Métho­­do­­logie et conseils lors de la revue
groupe de comptes du bilan audité. En effet, Les tableaux de pas­­sage sont, en géné­­ral, pré­­ de nom­­breux
l’audi­­teur s’appuie sur la clô­­ture N-1, déjà vali­­ parés par les entre­­prises. Cer­­tains d’entre eux postes signi­­fi­­ca­­tifs
dée l’année pré­­cé­­dente, et va concen­­trer ses consti­­tuent des états obli­­ga­­toires dans la liasse du bilan.
efforts d’audit sur la compré­­hen­­sion des mou­­ fis­­cale (feuillets 2054 et 2055 pour les immo­­

50
67
ve­­ments (ou leur absence). En addi­­tion­­nant

15
bi­­li­­sa­­tions/amor­­tis­­se­­ments, feuillet 2056 pour

8
53
les soldes de clô­­ture N-1 aux mou­­ve­­ments de les pro­­vi­­sions) ou dans les annexes (immo­­bi­­

9 :1
.6
l’exer­­cice, et après réa­­li­­sa­­tion de ses tests,

1
li­­sa­­tions, pro­­vi­­sions, varia­­tion des capi­­taux

24
3.
l’audi­­teur pourra por­­ter une conclu­­sion sur le
14
propres conso­­li­­dés). Ainsi, le pre­­mier réflexe
:4
1.
solde de clô­­ture.
70

de l’audi­­teur est de demander à son client, en


20
84

amont de la mis­­sion, de les lui four­­nir, et non


88

Contexte
0:

pas de se lan­­cer dans leur éla­­bo­­ra­­tion. ■


21
9
54

Cette tech­­nique d’audit va s’appli­­quer prin­­ci­­pa­­


58
t:6

le­­ment aux tra­­vaux :


tta
Se

ii sur les immo­­bi­­li­­sa­­tions incor­­po­­relles, cor­­


CG
N
:E

po­­relles et finan­­cières ainsi qu’aux amor­­tis­­


om
x.c

se­­ments et dépré­­cia­­tions cor­­res­­pon­­dants­


Avan­­tages
o
rv
la

(cf. outils 36 à 39) ;


ho
.sc

ii sur les capi­­taux propres (cf. outil 48) ; ■■ Le tableau de pas­­sage dresse le pano­­rama des
1
uh

ii sur les pro­­vi­­sions (pour dépré­­cia­­tion,­ mou­­ve­­ments enre­­gis­­trés en comp­­ta­­bi­­lité et


cf. outils  42, 43 et 44) et risques et charges­ consti­­tue une base sur laquelle peut s’appuyer
(cf. outils 49 et 50) ; l’audi­­teur pour ses tests.
ii sur la conso­­li­­da­­tion (cf. outils 61 et sui­­vants).

Pré­­cau­­tions à prendre
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

Comment l’uti­­li­­ser ? ■■ Ilest impor­­tant de s’assu­­rer de l’exac­­ti­­tude des


soldes de clô­­ture N-1 (si le point de départ n’est
Étapes pas le bon, le point d’arri­­vée non plus).
1) Obte­­nir ou pro­­duire le tableau de pas­­sage ■■ L’obten­­tion du tableau de pas­­sage ne consti­­tue
sur le thème audité, après s’être assuré : pas en soi un audit, mais sim­­ple­­ment un sup­­port Le tableau de pas­­sage
—— du rap­­pro­­che­­ment des soldes des clô­­tures aux dif­­fé­­rentes pro­­cé­­dures d’audit à mener.
N-1 et N avec res­­pec­­ti­­ve­­ment le bilan audité ■■ Bien que la dé­marche soit basée sur l’étude
N-1 et le bilan audité N ; des mou­­ve­­ments, cela n’exo­­nère pas l’audi­­teur
—— du rap­­pro­­che­­ment de cer­­tains mou­­ve­­ments de se poser des ques­­tions rela­­tives aux ano­­
avec le compte de résul­­tat (amor­­tis­­se­­ments, ma­­lies éven­­tuelles pou­­vant por­­ter sur les élé­­
pro­­vi­­sions). ments compo­­sant le solde (dépré­­cia­­tion d’actif
2) Réa­­li­­ser les tra­­vaux d’audit sur les dif­­fé­­rents par exemple) ainsi que sur l’exhaus­­ti­­vité des
mou­­ve­­ments (cf. ren­­vois aux outils ci-­dessus). mouvements (oubli d’une pro­­vi­­sion).

— 71 —
Outil
24 Le rap­­pro­­che­­ment

Éta­­blir un lien entre deux docu­­ments

Informations à justifier Justificatifs ou détails

50
ou détailler (par exemple)

67
15
8
53
9:1
.6
1
24
3.
Extraits
14
1. de
:4
Factures
70

Feuilles de comptes
20
84

travail de Comptes
88

Réponse
0:

de la balance Contrats,
21

l’entreprise Rapprochement
9

de
54

générale acte
58

circulari-
t:6

juridique
tta

sation
Se
CG
N
:E
om
o x.c
rv
la
ho
.sc
1
uh

En résumé Insight
Le rap­­pro­­che­­ment de deux docu­­ments est un Performing re­conci­­lia­­tions between two docu­­
des outils prin­­ci­­paux de l’audi­­teur. Il consiste ments is one of the main tools of the auditor.
à for­­ma­­li­­ser des liens entre des pièces de It consists in documenting the links between
natures variées (balances, fac­­tures, contrats various docu­­ments (account details, invoices,
etc.), assu­­rant la traçabilité de la démarche. agreements…) through the use of cross
Dans le dos­­sier, il est for­­ma­­lisé grâce au réfé­ references (re­fer to tool 8).
rencement croisé, dont le fonc­­tion­­ne­­ment est Re­conci­­lia­­tions facilitate the docu­­men­­ta­­tion of
pré­­senté dans l’outil 8. the audit trail.

— 72 —
Dossier 4  Tech­niques élémentaires
­ Outil
24
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? dans son dos­­sier l’état de détail avec sa der­­
nière page, pré­­sen­­tant un total pou­­vant être
Objec­­tif rap­­pro­­ché du solde en comp­­ta­­bi­­lité. Il ne doit
Le rap­­pro­­che­­ment a pour objec­­tif : pas se contenter de prendre une copie des Le « rap­­pro­­che­­ment »,
ii de s’assu­­rer qu’un chiffre donné dans un pages compre­­nant les lignes qu’il va tester, ou « bou­­clage »,
docu­­ment est conforme au docu­­ment qui le sans conser­­ver le total. per­­met de s’assu­­rer
jus­­ti­­fie (par exemple, comp­­ta­­bi­­li­­sa­­tion d’une Il ne faut pas consi­­dé­­rer qu’un rap­­pro­­che­­ment que la source
charge de 100 au titre d’un contrôle fis­­cal  : vaut vali­­da­­tion. Si l’objec­­tif est de vali­­der un et son détail
rap­­pro­­che­­ment de la charge comp­­table avec compte de balance géné­­rale, l’obten­­tion d’un sont iden­­tiques.
le cour­­rier de noti­­fi­cation) ; détail de ce compte, issu du sys­­tème comp­­table,
ii de faire le lien entre un chiffre et le détail ne per­­met pas de conclure que le compte a été
des lignes qui le consti­­tuent (par exemple, rap­­ audité. En l’espèce, il s’agi­­rait d’un bou­­clage

50
67
15
pro­­che­­ment entre le total du lis­­ting des acqui­­ entre deux états pro­­ve­­nant de la même source

8
53
si­­tions d’immo­­bi­­li­­sa­­tions de l’exer­­cice et le (le logi­­ciel comp­­table). Dans ce cas, l’état de

9 :1
.6
1
mon­­tant pré­­senté dans le tableau de varia­­tion détail va ser­­vir de base à des tests, qui remon­­

24
3.
14
des immo­­bi­­li­­sa­­tions, cf. outil 38). te­­ront cer­­tai­­ne­­ment à des pièces externes, et
1.
:4
70

qui per­­met­­tront de por­­ter un juge­­ment sur le


20

Contexte
84

compte concerné de la balance géné­­rale. ■


88
0:

Dans le cadre de sa mis­­sion, l’audi­­teur doit


21
9
54

s’assu­­rer de la cor­­recte traçabilité des infor­­


58
t:6

ma­­tions. Pour ce faire, il pro­­cède entre autres


tta
Se

à des opé­­ra­­tions de rap­­pro­­che­­ment.


CG
N
:E

Le terme de « bou­­clage » est éga­­le­­ment cou­­


om
x.c

ram­­ment uti­­lisé pour évo­­quer la notion de


o
rv
la

rap­­pro­­che­­ment.
ho
.sc
1
uh

Comment l’uti­­li­­ser ?
Étapes Avan­­tages
ii Sélectionner l’infor­­ma­­tion pour laquelle un ■■ Le rap­­pro­­che­­ment est un outil de base uti­­lisé
détail ou un jus­­ti­­fi­catif est sou­­haité.
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

pour la vali­­da­­tion des chiffres audités.


ii Demander au client le docu­­ment cor­­res­­pon­­ ■■ Il permet de maté­­ria­­li­­ser le lien entre les infor­­ma­­
dant, dont une copie sera conser­­vée dans le tions et les docu­­ments dans le dos­­sier de tra­­vail.
dos­­sier.
ii Formaliser le lien entre les deux docu­­ments
dans le dos­­sier de tra­­vail par le biais d’une Pré­­cau­­tions à prendre
réfé­­rence croi­­sée. ■■ Il est impor­­tant de respecter rigou­­reu­­se­­ment
Le rap­­pro­­che­­ment
la for­­ma­­li­­sa­­tion (uti­­li­­sation du référencement
Métho­­do­­logie et conseils
croisé), faute de quoi il peut être dif­­fi­­cile de s’y
Le rap­­pro­­che­­ment doit se faire au niveau de retrou­­ver dans le dos­­sier de tra­­vail.
deux chiffres, repris à l’iden­­tique dans deux ■■ Atten­­tion aux rap­­pro­­che­­ments entre deux docu­­
états dif­­fé­­rents. Ainsi, si l’objec­­tif est de faire ments issus de la même source, dont la seule
des tests de détail sur des lignes compo­­sant jus­­ti­­fi­­cation est l’obten­­tion d’un détail.
un solde (par exemple, faire des tests d’acqui­­
si­­tion d’immo­­bi­­li­­sa­­tions) l’audi­­teur doit clas­­ser

— 73 —
Outil
25 Les véri­­fi­­ca­­tions arith­­mé­­tiques

Exemple de for­­ma­­li­­sa­­tion du contrôle arith­­mé­­tique

1 @ 2 @ 3 @
Référence Prix Quantité Valorisation Dépréciation Dépréciation Valeur
unitaire totale (%) (en valeur) nette

50
67
118 071 672 2,00 15 495 30 990 6,0 % 1 859 29 131

15
8
53
640 376 585 2,00 12 422 24 844 34,0 % 8 447 16 397

9:1
.6
840 276 951 2,00 7 304 14 608 10,0 % 1 461 13 147

1
24
222 177 309 1,00 6 655 6 655 1,0 % 67 6 588

3.
14
285 980 523 1,00 8 591 1.
8 591 9,0 % 773 7 818
:4
70

174 700 975 1,00 7 474 7 474 6,0 % 448 7 026


20
84

798 926 378 1,00 16 933 16 933 7,0 % 1 185 15 748


88
0:

463 208 475 11 675 5 254 6 421


21

1,00 11 675 45,0 %


9
54

425 054 766 2,00 2 799 5 598 50,0 % 2 799 2 799


58
t:6

941 776 740 1,00 15 246 15 246 29,0 % 4 421 10 825


tta
Se

225 861 183 1,00 8 915 8 915 4,0 % 357 8 558


CG

631 689 060 2,00 5 807 11 614 18,0 % 2 091 9 523


N
:E
om

949 822 818 1,00 12 741 12 741 43,0 % 5 479 7 262


o x.c

203 758 282 2,00 9 848 19 696 50,0 % 9 848 9 848


rv
la
ho

451 609 285 2,00 17 024 34 048 28,0 % 9 533 24 515


.sc
1

269 812 951 2,00 39 78 27,0 % 21 57


uh

553 783 202 1,00 6 839 6 839 36,0 % 2 462 4 377


619 065 473 2,00 4 776 9 552 49,0 % 4 680 4 872
TOTAL 170 583 246 097 61 186 184 911 T
T T T T

T Total validé 4
@ Recalcul de la colonne effectué

En résumé Insight
Même si les véri­­fi­­ca­­tions arith­­mé­­tiques sont Performing arithmetical check is one the
pro­­ba­­ble­­ment l’outil de contrôle le plus simple easiest tool of the auditor. However, it is one
de la palette de l’audi­­teur, il en est cepen­­dant of the most impor­­tant. Indeed, the auditor will
l’un des plus fon­­da­­men­­taux. En effet, en cas have difficulty to justify his ultimate conclu­­sion
de d’ano­­ma­­lie décou­­verte a pos­­te­­riori sur un without performing this very simple first set of
dos­­sier, l’audi­­teur aura du mal à s’exo­­né­­rer de verifications.
sa res­­pon­­sa­­bi­­lité s’il avait pu décou­­vrir le point
par un simple contrôle arith­­mé­­tique.

— 74 —
Dossier 4  Tech­niques élémentaires
­ Outil
25
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? de la colonne 3 sont issues d’une sous­­trac­­tion
(colonnes 1 et 2), et la der­­nière ligne (point de
Objec­­tif repère 4) cor­­res­­pond à l’addi­­tion de toutes les
Les véri­­fi­ca­­tions arith­­mé­­tiques per­­mettent de lignes au-­dessus). Les véri­­fi­­ca­­tions
s’assu­­rer que les fichiers uti­­li­­sés pour les tra­­ ii Vali­­der le résul­­tat de l’opé­­ra­­tion. Cela peut arith­­mé­­tiques
vaux ne comportent pas d’erreur arith­­mé­­tique être fait manuel­­le­­ment quand l’état est simple, sont une forme
(qu’ils pro­­viennent du client ou qu’ils aient été ou par un «  re­calcul  » sous M/S Excel ou un de contrôle
pro­­duits par l’audi­­teur). logi­­ciel de trai­­te­­ment de don­­nées quand le basique mais
volume est plus impor­­tant. fon­­da­­men­­tale !
Contexte
ii Maté­­ria­­li­­ser le contrôle par un sym­­bole spé­­
Au cours de ses tra­­vaux, l’audi­­teur est amené ci­­fique (« T » pour le total et un « @ » pour les
à mani­­pu­­ler de nom­­breuses infor­­ma­­tions chif­­

50
for­­mules dans l’exemple ci-­dessus).

67
frées. Les états uti­­li­­sés peuvent être très

15
8
53
simples et ne comprendre que quelques lignes Métho­­do­­logie et conseils

9 :1
.6
(un rap­­pro­­che­­ment ban­­caire avec peu d’élé­­

1
24
Bien qu’il s’agisse d’un contrôle très simple,

3.
ments en rap­­pro­­che­­ment par exemple), mais
14
il doit néan­­moins être réa­­lisé avec rigueur et
:4
1.
ils peuvent éga­­le­­ment être complexes et volu­­
70

peut repré­­sen­­ter un temps impor­­tant sur un


20

mi­­neux (lis­­ting de stocks pré­­sen­­tant des infor­­


84

dos­­sier.
88
0:

ma­­tions rela­­tives aux quan­­ti­­tés, valo­­ri­­sa­­tion,


21

Si le contrôle per­­met de mettre en évi­­dence


9
54

dépré­­cia­­tion, consom­­ma­­tion, rota­­tion, etc.).


58

une ano­­ma­­lie dans un docu­­ment pro­­duit par


t:6

Quelle que soit la nature de l’état uti­­lisé,


tta

l’entre­­prise, investiguer pour déter­­mi­­ner si elle


Se

l’audi­­teur doit tou­­jours s’assu­­rer que le total


CG

relève d’une erreur ou d’un acte volon­­taire,


N

pré­­senté est le bon, au tra­­vers d’un double


:E

avec toutes les consé­­quences poten­­tielles qui


om
x.c

objec­­tif :
en découlent. ■
o
rv
la

ii Limi­­ter les erreurs éven­­tuelles. La pra­­tique


ho
.sc

per­­met de consta­­ter que les erreurs liées à


1
uh

un oubli de ligne/colonne/cel­­lule lors de l’uti­­


li­­sation de M/S Excel sont fré­­quentes. Une
erreur peut avoir un impact direct sur les
Avan­­tages
comptes (par exemple, erreur dans le cal­­cul ■■ Ce type de véri­­fi­­ca­­tions permet de s’assu­­rer que
d’une pro­­vi­­sion). le docu­­ment uti­­lisé ne pré­­sente pas d’ano­­ma­­lie
de base dans ses totaux. L’uti­­li­­sation d’une for­­
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

ii Limi­­ter le risque de fraude. L’inser­­tion d’une


ma­­li­­sa­­tion stan­­dar­­di­­sée de ce contrôle pour tous

Les véri­­fi­ca­­tions arith­­mé­­tiques


ligne ou la modi­­fi­ca­­tion d’un chiffre dans un
état volu­­mi­­neux ne peut pas être iden­­ti­­fiée les dos­­siers per­­met au super­­vi­­seur de consta­­ter
d’un simple coup d’œil. faci­­le­­ment s’il a été fait.

Comment l’uti­­li­­ser ? Pré­­cau­­tions à prendre


■■ Ilest impor­­tant de bien for­­ma­­li­­ser le contrôle
Étapes arith­­mé­­tique réa­­lisé, de manière à ce qu’aucun
ii Iden­­ti­­fier les don­­nées issues d’une opé­­ra­­tion doute ne sub­­siste quant à sa réa­­li­­sa­­tion.
arith­­mé­­tique. Ainsi, dans l’exemple ci-­dessus, ■■ De même, il faut veiller à contrôler tous les

les cases des colonnes  1 et  2 sont issues totaux du docu­­ment, tant dans le sens hori­­zon­­
d’une mul­­ti­­pli­­cation (prix uni­­taire × quan­­tité tal que ver­­ti­­cal. Il arrive en effet qu’une somme
d’une part et valo­­ri­­sa­­tion totale × pour­­cen­­ soit cor­­recte dans un sens et pas dans l’autre.
tage de dépré­­cia­­tion d’autre part), les cases

— 75 —
Outil
26 La vali­­da­­tion des quan­­ti­­tés

Les postes de bilan sujets


aux pro­­blé­­ma­­tiques de quan­­tités

50
67
15
8
53
BILAN

9:1
.6
1
24
Inventaire des

3.
14
immobilisations Immobilisations
70
:4
1.
100 Capitaux propres 165
20
84

Stocks 80 Provisions 20
88

Inventaire des stocks


0:
21
9
54

Créances 120 Dettes financières 80


58
t:6

Inventaire de caisse
tta
Se
CG

Trésorerie 50 Dettes d’exploitation 85


N
:E
om

Total actif 350 Total passif 350


o x.c
rv
la
ho
.sc
1
uh

En résumé Insight
Pour véri­­fier la réa­­lité de cer­­tains actifs In order to en­sure that the some assets are
(notam­­ment stocks et immo­­bi­­li­­sa­­tions) à la real at the closing date (especially fixed assets
date de clô­­ture, la solu­­tion la plus simple pour and inven­­to­­ries), one of the procedure would
la société consiste sou­­vent à pro­­cé­­der à un consist in performing physical counts.
comp­­tage phy­­sique. In his audit strategy, the auditor may decide to
Dans sa démarche, l’audi­­teur appré­­cie l’oppor­­ attend to the physical counts organized by the
tu­­nité de se rendre sur les lieux où se trouvent company to validate the quality of the process
les actifs afin d’en consta­­ter la qua­­lité des véri­­ and perform his own tests.
fi­­ca­­tions effec­­tuées par l’entre­­prise ainsi que
de mener ses propres contrôles.

— 76 —
Dossier 4  Tech­niques élémentaires
­ Outil
26
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? niques (machines, pro­­duits chi­­miques par
exemple), demander à ce qu’un tech­­ni­­cien de
Objec­­tif l’entre­­prise soit présent éga­­le­­ment afin de
La vali­­da­­tion des quan­t­ i­­tés consti­­tue un outil s’assu­­rer que le bien pré­­senté cor­­res­­pond à Le comp­­tage
per­­met­­tant de vérifier l’exis­­tence d’un élé­­ment celui qui est testé. phy­­sique
d’actif du bilan. ii For­­ma­­li­­ser la revue en indi­­quant dans la est un contrôle
feuille de tra­­vail les élé­­ments de contexte simple et fiable
Contexte (date, lieu, nom des inter­­lo­­cuteurs pré­­sents), de l’exis­­tence
Les comptes d’actif sont sou­­vent jus­­ti­­fiés à les réfé­­rences tes­­tées et la conclu­­sion. d’un actif.
l’aide de pièces comp­­tables (fac­­tures en par­­
ti­­cu­­lier). Cela ne doit pas empê­­cher l’audi­­teur Métho­­do­­logie et conseils
de pro­­cé­­der à des obser­­va­­tions phy­­siques, qui

3
Les comp­­tages phy­­siques sont un moment

82
79
sont expres­­sé­­ment pré­­vues par les normes pri­­vi­­lé­­gié pour l’audi­­teur pour comprendre les

3
38
pro­­fes­­sion­­nelles (notam­­ment  : NEP 240 rela­­

5
:1
aspects opé­­ra­­tion­­nels de l’entre­­prise auditée.

8
.2
tive à la fraude, NEP 315 rela­­tive à la connais­­

33
Cela lui per­­met éga­­le­­ment de dis­­cu­­ter avec le

.1
3
sance de l’entité et de son envi­­ron­­ne­­ment et
25
diri­­geant ainsi que du per­­son­­nel «  non finan­­
éva­­lua­­tion du risque d’ano­­ma­­lies signi­­fi­ca­­tives 7.
9
:1
cier  », dans un cadre plus infor­­mel que celui
70
20

dans les comptes, NEP 500 et 501 rela­­tives au


84

des bureaux. ■
88

carac­­tère pro­­bant des élé­­ments col­­lec­­tés). Ces


0:
1
92

véri­­fi­ca­­tions per­­met­­tront à l’audi­­teur :


54
58
t:6

ii de consta­­ter l’exis­­tence d’élé­­ments signi­­fi­ca­­


tta
Se

tifs du bilan ;
G
NC

ii de mieux comprendre l’acti­­vité de son client,


:E
om

en allant au-­delà des pièces comp­­tables ;


Avan­­tages
x.c
vo
lar

ii de pro­­po­­ser une démarche dis­­sua­­sive en


ho

■■ La vali­­da­­tion des quan­­ti­­tés est une procédure


sc

termes de fraude vis-­à-vis de la direc­­tion et


1.
uh

des col­­la­­bo­­ra­­teurs de l’entre­­prise auditée. sou­­vent simple à mettre en place per­­met­­tant la


véri­­fi­­ca­­tion concrète de la réa­­lité d’un actif.
■■ Les comp­­tages phy­­siques per­­mettent une immer­­
Comment l’uti­­li­­ser ? sion dans des aspects opé­­ra­­tion­­nels (stocks,
outils de pro­­duc­­tion).
Étapes
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

ii Iden­­ti­­fier dans le bilan les actifs qui jus­­ti­­


fient une obser­­va­­tion phy­­sique. En fonc­­tion de Pré­­cau­­tions à prendre

La vali­­da­­tion des quan­­ti­­tés


l’objec­­tif du test, ils peuvent l’être sur la base ■■ Le constat de l’exis­­tence phy­­sique n’exo­­nère pas
de leur valo­­ri­­sa­­tion (machines d’une valeur l’audi­­teur de tra­­vaux rela­­tifs à la valo­­ri­­sa­­tion et
supé­­rieure à 50 % du seuil de pla­­ni­­fi­ca­­tion par à la dépré­­cia­­tion de ces actifs.
exemple), de leur carac­­tère sen­­sible (stocks ■■ Lors du contrôle, l’audi­­teur doit faire preuve de
de métaux pré­­cieux ou caisses par exemple) recul par rap­­port aux actifs qui lui sont pré­­sen­­
ou au hasard. Pour le détail des contrôles à tés. Il doit s’assu­­rer qu’ils cor­­res­­pondent bien aux
mettre en œuvre lors d’un inven­­taire de stocks élé­­ments comp­­ta­­bi­­li­­sés (lien avec un numéro de
(cf. outil 40). série pour une machine par exemple, ou encore
ii Demander au contact dans l’entre­­prise entre­­tien avec des tech­­ni­­ciens de l’entre­­prise) et
(diri­­geant, direc­­teur finan­­cier ou comp­­table) qu’ils appar­­tiennent effec­­ti­­ve­­ment à l’entre­­prise.
d’accom­­pa­­gner l’audi­­teur pour faire le constat
phy­­sique. Si les élé­­ments véri­­fiés sont tech­­

— 77 —
Outil
27 Les tests de cut-­off

Les pro­­blé­­ma­­tiques de la césure de l’exer­­cice

Achats de biens Ventes de biens


Quelle est la date de réception ? Quelle est la date de livraison ?
Quelle est la date de comptabilisation ? Quelle est la date de comptabilisation ?

3
Présence d’incoterms ? Présence d’incoterms ?

82
79
Lien avec le mouvement de stocks ? Lien avec le mouvement de stocks ?

3
5 38
:18
.2
33
.1
3
25
RISQUE
E DE
7.
9
:1
CUT-OFF
70
20

01/01/N 31/12/N+1
84
88
0:

CLÔTURE
1
92
54

31/12/N
58
t:6
tta

RISQUE DE
Se
G

CUT
CUT-OFF
NC
:E
om
x.c
vo
lar
ho

Achats de services Ventes de services


sc
1.
uh

Date de la prestation ? Date de la prestation ?


Exercice de rattachement ? Exercice de rattachement ?

En résumé Insight
La date de clô­­ture marque la fin d’un exer­­cice The closing date is the end of an accounting
comp­­table. Celui-­ci doit comprendre l’ensemble period. It should include all tran­­sac­­tions related
des opé­­ra­­tions de la période et a contrario to the period but should exclude all tran­­sac­­
exclure les opé­­ra­­tions de la période sui­­vante. tions related to the subsequent period.
Autour de la date de clô­­ture, il existe un risque A­round the closing date, a risk exists that some
que les tran­­sac­­tions ne soient pas comp­­ta­­bi­­li­­ tran­­sac­­tions would be recorded in the wrong
sées sur le bon exer­­cice, voire qu’elles ne le period.
soient que par­­tiel­­le­­ment. As a result, the auditor should design audit
L’audi­­teur doit donc mettre en place des tests procedures to validate the proper cut-­off and
visant à contrô­­ler la césure des exer­­cices et the related assertions: the cut-­off tests.
ainsi vali­­der l’asser­­tion cor­­res­­pon­­dante  : les
tests de cut-­off.

— 78 —
Dossier 4  Tech­niques élémentaires
­ Outil
27
Pour­­quoi l’uti­­li­­ser ? ture est reçue en jan­­vier N +1 (voir la rubrique
« Comment être plus effi­­cace ? » de cet outil
Objec­­tif pour la for­­ma­­li­­sa­­tion stan­­dard de ce test).
Les tests de cut-­off per­­mettent à l’audi­­teur Le test de cut-­off
de s’assu­­rer que les opé­­ra­­tions de l’entre­­prise Métho­­do­­logie et conseils est un des piliers
ont été comp­­ta­­bi­­li­­sées sur le bon exer­­cice Ce test est par­­fois « lourd » à mettre en place. de la démarche
comp­­table. En effet, la recherche des pièces jus­­ti­­fi­catives de l’audi­­teur
peut néces­­si­­ter beau­­coup de temps et n’est vali­­dant le prin­­cipe
Contexte pas tou­­jours bien accep­­tée par les clients. Il de sépa­­ra­­tion
L’audi­­teur dis­­pose de dif­­fé­­rents moyens pour est donc indis­­pen­­sable de bien adap­­ter l’éten­­ des exer­­cices.
appré­­cier l’exis­­tence d’erreurs de cut-­off. Ainsi, due du test au cas par­­ti­­cu­­lier de l’entre­­prise.
il peut s’inté­­res­­ser au contrôle interne mis en Il faut évi­­ter de mul­­ti­­plier les tests si d’autres

3
82
79
place dans l’entre­­prise (notam­­ment, l’exis­­tence tra­­vaux per­­mettent de conclure de manière

3
5 38
de contrôles dans le sys­­tème d’infor­­ma­­tion) ou satis­­faisante sur le cut-­off.

:18
.2
il peut pro­­cé­­der à des circularisations clients/

33
La sélec­­tion des éléments à tester doit être

.1
3
25
four­­nis­­seurs. Cepen­­dant lors­­qu’il juge que le réalisée dès le pre­­mier jour de la mis­­sion, afin
7.
9
:1
risque n’est pas cou­­vert par d’autres pro­­cé­­ de mettre toutes les chances de son côté pour
70
20

dures, il va pro­­cé­­der à des tests de cut-­off à


84

rece­­voir les docu­­ments jus­­ti­­fi­catifs avant la fin


88

prop­­re­­ment par­­ler.
0:

du temps de pré­­sence chez le client… et évi­­


1
92
54

ter ainsi un suivi fas­­ti­­dieux sur les semaines


58
t:6

sui­­vantes.
tta

Comment l’uti­­li­­ser ?
Se
G
NC
:E

Étapes
om
x.c
vo

Le prin­­cipe du test consiste à compa­­rer la date


lar
ho

de comp­­ta­­bi­­li­­sa­­tion d’une tran­­sac­­tion (achat


sc
1.
uh

ou vente) avec celle de son fait géné­­ra­­teur


(voir « comment être plus effi­­cace »). Avan­­tages
Pour ce faire, l’audi­­teur doit : ■■ Le test de cut-­off est une démarche stan­­dard et
ii obte­­nir du client les jour­­naux d’achats et aisé­­ment re­produc­­tible. Il néces­­site prin­­ci­­pa­­le­­
de ventes des mois pré­­cé­­dents et sui­­vants la ment de l’orga­­ni­­sa­­tion, de la rigueur et un bon
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

clô­­ture ; en pra­­tique, les tests dépassent rare­­ niveau de for­­ma­­li­­sa­­tion. Par consé­­quent ce test
ment deux mois, à savoir pour une clô­­ture est for­­ma­­teur pour les jeunes col­­la­­bo­­ra­­teurs, à
31/12 les mois de novembre et décembre N et qui il est en géné­­ral confié.
jan­­vier et février N+1 ;
ii construire un échan­­tillon, sur la base des
seuils d’inves­­ti­­gation ; Pré­­cau­­tions à prendre Les tests de cut-­off
ii pour chaque ligne tes­­tée, obte­­nir un jus­­ti­­fi­ ■■ Pour un achat ou une vente de bien :
catif vali­­dant la date du fait géné­­ra­­teur de la —— Ne pas confondre la date de livrai­­son/récep­­
tran­­sac­­tion ; tion/réa­­li­­sa­­tion du ser­­vice et la date de fac­­ture
ii s’assu­­rer que l’exer­­cice du fait géné­­ra­­teur (qui peut avoir plu­­sieurs semaines de déca­­lage).
cor­­res­­pond à celui de la date de comp­­ta­­bi­­ Il s’agit d’une des erreurs les plus clas­­siques de
li­­sa­­tion. Par exemple, un achat de mar­­chan­­ l’audi­­teur débu­­tant.
dises récep­­tion­­nées en décembre doit être —— Le cas échéant, tenir compte des incoterms (cf.
comp­­ta­­bi­­lisé sur l’exer­­cice N, même si la fac­­ page sui­­vante).

— 79 — suite outil 27 
Outil
27 Les tests de cut-­off
Comment être plus effi­­cace ?

L’appré­­cia­­tion du cut-­off repose sur celle du L’audi­­teur doit donc atten­­ti­­ve­­ment étu­­dier les
« fait géné­­ra­­teur » de la tran­­sac­­tion. En effet, contrats de vente ou d’achat pour défi­­nir à
c’est la date de cet événement qui va don­­ner quel moment le fait géné­­ra­­teur inter­­vient.
la date de comp­­ta­­bi­­li­­sa­­tion. ii Une pres­­ta­­tion de ser­­vice peut n’être que
par­­tiel­­le­­ment exé­­cu­­tée à la date de clô­­ture.
Un prin­­cipe simple Il se peut même qu’elle s’étale sur plu­­sieurs
Dans la majo­­rité des cas, l’ana­­lyse est rela­­ti­­ années. Dans ce cas, la société ne peut pas

3
82
ve­­ment simple : reconnaître l’inté­­gra­­lité de la charge ou du

79
3
38
ii Dans le cas d’une vente de bien, dans les pro­­duit à la date de clô­­ture, mais seule­­ment

5
:18
.2
normes comp­­tables fran­­çaises, le fait géné­­ la quote-­part cor­­res­­pon­­dant à la pres­­ta­­tion

33
.1
réa­­li­­sée.

3
ra­­teur est le trans­­fert de pro­­priété. En règle
25
géné­­rale, il s’agit donc de la livrai­­son. 7.
9
:1
70

Les prin­­ci­­pales écri­­tures


20

ii Il en est de même dans le cas d’un achat de


84

de régu­­la­­ri­­sa­­tion
88

biens, le trans­­fert de pro­­priété étant sou­­vent


0:
1
92

consta­­tée par la récep­­tion. In fine, lors­­qu’un déca­­lage inter­­vient entre la


54
58

date du fait géné­­ra­­teur et la date de comp­­ta­­


t:6

ii Dans le cas d’une vente ou d’un achat de


tta
Se

ser­­vice, le fait géné­­ra­­teur est la date de réa­­li­­ bi­­li­­sa­­tion, l’entre­­prise est sus­­cep­­tible de comp­­
G
NC

sa­­tion du ser­­vice. ta­­bi­­li­­ser quatre types d’écri­­tures de clô­­ture


:E
om

venant régu­­la­­ri­­ser la situa­­tion :


x.c
vo

Des situa­­tions pra­­tiques ii Les fac­­tures non par­­ve­­nues («  FNP  »)  : la
lar
ho

par­­fois complexes
sc

société a récep­­tionné des biens ou a béné­­fi­cié


1.
uh

Néan­­moins, la situa­­tion peut être par­­fois plus d’un ser­­vice et la fac­­ture cor­­res­­pon­­dante n’a
complexe et impo­­ser la vigi­­lance de l’audi­­teur : pas été reçue. La pro­­vi­­sion pour FNP per­­met
ii Le trans­­fert de pro­­priété ne cor­­res­­pond pas de consta­­ter la charge d’achat.
tou­­jours à la livrai­­son ou à la récep­­tion du ii Les charges consta­­tées d’avances (« CCA ») :
bien. Des clauses contrac­­tuelles peuvent ainsi la fac­­ture a été enre­­gis­­trée au titre d’un bien
venir modi­­fier ce prin­­cipe. C’est le cas notam­­ non encore récep­­tionné ou d’une pres­­ta­­tion de
ment lorsque les biens sont trans­­por­­tés sur ser­­vice non encore réa­­li­­sée.
des dis­­tances impor­­tantes entre le client et ii Les fac­­tures à éta­­blir (« FAE ») : la livrai­­son
le four­­nis­­seur, avec de longs délais (trans­­port client a eu lieu mais l’entre­­prise n’a pas pro­­
mari­­time notam­­ment). Dans ce cas, le trans­­ cédé à la fac­­tu­­ra­­tion.
fert de pro­­priété est fixé par les « incoterms », ii Les pro­­duits consta­­tés d’avance («  PCA  »)  :
qui sont des condi­­tions stan­­dards reconnues la société a émis une fac­­tu­­ra­­tion cor­­res­­pon­­
internationalement et qui font l’objet de négo­­ dant à des biens non encore livrés ou un ser­­
cia­­tions entre ache­­teur et ven­­deur, au même vice non encore rendu.
titre que le prix ou que le délai de règle­­ment.

— 80 —
Dossier 4  Tech­niques élémentaires
­ Outil
27

Cas d’un Test de cut-­off

Un jeune audi­­teur inter­­vient dans une entre­­ Il a obtenu les bons de récep­­tion et les bons
prise de négoce et doit réa­­li­­ser un test de cut-­ de livrai­­son cor­­res­­pon­­dant à sa sélec­­tion. Il
off achats/ventes sur les mois de décembre N et les a cor­­rec­­te­­ment exploités et a pré­­senté ses
jan­­vier N+1. Il a donc construit un échan­­tillon en conclu­­sions.
se basant sur les jour­­naux d’achats/ventes de ces Chaque tableau doit a priori pré­­sen­­ter deux
2 mois. Il a sélec­­tionné tous les soldes supé­­rieurs croix dans la même colonne (soit décembre, soit
à 8, ce qui cor­­res­­pond à son seuil d’inves­­ti­­gation. jan­v
­ ier). Si ce n’est pas le cas, il faut investiguer

3
82
Il sait que les four­­nis­­seurs et les clients sont très pour comprendre si c’est une ano­­ma­­lie, ou si des

379
38
proches géo­­gra­­phi­­que­­ment (toutes les livrai­­ mesures cor­­rec­­trices ont déjà été prises par la

5
:1
8
.2
sons sont réa­­li­­sées dans la jour­­née) et qu’aucun société. ■

33
.1
incoterm n’est présent dans les contrats.

3
25
97.
:1
70
20

Test du cut off achats


84
88
0:
1
92
54

N° de Nom Montant Journal d’achats Date de réception Commentaire Conclusion


58
t:6

facture du frs HT Déc-12 Jan-13 Déc-12 Jan-13


tta
Se

913498 Éric 10 X X N/A OK


G
NC
:E

1293 Céline 8 X X Réception le 3 janvier mais Au bilan, « stocks »


om
x.c

enregistrée sur décembre. et « four­nis­seurs »


vo

Pas d’impact résultat suré­valués de 6.


lar
ho
sc

12388 Adrien 12 X X Réception le 30 décembre Facture non par­


1.
uh

mais enregistrée sur venue de 12 à comp­


janvier. Mouvement de ta­bi­liser à la clô­ture.
stocks compta­bi­lisé sur Ajus­tement de -12
décembre. Impact résultat sur le résultat
19449 Cédric 10 X X N/A OK
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

Test du cut off ventes

N° de Nom du Montant Journal de ventes Date de livraison Commentaire Conclusion


facture client HT Déc-12 Jan-13 Déc-12 Jan-13
2012034 Mathilde 22 X X N/A OK