Vous êtes sur la page 1sur 3

ZAD AL MUSTAQNI' - Imam Al Hajjawy

Commentaire par Salih ibn Fawzan al Fawzan

CHAPITRE – SECTION – LES EXCUSES VALABLES POUR MANQUER LA


PRIERE DU VENDREDI ET LES PRIERES OBLIGATOIRES :

Hajjawy : Celui qui est malade est excusé pour la prière du Jumu’a et la prière en groupe.

Fawzan : Cette section aborde qui concède la permission à quelqu’un de ne pas faire la prière du
Jumu’a et les prières obligatoires en groupe. La religion est facile, al Hamdoulilah. Allah dit dans le
Qur’an : « C’est Lui qui vous a élus ; et Il ne vous a imposé aucune gêne dans la religion,
[…] » (Sourate Al Hajj – V78)

Nous avons discuté précédemment que la prière en groupe est obligatoire, il est interdit pour un
homme de négliger la prière en groupe à moins qu’il ait une excuse qui soit valable islamiquement
(Ash-Shari’a).

Les excuses sont :

1) Celui qui est malade, qui a une maladie qui l’empêche de se rendre à la prière obligatoire en
groupe ou la prière du Jumu’a (vendredi). Alors, il est pardonné et il lui est permis de prier chez
lui. La preuve de cela est la parole du Prophète (‘Alayhi salat wa salam) qui a dit : « Il n’y a pas de
prière pour celui qui entend l’appel (à la prière) et qui n’y répond pas sauf s’il a une excuse. ».
On lui a demandé : « Quelle excuse ? », le Prophète (‘Alayhi salat wa salam) a répondu : « La peur
ou la maladie. » [Hadith rapporté par Abu Dawud (551) et Ibn Majah (793)]

Quand le Prophète (SallaAllahu ‘alayhi wa salam) est au lit, malade, il a ordonné à Abu Bakr
(Radiya Allahu ‘anhu) de diriger la prière.

Hajjawy : Celui qui a besoin urgent d’uriner ou de déféquer, celui qui est servi en
nourriture et a un besoin pour cela et lui qui craint que sa richesse soit perdue, volée ou
endommagée.

Fawzan: 2) Si quelqu’un a besoin urgent de répondre à l’appel de la nature (uriner ou déféquer),


c’est une excuse valable pour manquer la prière en groupe ou la prière du Jumu’a car il ne sera pas
concentrer durant la prière. Il devra alors aller aux toilettes, faire les ablutions et rejoindre la
prière en groupe avec le reste. Si la prière est finie alors il est excusé car le Prophète (‘Alayhi salat
wa salam) a dit : « Il n’y a pas de prière pour ceux qui sont servi en nourriture et ceux qui ont
besoin urgent de se soulager des deux impuretés. » [Hadith rapporté par Muslim (2/78-79)

3) Lorsqu’il est servi en nourriture lorsqu’il est affamé ou il a envie de nourriture alors il devra
satisfaire son besoin. Cela car aller à la prière dans ces conditions sera futile car il aura en tête la
nourriture durant la prière. Il est requis d’assister à la prière en état libre de toute préoccupation.

4) S’il a peur pour sa richesse, qu’elle soit perdue, volé ou assujettit à un péril imminent alors il
devra la protéger. Les musulmans sont dans l’obligation de préserver leurs richesses et de ne pas
les laisser à l’abandon.

Hajjawy : Celui qui craint que son parent périsse, celui qui craint d'être blessé ou craint le
sultan, celui qui est poursuivi par son débiteur alors qu'il n'a rien à donner, celui qui
craint de perdre un compagnon de voyage, celui qui est très endormi, celui qui peut être
nuit par la pluie, la boue et le vent très froid sur une nuit sans lune.

Fawzan : 5) Celui qui craint que son parent périsse dû à une maladie et il n’y a personne d’autre
qui puisse prendre soin d’eux sauf lui. Le malade a besoin de lui, il est excusé de l’accomplissement
de la prière obligatoire en groupe et du Jumu’a et il peut l’accomplir sur le lieu où il s’occupe du
malade.

6) Celui qui craint d’être blessé s’il se rend à la mosquée, par exemple, s’il pleut et que lui et ses
vêtements sont trempés, il tombera certainement malade. Alors, il peut prier chez lui pour ne pas
être blessé.

7) Qui craint le sultan, il craint que le sultan ne lui fasse du mal s’il le voit, il devrait prier chez lui.
Le Prophète (‘Alayhi salat wa salam) a dit : « Quelqu’un ne devra pas blessé ou être blessé. »
[Hadith rapporté par Ahmad (1/313) et Ibn Majah (2341)]

8) Celui qui est endetté, qui a des dettes impayées et qu’il est dans une situation désespérée alors il
devrait prier chez lui. Spécifiquement, si son créancier le recherche pour le paiement, il a une
valide excuse pour manquer les prières en groupe. Toutefois, s’il a les moyens de régler sa dette
alors il ne fait plus partie des gens qui ont une excuse valide pour manquer les prières à la
mosquée.

9) Celui qui a peur de perdre un compagnon de voyage, si en rejoignant la mosquée, la personne


perdra son compagnon de voyage, alors il lui est permis pour lui de prier là où il se trouve et de ne
pas perdre son compagnon.

10) Celui qui est très endormi, si quelqu’un est submergé par le sommeil, alors il devra prier chez
lui et puis aller dormir car cela serait futile pour lui d’accomplir la prière à la mosquée alors qu’il
est somnolent. Pas seulement que cela soit difficile pour lui, il devra ne pas être capable de se
concentrer pour la prière également.

11) S’il pleut et qui la peur de tomber de malade s’il sera trempé par cela alors il peut prier chez lui
pour se préserver de cela.

12) Celui qui craint d’être blessé par la pluie, s’il a peur dû à l’extrême froid alors il a une excuse
pour prier chez lui. La température froide pourrait causer du tort à sa santé et cela serait difficile
d’accomplir la prière à la mosquée pendant les périodes froides.

La preuve des deux dernières excuses est que le Prophète (‘Alayhi salat wa salam) avait l’habitude
d’ordonner de dire dans l’appel à la prière lors d’une nuit froide ou pluvieuse : « Priez Ô les gens
dans vos demeures. » [Hadith rapporté par Al Bukhary (1/163) et Muslim (2/147)]

13) La boue, c’est-à-dire le parcours qu’il doit prendre pour aller à la mosquée est boueux, dans ce
cas il devra prier chez lui.

14) Et le vent très froid, si ce vent froid lui cause du mal s’il part à la mosquée alors c’est une
excuse valide de prier chez lui.