Vous êtes sur la page 1sur 45

DÉPARTEMENT EEA

EiSINe - Site de Reims

ETT0301
Électricité industrielle

Consignes de sécurité 3

Consignes de rédaction des comptes rendus 5


Présentation du poste de TP 7
TP 1 - Simulations en électricité industrielle 11

TP 2 - Mesures et circuits triphasés 17


TP 3 - Puissances en triphasé 23

TP 4 - Circuit magnétique 29
TP 5 - Transformateur monophasé 33

TP 6 - Transformateur triphasé 37

Annexe 1 - Plans de charge 41

Annexe 2 - Commutateur de wattmètre 43

Annexe 3 - Calculs en complexes dans Matlab 45

2019-2020
ETT0301 - Électricité industrielle
Consignes de sécurité

 
Les systèmes sous tension sont potentiellement mortels.
Tous les branchements ou débranchements doivent être réalisés hors tension.
La mise sous tension des montages est subordonnée à l'accord obligatoire de l'enseignant.
Le non respect de ces consignes sera sanctionné par l’exclusion de la salle de TP.

…) doit obligatoirement être réalisée hors tension. La mise


1 - SÉCURITÉ DES PERSONNES
hors tension doit se faire en coupant le sectionneur
principal du banc (équipement 1 cf. plus loin dans ce
1.1 – RÉFLÉCHIR document).
L'utilisation de matériel sous tension peut présenter des Tous les branchements ou les débranchements doivent
DANGERS de MORT. Ainsi un courant de 30 mA qui se faire hors tension.
traverse le corps humain suffit à créer des lésions qui
peuvent être irréversibles voire mortelles. 1.5 - MISE SOUS TENSION DES MONTAGES
La première des sécurités à mettre en œuvre est votre La mise sous tension des montages expérimentaux est
intelligence. subordonnée à l’accord préalable de l’enseignant.
Chacun de vos actes doit être réfléchi. Mise sous tension uniquement avec l’accord de
l’enseignant
1.2 - ARRÊTS D’URGENCES
La salle de manipulation comporte cinq arrêts d'urgence
2 – SECURITE DES MATÉRIELS
généraux situés sur les poteaux qui mettent hors tension
toute l'installation électrique de la salle à l’exception des
lumières. 2.1 - RESPECTER LES DOMAINES D’EMPLOI
DES MATÉRIELS
De plus chaque banc autonome comporte un arrêt
d'urgence qui coupe uniquement l'alimentation du banc en Les appareils mis à votre disposition ont des domaines
question. d'utilisation précis (courants maximaux et/ou tensions
maximales). Il faut les respecter au risque de les détruire.
En cas d'incidents, n'hésitez pas à appuyer sur l'arrêt
En particulier les calibres adéquats devront être choisis
d'urgence.
avant la mise sous tension. Certains appareils comme les
wattmètres et les cos-mètres à aiguille sont très fragiles
1.3 - UTILISER DU MATÉRIEL ADAPTÉ et ne supportent pas d’erreur de manipulation ou de choix
Le matériel mis à votre disposition est, dans sa presque de calibre. Ils sont donc à manier avec précaution. En cas
totalité, équipé de bornes de sécurité aussi dite bornes à de doutes sur leur utilisation n’hésitez pas à demander à
double isolation. Pour les manipulations, il faut donc se l’enseignant présent.
servir de cordons de sécurité.
2.2 - PRÉCAUTIONS À PRENDRE AVANT TOUTE
Utiliser uniquement les cordons de sécurité. MANIPULATION
Toutefois quelques appareils sont encore munis de bornes Mettre le banc de travaux pratiques hors service.
classiques. Ceux-ci ne devront être utilisés que s’il n’est
pas possible de faire autrement et sur indication explicite Vérifier que toutes les sources de tension sont bien hors
de l’enseignant. service et qu’elles sont réglées à zéro.

1.4 - TRAVAIL HORS TENSION 2.3 - PRÉCAUTIONS À PRENDRE PENDANT LES


MANIPULATIONS
La réalisation et le démontage des montages
Surveiller les appareils de mesure lors de la mise en service
expérimentaux (raccordement des éléments étudiés entre
puis des réglages des sources de tension.
eux, raccordement aux sources d’alimentation,
branchement ou débranchement des appareils de mesure,
v110 3
Si l’un d’entre eux ne réagit pas comme attendu, suspendre
la manipulation en cours et rechercher l’explication de ce
disfonctionnement.

2.4 - A LA FIN DES MANIPULATIONS


Remettre toutes les sources de tension à zéro et les mettre
hors service.
Mettre le banc de travaux pratiques hors service.

4 v110
ETT0301 - Électricité industrielle
Consignes de rédaction des comptes rendus

 
Les systèmes sous tension sont potentiellement mortels.
Tous les branchements ou débranchements doivent être réalisés hors tension.
La mise sous tension des montages est subordonnée à l'accord obligatoire de l'enseignant.
Le non respect de ces consignes sera sanctionné par l’exclusion de la salle de TP.

dans le sujet du TP. Elles seront précédées des numéros


CONSIGNES DE RÉDACTION
des questions.
DES COMPTES RENDUS
Le sujet de TP ne doit pas être recopié, notamment les
Chaque séance de travaux pratique fera l’objet, par questions.
binôme, d’un compte-rendu écrit. Celui-ci doit être Le compte rendu devra être constitué d’au moins une copie
préparé avant la séance et est à rendre à la fin de chaque double dans laquelle seront glissées, dans l’ordre, les
séance. différentes feuilles qui auront été préalablement
La page de garde du compte rendu devra faire apparaitre numérotées. A défaut de feuille double les différentes
au moins les informations suivantes : feuilles devront être agrafées ensemble. Les feuilles
- L’intitulé de la matière et/ou son code devront obligatoirement être au format A4.
- N° et titre du TP réalisé. Il sera tenu compte de la propreté, de la lisibilité et de la
- Noms des membres du binôme présentation du compte-rendu.
- Date à laquelle a eu lieu la séance de TP
Le non-respect de ces consignes se traduira directement
Les titres des différentes parties devront apparaître dans le sur la note de compte-rendu.
compte rendu. Ils devront être écrits ou soulignés d’une
couleur différente de celles du texte.

Les réponses aux questions devront être présentées dans le


compte rendu dans l’ordre où ces dernières apparaissent

v110 5
6 v110
ETT0301 - Électricité industrielle
Présentation du poste de TP

 
Les systèmes sous tension sont potentiellement mortels.
Tous les branchements ou débranchements doivent être réalisés hors tension.
La mise sous tension des montages est subordonnée à l'accord obligatoire de l'enseignant.
Le non respect de ces consignes sera sanctionné par l’exclusion de la salle de TP.

POSTE AUTONOME 5 CONTINU PRINCIPAL (0-250 V / 8 A max) : Sur 2


D'ÉLECTROTECHNIQUE bornes avec contacteur rotatif de sélection situé entre
4 et 5 . La tension proposée est obtenue par
Les figures ci-après présentent un des six bancs autonomes
redressement par pont de Graëtz triphasé du
de la salle d’électrotechnique. Ces postes sont composés
TRIPHASE PRINCIPAL et est réglable entre 0 et
de deux armoires électriques fermant à clé, reliées par des
250 V au moyen de l’autotransformateur 7 . Un
traverses dont une sert de repose-pieds, d'un plateau
disjoncteur magnétothermique protège cette sortie.
supérieur et d'un pupitre de distribution des sources équipé
de bornes de sécurité pour toutes les sources et charges. 6 Ampèremètre ferromagnétique et voltmètre
ferromagnétique (mesure des valeurs efficaces)
2.1 - DESCRIPTIF DES ÉQUIPEMENTS DES utilisables seulement pour le CONTINU
POSTES PRINCIPAL.
Les fonctions assurées par le pupitre peuvent être classées 7 Autotransformateur triphasé : utilisé pour faire varier
en cinq familles principales : la tension aux bornes du TRIPHASE PRINCIPAL et
- Mise sous et hors tension (numéros 1 à 2 ) du CONTINU PRINCIPAL.
- Alimentations principales (numéros 3 à 7 )
8 AUXILIAIRE MONOPHASE 50Hz (0-
- Alimentations auxiliaires (numéros 8 à 11 )
250 V / 1.5 A max) : Sur 2 bornes (phase + neutre)
- Plan de charge résistif (numéros 12 à 14 )
avec contacteur rotatif de sélection situé entre 8 et
- Prises de courant (numéros 15 à 16 ) 11 . La tension proposée est réglable entre 0 et 250V
au moyen de l’autotransformateur 11
1 SECTIONNEUR PRINCIPAL : Il assure la mise sous
9 AUXILIAIRE CONTINU (0-250 V / 1.5 A max) :
et hors tension générale du banc. Sur certains bancs,
Sur 2 bornes avec contacteur rotatif de sélection situé
il est de plus nécessaire d’appuyer sur l’interrupteur
qui se trouve près de l’arrêt d’urgence. entre 8 et 11 . La tension proposée est obtenue par
redressement par pont de Graëtz monophasé de
2 ARRET D’URGENCE : Situé au centre du pupitre, il l’AUXILIAIRE MONOPHASE et est réglable entre
assure uniquement l'arrêt général du banc, et cela sans 0 et 250V au moyen de l’autotransformateur 11 .
perturber les autres bancs.
10 Ampèremètre ferromagnétique et voltmètre
3 TRIPHASE SECTEUR 50 Hz (380 V entre ferromagnétique (mesure des valeurs efficaces)
phases / 3 A max) : Sur 4 bornes (3 phases + neutre) utilisables seulement pour l’AUXILIAIRE
avec contacteur rotatif de mise sous et hors tension. CONTINU.
4 TRIPHASE PRINCIPAL 50Hz (0-380 V entre 11 Autotransformateur monophasé : utilisé pour faire
phases / 3 A max) : Sur 4 bornes (3 phases + neutre) varier la tension aux bornes de l’AUXILIAIRE
avec contacteur rotatif de sélection situé entre 4 et MONOPHASE et de l’AUXILIAIRE CONTINU.
5 . La tension proposée est réglable entre 0 et 380V
12 CHARGE RESISTIVE (puissance nominale 2 kW) :
entre phases au moyen de l’autotransformateur 7 .
Sur 3 bornes (triphasé 380 V et triphasé 220 V) ou sur
Un disjoncteur magnétothermique protège cette
2 bornes (monophasé et continu) elle possède une
sortie.
ventilation forcée qui se déclenche à partir de 600 W.
Elle est faite de tubes en céramique et de fil enrobé
v110 7
pour éviter l'oxydation. Ces tubes sont regroupés pour 2.2 - PRÉCAUTIONS À PRENDRE AVANT LA
former trois résistances qui varient de manière MANIPULATION :
identique. Vérifier que tous les autotransformateurs et les contacteurs
13 Cavaliers de couplage des trois résistances variables sont à zéro et que le banc n’est pas sous tension.

(elles peuvent être branchées en triangle, en étoile et


2.3 - PRÉCAUTIONS À PRENDRE PENDANT LA
en parallèle).
MANIPULATION :
14 Commutateurs à rupture brusque : Ils permettent de
Toujours ramener les autotransformateurs à zéro avant de
régler la valeur des trois résistances variables et sont manipuler les contacteurs rotatifs des sources variables.
capables de couper un courant inductif.
15 Deux prises secteur protégées pour alimenter les 2.4 - A LA FIN DE LA MANIPULATION :
appareils de mesures. Remettre tous les autotransformateurs à zéro. Mettre tous
16 Deux prises secteur protégées pour alimenter les les contacteurs en position zéro. Désectionner.
appareils de mesures. Une des prises est isolée et ne
doit être employée que si l’isolation de l’appareil de
mesure est recherchée.

8 v110
10 9

15 13 12 2 6 5 4 3 11 8 10 16

v110 9
10 v110
ETT0301 - Électricité industrielle
TP 1- Simulations

 
Les systèmes sous tension sont potentiellement mortels.
Tous les branchements ou débranchements doivent être réalisés hors tension.
La mise sous tension des montages est subordonnée à l'accord obligatoire de l'enseignant.
Le non respect de ces consignes sera sanctionné par l’exclusion de la salle de TP.

OBJECTIFS DU TP

L’objectif de ce TP est d’aborder, dans des installations électriques, de manière théorique puis pratique par simulation
numérique les problématiques :
- du calcul et de la mesure des grandeurs électriques ;
- du calcul de la chute de tension dans une installation en fonction de la charge qu’elle alimente ;
- de la mesure de puissances et du relèvement du facteur de puissance.

Les simulations numériques seront réalisées au moyen du logiciel Matlab et son extension Simulink.

1 - INTRODUCTION À MATLAB ET
SIMULINK 1.2 – EXPERIMENTATION VIRTUELLE
o Lancer Matlab 7.5 (R2007b) (icône sur le bureau)
1.1 – ETUDE THÉORIQUE o Dans la fenêtre de Matlab ouvrer les bibliothèques
spécifiques aux instruments de mesure virtuels utilisés
Afin de prendre en main le logiciel MATLAB et son
durant ce TP et aux connections en tapant la commande :
extension Simulink on se propose d’étudier le montage
suivant : Lib_ett31_mesures 
Lib_ett31_connexions
I (le symbole  représente la touche Entrée du clavier).
R
V
o Dans la fenêtre de Matlab ouvrir la bibliothèque
L
spécifique à cette partie du TP en tapant la commande :
Lib_ett31_1 
Les différents paramètres de ce montage sont : o Dans le menu de la bibliothèque sélectionner :
- V = 230 V (V sera prise comme origines des - Menu : File, New, Model
phases) ;
o Réaliser alors le montage en y intégrant les appareils de
- f = 50 Hz ;
mesures permettant de relever
- R = 20  ; - la valeur efficace I du courant ;
- L = 45 mH. - la puissance active P consommée par la charge ;
1.1.1 - Calculer, en fonction de V, R, L et , les - la puissance réactive Q consommée par la charge.
expressions littérales du module et de l’argument Pour cela :
du courant I. Faire les applications numériques. - glisser à partir de la fenêtre de la librairie les blocs
nécessaires à la réalisation du montage ;
1.1.2 - Calculer, en fonction de V, R, L et , les - glisser à partir de la fenêtre de la librairie les blocs
expressions littérales de la puissance active P et de utilisés pour réaliser les mesures ;
la puissance réactive Q absorbées par la charge. - disposer les blocs de manière optimale et réaliser les
connexions entre ces blocs ;
Faire les applications numériques.
- glisser de la fenêtre de la librairie les blocs
1.1.3 - Calculer numériquement le facteur de puissance fp « Initialisation simulation », « Affichage bornes » et
de la charge. « affichage valeurs ».

o Régler :
v110 11
- la valeur efficace et la fréquence de la source de Générateur Transformateur Ligne
tension à respectivement V = 230 V et f = 50 Hz ;
- la résistance à R = 20  ; rG lG
mT 1
rT 1 lT 1 rL1 l L1
- L’inductance de sortie de la source de tension VG
L = 45 mH.

o Faire un double-clic sur le bloc « Initialisation


Point de
simulation » afin de régler les paramètres du moteur de livraison

simulation. Transformateur Ligne Charge

o Lancer la simulation : mT 2
Ic
- Menu : Simulation, Start rT 2 lT 2 rL2 lL 2

Vc
1.2.1 - Relever le schéma du montage.
1.2.2 - Relever :
- la valeur efficace I du courant ; Fig. 1 - Réseau électrique simplifié
- la puissance active P consommée par la
Le générateur se comporte électriquement comme une
charge ; source de tension monophasée en série avec une
- la puissance réactive Q consommée par la impédance de sortie de type R-L. Chaque transformateur
charge. se comporte comme un transformateur idéal en série avec
1.2.3 - Calculer le facteur de puissance fp de la charge une impédance ramenée au secondaire de type R-L
d’après les mesures réalisées. (l’influence de l’impédance magnétisante est considérée
comme négligeable). Chaque ligne électrique se comporte
1.2.4 - Comparer les valeurs des deux questions
électriquement elle aussi comme une impédance série de
précédentes avec les résultats des questions 1.1.1 à
type R-L.
1.1.3. Conclure.
2.1.1 - En raisonnant sur la figure donnée suivante
exprimer Vs en fonction de V', r', l', , m et Is.
2 – CHUTE DE TENSION DANS LE Is
m
RÉSEAU ÉLECTRIQUE r l

V Vs

2.1 - CONTEXTE
La figure suivante représente, de manière simplifiée et en
Fig. 2
monophasé, le trajet suivi dans un réseau électrique par
l’énergie électrique et cela depuis le générateur de la 2.1.2 - En raisonnant sur la figure donnée suivante
centrale où elle est produite jusqu’à la charge où elle est exprimer Vs en fonction de V'', r'', l'', , et Is.
utilisée. Cette énergie circule à travers plusieurs
transformateurs et plusieurs lignes électriques. r l  Is
V  Vs

Fig. 3

2.1.3 - Exprimer V'', r'', et l'' en fonction de V', r', l' et m


afin que les deux équations précédentes
représentent le même circuit.

12 v110
Point de Charge - l’appareillage nécessaire pour mesurer les valeurs
livraison
efficaces de la tension et du courant aux bornes de
Ic
la charge.
r l
2.2.1 - Relever le schéma du montage.
V Vc
o Copier le bloc d’initialisation de la simulation et double-
cliquer dessus.
Fig. 4 o Régler :
- la valeur efficace et la fréquence de la source de
2.1.4 - En exploitant le résultat de la question précédente
tension à respectivement V = 230 V et f = 50 Hz ;
montrer que le réseau de la figure 1 peut se mettre
sous la forme de la figure donnée ci-dessus. - la résistance de sortie de la source de tension à
r = 50 m ;
2.1.5 - Exprimer alors V, r et l en fonction de VG, rG, lG,
- L’inductance de sortie de la source de tension
mT1, rT1, lT1, mT2, rT2, lT2, rL1, lL1, rL2 et lL2.
l = 1,6 mH ;
2.1.6 - Exprimer Vc en fonction de r, l, , V et Ic. - La fréquence de base de la charge à f = 50 Hz.

2.1.7 - Tracer le digramme de Fresnel qui illustre 2.2.2 - En jouant sur les caractéristiques de la charge
l’équation précédente. Vc sera prise comme origine relever le courant et la tension aux bornes de la
des phases et Ic en retard /4 de par rapport à Vc. charge quand le courant varie de 0,5 A à 10 A et
cela pour un facteur de puissance de la charge de
La chute de tension V est définie comme la différence 0,7AR, 0,7AV et 1.
des valeurs efficaces de V et Vc :
2.2.3 - En exploitant les résultats de la question
V = V-Vc précédente, tracer la fonction V = f(Ic) pour I c
variant de 0,5 à 10 A et cela pour un facteur de
2.1.8 - En faisant les hypothèses que :
- l’angle entre V et Vc est suffisamment petit pour puissance de la charge de 0,7AR, 0,7AV puis de 1.
être considéré comme nul ; Les trois tracés seront effectués sur le même
- les termes rI et jlI sont petits devant V. graphique.
montrer que la chute de tension peut s’écrire : 2.2.4 - Comparer ces courbes à celles de la question 2.1.9
et conclure.
V = (rcos()+lsin())Ic
où  est le déphasage de la charge.
3 - RELÈVEMENT DU FACTEUR DE
2.1.9 - Tracer la fonction V = f(Ic) pour Ic variant de PUISSANCE
0,5 à 10 A et cela pour un facteur de puissance de
la charge de 0,7AR, 0,7AV puis de 1. Pour les
3.1 – CONTEXTE
applications numérique on prendra : r = 50 m,
On considère une installation triphasée équilibrée
l = 1,6 mH et f = 50 Hz. Les trois tracés seront
alimentée par une source de tension équilibrée de valeur
effectués sur le même graphique. efficace entre phase U. Cette installation consomme une
puissance active P et une puissance réactive Q.
2.2 – EXPERIMENTATION VIRTUELLE
Cette installation est supposée posséder un mauvais
o Dans la fenêtre de Matlab ouvrir la bibliothèque
facteur de puissance.
contenant les composants utilisés pour cette partie du TP
en tapant la commande : 3.1.1 - Montrer que pour imposer un déphasage de
Lib_ett31_2  l’installation noté il suffit de connecter en tête
de l’installation trois condensateurs branchés en
o Réaliser le circuit de la figure 4 en utilisant :
triangle de valeur C telle que :
- la source de tension avec son impédance de sortie ;
- l’impédance Z comme charge ; Q  P tan( )
C
3U 2

v110 13
3.2 – DECRIPTION DE L’INSTALLATION - la valeur efficace du courant dans la 1ère
Le schéma de la figure décrit une installation triphasée phase ;
avec neutre non distribué où un transformateur alimente - la valeur efficace de la tension entre phase.
trois récepteurs. Ce schéma est appelé « schéma 3.3.3 - Calculer la puissance active et la puissance réactive
unifilaire » car un seul fil est représenté. En réalité les trois absorbée par l’installation.
fils sont bien connectés.
3.3.4 - Calculer le facteur de puissance de l’installation.

3.4 – COMPENSATION DE LA PUISSANCE


RÉACTIVE (SOURCE DE TENSION PARFAITE)
3.4.1 - Calculer la valeur de la capacité C des trois
condensateurs connectés en triangle à brancher en
tête de l’installation pour remonter le facteur de
puissance à fp = 0,9AR.

o Modifier le montage précédent :


- en insérant le condensateur triphasé en tête de
l’installation ;
- en insérant les appareils de mesure permettant de :
1 2 3 - mesurer la puissance active absorbée par
l’installation ;
Fig. 5
- mesurer la puissance réactive absorbée par
l’installation ;
3.3 – IDENTIFICATION DES CHARGES
o Régler les condensateurs à la valeur calculée
o Dans la fenêtre de Matlab ouvrir la bibliothèque
précédemment. Régler la composantes résistive des
contenant les composants utilisés pour cette partie du TP
condensateurs à 10 m (ce réglage permet d’éviter des
en tapant la commande :
problèmes avec le simulateur)
Lib_ett31_3 
3.4.2 - Lancer la simulation et relever :
o Réaliser le circuit de la figure 5 en utilisant :
- la valeur efficace du courant dans la 1ère phase ;
- la source de tension triphasée idéale (elle modélise
- mesurer la puissance active absorbée par
le transformateur) ;
l’installation ;
- les charges 1, 2 et 3 ;
- mesurer la puissance réactive absorbée par
- l’appareillage nécessaire pour mesurer :
l’installation.
- la valeur efficace du courant absorbée par chaque
charge ; 3.4.3 - Calculer le facteur de puissance de l’installation.
- la puissance active absorbée par chaque charge ; 3.4.4 - Comparer la valeur du facteur de puissance avec
- la puissance réactive absorbée par chaque celle calculée à la question 3.3.4.
charge ;
- la valeur efficace du courant dans la 1ère phase ;
3.5 – COMPENSATION DE LA PUISSANCE
- la valeur efficace de la tension entre phase. RÉACTIVE (SOURCE « RELLE »)
o Copier le bloc « Initialisation simulation » et double- Afin de simuler un système plus réaliste au niveau de la
cliquer dessus. source de tension on tient maintenant compte de son
3.3.1 - Relever le schéma du montage. impédance de sortie.

3.3.2 - Lancer la simulation et relever : o Modifier le schéma en remplaçant la source de tension


- la valeur efficace du courant absorbée par « idéale » par la source de tension « réelle ».
chaque charge ; o Débrancher les condensateurs.
- la puissance active absorbée par chaque
charge ; 3.5.1 - Lancer la simulation et relever :
- la puissance réactive absorbée par chaque - la valeur efficace du courant de ligne ;
charge ; - la valeur efficace de la tension entre phase.

14 v110
3.5.2 - Expliquer pourquoi la tension est si faible. 3.5.5 - Faire maintenant varier la valeur des condensateurs
de 0,1 fois à 10 fois la valeur calculée à la question
o Rebrancher les condensateurs.
3.4.1 et relever :
3.5.3 - Lancer la simulation et relever : - la valeur efficace I du courant de ligne ;
- la valeur efficace du courant de ligne ; - la valeur efficace U de la tension entre phase.
- la valeur efficace de la tension entre phase ;
- comparer la valeur de la tension avec celle de 3.5.6 - Tracer les courbes :
la question 3.5.1. - U = f(C)

3.5.4 - Expliquer pourquoi cette tension est maintenant - U = g(C)


plus élevée. 3.5.7 - Commenter ces courbes et conclure sur les risques
de trop compenser (C trop grande) la puissance
réactive.

v110 15
16 v110
ETT0301 - Électricité industrielle
TP 2 - Mesures et circuits triphasés

 
Les systèmes sous tension sont potentiellement mortels.
Tous les branchements ou débranchements doivent être réalisés hors tension.
La mise sous tension des montages est subordonnée à l'accord obligatoire de l'enseignant.
Le non respect de ces consignes sera sanctionné par l’exclusion de la salle de TP.

OBJECTIFS DU TP

L’objectif de ce TP est :
- dans sa première partie d’identifier les grandeurs mesurées (valeurs moyennes, valeurs efficaces, …) par les
différents types de voltmètres et d’ampèremètres ainsi quel leurs domaines d’application (signaux continus,
alternatifs, …) ;
- dans sa seconde partie de comprendre le comportement de différents types (équilibrées ou non) de charges triphasées.

des modes des multimètres ainsi que par les 3 types


1 - MESURES
d’appareils analogiques.

1.1 - INTRODUCTION 1.2 - FORMULES


En électrotechnique ou en électricité industrielle pour On souhaite étudier un montage où une source de tension
caractériser une tension électrique v(t) il est habituel de v t alimente un rhéostat R (cf. figure suivante). Le
mesurer sa valeur moyenne, notée <v>, et sa valeur circuit est alors parcouru par un courant i(t).
efficace, notée V. i t 

Pour ce faire le laboratoire de travaux pratiques


d’électrotechnique possède des multimètres numériques
v t  R
ainsi que trois types de voltmètres (et d’ampèremètres)
analogiques à aiguilles.

Un multimètre numérique peut fonctionner en voltmètre Figure 1


ou en ampèremètre. Il dispose alors de 3 modes de
fonctionnement qui sont sélectionnables aux moyens de 1.2.1 - Rappeler la formule qui permet de calculer la
boutons. Il s’agit des modes : valeur moyenne d’un signal y(t) que celui-ci soit
une tension ou un courant.
-
1.2.2 - Rappeler la formule qui permet de calculer la
- valeur efficace d’un signal y(t) que celui-ci
représente une tension ou un courant.
-
Dans la suite de cette partie, seules les techniques de mise
Les 3 types d’appareils analogiques à aiguille disponibles en œuvre des voltmètres seront étudiées. Des techniques
au laboratoire se reconnaissent pour leur part aux symboles analogues peuvent être mise en œuvre pour les
qui se trouvent sur leurs faces avant : ampèremètres.
: pour le type magnétoélectrique
1.3 - MONTAGE
: pour le type magnétoélectrique à redresseur
o Repérer ou se procurer le matériel suivant :
: pour le type ferromagnétique
• 1 rhéostat
L’objectif de cette première partie du TP est d’identifier Rhéostat de 330  initialement réglé à son
les cas d’utilisation et les grandeurs mesurées pour chacun maximum
À choisir sur les étagères

v110 17
• 1 voltmètre magnétoélectrique / magnétoélectrique à o Se procurer :
redresseur (double fonction)
• 1 source de tension continue
À choisir sur les étagères
Alimentation continue n°4
• 1 voltmètre ferromagnétique : À prendre sur les étagères
À choisir sur les étagères
o Mettre le rhéostat du montage (cf. figure 2) à son
• 1 multimètre de table : maximum.
Modèle GDM 8145
o Mettre la source de tension continue à zéro
À choisir sur les étagères
o Connecter le montage à la source de tension continue.
• 1 oscilloscope :
À choisir sur les étagères o Mettre la source de tension en marche.

• 1 sonde de tension : o Régler la tension à 30 V en l’observant sur


À choisir sur les étagères l’oscilloscope.
• 1 sonde de courant : o En diminuant la résistance du rhéostat, régler le courant
À choisir sur les étagères à 1 A en l’observant sur l’oscilloscope.
o Sans le connecter à la source de tension, qui sera 1.4.3 - Relever les mesures indiquées par chaque type
différente pour chaque manipulation, réaliser le montage d’appareil à aiguille et pour chaque mode de
de la figure suivante. fonctionnement des appareils numériques.

Sonde de 1.5 - SIGNAUX SINUSOÏDAUX


courant Num.

v t  R V V V La source de tension v(t) (cf. figure 1) est maintenant


supposée sinusoïdale d’amplitude Vm = 100 V et de
i t  fréquence f = 50 Hz. Elle s’écrit sous la forme :
Sonde de
Osc.
tension
v(t) = Vm sin(t) où  = 2f

Figure 2 1.5.1 - Calculer, en fonction des données du texte,


l’expression littérale de la valeur moyenne de la
L’oscilloscope, muni d’une sonde de tension et d’une tension v(t). Faire l’application numérique.
sonde de courant, permet de visualiser la tension et le
courant afin de les régler. 1.5.2 - Calculer, en fonction des données du texte,
l’expression littérale de la valeur efficace de la
Les mesures seront réalisées grâce :
tension v(t). Faire l’application numérique.
- aux appareils à aiguille en mode magnétoélectrique,
magnétoélectrique à redresseur puis ferromagnétique ; o Repérer :
- Aux appareils numériques en mode DC, AC + puis
• 1 source de tension sinusoïdale de fréquence f = 50
AC + .
Hz
Il y a donc 6 mesures à relever. Alimentation monophasée auxiliaire - équipement
n° 8 du banc
1.4 - SIGNAUX CONTINUS
o Mettre le rhéostat du montage (cf. figure 2) à son
La source de tension v(t) (cf. figure 1) est supposée maximum.
constante de valeur E = 30 V.
o Régler le gain de la sonde de tension à 1/100 et adapter
1.4.1 - Calculer, en fonction de E, l’expression littérale de le réglage du calibre vertical de l’oscilloscope en
conséquence.
la valeur moyenne de la tension v(t). Faire
l’application numérique. o Connecter le montage à la source de tension sinusoïdale.

1.4.2 - Calculer, en fonction de E, l’expression littérale de o Régler la tension à 100 V crête en l’observant sur
la valeur efficace de la tension v(t). Faire l’oscilloscope.
l’application numérique.

18 v110
o En diminuant la résistance du rhéostat, régler le courant
2 - CIRCUITS TRIPHASÉS
à 1A crête en l’observant sur l’oscilloscope.

1.5.3 - Relever les mesures indiquées par chaque type 2.1 - INTRODUCTION
d’appareil à aiguille et pour chaque mode de
fonctionnement des appareils numériques. Dans cette partie les charges étudiées sont alimentées par
une source triphasée de tension dont les caractéristiques
sont :
1.6 - SIGNAUX SINUSOÏDAUX REDRESSÉS
- tensions v1, v2, et v3 formant un système triphasé direct
La source de tension v(t) (cf. figure 1) est maintenant équilibré ;
supposée être régie par l’équation : - valeur efficace de ces tensions V = 127 V ;
v(t) = |Vm sin(t)| où Vm = 100 V et f = 50 Hz - Fréquence f = 50 Hz.

1.6.1 - Tracer l’allure au cours du temps de la tension v(t). Pour tous les calculs de cette partie, v1 sera choisie comme
origine des phases et ces dernières seront exprimées en
1.6.2 - Calculer, en fonction de Vm, l’expression littérale
degrés.
de la valeur moyenne de la tension v(t). Faire
2.1.1 - Donner numériquement les modules et les
l’application numérique.
arguments (en degrés) des nombres complexes V1,
1.6.3 - Calculer, en fonction de Vm, l’expression littérale V2 et V3 qui représentent les tensions v1, v2, et v3.
de la valeur efficace de la tension v(t). Faire
l’application numérique. 2.2 - CHARGE ÉQUILIBRÉE COUPLÉE EN
ÉTOILE
o Repérer :

• 1 source de tension de forme sinusoïdale redressée


Alimentation auxiliaire continue du banc -
équipement n° 9 V1 A
R
I1
o Mettre le rhéostat du montage (cf. figure 2) à son
maximum. V2
B
o Connecter le montage à la source de tension sinusoïdale O R O'
A I2 A
redressée.
o Régler la tension à 100 V crête en l’observant sur V3
C
R
l’oscilloscope. A
I3

o En diminuant la résistance du rhéostat, régler le courant


Figure 3
à 1A crête en l’observant sur l’oscilloscope.
La charge est constituée de trois résistances de même
1.6.4 - Relever les mesures indiquées par chaque type valeur (R = 300 ) branchées en étoile.
d’appareil à aiguille et pour chaque mode de
fonctionnement des appareils numériques. 2.2.1 - Calculer numériquement (au moyen de votre
calculatrice ou d’un logiciel de calcul numérique
tel que Matlab ou Octave cf. exemples à
1.7 - CONCLUSION
l’annexe 3) les modules et les arguments (en
1.7.1 - Indiquer pour chaque mode du multimètre ainsi degrés) des tensions VAO', VBO' et VCO'.
que pour chaque type d’appareil analogique :
- La grandeur (valeur efficace ou valeur 2.2.2 - Calculer numériquement les modules et les
moyenne) qu’il mesure. arguments (en degrés) des courants I1, I2 et I3.
- Les types de signaux (continus, sinusoïdaux
2.2.3 - Faire le schéma du montage en y incluant les
ou sinusoïdaux redressés) pour lesquels il
appareils de mesure permettant de contrôler la
peut être employé.
valeur efficace de la tension V1 et de mesurer les
1.7.2 - Quelles sont les fonctions de la sonde de tension et valeurs efficace des tensions VAO', VBO' et VCO' et
de la sonde de courant ?
les valeurs efficaces des courants I1, I2 et I3.

v110 19
o Repérer ou se procurer le matériel suivant : La charge est constituée d’une résistance de 300  et de
• Alimentation deux inductances de 1 H branchées en étoile suivant
Alimentation triphasée principale du banc l’indication de la figure ci-dessus.
(équipement n° 4)
2.3.1.1 - Calculer numériquement le module et
• 1 testeur d’ordre des phases l’argument (en degrés) de la tension VOO' ainsi
À choisir sur les étagères que les modules et les arguments (en degrés) des
• 3 rhéostats tensions VAO', VBO' et VCO'.
Rhéostats de 330  réglés à 300  au moyen
2.3.1.2 - Calculer numériquement les modules et les
d’un ohmmètre. arguments (en degrés) des courants I1, I2 et I3.
À choisir sur les étagères
2.3.1.3 - Faire le schéma du montage en y incluant les
• 1 ohmmètre
appareils de mesure permettant de contrôler la
Multimètre GDM 8145 ou équivalent
valeur efficace de la tension V1 et de mesurer les
À choisir sur les étagères
valeurs efficace des tensions VAO', VBO' VCO' et
• Voltmètres et Ampèremètres
VOO' et les valeurs efficaces des courants I1, I2 et
À choisir en nombre suffisant prioritairement
I3.
parmi les appareils numériques sur les étagères

o Utiliser le testeur d’ordre des phases pour identifier les o Repérer ou se procurer le matériel suivant :
tensions v1, v2, et v3 sur l’alimentation triphasée • 2 inductances réglées à 1 H
principale du banc autonome. Inductances à manivelles en boîtiers transparents
o À l’aide d’un ohmmètre régler les résistances des trois À choisir sur les étagères
rhéostats à 300 . • Voltmètres et Ampèremètres.
À choisir en nombre suffisant prioritairement
o Réaliser le montage en le connectant à l’alimentation
parmi les appareils numériques sur les étagères
principale du banc (équipement n° 4).
o À l’aide d’un ohmmètre vérifier que la résistance du
o Régler l’alimentation triphasée principale du banc
rhéostat est bien de 300 .
autonome pour qu’elle fournisse des tensions simples de
valeur efficace 127 V. o À l’aide de leurs manivelles régler les deux inductances
à 1 H.
2.2.4 - Mesurer les valeurs efficaces des tensions VAO',
VBO' et VCO' et les comparer avec la théorie. o Réaliser le montage en le connectant à l’alimentation
principale du banc (équipement n° 4).
2.2.5 - Mesurer les valeurs efficaces des courants I1, I2 et
o Régler l’alimentation triphasée principale du banc
I3 et les comparer avec la théorie.
autonome pour qu’elle fournisse des tensions simples de
valeurs efficaces 127 V.
2.3 - CHARGE DÉSÉQUILIBRÉE
2.3.1.4 - Mesurer les valeurs efficaces des tensions VAO',
2.3.1 - Couplage étoile
VBO' et VCO' et les comparer avec la théorie.
V1 L
A
2.3.1.5 - Mesurer les valeurs efficaces des courants I1, I2
I1
et I3 et les comparer avec la théorie.
V2 L
B 2.3.1.6 - Dessiner sur un même diagramme de Fresnel les
O O'
A I2 A
trois tensions V1, V2 et V3 (construction avec O
comme point commun aux trois vecteurs).
V3
C 2.3.1.7 - Exploiter alors les mesures des valeurs efficaces
A R
I3 de VAO', VBO' et VCO' pour construire

Figure 4 graphiquement le point O' sur ce même


diagramme.

20 v110
2.3.1.8 - Déterminer graphiquement la valeur efficace de o Régler l’alimentation triphasée principale du banc
la tension VOO' et la comparer avec la valeur autonome pour qu’elle fournisse des tensions simples de
théorique. 127 V.

2.3.1.9 - Déterminer graphiquement les phases à l’origine 2.3.2.4 - Mesurer les valeurs efficaces des tensions VAO',
des tensions VAO', VBO' et VCO' et les comparer VBO' et VCO' et les comparer avec la théorie.
avec leurs valeurs théoriques.
2.3.2.5 - Mesurer les valeurs efficaces des courants I1, I2,
2.3.2 - Couplage étoile avec neutre sorti I3 et In et les comparer aux valeurs théoriques.

V1 L
A 2.3.2.6 - A quoi correspond l'indication de l'ampèremètre
I1 du fil neutre.

V2 2.3.3 - Couplage triangle


L
O B O'
A A La charge est constituée d’une résistance de 300  et de
I2
deux inductances de 1 H branchées en triangle suivant
V3
C
l’indication de la figure ci-dessus.
A R
I3 V1 A
In
I1 J1

L
Figure 5 V2
B
La charge est constituée d’une résistance de 300  et de O
I2 J2
R
A
deux inductances de 1 H branchées en étoile avec neutre L
J3
sorti suivant l’indication de la figure ci-dessus. V3
C
A
2.3.2.1 - Calculer numériquement les modules et les I3

arguments (en degrés) des courants VAO', VBO' et


Figure 6
VCO'.
2.3.3.1 - Calculer numériquement les modules et les
2.3.2.2 - Calculer numériquement les modules et les arguments (en degrés) des courants J1, J2 et J3.
arguments (en degrés) des courants I1, I2 et I3
2.3.3.2 - Calculer numériquement les modules et les
ainsi que le module et l’argument (en degrés) du
arguments (en degrés) des courants I1, I2 et I3.
courant In qui circule dans le fil neutre.
2.3.3.3 - Faire le schéma du montage en y incluant les
2.3.2.3 - Faire le schéma du montage en y incluant les
appareils de mesure permettant de contrôler la
appareils de mesure permettant de contrôler la
valeur efficace de la tension V1 et de mesurer et
valeur efficace de la tension V1 et de mesurer les
les valeurs efficaces des courants J1, J2, J3, I1, I2,
valeurs efficace des tensions VAO', VBO' et VCO' et
et I3.
les valeurs efficaces des courants I1, I2, I3 et In.
o Repérer ou se procurer le matériel suivant :
o Repérer ou se procurer le matériel suivant :
• Voltmètres et Ampèremètres.
• Voltmètres et Ampèremètres.
À choisir en nombre suffisant prioritairement
À choisir en nombre suffisant prioritairement
parmi les appareils numériques sur les étagères
parmi les appareils numériques sur les étagères
o A l’aide d’un ohmmètre régler la résistance du rhéostat
o A l’aide d’un ohmmètre régler la résistance du rhéostat
à 300 .
à 300 .
o A l’aide de leurs manivelles régler les deux inductances
o A l’aide de leurs manivelles régler les deux inductances
à 1 H.
à 1 H.
o Réaliser le montage en le connectant à +
o Réaliser le montage en le connectant à l’alimentation
principale du banc (équipement n° 4). o l’alimentation principale du banc (équipement n° 4).

v110 21
o Régler l’alimentation triphasée principale du banc 2.4 - CONCLUSION
autonome pour qu’elle fournisse des tensions simples de 2.4.1 - Indiquer pour chacun des quatre montages (charge
valeur efficace 127 V. équilibrée couplée en étoile, charge déséquilibrée
couplée en étoile, charge déséquilibrée couplée en
2.3.3.4 - Mesurer les valeurs efficaces des courants J1, J2
étoile avec neutre sorti, charge déséquilibrée
et J3 et les comparer aux valeurs théoriques.
couplée en triangle) si les charges ont un
2.3.3.5 - Mesurer les valeurs efficaces des courants I1, I2 fonctionnement :
- Équilibré ou déséquilibré en tension
et I3. et les comparer aux valeurs théoriques.
- Équilibré ou déséquilibré en courant

22 v110
ETT0301 - Électricité industrielle
TP 3 - Puissances en Triphasé

 
Les systèmes sous tension sont potentiellement mortels.
Tous les branchements ou débranchements doivent être réalisés hors tension.
La mise sous tension des montages est subordonnée à l'accord obligatoire de l'enseignant.
Le non respect de ces consignes sera sanctionné par l’exclusion de la salle de TP.

OBJECTIFS DU TP

L’objectif de ce TP est :
- de comprendre l’utilisation des wattmètres ;
- de connaitre les différents schémas de branchement des wattmètres selon les types de charges utilisées.

• Plan de charge résistif triphasé


1 - RAPPEL DES DÉFINITIONS Charge résistive du banc (équipement n° 12)
Les cavaliers de couplage du banc seront réglés
en mode « triphasé 380 V » (équipement n° 13)
V1
I1 (cf. annexe)
A
• Plan de charge inductif mobile
V2
I2 Charge
A demander à l’enseignant
N B M
triphasée Ses cavaliers de couplage seront réglés en mode
équilbrée
« triphasé 380 V »
V3 I3
C (cf. annexe)

• Plan de charge capacitif mobile


A demander à l’enseignant
Figure 1 Ses cavaliers de couplage seront réglés en mode
« triphasé 380 V »
1.1 - Rappeler, pour des charges triphasées équilibrées, les (cf. annexe)
relations fondamentales qui permettent, notamment
en fonction de la valeur efficace V des tensions Les trois tensions V1, V2 et V3 forment un système triphasé
simples, de la valeur efficace I des courants de ligne direct équilibré de fréquence f = 50 Hz. Lors des

et du déphasage de la charge , de calculer : manipulations la valeur efficace des tensions simples sera
réglée à V = 127 V.
- la puissance active P ;
- la puissance réactive Q ; o Utiliser un testeur d’ordre de phases pour repérer ces
- la puissance apparente S. dernières sur l’alimentation triphasée variable du banc
autonome.
1.2 - Pour V =127 V et I = 1 A, tracer les courbes P()
et Q() quand  varie de -/2 à /2.

2 - MONTAGES

Dans les parties suivantes, l’alimentation et les différentes


charges à utiliser selon les différentes manipulations sont :

• Alimentation
Alimentation triphasée principale du banc
(équipement n° 4)

v110 23
V1 L
3 - SYSTÈME TRIPHASÉ ÉQUILIBRÉ A
I1
W
AVEC FIL NEUTRE
R
V2 L
I2
N B M
3.1 - MESURE DE LA PUISSANCE ACTIVE.
R
V3 L
V1 L I3
I1 C
A

R
R
V2 L
I2
N B M
Figure 3
R
V3
I3
L 3.1.2.1 - Compléter le schéma de l’installation en y
C
incorporant les appareils permettant de mesurer :
R - la valeur efficace du courant de ligne
- la valeur efficace des tensions composées
Figure 2
o Réaliser le montage en utilisant le matériel de mesure
Le récepteur est constitué d'une bobine triphasée câblée en suivant :
étoile qui est montée en parallèle avec un rhéostat triphasé
• Voltmètre, ampèremètre, wattmètre et cosphimètre
lui aussi câblé en étoile. Le rhéostat triphasé sera réalisé au
Wattmètre numérique Chauvin-Arnoux CA 8210
moyen du plan de charge résistif du banc (cf. annexe) et la
Cet appareil remplit les quatre fonctions de
bobine triphasée grâce au plan de charge inductif mobile
voltmètre, ampèremètre, wattmètre et
(cf. annexe).
cosphimètre. Il devra être réglé en mode triphasé.
3.1.1 - Préparation o Régler les tensions simples à V = 127 V.
3.1.1.1 - Calculer en fonction de R, L et  l’expression
o En intervenant à la fois sur les réglages du plan de charge
littérale notée  du déphasage de la charge. résistif et du plan de charge inductif, régler le courant de
ligne à I = 1 A et le facteur de puissance de la charge le
3.1.1.2 - Calculer en fonction de R, L,  et V la valeur
plus à fp = 0,7AR à 5% près tout en vérifiant bien que les
efficace notée I du courant de ligne.
tensions simples restent égale à 127 V.
3.1.1.3 - Montrer qu’à tension d’alimentation et
inductance données, diminuer R entraîne une 3.1.2.2 - Relever :
- la puissance totale absorbée par la charge ;
augmentation du facteur de puissance et du
- la tension entre phases ou la tension entre
courant de ligne et inversement augmenter R
phase et neutre ;
entraîne une diminution du facteur de puissance
- le courant de ligne ;
et du courant de ligne
- le facteur de puissance.
3.1.1.4 - Montrer qu’à tension d’alimentation et résistance
3.1.3 - Mesure de la puissance absorbée par la charge
données, diminuer L entraîne une diminution du sur une phase avec un wattmètre monophasé
facteur de puissance et une augmentation du
La figure suivante représente l’installation dans laquelle a
courant de ligne et inversement augmenter L
été installé un wattmètre moophasé.
entraîne une augmentation du facteur de V1 L
I1
puissance et une diminution du courant de ligne. A
W

3.1.2 - Mesure de la puissance totale absorbée par la R


V2 L
charge avec un wattmètre triphasé I2
N B M

La figure suivante représente l’installation dans laquelle a R


V3 L
été installé un wattmètre triphasé. C
I3

Figure 4

24 v110
3.1.3.1 - Compléter le schéma de l’installation en y puissances P113 et P223 mesurées respectivement
incorporant les appareils permettant de mesurer : par les wattmètres W1 et W2.
- la valeur efficace du courant de ligne
- la valeur efficace des tensions composées 4.1.1.2 - Montrer alors que P, la puissance active totale
absorbée par le récepteur, vaut P = P113 + P223.
o Réaliser le montage en utilisant le matériel de mesure
suivant :
V1 L
I1
A
• Voltmètre, ampèremètre et cosphimètre W1
Wattmètre numérique Chauvin-Arnoux CA 8210. R
V2 L
Cet appareil remplit les trois fonctions de N B
I2
M
W2
voltmètre, ampèremètre et cosphimètre.
À prendre sur les étagères. Il devra être réglé en R
V3 L
I3
mode monophasé. C

o Conserver les réglages des plans de charges effectués R

lors de la manipulation précédente.


Figure 5
o Régler les tensions simples à V = 127 V.
4.1.2 - Cas d’une charge équilibrée
3.1.3.2 - Relever :
- La puissance absorbée par la charge sur une 4.1.2.1 - Si on note V1, V2 et V3 les expressions complexes
phase. des tensions simples d’alimentation, U13 et U23
- La tension entre phases ou la tension entre les expressions complexes des deux tensions
phase et neutre. composées u13 et u23 et I1 et I2 les expressions
- Le courant de ligne.
complexe des deux premiers courants de ligne,
- Le facteur de puissance.
tracer alors sur un même diagramme de Fresnel
V1, V2, V3, U13, U23, I1 et I2 en supposant que le
3.2 – EXPLOITATION DES MESURES.
déphasage de la charge est de l’ordre de
3.2.1 - Comparer les deux mesures de puissances 45 degrés.
précédentes et conclure.
4.1.2.2 - Retrouver, en fonction de la valeur efficace U des
3.2.2 - Calculer la puissance apparente S absorbée par la tensions composées, de la valeur efficace I des
charge. courants de ligne et du déphasage  entre ces
3.2.3 - Calculer la puissance réactive Q absorbée par la derniers et les tensions simples, les expressions
charge. des puissances P113 et P223 respectivement
données par les wattmètres W1 et W2.
3.2.4 - Calculer le facteur de puissance du récepteur et le
comparer à l’indication du cosphimètre et 4.1.2.3 - Préciser et justifier, quand  varie dans
conclure. l’intervalle [-/2 ; /2], le signe des puissances
P113 et P223.
4 - SYSTÈME TRIPHASÉ SANS FIL
4.1.2.4 - En exploitant les résultats de la question 4.1.2.2,
NEUTRE
montrer que P, la puissance active totale
absorbée par le récepteur, vaut P = P113 + P223.
4.1 - MÉTHODE DES DEUX WATTMÈTRES.
4.1.2.5 - En exploitant les résultats de la question 4.1.2.2,
4.1.1 - Cas d’une charge quelconque montrer que Q, la puissance réactive totale
4.1.1.1 - Si on note v1, v2 et v3 les expressions temporelles absorbée par le récepteur vaut
des tensions simples d’alimentation et i1, i2 et i3 Q  3  P13  P23  .
1 2

les expressions temporelles des courants


4.1.3 - Application au récepteur résistif et inductif.
absorbés par la charge (cf. figure 5), exprimer en
fonctions de ces grandeurs les expressions des Comme pour la partie 3, le récepteur est constitué de la
bobine triphasée câblée en étoile et montée en parallèle

v110 25
avec le rhéostat triphasé du banc lui aussi câblé en étoile. - le facteur de puissance de la charge
Toutefois le fil neutre ne sera pas sorti. - les puissances absorbées selon la méthode
des deux wattmètres.
4.1.3.1 - Compléter le schéma de l’installation en y
incorporant les appareils permettant de mesurer : o Réaliser le montage en utilisant le même matériel de
- la valeur efficace du courant de ligne mesure qu’à la question 4..
- la valeur efficace des tensions composées
o Régler les tensions simples à V = 127 V.
- le facteur de puissance de la charge
4.1.4.2 - En réglant le courant de ligne le plus proche
o Réaliser le montage en utilisant le matériel de mesure
possible de I = 1 A, relever :
suivant :
- les puissances P113 et P223,
• Voltmètre, ampèremètre et cosphimètre
- le courant de ligne
Wattmètre numérique Chauvin-Arnoux CA 8210.
- le facteur de puissance
A prendre sur les étagères.
pour au moins cinq valeurs de ce dernier qui
• 1 Wattmètre monophasé soient comprises entre 0,3 et 0,9.
1 wattmètre numérique Metrix PX110.
A prendre sur les étagères. 4.1.4.3 - Calculer les puissances actives, réactives et
apparentes totales absorbées par le montage pour
• 1 Commutateur de wattmètre chaque point de mesure.
Le principe de cet appareil est donné en annexe.
A choisir sur les étagères. 4.1.4.4 - Pour quelle valeur du facteur de puissance P113
change-t-elle de signe ? Comparer avec la
o Régler les tensions simples à V = 127 V.
théorie.
4.1.3.2 - En prenant bien soin de conserver le courant de
ligne précisément égal à I = 1 A, relever les 4.2 - MÉTHODE À UN WATTMETRE POUR LA
MESURE DE LA PUISSANCE RÉACTIVE.
puissances P113 et P223 et le facteur de puissance
pour au moins cinq valeurs de ce dernier qui 4.2.1 - Si le système est équilibré, montrer qu'il suffit de
soient comprises entre 0,3 et 0,9. monter un wattmètre monophasé qui mesure P123
pour pouvoir calculer la puissance réactive.
4.1.3.3 - Calculer les puissances actives, réactives et
apparentes totales absorbées par le montage pour Le récepteur est à nouveau constitué de la bobine triphasée
chaque point de mesure. câblée en étoile et montée en parallèle avec le rhéostat
triphasé du banc lui aussi câblé en étoile. Le fil neutre ne
4.1.3.4 - Pour quelle valeur du facteur de puissance, la
sera pas sorti.
puissance P223 change-t-elle de signe ? Comparer
4.2.2 - Faire le schéma de l’installation en y incorporant
avec la théorie.
les appareils permettant de mesurer :
4.1.3.5 - A partir des points de mesure, tracer les courbes - la valeur efficace du courant de ligne
P et Q .
- la valeur efficace des tensions composées
4.1.3.6 - Comparer ces courbes à celles de la question 1.2. - le facteur de puissance de la charge
- la puissance P123.
4.1.3.7 - Pour la valeur du facteur de puissance de la
question 3.1.2.2, comparer les deux puissances o Réaliser le montage en utilisant le même matériel de
actives. mesure, à l’exception du commutateur de wattmètre,
qu’à la question 4.
4.1.4 - Application au récepteur résistif et capacitif.
o Se replacer au même point de mesure qu’à la
Le récepteur est maintenant constitué du condensateur question 3.1.2.2
triphasé câblé en étoile et montée en parallèle avec le
rhéostat triphasé du banc lui aussi câblé en étoile. Le fil 4.2.3 - Mesurer la puissance P123.
neutre ne sera pas sorti.
4.2.4 - En déduire puissance réactive.
4.1.4.1 - Faire le schéma de l’installation en y incorporant
4.2.5 - Comparer la puissance réactive ainsi obtenue avec
les appareils permettant de mesurer :
le résultat de la question 3.2.3. Conclure.
- la valeur efficace du courant de ligne
- la valeur efficace des tensions composées
26 v110
4.2.6 - Si le système est à trois fils déséquilibré en 5.2 - Indiquer pour chacune d’entre elles leurs cas
courants, mais équilibré en tension, montrer que la d’utilisation.
puissance réactive est donnée par la formule :
1
P23  P312  P123
Q .
3

5 - CONCLUSION

5.1 - Faire le bilan des différentes méthodes de mesures de


puissances en triphasée.

v110 27
28 v110
ETT0301 - Électricité industrielle
TP 4 - Circuit magnétique

 
Les systèmes sous tension sont potentiellement mortels.
Tous les branchements ou débranchements doivent être réalisés hors tension.
La mise sous tension des montages est subordonnée à l'accord obligatoire de l'enseignant.
Le non respect de ces consignes sera sanctionné par l’exclusion de la salle de TP.

OBJECTIFS DU TP

L’objectif de ce TP est l'étude des circuits magnétiques.

Pour cela seront mises en évidence :


- l’état magnétique (cycle d’hystérésis) d’une bobine à noyau de fer ;
- le comportement énergétique (pertes fer) de cette bobine.

manière que son impédance puisse être considérée comme


1 - PRÉPARATION
très inférieure à celle de la résistance : 1/C<<R.

1.1 - TRACÉ DU CYCLE D'HYSTÉRÉSIS On notera respectivement H(t), B(t) et (t) le champ
d’excitation magnétique, le champ d’induction
i1 i2 magnétique et le flux d’induction dans le circuit
magnétique.

1.1.1 - Représenter pour ce circuit la ligne moyenne de


R
u1 N1 N2 u2 champ.

uC C 1.1.2 - Si seul le premier bobinage voit circuler un courant


i1(t) indiquer dans quel sens circule le champ
d’excitation si ce courant est positif (ce sens sera
celui considéré comme positif dans la suite du
Figure 1
problème). De même si seul le second bobinage
La figure 1 représente un circuit magnétique qui porte voit circuler un courant i2(t) indiquer dans quel
deux bobinages supposés parfaits constitués sens circule le champ d’excitation quand ce
respectivement de N1 et N2 spires. Ils sont sans fuites courant est positif.
magnétiques et leur résistance est nulle et fonctionnent
1.1.3 - Exprimer H(t) en fonction de i1(t), i2(t), N1, N2
donc à flux forcés. Dans la suite de ce TP la section du
et l. Puis en tenant compte des hypothèses faites sur
circuit magnétique sera notée S tandis que la longueur
les courants exprimer H(t) en fonction de i1(t), N1
moyenne d’une ligne de champ sera notée l.
et l.
Le premier bobinage est alimenté par une source de tension
sinusoïdale u1(t) de valeur efficace V et de fréquence 1.1.4 - Exprimer u2(t) en fonction de (t) et N2. Puis en
f = 50 Hz. tenant compte de l’hypothèse faite sur les
impédances de la résistance et du condensateur
Le second bobinage est en réalité un enroulement de exprimer u2(t) en fonction de i2(t) et R en
« mesure » dont l’influence sur l’état magnétique du
supposant que ces deux grandeurs sont
circuit magnétique est négligeable. En effet l'impédance du
sinusoïdales.
circuit R-C a été choisie assez grande pour pouvoir
1.1.5 - En déduire l’expression qui lie alors i2(t) et (t).
considérer que le courant i2(t) est suffisamment inférieur
au courant i1(t) pour que la condition N1i1(t)>>N2i2(t) 1.1.6 - Exprimer i2(t) en fonction de uC(t) et C.
soit vérifiée. De plus le condensateur a été choisi de telle

v110 29
1.1.7 - En exploitant la relation qui lie (t), B(t) et S, 1.2.8 - En supposant que la tension qui alimente le premier
exprimer la relation qui lie B(t) et uC(t). bobinage est sinusoïdale, exprimer les pertes par
hystérésis en fonction de V, valeur efficace de la
1.1.8 - Expliquer comment avec le montage de la figure 1 tension d'alimentation, et des différents paramètres
il est possible de visualiser à l'oscilloscope le cycle du circuit (il pourra être utile d’utiliser la formule
d'hystérésis B = f(H). de Boucherot).

1.2 - PERTES PAR HYSTÉRÉSIS


2 - MANIPULATION
1.2.1 - Exprimer, en fonction de u1(t) et i1(t), la puissance
instantanée p1(t) absorbée par le bobinage Circuit magnétique
primaire.

1.2.2 - En déduire, en fonction de u1(t) et i1(t),


l’expression sous forme intégrale de l'énergie
électrique W absorbée par le bobinage primaire
pendant une période T de la tension
d’alimentation.

1.2.3 - Exprimer u1(t) en fonction de (t).

1.2.4 - Montrer alors que l’énergie électrique W absorbée


pendant une période peut se mettre sous la forme : Bobinages
Figure 2
dB  t 
W K  H t 
dt
dt
Pour les manipulations le matériel suivant sera utilisé :
T 
où K est une constante dont on donnera • 1 circuit magnétique portant deux bobinages (il
l’expression. s’agit en fait d’un transformateur dont le bobinage
secondaire est utilisé comme bobinage de mesure.
Sur une période T, le point de fonctionnement magnétique
Le 1er bobinage s’alimente sous 220 V.
du transformateur parcourt le cycle d’hystérésis une fois
Pour le bobinage de mesure utiliser le bobinage
en entier. Il est alors possible de montrer (à admettre) que :
secondaire qui délivre 22 V.
dB  t 
 H t 
dt
dt   HdB A demander à l’enseignant
T   1cycle 
• 1 impédance R-C pour l’enroulement de mesure
 Aire du cycle d'hystérésis
La résistance et le condensateur valent
1.2.5 - Exprimer alors W en fonction de l’aire cycle et des respectivement R = 6,8 k et C = 4,7 F
paramètres géométriques l et S du circuit A demander à l’enseignant
magnétique.
• Alimentation
1.2.6 - Exprimer alors la puissance active P absorbée par Alimentation auxiliaire monophasée
le 1er bobinage en fonction de l’aire du cycle, de l, (équipement n° 8)
de S et de la fréquence f.
• 1 Oscilloscope
1.2.7 - En considérant que pour f <= 50 Hz l'aire du Oscilloscope Tektronic TDS3014
cycle est proportionnelle au carré de l’induction A demander à l’enseignant
maximale (Aire = B2M), donner l'expression de (et à lui rendre en fin de TP)
la puissance active absorbée par le circuit • 1 sonde de courant
magnétique en fonction de f, S, l,  et BM. Sonde de courant Tektronix
A prendre sur les étagères
Cette puissance qui correspond à de l’énergie perdue dans
le circuit magnétique est communément appelée : « pertes • 1 sonde de tension
par hystérésis ». Sonde de tension ST1000
A prendre sur les étagères

30 v110
• 1 imprimante Section
Imprimante jet d’encre
A prendre près des PC

• 1 Voltmètre
A choisir sur les étagères parmi les appareils à
aiguille

Et spécifiquement pour la partie 2.2 :

• 1 Wattmètre monophasé
1 wattmètre numérique Metrix PX110.
A prendre sur les étagères.
2 2
2.1 - TRACÉ DU CYCLE D’HYSTÉRÉSIS Ligne moyenne de champ
2.1.1 - Faire un schéma du montage permettant d’observer Figure 3
à l’oscilloscope le cycle d’hystérésis du matériau
2.1.4 - En utilisant la formule de Boucherot et en faisant
qui constitue le circuit magnétique. Préciser
l’hypothèse que BMax = 1,414 T, estimer le
l'appareillage utilisé pour obtenir les diverses
nombre de spire N1. Faire l’application numérique.
mesures.

o Réaliser le montage en utilisant le matériel listé en début 2.1.5 - Estimer HMax. Faire l’application numérique.
de partie (attention d’utiliser les bons bobinages -
2.1.6 - Graduer le cycle obtenu, en déduire les valeurs Br
cf. description du circuit magnétique).
de l'induction rémanente et Hc du champ coercitif.
o Alimenter le bobinage primaire sous 220 V.
2.1.7 - Estimer de manière graphique l’aire du cycle
o Visualiser à l'oscilloscope le cycle d'hystérésis du circuit d’hystérésis. Cette aire sera exprimée en T.A/m
magnétique.

2.1.2 - Reporter le cycle obtenu sur papier. 2.2 - PERTES PAR HYSTÉRÉSIS
2.1.3 - Sur le circuit magnétique étudié, évaluer la section 2.2.1 - A partir de l’aire, estimer pour f = 50 Hz et
du fer S et la longueur moyenne d'une ligne de V = 220 V les pertes par hystérésis Phys.
champ l en utilisant une règle ou un réglet (la forme
2.2.2 - Faire le schéma d’un montage qui permette de
de ce circuit est donnée par la figure 3).
relever, en régime sinusoïdal à f = 50 Hz, la
Section
puissance active P absorbée par le bobinage
primaire quand sa tension d’alimentation varie de
0 à 250 V.

2.2.3 - Relever, à f = 50 Hz, La puissance P en fonction


de la tension d’alimentation quand celle-ci varie de
0 à 250 V (Faire le relevé en commençant à
250 V et en veillant à faire un point de mesure à
220 V).

2.2.4 - Tracer alors P = f(V2)


2 2
Ligne moyenne de champ 2.2.5 - Comparer au point V = 220 V avec le résultat de
la question 2.2.1. Conclure.

v110 31
32 v110
ETT0301 - Électricité industrielle
TP 5 - Transformateur monophasé

 
Les systèmes sous tension sont potentiellement mortels.
Tous les branchements ou débranchements doivent être réalisés hors tension.
La mise sous tension des montages est subordonnée à l'accord obligatoire de l'enseignant.
Le non respect de ces consignes sera sanctionné par l’exclusion de la salle de TP.

OBJECTIFS DU TP

L’objectif de ce TP est l'étude du transformateur monophasé.

Dans un premier temps les essais à vide et en court-circuit permettront de déterminer les paramètres du modèle du
transformateur.

Dans un second temps ce modèle sera utilisé pour prédire le fonctionnement en situation réelle du transformateur.

- la résistance des bobinages ramenée au


1 - ASPECTS THÉORIQUES
secondaire rs ;
1.1 - Rappeler le schéma équivalent du transformateur - l’inductance de fuite des bobinages ramenée au
avant toutes hypothèses simplificatrices. secondaire ls.

1.2 - Rappeler la première approximation de Kapp et le 1.8 - Rappeler l'expression, sous tension nominale
schéma équivalent du transformateur avec primaire, de la valeur efficace V2 de la tension
impédance ramenée au secondaire qui en découle. secondaire en fonction :
Expliciter alors les différents éléments qui - d’éléments du schéma équivalent dans
constituent ce schéma. l'hypothèse de Kapp ;
1.3 - Faire le schéma du montage qui permet de réaliser - de mesures des essais ;
l’essai à vide et y faire figurer les appareils de - de la valeur efficace I2 du courant secondaire ;
mesures utilisés. Indiquer les grandeurs qu’il est - du déphasage 2 de la charge branchée au
nécessaire de de contrôler ou de mesurer. secondaire.
1.4 - Expliquer comment utiliser ces mesures pour 1.9 - Rappeler l’expression, sous tension nominale
déterminer les éléments du schéma équivalent que primaire, du rendement du transformateur en
sont : fonction :
- le rapport de transformation m ; - de la valeur efficace V2 de la tension secondaire ;
- la composante active de l’impédance - de la valeur efficace I2 du courant secondaire ;
magnétisante R ;
- du déphasage 2 de la charge branchée au
- la composante réactive de l’impédance
secondaire ;
magnétisante X. et l’inductance L (X = L)
- d’éléments du schéma équivalent dans
qu’elle caractérise l'hypothèse de Kapp ;
1.5 - Faire le schéma du montage qui permet de réaliser - de mesures des essais.
l’essai en court-circuit et indiquer les grandeurs qu’il
est nécessaire de contrôler ou de mesurer.
2 - ASPECTS PRATIQUES
1.6 - Indiquer la principale précaution à respecter lors de
l’essai en court-circuit Les manipulations sont effectuées sur un transformateur
d'isolement 220 V / 220 V d’une puissance apparente de
1.7 - Expliquer comment utiliser les mesures pour
déterminer les éléments du schéma équivalent que 250 VA.
sont :

v110 33
2.1 - MESURE DES RÉSISTANCES PRIMAIRES o Alimenter le bobinage secondaire de telle manière qu’il
ET SECONDAIRES absorbe un courant de même valeur efficace que celle
2.1.1 - En raisonnant sur le schéma équivalent global calculée à la question
(avant simplification) du transformateur, montrer
2.1.6 - Mesurer la tension et le courant pour la résistance
qu’il suffit, d’alimenter le primaire par une tension
secondaire.
continue et de mesurer la tension primaire et le
courant primaire pour déterminer la résistance du 2.1.7 - En déduire les valeurs des résistances des
bobinage primaire r1. bobinages primaires et secondaires du
transformateur.
2.1.2 - En raisonnant sur le schéma équivalent global
(avant simplification) du transformateur, montrer 2.2 - ESSAI À VIDE
qu’il suffit, d’alimenter le secondaire par une
tension continue et de mesurer la tension Pour faire le montage, procurez-vous le matériel suivant :
secondaire et le courant secondaire pour • Alimentation sinusoïdale
déterminer la résistance du bobinage secondaire r2. Alimentation auxiliaire monophasée
(équipement n° 8 du banc)
2.1.3 - En utilisant les indications de la plaque
signalétique du transformateur, calculer la valeur • 1 Voltmètre capable de mesurer les valeurs efficaces
efficace nominale du courant primaire I1n et A choisir sur les étagères parmi les appareils à
estimer approximativement la valeur efficace aiguille
nominale du courant secondaire I2n. • 1 Ampèremètre
A choisir sur les étagères parmi les appareils à
2.1.4 - Proposer les schémas de montages permettant de
aiguille
réaliser une méthode volt-ampèremétrique afin de
mesurer d’abord la résistance du bobinage primaire • 1 Wattmètre monophasé
puis celle du bobinage secondaire. Cet appareil remplit aussi les fonctions de
voltmètre et d’ampèremètre capables de mesurer
Pour faire le montage procurez-vous ou repérez le matériel
les valeurs efficaces vraies ainsi que celle de
suivant :
cosmètre.
• Alimentation 1 wattmètre numérique Metrix PX110.
Alimentation continue n° 5 A prendre sur les étagères.
A prendre sur les étagères
o Réaliser le montage tel que décrit à la question 1.3.
(Sa limitation en courant sera réglée à 1,5 A)
2.2.1 - Relever, quand la valeur efficace de la tension
• 1 Voltmètre capable de mesurer les valeurs
primaire évolue entre 0 et 250 V (Faire
moyennes
A choisir sur les étagères parmi les appareils à impérativement un point de mesure pour la
aiguille tension primaire égale à sa valeur nominale) :
- la valeur efficace V1 de la tension primaire.
• 1 Ampèremètre capable de mesurer les valeurs
- la puissance active P1 absorbée au primaire.
moyennes
A choisir sur les étagères parmi les appareils à - la valeur efficace I1 du courant absorbé au
aiguille primaire.
- la valeur efficace V2 de la tension
o Réaliser le montage pour faire les mesures sur le
bobinage primaire. secondaire. Les résultats seront présentés
sous forme de tableau.
o Alimenter le bobinage primaire de telle manière qu’il
absorbe un courant de même valeur efficace que celle 2.2.2 – En exploitant les mesures faites quand la tension
calculée à la question 2.1.3 primaire est égale à sa valeur nominale, calculer :
- le rapport de transformation m ;
2.1.5 - Mesurer la tension et le courant pour la résistance
- la composante R de l'impédance
primaire.
magnétisante ;
o Modifier le montage pour faire les mesures sur le - la composante X de l'impédance
bobinage secondaire.
magnétisante ainsi que l’inductance L.

34 v110
2.2.3 - Tracer :
- la puissance active absorbée au primaire en
fonction du carré de la valeur efficace de la
tension primaire ; 2.3.2 - Mesurer :
- la valeur efficace du courant absorbé au - la puissance active P1CC absorbée au
primaire en fonction de la valeur efficace de primaire ;
la tension primaire (cette courbe est la - la valeur efficace V1CC de la tension primaire.
courbe de magnétisme du transformateur) ;
- la valeur efficace de la tension secondaire en 2.3.3 - Déduire de ces mesures les composantes rs et ls de
fonction de la valeur efficace de la tension l'impédance ramenée au secondaire des
primaire. enroulements.
2.2.4 – Conclure sur l’allure des courbes. 2.3.4 - Comparer le résultat obtenu pour rs avec ceux de la
2.2.5 - Indiquer comment varie le flux en fonction de la question de la question 2.1.7.
valeur efficace du courant primaire.
2.4 - ESSAIS EN CHARGE
2.3 - ESSAI EN COURT-CIRCUIT Cet essai sera réalisé sous tension primaire nominale.
2.3.1 - Calculer numériquement le courant nominal 2.4.1 - Proposer une manière simple de réaliser une charge
secondaire. qui possède un facteur de puissance de 0,8AR.
Pour faire le montage procurez-vous ou repérez le matériel
2.4.2 - Faire le schéma d’un montage qui permette :
suivant :
- de contrôler la tension primaire ;
• Alimentation sinusoïdale - de mesurer la tension secondaire ;
Alimentation auxiliaire monophasée - de mesurer le courant secondaire ;
(équipement n° 8 du banc) - de contrôler en permanence le facteur de
puissance de la charge.
• 1 Voltmètre capable de mesurer les valeurs efficaces
A choisir sur les étagères parmi les appareils à o Réaliser le montage
aiguille
2.4.3 - Relever, sous tension nominale primaire et en
• 1 Ampèremètre gardant le facteur de puissance de la charge égal à
A choisir sur les étagères parmi les appareils à 0,8AR, la tension secondaire quand le courant
aiguille secondaire varie de 0 à 1,3 fois le courant
• 1 Wattmètre monophasé secondaire nominal.
Cet appareil remplit aussi les fonctions de
2.4.4 - Calculer pour chaque point de mesure :
voltmètre et d’ampèremètre capables de mesurer
- La chute de tension secondaire.
les valeurs efficaces vraies ainsi que celle de
- Le rendement.
cosmètre.
1 wattmètre numérique Metrix PX110. 2.4.5 - Tracer alors :
A prendre sur les étagères. - La chute de tension secondaire en fonction
du courant secondaire.
o Réaliser le montage tel que décrit à la question 1.5.
- Le rendement en fonction du courant
secondaire.

2.4.6 – Commenter ces courbes.


o Remettre l’alternostat à zéro avant de mettre le
transformateur sous tension 2.5 - FORME D’ONDE DU COURANT

o Alimenter le primaire sous tension réduite de telle 2.5.1 - Faire le schéma d’un montage qui permette, à
manière que le courant secondaire soit égal au courant vide :
secondaire nominal. - de contrôler la valeur efficace de la tension
d’alimentation ;
- de visualiser la tension primaire à
l’oscilloscope ;

v110 35
- de visualiser le courant primaire à o Réaliser le montage
l’oscilloscope.
o Alimenter le montage sous tension nominale primaire
Pour faire le montage procurez-vous ou repérez le matériel
2.5.2 - Relever les allures de la tension primaire et du
suivant :
courant primaire.
• Alimentation sinusoïdale
2.5.3 - Expliquer la forme d’onde du courant.
Alimentation auxiliaire monophasée
(équipement n° 8 du banc) o Utiliser le dispositif suivant pour charger le secondaire
du transformateur :
• 1 Voltmètre capable de mesurer les valeurs efficaces
A choisir sur les étagères parmi les appareils à • 1 Rhéostat
aiguille A choisir sur les étagères parmi les rhéostats de
330 
• 1 Oscilloscope
Oscilloscope Tektronic TDS3014 o Alimenter le montage sous tension nominale primaire
A demander à l’enseignant
o Régler le rhéostat pour que le courant secondaire soit
(et à lui rendre en fin de TP)
égal à sa valeur nominale.
• 1 sonde de courant
2.5.4 - Relever les allures de la tension primaire et du
Sonde de courant Tektronix
courant primaire.
A prendre sur les étagères
2.5.5 - Comparer avec l’allure des relevés de la
• 1 sonde de tension
question 2.5.2 et conclure.
Sonde de tension ST1000
A prendre sur les étagères

36 v110
ETT0301 - Électricité industrielle
TP 6- Transformateur triphasé

 
Les systèmes sous tension sont potentiellement mortels.
Tous les branchements ou débranchements doivent être réalisés hors tension.
La mise sous tension des montages est subordonnée à l'accord obligatoire de l'enseignant.
Le non respect de ces consignes sera sanctionné par l’exclusion de la salle de TP.

OBJECTIFS DU TP

L’objectif de ce TP est l'étude du transformateur triphasé.

Dans un premier temps les essais à vide et en court-circuit permettront de déterminer les paramètres du modèle du
transformateur.

Dans un second temps ce modèle sera utilisé pour prédire le fonctionnement en situation réelle du transformateur.

1 - DESCRIPTION
1.2 - COUPLAGES
Il existe plusieurs moyens de connecter les enroulements
1.1 - CONSTITUTION
entre eux. Ainsi sur le transformateur du laboratoire de
Culasse supérieure
travaux pratiques les enroulements primaires peuvent être
connectés (ou couplés) en étoile ou en triangle et les
Enroulement
enroulements secondaires en étoile, en triangle ou en zig-
PRIMAIRE VP1 primaire P1
(N1 spires) zag. Ces trois types de couplage sont respectivement
désignés par les lettres y, d et z. Comme les primaires et
1er noyau 2ème noyau 3ème noyau

Enroulement
secondaires ne sont pas forcément couplés de la même
VS1 secondaire S1
(N2/2 spires) façon, une lettre majuscule est utilisée pour désigner le
SECONDAIRE
Enroulement
couplage du primaire tandis qu’une lettre minuscule est
VS 1 secondaire S’1
(N2/2 spires) utilisée pour désigner le couplage du secondaire.
Culasse inférieure
Les figures ci-dessous illustrent trois types de couplage.
A P1 S’1 S1 a
Le transformateur utilisé pour ce TP est constitué de trois
noyaux coplanaires reliés par deux culasses. Cet ensemble B P2 S’2 S2 b
forme le circuit magnétique du transformateur.
C P3 S’3 S3 c
Chaque noyau porte un enroulement primaire et un
enroulement secondaire constitué de deux demi- N n
enroulements. Sur la figure ci contre ne sont représentés Couplage Yy
que les enroulements situés sur le premier noyau. Il est
bien entendu que les deux autres noyaux portent des A P1 S’1 S1 a
enroulements analogues.
B P2 S’2 S2 b
Les tensions VP1, VS1 et VS'1 sont respectivement liées par
C P3 S’3 S3 c
les relations :
VS 1 N2 VS '1 N2
et
VP 1 2N1 VP 1 2N1 Couplage Dd

Les tensions qui ont leurs flèches dirigées vers les points
des enroulements sont en phase.

v110 37
A P1 S’1 S1 a 2 - EXPÉRIMENTATION
B P2 S’2 S2 b
Les expérimentations seront réalisées sur un
transformateur en couplage Yz avec neutres non sortis.
C P3 S’3 S3 c

n
2.1 - SCHÉMA ÉQUIVALENT
Couplage Dz 2.1.1 - Donner, dans les hypothèses de Kapp, le schéma
Les bornes A, B et C (et N quand elle existe) sont les équivalent ramené au secondaire d’une phase du
bornes du primaire. Les bornes a, b et c (et n quand elle transformateur et faire apparaître sur celui-ci ses
différents paramètres.
existe) sont les bornes du secondaire.

2.2 - IDENTIFICATION
1.3 - SCHÉMA ÉQUIVALENT
2.2.1 - Relever sur la plaque signalétique du
Un transformateur triphasé quel que soit son couplage, tant
transformateur sa tension nominale primaire.
qu’il est alimenté par un système triphasé équilibré de
tensions, se comporte comme trois transformateurs 2.2.2 - Relever sur la plaque signalétique du
monophasés indépendants branchés en étoile (cf. figure ci- transformateur sa puissance apparente nominale.
dessous). Il est alors possible de faire trois schémas
équivalents, un pour chaque phase, de ce transformateur 2.3 - DÉTERMINATION DE L'INDICE HORAIRE
triphasé. Toutefois comme ce système est équilibré il suffit PAR LA MÉTHODE DITE DES « ÉLECTRICIENS »
de n’en étudier qu’un.
2.3.1 - Détermination théorique

A a 2.3.1.1 - Calculer de manière théorique l’indice horaire du


Transformateur
monophasé transformateur (couplage Yz).
équivalent
2.3.2 - Détermination pratique : « méthode des
électriciens »
B b
Transformateur Cette méthode permet de construire les diagrammes
monophasé
équivalent
vectoriels des tensions primaires UAB, UBC et UCA ainsi que
la tension secondaire Uab à partir de la connaissance des

C c
valeurs efficaces des tensions UAB, UBC et UCA, UAb, UBb,
Transformateur
et UCb. Il est alors possible d'en déduire le déphasage entre
monophasé
équivalent UAB et Uab ce qui permet de déterminer l’indice horaire (cf.
figure ci-dessous).

A U ab
Il existe toutefois une différence entre le schéma a
équivalent d’un transformateur monophasé et celui d’une
phase d’un transformateur triphasé. En effet ce dernier
U CA b
possède un paramètre supplémentaire (noté h). En effet
U AB
dans un transformateur triphasé les tensions simples du
primaire et les tensions simples du secondaire qui leur
correspondent ne sont pas forcément en phase. Pour les
couplages courants ce déphasage est multiple de /6. Il U BC
C B
n’existe donc que douze valeurs possibles pour ce dernier.
Elles s’expriment sous la forme h./6 où h peut prendre
les valeurs 0, 1, 2 … 11. h s’appelle « l’indice horaire » du
Pour réaliser cette méthode il est nécessaire de relier entre
transformateur. elles une borne primaire et une borne secondaire
homologue, par exemple A et a dans notre cas (cf. figure
ci-dessous).

38 v110
Pour la méthode des 2.3.2.4 - Comparer cette valeur avec celle déterminée
électriciens uniquement théoriquement.

2.4 - ESSAI À VIDE


Cet essai se réalise sous tension nominale primaire.
A a
B b 2.4.1 - Faire un schéma du montage. Il doit permettre de
C c mesurer :
- la valeur efficace U10 des tensions entre
phases primaires ;
o Relier les bornes A et a du transformateur (Cette liaison
- la valeur efficace U20 des tensions entre
n’est nécessaire que pour réaliser la méthode des
phases secondaires ;
électriciens. Elle doit être retirée pour la suite du TP).
- la puissance active absorbée sur une phase
o Utiliser les appareils de mesure suivants : par le transformateur (la puissance totale P10
absorbée par le transformateur s’obtenant en
• 2 multimètres de table :
multipliant par trois la puissance mesurée) ;
Modèle GDM 8145
- la valeur efficace I10 des courants dans les
A choisir sur les étagères
phases primaires.
2.3.2.1 - Le fonctionnement se faisant à tension primaire
o Utiliser les appareils de mesures suivants :
nominale, mesurer les valeurs efficaces des
tensions composées primaires UAB, UBC et UCA et • 2 multimètres de table :
les valeurs efficaces tensions mixtes entre bornes Modèle GDM 8145
secondaires et primaires UAb, UBb et UCb. A choisir sur les étagères
• 1 Wattmètre monophasé
2.3.2.2 - Construire graphiquement les vecteurs UAB, UBC,
Cet appareil remplit aussi les fonctions de
UCA et Uab. En utilisant la méthode suivante :
voltmètre et d’ampèremètre efficaces vrais ainsi
- placer arbitrairement le point A ; que celle de cosmètre.
- tracer un cercle centré sur A de rayon UAB ; 1 wattmètre numérique Metrix PX110.
- placer arbitrairement le point B sur ce A prendre sur les étagères.
cercle ;
- tracer le vecteur UAB ; Appeler le professeur avant de mettre sous tension
- tracer un cercle centré sur A de rayon UCA ;
- tracer un cercle centré sur B de rayon UBC ;
- placer le point C sur l’intersection des deux 2.4.2 - Mesurer les quatre grandeurs de la question
précédentes.
cercles précédents qui permet d’obtenir un
système UAB, UBC et UCA direct ; 2.4.3 - En déduire les valeurs du rapport de transformation
- tracer le vecteur UBC ; (m), et des composantes actives et réactives de

- placer le point a sur le point A (ces deux l’impédance magnétisantes (Rµ et Xµ) ainsi que la

points sont confondus car ils sont reliés par valeur efficace du courant nominal secondaire I2n.
un fil) ;
2.4.4 - Exprimer de manière théorique le rapport de
- tracer un cercle centré sur A de rayon UAb ;
transformation m en fonction du quotient N2/N1.
- Tracer un cercle centré sur B de rayon UBb ;
En déduire la valeur numérique de ce quotient.
- tracer un cercle centré sur C de rayon UCb ;
- placer le point b à l’intersection de ces trois 2.5 - ESSAI EN COURT-CIRCUIT
cercle ; Cet essai se réalise sous tension primaire réduite et
- tracer le vecteur Uab. normalement à courant secondaire nominal. Toutefois
2.3.2.3 - A partir de la construction graphique, mesurer dans le cas présent il sera réalisé pour un courant
l’angle qui va de Uab vers UAB puis déterminer secondaire égal à la moitié du courant secondaire
nominal.
l'indice horaire du transformateur.
v110 39
2.5.1 - Faire un schéma du montage. Il doit permettre de 2.6.1 - Donner l’expression, en fonction de R, X, I2 et 2
mesurer : de la valeur efficace de la chute de tension des
- la valeur efficace U1CC des tensions entre tensions simples en sortie du transformateur. 2 est
phases primaires le déphasage entre les courants de lignes
- la puissance active absorbée sur une phase secondaires (de valeur efficace I2) et les tensions
par le transformateur (la puissance P1CC
simples secondaires auxquelles ils se rapportent.
absorbée par le transformateur s’obtenant en
multipliant par trois la puissance mesurée). 2.6.2 - Prédéterminer la chute de tension des tensions
Il doit aussi permettre de contrôler le courant simples secondaires quand, sous tension nominale
secondaire I2. primaire, le transformateur alimente une résistance
triphasée avec un courant secondaire égal à la
2.5.2 - En utilisant les indications de la plaque moitié du courant secondaire nominal.
signalétique du transformateur et en prenant en
2.6.3 - Faire un schéma du montage de la question
compte le couplage du transformateur, calculer la
précédente. Il doit permettre :
valeur efficace nominale du courant nominal
- de contrôler la tension entre phase au
secondaire I2n. Calculer alors la moitié de cette
primaire ;
valeur. - de mesurer la tension entre phases au
secondaire ;
o Utiliser les appareils de mesures suivants : - de contrôler le courant secondaire.

• 2 multimètres de table : o Utiliser les appareils suivants :


Modèle GDM 8145 • 2 multimètres de table :
A choisir sur les étagères Modèle GDM 8145
• 1 Wattmètre monophasé A choisir sur les étagères
Cet appareil remplit aussi les fonctions de • 1 Wattmètre monophasé
voltmètre et d’ampèremètre efficaces vrais ainsi Cet appareil remplit aussi les fonctions de
que celle de cosmètre. voltmètre et d’ampèremètre efficaces vrais ainsi
1 wattmètre numérique Metrix PX110. que celle de cosmètre.
A prendre sur les étagères. 1 wattmètre numérique Metrix PX110.
A prendre sur les étagères.
Appeler le professeur avant de mettre sous tension • 1 charge résistive triphasée
Plan de charge du banc connecté en étoile (mode
380 V)
2.5.3 - Mesurer les trois grandeurs de la question
précédentes.
Appeler le professeur avant de mettre sous tension
2.5.4 - En déduire les valeurs de rs et xs (xs = ls) des
impédances ramenées au secondaire.
2.6.4 - Mesurer :
2.6 - ESSAI EN CHARGE - la valeur efficace U2 des tensions entre
Cet essai est normalement effectué avec un courant de phases secondaires ;
ligne secondaire égal au courant nominal secondaire. - la valeur efficace U1 des tensions entre
Toutefois le laboratoire de travaux pratiques ne dispose phases primaires ;
pas d’une charge capable de supporter ce dernier. C’est - la valeur efficace I2 du courant secondaire.
pourquoi cette question doit impérativement être
réalisée avec un courant secondaire égal à la moitié du 2.6.5 - Calculer la chute de tension des tensions simples
courant secondaire nominal. De plus comme cette secondaires et comparer avec la théorie.
question utilise les résultats de la question de 2.5 celle-ci 2.6.6 - Calculer le rendement
doit aussi être effectuée avec un courant secondaire égal à
la moitié du courant secondaire nominal.

40 v110
ETT0301 - Électricité industrielle
Annexe 1 - Plans de charge

LE PLAN DE CHARGE RÉSISTIF

Le banc de manipulation comporte un plan de charge résistif intégré que l’on utilisera pour charger l’alimentation
triphasée.

Il est constitué de trois jeux identiques de résistances.

25% Cavaliers de configuration

25%

20%

15%
R S T
Tri 220V et 380V
10%

5%

Mono et continu

Schéma interne du plan de charge

Cavaliers de configuration Cavaliers de configuration Cavaliers de configuration

MONO 220V TRI 220V TRI 380V

Positions possibles des cavaliers de configuration

L’utilisation des quatre « cavaliers de configuration » permet de brancher ces trois jeux en parallèle, en étoile ou en
triangle.
Ainsi lorsque les 4 cavaliers sont dans la position « MONO 220V » les trois jeux sont en parallèles. On utilise alors les
fiches qui s’appellent « MONO ET CONTINU » pour brancher le plan de charge.

Lorsque les cavaliers sont dans la position « TRI 220V » les trois jeux sont branchés en triangle et on utilise alors les
fiches R, S et T pour brancher le plan de charge.

Finalement lorsque les cavaliers sont dans la position « TRI 380V » les trois jeux sont alors branchés en étoiles et on
utilise toujours les fiches R, S et T pour brancher le plan de charge. Pour ce mode le point neutre du plan de charge pourra
alors être récupéré au niveau des deux cavaliers utilisés.

Pour régler le plan de charge on utilise les 6 commutateurs respectivement marqués « 25% », « 25% », « 20% », « 15% »,
« 10% » et « 5% ». Ainsi, pour une tension d’alimentation (continue ou alternative) donnée du plan de charge lorsque
l’on ferme le commutateur 25% cela signifie que le plan de charge absorbe une puissance active égale à 25% de celle
qu’il absorberait si tous les commutateurs étaient fermés. Le raisonnement est le même pour les autres commutateurs.
Cela signifie que plus l’on augmente la puissance absorbée plus la valeur de la résistance globale de chaque jeux diminue.

v110 41
LE PLAN DE CHARGE INDUCTIF

La salle de travaux pratique possède un plan de charge inductif mobile. Il est constitué de trois inductances réglables. De
la même manière que le plan de charge résistif, ces trois inductances peuvent être branchées un parallèle, en triangle ou
en étoile au moyen de cavaliers de configuration. Ces inductances peuvent être réglées en tournant le volant de réglage
qui permet de faire entrer ou sortir de manière identique le noyau de chaque inductance. Lorsque les noyaux sont sortis
au maximum, les trois inductances sont minimales. A l’inverse lorsqu’il est rentré au maximum les trois inductances sont
maximales.

LE PLAN DE CHARGE CAPACITIF

Il se trouve dans la salle de travaux pratique un plan de charge capacitif mobile qui fonctionne sur le même principe que
le plan de charge résistif. Les différences résident dans le fait que l’on a maintenant 3 jeux de condensateurs et que les
commutateurs sont gradués en pourcentage de puissance réactive.

42 v110
ETT0301 - Électricité industrielle
Annexe 2 - Commutateur de Wattmètres

LE COMMUTATEUR DE WATTMÈTRE

Il permet de mettre en œuvre la méthode des deux wattmètres avec un wattmètre unique. Les trois figures suivantes
illustrent son fonctionnement. Sont représentés, pour chaque position du commutateur de commande, le circuit réel et
son circuit équivalent.

V1 V2 V3 V1 V2 V3 V1 V2 V3 V1 V2 V3

Entrées Entrées
R S T R S T
Circuit intensité Circuit intensité
2 2

W W W
1 3 1 3

Circuit tension Circuit tension

R S T R S T
Sorties Sorties

Z - 3~ Z - 3~ Z - 3~ Z - 3~

V1 V2 V3 V1 V2 V3

Entrées
R S T
Circuit intensité
2

W W
1 3

Circuit tension

R S T
Sorties

Z - 3~ Z - 3~

v110 43
ETT0301 - Électricité industrielle
Annexe 3 - Calculs en complexes
dans Matlab / GNU Octave

CALCULS EN COMPLEXES DANS MATLAB / GNU OCTAVE

Les logiciels de calculs numériques Matlab ou GNU Octave (disponibles sur les PC du laboratoire de travaux pratiques
d’électrotechnique ou téléchargeable gratuitement pour GNU Octave) peuvent être utilisés comme des calculatrices
évoluées capables de travailler avec des nombres complexes.

Les exemples donnés ci-dessous doivent être saisis dans la « Fenêtre de commande (Window Command) » de ces
logiciels.

 Définir des grandeurs complexes représentant les transformées cissoïdales des signaux électriques sinusoïdaux :
>> V1=230*exp(i*0) ;
>> V2=230*exp(-i*2*pi/3) ;
>> V3=230*exp(-i*4*pi/3) ;

 Calculer des signaux à partir d’autres signaux :


>> U12=V1-V2 ;
>> U23=V2-V3 ;
>> U31=V3-V1 ;

 Afficher une grandeur :


>> U12
U12 = 345.00 + 199.19i

 Afficher la valeur efficace d’un signal sinusoïdal (= le module de sa transformée cissoïdale) :


>> abs(U12)
ans = 398.37

 Afficher la phase à l’origine d’un signal sinusoïdal (= l’argument de sa transformée cissoïdale) en degrés :
>> angle(U12)/pi*180
ans = 30.000

 Définir la fréquence et la pulsation :


>> f=50 ;
>> w=2*pi*f ;

 Définir l’impédance complexe d’une inductance :


>> L=150e-3 ;
>> ZL=i*L*w ;

 Calculer la transformée cissoïdale du courant dans l’impédance si on fait l’hypothèse que la tension à ses bornes
vaut V2 :
>> I2=V2/ZL ;
>> abs(I2)
ans = 4.8808
>> angle(I2)/pi*180
ans = 150

v110 45