Vous êtes sur la page 1sur 47

Collection "DOB-19"

Mathématiques T leD

o
X pr
Activités TE
4 Activités de découverte
4 Retenons
4 Remarques
n
4 Applications...
Be
U
O
SS

Auteur :
O

::::::
Benjamin DOSSOU
Professeur Adjoint
D

Tél : (+229) 96006244 / 95792867


E-mail : benjamindossou@yahoo.com
messenger : DOSSOU BD Benjamin

3ème Édition
Table des matières

1 CONFIGURATIONS DE L’ESPACE 4
1.1 Vecteurs de l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2 Barycentre de n points pondérés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.3 Produit scalaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.3.1 Produit scalaire dans le plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.3.2 Produit scalaire dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.4 Équation cartésienne d’un plan-Distance d’un point à un plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.4.1 Équation cartésienne d’un plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.4.2 Représentation paramétrique d’un plan dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.5 Systèmes d’équations cartésiennes d’une droite de l’espace-Représentation paramétrique d’une droite . . . . . 6
1.5.1 Représentation paramétrique d’une droites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.6 Produit vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.6.1 Orientation dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.6.2 Position relatives de droites et plans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.6.3 Distance d’un point à une droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

o
1.6.4 Distance d’un point à un plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.6.5 Aire d’un triangle et d’un parallélogramme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

pr
1.6.6 Volume d’un tétraèdre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.6.7 Quelques lignes de niveau usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.7 Systèmes d’équations linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

X
1.7.1 Codages de résolution (opération élémentaires) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.7.2 Méthode de Pivot de Gauss . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
TE
2 ORGANISATION DES DONNÉES 14
2.1 Nombres complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.1.1 Présentation des nombres complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
n
2.1.2 Forme algébrique d’un nombre complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
Be

2.1.3 Représentation géométrique d’un nombre complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14


2.1.4 Conjugué d’un nombre complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.1.5 Module d’un nombre complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.1.6 Forme trigonométrique d’un nombre complexe non nul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.1.7 Équation dans C . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
U

2.1.8 Racine carrée d’un nombre complexe non nul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17


2.1.9 Équation du second degré dans C . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
O

2.1.10 Résolution d’une équation du second degré dans C . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17


2.1.11 Racine n-ième d’un nombre complexe non nul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.1.12 Équation se ramenant à une équation du second degré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
SS

2.1.13 Nombres complexes et lieux géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18


2.1.14 Nombres complexes et configurations planes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.2 Probabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
O

2.2.1 Notion d’expérience aléatoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19


2.2.2 Vocabulaire probabiliste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
D

2.2.3 Calcul dans un espace probabilisé fini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20


2.2.4 Équiprobabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.2.5 Probabilité conditionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.2.6 Événements indépendants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.2.7 Variable aléatoire réelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.2.8 Loi de probabilité d’une variable aléatoire réelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.2.9 Espérance mathématique ; variance ; et écart-type d’une variable aléatoire réelle . . . . . . . . . . . . . . 22
2.2.10 Fonction de répartition d’une variable aléatoire réelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.2.11 Épreuve de Bernoulli-loi binomial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.3 Limites et continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.3.1 Limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.3.2 Limites de référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.3.3 Méthode pour lever les indéterminations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.3.4 Limite de la composée de deux fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


TABLE DES MATIÈRES Page 2 sur 46

2.3.5 Limite d’une fonction monotone sur intervalle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26


2.4 Continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.4.1 Continuité en un point . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.4.2 Prolongement par continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.4.3 Continuité sur un intervalle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.4.4 Image d’un intervalle par une fonction continue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.4.5 Image d’un intervalle par une fonction continue et strictement monotone . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.4.6 Bijection et fonction réciproque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.5 Fonctions racine n-ième . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.6 Dérivée-Étude de fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.6.1 Dérivée et sens de variations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.6.2 Ensemble de dérivabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.6.3 Opérations sur les dérivées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.6.4 Sens de variation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.6.5 Extremum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.6.6 Interprétation géométrique du nombre dérivée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.6.7 Point anguleux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.6.8 Point d’inflexion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.6.9 Demi-tangentes verticales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.6.10 Dérivabilité sur un intervalle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

o
2.6.11 Fonctions dérivées d’ordre n (n est un nombre entier naturel) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.6.12 Point d’inflexion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

pr
2.6.13 Développement limité d’ordre n , n ∈ N . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.6.14 Inégalités des accroissements finis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.6.15 Étude de fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

X
2.6.16 Études des branches infinies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.6.17 Position relative d’une courbe par rapport à la droite (∆) d’équation y = ax + b . . . . . . . . . . . . . . . 32
TE
2.6.18 Tangente à une courbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.6.19 Étapes d’étude d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.7 Primitives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.7.1 Notion de primitive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
n
2.8 Fonction logarithme népérien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
2.8.1 Définition et propriété . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Be

2.8.2 Dérivée et primitive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34


2.8.3 Équations-Inéquations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
2.8.4 Fonction logarithme décimale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
2.9 Fonction exponentielle népérienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
U

2.9.1 Définition-dérivabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
2.9.2 Équation-Inéquation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
O

2.9.3 Dérivée-Primitive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
2.10 Fonctions exponentielles-Fonctions puissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2.10.1 Puissance d’exposant réel d’un nombre réel strictement positif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
SS

2.10.2 Fonction exponentielle de base a(a > 0) et a 6= 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36


2.10.3 Équation-Inéquation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2.10.4 Fonction puissances d’exposant réel α . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
O

2.10.5 Dérivée- Primitive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37


2.11 Calcul intégral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
D

2.11.1 Intégrale des fonctions continues sur un intervalle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37


2.11.2 Inégalité de la moyenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
2.11.3 Intégration des fonctions paires et des fonctions impaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
2.11.4 Intégration des fonctions périodiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
2.11.5 Intégration par parties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
2.11.6 Calcul d’aire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
2.11.7 Calcul de volume . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
2.11.8 Valeur approchée d’une intégrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
2.11.9 Fonction définies par une intégrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
2.12 Équations différentielles linéaires à coefficients constants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
2.12.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
2.12.2 Solution d’une équation différentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
2.12.3 Équation différentielle du type a y 0 + b y = 0 où a et b sont des constantes réelles avec a 6= 0 . . . . . . . . 40
2.12.4 Équation différentielle du type a y 00 + b y 0 + c y = 0 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


TABLE DES MATIÈRES Page 3 sur 46

2.12.5 Équation différentielle du type y 0 = f (x) et y 00 = g (x) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41


2.13 Suites numériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
2.13.1 Généralités sur les suites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
2.13.2 Raisonnement par récurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
2.13.3 Suites arithmétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
2.13.4 Suites géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
2.13.5 Suite majorées, suites minorées, suites bornées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
2.13.6 Sens de variation d’une suite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.13.7 Convergence et divergence d’une suite numérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.13.8 Limite d’une suite convergente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.13.9 Limite d’une suite du type Un = f (n) où f est une fonction numérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.13.10Limite d’une suite du type Vn = f (Un ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.13.11Limite d’une suite de type Un+1 = f (Un ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.13.12Limites des suites divergentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.13.13Croissances comparées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.14 Statistique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.14.1 Statistique à un caractère quantitatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.14.2 Statistique à deux caractères quantitatifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
2.14.3 Nuages de points associé à une série double . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
2.14.4 Point moyen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

o
2.14.5 Ajustement linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
2.14.6 Coefficient de corrélation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

pr
3 LIEUX GÉOMÉTRIQUES DANS LE PLAN 45
3.1 Similitudes planes directe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

X
3.1.1 Écritures complexes de quelques transformations planes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
TE 45
n
Be
U
O
SS
O
D

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


SITUATION D’APPRENTISSAGE n° 1

CONFIGURATIONS DE L’ESPACE
Situation de départ : pont.

Consigne 1.1

o
Donne :
−→

pr
1. deux vecteurs colinéaires au vecteur AB
2. trois vecteurs coplanaires
3. une base de l’ensemble W des vecteurs de l’espace.

X
Le pont de Codji. Installé entre les deux rives d’un fleuve, le
pont réalisé par l’ingénieur PIKO, est un chef d’ œuvre que 4. deux vecteurs ayant chacun une direction orthogonale à
−−→
les pêcheurs contemplent chaque jour. Les travaux ont duré celle de AD.
TE
deux ans et une vingtaine de pêcheurs riverains ont été des Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
ouvriers spécialisés en plongée. Sonon, l’un des ouvriers, a du
plaisir à raconter à la jeune génération les longues journées Résolution 1.1
n
de travail sur le chantier. L’ingénieur PIKO dirigeait simulta-
Retenons 1.1
nément tous les ateliers : il exigeait la précision partout dans
Be

les mesures et en vérifiait son exactitude. La qualité du sol, la Deux vecteurs →



u et →−
v de W sont dit orthogonaux et on note
qualité du béton, les précisions du dosage, la forme et la qua- →
− →

u ⊥ v lorsqu’ils sont des vecteurs directeurs de deux droites
lité des poutres, l’implantation des piliers, le flux et le reflux orthogonales ou bien lorsque l’un d’eux au moins est le vec-
du cours d’eau ; rien n’échappait au contrôle de l’ingénieur teur nul.
U

PIKO. Les travaux achevés, le pont fut livré à la circulation.


Les riverains sont encore fiers de ce pont qui n’a rien perdu Consigne 1.2
O

de sa solidité des décennies durant.


Tâche Tu vas te construire des connaissances nouvelles en Nomme un vecteur directeur d’une droite perpendiculaire au
mathématique. Pour cela tu auras à : plan (ABC ).
SS

Activité.0 Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Résolution 1.2
1. Lis le texte de la situation de départ.
O

2. Reformule le problème en tes propres termes. Application 1.1


D

3. Formules toutes les idées et questions que t’inspire la si-


tuation de départ.
Dans toute cette SA, E désigne l’espace et W l’ensemble
des vecteurs de l’espace.

1.1
Vecteurs de l’espace

Activité 1.1

En racontant l’histoire de la construction du pont, Sonon a On considère le cube ABC DE F G H muni du repère
−→ −−→ −→
souvent du plaisir à montrer l’une des briques en forme du (E F ; E H ; E A) tels que M et N milieu respectifs des seg-
pavé droit ABCDEFGH ci-dessous utilisée pour construire le ments [BC ] et [CG].

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Équation cartésienne d’un plan-Distance d’un point à un plan Page 5 sur 46

1. Détermine les coordonnées des points C ; B ; E ; A; F et du Soit ABC D un parallélogramme de centre F . E est le point
−−→ −→ −→
vecteurs M N . défini par AE = 32 AC et G le barycentre des points pondérés
2. Soit (P ) un plan de vecteur normal → −
n (2; 4; 2) et (D ) une (A; 2), (B ; 1), (C ; −6) et (D; 1)


droite de vecteur directeur u (1; 2; 1). Vérifie si (D ) est 1. (a) Exprime E comme barycentre des points A et C .
perpendiculaire à (P ).
(b) Démontre que les points E ; F et G sont alignés.
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
(c) Construis le parallélogramme ABC D puis les
Éléments de réponses 1.1 points E ; F et G.

− →− → −
2. L’espace est muni du repère (O; i ; j ; k ). On donne
1.2 A(0; 3; 2), B (1; 2; 0),C (−4; 0; 1) et D(−5; 1; −1). Détermine
Barycentre de n points pondérés les coordonnées de G.
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
((n ∈ N; n ≥ 2))
Éléments de réponses 1.2
Activité 1.2

Le schéma ci-dessous est celui d’une balance qui a été utilisé


dans le laboratoire du chantier de construction du pont. La
1.3
Produit scalaire
tige [AB ] de masse négligeable est mobile autour d’un axe

o
passant par G. En A et en B sont placés respectivement des
corps de masses (en kg) respectives m 1 et m 2 . 1.3.1 Produit scalaire dans le plan

pr
−→ − −→
Soit →

u = AB et →
v = AC avec A; B et C trois points du plan.

Consigne 1.3
X
TE
En te servant du principe du levier, détermine une rela-
−−→ −−→
tion liant m 1 ; m 2 ; G A; GB pour que la balance soit en position
n
d’équilibre (la barre étant dans le plan horizontal).
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Be

Résolution 1.3
On a →
−u ·→

v = AH × AB . Considérons le triangle AC H rectangle
Théorème 1.1 −−→ −→
en H . On a AH = AC × cos(→−
u
 ;→

v ) donc
U


− →
− →
− →

u · v = AB × AC × cos( u ; v )
Soit (A, α) et (B, β) deux points pondérés et M un point tel

−−→ −−→ →
que αM A + βM B = O
− = k→
−u k × k→
−v k × cos(→

u
 ;→
− v)
Soit →

u et →

O

v deux vecteurs du plan muni d’un repère ortho-


1. Si α + β = 0 alors :
normé. On appel produit scalaire des vecteurs → −
u et →−
v le
(a) l’ensemble des points M vérifiant l’équation →
− →
− →
− →

nombre réel noté u · v qui se lit " u scalaire v " défini par
SS

−−→ −−→ → −
αM A + βM B = O est l’espace si α = 0 ou A = B →

u ·→
−v = k→

u k × k→
−v k × cos(→−
u
 ;→

v ).
−−→
(b) aucun point M du plan ne vérifie l’équation αM A+
−−→ →−
βM B = O si α 6= 0 et A 6= B .
O

1.3.2 Produit scalaire dans l’espace


2. Si α + β 6= 0
La définition du produit scalaire et les propriétés relative
D

(a) alors l’ensemble des barycentres des points A et B


aux produits scalaire dans le plan sont aussi valable dans
est la droite (AB ).
−−→ −−→ −−→ l’espace. Ainsi si l’espace est muni d’un repère orthonormé
(b) G = (A, α), (B, β) ⇔ αM A+βM B = (α+β)MG;G ∈ →
− →− → −
© ª
(O; i ; j ; k ) et si →

u (x; y; z) et →

v (x 0 ; y 0 ; z 0 ) sont deux vecteurs
E →
− →

de W alors u · v = xx + y y + zz 0 .
0 0
ª −→ β −→
(c) G = bar (A, α), (B, β) ⇔ AG = AB ; M ∈ E .
©
α+β
1.4
Exemple 1.1 Soit G = bar
A B C Équation cartésienne d’un
2 1 1
A A’
plan-Distance d’un point à un plan
On a : G = bar avec A 0 milieu du segment [BC ].
2 2
Par suite G est milieu du segment [A A 0 ]. 1.4.1 Équation cartésienne d’un plan
Application 1.2 Activité 1.3

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Systèmes d’équations cartésiennes d’une droite de l’espace-Représentation paramétrique d’une droite Page 6 sur 46


− →− →−
L’espace est rapporté à un repère orthonormé (O; i ; j ; k ). Soit M (x; y; z) un point de l’espace.
Soit (P ) le plan passant par le point A(x 0 ; y 0 ; z 0 ) et de vecteur 1. Traduis vectoriellement l’appartenance du point M au
normal →−n (a; b; c). plan (P ).

Consigne 1.4 2. On suppose que M ∈ (P ). Exprime les coordonnées du


point M en fonction de celles des vecteurs →

u et →

v et du
Soit M (x; y; z) un point de l’espace. point A.
1. Justifie que Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
M ∈ (P ) ⇔ ax + b y + c z + d = 0 où d est une constante
réelle que tu préciseras. Résolution 1.5
2. Soit H le projeté orthogonale de B sur (P ) (on suppose Retenons 1.3
que A 6∈ (P )).
−−→ −
x = αa + βa + x 0
0

(a) Calcule |B H · →
n | de deux manière différente 
|ax 0 + b y 0 + c z 0 + d | 1. Le système y = αb + βb + y 0 ; (α; β) ∈ R2
0
(b) Justifie que B H = p 
z = αc + c 0 β + z 0

a2 + b2 + c 2
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min est appelé représentation paramétrique du plan (P )
de repère (A; → −
u ;→

v ) avec A(x 0 ; y 0 ; z 0 ); →

u (a; b; c) et

− 0 0 0
v (a ; b ; c ).
Résolution 1.4
2. Tout plan de repère (A; → −u ;→

v ) avec A(x 0 ; y 0 ; z 0 ), →

v (a; b; c)

o
Retenons 1.2 →− 0 0 0
et v (a ; b ; c ) a pour représentation paramétrique
x = αa + βa + x 0
0

1. La relation ax +b y +c z +d = 0 ; (a; b; c) 6= (0; 0; 0) et d ∈ R

pr

est une équation cartésienne du plan (P ). y = αb + βb 0 + y 0 (α; β) ∈ R2

z = αc + c 0 β + z 0

2. Dé façon générale tout plan passant par le point

X
A(x 0 ; y 0 ; z 0 ) et de vecteur normal →

n (a; b; c) a une équa-
tion cartésienne de la forme ax + b y + c z + d = 0 avec Application 1.4
d = −(ax 0 + b y 0 + c z 0 )
TE

− → − → −
3. Si (P ) est un plan d’équation cartésienne ax +b y +c z + L’espace est muni d’un repère orthonormé (O; i ; j ; k ).
d = 0 avec (a; b; c) 6= (0; 0; 0) et d ∈ R alors tout vecteur On considère les points non alignés de l’espace
colinéaire → −
n (a; b; c) est un vecteur normal du plan (P ) A(1; −1; 1), B (2; 1; 3),C (0; −1; 3).
n

et la distance du point M 0 à ce plan est définie par : 1. Détermine une représentation paramétrique du plan
Be

|ax M0 + b y M0 + c z M0 + d | (ABC ).
d (M 0 ; (P )) = p
a2 + b2 + c 2 2. Déduis-en une équation cartésienne du plan (ABC ).
Application 1.3 Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
U


− → − → −
L’espace est muni d’un repère orthonormé (O; i ; j ; k ). Éléments de réponses 1.4
On considère les points A(2; 1; 1), B (−1; 2; 1),C (1; 1; 2) et
O

K (2; −1; 3).


1. Justifie que les points A; B et C détermine un plan et un
1.5
Systèmes d’équations cartésiennes
seul (P ).
SS

d’une droite de
2. (a) Justifie que le vecteur → −
n 1 ; 3 ; 1 est un vecteur
¡ ¢
4 4 4
normal à ce plan (P ). l’espace-Représentation paramétrique
O

(b) Déduis-en une équation cartésienne du plan (P ). d’une droite


3. Calcule la distance du point K au plan (P )
D

Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min 1.5.1 Représentation paramétrique d’une
droites
Éléments de réponses 1.3
Activité 1.5

1.4.2 Représentation paramétrique d’un plan L’espace est muni d’un repère orthonormé (O; → − → − → −
i ; j ; k ). Soit
dans l’espace (D ) la droite passant par le point A(x 0 ; y 0 ; z 0 ) de vecteur di-
recteur →

u (a; b; c) .
Activité 1.4

− →− →− Consigne 1.6
L’espace est muni d’un repère orthonormé (O; i ; j ; k ). Soit
(P ) le plan passant par le point A(x 0 ; y 0 ; z 0 )de vecteurs di-
Soit M (x; y; z) un point de l’espace.
recteurs →

u (a; b; c) et →

v (a 0 ; b 0 ; c 0 ).
1. Traduis vectoriellement l’appartenance du point M à la
Consigne 1.5 droite (D ).

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Produit vectoriel Page 7 sur 46

2. On suppose que M ∈ (D ). Exprime les coordonnées du 1.6.1 Orientation dans l’espace


point M en fonction du vecteur →

u et du point A.
Activité 1.6
3. On suppose que a 6= 0, b 6= 0 et c 6= 0. Déduis-en que
x − x0 y − y 0 z − z0
= = Pour observer le flux et les reflux du cour d’eau, l’ingénieur
a b c PIKO a fait fixé au fond du fleuve une tige et à l’autre bout de
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
la tige il a fixé une aiguille tournante se trouvant sur la surface
Résolution 1.6 de l’eau. Employé constate que le sens dans lequel tourne
l’aiguille est différent du sens dans lequel il tourne quant il
Retenons 1.4
est en surface.
x = αa + x 0

 Dansou fils de Sonon qui vient de passer en terminale s’in-
1. Le système y = αb + y 0 ; α ∈ R terroge alors sur la notion de sens trigonométrique.

z = αc + +z 0

Consigne 1.7
est appelé représentation paramétrique de la droite (D )
de repère (A; →−u ) avec A(x 0 ; y 0 ; z 0 ); →

u (a; b; c) . Si de la surface on constate que l’aiguille tourne en sens trigo-
x − x0 y − y0 z − z0
2. La relation = = avec a 6= 0; b 6= 0 et nométrique, dans quel sens tourne-t-elle quant on l’observe
a b c du fond de l’eau ?
c 6= 0 est un système d’équation cartésienne de la droite
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
passant par le point A et de vecteur directeur → −
u (a; b; c).
3. →

Toute droite de repère (A; u ) avec A(x 0 ; y 0 ; z 0 ) et Résolution 1.7


v (a; b; c) a pour système d’équation cartésienne

o
x − x0 y − y 0 z − z0 sens indirect ou le sens de l’aiguille d’une montre
= =
a b c

pr
4. Si a = 0; b 6= 0 et c 6= 0 une équation cartésienne Consigne 1.8
de la droite (D ) de repère (A; →

−u ) est donné par
x = x0

X
y − y0 z − z0
 =
b c
5. Si a 6= 0; b = 0 et c 6= 0 une équation cartésienne
TE
de la droite (D ) de repère (A; →

−u ) est donné par
y = y0
x − x0 z − z0
n
 = → − →
− → −
a c L’espace est muni d’un repère (O; i ; j ; k ). On considère
6. Si a = 0; b = 0 et c 6= 0 une équation cartésienne de la un observateur placé debout en O sur le plan (P ) de repère
Be


− →− →

(
x = x0
droite (D ) de repère (A; → −
u ) est donné par (O; i ; j ) tel que le vecteur k soit dirigé de ses pieds vers sa
y = y0 tête. Si l’observateur regarde dans la direction indiquée par
→−
7. Si a = 0; c = 0 et b 6= 0 une équation cartésienne de la le vecteur i , indique dans les cas suivants lequel de ses bras
( →

U

x = x indique la direction du vecteur j


droite (D ) de repère (A; →
− o
u ) est donné par
z = zo Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
O

8. Si c = 0; b = 0 et a 6= 0 une équation cartésienne de la


( Résolution 1.8
y = y0
droite (D ) de repère (A; → −
u ) est donné par
z = z0 1er cas c’est son bras gauche qui indique la direction du vecteur
SS



j
Application 1.5



− →− →− 2è cas c’est le bras droit qui indique la direction du vecteur j
L’espace est muni d’un repère orthonormé (O; i ; j ; k ). On è
O

3 cas c’est le bras gauche qui indique la direction du vecteur


considère la droite (D ) de repère (A; → −u ) où A(1; −1; 2) et →



u (2; 1; −1) et le point B (2; −1; 3). j
D

1. Détermine une représentation paramétrique de la Retenons 1.5


droite (D ).
2. Détermine un système d’équation cartésienne de la 1. Le sens trigonométrie dans un plan dans l’espace est re-
droite (AB ). latif à l’observateur : pour définir une orientation dans
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min un plan de l’espace, il faut donc donner un vecteur nor-
mal à ce plan.
Éléments de réponses 1.5
2. Dans les conditions décrites ci-dessus, on peut déduire
que dans l’espace, il n’existe que deux classe de repère :
1.6 la classe des repères où c’est le bras gauche de l’observa-


Produit vectoriel teur qui indique la direction de j et qui est appelé classe
des repères directe ; et la classe des repères où c’est le


Dans cette partie E désigne l’espace et W est l’ensemble bras droit qui indique la direction de j et qui est alors
des vecteurs de l’espace. la classe des repères indirecte.

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Produit vectoriel Page 8 sur 46

Conséquence 1.1 (b) On suppose que A 6= B . Comment peux-tu traduire


l’appartenance du point M à la droite (AB ) ?

− → − → −
Soit ( i ; j ; k ) une base directe de W . 2. (a) On suppose que A; B ;C sont non alignés. Justi-

− →
− →− − →
→ − → −
1. Les bases ( k ; i ; j ) et ( j ; k ; i ) sont aussi directes. fie qu’un point M de l’espace appartient au plan
−−→ −→ −→
− →
→ − →− → − → − →− →
− → − → − (ABC ) si et seulement si AM · ( AB ∧ AC ) = 0.
2. Les bases ( i ; k ; j ); ( k ; j ; i ) et ( j ; i ; k ) sont indi-
rectes. (b) Démontre que les points A; B ;C ; Dsont coplanaires
−−→ −→ −→
si et seulement si AD · ( AB ∧ AC ) = 0.
Activité 1.7 (Produit vectoriel) (c) On suppose A(5; −1; 2); B (2; 1; 0);C (3; 1; 2); D(1; 1; 1)
dans l’espace muni d’un repère orthonormé di-
Dans la suite, on suppose que l’espace E est orienté →
− → − → −
recte (ÀO; i ; j ; k ).
Consigne 1.9 i. Détermine une équation cartésienne de
(ABC ).
Démontre que → −u et → −v sont colinéaires si et seulement si →

u∧

− →
− ii. Les points A; B ;C ; D son-ils-coplanaires ?
v =O
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Résolution 1.9 Résolution 1.11

• On suppose que → −
u et →−v sont colinéaires. D’après la dé- 1.6.2 Position relatives de droites et plans

− →
− →

o
finition u ∧ v = O

− Positions relatives de deux droites
• On suppose que → −
u ∧→ −v = O.

pr
Supposons que → −
u et →−v ne sont pas colinéaires ; d’après Soit (D ) et (D 0 ) deux droites de repères respectifs (A, →

u ) et
la définition on a k u ∧ →

− −
v k = k→−
u k × k→

v k × si n BAC avec →

(B, v ).

− −→ → − −→ →
− →

u = AB et v = AC donc u k × k v k × si n B AC = 0. Puis 1. (D ) et (D 0 ) sont parallèles lorsque → −
u et →−
v sont coli-

X


que →−u et →

v ne sont pas colinéaires alors → −
u 6= O et →−v 6= →
− →
− →


− →
− →
− néaires soit u ∧ v = O .
O on a k u k 6= 0 et k v k 6= 0 donc si n B
AC = 0. Ainsi les
2. (D ) et (D 0 ) sont orthogonales lorsque →−
u .→

TE v = 0.
points A; B et C sont alignés ce qui est absurde donc si


u ∧→− →
− −
v = O ;→u et →
−v sont colinéaires. 3. Si →

u et →

v sont non colinéaires et si de plus :
−→ →
(a) AB , −u et →

v sont coplanaires alors les droites (D ) et
n
Consigne 1.10 (D ) sont sécantes.
0
−→ −

− → − → − (b) AB , →u et →
−v sont non coplanaires alors les droites
Soit ( i ; j ; k ) une base orthonormée directe de W ; → −
Be

u =

− →
− →− →
− 0→
− 0→
− 0→
− (D ) et (D 0 ) sont non coplanaires..
x i + y j + z k et v = x i + y j + z k .

− → − →− → − →
− → −
1. Calcule i ∧ j ; j ∧ k ; k ∧ i . Position relative d’une droite et d’un plan
2. Calcule → −
u ∧→−v puis déduis les coordonnées de →

u ∧→

v.
Soit (D ) une droite de repère (A, →

U

u ) et (P ) un plan passant
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min →

par B , de vecteur normal n .
1. (D ) et (P ) sont parallèles lorsque →−u .→

O

n = 0. Si de plus
Résolution 1.10
−→ −
(a) AB .→n 6= 0 alors (D ) et (P ) sont strictement paral-
Application 1.6
SS

lèles.
−→ −
→− →− → − (b) AB .→n = 0 alors (D ) est incluse dans (P ).
(O; i ; j ; k ) est un repère orthonormée directe de l’espace.
2. (D ) et (P ) sont sécants lorsque →

u .→

n 6= 0.
1. Vérifie si →−u et →−
v sont orthogonaux puis déterminer → −
w
O


− →
− →

pour que la base ( u ; v ; w ) soit orthonormée directe. 3. (D ) et (P ) sont orthogonaux lorsque → −u et →

n sont coli-

− →− →


− → − →
− → − → − néaires ( u ∧ n = O .
(a) →

u= →−
p1 ( i + j ) et v = p1 ( i − j + k ).
D

2 3
p → − p → − →
− p →
− p → −
(b) →−
u = 31 (− 2 i + 3 j +2 k ) et → −v = 15 ( 5 i − 10 j ). Positions relatives de deux plans
−→ −→ Soit (P ) un plan passant par A, de vecteur normal → −
n et
2. Soit A(−4; 6; −1); B (5; 4; 1) et C (2; 3; 0). Calculer AB ∧ AC .


(P ) un plan passant par B , de vecteur normal n .
0 0
Que peut-on dire des points A; B et C .
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min 1. (P ) et (P 0 ) sont parallèles lorsque →

n et →

n 0 sont coli-
néaires. Si de plus
Éléments de réponses 1.6 −→ − −→ − 0
(a) AB .→n 6= 0 et AB .→n 6= 0 alors (P ) et (P 0 ) sont stric-
tement parallèles.
Consigne 1.11
−→ − −→ →
(b) AB .→n = AB .− n 0 = 0 alors (P ) et (P 0 ) sont confon-
Soient A; B ;C ; D quatre points distincts de l’espace . dus.
1. (a) Justifie que A; B ;C sont alignés si et seulement si 2. (P ) et (P 0 ) sont sécants lorsque →

n et →

n 0 sont non coli-
−→ −→ → −
AB ∧ AC = O . néaires.

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Produit vectoriel Page 9 sur 46

3. (P ) et (P 0 ) sont orthogonaux lorsque →



n .→

n0=0 5. Soit A; B ;C et D quatre points non alignés de l’espace.
−−−→ −→ −→
| AMO · ( AB ∧ AC )|
Application 1.7 Justifie que d (MO ; (ABC )) = −→ −→
k AB ∧ AC k
Dans l’espace muni d’un repère orthonormé direct Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

− → − → −
(O; i ; j ; k ), on considère les droites (∆) et (∆0 ) d’équa-
 Résolution 1.13
x = 2 − 2µ

tions respectives y = 2µ ;µ∈R
 1.6.5 Aire d’un triangle et d’un parallélo-
z = 2 − 3µ

y gramme
et 1 − x = 1 + = z−1
2 2 et les plans (P ); (Q) et (R) d’équations
cartésiennes respectives 2x − y +2z −4 = 0; 2x −2y −3z −1 = 0 Consigne 1.14
et − 21 x + 34 y − 12 z + 1 = 0.
1. Les droites (∆) et (∆0 ) sont-elles Soit A; B ;C trois points de l’espace non alignés.
−→ −→
(a) parallèles ? k AC ∧ AB k
1. Justifie que d (C ; (AB )) = −→
(b) orthogonales ? k AB k
1 −→
2. La droite (∆) est-elle perpendiculaire au plan (P ) ? 2. Justifie que l’aire du triangle ABC est A(ABC ) = k AB ∧
2
3. Démontre que la droite (∆) et le plan (P ) sont sécants −→
AC k
puis détermine les coordonnées de leur point d’inter-
section A. 3. Démontre que l’aire du parallélogramme ABC D est

o
−→ −→
0 A(ABC D) = k AB ∧ AC k
4. Démontre que la droite (∆ ) et le plan (P ) sont stricte-

pr
ment parallèles. Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
5. Justifie que
Résolution 1.14

X
(a) (P ) et (Q) sont perpendiculaires
(b) (R) et (Q) sont sécants 1.6.6 Volume d’un tétraèdre
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
TE
Consigne 1.15
Éléments de réponses 1.7
Soit A; B ;C ; D quatre points non coplanaires de l’espace. Dé-
n
montre que le volume du tétraèdre ABC D est V(ABC D) =
1.6.3 Distance d’un point à une droite 1 −−→ −→ −→
| AD · ( AB ∧ AC )|.
Be

Consigne 1.12 6
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Soit (D ) une droite de repère (A; →

u ) ; soit M o un point de l’es- Résolution 1.15
pace et H le projeté orthogonal de M o sur (D ).
U

1. Définis la distance du point M o à la droite (D ). Application 1.8


−−−→ − −−−→ →
2. Justifie que AM ∧ →ou = HM ∧− u o L’espace est muni d’un repère orthonormé di-
O

−−−→ − −−−→ →− →− → −
3. Justifie que k AM o ∧ →
u k = k H M o k × k→

uk rect (O; i ; j ; k ). On considère les points
4. Justifie que la distance de M o à la droite (D ) est A(−3; 0; 1); B (−2; 5; 1);C (1; −1; 2) et D(3; −2; 1).
SS

−−−→ −
k AM o ∧ →
u )k 1. Calcule l’aire du triangle ABC .
d (M o ; (D )) = →

ku k 2. (a) Justifie que O ABC est un tétraèdre puis calcule son
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min volume.
O

(b) Déduis-en la distance du point O au plan (ABC ).


Résolution 1.12
D

3. Calcule la distance du point D à la droite (BC ).


1.6.4 Distance d’un point à un plan Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Consigne 1.13 Éléments de réponses 1.8

Soit (P ) un plan passant par A et de vecteur normal →−


n . Soit
MO un point de l’espace et H le projeté orthogonal de MO sur 1.6.7 Quelques lignes de niveau usuelles
le plan (P ).
A et B sont deux points données et →

u un vecteur non nul
1. Définis la distance du point M 0 au plan (P ). donné.
−−−→ − −−−−→ →
2. Justifie que AM · →n = HM ·−
O n O 1. L’ensemble des points M du plan tels que :
−−−→ − −−−−→
3. Justifie que | AMO · →n | = k H MO k × k→
−n k. (a) AM = r ; r > 0 est le cercle de centre A et de rayon
−−−→ →− r.
| AMO · n |
4. Justifie que d (MO ; (P )) = .
k→

nk (b) AM = B M est la médiatrice du segment [AB ].

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Systèmes d’équations linéaires Page 10 sur 46

−−→ −−→
(c) AM .B M = 0 est le cercle de diamètre AB . Notation des équations
−−→ −
(d) AM .→
u = 0 est la droite passant par A et de vecteur Dans un système d’équation linéaires, chacune des équa-
normal →

u tions est désigné par ligne et on note "L" Si le système com-
porte n équations (n ≤ 2), on désigne par :
2. L’ensemble des points M de l’espace tels que
L 1 la première ligne
(a) AM = r ; r > 0 est la sphère de centre A et de rayon L 2 la deuxième ligne
r. ..
.
(b) AM = B M est le plan médiateur du segment [AB ].
L n la n-ième ligne
−−→ −−→
(c) AM .B M = 0 est la sphère de diamètre AB .
−−→ −
(d) AM .→

u = 0 est le plan passant par A et de vecteur x + y + z = 7(L 1 )

normal →

u Exemple 1.2 (S) 2x + y + 2z = 12(L 2 )
−−→ −−→ → −

3x + y − z = 6(L 3 )

(e) AM ∧ B M = O est la droite (AB ).

Remarque 1.1 1.7.1 Codages de résolution (opération élémen-


taires)
−−→ −−→ → − −→ −−→ → −
AM ∧ B M = O ⇔ AB ∧ B M = O . Dans le cadre de la résolution d’un système d’équation li-
néaire, on utilise les codes ci-après :

o
Application 1.9 1. L i ← L i + αL j pour exprimer que la nouvelle ligne L i a

pr
été remplacer par L i + αL j (α ∈ R
Dans l’espace E orienté, on considère un triangle ABC et G 2. L i ← αL i pour exprimer que la nouvelle ligne L i a été
le barycentre des points pondérés (A; 1); (B ; −1) et (C ; 1). remplacer par l’ancienne αL i (α ∈ R

X
3. L i ← L j pour exprimer que les anciennes lignes L i et L j
1. (a) Construis G.
TE
1.7.2 Méthode de Pivot de Gauss
(b) Démontre que pour tout point M de l’espace, on a
−−→ −−→ −−→ −−→
M A − M B + MC = MG et Pour résoudre un système linéaire par la méthode de Pivot
−−→ −−→ −−→ −→ −→
n
M A − 2M B + MC = AC − 2 AB de Gauss, on procède comme suit :
1. On vérifie que dans la ligne L 1 , le coefficient de la pre-
(c) On considère les ensembles suivants :
Be

−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ mière inconnue est non nul Si non on change L 1 avec
(E 1 ) : {M ∈ E , (M A− M B + MC )·(M A−2M B + MC ) =
une ligne dont le coefficient de la première inconnue est
0}.
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ non nul
(E 2 ) : {M ∈ E , (M A − M B + MC ) ∧ (M A − 2M B +
−−→ → −
MC ) = O } 2. A l’aide des opérations élémentaires , (L i ← βL i + αL j ),
U

Détermine les ensembles (E 1 ) et (E 2 ) on annule tous les coefficient de la première inconnue


dans les autres lignes
2. Dans la suite l’espace est rapporté à un repère or-
O


− → − → − 3. On recommence le même processus pour la deuxième
thonormé direct (O; i ; j ; k ). On considère les points
inconnue, pour la troisième inconnue · · · jusqu’à l’ob-
A(1; 0; −1); B (0; 1; 1);C (0; 0; 2).
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ tention d’un système triangulaire
SS

(E 3 ) : {M ∈ E , kM A − M B + MC k = kM A − 2M B + MC k}

(a) Vérifie que B appartient à (E 3 ). Exemple 1.3


O

(b) Détermine (E 3 ).

ax + b y + c z = d

Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min (S) k 0 y + h 0 z = d0
D


 00
q z = d 00
Éléments de réponses 1.9 (S) est triangulaire

Application 1.10

1.7 1. Résous les systèmes suivants par la méthode de Pivot


Systèmes d’équations linéaires de Gauss
 
3x + 2z
 =1 2x − 3y + z = 1

(S 1 ) x + 2y − z = 8 ; (S 2 ) x + y − z =3
Systèmes équivalents  
3x + 2y + 2z =7 x − 9y + 5z
 
= −7
Deux systèmes (S 1 ) et (S 2 ) sont équivalente si et seulement

−x + 3y − z
 =2
si ils ont même ensemble de validité et le même ensemble (S 3 ) 2x − y + 3z = −1
de solutions 
2x + 9y + 5z =0

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Systèmes d’équations linéaires Page 11 sur 46

p
2. En déduire la résolution des systèmes suivants : 1. Démontre que le plan (AB D) a pour équation 4x+ 2z =
12 4.
 + 2(z + 1) =1
3|a| + 2|c| =1  x−3 2


 
(S 4 ) |a| + 2|b| − |c|
4
= 8 ; (S 5 ) x−3 + − (z + 1) = 8 2. On note (D ) la droite dont une représentation paramé-
  y 
x = t
3|a| + 2|b| + 2|c| = 7
 
 12 + 2 + 2(z + 1) = 7
 
x−3 y trique est y =0 ;t ∈ R
 p
z =t 2

3. Résous suivants les valeurs du paramètre réel m les sys-
tèmes d’équations suivantes : (a) Démontre que la droite (D ) est la droite droite pa-
 
mx + y + z = 3
 x + y + mz
 =1 rallèle à (C D) et passant par O.
0
(S m ) x + m y + z = 1 ; (S m ) 3x + 4y + 2z =m (b) Détermine les coordonnées du point G intersec-
 
x + y + mz =1 2x + 3y − z =1 tion de la droite (D ) avec le plan (AB D).
 
.
3. (a) On note L le milieu du segment [AC ]. Démontre
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
que la droite (B L) passe par le point O et est ortho-
Éléments de réponses 1.10 gonale à la droite (AC ).
  (b) Prouve que le triangle ABC est équilatéral et déter-
ÉVALUATION
 FORMATIVE  miner le centre de son cercle circonscrit.

Problème 1.1 4. Démontre que le tétraèdre ABC D est régulier c’est à dire
un tétraèdre dont le s six arêtes ont la même longueur.
Dans un repère orthonormé direct, on considère les points

o
A(5; −5; 2); B (−1; 1; 0);C (0; 1; 2) et D(6; 6; −1). Problème 1.4

pr
1. Détermine la nature du triangle BC D et calcule son aire.
Dans l’espace muni d’un repère orthonormé, on consi-
2. (a) Montre que le vecteur → −
n (−2; 3; 1) est un vecteur dère les points A(1; 2; 7), B (2; 0; 2),C (3; 1; 3), D(3; −6; 1) et
normal au plan (BC D). E (4; −8; −4).

X
(b) Détermine une équation cartésienne du plan
1. Montre que les points A; B et C ne sont pas alignés
(BC D).
2. Soit →

u (1; b; c) un vecteur de l’espace où b et c désignent
TE
3. Détermine une représentation paramétrique de la
deux nombres réels.
droite (D ) orthogonale au plan (BC D) et passant par le
point A. (a) Détermine les valeurs de b et c telles que →

u soit un
n
vecteur normal au plan (ABC ).
4. Détermine les coordonnées du point H , intersection de
la droite (D ) et du plan (BC D). (b) En déduire qu’une équation cartésienne du plan
Be

(ABC ) est x − 2y + z − 4.
5. Détermine le volume du tétraèdre ABC D.
(c) Le point D appartient-il au plan (ABC ) ?
Problème 1.2
3. On considère la droite (D ) de l’espace dont une repré-

− →− →− 
x = 2t + 3
U

L’espace est rapporté à un repère orthonormé (O; i ; j ; k ) 


tels que A(1, ; 0; −1); B (1; 2; 3);C (−5; 5; 0); D(11; 1; −2), I et J sentation paramétrique est y = −4t + 5 où t est un
milieux respectifs des segments [B A] et [C D] et K le point

z = 2t − 1

O

−−→ 1 −→
défini par B K = BC . nombre réel.
3
(a) La droite (D ) est elle orthogonale au plan (ABC ) ?
SS

1. (a) Détermine les coordonnées des points I ; J et K


(b) Démontre que les points I ; J et K définissent un (b) Détermine les coordonnées du point H intersec-
plan. tion de la droite (D ) et du plan (ABC ).
(c) i. Montre que le vecteur → −
O

n (3; 1; 4) est un vecteur 4. Étudie la position de la droite (DE ) par rapport au plan
normal au plan (I J K ). (ABC ).
D

ii. En déduire une équation cartésienne de ce


plan. Problème 1.5

2. Soit (P ) le plan d’équation 3x + y + 4z − 8 = 0. Soit (D ); (D 0 ) et (D 00 ) les droites de représenta-


(a) Détermine une représentation paramétrique de la

x = 3

droite (B D). tion paramétrique respectives y = 1+λ ;λ ∈
(b) Démontre que le plan (P ) et la droite (B D) sont

z = −2λ

sécants et donne les coordonnées de L point d’in-  
tersection de (P ) et de la droite (B D) x
 = 2µ x = 1

R ; y = −4µ + 2 ; µ ∈ R et y = 1 − 2β ; β ∈
Problème 1.3
 
z = 2 − 2µ z = −1 + 4β
 
→ − →
− → − R
Dans l’espace muni d’un repère orthonormé (O; i ; j ; k ), on
considère le tétraèdre
p ABC Dpdont les sommets ont pour pco- 1. Démontre que les droite (D ) et (D 00 ) sont strictement
ordonnées A(1; − 3; 0); B (1; 3; 0);C (−2; 0; 0) et D(0; 0; 2 2). parallèles.

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Systèmes d’équations linéaires Page 12 sur 46

2. Démontre que les droites (D 0 ) et (D 00 ) sont sécants en (a) Prouve que le vecteur →

n de coordonnées (8; 9; 5) est
un point A dont on calculera les coordonnées. un vecteur normal au plan (I J K ).
3. (a) Démontre que les droites (D ) et (D 0 ) sont non co- (b) En déduire que le plan (I J K ) a pour équation car-
planaires. tésienne 8x + 9y + 5z − 11 = 0.
(b) Démontre que les droites (D ) et (D 0 ) sont orthogo- (c) En déduire les coordonnées des points M et N .
nales.
Problème 1.9
Problème 1.6
→ − →
− → −
Dans l’espace muni d’un repère orthonormé (O; i ; j ; k ), on
Soit (D ) et (D 0 ) les droites de représentation paramétrique
donne les points A(2; 1; 3), B (−3; 1; 7) et C (3; 2; 4).
x = 1 − µ
 
x = 2 − 2λ 
1. Montre que les points A; B et C sont non alignés.

respectives y = 2λ ;λ ∈ R et y = 2 − 2µ µ ∈ R
  2. Soit (d ) ma droite d’équation de représentation paramé-
z = 2 − 3λ z = 1 + 2µ
 

et (P ) le plan d’équation cartésienne 2x + y + 2z − 4 = 0. x = −7 + 2λ

trique y = −3λ
1. Démontre que (D ) et (P ) sont sécants en un point A 
z = 4 + λ; λ ∈ R

dont on déterminera les coordonnées.
2. Démontre que la droite (D ) et le plan (P ) sont stricte-
0 (a) Montre que la droite (d ) est orthogonale au plan
ment parallèles. (ABC )
3. Détermine une représentation paramétrique de la (b) Donne une équation cartésienne du plan (ABC ).

o
droite (∆) passant par A et orthogonale à (P ) 3. Soit H le point commun à la droite (d ) et au plan (ABC )

pr
Problème 1.7 (a) Montre que H est le barycentre de (A; −2), (B ; −1)
et (C ; 2)
Soit (P ) et (P 0 ) les plans d’équations respectives 2x+y +2z−
(b) Détermine la nature de l’ensemble (Γ1 ) des points

X
6 = 0 et 2x − 2y − z + 3 = 0. −−→ −−→ −−→ −−→
M de l’espace tels que (−2M A− M B +2MC )·(M B −
1. (a) Démontre que les plans (P ) et (P 0 ) sont sécants −−→
MC ) = 0
et détermine une représentation paramétrique de
TE
leur droite d’intersection (∆). (c) Détermine la nature de l’ensemble (Γ2 ) des points
M de l’espace tels que
(b) Démontre que les plans (P ) et (P 0 ) sont perpen- −−→ −−→ −−→ p
k−2M A− M B +2MC k = 29 (Tu préciseras les élé-
n
diculaires.
ments caractéristiques).
2. Détermine une représentation paramétrique du plan
(d) Le point S(−8; 1; 3) appartient-il à l’ensemble (Γ1 )∩
Be

(Q ) passant par le point A(0; 2; 1) et parallèle au plan


(P ) (Γ2 ) ?

Problème 1.8 Problème 1.10


→ − →
− → −
U

ABC DE F G H est un cube d’arête de longueur 1. On se place L’espace est muni d’un repère orthonormé (O; i ; j ; k ). Soit
−→ −−→ −→ (P ) et (P 0 ) les plans d’équations respectives x +2y −z +1 = 0
dans le repère orthonormé (A; AB ; AD; AE ). On considère les
O

points I (1; 31 ; 0), J (0; 23 ; 1), K ( 34 ; 0; 1) et L(a; 1; 0) avec a ∈ [0; 1]. et −x + y + z = 0 , A le point de coordonnées (0; 1; 1)
Les parties A et B sont indépendantes 1. Démontre que les plans (P ) et (P 0 ) sont perpendicu-
Partie A
SS

laires.
1. Détermine une représentation paramétrique de la 2. Soit (d ) la droite dont une représentation paramétrique
droite (I J ). x = − 13 + α


O

2. Démontre que la droite (K L) a pour représentation pa- est y = − 31 ;α ∈ R


 3 0 3

x = 4 + t (a − 4 ) z =α
 

D

ramétrique y = t 0 ;t0 ∈ R Démontre que les plans (P ) et (P 0 ) se coupe suivant la


droite ()..


z = 1− t0

3. Calcule la distance du point A à chacune des plans (P )
3. Démontre que les droites (I J ) et (K L) sont sécantes si et
et (P 0 ).
seulement si a = 14 .
1 4. En déduire la distance du point A à la droite (d )
Partie BDans la suite on pose a = . Le point L a pour co-
µ ¶ 4 f :R →R
1 1
ordonnées ; 1; 0 . x 7→ x 2 − x + 3
4 2
1. Démontre que le quadrilatère I K J L est un parallélo- g :R →R
gramme p
x 7→ 2 − x
2. On désigne par M le point d’intersection du plan (I J K )
h:R →R
et de la droite (B F ) ; par N le point d’intersection du plan 1
(I J K ) et de la droite (D H ). x 7→
x +1

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Systèmes d’équations linéaires Page 13 sur 46

j :R →R
x 7→ 1 − x
p :R →R
2x + 3
x 7→ 2
x −4

o
pr
X
TE
n
Be
U
O
SS
O
D

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


SITUATION D’APPRENTISSAGE n° 2

ORGANISATION DES DONNÉES


2.1 Soit z un nombre complexe tel que z = a + i b où a et b sont
des réels. Démontre que z = 0 ⇔ Re(z) = 0 et I m(z) = 0
Nombres complexes
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

2.1.1 Présentation des nombres complexes Résolution 2.2

Activité 2.1 Application 2.1

Sagbo l’oncle de Dansou affirme que l’une des paroles in- Existe-t-il des couples de nombres réels (x; y) pour les quels
cantatoires de l’un des dévins peut être assimilé à l’existence le nombre x + y + i x y est égal à 4 − 5i ?
chez les blancs d’un d’un nombre dont le carré est égale à −1. Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Consigne 2.1 Éléments de réponses 2.1

Au stade de tes connaissances actuelles, le plus grand en- Application 2.2


semble de nombres que tu as rencontré est R.
On considère les nombres complexes z = 2 + i et z 0 = 2 − 5i .

o
1. Peux-tu trouver un nombre réel x tel que x 2 + 1 = 0 ? Jus-
Écris sous forme algébrique chacun des nombres complexes
tifie ta réponse. 1 1

pr
z + z 0 ; zz 0 ; ; 0
2. Pour résoudre ces types d’équation, les mathématiciens z z
du X V I è siècle eurent l’idée d’introduire des nombres Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
"imaginaire" dont le carré est négatif.Au milieu du

X
Éléments de réponses 2.2
X V I I I è siècle, Euler désigne par i le nombre "imagi-
naire" dont le carré est −1. En posant i 2 = −1, résous Consigne 2.3
TE
l’équation x 2 + 1 = 0.
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min Soit z et z 0 deux nombres complexes tels que z = a + i b et
z 0 = a + i b 0 où a; a 0 ; b; b 0 sont des réels.
n
Résolution 2.1 1. Démontre que si z = 0 ou z 0 = 0 alors zz 0 = 0
p 2. Démontre que si zz 0 = 0 alors z = 0 ou z 0 = 0
Be

Exemple 2.1 1 + i ; 0; 8; −1 − i 3
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
2.1.2 Forme algébrique d’un nombre complexe Résolution 2.3
U

Théorème 2.1
Application 2.3
1. Il existe un ensemble noté C contenant en particulier
Écris sous la forme algébrique les nombres complexes z 1 =
O

l’ensemble R et un nombre i tel que i 2 .


(2 + i )5 et z 2 = (1 − i )4 .
2. La multiplication et l’addition définie sur R, sont valable Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
SS

sur C et possède les mêmes propriétés.


Éléments de réponses 2.3
3. Tout éléments z de C s’écrit de manière unique z = a+i b
ou z = a + bi ; a et b étant des nombres réels
O

4. le réel a est appelé partie réel de z ; on note Re(z) = a


2.1.3 Représentation géométrique d’un nombre
complexe
5. le réel b est appelé partie imaginaire de z. On le note
D

I m(z) = b. Consigne 2.4


6. Si b = 0 alors z = a. On dit que z est un réel. →
− → −
Le plan est muni d’un repère orthonormé (O; i ; j ). On
7. Si a = 0 alors z = i b. On dit que z est un imaginaire. considère les nombres complexes z 1 = 3 − i et z 2 = −2 + 2i ,
8. Si a = 0 et b 6= 0 alors z = i b. On dit que z est imaginaire les points M (3; −1) et N (−2; 2) et les vecteurs →−
u (3; −1) et
pur. →
−v (−2; 2).
9. l’ensemble des nombres complexe imaginaire est noté 1. Représente les points M et N ; les vecteurs →

u et →
−v.
i R. 2. Donne les coordonnées des points M 0 et N 0 , symé-
10. l’ensemble des nombres complexe imaginaire purs est triques respectifs des points M et N par rapport à l’axe


noté i R∗ . (O; i ).
11. l’ensemble des nombres complexe réels est noté R. Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Consigne 2.2 Résolution 2.4

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Nombres complexes Page 15 sur 46

Application 2.4 2.1.5 Module d’un nombre complexe



− → − Soit z = a+i b; a, b ∈ R un nombre complexe. On a z×z ∈ R∗+
Le plan est muni d’un repère orthonormé (O; p u ; v ). A; B et C
sont les points d’affixes respectives 2 − i ; − 3 − 2i et 5 + 3i . Consigne 2.6
−→ −→ Soit z et z 0 deux nombres complexes et n un entier relatif.
1. Donne les affixes des vecteurs AB et BC .
Démontre que
2. Calcule les affixes des milieux des segments [AB ] et
[BC ]. 1. |z| = 0 ⇔ z = 0
2. |z| = |z| = | − z|
3. Calcule l’affixe du point D tel que ABC D soit un paral-
lélogramme. 3. |z × z 0 | = |z| × |z 0 |
¯ ¯
¯1¯ 1
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min 4. ¯¯ ¯¯ = ; (z 6= 0)
z |z|
¯ z ¯ |z|
5. ¯ 0 ¯ = 0 ; (z 0 6= 0)
¯ ¯
Éléments de réponses 2.4 z |z |
6. |z n | = |z|n ; z 6= 0
2.1.4 Conjugué d’un nombre complexe Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Consigne 2.5 Résolution 2.6

Application 2.6
Soit z = a + i b et z 0 = a 0 + i b 0 deux nombres complexes où

o
a; b; a 0 ; b 0 sont des réels. Calcule le module de chacun des nombres complexes sui-
3 + 5i

pr
1. Calcule zz vants : z 1 = 3 + 5i ; z 2 = 8 + 6i z 3 = (3 + 5i )(8 + 6i ); z 4 =
8 + 6i
2. Prouve que z + z = 2Re(z) et z − z = 2i I m(z). (3 + 5i )(8 + 6i )3
et z 5 = .
4+i

X
3. Démontre que Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
(a) z ∈ R ⇔ z = z Éléments de réponses 2.6
TE
(b) z ∈ i R ⇔ z = −z et z 6= 0

2.1.6 Forme trigonométrique d’un nombre


complexe non nul
n
(c) z = z
4. Soit α ∈ R, justifie que αz = αz Rappel sur la trigonométrie
Be

5. Compare : • Mesure d’un angle orienté Un angle orienté a une infinité


(a) z + z0 et z + z0 de mesure parmi lesquels une seule appartient à l’intervalle
] − π; π[ appelée mesure principale de cet angle. Si x est une
(b) zz 0 et zz 0 mesure d’un angle orienté et θ est sa mesure principale, on
U

µ ¶ µ ¶ µ 0¶ Ã 0!
1 1 z z écrit : x = θ + 2kπ; k ∈ Z.
6. Démontre que siz 6= 0alors = et =
z z z z
O

• Cercle trigonométrique Le plan est muni d’un repère


Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min →
− →−
(O; i ; j ). Le cercle trigonométrique est le cercle de centre
SS

Résolution 2.5 l’origine du repère et de rayon 1.

Application 2.5 • Cosinus et Sinus d’un angle orienté Soit (→



u ;→

v ) un angle
O

orienté de mesure α et M le point image de α sur le cercle


(2 + i )(−1 − 4i )
µ ¶ trigonométrique.
On donne t = .
D

1 + 2i
1. Écris sous forme algébrique le nombre complexe t .
2. On considère les points A et B du plan complexe d’af-
fixes respectives i et 1. Soit M un point d’affixe z, z 6= i .
1−z
On pose Z = . Détermine et construis l’ensemble
i −z
des points M d’affixe z tels que :
(a) Z soit un nombre réel
(b) Z soit imaginaire pur.
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Éléments de réponses 2.5

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Nombres complexes Page 16 sur 46

Le cosinus de (→ −
u ;→

v ) ou de α est l’abscisse du point M et le 1. (a) Fais une figure

− →

sinus de ( u ; v ) ou de α est l’ordonnée du point M . (b) Exprime a et b en fonction de r et θ.
2. (a) Écris r en fonction de a et b.
• Lignes trigonométriques de quelques angles (b) Déduis en que z = r (cosθ + i si θ)
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Résolution 2.7
Application 2.7
On considère
p lespnombre complexes ci-dessous z 1 = 1+i ; z 2 =
1 − i 3; z 3 = − 3 − i ; z 4 = i ; z 5 = 1; z 6 = cosθ − i si nθ; z 7 =
−2(cosθ + i si nθ). Écris sous forme trigonométrique chacun
des nombres complexes.
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Éléments de réponses 2.7
Consigne 2.8
• Quelques propriétés trigonométriques
Soit z et z 0 deux nombres complexes non nuls. On pose z =
r (cosθ+i si nθ) et z 0 = r 0 (cosα+i si nα) avec r > 0; r 0 > 0; θ; α ∈
R.

o
1. Démontre que zz 0 = r r 0 [cos(θ + α) + i si n(θ + α)].
2. Déduis-en un argument de zz 0 .

pr
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Résolution 2.8

X
Théorème 2.2
z ∈ R∗ ⇔ ar g (z) = kπ, k ∈ Z
TE
π
z ∈ iR ∗
⇔ ar g (z) = + kπ; k ∈ Z
2
z ∈ R∗+ ⇔ ar g (z) = 2kπ; k ∈ Z
z ∈ R∗− ⇔ ar g (z) = π + 2kπ; k ∈ Z
n
π
z ∈ i R∗+ ⇔ ar g (z) = + 2kπ; k ∈ Z

Be

• Résolution d’équations trigonométriques z ∈ i R∗− ⇔ ar g (z) = − + 2kπ; k ∈ Z


2
Application 2.8
p p
6−i 2
U

Soit z 1 = ; z2 = 1 − i .
2
1. (a) Écris sous forme trigonométrique et sous forme
O

exponentielle les nombres complexes ci-après :


z1
z1 ; z2 ; z3 = ; z4 = z1 × z2 .
Argument d’un nombre complexe non nul z2
SS

(b) Écris z 3 et z 4 sous forme algébrique.


Le plan complexe est muni d’un repère orthonormé π π
(O; →

u ;→

v ). Soit z un nombre complexe non nul. On appelle (c) Déduis les valeurs exactes de cos et si n
12 12
argument de z et on note ar g (z), toute mesure de l’angle
O

2. Écris sous forme algébrique z 5 = z 22011


−−→
orienté (→−
u ; OM ). La mesure principale de l’angle orienté
à
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
−−→
(→

D

u ; OM ) est appelé argument principal du nombre complexe


à
Éléments de réponses 2.8
z et il est noté ARG(z).
Application 2.9
Remarque 2.1
Soit x un nombre réel.
• Le nombre complexe z = 0 n’a pas d’argument. 1. (a) Écris (cosx + i si nx)4 de deux manières différentes
(tu utiliseras la formule de Moivre et du Binôme de
• Si α est un argument d’un nombre complexe non nul z
Newton).
alors pour tout entier relatifs k, α + 2kπ est aussi un ar-
gument de z. (b) Déduis-en une expression de cos4x et si n4x en
fonction de si nx et de cosx
Consigne 2.7 2. En utilisant la formule d’Euler démontre que si n 4 x =
1 1 2
Le plan est muni d’un repère orthonormé direct (O; → −e ; →− 8 cos4x − 2 cos2x + 8
1 e 2 ).
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Soit z un nombre complexe non nul de module r , d’argument
θ et M son point image. On pose z = a + i b; (a; b) 6= (0; 0) Éléments de réponses 2.9

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Nombres complexes Page 17 sur 46

Point méthode • Si ∆ 6= 0 alors l’équation admet deux solutions com-


−b − σ −b + σ
Soit n ∈ N; n ≥ 2. Pour exprimer cosnx ou si nnx en fonc- plexes distinctes z 1 =; et z 2 = où σ est
2a 2a
tion de cosx et si nx, on peut procéder comme suit : une racine carré de ∆.
p
• Utiliser la formule de Moivre en utilisant l’expression L’écriture ∆ est interdite si ∆ n’est pas un nombre réel stric-
(cosx + i si nx)n tement positif.
• Utilise la formule de Binôme de Newton en considérant
la même expression. Application 2.11
• Appliquer la propriété relative à l’égalité de deux
nombres complexes. Résous dans C chacune des équations suivantes :

1. 2z 2 − (5 + i )z + 5i + 5 = 0
2.1.7 Équation dans C
2. 4z 2 + 2z + 1 = 0
2.1.8 Racine carrée d’un nombre complexe non 3. z 2 + (2si nθ)z + 1 = 0; θ ∈ R
nul
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Activité 2.2
Éléments de réponses 2.11
Dansou toujours dans le but de maîtriser l’ensemble Cveut
savoir comment déterminer les racines carrées, les racines

o
cubiques.....d’un nombre complexe non nul. 2.1.11 Racine n-ième d’un nombre complexe

pr
non nul
Consigne 2.9
Remarque 2.3
1. Soit a ∈ C. Résous dans C l’équation z 2 = a dans chacun

X
des cas suivants : a > 0; a < 0. Pour (n ≥ 3), les points images de ces racines n i ème sont les
2. Soit Z = a + i b un nombre complexe non nul (I m(Z ) 6= sommets d’un polygones régulier àn côtés inscriptible dans
TE p
0) et z = x + i y; x; y ∈ R tel que z 2 = Z . Démontre que le cercle de centre O et de rayon n r . O désigne l’origine du
 2 p
2 repère choisi dans le plan complexe.
x + y
 = |Z | = a 2 + b 2
(z 2 = Z ) ⇔ x2 − y 2 = Re(Z ) = a
n
Application 2.12

2x y = I m(Z ) = b

Be

Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min 1. (a) Détermine les racines cubique de l’unité.

Résolution 2.9 (b) Déduis en les racines cubiques de −8i


p
2. Détermine les racines cinquièmes de − 3 + i .
U

Application 2.10
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Détermine les racines carrées du nombre complexes v = 5 −
O

12i .
Éléments de réponses 2.12
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
SS

Éléments de réponses 2.10 2.1.12 Équation se ramenant à une équation du


second degré
O

Remarque 2.2
Si P est un polynôme de degré n; n ≥ 3 et si z 0 est une ra-
Si Z = r e i θ ; r > 0; θ ∈ R alors les racines carrées de Z sont z 1 =
D

p iθ p θ
cine de P alors il existe un polynôme Q(z) de degré n − 1 tel
r e 2 et z 2 = − r e i 2 +π que P (z) = (z − z 0 )Q(z)

2.1.9 Équation du second degré dans C Consigne 2.10

2.1.10 Résolution d’une équation du second de- Soit P (z) = z 3 − 2(1 + 2i )z 2 + 7i z + 3(1 − 3i ).
gré dans C
1. Démontre que l’équation P (z) = 0 admet une solution
Soit a; b; c des constantes complexes, a 6= 0 et l’équation imaginaire pure qu’on précisera.
du second degré dans C : az 2 + bz + c = 0. Pour résoudre
2. Résous dans C l’équation P (z) = 0
cette équation, on calcule le nombre complexe ∆ tel que
∆ = b 2 − 4ac. On dit que ∆ est le discriminant de l’équation. Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
On distingue deux cas :
• Si ∆ = 0 alors l’équation admet une solution double. Résolution 2.10

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Nombres complexes Page 18 sur 46

2.1.13 Nombres complexes et lieux géomé- 1. rectangle, on pourra montrer que ABC D est un parallé-
triques logramme dont le triangle le triangle ABC est rectangle
en B .
Le plan est muni d’un repère orthonormé (O; → −
u ;→

v ). Soit A
2. Carré, on pourra montrer que ABC D est un parallélo-
et B deux points du plan distincts, d’affixes respectives z A ; z B ,
gramme dont le triangle ABC est rectangle et isocèle en
M un µ point¶ quelconque d’affixe z avec z 6= z A et z 6= z B .
z − zA B.
−−→ −−→
ar g = mes(M B ; M A) + 2kπ = α + 2kπ; k ∈ Z. L’en- 3. Losange, on pourra montrer que ABC D est un parallé-
z − zB
semble des points M tels que : logramme tel que (AC ) ⊥ (B D).
• α = 2kπ, k ∈ Z est la droite (AB ) privée du segment [AB ].
Application 2.13
• α = π + 2kπ, k ∈ Z est le segment [AB ] privé des points A
et B On considère le polynôme d’inconnue P (z) = z 3 − 2i z 2 − i z +
π 1 − 3i
• α = + 2kπ, k ∈ Z est le demi-cercle de diamètre [AB ]
2
privé des points A et B les points B ; A et M étant lu dans 1. Justifie que l’équation P (z) = 0 admet une solution ima-
le sens direct s’ils sont dans cet ordre. ginaire pur z 0 que l’on déterminera.
π
• α = − + 2kπ, k ∈ Z est le demi-cercle de diamètre [AB ] 2. Résous l’équation P (z) = 0
2
privé des points A et B ; les points A; B ; M étant lus dans 3. Dans le plan complexe muni d’un repère orthonormé
le sens indirect s’ils sont dans cet ordre. direct (O; → −
u ;→

v ), on donne les points A(−2 + 2i ); B (2 +
4i ); c(−2i ).
• α = kπ; k ∈ Z est la droite (AB ) privé des points A et B .

o
π (a) Place ces points dans ce repère.
• α = kπ, k ∈ Z est l cercle de diamètre [AB ] privé des
2

pr
(b) Détermine la nature exacte du triangle ABC
points A et B .
¯ ¯
¯ z − zA ¯ 4. Détermine une équation cartésienne du cercle (C ) cir-
• ¯
¯ ¯ = 1, est la médiatrice du segment [AB ]. conscrit au triangle ABC .
z − zB ¯

X
• 5. Détermine l’affixe du point D tel que le quadrilatère
AB DC soit un parallélogramme.
TE
2.1.14 Nombres complexes et configurations Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
planes
Éléments de réponses 2.13
n
Le plan est muni du repère orthonormée direct (O; I ; J ).  
Soit A; B ;C et D quatre points distincts du plan. ÉVALUATION FORMATIVE
 
Be

−→ −→
mes(OI ; AB ) = ar g (z µ B − z A ) ¶+ 2kπ; k ∈ Z Problème 2.1
1. −→ −→ zC − z A
mes( AB ; AC ) = ar g + 2kπ; k ∈ Z.
zB − z A Le plan est rapporté au repère (O; ; →−u ;→

v ). On pconsidère les
2. Les points A; B et C sont alignés si et seulement si points
p A; B ;C d’affixes respectives z A = −1 + i 3; z B = −1 −
U

zC − z A i 3; zC = 2.
∈ R∗
zB − z A π
3. Le triangle ABC est isocèle en A si et seulement si z B − zC i
=e 3 .
O

1. (a) Vérifie que


zC − z A zC − z A z A − zC
= e i α ou = e −i α avec α 6= kπ, k ∈ Z.
zB − z A zB − z A (b) En déduire la nature du triangle ABC .
SS

4. Le triangle ABC est équilatéral si et seulement si (c) Détermine le centre et le rayon du cercle Γ1 cir-
π π
zC − z A i zC − z A −i conscrit au triangle ABC .
= e 3 ou =e 3 .
zB − z A zB − z A 2. (a) Etablis que l’ensemble Γ2 des points M d’affixe z
O

5. Le triangle ABC est rectangle en A si et seulement si qui vérifient 2(z + z)+ zz = 0 est un cercle de centre
zC − z A
∈ i R∗ . Ω d’affixe −2. Précise son rayon.
zB − z A
D

(b) Vérifie que les points A et B sont éléments de Γ2 .


6. Le triangle ABC est rectangle en A si et seulement si
zC − z A zC − z A
= i ou = −i Problème 2.2
zB − z A zB − z A
7. Les points A; B ;C et D sont cocycliques (sont situés sur Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormé di-
zD − z A
rect (O; →
−u ;→
−v ), unité graphique 4cm. Soit f la fonction qui
z −z
un même cercle ) si et seulement si z C − z A ∈ R∗ à tout nombre complexe z différent de −2i , associe : f (z) =
D B
z −2+i
zC − z B . On appelle A et B les points d’affixes respectives
z + 2i
8. ABC D est un parallélogramme si et seulement si z B − z A = 2 − i et z B = −2i .
z A = zC − z D . 1. Soit M le point d’affixe z = x +i y, exprime la partie réelle
et la partie imaginaire de f (z) en fonction de x et y. En
Retenons 2.1
déduire la nature de l’ensemble
Pour montrer qu’un quadrilatère ABC D est un (a) E des points M d’affixe z tel que f (z) soit un réel.

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Probabilité Page 19 sur 46

(b) F des points M d’affixe z tel que f (z) soit un ima- Problème 2.7
ginaire pur.
1. On considère l’équation z 3 + z = 0.
(c) G des points M d’affixe z tel que | f (z)| = 1 soit un
réel. (a) Démontre que les solutions de cette équation ont
2. Détermine les ensembles E ; F et G sans utiliser les par- pour module 0 ou 1.
ties réelle et imaginaire de f (z). (b) Résous et construis les images des solutions dans
3. Représente ces trois ensembles. le plan complexe.
π
2. Soit r ∈ R∗ et θ ∈ [0; π]. On pose z = r e i θ et Z = z − e i 3 z .
Problème 2.3
(a) Donne si possible la forme trigonométrique de Z
Soit la fonction f (x) = x 4 + 1 Détermine les racines qua- (b) Le plan est muni du repère complexe (O; →
−e ; →
−e ).
1 2
trièmes de (−1) puis en déduire que f peut s’écrire comme Soit M (Z ) et M 0 (z). Détermine θ pour que le tri-
un produit de deux fonctions polynômes de degré 2 à coeffi- angle OM M 0 soit un triangle isocèle en O.
cient réels.
Problème 2.8
Problème 2.4
1. Résous dans C l’équation z 6 = −1.
Soit A; B ;C et D quatre points d’affixes respectives a = 4 +
p 4i π 2. Mets le polynôme x 6 + 1 sous la forme d’un produit de
4i ; b = 6 + 2i ; c2i et d = 3 + i + 10e 3 .
trois polynôme à coefficients réels.
1. Montre que les points A; B ;C ; D sont cocycliques.

o
4π Problème 2.9
2. Détermine le nombre ω tel que ar g (d − ω) = .
3

pr
3. Montre que le point Ω d’affixe ω est le centre du cercle 1. Résous dans C l’équation suivante : (z 2 − 4z + 5) + i (z +
sur lequel se trouve les points A; B ;C ; D. 1) = 0.
4. Montre que le triangle AΩC est rectangle en Ω. 2. En remarquant que i 2 = −1,

Problème 2.5
X
(a) factorise (z 2 − 4z + 5)2 + (z + 1)2
TE
(b) En déduire la résolution dans C de l’équation (z 2 −
Résous dans C chacun des équations suivantes : 4z + 5)2 + (z + 1)2 = 0
(E 1 ) : z 3 + (2 − 5i )z 2 − (5 + 3i )z − 6 + 2i = 0 sachant quelle (c) En déduire qu’il existe des nombres réels A; B ;C ; D
n
admet une solution réelle. que l’on préciseras tels que : (x 2 −4x+5)2 +(x+1)2 =
p p p
(E 2 ) : i z 3 − 2(2 3 + 3i )z 2 − 4(i − 4 3)z − 8(2 3 − 3i ) = 0 (x 2 + Ax + B )2 + (x 2 +C x + D)
Be

sachant qu’elle admet une solution imaginaire pure.


(E 3 ) : z 3 −(2+2i )z 2 +8i z +8(2−2i ) = 0sachant qu’elle ad- 2.2
met deux solutions symétriques par rapport à l’origine Probabilité
du repère complexe.
U

(E 4 ) : (z 2 + 3z)2 + (3z + 5) = 0
2.2.1 Notion d’expérience aléatoire
O

Problème 2.6 Activité 2.3


1. Mets sous forme trigonométrique les nombres com-
SS

Les quatre cauris utilisés par Gouton, sont marqués C 1 ;C 2 ;C 3


plexes suivants :
p et C 4 . Pour une consultation, il les met dans un sac et extrait
−1 + 3 3i simultanément deux.
(a) p
10 − 2 3i
O

p Consigne 2.11
1+ 2+i
(b) p
D

1+ 2−i 1. Peut-on à priori connaître le résultat ?


p
(c) 2 + 3 + i
2. Quel est l’ensemble Ω des résultats possible ?
(d) si nθ + i cosθ
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
(e) −cosθ + i si nθ
(f) −si nθ + i cosθ Résolution 2.11
iθ iθ i 2θ
(g) 1 + e et 1 + e avec θ ∈] − π; π[.
+e
π 2.2.2 Vocabulaire probabiliste
2. Soit θ; ϕ ∈ R tels que 0 < θ < π2 et < ϕ < π.
2
(a) Détermine le module et un argument de z 1 = 1 − 1. L’ensemble de tous les résultats possibles d’une ex-
e 2i θ et z 2 = 1 + e 2i ϕ périence aléatoire est appelé univers ou espace des
épreuves. Il est souvent noté Ω.
(b) En déduire le module et un argument de z =
1 − e 2i θ 2. Chaque élément de de l’univers est appelé éventualité,
issue, ou cas possible. Il est souvent noté ω.
1 + e 2i ϕ

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Probabilité Page 20 sur 46

3. On appel événement, tout sous-ensemble de Ω. Tout 3. p(B − A) = p(A ∪ B ) − p(A) (tu pourras utiliser (A ∪ B =
singleton de Ω est appelé événement élémentaire. Un A ∪ (B − A)) avec A ∩ (B − A) = ;
événement est dit réalisé s’il contient le résultat de l’ex-
4. p(B − A) = p(B ) − p(A ∩ B ) (tu pourras utiliser (B = (B −
périence. Ω est appelé événement certain tandis que ;
A) ∪ (A ∩ B ) avec (B − A) ∩ (A ∩ B ) = ;
(ensemble des résultats qui ne peuvent pas se produire)
est appelé événement impossible. 5. p(A ∪B ) = p(A)+p(B )−p(A ∩B ) (Tu pourras utiliser A =
4. Soit A un événement d’une expérience aléatoire. L’évé- (A − B ) ∪ (A ∩ B ) et B = (B − A) ∪ (A ∩ B ) et A ∪ B = (A −
nement qui est réalisé lorsque A ne l’est pas ou qui ne B ) ∪ (A ∩ B ) ∪ (B − A)).
l’est pas lorsque A l’est est appelé événement contraire Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
de A noté A.
5. Soit A et B deux événements d’une expérience aléatoire. Résolution 2.14
On note "A ∩ B " l’ensemble formé de tous les résultats
favorables à l’événement A et à l’événement B ; "A ∪ B " Consigne 2.15
l’ensemble formé de tous les résultats favorables à l’évé-
nement A ou à l’événement B .
Soit p une probabilité définie sur un univers Ω. A et B deux
6. Deux événements A et B sont dit incompatible, si A ∩ événements de Ω. Démontre que :
B = ;.
1. p(A) + p(A) = 1

2.2.3 Calcul dans un espace probabilisé fini 2. Si A ⊂ B alors p(A) ≤ p(B )

o
Consigne 2.12 3. p(B − A) = p(A ∪ B ) − p(A) (tu pourras utiliser (A ∪ B =

pr
A ∪ (B − A)) avec A ∩ (B − A) = ;
Détermine le nombre de chance d’obtenir au moins une fois
4. p(B − A) = p(B ) − p(A ∩ B ) (tu pourras utiliser (B = (B −
le cauris C 3 .
A) ∪ (A ∩ B ) avec (B − A) ∩ (A ∩ B ) = ;
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

X
5. p(A ∪B ) = p(A)+p(B )−p(A ∩B ) (Tu pourras utiliser A =
Résolution 2.12 (A − B ) ∪ (A ∩ B ) et B = (B − A) ∪ (A ∩ B )).
TE
Retenons 2.2 Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Soit A l’événement :"Obtenir au moins une fois le cauris C 3 ".


n
3 1 Résolution 2.15
La probabilité de l’événement A est soit . On le note
6 2
Be

1 Remarque 2.4
p(A) =
2
Note 2.1 Si Ω = {w 1 ; w 2 ; · · · ; w n } alors, en posant p i = p({w i }),on a :
U

1. La probabilité d’un événement élémentaire e est noté p1 + p2 + · · · + pn = 1 (2.1)


p(e).
O

2. Pour tout événement A de Ω, on a 0 ≤ p(A) ≤ 1 Application 2.14

Consigne 2.13 Une enquête effectuée dans une cantine scolaire donne les
SS

résultats suivants :
Un dé cubique dont les faces sont numéroté de 1 à 6 est pipé
de façon que les probabilités de sortie des nombres pairs sont • la probabilité qu’un enfant aime yaourt est 0, 6
O

les mêmes, celles des sorties des nombres impairs sont les
• la probabilité qu’un enfant aime les biscuits est 0, 5
mêmes. De plus la probabilité de sortie d’un nombre pair est
le double de celle d’un nombre impair. • la probabilité qu’un enfant aime les yaourts et les bis-
D

1. Calcule la probabilité d’apparition de chaque face. cuits est 0, 2. On considère les événements suivant :

2. Calcule la probabilité d’obtenir un multiple de trois. A "Un enfant aime les yaourt ou les biscuits"
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min B "Un enfant n’aime ni les yaourts , ni les biscuits"
Résolution 2.13 C "Un enfant aime les yaourts mais pas les biscuits"

Consigne 2.14 1. Sans calculer p(A) et p(C ), compare les.


2. Calcule ;la probabilité de chacun des événement A; B et
Soit p une probabilité définie sur un univers Ω. A et B deux
C.
événements de Ω. Démontre que :
1. p(A) + p(A) = 1 Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
2. Si A ⊂ B alors p(A) ≤ p(B ) (tu pourras utiliser (A ⊂ B ⇒
B = A ∪ (B − A)) Éléments de réponses 2.14

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Probabilité Page 21 sur 46

2.2.4 Équiprobabilité B : Obtenir exactement deux boules blanches

Consigne 2.16 C : Ne pas obtenir de boule noire.


2. On tire successivement et sans remise trois boules de
On lance un dé cubique dont les faces sont numérotées de 1 l’urne, calcule la probabilité de chacun des événements
à 6 et on considère les événements suivants suivants :
A "Obtenir un nombre premier"
D : Obtenir deux boules blanches
B "Obtenir un nombre impair"
E : Obtenir deux boules blanches et une boules rouge.
1. Calcule p(A) et p(B )
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
2. Compare p(A) et p(B )
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min Éléments de réponses 2.15

Résolution 2.16 2.2.5 Probabilité conditionnelle


Consigne 2.17 Consigne 2.18

Soit p une probabilité définie sur un univers fini non vide Ω. Le devin Gouton dispose maintenant de 28 cauris répartis
On suppose que tous les événements élémentaires de Ω sont comme l’indique le tableau ci-dessous :
équiprobables. On pose Ω = {a 1 ; ...; a n }, n un entier naturel
supérieur à 1.

o
Mâle Femelle Total
1. Démontre que la probabilité de chaque événement élé-
Blanche 8 4 12

pr
1
mentaire est égale à . Grise 10 6 16
n
2. Démontre que pour tout événement A de Ω, on a p(A) = Total 18 10 28
c ar d (A)

X
(Tu pourras poser A = {a 1 ; ...; a k } avec k ≤ n) Gouton tire un cauris au hasard. On considère les événe-
c ar d (Ω)
ments suivants :
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
TE
A "Le cauris retiré est blanc"
Résolution 2.17 B "Le cauris retiré est mâle"
n
Remarque 2.5 1. Calcule p(A); p(B ) et p(A ∩ B )
2. Gouton tire un cauris blanc
Be

1. Les situations d’équiprobabilité sont reconnaissable à


certains indices convenus qui figure dans les textes. (a) Calcule ;la probabilité p 1 qu’elle soit mâle.
Ainsi "dé parfait" ; "dé non pipé" ; "dé non truqué" ; "une p(A ∩ B )
(b) Compare p 1 et
pièce de monnaie parfaite" ; "boule indiscernable au p(A)
toucher" ; "cartes bien battus" ; "tirage au hasard" ; "..." ;
U

Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min


sont autant d’expressions qui doivent être traduite au
terme d’équiprobabilité des événements élémentaires.
O

Résolution 2.18
2. Dans le cas où les événements élémentaires sont équi-
probables ; les exercices de probabilité deviennent des Application 2.16
SS

problèmes de dénombrement. Les différents type de dé-


nombrement peuvent se retrouver dans les différents fa- Un sondage effectué dans une région montagneuse à propos
çon de tirer une boule p dans une urne contenant n de la construction d’un barrage donne les résultats suivants :
O

boules
• 65% des personnes interrogés sont contre la construc-
tion de ce barrage ;
D

• Parmi les personnes qui sont contre cette construction,


79% sont des écologistes ;
• Parmi les personnes favorables à la construction, 30%
sont des écologistes. On note C l’événement "la per-
sonne interrogée est contre la construction" et C l’évé-
nement contraire. On note E l’événement "la personne
Application 2.15 interrogée est écologiste" et E l’événement contraire.

Une urne contient 5 boules blanches, 3 boules noires et 2 1. Donne la valeur de p(C ); p(E /C ) et p(E /C ).
boules rouges indiscernable au toucher 2. Détermine p(E ) et p(C /E ).
1. On tire simultanément 3 boules de l’urne, calcule la pro- Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
babilité de chacun des événements suivants :
A : Obtenir un tirage unicolore Résolution 2.19

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Probabilité Page 22 sur 46

2.2.6 Événements indépendants 2.2.8 Loi de probabilité d’une variable aléatoire


Consigne 2.19
réelle
Soit X une variable aléatoire réelle sur Ω telle que X (Ω) =
Une urne contient 4 boules bleues numérotées 1; 1; 2 et 3, et 6 {x 1 ; x 2 ; · · · ; x n } avec x 1 < x 2 < · · · < x n et p une probabilité dé-
boules rouges numérotées 1; 1; 1; 2; 3 et 4. On suppose toutes finie sur Ω. On appelle loi de probabilité de la variable aléa-
ses boules indiscernables au toucher et on tire une au hasard. toire réelle X l’application définie par :
On considère les événements
A "la boule tirée est bleue" p : X (Ω) → [0; 1]
(2.2)
xi 7→ p(X = x i )
B "la boule tirée porte le numéro 1"
1. Calcule p(A); p(B ) et p(A ∩ B ) Généralement la loi de probabilité est donnée sous forme de
2. Compare p(A) × p(B ) et p(A ∩ B ) tableau. Notons que p(X = x 1 ) + p(X = x 2 ) + · · · + p(X = x n ) =
1.
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Résolution 2.20 2.2.9 Espérance mathématique ; variance ; et


écart-type d’une variable aléatoire réelle
Remarque 2.6
Soit X une variable aléatoire réelle définie sur l’univers Ω
Deux événements de probabilité toutes non nulles sont in- tel que X (Ω) = {x 1 ; x 2 ; · · · ; x n }

o
dépendantes si et seulement si la réalisation de l’un n’est pas 1. On appelle espérance mathématique de X le nombre
modifiée par la réalisation de l’autre où la non réalisation de réel noté E (X ) tel que :

pr
l’autre.
n
X
E (X ) = x i × p(X = x i ) (2.3)
Application 2.17
i =1

X
Soit p la probabilité définie sur un univers Ω et soient A et B 2. On appelle variance de X le nombre réel positif noté
deux événements indépendants de Ω tels que p(A) = 0, 2 et
TEV (x) tel que :
p(B ) = 0, 6. Calcule p(A ∪ B ); p(A ∪ B ); p(B ∪ A) et p(A ∪ B ).
n
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
V (X ) = E (X 2 )−[E (X )]2 avec E (X 2 ) = x i2 ×p(X = x i )
X
i =1
n
Éléments de réponses 2.16 (2.4)
3. On appelle écart-type de X le nombre réel positif défini
Be

2.2.7 Variable aléatoire réelle par p


σ(X ) = V (X ) (2.5)
Activité 2.4

2.2.10 Fonction de répartition d’une variable


U

Une armoire contient deux chemises bleues numérotées 1 et


3, désignées respectivement par B 1 et B 3 , et deux chemises aléatoire réelle
rouges numérotées 1 et 2, désignées respectivement par R 1
O

et R 2 . On tire au hasard et simultanément deux chemises de X est une variable aléatoire réelle définie sur l’univers Ω.
l’armoire. On appelle fonction de répartition de X l’application
SS

F :R → [0; 1]
Consigne 2.20 (2.6)
x 7→ F (x) = p(X ≤ x)
1. Définis l’univers Ω de cette épreuve .
O

2. On désigne par X l’application définie de Ω dans R qui à Pour définir la fonction de répartition de X , on utilise la loi
chaque éventualité de Ω associe la somme des numéros de probabilité de X . Ici on a :
D

des chemises tirées.


(a) Détermine les différentes valeurs prise par X . xi x1 ··· xn
p(X = x i ) p1 ··· pn
(b) On note (X = a), l’événement constitué par les élé-
ments de l’univers Ω pour lesquels la fonction X Si X (Ω) = {x 1 ; x 2 ; · · · ; x n } avec x 1 < x 2 < · · · < x n alors on a :
prend la valeur a.
• Si x ∈] − ∞; x 1 [ alors F (x) = 0
i. Calcule la probabilité de l’événement X = 2
• Si x ∈ [x 1 ; x 2 [ alors F (x) = p(X = x 1 )
ii. Reproduis et complète le tableau suivant :
• Si x ∈ [x 2 ; x 3 [ alors F (x) = p(X = x 1 ) + p(X = x 2 )
X = xi 2 3 4 5
..
p(X = x i ) .
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min • Si x ∈ [x n ; +∞[ alors F (x) = 1

Résolution 2.21 Consigne 2.21

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Probabilité Page 23 sur 46

1. Définis la fonction de répartition F de la variable aléa- (c) Calcule la probabilité de l’événement E "le sac ne
toire X définie dans la consigne précédente et construis présente aucun défaut"
la la courbe représentative de F . (d) Sachant que le sac présente le défaut a, quelle est
2. Calcule l’espérance mathématique, la variance et la probabilité qu’il présente aussi le défaut b ?
l’écart-type de X . 2. On suppose que la probabilité qu’un sac soit défectueux
3. Calcule la probabilité des événements suivants : X ≤ est égale à 0, 03. On prélève au hasard un échantillon de
4; X > 6 100 sacs dans la production d’une journée. La produc-
tion est suffisamment importante pour que l’on assimile
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
ce prélèvement à un tirage avec remise de 100 sacs. On
Résolution 2.22 considère la variable aléatoire X qui, à tout prélèvement
de 100 sacs, associe le nombre de sacs défectueux.
2.2.11 Épreuve de Bernoulli-loi binomial (a) Justifie que la variable aléatoire X suit une loi bi-
nomiale dont on précisera les paramètres.
Activité 2.5
(b) Quelle est la probabilité de l’événement "au moins
On lance quatre fois successivement et de façon indépen- un sac est défectueux" ?
dante, un cauris dont le dos est rogné. Combien d’éventua- (c) Calcule l’espérance mathématique de la variable
lités peut on avoir après un lancer ? aléatoire X .

Remarque 2.7 Problème 2.11

o
Soit un schéma de Bernoulli à n épreuves et p la probabilité Dans une école, il y a trois classes C 1 ;C 2 ;C 3 dont le nombre

pr
du succès dans une épreuve. Le couple (n; p) est appelé pa- d’élèves est respectivement 44; 33; 40. Chaque classe a une
ramètre du schéma de Bernoulli, on dit qu’on a une loi bino- 1 1 1
probabilité de gagner à un jeu respectivement de ; ; . Si
miale de paramètre (n; p). 2 3 4
un élève gagne, quelle est la probabilité qu’il viennent de la

X
Remarque 2.8 classe C 2 ?
TE
Le coefficient C nk indique le nombre d’ordre dans lesquels on Problème 2.12
peut réaliser k succès.
La petite agence COM F ORT loue des voitures à la jour-
n
Application 2.18 née.Elle dispose d’un parc de 16 voitures. Neuf véhicules
sont systématiquement loués à des clients réguliers. La loi
Be

Une urne contient 7 boules, numérotées de 1 à 7. On extrait de probabilité du nombre de voitures louées par jour X est
simultanément et au hasard 3 boules de l’urne, et on appelle donnée dan le tableau suivant :
X la variable aléatoire égale au nombre de boules de numéro xi 10 11 12 13 14 15 16
impair obtenu. p(X = x i ) 0,05 0,10 0,37 0,27 0,17 0,03 0,01
U

1. Détermine la loi de probabilité de X . 1. Quelle est la probabilité :


2. Calcule la variance de X . (a) de louer moins de 13 voitures dans la journée ?
O

3. Définis et représente la fonction de répartition de X . (b) de louer au moins 14 véhicules dans la journée ?
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min 2. Détermine
SS

(a) l’espérance du nombre de véhicules loués dans la


Éléments de réponses 2.17
journée.
 
ÉVALUATION FORMATIVE (b) l’écart type du nombre de véhicule loués dans la
 
O

journée.
Problème 2.10
Problème 2.13
D

Une usine produit des sacs. Chaque sac fabriqué peut pré-
senter deux défauts : le défaut a et le défaut b. Un sac est dit On considère une urne contenant 3 boules jaunes, 2 bleues, 1
défectueux s’il présente au moins l’un des défauts. rouge et 4 vertes, toutes indiscernable au toucher. On tire au
1. On prélève un sac au hasard dans la production d’une hasard une boule de l’urne.
journée. On note A l’événement "le sac présente le dé- 1. Calcule la probabilité des événements suivants :
faut a" et B l’événement "le sac présente le défaut b".
J "tirer une boule jaune"
Les probabilités des événements A et B sont respective-
ment p(A) = 0, 02 et p(B ) = 0, 01 ; on suppose que ces B "tirer une boule bleue"
deux événements sont indépendants. R "tirer une boule rouge"
(a) Calcule la probabilité de l’événement C "le sac pré- V "tirer une boule verte"
levé présente le défaut a et le défaut b" 2. En fonction de la couleur tirée, on se voit attribuer une
(b) Calcule la probabilité de l’événement D "le sac est somme d’argent selon la règle suivante : si la boule tirée
défectueux" est

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Probabilité Page 24 sur 46

• rouge, on gagne 10 billets 2. On suppose que 5% des familles du groupe A (groupe


• verte , on gagne 2 billets B non compris) abandonnent leurs voitures, 5% des
familles du groupe B (groupe A non compris) aban-
• jaune ou bleue , on gagne 3 billets.
donnent leurs téléviseurs et 10% des familles du groupe
Soit X la variable aléatoire qui associe à chaque tirage le C achètent chacune un téléviseur et une voiture. Re-
gain réalisé prends les calculs des probabilités ci-dessus.
(a) Déduis de la question 1 les valeurs de p(X =
Problème 2.17
2); p(X = 3) et p(X = 10)
(b) Calcule l’espérance, la variance et l’écart type de X . Chaque jour, Jeanne ne peut pas utiliser son portable au tra-
vail lorsque l’un des deux événements suivants se produit :
3. Maintenant on gagne toujours 10 billets si la boule tirée
est rouge, 2 billets si elle verte mais on gagne 3 billets D : "son portable est déchargé"
si elle est jaune et m billets si elle est bleue, m ,désigne O : "elle a oublié son portable à la maison"
un réel positif. Calcule m pour que le gain moyen espéré On suppose que ces deux événements sont indépendants.
soit de 4, 5 billets Elle a observé, d’une part, que la probabilité de D est égale
à 0, 05 et, d’autre part, qu’elle oublie son portable chez elle
Problème 2.14 un jour sur dix.

Trois élèves A; B ;C passe le même jour un examen. Les trois 1. Un jour de travail donné, quelle est la probabilité que
examens sont différents et se déroulent en des différents. Les Jeanne oublie son portable chez elle et qu’il ne soit pas
parents de ces candidats leurs attribuent les probabilités de déchargé ?

o
succès suivantes : p(A) = 0, 7; p(B ) = 0, 4 et p(C ) = 0, 6. Cal- 2. Un jour de travail donné, quelle est la probabilité pour
qu’elle ne puisse pas se servir de son portable ?

pr
cule la probabilité que :
1. Les élèves soient reçus 3. Au cours d’une semaine, elle travaille 5 jours.On admet
que le fait qu’elle oublie son portable chez elle un jour
2. Les trois élèves échouent

X
donné est indépendant du fait qu’elle l’oublie ou non les
3. Aseulement soit reçu autres jours. Quelle est la probabilité de l’événement : A
4. Un élève exactement soit reçu " elle a oublié son portable chez elle au moins une fois
TE
dans la semaine" ?
5. B soit le seul à échouer
6. Deux élèves exactement soit reçus. Problème 2.18
n
7. Au moins un élève soit reçu. Une étude réalisée sur les étudiants d’une université a permis
d’établir que 70% des étudiants possèdent un ordinateur et
Be

Problème 2.15
que, parmi ceux-ci, 40% possèdent une automobile. On sait
1 1 aussi que 55% des étudiants de l’université ne possèdent pas
Dans une association sportive, des femmes et des
4 3 d’automobile. On choisit au hasard un étudiant de cette uni-
hommes adhèrent à la section tennis. On sait également que versité et on note :
U

30% des membres de cette associative adhèrent à la section


O : l’événement "l’étudiant possède un ordinateur"
tennis. On choisit au hasard un membre de cette association
et on note : A : l’événement "l’étudiant possède une automobile"
O

Les événement O et A sont ils indépendants ?


F l’événement : "le membre choisit est une femme"
SS

T l’événement : "le membre choisit adhère à la section Problème 2.19


tennis".
Une boîte contient 6 boules vertes et n boules blanches. Un
1. Démontre que la probabilité de l’événement F est égale joueur tire simultanément deux (02) boules de cette boîte. Si
O

2 les deux boules tirées sont même de couleur, le joueur gagne


à .
5 100F ; si elle sont de couleurs différentes , le joueur perd 100F
2. On choisit un membre parmi les adhérents à la section
D

1. Dans cette question on prend n = 3. Calcule les proba-


tennis. Quelle est la probabilité que ce membre soit une
bilités d’obtenir :
femme ?
(a) deux boules de même couleur
Problème 2.16 (b) deux boules de couleurs différentes.
2. Dans cette question n, est quelconque et n ≥ 2. On
Dans une population, 55% des familles (groupe A) ont une note X la variable aléatoire qui à chaque tirage de deux
voiture, 80% des familles (groupe B ) ont un téléviseur et 15% boules associe le gain algébrique du joueur.
des familles (groupe C ) n’ont ni voiture, ni téléviseur.
(a) Exprime en fonction de n la probabilité de chacun
1. On choisit au hasard une famille de cette population. des événements (X = 100) et X = −100
Détermine la probabilité des événements suivants : n 2 − 13n + 30
(b) Démontre que E (x) =
A "cette famille ait une voiture et un téléviseur" (n + 6)(n + 5)
B "cette famille ait un téléviseur sachant qu’elle a (c) Pour quelle valeur de n, a-t-on E (x) = 0 ?
une voiture" (d) Pour quelle valeur de n, a-t-on E (x) < 0 ?

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Limites et continuité Page 25 sur 46

2.3 (b) faire apparaître des limites remarquables


Limites et continuité 2. Pour lever une indétermination en +∞ ou en −∞ on
utilise la technique dite de "factorisation forcée" . Elle
Activité 2.6 consiste à mettre en facteur le terme qui semble être le
plus grand et devant lequel les autres semble être négli-
Dansou sait que, pour un BAC D, il aura à étudier des fonc- geable.
tions. Pour une bonne préparation, il a commencé par s’en-
trainer sur les limites et continuités. Tu vas te mettre sur les Application 2.19
pas de Dansou à travers quelques consignes.
Calcule chacune des limites suivantes :
2.3.1 Limites 1. lim (2x 2 + 3x − 1)
x→2
Activité 2.7 (Rappels et compléments) 2. lim (−x 3 + 3x 2 + 4x − 1)
x→−∞

3. lim (−x 3 + 3x 2 + 4x − 1)
x→+∞
2.3.2 Limites de référence x3 − x2 − 1
4. lim
Soit a ∈ R et n ∈ N x→1 x +1
1. lim k = k x3 − x2 − 1
x→+∞ 5. lim
x→−∞ x +1

o
2. lim k = k
x→−∞ x − x2 − 1
3
6. lim

pr
3. lim x = +∞ x→+∞ x +1
x→+∞
4. lim x = −∞ x3 − 8
x→−∞ 7. lim
p x→2 x − 2

X
5. lim x = +∞ ³p ´
x→+∞ 8. lim x 2 + 2x + 1 − x
x→+∞
6. lim x 2 = +∞
x→+∞
TE
9. lim
³p
4x 2 + x − 3 + 2x
´

7. lim x 2 = +∞ x→−∞
Ãp
x→−∞ !
x +2−2
8. lim x 3 = +∞ 10. lim p
n
x→+∞ x→+∞ x +7−3
9. lim x 3 = −∞ Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
x→−∞
Be

1
10. lim =0 Éléments de réponses 2.18
x→+∞ x
1
11. lim =0 Application 2.20
x→−∞ x
U

1
12. lim =0 Soit la fonction f définie sur R par f (x) = 3x + 2si nx.
x→+∞ x n
O

1 1. Montre que pour tout x ∈ R, 3x − 2 ≤ f (x) ≤ 3x + 2


13. lim =0
x→−∞ x n
( 2. En déduire lim f (x) et lim f (x)
x→−∞ x→+∞
SS

n +∞ si n est pair
14. lim x = Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
x→+∞ +∞si n est impair
(
n +∞ si n est pair Éléments de réponses 2.19
O

15. lim x =
x→−∞ −∞si n est impair
1 2.3.4 Limite de la composée de deux fonctions
D

16. lim = +∞
x→0+ x
Application 2.21
1
17. lim− = −∞
x→0 x
On considère les fonctions f ; g ; h définie respectivement par
1 s
18. lim− = +∞ 4x 2 + 1 4x 2 + 1 p
x→0 xn f (x) = ; h(x) = et g (x) = x
2
x +1 2
x +1
1
19. lim = +∞
x→0+ xn 1. Démontre que ∀x ∈ R, f (x) > 0 et que f (x) = h ◦ g (x).
2. Calcule lim h(x) et lim g (x)
x→+∞
2.3.3 Méthode pour lever les indéterminations x→4
3. Déduis-en lim f (x)
0 x→+∞
1. Pour lever les indétermination du type en un réel a,
0 Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
on peut :
(a) simplifier l’expression par x − a Éléments de réponses 2.20

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Continuité Page 26 sur 46

2.3.5 Limite d’une fonction monotone sur inter- 2.4.4 Image d’un intervalle par une fonction
valle continue

2.4 Application 2.25


Continuité Soit f la fonction définie sur [1; +∞[ par f (x) =
p
x − 1 − 2.
1. Étudie la continuité de f sur [1; +∞[.
2.4.1 Continuité en un point 2. Justifie que ∀x ∈ [1; +∞[, f (x) ≥ −2
Application 2.22 3. Démontre que tout élément β de [−2; +∞[ a un antécé-
p dent α dans [1; +∞[.
x2 − x + 1 − x
Soit la fonction f définie par f (x) = . 4. En déduire l’image par f de l’intervalle [1; +∞[.
x −1
1. Détermine le domaine de définition de la fonction f . Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
2. Calcule lim f (x)
x→1 Éléments de réponses 2.24

g (x) = f (x) si x 6= 1
3. Soit g la fonction définie par 1 Théorème 2.3 (des valeurs intermédiaires)
g (1) = −
2
g est -elle continue en 1. Soit f une fonction continue sur un intervalle K , a et b deux
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min éléments de K . Pour tout réel k compris entre f (a) et f (b), il
existe au moins un réel c compris entre a et b tel que f (c) = k.

o
Éléments de réponses 2.21
Preuve 2.1

pr
2.4.2 Prolongement par continuité
Soit f une fonction continue sur K , a et b deux éléments de
Soit f une fonction de domaine de définition D et x 0 K . Soit k ∈ R\ f (a) < k < f (b)

X
un nombre réel tel que x 0 6∈ D et lim f (x) = l ∈ R. On f (a) < k < f (b) ⇒ a < f −1 (k) < b
x→x 0
⇒ a < c < b avec f (c) = k
appelle prolongement ( par continuité de f en x 0 , la fonc-
TE
D’où le résultats.
g (x) = f (x) si x 6= x 0
tion g définie par : ; g (x) =
g (x 0 ) = l Preuve 2.2
(
f (x) Si x ∈ D
n
l si x = x0 Soit f une fonction continue sur K .
• Supposons qu’ils existe deux éléments a et b(a < b) de K
Be

Application 2.23
tels que f (a) et f (b) sont de signe contraires.0 est com-
p
2 − 4 − x2 pris entre f (a) et f (b), et f est une fonction continue
Soit f (x) = Démontrer que f peut être prolongé sur ]a; b[. Donc, d’après le théorème des valeurs inter-
x
par continuité en 0 et définie son prolongement par conti- médiaires, l’équation f (x) = 0 admet au moins une so-
U

nuité g . lution appartenant à ]a; b[. D’où le résultats .


Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min • Supposons que f ne s’annule pas sur K .
O

Éléments de réponses 2.22 0 6∈ f (K ) alors ∀y ∈ f (K ), on ay < 0 ou bien y > 0 car


f (K ) est un intervalle. Or ∀x ∈ K , f (x) ∈ f (K ) alors ∀x ∈
SS

K , f (x) < 0 ou f (x) > 0. D’où le résultats.


2.4.3 Continuité sur un intervalle
Conséquence 2.1 Remarque 2.9
O

1. Les fonctions polynômes sont continues sur tout inter- Soit f une fonction qui ne s’annule pas sur l’intervalle K
valles de R. contenant les réels a et b. Pour prouver que l’équation f (x) =
D

2. Les fonctions rationnelles sont continues sur tout inter- k admet au moins une solution dans l’intervalle [a; b](a < b),
valle sur lequel ils sont définies. il suffit de prouver que l’équation f (x) − k = 0 admet au
moins une solution dans l’intervalle [a; b](a < b) et déduire
Application 2.24
que l’équation f (x) = k admet une solution dans l’intervalle
Démontre que la fonction f est continue sur son domaine de [a; b].
définition dans chacun des cas suivants :
p Application 2.26
1. f (x) = 1 − x 2
2. f (x) = |2x − 5| Soit la fonction f définie par f (x) = x 5 + 2x − 1. Justifie que
si nx + 1 l’équation f (x) = 0 admet au moins une solution dans [0; 1].
3. f (x) =
psi n 2 x + 1 Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
4. f (x) = t an 2 x + 1
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min Éléments de réponses 2.25

Éléments de réponses 2.23 Application 2.27

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Continuité Page 27 sur 46

R →R 2.4.6 Bijection et fonction réciproque


f : p
x 7→ 2 x − x 2 + 2x − 1
Preuve 2.3
1. Démontre que f est continue sur son ensemble de défi-
nition D. La fonction g ainsi définie est une application. Soit y ∈ f (K ).
Démontrons que g (x) = y admet une solution unique dans
2. Résous dans [0; 1] l’équation f (x) = 0 K.
3. Déduis le signe de f suivant les valeurs de x ∈ D. f est continue et strictement monotone sur K alors
∀y ∈ f (K ), ∃!x ∈ K \ f (x) = y. or ∀x ∈ K , g (x) = f (x) donc ∃!x ∈
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min K \ g (x) = y. D’où g admet une solution unique dans K . Par
suite, g est une bijection.
Éléments de réponses 2.26
Application 2.30

2.4.5 Image d’un intervalle par une fonction On considère la fonction ci-dessous :
continue et strictement monotone i π πh
f : − ; −→ R
Pour déterminer l’image d’un intervalle par une fonction 2 2
x 7−→ t anx
continue f , on partage cet intervalle en des intervalle sur
lesquels f est strictement monotone et on utilise les résultats 1. Démontre que f est une bijection.

o
donnés dans le tableau ci-après. 2. Dresse le tableau de variation de f −1 .

pr
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
1. Si f est strictement croissante sur un intervalle I .
I f (I ) Éléments de réponses 2.29
[a, b] [ f (a), f (b)]

X
]a, b] ]l , f (b)] Remarque 2.10
[a, b[ [ f (a), L[
TE
]a, b[ ]l , L[ →
− →−
Dans le plan muni d’un repère orthonormé (O; i ; j ), la
2. Si f est strictement décroissante sur l’intervalle I . courbe représentative de g −1 est symétrique à celle de g par
I f (I ) rapport à la droite d’équation y = x.
n
[a, b] [ f (b), f (a)]
Be

]a, b] [ f (b), l [ Application 2.31


[a, b[ [L, f (a)[
]a, b[ ]L, l [ ¸ ¸ · ·
3 5
1. f : −∞; −→ − ; +∞
avec l = lim f (x) et L = lim− f (x) 2 4
U

x→a + x→b x 7−→ x 2 − 3x + 1


O

(a) Démontre que f est une bijection.


Application 2.28 · ·
−1 5
(b) Détermine f (x) pour x ∈ − ; +∞ .
SS

4
Détermine f (K ) dans chacun des ca suivants :
(c) Trace (C ) et (C 0 ) courbes représentative de f et
2
1. f (x) = x + x − 2 K = [−2; 3] f −1 .
O

x −2
2. f (x) = K =]0; +∞[
x2 2. f :R −→ R
p
D

3. f (x) = x 2 − x + 2 K = R x 7−→ x 3 − 3x − 4

Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min (a) Étudie les variations de f .
(b) Détermine les images par f des intervalles
Éléments de réponses 2.27 [0; 1], [−1; 2], ] − ∞; 1]
(c) i. Démontre que l’équation f (x) = 0 admet une
Application 2.29 solution unique α ∈ R et que 2 < α < 3.
ii. Encadre α à 10−2 près.
f (x) = x 3 + x + 1. Démontre que l’équation f (x) = 0 admet
une solution unique dans [−1; 0] iii. Donne le signe de f pour x ∈ R.
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Éléments de réponses 2.28 Éléments de réponses 2.30

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Dérivée-Étude de fonction Page 28 sur 46

2.5 2.6.3 Opérations sur les dérivées


Fonctions racine n-ième
f f0 E
Consigne 2.22 x 7→ k, (k ∈ R) x 7→ 0 R
x 7→ x x 7→ 1 R
Soit n un entier naturel plus grand que 1. On considère la x 7→ x1 x 7→ − x12 R∗
fonction f de [0; +∞[ vers [0; +∞[ définie par f (x) = x n . Dé- x 7→ x n , n ∈ N∗ x 7→ nx n−1 R
p
montre que f est une bijection. x 7→ x x 7→ 2p1 x R∗ +
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min x 7→ si nx x 7→ cosx R
x 7→ cosx x 7→ −si nx R
Résolution 2.23 x 7→ t anx x 7→ 1 + t an 2 x R − { π2 + kπ, k ∈ Z}
f f0 Df
Application 2.32 u+v u + v0
0
Du ∩ Dv
ku, k ∈ R ku 0 Du
p
x + cosx uv u v + v 0u
0
Du ∩ Dv
Soit φ une fonction définie sur ]0; +∞[ par φ(x) = p . 0
x2 + 1
1
v −v v2
Dv
p p u u 0 v−v 0 u
x −1 x +1 v v2
Du ∩ Dv
1. Montre que pour tout x > 1, p ≤ φ(x) ≤ p u n , n ∈ N∗{ 1} nu 0 u n−1 Du
x2 + 1 x2 + 1 p 0
u

o
2. En déduire la limite de φ en +∞. u p
2 u
Du
0
x 7→ u(ax + b) x 7→ au (ax + b) Du

pr
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min avec E l’ensemble de dérivabilité de la fonction f .

Éléments de réponses 2.31

Application 2.33

X
2.6.4 Sens de variation
TE
v
u (25) 23 × (16) 23
u
24
On pose A = t 1 p . Justifie que A est un entier na- Soit f une fonction dérivable sur un intervalle I .
(0, 1) 6 × 53
n
turel.
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min 1. Si pour tout x ∈ I , on a f 0 (x) = 0 ; alors f est constant sur
Be

I.
Éléments de réponses 2.32
2. Si pour tout x ∈ I , on a f 0 (x) > 0(resp f 0 (x) < 0), sauf peut
être en un nombre fini de réels où elle s’annule, alors f
U

2.6 est strictement croissante (resp décroissante) sur I


Dérivée-Étude de fonction
O

2.6.1 Dérivée et sens de variations


SS

2.6.5 Extremum
Lorsque f est dérivable en tout réel x de I , on peut définir
sa fonction dérivée f 0 . L’étude du signe de f 0 est décisive Soit f une fonction dérivable sur un intervalle ouvert I et a
pour l’étude des variations de f .
O

un élément de I . Si la dérivée f 0 s’annule en a, en changeant


de signe, alors f (a) est un extrémum local de f sur I .
D

2.6.2 Ensemble de dérivabilité


1. Si u est dérivable sur I et strictement positif sur I alors
1
la fonction n (n ∈ N∗ ) est dérivable en tout réel x ∈ I et
µ ¶0u
1 nu 0
on a : n = − n+1 .
u u
p
2. Si u est dérivable sur I alors la fonction u est dérivable
p u0
en tout réel x ∈ I tel que u(x) > 0 et on a : ( u)0 = p .
2 u
3. Si u dérivable sur I et strictement positif sur I alors la
fonction u r (r ∈ Q) est dérivable sur I et on a : (u r )0 =
r u 0 u r −1 . f (a) est un minimum sur I

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Dérivée-Étude de fonction Page 29 sur 46

2.6.7 Point anguleux


Lorsque f n’est pas dérivable en a mais admet au point
A(a; f (a)) deux demi-tangente non parallèles, on dit que A
est un point anguleux de la courbe C

2.6.8 Point d’inflexion


f est une fonction de courbe représentative (C ), M o un
point de (C ) d’abscisse x 0 . M o est un point d’inflexion
lorsque la tangente à (C ) en M o traverse (C ). C’est le cas
lorsque f 0 (x) s’annule sans changer de signe et c’est aussi le
cas lorsque f 00 (x) s’annule et change de signe.

f (a) est un maximum de f sur I 2.6.9 Demi-tangentes verticales


Remarque 2.11 Soit f une fonction de courbe représentative (C ) définie et
1. Si f (a) est le minimum de f sur I et f (a) > 0 alors ∀x ∈ continue sur un intervalle K contenant a. Lorsque la limite à
f (x) − f (x o )
I , f (x) > 0 gauche ou à droite en x o de la fonction x 7→ est
x − xo
2. Si f (a) est le maximum de f sur I et f (a) < 0 alors ∀x ∈ infinie, la courbe (C ) admet une demi-tangente verticale au

o
I , f (x) < 0 point M o (x o ; y o ).
Consigne 2.23 f (x) − f (a)

pr
1. Si lim− = −∞ alors l’équation de la demi-
x→a x −a
Soit f la fonction définie par f (x) = x 2 + 3x + 2. (
x =a
f (x) − f (1) tangente est définie par (T g )
1. Calcule lim et déduis-en f 0 (1) y ≥ f (a)

X
x→1 x −1
2. Détermine une équation de la tangente à la courbe (C f ) f (x) − f (a)
2. lim− = +∞ alors l’équation de la demi-
en son point d’abscisse −1 et précise son coefficient di- x −a
TEx→a (
recteur. x =a
tangente est définie par (T g )
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min y ≤ f (a)
n
Résolution 2.24 f (x) − f (a)
3. lim = −∞ alors l’équation de la demi-
x→a + x −a
Be

(
2.6.6 Interprétation géométrique du nombre x =a
tangente est définie par (Td )
dérivée y ≤ f (a)
f (x) − f (a)
Soit (C f ) la courbe représentative d’une fonction f et A un 4. lim = +∞ alors l’équation de l’équation de
x→a + x −a
U

point d’abscisses x 0 . (
x =a
1. Si f est dérivable en x 0 alors (C f ) admet une tan- la demi-tangente est définie par (Td )
y ≥ f (a)
gente (T ) en A dont le coefficient directeur est f 0 (x 0 ).
O

Une équation de la tangente (T ) est donnée par : f (x) − f (a) f (x) − f (a)
5. lim− = −∞ ; et lim = −∞ alors
(T ) : y = f 0 (x 0 )(x − x 0 ) + f (x 0 ) x→a x −a x→a + x −a
SS

C admet en A une demi-tangente vertical d’équation


x=a

Application 2.34
O

Dans chacun des cas suivants, étudier la dérivabilité de f en


D

a et donner une interprétation géométrique du (des) résultat


(s)
 p
2
2− 4−x

six < 0
1. f (x) = x ;a = 0
x
six ≥ 0


2. Si f est dérivable à gauche en a (resp à droite en a) alors x +2
(p
la courbe C admet en A(a; f (a)) une demi-tangente à x si x ≥ 0
2. f (x) = p ;a = 0
gauche en A(a; f (a)) (resp à droite en A(a; f (a)) défini − −x si x < 0
par : p
( 3. f (x) = |x| , a = 0
x ≤a s
(T g ) (x − 2)3
y = f g0 (a)(x − a) + f (a) 4. f (x) = , a =2
( x +1
x ≥a 1
(Td ) 5. f (x) = ; a =0
y = f d0 (a)(x − a) + f (a) 2 + |x|

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Dérivée-Étude de fonction Page 30 sur 46

1
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min (a) x 7→ c sox (c) x 7→ 1−x
(b) x 7→ si nx (d) x 7→ t anx
Éléments de réponses 2.33

2.6.10 Dérivabilité sur un intervalle 3. En utilisant le développement limités, calcule


t anx − si nx
lim
2.6.11 Fonctions dérivées d’ordre n (n est un x→0 x3
nombre entier naturel) Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Soit f une fonction dérivable sur un intervalle I .
1. f 0 est la fonction dérivée première de f ; on la note f (1) Éléments de réponses 2.35
df
ou d x .
2. Si f 0 est dérivable sur I , sa dérivée ( f 0 )0 s’appelle fonc- Dérivée de la bijection réciproque
tion dérivée seconde de f et se note f 00 . On la note aussi
d2 f Soit f : I −→ J une fonction numérique bijective. Si f est
f (2) ou .
d x2 dérivable sur I et que pour tout x ∈ I , f 0 (x) 6= 0 alors la bijec-
3. De proche en proche, on défini les dérivées successives tion réciproque f −1 de f est dérivable sur J et on a :
de f : f 0 = f (1) , f 00 = f (3) · · · ( f (n−1) )0 = f (n) . f (n) est la 1 1
∀y ∈ J ; ( f −1 )0 (y) = 0 −1 = 0 avec x = f −1 (y) soit
fonction dérivée n i ème de f . f [ f (y)] f (x)
y = f (x).
2.6.12 Point d’inflexion

o
Remarque 2.12
Soit f une fonction de courbe représentative (C ), M 0 un

pr
point de (C ).
Si f est dérivable sur I alors l’ensemble de dérivabilité de f −1
• M 0 est un point d’inflexion lorsque la tangente à (C ) en est 1 ©
M 0 traverse (C )

X
E = J − y = f (x) f 0 (x) = 0 .
ª

• Si f 0 s’annule en x 0 sans changer de signe, le point M 0


est un point d’inflexion de la courbe (C ).
TE
Application 2.37
• Si f 00 s’annule en x 0 en changent de signe, le point M 0
est un point d’inflexion de la courbe (C ). Dans les cas suivants démontre que f est une application
n
bijective et étudier la dérivabilité de sa réciproque f −1 puis
Application 2.35
déterminer ( f −1 )0 (x) en tout x où f −1 est dérivable.
Be

f : [0; 1] → R
Soit Détermine les points d’inflexions
x 7→ x 4 − 2x 2
de la représentation graphique de f . 1. f : [0, π] −→ [−1, 1]
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min x 7−→ cosx
U

Éléments de réponses 2.34


2. f :] − π2 , π2 [ −→ R
O

2.6.13 Développement limité d’ordre n , n ∈ N x 7−→ t anx + 1

Soit f une fonction n-fois dérivable sur un intervalle


SS

contenant 0. Pour tout x voisin de 0, on a : 3. f : [− π2 , π2 ] −→ [1, 7]


x 7−→ 3si nx + 4
1. f (x) = f (O) + x f 0 (0) + xε1 (x) avec lim ε1 (x) = 0. C’est le
→x0
O

développement limité d’ordre 1 de f (x) au voisinage de


0. 4. f : [− π2 , π2 ] −→ [1, 7]
x 2 00 x 7−→ 3si nx + 4
D

2. f (x) = f (O)+ x f 0 (0)+ f (x)+ x 2 ε2 (x) avec lim ε2 (x) =


2! →0
0. C’est le développement limité d’ordre 2 de f (x) au voi-
5. f : [0, π4 ] −→ [0, 1]
sinage de 0.
x 7−→ t an 3 x
x 2 00 x3
3. f (x) = f (O) + x f 0 (0) + f (x) + + x 3 ε3 (x) avec
2! 3!
lim ε3 (x) = 0. C’est le développement limité d’ordre 3 de 6. f : [ π2 , π[ −→ [1, +∞[
→0 1
f (x) au voisinage de 0. x 7−→
si nx
Application 2.36 Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
si nx + si n2x + si n3x
1. Calcule lim Éléments de réponses 2.36
→0 x(x + 1)
2. Écrire le développement limité d’ordre 3 au voisinage de 1. c’est l’ensemble de dérivabilité de f privé des images par f des valeurs
0 des fonctions ci-après : qui annule la dérivée.

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Dérivée-Étude de fonction Page 31 sur 46

2.6.14 Inégalités des accroissements finis (b) ∀x ∈ D f ; (2a − x) ∈ D f et f (2a − x) = f (x).

Théorème 2.4 4. On dit que le point Ω(a; b) est un centre de symétrie à


(C f ) si et seulement si
Soit f est une fonction dérivable sur un intervalle I , a et b (a) ∀h ∈ R tel que (a + h) ∈ D f on a (a − h) ∈ D f et
deux éléments de I tels que a < b f (a + h) + f (a − h)
Version 1 : S’il existe deux réels M et m tels que l’on ait : = b ou bien
2
m ≤ f 0 (x) ≤ M , pour tout x ∈ I alors pour tout réel a et b de I (b) ∀x ∈ D f , (2a − x) ∈ D f et f (2a − x) + f (x) = 2b.
tels que a < b on a : 5. f est périodique de période T si et seulement si ∀x ∈
D f , (x + T ) ∈ D f et f (x + T ) = f (x).
m(b − a) ≤ f (b) − f (a) ≤ M (b − a) (2.7)
Remarque 2.13

1. Les fonctions x 7→ cos(ax+b) et x 7→ si n(ax+b) ont pour


Version 2 : S’il existe un réel positif M tel que l’on ait 2π
période T =
| f 0 (x)| ≤ M pour tout x ∈ I alors pour tout réels a et b de I |a|
on a : π
2. La fonction x 7→ t an(ax + b) a pour période T =
| f (b) − f (a)| ≤ M |b − a| (2.8) |a|

Application 2.38 Application 2.39

1. Soit f la ,fonction définie sur [0, π4 ] par f (x) = t anx ; 7 + x2 2 x


³ ´ x2
On donne f (x) = ; g (x) = cos ; h(x) = ; k(x) =

o
3x 2 2 x +2
(a) Démontre que : ∀x ∈ [0, π4 ] ; 1 ≤ f 0 (x) ≤ 2 −x 2 + 2x + 3.

pr
(b) En utilisant le théorème des inégalités des accrois- 1. Étudie la parité de f sur son ensemble de définition.
sements finis, démontre que ∀x ∈ [0, π4 ]; x ≤ f (x) ≤
2. Démontre que g est périodique de période 2π.
2x
3. Donne une période

X
³x ´
2. Soit la fonction f : [−1, +∞[ −→ R (a) u(x) = cos
p
x 7−→ 1 + x 3
TE ³ π´
1 (b) v(x) = si n 5x +
(a) Démontre que : ∀x ∈ [1, 2], | f 0 (x)| ≤ p 4
2 2
(c) s(x) = si nx + si n2x
(b) Démontre que l’équation f (x) = x admet une solu-
n
tion unique x 0 et que x 0 ∈ [1, 2] (d) t (x) = cos(−x)
4. Montre que le point ω(−2; −4) est un centre de symétrie
Be

(c) En utilisant le théorème des inégalités des accrois-


sements finis, démontre que : ∀x ∈ [1, 2], | f (x) − pour la courbe représentative de la fonction h.
1 5. Démontre que la droite d’équation x = 1 est un axe de
x 0 | ≤ p |x − x 0 |
2 2 symétrie de la courbe représentative de la fonction k
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
U

Éléments de réponses 2.37 Éléments de réponses 2.38


O

2.6.15 Étude de fonction 2.6.16 Études des branches infinies


SS

parité et élément de symétrie 1. Soit b un nombre réel et f une fonction numérique ; si


lim f (x) = b (respectivement lim f (x) = b ) alors la
x→+∞ x→−∞
Soit f une fonction définie sur son ensemble de définition
droite d’équation y = b est une asymptote horizontale à
Df .
O

la courbe représentative de la fonction f au voisinage


1. (a) f est une fonction paire si et seulement si ∀x ∈ de +∞ (respectivement au voisinage de −∞)
D f , (−x) ∈ D f et f (−x) = f (x).
D

(b) Dans un repère orthonormé la courbe représenta- 2. Soit a un nombre réel et f une fonction numérique ; si
tive d’une fonction pair a un axe de symétrie qui lim f (x) = +∞ (respectivement lim f (x) = −∞ ) alors la
x→a x→a
est l’axe des ordonnées. droite d’équation x = a est une asymptote verticale à la
2. (a) f est une fonction impaire si et seulement si ∀x ∈ courbe représentative de la fonction f
D f , (−x) ∈ D f et 3. Soit a; b ∈ R ; si lim f (x) − (ax + b) = 0 alors la droite
£ ¤
f (−x) = − f (x). x→∞
d’équation y = ax + b est asymptote oblique à (C f ) au
(b) L’origine du repère est un centre de symétrie de la voisinage de ∞
courbe représentative de la fonction impaire. 
 lim f (x) = ∞
3. On dit que la droite d’équation x = a est un axe de symé- x→∞
4. Si
trie à (C f ) si et seulement si  lim f (x) = 0
x→∞ x
(a) ∀h ∈ R tel que (a +h) ∈ D f on a (a −h) ∈ D f et f (a + Alors (C f ) admet une branche parabolique de direction
h) = f (a − h) ou bien celle de l’axe des abscisses au voisinage de ∞

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Primitives Page 32 sur 46

2.7

 lim f (x) = ∞
x→∞
5. Si Primitives
 lim f (x) = ∞
x→∞ x
Alors (C f ) admet une branche parabolique de direction
celle de l’axe des ordonnées au voisinage de ∞ Activité 2.8

 lim f (x) =∞
x→∞


f (x) Tu sais désormais calculer l’expression de la dérivée d’une
6. Si lim = a ∈ R∗ fonction. Tu vas, dans cette partie,apprendre à déterminer
 x→∞ x
une primitive d’une fonction continue sur un intervalle.

 ¡ ¢
 lim f (x) − ax = b
x→∞
Alors la droite d’équation y = ax + b est une asymptote
oblique à (C f ) au voisinage de ∞ Consigne 2.24

3p
2.6.17 Position relative d’une courbe par rap- Soit les fonctions f et F définies par f (x) = x et F (x) =
2
port à la droite (∆) d’équation y = ax + b x px + 2.
Soit I une partie du domaine de définition de la fonction f . 1. Démontre que f est continue sur [0; +∞[.
Pour étudier la position de (C f ) par rapport à son asymptote
(∆) : y = ax + b il suffit d’étudier le signe de f (x) − y sur I : 2. Démontre que F est dérivable sur [0; +∞[.

1. Si ∀x ∈ I , f (x) − (ax + b) > 0 alors (C f ) est au dessus de 3. Démontre que ∀x ∈ [0; +∞[; F 0 (x) = f (x).
(∆).

o
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
2. Si f (x) − (ax + b) < 0 alors (C f ) est au dessous de (∆).

pr
3. Si f (x) − (ax + b) = 0 alors (C f ) et (∆) se coupent en un Éléments de réponses 2.40
point d’abscisse x 0 .

X
2.6.18 Tangente à une courbe 2.7.1 Notion de primitive
TE
Soit f une fonction définie sur un intervalle I . Si f est déri- Consigne 2.25
vable en un point a de I alors la courbe (C f ) admet une tan-
gente au point d’abscisse a d’équation y = f 0 (a)(x −a)+ f (a). soit f une fonction continue sur un intervalle K et F une pri-
mitive de f sur K .
n

2.6.19 Étapes d’étude d’une fonction 1. Démontre que pour tout c ∈ R, la fonction x 7→ F (x) + c
Be

Pour étudier une fonction f , en absence de consignes par- est une primitive de f sur K .
ticulières, on peut adopter le plan suivant : 2. Soit G une primitive de f sur K .
1. Détermine l’ensemble de définition de f ou déterminer
le domaine d’étude de f après avoir signaler la parité ou (a) Démontre que la fonction G − F est constante sur
U

la périodicité de f . K.
2. Étudie la continuité et la dérivabilité de f en tout point (b) Déduis-en que l’expression de G est de la forme
O

de cet ensemble. G(x) = F (x) + c; c ∈ R.


3. Calcule la fonction dérivée f 0 de f et en déduire son sens Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
SS

de variation.
4. Étudie le comportement de f aux bornes de l’ensemble Résolution 2.25
d’étude et en déduire les éventuelles asymptotes
O

5. Dresse le tableau de variation de f . Consigne 2.26


6. Trace la courbe représentative de f .
D

Application 2.40 Soit f une fonction continue sur un intervalle K et F une


p primitive de f sur K . x 0 est un nombre réel de K et y 0 un
Soit f a fonction définie par f (x) = x + 1 + x 2 + 4x. nombre réel. On considère la fonction G définie par G(x) =
1. Détermine le domaine de définition D f de f . F (x) − F (x 0 ) + y 0 pour tout x ∈ K .
2. Étudie la dérivabilité de f sur D f et détermine f 0 (x). 1. Démontre que G est une primitive de f sur K et que
3. Étudie les variations de f . G(x 0 ) = y 0 .
4. Étudie les branches infinies. 2. Soit H une fonction définie sur K telle que H (x 0 ) = y 0 .
5. Détermine les points d’intersection de (C f ) avec les axes Démontre que si H est une primitive de f sur K alors
du repère. ∀x ∈ K , H (x) = G(x
6. Construis (C f ).
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Éléments de réponses 2.39 Résolution 2.26

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Fonction logarithme népérien Page 33 sur 46

Primitives usuelles 2.8


Fonction logarithme népérien
Fonctions Primitives Ensembles de validité
a ,(a ∈ R ax + k, k ∈ R R
1
xn , n ∈ N n+1 x
n+1
+k R 2.8.1 Définition et propriété
1
x2
− x1 R∗
1 −1
Activité 2.9
xn ; n ∈ N; n > 1 (n−1)x n−1 ]0, +∞[
p
p1 2 x +k ]0, +∞[ Dans cette partie, nous allons étudier les propriétés et tracer
x
x 1
e ex R la courbe représentative d’une primitive de la fonction x 7→
si nx −cosx + c R x
sur l’intervalle ]0; +∞[.
cosx si nx + c R
1
cos 2 x
= 1 + t an 2 x t anx + c ](2k − 1) π2 ; (2k + 1) π2 [(k ∈ Z)[ 2.27
Consigne
1
si n 2 x
= 1 + cot an 2 x −cot anx + c ]kπ; (k + 1)π[(k ∈ Z)[
1
1. Justifie que la fonction définie sur ]0; +∞[ par admet
x
des primitives sur ]0; +∞[.
Opérations sur les primitives
2. Comment appelle-t-on celle qui s’annule en 1.
u et v sont deux fonctions dérivables tells que u 0 et v 0
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
soient continues
Résolution 2.27

o
Fonctions Primitives Conditions
αu 0 αu Application 2.42

pr
u0 + v 0 u+v
u0 Détermine l’ensemble de définition de la fonction f définie
l n|u| u 6= 0 de R vers R par :
0
u

X
u −1
; n ∈ R − {1} 1. f (x) = l n(−x)
un (n − 1)u n−1
u0 p 2. f (x) = l n(2 − 3x)
p 2 u
TE
u 3. f (x) = l n|x 2 − 1|
u0e u u
e
µ ¶
2x − 3
1 2p 4. f (x) = l n
p ax + b ax + b > 0 5x − 2
n
ax + b a 5. f (x) = l n(x − 4) + l n(5x + 2)
1 1 b
l n|ax + b| ]− , +∞[ 6. f (x) = l n(−x 2 + 3x + 4)
Be

ax + b a a
1 ax+b Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
e ax+b e
a
1
u0un ; n ∈ N u n+1 Éléments de réponses 2.42
n +1
U

Consigne 2.28
Application 2.41
Soit a ∈ R∗+ . On donne u(x) = ax et f (x) = l n(ax).
O

1. f (x) = −12 ; 1. Justifie que ∀x ∈ R∗+ ; f (x) = (l n ◦ u)(x).


2. Démontre f est dérivable sur R∗+ et que ∀x ∈ R∗+ , f 0 (x) =
SS

2. f (x) = 5x 4 + 6x − 1 ; x 0 = 1; y 0 = 2
1
x .
3. f (x) = 2 x
x −1 3. Déduis-en l’existence d’une constante c telle que ∀x ∈
O

−4 R∗+ , f (x) − l n(x) = c, c ∈ R.


4. f (x) = p ; x 0 = 1; y 0 = 2
−4x + 2 4. Détermine c puis justifie que ∀x ∈ R∗+ , l n(ax) = l na +
D

2 l nx
5. f (x) = 3
x Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
6. f (x) = 5x( 52 x 2 − 7)2 ;
Résolution 2.28
3x 2 − 2x
7. f (x) = 3
(x − x 2 )2 Consigne 2.29
Dans chacun des cas ci-dessus détermine
Soit x et y deux éléments de ]0; +∞[.
A) les primitives de f .
µ ¶
1
1. Justifie que l n = −l nx (Tu pourras remarquer que
B) la primitive F de f telle que F (x 0 ) = y 0 µ ¶ x
1
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min 1=x ).
x
x
µ ¶
Éléments de réponses 2.41 2. Justifie que l n = l nx − l n y
y

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Fonction logarithme népérien Page 34 sur 46

Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min 6. Trace (C f ).


Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Résolution 2.29
Résolution 2.32
Application 2.43
Remarque 2.14
1. Exprime en fonction de lµn3 ¶et de l n5 chacun des Le nombre e est l’unique nombre réel tel que l ne = 1. On l’ap-
25
nombres suivants : l n45; l n pelle base du logarithme népérien.
3
2. Exprime en fonction de µl n2¶ et de l n3 chacun des
2 p 2.8.2 Dérivée et primitive
nombres suivants : 2l n ; l n(3 2); l n27 + 2l n8 −
3 Application 2.45
3l n108.
Pour chacune des fonctions de l’Application2.42,
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
1. détermine l’ensemble de dérivabilité
Éléments de réponses 2.43 2. calcule la dérivé f 0
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Consigne 2.30
Éléments de réponses 2.44
1. Justifie que la fonction l n est strictement croissante sur
Application 2.46
]0; +∞[.

o
2. On suppose que la fonction l n est majorée sur ]0; +∞[. Détermine les primitives sur K de la fonction f .
3
(a) On suppose que la fonction l n est majorée sur 1. f (x) = ; K =]2; +∞[

pr
2−x
]0; +∞[ l nx
i. Justifie qu’il existe l ∈ R tel que lim l nx = l . 2. f (x) = ; K =]0; +∞[
+∞ x

X
−4x − 2
ii. Justifie que si on pose u(x) = 2x alors on a : 3. f (x) = 2 ;K = R
lim l nu = l et lim l nu = l n2 + l x +x +1
+∞ +∞ 1
TE
4. f (x) = ; K =]1; +∞[
(b) Que peux-tu conclure ? xl nx
3. Détermine lim l nx Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
+∞
Éléments de réponses 2.45
n
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Be

Résolution 2.30 2.8.3 Équations-Inéquations


Consigne 2.31 Consigne 2.32
Soit a et b deux réels strictement positif. Démontre que :
Soit f la fonction définie sur ]0; +∞[ par f (x) = l nx − x + 1
U

1. l na < l nb ⇔ a < b
1. Étudie le sens de variation de f .
2. l na = l nb ⇔ a = b
2. Déduis-en que ∀x ∈]0; +∞[; l nx < x.
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
O

3. Soit x ∈ [1; +∞[


p p l nx Résolution 2.33
(a) Sachant que 0 ≤ l n x ≤ x. Justifie que 0 ≤
SS


x Retenons 2.3
2
p Soit a et b deux réels strictement positif.
x
1. l na < l nb ⇔ a < b
O

l nx
(b) Déduis-en lim
+∞ x 2. l na = l nb ⇔ a = b
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
D

Application 2.47
Résolution 2.31 Soit n ∈ N, résous dans R les équations et inéquations ci-
dessous
Application 2.44
1. l n(x − 2) = 0
On donne f (x) = l nx. 2. l n(3 − x) = l nx
3. l n(4 − x 2 ) = l n3x
1. Détermine D f . 4. l n|2x + 1| < 1
2. Calcule les limites aux bornes du domaine de définition. 5. l nx + l n(x + 1) ≤ l n6
3. Étudie les variations de f . 6. l n(2x − 1) ≤ l n(x + 1)
4. Donne l’équation de la tangente à (C ) au point d’abs- 7. (0, 85)n < 0, 5
cisse x 0 = 1 Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
5. Étudie les branches infinies de (C f ). Éléments de réponses 2.46

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Fonction exponentielle népérienne Page 35 sur 46

2.8.4 Fonction logarithme décimale 2.9.2 Équation-Inéquation


Consigne 2.33 Consigne 2.36

La fonction logarithme décimale, notée l og est la fonction Soit a et b deux nombres réels et r un nombre rationne Dé-
l nx montre que :
définie sur ]0; +∞[ par l og (x) =
l n10 1. e a = e b ⇐⇒ a = b
1. Étudie les variations de cette fonction.
2. e a < e b ⇐⇒ a < b
2. Calcule l og 1 et l og 10
3. e a+b = e a × e b
3. Démontre que ∀x > 0, y > 0 et r ∈ Qon a : 1
4. e −a = a
(a) l og (x.y) = l og x + l og y e
x
µ ¶ ea
(b) l og = l og x − l og y 5. e a−b = b
y e
(c) l og (x r ) = r l og x 6. (e a )r = e r a
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Résolution 2.37
Résolution 2.34
Proposition 2.2
2.9

o
Fonction exponentielle népérienne Pour tout nombre réel a et b on a : Pour tout nombre réels
a et b, et pour tout nombre rationnel r .

pr
2.9.1 Définition-dérivabilité 1. e a = e b ⇐⇒ a = b
2. e a < e b ⇐⇒ a < b
Consigne 2.34

X
3. e a+b = e a × e b
1. A partir de l’étude de la variation du logarithme népé- 1
4. e −a = a
rien , dresse le tableau de variation de la fonction exp.
TE e
2. Démontre que ea
5. e a−b = b
e
(a) ∀x ∈ R, exp(x) > 0
n
6. (e a )r = e r a
(b) ∀x ∈ R∗+ , exp(l nx) = x
Be

(c) ∀x ∈ R, l n[exp(x)] = x Application 2.48

3. Détermine les limites de la fonction exponentielle en Résous dans R les équations et inéquations ci-dessous
−∞ et en +∞
1. e x−3 = 4
4. Démontre que la fonction exp est une bijection de R sur
U

2. e x−3 < e x
R∗+
3. 3e 2x + 5e x − 2 ≥ 0
5. Démontre que la fonction exp est dérivable sur R et cal-
O

cule exp 0 (x) pour tout x ∈ R. 4. 3e 2x + 5e x − 2 < 0

Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
SS

Résolution 2.35 Éléments de réponses 2.47


O

Proposition 2.1 2.9.3 Dérivée-Primitive


1. ∀x ∈ R, exp(x) > 0 Consigne 2.37
D

2. ∀x ∈ R∗+ , exp(l nx) = x Montre que si u est une fonction dérivable sur un intervalle
3. ∀x ∈ R, l n[exp(x)] = x K alors la fonctionexp est dérivable sur K et ∀x ∈ K , (exp ◦
4. La fonction exp est une bijection de R sur R∗+ . Elle est u)0 (x) = u 0 (x) × exp[u(x)].
strictement croissante sur R. Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
5. La fonction exp est dérivable sur R et elle est égale à sa Résolution 2.38
propre dérivée. ∀x ∈ R, exp 0 (x) = exp(x)
Application 2.49
Consigne 2.35
Détermine la dérivée f de chacune des fonction ci-dessous
Soit r ∈ Q. Démontre que r = l n(e r ) → exp(r ) = e r . sur K .
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
f (x) = 2e −x + l n2; K = R
Résolution 2.36 g (x) = (e −x+2 + 3)e x ; K = R

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Fonctions exponentielles-Fonctions puissances Page 36 sur 46

h(x) = e 2x l nx; K =]0; +∞[ 2.10.2 Fonction exponentielle de base a(a > 0)
i (x) = e x − 2x + 1; K = R et a 6= 1
xe −x 2.10.3 Équation-Inéquation
q(x) = ;K = R
ex + 1
Consigne 2.39
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Soit a un nombre réel strictement positif et différent de 1, α


Éléments de réponses 2.48 et β deux nombres réels.
1. Démontre que (a α − a β ) ⇔ α − β.
Application 2.50
2. Démontre que :

On donne f (x) = e x . (a) Si 0 < a < 1 alors a α < a β ⇔ α > β.


(b) Si α > 1 alors a α < a β ⇔ α < β.
1. Détermine D f . Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
2. Calcule les limites aux bornes du domaine de définition.
Résolution 2.39
3. Étudie les variations de f .
4. Donne l’équation de la tangente à (C ) au point d’abs- Application 2.51

o
cisse 0.
Résous dans R les équations et inéquations ci-dessus
5. Étudie les branches infinies de (C f ).

pr
1. 2x+1 = 8
6. Trace (C f ).
2. 32x = 23
2 −1

X
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min 3. 3x ≥ 27
x
4. 7 ≤ 7−x+1
Éléments de réponses 2.49
TE
5. (x + 3)x = 1
6. 106x − 103x < 2
2.10 µ ¶2x−1 µ ¶x
1 1
n
Fonctions exponentielles-Fonctions 7.
2

2
Be

puissances Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Éléments de réponses 2.51


2.10.1 Puissance d’exposant réel d’un nombre
réel strictement positif
U

2.10.4 Fonction puissances d’exposant réel α


Consigne 2.38
f α : R∗+ → R∗+
O

x 7→ x α
a est un nombre réel strictement positif et α un nombre réel.
La fonction f α est dérivable sur R∗+ .
Le nombre réel a α est appelé puissance de a d’exposant α.
SS

On écrit a α = e αl na . 1. Si α < 0, f α est strictement décroissante sur R∗+

1. Montre que αl na = l na α . 2. Si α > 0, f α est strictement croissante sur R∗+


O

3. Si α est un nombre réel différent de 0, la fonction puis-


2. Soit a et b deux nombres réels strictement positifs, α et β
sance d’exposant α est une bijection de R∗+ sur R∗+ .
deux réels. Démontre chacune des inégalités suivantes :
D

(a) a α × b α = (ab)α Consigne 2.40

(b) a α × a β = a α+β α est un nombre réel différent de 0, a et b deux nombres réels


α β αβ strictement positifs.
(c) (a ) = a
a α ³ a ´α 1. Démontre que a α = b α ⇔ a = b
(d) α = .
b b 2. Démontre que
α
a (a) Si α < 0 alors a α < b α ⇔ a > b
(e) = a (α−β)

(b) Si α > O alors a α < b α ⇔ a < b
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Éléments de réponses 2.50 Résolution 2.40

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Calcul intégral Page 37 sur 46

2.10.5 Dérivée- Primitive Résolution 2.42

Application 2.52 Consigne 2.43


On considère la fonction f définie de R vers R par f (x) = Soit f et g deux fonctions continues sur un intervalle I , a ∈
x3−x . On désigne par (C ) la représentation graphique de f I ; b ∈ I tel que a < b.

− →−
dans un repère orthonormé (O; i ; j ). Z b
1. Détermine la limite de f en −∞ 1. Démontre que si f est positive sur I alors f (x)d x ≥ 0
a
xl n3 Z b
2. Détermine lim xl n3 . En déduire lim f (x).
+∞ e +∞ 2. Démontre que si f est négative sur I alors f (x)d x ≤ 0
a
3. Étudie les variations de f sur R. Z b
4. Construis (C ). 3. Démontre que si f ≥ g sur I alors f (x)d x ≥
Z b a
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
g (x)d x
a
Éléments de réponses 2.52 ¯Z
¯ b
¯ Z
¯ b
4. Démontre que ¯¯ f (x)d x ¯¯ ≤ | f (x)|d x
a a
2.11 5. On suppose qu’il existe un réel M tel que pour tout x ∈
Calcul intégral Z b
[a; b], | f (x)| ≤ M . Démontre que | f (x)|d x ≤ M |b − a|
a

o
2.11.1 Intégrale des fonctions continues sur un Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

pr
intervalle Résolution 2.43
Consigne 2.41
2.11.2 Inégalité de la moyenne

X
Soit la fonction f définie sur R par f (x) = x 2 − 2x. Détermine
les primitives F de f sur R puis calcule F (2) − F (−1). Soit f une fonction continue sur un intervalle [a, b](a <
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
TE
b), m et M des nombres réels :
Z b
1
Résolution 2.41 1. Si ∀x ∈ [a; b], m ≤ f (x) ≤ M alors m ≤ f (x)d x ≤
b−a a
M (C’est l’inégalité de la moyenne).
n
Remarque 2.15
2. Il existe au moins un nombre réel c ∈ [a; b] tel que f (c) =
Be

Z b 1
Z b
1
Z b
1. L’écriture f (x)d x se lit "somme ou intégrale a et b de f (x)d x. Le nombre f (x)d x est appelé
a b−a a b−a a
f (x)d x" la valeur moyenne de f sur [a; b].
2. L’écriture [F (x)]ba se lit "F (x) pris entre a et b."
Application 2.53
U

3. Les réels a et b sont les bornes de l’intervalle.


4. La lettre x peut être remplacé par toute autre lettre (sauf Calcule la valeur moyenne sur l’intervalle K de la fonction f
O

par a et b), x est appelé variable muette. définie ci-dessous :


1. f (x) = x 2 ; K = [1; 2]
Consigne 2.42
SS

si nπx
· ¸
1
2. f (x) = ; K = 0;
Soient f et g deux fonctions continues sur intervalle I , a et b 2 2
deux éléments de I . Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
O

1. Démontre que
Z b Z a Éléments de réponses 2.53
(a) f (x)d x = − f (x)d x
D

a b
Z a 2.11.3 Intégration des fonctions paires et des
(b) f (x)d x = 0 fonctions impaires
a
Z c
Consigne 2.44
2. Soit c un élément de I , démontre que : f (x)d x =
Z b Z c a
Soit f une fonction continue sur intervalle I continue sur un
f (x)d x + f (x)d x
a b intervalle I contenant 0, a un élément de I .
3. Soit α un nombre réel, démontre que : 1. Démontre que si f est paire sur I alors :
Z b Z b Z b Z 0 Z a
(a) ( f + g )(x)d x = f (x)d x + g (x)d x (a) f (x)d x = f (x)d x
a a a −a 0
Z b Z b Z a Z a
(b) α f (x)d x = α f (x)d x (b) f (x)d x = 2 f (x)d x
a a −a 0
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min 2. Démontre que si f est impaire sur I alors :

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Calcul intégral Page 38 sur 46

Z 0 Z a
(a) f (x)d x = − f (x)d x 2.11.6 Calcul d’aire
−a 0 →
− → −
Z a Le plan est rapporté à un repère orthonormé (O; i ; j ). On
(b) f (x)d x = 0 appelle unité d’aires le produit des unités graphiques don-
−a →
− →

Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min nées : c’est l’aire du rectangle déterminé par i et j .

− → −
Résolution 2.44 Exemple 2.2 Le plan est muni du repère (O; i ; j ) tel que

− →

k i k = 2cm et k j k = 3cm. Ainsi l’unité d’aires est u.a = 2cm ×
3cm = 6cm 2
2.11.4 Intégration des fonctions périodiques
1. f est positive sur [a; b]
Consigne 2.45

Soit f une fonction continue sur R et périodique de période


T , a et b deux nombres réels.
Z b+T Z b
1. Démontre que f (x)d x = f (x)d x.
a+T a
Z a+T Z T
2. Montre que f (x)d x = f (x)d x.
a 0
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

o
Résolution 2.45

pr
Application 2.54 L’aire du domaine délimité par la courbe (C f ) l’axe des
abscisses et les droites d’équations x = a et x = b est
Calcule les intégrales suivantes : donnée par la formule
Z 2π

X
Z b
1. (x − si nx)d x
−2π A= f (x)d x u.a (2.9)
2π a
Z
TE
2. (x 2 − cosx)d x
−2π 2. f est négative sur [a; b]
Z π
2
3. (cosx − si nx)d x
n
− π2
Z π
3
Be

4. t anxd x
− π3
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Éléments de réponses 2.54


U

2.11.5 Intégration par parties


O

Consigne 2.46
L’aire du domaine délimité par la courbe (C f ) l’axe des
SS

Soit f et g deux fonctions dérivables sur un intervalle [a; b] abscisses et les droites d’équations x = a et x = b est
telles que les dérivées f 0 et g 0 sont continues sur [a; b]. Dé- donnée par la formule
Z b Z b
¤b
f 0 (x)g (x)d x = f (x)g (x) a − g 0 (x) f (x)d x
£ Z b
montre que
O

a a A =− f (x)d x u.a (2.10)


Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min a

3. f est négative sur [a; b] et positive sur [b; c].


D

Résolution 2.46

Application 2.55

A l’aide d’une intégration par partie, montre que :


Z 2
1. l nxd x = 2l n2 − 1
1
Z 2
2. (x + 2)e x+1 d x = 3e 3
−1
Z π

3. (2x 2 − 1)cos3xd x = −
0 3
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Éléments de réponses 2.55

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Calcul intégral Page 39 sur 46

L’aire du domaine délimité par la courbe (C f ) l’axe des 2. Calcule l’aire A du domaine plan D limité par la courbe
abscisses et les droites d’équations x = a; x = bet x = c (C ), l’axe des abscisses et les droites d’équations x =
est donnée par la formule 0; x = 2
·Z c Z b ¸ 3. Calcule le volume V de la portion de l’espace engendrée
A= f (x)d x − f (x)d x u.a (2.11) par la rotation de D autour de l’axe des abscisses.
b a
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
4. f et g sont deux fonctions continue sur [a; b] tel que
f (x) ≤ g (x). Éléments de réponses 2.57

2.11.8 Valeur approchée d’une intégrale


On se propose de trouver une valeur approchée de I =
Z b
f (x)d x où f est une fonction continue sur [a; b]. On sup-
a
pose que ∀x ∈ [a; b]; f (x) ≥ 0. I représente l’aire en unité
d’aire du domaine délimité par (C f ) l’axe des abscisses et les
droites d’équations x = a et x = b l’idée est donc d’encadrer
ce domaine par des domaines d’aires facile à calculer.
L’aire du domaine délimité par la courbe (C f ) ; (Cg ) l’axe
des abscisses et les droites d’équations x = a et x = b est
1) Méthode des rectangles

o
donnée par la formule
b b Soit n ≥ 2. On subdivise l’intervalle [a; b] en n intervalles

pr
·Z Z ¸
A= g (x)d x − f (x)d x u.a (2.12) de même amplitude. L’amplitude commun de chacun des
a a b−a
intervalles est , les extrémités des intervalles obtenues
Application 2.56 n

X
b−a
sont x i = a + i .
On donne f (x) = x 2 . Calcule l’aire du domaine délimité parla n
courbes (C f ), l’axe des abscisses et les droites d’équations x =
TE
1 et x = 3. L’unité graphique est de 2cm.
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
n
Éléments de réponses 2.56
Be

2.11.7 Calcul de volume


Soit un solide de l’espace délimité par les plans (P a ) et
(P b ) d’équations respectives z = a et z = b(a < b).
U
O

Nous admettons que


SS

b − a n−1 b−a Xn
f (x i ) et S n0 =
X
Sn = f (x i ) (2.13)
n i =0 n i =1
O

Z b
sont les valeurs approchées de I = f (x)d x par la méthode
D

a
des rectangles.
. On désigne par V le volume de cet solide et s(t ) l’aire de la
section du solide par le plan (P t ) d’équation z = t (a ≤ t ≤ b).
2) Méthodes des trapèzes
fonction t¶ 7→ s(t ) est continue sur [a; b] alors on a :
Si laµZ
b
V = s(t )d t ×uv. L’espace étant muni d’un repère ortho-
a
gonal (O, I , J , K ), l’unité de volume noté uv est le volume du
parallélépipède construit à partir des points O, I , J , K

Application 2.57

Soit la fonction f définie par f (x) = x 2 − 2x + 2.


1. Étudie les variations de f et trace sa courbe représenta-

− →

tive (C ) dans un repère orthonormé (O; i ; j ).

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Équations différentielles linéaires à coefficients constants Page 40 sur 46

b
(a) Résous dans R, l’équation différentielle (E 1 ) : y 0 =
Z
1.
On démontre que la valeur approchée de I = f (x)d x par
a 2x − e 1−x .
S n + S n0
la méthode des trapèzes est D n = . (b) Détermine la solution (E 10 ) vérifiant y(1) = 0.
2
2. (a) Résous dans R, l’équation différentielle (E 2 ) : y 00 =
Application 2.58 e 2x − cosx

Trouve une valeur approchée de en subdivisant l’intervalle (b) Détermine la solution (E 20 ) vérifiant y 0 (0) = 0 et
Z 2
1 y(0) = 0
[1; 2] en 10 intervalle de même amplitude l n2 = d x.
1 x Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Éléments de réponses 2.58 Éléments de réponses 2.60

2.11.9 Fonction définies par une intégrale 2.12.3 Équation différentielle du type a y 0 + b y =
0 où a et b sont des constantes réelles
Soit f une fonction continue sur un intervalle
Z x I conte- avec a 6= 0
nant a. La fonction F définie sur I par F (x) = f (t )d t est
a Soit a et b deux nombres réels avec a 6= 0.
l’unique primitive de la fonction f qui prend la valeur 0 en a.
1. Les solutions sur R de l’équation différentielle a y 0 +b y =
b
Application 2.59 0 sont les fonctions x 7→ ke − a x , avec k une constante

o
réelle.
x et
Z

pr
Soit F la fonction définie de ]0; +∞[ vers R par F (x) = dt 2. Pour tout couple (x 0 ; y 0 ) de nombres réels, l’équation
1 t
et (CF ) sa courbe représentative. différentielle a y 0 +b y = 0 admet une unique solution sur
R qui prend la valeur y 0 en x 0 .
1. Détermine l’ensemble de définition D F de F .

X
2. Étudie le sens de variation de F sur D F . Application 2.61
3. Étudie le signe de la fonction f définie par f (x) = F (x) −
TE
p
l nx. En déduire lim F (x) et lim F (x) On donne (E 1 ) : 2y 0 −3y = 0; (E 2 ) : y 0 + 2y = 0; (E 3 ) : −y 0 +2y =
0+ +∞
0
4. Étudie les branches infinies de (CF ) et tracer sa courbe.
1. Résous dans R, les équations différentielles (E 1 ); (E 2 ) et
n
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min (E 3 ).
Be

Éléments de réponses 2.59 2. Détermine la solution de (E 3 ) vérifiant y(3) = −2.


Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
2.12 Éléments de réponses 2.61
Équations différentielles linéaires à
U

coefficients constants
2.12.4 Équation différentielle du type a y 00 +b y 0 +
O

cy = 0
2.12.1 Généralités
SS

Soit a ∈ R∗ ; (b; c) ∈ R2 . On appelle équation différentielle


On appelle équation différentielle d’ordre n toute relation
linéaire du deuxième ordre à coefficient constant et sans
reliant une fonction inconnue supposé n fois dérivable à ces
second membre toute équation pouvant se mettre sous la
dérivées successives d’ordre inférieur ou égaux à 1. En géné-
forme (E ) : a y 00 + b y 0 + c y = 0. L’équation du second degré
O

ral dans une équation différentielle la fonction inconnue est


d’inconnue réel ou complexe r : ar 2 + br + c = 0 est appelé
notée y et ses dérivées successives y 0 ; y 00 ; y (3) ; · · · ; y (n) . La va-
équation caractéristique associée à l’équation différentielle
D

riable x dont dépend l’équation peut apparaître dans l’équa-


(E ).
tion différentielle.
Théorème 2.5 Nous démontrons et nous admettons que :
2.12.2 Solution d’une équation différentielle
1. si l’équation caractéristique de (E ) admet :
• Étant donné une équation différentielle d’ordre n, on
appelle solution de l’équation différentielle, toutes fonc- (a) deux racines réelle distinctes r 1 et r 2 alors les solu-
tions f définie sur un intervalle I de Rn fois dérivable sur tions de (E ) sont les fonctions
I et vérifiant la relation donné pour tout x ∈ I . f A;B : R −→ R
x 7−→ Ae r 1 x + B e r 2 x ; (A; B ) ∈ R2
• Résoudre ou intégrer une équation différentielle, c’est
trouvé toutes les fonctions f définie sur un intervalle I (b) deux racines doubles r 0 alors les solutions de
et qui vérifie l’équation différentielle. l’équation (E ) sont les fonctions
f A;B : R −→ R
Application 2.60 x 7−→ (Ax + B )e r 0 x ; (A; B ) ∈ R2

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Suites numériques Page 41 sur 46

(c) deux racines complexes conjuguées r 1 = α + i β et


r 2 = α − i β alors les solutions de (E ) sont les fonc-
2.13
Suites numériques
tions
f A;B : R −→ R
x 7−→ e αx (Acosβx + B si nβx)(A; B ) ∈ R2 2.13.1 Généralités sur les suites
3
2. Étant donné (x 0 ; y 0 ; z 0 ) ∈ R il existe une unique solution
2.13.2 Raisonnement par récurrence
f de (E ) tel que f (x 0 ) = y 0 et f 0 (x 0 ) = z 0
Le raisonnement par récurrence est un procédé qui per-
Application 2.62 met de démontrer qu’une proposition P (n) est vraie pour
tout entier naturel n supérieur ou égal à un entier naturel n 0
(E 1 ) : y 00 + y 0 − 6y = 0 donné. Il se fait en deux étapes :
(E 2 ) : y 00 + 6y 0 + 9y = 0
1. On démontre que la proposition P (n) est vraie pour le
(E 3 ) : y 00 − 6y 0 + 13y = 0 premier rang n 0 de n.
(E 4 ) : y 00 + 4y = 0 2. On suppose que pour tout entier naturel k ≥ n 0 , P (k)
1. Résous les équations différentielles ci-dessus. est vraie et on démontre que P (k + 1) est vraie puis on
conclure.
2. Détermine la solution f de (E 1 ) qui vérifie f (0) = 1 et
f 0 (0) = −8
2.13.3 Suites arithmétiques
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

o
(
u0 =2
Éléments de réponses 2.62 Exemple 2.3
u n+1 = u n − 3

pr
La suite (u n )n∈N ainsi définie est une suite arithmétique de rai-
2.12.5 Équation différentielle du type y 0 = f (x) son −3 et de premier terme 2
et y 00 = g (x)
Soit f et g deux fonctions continue sur I .

X
2.13.4 Suites géométriques
1. Les solutions sur I de l’équation différentielle y = f (x) 0
TE
5

v
Zsont les primitives de f sur I . Si a ∈ I alors ∀x ∈ I ; y(x) =
x Exemple 2.4
0 =
4
f (t )d t + k; k ∈ R. ∀n ∈ N, v
n+1 = −2v n
n
a
La suite (v n )n∈N ainsi définie est une suite géométrique de rai-
2. Les solutions sur I de l’équation différentielle y 00 = g (x) 5
son −2 et de premier terme
Be

sont les primitives des primitives de g sur I . 4

Application 2.63 Application 2.65

Résous les équations ci-après :


µ ¶nconsidère les suites v n = 2n − 1; n ∈ N et w n = 3 ×

On
U

(E 1 ) : y 0 = e −2x + x; x ∈ R. 1
; n ∈ N.
1 2
(E 2 ) : y 00 = 2 ; x ∈]0; +∞[
O

x 1. Démontre que (v n ) est une suite arithmétique et que


1 (w n ) est une suite géométrique (tu préciseras la raison
(E 3 ) : y 00 = ; x ∈]0; +∞[
SS

x et le premier terme).
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min 2. Calcule la somme des 20 premiers termes de chacune
des suites.
Éléments de réponses 2.63
O

Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min


Application 2.64
D

Éléments de réponses 2.65


On considère l’équation différentielle (E ) : 4y 00 +4y 0 +y = x+2.
1. Prouve que la fonction g définie par g (x) = x − 2 est une 2.13.5 Suite majorées, suites minorées, suites
solution de (E ). bornées
2. On note (E 1 ) l’équation différentielle 4y 00 + 4y 0 + y = 0.
Démontre qu’une fonction f est solution de (E ) si et Soit (u n )n∈N une suite numérique.
seulement si la fonction h = f − g est solution de (E 1 ) 1. (u n ) est majorée s’il existe un nombre réel M tel que
3. Résous (E 1 ) et en déduire les solution de (E ). ∀n ∈ N, u n ≤ M .

4. Détermine la fonction f 0 solution de (E ) qui vérifie les 2. (u n ) est minorée s’il existe un nombre réel m tel que
conditions f 0 (0) = 0 et f 00 (0) = 1 ∀n ∈ N, u n ≥ m.
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min 3. (u n ) est bornée si elle est à la fois majorée et minorée.

Éléments de réponses 2.64 Application 2.66

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Statistique Page 42 sur 46

1. Démontre
 que la suite (u n ) est majorée par 6. 2.13.8 Limite d’une suite convergente
u 0 = −1
(u n ) 1 2.13.9 Limite d’une suite du type Un = f (n) où f
Un+1 = u n + 3; ∀n ∈ N
2 est une fonction numérique
2. En utilisant le raisonnement par récurrence, démontre
Si la suite (u n ) est telle que Un = f (n) où f est une suite
que pour tout entier naturel n non nul, on a
numérique et si lim f (x) = l alors lim Un = l
n(n + 1) +∞ +∞
(a) 1 + 2 + · · · + n =
2
n(n + 1)(2n + 1)
2 2
(b) 1 + 2 + · · · + n = 2 2.13.10 Limite d’une suite du type Vn = f (Un )
6
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min Soit f une fonction définie et continue sur un intervalle I et
(Un ) une suite à valeur dans I . Si lim Un = a et lim f = l alors
+∞ a
Éléments de réponses 2.66 lim Vn = l
+∞

2.13.6 Sens de variation d’une suite


2.13.11 Limite d’une suite de type Un+1 = f (Un )
Pour étudier le sens de variation d’une suite définie par
une formule explicite, on peut utiliser l’une des méthodes Soit f une fonction définie et continue sur un intervalle I
suivantes : et (Un ) une suite à valeur dans I définie par la formule de
1. Méthode algébrique : étudier le signe de u n+1 − u n récurrence Un+1 = f (Un ). Si (Un ) converge vers l alors l est

o
solution de l’équation f (x) = x dans I .
(a) Si u n+1 − u n ≥ 0 alors la suite (u n ) est croissante.

pr
(b) Si u n+1 − u n ≤ 0 alors la suite (u n ) est décroissante.
2. Méthode fonctionnelle 2.13.12 Limites des suites divergentes
Lorsque la fonction u n = f (n). Étudier le sens de varia-
2.13.13 Croissances comparées

X
tion de la fonction f .
(a) Si f est croissante sur [n 0 ; +∞[ alors la suite (u n ) Soit a ∈ R∗+ et α ∈ R+
TE
est croissante à partir du rang n 0 . an
1. Si a > 1 alors lim = +∞
(b) Si f est décroissante sur [n 0 ; +∞[ alors la suite (u n ) +∞ n α
est décroissante à partir du rang n 0 . an
2. Si a < 1 alors lim α = 0
n
+∞ n
Application 2.67
Be

1 Application 2.69
Soit les suites (Un )n∈N∗ et (Vn )n∈N définie par : Un =
n(n + 1)
Soit (Un )n une suite définie
(
V0 = −1 
et . Étudie le sens de variation U0 =0
Vn+1 = Vn 2 + Vn + 1; ∀n ∈ N
U

par : 2Un + 3
de chacune des suites (Un ) et (Vn ). Un+1 = ; ∀n ≥ 0
Un + 4
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
1. (a) Démontre par récurrence que pour tout entier na-
O

Éléments de réponses 2.67 turel n ≥ 1, 0 < Un < 2.


SS

(b) Démontre que la suite (Un )n est croissante.


2.13.7 Convergence et divergence d’une suite Un − 1
numérique 2. Soit (Vn )n la suite définie par Vn =
Un + 3
O

Théorème 2.6 (Limite de la suite géométrique (q n )) (a) Démontre que (Vn )n est une suite géométrique (tu
préciseras la raison et le premier terme)
Soit qun nombre réel.
D

(b) Exprime Vn puis Un en fonction de n


1. Si q > 1 alors lim q n = +∞
n→+∞ (c) En déduire la limite de la suite (Un )n .
2. Si q = 1 alors q n est constante et lim q n = 1
n→+∞ Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
3. Si −1 < q < 1 alors lim q n = 0
n→+∞
4. Si q ≤ −1 alors (q n ) n’a pas de limite. Éléments de réponses 2.69

Application 2.68

en
2.14
Étudier la convergence de la suite u n = définie pour
Statistique
−n + e n
n ∈ N.
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min 2.14.1 Statistique à un caractère quantitatif
Éléments de réponses 2.68 Activité 2.10

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Statistique Page 43 sur 46

Après une série de devoir surveillé on a relevé les notes de 2.14.4 Point moyen
mathématiques de 15 élèves d’une classe de terminale D. Ces
notes sont les suivantes : Soit (x i ; y j ; n i j ) une série statistique à deux caractères
8 17 14 14 17 quantitatifs. On appelle point moyen de nuage de nuage de
14 8 14 14 9 points, le point G de coordonnées (x; → −y ) où x et y désignent

9 9 10 9 9 les moyennes respectives des séries marginales (x i ; y i ) et


On désigne par x i la note obtenue par un élève en mathéma- (x j ; y j ). On a
tiques et par n i le nombre d’élèves ayant obtenue la note x i . P
nj yj
P
ni xi
x= et y= (2.14)
Consigne 2.47 N N

1. Établis le tableau des effectifs et des fréquences de cette 2.14.5 Ajustement linéaire
série statistique.
Les nuages de points peuvent avoir différentes formes :
2. Calcule la moyenne, la variance et l’écart-type de cette
série statistique. 1. Le cas le plus simple est celui où les points se répar-
tissent assez régulièrement autour d’une droite. Cette
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
forme de nuage suggère une relation de la forme y =
ax + b (équation de droite).
Résolution 2.47
2. Si les points se répartissent autour d’une parabole, on
cherche une relation de la forme y = ax 2 + bx + x; a 6= 0
2.14.2 Statistique à deux caractères quantitatifs

o
(équation d’une parabole).
Activité 2.11

pr
3. D’une manière générale, si les points se répartissent cor-
rectement autour d’une courbe connue , on cherche une
On a relevé les notes sur 20 en maths (x i ) et en PCT (y j ) de 10
relation du type y = f (x) qui est l’équation de la courbe.
élèves d’une classe de terminale D. On obtient les résultats

X
suivants : Ainsi ajuster un nuage de points consiste à déterminer une
xi 8 3 2 8 9 11 5 8 6 9 courbe simple passant le plus proche possible des points du
yj 7 5 1 7 10 13 4 6 6 8
TE
nuage. Si la courbe recherchée est une droite, l’ajustement est
On désigne par x i la note obtenue par un élève en mathéma- dit linéaire ou affine. Cette droite trouvée est appelée droite
tiques, n i le nombre d’élèves ayant obtenu la note y j et par de régression. Pour déterminer son équation on peut utiliser
n i j le nombre d’élèves ayant obtenu la note x i en mathéma- les méthodes suivantes :
n
tiques et y j en PCT.
1. Méthode de moindres carrées ordinaires
Be

Consigne 2.48 (a) Covariance Soit x et y deux caractères étudiés


sur une même population. On appelle covariance
1. Établis le tableau des effectifs des séries marginales de la série double (X ; Y ) le nombre réel noté
(x i ; n i ) et (y j ; n j ). cov(X , Y ) donnée par
U

2. Calcule la moyenne de la série marginale (y j ; n j ). P


ni j xi y j
3. Établis le tableau des de la série double (x i ; y j ; n i j ). cov(x; y) = −xy (2.15)
O

N
4. Construis, dans un repère orthogonal l’ensemble des
points M (x i ; y j ). (b) Équation de régression Soit (x, y) deux caractères
SS

Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min étudiés sur une même population tel que l’ajuste-
ment du nuage de point représentant cette série
Résolution 2.48 soit linéaire.
O

i. La droite de régression de y en x a pour


Retenons 2.4 équation
D

A partir de ce tableau, on peut obtenir les statistiques (x i ; n i ) cov(x, y)


et (y j ; n j ). Elles sont appelées séries marginales de la série y = ax+b avec a= et b = y−ax
V (x)
double (x i ; y j ; n i j ). (2.16)
ii. La droite de régression de x en y a pour
2.14.3 Nuages de points associé à une série équation
double
cov(x, y)
x =0 y+b 0 avec a0 = et b 0 = x−a 0 y
Soit (x i ; y j ; n i j ) une série statistique à deux caractères V (y)
quantitatifs. Le plan est muni d’un repère orthogonal (O; I ; J ). (2.17)
L’ensemble des points M i j (x i ; y j ) est appelé nuage de points (c) Variance de x et variance de y
associés à la série.
On représente ce nuage par des points pondérés, on in- P
ni xi 2
P
nj yj 2
dique à côté de chaque point M i j l’effectif n i j . V (x) = − x 2 ;V (y) = − y 2 (2.18)
N N

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Statistique Page 44 sur 46

2. Méthode de Mayer (le principe) (a) Peut-on estimer la note de mathématiques d’un
candidat ayant obtenu 12 en SVT ?
L’ensemble des points à ajuster est partagé en deux par- (b) Quelle est la note de SVT d’un candidat ayant ob-
ties disjoints E 1 et E 2 de même effectif dans l’ordre où tenu 13 en mathématiques ?
les points se représente.
5. Une enquête menée auprès des ces candidats a relevé
Les deux parties E 1 et E 2 sont alors remplacés respec- que :
tivement par les points G 1 et G 2 des nuages de points
• le jury est composée de40% de garçons et de 60%
qu’ils représentent. La droite (G 1G 2 ) représente la droite
de filles
d’ajustement linéaire et elle a pour équation y = ax + b
yG − yG 1 • 60% des filles et 30% des garçons aiment la SVT
avec a = 2 et b = yG 1 − axG 1 ; (xG 2 6= xG 1 ).
xG 2 − xG 1 On choisit au hasard un candidat dans ce jury.
(a) Quelle est la probabilité pour que ce candidat aime
2.14.6 Coefficient de corrélation la SVT ?
On appelle coefficient de corrélation d’une série statis- (b) Sachant que le candidat aime la SVT, quelle est la
tique double de caractère (x, y) le nombre réel r défini par : probabilité qu’elle soit une fille ?
cov(x; y) Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
r=p (2.19)
V (x)V (y)
Éléments de réponses 2.70
Note 2.2

o
1. (a) Si |r | = 1 alors tous les points de nuage sont alignés.

pr
L’ajustement linéaire est dit parfait. Les résultats
sont fiables.
(b) Si 0, 87 ≤ |r | < 1, alors on dit qu’il y aune forte corré-

X
lation linéaire entre les variables. Les résultats sont
encore fiables.
TE
(c) Si |r | < 0, 87, alors on dit que la liaison est lâche. Les
résultats ne sont pas fiables.
(d) Si || est voisin de 0 alors on dit qu’il y a indépen-
n
dance linéaire entre les deux variables.
Be

2. ∆ et ∆0 sont deux droites de régression d’équations res-


pectives y = ax + b et x = a y 0 + b 0 .
(a) Le point d’intersection de ∆ et ∆0 est le point
moyen G de la série statistique.
U

(b) r 2 = a × a 0
p
(c) Si a et a 0 sont positifs alors r =a × a0
p
O

0
(d) Si a et a sont négatifs alors r = − a × a 0
SS

Application 2.70

Dans un jury de baccalauréat série D session 2007, un


professeur a relevé la note x i de SVT et la note y j de ma-
O

thématiques de 10 candidats. Les résultats obtenues se


présentent comme suit :
D

xi 1 3 4 6 8 9 11 14 13 13
yj 1 2 4 4 5 7 8 9 12 14

1. Représente le nuage de points de cette série statistique.


2. Détermine une équation cartésienne de la droite de ré-
gression de y en x par :
(a) la méthode des moindres carrées
(b) la méthode de Mayer
3. Calcule le coefficient de corrélation linéaire et donne
une interprétation du résultat.
4. Les études statistiques ont montré que l’échantillon des
10 candidats choisis est représentatif de la population
formée par les candidats de ce jury.

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


SITUATION D’APPRENTISSAGE n° 3

LIEUX GÉOMÉTRIQUES DANS LE PLAN


Situation de départ : La coupe Codjo est un élève en 3.1
classe terminale. Son frère aîné Adotévi, un étudiant, l’envoie Similitudes planes directe
chez son couturier pour la confection d’un gilet. Il dessine la
coupe du gilet sur une feuille de papier et la lui remet avec
le tissu. Impressionné, Codjo désire savoir les principes ma- 3.1.1 Écritures complexes de quelques transfor-
thématiques qui ont guidé son frère dans la réalisation de ce mations planes
dessin.
Le plan est muni d’un repère orthonormé direct (O; →

u ;→
−v ).
On appelle écriture complexe d’une application f du plan
dans lui même ; l’expression de z 0 en fonction de z ou z est
l’affixe d’un point quelconque M du plan et z 0 l’affixe de
M 0 = f (M ).

Consigne 3.1 :Écriture complexe d’une translation

Soit →

u un vecteur du plan d’affixe b ; t la translation du vec-

o
teur →
−u , M (z) un point quelconque du plan d’affixe z, M 0 (z 0 )

pr
Tâche Tu vas te construire des connaissances nouvelles en l’image de M par la translation t , d’affixe z 0 . Détermine l’écri-
mathématique. Pour cela tu auras à : ture complexe de t .
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
Activité.0

X
Résolution 3.1
TE
1. Lis le texte de la situation de départ.
Consigne 3.2 (Écriture complexe d’une homothétie)
2. Reformule le problème en tes propres termes.
Soit Ω(ω) un point donné de P , k un nombre réel non nul,
3. Formules toutes les idées et questions que t’inspire la si- h l’homothétie de centre Ω et de rapport k. Détermine l’écri-
n
tuation de départ. ture complexe de h.
Be

Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min


Dans toute cette SA, E désigne l’espace et W l’ensemble
des vecteurs de l’espace.
Résolution 3.2

Note 3.1 Consigne 3.3 (Écriture complexe d’une rotation)


U

Soit θ un nombre réel et Ω(ω) un point donné de P , r la rota-


1. Soit →

u un vecteur du plan. On appelle translation t de tion de centre Ω et d’angle θ. Détermine l’écriture complexe
O

vecteur →
−u , l’application du plan dans lui même qui a de r .
tout point M associe le point M 0 tel que Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min
SS

0
−−−→0 →

t→ Résolution 3.3
u (M ) = M ⇔ M M = u
− (3.1)

Retenons 3.1
O

2. Soit Ω un point donné du plan et k un nombre réel non


nul. On appelle homothétie h de centre Ω et de rapport Transformations Écritures complexes
D

k, l’application du plan dans lui même qui à tout point Translation de centre Ω et de rapport k z0 = z + b
M associe le point M 0 tel que Homothétie de centre Ω et de rapport k 0
z − z Ω = k(z − z Ω )
Rotation decentre Ω etd’angle θ z 0 − z Ω = e i θ (z − z Ω )
−−−→ −−→
h(M ) = M 0 ⇔ ΩM 0 = k ΩM . (3.2)
Application 3.1

3. Soit Ω un point donné du plan et θ un nombre réel. On


µ ¶
3
1. Soit A(2+3i ); B (4+6i ) et O 1 + i Détermine l’écriture
appelle rotation r de centre Ω et d’angle θ, l’applica- 2
tion du plan dans lui-même qui à tout point M associe complexe de la similitude plane directe f qui transforme
le point M 0 tel que : O en A et A en B (tu préciseras sa nature et ses caracté-
ristiques ).
• Si M = Ω alors M 0 = Ω
2. Détermine la nature et les éléments caractéristiques des
applications de P dans P ci-dessous :
(
ΩM 0 = ΩM
• Si M 6= Ω alors −−→ −−−→0
mes(ΩM ; ωM ) = θ (a) g : z 0 = −2z + 2 + 3i

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU


Similitudes planes directe Page 46 sur 46

à p !
0 1 3
(b) h : z = +i z +i
2 2
Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Éléments de réponses 3.1

Note 3.2

Soit f une similitude plane directe d’écriture complexe z 0 =


az + b; a ∈ C∗
1. Si a = 1 alors f est la translation de vecteur →

u d’affixe b .
2. Si a ∈ R∗ − {1} alors f est l’homothétie de centre Ω d’af-
b
fixe et de rapport a
1−a
3. Si a ∈ C∗ − R et |a| = 1 alors f est la rotation de centre Ω
b
d’affixe et d’angle ar g (a)
1−a
4. Si a ∈ C − R et |a| 6= 1 alors f est la composée de la
b
rotation de centre Ω d’affixe , d’angle ar g (a) et de
1−a

o
b
l’homothétie de centre Ω d’affixe et de rapport |a|
1−a

pr
Ω; ar g (a) et |a| sont les éléments caractéristiques de la com-
posée.

Application 3.2

X
TE
Le plan est rapporté à un repère orthonormé (O; → −
u ;→
−v ). Soit
s la transformation ( qui associe au point M (x; y), le point
0
x = −x − y + 4
n
M 0 (x 0 ; y 0 ) tel que
y0 = x − y + 8
Be

1. On désigne par z l’affixe du point M et par z 0 celle du


point M 0 . Donne l’écriture complexe de s.
2. Donne la nature et les éléments caractéristiques de s.
3. Détermine p l’ensemble (Γ) des points M d’affixe z tels
U

que |z 0 | = 3 2.
4. Détermine une équation cartésienne de (C 0 ) image de
O

(Γ) par s.
h la transformation
5. Soit p p du plan d’écriture complexe
SS

0 2 2
z = z+ + i . Détermine la nature et les éléments
2 2
caractéristique de h.
O

6. On pose f = h ◦ s.
(a) Détermine l’écriture complexe de f .
D

(b) Détermine la nature de f .


Stratégie : T I :...... min T G :......min T C : ....... min

Éléments de réponses 3.2

Ben TEX Production Prof Benjamin DOSSOU