Vous êtes sur la page 1sur 120

51UNITIONS D'AliTILLIilîî;v

ETJWETSDES

-[-, '-l"

""1" 14-'!-' r 11

] -I'

S

PROJECTILES

'1-) -] )("

-J'

1

-"

t-

rI' T l

S

(OFiqCîîiKS-ÉLKVESD^HTILLERIE)

4 Leçons-,.r

?

Par P. FARSAC, Chef d'Escadron d'Arlillerie,

Professeur.

Khograpliic de

v

Novembre 1911

,

;

l'Ecole d'Applicnliun del'Artillerie et du Génie.

COURS

D'ARTILLERIE

MUNITIONS D'ARTILLERIE ET EFFETS DES PROJECTILES

(OFFICIERS-ÉLÈVES D'ARTILLERIE)

4 Leçons

Par P.FARSAC,Chefd'Escadrond'Artillerie,

Professeur.

Lithographie de

Novembre 1911

l'Ecole d'Application

de

;.-

-

l'Artillerie et

du

Génie.

L'étude de l'efficacité de l'obus à balles de

sur les buts animés a été exposée a l'am-

Mr

par

l'efficacité

sur étude n'a pas été

campagne

phithéâtre conformément à la méthode donnée

le Général TARIEL dans

du tir"

(

Novembre 1908

son

"Etude

). Cette

reproduite danc le présent cours.

OUVRAGES

CONSULTES

Cours antérieurs de l'Ecole d'Application.

Artillerie navale par le Colonel L. Jacob.

Note ministérielle sur les effets du tir des

le 11 Février 1897.

Bouches à feu de sige,

Note ministérielle sur les effets du tir de

campagne, du 7 Novembre 1896.

de l'Artillerie du

Note du Comité technique

5 Décembre 1908 sur les

effets de l'obus explosif

de

75 Mle 1901.

Instruction provisoire

le service de l'Artillerie

du 20 Octobre

dans la

1904

sur

guerre de sige.

Note ministérielle du 1er Juin 1902 sur les

fusées en service.

1ère Leçon.

Extrait du

par

du Cours d'Artillerie,

7

Août

programme

approuvé

1903,

le Ministre de la Guerre le

modifié par Décision ministérielle du 31

Octobre 1908.

MUNITIONS D'ARTILLERIE,

(

2

Leçons ).

Organisation du

projectile au point de vue

ba-

l'air)

listique

(mouvement dans l'âme,mouvement dans

Organisation du projectile au point de vue

destructif.

a) - Projectiles destinés à agir

principa-

lement contre les

cuirassements, maçonneries,

objectifs non animés ( matériel,

obstacles ).

Obus de rupture, de semi-rupture, obus à grande

2eme Leçon.

capacité.

b) - Projectiles destinés à agir

lement contre le personnel - Shrapnels,

mitraille.

principa-

boîtes à

Notions sur les

étoupilles. les douilles et

les cartouches complètes.

Principes

généraux de l'organisation des fu-

sées percutantes, des fusées à temps, des détona-

teurs.

1ère et 2me Leçons.

EFFETS DES PROJECTILES.

(

2 Leçons ).

le personnel;

Effets des projectiles contre

Effets contre les objectifs non animés.

1

yQ

PARTIE-

PROJECTILES-j2

- Mouvement dans

l'âme-

#

-------

Pages

I - Organisation du

projectile

point de

au

vue balistique---------------

2

3

- Mouvement dans l'air- -------

12

II - Organisation du projectile au point de

vue destructif A - Projectiles

ment contre

--------------- 17

destinés à

agir principale-

non

animés -

-

les objectifs

la

Obus de rupture- ---------- 18

Obus explosifs ----------- 23

B - Projectiles destinés à agir principale-

ment contre le personnel

Organisation de

Obus

Obus à

Obus à charge

-------- 30

31

33

l'obus à balles- - -

à charge centrale -------

charge avant-

-------- 34

36

38

40

46

47

50

arrière--------

Obus a charge mélangée aux balles- -

Gerbe des obus à balles fusants- - -

Gerbe des obus a balles

percutantes-

Boites à mitraille ---------

Projectiles anciens- -------

2Neme

PARTIE

-

LES

NOTIONS SUR

DOUILLES

ET

LES CHARGES,

LES

LES ETOUPILLES,

CARTOUCHES COMPLETES

-

Pages

PRINCIPES GENERAUX DE L'ORGANISATION DES FU-

SEES

PERCUTANTES,

DETONATEURS.

DES FUSEES A TEMPS,

DES

Gargousses Etoupilles Douilles ------------- ------------ ------------

Fusées- --------------

51

55

59

62

Conditions auxquelles doivent satisfai-

re les fusées -----------

A - Fusées percutantes - Amorçage -----

B - Fusées à Cadran- ---------- C - Fusées fusantes et à double effet

-

- -

EFFETS DES PROJECTILES.

(

2

Leçons

).

1 - Obus à balles et à mitraille- -----

Obus à balles de Obus à balles et a

-------

campagne

mitraille de siège

et place --------------

II - Obus explosifs- ------------

III

- Obus

de

Tableau des

rupture - Obus de semi-rupture-

Bouches à feu en service.

62

63

74

77

82

82

83

84

95

'-

MUNITIONS D'ARTILLERIE.

PROJECTILES.

NOMENCLATURE SOMMAIRE.

Les projectiles actuels ont une

forme cylindro-ogivale.

L'ogive a généralement méridienne un Arc de Cercle,

section

pour

dont le cen-

tre 0

est sur

le diamètre passant par

la base de

val,

l'ogive. On

T

B

C.

appelle angle ogi-

l'angle

L'ogive est le plus

souvent tronquée, ( la pointe Rt alors

remplacée

un méplat

),

et percée

par

d'un canal

d'oeil ou de lumiere.

taraudé,

qui porte le nom

On

appelle généralement

qui ont un vide

projectiles

Obus

les

intérieur

et boulets les projectiles pleins.

Lorganisation

du projectile doit ré-

ORGANISATION DU PROJECTILE.-

pondre à deux sortes de conditions:

conditions balistiques,

des

qui assurent

;

son mouvement dans l'âme

et dans l'air

2° des conditions de service, qui conduisent

à le constituer rationnellement au

point de vue des

effets à produire sur tel ou tel objectif.

CHAPITRE I

ORGANISATION DU PROJECTILE AU POINT DE

VUE BALISTIQUE.

-

MOUVEMENT

DANS

L'AME.

Le projectile, dans la bouche à feu, prend deux

translation, un de rotation.

mouvements, un de

MOUVEMENT DE TRANSLATION.

L'axe du projectile

durant tout le

doit coïncider

trajet dans

pae

assurée,

l'axe

avec l'âme. LQrsque

il

se

produit

du canon

cette

des

du tir.

coïncidence n'est

par les

ce

à

battements très préjudiciables à la justesse

Ces battements sont révélés

par

les emprein-

projecti-

tes laissées obtient

le

On

à l' avant

et

cloisons sur le projectile.

en centrant le

résultat

l'

arriére.

Le centrage 'k l'avant est assuré le

différence

plus souvent

d'un loger renflement de l'ogive. Le yent

entre le calibre et le diamètre

au moyen

est la

du renflement. Il doit être

ble

aussi réduit que possi-

suffit

cepen-

a 5/10 de m/m

),

(

Ce 16ger jeu

3

dant pour

ment

suré

à

1*

produire des battements

arrière

est défectueux.

lorsque le force-

Dans certains cas le guidage à l'avant est as-

au moyen

de tenons ( projectiles

a ailettes ),

de

co-

de Reffye ),

15

c/m de

de ceintures en plomb ( matériel

cordons en cuivre (

obus du canon de

té autrichien ).

Le centrage à l'arriére est obtenu à l'aide de

ceintures, qui, en outre, assurent le forcement du

projectile.

gravit doit se trouver sur l'axe

Lorsque cette condition

CENTRE DE GRAVITE.-

de

Le centre de

figure du projectile.

pas

remplie, le

A

n'est

centre de gravité G, au lieu

le-

B,

axe du

( avec

canon,

bien centré ),

du projectile

pas

égal

a celui des

de décrire la droite

quel

se confond l'axe

décrit une hélice. d'un

rayures,

tracée sur un cylindre de rayon e. Le projectile par-

tirait suivant une tangente C D (1), a

d'un hyperboloïde

a pour rayon e.

par

projectile varierait

Les

centre

tolérances admises

cette hélice,

par

rapport

qui, suivant l'orientation initiale de G

l'

à

axe, peut

génératrices

coïncider avec

la gorge

l'une quelconque des

de révolution dont

La direction initiale du

l'

suited'un

pour

a

autre.

coup

l'excentricité du

de gravité sont trèsfaibles,O®'1^ à 0m/m4.

à

la

position du centre de gravité

Quant

sur

se

figure, il

suffit, semble-t-il, qu'il

l'axe de

trouve

à hauteur de la partie

cylindrique. Toutefois,

l'

expérience

amon-

pou'le

tré

que

obus allongés notamment,

G doit être assez voisin du centre de figure.

MOUVEMENT DE ROTATION.

Le mouvement de rotation est obtenu au moyen

à.

constant

variable, creusées

lesquelles

de rayures,

dans la paroi de

pas

ou

l'âme et dans

pénètrent

des saillies faisant corps avec le

projectile.

(l) L'angle 6' de la tangente à l'hélice avec l'axe

du canon est donnée par

la

relation :

(

a est le calibre,

tante, des rayures

0 l'inclinaison, supposéecons-

).

SYSTEME A AILETTES.-

Dans les canons se chargeant

les rainures étaient

peu

larges et profondes et

la bouche

6

par

à 8),

nombreuses (

les projectiles étaient

munis en

général de deux

comprenant

ou ailettes,

de gravité et disposées

de tenons

couronnes

entreelles le centre

de manière a suivre

les

rayures pendant le chargement

et

pendant le

tir. Les gaz de la poudra s'infiltraient. entre

rayures;

dans

les ailettes et les

perte

parois des

d'ou

de travail, dégradations

lame et

irrégularité dans le

mouvement du projectile.

SYSTEME WHITVIORTH.-

Dans ce système le canon était à âme polygona-

le et le projectile avait la forme d'un prisme

tordu autour de

son axe.

pas

Le vent n'était

supprimé et les dif-

ficultés de fabrication étaient considérables.

SYSTEME A

EXPANSION (

d'un

1878 ).-

ARMSTRONG

muni

Le culot de l'obus était

en laiton, dont les bords en

forme de cuvette, permettaient le chargement

la bouche et venaient, pendant le

tir,

par

se

mouler dans les rayures

sous la pression des

Les rayures

gaz.

fondes.

étaient nombreuses et peu pro-

Le vent était négligeable, mais le force-

résultats

irréguJiers,sur-

ment (1) donnait des

tout pour les canons tirant à charge variable.

CHEMISEEXPANSIVE HOTCHKISS (1).- L'obus

pression des

gaz,

est

en deux parties. Sous la

qui porte

corps

une chemise

d'obus et refou-

le culot,

expansive, s'enfonce dans le

le la chemise dans les rayures.

(1)

Ces systèmes à forcement initial nul ne peuvent

pas convenir avec les poudres colloïdalen.

la

SYSTEME A FORCEMENT INITIAL.-

Avec les canons se

chargeant

par

culasse le système à forcement

initial est le seul

adopté. Il consiste dans l'emploi d" enveloppes

liques, en

diamètre

métal moins dur

que

supérieur à celui de

celui du canon

métal-

et dun

l'âme au fond des rayu-

res. Celles-ci sont nombreuses et

Les saillies conductrices se

profondes.

peu

forment au départ

du projectile

On

et le vent est supprimé.

appelle forcement la

différence

entre le

1 âme

grand diamètre

de l' enveloppe et celui de

plus

au

fond des rayures.

Les

premières enveloppes employées

en France

étaient en plomb. Tantôt la chemise

discontinuité de

l'ogive au culot (

s'étendait sans

canon de 5

),

cordons de

tantôt elle se composait de plusieurs

plomb,

(

canons de 7

et

de

138 en

bronze).

Des cannelure étaient ménagées

cordons pour

à la surface

de la chemise et des

recueillir le mé-

métallique des-

tal refoulé et contenaient

le, mais présentait de

plombage des

tes charges,

rayures,

un savon

tiné à faciliter le glissement du

Ce système

projectile.

projecti-

:

em-

assurait un bon centrage du

nombreux

inconvénients

arasement dans le tir aux for-

les chocs

matage et déformation par

pendant les transports, poids mort

considérable,etc»

Avec lescanonsenacieronemploieactuel-

CEINTURES EN CUIVRE (1 )

.-

(1) C' est Vavasseur qui en a fait usage le premierÇt#^

lement des ceintures

cuivre rouge.

Ce métal est

à

en

très homogène, d'une tenacité bien

celle du plomb et moins dur

pression

ménagés

que

supérieure

la fonte ou

lacier.

Les ceintures sont en général placées

dans des encastrements en

queue

par com-

d'aronde

dans les projectiles. La profondeur

pour

de l'en-

castrement est réduite au minimum

affaiblir le

moins possible le projectile et sa

des stries

moment du

montage;

dans

lesquelles

complète de

Avec

surface présente

le cuivre est refoulé au

on obtient ainsi l'adhérence

projectile.

ceinture, dont la

la ceinture au

les obus en fonte la

surface intérieure a la forme d'un dadocagone, est

placée dans le moule et emprisonnée dans la fonte

au moment de la coulée.

Le forcement (1) varie de 4/10 à 6/10 de m/m

pour des

(

Il

vitesses comprises

entre 4 et 500 mètres.

).

Il

a

est de 0m/m2 dans

le mortier de 220

une tendance a augmenter

Les tolérances

sur le

très faibles, 1/10

aussi identique

que

Le forcement

saire afinde ne

pour les grandes

vitesses.

diamètre des ceintures sont

de m/m, afin d'avoir un

possible d'un

coup

au

forcement

à l'autre.

doit être réduit

strict néces-

nécessite la

la poudre (1).

pas augmenter sans

par

les

gaz

de

pression développée

Avec les

ceintures actuelles la force nécessaire

pour produire la mise

de 200

a

300

Kg.

par

marche du projectile est

c/m2 en

L'épaisseur de la ceinture est en

rayures

rapport di-

rect avec la profondeur des

être suffisante

pour que

soient bien nettes et ne

le parcours

res

; celle-ci

doit

les

saillies du projectile

puissentêtre

rasées pendant

rayu-

dans l'âme. Le franchissement des

donnerait lieu a de graves perturbations du

(1) Voir Cours

du

forcement).

de Balistique intérieure( Influence

mouvement du projectile.

est au minimum de

O^Anë

les canons de

La hauteur

gros

de

La profondeur des

et atteint

rayures

près de 2m/m

dans

calibre de la marine.

la ceinture est environ 1/10 du

calibre.

Lorsque l'on veut avoir une grande surface de

comme dans

les

gros canons

900

de la Marine ti-

y

a avan-

portage,

rant

tage

à des vitesses de 8 à

mètres, il

à employer plusieurs ceintures successives.

convenir

Mais les ceintures multiples ne peuvent

qu'avec les bouches a feu à. rayures

hélicoïdales.

Le profil des ceintures est assez variable.

PROFIL DES CEINTURES.-

Il doit donner une surface de portage

bon forcement. Dans le matériel

un

fil est rectangulaire. La

projectile

ment

convenable et

de Bange le pro-

position de chargement du

et la

est bien définie

densité de charge-

régulière

Le profil trapézoïdal a été longtemps employé

dans la Marine (

Montages de 1870 -

1884 et 1887

La forme tronconique de la ceinture lui permet de

sur le cône de raccordement

centrage

pa"

toute sa

s appuyer

surface

extérieure, le

est ainsi mieux a.c:-

GUY"::" Actuellement la Marine emploie des ceintures

multiples (

2

ou

3

)

a profil

rainures sont pratiquées su-

rectangulaire. Des

la surface extérieure

exagérer le forcement.

pour ne pas

Lorsque le projectile est fixé une douille,

à la

on donne généralement une forme tronconique

partie

antérieure de la ceinture (

dans

cartouche de 75),

le but d" atténuer la conséquence des chocs au

départ contre le cône de raccordement. La position

de la

ceinture dans le cône

n'est pas,

en effet,

est

aussi bien définie

amené à sa position

que lorsque le

projectile

refouloir.

par un coup de

POSITION DE LA CEINTURE.-

La position de la ceinture a une influen-

notablesur les qualités balistiques du proj ec-

ce

tile.

Des essaie méthodiques pour

que

faits à Gavres

en 1878-

la

16 c/m,

1879 ont montré

un canon de

et

portée pouvait varier de 12

portée de 50

l' écart

moyen en

ceinture

suivant la distance de la

au culot.

Avec un canon de10 c /m, la portée la plus

la justesse

grande, en même temps que

te,

(

1/2,5 du

Linfluence

la plus for-

40 m/m

a ?té obtenue avec une distance de

calibre).

de

la

distance diminue lorsque le

augmentent. est souvent d'ail-

autres que

1" al-

calibre et la vitesse initiale position de la ceinture

La

leurs déterminée

par

des considérations

des considérations balistiques. Par exemple,

véole de la ceinture étant une cause

l' obus

ment de la partie de

pratiquée, on a

intérêt à la

d'affaiblisse-

dans laquelle elle est

rapprocher

que

du culot,

les parois la-

qui présente plus de'résistance

rales*

D'un autre coté, dans les projectiles tirés

éloigner

la

ceinture du

en cartouches, on a du

culot afin d'assurer la solidité de la réunion des

deux parties.

Avec

l'ancien

matériel, la distance de la cein-

de

1/10

à 2/10 du calibre.

Avec

2/3

ture au culot était

les obus tirés en cartouches elle atteint les

du calibre.

EFFORT

Soit

b un flanc

rayon (

ce

DEVELOPPE SUR LES CLOISONS.-

de

a

rayure,

vrai)

supposé dirigé suivant le

sensiblement

au flanc,

par

et

q

qui est très

la

composante, normale

la

unité de surface de

pression exer-

cée par celui-ci sur le projectile.

projetant sur l'axe 0 A les composantes P,

on

a

F= P

-

Nsin

- f Ncos

NetfN,

En

(1)

Le moment des forces P,N,f N,

axe

est

(2)

(3)

par rapport au

M=NR oos e- NRf sin

M

m

()

duJ(m

meme

Or

étant la masse du

projectile, r le

rayon de giration polaire et fA) la

vitesse de rotation ).

et

(4)

F

=

m

iLJL

d t

(V vitesse de translation).

La

vitesse de rotation W est d'ailleurs liée

translation V par la relation

W

=

Vtg

à la vitesse de

(5)

R

d'ou on déduit

en supposant l'angle 0 constant.

leurs

(6) d W et ~ciVpar

Remplaçons dans

l'équation

valeurs déduites respectivement des équations

4

et

1

:

et 2,

3

~"pT(cos-fsin)

On obtient la

(cos

6 - f

sin

)

£p-N(sin0+fcos&)J

+N~+Nfsin6=Ptg

-.

NR

ouN

relation suivante :

=

METAL

DES

-

ou bien

(7)

Nplco^©4-sil?04-f

sin

cos~

psinE).

(8)

N

L'équation 7

sin

sin+f cos

s'écrire

peut

(1-~)(

)]=Psin.

Dans les bouches à feu

actuelles,

est toujours

environ.

teir-nn

e

voisin de 7°, donc très faible

On peut négliger dans la

très petit,

(

tractif,

(9)

etf=0,25

parenthèsele

R est> ).

sous-

et on obtient finalement

N=

"-

P

sin

Cette relation montre

N croît

progressive-

que

ment comme même dans

le cas des rayures

hélicoïda-

les,et,que l'inclinaison

des rayures a une grande

influence sur sa grandeur.

Dans le mortier de 270,

la

6

12° et

ou

pres-

=

sion maximum est voisinede1500 Kg.

sion N est plus forte et

par

rasement de la ceinture plus

canons longs ou

=

par alrr,2,

la

pres- d'a-

suite

les chances

grandes

que dans les

maximum

est

70 et la pression

q par

inférieure à 2500 Kg.

et

On diminue la pression

suite les chances

unité de surface

d'arasement en augmentant

par la surface de portage (T*

C'est pour

cette raison trois ceintures

que la Marine a adopté

pour

les

projectiles

à

deux et même

tirés avec des vitesses initiales de 700 tres.

1000 m-

CEINTURES.-

Les ceintures en cuivre donnent en général tou-

te satisfaction

lorsque

les vitesses ne dépassent

600 mètres. Avec les grandes vitesses obtenues

pas

dans les canons de la Marine, grâce à l'augmentation

de pression, qui atteint près de 3000 Kg. par c//ra^ij,

lerootal,porto à une