Vous êtes sur la page 1sur 7

|1

Médecines alternatives

Introduction

Les médecines alternatives connaissent un succès grandissant. En effet, de


plus en plus des patients, se tournent vers ce genre de traitements, souvent
déçu de la médecine traditionnelle. Par conséquent, « on observe une
tendance à la recherche d’une médecine plus humaine qui prendrait en
charge l’être humain en tant que tel et pas seulement sa pathologie ».1
Selon une étude du CRIOC ( Centre de Recherche et d’Information des
Organisation de Consommateurs), en 2009, 33,7% des adultes déclarent avoir
déjà consulté un thérapeute en médecine complémentaire une fois dans
leur vie. 14,9% des adultes interrogés déclarent avoir consulté un thérapeute
en médecine complémentaire au cours des douze derniers mois. Et ces
chiffres augmente de plus en plus.

Pour cette raison, l’ASPH s’intéresse au sujet. Nous souhaitons soulever


plusieurs points concernant les médecines alternatives. Tout d’abord, nous
allons faire la distinction entre les médecines alternatives et
conventionnelles ; ensuite nous allons aborder la question de l’efficacité des
médecines alternatives. La troisième partie s’intéressera à la loi Colla qui régit
ces pratiques. Nous allons terminer notre analyse par faire le lien entre les
médecines alternatives et les personnes handicapées, avant de conclure.

Par ailleurs, nous avons étudié le lien entre les médicaments et les personnes
handicapées dans une autre analyse de 2014.

Médecines alternatives versus médecine conventionnelle

Dans le monde médical cohabitent plusieurs types de pratiques : d’une part


la médecine moderne (ou encore médecine traditionnelle ou
conventionnelle) et , d’autre part, les médecines alternatives (ou médecines
douces ou parallèles). 2

1UNION EUROPENNE, Commission de l’environnement, de la santé publique et de la protection des


consommateurs, Rapport sur le statut des médecines conventionnelles, p. 9
2 CRIOC (Centre de Recherche et d’Information des Organisation de Consommateurs, Les médecines
alternatives, p.2
|2

Plusieurs définitions de la médecine douce existent. Dans le cadre de notre


analyse nous reprenons la suivante : « Les médecines douces (également
appelées médecines alternatives ou parallèles) sont celles qui n'utilisent pas
des médicaments et des molécules chimiques pour soigner les patients. Il
existe un très grand nombre de médecines douces qui s'appuient chacune
sur une philosophie particulière. Les médecines manuelles telles que
l'ostéopathie, la chiropraxie ou l'étiopathie sont des médecines douces qui
abordent le corps dans sa globalité. La médecine traditionnelle chinoise
avec l'acupuncture et le shiatsu se base sur les cinq éléments pour traiter ses
patients. L'hypnose, la kinésiologie sont encore d'autres médecines douces
avec leurs propres conceptions de la maladie et des soins ».3

D’une manière générale, ces pratiques sont qualifiées de


« complémentaires » lorsqu’elles sont utilisées conjointement avec des
traitements conventionnels ; et d’ « alternatives » lorsqu’elles le sont à la
place d’un traitement conventionnel. 4 De ce point de vue, les médecines
douces s’opposent à la médecine classique ou conventionnelle car elles ne
sont pas fondées sur l’expérimentation scientifique.5 En effet, la plus grande
critique adressée aux médecines douces est leur caractère non-scientifique.
En d’autres termes, les médecines alternatives ne doivent pas démontrer leur
efficacité.

La liste des médecines alternatives est extrêmement longue, il nous est


impossible de les citer toutes. Malgré cela, « la grande majorité de ces
approches partagent plusieurs principes communs. Leur vision de l’être
humain repose sur des concepts voisins : union du corps et du psychisme,
énergie, équilibre…les médecines alternatives ont une approche holistique,
la personne est perçue comme un tout. Elles cherchent à soigner la personne
dans son ensemble (signes physiques, qualité du sommeil, émotions, vie
sociale,…). »6

Efficacité des médecines alternatives

Selon l’étude du CRIOC, l’effet placebo est très souvent repris comme effet
principal des médecines alternatives. « La réponse placebo est la réduction

3 Définition de la médecine douce, disponible en ligne http://static.ccm2.net/sante-


medecine.commentcamarche.net/faq/pdf/medecines-douces-definition-27949-n7pywr.pdf , consulté
le 12 décembre 2014 à 09h00
4 CENTRE FEDERAL D’EXPERTISE DES SOINS DE SANTE, Etat de lieux de l’homéopathie en Belgique, p.2
5 Ibidem
6 CRIOC, op.cit., p. 2
|3

de l’un des symptômes à la suite de la perception par le sujet des facteurs


liés à l’intervention thérapeutique ». 7

Pour le CRIOC , il y a plusieurs éléments qui rentrent en jeu dans le


fonctionnement de l’effet placebo :
- Le rituel thérapeutique : plus le patient appréciera le rituel proposé,
plus il y aura de chance d’avoir un bon effet placebo.
- Les conditions environnementales : croyances du patient et de son
entourage, l’attention de l’équipe soignante…Plus les conditions sont
favorables au consommateur, meilleur sera l’effet placebo.
- La relation patient/thérapeute : plus le patient aura confiance en son
thérapeute, meilleur sera l’effet placebo.

« L’effet placebo déclenche à l’intérieur du cerveau, la sécrétion


d’endorphine, qui soulage la douleur et divers autres symptômes. L’effet
placebo est donc la conséquence biochimique d’une suggestion
symbolique ».8

Loi Colla, mutualités et médecines alternatives

La loi Colla est adoptée au niveau européen en 1999 (elle a été publiée
dans le Moniteur belge le 24 juin 1999)9. L’objectif de cette loi est de garantir
pour chaque patient des soins de qualité. 10 Par ailleurs, cette loi impose un
double enregistrement. « Non seulement les pratiques non conventionnelles
doivent être enregistrées (ce qui n’est possible que si elles remplissent
certaines conditions), mais chaque praticien de celles-ci doit également être
enregistré (ce pour quoi il doit aussi remplir certaines conditions) ».11

Cette loi reconnait également quatre pratiques médicales non


conventionnelles :12

- Acupuncture – méthode diagnostique et thérapeutique traditionnelle


chinoise consistant à stimuler certains points connus du corps à l’aide
d’aiguilles dans le but d’obtenir une action, le plus souvent à distance,
sur certains organes précis.
- Chiropraxie – méthode mise au point par David Palmer à la fin du XIXe
siècle et considérant le fonctionnement de la colonne vertébrale

7 Ibid. p.8
8 Ibidem
9 Ibidem
10 CENTRE FEDERAL D’EXPERTISE DES SOINS DE SANTE, op.cit, p.11
11 Ibidem
12 Pour citer les 4 pratiques et les définir, nous nous avons basé sur le rapport du CRIOC
|4

comme étant en relation avec certaines pathologies ; technique


basée sur la manipulation de la colonne vertébrale à l’aide des mains.
- Ostéopathie – méthode thérapeutique fondée aux USA et faisant
appel à des pratiques manuelles agissant sur toutes les grandes
fonctions du corps
- Homéopathie- méthode diagnostique et thérapeutique, consistant à
donner au malade à des doses extrêmement diluées, la substance qui,
expérimentée sur l’homme sain, a produit les symptômes observés sur
le malade.

Néanmoins, la loi Colla n’a toujours pas pris pleinement effet, la pratique
d’une médecine non conventionnelle par un non-médecin équivaut à un
exercice illégal de la médecine. 13 Une autre conséquence de l’omission de
la mise en exécution pleine de la loi Colla, est que toute autre loi qui peut
avoir une influence sur la relation médecin-patient ne peut être en
application.14 « Ainsi, par exemple, les dispositions de la loi du 22 aout sur les
droits des patients (publiée au Moniteur Belge le 26 septembre 2002) et de la
loi du 31 mars 2010 relative à l’indemnisation des dommages résultant de
soins de santé (publiée au Moniteur Belge le 2 avril 2010) ne pourront être
appliquées aux praticiens d’une pratique non conventionnelle que lorsque la
loi Colla sera pleinement exécutée ».15

Au vu du succès des médecines alternatives, la plupart des mutualités


remboursent partiellement certaines pratiques. En tous cas les médecines
alternatives les plus courantes comme l’ostéopathie, l’acupuncture, la
chiropraxie et homéopathie le sont (10eur/ séance max 6 séances par an,
toutes disciplines confondues). La mutualité Neutre de la Santé va plus loin et
rembourse aussi partiellement la phytothérapie et l’hippothérapie.

Les médecines alternatives et les personnes handicapées

Les personnes handicapées vivant dans des institutions sont souvent


surmédicalisées. Face à ce constat, de plus en plus d’institutions proposent
aux résidents des séances d’aromathérapie, des massages, de la relaxation.
Ces pratiques sont bien des médecines alternatives mais elles ne visent pas
une guérison complète de la personne. Leur objectif est surtout d’apporter
du réconfort et du bien-être.

13 CENTRE FEDERAL D’EXPERTISE DES SOINS DE SANTE, op.cit, p.12


14 Ibidem
15 Ibidem
|5

Il est aussi important que ces pratiques restent encadrées et


complémentaires. Et il faut qu’elles restent comme telles. Il ne faut surtout pas
arrêter un traitement médicamenteux ou autre, sans l’avis d’un médecin.

Par ailleurs, il semble qu’une pratique soit particulièrement bénéfique à


certaines personnes handicapées. Il s’agit de l’hippothérapie.
L’hippothérapie se présente quant à elle comme une approche
thérapeutique pour la personne éprouvant des difficultés telles qu’un
handicap physique ou mental, mobilité réduite, invalidité, mais aussi des
personnes souffrant de dépression, troubles de la personnalité, enfants
hyperactifs, autistes etc…16

« Il s’agit d’une technique utilisant le pas du cheval comme outil. Le cavalier


n’exerce aucune action sur le cheval. Il ne lui demande rien. Il « subit » les
mouvements provoqués par le déplacement de l’animal. Il s’ agit d’une
rééducation d’ordre essentiellement physique ».17

L’hippothérapie est une complément possible au schéma d’une rééducation


ou d’une étape permettant une évolution parfois plus rapide que celle
obtenue par d’autres techniques de rééducation mais elle doit rester une
pratique complémentaire. 18

Conclusion

Pour répondre à la surconsommation des médicaments et les non-réponses


de la médecine conventionnelle, de plus en plus de gens se tournent vers
d’autres pratiques communément appelées des médecines alternatives.
Sous cette dénomination, nous trouvons une multitude de croyances et de
pratiques. De plus, certaines d’entre elles peuvent être extrêmement
dangereuses.

A ce sujet, le CRIOC formule quelques recommandations lorsque l’on décide


de faire l’appel à de telles pratiques, surtout pour les personnes vulnérables,
comme les personnes handicapées. Tout d’abord, il est clairement
déconseillé d’arrêter le suivi de la médecine moderne. Cependant, si le
besoin d’un mieux-être se fait ressentir et que les médecines alternatives
peuvent y aider, il est conseillé de les utiliser en parallèle de la médecine
moderne.

16 http://www.pony-paradise.be/Hippotherapie.htm , consulté le 12 décembre 2014, à 10h13


17 Ibidem
18 Ibidem
|6

Deuxièmement, pour le choix d’un nouveau thérapeute, il faut s’informer sur


sa formation (diplôme légal, de quel institut, est-il membre d’une association,
laquelle…).

Troisièmement, il est aussi utile de se renseigner sur le champ d’application


des thérapies, les méthodes utilisées et les résultats escomptés, afin de choisir
celle qui convient le mieux.

Enfin, Il faut aussi demander à l’avance toutes les modalités du processus


thérapeutique, et notamment les aspects financiers, ainsi que le nombre de
consultations nécessaires, le recours ou non à des médicaments ou autres
produits, les techniques utilisées et les conditions d’utilisation, les modifications
éventuelles du style de vie (régime, travail, etc).

Mais toutes les pratiques de la médecine douce ne sont pas condamnables.


En effet, certaines d’entre elles sont bénéfiques et nous procurent du bien-
être. Nos corps et nos esprits, souvent confrontés à un rythme de vie infernal,
trouvent un peu de répit grâce à des pratiques non-conventionnelles.

C’est aussi pour cette raison que l’ASPH ne rejette pas le recours aux
médecines alternatives. Cependant, nous appelons à la prudence. Nous
souhaitons également que plus d’enquêtes et d’études soient faites dans le
domaine. De cette manière, nous pourrons écarter les pratiques dangereuses
de celles qui sont réellement bénéfiques pour les personnes handicapées.
|7

Bibliographie :

CENTRE FEDERAL D’EXPERTISE DES SOINS DE SANTE, Etat de lieux de


l’homoéopathie en Belgique, 2011, 16p.

CRIOC (Centre de Recherche et d’Information des Organisation de


Consommateurs, Les médecines alternatives, Bruxelles, 2012, 14p.

UNION EUROPENNE, Commission de l’environnement, de la santé publique et


de la protection des consommateurs, Rapport sur le statut des médecines
conventionnelles, Bruxelles, 1997, 23p.

http://www.pony-paradise.be/Hippotherapie.htm , consulté le 12 décembre


2014, à 10h13

http://static.ccm2.net/sante-
medecine.commentcamarche.net/faq/pdf/medecines-douces-definition-
27949-n7pywr.pdf , consulté le 12 décembre 2014 à 09h00

Date : le 12 décembre 2014.

Chargée de l’analyse : Dima TONCHEVA - Chargée de projets

Responsable de l’ASPH : Catherine LEMIERE - Secrétaire générale ASPH