Vous êtes sur la page 1sur 49

Promouvoir l’excellence

dans la sécurité sociale

SEMINAIRE TECHNIQUE SUR


L’EFFICIENCE ADMINISTRATIVE ET OPERATIONNELLE

Niamey, Niger, 20-21 Mai 2014

Actions et mesures mises en œuvre pour renforcer


le dispositif de recouvrement des cotisations

Mrs Sirra Begay FOON


Actuariat Officer
Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS)
Niger www.issa.int
CAISSE NATIONALE DE
SECURITE SOCIALE
DU NIGER

ACTIONS ET MESURES MISES EN ŒUVRE POUR


RENFORCER LE DISPOSITIF DE
RECOUVREMENT DES COTISATIONS

2
SOMMAIRE

INTRODUCTION

I - PRESENTATION DE LA CNSS
I.1 - REGIME JURIDIQUE ET MISSION
I.2 - ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT
I.3 - CHIFFRES CLES DE LA CNSS
I.3.1 – LE PERSONNEL DE LA CNSS
I.3.2 – LES EMPLOYEURS GERES
I.3.3 – LES EFFECTIFS DES ASSURES ET
BENEFICIAIRES DE PRESTATIONS
I.3.4 – LES COTISATIONS

3
SOMMAIRE (suite)

II – MESURES ET ACTIONS
II.1 - LA REDEFINITION DES MECANISMES DE SUIVI DES
REALISATIONS
II.2 - LE RENFORCEMENT DES MECANISMES DE DETECTION
DES EMPLOYEURS CLANDESTINS ET DES FRAUDES SUR
L’ASSIETTE DES COTISATIONS ET LES EFFECTIFS DES
TRAVAILLEURS EMPLOYES
II.3 - UN RENFORCEMENT DES DISPOSITIFS SPECIAUX MIS EN
PLACE POUR ASSURER LA COUVERTURE SOCIALE DES
TRAVAILLEURS DU SECTEUR DES TRANSPORTS
TERRESTRES
II.4 – DES ACTIONS DE COMMUNICATION SPECIFIQUE AU
RECOUVREMENT DES COTISATIONS
II.5 – RENFORCEMENT DES RESSOURCES
4
SOMMAIRE (suite)

III – IMPACTS DES MESURES ET DES ACTIONS

III.1 - AU NIVEAU DES HOMMES

III.2 – AU NIVEAU DES PRODUITS DE COTISATION

III.3- AU NIVEAU DE LA COUVERTURE SOCIALE

5
INTRODUCTION

Dans le cadre du présent séminaire technique de l’AISS


nous avons l’honneur de vous communiquer quelques
actions et mesures prises par la Caisse Nationale de
Sécurité Sociale du Niger dans le souci d’améliorer ses
recettes de cotisations sociales, leurs impacts sur
lesdites cotisations, principales ressources lui permettant
d’accomplir sa mission de service public.
Auparavant, il nous parait important de présenter
succinctement la CNSS du Niger.

6
I - PRESENTATION
DE LA CNSS

7
I.1 - REGIME JURIDIQUE ET MISSION

La CNSS du Niger:
 est établissement public à caractère social
 doté de la personnalité morale,
 jouit de l’autonomie financière
 est créée par la loi n°2003-0034 du 5 août 2003.

8
La CNSS dans sa forme actuelle a été précédée:

• par une institution de sécurité sociale créée par la Loi


N° 65-004 du 8 février 1965, avec le caractère
d’établissement public de l’Etat;

Elle avait en charge, comme aujourd’hui la gestion des


régimes :
• des prestations familiales
• des accidents du travail et des maladies
professionnelles
• et des pensions de vieillesse, d’invalidité et de
9
survivants.
La CNSS est placée sous la double tutelle:
1. du Ministre chargé du Travail (tutelle technique)
2 . du Ministre de l’Economie et Finances(tutelle
financière)

Elle est administrée par un Conseil d’Administration


composé des membres représentants :
• des administrations de l’Etat (5)
• des employeurs(4)
•et des travailleurs(4).

10
La CNSS gère un fonds d’action sanitaire et sociale
dont le but est de fournir, par le biais des centres
médico-sociaux, des prestations en nature(consultations
prénatales, soins de santé) en faveur des salariés et de
leurs familles et, par-delà, aux autres couches de la
population.

11
I.2 - ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT

La CNSS est dirigée:


 par un Directeur Général nommé par Décret pris en
Conseil des Ministres.
 par un Secrétaire Général qui le seconde, nommé, lui-
même, par Arrêté du Ministre chargé du Travail sur
proposition du conseil d’Administration.
La CNSS comprend des structures centrales et des
structures déconcentrées.
 Au total dix (10) structures exercent des activités de
recouvrement des cotisations dont une structure
centrale(direction de recouvrement des cotisations) et
neuf (9) structures régionales et départementales.12
 Les activités de la CNSS couvrent la communauté
urbaine de Niamey et l’ensemble des régions du
Niger qui a une superficie de 1.267.000 Km2.

13
I.3 - CHIFFRES CLES DE LA CNSS

 I.3.1 – LE PERSONNEL DE LA CNSS


La CNSS compte un effectif de 690 agents toutes
catégories confondues au 31 décembre 2012 dont 95
pour la DRC parmi lesquels:
-20 contrôleurs employeurs
et 10 agents de recouvrement
 I.3.2 – LES EMPLOYEURS GERES
Au 31 décembre 2012, le fichier des employeurs gérés
par la CNSS fait ressortir un effectif global de 33.655
employeurs actifs répartis comme suit :

14
LIBELLE EFFECTIFS PROPORTION

SECTEUR PUBLIC 362 1,08%

SECTEUR PRIVE 31 670 94,10%

GENS DE MAISON 1490 4,42%

ASSURANCE VOLONTAIRE 133 0,40%

TOTAUX 33 655 100,00%

15
I.3.3 – LES EFFECTIFS DES ASSURES ET
BENEFICIAIRES DE PRESTATIONS FIN DECEMBRE 2012

La Branche des prestations familiales gère


 47.616 allocataires,
 62.472 attributaires et
 147.636 enfants à charge.

La branche des risques professionnels gère 1.733


bénéficiaires de rentes.

La branche de vieillesse compte 23.057 bénéficiaires de


pensions.
16
I.3.4 – LES COTISATIONS

Le taux des cotisations est de 21,65% dont :


 8,40% pour la branche des prestations familiales,
 1,75% pour la branche des risques professionnels
 et 11,5% pour la branche de vieillesse.

Le plafond de l’assiette des cotisations pour les trois (3)


branches est:
 de 6.000.000 francs cfa par an soit 500 000 par
mois
 le plancher 30 047 francs cfa par mois

17
I.3.4 – LES COTISATIONS (suite)

Pour un effectif de 60 668 travailleurs déclarés en


moyenne par trimestre, il a été enregistré en 2012, une
masse salariale 104. 943.611.236 francs cfa.

Les cotisations recouvrées au cours de la même période


s’élèvent à un montant global de 24.739.614.918
francs cfa pour des prévisions de 25.584.113.000
francs cfa, soit un taux de réalisation de 137,24%.

18
II

MESURES ET ACTIONS

19
II – MESURES ET ACTIONS

Les mesures et actions prises sont :


1- la redéfinition des mécanismes de suivi des réalisations;
2- le renforcement des mécanismes de détection des
employeurs clandestins et des fraudes sur l’assiette des
cotisations et les effectifs des travailleurs employés;
3- le renforcement des dispositifs spéciaux mis en place pour
assurer la couverture sociale des travailleurs du secteur
des transports terrestres ;
4- l’accroissement qualitatif et quantitatif de ressources de la
DRC
5- les actions de communication spécifique au recouvrement
des cotisations
20
II.1 - LA REDEFINITION DES MECANISMES
DE SUIVI DES REALISATIONS

 Fixation pour chaque structure chargée du


recouvrement d’objectifs chiffrés à atteindre par mois,
par trimestre, par semestre et par an.
 Répartition sur les douze (12) mois de l’exercice des
cotisations à recouvrer, proportionnellement à certains
critères préétablis.
 Ces cotisations à recouvrer sont ensuite réparties
entre les dix (10) structures concernées suivant les
mêmes règles retenues pour déterminer les quotas
mensuels.
A titre d’exemple, les prévisions du 1er trimestre 2014 se
présentent comme suit :

21
ORDRE STRUCTURE PREVISIONS

1 DIFFA 44 066 449

2 KONNI 77 440 514

3 AGADEZ 119 629 080

4 ZINDER 213 061 455

5 DRC/NIAMEY 4 813 878 831

6 MARADI 199 928 943

7 TILLABERY 25 549 537

8 DOSSO 54 863 904

9 TAHOUA 102 244 311

10 ARLIT 139 757 946

TOTAUX 5 808 420 970

22
Avant le début de l’exercice, les montants des cotisations
attendues sont notifiés aux différentes structures, sous
forme d’instructions « d’objectifs à atteindre ».
Dans la notification « d’objectifs à atteindre » il est porté à
la connaissance des responsables que « le taux de
réalisation entrera en compte pour leur évaluation
annuelle ».

Pour assurer le suivi au plus tard, le 5 de chaque mois, la


situation des recouvrements du mois ou du trimestre
précédent est établie.

23
La situation ci-après fait ressortir :
• Le montant global des cotisations recouvrées au
cours du trimestre, assorti du taux de réalisation global par
rapport aux prévisions trimestrielles ;

• Le montant des cotisations recouvrées par chaque


structure et le taux de réalisation correspondant par
rapport aux prévisions ;

24
ORDRE STRUCTURE PREVISIONS REALISATIONS ECART TAUX DE
REALISATIONS

1 DIFFA 44 066 449 118 626 434 74 559 434 269,20%

2 KONNI 77 440 514 128 889 445 51 448 931 166,44%

3 AGADEZ 119 629 080 168 351 339 48 722 268 140,73%

4 ZINDER 213 061 455 321 225 902 90 164 447 139,02%

5 DRC 4 813 878 831 5 586 657 633 772 778 782 116,05%

6 MARADI 199 928 943 206 049 199 6 120 256 103,06%

7 TILLABERY 25 549 537 26150 137 600 600 102,35%

8 DOSSO 54 863 904 54 600 140 -263 764 99,52%

9 TAHOUA 102 244 311 88 538 232 -13 706 079 86,59%

10 ARLIT 139 757 946 76 465 421 -63 292 525 54,71%

TOTAUX 5 808 420 970 6 775 553 882 967 132 912 116,65%

25
Enfin, un classement général des structures suivant les
taux de réalisation obtenus.

A titre d’exemple, la situation des recouvrements du mois


d’Avril 2014 se présente comme suit.

26
TABLEAU DES ENCAISSEMENTS PAR
STRUCTURES MOIS AVRIL 2014

TAUX DE
N° ORDRE STRUCTURE PREVISIONS REALISATIONS ECART
REALISATION

1 DRC 2 095 720 580 2 252 352 451 156 631 871 107,7%

2 KONNI 33 713 702 51 338 527 17 624 825 152?28%

3 TAHOUA 44 512 027 56 504 072 11 992 045 126,94%

4 ZINDER 100 592 529 252 434 696 151 852 167 250,95%

5 ARLIT 60 843 576 15 636 543 -45 207 033 25,70%

6 MARADI 87 039 000 90 517 016 3478 016 104,10%

7 DOSSO 23 884 983 18 130 027 -5 7 54 956 75,91%

8 AGADEZ 52 080 481 55 109 895 3 029 414 105,82%

9 TILLABERY 11122 983 8 803 032 -2 319 951 79,14%

10 DIFFA 19 184 314 31 748 041 12563 727 165,49%

TOTAUX 2 528 694 175 2 832 574 300 303 880 125 112,02%

27
TAUX DE REALISATION DU MOIS AVRIL 2014

28
Cette situation est transmise à toutes les structures
concernées par correspondance de la Direction
Générale dans laquelle des encouragements sont
adressés aux responsables qui ont atteint ou dépassé
les prévisions et des rappels à l’ordre pour ceux qui
n’ont pas atteint les objectifs fixés.

Il est important de préciser que le même type de


situation est dressé à la fin de chaque semestre et à
la fin de l’année.

29
II.2 - LE RENFORCEMENT DES MECANISMES DE DETECTION
DES EMPLOYEURS CLANDESTINS ET DES FRAUDES SUR
L’ASSIETTE DES COTISATIONS ET LES EFFECTIFS DES
TRAVAILLEURS EMPLOYES

Depuis quelques années, la CNSS a noué des


relations de partenariat avec les structures suivantes:

 La Direction Générale des impôts (DGI)


 L’Agence Nationale pour la Promotion de l’Emploi
(ANPE)
 La Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Artisanat du
Niger (CCIAN)
 Le Ministère des transports
 La police nationale

30
La Direction Générale des impôts (DGI)

Le partenariat avec cette Direction a permis à la CNSS :


 d’accéder au fichier des contribuables (fichier mis à
jour périodiquement) dont le recoupement avec le
fichier des employeurs de la CNSS permet de
déceler tous les employeurs enregistrés à la DGI et
qui ne sont pas affiliés à la CNSS ;
 de connaître la taille réelle des entreprises en activité
(petites, moyennes et grandes entreprises).

31
La Direction Générale des impôts (DGI)
(suite)
 d’accéder aux informations comptables fournies par
les opérateurs économiques, particulièrement les
déclarations des revenus, les reversements de
l’Impôt sur les traitements et salaires (ITS).
 de vérifier si les masses salariales déclarées à la
CNSS sont les mêmes que celles déclarées à la DGI.
 d’accéder aux informations concernant les marchés
publics enregistrés à la DGI pour connaître la nature
de la prestation à réaliser et de prendre les
dispositions nécessaires pour le suivi de l’exécution
du marché, surtout s’il s’agit de marché pourvoyeur
de main d’œuvre.

32
L’Agence Nationale pour la Promotion de
l’Emploi (ANPE)

 accéder au fichier des employeurs soumis à


l’obligation de déclaration d’entreprise ou
d’établissement et ceux qui ont eu à adresser à
l’Agence une offre d’emploi.
 Rapprocher le fichier ANPE à celui de la CNSS pour
vérifier si ce dernier ne comporte pas d’employeur
non affilié.
 Recevoir les copies de tous les contrats de travail
visés par l’ANPE.

33
La Chambre de Commerce, d’Industrie et
d’Artisanat du Niger

 Permettre à la CNSS d’accéder au fichier consulaire


(fichier mis à jour périodiquement) qui renferme tous
les opérateurs économiques inscrits au RCCM.

 Verifier dans ce fichier s’il n’existe pas de personnes


nouvellement enregistrées au registre de commerce
qui sont inconnues à la CNSS.

34
Le Ministère des transports

 Acceder au fichier de la Direction Nationale des


Transports Terrestres pour consulter les fiches des
détenteurs de titres de transport, et des camions en
circulation.

 pouvoir détecter les nouveaux transporteurs qui ne


déclarent pas leurs conducteurs à la CNSS.

35
La Police Nationale

Ce partenariat permet à la police


 D’effectuer des contrôles trimestriels des véhicules
de transport à usage commercial pour compte CNSS.
A la CNSS
 De bénéficier des effets du pouvoir de dissuasion de
la police qui manque aux agents CNSS.

36
II.3 - UN RENFORCEMENT DES DISPOSITIFS SPECIAUX MIS
EN PLACE POUR ASSURER LA COUVERTURE SOCIALE
DES TRAVAILLEURS DU SECTEUR
DES TRANSPORTS TERRESTRES

Le fichier des employeurs actifs de la CNSS compte un


effectif de:
 16 508 transporteurs, toutes catégories
confondues, à savoir les propriétaires de véhicules à
usage commercial
 20 406 travailleurs immatriculés relevant du
secteur des transports terrestres.
Pour assurer une couverture sociale à cette catégorie
de travailleurs très mobiles et très vulnérables à cause
des multiples accidents de la route, la CNSS a réussi à
faire accepter qu’une attestation de paiement des
cotisations sociales fasse partie des pièces
constitutives du dossier de demande de titre de
transport. 37
En outre, la visite technique périodique (trimestrielle) de
tous ces types de véhicules est conditionnée par la
présentation d’une attestation de la CNSS confirmant que
le conducteur (et son apprenti) sont déclarés à la CNSS
pour le dernier trimestre échu.

Ces mesures sont complétées par les contrôles trimestriels


conjoints police nationale et agents CNSS.

38
II.4 – ACTIONS DE COMMUNICATION SPECIFIQUE AU
RECOUVREMENT DES COTISATIONS

 Rappel périodique, par voix de presse, aux


employeurs, de leurs obligations en matière de
paiement des cotisations.

 Insertion dans certains journaux et larges diffusions


à la radio et à la télévision chaque trimestre de
l’appel des cotisations, du rappel de l’échéance et
de la date d’exigibilité des cotisations.

 Annonce par voie de presse des contrôles sectoriels


et des contrôles trimestriels des transporteurs.

39
II.4 – ACTIONS DE COMMUNICATION SPECIFIQUE AU
RECOUVREMENT DES COTISATIONS (suite)

 Institution de rencontres périodiques avec les


syndicats de travailleurs et d’employeurs.
 Organisation de séminaires d’information et de
sensibilisation au profit des représentants
syndicaux des travailleurs et employeurs du secteur
des transporteurs et aux employeurs ayant un effectif
de 20 salariés et plus.
 distribution des dépliants spécifiques aux
obligations de l’employeur
en matière de déclaration des salariés à la CNSS et
au paiement des cotisations dans les délais prescrits
par les textes en vigueur.
40
II.5 – RENFORCEMENT DES RESSOURCES

Pour permettre à la DRC de mobiliser davantage de


Cotisations, la Direction générale a, également, fait le
choix de la doter de ressources conséquentes :
 Ressources humaines : depuis 2009 la DRC a
bénéficié de recrutements de nombreux agents
(contrôleurs, agents de recouvrement, agents de
saisie) en qualité et en quantité ;
 Matériels : toute demande de matériel de travail
(ordinateurs fax photocopieurs véhicules) est satisfaite
dans les meilleurs délais;
 Gratifications spéciales en fin d’exercice.

41
III

IMPACTS DES MESURES


ET ACTIONS

42
La panoplie des mesures et actions ci-dessus déclinées
ont pu avoir des impacts qui s’apprécient tant au niveau
des hommes, des ressources que de la couverture
sociale.

43
III.1 AU NIVEAU DES HOMMES

 Le système d’assignation d’objectifs chiffrés de cotisations


à recouvrer et la communication à tous les acteurs des
performances des uns et des autres a créé un sentiment
indéniable d’émulation. Ainsi, chaque responsable fait le
maximum d’effort qu’il peut pour réaliser ou même
dépasser ses prévisions.
 Les transporteurs et autres opérateurs économiques plus
enclins à se soustraire au paiement de cotisations sociales
ont tendance à se mettre dans les rangs car, ils ont
compris que la machine CNSS peut les rattraper à tout
moment avec les conséquences que l’on sait.

44
III.2 AUGMENTATION DES PRODUITS DE COTISATION

Le niveau de cotisation recouvré a connu une progression


sans discontinuer depuis plusieurs années comme
l’attestent le tableau et le diagramme ci-dessous

45
EXERCICE COTISATIONS

2008 10 916 824 400

2009 14 630 463 000

2010 17 386 414 121

2011 20 418 411 451

2012 25 584 113 000

46
47
III.3- EXTENSION DE LA COUVERTURE DE
LA SÉCURITÉ SOCIALE

Grace aux actions et mesures prises un nombre


appréciable de transporteurs sont entrés dans le giron
de la sécurité sociale et paient leurs cotisations au profit
de leurs employés dont la plupart étaient exclus du
système jusqu’aux années 2000.
A cet égard les encaissements concernant le secteur des
transports terrestres se chiffrent ces dernières années
à plus de 1. 000. 000. 000 francs cfa par an alors
qu’auparavant c’est-à –dire avant la mise en œuvre
des mesures et actions exposées elles faisaient à peine
200. 000. 000 francs cfa
48
 Mesdames et messieurs, telles sont les quelques actions
et mesures prises par la CNSS du Niger au cours de
ces dernières années et les impacts qu’elles ont pu
produire en matière de recouvrement des cotisations.

 Je vous remercie.

49