Vous êtes sur la page 1sur 22

Dans les textes à type narratif, se sont les personnages qui font les objets

d’actes référentiels, c'est-à-dire, les entités discursives (Pascale, Farid, un


prince, une fille) qui participent à l’enchainement dans le texte.

Dans les textes à type argumentatifs, les entités discursives présentent un


caractère abstrait (ex : la violence, l’adolescence, la liberté).

-L’introduction : Un sujet amené (sans spécifier) les accidents de la route=

Un sujet posé : les accidents de la route deviennent une triste


réalité à changer..

Thèse : c’est l’opinion, prendre position (pour ou contre) ex :


Selon moi…

Sujet divisé : les arguments qui seront abordés dans le texte


(une seule phrase).

-Développement : 1 argument = 1 paragraphe

Présentation de Explication de Fondement de


l'argument  l'argument  l'argument 
Premièrement, les En effet, le fait vidéoclip De héros à
publicités de la qu'elles présentent des zéro. Qui n'a pas été
Société d'assurance situations hautement troublé de voir les
automobile du Québec tragiques dont le images-chocs du jeune
so​nt conçues de façon niveau de Mathieu se tuant au
à toucher la corde vraisemblance est volant de sa voiture
sensible de chaque élevé a un effet devant ses amis? Ce
individu. bouleversant. Elles qui a contribué à
envoient clairement le intensifier l'émotion
message que les vécue à la vue de ces
dangers associés à la images, c'est surtout
vitesse et à l'alcool au de savoir que Mathieu
volant ne relèvent pas existait vraiment et
de la fiction, mais bel que le petit film de son
et bien de la réalité. accident n'était pas
une reconstitution.

Fondement de l'argument :

Un fait : ce qui existe réellement


Une valeur : un jugement personnel dicté par une morale ou une éthique.

Un principe logique : cause conséquence

Conclusion : synthèse+ouverture (le texte reste ouvert)

Les connecteurs linguistiques pour bien écrire et argumenter


1.     L'origine du problème :
Depuis un certain temps...
D'année en année...
Il est fortement question de...
On parle beaucoup en ce moment de...
2.     Pour commencer :
La première remarque portera sur...
Il faut d'abord rappeler que...
On commencera d'abord par...
Abordons rapidement le problème de...
3.     Pour insister :
Il ne faut pas oublier que...
Il faut souligner que...
On notera que...
Il faut insister sur le fait que...
Rappelons que...
Non seulement...mais...aussi...
D'autant plus que...
4.     Pour annoncer une nouvelle étape :
Passons à présent à la question de...
Venons-en à présent à la question de...
Après avoir souligné l'importance de...
5-Pour marquer une suite d'idées exprimant une conséquence :
Par conséquent,...
C'est pourquoi...
Ainsi,...
Aussi (+ inversion du sujet)...
Alors,...
En conséquence,...
Dès lors,...
D'où...
6.     Pour marquer une suite d'idées exprimant une cause :
Car...
En effet,...
Parce que...
Du fait que...
Étant donné que...
Puisque...
Sous prétexte que...
Comme...
7.     Pour démentir :
Les bruits selon lesquels....sont dénués de tout fondement.
Il n'a jamais été question de...
Il ne saurait être question, un seul instant, de...
Il ne peut être question, en aucun cas de......sous prétexte que...
Les rumeurs selon lesquelles il serait question de...sont sans fondement.
8.     Pour énumérer des arguments :
D'abord,...
Ensuite,...
De plus,...
En outre,...
Par ailleurs,...
Enfin,...
En premier lieu,...
En deuxième lieu,...
En dernier lieu,...
À ce premier avantage s'ajoute...
Si l'on ajoute enfin...
Non seulement....mais aussi...
9.     Pour faire des concessions :
Il est exact que...mais...
S'il est certain que...il n'en reste pas moins vrai que...
Il est en effet possible que...cependant...
Tout en reconnaissant le fait que...il faut cependant noter que...
Certes...cependant...
Il se peut que...mais
Il n'est pas du tout impossible que...mais...
Sans doute...mais...
Il ne fait pas de doute que...mais...
Bien entendu...mais...
10. Pour donner un exemple :
Considérons par exemple le cas de...
Tel est le cas, par exemple, de...
Son cas ne fait qu'illustrer celui de...
Si l'on prend le cas de....
L'exemple le plus significatif nous est fourni par...
Prenons le cas de...
11. Pour exprimer une opposition ou une réfutation :
Cependant,...
Mais,...
Toutefois,...
Néanmoins,...
Pourtant,...
Par contre,...
Au contraire,...
En revanche,...
12.  Pour conclure :
Finalement...
En définitive, il semble bien que...
En résumé, on peut considérer que...
On voit par ce qui précède que...
Il résulte de ce qui précède que...
En somme,...
On peut conclure en disant que...
Donc...
Par conséquent,...
Ainsi,...
13.  Pour exprimer un point de vue personnel :
Selon moi,...
À mon avis,...
En ce qui me concerne,...
D'après moi,...
Je pense que...
Il me semble que...
J'assure que...
J'affirme que...
Je déclare que...
14. Pour exprimer ce qui est certain :
Il est certain que...
Il est indéniable que...
Il va de soi que...
Il est évident que...
Il est sûr que...
Sans aucun doute,
15.                       Pour exprimer ce qui n'est pas sûr :
Il est probable que...
Il se peut que...
Il est possible que...
16.  Pour indiquer ce qui se ressemble :
Il va de même...
On retrouve le/la même...
De même...
17.    Pour mettre en relief :
C'est...qui...
C'est...que...
Ce qui...c'est...
Ce que...c'est...
18.  Pour attirer l'attention du lecteur :
Notons que...
Précisons que...
Il faut attirer l'attention sur le fait que...
Il faut mentionner que...
19.                       Pour expliquer un détail :
C'est-à-dire...
Ce qui veut dire...
Ce qui signifie...
20. Pour éviter un malentendu :
Bien loin de...
Non pas pour...mais...
Ce n'est pas par...mais par...
21.  Pour montrer son désaccord :
Je condamne...
Je reproche...
Je proteste...
Je critique...
J'accuse...
Je réfute l'argument...
Je suis contre...
22. Pour montrer son accord :
J'admets que... (Admettre)
J'approuve... (Approuver)
Je reconnais... (Reconnaitre)
Je suis d'accord...
Exemples de textes argumentatifs
Contre la peine de mort
Rappelons que la justice a déjà condamné un bon nombre de personnes
à la peine de mort, exécutant ainsi plusieurs individus sous prétexte que
la mort était la meilleure façon de maîtriser la criminalité. De nos jours,
avec les actes criminels de plus en plus violents et atroces, la question
que l'on peut se poser est la suivante : Devrait-on abolir ou non la peine
de mort ?
Selon moi, il est évident que le fait de répondre à la violence par la
violence n'est en aucun cas la solution à ce problème.
En premier lieu, je crois que le système judiciaire est défaillant et qu'il
peut s'y glisser quelques erreurs. Dans le passé, il y eut beaucoup trop
d'erreurs condamnant des accusés à une mort qu'ils ne méritaient point.
En effet, il est arrivé quelquefois qu'après l'exécution du prétendu
coupable, le réel meurtrier venait se livrer et avouer son ignoble geste
sur l'ordre de sa mauvaise conscience. Comme les enquêtes ne sont pas
toujours menées avec le sérieux requis, il faudrait peut-être s'interroger
sur la capacité du système judiciaire à juger adéquatement un individu
coupable ou non.
En deuxième lieu, j'ai la conviction qu'ici-bas sur terre, il n'y a pas
d'humain assez parfait pour juger du comportement d'un autre et
encore moins de décider de sa mort. Autrement dit, le droit de vie et de
mort n'appartient pas à l'homme, mais à Dieu. Or, les juges ne sont pas
infaillibles et dans le cas de la peine de mort, l'erreur judiciaire est
irréparable.
En troisième lieu, il est certain que la peine de mort ne fait pas peur
aux assassins et autres tueurs en série. Selon des psychologues, lorsque
l'homme en arrive à vouloir commettre un crime, dans la plupart des
cas, sa lucidité est absente de sa pensée. Ce qui signifie que la passion
l'emporte alors sur la raison : la seule chose qui l'obsède est de parvenir
à ses fins. Pendant que le crime s'effectue, rien ne peut dissuader le
meurtrier ou le criminel de s'arrêter.
En conclusion, la peine de mort ne peut empêcher un criminel de
perpétrer un crime. Par conséquent, on peut punir sévèrement et avec
justice sans tuer car il est moralement grave de tuer un homme avant
qu'il ait pu régler ses problèmes avec lui-même et avec la société, avant
de lui laisser le temps du repentir.
Internet et les nouveaux moyens de communication
Exemple d'un texte argumentatif présentant deux arguments et un
contre-argument qui sont articulés à l'aide de marqueurs de relation
A.     Introduction : Sujet amené / Sujet posé / Thèse ou prise de position
L'autoroute électronique ne cesse de faire de nouveaux adeptes et de
gagner en popularité. Malgré cela, un certain nombre d'irréductibles
refusent encore d'utiliser cette technologie de pointe. Cette réticence
nous paraît excessive et totalement injustifiée, surtout si l'on considère
les nombreux aspects positifs du Net.
B.      Développement : 1er argument qui appuie la thèse
D'abord, Internet est un instrument de recherche remarquable. En effet,
en quelques minutes seulement, l'utilisateur de l'autoroute électronique
accède à une banque de données parmi les plus riches qui soient.
C.      Développement : 2e argument qui appuie la thèse
Ensuite, la Toile est un outil de communication d'une rare efficacité.
Grâce au courrier électronique, le monde est devenu un petit village.
Ainsi, des individus se trouvant dans des coins diamétralement opposés
du globe peuvent communiquer rapidement et facilement.
D.     Développement : Contre-argument / Réfutation.
Certes, certains utilisateurs abusent parfois des plaisirs que procure la
navigation dans Internet et y consacrent un peu plus de temps que ne le
souhaiterait leur entourage, négligeant ainsi d'autres obligations ou
activités. Cependant, il est difficile aujourd'hui de résister à une telle
ouverture sur le monde, à une telle facilité de trouver autant de
réponses et d'informations, en aussi peu de temps, et tout cela depuis
son domicile.
E.      Conclusion : Synthèse et reformulation de la thèse.
En somme, l'inforoute est un merveilleux outil d'information et de
communication, pourvu qu'on en use avec modération en profitant des
bienfaits qu'il est censé procurer.
Avantages et inconvénients de la télévision
On parle beaucoup en ce moment de l'omniprésence de la télévision.
Pour les uns, elle représente la seule fenêtre ouverte sur le monde. Pour
d'autres, au contraire, elle constitue une grave menace pour notre
culture.
Certes, les avantages de cette petite boîte magique sont assez nombreux.
Tout d'abord, on peut dire que la télé nous évite le détour par le cinéma.
En effet, on n'a pas besoin de se déplacer constamment pour voir un
nouveau film qu'on peut voir à domicile.
Ensuite, on peut ajouter que le petit écran nous offre un passe-temps
agréable, un divertissement, voire une détente après une longue journée
de stress. Il est certain que le téléspectateur est invité à fournir moins
d'effort qu'à la lecture d'un livre par exemple.
En outre, les chaînes télévisées présentent un support publicitaire
appréciable qui permet de stimuler l'économie et de créer des emplois.
Enfin, la télévision nous informe de ce qui se passe dans le monde et elle
nous fait découvrir les autres pays, leurs traditions, leurs modes de vie.
Par conséquent, elle nous donne le pouvoir de comparer et de
comprendre qu'on n'est pas le centre du monde, que les autres pays font
des choses tout aussi intéressantes. De ce fait, on ne se sent plus
supérieur ni plus intelligent ; on voit ses insuffisances.
Cependant, il faudrait noter que la télévision présente aussi plusieurs
aspects négatifs.
En premier lieu, il faut dire qu'il s'agit d'un média passif. Ainsi, le
téléspectateur est sujet à l'abêtissement et à l'abrutissement progressif.
Dépourvu de tout esprit critique, il devient rapidement l'objet d'une
manipulation télévisuelle. Il ne réfléchit plus, il « avale » tout ce qu'on
lui présente.
En second lieu, n'oublions pas que nous avons à faire à un média
individuel : chacun est fasciné par la boîte magique et oublie ce qui
l'entoure. Ceci risque d'entraîner une dégradation de la vie familiale,
sans compter les disputes causées par un désaccord quant au
programme de la soirée.
En troisième lieu, les médecins affirment que regarder la télé trop
souvent nuit à la santé : les yeux en souffrent et le téléspectateur,
immobile et se gavant de chips, de chocolat et autres produits à haute
teneur en calories, risque de prendre du poids. Certains ne peuvent plus
se passer de la télé, qui devient une vraie drogue dont ils sont
dépendants. Lors d'une panne de courant ces personnes sont
littéralement « en manque ».
En dernier lieu, de nombreux critiques reprochent aux chaînes
télévisées de diffuser trop de scènes de violence, ce qui risque
d'augmenter l'agressivité des jeunes. Pour les sociologues, cette brutalité
filmique est une des principales causes de la violence des jeunes
d'aujourd'hui. Le crime de sang est banalisé, le meurtre devient une
habitude.
En définitive, il semble bien que la télévision, telle qu'elle est de nos
jours, présente bien plus de dangers que d'avantages. Il conviendrait de
réduire la quantité de violence et d'augmenter le nombre d'émissions
culturelles. En attendant, il faudrait conseiller aux gens, et surtout aux
jeunes, de regarder la télé en évitant l'excès, avec esprit critique. Il
importe de consulter les programmes, d'opérer un choix préalable et de
s'en tenir à ce choix, en évitant de zapper aveuglément pour regarder
n'importe quoi.
La violence à l'école
Les enquêtes et les sondages d'opinion montrent que « les actes de
violence » sont en vigueur au sein des établissements scolaires. Mais, les
causes de ces actes divergent d'un milieu à l'autre, ce qui obsède
incessamment l'esprit des gens qui veillent sur le domaine éducatif, les
incitant ainsi à rechercher des solutions susceptibles d'éradiquer cette
calamité.
D'abord, la démission des parents dans l'éducation des enfants aggravée
par le chômage et la pauvreté qui les rendent incapables d'acheter les
fournitures et payer certaines taxes (droit d'inscription, gardiennage...),
ce renoncement favorise les comportements violents à l'école et la
délinquance juvénile.
Ensuite, la violence ne se limite pas aux élèves eux-mêmes, mais elle
arrive aussi à impliquer le corps éducatif, surtout les enseignants, dans
ce gouffre. En effet, l'absence de communication entre les professeurs et
les élèves, peut entrainer une certaine incompréhension qui aboutira à
des paroles ou des gestes grossier
En outre, l'absence ou le non fonctionnement des structures
démocratiques devant favoriser la concertation et le dialogue amène
souvent les élèves à trouver d'autres voies pour se faire entendre.
Enfin, la surcharge démesurée des classes scolaires engendre la
violence, étant donné que les circonstances déplorables dans lesquelles
étudient les élèves ne permettent guère de s'harmoniser avec une
ambiance estudiantine normale si bien que l'intolérance et l'incivilité
règnent en maître. D'ailleurs, certains adolescents exploitent cette
surcharge croissante pour s'affranchir de toutes les règles et affirmer
leurs volontés. Ils se transforment ainsi en provocateurs intolérables.
Par conséquent, les responsables administratifs et pédagogiques sont
appelés à instaurer la stabilité et la sureté dans les institutions puisque
la violence en menace l'équilibre. En d'autres termes, il s'avère
indispensable de combattre avec détermination les actes qui se
produisent dans les écoles : le bien-être de la majorité des élèves devrait
l'emporter sur celui de l'élève délinquant et il faudrait tout mettre en
œuvre pour aider les élèves intransigeants et les ramener sur le droit
chemin.
En définitive, il est primordial de prendre des mesures aptes à rendre à
l'école sa mission essentielle et à sensibiliser les différents intervenants
à la communication et à la tolérance : « La prévention vaut mieux que la
guérison », dit le dicton.
Leprogrés téchnique
Faut-il condamner le progrès technique ?
Avec les guerres, les nouvelles maladies, les armes de destruction
massive, les menaces climatiques qui pèsent sur l'avenir de la planète, la
confiance que les hommes mettaient dans le progrès depuis le 18e siècle,
n'a cessé de décliner. Faut-il donc condamner le progrès ? Nous sommes
enclins à le faire. De fait, qu'est-ce qui peut nous conduire, à l'heure
actuelle, à accorder des circonstances atténuantes au progrès ?
D'abord, nous sommes tellement habitués à nos biens de consommation,
à notre confort, à la rapidité des déplacements et des communications
que nous ne supporterions plus qu'on nous prive de tous ces bienfaits
du progrès et qu'au contraire nous en demandons toujours plus.
Ensuite, il est dans la nature de l'être humain, depuis l'âge de pierre
jusqu'à nos jours, de développer la technologie pour découvrir mieux la
terre et même l'univers, et d'approfondir ses connaissances, pour
améliorer sa vie.
Par conséquent, le mal vient du fait que les hommes n'ont pas su gérer
le progrès. Plutôt que de le maudire, il faudrait réfléchir à des solutions.
En effet, le devenir de notre planète doit nous inquiéter tous et nous
pousser à nous mobiliser pour essayer de la sauver des conséquences du
réchauffement climatique.
Pour cela, il faudrait que toutes les nations s'engagent à réduire les
effets négatifs des nouvelles technologies sur notre planète et ses
habitants.
Par ailleurs, il faudrait éduquer les nouvelles générations et leur
montrer que chacun à son niveau peut œuvrer pour un progrès
maîtrisé. Trier les déchets, économiser l'eau et le chauffage, utiliser les
transports en commun chaque fois que c'est possible... Cela peut être le
prélude à un changement de comportement.
En conclusion, nous sommes conscients que l'état de notre planète nous
concerne tous, car il en va de l'avenir des futures générations. La
réflexion est donc nécessaire.
 

Le texte argumentatif a pour but de présenter un point

de vue, une prise de position sur un sujet, souvent de nature

controversée.

Les thèmes abordés dans ce genre de texte portent sur

des questions d’actualité, des sujets d’intérêt général ou des

problématiques sociales (peine de mort, divorce, éducation,

média, loi, etc.).

On écrit un texte argumentatif dans le but de

convaincre, faire réagir. L'auteur d'un texte argumentatif se

concentre principalement à démontrer que sa thèse (opinion


personnelle) est celle à laquelle il faut adhérer.

I.            L’organisation du discours argumentatif :


              

€ € € €•        Le thème : c’est le sujet dont parle le texte en

général.

€ € €•        La thèse : c’est le noyau du texte argumentatif, l'idée

qui sera défendue par l'auteur tout au long de son texte.

L'argumentateur expose sa thèse (prise de position) sur le

thème et cherche à convaincre le destinataire de partager son

opinion.

€ € €•        Les arguments : ce sont les idées (souvent abstraites)

qui prouvent la validité de la thèse soutenue et qui doivent

convaincre le destinataire.

L'argumentateur doit fournir des arguments pour

appuyer sa prise de position. Il peut aussi recourir aux

contre-arguments (idées opposées aux siennes) pour

contrecarrer toute opposition à son point de vue. On appelle

cela « la réfutation ».

           II.            Les procédés argumentatifs :

Afin de donner de la force aux arguments présentés, on

introduit dans son argumentaire les procédés suivants :

€ € € •        La définition : elle consiste à décrire une chose, une

idée, un concept. Cela permet à l’auteur du texte de mieux


informer le lecteur et de donner de la crédibilité à ses propos.

€ € €•        L’appel à l'autorité : il donne une grande crédibilité

aux propos tenus par l'auteur puisque ce procédé

argumentatif présente les dires, les actions ou les réalisations

d'une personne reconnue pour son implication politique,

artistique, sociale, scientifique, etc. On peut citer la personne

ou rapporter ce qu’elle a fait.

€ € € •        L’exemple : Il permet d'appuyer des propos de façon

concrète. L'exemple démontre que le propos est réaliste,

proche des réalités de la vie pratique. L'auteur a recours à

l'exemple, entre autres, lorsqu'il fait référence à une situation

normale ou exceptionnelle qui est déjà arrivée ou qui

pourrait arriver.

€ € €•        Le contre-exemple : Il sert à démolir un exemple qui

contribuerait à appuyer un argument adverse. L'auteur utilise

le contre-exemple pour montrer la faille qu'aurait un discours

contraire au sien.

€ € •        Le raisonnement déductif (cause-effet) : L'objectif du

raisonnement déductif est d'étaler les conséquences qui

seraient engendrées par une action, une décision, un

événement, etc. pour prouver la logique de l'argument. Il peut

servir à éveiller la conscience ou à faire peur.

€ € •        L’analogie : c’est une sorte de comparaison qui établit


un lien de ressemblance entre deux éléments. Elle peut être

utile pour renforcer la définition qu’on donne d’une chose,

d’une personne ou d’un concept.

€ € €•        La réfutation ou la contre-argumentation : La

réfutation vise principalement à affaiblir les arguments

adverses à la thèse en leur opposant des arguments qui

paraissent supérieurs.

           III.            Les marques du discours argumentatif :

L’énonciateur s’exprime en général en disant « je » et en

utilisant toutes les marques de la 1ère personne ou les verbes

d’opinion, de sentiments (je pense, j’aime, j’affirme…). Mais il

peut aussi généraliser pour donner le sentiment que son

opinion est partagée par tous : « on sait que », « il faut que »,

« tout le monde sait que » …

Les temps utilisés sont ceux de l’énoncé ancré dans la

situation d’énonciation (temps du discours, centrés sur le

présent).

Afin d’assurer la logique du texte, l’énonciateur doit

utiliser des liens ou connecteurs logiques.

Addition, D'abord, ensuite, en outre, de plus, par

succession ailleurs…

Cause/conséquenc Car, parce que, puisque, de sorte que,

e si bien que…
Opposition Toutefois, cependant, quoique, bien

que, mais…

 
Sujets de productions écrites : le texte argumentatif
 
1.     Sujet : Certaines personnes aiment rester seules ; d’autres,
au contraire, aiment avoir de la compagnie (des ami(e)s…)
Et vous, que préférez-vous ?
Rédigez un texte dans lequel vous développez votre avis
à l’aide d’arguments précis.
 
        2.     Sujet : Ayant vu à la télévision le chagrin et la
détresse (le malheur) d'une mère d'origine étrangère, dont la
fille a trouvé la mort à la suite de l'attentat terroriste qui avait
frappé, le 28 avril 2011, le café Argana situé à Jama El Fna à
Marrakech, vous avez décidé de réagir.
Rédigez un texte bien construit dans lequel vous
défendez l'image de notre pays.
 
3.   Sujet : « Il est temps que les parents arrêtent de décider à
la place de leurs jeunes enfants », déclare un éducateur.
Partagez-vous cette idée ?
Dans un texte d’une vingtaine de lignes, vous
présenterez votre point de vue sur ce que devrait être le
rapport parents/jeunes, en l’appuyant au moyen d’arguments
pertinents et d’exemples précis.
 
       4.   Sujet : Vous avez certainement vu dans votre
entourage des enfants trembler de peur devant leur parents.
A-t-on vraiment besoin de faire peur aux enfants pour les
éduquer ?
Rédigez un texte argumentatif pour développer votre
point de vue.
 
5.    Sujet : «Les jeunes d'aujourd'hui manquent de respect aux
adultes et pensent avoir toujours raison. »
Partagez-vous cette opinion ?
Développez votre point de vue en le justifiant à l’aide
des arguments.
 
        6.   Sujet : On dit que les voisins, aujourd'hui, ne sont plus
ce qu'ils étaient autrefois : ils aidaient les vieux, les veuves et
se comportaient bien avec les enfants. Aujourd'hui, chacun ne
pense qu'à ses propres intérêts.
Partagez-vous ce point de vue ?
Développez votre réflexion en vous appuyant sur des
arguments et des exemples précis.
 
7.    Sujet : Certains parents font des travaux à la place de leurs
enfants (devoirs / exercices / chambre / lit…)
Rédigez un texte argumentatif dans lequel vous
donnerez votre point de vue sur ce sujet.
 
       8.   Sujet : De nos jours, les jeunes préfèrent quitter leur
maison familiale après leur mariage, pour aller habiter
ailleurs. Qu’en pensez-vous ?
Rédiger un texte dans lequel vous exprimez votre point
de vue en l’illustrant par des exemples précis.
 
9.   Sujet : Il arrive que certains parents se disputent devant
leurs enfants sans trop se soucier des conséquences de leurs
actes.
À partir de votre expérience personnelle, rédigez un
texte argumentatif où vous montrerez les effets de ces scènes
de ménage sur l'éducation des enfants et les relations
familiales.
 
           10.                      Sujet : Certains lecteurs de « la Boîte à
Merveilles» affirment que Lalla Zoubida, la mère du
narrateur, a quelques défauts mais elle a beaucoup de
qualités.
Approuvez-vous cette affirmation ?
Rédigez un texte dans lequel vous expliquerez comment
doit être une bonne mère.
 
         11.Sujet : Dans « la Boîte à merveilles » d’Ahmed
SEFRIOUI, Sidi Mohammed n’a pas d’amis. En ce qui te
concerne, es-tu de ces jeunes qui pensent qu’il est important
d’avoir des amis, ou au contraire, de ceux qui pensent
qu’avoir des amis, est une source de problèmes ?
Donne ton point de vue en le justifiant par des
arguments de ton choix.
 
12.                      Sujet : De nos jours, certains hommes continuent à
se marier avec plusieurs femmes. Partagez-vous ce
comportement ?
Rédigez un texte dans lequel vous exposerez votre point
de vue justifié par des arguments précis.
 
      13.                      Sujet : « On dit que les parents doivent laisser
plus de liberté à leurs enfants. Ainsi, ces enfants pourront
faire tout ce qu'ils veulent.»
Partagez-vous ce point de vue ?
Développez votre réflexion en vous appuyant sur des
arguments et des exemples précis.
 
    14.                      Sujet : Sidi Mohammed a usé de la violence pour
régler ses problèmes avec Zineb. Pensez-vous que le recours à
la violence soit le moyen le plus efficace pour résoudre les
problèmes de la vie quotidienne ?
Répondez à cette question dans un écrit argumenté
illustré d'exemples précis.
 
      15.                       Sujet : certains pensent que la fête en famille ou
entre amis(es) ne sert à rien car c’est une perte de temps et
d’argents. Partagez-vous cette opinion ?
Développez votre point de vue en vous appuyant sur des
arguments et des exemples pertinents.
 
  16.                      Sujet : Certains affirment que l’école est faite
uniquement pour les études (cours d’histoire-géographie, de
langue, de maths…). D’autres, au contraire, pensent que
l’école devrait aussi accorder de l’importance aux activités
parascolaires (activités de théâtre, ateliers de peinture, clubs
de cinéma, compétitions sportives, séances de jardinage,
excursions…)
Laquelle des deux opinions partagez-vous ? Développez
votre point de vue en le justifiant à l’aide d’arguments
pertinents.
 
           17.                          Sujet : Quelle est la fête –ou l’événement- que
vous aimiez le plus quand vous étiez enfant : la fête de l'Aïd el
Kébir, la fête célébrée à la fin du Ramadan ou l'Achoura ?
Rédigez un texte dans lequel vous parlerez de la fête ou de
l’événement de votre choix en utilisant deux ou trois
arguments pertinents.
 
        18.                      Sujet : Beaucoup de gens, pour se soigner ou
pour trouver des solutions à leurs problèmes consultent des
fqihs, des guérisseurs des voyants…
Pensez-vous qu'ils ont raison?
Exposez votre point de vue argumenté dans un texte
d'une quinzaine de lignes.
 
19.                      Sujet : Dans le dernier jour d’un condamné de V.
Hugo, le père d’un enfant de trois ans est condamné à mort. À
ton avis, a-t-on raison de condamner à mort le père (ou la
mère) d’un enfant ? Justifie ta réflexion à l’aide d’arguments
variés.
 
         20.                    Sujet : « Personnellement diriez-vous que vous
vous entendez avec vos parents : très bien, assez bien, pas très
bien, pas du tout ? »
Vous exprimerez votre jugement en vous appuyant sur
des arguments précis.
 
21.                      Sujet : Certaines personnes trouvent du plaisir à dire
du mal des autres. Qu’en pensez-vous.
Rédigez un texte dans lequel vous donnez votre point de
vue en le justifiant par des arguments précis.
 
22.                     Sujet : «Je n'ai jamais connu l'école ; l'ignorance m'a
conduit en prison », déclare un jeune prisonnier à un
journaliste.
La situation douloureuse dans laquelle se trouve ce
jeune ne vous laisse certainement pas indifférent.
Vous rédigez un article d'une vingtaine de lignes, destiné
au journal de votre lycée, dans lequel vous essaierez de
convaincre les jeunes de votre âge de l'importance du rôle
social de l'école.
 
     23.                     Sujet : Comme beaucoup de jeunes, il vous est
arrivé de contester (ne pas accepter) la décision d’un adulte.
Racontez cette expérience et exprimez votre point de vue sur
le rapport entre les jeunes et les adultes.
 
24.                     Sujet : Vos parents interviennent souvent dans des
choix décisifs pour votre avenir (études, mariage, loisirs…)
À partir de votre expérience personnelle. Rédigez un
texte ou vous montrez si ces interventions représentent pour
vous une chance ou un obstacle.
 
  25.                     Sujet : Certains affirment que les jeunes
d'aujourd'hui ne respectent même pas leurs parents.
Partagez-vous ce point de vue ?
Vous développerez votre réflexion en vous appuyant sur
des arguments et des exemples précis tirés de votre vie
quotidienne ou des œuvres au programme.