Vous êtes sur la page 1sur 25

Les grandes entreprises du secteur BTP au Cameroun

Kizito N’GOA
mars 2004
Profil de l’ Expert

Kizito N’GOA
 Ecole Spéciale des Travaux Publics – Paris, France
 Institut d’Administration des Entreprises – Nancy, France

Coordonnateur National du PACDDU (Programme d’Appui aux Capacités Décentralisées de


Développement Urbain)
Secrétaire Général de l’ ONIGC (Ordre National des Ingénieurs de Génie Civil)
Objectifs de la présentation
 Connaître le secteur du BTP au Cameroun

 Avoir une compréhension générale des métiers et des activités du secteur

 Prendre connaissance des particularités juridiques et comptables du secteur

Appréhender les spécificités des grandes entreprises du secteur

Sommaire de la présentation
 Présentation du secteur
 Textes juridiques
 Notions utilisées pour caractériser l’activité
 Nomenclature des activités
 Localisation des travaux
 Structure de l’appareil productif
 Equipements
 Effectifs
 Clientèle
 Conjoncture
 Budget
 Carnet de commandes
 Exécution des contrats
 Coûts
 Délais de paiement
 Facteurs limitant de production
 En guise de conclusion
 Présentation du secteur

Travaux Publics
La réforme de ce sous-secteur se poursuit avec notamment la privatisation de l’entretien routier (Loi sur le patrimoine
routier, création du Fonds Routier) pour une promotion des ETP (entreprises de travaux publics) et des BET (bureaux
d’études techniques) privés.
Les principaux donneurs d’ordre relèvent du secteur public.
Les ETP connaissent une existence bien souvent éphémère. Il existe très peu d’entreprises structurées.
De nombreux BET devant assurer des missions de maîtrise d’œuvre et/ou d’assistance à la maîtrise d’ouvrage ont vu le
jour ces cinq dernières années : toutefois, l’on compte moins d’une dizaine de majors.

Bâtiment
La conjoncture est légèrement favorable avec un relèvement de la commande publique et un regain visible des
constructions privées.
Les entreprises professionnelles sont peu présentes dans ce sous-secteur.
Le contrôle et le suivi des chantiers relèvent très souvent de la Direction de la Construction (MINTP).
Le problème de responsabilité n’est pas réglé à ce jour.

 Textes juridiques
Les principaux textes régissant ou agissant dans le secteur du BTP sont les suivants :

- Loi n° 96/015 sur la protection du patrimoine routier


- Loi n°2000/09 du 13 juillet 2000 fixant l’organisation et les modalités d’exercice de la profession d’Ingénieur
de Génie Civil
- Ordonnance n° 73-20 du 29 mai 1973 régissant l’urbanisme
- Décret n° 68-58-COR du 30 avril 1968 relatif à l’Urbanisme
- Décret n° 68-59-COR du 30 avril 1969 relatif à la construction
- Décret n° 79/093 du 21 mars 1979 portant classification des routes
- Décret n° 98/102 portant organisation et fonctionnement du Fonds Routier
- Cahier des clauses administratives générales (CCAG) applicables aux marchés des Travaux Publics mis en
vigueur par l’Arrêté 3430 du 13 octobre 1959
- Convention collective nationale des entreprises de travaux publics, du bâtiment et des activités annexes
signée le 16 juin 1976 à Yaoundé
 Notions utilisées pour caractériser l’activité

Les principales notions utilisées pour caractériser l'activité de la Profession sont les suivantes :

MONTANT DES TRAVAUX : il s'agit des facturations, hors taxes, correspondant aux travaux effectués au cours de
l'année.

REGION DE SIEGE SOCIAL : les montants des travaux obtenus sont affectés à la région économique du siège social de
l'entreprise même s'ils correspondent à des travaux effectués dans une autre région économique.

ACTIVITE PRINCIPALE BTP : la plupart des entreprises ont des activités diverses. Pour les grandes entreprises, l’on peut
considérer au regard des chiffres d’affaires réalisés dans ce sous-secteur, que l’activité principale reste les travaux
publics. Cependant, et d’une année à l'autre, l'activité principale d'une entreprise peut changer.

TRANCHES DE CHIFFRE D'AFFAIRES : les tranches de chiffre d'affaires Bâtiment et Travaux Publics permettent de
classer les entreprises en différents groupes selon le montant des travaux qu'elles ont réalisé pendant l'année.

EFFECTIFS EMPLOYES : il s'agit des effectifs inscrits au 31 décembre de chaque année sur les registres des entreprises.

CATEGORIES DE CLIENTELE : les définitions suivantes ont été retenues pour l'analyse par client du chiffre d'affaires des
entreprises du secteur BTP
• Etat
• Collectivités territoriales décentralisées
• Entreprises publiques
• Secteur privé
 Nomenclature des activités
Les travaux réalisés sont répertoriés selon la nomenclature des activités qui est reprise ci-dessous.

Travaux Publics (infrastructures)


SOUS-GROUPE DESIGNATION DE LA PRESTATION
TOPOGRAPHIE Levés topographiques terrestres, implantations et vérification des ouvrages à
l’exception des levés cadastraux
Couverture aérienne – photogrammétrie- Photo-interprétation
TECHNIQUES DU SOL Géotechnique : essais de laboratoire et interprétation
Géotechnique : essais in situ
Interprétation des essais géotechniques in-situ, des sondages et du comportement
réciproque du sol et des ouvrages
Conception des fondations des ouvrages avec ou sans traitement de sol
Géologie des matériaux et substances utiles, recherche de gisement et étude des
matériaux
Photo-interprétation
ROUTES – INFRASTRUCTURES DE TRANSPORT Terrassement en grande masse
Terrassement galeries souterraines
Terrassement dans l’eau ou par l’hydraulique
Voirie urbaine ou de lotissement, aménagement des carrefours et des aires de
stationnement
Routes rurales et routes forestières
Routes à grande circulation
Voies express et autoroutes
Pistes et parking d’aérodrome
Voies ferrées de surface
Voies ferrées de crémaillère
Trottoirs et escaliers roulants
Etudes de trafic, enquêtes de circulation
Etudes de la signalisation routière
Etudes économiques des modes de transport
Collecte et évacuation des eaux.
Travaux Publics (infrastructures)
SOUS-GROUPE DESIGNATION DE LA PRESTATION
HYDRAULIQUE HYDROGRAPHIE HYDROLOGIE Adduction et distribution d’eau ( captage de sources, forages, puits, prises en rivière,
station de pompage, station de traitement d’eau de consommation, …)
Collecte et évacuation des eaux pluviales
Collecte et évacuation des eaux usées
Aménagement, corrections de cours d’eau, lutte contre l’érosion et l’envasement
Irrigation en opération simple ou collective
Drainage simple ou sur grandes surfaces
Canaux et écluses ; ouvrages de retenue
Ports de plaisance, plages artificielles
Ports naturels ou artificiels
Balisage ; dragage fluvial ou maritime
Conception des ouvrages de retenue
Etudes techniques des ouvrages à l’aide des modèles de simulation (houles, marrées,
écoulements superficielles, sédimentométrie)
Levées et études hydrographiques
Recherche et étude des nappes d’eau souterraines, leur évolution et leur exploitation
OUVRAGES D’ART Ponts en bois
Ponts en maçonnerie
Ponts en béton
Ponts en béton précontraint
Ponts métalliques
Ponts mixtes
Ponts suspendus
Tunnels et souterrains
Quais, digues, perrés et écluses
Barrages
Conduites forcées
Silos, châteaux d’eau
Parcs de stationnement souterrain
Murs de soutènement
Ouvrages de protection
Stades
Bâtiment
SOUS-GROUPE DESIGNATION DE LA PRESTATION
STRUCTURES Structures en bois
Structures en maçonnerie
Structures en béton armé
Structures en béton préfabriqué
Structures en en béton pré-contraint
Fondations des ouvrages
Voiles minces
Charpentes en bois
Charpentes en bois lamellés collés
Charpentes métalliques
Charpentes mixtes
Ossatures en bois de grande technicité
Restauration des bâtiments
Silos, châteaux d’eau
Reprise en sous-œuvre
SANITAIRES, FLUIDES DIVERS, GENIE CLIMATIQUE Installation d’eau froide, d’eau chaude y compris évacuation d’eau usées, d’eau
vannes et eaux pluviales jusqu’aux fosses septiques et puisard
Circuits d’air comprimé, vide, azote, gaz carbonique et oxygène
Sécurité incendie
Isolation thermique des bâtiments
Conditionnement de l’air
Installation de froid industriel
Isolation phonique et traitement acoustique des locaux
Isolation des appareils vibrants et percutants – suspensions élastique des machines
Isolation frigorifique- construction de chambres froides
AUTRES CORPS D’ETAT DU BATIMENT Menuiseries
Sols et revêtement de sols, revêtement spéciaux
Couverture - étanchéité
Vitrerie – miroiterie
ORDONNANCEMENT, PILOTAGE, COORDINATION Coordination des actions des différents ingénieurs et techniciens aux diverses phases
d’études de conception, d’exécution et d’organisation du chantier
Ordonnancement, coordination et pilotage appliqué au déroulement des études, des
travaux, à l’organisation du chantier et à l’échelonnement des dépenses
Activités annexes
SOUS-GROUPE DESIGNATION DE LA PRESTATION
AMENAGEMENT URBAIN , AMENAGEMENT DU TERRITOIRE Aménagement des espaces libres, terrains de loisir, de détente et de sport, pistes et
terrains de compétition
PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT Station de traitement d’effluents urbains
Usines de traitement des ordures ménagères
Contrôle et vérification des installations
Etudes techniques d’impact des bruits sur sites
Etudes et techniques de neutralisation des odeurs
Etudes de protection contre corrosions et attaques destructives des ouvrages
Etudes des critères de protection de l’environnement en vue des études
d’urbanisation
Etudes de schémas régionaux d’élimination des nuisances
 Localisation des travaux

Travaux Publics
Zones urbaines : Construction/aménagement de voiries
Entretien de voiries bitumées
Entretien de voiries en terre
Construction des ouvrages d’art
Entretien des ouvrages d’art
Zones rurales : Construction de routes (travaux neufs)
Entretien courant et périodique des routes en terre classées (réseau prioritaire)
Construction des ouvrages d’art
Entretien des ouvrages d’art

Bâtiment
Métropoles : Constructions neuves
Réhabilitations/extensions
 Structure de l’appareil productif
La carte professionnelle du secteur devrait comporter :
- des profils qui définissent la taille, les moyens et l'ampleur des réalisations de l'entreprise.
- des identifications qui, pour chaque rubrique de spécialité, attestent que l'entreprise a réalisé des travaux
correspondant à la description de la rubrique, et qui ont été confirmés par des certificats ou attestations de maîtres
d'ouvrage et maîtres d'œuvre compétents et indépendants de l'entreprise exécutante.

L’absence de statistiques fiables ne permet pas à ce jour d’établir cette carte. Toutefois, certaines grosses entreprises
émergent du lot. Elles se caractérisent par une plus grande structuration et organisation de leur fonctionnement, tant
sur le plan humain que matériel.

Ressources humaines : personnels permanents plus nombreux

Ressources matérielles : parc d’engins et équipements possédés en propre plus important


 Equipements

Les entreprises internationales bénéficient d’exonération de douane pour les grands projets financés par les bailleurs de
fonds.
Les grandes entreprises du secteur possèdent toutes les équipements de base pour constituer au moins une batterie de
travail.

Parmi les équipements lourds, l’on peut citer :


Niveleuse
Camion citerne à eau
Bulldozer
Pelle chargeuse
Concasseur
Répandeuse à bitume
Plaque vibrante
Motopompe
Finisseur
Compacteur
Centrale d’enrobage
Bétonnière
Camion benne
Pick-up
 Effectifs

Les entreprises internationales bénéficient d’un potentiel de personnels d’encadrement à travers leur maison-mère.
Les contrats de travail pour le personnel d’exécution sont bien souvent liés aux marchés obtenus.

Permanents
Ingénieurs de génie civil (directeur technique, conducteur de travaux)
Techniciens de génie civil (chef chantier, chef de laboratoire, chef d’équipe)
Mécaniciens
Conducteurs d’engins
Responsable administratif et financier
Comptable
Secrétaire
Planton

Temporaires
Laborantins
Opérateurs
Ouvriers spécialisés
Manœuvres
 Clientèle

Etat
MINTP, MINUH, MINVIL, MINEDUC, MINSANTE, Universités d’Etat

Collectivités territoriales décentralisées


CUY, CUD

Entreprises parapubliques
MAETUR, FEICOM, PAD, CAMRAIL, ADC

Clientèle privée
COTCO, TOTAL, MOBIL, TEXACO, Groupe AFRILAND, Divers
 Conjoncture

Travaux Publics
Baisse de l’activité TP La conjoncture est légèrement défavorable même si le niveau de la commande publique se
maintient. La fin des grands projets en constitue la principale raison. L’absence de visibilité et l’inquiétude sur le chiffre
d’affaires à venir entraînent des diminutions de prix qui deviennent insuffisants pour faire face à l’augmentation des
coûts (main d’œuvre, matériaux et matériels).
Chute des contrats Les entrées en carnets de commandes accusent une chute en volume.
Néanmoins les travaux routiers se détachent largement.

Bâtiment
Activité toujours en recul L’activité du Bâtiment pour les GEBTP est toujours en recul.
Carnet pratiquement vide Le carnet de commandes est à nouveau en baisse.

Opinion des entrepreneurs


BTP en baisse en 2004 Selon les réponses sur le niveau de leur carnet de commandes, les entrepreneurs ne croient pas
en une amélioration pour l’année 2004 dans les TP et encore moins pour le Bâtiment.
Après plusieurs années étales, la profession souhaiterait retrouver une dynamique de croissance en 2004. Pour y
parvenir, il faudrait une nette reprise de l’investissement privé.
 Budget

Les travaux publics sacrifiés


Le département des travaux publics est de ceux qui sont mis à contribution pour résoudre les difficultés budgétaires du
gouvernement.
Budget du MINTP pour l’exercice 2003 : 60 milliards de francs
Fonctionnement : 42 milliards de francs (dont part Fonds Routier 22 milliards)
Investissement : 18 milliards de francs
Budget du MINTP pour l’exercice 2004 : 53 milliards de francs
Fonctionnement : 44 milliards de francs (dont part Fonds Routier 23 milliards)
Investissement : 9 milliards de francs

Des budgets qui manquent de lisibilité


Les budgets des ministères ordonnateurs manquent de lisibilité. Une présentation budgétaire confuse n’aide pas les
entreprises de TP à anticiper l’avenir.

Des difficultés sur le BIP et le PPTE

Les bailleurs de fonds en soutien


Sur financements du 8ième FED, du Fonds Koweïtien, de la BAD, de l’IDA, de la KFW, de la coopération japonaise
De grands projets sont en cours : Ponts sur le Ntem ; Routes vers le Gabon et la Guinée Equatoriale, constructions
d’écoles et de centres de santé
De grands projets sont annoncés : Route Ayos – Bonis ; Route Nomayos – Pont d’Olama
 Carnet de commande
Plan de charge à court terme des entreprises bien rempli (ramené à leurs capacités actuelles).

Travaux Publics
Les carnets de commandes ne sont que très rarement remplis à plus de trois ans.
Seules les ETP et BET adjudicataires de contrats triennaux pour l’entretien des routes en terre peuvent réellement
investir en personnel et matériels.

Bâtiment
Certaines entreprises ont des contrats par phases étalés sur plusieurs exercices budgétaires. Mais les montants par
exercice restent faibles.

En fait, les entreprises du sous-secteur TP ne sont grandes qu’à partir de leurs chiffres d’affaires annuels, et tout laisse à
croire qu’il existe une certaine répartition (tacite) des contrats entre elles.

D’une manière générale, les capacités d’absorption de nouveaux financements dans le sous-secteur TP sont limitées.
 Exécution des contrats

Passation des marchés


Délai pour la passation : 3 mois

Débours de l’entreprise
Acquisition des DAO
Montage du dossier de soumission (patente, certificat d’imposition, attestation CNPS, …)
Caution de soumission
Capacités de préfinancement (BIP, fonds PPTE, certains bailleurs)

Gestion des contrats


Délai moyen pour l’exécution de travaux jusqu’à la réception provisoire : 8 mois

Débours de l’entreprise
Etablissement du marché (environ 150.000 francs pour un contrat)
Enregistrement (environ 2% du montant HT du contrat)
Caution de bonne exécution (3% du montant TTC du contrat)
Caution d’avance de démarrage
Assurances (RCCE, TRC)
Réalisation des travaux
Etablissement des décomptes mensuels
Caution de retenues de garantie
Réalisation du plan de récolement
 Coûts

Main d’œuvre
Salaire mensuel moyen brut
Ingénieur 850.000 francs
Technicien 350.000 francs
OS 100.000 francs

DAF 250.000 francs


Secrétaire 100.000 francs

Les manœuvres et autres personnels de chantier sont très souvent payés à la tâche.

Matériaux
Prix moyen
Ciment la tonne 90.000 francs
Gravier le m3 8.500 francs
Moellons le m3 5.000 francs
Aciers la barre de 14 4.800 francs
Buses métalliques le ml diam 800 75.000 francs

Matériels
Location moyenne journalière
Bulldozer 350.000 francs (non compris porte-char)
Niveleuse 250.000 francs
Pelle chargeuse 200.000 francs
Camion benne 100.000 francs
Pick-up 50.000 francs
 Délais de paiement

Fonds Routier
En moyenne 15 jours à compter de la date de signature du décompte par les parties

BIP
En moyenne 4 mois à compter de la date de signature du décompte par les parties

Fonds PPTE
En moyenne 6 mois à compter de la signature du décompte par les parties

Bailleurs de fonds
En moyenne 2 mois à compter de la signature du décompte par les parties

Entreprises parapubliques
Variables

Clientèle privée
Variables
 Facteurs limitant de production

Manque de projection à moyen et long terme


Les échéances de lancement des projets par rapport à la programmation ne sont pas toujours respectées. En réalité, très
souvent la programmation physique et le travail des cellules de programmation sont déconnectés l’un de l’autre.

Manque d’appui financier


A l’exception des structures internationales qui trouvent un soutien financier auprès des banques commerciales
appartenant à de grands groupes internationaux, les entreprises camerounaises sont dans l’obligation de préfinancer une
grande partie de leurs activités.

Manque de main d’œuvre


La difficulté de pérenniser les emplois dans une entreprise n’est pas sans conséquence sur les rendements et la qualité
des travaux réalisés.
La main d’œuvre qualifiée fait défaut.

Manque de matériels/équipement
Coût d’acquisition des matériels neufs très élevé.
Fort taux de panne des engins bien souvent obsolètes.
 En guise de conclusion

La décentralisation, les contraintes budgétaires et l’appel au privé, la réforme de la


commande publique, et la complexité des circuits de décision, la protection de
l’environnement, le rééquilibrage des modes de transport, l’aménagement urbain et la
conservation du patrimoine public sont autant de facteurs de changement pour le secteur
du BTP.
L’alerte est donnée afin de préparer les entreprises à ces mutations. Il s’agit de voir
comment les entrepreneurs peuvent être les acteurs de leur propre avenir avec toute une
série d’instruments qui permette d’anticiper.

La réflexion s’organise autour de trois axes : les marchés, leur financement, l’offre de
l’entreprise.
 ETP, EB et BET

Entreprises de Travaux Publics (CA annuel > 500 MF)


- SATOM
- RAZEL
- DTP Terrassements
- BUN’S
- Groupe FIXIT
- MAG Sarl
- CMC
- COMAR
- FOBERD
- Ketch / Scemar
- KOPP

Entreprises de Bâtiment (CA annuel > 500 MF)


- CACOCO
- SAFRIC
- SOCATRACO

Bureaux d’Etudes Techniques (CA annuel > 100 MF)


- Bec la Routière
- SCET Cameroun
- ECTA BTP
- BETA Consult
- SADEG
- BEST

Vous aimerez peut-être aussi