Vous êtes sur la page 1sur 28

COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)

N.LEBIB

CHAPITRE IV :

LES PERTES DE PRECONTRAINTE

IV.1 : INTRODUCTION

IV.2 : LES PERTES INSTANTANEES

IV.3 : LES PERTES DIFFEREES

IV.4 : TENSION FINALE

IV. 1 : INTRODUCTION:

La précontrainte dans une structure (ou élément de structure) subit des variations dans le

temps :

Ces variations qui sont généralement dans le sens d’une réduction de tension sont

nommées "pertes de précontraintes".

Les pertes sont classées en deux catégories : Les pertes instantanées et les pertes différées

Dans ce chapitre les pertes en post-tension sont succinctement présentées

P (MN)
Po Px(MN)

𝑃𝑋 (𝑡1) = 𝑃𝑋 (𝑡0) − ∆𝑃𝑋 (𝑡1)


𝑃(𝑥) = 𝑃0 − ∆𝑃(𝑥)

x(m)
x t (s)
Fig .1.a t1 Fig .2.b

Fig.1 :Variation de la tension en fonction de la position Fig1.a et du temps Fig .1.b

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


= 𝑃0 − ∆𝑃(𝑥, 𝑡 )
= 𝑃0 − ∆𝑃(𝑥, 𝑡)
P(x,t)
COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB

IV.2 .LES PERTES INSTANTANEES :

Les pertes instantanées se produisent dans un temps relativement court, au moment de


la mise en tension et résultent de la technologie ou des propriétés des matériaux.

2 .1 .LES PERTES PAR FROTTEMENT :

Les pertes par frottement sont provoquées par le frottement de l’acier des câbles sur la
gaine.

Lors de la mise en tension, le câble est tiré du coté du vérin, il se plaque contre la génératrice
intérieure de la gaine dans la partie courbe de son tracé.

Il résulte de ce contact un frottement du câble contre la gaine qui réduit la tension dans le
câble à partir de son ancrage.

 Une partie de l’effort initial Po exercé par le vérin se trouve dissipé par frottement
dans les parties courbes du câble.
 Il en est de même dans les parties rectilignes, car ni la gaine ni le câble ne sont
rigoureusement rectilignes.

𝑂4
𝑂2

𝛼4
𝛼2

𝛼1 𝛼3

𝑂1 𝑂3
Fig2.Variation de la courbure d’un câble

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB

a. Evaluation des pertes de tensions par effets de courbures :

Fig3.Variation de la tension causée par la courbure d’un câble

Lorsque le câble se plaque contre la gaine, il se produit :

 Une action de contact normal p par unité de longueur du câble

et

 Une action de contact tangentielle fp (f : coefficient de frottement câble/gaine)

Par projection ortho-normale on obtient:

𝑑𝑃 (𝑥 ) 𝑃 (𝑥 )
𝑃 (𝑥 ) + 𝑑𝛼 − 𝑃(𝑥 ) + 𝑓 (𝑟𝑑𝛼 ) = 0
𝑑𝛼 𝑟

𝑑𝑃(𝑥)
𝑑𝑃 (𝑥 ) + 𝑓𝑃 (𝑥 )𝑑𝛼 = 0 → = −𝑓𝑑𝛼
𝑃 (𝑥 )

𝑑𝑃(𝑥)
∫ = −𝑓 ∫ 𝑑𝛼
𝑃 (𝑥 )

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB
P(x)
log 𝑃(𝑥) − log 𝑃0 = −𝑓𝛼(𝑥) → log = −𝑓𝛼(𝑥)
𝑃0

𝑃(𝑥)
= 𝑒 −𝑓𝛼(𝑥) → 𝑃(𝑥) = 𝑃0 𝑒 −𝑓𝛼(𝑥)
𝑃0

𝑃(𝑥) = 𝑃0 𝑒 −𝑓𝛼(𝑥)

Avec P0=tension à l’ origine de la courbure

P(x) : est la tension à l’abscisse x après pertes par frottement entre le vérin et ce point x

f : coefficient de frottement courbe

𝛼(𝑥) : est la déviation angulaire totale entre le vérin et l’abscisse x étudiée

b.Evaluation des pertes de tensions par effets de déviations parasites :

Les déviations accidentelles du tracé des gaines sont dus aux :

 Défauts d’alignement des gaines reboutées


 Festonnement de la gaine par effet de poids propre entre deux points d’attache
successifs

Ces déviations accidentelles causent des pertes aussi bien dans :

 les zones rectilignes

que dans

 les zones courbes

Ces pertes de tension par frottement parasite ont un caractère aléatoire, on les évalue
forfaitairement.

On introduit ainsi une déviation angulaire moyenne αd , dont la valeur est fonction de la
qualité de la main d’œuvre et de la facilité d’exécution des travaux

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB
On admet généralement une déviation parasite de l’ordre de αd =0.50 à 0.750 par mètre linéaire
de câble.

On calcule alors un coefficient de frottement en ligne φ équivalent aux effets de la déviation


angulaire moyenne :

𝜑 = 𝑓 × 𝛼𝑑

Ceci nous permet d’écrire les variations de tentions dans les câbles, sous l’effet des déviations
parasites en fonction de la longueur projetée x du câble

𝑃(𝑥) = 𝑃0 𝑒 −𝜑𝑥

𝜑: Coefficient de frottement en ligne (par mètre linéaire)

c.Evaluation des pertes de tensions par frottement :

On peut alors exprimer l’ensemble des pertes de tensions par frottement en une abscisse x :

𝑃(𝑥) = 𝑃0 𝑒 −(𝑓𝛼(𝑥)+𝜑𝑥)

Et en termes de contraintes :

𝜎𝑝𝑓 (𝑥) = 𝜎𝑝0 𝑒 −(𝑓𝛼(𝑥)+𝜑𝑥)

𝑃(𝑥) 𝑃0
Avec : 𝜎𝑝𝑓 (𝑥) = , 𝜎𝑝0 = ; Ap est la section du câble
𝐴𝑝 𝐴𝑝

Ou alors (en utilisant les approximations successives) :

𝜎𝑝𝑓 (𝑥) = 𝜎𝑝0 [1 − (𝑓𝛼(𝑥) + 𝜑𝑥)]

Les pertes de tension par frottement entre le vérin et l’abscisse étudiée x est alors :

∆𝜎𝑝𝑓 (𝑥) = 𝜎𝑝0 (𝑓𝛼(𝑥) + 𝜑𝑥) (1)

Ou :α(x) est la somme en valeur absolue des déviations angulaires entre l’origine et l’abscisse

considérée.

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB
𝑛

𝛼(𝑥) = ∑ |𝛼𝑖 |
𝑖=1

f et 𝜑 sont définis dans les textes d’agrément des différents procédés de précontrainte

(annexe3 : BPEL).

Exemple : 0.15 ≤ 𝑓 ≤ 0.24 et 10−3 ≤ 𝜑 ≤ 3 × 10−3 (𝑚 −1 )

(𝑃𝑜)𝜎𝑝𝑜 (𝑃𝑜)𝜎𝑝𝑜

𝜎𝑝 (MPa)

𝜎𝑝𝑜
∆𝜎𝑝𝑓 (x)

x(m)
x L
0

Fig4.Variation de la tension (contrainte) après pertes par frottement

(Cas d’une poutre symétrique (précontrainte biactive)

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB
2 .2 .LES PERTES PAR RECUL D’ANCRAGE :

Apres mise en tension, vient l’opération de blocage des ancrages suivie par la détention
des vérins, or le jeu existant dans les ancrages permet un léger glissement avant le blocage
définitif

Ce léger glissement accompagné par la déformation propre des pièces d’ancrage, lorsque
l’effort appliqué par les vérins leur est transféré entrainent un raccourcissement du câble et
donc une perte de tension. Dans ce denier déplacement (raccourcissement du câble), le câble
vient de nouveau se frotter contre la gaine.

Déformation
des pièces
d’ancrage
Transfert
+
Blocage des Des efforts Glissement
Mise en ancrages(2) aux
é) des câbles Raccourcisse
tension(1) ancrages
Détention des dans les ment du câble
vérins (3) (4) ancrages
(6)
(5)

Frottement Pertes de
du câble tension dans
contre la le câble par
gaine lors de recul
son d’ancrage
raccourcisse (7)
(frottement
positif)

(8)

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB
La perte de tension par recul d’ancrage résultant du :

 glissement de l’armature par rapport à son ancrage

et du

 tassement ou de la déformation de l’ancrage

Son influence diminue a partir de l’ancrage jusqu’a s’annuler a une distance "d" dite distance

d’influence du recul d’ancrage a partir de laquelle la tension demeure inchangée

(𝑃𝑜)𝜎𝑝𝑜 Ancrage passif

𝜎𝑝 (MPa)
A

𝜎𝑝𝑜

D 𝜎𝑝𝑓 (x)
D1
B
B
B1
C
𝜎𝑝0𝑔 Ag
𝜎𝑝𝑔 (x)
x(m)
d l1
0 L

Fig5.Variation de la tension (contrainte) après pertes par recul d’ancrage

(Cas d’une poutre biappuiée (précontrainte mono-active)

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB
Soient :

 𝜎𝑝𝑓 (𝑥) la courbe des tensions (contraintes) après pertes par frottement (avant

blocage de l’ancrage) (A,B,C).

 𝜎𝑝𝑔 (𝑥) la courbe des tensions (contraintes) après pertes par recul d’ancrage (après

blocage de l’ancrage) (Ag, D, B, C)

Le tracé du câble étant constant, le frottement entre l’ancrage (A) et le point où se fait sentir

cette rentrée d’ancrage (D) est le même que celui qui s’était produit entre ces points lors de la

mise en tension.

Ceci se traduit par la symétrie des courbes de tensions avant et après blocage de l’ancrage,

soit la symétrie des courbes𝜎𝑝𝑓 (𝑥 )et 𝜎𝑝𝑔 (𝑥 ) (voir fig4.)

NB : Le diagramme de tensions (ou de contraintes) après pertes par recul d’ancrage est

symétrique par rapport au diagramme de tensions (ou de contrainte) après pertes par

frottement jusqu'à la distance d’influence d.

En pratique les branches d’exponentielles de la courbe 𝜎𝑝𝑓 (𝑥) peuvent être assimilées à des

droites. Ceci, nous donne la direction des droites constituant la courbe 𝜎𝑝𝑔 (𝑥)

Il suffit de connaitre le point D où se fait sentir cette rentrée d’ancrage.

Considérons un élément de câble de longueur dx, (après recul d’ancrage) il subit une variation

de contraintes 𝛿𝜎𝑝(𝑥) et donc un raccourcissement 𝛿𝑑𝑥. La contrainte appliquée étant dans le

domaine élastique du câble, il vient :

𝛿𝑑𝑥 𝛿𝜎𝑝 (𝑥)


=
𝑑𝑥 𝐸𝑝

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB
Le raccourcissement total entre A et D est :

𝐷 𝐷 𝛿𝜎 (𝑥)
𝑝
∫ 𝛿𝑑𝑥 = ∫ 𝑑𝑥
𝐴 𝐴 𝐸𝑝

Or ce raccourcissement du câble doit être égale a la rentrée d’ancrage en A, valeur qui est

connue expérimentalement et qui est un des paramètres du système d’ancrage.

Cette valeur est notée conventionnellement g (g≅ 1 𝑎 12 𝑚𝑚) .

Ainsi :

1 𝐷
𝑔= ∫ 𝛿𝜎𝑝 (𝑥)𝑑𝑥
𝐸𝑝 𝐴

Sur la fig.4. on voit que la valeur de cette intégrale correspond a la surface hachurée du

triangle (A,Ag,D).

𝐷
𝑔𝐸𝑝 = ∫ 𝛿𝜎𝑝 (𝑥)𝑑𝑥 = 𝑎𝑖𝑟𝑒 𝑑𝑢 𝑡𝑟𝑖 (𝐴, 𝐴𝑔 , 𝐷)
𝐴

(𝜎𝑝0−𝜎𝑝0𝑔 )
𝑔𝐸𝑝 = × 𝑑 (eqt 1)
2

D’autres part, en utilisant la relation des triangles semblables (A, D, D’) et (A, B, B’) :

En posant 𝑙1 = 𝑙𝐴𝐵

(𝜎𝑝0 − 𝜎𝑝0𝑔 ) (𝜎𝑝0 − 𝜎𝑝𝐵 )


=
2𝑑 𝑙1

Il s’en suit :

2𝑑
(𝜎𝑝0 − 𝜎𝑝0𝑔 ) = (𝜎𝑝0 − 𝜎𝑝𝐵 )
𝑙1

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB
En utilisant l’eqt1:

2𝑔𝐸𝑝
𝑑=
(𝜎𝑝0 − 𝜎𝑝0𝑔 )

𝑔𝐸𝑝 𝑙1
𝑑=
(𝜎𝑝0 − 𝜎𝑝𝐵 )𝑑

Ainsi la distance d’influence du recul d’ancrage est donné par :

𝑔𝐸𝑝 𝑙1
𝑑=√ (2)
(𝜎𝑝0−𝜎𝑝𝐵)

La perte par recul d’ancrage maximale a lieu au point d’ancrage :

2𝑔𝐸𝑝
∆𝜎𝑝𝑜𝑔 = (3)
𝑑

Généralisation :

Nous avons démontré que l’aire comprise entre les diagrammes des contraintes avant et

après rentrée d’ancrage est égale a : gEp

Supposons un tracé quelconque de diagramme de contraintes définit par les points : A, B1,

B2, B3…Bn

Dans ce cas de figure , nous procéderons par approximations successives afin de situer notre

aire gEp entre les aires S1, S2, S3, Sn, définies respectivement , par les points de brisures

B1, B2, B3, Bn, afin de retrouver la position réelle du point D (point d’influence).

Exemple : voir Fig.5bis. n=3 S1< gEp<S2 alors 𝑑1 < 𝑑 < 𝑑2

 On écrira les expressions des aires S1 et S2

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB
 On calculera l’aire inconnue Si en fonction de l’inconnue d , sachant que : Si=gEp

 On écrira les relations des triangles semblables :

 On obtient une équation du second degré en d à résoudre (voir fig.5bis, si n= 3)

𝜎𝑝 (MPa) 𝜎𝑝 (MPa)
𝜎𝑝0
𝜎𝑝0

S1 B1 S2 B2
B2
B3
𝜎𝑝0𝑔

𝜎𝑝0𝑔

L
d1 d2 L
a-Aire S1
b-Aire S2

𝜎𝑝0
S3

B3

𝜎𝑝0𝑔

d3=L

c-Aire S3

Fig5bis.Généralisation du calcul des pertes par recul d’ancrage (a-b-c)

(Cas d’une poutre précontrainte (mono-active)

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB
2 .3 .LES PERTES PAR DEFORMATION ELASTIQUE DU BETON :

Les armatures de précontrainte sont liées à la pièce de béton qu’elles pré-


contraignent. L’application d’une contrainte sur le béton entraine une déformation
instantanée (raccourcissement ou allongement élastique) de celui-ci. En conséquence, les
armatures de précontrainte vont aussi subir une déformation, donc une variation de
contraintes.

Deux cas sont à considérer :

 Cas où la déformation du béton est produite par la mise en tension des câbles étudiés.
 Cas où la déformation du béton est produite par une action permanente appliquée
après mise en tension des câbles

a- Pertes de tension dans les câbles par raccourcissement instantané du béton lors
de leur mise en tension :

Supposons un élément de structure en béton précontraint (exemple une dalle) constitué de

plusieurs câbles de précontrainte (n).

La mise en tension s’effectue câble par câble ;

 Lorsque le 1er câble est mis en tension, il entraine un raccourcissement du béton, ce

raccourcissement causant à son tour une variation de tension dans le câble (perte par

raccourcissement élastique du béton).

Cependant cette variation peut être récupérée grâce au vérin toujours en place.

 En revanche, dés que 2eme câble est mis en tension, le 1er câble est bloqué dans son

ancrage, le raccourcissement du béton entraine une perte effective dans le 1 er câble et

ainsi de suite…

Ainsi la mise en tension du neme câble, entraine le raccourcissement du béton au droit

des (n-1) câbles préalablement tendus et une chute de tension en conséquence.

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB

1 2 3 i-1 i n

En posant :

𝜀𝑏 : Raccourcissement relatif instantané unitaire du béton , causé par la mise en tension d’un câble.

C1 C2 …………. Ci-1 Ci …………. Cn-1 Cn

C1 0 0 ………... 0 0 …………. 0 0

C2 𝜀𝑏 0 ………… 0 0 …………. 0 0

Ci 𝜀𝑏 𝜀𝑏 …………. 𝜀𝑏 0 …………. 0 0

Cn 𝜀𝑏 𝜀𝑏 …………. 𝜀𝑏 𝜀𝑏 ………….. 𝜀𝑏 0

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB
Ainsi le bilan des déformations du a la mise en tension des n câbles est :

Mise en tension du 1er câble : 0𝜀𝑏

Mise en tension 2eme câble : 1𝜀𝑏

……

Mise en tension du neme câble : (𝑛 − 1)𝜀𝑏

Ainsi le raccourcissement total des n câbles est :

𝑛(𝑛 − 1)
𝜀𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙 = 𝜀𝑏
2

Soit, 𝜀𝑖 : raccourcissement relatif unitaire du béton, causé par la mise en tension des n câbles.

𝜀𝑖 = 𝑛𝜀𝑏

(𝑛 − 1)
𝜀𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙 = 𝜀𝑖
2

La perte de tension due a la mise en tension des n câbles est donc :

(𝑛 − 1)
∆𝜎𝑇,𝑟𝑎𝑐𝑐 (𝑥) = 𝜀𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙 𝐸𝑝= 𝜀𝑖 𝐸𝑝
2

La perte de tension moyenne par câble est alors :

(𝑛 − 1)
∆𝜎𝑟𝑎𝑐𝑐 (𝑥) = 𝜀𝑖 𝐸𝑝
2𝑛

Or, 𝜀𝑖 le raccourcissement relatif instantané dans le béton s’exprime par :

𝜎𝑏𝑖𝑗 (𝑥)
𝜀𝑖 =
𝐸𝑏𝑖𝑗

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB
𝜎𝑏𝑖𝑗 (𝑥) : est la contrainte dans le béton (au jour j) au niveau du centre de gravité du câble moyen sous

l’effet de toutes les actions de longues durées (poids propre, …etc), y compris la précontrainte des n

câbles après pertes instantanées.

(𝑛 − 1) 𝐸𝑝
∆𝜎𝑟𝑎𝑐𝑐 (𝑥) = 𝜎𝑏𝑖𝑗 (𝑥)
2𝑛 𝐸𝑏𝑖𝑗

𝐸𝑝
Avec en général : =6
𝐸𝑏𝑖𝑗

A titre de simplification la formule proposée par les BPEL devient :

1 𝐸𝑝
∆𝜎𝑟𝑎𝑐 (𝑥) = 𝜎𝑏𝑖𝑗 (𝑥)
2 𝐸𝑏𝑖𝑗

𝑃𝑝𝑖 (𝑥 ) 𝑃𝑝𝑖 (𝑥 ) × 𝑒𝑝2 (𝑥 ) 𝑀𝑔 (𝑥 ) × 𝑒𝑝 (𝑥 )


𝜎𝑏𝑖𝑗 (𝑥 ) = + +
𝐵𝑛 𝐼𝑍𝑛 𝐼𝑍𝑛

𝑃𝑝𝑖 (𝑥 ) = (𝜎𝑝0 − ∆𝜎𝑓 (𝑥 ) − ∆𝜎𝑔 (𝑥 ) − ∆𝜎𝑟𝑎𝑐 (𝑥)) × (𝑛𝐴𝑝 )

Ou : 𝑃𝑝𝑖 (x) : tension probable dans le câble moyen après pertes instantanées

𝐴𝑝 : Section nominale d’un câble,

n : Nombre de câbles de la famille mise en tension

𝑒𝑝 (𝑥) : Excentricité du câble moyen au niveau de la section x considérée

𝑀𝑔 (𝑥 ) : Moment de flexion dans la section x du a l’effet de toutes les actions de longues durées
(poids propre ….) mobilisées en même temps que la mise en tension de la famille de câbles

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB
b- Variation de tension dans les câbles par déformation instantanée du béton sous l’effet
d’une action permanente ultérieure a la mise en tesion :

Sous l’effet d’une action permanente, nous ne pouvons pas uniquement parler de perte par

déformation.

En effet, la déformation du béton peut être provoquée par une diminution de compression (c’est le

cas par exemple du bétonnage d’un hourdis sur une poutre préfabriquée) qui se traduit par un

allongement du câble ; il s’agit d’une surtension.

Si l’action permanente n’est pas une précontrainte, les câbles tendus avant application de cette action

subissent la totalité des déformations, donc par égalité des déformations acier-béton, on a :

∆𝜎𝑏𝑖𝑗 (𝑥)
∆𝜎𝑟𝑎𝑐𝑐 (𝑥) = 𝐸𝑝
𝐸𝑏𝑖𝑗

Avec : ∆𝜎𝑏𝑖𝑗 (𝑥) est la variation de contrainte au niveau du câble moyen a l’âge j .

c- Variation totale de tension dans les câbles par déformation instantanée du béton :

Ainsi la formule généralisée des pertes de tension par déformations instantanées du béton,

proposée par les BPEL est:

∆𝜎𝑏𝑖𝑗 (𝑥)
∆𝜎𝑟𝑎𝑐𝑐 (𝑥) = 𝐸𝑝 ∑ 𝑘𝑗 (4)
𝐸𝑏𝑖𝑗

Avec :

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB
 ∆𝜎𝑏𝑖𝑗 (𝑥) : Variation de contrainte au niveau du béton au droit de la famille d’armatures

étudiée (dans la section x considérée) sous l’effet des charges permanentes appliquées au

jour j

 𝐸𝑝 : Module d’élasticité longitudinale des armatures de précontrainte

 𝐸𝑏𝑖𝑗 : Module d’élasticité longitudinale instantané du béton au jour j

 𝑘𝑗 = 0.5 : pour la variation ∆𝜎𝑏𝑖𝑗 (𝑥) due a la mise en tension des armatures de la famille

∅1 et aux charges permanentes mobilisées simultanément.

 𝑘𝑗 = 1 : pour la variation ∆𝜎𝑏𝑖𝑗 (𝑥) due aux actions permanentes appliquées

postérieurement a la mise en tension des armatures de la famille ∅𝟏 .

REMARQUE : Les actions permanente appliquées postérieurement a la mise en tension des


armatures de la famille ∅𝟏 , peut correspondre a la mise en tension d’une deuxième famille
∅𝟐

EXEMPLE :

Soit une dalle précontrainte par deux familles de câbles :

1 n 1 p

∅1(j1) ∅2(j2)

Protocole de mise en tension :

 Famille ∅𝟏 mise en tension a l’âge J1 (n câbles)


 Famille ∅𝟐 mise en tension a l’âge J2 (p câbles )

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB
A l’âge j1 : on met en tension la famille ∅𝟏
1 𝐸𝑝
Famille ∅𝟏 : (mise en tension) ∆𝜎𝑟𝑎𝑐𝑐−𝑛1 (𝑥) = 𝜎𝑏𝑛𝑗1 (𝑥)
2 𝐸𝑏𝑖𝑗1

Famille ∅𝟐 : (non tendue) ∆𝜎𝑟𝑎𝑐𝑐−𝑝1 (𝑥) = 0

A l’âge j2 : on met en tension la famille ∅𝟐

𝐸𝑝
Famille ∅𝟏 : (tendue et ancrée) ∆𝜎𝑟𝑎𝑐𝑐−𝑛2 (𝑥) = ∆𝜎𝑏𝑝𝑗2 (𝑥)
𝐸𝑏𝑖𝑗2

1 𝐸𝑝
Famille ∅𝟐 : (mise en tension) ∆𝜎𝑟𝑎𝑐𝑐−𝑝2 (𝑥) = ∆𝜎𝑏𝑝𝑗2 (𝑥)
2 𝐸𝑏𝑖𝑗2

Ainsi : Famille ∅𝟏 subit deux pertes successives

2 .4 .L A PERTES INSTANTANEE TOTALE :

Les pertes instantanées se produisent les unes après les autres, par conséquent ces
pertes se cumulent.

La perte instantanée totale désignée selon les BPEL par perte de mise en tension (ou mise en
œuvre) notée ∆𝜎𝑝𝑖 (𝑥)est égale a :

∆𝜎𝑝𝑖 (𝑥) = ∆𝜎𝑓 (𝑥) + ∆𝜎𝑔 (𝑥) + ∆𝜎𝑟𝑎𝑐𝑐 (𝑥) (6)

La tension initiale probable (après pertes instantanées) dans les câbles notée
𝜎𝑝𝑖 (𝑥) se calcule comme suit :

𝜎𝑝𝑖 (𝑥) = 𝜎𝑝𝑜 − ∆𝜎𝑝𝑖 (𝑥) (7)

pi: probable instantanée

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB

IV.3 : LES PERTES DIFFEREES :

Les pertes différées se produisent pendant un temps plus ou moins long après que la
structure ait été précontrainte et proviennent de l’évolution dans le temps des caractères
des matériaux lorsqu’ils sont soumis à des actions permanentes.

 En effet, les câbles liés au béton à leurs extrémités par les ancrages et tout au long de
leur tracé par le coulis de ciment injecté, sont astreintes a subir les mêmes variations
de déformations que le béton adjacent.
 De même ces câbles subissent des pertes en raison du phénomène de fatigue qui leur
est propre.

3 .1 .LES PERTES DUES AU RETRAIT DU BETON :

3 .1 .1. LE RETRAIT DU BETON :

Le retrait est un phénomène de raccourcissement du béton dans le temps du a une


évaporation de l’eau excédentaire contenue dans le béton et a des réactions chimiques. Ce
retrait a lieu dans les premiers mois après coulage du béton.

NB : le retrait est un raccourcissement indépendant du chargement

La valeur de la déformation relative due au retrait en fonction du temps peut être exprimée
par :

𝜀𝑟 (𝑡) = 𝜀𝑟 × 𝑟(𝑡)

Avec t=0 : date de mise en œuvre du béton

Ou : 𝜀𝑟 est le retrait final du béton (lorsque t tend vers l’infini)

𝜀𝑟 , dépend surtout de l'hygrométrie ambiante, pour des pièces non massives a l’air libre, il
est estimé a :

𝜀𝑟 = 2 × 10−4 En climat humide (zone A de la carte climatique de l’Algérie)

𝜀𝑟 = 3 × 10−4 En climat tempéré sec (zone B)

𝜀𝑟 = 4 × 10−4 En climat chaud et sec (zone C, D1)

𝜀𝑟 = 5 × 10−4 En climat très sec (zone D2, D3)

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB

r(t)

t
Fig.6. la loi d'évolution de la fonction r(t) dans le temps

r(t) : caractérise la loi d'évolution du retrait dans le temps

r(t) : varie de 0 au moment du bétonnage (mise en œuvre) , à 1 pour 𝑡 = ∞

t : est l’âge du béton compté en jours a partir du bétonnage (mise en œuvre)


𝜀𝑟(𝑡) 𝑡
avec : 𝑟 (𝑡) = =
𝜀𝑟 𝑡+9 𝑟𝑚

Ou : r m est le rayon moyen de la pièce de béton exprimé en cm :


𝑎𝑖𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑝𝑖𝑒𝑐𝑒 𝐴
𝑟𝑚 = =
𝑝𝑒𝑟𝑖𝑚𝑒𝑡𝑟𝑒 𝑒𝑥𝑡𝑒𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑝𝑖𝑒𝑐𝑒 𝑢

3 .1 .2. LES PERTES DUES AU RETRAIT DU BETON :

Le retrait se développe dés le durcissement du béton, alors que les câbles ne sont tendus
que lorsque le béton a atteint une résistance nécessaire, donc les câbles, ancrés dans le
béton, ne subissent que la part du raccourcissement due au retrait effectué après la mise
en tension ; ainsi le raccourcissement des câbles due au retrait s’exprime par :

𝜀𝑟 (𝑡 ) − 𝜀𝑟 (𝑡0 )= ∆𝜀𝑟 (𝑡)

Avec t0 : âge du béton a la mise en tension

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB

𝜀𝑟 (𝑡)
𝜀𝑟

∆𝜀𝑟 (𝑡) retrait après mise en tension=

effet effectif sur les câbles

𝜀𝑟 (𝑡0 )
Part du retrait avant mise en tension
r(t0)
t (jours)
t0(âge de mise en tension)

Fig. 7. la loi d'évolution du retrait dans le temps r(t)

Le raccourcissement d'un câble dû au retrait est ainsi :

∆𝜎𝑟 (𝑡) = ∆𝜀𝑟 (𝑡 ) × 𝐸𝑝 = [𝜀𝑟 (𝑡) − 𝜀𝑟 (𝑡0 )] × 𝐸𝑝

∆𝜎𝑟 (𝑡) = 𝜀𝑟 [𝑟(𝑡 ) − 𝑟(𝑡0 )] × 𝐸𝑝

a tqq : ∆𝜎𝑟 (𝑡) = 𝜀𝑟 [𝑟(𝑡) − 𝑟 (𝑡0 )] × 𝐸𝑝

a t=∞ : ∆𝜎𝑟 (𝑡) = 𝜀𝑟 [1 − 𝑟(𝑡0 )] × 𝐸𝑝

Les BPEL proposent d’utiliser les formules exprimant les pertes totales par raccourcissement
due au retrait :

∆𝜎𝑟 (𝑥 ) = 𝜀𝑟 [1 − 𝑟(𝑡0 )] × 𝐸𝑝(8)

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB

3 .2 .LES PERTES DUES AU FLUAGE DU BETON :

3 .2 .1. LE FLUAGE DU BETON :

Le fluage est un phénomène de déformation différé du béton soumis a une


contrainte de compression maintenue 𝝈𝒃

Cette déformation de fluage 𝜀𝑓 qui s’ajoute a la deformatioon instantané 𝜀𝑖 depend d’un grand
nombre de paramètres :

 La résistance du béton
 La contrainte appliquée 𝜎𝑏
 L’âge j du béton au moment où on applique la contrainte
 L’humidité relative 𝜌ℎ
 La durée d’application de la contrainte 𝜎𝑏
 Les dimensions de la section comprimée
 On peut cependant avoir une approximation du fluage final (a long terme) par la
relation
𝜀𝑓𝑙 = 2𝜀𝑖
𝜎𝑏𝑖𝑗
Avec : 𝜀𝑖 =
𝐸𝑏𝑖𝑗

NB : le fluage commence au moment du chargement et se développe pendant la durée


d’application de celui-ci

3 .2 .2. LES PERTES DUES AU FLUAGE DU BETON :

Les câbles ancrés dans le béton subissent les mêmes déformations que celles subit
par le béton, par conséquent, a cause du phénomène de fluage du béton, ces câbles
subissent une perte dans leur tension due au fluage :

∆𝜎𝑓𝑙 (𝑥) = 𝜀𝑓𝑙 × 𝐸𝑝

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB
Cependant, vu le caractère variable de la contrainte dans le béton au niveau des armatures
de précontrainte, une autre formule est proposée par les BPEL.

En effet, le contrainte du béton au niveau des armatures de précontrainte n’est pas


constante dans le temps , même si l’on fait abstraction des charges variables appliquées (a la
structure) pendant des durées trop courtes pour avoir une influence significative sur le fluage

Cette contrainte varie a cause de :

a. Des différentes phases de construction qui se produisent par l’application de


nouvelles charges permanentes
b. Des pertes différées de toutes natures qui entrainent une évolution progressive de la
tension dans les câbles.

La formule préconisée par les règles BPEL donnent la perte finale par fluage est :

𝐸𝑝
∆𝜎𝑓𝑙 (𝑥) = (𝜎𝑏𝑀 (𝑥) + 𝜎𝑏𝐹 (𝑥)) × (9)
𝐸𝑏𝑖𝑗

Ou :

𝜎𝑏𝑀 (𝑥) : Contrainte maximale dans le béton au droit des aciers de précontrainte après pertes
instantanées (a la mise en tension)

𝜎𝑏𝐹 (𝑥) : Contrainte finale dans le béton au droit des aciers de précontrainte après pertes
différées

J : âge du béton lors de la mise en précontrainte

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB

3 .3 .LES PERTES DUES A LA RELAXATION DE L’ ACIER :

3 .3.1. LA RELAXATION DES ACIERS:

Si un fil d’acier est tendu a une contrainte relativement élevée entre deux points fixes,
c'est-à-dire sur une longueur constante, la contrainte initiale tend à diminuer avec le temps ;
c’est ce phénomène que l’on appelle relaxation de l’acier.

Définition : La relaxation est un relâchement de la tension dans un câble à longueur


constante

L= cste

𝜎𝑡 𝜎𝑡
Acier

𝜎𝑡 (𝑡)

r(t0) Chute de tension (contrainte) de l’acier par


relaxation

Tension(contrainte) résiduelle

Fig. 8. Variation de la contrainte dans un acier a cause de la relaxation

3 .3.1. LES PERTES DE TENSION PAR RELAXATION :

Le phénomène de relaxation entraine, dans les armatures de précontrainte une chute de


tension.

La relaxation n’apparait pour les aciers HLE que pour les contraintes supérieures à
30% (a 40%) de fprg.

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB

Les armatures de précontrainte sont classes en 3 groupes :

Relaxation normale : RN

Basse relaxation : BR

Très basse relaxation : TBR

Le phénomène de relaxation est caractérisé par la valeur de la relaxation a 1000h


(𝝆𝟏𝟎𝟎𝟎 ), pour une tention initiale 𝝈𝒑𝒊 = 𝟎. 𝟕𝒇𝒑𝒓𝒈 sous une longueur constante et sous
𝟎
une température constante (+𝟐𝟎 ± 𝟏 ) 𝟎

A titre d’exemple en Classe I :

TBR BR RN
𝜌1000
2% 4% 8%

Le règlement indique une formule d’extrapolation permettent d’évaluer la relaxation totale


finale a partir de la valeur garantie a 1000h (𝝆𝟏𝟎𝟎𝟎 )

∆𝜎𝜌(1000ℎ) = 𝜌1000 𝜎𝑝𝑖

L’évolution en fonction du temps de la perte de contrainte par relaxation sous l’effet d’une
contrainte initiale 𝜎𝑝𝑖

∆𝜎𝜌(𝑡) = 𝐾1 𝑓(𝑡) × 𝜌1000 × 𝜎𝑝𝑖

Avec K1: coefficient dépendant de la classe de relaxation de l’acier

f(t) : est la fonction d’évolution de la relaxation avec le temps

Les règlements BPEL préconisent le calcul de la relaxation finale supposée atteinte a : 𝑡 =


5 × 105 ℎ, ce qui conduit a la formule suivante :

∆𝜎𝜌(∞) = 6 × 10−2 (𝑢 − 𝑢0 ) × 𝜌1000 × 𝜎𝑝𝑖

𝜎𝑝𝑖
Ou : u= est le rapport de la tension initiale a la résistance garantie
𝑓𝑝𝑟𝑔

et u0 est un coefficient pris égale a :

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB

TBR BR RN
𝑢0
0.43 0.35 0.30

𝝈𝒑𝒊 Est la tension à l’ origine après pertes instantanées

Ou bien :

∆𝜎𝜌∞(𝑥 ) = 𝜌∞ × 𝜎𝑝𝑖 (𝑥)(10)

Avec:

𝜌∞ = 6 × 10−2 (𝑢 − 𝑢0 ) × 𝜌1000 (11)

3.4 .LES PERTES DIFFEREES TOTALES:

Les pertes différées se produisent simultanément, mais selon les BPEL l’étude de ces
pertes se fait séparément, la prise en compte de leur simultanéité se fait d’une manière
forfaitaire :

Les pertes différées finales, selon les BPEL sont données par:

𝟓
∆𝝈𝒅(𝒙) = ∆𝝈𝒓 (𝒙) + ∆𝝈𝒇𝒍 (𝒙) + ∆𝝈𝝆 (𝒙)(12)
𝟔

Rq :

Si on veut évaluer les pertes de tensions différées a un instant t quelconque , les BPEL
préconisent la formule suivante :

∆𝝈𝒅(𝒙, 𝒕) = 𝒓(𝒕)∆𝝈𝒅(𝒙)(13)

Où t est compté a partir de l’âge de mise en tension

3.5. TENSION FINALE :

La tension probable finale est donc estimée par la formule:

𝜎𝑝∞(𝑥 ) = 𝜎𝑝𝑖 (𝑥) − ∆𝜎𝑑 (𝑥)(14)

Ou bien :

𝜎𝑝∞(𝑥 ) = 𝜎𝑝0 − (∆𝜎𝑝𝑖 (𝑥 ) + ∆𝜎𝑑 (𝑥 ))(15)

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE


COURS DE BETON PRECONTRAINT VOIX ET OUVRAGES D’ARTS (B)
N.LEBIB

Chée

CHAPITRE IV : LES PERTES DE PRECONTRAINTE