Vous êtes sur la page 1sur 6

« Le Miniscénario » par Taibi Kahler

Addendum à l’article de l’article de 1974

Je suis reconnaissant à la Net-revue de l’Analyse Transactionnelle de me


donner l’opportunité de compléter l’article original sur le miniscénario et de
mettre à jour les applications et recherches faites sur les vingt dernières
années sur le concept du miniscénario et les modèles qui en ont découlé :
le Process Communication Model et la Process Thérapie.

En 1972, je mettais en route un projet de recherche faisant la corrélation


entre les Drivers, les états du Moi, les besoins psychologiques, les positions
de vie, les rackets, les injonctions, les scénarios, les rôles, les jeux et les
mythes.

Je mis en place la « Kahler Transactional Analysis Script Check-list »


(check-list Kahler d’analyse des scénarios AT) que j’avais créée pour ma
thèse.
Je l’appliquai à 1 200 personnes.
J’obtins 982 réponses complètes.
Avec ces réponses, six des dix Drivers (5 de l’enfant et 5 du Parent) furent
retenus comme les plus représentés :
Fais plaisir, Fais des efforts, Sois fort, Sois parfait, sois fort pour moi, Sois
parfait pour moi.

Bien que cette étude ne montre pas de corrélations significatives entre ces
six grandes familles de Drivers (types) et les réponses attendues,
apparurent cependant des corrélations significatives parmi les réponses non
liées à des Drivers.
Ces liens constituaient six ensembles cohérents.

Par exemple, il y avait une très forte corrélation entre :


Parent Critique négatif, frustration, OK/Pas OK, ne t’amuse pas, le scénario
« tant que », etc.
Les facteurs à la fois exclusifs et communs apparaissant dans ces
ensembles cohérents montraient avec force que six schémas (patterns)
regroupaient à eux seuls 95% des comportements négatifs tels qu’identifiés
selon les termes de l’Analyse Transactionnelle.

Je partageai ces informations avec mon collègue le Dr Paul Ware qui avait
lu les travaux de Shapiro et plus tard, j’en tirai six « adaptations »
Paul Ware et moi étions visiblement sur la même piste à partir de différents
postulats.
Puis je commençai à enseigner et écrire sur les six schémas et leurs
corrélations, les appelant :
Suradaptés (overreactors), Travaillomanes (Workaholics), Douteurs
(doubters), Manipulateurs (Manipulators), Désaprobateurs (disapprovers),
et Rêveurs éveillés (Draydreamers). J’ajoutais alors un septième schéma
pour identifier les 5% manquant dans la population étudiée, j’appelai cette
« adaptation » les Cycliques (cyclers).

Vers 1975, je commençai à beaucoup voyager et enseigner. Peu à peu je


passai de présentations cliniques à des séminaires portant sur la
connaissance de soi et le développement personnel, puis à l’application
dans le milieu professionnel.

En 1978, mon rôle à la NASA de recrutement, sélection et orientation des


astronautes provoqua un besoin évident de moyens efficaces et pertinents
pour effectuer les entretiens avec des centaines de candidats.
C’était le parfait moment pour ça.
Bien que je ne me sois pas embarqué alors vers une approche plus clinique
des applications des miniscénarios, j’avais passé beaucoup de temps à
m’intéresser, observer et formaliser les schémas comportementaux positifs
de mes premières six « adaptations » et j’ai commencé à les nommer les
Six Types de Personnalité.
C’était le moment de reprendre la recherche.

Depuis plusieurs années, j’avais envisagé la structure de personnalité


comme une séquence en couches successives de ces six Types positifs de
personnalité.

J’ai formé un groupe d’éducateurs familiaux en Floride ces vingt dernières


années.
De leur coté, ils ont enseigné à presque dix mille parents (XXX) comment
évaluer la structure de personnalité, comment communiquer avec leurs
enfants, les motiver, et comment se conduire devant leurs comportements
négatifs.
Nous fîmes l’hypothèse que l’ordre dans la séquence de ces six Types de
Personnalité était dans la plupart des cas fixé vers sept ans.

Les tests et recherches de validation ont établi que la structure de


personnalité reste fixée pour la vie.
Aux alentours de 1978, je fis la découverte qui sera probablement la plus
importante découverte théorique de ma vie avec le miniscénario/
Je l’appelai « Phases »
Je cherchais une clé pour ouvrir la porte à des questions telles que :
1. Pourquoi les gens sont-ils motivés par des besoins différents à
différents moments de leur vie ?
2. Pourquoi le Driver primaire d’une personne ne change jamais alors
qu’elle peut montrer une séquence de scénario négatif liée à un Type
de Personnalité positif différent de celui lié à son Driver primaire ?
3. Pourquoi certaines personnes ont ou peuvent avoir des scénarios
dominant différents à différentes étapes de leur vie ?
4. Pourquoi pouvons-nous montrer, non pas un, mais deux miniscénario
négatifs ?

Pour répondre à ces questions, j’ai entrepris une nouvelle étude que j’ai
terminée en 1982.
Ceci incluait un questionnaire/inventaire sur papier, et étendait les
questions posées pour toucher les traits de caractères, les environnements
préférés, et les styles d’interaction des Types de personnalité.
Cet inventaire évaluait également les phases et la possible émergence d’un
Type de Personnalité qui détermine d’une certaine manière ce que seront
nos futurs besoins psychologiques et ce que sera notre nouveau
miniscénario négatif.

Cette recherche aboutit aussi sur ce qui était observable des Perceptions de
chaque Type de Personnalité.
Ceci était le fruit logique du modèle de Paul Ware développant les
appellations « ressentir, penser, se comporter » de Berne.
Je changeai les appellations de ressentir vers Émotions. Je remarquai que
penser était un mélange de pensées et d’opinions et j’observai que se
comporter se divisait en trois modes, action, réaction et inaction.

Les résultats indiquèrent de manière évident les corrélations entre


Empathiques et Émotions, Travaillomanes et Pensées, Persévérants et
Opinions, Promoteurs et Actions, Rebelles et Réactions, Rêveurs et
Inaction.

Trois experts dans l’évaluation des six types de personnalité ont interviewé
de manière indépendante 100 personnes.
Chacun des six types de personnalité était représenté dans cet échantillon.
Les trois experts conclurent de manière identique sur 97 évaluations sur
100.
L’écart obtenu porte un coefficient significatif de >0,001.
Ces mêmes experts devaient également évaluer la phase. Utilisant le
coefficient de Kendall et en testant les concordances avec la valeur critique
chi-carré, l’écart obtenu entre les experts portait à nouveau un coefficient
significatif de >0,001.

D’autres personnes furent évaluées et sélectionnées par les experts de


manières indépendantes afin d’obtenir un minimum de 30 personnes dans
chaque classification de Type de Personnalité aboutissant à un total de 180
personnes identifiées et évaluées par ces trois experts indépendamment.

213 items comprenant des extractions de l’étude originale furent soumis à


112 personnes au hasard. L’analyse des données produites indiqua encore
une fois une concentration naturelle sur six critères : les six types de
personnalité.

204 de ces items furent soumis aux 180 personnes dont les types de
personnalité avaient été identifiés. Seul les items avec une corrélation de
plus de 0,6 (significatif à >0,01) furent retenus pour l’inventaire de
structure de Personnalité final.

J’étais transporté de joie, non seulement devant les résultats de l’étude,


mais aussi en l’utilisant pour réinterpréter les découvertes de mes
recherches de 1972.

Pour illustrer avec un exemple typique :

Promoteur - Sois fort pour moi


Rêveur - Sois fort
Persévérant - Sois parfait pour moi
Rebelle - Fais des effort
Empatique - Fais plaisir
Travaillomane - Sois parfait

Dans l’étude originale, si une personne présentait un Driver Sois Parfait,


l’hypothèse était qu’il ou elle ferait l’expérience de l’ensemble de
comportements suivant :
Parent Critique négatif, Ne t’amuse pas, frustration, tant que, je suis OK –
Tu n’es pas Ok, etc. parce qu’ils apparaissaient particulièrement liés.

Cependant, il restait à clarifier le facteur comportemental le plus


important : Les phases.
Dans l’exemple qui précède, si une personne qui change de phase se
retrouve maintenant dans un deuxième étage identifié comme « fais
plaisir » et connaît les comportements liés tels que « Je ne suis pas Ok –
Tu es Ok, Enfant adapté négatif, victime, je suis stupide –botte-moi les
fesses, confusion, ne ressens pas ta colère, presque, etc.
Avec les résultats que nous obtenons dans l’étude nous pouvons conclure
que lorsqu’une personne ne parvient pas à satisfaire de manière positive
les besoins psychologiques de sa phase, il/elle essaiera de satisfaire ces
mêmes besoins de manière négative en se défendant et réglant les
problèmes à l’aide du miniscénario négatif qui correspond au Type de
Personnalité de phase.

Ainsi, chaque comportement d’une personne peut-être observé, décrit,


catégorisé, expliqué et contrôlé seconde par seconde avec ce modèle.
Je compare la structure de personnalité à un immeuble de six étages
équipé d’un ascenseur.
L’ordre est déterminé à la naissance (probablement pour le rez-de
chaussée –premier étage*) puis par l’environnement (pour les étages 2 à
6)
Il existe 720 combinaisons possibles et si l’on ajoute la combinaison
complexe avec la phase incluse, nous obtenons 4 320 combinaisons
possibles de structures de personnalité.
Chaque étage contient une énergie propre que l’on peut mesurer de 1 à
100%.
En d’autres termes, on pourra dire qu’il existe des millions de miniscénario
positifs possibles.

Bien qu’à l’origine j’aie identifié cinq Drivers Parent (Je suis OK, tu seras OK
si tu…) et cinq Drivers enfant (Je serai OK si je…, Tu es OK), seuls six de
ces Drivers sont liés de manière significative avec les six ensembles
cohérents comportementaux : Fais plaisir, Fais des efforts, Sois fort, Sois
parfait, Sois fort pour moi, Sois parfait pour moi.
Dit autrement, il apparaît à l’observation et après étude que six
miniscénarios négatifs englobent un pourcentage significatif de la
population générale.

L’autre apport de l’effort mis dans la deuxième vague d’étude fut la


production de l’inventaire papier qui propose toutes ces informations
comportementales dans la vie personnelle, professionnelle ou clinique sous
la forme d’un rapport remis en séminaire.
Plus de 500 000 personnes ont reçu leur Profil Process Communication®
dans plus de 20 pays et dans 10 langues différentes.
Ce rapport est remis avec les informations de validité et fiabilité statistique.
135 personnes on été certifiées aux Etats Unis et 170 dans le reste du
monde.

Ce n’est pas ici mon intention de rédigé un traité de Process Thérapie, je


faillirais à mon devoir si je ne mettais pas en garde le lecteur sur plusieurs
points précisés dans l’article d’origine.
Le plus important : les Drivers ne doivent pas être « attaqués »
directement et encore moins supprimés. Le Driver de la phase ouvre une
séquence de miniscénario négatif qui « connecte » ce Driver à une décision
comportementale au niveau de l’injonction scénarique. Ainsi le Driver
fonctionne-t-il en fait comme mécanisme de défense et devra être traité
comme tel. (Rappelons-nous que Bob et Mary Goulding l’avaient relevé et
émis une mise en garde à ce propos)
Il y a cependant des transactions et des Perceptions préférentielles à
utiliser lorsque nous communiquons avec une personne dans un Driver. De
plus le fait de fournir à cette personne des permissions liées aux Drivers ou
Stoppers (injonctions scénariques fonctionnelles) ne sera certainement pas
efficace.

Pour ceux qui souhaiteraient lire les documents de recherche, incluant 10


thèses et une série de présentations or un aperçu de Process Thérapie,
n’hésitez pas à m’adresser un courriel à
kahlercom@aristotle.net

Je vous remercie de noter que tout enseignement ou coaching


d’applications non-cliniques du modèle du miniscénario (Process
Communication Model) fait l’objet d’un copyright et demande une
certification par Kahler Communications, Inc aux États Unis et Taibi Kahler
Associates, Inc dans le reste du monde.

Taibi Kahler
Janvier 99