Vous êtes sur la page 1sur 39

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTI FIQUE

Université Kasdi Merbah-Ouargla


Faculté des Sciences Appliquées
Département de Génie Civil et Hydraulique

Cours
Traitement des eaux

Par KAIS BAOUIA

Maitre de conférence –B- à l'Université kasdi merbeh - Ouargla

Année Universitaire 2017-2018


Avant propos

Ce cours est destiné aux étudiants de graduation spécialisés en hydraulique et traitement des
eaux de l’Université Kasdi Merbah-Ouargla, Faculté des Sciences Appliquées, Département de
Génie Civil et Hydraulique et qui a pour objectif de donner un aspect général sur le traitement
des eaux potables qui est une science qui étudie tous les phénomènes et équations qui
s’intéressent { l’eau.

Le traitement des eaux potables est un sujet très vast. Dans le présent manuel, nous
présentons la théorie à laquelle recourent le plus souvent les ingénieurs.

Généralement on troue le traitement des eaux dans plusieurs domaines de l’ingénieur telle
que :

L’alimentation en eau potable, hydrochimie, l’assainissement, l’irrigation, le drainage,


l’épuration des eaux …etc.

Cet ouvrage est composé de six chapitres et qui donne une vision générale sur le traitement
des eaux et qui touche la majorité des points critiques que l’ingénieur { besoin.

1
Sommaire

I. Rappels sur les sources d’eaux…………………………………………………………………………………… 04


I.1. Importance de l’eau ……………………………………………………………………………………………………………. 04
I.2. Cycle de l’eau………………………………………………………………………………………………………………………. 04
I.3. Sources d’eaux brutes …………………………………………………………………………………………………………. 04
I.3.1. Eaux de pluie …………………………………………………………………………………………………………………… 05
I.3.2. Eaux de surface ……………………………………………………………………………………………………………….. 05
I.3.3. Eaux souterraines ……………………………………………………………………………………………………………. 05
I.3.4. Eaux de mer …………………………………………………………………………………………………………………….. 06
II. Propriétés physico-chimiques et biologique de l’eau …………………………………………………. 06
II.1. Composition et structure de l’eau ………………………………………………………………………………………. 06
II.1.1. Composition …………………………………………………………………………………………………………………… 06
II.1.2. Structure de la molécule d’eau ………………………………………………………………………………………… 06
II.2.1. L’état vapeur ………………………………………………………………………………………………………………….. 07
II.2.2. L’état solide ……………………………………………………………………….…………………………………………… 07
II.2.3. L’état liquide ………………………………………………………………………..…………………………………………. 07
II.3. Propriétés physiques de l’eau …………………………………………………..………………………………………… 07
II.3.1. Température d’ébullition ……………………………………………………..…………………………………………. 07
II.3.2. Masse volumique et volume massique d’eau ………………………...………………………………………….. 07
II.3.2. Masse volumique et volume massique d’eau ……………………...…………………………………………….. 07
II.5. Normes microbiologiques ………………………………………………………………………………………………….. 08
II.6. paramètres chimiques d’eaux potables ………………………………………………………………………………. 08
II.6.1. La dureté totale (titre hydrotimétrique) ……….…………………………………………………………………. 08
II.6.1.1. Types de dureté …………………………………………………………………………………………………………. 08
II.6.1.2. Expression de la dureté ……….……………………………………………………………………………………… 10
II.6.2. Alcalinité ……………………………………………………………….……………………………………………………….. 11
II.6.2.1. Titre alcalimétrique (TA) ……………………………………………………………………………………………... 11
II.6.2.2. Titre alcalimétrique com plet (TAC) 11
II.6.3. La matière solide dissoute totale (TDS) …………………………………………………………………………… 12
III. Prétraitement des eaux …………………………….…………………………………………………………………………. 12
III.1. Dégrillage ………………………………………………………………………………………………………………………… 12
III.1.1. Nettoyage des grilles ……………………………………………………………………………………………………... 12
III.1.2. Caractéristiques de la grille ……………………………………………………………………………………………. 13
III.2. Microtamisage …………………………………………………………………………………………………………………. 15
III.2.1. Microtamis à nettoyage manuel ……………………………………………………………………………………… 15
III.2.2. Microtamis à nettoyage automatique ……………………………………………………………………………… 16
IV. Coagulation et Floculation ……………………………...…………………………………………………………………….. 18
IV.1. Coagulation ………………………………………………………………………………………………………..…………….. 18
IV.1.1. Particules en suspension ………………………………………………………………………………………………... 18
IV.1.2. Taille des particules en suspension ………………………………………………………………………………… 18
IV.1.3. Charges électriques et double couche ……………………………………………………………………………... 19
IV.1.4. procèdes de déstabiliser les particules ………………………………………………………………………….. 20
IV.1.5. Coagulants utilisés ………………………………………………………………………………………………………… 20
IV.1.6. Facteurs influençant la coagulation ………………………………………………………………………………… 21
IV.2. Théorie de la floculation …………………………………………………………………………………………………… 21
IV.2. Théorie de la floculation …………………………………………………………………………………………………… 21
IV.2.2. Floculation orthocinétique …………………………………………………………………………………………….. 22
IV.2.3. Types de floculation ………………………………………………………………………………………………………. 23
IV.2.3.1. Floculation à écoulement horizontal ……………………………………………………………………………. 23
IV.2.3.2.Floculation à voile de boues ………………………………………………………………………………………… 24
V. Décantation ……………………………………………………………………………………………………………..………….. 26
V.1.Types de décantation …………………………………………………………………………………………………………. 26
V.1.1. Décantation de particules discrètes (individuelle) …………………………………………………………… 26

2
V.1.1. 1 Bassin de décantation idéal …………………………………………………………………………………………... 28
V.1.2. décantation de particules floculantes ……………………………………………………………………………… 29
V.1.3. Décantation freinée ………………………………………………………………………………………………………... 30
V.1.4. Décantation en compression de boue ……………………………………………………………………………… 30
VI. Traitement tertiaires ……………………………………………………………………………………………………..…….. 31
VI .1. Filtration ………………………………………………………………………………………………………………………… 32
VI .1. 1. Types de filtres …………………………………………………………………………………………………………….. 32
1- Filtres lents …………………………………………………………………………………………………………………………. 32
2- Filtres rapides ……………………………………………………………………………………………………………………… 32
VI .1. 2. La lavage des filtres ……………………………………………………………………………………………………… 32
VI .1. 3. Matériaux filtrants ……………………………………………………………………………………………………….. 32
VI .1. 3. Paramètres d’un matériau filtrant ………………………………………………………………………………… 32
VI .1. Désinfection …………………………………………………………………………………………………………………… 34
VI .1. 1. Désinfection par le chlore …………………………………………………………………………………………….. 34
VI .1. 2. Dioxyde de chlore ………………………………………………………………………………………………………… 35
VI .1. 3. Ozone ………………………………………………………………………………………………………………………… 35
Références ……………………………………………………………………………………………………………………………… 38

3
I. Rappels sur les sources d’eaux

L’eau est indispensable { la vie. Elle constitue 70 % du poids du corps humain. Elle est
utilisée pour de nombreux usages essentiels: la boisson, la préparation des repas, l’hygiène,
l’entretien de l’habitation, les loisirs, la fabrication dans l’industrie, l’irrigation des cultures et
l’abreuvement du bétail. Après avoir été captée, traitée, transportée, distribuée et puis
consommée. Une eau potable est une eau qui l’on peut boire sans risque pour la santé, elle
doit être claire, avoir une bonne odeur et bon goût. Il faut conforme aux normes de potabilités
biologique et physico-chimique.
I.1. Importance de l’eau
L’eau est de toutes les matières la plus importante pour l’existence de l’homme. Elle est
indispensable pour la survie et pour développement de la société moderne. Parmi les
principaux modes d’utilisation de l’eau dans la société algérienne, on peut citer :
 alimentation en eau potable,
 alimentation en eau industrielle,
 alimentation en eau pour l’agriculture,
 l’exploitation de centrales hydro-électriques.
A l’heure actuelle, la disponibilité en eau de bonne qualité est indispensable pour le bien être
de l’homme. Hélas, sur la terre, nous ne trouvons pas l’eau qui réponde aux exigences
qualitatives exigées pour l’eau potable, c’est-à-dire que l’eau doit être :
 claire, inodore, de saveur agréable.
 aussi pauvre en germes microbiens que possible et en matières en suspension.
 ne pas renfermer de substances chimiques pouvant provoquer des maladies.
 ne pas avoir des propriétés agressives vis-à-vis des canalisations.
I.2. Cycle de l’eau
Le cycle hydrologique (figure 1) décrit le mouvement de l’eau dans la nature. Le moteur
de cette circulation est essentiellement les processus d’évaporation-condensation des eaux
des océans et des rivières et la transpiration des planes. Ces cycles comprennent :
 captage des eaux de surface et souterraines, traitement et distribution.
 Collecte des eaux usées, leur traitement puis leur rejet dans les eaux de surface ou elles
sont diluées.
 autoépuration dans les rivières des eaux usées rejetées.
I.3. Sources d’eaux brutes

On retrouve quatre sources principales d’eaux brutes : les eaux de pluie, les eaux de
surface, les eaux souterraines et les eaux de mer. Les caractéristiques générales de chacune de
ces sources reflètent l’interaction de l’eau et du milieu environnant.
I.3.1. Eaux de pluie
Les eaux de pluie sont des eaux de bonne qualité pour l’alimentation humaine. Elles sont
saturées d’oxygène et d’azote et ne contiennent aucun sel dissous, comme les sels de

4
magnésium et de calcium ; elles sont donc très douces. Dans les régions industrialisées, les
eaux de pluie peuvent être contaminées par des poussières atmosphériques.
I.3.2. Eaux de surface
On peut répartir les eaux de surface en trois catégories ; eaux de rivière (partie amont),
eaux de rivière (partie aval) et eaux de lac.la dureté de toutes les eaux de surface est modérée.
a- Eaux de rivière (partie amont)
L’amont d’une rivière est en général situé dans une région montagneuse. Ou la densité de
population est faible et les industries pratiquement inexistantes. Les principales
caractéristiques de ces eaux sont présentées ci-dessous.
 turbidité élevée.
 contamination bactérienne faible
 température froide.
 indice de couleur faible.
b- Eaux de rivière (partie aval)
L’aval d’une rivière est en général situé dans une région où la population est dense.
L’agriculture développée et les industries plus ou mois nombreuses. Les eaux y sont donc
habituellement de mois bonne qualité et plus difficiles { traiter qu’en amont. Les principales
caractéristiques de ces eaux sont présentées ci-dessous.
 contamination bactérienne élevée.
 contamination organique et inorganique élevée.
 indice de couleur pouvant être élevée.
c- Eaux de lac
On peut considérer un lac comme un bassin naturel de décantation dont la période de
rétention est longue. La turbidité de l’eau y est donc faible et la contamination bactérienne
habituellement peu importante. Les caractéristiques des eaux de lac varient très lentement au
cours de l’année, { l’exception de deux courtes périodes au printemps et { l’automne. Durant
ces périodes, la différence de température entre les eaux de surface et les eaux profondes peut
provoquer un renversement des eaux du lac et en augmenter ainsi brusquement la turbidité.
I.3.3. Eaux souterraines
Les eaux souterraines, enfouies dans le sol, sont habituellement { l’abri des sources de
pollution. Puisque les caractéristiques de ces eaux varient très peu dans le temps. Les usines
de purification n’ont pas { résoudre les problèmes dus aux variations brusques et importantes
de la qualité de l’eau brute.les principales caractéristiques des eaux souterraines sont
présentées ci-dessous.
 turbidité faible.
 contamination bactérienne faible.
 température constante.
 indice de couleur faible.
 dureté souvent élevée.
 concentration élevée de fer et de manganèse.

5
I.3.4. Eaux de mer
Les eaux de mer sont une source d’eau brute qu’on n’utilise que lorsqu’il n’y a pas moyen
de s’approvisionner en eau douce. Les eaux de mer sont caractérisées par leurs
concentrations en sels dissous ; c’est ce qu’on appelle leur salinité. La salinité de la plupart des
eaux de mer varie de 33000 à 37000 mg/l. les données du tableau 1 révèlent que la salinité de
l’eau n’est pas la même dans toutes les mers.
Tableau 1. Salinité des principales eaux de mer
Mer ou Océan Concentration (mg/l)
Mer rouge 43000
Golfe arabique 43000
Mer méditerranée 39400
Océan atlantique 36000
Océan indien 33800
Océan pacifique 33000
Mer adriatique 25000
Mer noire 13000
Mer baltique 7000

II. Propriétés physico-chimiques et biologique de l’eau

II.1. Composition et structure de l’eau


II.1.1. Composition
L’eau est corps composé constitué des éléments oxygène et hydrogène. Ces deux éléments
existent chacun sous trois formes isotopiques :
1
1H (Hydrogène), 21H (deutérium), 31H (tritium), d’une part et 168O , 178O , 188O d’autre part. Les
proportions relatives des isotopes 31H , 178O , 188O sont très faibles. Léau est donc un mélange de
trois molécules, H2O, D2O et HDO. H2O constituant la fraction la plus importante du mélange
(>99,99%), la proportion d’eau lourde D2O est de l’ordre de1/5500.
II.1.2. Structure de la molécule d’eau
La composition chimique et la masse molaire de l’eau ne peuvent pas expliquer ses
propriétés spécifiques. Les Caractéristiques géométriques sont :

 la molécule H-O-H est coudée,


 angle de valence de 105°
 distance internucléaire H-O = 0,958
La différence d’électronégativité entre l’oxygène et l’hydrogène confère a la molécule d’eau un
moment dipolaire µ = 1,86 D (gaz) et µ = 2,01 et 3 D (liquide).
II.2. Etats physiques
L’eau peut se présenter sous trois états physiques ou phases : Solide (glace), liquide (eau
proprement dite) et gaz (vapeur d’eau).

6
II.2.1. L’état vapeur
Il est obtenu à partir de 100 °C à la pression atmosphérique ; les molécules sont
relativement indépendantes les unes des autres et correspondent au modèle angulaire.
II.2.2. L’état solide
Il est obtenu en dessous de 0 °C sous la pression atmosphérique ; les molécules sont
disposées suivant un tétraèdre avec une molécule d’eau centrale et quatre autres disposées
suivant les quatre sommets d’un tétraèdre régulier. Le réseau cristallin qui en résulte est
hexagonal. Les molécules sont assemblées par des liaisons hydrogène, chaque atome
d’hydrogène d’une molécule d’eau étant liée { l’atome d’oxygène de la molécule voisine.
II.2.3. L’état liquide
Au cours de la fusion de la glace, les liaisons hydrogène se rompent, le cristal s’effondre et
les molécules se rapprochent les unes des autres, la masse volumique augmente jusqu’{ une
valeur maximale correspondant à une température de 4 °C sous 1 atmosphère. (Masse
volumique de l’eau liquide > masse volumique de la glace).
II.3. Propriétés physiques de l’eau
La polarité de la molécule d’eau et ses possibilités d’association par liaison hydrogène sont
responsables de plusieurs anomalies caractéristiques des propriétés physiques.
II.3.1. Température d’ébullition
Elle est anormalement plus élevée que celle des composés hydrogénés de masses
moléculaires du même ordre (Tableau 2). Cette anomalie est due { l’existence de liaisons
hydrogène intermoléculaires dans la phase liquide.
Tableau 2. Température d’ébullition de quelques composées
corps Masse moléculaire Température d’ébullition (°C)
CH4 16 -161
NH3 17 - 33
H2O 18 + 100
H2S 34 62
HCl 36 85

II.3.2. Masse volumique et volume massique d’eau


La masse volumique de l’eau est maximale { la température de 4 °C (1 g /cm3) alors qu’en
phase solide elle n’est que de 0,88.

Tableau 3. Masse volumique et volume massique d’eau


T °C 4 °C 15 °C 20 °C
Masse volumique (g /cm3) 1 0,999160 0,998259
volume massique (cm3 / 1 1,000841 1,001744
g)

II.4. Normes de qualité


Jusque’ au début du siècle, on déterminait di une eau était potable à partir des seuls sens.
L’eau devait ainsi être agréable au gout, dépourvue d’odeur désagréable et limpide. Ce type
sommaire d’évaluation a conduit dans plusieurs cas { des catastrophes. Aujourd’hui on

7
mesure plutôt les caractéristiques les plus appropriées et on les compare à des normes
mondial (OMS), européens(CEE), national (algérien). Ces normes ne sont pas définitives,
étant donné que le déversement des eaux usées industrielles augmente la quantité et la
diversité des produits toxiques présents dans une eau. De plus, les développements en
microbiologie, en chimie analytique et en épidémiologie permettent de mieux cerner les effets
de différentes qualités d’eau sur la santé humaine. Les normes, c’est-à-dire les concentrations
maximales acceptables et les modalités d’application, sont différentes d’un pays { l’autre, voir
d’une province { l’autre.
II.5. Normes microbiologiques
Les deux groupes de microorganismes les plus utilisés comme indicateurs de
contamination bactérienne sont les coliformes totaux et les coliformes fécaux. Le groupe des
coliformes totaux comprend toutes les bactéries aérobies et anaérobies, facultatives, gram
négatives, non sporulées, cytochrome oxydase négative en forme de bâtonnets, qui font
fermenter le lactose avec dégagement de gaz en moins de 48 h à 35°C. Le groupe des
coliformes fécaux comprend les coliformes pouvant former des gaz en moins de 24 h
à 44.5 °C.
On retrouve les bactéries coliformes fécales en grand nombre dans les intestins et les
excréments des animaux à sang chaud. Etant donne que cette particularité est associée à la
contamination fécale, on utilise de préférence les coliformes fécaux comme indicateurs de la
qualité des eaux brutes, ce qui permet de déceler la présence d’organismes pathogènes à la
source.
Les coliformes totaux étant largement répartie dans la nature, ils n’indiquent pas
nécessairement qu’il y a contamination. Par ailleurs, ces organismes survivent plus longtemps
dans l’eau et résistent mieux { la chloration que les coliformes fécaux ou les bactéries
pathogènes communes. On utilise donc de préférence les coliformes totaux comme
indicateurs de l’efficacité du traitement de l’eau potable. La présence d’un organisme
coliforme quelconque dans l’eau traité révèle en effet que le traitement a été inefficace ou
qu’il y a eu contamination après traitement. L’objectif vise est l’absence de coliformes dans
100 ml d’eau.
II.6. paramètres chimiques d’eaux potables

II.6.1. La dureté totale (titre hydrotimétrique)


La dureté d'une eau est due à la présence crions métalliques bivalents. Ca 2+, Mg2+ ,Fe2+
Mn2+,Sr2+ etc., les plus abondants étant les ions Ca2+ et Mg2+ . En pratique, on considère
souvent que la dureté totale d'une eau de consommation est égale à la somme de sa dureté
calcique et de sa dureté magnésienne (duretés dues aux ions Ca2+et Mg2+).

TH = [Ca2+] + [Mg2+]

II.6.1.1. Types de dureté :


On classe la dureté d'une eau en deux types : dureté calcique ou dureté magnésienne
(classification selon les ions métallique présents) ; dureté carbonatée ou dureté non
carbonatée (classification selon les anions associés à ces ions métalliques). Les relations entre
la dureté, l'alcalinité et les différents ions en solution sont illustrées à la figure 1.

8
dureté alcalinité

dureté
carbonatée
OH-
Ca2+
HCO-
Mg2+
CO2-3

dureté non carbonates


carbonatée alcalins

CL-
NA+
NO-3
K+
SO2-4
sels
neutres

Figure 1. relations entre les divers ions présents dans l’eau.

a- Dureté calcique et magnésienne


On considère que la dureté carbonatée correspond à la partie de la dureté totale
chimiquement équivalente à la quantité de bicarbonates présents dans une eau. Puisque la
mesure de la quantité de bicarbonates (exprimée en CaCO 3). Correspond en général à
l'alcalinité de l'eau, on peut dire que l'alcalinité de la plupart des eaux est égale à leur dureté
carbonatée.
Les ions bicarbonates ont une certaine importance, puisqu'ils constituent une source d'ions
carbonates. Les quels favorisent la précipitation de Ca2+ sous forme de CaCO3 lorsque la
température est élevée. Cette précipitation, qui a lieu dans des bouilloires, est régie par les
équations suivantes :
𝐶𝑎2+ + 2𝐻𝐶𝑂3− ⟶ 𝐶𝑎𝐶𝑂3 ↓ +𝐶𝑂2 ↑ +𝐻2 𝑂
𝐶𝑎2+ + 2𝐻𝐶𝑂3− + 𝐶𝑎(𝑂𝐻)2 ⟶ 2𝐶𝑎𝐶𝑂3 ↓ +𝐻2 𝑂

On peut par ailleurs considérer que la dureté carbonatée correspond à la partie de la dureté
totale imputable à l'action de l'acide carbonique sur les calcaires. Autrefois, on appelait la
dureté carbonatée « dureté temporaire» à cause du fait qu'une ébullition prolongée peut
entrainer une précipitation des ions carbonates.
b- Duretés carbonatée et non carbonatée :
On appelle dureté non carbonatée la partie de la dureté qui n'est pas chimiquement
équivalente à la quantité de carbonates. Ce type de dureté est en général associé aux sulfates,
chlorures, nitrates, etc. On calcule habituellement la valeur de la dureté non carbonatée en
soustrayant celle de l'alcalinité de celle de la dureté totale (exprimées en CaCO 3). Autrefois, on
appelait la dureté non carbonatée « dureté permanente» { cause du fait qu’on ne peut pas
l'éliminer ou la faire précipiter par ébullition.
TH = Dureté temporaire + Dureté permanente
9
II.6.1.2. Expression de la dureté
Il faut exprimer les concentrations de tous les ions (anions et cations ) en concentrations
équivalents de CaCO3 pour faciliter les calculs nécessaires { l’élaboration des procédés
d’adoucissement , on relise cette transformation { l’aide de l’expression suivante :

𝐶 × 50
𝐶(𝐶𝑎𝐶𝑂3) =
𝑀𝐸
Où :
𝐶(𝐶𝑎𝐶𝑂3) = Concentration de l’ion (mg/L de CaCO3)
C = Concentration de l’ion (mg/L)
ME = Masse équivalente de l’ion (masse atomique divisée par valence)
Exercice :
On mesuré en laboratoire les concentrations des principaux ions présents dans une eau. Les
résultats sont les suivants :
Ca2+ = 267.6 mg/l, HCO3- = 160.23 mg/l,
Mg2+ = 85.53 mg/l, SO42- = 837.6 mg/l,
Na+ = 323.25 mg/l pH = 7.24

1- Quelles sont les expressions de ces concentrations en équivalents de CaCO3 ?


2- Calculer la dureté totale en meq/l , en F° et en équivalents de CaCO3 ?
3- Calculer la dureté permanente en F° ?
En donne les masses molaires : Ca2+ = 40, Mg2+= 24, C= 12 , O2-= 16, H+ = 1.
Solution :
1- Les concentrations en équivalents de CaCO3 :
267 .6∗50 160 .23∗50
Ca2+ = = 669 mg/L de CaCO3 HCO3− = 61
=131.33 mg/L de CaCO3
20
85.53∗50 837 .6 ∗50
Mg 2+ = = 356.5 mg/L de CaCO3 SO42− =
48
= 872.5 mg/L de CaCO3
12
323 .25∗50
Na+ = = 702.72 mg/L de CaCO3
23

2- La dureté totale en meq/l , F° et en équivalents de CaCO3 :


TH = [Ca2+] +[Mg2+] = 13.38 méq/l + 07.13 méq/l = 20.51 méq/l = 102.55 F° = 1025.5 mg/L de
CaCO3.

3- La dureté permanente en mg/L de CaCO3 :


TH = Dureté temporaire + Dureté permanente Dureté permanente TH = TH - Dureté
temporaire
On a pH = 7.24, pH < 8..3 TA = 0
Donc, Dureté temporaire = [HCO-3] = 131.33 mg/L de CaCO3
Dureté permanente = 1025.5 - 131.33 = 894.17 mg/L de CaCO3

10
II.6.2. Alcalinité
A l’inverse de l’acidité, l’alcalinité d’une eau correspond { la présence de bases et de sels
d’acides faibles. Dans les eaux naturelles, l’alcalinité résulte le plus généralement { la présence
d’hydrogénocarbonates, carbonates et hydroxydes.

II.6.2.1. Titre alcalimétrique (TA)


Quantité d’alcalins sous forme de carbonates et d’hydroxyde. On détermine le TA par
neutralisation avec un acide fort (H2SO4 ou HCl), en présence d’un indicateur coloré
(phénolphtaléine).

TA= [Co32-] +[OH-]


𝑃𝐻 > 8.3 → 𝑇𝐴 ≠ 0 , 𝑃𝐻 < 8.3 → 𝑇𝐴 =0

II.6.2.2. Titre alcalimétrique complet (TAC)


Le TAC est déterminé par neutralisation de toute l’alcalinité par un acide fort, en présence
d’un indicateur coloré (Hélianthine).

TAC= [CO2-3] +[OH-]+[HCO3-]


TAC=TA+[HCO3-]
Si TA=0 → TAC=[HCO-3], ( PH < 8.3).

Exercice :

On considère 100 ml d’une eau de barrage traité avec e la chaux Ca(OH)2, on veut
déterminer sont alcalinité (TA, TAC), le dosage est réalisé par neutralisation avec H2(So4)
(0.02N), en présence de phénolphtaléine, le volume versé d’acide est 15 ml. En présence
d’hélianthine ; le volume versé depuis le début est 26 ml.
Solution :
Au moment de neutralisation, on a NaVa = NbVb

 En présence phénolphtaléine le TA = [CO2-3] +[OH-]

𝑁𝑎𝑉𝑎
Au point de virage : Na.Va = Nb.Vb 𝑁𝑏 = 𝑉𝑏
Na = 0.02eq/l , Va = 15 ml ,Vb= 100 ml
0.02 𝑥12
𝑁𝑏 = = 24.10-4 N, donc Nb= 2.4 méq/l
100
TA= 2.4 méq/l = 12 F°

 En présence de hélianthine le TAC =[HCO3-] + [CO2-3] +[OH-]

Au point de virage, on a Na.Va= Nb.Vb en attient un PH de 4.6


Na = 0.02eq/l , Va = 26 ml ,Vb= 100 ml
𝑁𝑎𝑉𝑎 ′ 0.02 𝑥 26
𝑁𝑏 = → 𝑁𝑏 = = 52.10-4 N, donc Nb= 5.2 méq/l
𝑉𝑏 100

TAC = 5.2 méq/l = 26 F°

11
II.6.3. La matière solide dissoute totale (TDS)
Les solides dans l'eau se trouvent soit en solution ou en suspension et se distinguent par le
passage de l'échantillon de l'eau à travers un filtre de fibres de verre. Par définition, les
matières en suspension sont retenues au dessus du filtre, et les solides dissous passent à
travers le filtre avec de l'eau. Lorsque la partie filtrée de l'échantillon d'eau est placée dans
une coupelle, puis évaporé, les solides dissous dans l'eau restent comme résidu dans la
capsule d'évaporation. Cette matière est appelée matières totales dissoutes ou TDS.

III. Prétraitement des eaux

Avant leur traitement, les eaux brutes doivent subir un prétraitement qui a pour objectif
d’extraire la plus grande quantité possible de matières pouvant gêner les traitements
ultérieurs. De la nature physique, le prétraitement regroupe les opérations suivantes :

 dégrillage,
 tamisage,
 dessablage.
III.1. Dégrillage
L’eau brute passe { travers des grilles composées de barreaux placés verticalement ou
inclinés de 60 à 80° sur l’horizontale. L’espacement des barreaux varie de 3 à 100 mm. La
vitesse moyenne de passage entre les barreaux est comprise entre 0,6 et 1 m/s. on distingue
trois types de dégrillage, en fonction de la taille des détritus à éliminer :
 30 à 100 mm prédégrillage,
 10 à 30 mm dégrillage moyen,
 3 à 10 dégrillage fin
III.1.1. Nettoyage des grilles
Pour éviter le colmatage de l’installation, une opération de nettoyage est obligatoire ; Elle
peut être manuelle dans le cas des petites stations ou automatique lorsque le volume des
déchets à évacuer est important. Les déchets extraits par le dispositif de nettoyage peuvent
être évacués par bac amovible, bande transporteuse ou vis d’Archimède. On distingue quatre
dispositifs de dégrillage :

 grille statique simple,


 dégrilleur fixe (à chaine sans fin et râteau),
 grille à câble, à grappin,
 grille courbe à peigne.
III.1.2. Caractéristiques de la grille
La vitesse de passage de l’eau doit permettre l’application des matières sur la grille sans
provoquer de pertes de charge importantes ni entrainer des colmatages en profondeur des
barreaux.
a- Vitesse de passage
La vitesse moyenne de passage entre les barreaux est comprise 0.6 < V < 1 m/s ou 1.2 à
1.4 m/s en débit maximal.
12
b- Pertes de charge
Les pertes de charge crées par les grilles sont de 0.05 à 0.15 m en fonction des
caractéristiques de la grille. On peut calculer ∆H par la formule suivant :
𝑉2
∆𝐻 = 𝐶
2𝑔
V : vitesse de passage de l’eau entre les barreaux.
g: accélération de pesanteur.
𝑒 4
𝐶 = 𝛼( )3 × 𝑠𝑖𝑛𝛼
𝐸
α : en fonction de la forme des barreaux
α : 2.42 (section rectangulaire)
α : 1.79 (section circulaire)
c- La section de la grille
La section minimale de la grille déterminée par la formule suivant :
𝐻𝑚𝑎𝑥
𝑆 = log𝑚𝑜𝑢𝑖𝑙𝑙𝑒 × 𝑙𝑎𝑟𝑔𝑒𝑢𝑟 , 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑠𝑖𝑛𝛼 =
𝐿
Hmax : profondeur d’eau dans le canal d’amenée,
L : longueur mouillé de la grille,
l : longueur de la grille.

Hmax

α= 60 à 80°

d- Débit d’eau
Le débit d’eau traverse la grille est :

𝑄 = 𝑉. 𝑆(1 − 𝛽 ). 𝜁
e e

S : Section minimale de la grille,


1- β : Coefficient de vide,

𝑒
1−β =1−
𝑒+𝐸

E : espacement entre deux barreaux,


e : épaisseur d’un barreaux, E
V: Vitesse de passage de l’eau entre les barreaux,
𝜁 : Coefficient de colmatage surtout pour les grilles grossières,
𝜁 : 0.7 à 1 pour les grilles fines nettoyage automatique,
𝜁 : 0.3 à 0.5 pour les grilles grossières.
13
Exercice :
On veut déterminer les dimensions d’une grille fine { l’entrée d’une station de traitement
d’une eau de surface. Le débit traversant la grille est Q= 500 l/s et l’épaisseur d’un barreau 15
mm, espacement entre deux barreaux est 15 mm. La profondeur d’eau dans le canal l’amenée
hmax = 0.9 m avec angle 𝛼=60°.
1- Déterminer les dimensions de la grille pour deux cas possible 𝜁=1 et 𝜁 = 0.7
2- Calculer le perte de change ∆h
Correction :
1- les dimensions de la grille fine

𝑄
𝑄 = 𝑉. 𝑆 (1 − 𝛽 ). 𝜁 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑆 =
𝑉µ𝜁
𝑒 15 15
𝛽= = = = 0.5
𝐸 + 𝑒 15 + 15 30

V= 1m/s (grille fine nettoyage automatiquement)


a- 𝜻=1

Q = 500 l/s = 0.5 m3/s


0.5
𝑆= = 1𝑚2
0.5 × 1 × 1
S=L×l (section minimale mouillée)
L : longueur mouillée, l : largeur de la grille
𝑕𝑚𝑎𝑥 0.9
𝐿= = = 1.03𝑚
𝑠𝑖𝑛𝛼 𝑠𝑖𝑛60
𝑆 1
𝑙= = = 0.97𝑚
𝐿 1.03
a- 𝜻= 0.7
S=1.43m² ,
𝑕𝑚𝑎𝑥 0.9
𝐿= = = 1.03𝑚
𝑠𝑖𝑛𝛼 𝑠𝑖𝑛60
𝑆 1.43
𝑙= = = 1.38 ≈ 1.4𝑚
𝐿 1.03
2- la perte de charge :

𝑉2
∆𝐻 = 𝐶
2𝑔
g = 9.81 m/s² , v= 1m/s
𝑒 4
𝐶 = 𝛼( )3 × 𝑠𝑖𝑛𝛼
𝐸

14
𝛼 = 2.42 (section rectangulaire des barreaux)
4
15 3 3
𝐶 = 2.42 = 2.1
15 2
1
∆𝐻 = 2.1 = 0.107
2 × 9.81

∆H = 10.7 cm, elle est admissible car 5cm<∆H<15cm.


III.2. Microtamisage
Le microtamisage est une opération destinée à faire passer un liquide contenant des
impuretés à travers une toile de fils ou à travers une membrane poreuse. Durant le passage du
liquide, certains solides sont arrêtés soit directement (par les mailles du microtamis) soit
indirectement par les matières solides accumulées sur le microtamis). La grosseur des mailles
d’un microtamis est inférieure { 150µm.
Les microtamis peuvent intercepter le plancton et les particules organiques et minérales
assez grosses dont la taille est supérieure à celle des ouvertures du microtamis. Par contre, les
microtamis n’arrêtent ni les éléments minéraux fins (argile), ni les éléments colloïdaux
minéraux ou organiques, ni les substances dissoutes. Le microtamisage n’améliore donc pas la
turbidité causée par de fines particules et ne modifie pas la couleur de l’eau.
On utilise principalement les microtamis pour :

 traite les eaux de lac faiblement contaminées, dont la turbidité est faible et la couleur peu
accentuée. Dans ce cas, le microtamisage est habituellement suivi d’une filtration et d’une
désinfection ;
 réduire la quantité de matières en suspension (MES) présentes dans les eaux usées après
épuration ;
 clarifier les eaux résiduaires industrielles ;
 récolter les algues { la sortie d’un traitement par lagunage.
La durée d’utilisation du microtamis dépend du type de microtamis auquel on recourt. On
peut donc la déterminer en fonction des deux types de microtamis existants : le microtamis à
nettoyage manuel et le microtamis à nettoyage automatique.
III.2.1. Microtamis à nettoyage manuel
Le Microtamis à nettoyage manuel est en général constitué d'une grille fixe, à mailles fines,
placée en travers de l'écoulement de l'eau à traiter. Lorsque la différence entre les niveaux
d'eau en amont et en aval atteint une valeur prédéterminée, appelée valeur de consigne, on
retire cette grille et on la nettoie. On peut développer une expression permettant de calculer
la durée d'utilisation d’un microtamis entre deux lavages, en récrivant l'équation de la façon
suivante :

𝐻 = 𝐻0 𝑒 𝐼𝛽

Or, on sait que

𝑄𝑡
𝛽=
𝐴

15
Dans ces deux équations.
H0 = perte de charge initiale (m)
H = perte de charge (m)
Q= débit (m3/s)
β = volume d’eau traitée par unité de surface (m)
A= surface utile du microtamis (m2)
t = durée de microtamisage (s)
I = indice de filtrabilité (m-1)
𝑄𝐶𝑓 𝐼𝑄𝑡
𝐻= exp
𝐴 𝐴

𝐴 𝐻𝐴
𝑡= lin
𝐼𝑄 𝑄𝐶𝑓

III.2.2. Microtamis à nettoyage automatique


Tout les microtamis à nettoyage automatique fonctionnent selon le même principe. Le toile
forme soit un cylindre à axe horizontale, soit une bande sans fin, et les microtamis est
continuellement en mouvement. La partie du microtamis qui pénètre dans l’eau est propre ;
plus elle s’enfonce dans l’eau, plus elle s’encrasse. Lorsqu’elle ressort de l’eau, elle est
partiellement encrassée ; il faut donc la nettoyer avant qu’elle ne soit de nouveau immergée.
On effectue en générale le nettoyage { l’aide de jets d’eau traitée.
Dans ce cas, la vitesse de circulation du microtamis, S, permet de déterminer la durée
d’utilisation d’une section donnée du microtamis entre deux lavages.

𝐴
𝑆=
𝑡
S : vitesse de circulation du microtamis (m2 /s).
On trouve que
𝑄𝐶𝑓 𝐼𝑄
𝐻= exp
𝐴 𝑆

Exercice :
Trouver une expression de la fréquence de rotation n (tr/s) d'un microtamis immergé aux
trois quarts et constitué d'un cylindre horizontal de diamètre D (m) et de largeur w (m). Cette
fréquence de rotation doit permettre de limiter la perte de charge à une valeur H (m).
Solution
Si le cylindre est immergé aux trois quarts, on peut dire que la partie de la circonférence
mouillée est :

180 + 2 sin−1 (𝜃)


360

16
0.25𝐷
sin 𝜃 = = 0.5
0.50𝐷

Par conséquent
𝜃 = 30°
La partie mouillée est donc
180 + 2 × 30 2
𝑃𝑀 = =
360 3
La surface totale mouillée est alors
𝐴 = 𝑃𝑀𝜋𝐷𝑤
et la vitesse de circulation
𝑆 = 𝑛𝜋𝐷𝑤
On a
𝑄𝐶𝑓 𝐼𝑄
𝐻= exp
𝐴 𝑆
Donc
𝑄𝐶𝑓 𝐼𝑄
𝐻= exp
𝑃𝑀𝜋𝐷𝑤 𝑛𝜋𝐷𝑤
𝑄𝐶𝑓 𝐼𝑄
𝑙𝑛 𝐻 = ln +
𝑃𝑀𝜋𝐷𝑤 𝑛𝜋𝐷𝑤
D’où
−1
𝐼𝑄 𝑃𝑀𝜋𝐷𝑤𝐻
𝑛= ∙ ln
𝜋𝐷𝑤 𝑄𝐶𝑓

Pour PM =2/3, on obtient par conséquent


−1
𝐼𝑄 2 𝜋𝐷𝑤𝐻
𝑛= ∙ ln
𝜋𝐷𝑤 3 𝑄𝐶𝑓

III.2.3. Critères de choix d’un microtamis


Les pertes de charges tolérées dans un microtamis varient de 0,05 à 0,15 m. Les charges
superficielles, Q/A, les plus courantes pour les microtamis à nettoyage manuel ou
automatique sont en général inférieures à 100 m/h. Plus les mailles sont petites. Plus la
charge superficielle doit être faible. Les grosseurs de mailles les plus courantes se situent
entre 30 et 150 µm. Le choix de la grosseur des mailles découle des résultats des essais
effectués en laboratoire. La fréquence de rotation des microtamis à nettoyage automatique
varie de 0,5 à 5.0 tr/min.

17
IV. Coagulation et Floculation

IV.1. Coagulation
La coagulation à pour but principal de déstabiliser les particules en suspension, c'est-à-dire
de faciliter leur déstabilisation par injection de produits chimiques. La charge électrique et la
couche d'eau qui entourent les particules hydrophiles tendent à éloigner les particules les
unes des autres et, par conséquent, à les stabiliser dans la solution. Le but principal de la
coagulation est de déstabiliser ces particules pour favoriser leur agglomération.
IV.1.1. Particules en suspension
Les particules en suspension dans une eau de surface proviennent de l'érosion des terres,
de la dissolution de substances minérales et de la décomposition de substances organiques. A
cet apport naturel, il faut ajouter les déversements d'eaux d'égout domestiques, industrielles
et agricoles. En général, la turbidité de l'eau est causée par des particules de matières
inorganiques (particules de glaise et d’argile) alors que sa couleur est imputable { des
particules de matières organiques et d'hydroxyde de métal (le fer, par exemple).
IV.1.2. Taille des particules en suspension
On peut classer les particules en fonction de leur taille, Ainsi, les particules dont le diamètre
est supérieur à 1µm sont des particules de matières organiques ou inorganiques qui se
déposent facilement, alors que les particules dont le diamètre est inférieur à 1 µm sont des
particules colloïdales qui se déposent très lentement. Le tableau 4 indique les temps
nécessaires à des particules de densité et de diamètre différents pour chuter de 1 m dans une
eau à 15°C. Les particules de matières minérales de densité élevée (≈2,65) et de faible
diamètre (≤ 0,001 mm) se déposent très lentement et ne sont pas éliminées par un décanteur
classique. Les particules de matières organiques, quant à elles, ont une densité faible ; elles se
déposent donc encore plus lentement.
Tableau 4. Temps requis pour que des particules de densités 2.65, 2.0 et 1.1 chutent de 1 m
dans une eau à 15°C

Type de Diamètre
Temps de chute
particule (mm)

Densité de Densité de
Densité de 2.65
2.0 1.1
Gravier 10.0 0.013s 0.02s 0.20s
Sable grossier 1.0 1.266s 2.09s 20.90s
Sable fin 0.1 126.66s 3.48min 34.83min
Glaise 0.01 3.52h 5.80h 58.0h
Bactérie 0.001 14.65d 24.19d 241.9d
Colloïdales 0.0001 4.12a 6.66a 66.59a
Colloïdales 0.00001 412.2a 665.9a 6659a
Colloïdales 0.000001 41222.7a 66590a 665905a

18
IV.1.3. Charges électriques et double couche
Dans une eau de surface, les particules colloïdales possèdent habituellement une charge
électrique négative située à leur surface. Ces charges dites primaires attirent les ions positifs
en solution dans l'eau, lesquels adhèrent fortement à la particule et attirent à leur tour des
ions négatifs accompagnés d'une faible quantité d'ions positifs (figure 2).

Couche liée
Couche diffuse

Figure 2. Double couche d’une particule colloïdale.

Le potentiel zêta est responsable du comportement électrocinétique des particules


colloïdales. Le potentiel électrostatique en fonction de la distance (fig. 3,2) est par ailleurs
influencé par la force ionique de l'eau. On peut calculer celte force ionique à raide de
l’équation suivante :
1
µ= 𝐶𝑛 𝑍𝑛2
2
𝑛

Où :
µ = force ionique
Cn = concentration de l’ion 𝑛 (mol/L)
Zn = valence de l’ion 𝑛

Figure 3. variation du potentiel électrostatique en fonction


de la distance de la particule.

19
IV.1.4. procèdes de déstabiliser les particules
Le but principal de la coagulation est de déstabiliser ces particules pour favoriser leur
agglomération. On peut obtenir cette déstabilisation par :
a- Compression de la double couche :
Pour réduire le potentiel de répulsion entre les particules, on peut augmenter la force
ionique de la solution. On observé que l’addition d’ions opposée { la charge initiale était
d’autant plus efficace que la charge de ces ions était élevée. Ainsi, les concentration de
Na+ ,Ca+ ,et Al3+ requises pour déstabiliser une suspension de particules colloïdales négatives.
b- Adsorption et neutralisation des charges :
On peut toutefois expliquer la restabilisation des particules colloïdales en posant I
'hypothèse que des charges issues d'un surplus de coagulant sont adsorbées à la surface des
particules. Les particules colloïdales ainsi restabilisées possèdent alors une charge inversée.
Ce qui est contraire au but recherché.
c- Emprisonnement des particules dans un précipité :
Pour déstabiliser les particules colloïdales on peut an outre les emprisonner dans une
particule de floc. Lorsqu’on ajoute en quantité suffisante des coagulants, habituellement des
sels de métaux trivalents, Al2(SO4)3 ou FeCl3, on obtient un précipité appelé floc. Lorsque le
pH de l’eau est situé dans une plage acide ou neutre, le floc, constitué de molécules de Al
(OH)3 ou de Fe(OH)3, possède habituellement une charge positive. La présence de certains
anions et de particules colloïdales accélère la formation du précipité. Les particules colloïdales
jouent le rôle de noyaux lors de la formation du floc, ce phénomène peut entrainer une
relation inverse entre la turbidité et la quantité de coagulant requise. En d’autres mots, une
concentration importante de particules en suspension peut entrainer une diminution de la
quantité de coagulant nécessaire.
d- Adsorption et pontage :
Dans quelque cas on a obtenir le traitement le plus économique en utilisant un polymère
anionique lorsque les particules étaient chargées négativement.
IV.1.5. Coagulants utilisés

Les principaux coagulants utilisés pour déstabiliser les particules cet pour produire un floc
sont :

 le sulfate d'alumine, Al2 (SO4)3 • 14H2O ;


 l’aluminate de sodium, NaAlO2 ;
 le chlorure d'aluminium, AlCl3 ;
 le chlorure ferrique. FeCl3 ;
 le sulfate ferrique. Fe(SO4)3 ;
 le sulfate ferreux, FeSO4 ;
 le sulfate de cuivre. CuSO4 ;
 les polyélectrolytes.

20
Les produits les plus utilisés pour la purification des eaux sont les sels d'aluminium et de fer.
On a longtemps pensé que ces sels libéraient des ions Al 3+ et Fe3+ qui neutralisaient la force
de répulsion entre les particules colloïdales et favorisaient ainsi la coagulation. On sait
maintenant que les mécanismes qui entrent en jeu sont plus complexes et que les produits
d'hydrolyse des sels d'aluminium et de fer sont des coagulants plus efficaces que les ions
eux-mêmes.
Lorsqu'on additionne à l'eau les sels d'aluminium ou de fer, ces derniers réagissent avec
l'alcalinité de l'eau et produisent des hydroxydes, Al (OH)3 ou de Fe(OH)3, insolubles et
formant un précipité. Les principales réactions de l’alun sont :
Al2(SO2)3 . 14H2O + 3Ca(HCO3)2 ⇌ 2Al(OH)3 + 3CaSO4 + 6CO2 + 14H2O
Al2(SO2)3 . 14H2O + 6NaHCO3 ⇌ 2Al(OH)3 + 3Na2SO4 + 6CO2 + 14H2O
Al2(SO2)3 . 14H2O + 3Na2CO3 ⇌ 2Al(OH)3 + 3Na2SO4 + 3CO2 + 14H2O
Al2(SO2)3 . 14H2O + 6NaOH ⇌ 2Al(OH)3 + 3Na2SO4 + 14H2O
Al2(SO2)3 . 14H2O + 3Ca(OH)2 ⇌ 2Al(OH)3 + 3CaSO4 + 14H2O

IV.1.6. Facteurs influençant la coagulation


A fin l’optimaliser la coagulation il faut tenir compte de plusieurs variables :
 influence de PH (pour les sels de fer et d’aluminium, les plages de pH optimales
respectivement de 4 à 6 et de 5 à 7, pour certaines eaux, il faut parfois corrigée le PH à
l’aide de divers produits, acides, chaux ou soude).
 influence des sels dissous : les sels contenus dans une eau exercent les influences
suivantes sur la coagulation et la floculation :
a) modification de la plage PH optimale ;
b) modification du temps requis pour la floculation ;
c) modification de la quantité de coagulant requis ;
d) modification de la quantité résiduelle de coagulent dans l’effluent.
 influence de la température de l’eau.
 influence du coagulant.
 influence de mélange.
 influence de la turbidité.
IV.2. Théorie de la floculation
Après avoir été déstabilisées, les particules colloïdales ont tendance à s'agglomérer
lorsqu'elles entrent en contact les unes avec les autres. Le taux d'agglomération des particules
dépend de la probabilité des contacts et de l'efficacité de ces derniers, La floculation
ajustement pour la probabilité des contacts entre les particules, lesquels sont provoqués par
la différence de vitesse entre ces particules. Cette différence de vitesse peut être imputable :
- au mouvement brownien des particules (floculation péricinétique);
- au déplacement d’une partie du fluide (floculation orthocinétique).

IV.2.1. Floculation péricinétique


En cas de floculation péricinétique (Fp), les contacts entre les particules sont causés par le
mouvement aléatoire de celles-ci, dit mouvement brownien. On peut exprimer le taux de
variation de la concentration des particules à l'aide de l'équation suivante :

𝑑𝑁 4Γ𝑘𝜃(𝑁)2
𝐹𝑝 = =
𝑑𝑡 3𝜂
21
Où :
N = concentration totale des particules en suspension au temps t (nombre de particules/m 3)
Γ = facteur qui rend compte de l’efficacité des collisions (nombre de collisions effectives/
nombre de collisions totales)
K = constante de Boltzmann (1.38 x 10-23 J.K-1)
Θ = température absolue (K)
𝜂 = viscosité dynamique de l’eau (Pa.s)
Après intégration et en posant N = N0 à t = 0

𝑁0
𝑁=
4Γ𝜃𝑁0
1+ 𝑡
3𝜂

Par ailleurs, on pose


3𝜂
𝑡1 =
2 4Γ𝜃𝑁0
t1/2 = temps nécessaire pour que la concentration des particules en suspension soit réduite de
moitié
Donc :
𝑁0
𝑁=
𝑡
1+
𝑡1
2

IV.2.2. Floculation orthocinétique


On appelle floculation orthocinétique (Fo), la floculation provoquée par l'agitation de l’eau.
L'agitation facilite l'agrégation en augmentant la probabilité des collisions entre les particules,
la vitesse du fluide varie dans l’espace et dans le temps. On caractérise la variation de la
vitesse du fluide dans l'espace { l’aide d'un gradient de vitesse. G. On peut alors décrire le taux
de la floculation { l’aide de l'équation suivante :
𝑑𝑁 2Γ𝐺𝑑 3 (𝑁𝑁𝑜)
𝐹𝑜 = =−
𝑑𝑡 3
Où :
d = diamètre de particules (m)
G = gradient de vitesse (s-1)
Apres intégration, et en posant N= No à t = 0 et N=N à t=t, on obtient
𝑁 4 𝜋𝑑 3 𝑁𝑜
ln = − Γ𝐺𝑡
𝑁𝑜 𝜋 6

Pour comparer la floculation précinétique(Fp) et à la floculation orthocinétique (Fo), on


devise F° sur Fp ; on obtient :
𝐹𝑜 2Γ𝐺𝑑 3 (𝑁)2 4Γ𝑘𝜃(𝑁)2
= − ÷ −
𝐹𝑝 3 3𝜂
3
𝜂𝐺𝑑
=
2𝑘𝜃

22
IV.2.3. Types de floculation
IV.2.3.1. Floculation à écoulement horizontal
On peut décrire la floculation orthocinétique dans un bassin de floculation classique (à
écoulement horizontal) { l’aide de l’équation de von Smoluchowski, soit

𝑑𝑁 𝐺
= 𝑛1𝑛2(𝑑1 + 𝑑2)3
𝑑𝑡 𝜍
Où :
dN/dt = taux de collision entre les particules de type 1 et de type 2
G = gradient de vitesse
n1 = nombre de particules de type 1
n2 = nombre de particules de type 2
d1 = diametre de particules de type1
d2 = diametre de particules de type 2
Les particules de type 1 peuvent être des particules responsables de la couleur ou de la
turbidité, alors que les particules de type 2 peuvent être des particules de floc.
Dans un floculateur classique, l’agitation est causée par un ensemble de pales parallèles { l’axe
de rotation, ensemble qui tourne à une vitesse constante. On peut calculer la puissance que
ces pales doivent transmettre lorsqu’on souhaite obtenir un certain gradient de vitesse {
l’aide de l’équation suivante :
P= ½ CD.ρ.A.Vr3
Où :
CD = coefficient de trainée (1.8 pour des pales plates)
P = puissance transmise (W)
A= surface de la pale (m2)
ρ = masse volumique du liquide (kg/m3)
V= vitesse relative de la pale par rapport à la vitesse du liquide.
Soit≈ 0.75 × vitesse de la pale (m/s)
S’il y a plusieurs pales, on doit intégrer la puissance transmise par chaque pale, ce qui permet
de la calculer G par la suite ; ainsi
1
𝑃 2
𝐺=
𝜂𝐵


G = gradient de vitesse ( s-1)
P = puissance transmise (W)
B= volume du bassin (m3)
𝜂 = viscosité dynamique de l’eau (Pa.s)

23
IV.2.3.2.Floculation à voile de boues
Dans un floculateur { voile de boues, L’écoulement de l’eau { lieu vers le haut, Ce qui
permet de maintenir un voile de boues en suspension. Ce voile de boues est situé dans une
zone de légère turbulence, où les collisions entre les particules sont favorisées par la forte
concentration de ces dernières.
Exercice 01
Un bassin de floculation est de forme carrée de coté l=4.5 m et de profondeur h=5 m, il est
muni d’un agitateur vertical dont les pales sont planes (15% de la surface). La vitesse de
rotation est N=3tr/min et la distance { l’axe des pales est d=1. 80m. l’écoulement de l’eau est
horizontale et Q=400m3/h.
1- Calculer le temps séjour du bassin
2- déterminer le gradient de vitesse G
Solution :
1- Temps de séjour du bassin de floculation
𝑉 𝑙2 ∗ 𝑕
𝑡𝑠 = =
𝑄 𝑄

𝑣 = 𝑙 2 ∗ 𝑕 = (4.5)2 . 5 = 101.25𝑚3

101.25
𝑡𝑠 = ∗ 3600 = 911.25 𝑠 = 15.2 𝑚𝑖𝑛
400
2- le gradient de vitesse G

𝑃 1
𝐺= 2
𝜂𝑣

𝑣: 101.25𝑚3 , 𝜂: 10−3 𝑘𝑔/𝑚𝑠

Il faut calculer la puissance P

P= ½ CDρ.AVr3

A : surface totale des pales = 15% de surface du bassin

𝐴 = 0.15 ∗ 𝑙 2 = 0.15 ∗ (4.5)2 = 3.04𝑚2


3 𝑁 3
𝑉𝑟 = 𝑉𝑝 , 𝑉𝑝 = 2𝜋 𝑑 = 2𝜋 1.8
4 60 60
3
𝑉𝑝 = 0.56m /s, 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑉𝑟 = 4 ∗0.56=0.42m /s

1
𝑃= ∗ 1.8 ∗ 103 ∗ 3.04 ∗ (0.42)3 = 202.7 𝑤𝑎𝑡𝑡
2

𝑃 1 202.7
𝐺= 2 = = 40.48 𝑆 −1
𝜂𝑣 1.2 ∗ 10−3 ∗ 101.25

24
Exercice 02
Ont considéré une cuve de coagulation ou’ une agitation rapide mécanique est réalisée en
laboratoire, la coagulation d’une eau donnée par le sulfate d’aluminium { permet d’obtenir
aux valeurs optimales suivantes :
G=50 s-1 et t=28 seconds (t. Temps de séjour du bassin)
Le débit d’eau traversant le bassin est Q= 24 m 3/min
a- Calculer les dimensions de la section horizontale du bassin. On donne la profondeur de la
cuve h= 2m.
b- Si µ=1.2 10-3 Pa.s, calculer la puissance dissipée dans le fluide.
Solution :

a- les dimensions de la section horizontale :

Volume de bassin :
𝑉 24
𝑄= ⇒ 𝑉 = 𝑄. 𝑡 = . 28 = 11.2 𝑚3
𝑡 60
Section horizontale du bassin :

𝑉 11.2
𝑉 = 𝑆𝐻 . 𝐻 ⇒ 𝑆𝐻 = = = 5.6𝑚2
𝐻 2
Dimension en supposant que la section est carrée :

𝑆𝐻 = 𝑙 2 ⇒ 𝑙 = 𝑆𝐻 = 5.6 = 2.37𝑚

b-Puissance dissipée dans le fluide : On utilise la relation suivant


1
𝑃 2
𝐺=
𝜂𝐵
⇒ 𝑃 = 𝜇𝑉𝐺 2 = 1.2 10−3 . 11.2(50)2 = 33.6𝑤 = 0.33𝑘𝑤

25
V. Décantation

La décantation, Procédé qu'on utilise dans pratiquement toutes les usines d'épuration et de
traitement des eaux, a pour but d'éliminer les particules en suspension dont la densité est
supérieure à celle de l'eau. Ces particules sont en général des particules de floc ou des
particules résultant de la précipitation qui a lieu lors des traitements d'adoucissement ou
d'élimination du fer et du manganèse. Les particules s'accumulent au fond du bassin de
décantation d'où on les extrait périodiquement. L'eau clarifiée, Située près de la surface est
dirigée vers l'unité de filtration.
V.1.Types de décantation

Selon la concentration en solides et la nature des particules (densité et forme), on distingue


quatre types de décantation : la décantation de particules discrètes, décantation de particules
floculantes, la décantation freinée et la décantation en compression de boue.
V.1.1. Décantation de particules discrètes (individuelle)
Ce type de décantation (dite discrète ou individuelle) est caractérisé par le fait que les
particules conservent leurs propriétés physiques initiales (forme, dimension et densité) au
cours de leur chute. La vitesse de chute est indépendante de la concentration en solides ; c'est
pourquoi les lois classiques de Newton et de Stokes s’appliquent ici. On retrouve ce type de
décantation dans les dessableurs.
Lorsqu’une particule chute, sa vitesse augmente jusqu'à ce que les forces de décantation
(poids) équilibrent les forces de frottement. Cette situation, pour laquelle dV p/dt = 0.

FR

Fa

Particule

Fg
Figure 4. Forces agissant sur une particule qui chute.

Donc on a :
𝐹𝑡 = 𝐹𝑔 − 𝐹𝑎 − 𝐹𝑅

26
On sait que
𝐹𝑔 = 𝜌𝑝 𝑔𝐵

𝐹𝑎 = 𝜌𝐿 𝑔𝐵

𝐶𝐷 𝐴𝑝 𝜌𝐿 𝑉𝑝 2
𝐹𝑅 =
2
𝑑𝑉𝑝
𝐹𝑡 = 𝜌𝑝 𝐵
𝑑𝑡
Où :
Fg = force de décantation due à la pesanteur (N)
Fa = poussée d’Archimède
FR = force résultante(N)
ρp = masse volumique de la particule (Kg/m 3)
ρL = masse volumique de l’eau (Kg/m3)
B = volume de la particule (m3 )
Ap = section de la particule (m2)
CD = coefficient de trainée
Vp = vitesse de chute de la particule (m/s)
t = temp (s)
g = accélération due à la pesanteur (m/s2)
Pour les particules sphériques, on sait que
𝜋𝑑 2
𝐴𝑝 =
4
𝜋𝑑 3
𝐵=
6
Où :
d = diamètre de la particule
En combinant les équations, on obtient

𝑑𝑉𝑝 𝐶𝐷 𝐴𝑝 𝜌𝐿 𝑉𝑝 2
𝜌𝑝 𝐵 = 𝜌𝑝 − 𝜌𝐿 𝐵𝑔 −
𝑑𝑡 2

𝑑𝑉𝑝 𝜌𝑝 − 𝜌𝐿 3 𝐶𝐷 𝜌𝐿 𝑉𝑝 2
= 𝑔−
𝑑𝑡 𝜌𝑝 4 𝜌𝑝 𝑑

La particule qui chute accéléré jusque { ce que dVp/dt = 0 { l’équilibre sa vitesse est alors :
1
4𝑔 𝜌𝑝 − 𝜌𝐿 𝑑 2
𝑉𝑝 =
3𝐶𝐷 𝜌𝐿

27
Le coefficient de frottement, CD est fonction du nombre de Reynolds(NR) et de la forme de la
particule, le nombre de Reynolds étant défini par l’expression suivante :
𝜌𝐿 𝑉𝑝 𝑑
𝑁𝑅 =
𝜂
Où :
𝜂 =viscosité dynamique de l’eau (Pa.s)
Par ailleurs, pour ces particules sphériques, on peur estimer la valeur du coefficient de
frottement pour deux cas :

a- Nombre de Reynolds inférieur ou égal à 1


24
𝐶𝐷 =
𝑁𝑅
On obtient Le coefficient de frottement, CD
24𝜂
𝐶𝐷 =
𝜌𝐿 𝑉𝑝 𝑑

Puis, on obtient la vitesse de chute (l’expression de la loi de stokes)

𝑔 𝜌𝑝 − 𝜌𝐿 𝑑 2
𝑉𝑝 =
18𝜂

b- Nombre de Reynolds compris entre 1 et 104

24 3
𝐶𝐷 = + + 0.34
𝑁𝑅 𝑁𝑅

V.1.1. 1 Bassin de décantation idéal


Considérons maintenant un bassin de décantation idéal (fig. 5).Dans un tel bassin, les
paramètres sont les suivants :
A = la section longitudinale de la zone de décantation (L.l)
A’ = la section transversale de la zone de décantation( H.l)
H = profondeur totale de la zone de décantation
H = profondeur partielle de la zone de décantation
L = longueur de la zone de décantation
Q = débit de l’eau
Ve= vitesse horizontal de l’eau (Q/A’)
Vp = vitesse de chute d’une particule
V0 = vitesse de chute (cible) d’une particule
l = largeur de la zone de décantation

28
zone de décantation
Q

zone d’entrée
VH
Zone de
H sortie
V0

VH

h Vp

Zone de boues

Figure 5. Bassin de décantation idéal

La particule B est soumis à deux vitesse qui sont représentes Veau et Vp.
On a :
𝐻 𝐻
𝑉0 = ⇒𝑡=
𝑡 𝑉0
A’ = H.l ( la surface traversée par l’eau )

𝐿 𝐿 𝐻 𝐿 𝑉𝑒𝑎𝑢 𝑉0 𝐻
𝑉𝑒𝑎𝑢 = ⟹𝑡= ⇒ = ⇒ = ⇒ 𝑉0 = 𝑉𝑒𝑎𝑢𝑥
𝑡 𝑉𝑒𝑎𝑢 𝑉0 𝑉𝑒𝑎𝑢 𝐿 𝐻 𝐿

Il faut considérer tout le flux d’eau et pas seulement le tranche qui contient la particule, en
conséquence, on multiplie par la largeur(l). On a alors ;

𝐻𝑙. 𝑉𝑒𝑎𝑢
𝑉0 =
𝐿𝑙
𝑄𝑒𝑎𝑢
𝑉0 =
𝑆𝑕
Donc :
On remarque que toutes les particules dont la vitesse de chute est supérieure à V 0 sont
éliminées. Quant aux particules dont la vitesse de chute est inférieure à V0 (par exemple, Vp),
elles ne sont éliminées que si elles pénètrent dans la zone de décantation à une hauteur
inférieure à h.
V.1.2. décantation de particules floculantes
Ce type de décantation est caractérisé par l'agglomération des particules au cours de leur
chute. Les propriétés physiques de ces particules (forme, dimension, densité et vitesse de
chute) sont donc modifiées pendant le processus. On retrouve ce type de décantation dans les
décanteurs des usines de traitement des eaux et dans les décanteurs secondaires des usines
d'épuration.
29
V.1.3. Décantation freinée
Ce type de décantation est caractérisé par une concentration élevée de particules, ce qui
entraine la formation d'une couche de particules et par conséquent, l’apparition d'une
démarcation nette entre les solides décantés et le liquide surnageant. On retrouve ce type de
décantation dans la partie profonde des décanteurs.
V.1.4. Décantation en compression de boue
Dans ce type de décantation, les particules entrent en Contact les unes avec les autres et
reposent sur les couches inférieures. Dans cette zone, le phénomène de consolidation est
relativement lent. On retrouve ce type de décantation dans les épaississeurs de boues par
gravité.

Exercice 01

Calculer la vitesse de chute d’une particule de 0.05 mm de diamétre et de densité 2.7, lorsque
la température de l’eau est de 10°C.

Solution :
On suppose que le nombre d Reynolds est inférieur à 1 ; et on calcule la vitesse de chute en
utilisant l’équation de Stokes :

𝑔 𝜌𝑝 − 𝜌𝐿 𝑑 2
𝑉𝑝 =
18𝜂

On sait que 𝜂 = 𝜈𝜌𝐿 ,


𝜈 : étant la viscosité cinématique de l’eau (m2/s),
𝜂 ∶ la viscosité dynamique de l’eau (Pa.s)
ρL = masse volumique de l’eau (Kg/m3)
On a donc
𝑔 𝜌𝑝 − 𝜌𝐿 𝑑 2 𝑔
𝑉𝑝 = = (𝛾𝑝 − 1)𝑑 2
18𝜂 18𝑣

𝛾𝑝 = densité relative de la particule


A 10°C, 𝑣 = 1.306 × 10−6 m2/s
Alors :
9.81(2,7 − 1)
𝑉𝑝 = (0.05 × 10−3 )2
18 × 1,306 × 10−6
= 1.77 × 10−3 m/s
Vérifions si NR≤1.
𝑉𝑝 𝑑 1.77 × 10−3 × 0.05 × 10−3
𝑁𝑅 = = = 0.07
𝑣 1.306 × 10−6
L’hypothèse de départ étant vérifiée, la vitesse de chute est bien de 1.77 × 10−3 m/s.
30
Exercice 02
Soient les vitesses de chute associées au diamètre des particules données dans le tableau
suivant :
Diamètre en µm 50 200 500 1000
Vitesse de chute en m/s 0.02 0.2 0.72 1.5

1- Calculer les dimensions du dessableur.


2- Donner les diamètres des particuliers retenus sur l’ouvrage.
Données : Qeb = 750 m3//h , Veau = 0.2 m/s , rapport L/l = 2.
Solution :

1- les dimensions du dessableur


On a :
𝑄
𝑉=
𝑆
Avec 𝑆 = 𝐿 × 𝑙 = 2𝑙² donc

𝑄 750
𝑙= = =
2𝑉 2 × 720

𝑙 = 0.72 𝑚 𝑒𝑡 𝐿 = 1.44𝑚

2- Diamètre des particules retenues


Pour avoir décantation, il faut que la vitesse de chutes des particules soit ≥ à la vitesse de
l’eau.
Donc les particules retenues≥200µm

VI. Traitement tertiaires

Les traitements tertiaires regroupent toutes les opérations physiques, chimiques ou


biologique qui complètent les traitements primaires et secondaires.

 Filtration et adsorption
 Désinfection
 Echange d’ions
 Séparations par membranes
 Electrodialyse

31
VI .1. Filtration
C’est un procédé de séparation solide/liquide qui utilise le passage de l’eau { travers un milieu
poreux (filtre) qui retient les particules en suspension dans l’eau brute.
VI .1. 1. Types de filtres

Les types de filtres sont classés suivant la vitesse de filtration :


1- Filtres lents :

Les filtres à sable lents doivent être construits de telle sorte que l’eau traverse lentement une
couche de sable fin et que les particules plus grosse soient arrêtées prés de la surface de sable. La
vitesse de filtration dans se filtre de 1 à 2 m/h, sont efficaces mais exigent de grandes
surfaces.

2- Filtres rapides

Le filtre à sable rapide est le type de filtre le plus utilisé dans le traitement des eaux de
consommation avec vitesse de filtration 4 à 25 m/h. Le matériau filtrant est maintenu en place par
gravité et l’écoulement de l’eau a lieu de haut en bas. Lorsque le milieu filtrant est écrasé, en lave le
filtre en inversant le sens de l’eau. Les filtres rapides sont les plus répandus ; il en existe deux
catégories :

a- Les filtres ouverts


b- Les filtres sous pression

VI .1. 2. La lavage des filtres


Le lavage des filtres se fait à contre courant, sous gonflement de la couche filtrante et se
déroule en deux étapes qui durent 4 à 5 mn :

 1ere phase : insufflation d’air comprimé et d’eau pour détasser le filtre,


 2éme phase : injection d’eau.
VI .1. 3. Matériaux filtrants

Les matériaux filtrants couramment utilisée sont :


 Le sable, et l’anthracite d’origine naturelle
 Les matériaux synthétiques
 Le charbon actif en grains ; d’améliore les qualités et d’éliminer les micropolluants
VI .1. 3. Paramètres d’un matériau filtrant

Les principaux paramètres caractéristiques d’un matériau filtrant sont :

 La composition granulométrique, déterminée par tamisage et tracé d’une courbe


donnant le % cumulés non retenus en fonction du diamètre (vide de maille du tamis).

 Les tailles d50 et d10, tailles pour lesquelles respectivement 50% et 10% sont
détermines à partir médiane pour laquelle le matériau est partagé en deux quantités
égales ; par contre d10 est appelée taille effective, cette valeur est représentative de la
perméabilité du lit.

32
 Le coefficient d’uniformité caractéristique de l’uniformité des tailles :
𝑑60
𝑈=
𝑑10
 La porosité : fraction du volume du matériau occupé par l’eau lorsqu’il est saturé d’eau.

VT= VS + VF

Volume totale du lit = volume occupé par les grains + volume d’eau qui sature le lit
La porosité f = est fraction occupée par l’eau
𝑉𝐸
𝑓=
𝑉𝑇
fs = fraction occupée par le matériau
𝑉𝑆 𝑉𝑇 − 𝑉𝐸
𝑓𝑆 = =
𝑉𝑇 𝑉𝑇
D’où f =1 - fS

 la perméabilité ce paramètre est exprimé par le coefficient de perméabilité K qui figure


dans la loi de Darcy :
∆𝐻
𝑄 = 𝐾𝐴
𝐿
Q : est débit de l’eau
A : l’aire de la couche mesurée perpendiculairement { la direction de l’écoulement.
L : l’épaisseur de la couche
∆H : La chute totale de pression { ,travers la couche, exprimée en hauteur d’eau.
Exercice1
Calculer la fréquence de lavage du filtre à sable dont les caractéristiques sont sonnées ci-
après :
- Qeb = 2003/h, Vitesse de filtration = 5m/h , porosité = 55%
- Hauteur sable = 1.8m, vide disponible = 25%
- MES eau décantée = 20mg/l, capacité de rétention en MES=1.325kg/m 3

Solution :
Volume de matériau est égal à :
𝑄 200
𝑆×𝑕 = .𝑕 = × 1.8 = 72𝑚3
𝑣 5
Donc la capacité total de rétention de filtre est égal à

1.325 × 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒 = 1.325 × 72 = 95.4 𝑘𝑔 𝑑𝑒 𝑀𝐸𝑆

La fréquence de lavage est égal à capacité rétention


𝑓𝑙𝑢𝑥 𝑀𝐸𝑆 = 95.4/4 = 23.84 𝑕𝑒𝑢𝑟𝑒𝑠 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝑢𝑛 𝑗𝑜𝑢𝑟

33
Exercice 2
Calculer la capacité de rétention d’une filtre à sable .
Données :
- Volume vide disponible = 25%, porosité = 45%, S = 40m2
- Hauteur sable = 1.2m, [MES] retenue = 3 g/l

Solution :
On a le volume disponible à (volume total ×porosité × disponible %) = 𝑆 × 𝑕 × 0.45 × 0.25 =
5.4 𝑚3 .

Capacité de rétention = volume disponible × [MES] retenue= 5.4 × 3 = 16.2 𝑘𝑔 𝑀𝐸𝑆 .


VI .1. Désinfection
La désinfection est un traitement qui permet de détruire ou d'éliminer les microorganismes
susceptibles de transmettre des maladies; ce traitement n'inclus pas nécessairement la
stérilisation, qui est la destruction de tous les organismes vivants dans un milieu donné. On
peut procéder à la désinfection en ajoutant à l'eau une certaine quantité d'un produit
chimique doté de propriétés germicides. Les produits chimiques les plus utilisés sont : le
chlore (Cl2), le dioxyde de chlore(ClO2), l'ozone(O3), le brome (Br), l’iode(I) et le
permanganate de potassium. On peut également désinfecter l'eau grâce à des moyens
physiques: ébullition, ultrasons, ultraviolets ou rayons gamma.
VI .1. 1. Désinfection par le chlore
Les produits chimiques les plus utilisés pour obtenir une désinfection des eau par le chlore
sont : le chlore gazeux (Cl2), les hypochlorites de sodium (NaOCl), hypochlorites de calcium
(Ca(OCl)2), les monochloramines (NH2Cl) et le dioxyde de chlorites (ClO2). Parmi ces
produits, c’est le chlore gazeux auquel on recourt le plus pour la désinfection des eaux
potables. Dans les petites usines de traitement, on utilise souvent des hypochlorites, car ces
produits sont faciles à manipuler et font courir moins de danger aux opérateurs. Par exemple :
dans New York et Chicago utilisent de l’hypochlorite de sodium en solution dans leurs usines
d’épuration.
Le chlore gazeux et les hypochlorites réagissent rapidement dans l’eau pour former de l’acide
hypochloreux (HOCl), qui est le produit actif dans la désinfection.

Réaction du chlore gazeux


Cl2 + 2H2O ⇆ HClO + Cl - + H3O+
Réaction de l’hypochlorite de sodium
NaClO + H2O ⇄ HClO + Na+ + OH-
Réaction de l’hypochlorite de calcium
Ca(OCl)2+ 2H2O ⇄ 2HClO + Na+ + 2OH-

L’acide hypochloreux (HClO), est un acide faible qui réagit de la façon suivant :
HClO ⇆ + OCl - + H+

34
VI .1. 2. Dioxyde de chlore :
Le dioxyde de chlore(ClO2) est un gaz orange, étant un gaz instable et explosif à une
température supérieure à – 40 °C, on doit le produire immédiatement avant son injection
dans l’eau. Par ailleurs, la solubilité du dioxyde de chlore dépend de la température et la
pression. Ainsi, à une température de 20°C et une pression partielle de 5.3kPa, la solubilité du
dioxyde de chlore est de 4 g/l.
Le dioxyde de chlore est un radical stable, mais très réactif. La réaction de sa mis en solution
dans l’eau s’écrit :
2ClO2 + H2O ⇄ HClO2 + HClO3
En milieu basique, ClO2 se dismute en donnant un chlorite ClO2- et chlorate ClO3- :
2 ClO2 + 2OH- ⇆ ClO2-+ ClO3-+ H2O
Les caractéristiques du dioxide de chlore sont résumées ci-dessous :

 bien qu’il soit très soluble, le dioxyde de chlore ne réagit pas chimiquement avec l’eau.
 le dioxyde de chlore réagit rapidement avec la matière oxydable.
 le dioxyde de chlore ne réagit pas avec l’azote ammoniacal.
 le dioxyde de chlore ne forme pas de trihalométhanes lorsqu’on l’utilise pour
désinfecter les eaux contenant de la matière organique.
 le dioxyde de chlore élimine très efficacement les phénols
 le dioxyde de chlore est plus stable dans l’eau que le chlore.
VI .1. 3. Ozone
L’ozone est un gaz bleu instable qui dégage une odeur irritant caractéristique, une
atmosphère qui contient de 0.25mg/l d’ozone est en général considérée comme dangereux
puisque l’ozone est un oxydant très puissant. On doit choisir avec soin les matériaux avec
lesquels il entre en contact : le verre et la porcelaine résistent bien { l’ozone, ce qui n’est pas le
cas pour le caoutchouc.
La solubilité de l’ozone dans l’eau est de 570 mg/l { 20°C, soit 12 fois moindre que celle du
chlore dans les mêmes conditions. L’ozoe est gaz instable composé de molécules d’oxygène
triatomique (O3). Puisque l’ozone se décompose rapidement en oxygène, on doit le produire
immédiatement avant son utilisation. Dans l’eau pure, l’ozone réagit de la façon suivante :
O3 + OH- ⇆ HO2 + O2
O3 + O2-+ H+ ⇆ 2 O2 + OH-
HO2 + OH- ⇆ HO2 + O2
Exercice1
Une usine de potabilisation possède une production de ClO2 par filière Cl2/NaO2Cl.
1- Calculer les quantités de Cl2 et NaO2Cl nécessaires pour former 1g de ClO2
2- Donner la quantité de ClO2 théoriquement formée ainsi que l’excès de Cl2
3- Calculer le rendement du générateur et le résiduel de NaClO2

35
Donnés :

* [NaO2Cl]=250g/l , Qpompe NaO2Cl = 10 l/h, [NaO2Cl]sortie = 0.08 g/l.


* [ClO2]sortie=1.75g/l , [Cl2]sortie = 0.4 g/l, Quantité Cl2 injectée= 1000g/h
* Qentrée eau = 1m3/h

Solution :
L’équation de réaction :
2NaClO2 + Cl2 → 2 ClO2 + 2NaCl

1- Calcul des quantités de NaO2Cl et Cl2 :

Les rapports massiques


𝐶𝑙2 71 2𝑁𝑎𝑂2 𝐶𝑙 181
= = 0.526 𝑒𝑡 = = 1.34
2𝐶𝑙𝑂2 135 2𝐶𝑙𝑂2 135
Montrent qu’il faut 0.526 g de Cl2 et 1.34 g de NaO2Cl pour former 1g de ClO2
2- La quantité de ClO2 théorique et Excès de chlore :

 La quantité de ClO2 théorique :

On injecte 10 × 250 = 2.5 𝑘𝑔/𝑕 de NaO2Cl et 1000 g/h de Cl2


En théorie, on forme donc
2.5
= 1.865 𝑘𝑔 𝑑𝑒 𝑁𝑎𝑂2 𝐶𝑙 𝑝𝑎𝑟 𝑕𝑒𝑢𝑟
1.34
 Excès de chlore :

La consommation réelle de Cl2 est égale à ClO2 formé ×0.526 = 1.865×0.526 soit 0.98 kg/h
L’excès de chlore égale { (Cl2 injecté - Cl2 consommé)=1000-980 = 20g Cl2 par heur

3- Le rendement du générateur et le résiduel de NaClO2

 Le rendement :

La qualité de NaO2cl réellement formée est donnée par :


[𝐶𝑙𝑂2 𝑠𝑜𝑟𝑡𝑖𝑒 × (𝑄𝑒𝑎𝑢 + 𝑄NaO 2cl ) = 1.75(1 + 0.010) = 1.76𝑘𝑔 𝑁𝑎𝑂2 𝐶𝑙 𝑝𝑎𝑟 𝑚3

𝑐𝑙𝑜2 𝑟é𝑒𝑙 1.767


𝑅𝑒𝑛𝑑𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 = = = 94.7%
𝑐𝑙𝑜2 𝑡𝑕é𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒 1.865

 le résiduel de NaClO2:
Le résiduel de NaO2Cl est de [NaO2cl]×Qsortie = 0.08 × 1.010 = 80.80 𝑔/𝑕

36
Exercice2
Un bureau d’études propose { une usine de production d’eau potable une unité de
de chloration par sulfite de sodium. Le débit d’eau { traiter est de 1000 m 3/h et la
concentration en Cl2 de 2mg/l, le résiduel en sortie d’usine doit être de 0.2 mg/l.

1- Calculer la quantité nécessaire de réducteurs pour assurer le déchloration.


NaO2SO4 + Cl2+H2O → Na2SO4 + 2HCl
OHCl + SO2 + H2O → SO42- + 3H++ Cl-

Solution :

La concentration exigée en sortie d’usine est de 0.2 mg /l


Il faut calculer la quantité de chlore à éliminer :
On a
[Cl2 𝑒𝑥𝑐é𝑠 × 𝑄𝑒𝑏 = (2 − 0.2) × 1000 = 1800 𝑔/𝑕

Soit 1.8 kg/h de chlore à éliminer

 cas de l’anhydride sulfureux (SO2):

𝑆𝑂2 64
Le rapport massique donne = = 0.9 g de So2 pour éliminer un 1 g de cl2
𝑐𝑙2 71

La quantité de SO2 nécessaire est égale à 0.9 x excès de chlore = 0.9 x 1.8 = 1.622 kg/h

 cas du sulfite de sodium :

𝑁𝑎2 𝑆𝑜3 126


Il faut = = 1.77g de Na2 So3 par 1g de cl2
𝑐𝑙2 71

Donc quantité de 𝑁𝑎2 𝑆𝑜3


𝑁𝑎2 𝑆𝑜3 = 1.77 × 1.8 = 3.18 𝑘𝑔 /𝑕

37
Références

[01] Bontoux.J , )1991(,Introduction { l’étude des eaux douces : eaux naturelles , eaux usées et
de boissons, 2éme édition, p 196.
[02]Mohand-Said Ouali, (2008)Cours de procèdes unitaires biologiques et traitement des
eaux, place centra ben Aknoun- Alger.
[03] Cardot. C, (1999). Génie de l’environnement. Les traitements de l’eau. Procédés physico-
chimiques et biologiques. Cours et problèmes résolus, éd. Ellipses, 247 p.
[04]KETTAB A. )1989(, traitement des eaux, les eaux potables, office des publications
universitaires place centra ben Aknoun- Alger.
[05]Claude Cardot ,Les traitements de l’eau. Procédés physico-chimiques et biologiques, Cours
et problémes résolus, 247p.
[06] Marcel.D, )1989 (,Chimie des oxydants. Traitement des eaux, p 505.
[07] Raymond Desjardins )1990(, le traitement des eaux, 2émé édition, p 231 – 235.
[08] Rodier.J et Coll , Paris. )2005( L'analyse de l'eau : eaux naturelles, eaux résiduaires, eau de
mer.8éme édition , pages 219 - 310.

38