Vous êtes sur la page 1sur 2

CHAMP MAGNETIQUE CREE PAR UNE SPIRE CIRCULAIRE DE RAYON R.

r

L’élément de courant I.d l

r

crée un champ magnétique élémentaire dB

 r  r direction : à I.d l et u  r r 
r
r
direction :
à I.d l et u
r
r
Les caractéristiques du vecteur dB sont:
sens : règle des 3 doigts main droite
r
(
r
)
I.dl.sin I.dl, u
I.dl.sin
(
/ 2
)
I.dl
0
r
0
0
norme : dB =
=
=
2
2
2
4
r
4
r
4
r
Il existe pour chaque élément de courant I.dl r son symétrique par
rapport à O. Par conséquent, les composantes parallèles au plan de
la spire s’annulent deux à deux. Le champ magnétique résultant
aura donc une direction perpendiculaire au plan de la spire.
P
dl
u r
dB
0 I.dl
R
B
= ∫
dB
=
dB.sin
=
sin
2
4
r
I
r
O x
Lorsqu’on somme l’ensemble des segments dl qui constitue la spire,
r et restent constant.
M
dB
0 I.dl
I
0
B
=
sin
∫ dl
=
sin
.[2
R]
2
2
4
r
4
r
R
sin
=
2
2
I
R
I R
I
R
0
0
0
r ⇒
B
=
R
=
=
2
3
3
2
r
r
2
r
2
2
2
2
(
2
2
) 2
r
=
x
+
R
x
+
R

Le champ magnétique créé par une spire circulaire de rayon R à la distance x de l’axe de la spire a pour expression :

B =

0

I

R

2

2

(

x

2

+

R

2

3

) 2

CHAMP MAGNETIQUE CREE AU CENTRE DUN SOLENOÏDE

Soit un solénoïde (bobine) de longueur L constitué de N spires et parcouru par un courant d’intensité I.

Soit un élément de ce solénoïde de largeur dx situé à la distance x du centre O du solénoïde.

Cet élément renferme

N

.dx spires

L

Le champ magnétique créé en O par cet élément dx correspond à

N

.dx

fois le champ créé par une spire.

L

dB

0

=

0 I

R

2

N

2 (

x

2

+ R

3 L

2

)

2

dx

le champ résultant est la somme des champs élémentaires créés par l’ensemble des éléments dx constituant le solénoïde.

B

0

=

dB

=

0

I

R

2

N

2

(

x

2

+

R

2

3

)

2

L

dx =

0

R

2

N

I

1

2

L

(

x

2

+

R

2

3

)

2

dx

Choisissons comme variable d’intégration.

tan

sin

=

=

R

x

R

r

x =

r =

R cos dx = R ⇒ = R. tan sin d 1 ( 2 2
R
cos
dx
= R
= R.
tan
sin
d
1
(
2
2
)
R
(
2
x
+
R
2
=
⇒ x
+
sin
d  cos 1  d   = R    sin 2
d
 cos
1
d
  = R  
 sin
2
sin
3
3
)
R
2
R
2
=
3
sin

 

dx r R O
dx
r
R
O

x

L

D’où

B

0

=

0

R

2

N

I

1

2

L

(

x

2

+

R

2

3

)

2

On fait varier

de

1

à

2

dx =

0

R

2

N

I

1

R    sin

1

2

L

R

3

2

sin

3

  d

=

0

.N.I

2L

sin

d

B

0

=

0

.N.I

2L

2

1

sin

d

=

.N.I

0

[

]

cos

2L

Dans le cas d’un solénoïde infiniment long

B

0

=

0

.N.I

2L

[

1

(

1)

]

=

0

.N.I

=

L

0

.n.I

0 .N.I

0

.N.I

2

=

1 2L

[

cos

1

cos

2

]

=

0 .N.I

2L

[

cos

2

cos

1

=

avec

et

n

2

=

=

N

L

0

nombre de spire par unité de longueur

1

]