Vous êtes sur la page 1sur 35

APPAREILLAGE ET TECHNIQUES

SEISMIC STUDIES
D'ACQUISITION IN EN
DES DONNEES
MAGNETOTELLURIQUE
CAMEROON
Méthodes Géophysiques
Les   propriétés   physiques   de   la   roche   sont   la   densité,   la   résis6vité   électrique,   la  
suscep6bilité   magné6que,   la   vitesse   de   propaga6on   des   ondes   élas6ques,   la  
permi;vité  électrique  ou  diélectrique.  
 
Ainsi   à   chaque   rela6on   établie   entre   propriété   physique   de   la   roche   et   champ  
physique  se  construit  une  méthode  géophysique,  nous  avons  par  conséquent  :    
•  1-­‐    la  méthode  gravimétrique  construite  à  par8r  de  la  rela8on  «  densité  des  roches»  
et  «  force  de  gravita8on  »    
•  2-­‐    La  méthode  magné8que  construite  à  par8r  de  la  rela8on  «  suscep8bilité  
magné8que  »  et  «  champ  magné8que  terrestre»    
•  3-­‐    La  méthode  sismique  construite  à  par8r  de  la  rela8on  «paramètre  élas8que»  et  
«vitesse  de  propaga8on  de  l’onde  »    
•  4-­‐    La  méthode  électromagné8que  construite  à  par8r  de  la  rela8on  «  permiDvité  
électrique  ou  diélectrique,  perméabilité  magné8que  »  et  «  intensité  du  champ  
électromagné8que  »    
•  5-­‐    La  méthode  électrique  construite  à  par8r  de  la  rela8on  «  résis8vité  »  et  «  champ  
électrique  »    
•  6-­‐    La  méthode  radioac8ve  construite  à  par8r  de  la  rela8on  «  éléments  radioac8fs  
présents  dans  la  roche  Uranium,  Thorium  »  et  champ  radioac8f  «  α,  β,  γ  »    
Choix des méthodes Géophysiques
Ø  Le  choix  d’une  méthode  géophysique  dépend  de  l’objec6f  recherché  
(objec6f  très  profond  ;  profond  ;  superficiel).  

Ø  Il   n'y   a   pas   de   règles   absolues   dans   le   choix   des   méthodes   à   adopter,  
car   les   problèmes   qui   se   posent   dans   la   nature   ne   sont   d'une   part  
jamais  simples  et  d'autre  part,  jamais  suffisamment  bien  définis.    

Ø  Ainsi   structures   géologiques   complexes   que   l'on   cherche   à   déceler   et  


à  préciser,  s'écartent  toujours  des  types  simplifiés  (problème  directe  
et   inverse   en   géophysique)   car   les   constantes   physiques   des   roches  
du  sous-­‐sol  varient  en  fonc6on  des  terrains  traversés.  
 
Ø  Du   fait   que   les   mesures   géophysiques   s’effectuent   en   surface,   la  
profondeur   d’inves6ga6on   et   la   profondeur   de   pénétra6on   des  
champs   physiques   appliqués   condi6onnent   le   choix   de   la   méthode  
géophysique  à  u6liser.    
Propriétés électriques des Roches
(résistivité)
 
u    Les   méthodes   électriques   étudient   les   varia8ons   en  
surface  et  en  profondeur  du  poten8el  crées  par  le  passage  
d'un  courant  électrique  dans  le  sous  sol,  qui  est  fonc8on  de  
la   résis8vité   des   roches   traversées   (corps   conducteurs   ou  
résistants).  
 
u     Selon  les  procédés  mis  en  œuvre:  Nous  dis8nguons  
  *   les   sondages   électriques   (champ   électrique   ar8ficiel   ou  
provoqué),    
  *   les   sondages   telluriques   et   électromagné8ques  
(composantes   électriques,   naturelles   ou   ar8ficielles-­‐  
provoquées).    
 
Propriétés électromagnétiques  
 
u      Les   méthodes   électromagné8ques   étudient   les  
varia8ons   en   subsurface   et   en   profondeur   de  
composantes   du   champ   électromagné8ques   (E   et   H),  
suivant  les  direc8ons  (X,  Y,  Z).  

u      Les   composantes   du   champ   électromagné8ques  


s’expriment  en  fonc8on  de  la  résis8vité  et  également  en  
fonc8on   de   la   permiDvité   diélectrique   et   de   la  
perméabilité  magné8que  rela8ve  des  roches.    

u      Dans   le   cas   du   géoradar,   on   exploite   la   vitesse   de  


propaga8on   de   l’onde   Hz.   (permiDvité   diélectrique   des  
terrains  traversés).  
Systèmes d’acquisition des données
géophysiques
•  La   mise   en   œuvre   d'un   système   d'acquisi8on   de   données   géophysiques   est   fonc8on   des  
condi8ons   naturelles   du   milieu   (en   montagne,   en   forêt,   dans   une   zone   inondée,   dans   une  
région  agricole,  dans  un  centre  urbain,  dans  des  régions  perturbées  par  les  lignes  de  haute  
tension  ou  des  lignes  de  chemin  de  fer  etc.).    

•  Un  système  d’acquisi8on  de  données  géophysiques  est  efficace,  s’il  peut  nous  assurer  d’une  
part   une   bonne   acquisi8on   de   données   et   d’autre   part   un   bon   rapport   signal   sur   bruit:   La  
gravimétrie   redoute   les   régions   montagneuses,   parce   que   les   correc8ons   à   faire   sur   les  
mesures  de  pesanteur  seront  plus  compliquées  (compte  tenu  du  relief  autour  des  sta8ons  et  
de  l'al8tude  exacte  de  ces  sta8ons),  également  la  sismique,  sa  mise  en  œuvre  serait  difficile  
si   le   relief   est   très   accidenté,   nécessitant   des   correc8ons   topographiques   et   sta8que  
ponctuelles  ;  Si  la  surface  est  très  caillouteuse  pour  pouvoir  mieux  enterrer  la  dynamite,  le  
signal  sismique  serait  fortement  bruité.    

•  Les   méthodes   électriques   ne   donnent   pas   de   très   bons   résultats   à   proximité   des   lignes   de  
haute  tension,  des  canalisa8ons  métalliques.  En  effet  la  présence  de  conducteur  dans  le  sol  
focalise   le   courant   électrique   et   empêche   par   conséquent   la   progression   des   lignes   de  
courant  dans  le  milieu.  
•   
Les   mesures   magné8ques   et   électromagné8ques   sont   perturbées   également   par   la   présence  
d'objets   en   fer,   ou   même   par   des   roches   superficielles   contenant   une   certaine   teneur   en  
éléments  ferromagné8ques  ou  des  lignes  de  Haute  tension.    
Appareillage

§  Partant du fait que les données en notre


possession sont des données Hélio
magnétotelluriques (HMT), nous allons dans
cette partie décrire de façon générale les
dispositifs utilisés pour l'acquisition des données
Hélio magnétotelluriques.

§  Les appareils de mesures HMT, sont des


dispositifs transportables constitués de 4 grands
ensembles :
Apparaillage
u Un  ensemble  contenant  5  électrodes  impolarisables  et  cons6tuée  
chacune  d'un  alliage  ciment-­‐plâtre;  
Elles   sont   placées   respec8vement   suivant   les   direc8on   N,   S,   E   et   W   et  
permefent   de   mesurer   les   composantes   horizontales   du   champ  
électriques.  
 
u    Pour   des   raisons   pra6ques,   la   composante   ver6cale   du   champ  
électrique  n'est  pas  mesurée  (Pierik  Falco,  2006).  

u La  cinquième  électrode  est  reliée  à  la  masse.    

u    Chacune   des   électrodes   est   entourée   d'une   éponge  


préalablement  imbibée  d'eau  salée  afin  d'assurer  un  bon  contact  
électrique  avec  le  sol.  On  améliore  ainsi  le  rapport  signal/bruit.  
Apparaillage

u  Un circuit d'amplification constitué d'un


préamplificateur et d'un amplificateur.
Le   préamplificateur   a   pour   rôle   d'amplifier   le   signal   brut   enregistré  
sur  le  terrain  ;  l'amplificateur  joue  un  double  rôle,  il  amplifie  le  signal  
déjà  pré  amplifié  et  augmente  son  gain  par  filtrage.  

u  Un coffret de visualisation


Il  permefant  de  visualiser  les  signaux  améliorés  

u un magnétophone TEAC à quatre pistes.


Il  permefant  un  enregistrement  analogique  des  quatre  composantes  
horizontales  du  champ  électromagné8que.  
Dispositif d'acquisition des données
HMT sur le terrain
Dispositif d'acquisition des données
HMT sur le terrain

Dispositif d'acquisition des données HMT sur le terrain (Nouayou, 2005).


1- Préamplificateur 2- Amplificateur 3- Magnétophone 4- boîte de contrôle 5-
Magnétomètre 6- Electrodes 7- Câbles de connexion
8- Câble des électrodes
Gamme de Frequence

Le   disposi8f   de   mesure   u8lisé   dans   notre   Labo  


comporte   quatre   bandes   de   fréquences   répar8es  
ainsi  que  suit.  
 
Ø   1ère  Gamme  :  12  Hz  -­‐  180  Hz    
Ø 2ème  Gamme  :  1  Hz  -­‐  20  Hz  
Ø   3ème  Gamme  :  0,1  Hz  -­‐  1,6  Hz    
Ø 4ème  Gamme  :  0,008  Hz  -­‐  0,125  Hz    
Techniques d'acquisition des données
en magnétotellurique
   Avant  d'effectuer  toute  prise  de  mesure  sur  le  terrain,  certaines  
précau6ons  doivent  être  prises  :  
1  -­‐  Il  faut  tout  d'abord  s'assurer  que  la  sta8on  de  mesure  est  
éloignée  le  plus  loin  possible  de  toute  source  de  bruit  tels  les  voies  
de  communica8on,  les  zones  industrielles,  les  lignes  de  haute  
tension.  
 
2-­‐    Si  pendant  la  prise  des  mesures  il  y  a  perturba8on  d'origine  
naturelle  tel  que  les  orages  ou  les  vents  violents,  il  est  préférable  de  
stopper  toute  opéra8on  pour  éviter  la  dispersion  des  résultats.  
 
3-­‐    A  chaque  sta8on,  on  mesure  simultanément  les  composantes  
horizontales  du  champ  électromagné8que  selon  la  procédure  
suivante.    
Techniques d'acquisition des données
en magnétotellurique
A  chaque  sta6on,  on  mesure  simultanément  les  composantes  
horizontales  du  champ  électromagné6que  selon  la  procédure  
suivante  
4-­‐     On   dispose   perpendiculairement   les   capteurs   du   champ  
magné8que  (deux  capteurs)  qui  sont  des  bobines  à  contre  réac8on  de  
flux.  

5-­‐     Perpendiculairement   à   chaque   bobine,   on   place   les   lignes  


telluriques  (deux  lignes  telluriques  longues  de  100  m  chacune).  

6-­‐     Afin   d'obtenir   un   meilleur   rapport   signal/bruit,   une   des   lignes  


telluriques   doit   être   orientée   perpendiculairement   à   la   direc8on  
structurale,   pour   la   simple   raison   que   les   résis8vités   transversales  
donnent   un   meilleur   contraste   au   passage   des   discon8nuités  
électriques  (Pham  Van  Ngoc  et  al.,  1975).    
Techniques d'acquisition des données
en magnétotellurique
11-­‐    Dans  le  cas  où  la  direc8on  de  la  structure  n'est  pas  déterminée,  il  
est   important   de   déterminer   les   direc8ons   principales   suivant  
lesquelles   seront   éffectuées   les   mesures   ;   la   méthode   de   rota8on  
(Manguellé-­‐Dicoum,   1988)   est   dans   ce   cas   un   puissant   moyen   pour  
déterminer  ces  direc8ons.  
 
12-­‐   Compte   tenu   du   fait   que   les   fluctua8ons   du   champ  
électromagné8que  naturel  deviennent  importantes  dans  l'après-­‐midi  
(Garcia   et   Jones,   2005),   il   serait   alors   judicieux   d'effectuer   les  
campagnes  de  prospec8on  pendant  cefe  période.  
 
Une  fois  que  les  mesures  ont  été  effectuées,  il  faut  maintenant  les  
traiter,   les   interpréter   et   les   exploiter   afin   de   déterminer   la  
structure  géologique  du  sol  étudié.  C'est  l'objet  du  chapitre  suivant.
   
Présentation d’un profil d'étude

u    Le  profil  est  la  direc8on  suivant  laquelle    ont  été  


éffectués   les   sondages   HMT   ou   AMT   (Helio   et  
Audio  magnetotelluriques)  
 
u     Il  a  une  longueur  en  Km  bien  tederminee  et  relie  
plusieurs   sta8ons     de   mesure:   Il   est   orienté  
sensiblement   suivant   la   direc8on   determinée   sur  
la  carte  géologique  de  la  région  
Conseils pratiques
v  Les   mesures   HMT   ou   AMT     sont   effectuées   le   long   d’un   profil  
suivant   deux   direc8ons   orthogonales   N-­‐S   et   E-­‐W,   mais   seules   les  
mesures   prises   suivant   une     direc8on   seront   interprétées   dans   le  
cas   où   les   mesures   dans   l’autre   direc8on   sont   dispersées   (La  
dispersion  des  mesures  trouve  souvent  son  origine  dans  la  mesure  
des  composantes  horizontales  du  champ  électrique  (Jones,  1998).  
v    En   effet,   la   différence   de   poten8el   (d.d.p)   mesurée   entre   les  
électrodes  ne  représente  pas  la  valeur  exacte  de  la  composante  du  
champ   électrique   mesuré   à   cause   de   la   présence   des   charges   au  
voisinage   de   la   surface   de   la   terre   ou   à   cause   de   l'inhomogénéité  
latérale  des  couches.  
v   Ces  charges  qui  sont  sans  conséquence  sur  la  phase  de  l'onde  EM,  
ont   néanmoins   des   conséquences   plus   élevées   dans   le   mode  
transverse   magné8que   (TM)   que   dans   le   mode   transverse  
électrique  (TE)  (Jones,  1988).    
v  Par  contre,  la  contamina8on  des  roches  par  des  ma8ères  d'origine  
organique   a   une   influence   sur   la   phase   de   l'onde   EM   aux   basses  
fréquences  (Olhoey,  1985).  
INTERPRETATION ET EXPLOITATION DES
  DONNEES HELIO MAGNETOTELLURIQUES
       
u    Le   but   de   l'interpréta6on   et   de   l'exploita6on   de   ces  
données   est   de   déterminer   le   modèle   géologique  
correspondant  au  sous-­‐sol  étudié.    

u      Pour   y   parvenir   plusieurs   représenta6ons   graphiques  


de  ces  données  sont  nécessaires.  
 
 

       INTERPRETATION  DES  DONNEES  HMT      


       consiste  donc  à  tracer  les  différentes  courbes  suivantes    
INTERPRETATION ET EXPLOITATION

 
 1)  Courbes  de  sondage  
 
 2)  Profils  de  résis6vité  ou  courbes  de  profilage  
 
 3)  Pseudo  sec6on  

4)  Sec6on  géoélectrique  
Courbes de sondage
u    La   courbe   de   sondage   caractérise   les   varia8ons   des  
résis8vités  apparentes  à  la  ver8cale  d'une  sta8on  de  mesure.  
 
u      Son   interpréta8on   permet   de   déterminer   le   nombre   de  
couches,   la   résis8vité   de   chacune   d'elles   et   ainsi   que   les  
épaisseurs  correspondantes.  

u   La  courbe  de  sondage  est  à  la  base  des  interpréta8ons  en  MT,  
on  l'ob8ent  à  l'aide  des  logiciels  d'inversion  1-­‐D.    

u    Nous   aurons   suivant   le   logiciel   u8lisé   en   abscisse   les  


fréquences  ou  les  racines  carrées  des  périodes  tandis  que  en  
ordonnées   seront   placées   les   résis8vités   apparentes  
correspondantes.  
Example de Courbes de sondage

§     

!
Profils de résistivité ou courbes de
profilage
Ø  Le profil de résistivité représente les mesures
effectuées à une même fréquence le long d'un profil et
caractérise la variation latérale de la résistivité à la
fréquence étudiée.

Ø  On l'obtient en plaçant en abscisse les projections des


stations et en ordonnée les valeurs moyennes des
résistivités apparentes obtenues après le traitement
manuel des mesures brutes.

Ø  Le profil de résistivité permet d'observer les zones de


discontinuité et les accidents tectoniques.
Profils de résistivité ou courbes de
profilage
Afin  de  mieux  apprécier  les  varia6ons  latérales  des  résis6vités  
suivant   notre   profil,   nous   avons   subdivisé   les   fréquences   en  
trois  gammes:  
Ø    Les   hautes   fréquences,   comprises   entre   50   Hz   et   200   Hz)  
et  correspondant  aux  couches  superficielles.  

Ø   Les  moyennes  fréquences,  comprises  entre  10  Hz  et  40  
Hz   et   correspondant   aux   couches   moyennement  
profondes.  
Ø   Les  pe8tes  fréquences,  comprises  entre  1  Hz  et  9  Hz  et  
correspondant  aux  couches  profondes.  
§  N.B ces valeurs des gammes ne sont que des examples
Example de Profils de résistivité ou
courbes de profilage
Example de Profils de résistivité ou
courbes de profilage
ü  Nous   remarquons   entre   les   sta6ons   A1   et   A2,   une   chute   progressive   des  
valeurs  de  la  résis6vité  ;  ces  valeurs  passent  de  145  m  à  pra6quement  5  m.    
 
ü  Cege   chute   progressive   est   suivie   d'une   remontée   brusque   lorsqu'on   passe  
de  A2  à  A3  (où  les  résis6vités  ageignent  700  Lm)  puis,  d'une  deuxième  chute  
brusque  entre  A3  et  A4.    
Ces  observa6ons  présagent  des  discon6nuités  entre  chacune  de  ces  sta6ons.  
 
ü  Entre   les   sta6ons   A4   et   A5,   les   résis6vités   sont   constantes   sauf   pour   la  
fréquence   de   182   Hz   où   l'on   observe   une   légère   augmenta6on   qui   se  
manifeste  par  le  fait  que  la  courbe  de  profilage  correspondant  à  la  fréquence  
de  182  Hz  coupe  les  autres.  

ü    On   peut   penser   à   une   faille   entre   ces   deux   sta6ons.   Cege   représenta6on   ne  
peut   pas   pour   l'instant   nous   permegre   de   conclure   avec   exac6tude   sur   le  
type  d'anomalie  existant  entre  ces  sta6ons.  
Pseudo section

§  La  pseudo  sec8on  montre  les  varia8ons  de  la  résis8vité  


suivant  une  coupe  ver8cale.    

§  Elle   permet   (Vozoff,   1972)   de   mefre   en   évidence   les  


zones  de  discon8nuité  latérale  qui  apparaissent  avec  un  
fort  gradient  horizontal  de  résis8vité  et  contrastent  par  
conséquent   avec   les   zones   tabulaires   où   les   lignes  
d'isorésis8vités  sont  horizontales.    

§  On   l'ob8ent   en   portant   en   abscisse   les   distances   inter-­‐  


sta8ons  et  en  ordonnée  les  logarithmes  des  fréquences.  
Example de Pseudo section
Interpretation de la Pseudo-section
Ø  La  pseudo  sec6on  ci-­‐dessus,  met  en  évidence  une  zone  très  
conductrice   située   entre   les   sta6ons   A1   et   A2   et  
caractérisée   par   des   résis6vités   de   très   faibles   valeurs   au  
voisinage  de  A2.    

Ø  La   forme   des   courbes   d'isorésis6vités,   la   disposi6on   de  


celles-­‐ci   nous   permet   de   conclure   que,   entre   les   sta6ons  
A1  et  A2,  il  existe  un  fossé  géologique.  
 
Ø  L'allure  ver6cale  des  courbes  d'isorésis6vités  au  voisinage  
de   la   sta6on   Esagem2   (A2),   permet   de   conclure   que   l'une  
des  fron6ères  de  ce  fossé  se  trouve  à  cege  sta6on.    
Section géoélectrique

u  Elle est réalisée à partir de la courbe de


sondage et montre la disposition des
différentes couches suivant le profil étudié.

u  Lorsque le rapprochement est fait avec la


géologie au point d'assimiler chaque terrain à
une couche géologique, on obtient alors la
section géologique suivant le profil étudié.
Example de Section géoélectrique
Analyse de la Section géoélectrique
ü  La section géoélectrique présente 5 colonnes correspondant aux
cinq stations de mesure. On note en dessous de la première
station une intrusion de matériau de faible résistivité.

ü  Le passage de la station A1 à la station A2 est caractérisé par la


dénivellation observée au niveau des couches situées en dessous
de ces deux stations.Cette remarque fait penser qu'un accident
tectonique se serait produit entre dans cette zone.

ü  Une observation analogue à celle de A1 est faite pour les stations
A3 et A4 il y a des intrusions résistantes au voisinage de la
surface.

ü  La section géoélectrique met en évidence quatre zones


d'anomalies caractérisées soit par des intrusions sédimentaires
(cas de A1), ou par la présence des matériaux résistant au
voisinage de la surface (cas des stations A3, A4 et A5).
Modèle géologique
u    Après  les  différentes  interpréta8ons  et  analyses  effectuées  
ci-­‐dessus,  il  reste  à  proposer  un  modèle  géologique  du  profil  
étudié.    

u    Ce   modèle   va   permefre   d'observer   la   disposi8on   des  


différentes   couches,   de   connaître   la   nature   de   chacune  
d'elles  et  de  localiser  les  accidents  tectoniques  qui  existent  le  
long  du  profil  etudié  

u     Ce  modèle  prend  en  compte  les  valeurs  des  résis8vités,  les  
résultats  des  analyses  des  courbes  de  sondage,  de  la  pseudo  
sec8on,  des  profils  de  résis8vité,  de  la  sec8on  géoélectrique  
et  d'autre  part  la  carte  géologique  de  la  région.  
Example de modele géoélectrique  
Interpretaion du modele
géoélectrique  
Ø  Ce modèle géologique est constitué quatre formations parmi
lesquelles : les grès, les grès argileux, les conglomérats et les
formations du socle.

Ø  Les stations A1 et A2 reposent entièrement sur des grès. Ces


grès correspondent d'après la carte géologique de la région, à
la série argilo gréseuse de la Manyu (Cg2) et à la série gréseuse
de la cross, arkosique et conglomératique (Cg5).

Ø  La station A3 est celle qui a été la plus affectée par les
formations du socle. En cette station le socle remonte jusqu'à
mois de 3 Km de la surface.

Ø  Le profil est entrecoupé de quatre failles intra-sédimentaires


(lignes .
Open Questions
 
 
 
 - Pourquoi tout au long de ce travail nous a-t-il
 é t é d i f f i c i l e d ' a t t e i n d r e d e s g r a n d e s
profondeurs
  malgré les petites fréquences
utilisées
    ?
 
- Que représentent les zones de discontinuité
 observées ?
-- Comment expliquer la présence des
matériaux résistants au voisinage de la
surface ?