Vous êtes sur la page 1sur 31

Ecole Mohammadia des ingénieurs – 2011/2012 Géotechnique II

Chapitre II :
Poussée et butée
(2ème génie civil)

Par : EL BRAHMI Jamila


Professeur à l’EMI

Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
1/ État initial :

Avant de subir des déplacements, le sol se trouve dans un état


initial qui dépend de son histoire géologique. On nomme cet état :
poussée des terres au repos (sans déplacement). Pour le définir,
on relie la contrainte effective horizontale à la contrainte
effective verticale par le coefficient des terres au repos K0 :

 'h 0  K 0 'v 0

état initial du sol au repos


( sans talus)
Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
1/ État initial :

La valeur de K0 varie suivant le type du sol. Elle est donnée, de


façon approximative, au tableau suivant :

 Pour les sols pulvérulents et les sols fins normalement


consolidés, on pourra utiliser la formule simplifiée de JAKY si le
terre plein est horizontal :

K0  1  sin  '

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
1/ État initial :
 S’il existe un talus de pente β, la valeur de K0, avec la même
définition, sera :

K 0   K 0 (1  sin  )

 Par rapport aux sols normalement consolidés, la valeur de K0


augmente pour les sols surconsolidés. D’autant plus que le
coefficient de surconsolidation ROC est important. On pourra
utiliser la relation suivante :

Avec : ROC = σ’p/σ’v0 K 0  (1  sin  ' ) ROC


1/ 2

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
2/ Mobilisation des équilibres de poussée et de butée :

 pour qu’il y est équilibre de poussée ou de butée, il faut qu’il y


est déplacement, grossièrement, de:

 l’ordre de H/1000 pour mobiliser la poussée.


 Supérieur à H/100 pour mobiliser la butée.

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
2/ Mobilisation des équilibres de poussée et de butée :

 Équilibre de poussée :
Le sol pousse sur l’écran (le met en
poussée). Le sol se décomprime et se
déplace jusqu’à ce que la contrainte
horizontale initiale σ’h0 diminue, pour
atteindre une valeur limite σ’a
(équilibre actif ou inférieur) inférieure
à σ’h0.

Par rapport à l’état initial, la


contrainte σ’v0 étant constante, la
contrainte horizontale σ’h0 diminue
jusqu’à ce que le cercle de Mohr
devienne tangent à la droite de Mohr -
Coulomb pour une valeur de σ’h = σ’a.

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
2/ Mobilisation des équilibres de poussée et de butée :
 Équilibre de poussée :
Le sol est à l’état de poussée: la
contrainte de poussée est reliée à la
contrainte verticale σ’v0 (dans le cas
d’un écran vertical sans frottement
sol-écran) par le coefficient de
poussée Ka :

 ' a  K a ' v 0

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
2/ Mobilisation des équilibres de poussée et de butée :
 Équilibre de butée :
Le sol pousse sur l’écran (le met
en butée). Le sol se comprime et se
déplace jusqu’à ce que la contrainte
horizontale initiale σ’h0 augmente,
pour atteindre une valeur limite σ’p
(équilibre passif ou supérieur)
supérieure à σ’h0.

Par rapport à l’état initial, la


contrainte σ’v0 étant constante, la
contrainte horizontale σ’h0
augmente jusqu’à ce que le cercle de
Mohr devienne tangent à la droite
de Mohr - Coulomb pour une valeur
de σ’h = σ’p.
Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
2/ Mobilisation des équilibres de poussée et de butée :

 Équilibre de butée :
Le sol est à l’état de butée: la
contrainte de butée est reliée à la
contrainte verticale σ’v0 (dans le cas
d’un écran vertical sans frottement
sol-écran) par le coefficient de
butée Kp :

 ' p  K p 'v 0

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
3/ Théorie de Coulomb :
 Hypothèses :
La théorie de Coulomb repose
sur deux hypothèses:
1. le sol se rompt suivant une
surface de rupture plane
2. La force agissante sur le
mur a une direction connue,
en d’autre terme que l’angle
de frottement δ entre
l’écran et le mur est connu.

Ces deux hypothèses faites, la force agissante sur le mur est


calculée par de simples considérations d’équilibre statique à partir
d’une règle d’extremum.

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
3/ Théorie de Coulomb : cas d’un sol sans cohésion
 Calcul de la force de poussée d’un sol sans cohésion :

Soit un écran vertical


soutenant un massif de sol
sans cohésion avec un
terre plein horizontal.

Coulomb suppose que la


surface de rupture
potentielle est un plan
(coin de Coulomb) passant
par le pied de l’écran et
faisant un angle θ avec
l’horizontale.

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
3/ Théorie de Coulomb : cas d’un sol sans cohésion
 Calcul de la force de poussée d’un sol sans cohésion :

la contrainte de cisaillement
τ=σ’tanυ’ est complètement
mobilisée le long du plan de
rupture. Le coin de Coulomb se
comporte de façon rigide-
plastique.

La réaction totale du sol R sur


lequel glisse le coin de
Coulomb est donc inclinée de
l’angle υ sur la normale au plan
de rupture.

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
3/ Théorie de Coulomb : cas d’un sol sans cohésion
 Calcul de la force de poussée d’un sol sans cohésion :

Le principe consiste
simplement à écrire l’équilibre
des forces en présence de R,
W et Fa;
 W étant le poids propre du
coin du sol
 Fa = -P la poussée du sol
inclinée de δ sur la normale à
l’écran.
 R étant la réaction du sol
sur lequel glisse le coin de
Coulomb.
Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
3/ Théorie de Coulomb : cas d’un sol sans cohésion
 Calcul de la force de poussée d’un sol sans cohésion :
On détermine ainsi F en fonction de l’angle θ. La méthode de
Coulomb consiste à prendre le maximum de F(θ) pour calculer la
poussée Fa,
Cas simple : En application de la méthode de Coulomb, on calcule
la poussée en supposant que δ=0.

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
Finalement :

  h2
K a  tan 2 (  ) Fa  K a  
4 2 2

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
3/ Théorie de Coulomb : cas d’un sol sans cohésion
 Calcul de la force de butée d’un sol sans cohésion :
Si la méthode de Coulomb consiste à prendre le maximum de F(θ)
pour calculer la poussée Fa, le calcul de la butée Fp consiste à en
prendre le minimum.

  h2
K p  tan 2 (  )
4 2
et Fp  K p  
2
Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
3/ Théorie de Coulomb : cas d’un sol sans cohésion
 Généralisation : Poncelet

Poncelet a généralisé la
méthode de Coulomb à un
écran incliné de λ et à un sol
surmonté d’un talus d’angle
β.

Par la même procédure, on


détermine les coefficients
de poussée Ka et de butée
Kp.

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
3/ Théorie de Coulomb : cas d’un sol sans cohésion
 Généralisation : Poncelet

cos 2 (   )
Ka  2
 sin(   ) sin(   ) 
cos(   ) 1  
 cos(   ) cos(    ) 

cos 2 (   )
Kp  2
 sin(   ) sin(   ) 
cos(   ) 1  
 cos(   ) cos(    ) 

1 1
Fa  K a    l 2 et Fp  K p    l 2

2 2
Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
3/ Théorie de Coulomb : cas d’un sol frottant et cohérent

Dans le cas de sols présentant la cohésion, le problème est plus


complexe. Sur le plan de rupture, les contraintes tangentielle τ et
normale σ sont liées par la relation de Mohr Coulomb: τ=σtanυ+c
La réaction du sol comporte en plus de la réaction R inclinée à l’angle
υ sur la normale, une force cl (l=AC). Le diagramme des forces est
un peu plus compliqué.

π-δ-η

θ-υ

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE²
3/ Théorie de Coulomb : cas d’un sol frottant et cohérent

Dans le cas d’un mur à paroi verticale (η=π/2), d’un sol à surface
horizontale (β=0) et d’un angle de frottement nul entre le sol et le
mur (δ=0), on trouve pour la contrainte et la force de poussée :
 
 ha  K a v  2c tan(  )
4 2
1 2 2    
Fa  H tan (  )  2cH tan(  )
2 4 2 4 2
Et pour la contrainte et la force de butée :
 
 hp  K p v  2c tan(  )
4 2
1 2 2    
Fp  H tan (  )  2cH tan(  )
2 4 2 4 2

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
3/ Théorie de Coulomb : cas d’un sol frottant et cohérent

Il faut remarquer que cette


théorie ne permet pas de
déterminer le point d’application
de la force F.

lorsqu’il en est nécessaire, on


suppose une répartition linéaire
des contraintes sur le parement
du mur, et le point d’application de
la force résultante F est alors
situé au tiers de la hauteur à
partir de la base.
Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
4/ Théorie de Rankine : principe et hypothèses

La méthode de Rankine
permet de déterminer
l’état des contraintes
dans un sol en butée ou en
poussée derrière un mur
de soutènement, donc de
calculer les forces
s’exerçant sur ce mur.
Cette méthode repose sur
l’hypothèse simplificatrice
fondamentale suivante : σ: contrainte normale dans un massif à surface horizontale
f: contrainte exercée par le sol sur l’écran

La présence de discontinuités, provoquées par la présence de


murs ou d’écrans à la surface d’un massif de sol, ne modifie pas
la répartition des contraintes verticales dans le sol.
Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
4/ Théorie de Rankine : principe et hypothèses

Ainsi, sur un plan parallèle à la surface du massif de sol, la


contrainte reste verticale et égale à γz cosβ (β: angle d’inclinaison
de la surface du sol par rapport à l’horizontale).
L’inconvénient d’une pareille hypothèse est
d’imposer, en tout point du mur, la direction de la
contrainte qui s’exerce sur le mur, et donc de ne
pas tenir compte de la valeur du frottement
entre le mur et le sol. Ainsi, dans le cas d’un sol à
surface horizontale et d’un mur à paroi verticale,
la théorie de Rankine suppose que le frottement
entre le mur et le sol est nul, puisque la
contrainte est horizontale.

Cette méthode conduit à une répartition triangulaire des contraintes


de poussée ou de butée sur l’écran et permet d’obtenir le point
d’application de la force correspondante.
Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
4/ Théorie de Rankine: Contraintes de poussée et de butée

 Sol pulvérulent à surface horizontale


 'v  'ha  'v  'ha
En écrivant IA = OI sinυ; nous obtenons :  .sin  '
2 2
 '
Ainsi;  'ha   'v tan 2 (  )
4 2
c.à.d:
 
K a  tan 2 (  )  'a  K a 'v B

4 2
A

Et de la même manière, on montre que :

 1
K p  tan (  ) 
2

4 2 Ka
 ' p  K p 'v

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
4/ Théorie de Rankine: Contraintes de poussée et de butée

 Sol purement cohérent


C’est le cas du sol fin saturé en comportement à court terme. Le
calcul s’effectue donc en contraintes totales.
Les résultats sont immédiats :
 ha   v  2Cu
 hp   v  2Cu

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
4/ Théorie de Rankine: Contraintes de poussée et de butée

 Sol à la fois cohérent et frottant à surface horizontale


En écrivant R = O’I sinυ; on est ramené, si on rajoute la contrainte
O’O=C/tgυ : théoréme des états correspondants de Caquot.
Ainsi;  'v  'a  ( 2c'   'v  'a ) sin  '
2 2 tan  2

c.à.d:
 
 'a  K a 'v 2c' tan(  )
4 2
Et de la même manière, on montre que :

 
 ' p  K p 'v 2c' tan(  )
4 2
Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
4/ Théorie de Rankine: Contraintes de poussée et de butée

 Sol pulvérulent à surface inclinée

Les coefficients de poussée et de butée ont pour expression :

1 cos   cos 2   cos 2 


K a ( )  
K p (  ) cos   cos 2   cos 2 

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
4/ Théorie de Rankine: Les lignes de glissement
 Sol cohérent et frottant à surface horizontale

les tracés des cercles de MOHR


permettent de connaître l'allure des
lignes de glissement et les coins de
poussée et de butée.

En effet; la facette sur laquelle se


produit l’équilibre de poussée
fait: 1 (    )     )
2 2 4 2
avec la facette verticale.

De même, elle fait (π/4+υ/2) pour


l’équilibre de butée. Le coin de butée
est beaucoup plus étendu que le coin
de poussée.
Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
4/ Théorie de Rankine:

Basée sur toute une zone en


rupture, elle présente
l’inconvénient d’imposer, a
priori , la valeur du frottement
entre le sol et le mur.
Par ailleurs, l’hypothèse σv=γz
est d’autant plus inexacte que
le frottement est moins
négligeable.

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
5/ Méthode graphique de Culmann:

Lorsque les conditions géométriques ne permettent pas de déterminer


analytiquement la force de poussée ou de butée, on utilise alors la
méthode graphique de Culmann;
La masse de sol derrière le mur est subdivisée en une succession de
coins. Pour chacun de ces coins, délimité par un plan de rupture passant
par le point B au pied du mur et incliné de l’angle θi sur l’horizontale, on
détermine, grâce au graphique de la résultante générale des forces
appliquées (Wi, Ri, Fi), la force correspondante Fi exercée sur le
parement du mur. Pour cela, les poidsWi des différents coins sont
reportés sur un axe BX faisant l’angle υ avec la direction horizontale et
les forces Fi sont tracées à partir des extrémités desWi, parallèlement
à l’axe BY faisant l’angle (δ+η) avec l’axe BX . Les extrémités des forces
Fi sont sur les plans de rupture inclinés de θi d’après le diagramme des
résultantes et leur ensemble constitue la ligne de Culmann. Le point où
la tangente à cette courbe est parallèle à l’axe BX correspond à la
valeur maximale de F, soit à la poussée limite Fa, et détermine le plan
de rupture le plus dangereux, incliné de l’angle θa sur l’horizontale.

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com
I/ EQUILIBRES LIMITES DE POUSSEE ET BUTEE
5/ Méthode graphique de Culmann:

Géotechnique II
Source: www.almohandiss.com