Vous êtes sur la page 1sur 6

Chaîne andine et chaîne alpine

Emmanuelle BOUTONNET

Bibliographie :

Livres importants :

Jolivet, La déformation des continents , Hermann


Debelmas & Mascle, Les grandes structures géologiques, Masson
LALLEMAND S. La subduction océanique, 195 p, Gordon & Breach Sc. Pub.

Autres :

BRAHIC A.& coll. Sciences de la Terre et de l'Univers 634p, Vuibert


CARON J.M. & coll. Comprendre et enseigner la planète Terre, 271 p, Ophrys Gap,
Dercourt, Géologie et Géodynamique de la France , Dunod
Dercourt J. & Paquet J. Géologie : Objets et méthodes.
Jolivet & Nataf, Géodynamique, Dunod
Kornprobst, Les roches métamorphiques et leur signification géodynamique, ed. Masson.
Mercier & Vergely : Tectonique, Dunod
Yardley B.W.D & coll. Atlas des roches métamorphiques.
CORRECTION – PLAN DETAILLE.

CHAINE ANDINE ET CHAINE ALPINE

Introduction :

- Accroche :

Chaînes de montagne sont des zones à fort relief et géologiquement riches, qui ont conduit à
des similitudes pour l’homme : présence d’espèce animales et végétales de haute altitude,
présence de minerais, présence de populations humaines adaptées à l’altitude, contraintes
géographiques, etc. Les montagnes se trouvent dans différents contextes (ex : extension -rift
est-africain), mais nous allons nous intéresser au contexte de convergence de plaques.

Localisation : Chaîne andine en Amérique du Sud et Chaîne alpine = Alpes + Himalaya entre
l’Eurasie et l’Afrique/Inde. Nous nous concentrerons sur la partie « alpes » de l’orogène alpin.
Tous deux sont des orogènes récents (Alpes = Cénozoïque, Andes = Mésozoïque) et toujours
actifs.

Andes = cordillère : chaîne de montagne à la limite entre une plaque océanique et une plaque
continentale. Alpes : chaîne de montagne intra-continentale, à la limite entre deux plaques
continentales.

- Annonce du sujet et limitations :

Chaîne andine/ alpine : au singulier. Ne traite pas le sujet comme « subduction vs collision »,
mais ces deux concept à travers de l’exemple des Alpes et des Andes. Présenter les éléments
sur les différents aspects de la vie d’une chaîne de montagne : sismicité, magmatisme,
métamorphisme, relief, structure profonde, tectonique… Replacer les deux objets dans le
cadre de la tectonique des plaques, et montrer ce qu’apporte leur comparaison pour la
compréhension des mécanismes de l’orogenèse, par exemple sous forme de schémas final.

NB : Veiller à maintenair l’équilibre entre un objet qui est bien connu et bien documenté à la
liste (Alpes) et un qui l’est moins (Andes).

- Annonce du plan :
I – Une géométrie et une structure proches.

A – Des géométries horizontales très proches

- Des reliefs importants : zones d’altitude moyenne élevée (Plateau Tibet = 4 000m ;
altiplano = 3 300m) et avec des hauts sommets (Everest : 8 848m, Aconcagua :
6 962m).
- Des morphologies proches : Présence de plateaux d’altitude (Altiplano entre cordillère
orientale et occidentale), et de bassins d’avant-pays liés à des chevauchements actifs :
o Alpes occidentales : bassin molassique suisse & rhône.
o Andes : côté est – bassin flexural, côté ouest – fosse des Andes et prisme
d’accrétion.
- Une dynamique sédimentaire semblable : relation érosion/ sédimentation, effet sur le
climat local (effet Foehn).

Matériel : carte topographique du monde, carte géologique du monde, carte France au 10-6,
Carte géologique de l'Amérique du Sud au 1/5 000 000

B – Structure interne et déformation globalement compressive

- Localisation/ importance des séismes :


o Alpes : sismicité superficielle, associée au chevauchements frontaux
o Andes : sismicité superficielle à l’est (chevauchements), mais surtout à
l’ouest : importants et profonds. Plan de Bénioff = subduction.
- Vitesse de raccourcissement :
o Andes : 75mm/an au niveau de la subduction et 10mm/an à l’est. Très actif
o Alpes : <10mm/an. Orogène sur le déclin.

- Déformation : Andes & Alpes : présence de chevauchements avec migration fronts et


de plis => compression.
o Alpes : chevauchement pennique, chevauchements frontaux. Même vergence.
o Andes : encadrées par deux systemes chevauchants: la zone de subduction à
l'ouest, et les retro-chevauchements du cote oriental de la chaine qui chevauche
sur le craton brésilien.
- Zones en extension : Dans les Alpes : chevauchement pennique repris en faille
normale. Andes = altiplano bordé par des failles normales. Causes :
o Effondrement gravitaire ? Détachement de racine et rebond isostatique ?
Andes : partitionnement de la déformation ?

Matériel : Carte géologique de l'Amérique du Sud au 1/5 000 000, carte France au 10-6, Jolivet
«la déformation des continents » , Lallemand « La subduction océanique » ?

NB : les chaînes de collision peuvent aussi avoir une double vergence. Ex : les Pyrénées.

C – Les marqueurs d’un épaississement crustal important

- Données gravimétriques :
o Alpes Occidentales : présence d’une anomalie négative = racine crustale.
o Andes : profil plus compliqué : anomalie négative au niveau de la fosse,
positive au niveau de la côte, et négative sous la cordillère.
- Explications :
o Sous les reliefs = présence d’une racine crustale. CC = environ 60km sous les
Alpes et CC = environ 70km sous l’Altiplano.
o A l’ouest des Andes : anomalie négative = déficit de masse lié à la plongée du
slab, et anomalie positive = excès de masse lié au panneau plongeant sous CC.
- Données sismique réflexion :
o profil ECORS Alpes : au niveau du front pennique = superposition de deux
CC. Explique épaississement.
o A travers les Andes : chevauchements localisés à l’est sont limités : pas de
prolongation visible sous l’altiplano. Autres causes ?

Matériel : carte gravimétrique au 10-6 France, carte gravimétrique Andes (où trouver ça ?),
FigVI-13 Jolivet.

II- Des lithologies endogènes très différentes.

A – Répartition du magmatisme et du métamorphisme.

- Andes internes : composées principalement de roches plutoniques (batholithe andin) et


volcaniques associées à de nombreux volcans (Cotopaxi, Nevado Del Ruiz). Peu de
métamorphisme : schiste vert seulement = pas d’exhumation.

- Alpes internes : composées surtout de roches métamorphiques avec un gradient W-E.


Faciès Schiste Vert (briançonnais), Schiste Bleus (piémontais), Eclogites (zone de
suture). Peu de magamtisme syn-déformation : granites associés à la ligne insubrienne.

Matériel : carte géol de la France au 10-6, Jolivet

B – Le magmatisme dans les Andes internes.

- Magmatisme surtout calco-alcalin :


o Roches volcaniques différenciées : andésite surtout, rhyolite, ignimbrites. On
trouve aussi des séries très riches en K = shoshonitique.
o Roches plutoniques différénciées : batholithe = granodiorites et granites calco-
alk.
=> Isotopes du Pb indique que tout le magmatisme CA est co-génétique
o Rares occurrences de magmatisme alcalin éloigné de la fosse
- Répartition des roches magmatiques :
o On différencie des zones volcaniques et des zones non volcaniques où le
batholithe andin affleure.
=> La configuration des zones de Fusion Patielle bouge dans le temps.
o Série shoshonitique se situe au milieu de la cordillère, très volcanique.
- Conditions de Fusion partielle :
o Roches riches en eau (amphiboles, éléments incompatibles) : fusion partielle
hydratée.
o Série shoshonitique : très riche en K = contamination crustale importante
=> Zone de subduction : fusion partielle hydratée du coin de manteau.
- Questions :
o Est-ce que le magmatisme important explique tout l’épaississement crustal ?
o Pourquoi des zonations chimiques et volcaniques ?

Matériel : Jolivet, (ouvrage magmatisme avec analyses géochimiques ?), échantillon roche &
lame andésite Andes avec amphiboles.

C – Le métamorphisme et le magmatisme dans les Alpes internes.

- Gradient de métamorphismes WE :


o A partir d’échantillons, reconstitution d’un trajet P-T typique d’une zone de
subduction océanique
o Métamorphisme de UHP = éclogites acides de Dora Maira. Ex : rétromorphose
coésite- quartz.
=> La collision est précédée d’une subduction océanique, et d’une subduction
continentale.
- Gradient de MP-MT :
o Echantillons à disthène/ staurotide (surtout en Himalaya). Reconstitution d’un
trajet P-T de faciès amphibolite.
o Métamorphisme de collision sensu-stricto : empilement de nappes tectoniques,
réchauffement, croûte épaissie.
- Quid du magmatisme ?
o Chaîne alpine trop jeune pour montrer un métamorphisme de HT-BP tardi-
orogénique comme la chaîne Hercynienne.
o Néamoins, présence de magmatisme syn-orogénique : localisé le long des
failles majeures : ligne insubrienne, grands décrochements himalaya,
détachement Sud-Tibétain. Peu abondant.
o Caractéristiques : signature crustale importante = fusion/ anatexie de la croûte
continentale. Parfois mélange avec une composante basique.
 remontée des isothermes dans les zones de collision provoque la
fusion de la croûte contientale (voire un peu du manteau
lithosphérique).
 détachement slab, détachement racine crustale, friction dans les
zones de cisaillement ?

Matériel : analyses chimique granite collision (ouvrage magmatisme avec analyses


géochimiques ?), échantillon SB du Queyras, Eclogite Viso, Micashiste à Staurotide
(attention : Alpes, pas trouvé, sauf dans les Maures, mais il est d’âge hercynien), trajet P-T
Alpes.

III – Des contextes géodynamiques différents mais intégrés dans un même cycle.

A – La chaîne andine : une chaîne de subduction en compression


- Une chaîne de subduction : Andes sont une chaîne subduction qui se forme
principalement par cristallisation de roches magmatiques issu de la fusion hydratée du
coin de manteau (slab 150km profondeur)
- Dans un contexte compressif : Une composante compressive permet le développement
de chevauchement de la chaîne sur le craton sud-américain à l’est.
o Cas particulier de zone de subduction
o Permet d’expliquer pourquoi la racine crustale est aussi importante
(magmatisme ne suffit pas à épaissir autant)
o Altiplano en extension : peu compris
- Cause de la compression : pendage faible du slab
o Les zones avec le + de compression sont sans magmatisme.
o Lorsque le slab est plat (flotte beaucoup, par exemple proximité d’une dorsale
comme la ride du Chili), a du mal à s’enfoncer = couplage important =
compression
o Magmatisme plus loin de la fosse, et moins de contamination crustale (K2O
faible).
o Configuration a beaucoup varié depuis le crétacé.

Matériel : schémas synthèse subduction dans les Andes

B – La chaîne alpine : une chaîne de collision

- Une chaîne de collision : Les Alpes sont une chaîne de montagnes qui résulte de la
collision de deux croûte continentales, l’Eurasie et l’Afrique/ Inde.
- Plusieurs étapes :
o Une subduction océanique de l’océan Alpin
o Suivie d’une subduction continentale lorsque la CC est entraînée dans
suduction. Flottabilité : la subduction s’arrête. Obduction de la CO parfois.
o L’érosion met à l’affleurement des roches qui sont passées en suduction, puis
exhumées = roches métamorphiques à l’affleurement.
o Empilement de nappes = métamorphisme de MP-MT, et exhumation de ces
roches
o Parfois magmatisme associé à des structures et à des contextes poncuels.

Matériel : schémas synthèse collision dans les Alpes

C – Intégration dans le cycle de Wilson

- Pas d’incompatibilité Andes/ Alpes : La subduction océanique précède la collision.


Preuve : le métamorphisme de HP-BT. Dans les Andes : pas de phénomène
d’exhumation = les roches métamorphiques restent en profondeur, mais elles sont là.
- Cycle de Wilson : expliquer Cadomien / Calédonien / Hercynien / Alpin sont des
cycles de rassemblement / dislocation des continents avec subd / collision.
- Conséquences sur le climat (tiroir ou ouverture ccl) : corrélation Pangée et bas CO2 /
dislocation Pangée et haut CO2.

Matériel : carte de France au 10-6 & échelle des temps géologiques de la légende.

Conclusion : Patagonie et subduction d’une dorsale active ? Chaîne des cascades qui diffère
des Andes ?

Vous aimerez peut-être aussi