Vous êtes sur la page 1sur 4

UNIVERSITE SAINT ESPRIT DE KASLIK

FACULTE PONTIFICALE DE THEOLOGIE

Sacrement du Pardon et Onction


des malades
R.P. Augustin Mehanna

Kaslik – 2008/2009
Le but du cours est d’introduire l’étudiant en théologie dans l’orbite de
« l’entreprise de relation ». La volonté de Dieu pour l’homme est la vie,
alors que l’homme avec son péché choisit la mort plutôt que la vie. Le péché
est une sorte de mort, une sorte de retour au néant.

Il y a deux perspectives de « l’entreprise de relation »:

1- Le pardon comme grâce de Dieu (initiative de Dieu)

Le pardon est quelque chose faite par don de Dieu. Le pardon de Dieu ne
s’achète pas et en lui-même il contient toute gratuité. C’est un cadeau du
Dieu de l’Alliance, de l’amour ; parce que Dieu est amour en lui-même il
crée ; l’amour est don créateur. Dieu n’est pas un tyran, il n’impose rien à
l’homme, mais sa grâce éveille la liberté de l’homme. Notre liberté est
définie comme le vouloir du bien.

Cette grâce doit être mise en situation (initiative de l’homme), acceptée et


accueillie par l’homme à travers sa conversion. C’est la participation de la
part de l’homme à son salut, à son pardon.
Entreprise de relation

L’initiation de Dieu L’initiation de l’homme


Le pardon comme grâce La mise en situation de la grâce par
la conversion
Dieu n’impose pas, il éveille la En acceptant le pardon, l’homme
liberté de l’homme participe à son salut, à son pardon.

2- Le pardon dans le temps comme préfiguration du « pardon définitif »

Le pardon que Dieu octroie à l’homme au cours du temps est une


préfiguration du pardon définitif, eschatologique.
Le pardon qu’on obtient durant notre vie est vrai, mais il n’est pas définitif,
on doit attendre le pardon eschatologique pour être sauvé définitivement. Le
pardon définitif seul apporte le salut à notre âme. Pourquoi ne reçoit-on pas
le pardon définitif durant notre vie ? C’est parce que notre vie est sujette a
des fluctuations, elle est toujours menacée par le mal. Une foi mort, nous
serons dans le royaume de Dieu, à l’abri de tout mal, et c’est à ce temps-la
que nous recevrons le pardon définitif. Notre vie dans le temps n’est qu’une
préparation à la vie éternelle.

Notre cours envisage « l’entreprise de relation » entre de Dieu et l’homme à


travers trois temps :
I- A travers la « corrélation entre deux binômes » :
- Alliance (1) – Péché (2) :
Pour pouvoir parler de péché on doit revenir à la toile de fond qui est
l’amour de Dieu. Le péché n’est pas premier dans la relation de l’homme
avec Dieu. L’amour de Dieu précède tout péché, l’image divine en l’homme
est structurale. Le péché n’est qu’une tâche noire sur un fond blanc.
- Pardon (3) – Conversion (4) :
Le Dieu de l’Alliance pardonne et ne punit pas, l’homme est ensuite invité à
se convertir.

II- A travers une vue panoramique du cheminement dans l’histoire de


l’Eglise.
III- A travers une évaluation de l’état actuel de ce sacrement.
I- Corrélation entre les deux binômes :
- Alliance – Péché :
Dans l’Ancien Testament :
Alliance et création (Gn 1: 26-27)
L’Alliance entre Dieu et l’homme prend son élan dans l’événement de la
création. Dans la création de l’homme, début de l’histoire ou existence et
être trouvent leurs origines et ou Dieu créateur se révèle comme promoteur
de l’histoire humaine.
Le Dieu crée  une existence créée  le créé fait connaissance du créateur.
Dieu se révèle par le fait de créer. Le créé append, fait connaissance du
créateur et réciproquement.
C’est le Dieu créateur qui se révèle comme amour, puisqu’il partage son
existence avec un nouvel être en lui donnant l’existence. Ce nouvel être est
considéré come ami. Ainsi, le créateur se révèle comme un « amour
créateur », il révèle l’amour comme potentiel créateur. L’être humain, ce
fruit de l’amour qui est tout a fait gratuit.