Vous êtes sur la page 1sur 178

1

2
3
Pouvez-vous
devenir millionnaire et
aller au Ciel ?
« Ce qu’il faut savoir avant de mourir
pauvre »

4
44, Av. de la Justice, Kinshasa Gombe/RDC
Tél : +243 85 88 92 563
Site web : www.istc-cd.org
Courriel : info@istc-cd.org

© Ricardo Kaniama 2015

Dépôt légal : NO 3.01511-57395


Novembre 2018
Bibliothèque nationale de la RDC

Conception graphique de la couverture :


GILGA MASWENGO

Mise en page :
GILGA MASWENGO

Première édition
ISBN : 978-99951-818-2-X

5
Ricardo KANIAMA

Pouvez-vous
devenir millionnaire et
aller au Ciel ?

6
Psaume 119 : 130 nous dit : « La révélation de tes paroles
éclaire. Elle donne l’intelligence aux simples ». Lorsque les
simples sont éclairés ils deviennent puissants de façon qua-
si-automatique. Puisse ce livre éclairer ceux qui sont assis
dans les ténèbres de la pauvreté. C’est ma prière pour vous
lecteur de ce livre. Qu’il vous soit accordé la même grâce.
Celle que Dieu me fit en me tirant de rien aux millions en
un temps record.

Ricardo Kaniama

7
8
Remerciements

À Nancy Kaniama, ma femme et compagne de vie !


Remerciements pour votre support progressif et encou-
ragement pendant mon dur combat pour réussir tant
comme entrepreneur que motivateur et conférencier.

À Rinaldo, Riano et Ricardinho, mes merveilleux fils,


pour avoir donné un sens à ma vie comme papa.

À mes amis Blaise Mukanza, le Prophète Elie Samano


Kingsam et James Sentime. Vous avez toujours été mon
premier soutien, et votre enthousiasme sans fin pour
mon travail m’a inspiré d’aller toujours plus loin.

À Aristote Mabundu et Jennifer Labarre, le fils et la


fille selon mon cœur, qui m’ont beaucoup encouragé
d’écrire ce livre afin d’aider ceux qui comme moi vou-
draient réussir et aller loin dans la vie.

À toute l’équipe de l’ISTC, pour votre implication à


nous aider à étendre partout autour de nous le message
de puissance mentale et de succès.

Enfin, à l’équipe de solution-Correction, qui a soigneu-


sement procédé à la correction du manuscrit de ce livre.

9
10
Pourquoi, j’ai écrit ce livre

11
12
Allégorie de la caverne

V ous pouvez aussi devenir riche ou millionnaire


un jour, croyez-moi. Voilà ce que j’affirme dans
ce livre. Mais d’où je tire cette certitude ? Mieux, à quoi
comparais-je ma prétention qu’un pauvre peut aussi de-
venir millionnaire ? N’est-ce pas là une affirmation qui
vous étonne ? Vous avez raison. Cependant, laissez-moi
vous le démontrer de façon plus simple.

En effet, il en est de même du pauvre qui désire deve-


nir riche comme de l’homme de l’allégorie de la caverne
de Socrate. Socrate comme Jésus sont deux personnalités
qui ont bouleversé l’humanité.

Dans la fameuse allégorie, Socrate nous rapporte l’his-


toire des hommes enchaînés et immobilisés dans une
demeure souterraine ayant leurs dos tournés vers l’entrée
et ne voyant que leurs ombres et celles projetées d’objets
au loin derrière eux sur les murs de leur caverne par un
feu allumé derrière eux. Des sons, ils ne connaissaient
que les échos.

Voici qu’il arriva qu’un jour l’un d’eux se libéra et fut


accompagné de force vers la sortie. D’abord, il fut cruel-

13
lement ébloui par la lumière qu’il n’avait pas l’habitude
de voir. Bien que péniblement, il supporta le changement
et finit par découvrir la réalité de la vraie vie dehors.
Prenant conscience de sa condition antérieure, ce n’est
qu’en se faisant violence qu’il retourna auprès de ses
semblables et s’évertua à partager son expérience avec ses
contemporains. Il se heurta hélas à leur incompréhension
conjuguée à l’hostilité des personnes bousculées dans
leur confort (illusoire) de leurs habitudes. Aussi, ceux-ci
incapables d’imaginer ce qui lui était arrivé, le reçurent
très mal et refusèrent de croire.

Souvent nous, qui sommes nés et avons grandi dans des


familles et des milieux pauvres, avons toujours considéré
la pauvreté comme une force de captivité sur laquelle nous
ne pouvons rien faire. Nous croyons être condamnés à
la pauvreté et à l’échec pour le reste de notre vie… Nous
sommes incapables d’imaginer que nous pouvons deve-
nir riche et millionnaire.

Pourtant pour avoir été pauvre et devenu par la suite


millionnaire en partant de rien, j’ai découvert une très
grande vérité : « chacun de pauvre a aujourd’hui entre ses
mains le pouvoir de triompher de la pauvreté et de deve-

14
nir millionnaire, s’il le veut ». Mais le pauvre croira-t-il ?
Pas toujours. En général, l’une des caractéristiques des
pauvres c’est qu’ils croient à tout sauf à la possibilité qu’ils
peuvent devenir riches ou millionnaires.

Comme l’homme de l’allégorie de la caverne, j’ai écrit


ce livre pour tenter de convaincre mes amis de la caverne
qu’il est possible de devenir riche. Je sais pourtant que
le pauvre est un type de malade têtu qui n’aime pas se
débarrasser de sa maladie. Alors même que Jésus est venu
pour le libérer de sa pauvreté, il a trouvé un grand alibi
comme quoi il vaut mieux être pauvre pour aller au ciel.

Cela étant, qu’importe les ténèbres de désespoir dans


lesquelles vous êtes plongé à présent. Qu’importe l’incer-
titude et les craintes que vous aviez pour votre avenir. Ce
livre illuminera une lueur d’espoir qui peut changer votre
sort. Il vous aidera à percevoir des possibilités nouvelles
là où d`autres ne perçoivent que limitations. Bref, ce livre
brisera cette barrière mentale et culturelle selon laquelle
il n’est pas possible de devenir riche ou qu’il y a quelque
chose de louche à vouloir le devenir.

15
16
Introduction

E t si je devenais riche, irai-je encore au ciel ? Voi-


ci une question que plusieurs croyants se posent
souvent ouvertement ou silencieusement lorsqu’il est
question de devenir riche. Quant à moi, la plus grande
découverte de ma vie fut de s’apercevoir qu’on peut deve-
nir riche, voire millionnaire et aller au ciel après la mort.

La Bible dit dans I Corinthiens 13 : 11 : « lorsque j’étais


un enfant (ignorant), je parlais comme un enfant, je raison-
nais comme un enfant ; lorsque je suis devenu homme, j’ai
fait disparaître ce qui était de l’enfant ». C’est exactement
ce que je fis pour réussir et devenir riche. Comme beau-
coup de personnes, surtout parmi les chrétiens, lorsque
j’étais pauvre, je croyais que Dieu ne pouvait pas rendre
riche. Et même s’il le pouvait dans une certaine mesure, il
ne pourrait pas rendre millionnaire. Je croyais qu’il fallait
être pauvre pour aller au ciel, comme le pauvre Lazare.

Je croyais qu’il fallait vendre son âme ou fréquenter


les maisons occultes pour devenir très riche. Je croyais
que naître pauvre nous condamnait à la pauvreté et à la
misère toute notre vie. Je croyais qu’il fallait un grand
diplôme pour devenir riche. Ce que je n’avais pas. Bref, je

17
croyais à l’impossibilité de devenir riche et millionnaire.
Et tant que je le croyais ainsi, je vivais ma pauvreté avec
joie, sans trop me poser de questions. Elle me semblait la
volonté de Dieu. Un jour, j’entrepris de faire disparaître
mon ignorance en la matière (ce qui était de l’enfant), et
il s’ensuivit d’heureuses transformations.

Je devins enfin riche. Pourquoi et comment ?

Après avoir découvert la vérité sur la richesse et le


succès, ma vie fut transformée merveilleusement. D’une
enfance difficile et ayant survécu avec moins de quinze
dollars par mois jusqu’à mes vingt-huit ans, j’étais pour
de nombreuses personnes un cas sans espoir. J’étais
condamné à la pauvreté et à l’échec. Mais ces révélations
m’aidèrent, à partir de strictement rien, à m’élever au rang
millionnaire en moins de sept ans, surtout dans cette
Afrique où nombreux sont ceux qui ont semblé perdre
espoir rie réussir.

Et pour aider ceux qui se posent encore aujourd’hui


les mêmes questions que moi, j’ai entrepris d’écrire ce
livre. Il est ce qu’il faut savoir pour faire disparaître ce
qui est de l’enfant en nous. Mais avant d’aller trop loin,

18
laissez-moi vous demander ceci : Croyez-vous, comme
ce fut mon cas, que vous devez vivre pauvre pour aller
au ciel ? Que Dieu ne peut pas vous bénir et vous rendre
millionnaire ? Que vous ne pouvez pas devenir riche sans
vendre votre âme ?

Vous trouverez dans ce livre ce qu’il faut savoir avant


de mourir pauvre. Vous vous convaincrez qu’avec Dieu,
il est possible de devenir une ville construite au-dessus
de la montagne. Et que notre vrai problème, c’est l’igno-
rance. Et, tant que cette ignorance demeure, vous pouvez
prier, jeûner, faire des offrandes, la religion ne restera
pour vous qu’un passe-temps, un opium qui vous console
dans votre misère. Mais lorsque l’ignorance est chassée,
la religion peut jouer un rôle très important de libération.

Ce livre, basé sur une expérience personnelle de béné-


diction, est ma façon de contribuer à la souffrance de tant
d’humains qui subissent, impuissants, le poids et l’humi-
liation de la pauvreté. Je veux ici montrer le chemin à
ceux qui, nés pauvres comme moi, désirent gagner la
guerre contre ce mal et envisager de devenir millionnaire
un jour.

19
Nous échangerons sur des éléments clés dont il
convient de savoir, sur la prospérité à sa dimension de
millionnaire, avant de conclure si, oui ou non, on peut
ou on ne peut pas devenir millionnaire. Sur ce fameux
sujet tabou, cet ouvrage répond à des questions cruciales
du genre : est-il possible de devenir millionnaire ? Com-
bien de temps peut-on prendre ? Et par où commencer ?
Si vous deveniez millionnaire iriez-vous encore au ciel ?
Et plusieurs vérités sur l’argent, le millionnaire, la foi, la
puissance du rêve, la pauvreté, le parcours et les astuces.
Spécialement, vous découvrirez qu’il y a un type de foi qui
peut faire triompher de la pauvreté. Car, la Bible ne dit-
elle pas clairement que la victoire qui triomphe du monde
(de Satan, de la pauvreté, de l’échec, des maladies…) c’est
notre foi ? I Jean 5 :4.

Tout lecteur aura éclairé par l’expérience accumulée


de mes années de formation des jeunes millionnaires, et
mon témoignage de foi victorieuse sur la pauvreté. Vous
découvrirez que, de même qu’on peut apprendre de ma-
nière appropriée la médecine et devenir médecin, deve-
nir millionnaire ça s’apprend. Peut-être pas en famille, ni
à l’église, ni à l’université, mais… Généralement auprès
de ceux qui savent comment il faut s’y prendre.

20
Merci pour le courage que vous avez ou en entrepre-
nant de lire ce livre. Puisse-t-il vous inspirer ! Qui sait,
il pourrait vous permettre d’envisager l’inenvisageable,
devenir millionnaire un jour. Et si vous l’étudiez sérieuse-
ment, comme je le fis, vous risqueriez très probablement
d’être le prochain. Car, lorsqu’il est question de réussir et
de s’enrichir, une certaine connaissance est primordiale.
Et si vous lisez ce livre très attentivement, comprenez et
appliquez cette connaissance, vous ne manquerez pas de
devenir riche. C’est comme une loi de cause à effet.

Que Dieu vous bénisse !

21
22
Première Partie
Pouvez-vous devenir millionnaire ?

23
24
Pouvez-vous devenir millionnaire ?
La seule raison pour laquelle vous ne pouvez pas de-
venir millionnaire, c’est que vous n’y avez jamais pensé
avant, ou bien que vous ne savez pas ce qu’il faut faire,
ou, enfin, que vous n’avez jamais fait ce qu’il faut pour y
arriver.

Si vous voulez devenir millionnaire, ou si vous vou-


lez juste savoir si on peut le devenir ou pas, cette entrée
en matière va répondre à vos interrogations. Parmi les
choses qu’il faut savoir à ce sujet, il y a :

25
26
1

Cela peut prendre du temps,


mais c’est possible

C e qui est impossible pour vous, c’est peut-être


de devenir Roi d’Espagne ou Pape. Ce qui est
impossible pour vous, c’est de changer votre groupe san-
guin, modifier votre code ADN ou retourner dans le
ventre de votre mère. Cependant, devenir riche, voire
millionnaire, c’est tout à fait possible et probable. C’est ce
que la grande majorité ignore. C’est exactement comme
devenir ingénieur, médecin, pasteur… À condition de
le vouloir, d’en faire le choix, de se mettre à l’étude de
ce qu’il faut faire et de s’exercer. Comme un étudiant va
à l’université pour étudier le droit pendant cinq ans et
s’exerce dans ce domaine dans l’objectif de devenir avo-
cat, vous pouvez aussi étudier ce qu’il faut et vous exercer
pour devenir millionnaire.

Bien sûr, dans la vie il n’y a pas que l’argent. Il y a des


choses plus importantes que l’argent, comme la santé,
la paix, l’épanouissement spirituel, la famille, les amis,

27
l’honneur… On peut donc être heureux sans être riche
et millionnaire. Voilà pourquoi nombreux sont ceux qui
n’aiment pas entendre parler de la possibilité d’obtenir la
richesse. Notre société est trop allergique lorsqu’on parle
d’argent. Mais pour changer les vies de personnes, il faut
créer des emplois. Pour créer des emplois, il faut des in-
vestissements, donc de l’argent. Donc l’argent a aussi son
importance.

D’autre part, l’argent en soi n’est qu’une énergie neutre


comme l’électricité ou l’eau. L’électricité peut éclairer des
maisons, faire tourner des machines, mais elle peut aussi
donner la mort et créer des incendies. Ce n’est pas pour
autant que l’électricité est mauvaise en soi. L’eau nous sert
énormément dans la vie. L’eau est la vie, dit-on. Mais l’eau
peut aussi donner la mort. Dans mon enfance, j’ai vécu
des noyades d’êtres chers : un de mes collègues de classe
et un neveu. La mort dans l’eau est l’une des plus pénibles.
Mais ce n’est pas pour autant que l’eau est une mauvaise
chose en soi.

Il en est de même de l’argent. Il est comme une énergie


ou un outil. Tout dépendra de l’utilisation que vous en
ferez. Avoir de l’argent et s’en servir de la meilleure ma-

28
nière possible, en faisant du bien aux autres, est parfaite-
ment possible. Cela étant, nous parlerons de l’argent avec
cette bonne compréhension qu’il est un simple moyen
d’échange (entre des biens et des services).

Dans ce sens, c’est votre droit divin d’être riche et


d’avoir assez d’argent pour subvenir à vos besoins et à
ceux de votre famille. Dieu non plus n’est pas contre ça.
Bien au contraire, il désire que chacun de nous prospère
comme prospère son âme.

Cependant, peut-on devenir riche ou millionnaire


dans les circonstances actuelles ? Je suis convaincu que
c’est possible. Pourquoi ? Beaucoup de gens sont nés
pauvres, ont eu beaucoup de difficultés à un moment
donné de leur vie, et malgré tout, ont fini par vaincre la
pauvreté et devenir millionnaire. Vous l’ignorez peut-être,
mais beaucoup de personnes ont eu les mêmes difficultés
que les vôtres, mais sont pourtant devenues riches.

Bien sûr, cela ne doit pas se faire en un jour. Comme


pour chaque projet important, il vous faudra d`abord du
temps pour admettre que vous pouvez y arriver. Ensuite,
il vous faudra encore un peu de temps : deux, cinq ou dix
ans pour apprendre et appliquer les connaissances néces-

29
saires. Mais vous pouvez y arriver avec peu d’enga-
gement, de détermination et de persévérance. D’ailleurs,
qu’est-ce qui est préférable ? Investir cinq ans pour de-
venir millionnaire ou cinq ans pour obtenir un diplôme
universitaire et vivre d’un salaire de misère jusqu’à la fin
de sa vie ? Curieux que la grande majorité d’entre nous, et
nos parents, n’aient toujours choisi que la voie classique
de longues études, du boulot puis de la retraite. J’espère
que ce ne sera plus le cas pour vous.

Voici une vérité sur la pauvreté qui a changé ma com-


préhension et qui peut aussi vous aider. En considérant
sérieusement les choses et en poussant la réflexion plus
loin, on s’aperçoit qu’il n’y a aucune différence réelle
entre un pauvre et un esclave, exceptée que l’esclave est
conscient de sa condition et que le pauvre, bien qu’aussi
esclave, n’en est pas conscient. Voilà pourquoi un esclave
lutte toujours pour sn liberté et finit parfois par y arriver,
alors que le pauvre, acceptant sa condition comme nor-
male, ne fait par conséquent rien pour ln changer.

Le vieil adage qui dit qu’il n’y a pas de honte à être


pauvre n’est que mensonge. En réalité, c’est honteux d’être
pauvre. Que d’humiliations ! Que de limitations ! Que de

30
rejets ! Bien sûr, ces vérités peuvent être difficiles à avaler
pour celui qui les apprend pour la première fois dans sa
vie. Cependant, observez bien la vie d’un pauvre, vous
pourrez en juger par vous-même.

Mon parcours vers la richesse a commencé le jour où


j’ai compris qu’être pauvre, c’est être esclave sans le
savoir. J’ai envisagé de devenir millionnaire malgré mes
origines de pauvre, le jour où j’ai compris que cela était
peut-être possible. J’ai entrepris de le faire, le jour où j’ai
réfléchi de la sorte : « si d’autres y étaient arrivés, moi
aussi je le pouvais ». Et vous qu’en dites-vous ? Pouvez-
vous envisager de devenir millionnaire un jour ? Ou, vous
limiterez-vous à conclure que c’est impossible ? Votre
perspective fera toute la différence. Sachez-le !

31
Principe à retenir n°1

Ce qui est impossible pour vous, ce peut-être de de-


venir Roi d’Espagne ou Pape. Ce qui est impossible pour
vous, c’est de changer votre groupe sanguin, modifier
votre code ADN ou retourner dans le ventre de votre mère.

Cependant, devenir riche, voire millionnaire, c’est tout


à fait possible et probable. C’est ce que la grande majorité
ignore. C’est exactement comme devenir ingénieur, méde-
cin, pasteur… Pensez-y !

32
2

Vous n’avez pas besoin de vendre votre


âme ou de sacrifier quelqu’un

L orsque certains entendent pour la première fois


qu’ils peuvent devenir millionnaire, ils sont
paralysés de peur. Ils se demandent aussitôt s’il ne leur
faudrait pas vendre leur âme pour y parvenir. Surtout
si l’on est africain. Car beaucoup pensent que « succès
égale sciences occultes puis enfer ». Malheureusement,
rien n’est plus faux. Car, même s’il y a des gens qui ont
eu recours à des pratiques non recommandables pour
s’enrichir, ce que nous voyons dans des films et comé-
dies qui prolifèrent dans les marchés, il reste cependant
possible de devenir riche ou millionnaire en s’appuyant
exclusivement sur Dieu. Dieu peut faire réussir ! C’est bel
et bien possible. Des milliers de gens de par le monde
y sont parvenus en s’appuyant sur Dieu. Moi-même suis
un véritable témoignage que Dieu peut faire réussir et
rendre riche. Comme vous peut-être, j’ai vécu dans un
environnement socioculturel où l`on nous a fait croire
qu’il n’était pas possible d’aller loin dans la vie sans tou-

33
cher à quelque chose. Comme tout le monde, j’y croyais
de toutes mes forces, et par conséquent je trouvais qu’il
était normal de vivre pauvre pour aller au ciel. Cepen-
dant, un beau jour, j’appris que Dieu aussi pouvait bénir
et rendre riche. Cette vérité me réjouit beaucoup. Je fis
des recherches pour découvrir s’il existait réellement au
monde des gens qui étaient pauvres, mais qui, parla bé-
nédiction de l’Éternel, devinrent riches. Je fus surpris de
découvrir qu’il y avait beaucoup de témoignages en ce
sens. L’un d’eux était celui d’un pasteur appelé Kenneth
Copeland et sa femme. Ils étaient très pauvres lorsqu’ils
se marièrent. L’homme était incapable de payer une
robe de mariage de dix dollars pour sa femme. Mais par
la suite, Dieu les bénit et ils devinrent tellement riches
qu’ils offraient des avions à des églises. Dès lors, je me
dis que si Dieu était capable de rendre riche, il devrait le
faire pour moi. Aujourd’hui, je suis un témoignage vivant
selon lequel Dieu peut rendre riche. Il est donc possible
de devenir riche avec Dieu, sans vendre son âme ni celle
de quelqu’un d’autre. Et vous, croyez-vous que Dieu peut
vous rendre riche ou millionnaire ? Si oui, poursuivez la
lecture avec une nouvelle conviction qu’il peut le faire
aussi pour vous.

34
Principe à retenir n°2

Lorsque certains entendent pour la première fois qu’ils


peuvent devenir millionnaires, ils sont paralysés de peur.
Ils pensent directement qu’il leur faut vendre leur âme
pour y parvenir. Surtout si l’on est africain. Car beaucoup
pensent que « succès égale sciences occultes puis enfer ».
Rien n’est plus faux. Car, même s’il y a des gens qui ont
eu recours à des pratiques non recommandables pour
s’enrichir, ce que nous voyons dans des films et comédies
qui prolifèrent dans les marchés, il reste possible de
devenir riche ou millionnaire en s’appuyant sur Dieu.
Dieu peut faire réussir !

35
3

Cela ne vous empêchera pas d’être bon


chrétien ou d’aller au ciel

B eaucoup de gens, lorsqu’ils commencent à entre-


voir la possibilité de devenir riche ou de devenir
millionnaire, rencontrent un obstacle intérieur. Une voix
leur dit qu’il ne serait peut-être pas possible d’être riche
et d’être en même temps un bon chrétien. Pour eux, c’est
soit l’un, soit l’autre. Cette résistance est tout à fait nor-
male. Elle vient du fait qu’on nous a appris que les riches
sont méchants, ou qu’ils iront en enfer comme le fameux
« mauvais riche » dont Jésus fait allusion dans la Bible.
Mais en réalité, beaucoup de riches sont de très bons
chrétiens, plus que beaucoup de pauvres. En réalité beau-
coup de riches iront au ciel comme Abraham, Isaac ou
Salomon qui l’étaient tous. D’ailleurs, se dire être pauvre,
c’est la même chose que se dire être maudit.

Il y a cette illusion profondément ancrée que si nous


devenons riches, nous irons en enfer comme le « mauvais
riche » de la Bible. Si nous vivotons pauvrement comme

36
le pauvre Lazare, nous irons au ciel. Mais j’insiste, ceci
n’est que mensonge propage par des prédicateurs pauvres
ou ignorants. En réalité, on peut être riche et aller au
ciel. C’est le cas du Père Abraham. Il était riche sur terre,
malgré tout était aussi au ciel avec le pauvre Lazare.
Ils étaient au ciel parce qu`ils étaient tous les deux des
bonnes personnes, indépendamment de leurs situations
économiques. Si vous voulez apprendre plus sur l’évan-
gile du mauvais riche et le pauvre Lazare, lisez mon livre
Lazare, le mentor du chrétien-pauvre. Vous serez parfai-
tement éclairé sur cette mauvaise interprétation de la pa-
role de Dieu qui est cause de la pauvreté de nombreuses
personnes.

Si vous devenez riche de la bonne manière, c’est-à-dire


en faisant du bien aux autres, et si par ailleurs vous uti-
lisez votre richesse en faisant encore du bien aux autres,
vous serez un bon chrétien et vous irez au ciel. Personne
ne peut vous soutenir le contraire sinon un autre pauvre.
Le chrétien n’est pas obligé d’être un petit salarié d’un
commerçant musulman ou païen sous prétexte que, ce
faisant, il ira au ciel. C’est ridicule, paradoxal et contra-
dictoire. C’est exactement ce que dit la Bible dans Ecclé-
siaste 10,7 : « j’ai vu des esclaves sur des chevaux, et des

37
princes marchant sur terre comme des esclaves ». Ils
parlent de ces enfants de Dieu qui font l’apologie de la
pauvreté tout en quémandant de petits emplois chez les
païens qui les exploitent comme des esclaves. L’’une des
choses que j’ai aimées en devenant millionnaire, c’est le
fait d’avoir pu donner des emplois à plusieurs chrétiens.
Cela leur a permis d’avoir un patron qui les aime, les res-
pecte, et avec lequel ils purent prier.

Pour avoir été pauvre et être devenu riche millionnaire


par la suite, je dois vous témoigner que je suis devenu
meilleur chrétien maintenant que lorsque j’étais misérable.
Pourquoi ? Je ne manque plus à l’église, car j’ai des
voitures à ma disposition. Je n’envie la bénédiction de
personne. Ce qui est le péché courant de beaucoup de
chrétiens pauvres. Ma dîme est plus consistante que
lorsque j’étais pauvre. Je donne des conventions, des
conférences et des séminaires, parfois à mes propres frais.
Il y a beaucoup de bien que vous pouvez faire à l’Église et
à la communauté en devenant millionnaire. D’ailleurs,
Satan est le plus grand sadique du monde. Il prend plaisir
lorsque vous êtes pauvre et misérable. Cessez de lui faire
plaisir. Triomphez de la pauvreté, vous irez au ciel. Puisse
Dieu vous aider à comprendre qu’il est possible d’être
financièrement béni et d’être un très bon chrétien en même
temps.

38
Principe à retenir n°3

Si vous devenez riche de la bonne manière, c’est-à-dire


en faisant du bien aux autres, et si par ailleurs vous uti-
lisez votre richesse en faisant encore du bien aux autres,
vous serez un bon chrétien et vous irez au ciel. Personne
ne peut vous soutenir le contraire sinon un autre pauvre.
Le chrétien n’est pas obligé d’être un petit salarié d’un
commerçant musulman ou païen sous prétexte que, ce
faisant, il ira au ciel.

39
4

Vous avez besoin de savoir qui est


un millionnaire et comment
on fait pour le devenir

’est curieux, beaucoup de gens ont une idée très


C vague du millionnaire. Surtout en Afrique où les
gens ont tendance à se gonfler inutilement lorsqu’ils ont
un peu de moyens. On pense que le millionnaire a le ciel
et la terre. Il dépense l’argent sans compter. Il travaille
trop dur. Il doit être dans le diamant, les minerais ou la
politique. On pense que pour devenir millionnaire, il faut
voler, détourner, tuer ou escroquer les autres… Tout cela
est faux. Oui, il y a certains millionnaires qui ont neuf
cents millions de dollars, d’autres cinquante millions de
dollars, et d’autres encore juste un, deux ou trois millions
de dollars. Tous sont des millionnaires, mais tous n’ont
pas les mêmes genres d’affaires ni le même train de vie.
Il y a par ailleurs des millionnaires qui ont accumulé des
fortunes en volant autrui. Cela est courant dans plusieurs
pays du monde. Mais il y en a des milliers qui le sont
devenus de façon juste et honorable. Aussi, lorsque je

40
vous parle de devenir millionnaire, je ne vous parle pas
forcément d’envisager cent ou cinq cents millions de dol-
lars, maïs peut-être un ou deux millions de dollars pour
commencer.

Pensez-vous qu’avec un million de dollars vous aurez


le ciel et la terre ? Non. Pensez-vous qu’avec deux mil-
lions vous serez le plus grand riche du monde ? Non !
Le Nigérian Aliko Dangote en a treize milliards de nos
jours. Disons aussi qu’il n’a volé personne et n’est pas en
politique. Pensez-vous qu’avec votre million vous pouvez
dépenser sans compter ? C’est faux. Si vous dépensez dix
mille dollars par jour, vous vous retrouverez sans rien en
moins de cent jours. D’ailleurs, si vous construisiez une
maison qui coûte neuf cent quatre-vingt-quinze mille
dollars, combien vous en resterait-il ? Juste cinq mille !
Qui est véritablement riche avec cinq mille dollars ?

Pensez-vous que vous devez travailler dur, nuit et


jour ? Non. Généralement, dans les affaires, vous fini-
rez par avoir des employés qui feront certaines choses à
votre place, et mieux que vous. Travailler trop dur pour
devenir millionnaire est un mensonge. Un millionnaire
ne travaille pas plus durement qu’un pauvre, il travaille
intelligemment. Il sait embarquer les autres.

41
Ainsi donc, sachez qu’un millionnaire est un homme
ordinaire, mais qui a un peu plus d’argent que le commun
des mortels qui vit des salaires. On peut devenir million-
naire dans plusieurs domaines dès lors qu’on peut gagner
près de trois mille cinq cents dollars par jour. Il y a ceux
qui sont devenus millionnaires en vendant des jouets,
d’autres en prêchant la parole, d’autres en cultivant la
terre, d’autres en construisant des maisons… Dans tous
les domaines, il y a des millionnaires.

Tout ça, ce sont des choses simples que vous pouvez


aussi faire. À condition de ne pas envisager de devenir
millionnaire en vivant seulement du salaire, même si on
vous paie dix mille dollars par mois. On devient million-
naire plus facilement et plus rapidement lorsqu’on tra-
vaille pour son propre compte. Vous devez donc envi-
sager de devenir un entrepreneur à temps partiel ou à
temps plein.

Lorsque j’ai commencé dans les affaires, je n’avais


presque rien. Lorsque mes affaires ont commencé à mar-
cher, j’ai été confronté à un problème. Tout le monde me
faisait croire que les affaires, ça ne marche jamais. Pris de
peur, je me mis à chercher un emploi, car l’emploi était la

42
sécurité aux dires de ma famille et de mes amis. Lorsque
j’ai appris qu’il était aussi simple de devenir millionnaire,
je travaillais déjà dans une grande compagnie où je ga-
gnais autour de trois mille dollars par mois. J’envisageai
de quitter mon travail et de m’investir à temps plein dans
les affaires. Mon objectif était d’avoir mon premier mil-
lion. Il me fallait juste monter une affaire qui devait me
faire gagner trois mille cinq cents dollars d’intérêt par
jour. Avec un peu d’étude et d’effort, j’y parvins après
quatre ans. C’était simplement une clinique. Et lorsque
j’obtins mon premier million, je compris que si je voulais
en avoir plusieurs, il n’était question que d’avoir plusieurs
projets qui produisent chacun au moins un million l’an.
Et surtout, je ne dépense pas comme un fou, mais raison-
nablement.

Si vous voulez en savoir plus sur ce qu’est un million-


naire et comment le devenir, vous devriez suivre une des
formations que nous donnons pour les futurs million-
naires. Vous découvrirez comment il est simple de deve-
nir riche, même en partant de rien. Vous obtiendrez le
courage de décider d’évoluer en entrepreneur plutôt que
de suivre la voie classique des emplois stables.

43
Voici enfin l’exemple d’un autre millionnaire qui va
vous surprendre : Job. Dans le Bible, on nous parle du
riche Job qui craignait Dieu. C’était un vrai millionnaire.
Pourquoi ? La Bible nous dit que Job avait :

01 7 000 brebis
02 3 000 chameaux
03 500 paires de bœufs, soit 1 000 bœufs
04 500 ânesses
05 Beaucoup d’ouvriers

En calculant rapidement sa fortune sur base d’un prix


estimé d’après mes recherches, Job possédait environ
quatre millions de dollars. C’était un millionnaire de son
temps, même s’il n’était pas dans le diamant.

Prix
N° Désignation des biens Total
estimatifs
01 7 000 brebis 100 $ 700 000 $
02 3 000 chameaux 800 $ 2 400 000 $
500 paires de bœufs,
03 700 $ 700 000 $
soit 1 000 bœufs
04 500 ânesses 400 $ 200 000 $
05 Beaucoup d’ouvriers
TOTAL ESTIMÉ 4 000 000 $

44
Soit une fortune d’environ quatre millions de dollars
sans compter ses serviteurs, car à cette époque des servi-
teurs étaient des esclaves et comptaient comme des biens
de leurs propriétaires. À sa restauration, il lui fut donné
le double, soit huit millions de dollars. Cette fortune peut
être évaluée à quatre-vingt milliards de dollars de nos
jours.

Comme Job, vous pouvez avoir vos élevages ou vos


champs et devenir millionnaire. C’est possible et acces-
sible.

Pour terminer cette première partie, je vous invite à ré-


fléchir sur ceci. Pendant des milliers d’années, les hommes
ont construit des bateaux en bois, convaincus que le mé-
tal ne pouvait pas flotter. Puis un jour, un homme sage a
démontré le contraire. Ce faisant, aujourd’hui nous avons
des bateaux métalliques plus durables, plus grands et plus
puissants que ceux en bois. Notre histoire personnelle est
quelque part semblable à celle de l’humanité. En matière
d’argent, nous pouvons vivre longtemps dans la pauvreté
sans soupçonner que nous pouvons aller loin et devenir
riches, jusqu’au jour où l’on lit un livre comme celui-ci.
Continuerez-vous à construire des bateaux en bois ou

45
envisagerez-vous les métalliques ? Continuerez-vous à
affirrmer que Dieu ne peut pas nous rendre millionnaires
ou devriez-vous penser sérieusement à ce sujet ? Si vous
avez en vous le désir d’aller loin dans la vie et si vous
croyez que vous y arriverez avec Dieu, lisez attentivement
la section suivante. Elle vous montrera les étapes indis-
pensables pour espérer concrétiser votre désir.

46
Principe à retenir n°4

Sachez qu’un millionnaire est un homme ordinaire,


mais qui a un peu plus d’argent que le commun des mor-
tels qui vit des salaires. On peut devenir millionnaire dans
plusieurs domaines dès lors qu’on peut gagner près de
trois mille cinq cents dollars par jour. Il y a ceux qui sont
devenus millionnaires en vendant des jouets, d’autres en
prêchant la parole, d’autres en cultivant la terre, d’autres
en construisant des maisons… Dans tous les domaines, il
y a des millionnaires.

47
48
Deuxième Partie
Les étapes vers le million

49
50
Vous devez suivre ces étapes pour
devenir millionnaire

51
52
1

La réflexion : Qu’ont de plus que moi ceux


qui deviennent millionnaires ?

B eaucoup de gens ont une mauvaise opinion d’eux-


mêmes, surtout lorsqu’il s’agit de la richesse. Ils
connaissent toutes les raisons pour lesquelles ils ne mé-
ritent pas, ou ne peuvent pas, devenir riche. Parmi ces
raisons conscientes et inconscientes, il y a leurs origines
de familles pauvres, l’absence d’un grand diplôme, le
manque de fonds, le lieu où ils se trouvent, la race, la
maladie…

Analysons ces quelques raisons que l’on évoque sou-


vent comme obstacles pour devenir riche.

Famille pauvre
Oui, naître d’une famille pauvre contraint à passer
une enfance dans la pauvreté. Néanmoins, cela ne vous
condamne pas à rester pauvre toute votre vie. Pour

53
preuve, la grande majorité des millionnaires du monde en
entier dont on parle aujourd’hui sont nés pauvres. Pour
vous illustrer en termes simples, observez cette réalité
dans votre pays. Des enfants de cuisiniers sont devenus
ministres. Des enfants de paysans sont devenus fonc-
tionnaires des Nations-Unies. Des enfants d’enseignants
d’école primaire sont devenus de grands hommes d’af-
faires. Moi-même, je suis issu d’une des familles les plus
pauvres et défavorisées de toute la terre. En plus, mon
père mourut lorsque j’avais à peine six ans, et tous ses
biens furent accaparés par sa famille. Ma mère nous éleva
grâce à la seule chèvre qu’on lui avait donnée. Pourtant,
cela ne m’a pas empêché de devenir millionnaire, self-
made-man. Aussi, parmi des nombreux riches que j’ai
personnellement rencontrés ou dont j’ai lu des biogra-
phies, la grande majorité est issue de familles pauvres.
Voilà pourquoi dans un livre que j’ai écrit, intitulé 45
secrets pour réussir dans la vie, j’ai affirmé ceci : « naître
pauvre ne condamne personne à la pauvreté et à la
misère ». Ma réussite en est une preuve irréfutable.
Réfléchissez bien sur cette phrase, cela pourra changer
votre perception de la vie. D’ailleurs, un autre grand riche
du monde issu d’une famille pauvre. Bill Gates, a dit ceci :
« si tu nais pauvre, ce n’est pas ta faute, mais si tu meurs

54
pauvre, c’est ta faute ». Il a vraiment raison, car naître
d’une famille pauvre est un obstacle difficile, mais pas
insurmontable. La pauvreté dans votre famille veut seule-
ment vous démontrer qu’elle n’est pas une bonne chose.
Qu’elle est une maladie, mais pas héréditaire ou incurable.

Absence d’un grand diplôme


Oui, un grand diplôme peut vous aider à avoir un bon
emploi et un bon salaire, cela est un fait. Cependant, tous
ceux qui ont un grand diplôme sont-ils riches ou million-
naires ? Non. Pas tous. Beaucoup ont de bons salaires,
une belle maison, une voiture… Mais ne sont pas riches.
D’autres ont même un salaire qui leur permet à. peine de
survivre. D’autres encore ont de grands diplômes, mais
sont sans emploi. D’ailleurs, si avoir un grand diplôme
suffisait en soi pour être riche, il y aurait plus de riches
que de pauvres.

Ainsi donc, avec ou sans grand diplôme vous pouvez


tout de même devenir riche et millionnaire. D’ailleurs,
il a été prouvé que, bien généralement, dans les affaires
des esprits pratiques et sans diplôme s’en sortent par-

55
fois mieux que des diplômés en économie. Le plus grand
riche du monde n’a pas le plus grand diplôme du monde.

Regardez bien autour de vous, vous constaterez qu’il


existe des hommes d’affaires sans grand diplôme plus
riches que certains universitaires.

Croyez-moi, on peut devenir millionnaire sans for-


cément avoir le plus grand diplôme. Pour vous en
convaincre, sachez que je n’ai pour diplôme convention-
nel que celui de premier cycle en philosophie, mais cela
ne m’a pas empêché d’aller loin dans la vie. D’ailleurs, j’ai
une vingtaine d’employés qui sont tous plus diplômés
que moi. Parmi lesquels des médecins, des techniciens
supérieurs et des ingénieurs. Plusieurs autres hommes
d’affaires ont des employés plus diplômés qu’eux-mêmes.
Et cela partout dans le monde. Le manque de diplôme est
un obstacle insuffisant pour vous empêcher d’envisager de
devenir millionnaire. Toutefois, au lieu de chercher un
titre académique, vous pouvez vous faire former conti-
nuellement en entrepreneuriat et affaires. La formation
ne s’arrête avec l’école.

56
Le manque de fonds

Généralement, dans mes conférences et séminaires


cette raison semble la plus grande tant tout le monde in-
siste sur la réalité du manque de fonds. Oui, le manque
de fonds est parfois un problème pour se lancer. Généra-
lement, les banques n’octroient pas de crédit à quelqu’un
qui n’a rien ou qui débute dans les affaires. D’où l’inter-
rogation, comment peut-on envisager entreprendre quoi
que ce soit pour devenir millionnaire lorsqu’on n’a pas
de fonds de départ ? Vous ne me croirez peut-être pas,
mais laissez-moi vous dire ceci. Au début de votre par-
cours vers les millions, ce ne sont pas les fonds qui sont
le plus important, mais surtout d’autres choses comme la
connaissance, l’habileté, le savoir-faire, les bonnes idées,
le courage d’entreprendre, l’humilité de commencer petit,
la capacité de s’associer aux autres. Comment ? Voici un
exemple.

Imaginez que vous n’ayez pas les fonds suffisants pour


concrétiser votre grand projet millionnaire. Pourtant,
vous savez couper les cheveux. Vous pouvez donc com-
mencer par couper les cheveux des voisins et économi-
ser une partie des revenus jusqu’à réunir de quoi monter

57
un salon de coiffure. Avec un Peu de détermination et
de discipline, vous pouvez réunir un fonds de démar-
rage d’une boutique. Et si vous faites de votre boutique la
mieux gérée, elle vous ouvrira les portes pour un grand
magasin.

Dans un livre sur stratégies pour créer votre propre


fonds, je parle de l’histoire de la chèvre de ma mère. De
comment ma mère réussit à nous élever grâce à la seule
chèvre qu’on lui donna gracieusement après la mort de
mon père. De cette seule chèvre naquit un grand trou-
peau, alors que mes cousins finirent par exterminer les
troupeaux qu’ils héritèrent de mon père. Me basant sur
cette expérience, je me fixai mon premier objectif : celui
d’avoir l’équivalent de la chèvre de ma mère, soit cin-
quante dollars. Et graduellement, je finis par me doter
d’un petit troupeau en argent. Je vous conseille fortement
de lire ce livre, vous y découvrirez des stratégies pour
vous constituer son premier fond au lieu de l’attendre
indéfiniment.

58
La ville où l’on se trouve ou son pays

Vous êtes peut-être parmi ceux qui s’accusent de se


trouver dans une mauvaise ville, ou un mauvais pays,
qui a une économie qui n`aide pas. Vous êtes peut-être
comme moi en Afrique et aimeriez être en Europe ou
en Amérique pour réussir plus facilement. Laissez-moi
vous dire que cela est une grave illusion. La majorité de
ceux qui vont en Europe perdent toute possibilité de de-
venir riches ou millionnaires. Ils deviennent stables. Ils
ont une certaine sécurité sociale qui n’est en vérité que le
revenu du plus pauvre Européen. Vous pouvez me croire,
car je donne mes conférences aux immigrés en Europe,
et nombre d’entre eux sont presque en captivité. En réa-
lité, la vie et les conditions de vie sont difficiles partout.
Dès lors, il y a des gens qui réussissent, et d’autres qui
échouent partout. Si, en observant la ville où vous vivez
vous rencontrez une seule personne qui a réussi et est
devenue riche, cela suffit pour vous convaincre que, vous
aussi, vous pouvez y arriver. Ne tombez pas dans le piège
de tous ceux qui pensent qu’ils ne peuvent réussir dans
leur ville ou dans leur pays. Même en Somalie, que vous
croyez être le pays le plus pauvre du monde, il y a assuré-

59
ment des gens qui sont devenus riches même s’ils ne sont
pas nombreux. Par ailleurs, même aux USA, que vous
croyez être le pays le plus facile et le plus riche du monde,
il y a encore des millions de pauvres. Au cours de mes
voyages, tant en Europe, qu’en Afrique ou en Asie, j’ai
fini par noter qu’il y a partout des riches et des pauvres.
Partout certains deviennent riches alors que d’autres conti-
nuent à se plaindre d’être au mauvais endroit. Le meil-
leur cndroil pour devenir millionnaire n’existe pas. S’il
en existe un, c’est là où Dieu vous a placé. Si dans votre
ville les gens mangent, boivent, veulent se vêtir, veulent
se distraire, être logés ou se déplacer, sachez que tout cela
sont des opportunités pour vous de devenir millionnaire.
Toutefois, si vous êtes convaincu que votre place est ail-
leurs, pourquoi ne pas y aller ?

La race

Peut-être que votre obstacle pour devenir millionnaire


n’est ni la famille, ni le manque de diplôme, ni le manque
de fonds, ni le lieu de résidence, mais votre propre race.
Oui, on ne peut pas changer sa race, même si feu Mi-
chael Jackson a essayé. De nos jours, si vous pensez que
votre race constitue un problème pour devenir million-

60
naire, laissez-moi vous affirmer que cet obstacle n’existe
que dans votre tête. Nous ne sommes plus à cette époque
reculée où l’on pensait qu’il y avait des races inférieures.
Si vous continuez à le croire, vous êtes victime des men-
songes du passé. Vous ressemblerez à ceux qui croient
encore que les étoiles sont petites. Que la terre est plate
et fixe. Que le Soleil tourne autour de la terre… La vérité,
c’est que, quelle que soit la couleur de votre peau, vous
pouvez devenir millionnaire. Laissez-moi vous poser une
question : qu’est-ce qui vous paraît être le plus difficile ?
Devenir président des USA ou devenir millionnaire ?

Pour moi, il est évident que le plus difficile, c’est de


devenir président des USA. Pourtant, un noir l’a fait. Au
moment où j’écris ce livre, le président des USA est un
noir appelé Barack Obama, et il en est à son deuxième
mandat. Pourquoi continueriez-vous à croire que la race
est un obstacle ? Des millionnaires, et d’ailleurs des mil-
liardaires, il y en a partout et de toutes les races. Quelle
que soit la vôtre, croyez-moi, vous pouvez devenir mil-
lionnaire.

61
La maladie

Peut-être souffrez-vous d’une maladie quelconque


qui a réduit vos chances de devenir millionnaire un jour.
Peut-être avez-vous une main coupée, une jambe défor-
mée. Peut-être êtes-vous aveugle, muet. Peut-être souf-
frez-vous de maux de dents… Malgré tout, vous pouvez
devenir riche. Il y a des gens qui souffrent de la même
maladie ou pire, mais qui sont devenus riches. Si vous
ne pouvez plus utiliser vos bras pour devenir riche, alors
utilisez votre bouche. Hier soir, j’ai vu par hasard à la télé
un musicien chrétien riche, qui pourtant n’a pas ses deux
mains ! Il n’a pas besoin de deux mains pour bien chanter.

Je me plaignais, comme tout le monde, d’être pauvre,


sans diplôme, sans fonds… Jusqu’au jour où j’ai rencon-
tré un homme riche qui n’avait pas ses deux pieds suite à
un accident de la route. Le monsieur était plus riche que
moi qui avais mes deux pieds. Il jouait au basket-ball en
fauteuil roulant. À partir de ce jour-là, j’ai eu très honte
de moi-même et j’ai décidé de me battre moi aussi. Aucun
obstacle n’est assez grand pour vous empêcher de devenir
millionnaire, excepté celui dans votre mental. Il y a des
millionnaires aveugles, estropiés, maigres, boiteux…

62
Il y a certainement d’autres raisons que je n’ai pas
analysées qui semblent vous barrer la route pour deve-
nir millionnaire mais si vous réfléchissez à fond en pro-
cédant de la façon que nous avons suivie, vous décou-
vrirez que ces raisons ne sont pas suffisantes. Ceux qui
sont devenus millionnaires ne sont pas trop différents de
vous. Ils sont même parfois moins bien que vous d’un
certain point de vue. Pourtant, s’ils l’ont fait, vous pouvez
aussi le faire. Prenez conscience qu’il existe des millions
de millionnaires dans le monde. Mark Victor Hansen et
Robert Allen dans leur livre Réveillez le millionnaire qui
est en vous affirment que chaque minute quelqu’un de-
vient millionnaire quelque part dans le monde. Cela fait
réfléchir, n’est-ce pas ?

63
Principe à retenir n°1

Naître pauvre ne condamne personne à la pauvreté


ou à l’échec, à moins de le croire. Le plus grand riche du
monde n’est toujours pas le plus grand diplômé du monde.
Regardez bien autour de vous, vous constaterez qu’il existe
des hommes d’affaires sans grand diplôme mais plus riches
que certains universitaires. Enfin, le manque de fonds, la
situation géographique, la race ou le handicap physique
sont des obstacles passagers. Ils peuvent être vaincus.

64
2

La prise de conscience : Dieu a donné


à chacun le pouvoir de devenir riche

‘ ai vu mon petit garçon juste après sa naissance.


J Il était tout petit et fragile. Mais il avait en lui tout
ce qu’il fallait pour devenir grand et fort. C’est ce qui est
arrivé. Nous avons assisté à toutes sortes de transforma-
tions. Mon fils est aujourd`hui un jeune garçon qui n’a
plus rien à voir avec le petit garçon fragile que je vis à la
maternité. Il choisira de devenir médecin, avocat, pasteur,
politicien, ou homme d’affaires comme moi, son père. Il
deviendra demain mari d’une dame de sa génération, ou
père de ses enfants… Tout cela est bien possible, car il a
reçu à sa naissance toutes les capacités pour devenir un
homme. C’est cela que j’appelle les talents, des potentiali-
tés qui dorment en nous. Chacun de nous a reçu un pou-
voir pour réussir et devenir millionnaire, tout comme
pour apprendre l’anglais ou le chinois. Si vous ne choi-
sissez pas de devenir millionnaire, vous ne saurez pas
développer les capacités millionnaires qui sont en vous.
Mais en réalité, ces qualités y sont déjà. Ne pensez pas

65
que ceux qui y sont arrivés ont eu des dons spéciaux que
vous n’avez pas. Ils ont seulement pris conscience de leur
pouvoir pour faire fortune et l’ont développé progressi-
vement.

Dès lors, si vous croyez en Dieu, il est important que


vous croyiez également au pouvoir dont il vous a doté
pour devenir riche. Vous pouvez oublier tout ce que j’ai
dit dans ce livre, mais n’oubliez jamais le paragraphe qui
suit. Relisez-le chaque jour pendant dix jours et méditez
sur son contenu. Si un jour vous me rencontrez en route,
répétez-le-moi sans oublier un seul mot. Car c’est la plus
grande vérité que je puisse vous dire sur la possibilité de
devenir millionnaire.

« Devenir millionnaire, c’est comme atteindre une des-


tination dans un lieu donné de cette planète. Tous ceux qui
choisissent de s’y rendre finissent par y arriver. Qu’impor-
te qu’ils arrivent trop tôt ou très tard, peu importe qu’ils
s’y rendent en voiture, un avion ou à pied, peu importe
qu’il y ait des montées et des courbes sur le chemin, peu
importe qu’il y ait du mauvais temps, ils y arrivent
toujours. Mais la voiture la plus performante du monde n’y
arrivera jamais tant que le chauffeur qui est dedans (vous)
ne choisira pas cette destination ».

66
Principe à retenir n°2

Si vous croyez en Dieu, il est important que vous croyiez


également au pouvoir dont il nous a dotés de devenir riche.
Devenir millionnaire, c’est comme atteindre une destina-
tion dans un lieu donné de cette planète. Toux ceux qui
choisissent d’y aller finissent par y arriver. Qu’importe
qu’ils arrivent trop tôt ou très tard.

67
3

Interagir un millionnaire peut


changer votre vie

A vez-vous déjà échangé avec un millionnaire sur


la richesse et le succès ? Peut-être pas. Lorsqu’on
rencontre un homme riche, la tendance est de lui parler
de ses problèmes. De solliciter de l’aide ou un emploi.
Très peu savent que c’est le moment propice d’apprendre
sur la richesse et l’argent. Car rencontrer un millionnaire,
même pendant dix minutes, peut marquer le tournant de
votre vie. Pourquoi ? Lors d’un jugement, un bon juge,
avant de trancher sur un cas au tribunal, doit au pré-
able écouter les deux parties en conflit. Il arrive que
la première partie entre en scène et défende sa cause.
Lorsqu’elle finit son plaidoyer, nous avons l’impression
que le procès est gagné. L’affaire est claire et simple, il a
raison. Cependant, lorsqu’on commence à écouter la par-
tie adverse, on a l’impression qu’elle a également raison.
On est devant le dilemme. Qui a vraiment raison, qui a
tort ? C’est alors que le juge procède à son analyse avant
de trancher l’affaire. Pour savoir la vérité, il faut écouter

68
les deux côtés. C’est aussi vrai en matière d’enrichisse-
ment et de devenir millionnaire. Malheureusement, sur
ce sujet, beaucoup font la grave erreur de n’écouter que
l’opinion des pauvres. Des parents, des voisins, des ensei-
gnants, des prédicateurs, des aînés, tous pauvres, nous
ont donné leur avis sur l’argent dans ces termes : « l’argent
ne fait pas de bonheur ». L’argent est difficile à gagner.

L’argent est la source de tous les maux. Les riches sont


méchants. On ne peut pas devenir riche sans vendre
son âme. Vaut mieux être pauvre pour aller au ciel, il
est impossible de devenir millionnaire… Vous connais-
sez toutes ces belles histoires sur l’argent et l’enrichisse-
ment. Mais avez-vous déjà écoute le point de vue d’un
millionnaire qui l’est devenu de façon honnête et en fai-
sant du bien aux autres ? Je vous jure que vous remettrez
beaucoup de choses en question. Vous découvrirez que
les pauvres ont beaucoup d’ignorance et de croyances
fausses sur l’argent. Voilà pourquoi ils se tuent au travail,
mais demeurent pauvres.

Comment interagir avec un millionnaire ? En assis-


tant à une conférence, à un séminaire ou à une formation
donnée par un millionnaire. En rencontrant personnelle-

69
ment un coach millionnaire ou simplement en lisant un
livre d’un millionnaire. Cela pourra changer votre vie du
tout au tout.

Vous apprendrez que les pauvres, même s’ils disent ne


pas aimer l’argent, passent en réalité toute leur vie à tra-
vailler pour l’argent. Pensez-vous qu`ils se lèvent à quatre
heures du matin pour aller travailler parce qu’ils aiment
leurs patrons ? Pas toujours. C’est souvent à cause de leur
salaire de fin de mois. Il suffit de ne pas le payer deux
mois pour qu’il y ait des agitations et des révoltes.

Voici un exemple tangible de ce que je dis. Aujourd’hui


j’ai accompagné un grand ami entrepreneur dans un
grand shop pour payer des meubles de bureau. La scène
se passe à Kinshasa en République Démocratique du
Congo où je suis de passage. Le propriétaire de la boite est
un Pakistanais et sa femme était aux commandes des
employés. Elle donnait des ordres à ses employés de façon
très humiliante, intimidante et inhumaine. À la limite, c’était
injurieux au point que je ne pouvais pas supporter ce spec-
tacle désolant. Comme tous ses employés étaient des soit
disant bons chrétiens, je leur posai la question en présence
de leur responsable en ces termes : Vous êtes tous des chré-

70
tiens comme moi, n’est-ce pas ? N’est-ce pas que vous
croyez que l’argent est mauvais ? Alors, dites-moi, au
nom de quoi supportez-vous ces genres de traitement ?
Est-ce parce que vous aimez bien votre patronne ou c’est
à cause de votre argent de survie ? Pourquoi s’humilier
autant pour l’argent s’il n’a pas d’importance ? Mon inter-
vention paralysa tout le monde. Plus tard avant la sortie,
trois employés vinrent me voir pour m’avouer que c’était
une toute première fois qu’ils avaient vraiment compris
une telle réflexion. Lorsque je leur dis que j’organisais des
formations pour entrepreneurs, ils se sont tous précipités
pour s’inscrire.

Ce livre a été écrit spécialement pour vous aider à com-


prendre que l’argent est une énergie neutre. Et en tant que
telle, il est important. J’ai été pauvre très longtemps, puis
je suis devenu riche. Je suis bien place pour comprendre
la conception de ces deux mondes opposés sur l’argent.

Voici donc la vérité. L’argent est le maître du pauvre.


Il le fait se lever tôt le matin et se coucher avec des maux
de tête. Peu de chose crée autant de souffrances, autant
de limitations, autant de honte dans la vie d’un homme
que le manque d’argent. Il suffit de bien observer. Dans

71
son livre Père riche, père pauvre, l`auteur à succès Robert
Kiyosaki le dit si bien : « les pauvres travaillent pour
l’argent et l’argent travaille pour les riches ». Avez-vous
compris ? Si vous avez la chance d’assister à nos confé-
rences ou séminaires, vous apprendrez énormément
sur ce sujet. Une des grandes raisons pour lesquelles je
donne des conférences, des coachings et des séminaires,
c’est pour donner aux autres l’opportunité d’interagir avec
un millionnaire. Car en Afrique, les riches sont de leur
côté et les pauvres de leur. Même si beaucoup de gens me
regardent comme un extraterrestre, j’ai toujours affirmé
que tout le monde peut devenir millionnaire dès lors qu’il
le désire et s’engage dans un tel projet.

72
Principe à retenir n°3

Tous ceux qui disent que l’argent n’est pas important


sont des pauvres. Malheureusement, alors que l’argent
travaille pour le riche qu’il soit au lit ou en voyage, le
pauvre travaille pour son argent de survie. Le comble
c’est qu’il persiste à argumenter que l’argent n’est pas
aussi important.

73
4
Créer un rêve millionnaire : pourquoi pas ?

oici un pas important, celui de cultiver un rêve

V millionnaire. Toute réalisation commence tou-


jours par le rêve d’un homme. Si vous n’avez jamais rêvé
de devenir millionnaire, comment pouvez-vous le devenir
un jour ? Un avenir qu’on ne voit pas, qu’on ne visualise
pas, on ne peut pas non plus l’obtenir. Abraham connais-
sait le secret de voir en esprit avant d’obtenir. Il ne pou-
vait pas devenir ce que Dieu avait promis tant qu’il ne le
voyait pas en son esprit.

J’ai commencé dans les affaires au niveau le plus bas,


et avec beaucoup de difficultés. Pour moi, devenir mil-
lionnaire était inconcevable et impossible. Je le croyais
comme ça. Un jour, je lisais un petit livre qui parlait du
bienfait d’un rêve. On insistait sur la nécessité d’avoir des
rêves et des aspirations, de rêver grand. C’est alors que je
décidai, moi aussi, de rêver de devenir millionnaire. Je
me rappelle encore la première fois que j’ai envisagé de
devenir millionnaire, c’est comme si j’étais devenu fou.

74
J’avais l’impression d’avoir reçu une balle dans la tête.
J’avais perdu le nord. Une voix au fond de moi me disait
que cela n’était pas faisable. Que cela était impossible, que
cela demanderait beaucoup de travail. Cette voix me mon-
trait toutes les difficultés que je ne pourrais vaincre. Par-
fois, elle me disait que vouloir devenir millionnaire, c’est
vouloir devenir occultiste. Je l’entendais me convaincre :
« à quoi bon gagner la Terre entière si tu dois perdre ton
âme… » Bref, une grande résistance s’était installée au
fond de moi. Terrifié, je fus obligé d’abandonner ce rêve
millionnaire pendant plusieurs mois. Je ne sais pas si un
tel rêve serait facile pour vous aujourd’hui, mais ce ne fut
pas le cas pour moi.

Inévitablement, chaque fois que je tentais de reprendre


ce rêve, j’étais troublé à l’idée que je deviendrai million-
naire. C’est alors que je trouvai une stratégie très efficace
pour contourner cet obstacle. Je commençais à penser
puis à affirmer ceci : « je peux ne pas devenir million-
naire, oui, mais c’est possible ». Plusieurs fois par jour, je
me répétais cette pensée et cette affirmation. Curieuse-
ment, il n’y avait alors plus aucune résistance intérieure.
Ma conscience admettait cette affirmation.

75
Puis, je commençai à affirmer « la bénédiction de
l’Éternel enrichit », « je puis tout par le Christ qui me
foritifie ». Au fond de moi grandit une conviction que la
bénédiction enrichissait et que je pouvais beaucoup de
choses.

C’est alors qu’un jour je me dis « la bénédiction de


l’Éternel enrichit, elle peut rendre millionnaire. Je peux
devenir millionnaire ». Incroyable. Pour la toute pre-
mière fois, j’avais pu envisager de devenir millionnaire
dans ma pensée sans créer une résistance. C’est alors que
j’ai commencé à rêver de devenir millionnaire.

Tous ceux qui ont vécu dans un milieu pauvre où


l’évangile était présenté sous forme d’apologie de la pau-
vreté expérimenteront exactement cette difficulté. Dans
les coachings sur le succès, que je donne aux entrepre-
neurs, j’aime m’amuser en leur affirmant brutalement
que je vais leur apprendre à devenir millionnaires ! Ils
sont généralement paralysés, presque foudroyés. Mais,
après une formation que je donne sur « la restauration
de la formation de la foi », où je m’appuie sur Psaume
11 : 3 pour expliquer que notre foi a été renversée par
une mauvaise compréhension de la parole de Dieu,

76
mes auditeurs finissent par bien comprendre que notre
problème c’est notre foi. Après cette formation, je vois
toujours des vies être transformées de façon miracu-
leuse. La foi est vraiment la base du succès. La Bible dit
« le juste vivra par la foi ». Malheureusement, elle dit
dans Psaume 11 : 3 : « si les fondations sont renversées,
que peut faire le juste ? »

C’est exactement cela. La foi de beaucoup de chrétiens


est renversée, ils croient plus à la pauvreté qu’à la possi-
bilité de prospérer, et encore moins de devenir million-
naire. Le plus difficile pour devenir millionnaire n’est
pas le travail que vous ferez, mais de vous faire accepter
cet objectif dans votre pensée consciente. Si vous gagnez
ce combat, les possibilités s’ouvriront devant vous et vous
pourrez aussi, tôt ou tard, devenir millionnaire. Vous
vous souviendrez, comme moi, que tout aura commencé
par votre simple rêve.

Je suis convaincu que cette génération qui a lu le té-


moignage de mon parcours sera différente. Nombreux
deviendront millionnaires. Car l’homme a tendance à
imiter les exemples qui se présentent devant lui. Puissiez-
vous compter parmi ceux-là. Imaginez-vous un instant

77
devenu millionnaire. Qu’en pensez-vous ? Si vous osez
le rêver, gardez ce rêve avec vous, nuit et jour, afin qu’il
soit un arrière-plan invisible et omniprésent dans votre
esprit.

78
Principe à retenir n°4

À 28 ans, j’appris une grande vérité du célèbre Napo-


léon Hill : « L’histoire des hommes serait bien différente
si ceux-ci avaient un seul but précis et s’y tenaient jusqu’à
le transformer en une obsession tenace ! » Rien de plus
étonnant si à 35 ans je devenais millionnaire. Pendant ce
temps l’objectif d’un de mes amis était de devenir infor-
maticien. Et comme il y avait consacré tout son temps, à
35 ans, il était devenu ingénieur-informaticien-deman-
deur-d’emploi. Il n’était pas devenu avocat. Car pendant
ce temps, chacun de nous avait un objectif bien défini et y
consacrait toutes ses forces. La différence était simplement
dans la nature de l’objectif. Et vous? Quel sera votre objec-
tif d’ici dix ans ? Si votre objectif est de devenir stable, vous
le deviendrez. Mais être stable est différent d’être riche.

79
5
Cultiver la foi ou l’esprit millionnaire

U ne des plus grandes réalités que Jésus était venu


nous révéler, c’est la foi. Toutes nos circonstances
extérieures sont le reflet parfait de notre foi. C’est la fa-
meuse loi de cause à effet. Le jour où vous arriverez à
croire comme un millionnaire, il est certain que vous le
deviendrez ! Mais, est-il si simple de croire que l’on peut
réellement devenir millionnaire ? Je ne le pense pas. Pour
mon cas, ce fut un long et dur parcours. Pourquoi ? Parce
que premièrement, la foi en elle-même est une réalité dif-
ficile à comprendre. C’est comme le temps. Tout le monde
croit savoir ce qu’est le temps, mais personne ne le com-
prend exactement. En second lieu, très peu savent com-
ment appliquer el développer la foi. La foi, c’est comme
le temps. Tout le monde le comprend empiriquement, mais
lorsqu’on pose la question « qu’est-ce que le temps ? »,
personne ne sait répondre.

Même si j’ai vécu comme religieux catholique pen-


dant plus de sept ans, il m’a fallu beaucoup d’années de

80
recherches et de réflexion pour que je comprenne fina-
lement ce qu’est la foi. Aucune Église, aucun prédicateur
n’arrivaient à me le faire comprendre clairement. Je n’ai
réussi véritablement à bien appliquer et développer ma
foi que le jour où j’ai compris ce qu’elle était réellement.
Nous avons tendance à dire que la foi, c’est la foi. Mais,
qu’est-elle exactement pour vous ? Est-elle bien claire ou
est-elle un concept vague ?

Étant catholique, on m’avait appris que la foi consis-


tait à croire en Dieu, à la Trinité, à la résurrection, à une
Église sainte et catholique et à ses dogmes… Oui, la foi
ne me semblait que cela, par conséquent je ne croyais
qu’en cela et à plus rien d’autre. Dans le milieu protestant,
on m’a répété des définitions d’Hébreux 11 que tout le
monde mémorise, sans la moindre compréhension de ce
qui est récité. « C’est l’assurance des choses qu’on espère,
une démonstration de celles qu’on ne voit pas ». Beau-
coup les répètent machinalement, mais trop peu com-
prennent leur signification.

Pour d’autres encore, la foi, c`est croire à l’impossible.


Ce qui n’est pas logique. Dire croire à l’impossible, c`est
dire exactement ne pas croire. Pour vous, qu’est la foi ?

81
Pour mieux vous faire comprendre la foi et ensuite
vous aider à la développer, laissez-moi vous faire faire cet
exercice.

Répondez-moi honnêtement. Quels sont vos revenus


mensuels actuels ? Supposons qu’ils soient modestes.
Pouvez-vous croire devenir millionnaire ? Si vous gagnez
difficilement votre vie actuellement, il est évident que
vous ne pourrez pas accepter aisément une telle affirma-
tion. Une voix vous dira : c`est dur. L’objectif est élevé.
C’est difficile. Si vous dites par complaisance « oui, je le
crois », vous ne l’affirmez que du bout des lèvres, au fond
vous savez que ce n’est pas réalisable. Sinon, répondez
maintenant à cette autre question : pouvez-vous devenir
millionnaire demain matin ?

Même si vous pouvez dire avec légèreté « oui », une


voix au fond de vous dira que ce n’est pas possible. Sur-
tout si, étant locataire, votre bailleur venait maintenant
demander le loyer alors que vous n’avez pas d’argent en
poche.

Ainsi donc, la foi, c’est accepter quelque chose comme


vrai, réalisable et vivable. C’est donc une conclusion per-
sonnelle après analyse intérieure d’une situation. C’est

82
une acceptation profonde d`une réalité. Au-delà de la foi
religieuse, celle qui fait que vous fréquentez telle église
et non telle autre, la foi existe dans tous les domaines
de la vie. Il y a la foi en soi-même (confiance en soi),
la foi en son pays (confiance en son pays), la foi en la
richesse (l’assurance qu’on est riche) ou en la pauvreté
(l’évidence de la pauvreté), la foi que vous avez en ce
que je vous raconte dans ce livre… La foi, c’est dans tous
les domaines. Voici ce qui se passe lorsqu’on vous pose
la question « pouvez-vous devenir millionnaire demain
matin ? »

D’abord, une voix va vous dire combien vous avez en


banque. Imaginez que vous n’ayez que cinq cents dollars
et que vous soyez actuellement à la recherche d’un em-
ploi que vous ne trouvez pas. Cette voix va se moquer
de vous. Elle va vous rappeler les dettes que vous devez
payer. Elle va vous rappeler que personne ne l’a jamais
fait dans votre famille. Elle va vous dire que vous êtes
sans diplôme, ou que vous ne parvenez pas à trouver un
emploi ou que votre salaire est insignifiant. Consciern-
ment ou inconsciemment, il y aura un tribunal au fond
de vous qui va évaluer tous les paramètres liés à la réalité
d’être millionnaire par rapport à votre situation actuelle

83
Même après avoir cessé de penser consciemment à ça,
inconsciemment les interrogations vont continuer. Elles
resteront en vous vous tirailleront, vous assailliront…
pendant des jours, voire des mois… Imaginez mainte-
nant que votre tem me vous demande mille dollars pour
acheter une robe. Quelle sera votre réaction ? Vous allez
sursauter, et vous faire du souci. C’est alors que cette voix
se lèvera : « voyez, vous êtes pauvre » Vous aurez donné
finalement la réponse à la question qui vous avait été po-
sée avant. Cette réponse veut dire en quelque sorte, je ne
peux un devenir millionnaire, je suis un pauvre, je suis
sans un sou, je suis fauché. Ces conclusions intérieures
non exprimées, c’est cela votre loi en matière de richesse
et spécialement à la possibilité de devenir millionnaire.

Donc, la foi, c’est une conclusion ultérieure, un état


d’esprit, une position que vous assumez ou pas sur un
fait. C’est un sentiment profond d’acceptation ou non
d’une chose. La foi n’est pas en général, mais toujours par
rapport à quelque chose ou à une situation. Cette foi doit
être orientée et développée graduellement. Par exemple,
lorsque vous avez des difficultés à croire que vous pouvez
devenir millionnaire, le sens de votre foi est mauvais, il
vous faut lui donner un sens contraire, celui d’accepter

84
cette réalité comme réalisable pour vous. Comment pro-
céder ?
Au lieu d’affirmer « je suis millionnaire », commence
par dire : je peux devenir millionnaire un jour ». Dans
ce sens, vous faites allusion à une possibilité de le devenir
un jour. Votre tribunal intérieur acceptera cette sentence
sans résistance. S’il l’accepte, alors répétez ça plusieurs
fois par jour, sans pression, pendant deux ou trois mois.

Puis passez à l’étape suivante, précisez une date, au


moins cinq à vingt ans. Vous direz, « je peux devenir mil-
lionnaire d’ici dix ans, c’est possible ». Si en précisant une
date vous ne rencontrez pas plus de résistance intérieure,
alors foncez.

Répétez cela plusieurs fois en vous-même, vous verrez


que votre foi en devenir riche ou millionnaire va grandir
petit à petit.

Dans Romains 12 : 2, la Bible parle du renouvellement


de la pensée et de l’intelligence, étape primordiale que
j’appelle la reprogrammation de la foi. Après la repro-
grammation vient l’étape du développement de la foi pro-
prement dite. Pendant ce temps, évitez autant que pos-
sible ces choses :

85
1. Les amis qui aiment parler pauvreté, se plaindre des
circonstances et des difficultés ;

2. Les émissions ou les journaux qui montrent la mi-


sère, le chômage, la souffrance. Si vous voulez suivre
la télévision pour vous distraire, sélectionnez seulement
des sports, ou achetez des films plus instructifs ;

3. Les films qui parlent de l’enrichissement par des fé-


tiches. Sachez que ces films sont sataniques, ils ont
pour but de vous inculquer la peur inconsciente de
devenir riche ;

4. Les Églises qui vantent la pauvreté et qui l’acceptent


comme volonté de Dieu ;

5. Les gens qui vous rappellent constamment que vous


êtes pauvre.

Rappelez-vous toujours que la Bible nous dit que la


foi vient de ce qu’on entend. Je dois ajouter : de ce qu’on
entend dans un domaine. Si vous passez beaucoup de
temps à écouter les pauvres, leurs opinions et jugements,
votre foi sera celle d’un pauvre. Vous pouvez travailler
dur, si cette foi ne change pas, vous demeurera pauvre.

86
Voilà le secret. Par ailleurs, chaque chose a un prix. Si
devenir millionnaire est important pour vous, votre fa-
mille et votre avenir, ces choses à éviter, sont le prix que
vous devez payer pour le développement de la foi. Mais je
pense que c’est un prix moindre par rapport à la récom-
pense que vous obtiendrez en devenant millionnaire. Je
sais bien ce que je dis, car c’est un prix que j’ai payé moi-
même : des maisons, des voitures, des habits de luxes,
des voyages en première classe, des séjours en hôtels cinq
étoiles. Surtout je suis devenu libre de disposer de mon
temps pour faire ce que j’aime.

Retenez pour toute votre vie. « Votre foi au rêve mil-


lionnaire est comme un bébé nouveau-né qui est tout
fragile, vous ne devez pas l’exposer dans un environne-
ment hostile et toxique comme des poubelles, des rayons
solaires ou des ennemis. Vous devez le protéger à tout
prix, le gardant dans un environnement propice et lui
donnant la nourriture appropriée. Lorsque ce bébé gran-
dira, il pourra résister des journées entières sous un soleil
accablant, il pourra fouler des poubelles et affronter ses
ennemis, il sera déjà assez fort pour résister et vaincre.
Maintenant, non ».

87
Après les choses qu’il faut éviter, voici, donc les choses
qu’il convient de faire volontairement, régulièrement et
impérativement.

1. Chercher de nouveaux amis qui croient déjà aux


changements ou qui sont déjà riches. Ne leur demandez
pas l’argent, mais passez le temps à les écouter et à
noter leur manière de penser ;

2. Lisez régulièrement un livre qui parle de la prospé-


rité ou de l’enrichissement ;

3. Fréquenter une église où le visionnaire croit à la


prospérité et la prêche. La meilleure prédication, c’est
sa propre vie. S’il est pauvre, mais a plusieurs années
de ministère, abstenez-vous. Ou bien achetez des DVD
de prédications sur la prospérité et enfermez-vous à la
maison pour les regarder ;

4. Ne lisez pas lu Bible comme un livre d’histoire d’un


bout à autre, mais méditez plusieurs fois sur des pas-
sages comme la bénédiction d’Abraham, d’Isaac, de
Job, de Jaebets, ou sur des passages comme la bénédic-
tion de l’Éternel enrichit, avec Dieu nous vaincrons…

88
5. Suivez des conférences, des séminaires, des forma-
tions sur le succès, l’entrepreneuriat…

6. Que la lecture des bons livres, de ceux qui ont réus-


si, soit votre activité principale.

En majorité, le commun des mortels africain n’aime


pas lire. On raconte que si vous voulez cacher une vérité
aux africains, il faut l’écrire dans un livre. C’est triste mais
c’est vrai. Voilà pourquoi il souffre. Si vous voulez réussir
plus facilement. Faites de la lecture des bons livres votre
activité principale.

7. Trouvez-vous un mentor. Donc un modèle de succès


financier. Si vous voulez vous rendre dans un lieu que
vous ne connaissez pas, il est mieux de se faire guider
par ceux qui s’y sont déjà rendus et qui peuvent vous
guider sur votre chemin. C’est la mission des mentors.
Dans le domaine de la réussite financière, je suis l’un
d’eux. La plupart des gens que je coache m’ont choisi
comme mentor, je les ai vus devenir un autre moi dans
les affaires. Si vous voulez vous joindre à cette
communauté, cliquez sur « mon mentor » voir site :
www.istc-cd.org. Un cadeau vous sera envoyé.

89
Plus haut, je vous ai dit que la foi au rêve millionnaire
est comme un bébé nouveau-né qui est tout fragile. Que
vous ne devez pas l’exposer dans un environnement hos-
tile et toxique comme des poubelles, des rayons solaires
ou des ennemis. Que vous devez le protéger à tout prix,
le gardant dans un environnement propice et lui donnant
la nourriture appropriée. Et que lorsque ce bébé gran-
dira il pourra résister des journées entières sous un soleil
accablant, il pourra fouler des poubelles et affronter ses
ennemis, il sera déjà assez fort pour résister et vaincre. Je
dois ici vous dire cette vérité autrement.

« Quand vous deviendrez millionnaire vous mangerez


dans les beaux restaurants du monde. Vous ne serez plus
obligé de travailler pour un salaire de misère. Vous pour-
rez acheter voitures, maisons, bijoux. Vous pourrez offrir
à votre famille la bonne vie. Sachez que maintenant votre
foi au projet millionnaire est comme le grain d’un arbre
miraculeux qui, quand il aura grandi dans votre parcelle,
pourra vous donner tous les bons fruits du monde, en
tout temps, en toute saison. Cependant, ce grain aussitôt
semé doit être protégé contre les intempéries et les para-
sites. Ainsi, lorsqu’il deviendra grand et fort, il résistera
sans votre aide à la tempête tout en vous laissant tomber

90
généreusement des fruits mûrs ». Votre histoire sera dif-
férente si vous percevez la vérité qui a été ici énoncée.

91
Principe à retenir n°5

Le succès vient à ceux qui croient au succès, comme


l’échec va à ceux qui ne croient pas au succès. Le jour où
vous deviendrez riches, vous vous rendrez compte qu’il
vous aura fallu peu de travail, un travail facile, et que ce
qui eut le plus d’importance fut votre foi et votre objectif
audacieux de devenir millionnaire.

Si vous êtes de ceux qui croient que seuls un dur labeur


et une honnêteté foncière mènent à la richesse, détrompez-
vous, il n’en est rien ! La grosse fortune ne vient jamais
uniquement à la suite d’un dur labeur. Elle vient en réponse
à des demandes précises, basées sur l’application de lois
et non par chance ou par hasard. Une de ces lois est celle
de la foi. Sinon vous serez de cette multitude qui se tuent de
travailler mais demeure pauvre à cause d’une foi erronée.

Tiré de Napoléon Hill

92
6
Forgez et vous deviendrez forgeron

C omment devient-on forgeron ? Dans quelle facul-


té forme-t-on les forgerons ? Comment forme-t-
on le forgeron ?

Dans plusieurs pays que j’ai eu la chance de visiter, je


n’ai pas vu une seule université qui forme des forgerons.
Les universités sont là pour former des gens sophistiqués
comme des ingénieurs, des avocats, des médecins, des
architectes, des cadres. Ces catégories hautement pro-
grammées à ne faire qu’un type de travail et qui en géné-
ral aiment les emplois stables et se tuent au travail pour
mener une vie meilleure à la retraite. Ceux parmi eux qui
deviennent véritablement riches le deviennent en étant
des forgerons d’eux-mêmes.

Qui voudrait perdre son temps et son argent pour


créer une faculté des forgerons ? Quel étudiant voudrait
perdre son temps et son argent pour apprendre un métier
aussi simple ? Mais le forgeron, il se forge en forgeant,

93
auprès d’un autre forgeron ou en forgeant par lui-même.
Il en est de même d’un millionnaire self-made-man, il le
devient en s’exerçant sous la direction d’un autre million-
naire auprès de qui il apprend à travers des livres, des sé-
minaires, des coachings, des conférences… Ce sont ceux
que nous appelons les self-made-men, ceux qui se forgent
leur réussite par eux-mêmes.

Tout le monde peut le faire, mais peu essayent, car


trop sophistiqués pour apprendre prie chose aussi simple
que la forge ou devenir millionnaires.

Quant à vous, sachez que si vous vous lancez dans


cette aventure du rêve millionnaire, vous avancerez par
essais et erreurs, parfois il vous arrivera d’échouer, par-
fois il vous manquera les fonds nécessaires pour aller
plus vite, parfois il vous manquera les connaissances adé-
quates, niais sachez que par essais et erreur, par la lutte
et la persévérance, vous finirez certainement par y arriver.
C’est en forgeant que l’on apprend à nager. Faites votre
premier pas, entreprenez quelque chose dans l’objectif de
devenir millionnaire. Beaucoup de gens ont peur et honte
d’échouer, c’est à cause de cela qu’ils n’osent entreprendre

94
quoi que ce soit. Mais sachez que tout le monde progresse
en tirant les enseignements de ses erreurs. J’ai moi-même
échoué dans plusieurs petites initiatives avant de réussir
véritablement. Certains, les moqueurs, se sont raillés de
moi à plusieurs reprises. Mais pour avoir persévéré, j’ai
fini par réussir. Qu’est-il arrivé à ceux qui se moquaient
de moi hier ? Ils sont encore au même endroit. Forgez
votre avenir millionnaire dès aujourd’hui !

95
Principe à retenir n°6

René Descartes a dit : « je pense donc je suis ». Nous


sommes donc ce que nous pensons et nous ne sommes pas
ce que nous ne pensons pas. Alors moi je dis : « je pense
millionnaire donc je suis millionnaire ». Mais à condition
que cette pensée soit soutenue de façon permanente et par
un désir fort. Un jour, cette pensée prendra forme et elle
deviendra une réalité physique.

96
Troisième Partie
Les vérités qu’il faut savoir avant
de mourir pauvre

97
98
1
La pauvreté est une honte et une maladie

M ême si certains pensent que la pauvreté est une


vertu pour aller au ciel, elle est une maladie
honteuse, comme Ébola. Même si elle est une maladie
économique, elle ne cesse d’être une maladie. Par défini-
tion, une maladie peut être considérée comme une inca-
pacité, une limitation ou une perturbation. La pauvreté
est bel et bien une incapacité, une limitation économique.
Méditez bien sur ce que je vais dire maintenant et vous
comprendrez une vérité profonde : « rien ne cause autant
de souffrance, d’humiliation, de peine à l’homme que le
manque d’argent ». Le manque d’argent enlève dignité et
liberté. N’est-ce pas à cause de l’argent que des hommes
se lèvent à quatre heures du matin et se couchent tard
pour faire un travail qu’ils détestent de tout leur cœur ?
N’est-ce pas à cause de cela que certains sont obligés de
quémander auprès de ceux qui ont plus ?

99
Si c’est faux, laissez-moi vous poser deux questions.

Imaginez que vous travaillez quelque part. Pourquoi


faites-vous votre travail actuel ? Parce que vous l’aimez,
ou parce que vous aimez votre patron ? Supposons que je
vous donne cinq millions de dollars aujourd’hui, conti-
nuerez-vous à faire le même travail ? Continuerez-vous
à aller demander de l’aide ou du secours à celui-là même
qui vous en donne avec mépris ? Si oui, bravo, ce livre
n’est pas pour vous. Offrez-le à quelqu’un d’autre et conti-
nuez tranquillement votre vie. Sinon, lisez et relisez ce
livre plusieurs fois, vous y trouverez des raisons pour
vous guérir d’une maladie aussi pénible, généralisée et
honteuse que la pauvreté. Jésus est venu pour guérir le
pauvre de la pauvreté, mais le pauvre est le malade le plus
têtu de l’humanité, car il aime sa maladie plus que tout au
monde au point qu’il lui semble qu’elle lui est indispen-
sable pour aller au ciel. D’ailleurs, c’est pour cela qu’il a
donné sa propre interprétation à certains passages de la
Bible pour se consoler et se laisser opprimer par ce mal
qui vient de Satan.

La pauvreté est le fruit d’un arbre appelé malédiction.


Et si l’on reconnait un bon ou un mauvais arbre par ses

100
fruits, que seraient ceux de la malédiction d’après vous ?
Laissez-moi vous révéler une vérité que je n’aime pas dire
en public. Quand j’étais pauvre, je voyais en Jésus le plus
grand pauvre du monde, qui n’avait rien du tout. Quand
je suis devenu riche, ma perception a totalement changé.
J’aperçois en Jésus le plus grand riche que le monde n’ait
jamais connu. Il me semble que tous les riches chrétiens
perçoivent Jésus de cette même façon. Car si on m’avait
donné les capacités qu’il avait pour aider les autres, j’au-
rais pu avoir la plus grande brasserie du monde en trans-
formant l’eau des fleuves, voire des océans, en vin et la
vendre à tous ces ivrognes. Aucune autre brasserie ne
pourrait me tenir tête.

Si j’avais eu, comme lui, le pouvoir de guérir les ma-


lades, j’aurais pu soigner les malades du monde et fermer
des firmes pharmaceutiques, des hôpitaux et que des mé-
decins travaillent aux champs. Serais-je vraiment pauvre ?

Si j’avais son pouvoir de ressusciter les morts, je pour-


rai faire revenir à la vie Michael Jackson et la reine Dia-
na, et exigé un dollar américain à chacun de leurs fans.
Serais-je vraiment pauvre ? La liste est longue, mais je
préfère me limiter ici. Si vous voulez en connaître plus

101
sur ma pensée que le Christ est le plus grand riche du
monde, vous gagnerez beaucoup en lisant mes autres
livres. Plus on devient riche, moins on se promène avec
de l’argent en papier. La richesse est la capacité d’obtenir
ce que l’on veut. C’est une capacité de donner et recevoir.
La pauvreté, c’est l’incapacité d’obtenir ce que l’on veut.
Imaginez-vous si je devais me promener avec tous mes
millions sur la tête. Quelle punition cela serait pour moi !
Et Bill Gates, comment ferait-il ? Une simple carte Visa,
la Gold, suffit pour vous faire voyager en avion en pre-
mière classe, à manger dans des restaurants chics. Même
pour acheter une voiture de luxe, juste passer une carte
ou effectuer un petit clic sur son téléphone et le transfert
est fait par net banking. Mais lorsqu’on souffre de cette
maladie appelée pauvreté, on ressemble à quelqu’un qui a
Ébola. Les frontières d’autres pays sont refusées… Épar-
gnez-moi vos éloges sur la pauvreté. J’ai été pauvre, j’y
ai passé la majeure partie de ma vie, je connais plus que
quiconque combien ce cancer silencieux est honteux et
douloureux. Mais, à la différence du cancer, la pauvreté
est une maladie qui se guérit, elle n’est pas incurable.

102
Principe à retenir n°1

Même si certains pensent que la pauvreté est une vertu


pour aller au ciel, elle est une maladie honteuse, comme
Ébola. Même si elle est une maladie économique, elle ne
cesse d’être une maladie. Par définition, une maladie peut
être considérée comme une incapacité, une limitation ou
une perturbation. La pauvreté est bel et bien une incapa-
cité, une limitation économique.

103
2

La pauvreté ne doit pas être soulagée,


mais guérie

L orsque quelqu’un souffre de douleurs trop in-


tenses, les médecins prennent deux attitudes. Lui
administrer un calmant, ou un traitement approprié pour
guérir la maladie. Beaucoup de gens ne reçoivent ni cal-
mant ni traitement, tout simplement parce que la pauvre-
té est comme le cancer, dans ce sens qu’elle est une mala-
die silencieuse qui ne se déclare pas très tôt. Elle ronge à
petit feu, et quand elle se déclare on est trop vieux pour
supporter le traitement. Que de torts ce mal a causés à
des milliers d’innocents. J’espère que vous serez épargné
pour avoir pris la peine de lire ce livre.

Et que font ceux qui l’ont diagnostiqué à temps ? La


grande majorité n’a pas le temps de suivre le traitement
approprié, elle se contente des calmants. Mais un cal-
mant, c’est un calmant. Il soulage pendant un moment,
mais la douleur finit par revenir encore et encore. Voici la
liste des calmants qui soulagent la pauvreté sans la guérir.

104
1. L’alcool

Pour noyer son mal, on l’arrose en gaspillant drama-


tiquement ses petites économies. L’alcool est comme le
diazépam, ce médicament qui calme la douleur pendant
un moment en vous endormant. Mais à votre réveil, la
douleur sera là à votre rendez-vous.

2. Les distractions

Séries télévisées, théâtres, musiques, films, comédies,


Facebook… Autant de petites doses quotidiennes que le
pauvre s’administre pour oublier et soulager son mal. Je
n’ai rien contre la distraction. Je l’utilise parfois, même
si c’est de façon très sélective et sans perdre trop de mon
temps précieux pour faire fortune. Mais elle semble
prendre tout le temps du pauvre afin d’oublier momen-
tanément sa condition. D’ailleurs, il aime bien gaspiller
son argent pour cela. Entre un bon livre qui peut changer
la vie et un DVD de théâtre pour distraction, le choix
du pauvre est clair. La distraction. Après, il s’étonne de
demeurer toujours plus pauvre.

105
3. L’emploi

On s’occupe en permanence, sans réfléchir sur où l’on


se rend avec un salaire de misère, et sans étudier com-
ment trouver les voies de sorties. Un esclave à l’œuvre n’a
pas le temps de penser à sa misérable condition. Surtout
lorsqu’il est asservi à un salaire à la fin du mois et l’espoir
d’une pension quand il sera bien amorti.

4. La religion

Cette noble activité qui devrait permettre à l’homme


d’obtenir de Dieu la puissance pour triompher de la
pauvreté et de la malédiction, lorsqu’elle est utilisée à
l’envers, devient un véritable opium ou somnifère du
peuple. Quand la religion se résume à prêcher « heu-
reux les pauvres », ou à faire l’apologie du grand men-
tor « le pauvre Lazare », elle console le cœur du pauvre
et le pousse à accepter sa condition comme volonté de
Dieu. Les otages ont donc la joie et la force d’endurer
leur condition. Imaginez-vous appartenir à une Église
pareille. Supposons que vous soyez mille fidèles et que
vous ayez tous un salaire de cinq cents dollars par mois.

106
Le pasteur, même s’il vous console de continuer votre job,
ne se préoccupe pas de savoir ou est indifférent au fait que
vous travailliez chez un musulman ou un païen. Que
voulez-vous ? Avec vos mille dîmes de cinquante dollars,
il aura cinquante mille dollars par mois ? N’y a-t-il pas
de quoi prêcher la pauvreté avec onction ? Rien ne peut
endormir autant que la parole de Dieu mal interprétée.

Cela ne m’étonne pas qu’un roi habile comme Léopold


II, bien qu’athée, se soit préoccupé que l’Église catholique
évangélise son ancienne colonie, le Congo démocratique.
Je ne sais pas pour quelle raison, mais j’ai constaté que
chaque prêtre belge qui a travaillé comme missionnaire
au Congo a touché une pension de près de sept cents
euros de l’État belge jusqu’à sa mort. Il le fait peut-être
pour tout autre missionnaire belge qui travaille dans
n’importe quel autre pays du monde, mais excusez-moi,
je suis un philosophe. Un philosophe, c’est celui qui aime
se poser des questions du genre « pourquoi les choses se
sont-elles passées ainsi et non autrement ? » En homme
d’affaires, je sais qu’il vaut mieux payer un prêtre qui
console toute une paroisse de cinq mille employés de la
colonie afin qu’ils travaillent avec joie, sans se poser de
questions sur les richesses du colon, que de payer mille

107
policiers pour surveiller cinq mille employés colonisés
inquiets et travaillant malgré eux. La vie est parfois drôle.
Quand lors d’un recrutement je dois choisir entre un
candidat Témoin de Jéhovah et un fidèle de la Chapelle
des Vainqueurs, cette église qui prêche la prospérité avec
puissance et qui a créé plus de millionnaires en Afrique
que toutes les autres églises réunies, pour le même poste
et avec la même qualification et le même salaire, mon
choix a toujours été clair. Je sais que l’un travaillera avec
joie et pour toujours, tandis que l’autre est un visiteur de
passage. Je préfère lui offrir mon livre 45 secrets du suc-
cès pour réussir dans la vie, ou celui-ci. Vous direz que je
suis méchant. Cependant, sachez qu’un homme d’affaires
est celui qui gagne sa vie en aidant les autres à obtenir
ce qu’ils veulent. Exactement comme un pêcheur qui,
quand il veut attraper des poissons, doit leur apporter ce
qu’ils aiment, les vers de terre. Les poissons sont les pois-
sons, ils préfèrent leurs vers de terre au meilleur plat du
cuisinier de Berlusconi, l`ancien premier ministre italien.

108
5. Les traditions

Comme les traditions des pauvres ont été faites par


des pauvres, elles véhiculent des idées et des demi-vérités
qui égaient le cœur du pauvre et construisent sa foi. En
voici quelques-unes : « l’argent ne fait pas le bonheur »,
« un emploi, c’est la sécurité, c’est ton père et ta mère »,
« les riches sont méchants ». « Ne demande jamais au
riche ce qu’il a fait pour devenir riche de peur de tuer ta
mère ». « Les riches n’ont pas la paix du cœur ». « L’amour
vaut plus que l’argent ». Le bras vaut-il plus que les pieds ?
Tout dépend si celui qui répond est estropie ou manchot.
Pour moi, les deux sont importants.

Toutes ces déclarations des pauvres sont des demi-


vérités. Tout dépend de quel côté de la vérité vous vous
trouvez. Mais quand le pauvre les utilise, c’est juste pour
atténuer son mal et justifier que la pauvreté soit une
bonne chose. N’oublie pas que le Christ nous a mis en
garde sur le fait que la tradition peut annuler la parole
de Dieu. Qu’importe les promesses et les prophéties de
Dieu sur la bénédiction, elles ne se réaliseront jamais si
vous vivez selon de telles traditions. Matthieu 15 : 3-6 ou
Marc 7 : 3 peut s’interpréter en ce sens : « les pauvres an-

109
nulent la parole de Dieu au profit de leurs traditions de
pauvreté » qui passent de génération en génération. La
liste étant longue, ceux-ci n’en sont que des illustrations.
Sachez seulement qu’il y a des traditions et des coutumes
véhiculant une philosophie qui favorise le maintien et le
développement de la pauvreté. Je me rappelle un chant
que nous avons chanté toute l’enfance. Le voici. Analysez-
le et vous comprendrez pourquoi beaucoup de chrétiens
sont et restent pauvres.

« Ma richesse, oh, toute ma richesse, c’est toi Jésus !


(kimwamu, na mono nge Yezu).

J’assume d’être pauvre à cause de toi Jésus, alléluia,


alléluia ! (Ye mono me ndima kuvanda nsukami, sambu
na nge Yezu, alléluia, alléluia !) ». Voilà pourquoi, au nom
de Jésus et de cette foi négative, nos sociétés sont les plus
pauvres du monde bien que nous soyons dans un pays
qui est un scandale géologique en termes des ressources
du sous-sol. Des lors, qu’importe les ressources naturelles
d’un pays, s’il est habité par une population qui croient de
la mauvaise façon, ce pays sera le plus pauvre. La RDC,
est une preuve qui confirme cette vérité.

110
Et maintenant, comment peut-on guérir la pauvreté ?
Guérir la pauvreté me semble simple. Il faut choisir les
voies et les stratégies des riches. Voici en quoi consiste ce
traitement :

1. La parole de Dieu. Les riches croient que la parole de


Dieu est un outil qui nous libère de la pauvreté, des
maladies, de la malédiction, des limitations…
2. La foi. Les riches croient à la capacité de la bénédiction
qui rend riche. Ils savent que s’ils deviennent riches par
de bonnes voies et se servent bien de leur richesse, ils
iront au ciel comme Abraham. Ils n’ont rien à voir avec
un ignorant comme le pauvre Lazare qui est allé au ciel
non pas parce qu’il était pauvre, mais parce qu’il était
une bonne personne. Galates 4 : 1 ne dit-il pas que les
enfants de Dieu ignorants souffriront comme des
esclaves bien qu’ils soient des héritiers de tout ?
3. Les choix et les orientations. Pour se guérir de la pau-
vreté, il faut apprendre à penser, à choisir, à agir comme
des riches. Devenir riche est attaché à l’art d’économi-
ser et d’investir, non pas aux gros salaires et à la
sécurité sociale.
4. La lecture et les études. Lire les livres sur le succès et
l’intelligence financière est une cure qui réussit à cent
pour cent. Essayez-la !

111
Principe à retenir n°2

Votre compréhension de la parole de Dieu détermine


votre sort. Les riches croient que la parole de Dieu est un
outil qui nous libère de la pauvreté, des maladies, de la
malédiction et des limitations. Les pauvres croient que la
parole de Dieu nous interdit de devenir riche se faisant ils
iront au ciel.

112
3

Ni votre père, ni votre mère, ni votre curé,


ni votre pasteur ne peuvent vous l’apprendre

L e plus grand mal qu’un parent peut faire à son


fils, c’est celui de lui faire croire qu’il est celui qui
connaît tout et qui doit tout lui apprendre, surtout sur
comment avoir la richesse. Si vous êtes né d’une famille
pauvre, comme moi, n’est-ce pas une preuve suffisante
que vos parents ne savaient pas ce qu’il faut faire pour
devenir riche ? Et s’ils le savaient, comment expliquer
qu’ils soient encore pauvres ?

J’ai eu la plus grande chance du monde d’avoir une


maman qui ne sait ni lire, ni écrire, ni compter, mais
d’une grande sagesse. Quand elle voulait m’apprendre
quelque chose, elle ne tentait pas de le faire par elle-
même. Elle me conduisait auprès de ceux qui le savaient.
Ainsi m’a-t-elle envoyé à l’école où d’autres m’ont appris
à lire, à compter, à écrire et à parler des langues étran-
gères. J’ai gardé la leçon pour toute ma vie. Quand je veux
apprendre à conduire, je vais auprès d’un bon chauffeur,

113
je ne demande pas à mon père briquetier, même s’il sait
bien faire des briques…

Quand je veux devenir riche ou investir, je cherche


conseils et orientations auprès de ceux qui sont riches,
je ne demande ni à ma mère, ni à mon curé, ni à mon
pasteur. À ceux-ci, je leur demande plutôt de prier pour
moi afin que Dieu me soit favorable et me donne sagesse,
faveur, grâce et bénédiction. Je ne prends pas de risque et
ne leur demande rien sur une matière comme les affaires,
qui n’est pas un cours de théologie.

Sur votre voiture, demandez conseil à un mécanicien,


pour la construction de votre immeuble, demandez à un
architecte. À moi, ne me demandez pas comment piloter
un avion, je n’y connais rien. Demandez-moi plutôt ce
qu’il faut faire pour devenir millionnaire et je vous don-
nerai un cours qu’aucun professeur d’université ne peut
donner.

Un père, une mère, un curé, un pasteur, un oncle


pauvre, ne peuvent que vous apprendre la meilleure ma-
nière de les cloner sur le plan financier. Personne ne peut
bien enseigner ce qu’il ignore. La Bible nous dit : « un
aveugle peut-il conduire un autre aveugle ? Ils tombe-

114
raient tous deux dans un trou. » Selon la même logique,
un pauvre peut-il apprendre à un autre comment devenir
riche ? Impossible. Devenir millionnaire, ça s’apprend
auprès de ceux qui s’y connaissent, comme un médecin
apprend la médecine à la faculté de médecine.

115
Principe à retenir n°3

Un père, une mère, un curé, un pasteur, un oncle


pauvre ne peut que vous apprendre la meilleure manière
de les cloner sur le plan financier. Personne ne peut bien
enseigner ce qu’il ignore. La Bible nous dit : « un aveugle
peut-il conduire un autre aveugle ? Ils tomberaient tous
deux dans un trou ». Luc 6 : 39.

116
4

La pauvreté est une tradition qui passe


d’un pauvre à un autre

P our changer son destin économique, il faut entre-


prendre. Et l’entrepreneuriat constitue le moyen le
plus efficace, le plus satisfaisant pour réussir financière-
ment. Les statistiques montrent que la plupart des mil-
lionnaires le sont devenus grâce à l’entrepreneuriat. Mais
dans la tradition des pauvres, il est hors de question d’en-
treprendre. Le vieux conseil reste toujours, va à l’école,
obtient un titre, cherche un emploi, voilà tu as gagné ta
vie. Le pauvre est pauvre d’abord par sa manière de pro-
duire et de gérer l’argent. Malheureusement, il enseigne
ses traditions aux autres et ceux-ci les passent de géné-
ration en génération. Imaginez que votre père a gagné sa
vie comme employé dans une compagnie. Même s’il voit
que des milliers des jeunes diplômés sont sans emploi,
le seul conseil qu’il vous donnera pour gagner votre vie
consistera à obtenir un diplôme, comme lui, et à cher-
cher un emploi. Si vous voulez interrompre cette tradi-
tion, refusez de faire le choix des pauvres. Nous devons

117
dire la vérité aux jeunes qui viennent derrière nous. Il
n’y aura plus jamais assez d’emplois pour tout le monde,
nous devons envisager de les créer aussi bien pour nous-
mêmes que pour les autres.

118
Principe à retenir n°4

Imaginez que votre père a gagné sa vie comme employé


dans une compagnie. Même s’il voit que des milliers des
jeunes diplômés sont sans emploi, le seul conseil qu’il
vous donnera pour gagner votre vie consistera à obtenir
un diplôme, comme lui, et à chercher un emploi.

119
5

Le salaire ne fera pas de vous un million-


naire, il faut entreprendre

I l y a une vérité que beaucoup évitent de voir en face.


Le salaire en lui-même ne vous rendra pas million-
naire, à moins de l’utiliser de façon à vous construire un
fonds d’investissement. Vous pouvez bien voler votre
entreprise ou l’État afin de vous construire une richesse,
mais cela est une mauvaise manière de s’enrichir. Ce
genre d’accumulation des richesses, bien que fréquente,
est déplorable et condamnable. Tôt ou tard, vous perdrez
ce que vous avez, acquis d’une manière ou d’une autre.

Universellement, beaucoup des gens sont devenus


millionnaires en entreprenant. Entreprendre, c’est inves-
tir dans quelque chose qui vous permettra de rendre de
bons services aux autres et d’en tirer des bénéfices à long
terme. Et cela, tout le monde peut le faire, du fonction-
naire de l’État à la femme de ménage, en passant par le
pasteur et le chômeur. J’ai vu un simple enseignant qui
cultivait ses champs pendant son temps libre. Progres-

120
sivement, il réussit à exploiter des champs plus vastes et
devint financièrement plus stable que ses collègues qui se
contentaient de leur salaire.

J’ai vu un officier militaire très honnête qui économi-


sait une bonne partie de son salaire. Au fil du temps, il
réussit à s’acheter un terrain et entreprit d’y construire
une maison pour la faire louer. Aujourd’hui, sa maison
est louée et il gagne beaucoup d’argent. C’est cela entre-
prendre et investir.

Une paysanne l’a si bien fait. C’est le cas de ma maman.


Un exemple que j’ai toujours donné dans mes conférences
et qui a donné naissance au livre la chèvre de ma mère.
Les stratégies de base pour se créer un fond d’affaire à
la demande de mes auditeurs. À la mort de mon père,
mes mamans (avec notre belle-mère) se virent expul-
sées de leurs maisons par la famille de notre défunt père,
conformément aux traditions de l’époque. Les troupeaux
et les champs leur furent ravis. À chacune fut offerte une
chèvre. Celle de ma mère fut conservée malgré toutes les
difficultés auxquelles elle dut faire face avec cinq orphe-
lins à nourrir. Au fil de temps, la seule chèvre nous donna
un grand troupeau. C’est de ce drame familial que j’appris

121
le principe d’épargne et d’investissement grâce auquel je
fis ma fortune en affaires. Si vous lisez ce livre passion-
nant, vous apprendrez énormément sur l’art de dévelop-
per son intelligence financière. C’est ici un bon exemple
d’entrepreneuriat et d’investissement.

Avocats, médecins, architectes, fonctionnaires, tout


le monde peut entreprendre quelque chose au lieu de se
contenter éternellement du salaire. Vous pouvez entre-
prendre à plein-temps ou à temps partiel tout en gardant
votre emploi actuel.

Si vous voulez devenir millionnaire, envisagez d’entre-


prendre un jour, ou travaillez dans un projet où vous pour-
rez gagner des commissions sur le bénéfice. Ne faites sur-
tout pas du « bricolage », ou la méthode aveugle, comme
la grande majorité, formez-vous en permanence sur les
affaires. Elles sont comme le football : tout le monde peut
s’y lancer, mais seuls les vrais professionnels, ceux qui ap-
prennent à fond ce sport et le pratiquent, jouent les cham-
pionnats les plus prestigieux. S’arrêter au niveau de la
débrouillardise est souvent la cause de l’échec et de la sta-
gnation de ceux qui se sont aventures dans les affaires en
négligeant le développement des connaissances adéquates.

122
Bien qu’il vous faille une formation en projet en vente,
en gestion… Je pense qu’il ne faut surtout pas négliger
le développement personnel, une formation intérieure
indispensable au succès. Vous êtes le chauffeur qui va
conduire la voiture (votre projet) à la destination (mil-
lionnaire). Si le chauffeur ne sait pas bien conduire, il
échouera dans sa course, même avec la meilleure voiture
du monde. La plupart des formations que je donne à mes
étudiants millionnaires, consiste à leur donner une for-
mation intérieure appropriée pour les affaires, et à déve-
lopper leurs capacités personnelles.

123
Principe à retenir n°5

Avocats, médecins, architectes, fonctionnaires, tout


le monde peut entreprendre quelque chose au lieu de se
contenter éternellement du salaire. Vous pouvez entre-
prendre à plein-temps ou à temps partiel tout en gardant
votre emploi actuel.

124
Quatrième Partie
Réveillez le millionnaire qui est
en vous

125
126
Réveillez le millionnaire qui est en vous

Si vous avez lu ce livre jusqu’ici, sachez qu’il y a en vous


un désir de devenir millionnaire qui cherche à s’exprimer.
Comme je l’ai affirmé plusieurs fois, celui qui a un Dieu,
a avec lui la possibilité de devenir millionnaire un jour.
C’est tout à fait possible, voire probable. Vous n’avez pas
besoin de vendre votre âme ou d’avoir le grand diplôme
de l’université d’Harvard. Ce millionnaire que le monde
attend, il est en vous, mais il dort. Comment le réveiller ?

127
128
1
L’histoire de votre ami millionnaire

P our vous aider à comprendre et à réveiller le mil-


lionnaire qui €St en vous. fai pensé vous raconter
deux histoires, celle de Victor Serebriakoff et la mienne.
En les lisant, vous découvrirez que ce millionnaire dort
en chacun de nous. Avec un peu d’efforts, on peut le ré-
veiller. Même si, pour avoir dormi longtemps, il sera un
peu paresseux au début. Faites-vous violence, il se reveil-
lera.

Voici pour vous illustrer comment la vie d’un homme


peut se transformer en changeant sa foi en elle-même :
l’histoire de Victor Serebriakoff. Parce qu’il échouait
en classe, on avait convaincu Victor Serebriakoff qu’il
était un cancre et qu’il devait vivre de petits métiers. Il
se comportait donc comme un vrai cancre et faisait de
petits emplois pour vivoter. À trente-deux ans, il subit
une étonnante transformation. Après un test psycholo-
gique, on découvrit qu’il avait un quotient intellectuel
très élevé. Il commença alors à croire en son intelligence

129
et à se comporter comme un génie. Depuis, il a écrit des
livres, obtenu de nombreux brevets d’invention et est de-
venu un grand homme d’affaires. Il est même devenu pré-
sident de la société internationale Mensa, qui exige que
chaque membre ait un coefficient intellectuel d’au moins
cent trente-deux. L’histoire de Victor Serebriakoff est la
même que celle de beaucoup de ces millionnaires qui
se baladent dans les rues comme des mendiants, parce
qu’on leur a dit qu’ils sont pauvres et qu’ils doivent vivre
pauvres.

Moi aussi, j’étais un autre Victor. Je suis né dans une


des familles les plus pauvres du monde. Comme pour
me compliquer la vie, mon père mourut lorsque j’avais à
peine six ans. Ses biens furent accaparés par mes cousins.
C’est alors que commença l’histoire d’une vie de misère.
Pour beaucoup, je n’avais aucune chance de m’en sortir.
Tout le monde attendait que je finisse comme la plupart
des garçons de mon village perdu d’Afrique, coupeur de
noix de palme. Cependant, je nourrissais le rêve d’aller
loin dans la vie.

Ma mère, n’ayant pas les moyens de me payer ma sco-


larité, décida de ne me faire étudier que les trois pre-

130
mières années de l’école primaire, afin que j’apprenne
juste à lire et à écrire dans la langue locale. Malgré de
nombreuses difficultés et avec un peu de chance, je finis
par aller plus loin et finir mes études secondaires. Puis je
décidai de servir Dieu, comme religieux jésuite. C’est ain-
si que j’eus la chance de faire de la philosophie. Après sept
années de formation chez les Jésuites, je découvris ma
vraie vocation : devenir homme d’affaires et enseigner le
succès. Seulement, je ne savais pas par où commencer,
car pour beaucoup devenir Jésuite était la seule voie pour
un garçon issu d’une famille très pauvre. Au lieu de me
résigner, je pris mon courage à deux mains et affrontai la
vie en partant de strictement rien. C’est avec un revenu
de quinze dollars par mois que j’ai commencé dans ce
parcours. Mais j’avais un rêve, je devais aller loin dans
la vie. Pour beaucoup, j’aurais peut-être dû me conten-
ter d’un emploi quelque part et vivre tranquillement ma
petite vie. Mais cela n’était pas mon projet. Je savais que
celui qui m’avait envoyé à l’école s’attendait à ce que je
ne fasse que les trois années primaires. En réalité, je suis
allé jusqu’à l’université, et même si j’ai étudié un domaine
offrant peu de débouchés, je savais que je pourrais aller
loin. J’avais le rêve.

131
Sans argent et avec beaucoup de difficultés sur mon
chemin, j’entrepris d’étudier à fond les lois du succès et
les affaires, en autodidacte. Au fur et à mesure que mes
connaissances augmentèrent, le millionnaire en moi com-
mença à se réveiller et à grandir. Alors qu’à vingt-huit ans
j’étais sans le sou, quelques années plus tard, à trente-cinq
ans, j’avais réalisé le rêve millionnaire que beaucoup qua-
lifient d’impossible. J’ai appris qu’il n’y a pas d’impossible
pour quelqu’un qui a un rêve et qui croit. Celui qui sait
où il va et qui tente de faire de son mieux se fera toujours
aider par la Providence.

Le millionnaire qui est en vous ne dort pas seulement.


Il est étouffé par deux choses : la peur et l’ignorance. Si
vos études éclairent votre ignorance, alors un courage
naîtra progressivement et vaincra la peur et ses amis, le
manque de confiance, le doute, la paresse…

Pourquoi aimé-je partager mon expérience avec les


autres ? Pour vous révéler que devenir millionnaire, bien
que difficile, n’est pas une barrière infranchissable. Si
une personne l’a fait, vous pouvez aussi le faire. Voici un
exemple similaire, celui de Roger Bannister. Je le tire du
puissant livre de Zig Ziglar, Rendez-vous au sommet. Un
livre qui m’a permis d’envisager le sommet et de le gravir.

132
Roger Bannister est celui qui a tenté de courir le mile
(1,61 kilomètre) en moins de quatre minutes, à une
époque où tout le monde croyait cette barrière infran-
chissable. Cette limite avait été établie scientifiquement,
disait-on, et personne n’avait osé le faire avant. Roger
Bannister courut donc pour la première fois le mile en
moins de quatre minutes. Et depuis ce temps, plusieurs
autres athlètes ont réalisé ce même exploit. L’obstacle
n’était que mental, et non une impossibilité en soi. Puisse
ce livre briser cet obstacle dans votre mental.

133
Principe à retenir n°1

Le millionnaire qui est en vous ne dort pas seulement.


Il est étouffé par deux choses : la peur et l’ignorance. Si
vos études éclairent votre ignorance, alors un courage
naîtra progressivement et vaincra la peur et ses amis, le
manque de confiance, le doute, la paresse…

134
2
Sortir du lot des pauvres

I l viendra un temps où les jeunes, partout dans le


monde, comprendront que le malheur dans notre
société vient d’un déséquilibre, celui qu’il y a plus de
demandeurs d’emploi que de créateurs. Heureux le jeune
qui rêvera d’oublier de chercher la seule sécurité que lui
donnerait son emploi pour chercher les moyens d’en
créer pour ceux qui n`auront jamais le courage de prendre
ce risque. Et si vous arrivez à produire cinq cents dol-
lars par mois, pourquoi en rester là ? Pensez à produire
cinq mille dollars. Et si vous y arrivez, devriez-vous en
rester là ? Non, pas du tout. Vous auriez tort. Vous pou-
vez envisager cinquante mille dollars. Et si vous y arrivez,
sachez que le processus reste le même. En faisant un petit
pas supplémentaire, vous vous retrouverez au-delà de la
limite que beaucoup se sont fixée dans leur tête, vous de-
viendrez le prochain millionnaire. Ce jour-là, vous vous
souviendrez de ce livre. Un livre est un outil puissant qui
peut changer la direction de votre vie et vous donner une
bonne orientation. Lire l’histoire d’un millionnaire, c’est

135
écrire sa propre histoire millionnaire. Bientôt le monde
la lira. Alors, relisez ce livre plusieurs fois, faites de lui
votre compagnon et ami. Et si vous en avez l’occasion,
assistez à l’une de nos formations sur le millionnaire.
Vous apprendrez quelque chose sur comment concréti-
ser le rêve millionnaire qui est en vous. Sortir du lot du
commun des mortels, ces esclaves inconscients, c’est tout
à fait possible.

136
Principe à retenir n°2

Il viendra un temps où les jeunes, partout dans le


monde, comprendront que le malheur dans notre société
vient d’un déséquilibre, celui qu’il y a plus de demandeurs
d’emploi que de créateurs.

137
3
Votre vie vous appartient

V oici une histoire à méditer pour conclure ce


livre. On raconte qu’Henri Ford, l’inventeur de
la voiture de la marque Ford, commença sa vie en tra-
vaillant dans un garage avec son ami. Pour certains, son
ami était plus intelligent et plus habile que Ford. Cepen-
dant, trente ans après, alors que Ford devenait l’un des
plus grands riches du monde, son ami travaillait encore
dans le même garage. Ce fut aussi mon cas avec certains
de mes amis. Jusqu’à mes vingt-huit ans, j’ai travaillé et
partagé les mêmes conditions que plusieurs de mes amis.
Nombreux étaient beaucoup plus intelligents que moi.
Cependant, alors qu’à mes trente-cinq ans je devenais
millionnaire, plusieurs ont continué à faire le même petit
emploi qu’avant, et continuent de se plaindre du manque
d’emploi, des salaires de misère, du manque de fonds
pour se lancer, de la conjoncture du pays. Et vous, qu’en
sera-t-il de vous d’ici dix ans ? De quel côté de la plaque
vous retrouverez-vous ?

138
Personne ne peut vivre votre vie mieux que vous-
même. Personne ne peut mourir votre mort si ce n’est
vous-même. Personne ne peut manger à votre place si-
non vous-même. De même, personne ne peut devenir
millionnaire à votre place, sinon vous-même. Devant
vous se tracent les horizons d’un futur lointain. Il n’y a
que vous qui puissiez utiliser vos talents, et c’est une ter-
rifiante responsabilité disait Zig Ziglar. N’oubliez pas, si
vous avez le rêve de devenir forgeron, c’est en forgeant
qu’on le devient. Il en est de même pour devenir million-
naire. Puisse Dieu vous bénir et vous soutenir. Devenir
millionnaire, c’est tout à fait possible.

139
Principe à retenir n°3

Personne ne peut vivre votre vie mieux que vous-même.


Personne ne peut mourir votre mort si ce n’est vous-même.
Personne ne peut manger à votre place sinon vous-même.
De même, personne ne peut devenir millionnaire à votre
place, sinon vous-même.

140
4

Changement de paradigme,
c’est maintenant

P lusieurs siècles avant, tout le monde admettait que


le soleil tourne autour de la terre. Copernic opéra
un changement de paradigme en affirmant que c’était
bien le contraire. La terre tourne autour du soleil. Sou-
dain, tout prenait une autre direction. Aujourd’hui même
un enfant en fin d’études primaires connaît cette vérité.

Plusieurs siècles passés, les hommes croyaient que seul


le bois pouvait flotter. Alors tous les navires étaient
en huis. Puis Archimède révolutionna la technologie avec
la loi de flottaison qui porte son nom. Désormais, nous
avons aujourd’hui d’énormes navires, non pas en bois,
mais en métal.

À l’arrivée du colon sur les terres africaines et au


Congo Belge en particulier, les plus évolués parmi les
africains étaient leurs cuisiniers. Ceux-ci eurent le pri-
vilège de scolariser leurs enfants qui devinrent des caté-

141
chistes et des maîtres d’école primaire. Ceux derniers par
le même processus firent de leurs enfants des directeurs
d’écoles, des professeurs, des enseignants, des fonction-
naires, médecins, architectes, ingénieurs… Quel était le
paradigme ? Étudier pour un emploi. Avec comme consé-
quence, une génération des chercheurs éternels d’em-
ploi qu’ils ne trouvent plus. Une génération dont la plus
grande réussite demeure l’immigration vers l’Europe.

Comme Copernic ou Archimède en leur temps, j’annonce


aujourd’hui le changement de paradigme. Le pauvre peut deve-
nir millionnaire et aller au ciel ! Une nouvelle génération s’élè-
vera. Elle sera celle qui se battra pour créer des emplois pour
eux-mêmes et pour leurs compatriotes. Heureux ceux qui croi-
ront à temps et agiront selon ce nouveau paradigme, ils seront
un témoignage d’un temps prophétique : La Maison de la mon-
tagne de l’Éternel s’élèvera au-dessus de toutes les montagnes
de la terre. Elle s’élèvera par-dessus les collines. Voici le combat
pour lequel je me battrai jusqu’à la mort s’il le faut. Car le chan-
gement c’est maintenant ou jamais ! Venez donc, créons cette
armée des hommes d’actions. Offrez ce livre à trois autres per-
sonnes afin que ceux assis aujourd’hui dans les ténèbres puissent
voir s’élever une grande lumière. La lumière d’un temps nou-
veau. Joignez la communauté des visionnaires. www.istc-cd.org

142
Principe à retenir n°4

Comme Copernic ou Archimède en leur temps, j’annonce au-


jourd’hui le changement de paradigme. Le pauvre peut devenir
millionnaire et aller au ciel : Une nouvelle génération s’élèvera.
Elle sera felle qui se battra pour créer des emplois pour eux-
mêmes et pour leurs compatriotes. Heureux ceux qui croiront à
temps et agiront selon ce nouveau paradigme, ils seront un té-
moignage d’un temps prophétique : La Maison de la montagne
de l’Éternel s’élèvera au-dessus de toutes les montagnes de la
terre. Elle s’élèvera par-dessus les collines.

143
144
Aidez-moi à aider les autres

Vous avez fini votre lecture, bravo. Maintenant, lais-


sez-moi vous faire une grande demande. Aidez-moi à
aider les autres à devenir millionnaires ! On raconte qu’il
y avait quelque part en Afrique un homme profondément
croyant, mais pauvre. Il priait Dieu avec insistance pour
lui venir en aide et le sauver de sa misère. Voici qu’un
jour Dieu lui apparut et lui permit de faire sa demande
en ces termes : « tout ce que tu vas me demander de faire,
je vais le réaliser mon fils. Mais à condition que je fasse le
double chez tous tes voisins. » Ainsi donc, si cet homme
voulait demander une maison. Dieu la lui donnerait et en
donnerait deux identiques à ses voisins. Cette condition
attrista le croyant qui se dit : « à quoi bon demander une
bénédiction si Dieu en donne deux à mes voisins ? Ils
seront mieux que moi et se moqueront de moi ». Là-des-
sus il dit à Dieu « donne-moi, oh Père, une nuit, afin que
je pense à ce qu’il convient de demander ». Et Dieu le lui
accorda.

Le lendemain, il était au rendez-vous avec Dieu et fit


sa demande en ces termes : « Père, tu es Dieu qui accom-
plit ses promesses. Crève-moi un œil afin de crever les

145
deux yeux de chacun de mes voisins. » Dieu fut surpris
du degré de méchanceté de l’homme, mais il accomplit
son vœu. Et l’homme étant le seul borgne de la ville,
devint le roi.

Serez-vous cet homme qui n’aime pas le bonheur des


autres ? Beaucoup de gens sont devenus riches avant moi,
mais ne se sont pas préoccupés d’aider les autres à le de-
venir. Ils se plaisent à être les seuls à avoir tandis que les
autres croupissent dans la souffrance. J’avais fait un vœu
à Dieu lorsque j’étais pauvre en ces termes : « si vous me
révélez ce qu’il faut faire pour devenir riche, je le dirai à
tout le monde ».

En écrivant ce livre, je donne aux autres la chance


d’avoir autant, ou plus que moi. Alors si ce livre vous ins-
pire, ne gardez pas le secret pour vous seul, vous risque-
riez de ressembler à cet homme méchant. Parlez-en aux
amis, aux frères, aux collègues et aux connaissances. Il
n’y a aucun mal à aider les autres à réussir. Faites un geste
d’amour, offrez cinq livres à vos connaissances et recom-
mandez le site www.istc-cd.org au plus grand nombre
possible.

146
Les petites histoires qui peuvent
vous inspirer

147
L’histoire du petit poisson et l’océan

Souvent dans mes conférences j’ai souvent été confron-


té à la difficulté des auditeurs d’admettre qu’ils peuvent
un jour devenir riche et réussir. Vous êtes peut-être l’un
d’eux. La raison principale peut se résumer en ces termes :
« il n’y a pas assez des richesses pour tout le monde ».
Pour répondre à cette objection je me suis souvent servi
de cette histoire qu’un ami m’a racontée un bon jour. Un
petit poisson sage vivait dans l’océan. Il était heureux et
aimait la vie. Cependant, il avait peur de boire beaucoup
d’eau même lorsqu’il en avait envie. Pourquoi ? Il crai-
gnaient de finir l’eau. Il se disait, si je bois beaucoup d’eau
l’océan va peut-être sécher et je vais mourir. Alors tout
le jour il ne buvait qu’une petite gorgée d’eau insuffisante
pour son organisme. Finalement, il mourut tout jeune de
déshydratation après une existence de souffrance à cause
de ce qu’il s’était mis dans la tête. Dans le même océan
vivaient des vieux et gros baleines qui buvaient à leur soif
de quantité plus grande sans le moindre scrupule. Eux
s`étaient mis dans la tête qu’ils ne finiraient jamais l’eau
de l’océan même s’ils en buvaient des tonnes par jour.

148
Petit poisson ou gros baleine, pauvre ou riche il nous est
donné selon ce qu’on s’est mis dans la tête.

J’espère que vous ne penserez plus comme notre petit


poisson. En réalité, notre monde est plein de richesses
suffisantes pour tout le monde.

Un jour j’avais lu cette affirmation de Billy Sunday


repris par Napoléon Hill : « il y a quelque chose d’aussi
pourri que l’enfer chez celui qui essaie toujours de dé-
truire son semblable ! » Malheureusement on les croise
parfois sur son chemin.

C’est pour cela à un certain moment de la vie et par


la force des circonstances. Il arrive que nous ayons une
perception erronée du monde. Nous en arrivons à croire
qu’il n’y a pas assez de richesse pour tout le monde. Qu’il
n’y a plus d’espoir. Que les riches actuels du monde se
sont déjà accaparés de toutes les richesses qu’il n’en reste
plus assez pour nous. Ceci n’est que l’illusion d’une mau-
vaise forme de penser du type petit poisson.

149
Lorsqu’une porte se ferme, un autre plus
large s’ouvre

Voici un exemple qu’il convient de donner pour vous


encourager et non pour se plaindre. J’avais une pharma-
cie bien localisée dans un quartier chic de la ville. Elle me
rapportait suffisamment et je comptais sur cet investisse-
ment. Tout le monde croyait que cette pharmacie devrait
appartenir à un général ce qui m’épargnait des tracasse-
ries qui sont monnaie courante en Afrique. Car les géné-
raux sont intouchables dans ce pays. Un jour je me fis
des ailes et me présentais au responsable numéro un du
pays qui régulait ce domaine. Je me croyais obtenir ses
éloges. Mais ce fut une de graves erreurs de ma vie. Ce
haut fonctionnaire s’étant aperçu que le propriétaire était
un homme quelconque et originaire d’une province de
seconde zone trouva mille et une raisons pour fermer ma
petite boîte. Il ne tarda pas d’ouvrir la sienne à. Quelques
mètres. Cette expérience bien que malheureuse fut à l’ori-
gine d’une grande percée. Car, fidèle à mon principe de
baleine, je m’étais poser une bonne question. Que puis-je
faire à cet endroit sans gêner mon bourreau ? Je décou-

150
vris une géniale idée de faire une clinique. Pour conclure
l’histoire, la clinique fut plusieurs fois plus rentable que
la pharmacie. Surtout cela ne dépendait pas de la direc-
tion de notre haut fonctionnaire. J’ai toujours été recon-
naissant qu’il ait été à l’origine de ma bénédiction. Mais
mon secret était ce que je m’étais mis dans la tête : il y a
suffisamment pour tout le monde.

151
Faites comme l’empereur Flavius Vespasien

Cette histoire m’a été racontée par un grand ami pour


qui j’ai beaucoup de respect, le Révérend Père Rodrigue
Ntungu de la congrégation des Jésuites, l’auteur du cé-
lèbre livre le droit Congolais à l’épreuve de la mobilité du
capital.

Dans les siècles passés vivait un empereur romain du


nom de Vespasien. Ayant constaté qu’il n’existait pas
des toilettes publiques dans son empire, il entreprit de
construire des toilettes publiques payantes. Ce fut une
première dans l’histoire. Son initiative se révéla très lu-
crative et il fit une bonne fortune. Mais il n’échappa pas
aux critiques de ses contemporains qui voyaient d’un
mauvais œil l’argent gagné des toilettes.

C’est alors qu’il dit cette phrase resté célèbre : « Non


olet », l’argent n’a pas d’odeur.

Il y a plein de choses qui peuvent vous rendre riche. À


moins d’être contredit par des études sérieuses vous pou-
vez devenir riche en construisant des toilettes publiques
dans votre ville.

152
J’ai compris l’importance des toilettes un jour lorsque
je visitais l’Europe. Mon premier pays était la France.
Dans toutes les villes et toutes les gares où j’avais passé,
il v avait des toilettes publiques gratuites. Je m’en servais
en bon touriste. Puis j’atterris à Milan venant de Lion.
Je devrais prendre un TGV pour Florence et j’avais des
difficultés de langue. Dans le bus qui me transportait
pour la gare, je sentis un grand désir de me soulager. Je
priais pour arriver à la gare pour trouver des toilettes pu-
bliques. Cela me prit une éternité pour arriver à la gare
ensuite pour localiser les latrines. J’étais au bout de ma
continence et je courrais en toute vitesse vers la porte les
toilettes lorsque je fus stoppé à la porte par une barrière.
Premièrement, les toilettes étaient payantes. Deuxième-
ment je n’avais pas de monnaie sur moi et il fallait trou-
ver un endroit pour faire la change car j’avais des billets
de cent euros. Troisièmement, il y avait un fil d’attente de
plus de quinze personnes devant moi. Imaginez !

C’est jour-là, je me souvins de l’empereur Vespasien


et de sa géniale initiative. Sa tradition est bien observée
jusqu’à nos jours. C’est qui est important ici c’est le fait
que ces toilettes font entrer des millions par an.

153
Sachez que toute bonne idée simple peut vous rendre
millionnaire. Tout ce que vous voyez : montre, chaus-
sures, téléphone, climatisation, télévision… Tout cela a
rendu quelqu’un millionnaire. L’argent n`a pas d’odeur

154
Les activités et les livres de l’auteur

155
Comment développer la foi pour réussir
dans les affaires

Pour l’avoir possédée (la foi), les anciens ont obtenu


un témoignage favorable. Hébreux 11 : 2. Pour devenir
millionnaire, j’avais étudié l’histoire de plusieurs million-
naires partis de rien. Il avait tous en commun une chose,
leur foi. Car toutes les circonstances qui gouvernent la vie
d’un homme sont le reflet de sa foi. C’est qui est une loi
de cause à effet. Les mêmes causes produisant toujours
les mêmes effets, ceux auront la patience de d’envelopper
la foi millionnaire aujourd’hui, seront des millionnaires
de demain.

Mais, comment développer cette foi ? C’est la meil-


leure chose que je peux vous apprendre. Alors donnez-
vous la chance de développer cette foi, joignez-nous dans
nos formations. www.istc-cd.org

Pour que vos prières soient exaucées, il faut la foi.

Or sans la foi il est impossible de lui être agréable ;


car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que

156
Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le
cherchent. Hébreux 11 : 6.

Comprenez, sans au préalable la foi aux millions vous


êtes désagréable devant Dieu. Car, il faut que vous qui
voulez le devenir croyiez d’abord que Dieu et la bénédic-
tion millionnaire existent. C’est une exigence divine pour
chercher et trouver le Dieu rémunérateur. Comment ac-
tivez et développez la foi aux millions ?

Formations sur l’affermissement de la foi des hommes


d’affaires.

157
158
159
160
161
162
163
164
165
166
167
168
169
170
Table des matières

Remerciements ………………………………………........................ 9
Introduction ………………………………………........................... 17

Première Partie
Pouvez-vous devenir millionnaire …………………………… 23
1. Cela peut prendre du temps, mais c’est possible ………27
Principe à retenir n°1 ……………………………………………. 32
2. Vous n’avez pas besoin de vendre
votre âme ou de sacrifier quelqu’un ………………………. 33
Principe à retenir n°2 ……………………………………………. 35
3. Cela ne vous empêchera pas d’être
un bon chrétien ou d’aller au ciel ………………………….. 36
Principe à retenir n°3 ……………………………………………. 39
4. Vous avez besoin de savoir qui est un millionnaire
et comment on fait pour le devenir ……………………….. 40
Principe à retenir n°4 ……………………………………………. 47

171
Deuxième Partie
Les étapes vers le million ………………………………………… 49

1. La réflexion : Qu’ont de plus que moi


ceux qui deviennent millionnaires ………………………… 53
Príncipe à retenir n°1 …………………………………………… 64
2. La prise de conscience : Dieu a donné à chacun
de nous le pouvoir de devenir riche ………………………. 65
Príncipe à retenir n°2 …………………………………………… 67
3. Interagir avec un millionnaire
peut changer votre vie …………………………………………… 68
Príncipe à retenir n°3 ……………………………………………. 73
4. Créer un rêve millionnaire : pourquoi pas ? …………… 74
Príncipe à retenir n°4 ……………………………………………. 79
5. Cultiver la foi ou l’Esprit millionnaire …………………… 80
Príncipe à retenir n°5 ……………………………………………. 92
6. Forgez et vous deviendrez forgeron ………………………. 93
Príncipe à retenir n°6 ……………………………………………. 96

172
Troisième Partie

Les vérités qu’il faut savoir avant de mourir pauvre… 97


1. La pauvreté est une honte et une maladie ………………. 99
Príncipe à retenir n°1 ………………………………………….. 103
2. La Pauvreté ne doit pas être soulagée, mais guérie …. 104
Príncipe à retenir n°2 ………………………………………….. 112
3. Ni votre père, ni votre mère, ni votre curé,
ni votre pasteur ne peuvent vous l’apprendre ………. 113
Príncipe à retenir n°3 ………………………………………….. 116
4. La pauvreté est une tradition
qui passe d’un pauvre à un autre ………………………….. 117
Príncipe à retenir n°4 ………………………………………….. 119
5. Le salaire ne fera pas de vous
un millionnaire, il faut entreprendre ……………………. 120
Príncipe à retenir n°5 ………………………………………….. 124

173
Quatrième Partie
Réveillez le millionnaire qui est en vous ……………….. 127

1. L’histoire de votre ami millionnaire ……………………. 130


Príncipe à retenir n°1 ………………………………………….. 135
2. 2. Sortir du lot des pauvres ………………………………….. 136
Príncipe à retenir n°2 ………………………………………….. 138
3. Votre vie vous appartient …………………………………….. 139
Príncipe à retenir n°3 ………………………………………….. 141
4. Changement de paradigme, c’est maintenant ………. 142
Príncipe à retenir n°4 ………………………………………….. 144

Les petites histoires qui peuvent vous inspirer …………. 149


Les activités et les ouvrages de l’auteur …………………… 157

174
175
176
177
178