Vous êtes sur la page 1sur 16

Université de Blida 1/Dépt d’Electronique Année 2018-2019

Licence Télécom/ 3ème année Semestre 5

Cours : Communications Analogiques

Contenu de la matière :

Chapitre 1. Notions de base en radiofréquence : (1 semaine)


Chaînes de transmission analogiques, Bandes de fréquences, bande passante, longueur d’onde et puissance, L’échelle
des décibels.

Chapitre 2. Les composants d’une chaine de transmission : (3 semaines)


Les oscillateurs RLC, à quartz, VCO et PLL ; Récepteurs superhétérodynes, amplificateurs, filtres, mélangeurs.

Chapitre 3. La modulation et démodulation d'amplitude : (2 semaines)


Généralités (Chaîne de transmission et Canal de transmission), Définition et nécessité de modulation, Principe, Allure
du signal modulé. Paramètres (indice de modulation), Sur-modulation, Différents types de modulations d’amplitude
(sans porteuse, à bande latérale unique), Spectres et largeur de bande, Puissance, Taux de modulation, La
démodulation par détection d’enveloppe, La démodulation synchrone ou cohérente, Démodulation et bruit.

Chapitre 4. Les modulations et démodulations angulaires et démodulation de fréquence et de phase


(2 semaines)
Principe et paramètres de la modulation de fréquence, Allure du signal modulé FM, Spectre et fonctions de Bessel,
Largeur de bande, Démodulations FM (dérivation et détection d’enveloppe), Analogie avec la modulation de phase ou
PM, Relation entre la modulation de fréquence et de phase, Comparaisons entre modulations angulaires (FM et PM) et
modulation AM (Bande passante, Puissance et sensibilité aux bruits).

Chapitre 5. Performances des différentes modulations en présence du bruit :


(2 semaines)
Introduction, Bruit additif (AWGN) et rapport signal à bruit (SNR), Rapport Signal à Bruit sur les liaisons en bande de
base, Rapport Signal à Bruit en modulation d’amplitude, Rapport Signal à Bruit en modulation de fréquence, Rapport
Signal à Bruit en modulation de phase, Effets de l’Intermodulation (IM), Ordre de l’IM, types et mesure de
l’intermodulation, Réduction de l’intermodulation.

Chapitre 6. Récepteurs superhétérodynes : (3 semaines)


Structure d’un récepteur AM classique, Mélangeur, superhétérodyne, Filtres à fréquence intermédiaire (FI), Problème
de fréquence image et solution avec l’amplificateur RF (Radio fréquence) de l’entrée, Commande automatique de la
fréquence (CAF), Commande automatique du gain de l’amplificateur RF.

Chapitre 7. Boucle à verrouillage de phase (PLL) : (2 semaines)


Principe de fonctionnement, Gain de boucle, Plage de poursuite, Plage d'accrochage, Fonctionnement dynamique
d'une boucle du 1er ordre et du 2ème ordre, Applications : synchronisation, Application à la modulation et
démodulation de fréquence, synthétiseurs de fréquence.

Mode d’évaluation : Contrôle continu : 40% ; Examen : 60%.

1
Université de Blida 1/Dépt d’Electronique Année 2018-2019
Licence Télécom/ 3ème année Semestre 5

Cours : Communications Analogiques

Chapitre 1 : Notions de base en radiofréquence

 Introduction :
Le rôle des télécommunications de manière générale est de transmettre des informations entre différents utilisateurs et
de leur permettre de dialoguer. Ces informations peuvent provenir de sources ou capteurs de natures physiques
variables, sous forme analogique ou numérique (voix, caméra vidéo, signaux analogiques issus d’antennes…etc.).
Ces informations vont être transmises par le biais de supports de transmission divers non parfaits, sensibles aux bruits
et aux capacités de transmission limitées tel que :
 l’air (propagation en espace libre)
 les lignes métalliques (tels que les paire torsadées, câbles coaxiaux)
 les guides d'ondes
 lignes à micro ruban
 les fibres optiques

En analogique, ces informations seront transmises vers différents blocs de réception tels haut-parleur, écran de
télévision, récepteur radiofréquence analogique, talkie-walkie …etc.).

 Synoptique d'une chaîne de transmission analogique

Un système de télécommunication comme est composé principalement d’un émetteur, d’un canal de transmission
et d’un récepteur.

Le message transmis 𝑚(𝑡) provient d’une source qui peut être de nature analogique (par exemple, la voix) ou
numérique (une source de données, par exemple). L’émetteur (transmiter) transforme le
message (appelé également le signal modulant) de manière à faciliter sa transmission dans le canal. Il effectue,
entre autre, la modulation du message pour produire le signal modulé transmis 𝑠(𝑡) (voir cours modulation)
Le canal de transmission représente le support de transmission qui achemine l’information entre l’émetteur et le
récepteur. Ce canal peut être :

 un support filaire comme les paires torsadés, les câbles coaxiaux, les fibres optiques ou guides d’ondes).

2
Université de Blida 1/Dépt d’Electronique Année 2018-2019
Licence Télécom/ 3ème année Semestre 5

Cours : Communications Analogiques

 sans-fil où la transmission se fait dans l’air comme dans le cas de la radio diffusion .

D’une manière ou d’une autre, le canal de transmission perturbe la transmission du signal modulé à cause des
phénomènes des pertes en puissance, des sources de bruit ou des interférences. Le signal modulé reçu 𝑟(𝑡) est le
signal à la sortie du canal ou l’entrée du récepteur (receiver). Le récepteur effectue généralement plusieurs
opérations dont celle de démodulation du signal reçu ( voir cours modulation). Sa tâche principale est de fournir une
valeur estimée, 𝑚
̂ (𝑡) du message transmis 𝑚(𝑡) .

En analogique le signal 𝑚(𝑡) peut être de la parole, de la musique, de la vidéo, des signaux radiofréquence provenant
de l’espace par exemple…etc.

 Quelques rappels :
 Les ondes électromagnétiques

Une onde électromagnétique comporte à la fois un champ électrique et un champ magnétique oscillant à la même
fréquence. Ces deux champs, perpendiculaires l’un par rapport à l’autre se propagent dans un milieu selon une
direction orthogonale

3
Université de Blida 1/Dépt d’Electronique Année 2018-2019
Licence Télécom/ 3ème année Semestre 5

Cours : Communications Analogiques

l’exemple ci-dessus concerne la proâgation dans un cable coaxial.


La propagation de ces ondes s’effectue à une vitesse qui dépend du milieu considéré. Dans le vide, la vitesse de
propagation est 𝑐 = 3. 108 𝑚/𝑠 . Une onde électromagnétique est caractérisée par plusieurs grandeurs physiques :

 La longueur d’onde ( λ ) : elle exprime le caractère oscillatoire périodique de l’onde dans l’espace. C’est la
longueur d’un cycle d’une onde, la distance séparant deux crêtes successives. Elle est mesurée en mètre ou en l'un
de ses sous-multiples, les ondes électromagnétiques utilisées en télédétection spatiale ayant des longueurs d’onde
relativement courtes :

le nanomètre : 1 nm = 10−9 mètre


le micromètre : 1 μm = 10−6mètre
le centimètre : 1 cm =10−2 mètre.

 La période (𝑻) : elle représente le temps nécessaire pour que l’onde effectue un cycle. L’unité est la seconde.
 La fréquence (𝒇) : inverse de la période, elle traduit le nombre de cycles par unité de temps. Elle s’exprime
en Hertz (Hz) - un Hz équivaut à une oscillation par seconde - ou en multiples du Hertz, les ondes
électromagnétiques utilisées en télédétection spatiale ayant des fréquences très élevées :

4
Université de Blida 1/Dépt d’Electronique Année 2018-2019
Licence Télécom/ 3ème année Semestre 5

Cours : Communications Analogiques

le kilohertz : 1 kHz = 103 Hz


le mégahertz : 1 MHz = 106 Hz
le gigahertz : 1 GHz = 109 Hz

Longueur d’onde (𝜆) et fréquence sont inversement proportionnelles et unies par la relation suivante :
c
où λ = , avec :
f

c : vitesse de la lumière (3. 108 𝑚/𝑠)


f : la fréquence de l’onde

Par conséquent, plus la longueur d'onde est petite, plus la fréquence est élevée, et réciproquement.

 Bande passante d’un canal de propagation :

La carracteristique principale d’un support de transmission est sa bande passante . D'une manière générale, la bande
passante est l'ensemble des fréquences pour lesquelles la réponse d'un système électronique (appareil de mesure tels
qu’un oscilloscope ou analyseur de spectre, support de transmission, amplificateur, filtre, une antenne….etc.) est
supérieure à un minimum.
La transmission d'un signal par tout support de transmission (paire téléphonique, câble, canal hertzien, fibre
optique…etc.) ne se fait pas sans une certaine atténuation. Et l'atténuation varie avec la fréquence du signal et la
qualité des supports.

𝑈𝑠
Le rapport 𝑇 = 𝑈𝑒 des tensions d'entrée et de sortie s'affaiblit généralement pour les fréquences extrêmes comme

ceci :

5
Université de Blida 1/Dépt d’Electronique Année 2018-2019
Licence Télécom/ 3ème année Semestre 5

Cours : Communications Analogiques

On convient d'appeler "bande passante" l'intervalle de fréquences dans lequel l'atténuation de la puissance du signal
est inférieure à un rapport 1/2. C'est la bande passante à demi-puissance ou bande passante à −3𝑑𝐵.
De manière plus générale, la bande passante à −𝑥 dB est la gamme de fréquences où le gain du system (du filtre) est
supérieur au gain maximum divisé par 10𝑥/20 , par exemple pour -3dB : 100,15 =√2 = 1,414 . Les points (fréquences)
extrêmes de la bande passante sont appelés fréquences de coupure ou pulsations de coupures ( si on multiplie le
fréquence par 2 𝜋)

 Allocation du spectre électromagnétique

Les différents systèmes de télécommunications doivent se partager la ressource radioélectrique. La liste suivante
indique les services typiquement employés pour chacune des bandes de transmission.

 Echelle des décibels :

6
Université de Blida 1/Dépt d’Electronique Année 2018-2019
Licence Télécom/ 3ème année Semestre 5

Cours : Communications Analogiques

 Définition et utilisation des dB et dBm :


L’intensité acoustique : mesure le niveau sonore d’un son en décibel acoustique en dBa (ou dB SPL) (Sound Presure
Level) . Le décibel utilisé comme mesure de pression acoustique se détermine par :

NdBa = 20.log(P/Po) avec Po = 20.µPa

Po est le niveau de référence c-a-d-niveau à partirduquel l’oreille commence à percevoir un son pur de 1 kHz . Par
exemple, la pression acoustique maximale admise par le tympan est de 200 Pa, soit un niveau :
NdBa max oreille = 20 Log 200/2.10−5 = 20 Log 107 = 140 dBa

 Gain en puissance: mesure le rapport de puissances exprimé en dB


Le décibel, unité de rapport de deux puissances P1et P2 , est défini par : GdB= 10.log10(P1/P2)

Le tableau ci-contre indique la correspondance


entre quelques rapports de puissances et leur
valeur exprimée en décibels.
Ce rapport de puissance correspond à un gain ou à une
atténuation.
Par exemple, un amplificateur qui fournit un signal de
100 watts en sortie lorsqu’on lui applique un signal de
100mW en entrée a un gain de : G = 10
log10 (100/0,1) = 30 dB

 Gain en tension : mesure le rapport de tensions exprimé en dB

Si deux puissances électriques P1 et P2 sont fournies successivement à une résistance R, on mesure aux
bornes de cette résistance les tensions U1 et U2. Le gain s’exprime alors par :

GdB= 10. log10 (P1/P2) = 10 log10 (U12 /U22 )= 20 log10 (U1/U2)

7
Université de Blida 1/Dépt d’Electronique Année 2018-2019
Licence Télécom/ 3ème année Semestre 5

Cours : Communications Analogiques

Tension : le niveau de tension peut s’exprimer en décibel (dBm, dBW, dBu …). Si l’on se fixe une tension
de référence Uo (ou une puissance de référence Po sur une résistance Ro), une tension U peut s’exprimer par
rapport à cette tension de référence. On parle alors de niveau qui se calcule par :

N = 20 log10 (U/Uo)

L’unité dans laquelle s’exprime le niveau dépend dela grandeur de référence :

8
Université de Blida 1/Dépt d’Electronique Année 2018-2019
Licence Télécom/ 3ème année Semestre 5

Cours : Communications Analogiques

Application : Une unité très utilisée dans les mesures radiofréquences est le dBm qui exprime un niveau par rapport à
une puissance de : Po = 1 mW sur 50 ohms

L’utilisation des gains et des


niveaux en dBm ( ou dBu) est
très intéressante dans une
chaîne, tous les calculs
successifs se faisant par simple
addition.

9
Université de Blida 1/Dépt d’Electronique Année 2018-2019
Licence Télécom/ 3ème année Semestre 5

Cours : Communications Analogiques

Additif au cours :

 Fréquence de porteuse et taille de l’antenne :

Une antenne a une fréquence de résonance liée à la dimension du brin actif . Sa longueur est typiquement égale au
quart de la longueur d’onde : l=𝛌/4=𝛌/4fo puisque 𝛌=c/fo c=300000 Km/s. Donc, en travaillant à une fréquence fo
élevée, l’antenne sera donc de taille réduite.

Deux antennes pylônes de 350m de


haut diffusant les programmes d’une
chaine de radiodiffusion à 162 kHz Antenne TV-UHF: 400 à 800 MHz et λ≈50cm
(λ=1852 m)

Le mobile GSM de la figure (qu’on tient dans la main) contient 3 antennes différentes :

 la bande GSM autourde 900MHz,


 la bande DCS autour de 1,8GHz et
 la bande Bluetooth autour de 2,45 GHz

 Transposition de fréquence :

Les signaux basse fréquence BF (signaux audio) ne peuvent pas être directement transmis en bande de base car ils
ne´nécessitent de trop grandes antennes. Le but de la transposition de fréquence est donc de décaler le signal à
émettre vers les hautes fréquences afin d’avoir des antennes émettrices de dimensions raisonnables. On définit :

10
Université de Blida 1/Dépt d’Electronique Année 2018-2019
Licence Télécom/ 3ème année Semestre 5

Cours : Communications Analogiques

 La fréquence porteuse : la fréquence à laquelle se fait l’émission en HF car elle transporte


l’information BF.
 le signal modulé : le signal transmis en HF
 le signal modulant : le signal à transmettre

 Chaine de transmission analogique :

- la source fournit l’information sous la forme d’un signal analogique ou numérique


- l’émetteur inscrit cette information sur une porteuse sinusoïdale de fréquence 𝑓0: c’est la modulation
- ce signal électrique modulé est transformé en onde électromagnétique par l’antenne
- le canal est l’espace libre entre l’antenne d’émission et de réception dans lequel se propage l’onde
électromagnétique
- le récepteur sélectionne la fréquence de la porteuse et démodule l’information qui y est inscrite
- l’information est restituée avec une dégradation liée aux qualités de l’émetteur, du récepteur et des
perturbations du canal.

11
Université de Blida 1/Dépt d’Electronique Année 2018-2019
Licence Télécom/ 3ème année Semestre 5

Cours : Communications Analogiques

 Transposition de fréquence :

Représentions temporelle :

Le signal porteuse est noté :

Le signal modulant est noté 𝑚(𝑡)


Le signal à la sortie du multiplieur ( appelé aussi :
multiplieur analogique ou modulateur ou encore
mélangeur (mixer) ) est :

 Cas d’un signal modulant sinusoïdal

avec

Le signal modulé s’écrit :

Représentation spectrale :
Pour déterminer le spectre de 𝑠(𝑡), Il faut décomposer 𝑠(𝑡) en une somme de signaux sinusoïdaux. Grâce à la
relation de trigonométrie :
𝐴×𝐵
𝐴𝑐𝑜𝑠(𝛼) × 𝐵𝑐𝑜𝑠(𝛽) = cos(𝛼 + 𝛽) × cos(𝛼 − 𝛽)
2
on obtient :

12
Université de Blida 1/Dépt d’Electronique Année 2018-2019
Licence Télécom/ 3ème année Semestre 5

Cours : Communications Analogiques

Le spectre d’amplitude du signal 𝑠(𝑡) est donc constitué de deux raies symétriques situées aux fréquences 𝑓0 − 𝑓𝑚 et
𝑓0 + 𝑓𝑚 . De plus, il n’y a pas de composante spectrale a la fréquence 𝑓0 de la porteuse.

Le signal résultant est un signal à bande étroite,


centre autour de la fréquence 𝑓0 de la porteuse.
Le but de la transposition est atteint : le signal
BF est transformé en un signal HF.

Example: A 2500 kHz carrier is modulated by audio signal with frequency span of 50 −15000 Hz. What are the
frequencies of lower and upper sidebands ? What bandwidth of RF amplifier is required to handle the output ?

 Cas d’un signal modulant quelconque : 𝑚(𝑡) est un signal quelconque

13
Université de Blida 1/Dépt d’Electronique Année 2018-2019
Licence Télécom/ 3ème année Semestre 5

Cours : Communications Analogiques

Le spectre d’amplitude du signal transposé est constitué de deux bandes symétriques, centrées autour de 𝑓0 :
la bande latérale inferieure(BLI) et la bande latérale supérieure (BLS). L’occupation spectrale du signal
résultant est :
𝐵𝑠 = (𝑓0 + 𝐵𝑚 ) − (𝑓0 − 𝐵𝑚 )) =2 × 𝐵𝑚
La transmission d’un signal en modulation AM-DBSP nécessite donc une largeur de bande double de celle
du signal modulant.

14
Université de Blida 1/Dépt d’Electronique Année 2018-2019
Licence Télécom/ 3ème année Semestre 5

Cours : Communications Analogiques

TD N°1 (Rappels)

1) Répondre aux questions suivantes :


 Quelle est la longueur d'onde d'un signal de 10 MHz ?
 Quelle est la fréquence d'un signal dont la longueur d'onde est 69 cm ?
 Quelle est la fréquence d'un signal dont la période dure 2 millisecondes ?
 Quelle est la pulsation d'un signal dont la fréquence est de 14 MHz ?

2) Quelles sont les bandes de fréquences correspondant aux ondes centimétriques et aux ondes
millimétriques.

3) Combien de temps dure ce signal ?

f = 15 kHz

Quelle en est sa pulsation ?

4) Quel est le rapport en vraie grandeur des rapports A/B exprimés en dB ? ((A/B)dB = 10 log10(A/B))

Valeur en décibel Rapport en nombre naturel

3 dB
10 dB
-3 dB
-20 dB
103 dB
77 dB

15
Université de Blida 1/Dépt d’Electronique Année 2018-2019
Licence Télécom/ 3ème année Semestre 5

Cours : Communications Analogiques

TD N°1 (suite)

5)
 Une puissance de 1 W est envoyée dans un atténuateur 12 dB. Quelle est la puissance en sortie ?
 On a mesuré une puissance de 13 dBm. Quelle est la puissance correspondante en W ?
 Si la puissance mesurée sur une ligne de transmission est de 0,05 mW, quelle est la puissance
exprimée en dBm ?
 Quelle est la valeur de la tension en dBmV lorsque la tension a pour valeur 2,5 V ?
 L’atténuation du câble RG213U est de 19 dB/100 m à 1,5 GHz. Sachant que la puissance à
l’entrée est Pe = 1 W, calculer la puissance à la sortie Ps pour un câble de longueur égale à 10 m.
 Calculer le gain (en dB) d’un amplificateur sachant que la puissance à l’entrée est Pe = 100 mW
et que la puissance à sa sortie est Ps = 3,2 W
 Soit un circuit amplificateur comportant 3 étages. Chaque étage multiplie la puissance par 4.
Quel est le gain total du circuit en dB ?
 La tension d’entrée d’un amplificateur est de 25 mV et celle de sortie est de 150 mV. Quel est le
gain de cet amplificateur en dB ?
 La puissance fournie à l’entrée d’un amplificateur de gain 22 dB est Pe = −5 dBm. Calculer la
puissance en dBm à la sortie de l’amplificateur et les puissances en watt à l’entrée et à la sortie
de l’amplificateur.

6) L’atténuation de la lumière dans les fibres optiques est due à l’absorption et à la diffusion par le matériau
constitutif du cœur, en général en silice et par ses impuretés (fer, cuivre,..). On la mesure couramment en
Φ
décibel par kilomètre : 𝐴𝑑𝐵/𝑘𝑚 = 10 𝑙𝑜𝑔 (Φentrant ) où Φ désigne le flux lumineux. Cette atténuation
sortant

dépend de la longueur d’onde de la lumière envoyée dans la fibre.


 Pour de la lumière rouge𝜆 = 800𝑛𝑚, et 𝐴 = 1, 2 𝑑𝐵/𝑘𝑚. Au bout de combien de kilomètres
restera-t-il 10% du flux incident ?
 Même question dans l’infrarouge à 1300nm où 𝐴 = 0, 4 𝑑𝐵/𝑘𝑚 et à 1550nm où A = 0, 25
dB/km ? En pratique, les lasers employés dans les télécommunications sont conçus pour émettre
autour de 1550nm, à votre avis pourquoi.

16