Vous êtes sur la page 1sur 4

d"cb

MAYAN HAIM
Le dévoilement de l’homme ou l’homme face à sa vérité (Elie LELLOUCHE) - Une longue rééducation spirituelle (Yo’hanan NATANSON) -
Une spiritualité débordante (Michaël SOSKIN) -Comment rechercher Dieu (Menahem ZENNADI)

PARACHAT METSORA
Un
Samedi Beth
13 AVRIL 2019
MAYAN HAIM
Hamidrach
8 NISSAN 5779 parisien EDITION
entrée chabat : 20h19
sortie chabat : 21h29

LE DÉVOILEMENT DE LA PROVIDENCE OU L’HOMME FACE A SA VÉRITÉ ESSENTIELLE


Rav Elie LELLOUCHE

Plusieurs raisons ont été avancées par nos Maîtres pour justifier la Hagada, il est question de Grandes terreurs au pluriel (Moraim
le qualificatif de Grand Chabbath attribué au Chabbath précédant Guédolim). Cela signifie que le dévoilement de La Providence Divine
Pessa’h. L’une d’entre elles tient à l’expression employée par l’avant- qui s’opéra précisément au milieu de la nuit de ce 15 Nissan 2448, eut
dernier verset de la Haftara que nous lisons ce jour-là. Hachem y un double effet; la mort des premiers-nés égyptiens et la survie des
déclare par le biais du dernier des prophètes, le prophète Mala’khi premiers-nés chez les Béné Israël.
(Mala’khi 3,23): «Voici je vous enverrai Éliya le prophète, avant que
n’arrive le jour d’Hachem grand et redoutable». Pour le Maté Moché, Ce dévoilement, comme le développe le Chem MiShmouel, ne
rapportant le Maharchal, c’est le terme «grand», utilisé par ce verset constitua pas, à proprement parler, une plaie s’abattant directement
pour qualifier le jour de la Délivrance Future, qui explique ce nom de sur l’élite de la société égyptienne. Simplement, la manifestation
Chabbath HaGadol. Cependant ce grand jour attendu de la Guéoula soudaine de la présence divine au sein de toute collectivité humaine
est également appelé redoutable. Le début de la Haftara, lui-même, renvoie chaque être, partie prenante de cette collectivité, à sa vérité
met l’accent sur la dimension de rigueur qui prévaudra, alors, lors la plus essentielle. Cette vérité intrinsèque, à laquelle se trouve
de cette Délivrance finale. Ainsi, au verset 5 du même chapitre, confronté l’homme, placé brusquement face à son Créateur, met,
Hachem annonce à son peuple, après lui avoir adressé des paroles alors, en jeu la réalité même de sa présence sur terre. En ce sens, la
réconfortantes: «Je m’approcherai de vous pour faire justice et je plaie qui frappa les premiers-nés constitua un test aussi bien pour les
serai un témoin empressé» (Mala’khi 3,5). égyptiens que pour les Béné Israël. Et c’est parce qu’ils supportèrent,
déterminés à suivre Hachem et après s’être pliés fidèlement aux
Comme le relève le Rav Wolbe, ces termes sembleraient plus injonctions de Moché quant au rituel du Korban Pessa’h et sa
appropriés à la période des jours redoutables, menant de Roch consommation à l’intérieur de leurs maisons, ce dévoilement puissant
HaChana à Yom Kippour, qu’à celle de notre libération de l’esclavage de La Providence Divine, que les Béné Israël eurent conscience de
égyptien. En réalité, néanmoins, souligne le fondateur de la Yéchiva devenir un grand peuple.
Beer Yaacov, le jour de la Délivrance, loin d’être un moment qui nous
confinera dans un rôle de témoins passifs, nous appellera à une C’est là qu’ils acquirent cette stature qui leur permit de défier la
introspection déterminante. C’est le sens de l’interprétation de nos nature et ses aléas, allant jusqu’à suivre leur D-ieu, au milieu d’un
Sages, rapportée par la Hagada, relative à l’expression OuVMora désert inculte. Car les plaies, envoyées l’une après l’autre en Égypte,
Gadol, littéralement avec une grande terreur, tirée du texte qui était avaient, d’abord, pour objectif, d’amener progressivement, chacun
récité, lors de l’offrande des prémices à Jérusalem, du temps du des acteurs, égyptiens comme hébreux, qui furent témoins de cette
Beth HaMikdach (Dévarim 26,8). Ce texte énonce qu’Hachem nous intrusion d’Hachem dans l’Histoire, à faire face à sa vérité intérieure,
fit sortir d’Égypte d’une main puissante, d’un bras étendu et avec sa Amitat ‘Atsmo, pour reprendre l’expression de Rav Wolbe. Et c’est
une grande terreur. On s’attendrait à ce que nos Maîtres relient cette en ce sens, également, que la Délivrance Future sera ce moment, à la
grande terreur aux malheurs qui accablèrent les égyptiens lors de fois, grand et redoutable. Redoutables pour tous ceux qui, malgré les
l’envoi des dix plaies. Mais, étonnamment, il n’en est rien. signes et les appels récurrents de La Providence Divine, auront fait fi
des messages envoyés par Hachem et grand, en même temps, pour
Pour nos Sages, le Mora HaGadol fait, mystérieusement, référence le peuple d’Israël qui, ayant reconstruit sa vérité intérieure, se verra
au dévoilement de La Providence Divine que représenta la Sortie unifié, de nouveau, à l’instar de ce qui se produisit lors de la Sortie
d’Égypte. Ce dévoilement, explique Rav Wolbe, se rapporte, en d’Égypte, à son Créateur.
fait, au moment crucial de la mort des premiers-nés égyptiens. Plus
encore, dans un autre texte (Dévarim 4,34) cité comme appui par Chabbath HaGadol Mévora’kh

Article et contenu réalisés par TORAT HAIM VECHALOM - 35, rue Emile Lepeu 75011 PARIS - 01.44.93.51.50
Association reconnue d’utilité générale habilitée à recevoir les DONS et les LEGS. Directeur : Rav Elie LELLOUCHE
UNE LONGUE RÉÉDUCATION SPIRITUELLE
Yo’hanan NATANSON

Le processus extrêmement élaboré des humains, vers celui du règne Le metsora a déjà rejeté l’idée
(et inhabituel) par lequel doit animal.  mensongère d’une licence sans
passer le metsora lorsque ses Son collègue connaît un sort plus bornes. Il comprend désormais qu’il
symptômes disparaissent ne signifie funeste. Une parole sans limite ni partage certaines tendances avec
pas le retour à la vie normale, qui restriction n’a pas sa place dans la le monde végétal et animal. C’est le
n’interviendra qu’après un certain société humaine. Le désir de vivre monde qui entoure le camp d’Israël,
temps, un traitement particulier, une sans entraves, comme le suggérait et plus tard la ville de l’homme
série d’offrandes spécifiques.  Alors certain slogan d’un certain mois civilisé, mais il n’y entre pas.
seulement, on lui permettra l’accès de mai, n’est pas compatible avec Dompter le moi animal n’advient pas
au Beth haMiqdash. l’idéal collectif d’Israël.  par une soudaine illumination. Il y
Le metsora, à ce stade, doit faut un long effort, symbolisé par les
Pour le Rav Shimshon Raphael radicalement renoncer à l’idée de sept aspersions du sang de l’oiseau
Hirsch ztsl, la procédure prescrite la vie instinctive, apparemment libre sacrifié, sur la main d’après une
pas la Torah au début de notre des animaux.  opinion, sur le front d’après une autre
Parasha ne concerne qu’un aspect mais en tous cas sur les organes de
de sa situation : son appartenance, « Sacrifier » ne signifie pas la l’action et de la pensée humaines. 
sa qualité de membre de la négation des aspects matériels de
Communauté d’Israël.  notre condition. Ces tendances Le metsora doit rompre avec une
sont une partie de ce qui nous fait part de son passé. Il doit instaurer de
Le lashone har’a est un destructeur exister, et elles ne doivent pas être nouvelles habitudes en lieu et place
perfide. Il sème la dévastation dans méprisées, mais au contraire mises à des anciennes. Il est entièrement
le caractère d’un homme habitué à contribution pour le bien. Le second rasé par le Cohen. Cheveux et poils
parler d’autrui de manière négative. oiseau est mis à mort en effet, mais la constituent une sorte de barrière
La personne qui est l’objet de ces Torah précise que ce doit être « dans protectrice, dont il doit se dépouiller
médisances sera peut-être blessée, un ustensile de poterie, sur de l’eau pour se rendre plus sensible aux
ou pire. Ce serait cependant une vive. » (14,5) Cette eau de source, besoins d’autrui. (il est intéressant
erreur de ne voir là qu’une part d’un coulant perpétuellement, symbolise de constater que la même opération
conflit interpersonnel. Là où il y a pour le Rav Hirsch la continuité de est imposée lors de l’initiation du
lashone har’a, c’est l’intégrité de la vie humaine, l’immortalité de son Lévi, qui du fait de sa mission, doit
toute la Kehilla qui est à l’épreuve! âme. Pendant son séjour dans ce se rendre attentif aux besoins du
Le lien qui fonde la cohésion monde, cette âme est associée à peuple). 
communautaire est affaibli, comme un « ustensile de poterie » qui est C’est ainsi que, progressivement, le
rongé par une corrosion interne.  appelé à s’élever et à élever le metsora est de nouveau admis dans
monde avec lui.  la compagnie des hommes.  Pas
C’est pourquoi le metsora est C’est le premier oiseau qui nous encore en tant que membre à part
banni de la Communauté, envoyé renseigne sur cette dimension de entière. Il n’a pas accès au Beth
à l’extérieur du camp, privé de canalisation des instincts animaux. Il haMiqdash pendant sept jours
toute compagnie humaine.  Lorsqu’il est amené avec « du bois de cèdre, supplémentaires, au cours desquels
commence à s’améliorer, il peut [Une languette de laine teintée il pourra méditer sur la valeur de
entreprendre une rééducation.  (Rashi) de] l’écarlate d’un ver et de la participation à la mission sainte
Deux oiseaux occupent les premiers l’hysope. » (14,4)  confiée à Israël, dont il est encore
rôles dans les versets qui ouvrent Rashi explique : « Et du bois de exclu.  Il faudra encore un rasage
la Parasha. Ce ne sont pas des cèdre : Parce que les affections complet, et les offrandes du huitième
oiseaux domestiques. Ils sont sont engendrées par l’orgueil. Et de jour, pour que le processus de
sauvages au contraire, et aussi l’écarlate d’un ver et de l’hysope: rééducation s’achève enfin. 
libres « dans la maison que dans le Quel est le moyen de sa guérison? Nous n’avons plus de Beth
champ ». Les maisons, la civilisation, Qu’il s’abaisse de son orgueil haMiqdash (qu’il soit très bientôt
la société ne signifient rien pour comme un ver et comme l’hysope. »  reconstruit!), ni la possibilité de nous
eux. Il ne connaissent qu’une liberté Le cèdre est un arbre majestueux, purifier, de nous rééduquer, et de
indomptée, et sont essentiellement l’hysope une plante de taille très comprendre vraiment la valeur de
asociaux.  Ils nous rappellent les modeste. Le mouton dont on teint la la mission que la Créateur nous a
deux boucs de Yom Kippour. Ils sont laine est imposant comparé au ver. confiée ! 
identiques, et l’un est sacrifié tandis Considérés ensemble, ces créatures
que l’autre est envoyé loin des lieux représentent les pôles extrêmes Cependant, Rabbi Yehoshoua ben
habités.  des règnes animaux et végétaux. Lévi observe que la Torah emploie
Mais la ressemblance s’arrête là. L’oiseau du metsora resté vivant à cinq reprises la formule « Torat
Le second bouc est envoyé au appartient initialement à leur monde. hametzora », dans les chapitres
désert d’Azazel, un lieu où la vie Dès lors qu’il a sacrifié l’idée d’une relatifs aux plaies de « lèpre »
n’a que très peu de place. L’oiseau vie sans limites morales, le metsora (Wayiqra Rabba). Le Rav Elie Munk
du metsora est envoyé dans les peut élever l’oiseau vivant vers un écrit à ce sujet que « Seule la Torah,
champs qui entourent la ville, et qui niveau plus haut. Le Cohen trempe avec ses mitswot et son étude
abritent une grande variété d’être ces symboles dans le sang de fournissent un remède aux faiblesses
vivants, végétaux et animaux. En un l’oiseau sacrifié, et renvoie l’animal morales qui sont à l’origine de ces
mot, le volatile est chassé du monde vivant « sur la face du champ. »  graves maladies. »
UNE SPIRITUALITÉ DÉBORDANTE
Michaël SOSKIN

Après la description de la Tsaraat progression dans le verset : une fois (…) et piller leur possession ». Le Gaon
(traduit généralement par défaut par qu’on aime Hachem au point de pouvoir de Vilna fait remarquer qu’il y a là la
« lèpre ») chez l’homme et même sur sacrifier sa vie pour Lui, à plus forte volonté d’anéantir les quatre couches de
ses habits, notre Paracha nous décrit raison qu’on sera prêt à se ruiner pour l’homme que sont : son âme (qu’Haman
un phénomène encore plus étonnant : Lui !  voulait soumettre à la persécution
à l’époque où nos ancêtres vivaient en religieuse), son esprit (ce qui le rend
Israël, leurs maisons pouvaient elles- Il faut donc lire ce verset autrement. vivant, lui donne la sensation), son
aussi être sujettes à cette « lèpre » Cette progression vient nous apprendre corps (qu’Haman souhaitait détruire), et
(on voit ici la limite de cette traduction). que celui qui met tout son cœur dans enfin… ses possessions ! Et d’expliquer
L’apparition de sortes d’affections dans l’amour d’Hachem, pourra en arriver que les quatre Mitsvot de Pourim
ses murs entrainait le même processus à un niveau où sa vie entière Lui est célèbrent la survie de chacune de ces
d’évaluation par le Cohen, qui pouvait dédiée, c’est-à-dire où il ne peut même quatre parties de l’homme (mais là n’est
aller jusqu’à ordonner la destruction pas concevoir un instant de sa vie qui ne pas la sujet). Retenons que ce que
de la maison. Voilà qui confirme que serait pas à Son service. Pour celui qui l’homme possède, c’est une partie de lui.
la Tsaraat n’est pas une maladie a atteint ce niveau, le stade suivant est On comprend donc que le travail spirituel
naturelle. Nos Sages nous disent que cette ferveur se fera sentir même d’un homme peut avoir une influence sur
qu’elle apparaissait chez l’homme qui autour de lui, jusque chez son bétail ses possessions. 
transgresse certaines fautes comme et ce qu’il possède. C’est ainsi que le
la médisance, pour lui signaler ses Midrach (Psikta Rabati 14) relate qu’un En passant, cela nous permet également
dérapages et qu’il puisse se reprendre. homme particulièrement pieux vendit de comprendre mieux ce que nous
Le ‘Hafets ‘Haim explique d’ailleurs sa vache à un non-juif, et que celui-ci avions détaillé dans un précédent texte
qu’aujourd’hui, notre niveau spirituel a constata qu’elle refusait de travailleur au sujet des Korbanot, à savoir qu’au-
tellement baissé, qu’on ne serait même pendant Chabbat. Il en fut tellement delà du sacrifice de la bête, l’objectif est
pas sensibles à ce genre de signaux, ce impressionné qu’il se convertit. Voilà, avant tout d’amener son propriétaire à
qui explique qu’ils ne nous soient pas dit Rav Itta’h, ce à quoi fait allusion la sacrifier une partie de lui-même, de se
envoyés.  Torah lorsqu’elle nous demande de faire faire petit et ainsi de se rapprocher du
Chabbat « afin que se repose notre âne Tout Puissant. Voilà pourquoi celui qui
Si l’on peut admettre qu’un mauvais », c’est-à-dire d’une manière si intense amène un sacrifice doit être propriétaire
comportement puisse rendre l’homme que même nos animaux en soient de la bête. 
malade, il est plus difficile de comprendre influencés. 
comment la faute pourrait aller jusqu’à Et si cette influence spirituelle sur ce
affecter physiquement ses habits et sa Bien sûr, ce principe s’applique dans que l’on possède marche dans un sens
maison. Tentons de le comprendre en toutes les mitsvot. La guemara (Houlin positif d’élévation, il doit en être de même
exposant le mécanisme opposé.  7a-b) rapporte que l’âne de Rabbi dans le sens de la dégradation. Si l’on
Rav Itta’h (Yeerav Alav Si’hi, parachat Pin’has ben Yair refusa catégoriquement observe par exemple le commandement
Michpatim), s’interroge à propos d’un de manger l’orge que l’aubergiste lui de détruire Amalek, on peut s’interroger
verset qui nous dit que nous devons apporta, jusqu’à ce que son maître sur la raison pour laquelle il inclut aussi
respecter Chabbat « afin que se repose interroge l’aubergiste et se rende la destruction de ses troupeaux ! Qu’a
ton bœuf et ton âne (…) » (Chemot compte qu’il n’en avait pas prélevé la fait le mouton amalécite pour mériter
23,12). La fonction de Chabbat est-elle dîme, suite à quoi l’âne consentit à d’être exécuté ? Mais il faut en déduire
réellement le repos de nos animaux ? s’alimenter.  que la Torah considère que le poison
Pour répondre à cette question, il faut spirituel que représente Amalek est si
en poser une autre, que tout celui qui On peut suggérer que ce qui permet fort qu’il va jusqu’à contaminer ce qu’il
récite le Chema doit se poser. Dans cette influence spirituelle, c’est la possède –car le mouton de l’Amalécite
le premier verset, nous disons : « Tu propriété. Lorsque l’homme acquiert un est aussi une partie, une extension de
aimeras Hachem ton D.ieu de tout ton bien, il s’investit dedans au point qu’il fait lui-même. 
cœur, de toute ton âme et de tous tes en quelque sorte partie de lui. La Tora
moyens ». « De toute ton âme », cela emploie le terme « damim », qui rappelle C’est ainsi que l’on peut comprendre
implique, indiquent nos Sages que le sang (« dam ») pour parler de l’argent, que la médisance détruit l’homme qui se
nous devons même nous sacrifier pour comme si celui-ci était partie intégrante rabaisse à la pratiquer, d’abord par des
l’amour d’Hachem. Mais est-ce bien vrai de la personne et de sa vitalité –au point affections sur son propre corps, mais
? Pourtant, l’amour d’Hachem ne fait que le pauvre est considéré comme mort aussi in fine sur ses habits, et sa maison,
pas partie des trois commandements (Nedarim 64b). Dans la Meguilat Esther qui sont en réalité un prolongement de
pour lesquelles (en temps normal) il (3,13) le projet d’extermination des Juifs sa personne.
faut mourir plutôt que de transgresser. par Haman est détaillé : il s’agissait de
De plus, comment comprendre la « persécuter, tuer, effacer tous les Juifs
COMMENT RECHERCHER DIEU
Ménahem ZENNADI

Il est écrit dans le livre de Devarim dire que de même qu’une synagogue est Si on mesurait la portée de nos prières 
que Hachem notre Dieu est présent considéré comme un petit sanctuaire, de à Dieu À l’identique des demandes
toutes les fois où nous l’invoquons.  même l’être humain peut être considéré qu’on lui exprime comme lorsque l’on
comme un petit Michkan. Ainsi, la sainteté demande la réussite financière, la
Le ‘Hafets ‘Haim avait l’habitude de que l’on retrouve dans la synagogue santé,.... on prendrait alors conscience
conseiller à chacun de s’isoler dans un se retrouve en chaque personne. de l’importance des bénédictions, et
coin et de se mettre à parler avec Dieu de la nécessité de répondre amen. 
avec des paroles provenant du cœur Cela peut s’illustrer dans la prière, La réponse du Amen que l’on apporte à une
comme un fils peut le faire avec son avec la gradation que produit chacun bénédiction pourrait illustrer en quelque
père, et de lui demander en des mots des passages de notre prière le sorte la signature de celle ci, et d’une
simples d’avoir pitié de lui et d’agir matin en passant par pessouke certaine façon la possibilité de sa réalisation.
envers lui avec bonté. Ainsi, il avait la dezimra, Baroukh cheamar, Chema, ...
garantie que Dieu écouterait sa demande. Ainsi, en arrivant au moment de la Pour corroborer notre idée, il y a un interdit
amida, qui pourrait être décrit comme le de parler pendant la lecture de la Torah.
Dans le Choulhane Arouk’h, il est précisé summum de notre Téfila, on se retrouve Un passage de la Bible demande
que l’on doit dire amen quand l’officiant avec une proximité telle que cela peut une révérence explicite au sein de la
récite la prière, et on dit amen à chacune être comparé à un tête-à-tête avec Dieu. synagogue–sanctuaire. En effet, il est
des bénédictions finales, et dans ce écrit : « c’est mon sanctuaire et vous me
cadre il est préférable que l’assemblée Selon un avis, la répétition de la craindrez, je suis Dieu » vayikra 19,30
garde le silence et dirige son esprit vers Amida doit être suivi mot à mot afin
les bénédictions de l’officiant. (d’ailleurs d’accentuer ce rapprochement avec Dieu. Enfin, quand l’officiant répète la Amida
si nous ne sommes pas neuf personnes à voix haute, les fidèles doivent rester
à répondre à la bénédiction celle-ci peut À l’exemple d’Abraham qui a recherché silencieux et prêter attention aux différentes
être considéré comme une bénédiction Dieu et l’a trouvé, tout en étant convaincu bénédictions réciter par l’officiant.
vaine - cité par le Rav Yossef Caro) depuis son plus jeune âge que le monde
avait nécessairement un chef de bord. Dans le Michna Béroura, il est même
Selon le Michna beroura cité au sehif 5, il C’est pourquoi il est nécessaire que précisé qu’il est préférable d’éviter d’étudier
est interdit de dire des paroles profanes dans les moments que représente et que des paroles d’étude à ce moment
lors de la Téfila. la répétition de la Amida, nous nous précis peuvent même être considéré
concentrons particulièrement sur ce comme vaine, car du fait du comportement
Suivant un aspect symbolique, au rendez-vous unique avec Dieu et de cette personne à son étude et en
moment de chaque bénédiction, c’est- répondons que «son nom soit béni». conséquence passablement déconnecté
à-dire à chaque moment où l’on bénit le Ainsi Dieu exaucera nos demandes.  de sa prière, il est susceptible d’entraîner
nom de dieu, chaque juif doit être fier de les autres à perdre leur concentration.
pouvoir répondre à cette bénédiction, Une réflexion du Maharal dit que à
car en tant que juif pratiquant nous la conception de l’homme, Dieu s’est Le Rav Elimelekh de Lisensk avait
sommes l’étendard du monde, et en contracté pour que l’homme puisse vivre. pour habitude de regarder son livre
répondant amen à une bénédiction nous Aussi, si Dieu qui est infini a su se faire petit, et de répondre amen de toutes ses
proclamons la royauté de Dieu sur Terre. à plus forte raison nous qui sommes des forces, comme lors de la lecture de
êtres finis devons apprendre à savoir nous la meguila ou de celle de la Torah. 
De même que à Roch Hachana, moment faire petit, ou dit autrement être humble.
de prière intense, la proximité avec En conclusion, on peut dire qu’il est
Dieu est plus forte, de même à chaque Ainsi, de même il en va de l’homme indispensable à chacun d’écouter chacune
moment de la semaine et par nos efforts qui ne connaît pas sa place ne des bénédictions et de suivre mot à mot
dans la prière, il est possible d’avoir pourra connaître ses défauts et il en la prière de tout son long. Ce que nous
une proximité avec Dieu à l’identique. arrivera par conséquent à se tromper. souhaitons à chacun des membres de
Pour exemple, cela pourrait impliquer le notre Beit Hamidrach.
Ainsi il en va d’une comparaison que l’on fait qu’il ne soit pas heureux car il ne se
peut trouver intéressante et qui consiste à contentera jamais de ce qu’on lui donne. 

ÉDITION SPÉCIALE BAR MITSVA

Ce feuillet d’étude est offert en l’honneur de la Bar Mitsva de

Benjamin Yaacov DAIAN

Vous aimerez peut-être aussi