Vous êtes sur la page 1sur 20

Chapitre 5 : le réseau LTE : généralités

Dr. Mohamed Laaraiedh

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 1

Pourquoi ce cours ? ?

• Comprendre la logique d'évolution vers LTE


• Comprendre l'architecture LTE
• Comprendre les techniques d'accès OFDM et OFDMA

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 2


Plan

1 Évolution vers LTE

2 Architecture LTE

3 Technique d'accès OFDMA

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 3

1 Évolution versLTE

2 Architecture LTE

3 Technique d'accès OFDMA

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 4


Introduction

• LTE : Long Term Evolution


• 3GPP a commencé les travaux sur l'évolution de la
technologie cellulaire 3G avec un atelier qui a eu lieu à
Toronto au Canada en Novembre 2004.
• Les spécifications de base de la LTE sont incluses dans
la Release 8
• LTEfait partie des normes UMTS (3GPP)
• La commutation par circuits n'est plus utilisée

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 5

Introduction

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 6


Introduction

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 7

Introduction

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 8


Introduction

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 9

Objectifs LTE

• Des débits plus élevés : de 10 à 300 Mbps en DL, de 5 à 75


Mbps en UL
• Mobilité plus importante : jusqu'à 350km/h
• Réponses plus rapides : latence moyenne de 20ms et peut
descendre en dessous des 5ms en condition optimale (un
réseau UMTS a une latence moyenne de 300ms)
• Réduction du coût par bit
• Architecture simplifiée, interfaces ouvertes, plus
d'utilisateurs par cellule
• Compatible avec les anciennes normes
• Plus de services à moindre coût avec une meilleure
expérience utilisateur

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 10


Services LTE

• Un réseau full IP : L'avantage d'un réseau full IP est la simplicité


de son interconnection avec le réseau internet ainsi que la
possibilité d'utiliser tous les services déjà développés pour
celui-ci
• La voix sur IP : La norme LTE propose un service de voix sur
IP. Ce type de communication vocale, déjà courante sur les
lignes fixes, est amené à se généraliser au mobile.
• MBMS : Ce service propose du multicast et du broadcast
multimédia. Il est prévue pour concurrencer la TNT mobile.
Son atout majeur est qu'il ne demande pas de développer un
réseau spécifique. Le réseau LTE suffit.
• D'autres services viendrons, la norme est en cours
de développement

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 11

LTE Advanced

• LTE Advanced est considérée comme une évolution de


LTE
• Des débits plus élevés en Uplink et en Downlink, grâce à
la technique Carrier Aggregation qui permet d'obtenir une
largeur de bande d'environ 100 MHz.
• Des performances radios déployées au niveau d'une
cellule pour servir plus de terminaux, grâce aux évolutions
de la technologie MIMO (8x8).
• La possibilité de déployer des relais radio à coût plus
faible qui viendront étendre la couverture d'une cellule
amplifiant et transmettant les ondes reçues de l'eNodeB.

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 12


1 Évolution versLTE

2 Architecture LTE

3 Technique d'accès OFDMA

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 13

Architecture LTE

Une architecture simplifiée :


- Evolved Packet Core (EPC) :
• MME (Mobility Management Entity)
• S-GW (Serving Gateway)
• P-GW (Packet data network Gateway)
-E-UTRAN (Evolved Universal Terrestrial
Radio Access Network)

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 14


E-UTRAN

• L'E-UTRAN est la partie "accès radio" d'un réseau LTE


• L'E-UTRAN permet la connexion entre l'UE et l'EPC
• Les stations de base (eNodeB ou eNB) sont le principal constituant de
l'E-UTRAN
• Techniques de codage : OFDMA en downlink et SC-FDMA en uplink
• Deux techniques de duplexage sont utilisées : TDD ou FDD
• Interfaces :
• S1 : utilisées pour les connexions à EPC
• S1-MME : supporte le trafic de signalisation et de contrôle vers le MME
• S1-U : supporte le flux des données utilisateurs (voix et données) allant ou
venant des SGW
• X2 : relient chaque eNode B aux eNode B voisins et qui sont utilisées
notamment pour gérer le handover d'un mobile d'une cellule radio vers une
autre.
• La connexion physique des eNodeB 4G au cœur du réseau LTE est réalisée par un
réseau de backhaul généralement constitué de liaisons en fibres optiques
supportant des protocoles IP (IPv6)

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 15

E-UTRAN

• Les améliorations par rapport aux autres réseaux 2G et 3G :


• Architecture simplifiée par l'intégration dans les eNodeB des fonctions de
contrôle qui étaient auparavant implémentées dans le RNC ou le BSC.
• Il permet des performances supérieures (débits et diminution de la latence)
grâce aux liens généralement optiques vers le cœur de réseau et vers les
antennes distantes et à la simplification du réseau.
• Le codage radio OFDMA et l'utilisation d'antennes multi-modes MIMO
contribuent aussi aux débits plus élevés et à une meilleure adaptation à des
conditions radio défavorables (échos, chemins multiples) notamment
grâce à la décomposition du signal en des centaines de sous-porteuses
indépendantes
• Plus grande souplesse dans le choix des largeurs de bandes fréquence (de
1,4 MHz à 20 MHz) et la possibilité d'attribution dynamique de bande
passante à chaque abonné (via le nombre de sous-porteuses et une
réattribution temporelle rapide : chaque ms) ce qui en fait un support
optimisé pour des usages qui nécessitent des débits variant rapidement
tels l'accès à internet, les jeux interactifs ou la cartographie (GPS)

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 16


Femto cell

• On distingue deux types de cellules :


• Macrocell (eNodeB)
• Femtocell (Home eNodeB)
• Une femtocell est une petite cellule permettant des
transmissions mobiles à la résidence. La consommation
d'énergie doit être faible.
• Dans une zone gérée par un eNodeB, la QoS n'est pas bien
garantie si un UE se trouve loin de l'eNodeB, alors
l'installation de Home eNodeB permet d'équilibrer la charge.
• Le but principal du concept de femtocell est de mieux gérer la
ressource radio (la séparation de ressources indoor (gérées par
Home eNodeB) et outdoor (eNodeB). De ce fait, un UE à la
maison peut obtenir la QoS.

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 17

EP C

• HSS (Home Subscriber Server) : Base de données qui contient les


informations relatives aux abonnés. Elle intervient aussi dans la gestion de
la mobilité, la configuration de session et des appels, l'authentification de
l'utilisateur et l'autorisation d'accès.

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 18


EP C

• S-GW (Serving GateWay) : C'est le point d'interconnexion entre la partie


radio et l'EPC. Comme son nom l'indique, la fonction principale de cette
passerelle est l'acheminement des paquets IP entrants et sortants. Elle gère
aussi le handover inter-eNodeB. Elle est relié à la PDN GW.

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 19

EP C

• P-GW (PDN GateWay) : C'est le point d'interconnexion entre l'EPC et


les réseaux IP externes (appelés PDN). La fonction principale de PDN
GW est le routage des paquets vers et en provenance des ces réseaux.
Autres fonctions : adressage IP, facturation, ...

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 20


EP C

• MME (Mobility Management Entity) : C'est l'entité qui gère la


signalisation liée à la mobilité et la sécurité pour l'accès E-UTRAN.

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 21

EP C

• PCRF (Policy charging and Rules Function) : Il est principalement


responsable de l'élaboration des politiques et des décisions de contrôle.
Fournir des informations de QoS à la PDN GW ; Gérer et contrôler de
façon dynamique les sessions de données ; Garantir la QoS minimale ;
politique de facturation.
• Exemple: Le PCRF supervise les flux sur le réseau LTE : Il peut détecter
les types de flux et de services et met en relation la taxation adaptée
(abonnement, calendrier) sur ce type de flux.

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 22


1 Évolution versLTE

2 Architecture LTE

3 Technique d'accès OFDMA

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 23

Rappels sur les techniques d'accès

• Objectif d'une technique d'accès : gérer l'accès multiple au


canal
• Ces techniques doivent :
• réduire les interférences
• permettre des débits satisfaisants
• gérer d'une façon intelligente les ressources radio
• être robustes face aux fluctuations du canal radio

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 24


Rappels sur les techniques d'accès

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 25

La technique d'accès OFDMA

• OFDMA : Orthogonal Frequency Division


Multiple Access
• C'est une technique hybride entre l'OFDM, le TDMA et le
FDMA
• OFDMA est une version multi-utilisateur del'OFDM
• OFDM définit des sous-porteuses orthogonales
pour transmettre les données d'un seul utilisateur
• OFDMA devise chaque sous-porteuse en plusieurs tranches et
affecte les utilisateurs dynamiquement
• Utilisation : LTE en Downlink, Wimax

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 26


l'OFDM

• Le principe de l'OFDM consiste à répartir sur un grand nombre de


sous-porteuses le signal numérique que l'on veut transmettre
• Le flux originel de données de débit R est multiplexé en N flux
parallèles de débit R/N
• L'OFDM utilise des sous-porteuses orthogonales entre elles. Les
signaux des différentes sous-porteuses se chevauchent mais grâce
à l'orthogonalité n'interfèrent pas entre eux
• Le produit scalaire pendant la durée de transmission d'un
symbole entre chacune des porteuse est nulle
• l'orthogonalité signifie que le pic d'une sous-porteuse coïncide
avec le zero des sous-porteuses adjacentes
• l'orthogonalité est garantie par un espacement entre les sous
porteuses qui est égal à 1/Ts où Ts est la période symbole.
• Utilisation : DVB-T, IEEE 802.11 a et g

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 27

O FD M vs. FDM

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 28


l'OFDM

• L'OFDM divise une bande de fréquence en plusieurs sous-


canaux espacés par des zones libres de tailles fixes.
• Par la suite, un algorithme, la Transformée de Fourier Rapide
Inverse (Inverse Fast Fourier Transform, IFFT), véhicule le
signal par le biais des différents sous-canaux.
• C'est également cet algorithme qui s'occupe de la
recomposition du message chez le récepteur.
• Le but est alors d'exploiter au maximum la plage de fréquence
allouée tout en minimisant l'impact du bruit (interférences)
grâce aux espaces libres séparant chaque canal.
• Cette technique apparaît alors comme une solution pour les
canaux qui présentent des échos importants (canaux multi
trajets).

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 29

l'OFDM

• Un canal multi trajet présente une réponse fréquentielle qui


n'est pas plate (cas idéal) mais comportant des creux, dus
aux échos et réflexions entre l'émetteur et le récepteur.
• Un grand débit impose une grande bande passante et si cette
bande passante couvre une partie du spectre comportant des
creux (dus aux trajets multiples), il y a perte totale de
l'information pour la fréquence correspondante. Le canal est
alors dit sélectif en fréquence.

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 30


l'OFDM

• Pour remédier à ce désagrément, l'idée est de répartir


l'information sur un grand nombre de porteuses, créant
ainsi des sous-canaux très étroits pour lesquels la réponse
fréquentielle du canal peut-être considérée comme
constante.
• Ainsi, pour ces sous canaux, le canal est non sélectif en
fréquence, et s'il y a un creux, il n'affectera que certaines
fréquences.
• L'idée est d'utiliser la diversité apportée pour lutter contre la
sélectivité fréquentielle et temporelle du canal. En diffusant
l'information sur un nombre important de porteuses, on
s'affranchit alors de la sélectivité du canal.

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 31

La technique d'accès OFDMA

• Les sous porteuses sont divisées en blocks appelés


PRB (Physical Resource Blocks).
• Chaque utilisateur se voit attribuer un nombre des blocks
sur une ou plusieurs sous-porteuses
• La répartition des PRBs est géré par une fonction de
planification à la station de base
• Cette attribution est dynamique selon la QoS demandée
M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 32
La technique d'accès SC-FDMA

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 33

La technique d'accès OFDMA

• Les avantages de l'OFDMA


• Un débit binaire plus élevé grâce à sa grande efficacité
spectrale (nombre de bits transmis par Hertz)
• Capacité à conserver un débit élevé même dans des
environnements défavorables avec échos et trajets multiples
• Un facteur de réutilisation des fréquences égal à 1 (comme en
CDMA)
• Compatible avec la technique MIMO

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 34


La technique d'accès SC-FDMA

• SC-FDMA : Single Carrier - Frequency Division Multiple


Access
• Peut être vue comme une variante de l'OFDMA
• Elle utilise, en complément, une DFT (Transformation
de Fourier discrète du signal) supplémentaire pour
précoder l'OFDMA conventionnel
• Utilisée en Uplink (Mobile vers eNodeB)
• Permet de bénéficier au terminal mobile en termes
d'efficacité énergétique, en diminuant la puissance crête
d'émission et donc le poids et le coût du terminal
(smartphone ou tablette)

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 35

La technique d'accès SC-FDMA

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 36


Plan de fréquence

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 37

Plan de fréquence

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 38


Plan de fréquence

M o h a m e d Laaraiedh ISI - 3 I N G - G T R 2015-2016 39

Vous aimerez peut-être aussi