Vous êtes sur la page 1sur 10

Annexe 1

La Planification d’un réseau de téléphonie mobile


Avant de déployer un réseau de téléphonie mobile, il est indispensable de prédire le nombre
d’antennes nécessaires pour offrir un service de bonne qualité, tout en limitant le matériel
installé, et donc le cout du système.

1 Etapes de la planification

La planification d’un réseau GSM se compose de plusieurs étapes :


– Le découpage du territoire en cellule, de telle sorte que tout le territoire soit couvert par le
réseau. Il s’agit en particulier de prendre en compte la densité de population d’une part, et
les reliefs d’autre part.
– L’allocation de fréquence. A cause des interférences, il n’est pas possible d’utiliser une
même bande de fréquence dans deux cellules adjacentes.
Le nombre de fréquences disponibles dans chaque cellule doit permettre d’acheminer un
nombre suffisant de communications.
– La réduction de la taille des cellules. Si l’on se rend compte que la capacité des antennes est
insuffisante pour acheminer le trafic (prévu ou existant), il est nécessaire de diminuer la taille
des cellules, afin d’augmenter le nombre des antennes.

2 Le signal

Le signal émis est reçu par un terminal mobile est une onde ´électromagnétique. Il se propage
donc à la vitesse de la lumière, soit 300000 km/s.

3 Les Interférences

Nous avons vu qu’il n’est pas possible d’utiliser une bande de fréquence donnée dans deux
cellules adjacentes. Ceci est du aux interférences : les signaux se perturbent entre eux.

On distingue trois types d’interférences qui doivent être pris en compte au moment de la
planification :
– Les interférences inter-symboles (IIS),
– Les interférences co-canal (ICC),
– Les interférences inter-fréquences (IIF).
3.1 Interférences Inter-Symboles (IIS)
Pendant l’émission d’un signal, les ondes électromagnétiques qui le composent subissent des
réflexions plus ou moins nombreuses en fonction de l’environnement.

Un symbole (unité de base du signal) peut donc arriver au terminal mobile par plusieurs
chemins. Comme ces chemins sont de longueurs différentes, un même symbole est reçu
plusieurs fois `a des moments différents.

1
Par conséquent, au même moment, le mobile perçoit plusieurs symboles différents. Il peut
être difficile de les distinguer : c’est l’interférence inter-symbole.

3.2 Interférences Co-Canal (ICC)

Un autre cas d’interférence a lieu quand plusieurs émissions ont lieu sur la même bande de
fréquence. C’est le cas entre deux cellules qui utilisent les mêmes canaux pour leurs
communications. Les signaux des deux émissions se mélangent : c’est l’interférence co-canal.

3.3 Interférences Inter-Fréquences (IIF)

Un signal émis à une fréquence donné s’affaiblit pendant son transport : il perd de la
puissance, et sa fréquence se modifie : c’est l’´etallement de spectre.

Il y a donc recouvrement entre des signaux voisins : c’est l’interférence inter fréquences.

3.4 Somme des Interférences

Les différents types d’interférences s’additionnent pour brouiller le signal reçu

. On note I le total des interférences présentes pour un signal donné :

4 Rapport Signal/Bruit

La taille des cellules est limitée par la qualité du signal. En effet, du bruit s’ajoute au signal.
Ce bruit est du aux autres émetteurs téléphoniques, radio et télévisuels, à la circulation
automobile, à la température, etc.

4.1 Estimation du bruit

Le niveau de bruit N0 en réception est donné par la formule de Johnson :

Le signal reçu par un terminal est limitée à une certaine bande de fréquence, qui correspond
au canal sur lequel la réception a lieu.

La puissance du bruit est :

avec : W la bande passante en Herz.

2
4.2 Les Décibels

Les décibels permettent la comparaison de deux grandeurs. Ils sont typiquement utilisés pour
les signaux acoustiques, ou les signaux électromagnétiques.

C’est une grandeur sans unités.

4.3 La Puissance de Signal

La norme GSM préconise en réception un rapport signal à bruit d’environ 8 dB. On prend une
marge de précaution de 2 dB : le rapport signal à bruit doit donc être de 10 dB.

Le niveau de bruit est :

Par conséquent le niveau du signal doit vérifier :

Remarque :

Watt vers dBm P(dBm) = 10 ⋅ log10( 1000 ⋅ P(W) / 1W) = 10 ⋅ log10( P(W) / 1W) + 30

dBm vers Watt: P(W) = 1W ⋅ 10(P(dBm) / 10) / 1000 = 10((P(dBm)- 30) / 10)

dBm vers Watt P(mW) = 1mW ⋅ 10(P(dBm)/ 10)

5. Volume de Trafic

Le concept de trafic permet une large population à être logé par un nombre limité de services.
Trafic : chaque utilisateur se voit attribuer un canal pour effectuer son appel ; et à la fin de
l’appel, le canal précédemment occupé est immédiatement retourné à l’ensemble de canaux
disponibles.
La Théorie du trafic a été inventé par le mathématicien danois, A.K. Erlang
Mesure du trafic : 1 Erlang représente la quantité de trafic transportée par un canal qui est
totalement occupé. Par exemple, un canal radio qui est occupée 30 minutes pendant une heure
transporte 0.5 Erlang de trafic.

3
GoS(Grade of service) : Mesure de la capacité de l’utilisateur d’accéder à une ressource
partagée pendant l’heure de pointe au cours d’une semaine, un mois ou une année. GoS
est généralement donnée comme la probabilité de blocage des appels, ou la probabilité
qu’un appel connaît un retard supérieur à une certaine valeur dans une file d’attente.
Ex : Le système cellulaire AMPS est conçu pour une GoS 2% de blocage. Cela implique que
les attributions de canaux pour les cellules sont conçues pour que parmi 100 appels, 2 seront
bloqués en raison de l’occupation du canal pendant l’heure de pointe.
Les lois d’Erlang permettent d’estimer le taux d’appels téléphoniques pour une zone donnée.
Les paramètres considérés varient fortement avec le type de territoire concerné : entre deux
régions de densité différente, mais également entre les zones d’habitation et les zones
d’activités professionnelles. L’intensité du trafic par utilisateur est :

= (10)

Avec :

μ : le taux d’appel par heure (nombre d’appel par haure).


H : la durée moyenne d’un appel (en seconde)

La densité de trafic produit est donc :

Avec :
dH la densité de population

Le trafic que la zone doit absorber est alors :

avec : S la surface de la cellule

La capacité de la cellule (nombre de canaux disponibles) doit être suffisante pour absorber ce
trafic. Dans le cas contraire, il est nécessaire de réduire la taille de la cellule, ou d’augmenter
le nombre de canaux disponibles.

EX1 : Dans un réseau sans fil, chaque abonné génère deux appels par heure en moyenne et un
appel typique dure 120 secondes. Quelle est l’intensité du trafic ?

Au = (2*120)/3600= 0,0667 Erlangs.

Ex2 : Afin de déterminer l’intensité du trafic sur une ligne, nous avons recueilli les données
suivantes au cours une période de 90 minutes. Calculer l’intensité du traffic correspondante ?

4
Exemple 3 :

Nous considérons un réseau sans fil avec les données suivantes :


 Population : 200 000
 Abonnées : 25 %
 Durée d’appel moyen de mobile-fixe ou fixe-mobile : H = 100 s
 nb moyen d’appels de mobile-fixe ou fixe-mobile : µ= 3 appels/heure
 Durée d’appel moyen de mobile-mobile : H = 80 s
 nb moyen d’appels de mobile-mobile : µ= 4 appels/heure
 Distribution du trafic : mobile-fixe 50%; fixe-mobile 40 %;
 mobile-mobile 10 %.

Calculer le trafic total. Si chaque MSC peut supporter 1800 Erlang de trafic, combien
de MSC on a besoin pour supporter tout le trafic ?

Solution :

 Trafic du mobile-fixe ou fixe-mobile : A1 = 3*100/3600 = 0,0833 Erlangs


 Trafic mobile-mobile : A1 = 4*80/3600 = 0,0889 Erlangs
 nb d’abonnées : 0,25*200000 = 50000
 Trafic total : 45000 *0,0833 + 5000 *0,0889 = 4194,5 Erlangs
 MSCs : 4194,5/1800 = 2,33 = 3

Il existe deux types de systèmes à ressources partagées :


 1 Blocked Calls Cleared System : Systèmes a appels perdus =) Erlang B
1 Pas de file d’attente
2 Si aucun canal n’est disponible, l’utilisateur demandeur est bloqué et est libre de réessayer
plus tard.
 2 Blocked Calls Delayed System : Systèmes à appels retardées =) Erlang C
1 Une File d’attente est utilisée pour maintenir les appels qui sont bloqués. Si un canal n’est
pas disponible immédiatement, la demande d’appel peut être retardé jusqu’à ce qu’un canal
devient disponible.

5
6
Annexe :

7
8
Annex 2

IMSI

The International Mobile Subscriber Identity (IMSI) is an internationally standardized


unique number to identify a mobile subscriber. The IMSI is defined in ITU
ITU-T
Recommendation E.212. The IMSI consists of a Mobile Country Code (MCC), a Mobile
Network Code (MNC) and a Mobile Station Identification Number
Number (MSIN).

TIMSI

The Temporary Mobile Subscriber Identity (TMSI) is a temporary identification number that
is used in the GSM network instead of the IMSI to ensure the privacy of the mobile
subscriber. The TMSI prohibits tracing of the identity of a mobile subscriber by interception
of the traffic on the radio link.

The TMSI is assigned to a mobile subscriber


subscriber by the Authentication Centre ((AUC). The TMSI
is assigned for the duration that the subscriber is in the service area of the associated Mobile
Switching Centre (MSC).

9
AUC

The Authentication Centre (AUC) is a function in a GSM network used for the authentication
a mobile subscriber that wants to be connected to the network. Authentication is done by
identification and verification of the validity of the SIM.

Once the subscriber is authenticated, the AUC is responsible for the generation of the
parameters used for the privacy and the ciphering of the radio link. To ensure the privacy of
the mobile subscriber a Temporary Mobile Subscriber Identity (TMSI) is assigned for the
duration that the subscriber is under control of the specific Mobile Switching Centre (MSC)
associated with the AUC

10

Vous aimerez peut-être aussi