Vous êtes sur la page 1sur 17

Sommaire

Introduction
Modulations numériques : pourquoi ?
Communications numériques Modulations numériques : comment ?

Modulations numériques Modulation par déplacement d’amplitude (ASK)


Principe
Modulation OOK
Modulations M-ASK symétriques
Réalisation physique et performances
Laurent Oudre
laurent.oudre@univ-paris13.fr Modulation par déplacement de phase (PSK)
Principe
Modulations M-PSK
Réalisation physique et performances

Université Paris 13, Institut Galilée Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK)
Principe
Ecole d’ingénieurs Sup Galilée Modulations QAM
Parcours Informatique et Réseaux Alternance - 2ème année Réalisation physique et performances
2016-2017
Modulation par déplacement de fréquence (FSK)
Principe
Modulations FSK et CPFSK
Modulation MSK

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 1 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 2 / 68

Introduction Introduction Modulations numériques : pourquoi ?

Sommaire Transmission en bande de base

◮ Pour le moment, tous les signaux physiques générés ont une largeur de bande
Introduction
que l’on peut écrire :
Modulations numériques : pourquoi ? ◮ filtre NRZ : B ≈ T1
Modulations numériques : comment ? ◮ filtre RZ : B ≈ T2
◮ filtre biphase Manchester : B ≈ T2
Modulation par déplacement d’amplitude (ASK)
◮ filtre en racine de cosinus surelevé : B = 1+β
2T
1
Modulation par déplacement de phase (PSK) ◮ largeur de bande minimale (Nyquist) : B = 2T
◮ On a vu en TP que B dépendait du filtre de mise en forme he (t), du débit
Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK)
binaire Db , et de la taille M de l’alphabet utilisé
Modulation par déplacement de fréquence (FSK) ◮ Les densités spectrales de puissance des signaux en bande de base sont
centrées sur la fréquence f0 = 0.
◮ Si le canal a une bande passante limitée, on cale la largeur de bande occupée
du signal sur les caractéristiques du canal : on utilise toute la bande passante
disponible.

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 3 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 4 / 68
Introduction Modulations numériques : pourquoi ? Introduction Modulations numériques : pourquoi ?

Limites de la bande de base Bande de base vs. Modulation

◮ Impossible de diviser le canal en sous-canaux pour transmettre plusieurs ◮ Bande de base


communications à la fois (multiplexage fréquentiel) ◮ Transmission des signaux dans leur bande de fréquence originale
◮ Impossible de créer une onde électromagnétique pour la transmission sans fil ◮ Utilisation de la totalité de la bande passante du canal BP
(si on émet une onde à 30 Hz, on a une longueur d’onde de 10000 km !) ◮ Signaux électriques et lumineux : câbles USB, Ethernet, fibres optiques, etc...
◮ Chaque type de communication correspond à une bande de fréquence ◮ Bande transposée (ou large de bande)
répertoriée : ◮ Transmission des signaux dans une bande de fréquence donnée
◮ TNT terrestre : 470 MHz à 830 MHz ◮ Eventuellement, division de la bande passante disponible en plusieurs canaux
◮ GSM (900) : 880 MHz à 960 MHz ◮ Ondes électromagnétiques, signaux électriques et optiques : réseau hertzien,
infra-rouge, laser, câbles ADSL, etc...
◮ Nécessité de pouvoir créer des signaux dans une bande de fréquence donnée
Modulation : transformation du signal en bande de base pour l’adapter au canal
◮ Les caractéristiques de cette bande dépendent du canal où l’on veut
de transmission
transmettre et du type de communication

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 5 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 6 / 68

Introduction Modulations numériques : pourquoi ? Introduction Modulations numériques : pourquoi ?

Bande de base vs. Modulation Bande de base vs. Modulation

Imaginons que l’on souhaite envoyer un signal sur un canal de bande passante
[BPmin BPmax ] :
◮ On veut créer un signal modulé ayant comme largeur de bande (en bande
modulée) BMOD = BPmax − BPmin et centré sur la fréquence f0 = BPmin +BP
2
max

◮ Cela revient à créer un signal en bande de base ayant comme largeur de bande
(en bande de base) BMOD = BPmax −BP 2
min
puis translater son spectre de f0

Attention, si la largeur de bande en bande de base est (par exemple) T1 , alors en


bande modulée, cela correspond à une largeur de bande T2 (et inversement)

BMOD = 2BBB

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 7 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 8 / 68
Introduction Modulations numériques : comment ? Introduction Modulations numériques : comment ?

Modulations numériques Principe de la modulation

dn Conversion
bits/symboles
ak Filtre de
mise en
x(t)
Modulation
e(t) e(t) Filtre de
canal hc (t)
e ′ (t) Bruit
additif b(t)
r (t) Imaginons que l’on ait un signal x(t) avec une densité spectrale de puissance
forme he (t)
Γx (f ) centrée en f = 0. Comment la translater pour la centrer en f = f0 ?
◮ cf TD 1 : T F x(t)e 2πjf0 t = X (f − f0 )
Emetteur Canal de transmission


Filtre de
◮ Proposition : prendre e(t) = x(t)e 2πjf0 t ? ?
r (t) y (t) z(t)
Démodulation réception Echantillonage
hr (t) ◮ Problème : dans ce cas, e(t) est complexe, ce qui n’est pas possible (ce doit
zk = z(kT )
être un signal physique)
Décodage Décision
dˆn âk

e(t) = Re x(t)e 2πjf0 t



Récepteur

◮ Modulation : partir d’un signal x(t) en bande de base, et le transformer en ◮ e 2πjf0 t : porteuse
signal e(t) en bande modulée, donc la largeur de bande sera centrée sur f0 . ◮ x(t) : signal en bande de base (dans ce cours : filtre d’émission NRZ)
◮ Démodulation : processus inverse

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 9 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 10 / 68

Modulation par déplacement d’amplitude (ASK) Modulation par déplacement d’amplitude (ASK) Principe

Sommaire Modulation par déplacement d’amplitude : ASK


On modifie l’amplitude de la porteuse : Amplitude Shift Keying

e(t) = Re x(t)e 2πjf0 t



Introduction

Modulation par déplacement d’amplitude (ASK)


Si on suppose que les ak sont réels, et que he (t) est réelle (c’est le cas si on
Principe considère un filtre NRZ), alors x(t) est réel et :
Modulation OOK
Modulations M-ASK symétriques
Réalisation physique et performances e(t) = x(t) cos(2πf0 t)
X
Modulation par déplacement de phase (PSK) e(t) = ak he (t − kT ) cos(2πf0 t)
k∈Z
Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK)

Modulation par déplacement de fréquence (FSK)


◮ On ne transforme pas notre signal en bande de base, on le multiplie juste par
un cosinus
◮ Chaque symbole ak modifie l’amplitude de la porteuse durant une durée T :
ak correspond à l’amplitude de la porteuse pour kT ≤ t < (k + 1)T
◮ En fait, tous les codages en ligne que l’on a vu en bande de base étaient des
modulations ASK avec f0 = 0 !

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 11 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 12 / 68
Modulation par déplacement d’amplitude (ASK) Modulation OOK Modulation par déplacement d’amplitude (ASK) Modulation OOK

Modulation OOK OOK - Filtre NRZ

x(t)
0.5

Im(.) 0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
1
0 1

cos(2 f t)
0
Re(.) ✂ 0
-7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7
✁1
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2

e(t)=x(t)cos(2 f t)
1

0

◮ x(t) codé avec un dictionnaire binaire unipolaire 0

◮ OOK : On Off Keying (en français : Tout ou Rien) ✁1


0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
Temps (s)

Dictionnaire binaire unipolaire - Filtre NRZ


dn = ak = 0 1 0 0 1 1 1 0 0 0 1 1
f0 = 13 Hz et Db=10 bits/seconde

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 13 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 14 / 68

Modulation par déplacement d’amplitude (ASK) Modulation OOK Modulation par déplacement d’amplitude (ASK) Modulations M-ASK symétriques

OOK - Filtre NRZ Modulation M-ASK symétriques


Im(.)
M=2
0
0 1
DSP x(t) (dB)

−20 Re(.)
-7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7
−40

Im(.)
−60
−30 −20 −10 0 10 20 30 M=4
00 01 11 10
0 Re(.)
-7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7
DSP e(t) (dB)

−20

Im(.)
−40 M=8
−60 000 001 011 010 110 111 101 100
−30 −20 −10 0 10 20 30
Re(.)
Frequence (Hz)
-7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7
Dictionnaire binaire unipolaire - Filtre NRZ
f0 = 13 Hz et Db=10 bits/seconde −→ x(t) codé avec un dictionnaire M-aire antipolaire

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 15 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 16 / 68
Modulation par déplacement d’amplitude (ASK) Modulations M-ASK symétriques Modulation par déplacement d’amplitude (ASK) Modulations M-ASK symétriques

2-ASK symétrique - Filtre NRZ 8-ASK symétrique - Filtre NRZ

1
5

x(t)

x(t)
0 0

5
1
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
1 1
cos(2 f t)

cos(2 f t)
0

0
0 0

1 1
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
e(t)=x(t)cos(2 f t)

e(t)=x(t)cos(2 f t)
1
0

0
5

0 0

5
1
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
Temps (s) Temps (s)

dn = 0 1 0 0 1 1 1 0 0 0 1 1 −→ ak = -1 1 -1 -1 1 1 1 -1 -1 -1 1 1 dn = 0 1 0 0 1 1 1 0 0 0 1 1 −→ ak = -1 -3 7 -3
f0 = 13 Hz et Db=10 bits/seconde f0 = 13 Hz et Db=10 bits/seconde

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 17 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 18 / 68

Modulation par déplacement d’amplitude (ASK) Réalisation physique et performances Modulation par déplacement d’amplitude (ASK) Réalisation physique et performances

Modulateur Démodulateur

◮ A la sortie du canal (sans bruit), on a r (t) = e(t) = x(t) cos(2πf0 t)


cos(2πf0 t) ◮ Comment retrouver x(t) à partir de r (t) ?
◮ On utilise 2 cos(2πf0 t)r (t) = 2 cos2 (2πf0 t)x(t) = x(t) + x(t) cos(4πf0 t)
Filtre de
◮ Avec un filtrage passe-bas, on peut récupérer x(t) !
ak x(t) e(t)
mise en ×
forme he (t)
2 cos(2πf0 t)

e(t) = x(t) cos(2πf0 t)


X
e(t) = ak he (t − kT ) cos(2πf0 t) r (t) Filtre y (t) Filtre de z(t)
× réception
k∈Z passe bas
hr (t) = he (−t)

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 19 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 20 / 68
Modulation par déplacement d’amplitude (ASK) Réalisation physique et performances Modulation par déplacement d’amplitude (ASK) Réalisation physique et performances

Energie moyenne par bit Probabilité d’erreur binaire

Dictionnaire à M éléments a1 , · · · , aM
Si on utilise un codage de Grey et si le récepteur est optimal, on peut montrer que
Rappel :
M !
1
r
M −1 2Ebit 3 log2 M
X
Esym = |ai |2 Ehe TEB ≈ 2 Q
M M log2 M N0 M 2 − 1
i =1
M
1 X
Ebit = |ai |2 Ehe ◮ Si on utilise un filtre NRZ, alors BMOD = 2BBB = T2 (attention, on n’est plus
M log2 M
i =1
en bande de base !), et on a donc η = log22 M . Plus M augmente, plus η
Pour une modulation M-ASK symétrique on a augmente.
◮ En revanche, quand M augmente, le TEB augmente. Il y a donc un
M2 − 1
Ebit = Eh compromis à réaliser.
3 log2 M e

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 21 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 22 / 68

Modulation par déplacement de phase (PSK) Modulation par déplacement de phase (PSK) Principe

Sommaire Modulation par déplacement de phase : PSK

Introduction ◮ Pour la modulation ASK on a modifié l’amplitude de la porteuse


Modulation par déplacement d’amplitude (ASK)
e(t) = Re x(t)e 2πjf0 t


Modulation par déplacement de phase (PSK) X


Principe
Modulations M-PSK
e(t) = ak he (t − kT ) cos(2πf0 t)
Réalisation physique et performances k∈Z

Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK)


◮ ak correspond à l’amplitude de la porteuse pour kT ≤ t < (k + 1)T
◮ Et si on modifiait la phase au lieu de l’amplitude ?
Modulation par déplacement de fréquence (FSK)
◮ PSK : Phase Shift Keying
◮ On fait passer le signal x(t) sur la phase de la porteuse

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 23 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 24 / 68
Modulation par déplacement de phase (PSK) Principe Modulation par déplacement de phase (PSK) Principe

Modulation par déplacement de phase : PSK Choix des symboles

n o
e(t) = Re e 2πjf0 t+jx(t)
Les ak représentent ici une phase et il est courant de les renormaliser entre 0 et
2π. Au lieu de prendre les dictionnaires unipolaire et antipolaires classiques, on va
◮ Si on suppose que les ak sont réels, et que he (t) est réelle (c’est le cas si on prendre
considère un filtre NRZ), alors x(t) est réel et : ◮ soit

e(t) = cos(2πf0 t + x(t)) ak ∈ {0, 1, · · · , M − 1} (unipolaire)
M
! ◮ soit
X
e(t) = cos 2πf0 t + ak he (t − kT ) π
k∈Z
ak ∈ {−(M − 1), · · · , −3, −1, 1, 3, · · · , M − 1} (antipolaire)
M
◮ ak correspond à la phase de la porteuse pour kT ≤ t < (k + 1)T
◮ L’amplitude de la porteuse reste constante, mais la phase change toutes les
T secondes

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 25 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 26 / 68

Modulation par déplacement de phase (PSK) Principe Modulation par déplacement de phase (PSK) Principe

Modulation ASK équivalente Modulation ASK équivalente

X X
e(t) = cos(ak )he (t − kT ) cos(2πf0 t) − sin(ak )he (t − kT ) sin(2πf0 t)
Comme he (t) est un filtre NRZ, on peut montrer que : k∈Z k∈Z
! e(t) est la somme de deux signaux ASK :
X
e(t) = cos 2πf0 t + ak he (t − kT ) ◮ Un premier signal
X
k∈Z I (t) = cos(ak )he (t − kT )
k∈Z
X
e(t) = cos(2πf0 t + ak )he (t − kT ) modulé par une porteuse cos(2πf0 t) (les symboles sont ici les cos(ak ))
◮ Un deuxième signal
k∈Z X
Q(t) = sin(ak )he (t − kT )
Avec des formules de trigonométrie, cela peut s’écrire k∈Z
π
X X modulé par une porteuse − sin(2πf0 t) = cos(2πf0 t + 2
) (les symboles sont ici les sin(ak ))
e(t) = cos(ak )he (t − kT ) cos(2πf0 t) − sin(ak )he (t − kT ) sin(2πf0 t) ◮ I (t) : composante en phase (Inphase), Q(t) : composante en quadrature de phase
k∈Z k∈Z (Quadrature)

e(t) = I (t) cos(2πf0 t) − Q(t) sin(2πf0 t)

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 27 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 28 / 68
Modulation par déplacement de phase (PSK) Principe Modulation par déplacement de phase (PSK) Principe

Modulation ASK équivalente Constellation

◮ On peut montrer que

e(t) = I (t) cos(2πf0 t) − Q(t) sin(2πf0 t) = Re (I (t) + jQ(t))e 2πjf0 t




◮ Or Constellation
Constellation : représentation des symboles αk équivalents en modulation ASK
X
I (t) + jQ(t) = (cos(ak ) + j sin(ak ))he (t − kT )
k∈Z
dans le plan complexe
◮ Donc ( ) ◮ Dans le cas ASK, on a αk = ak et les αk sont réels
Dans le cas PSK, les αk = e jak sont sur le cercle unité
X
jak 2πjf0 t ◮
e(t) = Re e he (t − kT )e
k∈Z

◮ Cette modulation PSK avec les symboles ak est mathématiquement


équivalente à une modulation ASK avec les symboles αk = e jak
◮ αk : symboles équivalents en modulation ASK

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 29 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 30 / 68

Modulation par déplacement de phase (PSK) Modulations M-PSK Modulation par déplacement de phase (PSK) Modulations M-PSK

2-PSK ou BPSK BPSK - Filtre NRZ


Im(.)
3

x(t)
1

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
1
r =1

cos(2 f t)
0 1

0
0
Re(.)

1
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2

e(t)=cos(2 f t + x(t))
1

0
0

1
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
Temps (s)

dn = 0 1 0 0 1 1 1 0 0 0 1 1
ak ∈ {0, π} −→ αk = ±1 ak = π 0 π π 0 0 0 π π π 0 0
Exactement pareil qu’une modulation 2-ASK symétrique ! αk = 1−11−1−1−111−11
f0 = 13 Hz et Db=10 bits/seconde
Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 31 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 32 / 68
Modulation par déplacement de phase (PSK) Modulations M-PSK Modulation par déplacement de phase (PSK) Modulations M-PSK

4-PSK ou QPSK QPSK - Filtre NRZ


Im(.)
2

x(t)
01 11 0

2
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2

r =1 1

cos(2 f t)
0
Re(.) 0

1
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2

e(t)=cos(2 f t + x(t))
1

0
00 10 0

1
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
Temps (s)
  √ √
3π π π 3π 2 2 dn = 0 1 0 0 1 1 1 0 0 0 1 1
ak ∈ − , − , , −→ αk = ± ±j
4 4 4 4 2 2 ak = 3π −3π π −π −3π π
√ √ √4 4 4 4
√ 4 √ 4 √ √ √ √ √ √ √
Ici on a utilisé le dictionnaire antipolaire : on obtient le dictionnaire unipolaire en αk = − 2+j
2
2 − 2−j
2
2 2+j 2
2
2−j 2 − 2−j 2
2 2
2+j 2
2
faisant tourner la constellation de − π4 . f0 = 13 Hz et Db=10 bits/seconde
Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 33 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 34 / 68

Modulation par déplacement de phase (PSK) Modulations M-PSK Modulation par déplacement de phase (PSK) Modulations M-PSK

4-PSK ou QPSK : interprétation 8-PSK


Im(.)
Im(.) 010 110

01 11

r =1
011 111
Re(.)
r =1

Re(.)
00 10

√ √ 001 101
dn dn+1 α
√ k √
2 Re(αk ) 2 Im(αk )
2 2
0 0 -√2 -j √
2 -1 -1
0 1 - 2√ +j √22
2
-1 1 000 100
1 0 +√22 -j √2
2
1 -1
1 1 + 2 +j 22
2
1 1
 
7π 5π 3π π π 3π 5π 7π
ak ∈ − ,− ,− ,− , , , ,
8 8 8 8 8 8 8 8
Comme si les bits pairs avaient servi à coder la partie réelle, et les bits impairs la
partie imaginaire Ici on a utilisé le dictionnaire antipolaire : on obtient le dictionnaire unipolaire en
faisant tourner la constellation de − π8 .
Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 35 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 36 / 68
Modulation par déplacement de phase (PSK) Réalisation physique et performances Modulation par déplacement de phase (PSK) Réalisation physique et performances

Modulateur Démodulateur
2 cos(2πf0 t)
cos(2πf0 t)

Iˆ(t) Filtre de zI (t)


Filtre
Filtre de I (t) × réception
passe bas
cos(ak ) = Re(αk ) mise en × hr (t) = he (−t)
forme he (t)

αk = e jak e(t) r (t)


+

Filtre de Q(t)
sin(ak ) = Im(αk ) mise en × Q̂(t) Filtre de zQ (t)
forme he (t) Filtre
× réception
passe bas
hr (t) = he (−t)

− sin(2πf0 t)
−2 sin(2πf0 t)

X X
I (t) = cos(ak )he (t − kT ) Q(t) = sin(ak )he (t − kT ) 2 cos(2πf0 t)r (t) = I (t) + I (t) cos(4πf0 t) − Q(t) sin(4πf0 t)
k∈Z k∈Z −2 sin(2πf0 t)r (t) = Q(t) − I (t) sin(4πf0 t) − Q(t) cos(4πf0 t)
e(t) = I (t) cos(2πf0 t) − Q(t) sin(2πf0 t) Après un filtrage passe-bas, on retrouve I (t) et Q(t), puis en échantillonant cos(ak ) et sin(ak ),
et enfin ak
Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 37 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 38 / 68

Modulation par déplacement de phase (PSK) Réalisation physique et performances Modulation par déplacement de phase (PSK) Réalisation physique et performances

Energie moyenne par bit Probabilité d’erreur binaire

Si on utilise un codage de Grey et si le récepteur est optimal, on peut montrer que


On la calcule non pas avec les symboles ai , mais avec les symboles αi équivalents r !
en modulation ASK. 2 2 log2 MEbit π
TEB ≈ Q sin
Pour une modulation M-PSK on a |αi |2 = 1 pour tous les symboles donc log2 M N0 M

1
Ebit = Eh ◮ Si on utilise un filtre NRZ, alors B = T2 (attention, on n’est plus en bande de
log2 M e log M
base !), et on a donc η = 22 . Plus M augmente, plus η augmente.
◮ En revanche, quand M augmente, le TEB augmente.

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 39 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 40 / 68
Modulation par déplacement de phase (PSK) Réalisation physique et performances Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK)

Comparaison ASK / PSK Sommaire


Taux d’erreur binaire pour des modulations M−ASK symétriques Taux d’erreur binaire pour des modulations M−PSK
0 0
10 10

−2 −2
10 10
Introduction
−4 −4
10 10
Modulation par déplacement d’amplitude (ASK)
TEB

TEB
−6 −6
10 10
Modulation par déplacement de phase (PSK)
2−ASK
−8 4−ASK −8 2−PSK
10 10
8−ASK 4−PSK Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK)
16−ASK 8−PSK Principe
−10 32−ASK −10 16−PSK
10 10
32−PSK
Modulations QAM
Réalisation physique et performances
−12 −12
10 10
0 5 10 15 20 25 30 0 5 10 15 20 25 30
Ebit/N0 (en dB) Ebit/N0 (en dB) Modulation par déplacement de fréquence (FSK)

◮ A TEB fixé, on peut transmettre avec M plus grand avec une M-PSK
qu’avec une M-ASK
◮ En revanche, les modulateurs et démodulateurs sont plus complexes à réaliser
avec une M-PSK

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 41 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 42 / 68

Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) Principe Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) Principe

Modulations APSK Modulations APSK : principe

◮ Modification de l’amplitude (ASK) : A chaque période symbole T , on change l’amplitude mk et la phase Φk de la


porteuse
◮ ak modifie l’amplitude toutes les T secondes
◮ Symboles équivalents en modulation ASK : αk = ak réels
e(t) = m(t) cos (2πf0 t + Φ(t))
◮ Modification de la phase (PSK) : X
◮ m(t) = mk he (t − kT )
◮ ak modifie la phase toutes les T secondes
k∈Z
◮ Symboles équivalents en modulation ASK : αk = e jak sur le cercle unité X
◮ Si l’on veut modifier simultanément l’amplitude et la phase toutes les T
◮ Φ(t) = Φk he (t − kT )
k∈Z
secondes ?
A chaque période symbole T on agit sur deux paramètres au lieu d’un, ce qui
◮ Amplitude and Phase Shift Keying (APSK)
revient à une mise au carré du nombre de symboles possibles

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 43 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 44 / 68
Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) Principe Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) Principe

Modulations APSK : constellation Modulations APSK : composantes en phase et en


quadrature de phase
Modification conjointe de l’amplitude et de la phase : peut être vue Par définition des symboles équivalents en modulation ASK,
mathématiquement comme la transmission de symboles αk complexes en ASK tels ( )
que X
2πjf0 t
e(t) = Re αk he (t − kT )e
αk = mk e jφk
k∈Z
Im(.)
Et on a par définition de I (t) et Q(t)
3
e(t) = I (t) cos(2πf0 t) − Q(t) sin(2πf0 t)
mk
1 On peut montrer alors que :
Φk
0 Re(.) X
-3 -1
-1
1 3 I (t) = Re(αk )he (t − kT )
k∈Z
X
-3 Q(t) = Im(αk )he (t − kT )
k∈Z
Remarque : ASK revient à mk = ak , Φk = 0 et PSK à mk = 0, Φk = ak
◮ I (t) transmet la partie réelle du symbole
◮ Q(t) transmet la partie imaginaire du symbole
Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 45 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 46 / 68

Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) Modulations QAM Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) Modulations QAM

Modulations QAM Modulation 4-QAM

Cas particulier courant : Im(.)

n √ √ o 3
Re(αk ) ∈ −( M − 1), · · · , −3, −1, 1, 3, · · · , M − 1 dictionnaire antipolaire
n √ √ o
Im(αk ) ∈ −( M − 1), · · · , −3, −1, 1, 3, · · · , M − 1 dictionnaire antipolaire 1
01 0 11
αk ∈ {±1 ± j, ±1 ± 3j, ±3 ± j, ±3 ± 3j, ...} Re(.)
-3 -1 1 3
-1
√ 00 10
◮ Si chaque dictionnaire contient M symboles réels, cela fait M symboles
complexes !

◮ Comme si on√transmettait simultanément un signal M-ASK symétrique réel -3
et un signal M-ASK symétrique imaginaire pur

◮ Deux signaux M-ASK symétriques I (t) et Q(t) en quadrature de phase : αk = ±1 ± j
d’ou le nom Quadrature Amplitude Modulation
code la partie réelle - code la partie imaginaire

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 47 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 48 / 68
Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) Modulations QAM Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) Modulations QAM

4-QAM - Filtre NRZ - m(t)/Φ(t) 4-QAM - Filtre NRZ - I (t)/Q(t)


2
1

m(t)
1

I(t)
0

0 −1
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2

2 1

Φ(t)
0

Q(t)
0
−2
−1
e(t)=m(t)cos(2π f0 t + Φ(t))

0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2


0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
1
1
0

e(t)
0
−1
−1
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
Temps (s) 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
Temps (s)
dn = 0 1 0 0 1 1 1 0 0 0 1 1 e(t) = I (t) cos(2πf0 t) − Q(t) sin(2πf0 t)
αk = -1+j√ -1-j√ 1+j
√ √ 1-j √-1-j√ 1+j dn = 0 1 0 0 1 1 1 0 0 0 1 1
mk = 2 2 2 2 2 2 αk = -1+j -1-j 1+j 1-j -1-j 1+j
Φk = 3π
4
−3π π −π −3π π
4 4 4 4 4 f0 = 13 Hz et Db=10 bits/seconde
f0 = 13 Hz et Db=10 bits/seconde

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 49 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 50 / 68

Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) Modulations QAM Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) Modulations QAM

Modulation 16-QAM 16-QAM - Filtre NRZ - m(t)/Φ(t)


4
Im(.)
2

m(t)
0
3 −2
0010 0110 1110 1010 −4
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2

Φ(t)
1 0

0011 0111 0 1111 1011 −2

e(t) = m(t) cos(2π f t + Φ(t))


Re(.) 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
-3 -1 1 3

0
2
-1
0
0001 0101 1101 1001 −2

0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2


Temps (s)

-3
dn = 0 1 0 0 1 1 1 0 0 0 1 1
0000 0100 1100 1000
αk = -1-3j
√ 1+3j
√ √-3+j
mk = 10 10 10
αk ∈ {±1 ± j, ±1 ± 3j, ±3 ± j, ±3 ± 3j} 1 π 1 1
Φk = −π
2 − atan( 3 ) 2 − atan( 3 ) π − atan( 3 )
code la partie réelle - code la partie imaginaire f0 = 13 Hz et Db=10 bits/seconde

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 51 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 52 / 68
Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) Modulations QAM Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) Réalisation physique et performances

16-QAM - Filtre NRZ - I (t)/Q(t) Modulateur


cos(2πf0 t)
2

I(t)
0

−2

0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 Filtre de I (t)


Re(αk ) mise en ×
forme he (t)
2

Q(t) 0

−2 αk e(t)
+
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2

2
e(t)

0 Filtre de Q(t)
Im(αk ) mise en ×
−2
forme he (t)
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
Temps (s)

e(t) = I (t) cos(2πf0 t) − Q(t) sin(2πf0 t)


− sin(2πf0 t)
dn = 0 1 0 0 1 1 1 0 0 0 1 1
αk = -1-3j 1+3j -3+j X X
f0 = 13 Hz et Db=10 bits/seconde I (t) = Re(αk )he (t − kT ) Q(t) = Im(αk )he (t − kT )
k∈Z k∈Z
e(t) = I (t) cos(2πf0 t) − Q(t) sin(2πf0 t)

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 53 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 54 / 68

Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) Réalisation physique et performances Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) Réalisation physique et performances

Démodulateur Energie moyenne par bit


2 cos(2πf0 t)

Iˆ(t) Filtre de zI (t)


Filtre
× réception
passe bas
hr (t) = he (−t)

Une modulation M-QAM correspond à deux modulations M-ASK symétriques
r (t)
en parallèle :

2(M − 1)
Ebit = Eh
3 log2 M e
Q̂(t) Filtre de zQ (t)
Filtre
× réception
passe bas
hr (t) = he (−t)

−2 sin(2πf0 t)

2 cos(2πf0 t)e(t) = I (t) + I (t) cos(4πf0 t) − Q(t) sin(4πf0 t)


−2 sin(2πf0 t)e(t) = Q(t) − I (t) sin(4πf0 t) − Q(t) cos(4πf0 t)
Après un filtrage passe-bas, on retrouve I (t) et Q(t), puis en échantillonant Re(αk ) et Im(αk ),
et enfin αk
Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 55 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 56 / 68
Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) Réalisation physique et performances Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) Réalisation physique et performances

Probabilité d’erreur binaire Comparaison ASK / QAM


Taux d’erreur binaire pour des modulations M−ASK symétriques Taux d’erreur binaire pour des modulations M−QAM
0 0
10 10

−2 −2
10 10
Si on utilise un codage de Grey et si le récepteur est optimal, on peut montrer que
−4 −4
10 10
√ s √ 
M −1 2E bit 3 log2 M

TEB

TEB
TEB ≈ 2 √ √ Q −6
10 10
−6

M log2 M N0 M −1 2−ASK
−8 4−ASK −8
10 10 4−QAM
8−ASK
16−QAM
√ −10
16−ASK
32−ASK −10
64−QAM
◮ Comme si on avait deux modulations M-ASK indépendantes ! 10 10 256−QAM
1024−QAM

◮ Si on utilise un filtre NRZ, alors B = T2 (attention, on n’est plus en bande de −12


10
0 5 10 15 20 25 30
10
−12

0 5 10 15 20 25 30
base !), et on a donc η = log22 M . Plus M augmente, plus η augmente. Ebit/N0 (en dB) Ebit/N0 (en dB)

◮ En revanche, quand M augmente, le TEB augmente. ◮ On peut√transmettre avec une M-QAM pour le même taux d’erreur binaire
qu’une M-ASK symétrique !
◮ En revanche, les modulateurs et démodulateurs sont plus complexes à réaliser
avec une M-QAM

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 57 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 58 / 68

Modulation par déplacement de fréquence (FSK) Modulation par déplacement de fréquence (FSK) Principe

Sommaire Modulation par déplacement de fréquence : FSK


On a déjà modifié l’amplitude et la phase de la porteuse, cette fois ci on va
modifier la fréquence fondamentale de la porteuse : Frequency Shift Keying
Introduction n o
e(t) = Re e 2πjt(f0 +x(t))
Modulation par déplacement d’amplitude (ASK)

Modulation par déplacement de phase (PSK)


Ce qui revient à

Modulations par déplacement d’amplitude et de phase (APSK) e(t) = cos (2π (f0 + x(t)) t)
Modulation par déplacement de fréquence (FSK)
Principe
◮ Dans le cas d’un filtre de mise en forme he (t) NRZ, cela devient
Modulations FSK et CPFSK
Modulation MSK
X
e(t) = cos (2π (f0 + ak ) t) he (t − kT )
k∈Z

◮ On change la fréquence fondamentale de la porteuse tous les T , en fonction


des symboles ak : la fréquence fondamentale pour kT ≤ t < (k + 1)T est
f0 + ak

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 59 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 60 / 68
Modulation par déplacement de fréquence (FSK) Principe Modulation par déplacement de fréquence (FSK) Modulations FSK et CPFSK

Choix des symboles Modulation FSK

◮ Dans la suite du cours on suppose que M = 2 (cas 2-FSK, souvent appelé


simplement FSK)
Dans le cas d’une modulation FSK à M symboles, les ak doivent être homogènes
◮ On a donc 2 fréquences fondamentales possibles :
à une fréquence et on choisit un dictionnaire antipolaire : ∆f
◮ f1 = f0 − 2
∆f
∆f ◮ f2 = f0 + 2
ak ∈ {−(M − 1), · · · , −3, −1, 1, 3, · · · , M − 1}
2 ◮ On a donc
f2 − f1 = ∆f
◮ f0 est donc la fréquence centrale
◮ Plus on réduit ∆f , moins on utilise de bande passante
◮ ∆f est l’excursion de fréquence
◮ Indice de modulation
µ = ∆f T
◮ Plus µ est petit, moins on utilise de bande passante

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 61 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 62 / 68

Modulation par déplacement de fréquence (FSK) Modulations FSK et CPFSK Modulation par déplacement de fréquence (FSK) Modulations FSK et CPFSK

FSK non cohérente FSK cohérente et non cohérente

e(t)
1

0.8

0.6

0.4
◮ Problème : il y a un saut tous les T quand la fréquence change : FSK non
0.2
cohérente
0 ◮ Ces sauts créent des fréquences parasites sur le spectre du signal modulé
−0.2 ◮ On peut transformer x(t) pour que la phase soit continue dans le temps :
−0.4 FSK cohérente (ou CPFSK)
−0.6 ◮ Plus difficile à réaliser en pratique
−0.8
◮ Permet de réduire l’occupation spectrale
−1
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
Temps (s)

dn = 0 1 0 0 1 1 1 0 0 0 1 1
f0 = 13 Hz, Db=10 bits/seconde, ∆f = 6 Hz (f1 = 10 Hz, f2 = 16 Hz)

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 63 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 64 / 68
Modulation par déplacement de fréquence (FSK) Modulations FSK et CPFSK Modulation par déplacement de fréquence (FSK) Modulations FSK et CPFSK

FSK cohérente 2-FSK cohérente

e(t)
◮ Pour une FSK non cohérente, on a 1

0.8
e(t) = cos(2πf0 t + φ(t)) 0.6

0.4
avec
0.2
φ(t) = 2πak t pour t ∈ [kT ; (k + 1)T [
0
◮ Pour une FSK cohérente, on va poser −0.2

−0.4
φ(t) = 2πak (t − kT ) + φk pour t ∈ [kT ; (k + 1)T [ −0.6

−0.8
◮ La condition de continuité donne
−1
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
Temps (s)
2πak+1 ((k + 1)T − (k + 1)T ) + φk+1 = 2πak ((k + 1)T − kT ) + φk
dn = 0 1 0 0 1 1 1 0 0 0 1 1
φk+1 = 2πak T + φk f0 = 13 Hz, Db=10 bits/seconde, ∆f = 6 Hz (f1 = 10 Hz, f2 = 16 Hz)

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 65 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 66 / 68

Modulation par déplacement de fréquence (FSK) Modulation MSK Modulation par déplacement de fréquence (FSK) Modulation MSK

Modulation MSK MSK

e(t)
1

0.8

0.6
Rappel : 0.4
◮ Plus µ est petit, moins on utilise de bande passante 0.2

◮ Avec une CPFSK, on diminue la largeur de la bande passante 0

◮ Minimum Shift Keying (MSK) : plus petite valeur de µ permettant une −0.2

probabilité d’erreur optimale (µ = 0.5). −0.4

1 −0.6
◮ MSK : CPFSK (cohérente) avec un filtre NRZ et ∆f = 2T −0.8

−1
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
Temps (s)

dn = 0 1 0 0 1 1 1 0 0 0 1 1
1
f0 = 13 Hz, Db=10 bits/seconde, ∆f = 2T = 5 Hz (f1 = 10.5 Hz, f2 = 15.5 Hz)

Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 67 / 68 Laurent Oudre laurent.oudre@univ-paris13.fr Communications numériques 2016-2017 68 / 68