Vous êtes sur la page 1sur 5

ZAD AL MUSTAQNI' - Imam Al Hajjawy

Commentaire par Salih ibn Fawzan al Fawzan

CHAPITRE – LES ACTES QUI SONT INTERDITS EN ETAT D’IHRAM:

Hajjawy : Il y a neuf interdictions : Se raser les cheveux, se couper les ongles. Un Muhrim
qui se rase ou se coupe (les ongles) de trois devra payer la pénalité que l’on appelle
« dum ». Un Muhrim qui se couvre la tête avec une chose attachée doit faire une expiation
pour cela. Un Muhrim homme qui porte un vêtement cousu doit expier pour cela.

Fawzan: « Mahzurat en état d’ihram sont des actes qui sont interdits durant l’état d’ihram. Ils
sont au nombre de neuf actes :

1) « Se raser les cheveux » Il est interdit pour le Muhrim de se raser, couper les cheveux
(femmes et hommes) Peu importe si c'est les cheveux sur le cuir chevelu ou les cheveux sur
d'autres parties du corps. Allah a dit : « Et ne rasez pas vos têtes avant que l'offrande
[l'animal à sacrifier] n'ait atteint son lieu d'immolation. » (Sourate Al Baqara –
V.196)
Cela prouve que raser les cheveux sur la tête ou l’enlever par d’autres moyens est interdit pour le
Muhrim. Cette interdiction s’applique sur tous les poils du corps par analogie (qiyas) tout au long
qu’il soit en état d’ihram.

2) « Se couper les ongles » Le Muhrim ne peut pas couper ses ongles comme cela est similaire
pour les cheveux. Cependant, si elle tombait spontanément ou si une partie de l'ongle ou
de l'ongle se brisait d'elle-même, alors il n'y a pas de blâme sur le Muhrim.

« Un Muhrim qui se rase ou se coupe… » Si un Muhrim enlève trois mèches de cheveux se coupe
trois ongles ou ongles d’orteils, alors il doit expier en sacrifiant un mouton, en jeûnant pendant
trois jours ou en nourrissant six pauvres. Le sacrifice doit avoir lieu dans le sanctuaire du Haram
(autour de la Sainte Mosquée) et ceux qui sont nourris doivent être les pauvres du Haram.

Concernant le jeûne, il peut être fait n’importe où comme Allah a dit : « Si l'un d'entre vous est
malade ou souffre d'une affection de la tête (et doit se raser), qu'il se rachète alors par un
Siyâm ou par une aumône ou par un sacrifice. » (Sourate Al Baqara – V.196)
Le Prophète ‫ صلى هللا عليه وسلم‬a expliqué cela à K’ab ibn ‘Ujra ‫ رضي هللا عنه‬quand ce dernier a dû se
raser les cheveux en raison d'une maladie. Il a dit : « Sacrifie un mouton ou nourrit six pauvres,
donnant à chacun la moitié d’un Sa’ ou jeûne trois jours. » [Hadith rapporté par Al Bukhary
(3/12,13) (5/164) et Muslim (4/20, 21, 22)]

3) Un Muhrim qui couvre sa tête avec une chose attachée, il est interdit pour un homme
pèlerin de couvrir sa tête avec une chose attachée sur sa tête tout au long de son état
d’ihram. Le Prophète ‫ صلى هللا عليه وسلم‬a exposé sa tête lorsqu’il était Muhrim comme l’on fait
ses Compagnons. Le Prophète ‫ صلى هللا عليه وسلم‬a dit concernant un homme qui est tombé de
son animal et est mort « Enveloppez le avec deux vêtements… » C’est-à-dire les deux
vêtements d’ihram « Et ne couvrez pas sa tête ni appliquer du parfum sur lui. » [Hadith
rapporté par Al Bukhary (2/96) et Muslim (4/23, 24 et 25)]
4) « Un homme pèlerin qui porte un vêtement cousu… » Si un Muhrim porte un vêtement
cousu ou sur mesure sur son corps ou une partie de celui-ci, il devra offrir une expiation. Il
peut choisir l’une des expiations suivantes : Sacrifier un mouton, nourrir six pauvres ou
jeûner trois jours.

Hajjawi : Quiconque accomplit le Hajj parmi les gens de la Mecque, devra entrer en état
d’ihram à l’intérieur tandis que pour l'’Umra cela est fait au-delà de la ville sacrée.

Fawzan : Les résidents de la Mecque entre en état d’ihram à la Mecque même, par contre ceux qui
accomplissent la ‘Umra devront rentrer en état d’ihram dans la périphérie de la Mecque.
La preuve de cela est le récit où ‘Aisha (Radiya Allahu anha) a demandé d’accomplir la ‘Umra. Le
Prophète ‫ صلى هللا عليه و سلم‬a demandé au frère d’Aisha ‫‘ رضي هللا عنها‬Abdul Rahman ibn Abi Bakr de
l’accompagner à un endroit appelé « At-Tan’im » qui se trouvait à la périphérie de la Mecque et
pas dans la ville Sacrée. Elle est donc rentrée en état d’ihram depuis cet endroit. [Hadith rapporté
par Al Bukhary (2/174) (3/6) (4/76) et Muslim (4/133)]

Cela est la preuve que les résidents de la Mecque ne peuvent pas rentrer en état d’ihram tout en
restant dans la ville Sacrée. Ils devront aller à la périphérie de la ville Sacrée et le feront à At-
Tan’im ou al-Ji’rana, l’endroit où le Prophète ‫ صلى هللا عليه و سلم‬est entré en état d’ihram quand il a
accompli la ‘Umra l’année de la bataille de Hunayn, ‘Arafa ou d’un autre endroit qui se situe à plus
d’environ 1,5 km du sanctuaire de la Mecque. Ils devront rentrer en état d’ihram et seulement
après rentrer dans la Mecque.

Hajjawy : S’il applique du parfum sur son corps et vêtements, se barbouille d'une
substance odorante, l'inhaler ou brûler du ‘oud ou quelque chose de semblable, il devra
offrir une expiation.

Fawzan : 5) Il est interdit pour le Muhrim d’appliquer un quelconque type de parfum, qu’elle soit
sous forme liquide ou sous forme de fumée (comme l’encens) ou sous forme de poudre. Tous ces
parfums sont interdits lorsque l’on est Muhrim. Le Prophète ‫ صلى هللا عليه و سلم‬a dit à propos du
Muhrim « […] Et il ne doit pas s'habiller dans un vêtement qui a été parfumé avec la teinture ou du
safran. » [Hadith rapporté par Al Bukhary (3/20-21) et Muslim (4/2)]

Hajjawi : S'il tue une proie comestible qui est à l'origine un habitant de la terre ou une
progéniture croisée de ce type de proie ou qu'il a péri alors qu'il était en sa possession,
alors il doit payer une pénalité.

Fawzan : 6) « S’il tue une proie comestible qui est à l’origine un habitant de la terre » La chasse est
interdite pour le Muhrim dans le sanctuaire du Haram ou en dehors. Allah a dit : « O les
croyants! Ne tuez pas de gibier pendant que vous êtes en état d'Ihram. » (Sourate Al
Ma’ida – V.95)

Les proies qui ne devraient pas être chassées sont les animaux terrestres. Les animaux sauvages
qui vivent à l'origine sur la terre, par exemple les oiseaux, les gazelles, les lapins et autres animaux
similaires, sont interdits à la chasse quand on est muhrim. Cependant, les animaux domestiqués
comme les vaches, les moutons et les chameaux qui deviennent sauvages après avoir échappé à la
captivité ne sont pas interdits d'être chassés quand on est muhrim. C'est parce qu'ils ne sont pas
considérés comme un gibier.

« Ou une progéniture croisée de ce type de proie » Si un animal sauvage se croise avec un animal
domestiqué, la progéniture qui en résulte est interdite à la chasse par un mahram car il vaut mieux
pécher par excès de prudence.

Hajjawi : Les animaux domestiques ne sont pas interdits, ni les animaux marins, animaux
interdit à la consommation et aux animaux nuisibles.

Fawzan : « Animaux domestiques ne sont pas interdits » C’est-à-dire d’être chassé. Des exemples
seraient les chameaux, les vaches et les moutons, poulets et autres animaux qui vivent parmi les
hommes. Il est permis de les égorger et de manger leurs viandes. Similairement, les animaux de la
mer peuvent être chassés pour être mangé. Allah a dit : « La chasse en mer vous est permise, et
aussi d'en manger, pour votre jouissance et celle des voyageurs. » (Sourate Al Ma’ida –
V.96)

« ni les animaux marins » Chasser en mer n’est pas interdit pour la chasse par le Muhrim. Il est
permis pour lui de chasser des baleines et des poissons et autres animaux qui vivent uniquement
dans l’eau. Le Muhrim est uniquement interdit de chasser des animaux dont leur habitation est la
terre.

« animaux interdit à la consommation » Les animaux et oiseaux dont la viande n’est pas halal pour
la consommation peuvent être tués quand la personne est en état d’ihram. Des exemples seraient
le loup, le lion et d’autres animaux similaires. La raison qui permet de les tuer, même si ces
animaux vivent sur terre, est qu’ils ne sont pas considérés comme étant des gibiers. Allah
‘azzawajel a seulement interdit la chasse des gibiers vivant sur terre par le muhrim.

« animaux nuisibles » Les animaux nuisibles aux humains et ceux qui leur font du mal, les
attaquent et les mangent ou volent leur nourriture sont autorisés à être tués en état de légitime
défense. Il n'y a pas de pénalité encourue pour tuer ces types d'animaux.

Hajjawi : Le contrat de mariage est interdit et invalide. Aucune expiation est requise. La
réunion des divorcés est permise.

Fawzan : 7) Le contrat de mariage, parmi les choses qui sont interdites quand la personne est en
état d’ihram est le contrat de mariage (nikah) c’est-à-dire, le contrat où la mariée est officiellement
offerte par son tuteur et acceptée par le marié. Un Muhrim ne doit pas se marier ni marier une
femme en tant que tuteur, même si le marié est un Muhrim ou non. Le Prophète ‫ صلى هللا عليه وسلم‬a
dit : « Le Muhrim ne doit pas se marier ni ne donner une femme en mariage. » [Hadith rapporté
par Muslim (4/136)] C’est-à-dire, il ne doit pas se marier avec une femme ni il ne devrait pas non
plus présider à marier une femme à un autre homme.

« La réunion des divorcés est permise. » La femme qui observe la séparation peut retourner chez
son conjoint. Ceci est permis lorsque l'un ou les deux sont dans l'état d'ihram. C'est parce que la
réunion est différente du mariage (nikah). La séparation est observée quand un homme prononce
« At-Talaq » (divorce), la première ou deuxième fois.

Hajjawi : Si le Muhrim a un rapport sexuel avant qu’il atteigne le premier tahalul, le


pèlerinage du couple est invalide. Toutefois, ils devront procéder à l’accomplissement à
tous les rites. Ils doivent ensuite rattraper ce pèlerinage l'année suivante.

Fawzan : 8) Le rapport sexuel, le sexe est un acte interdit pour le Muhrim. S’il a un rapport, son
pèlerinage est annulé si cela a lieu avant le premier tahalul, c’est-à-dire avant qu'il jette les cailloux
à Jamra al-Aqaba et se rase la tête. Ceci est le premier tahalul.

Le second tahalul inclue le jet de cailloux à Jamra al-Aqaba, se raser la tête, le tawaf al-Ifada de
même que le Sa’i (pour ceux qui sont obligés d’accomplir le Sa’i. S’il accomplit tous ces rites, alors
il aura complété le tahalul et donc il peut faire un contrat de mariage ou avoir un rapport sexuel
avec sa femme.

Hajjawi : Caresser une femme est interdit. Si le sperme coule dû à cette action, son Hajj
reste valide. Il doit sacrifier un animal en expiation. Toutefois, il doit entrer en état
d’ihram après le tahalul de manière à effectuer Tawaf al-Fard.

Fawzan : 9) Caresser une femme, c’est-à-dire engager des préliminaires sans pénétration. Si le
sperme coule sans pénétration, alors son Hajj reste valide. Toutefois, il doit offrir une expiation
similaire à celui qui a eu un rapport sexuel. L’expiation est d’égorger un mouton. Contrairement à
avoir un rapport sexuel, caresser une femme n’annule pas le Hajj. Il doit égorger un mouton même
si le sperme ne coule pas après des caresses ou préliminaires.

Hajjawi : L’ihram d’une femme est simiilaire à celui de l’homme sauf pour la tenue
vestimentaire. Elle doit éviter la Burqa et les gants. Elle ne devra pas couvrir son visage
mais porter des bijoux est permis.

Fawzan : Après avoir expliqué les actes interdits pour un Muhrim homme, l’auteur s’attaque aux
problèmes concernant les femmes disant que tous ce qui est interdit pour un homme est interdit
pour une femme.

« Sauf pour la tenue vestimentaire » Il lui est permis de porter des vêtements cousus ou des
vêtements sur mesure. Elle n’a pas besoin de s’habiller avec des vêtements spécifiques pour entrer
en état d’ihram, ses vêtements ordinaires suffiront. Toutefois, elle doit éviter les choses suivantes :

1) La Burqa, c’est un vêtement similaire au Niqab (voile du visage). Les deux sont cousus pour
couvrir le visage de façon à ce que seuls les yeux soient visibles. Le Prophète ‫صلى هللا عليه وسلم‬,
lorsque l’on l’a interrogé sur la tenue vestimentaire des femmes, il a dit : « Elle ne doit pas porter
un Niqab. » [Hadith rapporté par Al Bukhary (3/19)]
Toutefois, elle peut couvrir son visage en utilisant un autre chose que le Niqab ou la Burqa comme
un châle ou une écharpe. Elle peut le mettre sur son visage s’il elle rencontre un homme qui n’est
pas son mahram. ‘Aisha ‫ رضي هللا عنه‬a dit : « Nous étions avec le Prophète (durant le Hajj) quand un
homme est passé devant nous. Chacune d’entre nous avons tirés nos écharpes sur nos têtes et nos
visages, le découvrant seulement après qu’il soit parti. » [Hadith rapporté par Ahmad (6/30) Abu
Dawud (1833) et Ibn Majah (2935)]

2) Porter des gants est interdit pour celle qui est en état d’ihram. Elle peut couvrir ses mains en
utilisant sa robe ou ses vêtements pour qu’elles ne soient pas exposés aux hommes.

« Porter des bijours est permis. » Les femmes qui sont en état d’ihram ont le droit de porter des
bijoux mais elles ne doivent pas les laisser apparent pour que les hommes les voient. Elle devrait
cacher ses bijoux avec ses vêtements, car il est interdit de le montrer à des hommes qui ne sont
pas son Mahram. Cette dernière déclaration est vraie peu importe si elle est Muhrim ou non. Elle
devrait cacher ses ornements car c'est une forme de fitna.