Vous êtes sur la page 1sur 207

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES

SERVICE G É O L O G I Q U E NATIONAL
B.P. 6009 - 45060 Orléans Cedex - Tél.: (38) 63.80.01

TRAITEMENT PAR FLOTTATION


DU MINERAI DE BODENNEC
ESSAIS DE LABORATOIRE ET ESSAIS PILOTES

par

J.L POLGAIRE - P.H. BAJON - G. MORIZOT

Département minéralurgie
B.P. 6009 - 45060 Orléans Cedex - Tél.: (38) 63.80.01

80 SGIM 543 MIN Août 1980

Réalisation : Département des Arts Graphiques


Plusieurs personnes ont participé à la réalisation de ces travaux :
- pour les essais de laboratoire : G. MERY et A. ROMERO,
- pour les essais pilotes : A. BROUSSAUD, J.L. CECILE, C. REINHARDT,
J.P. FABY, J.L. BEAUVILLE, J.J. BOULARD et P.L. HERGIBO.
Y. BRECL, A. FERON, P. GALLE-CAVALLONI, S. GOUGIS, A. MABILLE,
G. MERY, G. RICHALET, J.L. ROLAND, A. ROMERO, O. ROMERO, P. VERDIER.

Les analyses de libération ont été réalisées par M. C. GATEAU


(SGN/MGA) et les analyses chimiques par MM. M. GARCIA et J. TOURNIER.
s o rircA I R E

Pages
RESUME, INTRODUCTION ET CONCLUSIONS I À XIII

1 - RAPPEL DES CONCLUSIONS DES ETUDES ANTÉRIEURES ; RESULTATS ACQUIS


ET LEUR INFLUENCE SUR LA PRESENTE ETUDE

2 - MINERAI TOUT-VENANT

3 - ESSAIS DE LABORATOIRE PRÉPARATOIRES AUX ESSAIS PILOTES

3 . 1 - BROYAGE 8
3.1.1 - Broyage par broyeur à boulets 8
3.1.2 - Broyage par broyeur à barres 15
3.1.3 - Dissolution au cours du broyage 17
3.2 - ESSAIS DE FLOTTATION 18
3.2.1 - Conditions des essais. Réactifs utilisés.
Définitions 18
3.2.2 - Essais de flottation naturelle 19
3.2.3 - Flottation d'un concentré semi-global Pb Cu et
orientation générale de 1'étude 20
3.2.4 - Caractérisation de la flottation du concentré
semi-global et de la séparation Plomb Cuivre 25
3241 - Influence de la mixité minéralogique sur les
résultats de la flottation 25
3242 - Influence de la nature du collecteur et des
paramètres de 1'ébauchage 42
3243 - Essais de séparation du concentré semi-
global Pb Cu 47
3244 - Récapitulation des conclusions des essais
d'orientation 54
3.2.5 - Essais d'optimisation 54
3.2.6 - Comportement des éléments mi neurs 82
3.2.7 - Bilan des essais de laboratoire ; leur influence
sur la conception du flowsheet de l'essai pilote .. 84
86
ESSAIS PILOTES

4.1 - DESCRIPTION DU CIRCUIT PILOTE 88

4.1.1 - Broyage du tout-venant 88


4.1.2 - Circuit de flottation 91
4.2 - REACTIFS - CALCUL DES BILANS DES ECHANTILLONNAGES DE FLUX. 99
4.2.1 - Réactifs 99
4.2.2 - Calcul des bilans à partir des échantillonnages de
flux 99
4.3 - RESULTATS DES ESSAIS PILOTES 101
4.3.1 - Première semaine d'essais 101
4.3.2 - Deuxième semaine d'essais 124
4.3.3 - Troisième semaine d'essais 134
4.4 - BILAN DES ESSAIS PILOTES 148
4.5 - COMPORTEMENT DE L'ARGENT - COMPOSITION CHIMIQUE DES
CONCENTRES 149
4.5.1 - Comportement de l'argent 149
4.5.2 - Composition chimique des concentrés 151
4.6 - CARACTERISTIQUES DE FILTRABILITE DES CONCENTRES 153
5 - ESSAIS DE LABORATOIRE COMPLÉMENTAIRES 159

5 . 1 - DEFINITION DES PARAMETRES D'EBAUCHAGE 161


5.2 - DEFINITION DES PARAMETRES DE RELAVAGE DU CONCENTRE
D'EBAUCHAGE Pb-Cu 164
5.3 - ESSAIS D'OPTIMISATION 174
5.3.1 - Premier essai d'optimisation (essai 48) 174
5.3.2 - Deuxième essai d'optimisation (essai 49) 178
5.3.3 - Comportement de l'argent 182
5.4 - BILAN DES ESSAIS COMPLEMENTAIRES DE LABORATOIRE 183
RESUME

A la demande de RDM/FE, le département Minéralurgie a entrepris des


essais de flottation en laboratoire et en circuit pilote sur le minerai de
Bodennec, afin de définir un flowsheet de traitement permettant d'obtenir trois
concentrés différenciés de Cuivre, Plomb et Zinc, ainsi qu'un bilan prévision-
nel de ce traitement.
Les essais ont été réalisés à partir d'un échantillon de 70 tonnes
de minerai prélevé à partir des haldes de travaux miniers et titrant 2,7 % Cu,
6,2 % Pb, 7,5 % Zn et 142 g/t Ag ; ces teneurs sont voisines de celles d'un
préconcentré de minerai de carrière.
Le procédé retenu est celui de la flottation semiglobale qui permet
de flotter un concentré semiglobal Pb Cu puis un concentré Zn ; le plomb est
ensuite séparé du Cuivre par flottation du cuivre et dépression du plomb par
l'hydrogénosulfite de sodium.
Le flowsheet proposé pour la flottation comporte trois sections
bien individualisées (flottation Plomb Cuivre, séparation Plomb Cuivre par
flottation du Cuivre et "reflottation" du Plomb, flottation Zinc). Il apparaît
que le flowsheet peut être caractérisé à la fois par sa souplesse d'adaptation
aux variations de l'alimentation et aux exigences de la production, mais aussi
par la nécessité d'un contrôle rigoureux des paramètres des flottations en
relation avec la complexité du minerai.
Le traitement permet de délivrer en fonction des variations de
l'alimentation soit trois concentrés différenciés, soit deux concentrés (un
concentré Cuivre + un concentré mixte Plomb Zinc). Les caractéristiques des
concentrés sont les suivantes :
(l) (1) (1)
Cu % Rep. Pb % Rep. Zn % Rep. Ag^Rep.™
ppm

Conc. Cu 26 80 à 90 7 10 7 10 300 23 (max.)

Conc. Pb 2 5 40 50 12-15 10-15 « 40-45


ou
45 45
5
Conc. Zn 2 5 8 15 ,(max.)
° 70 200 15 env.

Conc. mixte 2 10 25 75
30 3b
350 65
Pb Zn " (max.) (max.) (max.)(max.)

(1) Les répartitions métal citées dans ce tableau sont calculées par rapport
à l'alimentation de la flottation (c.a.d. par rapport au préconcentré
gravimétrique).
(2) L'argent se répartit grossièrement à 17 % avec le Cuivre et 82 % avec le
Plomb.
- I-

INTRODUCTION

Ce rapport présente les essais de flottation réalisés à la demande


de RDM/FE en laboratoire et en circuit pilote au département Minéralurgie sur
le minerai de Bodennec.
Dans une précédente étude (rapport 78 RDM 010 DEX) il avait été pro-
posé de traiter le minerai de Bodennec par préconcentration gravimétrique et
flottation afin d'obtenir trois concentrés différenciés de Cuivre, Plomb et
Zinc.
Le présent rapport décrit donc les essais de traitement par flotta-
tion qui ont été réalisés à partir d'un échantillon de 70 tonnes du minerai de
Bodennec, prélevé à partir des haldes de travaux miniers et titrant 2,7 % Cu,
6,2 % Pb, 7,5 % Zn et 142 g/t Ag. Les teneurs de cet échantillon sont voisines
de celles d'un préconcentré de minerai de carrière tel qu'il avait été défini
dans le rapport précité.
Il a été jugé préférable, pour présenter les très nombreux résultats
de ces travaux de conserver un ordre chronologique permettant de mieux appré-
hender les problèmes posés par ce minerai et les solutions proposées qui ont
présidé au déroulement des essais ; la synthèse et l'appréciation des résultats
constituent les conclusions de ce rapport.
Ainsi, le plan général de ce rapport est le suivant :
- Rappel des conclusions des études antérieures réalisées sur le
minerai de Bodennec.

- Essais de laboratoire préparatoires aux essais pilotes : détermi-


nation de la maille de broyage de l'alimentation de la flottation ;
conception du flowsheet des essais pilotes.
- Essais pilotes : analyse des résultats et caractérisation des
concentrés.
- Essais de laboratoire complémentaires : optimisation de la struc-
ture du flowsheet à partir des résultats des essais pilotes.
- Conclusions : synthèse et appréciation des résultats de l'ensemble
de ces travaux.

REMARQUE
Les valeurs de Té-partition métal (récupération ou perte) fournies
dans ce rapport sont calculées par rapport à l'alimentation flottation (c 'est-
à-dire par rapport au contenu métal du préconcentré gravimétrique).
- II -

6 4 CONCLUSIONS

Les essais de laboratoire et les essais pilotes de flottation présen-


tés dans ce rapport permettent de proposer un procédé et un flowsheet de trai-
tement du minerai de Bodennec. Ils permettent également de fournir les bilans
de ces traitements.
Rappelons que le tout-venant de mine est d'abord préconcentré par
divers procédés gravimétriques puis le préconcentré est envoyé au circuit de
flottation ; le minerai sur lequel les essais de flottation ont été réalisés
à une composition assez proche d'un préconcentré de minerai de carrière : il
titre 2,7 % Cu, 6,2 % Pb, 7,5 % Zn, 12,5 % Fe, 41,7 % SiÛ2 et 142 g/t Ag.
Il faut noter que dans ce "tout-venant" la teneur en SÍO2 est élevée
et sans doute supérieure à celle que l'on pourrait attendre de la préconcentra-
tion gravimétrique ; d'autre part, lors des essais de traitement gravimétrique
réalisés à l'occasion de la précédente étude sur le minerai de Bodennec (rap-
port 78 SGN 204 MIN) "plusieurs possibilités de traitement gravimétriques
avaient été envisagées que seuls des essais complémentaires avec les construc-
teurs et des études économiques comparatives devaient permettre de départager".
Il serait souhaitable que ces essais complémentaires soient réalisés
sur le minerai de Bodennec sensu stricto et sur le minerai de Keranscol afin
de pouvoir définir le débit d'alimentation de la section flottation (en vue du
dimensionnement des appareils) et afin de pouvoir estimer plus précisément les
teneurs d'alimentation.
- Ill -

6.1 - Procede et flowsheet

Le procédé proposé est le procédé de flottation semi-globale qui


permet de flotter un concentré semi-global Plomb Cuivre, puis un concentré
zinc ; on sépare ensuite le Plomb du Cuivre en flottant le cuivre et déprimant
le Plomb par 1'hydrogénosulfite de sodium en présence de charbon actif.
Ce procédé est utilisé dans de très nombreuses laveries traitant les
minerais sulfurés (gisements du type Kuroko au Japon, Australie, Canada, Pérou..)
Les modifications apportées au schéma sont cependant très variables et très
nombreuses.
Les caractéristiques du minerai de Bodennec (dont certaines sont
classiques des minerais sulfurés complexes) ont conduit à choisir ce procédé
puis à y apporter des modifications importantes.
Les principales caractéristiques du minerai sont les suivantes :
- très fine maille de libération des espèces valorisables : il n'est
pas possible de donner une valeur de la maille de libération des espèces valo-
risables, mais il est possible de définir une maille de broyage permettant
d'obtenir des concentrés assez bien différenciés soit un d95 de 20 microns.
Cette maille est atteinte en deux étapes : le tout-venant de flottation est
d'abord broyé à un dso de 32 microns puis le concentré semi-global Plomb-
Cuivre (soit 40 % poids du tout-venant) est rebroyé à la maille de á% de
20 microns.
Malgré ce broyage fin, les espèces valorisâmes restent incomplè-
tement libérées, les mixtes minéralogiques les plus fréquents étant les mixtes
blende-galène. Par contre, à cette maille il n'y a plus de mixtes des espèces
valorisâmes et de la gangue (pyrite ou quartz).'-^
Par ailleurs, le rebroyage au dgs de 20 microns crée une quantité
importante de fines de galène dont la flottabilité se trouve alors réduite.
- excellente flottabilité de la chalcopyrite, flottabilités moyennes
mais voisines de la galène et de la blende : ce critère de flottabilité - et
le critère de libération - ont été déterminants pour le choix du procédé semi-
global d'une part, et pour le choix du procédé de séparation Plomb/Cuivre par
dépression du Plomb d'autre part.
- répartition de l'Argent telle que environ 17% suivent le cuivre
et 83% suivent le plomb : ces valeurs de répartition impliquent d'obtenir un
concentré cuivre et un concentré Plomb avec des récupérations métal élevées.

(1) Au cours de ces travaux, le contrôle de l'influence de la mixité a été


réalisé en étudiant de façon combinée les résultats des analyses chimiques
et des analyses de mixité par Q.T.M. des -produits de flottation (SGN/MGA
MM. GATEAU, TOURNIEZ et GARCIA).
- IV -

Le flowsheet proposé comprend trois sections : broyage et flottation


Pb Cu, séparation Pb Cu, flottation Zn (cf. figures 65, 65bis et 65ter). Il est
caractérisé par :
- l'indépendance des sections qui constituent chacune une structure
bien individualisée sans retour d'un mixte de flottation à une section précé-
dente. Cette structure s'est imposée en raison de la mauvaise flottabilité de
la galène,
- l'absence, dans la première section (broyage et flottation Pb Cu)
d'un recyclage des mixtes de relavage - au niveau des flottations d'ébauchage,
- un circuit de séparation plomb cuivre comprenant successivement
une flottation cuivre puis une flottation plomb totalement individualisées.
- V -

LEGENDE DU FLOWSHEET (cf. fig. 65, 65 bis et 65 ter)

Symboles

© : pourcentage poids du flux (par rapport à l'alimentation


flottation).
Cs : concentration solide de la pulpe.
te» tF, tR : temps de conditionnement, flottation, relavage
(temps de laboratoire exprimés en minutes).
F, NF : Flotté, Non flotté.
Deg., Ep., Rel : dégrossissage, épuisage, relavage.
UF : Underflow (sousverse).

Réactifs

Collecteur : mélange 1/1 d'amylxanthate de potassium (AXK) et


d'aérophine S3418 (Aph).
Moussant : Aerofroth 65 : A65.
Réactifs modifiants : chaux : CaO
hydrogenosulfite de sodium : Na HSO3
(solution commerciale à 50 % ) .
Sulfate de zinc : Zn SO4
Cyanure de sodium : CN Na '
Sulfate de cuivre : Cu SO4!
Charbon actif (acticarbone 2S) : CA 2S.

Les consommations de réactifs sont données en grammes par tonne


d'alimentation flottation.
CIRCUIT VE FLÖTTATION Pb-Cu FIGURE N° 65

NaHSO3 700 g/t


Zn S04 700 g/t

AXK + Aph 70 g/t


A65 30 g/t
d80 :
Alimentation
flottation
NF

Cs : 35-40
te : 10'
F (tF 9 1 )

Zn SO4 500 g/t


NaHS03 700 g/t
^ CA 2S 200 g/t
AXK + Aph 60 g/t
AXK + Aph 60 g/t A65 10 g/t
Rebroyage +• Aph 8 0 g / t r_ZnS04 500cyt
/ A65 10 g/t
A65 20 g/t
^

d95 : Reí. Oeg Reí. Ep NF Ep Pb Cu


Cs : 15-20% Pb Cu Pb Cu

13 Cs : 30-35
O te : 10'
F(tF9') F(tp 8'30) F(t F 9')

NF Reí. Reí CI-

Pb Cu cm
CLO

OÍ íT>
r
— CXJ

vers circuit de
séparation Pb Cu s \
F(tF4')

y
vers circuit Zn
CIRCUIT VE SEPARATTON Pb-Cu FIGURE N° 65 BIS

, A 65 : 20 g/t A 65 : 10 g/t
CA 2S : 350 g/t
NaHS0 3 : 1 kg/t
L
I
Ca0 : 200 g/t
Concentré
Pb Cu Flot. Cu Reí 1 Cu Rel 2 Cu
Cs : 10-15 % NF NF
te : 20'
F (t F 8') F (tF7-) F(t 6')

r
Cs : 5-10%

Possibilité d'envoyer ce flux directement CONCENTRE


CUIVRE
Cs : 5-10 % au circuit Zn (selon teneur Plomb)

* ( CaO : 300 g/t AXK + Aph : 100 g/t


r—< CNNa : 200 g/t r—A 65 : 10 g/t
A 65 = 10-20 g/t
( Zn S0 4 : 700 g/t

Flot Pb Rel 1 PI Rel 2 Pb


NF NF NF
te : 10'
F (tF7') F (tF5') F (tF6')

Cs : 10 Cs : 10 %

CONCENTRE
Autre formulation possible PLOMB
in lu Q_
( NaHSO3 : 300 g/t
( Zn S0 4 : 700 g/t V
Vers circuit Zn
CIRCUIT VE FL0TTATI0N ZINC FIGURE N° 65 TER

Stérile Ep Pb Cd 55) Cs : 25-30 ( CaO


Caü :: 33 kg/t
I
I Epaississeur
r—{ CA 2S : 200 ! g/t
stérile Reí Ep Pb Cii 20 ) Cs : 10
( Cu S0
) 44 :
: 500 g/t

Sterile Pb
G) cs :
UF 80 ) Cs : 35-40 %

AXK + Aph : 30 g/t


A 65 : 10 g/t AXK + Aph : 70
CaO : 300 g/t g/t
A 65 : 20 g/t

Ep Zn Deg Zn

F (tF 61) F (tF 6-7')


Cs:20-25

Reí 1 Zn

I
NF

F (tF 5')
CaO : 200 g/t

Reí 2 Zn

NF
F (tF 5')

STERILE CONCENTRE
ZINC
- IX -

6.1.1 - Section de broyage et flottation Pb Cu (cf. fig. 65)

Après broyage de l'alimentation flottation a un d80 de 32 microns,


les concentrés de flottation de dégrossissage et d'épuisage Pb Cu sont réunis
pour être rebroyés à un dgs de 20 microns avant relavage.
Le broyage du tout-venant est réalisé par deux broyeurs en série
fonctionnant en circuit fermé avec un cyclone ; le rebroyage des concentrés
Pb Cu est réalisé par un broyeur fonctionnant en circuit fermé avec un cyclone
travaillant sur l'alimentation du rebroyage : ce dispositif doit permettre
d'éviter le surbroyage des espèces valorisables et particulièrement de la galène.
La structure du circuit de relavage permet d'éviter un recyclage
des mixtes de relavage en tête des flottations débauchage. On prévient ainsi
l'accumulation du cuivre et surtout du Plomb dans cette section.
Le circuit de flottation Pb Cu fonctionne à pH naturel ; il délivre
d'une part le concentré mixte Pb Cu et d'autre part les stériles de l'épuisage
Pb Cu et du relavage Pb Cu qui sont envoyés à la section de flottation zinc.

Il faut noter que 1'entraînement de zinc dans le concentré mixte


Pb Cu est important (environ 40 % du zinc tout-venant si on s'impose une récu-
pération Plomb de 80 % dans le concentré mixte Pb lJ^
6.1.2 - Section de séparation Pb Cu (cf. fig. 65 bis)

Cette section délivre le concentré Cuivre, le concentré Plomb et le


stérile de dégrossissage Plomb qui est envoyé à la section de flottation zinc.
Cette section comporte une flottation cuivre (avec charbon actif et
hydrogénosulfite de sodium pour déprimer le Plomb) et une "reflottation" Plomb
de type classique pour éliminer au maximum du concentré Plomb, la blende et la
pyri te.
La flottation cuivre est l'opération la plus efficace de l'ensemble
du flowsheet ; elle permet une excellente récupération cuivre (80 % minimum
du cuivre tout-venant) avec une grande sélectivité vis-à-vis des autres métaux
Par contre, la "reflottation" du Plomb est l'opération la plus délicate à
contrôler dans ce flowsheet ; les paramètres de cette opération n'ont, en réa-
lité, jamais pu être optimisés convenablement ; il est vraisemblable qu'ils ne
pourront l'être qu'à une échelle industrielle.

La structure de la section de séparation Pb Cu la rend suffisamment


souple pour accepter les variations des teneurs d'alimentation de la laverie
et des critères de flottabilité de la galène et de la blende :
si la teneur Plomb de l'alimentation flottation est faible, il
est possible de supprimer totalement le circuit de reflottation
du Plomb et d'envoyer directement dans la section de flottation
zinc le stérile de la flottation de dégrossissage Cuivre.
-X -

Cependant ce cas - qui représente assez bien celui du minerai de


Keranscol - pose un problème majeur en raison des incertitudes concernant le
comportement des porteurs d'Argent.
Si la formulation de la répartition de l'argent mise au point pour
Bodennec sensu stricto est valable pour le minerai de Keranscol et si le circuit
de reflottation du Plomb est supprimé, dans le cas du minerai de Keranscol, la
plus grande partie de l'argent contenu se retrouvera dans le concentré zinc
(et dans le stérile total) et sera moins bien payé. Etant donné qu'il ne paraît
pas possible pour l'instant de produire un concentré Plomb dans le cas du mine-
rai de Keranscol (cf. note SGN/MIN 79 n° 1556) la seule solution envisageable
pour un meilleur paiement de l'argent est de produire un concentré mixte Plomb-
Cuivre.
L'étude de la répartition de l'argent (par dosage de l'argent dans
les produits des flottations déjà réalisées sur le minerai de Keranscol) est
actuellement en cours pour essayer de prévoir le comportement de ce métal dans
le flowsheet mis au point pour le minerai de Bodennec.

Plus généralement, si l'entraînement de zinc dans le concentré


mixte Pb Cu devient très important et/ou si la flottabilité de
la galène (au niveau de la reflottation Plomb) est mauvaise ou
trop voisine de la flottabilité de la blende, il apparaît qu'il
est difficile de produire un concentré Plomb avec une teneur en
zinc inférieure à 12-15 %. Dans ce cas, deux actions sont pos-
sibles :
. soit produire (en utilisant le circuit de reflottation
Plomb) un concentré mixte Plomb Zinc au lieu du concentré
Plomb, soit supprimer totalement le circuit de flottation
Plomb et essayer de flotter dans la section de flottation
Zinc un concentré mixte Plomb Zinc, ce qui peut être réa-
lisé en modifiant les paramètres de flottation zinc.
Ces deux solutions entraînent inévitablement une répartition de l'ar-
gent essentiellement dans un concentré mixte Plomb Zinc.
Les résultats médiocres de la reflottation Plomb qui contrôle la
récupération du Plomb et d'une grande partie de l'argent impliquent d'étudier
les moyens d'améliorer la production de ce concentré. Actuellement des essais
de laboratoire sont engagés dans ce sens : au lieu de reflotter le Plomb à
partir du stérile de dégrossissage cuivre, les essais ont pour but de reflotter
le zinc et la pyrite qui polluent le stérile de dégrossissage Cuivre, le Plomb
devant être récupéré en fond de cellule.
6.1.3 - Section de flottation du zinc (cf. fig. 65ter)

Cette section délivre le concentré zinc et le stérile définitif.


La structure de cette section est du type 2+1+1 et les paramètres
de la flottation sont les paramètres classiques : conditionnement de la pulpe
à pH 12,0 pour déprimer la pyrite et en présence de sulfate de cuivre pour
réactiver la blende.
- XI -

Si cette section doit délivrer un concentré mixte Plomb Zinc (cf.


paragraphe précédent) il faut alors travailler dans les mêmes conditions mais
à pH 10,0-10,5 pour éviter de déprimer la galène ; dans ce cas, un relavage
supplémentaire du concentré peut être nécessaire.

Cette section est alimentée par trois stériles de flottation qu'il


est nécessaire d'épaissir avant le conditionnement et la flottation Zinc.
L'épaississeur délivre une pulpe épaissie et de l'eau claire qui pourrait être
recyclée.
6.1.4 - Recyclage des eaux d'ëpaississage

En plus de l'eau provenant de l'épaississeur de l'alimentation de


la flottation zinc, les eaux provenant de 1'ëpaississage des concentrés (voire
de la digue à stérile) pourraient être recyclées.
Cependant, du fait de la quantité et de la variété de réactifs que
ces eaux peuvent contenir, leur recyclage dans la laverie, risque de perturber
considérablement la flottation : il faut donc prévoir, dans un premier temps,
d'alimenter l'ensemble du circuit en eau fraîche, les essais de recyclage des
eaux usées n'étant réalisés que progressivement dans les différentes sections
de la laverie.
6.1.5 - Réactifs

Les consommations totales de réactifs exprimées en grammes par tonne


d'alimentation flottation sont les suivantes :
Collecteur (AXK(1 + Aph) 470 g/t
Moussant (l\65) ^ 180 g/t
Chaux 4 000 g/t
Hydrogenosulfite de s o d i u m ^ 2 400 g/t
Sulfate de z i n c ^ 2 400 g/t
Cyanure de sodium^; 200 g/t
Sulfate de c u i v r e ^ 500 g/t
Charbon actif 750 g/t
On notera l'utilisation fréquente dans le flowsheet de charbon actif,
de 1'hydrogenosulfite de sodium et du sulfate de zinc ; le charbon actif est
utilisé au rebroyage du concentré débauchage Pb Cu, à la flottation Cuivre et
à la flottation Zinc ; il semble jouer un rôle régulateur et "nettoyant" dans
la mesure où il adsorbe les réactifs en excès dans la pulpe. Cependant, le
dosage du charbon actif est extrêmement précis et les conditions de son utili-
sation sont très étroites - contrairement aux autres réactifs dont les condi-
tions d'utilisation sont assez larges.

(1) Le moussant A65 a été choisi en raison de sa solubilité dans l'eau ; il est
probable qu'un moussant du type MIBC ou un mélange MIBC A65 serait préférable.
(2) Consommation de la solution commerciale à 50%.
(Z) Consommation des produits commerciaux hydratés.
- XII -

En définitive, le flowsheet de traitement par le procédé semi-global


se caractérise par sa souplesse d'adaptation aux variations de l'alimentation et
aux exigences de la production mais aussi par la nécessité d'un contrôle rigou-
reux des paramètres des flottations en relation avec la complexité du minerai.

Les résultats de ces essais en laboratoire en pilote font apparaître


que des travaux complémentaires sur les points suivants sont nécessaires^.
- essais complémentaires de concentration gravi métrique pour les
minerais de Bodennec sensu stricto et de Keranscol dans le but de choisir le
procédé de concentration gravimëtrique (particulièrement pour le traitement
des "fines" de concassage) et dans le but de déterminer le rendement de la pré-
concentration pour dimensionner les appareils de la section flottation.
- essais complémentaires de laboratoire sur le minerai de Keranscol
pour déterminer le comportement des porteurs d'argent dans le flowsheet mis au
point sur le minerai de Bodennec.
- essais complémentaires de laboratoire sur le minerai de Bodennec
pour améliorer le concentré Plomb (étude en particulier de la voie inverse :
dépression du Plomb et flottation du Zinc et de la pyrite).

6.2 - Bilans métallurgiques des essais de traitement


Les bilans des essais de traitement ont toujours été satisfaisants
en ce qui concerne le Cuivre alors que pour le Plomb les bilans sont restés
médiocres. L'argent se répartissant avec le Cuivre (17 % envi ron)et avec le
Plomb (83 % environ) sa récupération est liée à celles de ces deux métaux.
La production du concentré zinc n'a jamais été très approfondie,
et ne paraît pas présenter des difficultés quant à la production d'un produit
de qualité marchande (50 % Zn) ; par contre, il apparaît nettement que la récu-
pération du zinc peut être très sérieusement limitée par l'entraînement de
blende dans le concentré Plomb (et dans une moindre mesure dans le concentré
Cuivre). En outre, ces essais ont montré que la perte de zinc dans le stérile
de flottation pouvait être facilement réduite.
Le tableau L donne les bilans moyens des concentrés et du stérile
de flottation estimés en tenant compte de l'apport des essais de laboratoire
complémentaires aux essais pilotes. Ce tableau donne aussi le bilan d'un
concentré mixte Pb Zn.
L'analyse chimique complète des concentrés est fournie dans le rap-
port (tableau XXXVII, paragraphe 4.5.2).

il) Des travaux de laboratoire sur les points 2 et 3 viennent de débuter.


Tableau L : Bilans moyens des concentrés de flottation
Lorsque la valeur de la teneur ou de la récupération
est suivie du mot "maximum", cela signifie que cette
valeur semble ne pas devoir ou ne pas pouvoir être
dépassée.

Cuivre Plomb Zinc Argent


Teneur Teneur Teneur Teneur
Rép. Rép. Rép. g/t Rép.
% % %

Alimentation 2,7 100 6,5 100 7,5 100 140 100


flottation

Concentré 26 % 80 % mini 7 % 10 % 7 % max 7 % max 300 23 % max


Cuivre mum jus- I
qu'à 90% X

T P
Concentré 2 % max 5 % max 40 % et 50 % max 12 à 15 % 10 à 15 %
Plomb 800 40 à 45 %
ou 45 % et 45 % max

Concentré 2 % max 5 % max 8 % max 15 % max 50 % max 15 % en-


Zinc 70 % 200 max viron

Concentré
mi xte 2 % 10 % max 25 % max 75 % max 30-35 % 85 % max 350 max 65 % max
Plomb-zinc ^

Stérile 0,2 % 5 % Max 1,5 % 15-20 % 1 % max 10 % max 20 environ


15 %
1 - RAPPEL DES CONCLUSIONS DES ETUDES ANTÉRIEURES ;
RESULTATS ACQUIS ET LEUR INFLUENCE SUR LA PRESENTE ETUDE
- 1-

1 - RAPPEL DES CONCLUSIONS DES ETUDES ANTÉRIEURES ; RESULTATS ACQUIS


ET LEUR INFLUENCE SUR LA PRESENTE ETUDE

Les études antérieures sur la valorisation du minerai de Bodennec


sont consignées dans le rapport 78 SGN 204 MIN [Etude du traitement du
minerai de Bodennec].
Les conclusions sont ainsi présentées :-repris en annexe IV du
rapport général des études d'exploitabilité du gisement de Bodennec, réfé-
rencé (78 RDM 010 DEX)-.
"Les recherches correspondantes se sont déroulées pour l'essentiel
entre mars et décembre 1977. Elles ont porté sur la variabilité du minerai,
sa préconcentration gravimétrique et sa flottation.
Les études réalisées sur la variabilité du minerai (études minéra-
logiques d'une vingtaine d'échantillons) ne constituent qu'une première
approche de ce problême. Bien que la minéralisation principale présente une
structure assez homogène, il faudra tenir compte des variations importantes
dans les proportions mutuelles des différents sulfures et en préciser par la
suite l'amplitude en fonction de la méthode et des cadences d'exploitation.
L'étude de préconcentration réalisée sur un lot de minerai forte-
ment dilué (3,4 % Cu + Pb + Zn) a montré que l'on pouvait éliminer une pro-
portion importante de stérile (à moins de 0,5 % Cu + Pb + Zn) par séparation
en milieu dense (d # 2,75) après concassage à 50 mm environ. Cependant, les
fines (inférieures à 0,5 ou 2 mm selon l'appareillage de séparation en milieu
dense) qui ne peuvent pas être traitées dans l'installation et qui, étant
donné la constitution du minerai (schistes) représentent une proportion
relativement importante (20 % - 30 % en poids) du produit concassé, devront
être préconcentrées par ailleurs (spirale ou appareil analogue).
Une méthode de flottation étagée comprenant trois circuits pour
Cu, puis Pb et enfin Zn, a été élaborée et permet d'obtenir des résultats
assez satisfaisants malgré la complexité du minerai. La libération nécessite
un broyage à 60-65 microns (80 % de passés à cette dimension)".
Les essais de flottation réalisés dans cette étude antérieure ont
porté sur les deux méthodes de traitement les plus utilisées pour ce type de
minerai à savoir la méthode différentielle et la méthode semi-globale (où
un concentré global Pb Cu est flotté en tête du procédé).
Les résultats obtenus à partir de chacune de ces méthodes en labo-
ratoire sont présentés figures 1 et 2.
La différence essentielle entre les résultats des deux méthodes
concerne le plomb dont la récupération dans le concentré n'est que de 11 %
par la méthode semi-globale et de 32 % par la méthode différentielle. Cepen-
dant -dans le cas de la méthode semi-globale- la perte plomb liée au mixte
de relavage Pb Cu (soit 33 %) et au concentré d'épuisage Pb Cu (soit 14 %)
représente pratiquement la moitié du plomb tout-venant.
Après la flottation cuivre,23 % du Plomb tout-venant seulement,
rentrent dans le circuit Plomb ; dans le cas de la méthode différentielle
67 % du plomb tout-venant rentrent dans le circuit Plomb. En comparant ces
valeurs aux valeurs des récupérations dans les concentrés Plomb, on constate
que la récupération relative au niveau du circuit Plomb est, pour les deux
méthodes, de 50 %.
H t n r r a l brojrí

ZnSO,, 500 g/t


I 500 (t/t
Díp.roMlii««ge cuivre Mlncrrr A 200 g/t
flottatlon ( m nine IS t/t
rll Cuivre rlonb Zinc
Trorfultn rnld« X
Teneur Teneur Tpncitr
X
rolda Rpt X Tolda Rpt Z roidn Rpt X
X
z
2 relavngea (*CaO)
Tout-venant 100,00 H,3 •131 100,0 7,3 730 100,00 17,0 1 700 100,0

Epuiaage cuivre Hlnrrec A Dígrosslsosgp Cn 16,7 17,9 299 69,1 9,9 165 22,6 13,2 220 tn,.i
fiottntton 10 an m ne 10
\ Concentré final Cii 7,0 76,6 ie? : ' «Ó,* ,7,0' fe,6 1,0 56 ' »),6
Concentre1 Cu Hlxle Cu • ; . « .

Hlx(es r e í « . ¿ « 9,7 12,1 (17 28,5 12,0 1Í6 Í6,0 16,9 16" 13,7

Ríaídu Elntlatlon rpiilsfiçe C u 7,7 10,5 76 17,5 10,'1 75 10,3 19,9 113 11,9
Concentré
fpulange Cn 6,l| 837 R<i,n
Rfsldii f l o t , di 76,1 0,7 5S 13,1 '190 67,1 11,0

C»0
Cone, final Fb 1,5 0,9 H ,. 6,9 51,1 2Ítí . sl.s ' 18,1 03 6,9
100 g/t Nixte relav. Tb 1.'* 3 60 23,6 52 "(3
NaCN
0,7 77,3 0,7
100 g/t B0 27,0 175 10,S
Dógroaalsange plomb Aero 213 FJptils.iE« P1» 5,7 1,9 11 2,6 11,1 11,0
25 g/t
rinttntinn 3 mn Pll t 0 Rf-stdu flot. Tb 63,7 0,6 36 9,9 1,9 170 16,'i 9,1 577 'in,i I

Cone, final Zn 6,1 0,8 S 1,1 2.0 :U l,t 56,0 312 79,5
rv>
Hlxte Zn 1,1 1,1 1 0,3 1.0 U
0,6
3» , 9 30 3,2 i
Relavage rb *r<'l»«ge Tb NaCN 50 r.piils.ic<r Zn 8,6 2,0 17 1,1 5,9 51
6,9
16,1 139 11,6

flotutlon J «in Aero 2«2 10


R í o W u fln.il '17,9 0,3 15 3,1 1.1 53 7,7 1,7 5(1 1.1)

Concentre1 Tb HI»tí Tb

Réaldu flottatlon Concentré


Tb fpu louée Tb

pnO 500 g/t


«00 g/t
DÉgrosuliiaiige rlnc 50 g/t
flottatlon * mn 20 g/t Maille de broyage
•v 9
dgo = 65\i

100 g/t
10 g/t Figure 1 : Schéma et bilan moyen
essai de flottatiôn
Cnnrpntrf 7.
selon la méthode de
flottatiôn êtagée Cu-Pb-Zn.
Miner«! broyl
CaO
Cuivre Plomb Kl ne
Pol,ds
rrodults
%
ZnSO„ 0.7 kg/t tenour rept. teneur rept. teneur
Dlgroaaieiagt I Pb» Cu
EIX »0 g/t pd» pds pds rept.
tlottatlon 3 an t \ \ t % \
HI DC 15 g/t

Concentré D£groeeiiaag* 2 Tout vonniit trnitá 100,0 4,37 437 100,0 7.36 736 100,0 11,67 1167 100,0
Fb«Cu ZnSO« 0,2 kg/t
flottatlon 3 ETX to tit
H1BC 10 g/t Concentra PbtCu relavé 15,0 14.0 222 50,B 15,9 230 32.3 15,3 229 19,G

Concentre 2 Mixta PlilCu de relavaga 10,0 5.5 55 12.6 24,5 245 33,3 17,0 170 14,G

Epulaagc Fb*Cu ETX 50 g/t Concentra FbtCu ípulsnqe 12,0 5.5 66 15.1 0,5 102 13,9 72,0 204 22,6
flottatlon S auT Hire 10 g/t
nösldu flottatlon PbtCu 63,0 1.5 94 21,5 2,4 151 20,5 0,0 504 43,2
Concentre
primait« PMCu
Conc«ntrf Concentra final Cu , 7,0 26,0 102 41,6 7,B 55 7,5 8,0 56 4,0
enulaag« Pb*Cu (1 r e l u v n g i ? ) ¡••••' '••"•' -•'• •' -' -.•A , 1

Relavage Mixte L'u de lelavoge 0.5 3.0 2 0,5 22,0 11 1.5 22,7 II 0,0

Concontri Cu ípuloago 3.0 9,0 27 6,2 30,0 90 12,2 le,5 55 4,7


Hlxtt DlgroaeLeeage Cu SOj 2 kg/t
fbtCu flottatlon i an Hlnerec A SO g/t Conoentrt primaire fb <,5 M 11 18.2 02 11.» 23,0 107 9,2
i
\
SOj I kg/t 2 w
Epulaagt Cu
Hlnerec 1 50 g/t Concentra final Ziv • ; ?,3 11
'? 3.0 15 2,0 47,5 230 20,4
flottatlon S an i
Concentrl
prhaalre Cu
Hlxtes Zn relavagea 11,0 4.7 52 11,9 6.5 72 9,0 17,3 190 16,3

Concentré Zn ¿puisage 5,5 2,7 15 3,4 5,0 27 3.7 7,0 43 3,7


Concantri Cu
Rtlavaga Inuliag« 0,4 16 3,7 0,9 37 5,0 0,0 33 2,0
rejet final 41.5

\
Concantri Hlxte Cu
final Cu rtlavaga
Conctntrf p'rlnalre Fb

Matdu Maille de broyage


flottatlon PotCu = 65\i
CuSOi, 0.) kg/t
• ETX SO g/t
Dégroaalaaaga Z D - HlkC 5 g/t

Epulaage Zn
Conctntri Zn CuSOh 0,2 kg/t
prlaalrt ETX 70 g/t
H1ÏC 10 g/t

I
2 relavagea
Coocentti
(pulaagt Zn
Kajat
final
Figure 2 Sohéma et bilan
Concantri Mixtea Zn moyen d'un essai
final Zn iclavagea
de firettati&n complet
selon Ta méthode semi-globale..
- 4-

Cette constatation a conduit à reconsidérer pour les nouveaux


essais, l'utilisation de la méthode semi-globale, d'autant que les résultats
des essais d'orientation sur le Minerai de Porte-aux-Moines concluaient à
la suprématie de cette méthode.

Cependant, il faut bien avoir à l'esprit que dans la méthode semi-


globale, la perte plomb constatée au niveau du mixte de relavage Pb Cu
constitue un "risque" du procédé, car la mauvaise flottabilité du Plomb à
ce niveau peut engendrer de nombreuses difficultés.

Ce phénomène observé dès ces essais préliminaires (et quelle


que soit la méthode de flottation) restera pour les nouveaux essais une dif-
ficulté majeure du traitement.

Par ailleurs, un autre problème soulevé dans le rapport 78 SGN


204 MIN concerne la maille de broyage de l'alimentation flottation.

La plupart des essais y ont été réalisés après un broyage à un


dso de 65y. Sur les produits obtenus à partir d'une flottation différentielle,
une étude minéralogique a été réalisée ; il en ressort que (cf. pp. 120 et
121) :

"- dans les produits mixtes de flottation du cuivre : on relève la


présence de grains mixtes de chalcopyrite et de blende (fréquents), de chal-
copyrite et de pyrite (communs) de chalcopyrite et de galène (rares). Dans
tous ces grains mixtes, les phases ont des dimensions comprises entre 10 et
80 microns.

- dans les produits mixtes de flottation du plomb : les grains


mixtes sont essentiellement composés d'associations galène-blende ou galène-
blende-chalcopyrite ; les éléments de ces grains ont également des dimen-
sions comprises entre 10 et 80 microns.

- dans les produits mixtes de flottation du zinc : les grains


mixtes sont abondants, ce sont souvent des associations blende-chalcopyrite
avec pyrite fréquente et galène plus rare, la taille de chacune des phases
s'échelonne toujours entre 10 et 80 microns.

- dans les produits concentrés, il a été noté :


pour le cuivre : présence de quelques mixtes chaicopyrite-blende
ou plus rarement chalcopyrite-pyrite et chalcopyrite-galène, dont les
diverses phases sont comprises entre 15 et 60 microns.

pour le plomb : présence de mixtes galène-blende (pratiquement


pas de blende libre) et de quelques associations galène-chalcopyrite ou
pyrite, présence de mixtes blende-pyrite. Les dimensions des phases sont
toujours comprises entre 15 et 60 microns.

pour le zinc : blende souvent libérée mais présence de quelques


mixtes associant la blende â la chalcopyrite ou à la galène ; dimensions
des phases incluses dans ces mixtes : entre 10 et 40 microns.

- dans les rejets : présence -abondante- de pyrite, souvent


libérée, parfois associée à de la blende ou de la chalcopyrite. Les dimen-
sions des phases dans les grains mixtes sont compris entre 15 et 60 microns.

L'étude minéralogique des produits de flottation montre que les


- 5-

plus petits éléments minéralisés contenus dans les mixtes ont des dimensions
de Tordre de 10 à 15 microns. Pratiquement il est hors de question de
broyer le minerai jusqu'à cette dimension, néanmoins - au vu de ces résul-
tats, il est apparu souhaitable de pousser le broyage précédent la flot-
tation. Le but à atteindre étant de libérer au mieux les sulfures sans
surbroyage".

Ces essais de libération complémentaires ont alors élé réalisés :


des essais de flottation identiques ont été effectués sur des produits
broyés à des d80 inférieurs à 65y, d'une part, et à des dso de 30y, d'autre
part.
Il en a été conclu que "un broyage prolongé aide donc à résoudre
une des difficultés rencontrées... à savoir la séparation du plomb et du
zinc" (cf. pp. 123-126).
A partir de cette constatation .les essais cycliques terminant
cette série d'essais d'orientation ont été réalisés avec un dßO de 30y.

Si un broyage poussé permet la libération des espèces valorisables


et particulièrement blende/galène dans le cas du minerai de Bodennec, il
constitue en lui-même une autre difficulté majeure du traitement : outre
son incidence sur le plan économique, il diminue la flottabilité des espèces
valorisables même libérées.
Pour cette raison, les nouveaux essais de traitement ont donc tous
été réalisés sur une alimentation broyée à un d80 de 30y et un contrôle de
la mixité par analyseur d'images a été effectuée sur certains des produits
de la flottation.
Un autre aspect important du traitement abordé dans le rapport
préliminaire concerne la cinétique de la flottation.
Dans le cas du minerai de Bodennec, ce paramètre se traduit par
les phénomènes suivants : au fur et à mesure que le temps de flottation
(c'est-à-dire d'aération) augmente - quel que soit le procédé de flottation
(différentiel ou semi-global) et quelle que soit l'étape de flottation consi-
dëréedans le procédé - on observe la flottation du cuivre en tête puis celle
du plomb et celle du zinc.
Ceci signifie que selon la durée de flottation (et si la quantité
de collecteur est suffisante) on peut théoriquement obtenir une flottation
différentielle, semi-globale, ou globale, ou encore que la sélectivité du
procédé dépend étroitement de la cinétique de flottation.
Or, ce paramètre qui peut être facilement mesuré, voire contrôlé
au laboratoire, devient très difficilement maîtrisable à l'échelle pilote.
C'est pourquoi la flottation différentielle avait été étudiée lors du pré-
cédent rapport, mais cette méthode est sensible, lors de l'ébauchage, à
trois variables (Cu, Pb, Zn) au lieu de deux seulement pour la méthode semi-
globale (Cu + Pb d'une part, Zn de l'autre) : cette dernière méthode peut
donc mieux s'adapter à la variabilité d'un minerai.
Ces considérations ont conduit à reprendre les essais de flotta-
tion semi-globale ; l'étude de la cinétique de flottation a été en partie
sacrifiée à l'étude de conditions opératoires plus sélectives permettant de
mieux s'affranchir de cette cinétique.
- 6-

II convient de noter ici l'apport important que constitue pour


cette étude la possibilité, depuis août 1979, d'évaluer la libération
minérale par analyseur d'image.

A partir des résultats de l'étude préliminaire réalisée sur le


minerai de Bodennec les conditions de départ de la présente étude ont été
ainsi établies :
- broyage de l'alimentation flottation à 30p et contrôle de la
mixité,
- reprise de la méthode semi-globale et étude de la flottabilité
du plomb,
- amélioration des conditions opératoires vers une plus grande
sélectivité pour mieux s'affranchir des problèmes concernant la cinétique
de flottation.
2 - MINERAI TOUT-VENANT
- 7 -

2 - MINERAI TOUT-VENANT
Le minerai tout-venant sur lequel ont été réalisés les essais de
laboratoire et pilote (soit 70 tonnes) est constitué de blocs provenant des
travaux miniers de Bodennec qui ont été concassés par deux concasseurs à
mâchoires disposés en série et suivis d'un concasseur giratoire. Le produit
obtenu est inférieur à 20/30 mm environ.
Un échantillon de ce lot a été concassé à 5 mm par un concasseur
à cylindres pour constituer l'alimentation des essais de laboratoire.
L'analyse chimique moyenne d'un échantillon de tout-venant donne
Cu 2,70 % Ag 142 g/t
Pb 6,22 % Sb 168 g/t
Zn 7,51 % Bi 159 g/t
Fe 12,48 % Cd 293 g/t
Si02 41,75 % As 134 g/t
Les résultats prévisionnels de la préconcentration du minerai de
Bodennec donnent les teneurs suivantes pour l'alimentation flottation
(cf. rapport 78 SGN 204 MIN p. 166) :
Minerai de carrière Minerai de souterrain
Cu 3, 25 % Cu 2,88 %
Pb 7, 24 % Pb 3,80 %
Zn 8, 43 % Zn 7,41 %
Ag 170 g/t Ag 140 g/t
Du point de vue "teneur des éléments valorisables" le minerai tout-
venant des essais de flottation est donc voisin du préconcentré gravimëtrique
prévisionnel du minerai de carrière ; cependant il est probable que sa teneur
SiO2 (de 42 % environ) soit supérieure à celle d'un préconcentré gravimë-
trique qui devrait être plus riche en pyrite.
Il est à noter par ailleurs que lors des étapes du concassage,
réalisé un à deux mois avant le début des essais de laboratoire et pilote
la seule précaution particulière concernant le minerai a été sa conservation
dans la halle à l'abri de l'eau et de la poussière.
3 - ESSAIS DE LABORATOIRE PRÉPARATOIRES
AUX ESSAIS PILOTES
- 8-

3. ESSAIS DE LABORATOIRE PREPARATOIRES AUX ESSAIS PILOTES


3.1 - BROYAGE
3.1.1 - Broyage par broyeur à boulets

Le minerai tout-venant a été broyé en broyeur à boulets Minemet


dans les conditions suivantes pour obtenir un d80 de 32y (cf. paragraphe 1 ) .
- Concentration solide de la pulpe 66,6 %.
- Poids des échantillons tout-venant ^ 1,1 kg à 1,2 kg.
- Charge broyante :
. 16 boulets 0 45)
. 28 boulets 0 32 ? Poids : 18,7 kg
. 43 boulets 0 25 )
- Temps de broyage : 45 minutes.

L'analyse granulomëtrique du tout-venant est la suivante :

+ 5 mm 5,2 %
2,5 - 5 mm 33,5 %
1 - 2,5 mm 28,8 %
0,5 - 1 mm 9,7 %
0,1 - 0,5 mm 12,1 %
0,032 - 0,1 mm 4,5 %
- 0,032 mm 6,2 %
Après broyage réalisé dans les conditions précédemment définies;
l'analyse granulomëtrique et chimique du produit broyé (obtenue par tamisage)
est la suivante :

Poids Cu % Pb % Zn % Fe %

+ 50y 5.9 2.34 3.75 5.82 13.01


32-50y 12.9 2.97 5.01 7.60 13.25
- 32y 81.2 2.85 7.35 7.75 12.22
Reconstitué 100.0 2.72 6.84 7.62 12.40

On observe un enrichissement en espèces valorisables des fractions


fines particulièrement net en ce qui concerne le Plomb.
L'analyse granulométrique par sédigraph de ce produit broyé (cf.
figure 3) montre qu'il y a 17 % de fines inférieures à 5y et 10 % inférieures
à 2y.

Par ailleurs sur les fractions granulométriques + 50y, 32-50y et


- 32y des études de mixité par analyse d'images ont été réalisés au départe-
ment MGA (M. GATEAU) [cf. figures 4 , 5 et 6 ] .
- 9 -

Avant d'aborder l'analyse de ces résultats, nous décrivons succinc-


tement la méthode d'évaluation du degré de libération minérale par analyse
d'images.
a/ Description de la méthode
Les matériaux à analyser (produits de broyage ou de flottation)
sont enrobés dans une résine, puis examinés sous forme de sections polies.
La prise d'information est purement optique : une caméra de télé-
vision transmet à l'analyseur d'images les informations recueillies dans
le champ d'un microscope conventionnel. La quantification géométrique repose
sur une discrimination des minéraux en fonction de leur brillance apparente,
donc ici de leur pouvoir réflecteur ; un stylo électronique permet éventuel-
lement de corriger les imperfections de détection.
b/ Ccœactérisation bidimensionnelle du degré de mixité
La prise en compte d'un paramètre caractéristique de l'association
entre minéraux suppose la détection simultanée de deux espèces. Cette
remarque étant incompatible avec le schéma classique d'un analyseur d'images
(analyse monophasée), nous opérons à partir d'une configuration d'appareil
spécialement aménagée au département MGA.
Le principe de la mesure est le suivant :
Soit un grain composé de deux phases A et B réparties entre elles
de façon quelconque ; considérons l'intersection de cet objet avec un plan
(section polie par exemple) :

Figure

La grandeur la plus simple qui soit représentative de la composi-


tion de ce grain est fournie par les pourcentages de la surface occupée par
chaque constituant :

MA = Aire (A) = Aire (A)


Aire (A) + Aire (B) Aire du grain
- 10 -

L'affectation à chaque grain d'une telle quantité est réalisée de


façon automatique par l'appareil. En un seul balayage de l'image (1/10 de
seconde), il est possible d'obtenir un résultat exprimé soit en nombre,
soit en mesure sur toutes les particules caractérisées par un coefficient
de mixité MA compris dans une gamme de valeur donnée. Ce type de mesure
peut être associé à une classification en fonction de la dimension (Aire)
apparente des particules.
c/ Remarques

La démarche utilisée implique 2 limites qu'il est important de


considérer lors de l'interprétation des résultats :
- L'utilisation de la microscopie optique entraîne l'existence
d'une coupure granulomëtrique artificielle ; il est très diffi-
cile en effet de prendre en compte et d'identifier les grains
de dimension inférieure à 7 ou 8ym. Les particules les plus
petites étant généralement les mieux libérées, on aboutit à
une sous estimation du degré de libération global.
- Les observations sont réalisées sur un plan de coupe et non
sur un volume ; sachant qu'un grain mixte peut induire une
section apparemment libérée, il y a donc surestimation de la
libération par cette technique d'analyse.
Ces biais, d'effets par ailleurs opposés, étant systématiques,
l'utilisation la plus efficace des résultats, consiste à n'utiliser les
valeurs absolues qu'à titre indicatif ; les variations relatives permettront
par contre, de suivre très précisément l'évolution du phénomène de libéra-
tion.
Les résultats sont à la fois présentés sous forme de tableaux et
sous forme d'histogrammes qui donnent la quantité cumulée d'un minéral
(cumul %) ayant un degré de libération donné (libération %).

On constate que :
- le degré de libération augmente logiquement lorsque la granu-
lométrie diminue,
- pour la tranche - 30y (qui représente 80 % poids de l'alimenta-
tion flottation) la pyrite est pratiquement libérée (92 % est libéré à
90 %)(D par contre la chalcopyrite, la blende et la galène sont incomplè-
tement libérées (70 % seulement de chacun de ces minéraux est libéré à 90 %).

(1) Ceci signifie encové que 92 % de la-pyritesont contenus dans des grains
contenant au plus 10 % d'un autre minéral.
t i it / V M U I U r.i L I H I •. ¡ . - ..

h i i'>i H i m . M i /J it-/L'iiA ,j . IM 11

iiiilu--"» '.'-.^L Vistióte K . . V v


« p - CJl'lK/Alli

I'l i : | > i l i u l l i ill

I AUX 4n
!'i i' '
!, ii! i!i , :i ¡ i r
• i •

i t! ' ' ; • • : ! ! : i '

: ¡1!
'•:•. il!| '' ! i ; : ! ' ; '

, : .! ; ' ! ', i : ' ¡ j¡j!


1
<

1
' '

i ' ! ' ' ! \\


! • , ' •

" • 'i;
i i • : i

i , ! !
1
! ! ! ' •

i! '
'. ! [ !
.... i

i
i i
1
i.
. • l¡¡ '
Í, : ¡; j : i
i ! i • '
:,,
1!'' ' •:

1
! ' '

I .' ,AJ
ji • 11 ¡í;i '
IlliPi
: II •: ¡l

¡ÜV.i! je • • • | t

]| : i :';•
i. M ' \ j
1 j i ' i ¡ ¡ . t • - i '

t T I ' 1 ' 1 1 ' ! '


! • : _ ; | l i l i ' •

\ i
!' t i1l Ü ' ::',
' 1 • 1 '

"m i¡ i t : ::• ••
i'
•1
\ i! •
i !

i ''
!
'i• i H
1 i <
•i , ! ;
; ; :¡u
;
|
i
t

¡üi •
i : ni'
Ü!l
! !

¡¡ I\'-\'
t til
I > I M 111
1 | 1
!

il
'!

i
j !
i i
I i

1 i ; ¡ | | iií ' ':i


! '

i i i: í I ü
ij 1 i t ] 1 ! : ' . i ! > ! '
! i •

¡ •'• i i \ 1
'* t ! 1 !•l i ' ' ' \
1
: ! I Î :¡ '
i !i¡
, ! ; i

. . i . 1 1 •
: :
.!; :: ¡i¡ i ! ! i ; .
•' '. Í:I : ¡ ! ]'•'•<'• ; • ¡ '

1?. ! ! ;|¡ !l :
'• i

: ;! j:-!- i - * t 1
i > ;
! I
Hi III ü: iu ! ¡ • ' i; ! ! i
- i !1 '
I tí.H l),ó Ü.'i o, I n, i

DIAML1KL DI il'IIEkf fcOUlVAU.NH F:N M I C k O N S

COULTKONICS FRANCE S.A Figure n° 3 : Analyse granulométrique au Sedigraph

U Pivittun

14,
fndutiiifitlf

lut E. I ego n di «
du minerai broyé en broyeurs à boulets

9518O - M A » G f N C v
fnu lui.'!', II U U U L L I •;• .
•=•• ii;-Df n i u R O N S )

- 12 -
LIBERRTIOH CUMUL 2 4
'4 PYRITE PYRITE ? ? * ee se 100
90 77.0
se
70
S2.6
90.2
60 94.1
50 •• O » *T
40 99.1
30 99.4
20 99.9
10 100.0
0 100.0

LIBERñTION
:•: CHRLCO
CUMUL y.
CHflLCO ? .2 ? 4
? ** se 100
90 22.8 TT tt yf i r i f tr T T T T T T tr T T • • • • • • • « « . , , , ,
se 45.6 ####^###########ft##í¿###
70. 59.6 #########################¿iiü;;
. 60 74.5
82.9
*####*#-##########í,########## ¿¿¿^
• 50
40 91.3 ######################### # # # # # # # ;;5¡;ÍÍJ¿
30 96.2
20 98.6
10 99.8
0 100.0 #############################;#¡;;;;;;;í;;*;;5;;j;

LIBERflTION CUMUL :••: 40


'A BLENDE
90 BLENDE
80 .8.1
70 34. 1
66 58.5
5.0 75.0
40 84.3 •
88.6
'.30 92.4
20 97.3
10
0
99.9 ¡
100.0

LIBERATION
A G FILE HE
CUMUL y. ? •2e 40
90 GflLENE
se 17.9 #########.'.. ;.
22. 6
70 • 23. 2 «##########
60 27.
50 31. 8
############.
40 53.4
30 70.6 #
2 fi 85.6
10 96.2
0 100. 0
figure n° 4 Degré de libérâtian~ espèces_súlfuré4e^
après broyage à dßO 30 pT
* ECHANTILLON BROYEUR R BOULETS. 32-50 MICRONS

- 13 -
LIBERATION CUMUL 28 48 fifi 188
y. PYRITE RYRITE i i i i
90
80
70 92. 9
68 96.' i
58 97. 9
48 98. 6
38 99.4
20 Ci« C;
18 ################################# # # # # # # # # # # # # # # # # #
fi 100.8
108.8

LIBERATION CUMUL a 20 48 68 se 180


y. CHflLCO CHflLCO ! ! ! ! i i
90 35.4 ##################
80 55.7
78 71.2
60 79.3
58 S3. 7
46 98. 1
38 94. 8
28 97.5
18 99.8 ##################################################
8 180. 0

LIBERflTION CUMUL ï 8 28 40 68 P. Pi
'4 BLENDE BLENDE ! ! ! ! "j
98 47. S ########################
80 72.9
78 S3. 7
60 90.8
58 94.9
48
38 99.5
28 99. S
18 168.8 #######tt##########################################
8 168.0

LIBERATION CUMUL ; 8 " • 28 48 68 ft« lflfl


* CflLENE GflLENE ! ! ! ! ! "ï
90 tL. •»' » 7 ############
80 27.6 ##############. "
• "'
78 41.9 ##################### ""
68 52. 6 ######*########*########## "" "
58
40
57. S
63.5 .
;
38 74.5
£8 S6. 5
10 94.5
Pi 108.0

Figure n" 5 : Degré de libération des espèces sulfurées


après broyage à dgQ = 3O]x. Tranche 32.5.O\Î
p HfiHTILLON Í & -
ECHÍ C EROVEUR H BOULETS. IK32 MICRONS

- 14 -
LIBERflTIdH C U M U L •• ¡J 40 60 100
y. PYRITE PVRI-TE i i i i I
90 91.9
SO 93.7 ###############################################. . .
70 97. 2
60 Cl C; ~.\
50
40 99. 0
30 99.4 ##################################################
20 99. S
99.. S ##########*###############################*#######
10
0 99. S ##################################################
100.0

LIBERRTION CUMUL 'A O 20 40 60 80 100


': CHflLCO CHflLCO !
Ç0 70. 6
SO
70
60 94.4
50 96.3
40 97. 1 ####*############################################.
30 98. O #######*#*######################################*.
20 99.2
10 99.7
ft 100. 0

LIBERATION CUMUL •-.' O 20 40 60 88 100


:-; BLENDE . 'BLENDE i l i j
90 69. 5
SO y y. 4 ############################################
70 94. 4
SO 95. 0
50 96. -?i"
40 97. ##*#############*###################«############
30 98. o #################################################
20 99. ™*(
10 180. 0
O 100. 0

LIBERRTIOH CUMUL y. O * 20 40 60 80 188


:•: GRLENE GRLENE ! ! ! ! ! !
90 69. 8 ###########*###############*####### '
se 73.9 ##########«#####3####################
70 77.6 ##£####################################
60 80. 4 ########3#########fc####S####4i#######S###
50 84.7 #####################*#######£############
40 90.4
30 95.3 #
20 98.5 #######*###########**#############################.
10 99.7
fi 100.0
Figure n" 6 : Degré de libération des espèces sulfurées
après broyage à dßo - 30 y.Tranche - 30 \i
- 15 -

Les résultats peuvent être aussi présentés de la façon suivante :


en supposant que l'on s'intéresse seulement à la tranche inférieure à
32 microns, il est possible de déterminer la teneur maximale d'un concentré
Cu, Pb ou Zn correspondant à une récupération fixée :

% libération Teneur maximale


Récupération du concentréfU

Concentré Cu 86 % 80 % 27 ,7 %
Concentré Zn 88 % 80 % 53 ,7 %
Concentré Pb 74 % 80 % 69 ,2 %

Ces calculs montrent bien les limites de teneur imposées par le


degré de libération ainsi que les contraintes qu'il impose au contrôle du
broyage. Un broyage plus poussé peut être nécessaire s'il permet une amélio-
ration de ces teneurs mais il vaut mieux l'envisager a priori, sur un "pré-
concentré" de flottation plutôt que sur l'alimentation flottation.

3.1.2 - Broyage par broyeur à barres

Des essais de broyage en broyeur à barres ont été conduits paral-


lèlement aux essais qui viennent d'être présentés.

Après broyage à un d80 de 32 microns, l'étude par analyseur


d'image de la tranche - 32 microns montre que la libération des espèces
valorisables est moins bien réalisée après broyage par broyeur à barres (cf.
figure 7) qu'après broyage par broyeur à boulets (cf. figure 6 ) . Ce résultat
est logique dans la mesure où le broyage à barres réduit l'éventail granulo-
métrique du produit broyé par rapport au broyage par boulets, d'où une pro-
portion de fines moins grande et par conséquent un degré de libération moins
élevé.

(1) Ces teneurs sont calculées en considérant des espèces minérales pures.
XHHHTÍLLÜN 13 - ( BROYEUR ~1 BhRPES. D<32 MICRONS

- 16 -
LIBERRTION CUMUL 0 20 40 60 3û 1 *.
% PYRITE PYRITE 1 i ; i i
90 89. 3 *#################**############£##########*#
88 95. 9
70 . 97.4
by 98. 0 •
59 93.6
40 99. O
30 100.0
20 180. 0
10 188. 8
0 108. 0 #####################################£## # # # # # £ # # 2*

LIBERATION CUMUL O 20 40 SO 80 13«.


y. CHñLCO CHRLCO ! ! ! ! ! !
90 67.4 ##########*#######################
80 75. 9 ######################################
70 34.7 ###########*#################*############
68- 39.7 #############################################
30 92.6
40 94. 6
30" 95.5
20 97.9
10 99.7
O 100. 8

LIBERñTIOH CUMUL : 0 20 48 60 SO 100


•••.• BLENDE BLENDE 1 ; | ¡ i i
98 .53.7 ##########################*.. ' ;.' '.
88 • 38.1
78 33.5 ############################################
68 92.4
58 94.5
48 95. 8
38 97. 1
28 99.4
10 99.7
0 100.8

LIBERñTIOH CUMUL y. O 28 48 60 88 100


y. GflLENE GflLENE ! ! ! • ! ! !
90 59.8 ############################## '.
30 71. S ########•$########################### ,
78 78. 9 #######################################
68 36.7
58 3'S. 8 ############################################
40 39.5
38 93.7
28 97.5
10 98. 3
3 180.0
Figure n° 7 : Degré de libération des espèces sulfurées
après broyage à dso = 30 u- Tranche - 30M
Broyage par broyeur à barres.
- 17 -

3.1.3 - Dissolution au cours du broyage

La dissolution due au broyage a été mesurée par analyse de l'eau


de la pulpe broyée. Cette pulpe est agitée dans un bêcher d'où l'on prélève
à des temps fixes 25 centimètes cubes.

Les résultats de cet essai sont les suivants.

TABLEAU I

Temps Cu P b Zn Fe
3
d'agitation mg/1 10" 3% mg/1 mg/1 10"" 3 % mg/1 1CP3 %

1 minute 0 ,10 0,045 0,45 0,20 1,17 0,52 40,5 18,14


20 minutes 0 ,05 0,022 0,20 0,09 1,05 0,47 39,2 17,56
40 minutes 0 ,025 0,011 0,08 0,036 0,50 0,22 1,8 0,81
60 minutes <0 ,01 <0,004 0,12 0,054 0,22 0,10 < 0,1 < 0,045
n n
2h30' 0,15 0,067 0,32 0,14 0,2 0,09
H n
4 heures 0,17 0,076 0,50 0,22 0,3 0,13
ii n
24 heures 0,15 0,067 0,55 0,25 < 0,1 < 0,045

Analyse eau < 0,01 < 0,004 <0,01 <0,004 < 0 , 0 1 < 0,004 0,3 0,13
rinçage

Analyse du 2,84 % 7,62 % 12 ,45 %


6,84 %
produit broyé

MESURE DE DISSOLUTION DU MINERAI


APRES BROYAGE EN BROYEUR A BOULETS A D80 = 32y

Les ions solubles Cuivre, Plomb et Zinc sont en très faible quanti-
té dans la pulpe broyée et leur influence sur la floatation sera négligeable ;
par contre les ions fer en solution dont la teneur diminue au cours du temps
de 0,018 % à 0,045 10-3% pourront avoir une influence non négligeable sur la
flottation. Ces ions fer peuvent provenir de l'oxydation de la pyrite et/ou
de l'usure du broyeur et des boulets au cours du broyage.
- 18 -

3.2 - ESSAIS DE FLOTTATION


3.2.1 - Conditions des essais. Réactifs utilisés. Définitions
Les essais de flottation ont été entrepris en cellule Denver de
2,5 litres (ou 1,5 litre selon la quantité de pulpe à traiter) ce qui corres-
pond à une concentration solide de pulpe de 25 à 35 % pour les flottations
de tête et de 8 à 15 % pour les flottations de relavage des concentrés.
Pour toutes les opérations, la vitesse de rotation du rotor a été
fixée à 1200 tours par minute, et le débit d'air à 3 mètres cubes par heure.
Les réactifs utilisés au cours de ces essais en laboratoire sont
les suivants :

Abréviation Provenance et
ou formule caractère
Collecteurs Am/lxanthate de potassium AXK PCUK
(industriel)
Ethylxanthate de potassium EXK PCUK
(industriel)
Aerophine S 3418 Cyananid.
(industriel)
Moussant Aerofroth 65 A65 Cyanamid.
(industriel )
Réactifs modifiants Hydrogenosulfite de sodium NaHS03 Pro!abo
(sulfite) (laboratoire)
pur en solution
S 50 %
Sulfate de zinc Zn SO4 7H2 0 Carlo Erba
(laboratoire)
Sulfate de cuivre Cu S04 5H2 0 Carlo Erba
(laboratoire)
Sulfure de sodium Na2 S 9H2 0 Carlo Erba
(laboratoire)
Cyanure de sodium CNNa Prolabo
(laboratoire)
Charbon actif C A . 2S CECA S.A.
(acticarbone 2S)
Chaux CaO

Dans les flowsheets, les consommations données de sulfates de Zinc


et de Cuivre et de sulfure de sodium sont celles des produits hydratés.
Les consommations de réactifs sont données en grammes par tonne de
tout-venant suivies entre crochets par le temps de conditionnement en minutes,
Les temps de flottation (tF) et de relavage (tR) sont aussi expri-
més en minutes.
- 19 -

Les abréviations suivantes sont utilisées


F Flotté (mousses)
NF Non flotté (fond de cellule)
C Concentré
M Mixte
S Stérile
A Alimentation
Deg. Dégrossissage
Ep. Epuisage
Rel. Relavage
Pour les tableaux de résultats, les abréviations suivantes sont
utilisées.
Rp : Rendement poids
Cu, Pb, etc. : Teneurs cuivre, plomb etc.,
% : Récupération du métal considéré.

3.2.2 - Essais de flottation naturelle


Un essai de flottation "naturelle" a été réalisé pour vérifier
la flottabilité des différentes espèces minérales (cf. fig. 8, Tab. II).

FIGURE 8

Broyage d80 : 32y.

I
Dégrossissage
Conditionnement de la
pulpe avec du fuel
émulsionné 500 g/t [21] pH naturel 7.1.
A65 10 g/t
t F : 71 NF
Epuisage
Fuel émulsionné 500 g/t [2 1 ]
A65 10 g/t
IF tF : 71 I NF
C Ep S Ep

SCHEMA DE FLOTTATION NATURELLE


- 20 -

TABLEAU II

Rp Cu Pb Zn Fe

C Pb Cu 3,3 14,10 16,54 21,50 10,35 10,60 4,67 16,40 4,5


CM LT)
in
M. Rel. 5,6 4,83 9,62 14,15 11,55 en 9,70 7,25 12,90 5,8
m ro
C. Ep. 15,5 9,30 51,26 16,65 37,64 13,40 27,73 14,05 17,9

S. Ep. 75,6 0,84 22,58 3,67 40,46 5,98 60,35 11,55 4,7
100,0 2,81 100,00 6,85 100,00 7,49 100,00 12,17 100,0

RESULTATS DE LA FL0TTATI0N NATURELLE

Pour l'ensemble "C Deg + CEp", on récupère 77 % du Cuivre, 60 % du


Plomb et 40 % du Zinc ; par contre, la récupération pyrite est faible.
Cet essai montre bien que le choix de la méthode semi-globale peut
être positif dans la mesure où il n'y a qu'une coupure à réaliser en tête de
flottation (soit Pb Cu/Zn) (cf. chap. 1 ) .

En effet, la flottabilitê naturelle des trois espèces valorisables


est suffisamment importante pour créer des difficultés quant à la sélectivité de
la séparation ; cependant elle est insuffisante pour que cette propriété puisse
être utilisée pour le traitement de ce minerai.

3.2.3 - Flottation d'un concentré semi-global Pb Cu et orientation


générale de l'étuBê"

Les essais ont été très vite orientés vers la méthode "au sulfite"
qui très généralement permet d'obtenir -à pH naturel- une bonne sélectivité vis-
à-vis de la pyrite et de la blende surtout lorsque à l'action du sulfite est
combinée celle du sulfate de zinc.

Le choix des consommations de réactifs modifiants (sulfite et


sulfate de Zinc) ainsi que celui de la nature et de de consommation du collecteur
ont été guidés essentiellement par le souci d'obtenir, dans le concentré semi-
global, d'abord une élimination sélective de la blende, ensuite une amélioration
de la récupération du plomb.

Les essais maintenant présentés, illustrent cette recherche ;


dans les résultats fournis ci-après, seules les récupérations en métaux valo-
risables sont données.
- 21 -

FIGURE 9

Broyage [dso = 32y]

Dégrossissage Na H SO3 1 kg/t [101] pH naturel 7.1


Zn S04 400 g/t [ 5']
Aph 50 g/t [ 31]
A65 10 g/t

tp 7'30 NF
pH 6.6

Relavage Epuisage 1 Aph 30 g/t [31]


A65 5 g/t A65 10 g/t

Fr tF H 1 NF NF
pH 7.4
tF 3"30
C Pb Cu M . Reí. Pb Cu C Ep Pb Cu 1 pH 6.7

Epuisage 2

Zn SO4 200 g/t [511 ]


Aph 20 g/t [3 ]

NF

C Ep Pb Cu 2

S Ep Pb Cu

FLOWSHEET DE L'ESSAI 4
- 22 -

TABLEAU III

Rp % Cu % Pb % Zn

C Pb Cu 11,5 74,76 32,5 13,7


M Reí. Pb Cu 7,5 7,6 18,7 11,0
C Ep Pb Cu 1 8,8 8,8 25,4 19,2
C Ep Pb Cu 2 6,9 2,9 8,5 14,1
S Ep Pb Cu 65,3 6,1 14,9 42,0
100,0 100,0 100,0 100,0

RESULTATS DE L'ESSAI 4
(cf. fig. 9)

réaliser et
tion d'épui: . . . _. rr ,
mation de collecteur étant augmentée à la flottation d'épuisage Í.
Par ailleurs il apparaît qu'il est intéressant de regrouper le
concentré Pb Cu de dégrossissage et le concentré Pb Cu d'épuisage puis de les
relaver.
Ces modifications ont donc été apportées à l'essai suivant.
- 23 -

FIGURE 10

Broyage [dso : 32y]

Dégrossissage Na H SO3 1 kg/t 10'


Zn S04 600 g/t 5'
Aph 60 g/t 31
A65 20 g/t
(tF H'
pH 6.4)
NF
Relavage 1
A65 50 g/t
Epuisage F
Zn SO4 200 g/t 5'1 t F 5'
Aph 40 g/t 3 pH 7 tR 9'30
A65 20 g/t pH 7.5 NF

NF M Rel 1 Pb Cu

Relavage 2
S Ep Pb Cu

tR 8'30 j
pH 7.9

M Rel 2 Pb Cu

C Pb Cu

FLOWSHEET DE L'ESSAI 5
- 24 -

TABLEAU IV

Rp % Cu % Pb % Zn

C Pb Cu 18,7 86,1 66,4 31,6


M Reí. 2 Pb Cu 2,4 2,0 6,9 5,4
M Reí. 1 Pb Cu 7,0 3,9 10,7 12,0
S Ep Pb Cu 71,9 8,0 16,0 51,0

100,0 100,0 100,0 100,0

RESULTATS DE L'ESSAI 5
(cf. flowsheet fig. 10)

Si les récupérations Cu et Pb dans le concentré Pb Cu deviennent


satisfaisantes, par contre, 1'entrainement de blende dans ce concentré reste
très important et les relavages sont assez peu efficaces.
Les analyses du Fer réalisées pour cet essai montrent que le pro-
cédé est par contre sélectif vis à vis de la pyrite.
A partir de cet essai, plusieurs modifications ont été apportées au
flowsheet, toujours dans le but d'améliorer la sélectivité Pb Cu Zn :
- augmentation de la consommation de sulfite au dégrossi -
sage, diminution de la consommation de collecteur au dé-
grossissage et à l'épuisage,
- introduction du sulfite au broyage : il n'a pas été ob-
servé de changements significatifs des résultats,
- changements de la nature du collecteur dans le
but d'augmenter à la fois la sélectivité vis à vis
de la blende et la récupération du plomb ; plu-
sieurs collecteurs ont été essayés à savoir VAéro-
float 242 de la Cyanamid, l'EXK et TAXK et un
mélange 1/2 AXK 1/2 Aph.
Très généralement, ces essais montrent que la récupération Plomb
est liée à la récupération zinc et qu'il est très difficile d'obtenir une bon-
ne sélectivité de séparation Pb/Zn sans affecter la récupération Plomb dans le
concentré semi global.
Ce phénomène est bien évidemment lié au fait que les conditions
de la séparation ne sont pas optimales mais aussi à ce que la libération des
espèces valorisables est mal réalisée, malgré le broyage à dso de 32 microns.
- 25 -

Pour cette raison, l'étude de la libération par analyseur d'ima-


ges a été effectuée sur certains produits des flottations réalisées, puis
un rebroyage du concentré PbCu (de dégrossissage et d'épuisage) a été intro-
duit dans le flowsheet avant relavage.
Tous ces essais d'optimisation de la flottation d'un concentré
semi global ont été suivis par la séparation de ce concentré en un concentré
plomb et un concentré cuivre.
A l'heure actuelle, les méthodes les plus utilisées pour réaliser
cette séparation sont les suivantes :
- flottation du Cuivre et dépression du Plomb après
desorption du collecteur par l'utilisation de SO2
(gazeux) de sulfite, ou de bichromate ou bien par
la méthode de la pulpe chaude (chauffage de la pul-
pe à 65 degrés environ) (i)
- flottation du plomb, dépression du cuivre par
l'utilisation de cyanure de sodium et de sulfate
de zinc ä pH basique (9.5/10.0)
Tous ces procédés ont été testés au moins une fois en laboratoi-
re mais il est apparu que la méthode de la flottation du plomb et dépression
du cuivre ne donnait pas de bons résultats ; la séparation n'étant pas sélec-
tive, beaucoup de plomb se retrouve dans le concentré Cuivre.
En ce qui concerne la méthode de flottation du cuivre et dépres-
sion du plomb, les essais se sont très vite orientés vers l'utilisation de sul-
fite essentiellement pour des raisons pratiques : en effet, le sulfite est
déjà utilisé en tçte de flottation ; son utilisation ne pose aucun problème ce
qui n'est pas le cas du bichromate (pour des raisons d'environnement) ou de
la méthode de la pulpe chaude (pour des raisons technologiques).
Par ailleurs, du charbon actif a été ajouté à la pulpe en même
temps que le sulfite pour piéger à la fois le collecteur désorbé des surfa-
ces de la galène et le moussant en excès : en effet, les mousses de cette flot-
tation de séparation très abondantes et très stables entraînent une forte
quantité de galène avec la chalcopyrite.
3.2.4 - Caractêrisation de la flottation du concentre semi global
et de la séparation Plomb Cuivre
3241 - Influence de la mixité minéralogique sur les ré-
sultats de la flottation

32411 - Influence de la mixité sur les flottations


de tête (ébauchage)

Les produits d'une flottation de dégrossissage et d'épuisage Pb Cu


on été soumis à l'analyseur d'images pour pouvoir étudier leur mixité.
Cette flottation a été réalisée selon le schéma suivant :
(fig. 9) ; les résultats sont donnés sur le tableau V .

(1) Ces réactifs cités peuvent être utilisés de façon combinée entre eux ou bien
avec le chauffage de la pulpe.
- 26 -

FIGURE 9

Broyage dg 0 : 32 y

Dégrossissage
NaHS03 1,56 kg/t [10']
Zn S0 4 1 200 g/t [ 51]
Aph 35 g/t [ 31]
F
A65 30 g/t • C. Deg Pb Cu
t F 8'30 (n° 131)
pH 6.7

NF

Epuisage
Zn S0 4 300 g/t [ 51]
Aph 25 g/t [ 3']
F
A65 20 g/t • C. Ep Pb Cu

tF 6'30 (n° 132)


pH 6.9

• NF

S Ep Pb Cu
(n° 130)

FLOWSHEET DE L'ESSAI 19
- 27 -

TABLEAU V

Rp Cu % Pb % Zn % Fe %

131 Deg.PbCu 13, 8 12, 70 64 ,5 13, 90 30 ,0 8 ,10 14 ,6 17, 60 19 ,3


132 Ep Pb Cu 13, 7 5, 70 28 ,8 22, 10 44 ,2 14 ,80 26 ,4 13, 20 14 ,3
130 Stérile 72, 5 0, 25 6 ,7 2, 63 27 ,8 6 ,25 59 ,0 11, 5 66 ,4

RESULTATS DE L'ESSAI 19
L'étude de mixité réalisée sur chacun des produits de la flotta-
tion montre qu'au dégrossissage Pb Cu (cf. Fig. 10),on entraihe les espèces
libérées en priorité et quelques mixtes minéralogiques, alors qu'à Vëpuisa-
ge Pb Cu (cf. Fig. 11), la quantité de mixtes minéralogiques entrainés est
plus importante : ce phénomène est particulièrement net pour la chalcopyrite
qui est libérée à 90 % dans le concentré de dégrossissage et seulement à
65 % dans le concentré d'épuisage.
Pour la galène, ce phénomène persiste mais est moins marqué ;
cependant au dégrossissage, on entraine plus de mixtes galène-chalco que de
mixtes galène-blende alors qu'à l'épuisage, on entraine plus de mixtes galène-
blende que de mixtes galène-chalcopyrite.
On retrouve à ce niveau les constatations faites précédemment
sur l'ordre de flottabilité naturelle (cf. paragraphe 322) à savoir Cuivre,
Plomb et zinc.
En ce qui concerne la blende, on peut faire les mêmes remarques,
ce qui est parfaitement logique. Cependant, 1'entrainement de blende libérée,
reste important dans les deux flottations.
Pour le stérile d'épuisage Plomb Cuivre (cf. fig. 12) la galène
(qui représente une très importante perte Plomb de 27,8 % par rapport au tout-
venant) n'est libérée qu'à 39 % et constituée essentiellement des mixtes miné-
ralogiques avec la pyrite (18 %) et la blende (43 % ) .
Quant à la blende, elle est libérée à 65 % (valeur nettement supé-
rieure à celle des concentrés de dégrossissage et d'épuisage).
Dès à présent, il apparait que le broyage est insuffisant : ceci
est particulièrement gênant pour la galène dont la perte dans le stérile d'ëpui-
sage Pb Cu représente 27,8 % du tout-venant ;en supposant que l'on puisse flotter
la galène libérée dans ce stérile (soit 39 %) [sans flotter la galène sous for-
me de mixtes] la perte Plomb dans le stérile ne serait plus que de 27,8 % x 0,61
soit 16,9 %.
Un broyage plus poussé du tout-venant perd son intérêt vis-à-vis
d'un rebroyage des concentrés semi-globaux surtout si T o n "pousse" la flottation
de la galène quitte à entrainer des mixtes galène-blende.
* ECHHNTILLÜH 131
- 28 -
LIBERflTION CUMUL y. 0 20 60 . 100
y. CHflLCÜ CHflLCO !
i
i i
9G 89.7
86 96.3
70 93.2
50 96.4
56 97.4
48 99.0
30 99.3
20 99.8
10 100.0
Ö 100.0

CHflLCO LIBEREE 90 'A I


flSSOCIEEflPYRITE 0 'A
fiSSOCIEEfiBLENDE 7 '/.
flSSOCIEEfiGflLENE 3 'A

LIBERflTION CUMUL y. 0 20 40 60 86 1
y. BLENDE BLENDE ! ! ! ! ! !
90 60.1 • # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # '. '.

80 69.8 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #

70 71.1 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #

50. 78.5 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #

50 84,,7 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #

40 91,,6 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #

30 95.9 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # . .

20 99.2
10 100.0
0 100.0

BLENDE LIBEREE 52 'A


flSSOCIEEfiPYRITE 0 y.
flSSOCIEEfiCHfiLCO 3 4 'A
fiSSOCIEEfiGflLENE 15 'A

LIBERflTION CUMUL 'A 0 20 40 60 80 100


'A GflLENE GflLENE ! ! ! ! ! !
90 72.6 ####»###############################
80 • 74.5 #####################################
70 77.0 #######################################
60 81.8 #######################*#################
50 84.1 ##########################################
40 88. 9
30 91.3 #################*############################
20 94. 3
10 100. 0
0 100.0

GflLENE LIBEREE 73 y.
flSSOCIEE ñ PYRITE 0 'A
fiSSOCIEEfiCHflLCO is y.
fiSSOCIEEfiBLENDE 12 y.
Figure n" 10 Analyse de mixité du concentré de
dégrossissage PbCu de 1 'essai 19.
- 29 -
* ECHñHTILLOH 132 CONCENTRE D'EPUISAGE PbCu.

LIBERATION C U M U L :•: fl 20 40 66 S0 100


'A CHRLCü CHflLCO I ! ! ! ' . !
90 66. 1 ##ft### #######S#######fc###########
S3 69.5 ###################################
70 SO. 7 #######################################*
60 S4.9 ##ft####tHt####M##########*t################
50 88.8
4© ####################################*#######..
9Ö.2
30 93.0
26 97.2
10 99.3
0 100.0 ##################################################

CHflLCO LIBEREE 65 'A


flSSOCIEEflPYRITE 1 'A
flSSOCIEE ñ BLENDE 23 'A
flSSOCIEEflGfiLENE 11 5í

LIBERATION CUMUL 'A 0 -20 40 60 SS 100


'A BLENDE BLENDE ! ! ! ! ! !
90 62. 1 ############################### '
80 70.1 ###################################
70 76.8. #####################S####fc###########
60 • 82.3 ###################*#####################
50 92.9 ##############################################
40 94.9
30 97.9
20 9S.5
10 100.0
100. 0

BLENDE LIBEREE 48 "i


flSSOCIEE fl PYRITE 0 Ü
flSSOCIEE fl CHflLCO 22 'A
flSSOCIEE fl GfiLENE 30 'A

LIBERATION CUMUL 'A 0 20 40 60 30 100


•A GflLENE GflLENE !
90 • 67.6
88 67.6 #############################*####
70 77.1
6© 79 3
50 81 1
40 85 7
30 90.4
20 97.5
10 99.5 *########################################**####**#
100.0 ##################################################

GflLENE LIBEREE 66 y.
flSSOCIEEflPYRITE i y.
flSSOCIEEflCHflLCO 10 y.
flSSOCIEEflBLENDE 22 y.
Figure n° 11 : Analyse de mixité du concentré d'Epuisage
PbCu de l'essai 19.
* ECHflNTILLON 13Ö - 30 -
STERILE

LIBERñTIÜH CUMUL 40 60 30 100


y. BLENDE BLENDE i i
98 86. 6
se 93.4
7Q 96.3
60 99.1
50 99.7
49 99.7
30 99. S ##£######
20 100.0
10 100.0 ##################################################
0 100.0

BLENDE LIBEREE 65 y.
flSSOCIEEflPYRITE le y.
flSSOCIEEfiCHflLCO 6 y.
flSSOCIEEflGflLENE 24 y.

LIBERflTION CUMUL 0 20 40 60 30 1
y. GflLENE GflLENE ! ! ! ! j ;
90 39.1 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # . . . . • .

88 43.9 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #

70 46.2 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #

60 49.6 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # .

50 5.4.2 #S###################3#####
40 66.4 ###*############################# ;
30 72.4 ####################################
20 S5.3
10 97.1
e 100.0

GflLENE LIBEREE 39 y.
flSSOCIEEflPYRITE 18 %
flSSOCIEEflCHflLCO 1 '/.
flSSOCIEEfiBLENDE 43 'A

Figure n" 12 Analyse de mixité du stérile d'épuisage


PbCu de 1 'essai 19.
- 31 -

32412 - Influence de la mixité sur la séparation


Plomb Cuivre

Les produits de deux flottations menées jusqu'à la production


d'un concentré Plomb et d'un concentré Cuivre ont été soumis à l'analyseur
d'images.
Les résultats de la première de ces flottations (cf. fig. 13)
sont donnés sur le tableau VI ; pour la séparation Pb Cu, la méthode au sul-
fite et charbon actif a été utilisée ;[nous reviendrons sur ce procédé dans le
paragraphe 3243].
Cet essai confirme bien la mauvaise flottabilité du Plomb : la
perte Plomb dans le stérile d'épuisage Pb Cu représente 28,7 % et dans le mixte
Pb Cu 23,6 %.
D'autre part, la séparation Pb Cu et le relavage du Cuivre sont très
efficaces : le Cuivre ayant une excellente flottabilité, la teneur et la récupé-
ration du Cuivre dans son concentré relavé sont satisfaisantes. Cependant, les
teneurs en Zinc restent élevées dans le concentré Cuivre et dans le concentré
Plomb.
Une analyse de mixité réalisée sur chacun de ces concentrés tamisés
à 15 y (l)(cf. fig. 14) confirme que l'on a tendance à ne flotter que les espèces
libérées. En effet, on peut comparer la quantité de l'espèce valorisable libérée
à 90 % dans ces concentrés et dans le tout-venant (tranche inférieure à 32 y
[cf. fig. 6]) :
Concentré Tranche - 32 y
(tout-venant)
Cu 76,9 % de chalcopyrite 70,6 % de chalcopyrite
libérés à 90 % libérés à 90 %
Pb 75,1 % de galène 69,8 % de galène
libérés à 90 % libérés à 90 %
Les différences restent nettes bien que l'on considère pour les
concentrés les fractions supérieures ä 15 microns, et pour le tout-venant, la
tranche inférieure à 32 microns ; ce qui ne peut qu'atténuer ces différences.
Cependant, dans le concentré Cuivre, il y a davantage de mixtes
galène-chalco que de mixtes galène-blende alors que l'on observe l'inverse dans
le concentré Plomb. Ces constations sont insuffisantes pour pousser plus loin
toute conclusion de ces analyses.

(1) Le fait d'analyser seulement la tranche + 15 y des concentrés "pessimise"


les résultats : en effet3 la quantité de mixtes minéralogiques observés est
supérieure à celle de l'ensemble du concentré.
- 32 -
FIGURE 13

broyage [dg0 : 32 y]

Dégrossissage
NaH S0 3 1,56 kg/t [10']
Zn S0 4 700 g/t [ 51]
Aph 35 g/t [ 3 1 ]
A65 30 g/t t F 9'pH 6,7

NF Relavage (tR 7' pH 7,2)

Epuisage
NF
Zn S0 4 300 g/t t 5']
Aph 25 g/t [ 3'] Mixte Pb Cu
A65 20 g/t
(n° 75)
t p 111 pH 7,3

Sep. Pb Cu
NF Charbon actif 100 g/t
Na2S 100 g/t [ 51]
NaH S0 3 2,5 kg/t[20']
SEp Pb Cu
(n° 74) F t F 5' pH 7,5 NF

Concentré Pb
(n° 76)

Relavage Cu
Charbon actif : 50 g/t
NaH S0 3 1 kg/t [101]

F tD3' pH 7,3 NF

Concentré Cu Mixte Cu
(n° 77) (n° 78)

FLOWSHEET DE L'ESSAI 8
P% Cu * Pb Zn Fe

77 Concentré Cu (F) 8,0 o 24,70 £(73,29 St10,95 2(13,28 £( 6.90 S (7,42 23,47 15,08
78 Mixte Cu CTl«
1,7
•—I
CM
ft

4,15 ß( 2,62 -(42,00


3"(10,82
i 00 i !;!
- ( 3,84 8,27 1,13
(18,60
76 Concentré Pb (NF) 5,5 3,94 . 8,04 28,30 23,60 17,10 12,64 10,79 4,75
CO
ro 75 Mixte Pb Cu 10,2 2,27 8,58 15,25 23,58 11,50 15,76 11,56 9,47
74 Stérile 74,6 0,27 7,47 2,54 28,72 6,02 60,34 11,61 69,57

100,0 2,70 100,00 6,59 100,00 7,44 100,00 12,45 100,00

TABLEAU I/I : RESULTATS VE L'ESSAI S [Ug. 13]


- 34 -

* ECHRNTILLÜN 77 - < CONCENTRE CU

LIBERflTIOH CUMUL 0 20 40 60 ññ ifio


'/. CHfiLCO CHHLCO ! ! ! ! ! "i
90 76.9
8Q 84.9 # # # # M > • ; • • •

70 37. 1
60 93.7
50 95.3
40 97.5
30 99.1
20 99.4
10 9'9.9
0 100.0

CHfiLCO LIBEREE 73 V.
fiSSOCIEE ñ PYRITE 0 '4
flSSOCIEEflBLENDE 11 \
fiSSOCIEE ñ GflLENE 17 '/.

* ECHfiNTILLÜN 76 - < CONCENTRE PB

LIBERfiTION CUMUL '/. 0 20 40 60 30 100


'•: GfiLENE GfiLENE i
1 i 1 i 1
90 75.1 ######## ##########
######
80 78.8 ###### ########## ^###ft
76 80.2 ######
60 84. 4 ###### ########
50 87.3 ######
40
30
89.7
92.5
######
###### ######## ########## ##########44
:#######¿¿
' Tf TT • • m •
20 95.6 ########
10
0
97.8
100.0
:########*
GfiLENE LI BEREE 72 y.
fiSSOCIEE fi PYRITE 4 y.
flSSOCIEE fl CHflLCO e y.
fiSSOCIEE H BLENDE is y.

n" 14 knaly&t de ¿a. rtûxitt dej> conc.zn&ie.¿


Cl oX Plomb de l'z&icuL S
U tcLbiiau l/î)
- 35 -

Une autre étude de mixité a été réalisée sur les produits d'une
autre flottation dont le schéma est proche du précédent, la nature du
collecteur ayant été modifiée, et l'ensemble sulfite/sulfate de Zinc ayant
été ajouté au niveau du broyage (cf. fig. 15).

Une analyse de mixité des fractions supérieures à 15 microns des


concentrés Cuivre et Plomb (cf. fig. 16 et 17) et du mixte Pb Cu (cf. fig. 18)
a été entreprise :

- pour le concentré Cuivre (cf. fig. 1 6 ) , on constate que le degré


de libération de la chalcopyrite est légèrement supérieur à celui du concentré
Cuivre de l'essai précédent (cf. fig. 14) et qu'il y a plus de mixtes blende-
chalco que de mixtes galêne-chalco.
Ces observations peuvent être reliées à la moins bonne récupération
Cuivre dans le concentré qui se traduit par le fait que l'on a tendance à mieux
flotter les espèces libérés (en partie à cause des moindres durées de flottation
au dégrossissage et à l'épuisage).

Quant à la blende entrainée dans le concentré Cuivre, elle n'est


libérée qu'à 29 % ; 66 % étant sous forme de mixtes minéralogiques chalcopyrite-
blende.

Malgré le fait que ces résultats sont "pessimisés" (seule la tranche


+ 15 y est analysée), l'importance des mixtes blende-chalcopyrite est particuliè-
rement gênante car il devient difficile d'abaisser la teneur zinc du concentré
Cuivre par des relavages sans diminuer la récupération Cuivre.

- pour le concentré Plomb (cf. fig. 17), les résultats concernent la


libération de la galène sont pratiquement identiques à ceux de l'essai précédent
(cf. fig. 14).

La blende entraînée dans le concentré plomb n'est libérée qu'à 49 % ;


27 % sont sous forme de mixte avec la chalcopyrite et 23 % seulement sous forme de
mixte avec la galène.

Quant à la chalcopyrite entraînée dans le concentre plomb, elle est


libérée à 50 % ; 37 % sont sous forme de mixte avec la blende et 10 % sous forme
de mixte avec la galène.

Mis à part le fait que les conditions de la flottation ne se sont pas


optimisées, l'importance des mixtes chaicopyrite-blende sur la qualité des résultats
est, ici encore très nette.

- pour le mixte Pb Cu (cf. fig. 18), l'analyse de mixité montre net-


tement l'importance des mixtes blende-galène ; cependant, il n'est pas possible
d'attribuer à cette seule mixité la mauvaise flottabilité du plomb puisque dans
mixte 66 % de la galène sont libérés.
- 36 -
FIGURE 15

Broyage [dg0 : 32 y] + NaH S0 3 1,56 kg/t + Zn S0 4 700 g/t.

Dégrossissage
EXK 35 g/t [31]
A65 30 g/t
t F 7' pH 6,5

NF

Epuisage Relavage t R 4'30


Zn S0 4 300 g/t [5'] pH 7,1
EXK 25 g/t [3'] NF
A65 30 g/t Mixte Pb Cu
[n0 88)
tp 9'30 pH 6,9

Séparation Pb Cu
Charbon actif 200 g/t
NaH S0 3 2,5 kg/t [20']

NF t 5'
NF
pH 7,0
S. Ep. Pb Cu
(n°87)
Conc. Cu . Pb

(n° 90) (n° 89)

FLOWSHEET DE L'ESSAI 11
P% Cu Pb * Zn * Fe ».

90 Concentré Cu (F) 6,5' 24,60 o í 58,46 8,90 en ( 8,62 6,90 -*i 5,96 24,10 12,65

89 Concentré Pb (NF) 10,2 00 4,30 ^ (16,04


CO
I—1
A

25,50
CO

•> <
\ '
s' 11,35 « •

3(15,38
/

19,30 15,90
CO o
CM I—1
-* (38,77 I—1
1
88 Mixte Pb Cu 12,1 2,94 13,01 12,10 21,83 10,56 16,96 13,70 13,38
CO
1 87 Stérile 71,2 0,48 12,49 2,90 30,78 6,52 61,70 10,10 58,07
100,0 2,73 100,00 6,70 100,00 7,52 100,00 12,38 100,00

TABLEAU l/II : RESULTATS VE L'ESSAI 11 [Flg. 75]


* , ECHflNTILLON 90 - < CONCENTRE CU >""[

- 38 -

LIBERATION CUMUL V. O 20 -S 68 80 166


V. CHRLCO CHflLCO ! ! ! ! ! !
90 77.6 #######################################
80 83.0 ##########################################
70 90.1 #############################################
60 ' 94.3 ###############################################...
50 95.3 ^#####4t##^####4i=##########################i*#####5t..
40 96.7 ################################################..
30 98.4 #################################*###############.
20 98.9 #################################################.
10 99.9 ###################.###############################
0 100.0 .#################################################*

CHñLCO LIBEREE 76 %
RSSOCIEE fl PYRITE 0 V.
fiSSOCIEE fl BLENDE 13 X
fiSSOCIEE ñ GfiLENE 11 ':

LIBERflTION CUMUL V. O 20 40 60 Rfl • 1*6


y. BLENDE BLENDE ! ! ! ! "i "i
90 40.1 ####################
80 52.7
70 56. 7 ######tf###################
60 63.9 ############################
50 74.1 ########################*#######
40 82.0 ####################*################
30 85.1
20
#####################*####*##############
91.9
10 99.9 ###########################################
O 100.0 ################ft#######tt#######tt######S#####tt

BLENDE LIBEREE 29 '<


fiSSOCIEE fi PYRITE 0 V.
fiSSOCIEE fi CHflLCO 66 'A
fiSSOCIEE fi GfiLENE 5 ':

Figure n" 16 Analyse de mixité du concentré


Cuivre (+ 15 \i) de l'essai 11
(cf. fig. 15 et tableau VII)
ECHANTILLON CONCENTRE PB
n- 39 -
LIBERFiTION CUMUL ; 0 20 40 60 P.iH
'-•: GñLEHE GfiLENE
70
se I O

70 79
60 SI ########################################tt
50 S3.1 ##########################################. ...
40 St. S ###########################################
30 93.5
20 97.0
10 98. 7
0 100.0 ##################################################

GflLENE LIBEREE . 7 1 Si
RSSOCIEE FI PYRITE 4 'A
flSSOCIEE fl CHfiLCO 7 'A
fiSSOCIEE fi BLENDE 18 X

LIBERflTION
:•: BLENDE 62.0
90 67.5
SB 70.9
70 81.5
60 y7.2
50 91.8
40 ##*#*##############**###*##*##############*######.
30
20 ###################«#################### ##########
10 ##****######**##**#*#«##*#*##########«####*##«##«#
6
BLENDE LIBEREE 49 *
flSSOCIEEfiPYRITE 1 '/.
flSSOCIEEfiCHfiLCO 27 'A
flSSOCIEE-flGflLENE 23 'A

LIBERflTION-
'A CHfiLCO
90 50.2
f
86 56.8
70 67.4 ################################## ; ; ; ; ; ; ; ; • * ;

60 75.5 ######################4t###############
•50 81.1 #########################################
40 87.7
30 92.3
20 y7.0
10 . 9a.3
0

CHflLCO LIBEREE 50 'A


flSSOCIEEfiPYRITE 2 '•:
flSSOCIEE H BLENDE 37- y.
flSSOCIEEfiGflLENE le y.
Figure n° 17 : Analyse de mixité du concentré
Plomb (+ 15 v) de l'essai 11
(cf. fig. 15 et tableau VII)
Is ECHflHTILLON S3 - < MIXTE PE-CU >

- 40 -

LIBERfiTION CUMUL y. 0 20 40 60 30 100


y. GflLENE ' GflLENE
90 66.9'
30 63.9
70 72.4
60 76.5
50 77.6 #######################################
40 84. 3 ##########################################
30 91.6
£0 93.7
10 98.7
0 100.0

GflLENE LIBEREE 66 y.
RSSOCIEE fl PYRITE 3 ',
flSSOCIEE R CHflLCO 3 y.
flSSOCIEE fl BLENDE 27 y.

LIBERflTION CUMUL V, 0 20 40 60 80 100


•/. BLENDE BLENDE i ! ! ' ! ! !
90 75.2 #######*##############################. '. "
80 34. 0 ##########################################
70. • 92.1
60 95.4
50 96.6 ####*###*########*«##*##########################..
40 97.6
30 99.4 ####################«#############################
20 99.9 ###########*##################*###################
10 •. 100.0 ###*####*###########################*###*#########
0 100.0

BLENDE LIBEREE 64 V.
flSSOCIEE fl PYRITE 18 \
flSSOCIEE fi CHflLCO 6 5£
flSSOCIEE fl GflLENE 20 Ü

Figure n° 18 Analyse de mixité du mixte Plomb Cuivre


(+ 15 v) de l'essai 11 (cf.figure 15 et
tableau VII)
- 41 -

En résumant et regroupant les différentes observations qui viennent


d'être réalisées, on obtient le schéma suivant de répartition des espèces miné-
ralogiques au cours de la flottation (les espèces minéralogiques sont citées par
ordre d'importance).

Broyage
C. Peg. Pb Cu
Flottation de dégrossissage Chalcopyrite libre
Pb Cu Galène libre
Blende libre - Pyrite libre
Mixtes blende-chalco
NF Mixtes galène-chalco
Mi xtes galène-blende
C. Ep. Pb Cu
Flottation d'épuisaqe Galène libre
Pb Cu
Chaico libre
Blende libre - Pyrite libre
Mixtes blende-chalco
MF Mixtes galêne-chalco
Mi xtes galène-blende

Stérile épuisage Pb Cu Relavage


Blende libre
Mixtes galène blende
Galène libre
Mixte
Galène libre
Blende libre - pyrite libre
Mixtes blende- galène

Concentré Cuivre Concentré Plomb

Chalco libre Galène libre


Mixte Blende-chalco Blende libre - Pyrite libre
Mixte Galène-chalco Mixte blende - galène
Blende libre Chalco libre
Mixte blende - chalco
- 42 -

On note alors qu'à condition d'optimiser la flottation du plomb


(pour réduire la perte Plomb dans le stérile d'épuisage Pb Cu), le rebroyage
des concentrés de dégrossissage et d'épuisage Pb Cu devrait être suffisant
pour améliorer la sélectivité de la séparation. D'autre part, son intérêt
du point de vue économique vis à vis du broyage plus poussé du tout-venant
est évident (en effet, il n'y aura qu'à rebroyer 30 % environ du tout-venant).
Ces essais avec rebroyage seront présentés au paragraphe 325.
3242 - Influence de la nature du collecteur et des paramètres
de 1'ëbauchage

Le flowsheet de l'essai 11 (cf. fig. 15) est repris en utilisant


comme collecteur l'Aérophine S 3418 (essai 7) et l'Aérofloat 242 (essai 1 0 ) .
Les résultats de ces essais sont donnés au tableau VIII.

Par ailleurs, la quantité de charbon actif utilisée pour la sépara-


tion Pb Cu est de 100 g/t au lieu de 200 g/t.

En comparant les résultats du tableau VII à ceux du tableau VIII,


on constate que,en ce qui concerne les récupérations Cu, Pb et Zn dans les
concentrés Cu + Pb, l'Aérophine et l'EXK conduisent à des résultats très voi-
sins, l'Aérofloat 242 est beaucoup moins efficace : la perte Pb + Cu dans le
mixte de relavage étant beaucoup plus élevée (dans une plus grande proportion
que celle concernant la perte zinc).

La perte Plomb dans le stérile d'épuisage reste voisine de 28-30 %.


Un autre essai (essai 29) a été entrepris selon le flowsheet de
l'essai 11 (cf. fig. 15) en utilisant comme collecteur Vamylxanthate de potas-
sium (AXK).

La consommation d'AXK est portée au dégrossissage à 40 g/t et à


Vépuisage à 30 g/t ; pour la séparation plomb Cuivre, la consommation de char-
bon actif est de 250 g/t, celle de sulfite de 1 kg/t.
Les résultats sont donnés sur le tableau IX.
Essai 10
Collecteur Aeroflo P% Cu Pb Zn Fe

86 Concentré Cu 7,1 20,35 53,57) 17,60 18,49 8,06 7,56) 20,30 11,57
160,08 33,11 U4,96
85 Concentré Pb 3,8 25,9 4,62 9,30 6,51* 26,00 18,37 14,62 14.75 10,77 7,40* 12,60 3,85
(NF)
84 Mixte Pb Cu 15,0 5,25 29,20 16,80 37,29 11,05 21,90 13,90 16,74

74,1 0,39 10,72 2,70 29,60 6,45 63,14 11,40 67,84


83 Stérile

100,00 2,69 100,00 6,75 100,00 • 7,57 100,00 12,45 100,00

Essai 7
CO Collecteur:Aérophi- P% Cu Pb % Zn % Fe %
I

73 Concentré Cu 10,5 18,70 73,27) 20,90 32,96) 9,00 12,40) 19,18 16,24
(F) (80,45 J48,2O S 24,56
72 Concentré Pb 5,5 27,6 3,50 8,77 7,18) 18,45 17,3( 15,24* 16,85 11,64 12,16* 15,53 16, i; 6,89
(NF)
71 Mixte 1 Pb Cu 11,6 2,27 9,83 13,50 23,52 11,55 17,58 13,63 12,75
70 Stérile 72,4 0,36 9,72 2,60 28,28 6,09 57,86 10,98 64,12

100,00 2,68 100,00 6,65 100,00 7,62 100,00 12,39 100,00

TABLEAU i/III : RESULTATS VES ESSAIS ? ET 10 REALISES RESPECTIVEMENT AVEC


L'AEROPMNE S 341S ET L'AEROFLOAT 242 SELON LE FLOWSHEET
FIG. 15.
RP % Cu * Pb * Zn % Fe *

Concentré Cu 10,03 19,38 75,31,o 12,41 19,3)CM 11,14 15.4 lo 22,13 18,3
>co
Concentré Pb 8,6 1,56 5.O)00 27,92 34,9T 11,04 12,6) 20,41 14,1
1 Mixte Pb Cu . 14,4 2,53 13,7 12,50 27,2 10,80 20,8 16,20 18,8
•3-
1 Stérile 66,7 0,24 6,0 1,85 18,6 5,75 51,2 9,09 48,8

100,0 2,65 100,0 6,62 100,0 7,49 100,0 12,43 100,0

TABLEAU IX : RESULTATS VE L'ESSAI 29 REALISES SELOW


LE FLOWSHEET VE LA FIG. 15 - COLLECTEUR
AAWLXANTHATE VE POTASSIUM
- 45 -

On note que la perte plomb dans le stérile n'est que de 18,6 % ;


par contre, la récupération de zinc dans les concentrés Pb + Cu est de 28 %.
A partir de ces différents essais, l'Aérofloat 242 a été abandon-
né, l'intérêt étant porté à 1'AXK pour son efficaté et à VAérophine pour
sa sélectivité vis à vis du zinc et à la pyrite (assez peu marquée cependant
mais suffisante pour espérer une amélioration des résultats) ; pour ces
raisons, le collecteur qui a été choisi pour la dernière tranche d'essais de
flottation en laboratoire est un mélange 1 : 1 d'AXK et d'Aérophine (1).
Par ailleurs, le conditionnement à 1'ébauchage a été modifié de
la façon suivante : le sulfite a été ajouté en deux étapes (avant dégrossissa-
ge Pb Cu et avant épuisage Pb Cu) au lieu d'une seule étape comme précédemment ;
de plus»sulfite et sulfate de zinc ont été ajoutés ensemble.
Cette modification a été réalisée dans le but de diminuer l'entraî-
nement de zinc à 1'épuisage Pb Cu, c'est-à-dire d'augmenter la récupération de
zinc dans le stérile d'épuisage Pb Cu (cf. fig. 19).
Cette modification permet d'augmenter la récupération de zinc et de
pyrite dans le stérile d'épuisaae Pb Cu, mais aussi de Plomb (dont la perte pas-
se de 18,6 % à 22 %).
REMARQUE :
Dans un premier temps, cette augmentation de la perte plomb n'a
pas été considérée comme une pénalisation en regard de l'augmentation de la ré-
cupération de zinc. Cependant et sans trop anticiper sur les résultats ulté-
rieurs, il faut noter que cette modification des conditions de 1'ébauchage ne
semble apporter aucun changement positif des bilans finaux de la flottation et
même peut agir comme un paramètre pénalisant de ces bilans (plus particulière-
ment lors du relavage des concentrés de dégrossissage et d'épuisage Pb Cu vis
à vis du plomb).

(1) Ce type de mélange est utilisé fréquemment industriellement.


- 45 -

FIGURE 19

ESSAI 29 : ESSAI 30 :

Broyage [d80 : 32 y] Broyage[d 80 : 32 y]


Dégrossissage Dégrossissage
NaH S0 3 1,56 kg/t [10 '] NaH S 0 3 1 kg/t
[10']
Zn so 4 700 g/t [ 51] Zn S 0 4 700 g/t
AXK 40 g/t [ 3'] AXK 40 g/t [ 3']
A65 40 g/t
A65 40 g/t
1 r • C" T\r\r\ D K P i t r . r- flan Dh
r • L UGy* »DUU r : L ueg. rD
NF t 9' pH 6,6 NF tf 9' pH 6,7
1

Epuisage Epuisage
1
Zn so 4 300 g/t [ 5 ] NaH S 0 3 500 g/t
AXK 30 g/t [ 3'] Zn S 0 4 300 g/t
A65 20 g/t AXK 40 g/t
i r •3f) g/t
1 : C Ep. PbCu A65 OU

NF 9' DH J 3 F • C E D PbCu
lit t •
F
NF 9' pH 7,0
1r

Stérile d1 Epuisage Pb Cu Stérile d 'Epuisage Pb Cu

Rp : 66,7 Rp : 67,9
Cu : 0,24 - 6,0 Cu : 0,25 - 6,3
Pb : 1,85 - 18 ,6 Pb : 2,14 - 22,0
Zn : 5,75 - 51 ,2 Zn : 6,35 - 57,1

Fe : 9,09 - 48 ,8 Fe : 9,65 52,7

COMPARAISON DES STERILES D1EPUISAGE


Pb Cu EN FONCTION DES CONDITIONS DE
L'EBAUCHAGE
- 47 -

3243 - Essais de séparation du concentré semi-global Pb Cu

Les différents procédés de séparation et leur "philosophie" ont été


présentés dans le paragraphe 323 concernant la présentation de l'orientation
générale de l'étude ; les essais de séparation les plus significatifs sont main-
tenant présentés.
32431 - Procédé de dépression du cuivre et flotta-
tion du plomb

Ce procédé consiste en une dépression du cuivre à pH basique (10/10,5)


par l'action combinée du cyanure de sodium et du sulfate de zinc.

Il a été aplliqué à l'essai 9 dont le flowsheet est présenté fig. 20


et les résultats sur le tableau X.
La récupération Cuivre dans le concentré Plomb (soit 76,5 %) démontre
parfaitement la tendance de la chalcopyrite à la flottation : ce point qui avait
été déjà noté à l'occasion des essais de flottation naturelle (cf. paragraphe
322) est ici amplement confirmé.

C'est pour cette raison que cette méthode où la chalcopyrite doit être
déprimée a été abandonnée.

L'intérêt de l'utilisation du charbon actif sera développé dans le


paragraphe suivant.

32432 - Procédé de dépression du plomb (par le sul-


fite) et flottation du Cuivre.

Ce procédé consiste en une dépression du plomb par l'action de 1'hydro-


génosulfite de sodium (ou du bichromate non utilisé ici pour des raisons de pro-
tection de l'environnement).Il a été appliqué à l'essai 8 dont le flowsheet et
les résultats ont déjà été présentés au paragraphe 32412 (fig. 13 et tableau VI).

Il est à noter que cet essai a été réalisé dans les mêmes conditions
que l'essai précédent (essai 9. fig. 20 et tableau X) hormis bien sûr le procé-
dé de séparation.

On constate que la récupération Cuivre dans le concentré Cuivre est


excellente, mais que par rapport au procédé précédent, la séparation Plomb entre
concentré Cu et concentré Plomb est nettement moins sélective.

C'est à la suite d'un tel résultat déjà observé dans des essais
d'orientation précédents que le sulfure de Sodium (Na~S) et le charbon actif
(CA 2S) avaient été ajoutés au conditionnement du concentré semi-global avec
le sulfite :

- en effet, 1'hydrogénosulfite est censé désorber sélectivement


les réactifs collecteurs adsorbes à la surface de la galène et c'est pour en
accentuer l'efficacité que le sulfure de Sodium a été ajouté ; le Na 0 S a la
double propriété d'être un déprimant des minéraux sulfurés lorsque it est en
"excès" (par désorption des collecteurs) et un activant des minéraux sulfurés
oxydés , par sulfuration de leurs surfaces.

C'est pour la première de ses propriétés qu'il est utilisé ici ;


en fait, on verra par la suite que l'avantage de son utilisation peut être
corrëlé à la deuxième de ses propriétés (rôle sulfurant).
- 48 -
FIGURE 20

Broyage dg0 : 32 y

Dégrossissage
NaH S0 3 1,56 kg/t [101]
Zn S0 4 700 g/t [ 51]
Aph 35 g/t [ 3']
Relavaae (tR 6 ', pH 7 .3)
A65 30 g/t "^\ -^
F
pH 6,7 NF
ii Mi xte Pb Cu
(n° 80)
Epuisage CaO 260 g/t : pH 10 ,5
Zn S0 4 300 g/t [ 5'] Charbon actif 100 g/t
Aph
A65
25 g/t [ 3']
20 g/t
CN Na
Zn S0¿ï
100 g/t
200 g/t
it
tF9'
pH 7,1
NF
1

Conc. Pb Conc. Cu
(n° 82) 81)

Stérile d'épuisage Pb Cu
(n° 79)

FLOWSHEET DE L'ESSAI 9
P% Cu * Pb * Zn * Fe *

81 Concentré Cu (NF) 5,8 5,95 12,17 11,85 10,13 16,25 12,41 20,10 9,50
82 Concentré Pb (F) 14,1 15,40 76,53 24,30 51,54 10,75 19,97 17,50 20,12
80 Mixte Pb Cu 8,5 1,33 3,98 12,40 15,54 12,55 14,05 13,10 9,08
79 Stérile 71,6 0,29 7,32 2,16 22,79 ' 5,68 53,57 10,50 61,30

100,0 2,83 100,00 6,78 100,00 7,59 100,00 12,26 100 ,00

TABLEAU X •; RESULTATS VE L'ESSAI 9 (c¿. FLOWSHEET FIG. 20)


- 50 -

- le charbon actif est utilisé pour deux raisons :


. la première est sa propriété de piéger le collecteur
désorbé des surfaces de la galène et d'éviter ainsi
une éventuelle réadsorption du collecteur sur ce
minéral ;
. la deuxième est sa propriété de piéger le moussant en
excès: en effet, on observe que les mousses de la flot-
tation Cuivre sont extrêmement fines et denses, elles
constituent une sorte de "tapis" qui entraine sans dif-
ficulté les fines particules de galène, d'où l'idée
de détruire (partiellement) les mousses en excès et ré-
duire ainsi les entraînements de galène.
Lorsque on augmente la consommation de charbon actif de 100 à
200 g/t (cf. essai 11, fig. 15, paragraphe 32412, tableau VII),on constate
une très nette amélioration sélective de la séparation Pb. Cet essai 11 peut
en effet, être comparé à l'essai 8 (fig. 13, tableau VI) précédemment cité,
les essais étant réalisés dans les mêmes conditions (mise à part la nature
du collecteur et l'addition de ^ S ) . On constate aussi dans cet essai 11,
que le cuivre est plus déprimé que dans l'essai 8 où la consommation de
CA2S n'était que 100 g/t.
La récupération Cuivre est donc aussi sensible à la consommation
en charbon actif ; cette observation - qui sera faite au cours des essais pi-
lotes - semble indiquer que le procédé sulfite/charbon actif est extrêmement
sélectif sous des conditions d'utilisation très précises (ou plus vulgaire-
ment "pointues"),du charbon actif ; quant à la consommation de sulfite, elle
ne semble pas avoir - a priori- une influence très marquée.
Par ailleurs, il est impossible de déterminer à ce niveau d'étude
si le rôle prépondérant du charbon actif concerne le piëgeage du collecteur
désorbé ou le piégeage du moussant en excès.

32433 - Procédé de dépression du Plomb par la


méthode de la pulpe chaude et flotta-
tion du Cuivre

Ce procédé consiste en une dépression du Plomb par chauffage de la


pulpe vers 70 ° C qui désorbe sélectivement les réactifs collecteurs adsorbes
à la surface de la galène.
Il a été appliqué lors de l'essai 13 (cf. fig. 2 1 , tableau XI).
- 51 -

FIGURE 21

Broyage dg 0 : 32 y

Dégrossissage
NaH S0 3 1 ,56 kg/t [10']
Zn S0 4 700 g/t
EXK 40 g/t [ 3']
A65 20 g/t Relavage (tR 6'30 pH 7,4)
10' pH 6,6

NF
Mixte Pb Cu
(n° 99)

Epuisage CA 2S 200 g/t


Pul De chaude
EXK 30 g/t C3'] à 70° C [10']
A65 20 g/t
t F 4'30 pH 7,0
NF,
Cone Cu Cone Pb
NF (n° 100) (n° 101)

t F 7'30 pH 6,6
Stérile d'épuisaqe
Pb Cu
(n° 98)

FLOWSHEET DE L'ESSAI 13
Rp Cu % Pb % Zn % Fe %

100 Concentré Cu 6,18 24,80 57,48 6,75 6,45 8,20 6,80 24,10 12,15
101 Concentré Pb 7,11 4,80 12,78 30,00 32,92 10,10 9,62 18,50 10,71
99 Mixte Pb Cu 14,32 3,62 19,43 16,70 36,93 12,80 24,58 15,30 17,86
98 Stérile 72,39 0,38 10,31 2,12 23,70 6,08 59,00 10,05 59,28
CM
LO
T.V. 100,00 2,67 100,00 6,48 100,00 7,46 100,00 12,27 100,00

TABLEAU XI : BILAN PE L'ESSAI Î3 (c¿. FLOWSHEET FIG. 21)


- 53 -
Les résultats de cet essai 13 sont très proches de ceux de 1'essai
11 (cf. fig. 15 et tableau VII, paragraphe 32412) ; or, la différence essentiel-
le entre les deux flowsheets est l'utilisation dans un cas de sulfite à la sépa-
ration Pb Cu (essai 11) et dans l'autre de la méthode de la pulpe chaude (essai
13). Dans les deux flowsheets, on utilise du charbon actif dans les mêmes pro-
portions pour la séparation Plomb Cuivre.
On peut donc conclure que la méthode de la pulpe chaude et la métho
de au sulfite conduisent, en ptéóecice d<¿ ckafibon CLcXifi, aux mêmes résultats.
C'est uniquement pour des raisons de facilité technologique de mise
en oeuvre et de coût énergétique que la méthode au sulfite a été choisie comme
procédé de séparation Pb Cu.

32434 - Intérêt d'une "reflottation" du Plomb à


partir du concentré Plomb de séparation
Piomb Cuivre

II apparaît à l'examen des bilans des concentrés Plomb obtenus par


la méthode au sulfite que la quantité de Zinc récupérée dans ces concentrés re-
présente 10 à 15 % environ du zinc contenu dans le tout-venant et que la quantité
de pyrite est à peu près du même ordre ; or, les analyses de mixité montrent
que cette blende est libérée environ à 50 % (cf. fig. 17, paragraphe 32412) et
que la pyrite est pratiquement libérée;
Cette blende et cette pyrite libérées proviennent d'entraînements
lors des flottations d'ëbauchage et de relavage ; malgré les efforts d'optimi-
sation des conditions (d'ébauchage et de relavage), ces quantités relativement
importantes de blende et pyrite libérées ne peuvent être trop diminuées sans
affecter la récupération de Plomb dans le concentré de relavage.
Si pour le concentré Cuivre, on peut diminuer les teneurs en blen-
de et en pyrite libérées par des relavaqes successifs [D pour le concentré Plomb,
il est possible d'envisager une ^¿ottcutlon de la galène à partir du concentré
de séparation Pb Cu.
Ceci peut être réalisé de façon très classique en se plaçant à pH
9,5/10,5 et en utilisant CNNa et Zn SO4 ; ces essais ont été tentés avec succès,
mais il faut impérativement ajouter du collecteur (en excès semble-t-il) en raison
de la présence du charbon actif ajouté au moment de la séparation Plomb Cuivre.
D'autre part, le rejet de cette "reflottation du plomb" ne devant
contenir que de la blende et de la pyrite pourra être joint au stérile d'épuisage
Plomb Cuivre pour être envoyé au circuit de flottation du Zinc.
L'introduction de cette étape dans le flowsheet permet par ailleurs,
de s'affranchir d'un contrôle strict de l'entraînement de zinc et de pyrite à
l'ébauchage puisque le zinc entraîné peut être récupéré. Un autre avantage de

(1) En réalité3 un seul relavage suffit car la blende et la pyrite ont3 dans la
méthode de séparation Pb Cu au sulfite et charbon actifs un comportement
analogue à celui de la galène3 d'où des quantités très faibles de blende et
de pyrite libérées dans le concentré Cuivre, (cf. fig. 163 paragraphe S2412).
- 54 -

cette modification du flowsheet est que le circuit peut -théoriquement - mieux


accepter des variations de l'alimentation en Plomb et en Cuivre car le zinc
et la pyrite jouent alors le rôle "d'amortisseurs".

3244 - Récapitulation des conclusions des essais d'orien-


tation

- broyage du tout-venant à don = 32 microns


- flottations d'ébauchage : pour ces flottations, le sulfite et le
suflate de zinc sont introduits en deux ëtapes(avant dégrossissa-
ge et avant épuisage). Le collecteur utilisé est un mélange à
parts égales de AXK et Aph
- le concentré d'ëbauchage doit être rebroyé avant relavage pour
améliorer essentiellement la libération chaicopyrite/blende et
galène/blende. Pour les essais d'optimisation qui vont être pré-
sentés au paragraphe 325, la maille de rebroyage a été fixée à
dgQ = 20 microns (1).
- séparation Pb Cu par la méthode au sulfite et charbon actif
- reflottation du Plomb à partir du concentré Plomb de séparation
Plomb-Cuivre et retour du stérile de cette reflottation au circuit
Zinc.

3.2.5 - Essais d'optimisation

Les essais qui vont être présentés ont été réalisés en tenant compte
des indications concernant le flowsheet qui viennent d'être données au paragra-
phe précédent.

3251 - Premier essai d'optimisation (cf. fig. 22 et tableau


XII)

REMARQUES :
après le rebroyage, la flottation de relavage est suivie
d'une flottation d'épuisage car la quantité de produit reflot-
tée au relavage est trop faible : on peut supposer que c'est
une des conséquences du rebroyage du concentré semi-global.
au niveau de la reflottation du Plomb, du Na2S a été ajouté
à la pulpe ; en effet, on peut supposer que le rebroyage
a entraîné une oxydation de la galène à laquelle on essaie
de remédier par l'addition d'un réactif sulfurant.

(1) Le rebvoyage est effectué dans les mêmes conditions que le broyage du tout-
venant ; seule la concentration solide de la pulpe est différente et de l'or-
dre de 20 % en solidess .le temps de broyage est de 30 minutes.
La faible concentration en solide au rebroyage s'explique par le fait que nous
avons préféré rebroyer le minerai avec toute son eau de pulpe plutôt que d'é-
paissir cette pulpe et perdre ainsi des réactifs de flottation.
- 55 -
FIGURE 22
FLOWSHEET DE L'ESSAI 32
Broyage [d8Q : 32 y]

Dégrossissage
NaH SO 3 1 kg/t| [ 1 0 1 ]
Zn S0 4 700 g/tj
AXK + Aph 40 g/t [ 3']
A65 20 g/t Rebroyage [d g0 : 20y]

NF
t F 9' pH 6,7

I t R 4-30

I
Relavage
NF pH 6,9

Epuisage Epuisage
NaH S0„3 500 g/t)
) AXK + Aph 20 g/t[3']
Zn S0 4 300 g/tf10"1 A65 15 g/t
AXK + Aph 30 g/t [ 3']
NF
A65 Séparation
15 g/t Pb Cuivre pH 7,0
t F 7' pH 6,7

NaH SO. 1 20'] Mixte Pb Cu


(n° 189)
CA 2S 200 g/t\
NF

Stérile Epuisage
Pb Cu (n° 188) Reflottation Plomb
CaO ^-pH 9,5
Na2S 100 g/t' "
\v
Relavage CNNa 150 g/t
F / \NF
lr
tR3' Zn S0 4 400 g/v
.pH7,6r EXK 40 g/tp'
C Cu M Cu A65 20 q/t
(n° 192)

t F 61 pH 9,1 NF

Relavage Stérile Pb
(n° 190)
t R 4'30 \NF
pH 8,4
C Pb M Pb
(n° 193) (n° 194)
P% Cu % Pb % Zn % Fe %

191 Concentré Cu 6,01 27,00 60,94 6,40 5,86 5,82 4,65 25,60 12,41
192 Mixte Cu 1,64 11,10 6,84 21,80 5,45 16,20 3,53 15,30 2,02
193 Concentré Pb 4,26 5,00 8,00 53,10 34,49 10,90 6,17 ' 7,20 2,47
194 Mixte Pb 0,97 3,50 1,27 12,60 1,86 20,60 2,66 15,80 1,24
190 Stérile Pb 3,33 2,43 3,04 10,00 5,08 15,00 6,64 17,50 4,70
Lf)

I
189 Mixte Pb Cu 15,95 2,26 13,54 11,10 26,99 11,00 23,32 18,70 24,06
188 S Ep Pb Cu 67,84 0,25 6,37 1,96 20,27 5,88 53,03 9,70 53,10

100 ,00 2,66 100 ,00 6,56 100 ,00 7,52 100 ,00 12,39 100 ,00

TABLEAU XII : BILANS VI L'ESSAI 32 [C¿. FLOWSHEET VIQ. 22]


- 57 -

- dans ce flowsheet, le rejet de Plomb n'a pas été joint


au stérile d'épuisage Pb Cu pour la flottation du Zinc.
32511 - Analyse des résultats

L'analyse des résultats (cf. tableau XII) montre que on obtient


un concentré Cuivre de très bonne teneur (27 %) avec une récupération un peu
faible (61 %) en liaison certainement avec la faiblesse des flottations de
relavage après rebroyage.
En ce qui concerne le Plomb, la perte de 20 % au stérile d'épui-
sage Pb Cu correspond à peu près à la limite de récupération que l'on s'est
fixée pour obtenir une sélectivité satisfaisante pour le zinc.
La perte en Plomb dans le Mixte Plomb-Cuivre (soit 27 %) est
élevée mais la recirculation du Mixte Pb Cu (en essai pilote) en tête des flot-
tations d'ëbauchage devrait permettre de s'affranchir de cette difficulté (l).
La "reflottation" du Plomb se réalise sans aucune difficulté, la teneur
du concentré Pb (53 %) est satisfaisante ; considérée en tant qu'opération uni-
taire, cette reflottation a un rendement en Plomb de 83 % ; elle est assez peu
sélective pour le Cuivre, assez sélective pour le zinc et très sélective pour
la pyrite ; cependant, la teneur zinc du concentré Plomb reste élevée.
Plus généralement, il faut noter l'efficacité des relavages du Cui-
vre et du Plomb vis-à-vis de la blende et de la pyrite.
En ce qui concerne le zinc, le relavage après rebroyage est effica-
ce puisque 23,3 % du zinc se retrouve dans le Mixte Pb Cu et que la reflottation
du plomb permet d'en récupérer 6,6 %.
Si le zinc contenu dans le Mixte Pb Cu se retrouvait entièrement
dans le circuit zinc, ce bilan indiquerait que 53,03 + 23,32 + 6,64 soit 83 %
du zinc se retrouveraient dans le circuit zinc.
32512 - Analyse de mixité ; influence du rebroyage

Cette analyse des résultats doit être complétée par une analyse de
mixité pour déterminer l'intérêt du rebroyage d'une part et la distribution des
mixtes minéralogiques dans les produits de flottation d'autre part.
Cette analyse de mixité a été entreprise pour le concentré Cuivre
(fig. 23) le Mixte Cuivre (fig. 2 4 ) , le Mixte Plomb Cuivre (fig. 2 5 ) , le stérile
Plomb (fig. 26).

(1) En réalité, c 'est sur ce point particulier que buteront les essais pilotes
on s'apercevra que le plomb qui n'a pas flotté à ce niveau (c'est-à-dire
au relavage) reflottera mal et qu'il est impératif de tirer tout le plomb
au relavage.
* ECHfiNTILLOH 191

I
- 58 -
LIBERRTIÜN CUMUL 'À 0 28 48 60 ñ8 100
y. CHRLCO CHflLCO ! ! !
98 83.3 ########################################## '.
se 85.6
###*##############################*########
78 88.6 .
6@ 90.8
50 95.4
40 97.0
30 99.4
28 99.4
16 99.9
0 106.0

CHRLCO LIBEREE 83 'A


fiSSOCIEE fi PYRITE 0 '/.
flSSOCIEE fi BLENDE 12 'A
fiSSOCIEE fi GfiLEHE 5 'A

LIBERfiTIOH CUMUL 'A 8 20 • 48 68 R@ 188


'A BLENDE BLENDE ! ! ! ! ! !
98 49.2 #########################
80 52. 0 ####**#####################
. 70 53.8 ###########*##########**###
66 63.5 ########£####################### •
58 74.3
40 78.2 ####################################3
30 86.3
26 93.4
18 99.8 ###***#**#**####*#*######*###«###*##*####*##*#*#*#
8 •100.0 #####################*#########*###*######*##*####

BLENDE LIBEREE 49 \
fiSSOCIEE fi PYRITE 8 ''.
fiSSOCIEE fi CHflLCO 44 *
fiSSOCIEE fi GfiLENE 7 '/.

LIBERfiTION CUMUL y. 0 20 40 60 80 188


'A GfiLENE GfiLENE ! ! ! ! ! !
90 42. 1 #############8#######
80 45.9 #######################
78 47. 7 ttSttftötttttttttttttttSttttftttttftStttt.'
60 54. 8 #######'#####«####*#**«*#**#
50 62.6 ###############################
40 71. 9
30 89.1 ##tt############88###it#####$#########
20 91.7 #########*######»#«*####*############«*#
10 96.2 ##S##
8 188.0

GflLENE LIBEREE 42 'A Figure n" 23 Analyse de mixité du .


fiSSOCIEEfiPYRITE 0 ''A concentré Cuivre de
fiSSOCIEEfiCHfiLCO 41 'A l'essai 32 (cf. fig.22)
fiSSOCIEEfiBLENDE 17 'A
* ECHflNTILLON 192
- 59 -
LIBERñTIOH CUMUL Sí! 20 40 60 80 100
y. CHñLCO CHRLCO
90 78.3
se 7S.3 #######################################
70 78.3 #######################################
60 S5.5.
50 89.6 ################^####4t#####################
40 92.5 ##############################################
30 96.9
20 97.8
10 99.5
. 0 100.0

CHflLCO LIBEREE 78 V.
FlSSOCIEE fl PYRITE 0 'A
flSSOCIEE fl BLENDE 10 Ji
RSSOCIEE fl GflLENE 12 '4

LIBERflTION CUMUL '4 0 20 40 60. 80 100


'/. BLENDE BLENDE ! ! ! ! ! !
99 68. 2 ##############3###############
80 71.4 ############*#######################
70 82. 6 #########################################
€0 87.9 ############################################
. 50 90.9 #############################################
40 94.7 #############*############################*####...
30 93.3. ############################*##############*#####.
20 99.2 ##################################################
10
100. 0 ##############tt##########4t#####tt################tttt
0
100.0 ##################################################
BLENDE LIBEREE 51 '/..
flSSOCIEEflPYRITE 1 '/.
ftSSOCIEE fl CHflLCO 4 >.
flSSOCIEE fl GflLENE 44 Ü

LIBERflTION CUMUL 0 20 4Ö 60 80 100


•: GflLENE GflLENE ! ! ! !
90 . 79.9 ########################################
80 83» ##########################################
70 86.,2 ###########################################
68 90.9
58 91.8
4Ö 94.
30 96. 1
20 96 4
10 99 5
0 100.0

GflLENE LIBEREE 30 '/. J/ Figure n° 24 : Analyse de mixité du Mixte


flSSOCIEE fl PYRITE 4 Js Cuivre de 1 'essai 32 (cf.
flSSOCIEE fl CHflLCO 5 *. Fig. 22)
flSSOCIEE fl BLENDE 12 '/.
ECHñNTILLÜN 189

- 60 -
LIBERñTIOH CUMUL ï 0 £0 40 60 80 100
'A BLENDE BLENDE I i i i i I
90 . 92.6
80 95.4
70 98.6
60 99.0
50 100.0
40 100.0
SO 100.0
20 100.0
10 100.0
0 100.0

BLENDE LIBEREE 80 V.
flSSOCIEEflPYRITE 9 '/.
flSSOCIEEflCHflLCO 1 '/.
flSSOCIEEflGflLENE. 10 '/.

LIBERflTION CUMUL '/.0 20 40 60 80 100


V. GflLENE GflLENE
90 69.6 ###################################. . . . \
80 72.5 ######################$#####«#######
70 72.5 ####################################
60 75.7 ######################################
50 84.0 ################################S3########
40 •86.2 ###########################################
30 • 90.5 # # # # # # # # # # # # # • # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #

20 92.2 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #

10 98.0
8 100.0 ##################################################

GflLENE LIBEREE 70 '/.


flSSOCIEEflPYRITE 11 \
flSSOCIEEflCHflLCO 2 y.
flSSOCIEEflBLENDE 18 %

Figure n" 25 : Analyse de mixité du Mixte PbCu


. de 1 'essai 32 (cf. Fig. 22)
* ECHftNTILLON 198
- 61 -

LIBERflTION CUMUL 0 20 40 68 3« 100


'i BLENDE BLENDE I
96 87.6
86 97.8
70 97.6
f.0 98.2
50 98.5
40 98.5
30 98.5
20 98.5
10 190.0 # # # #
0 100.0 ##################################################

BLENDE LIBEREE 82 Ü
fiSSOCIEE ñ PYRITE 4 %
fiSSOCIEE fl CHñLCÜ 6 V.
ftSSÜCIEE ñ GflLENE 7 >.

Figure n° 2-6 : Analyse de mixité du stérile Pb


de 1 'essai 32 (cf.. Figure 22)
- 62 -

Pour le concentré Cuivre (fig. 23) la chalcopyrite est libérée à


83 % ; 12 % sont associés à la blende et 5 % à la galène. La blende est libérée
à 49 % et la galène à 42 % et il n'y a que très peu de mixtes galène-blende; par
contre la présence de mixtes blende-chalco et galëne-chalco est très nette.
Si on compare cette analyse à celle de l'échantillon 90 (cf. fig. 16, paragraphe
32412 - concentré Cuivre de l'essai 11 dont la teneur Cuivre est de 24,6 % et
la récupération de 58,5 % - ) , on constate que le rebroyage permet une meilleure
libération du Cuivre par rapport à la blende et surtout par rapport à la galène
(1).

Dans le mixte Cuivre (cf. fig. 24), on retrouve de la chalcopyrite


libérée (à 78 %) et surtout de la blende libérée (à 51 %) de la galène libérée
(à 80 %) et des mixtes galène- blende essentiellement.
Ces observations montrent d'une part, qu'un relavage des concentrés
est efficace (un relavaqe supplémentaire pourrait être intéressant) pour la
blende et la galène libérées et pour leurs mixtes et que, d'autre part, la chal-
copyrite mixteuse a une tendance très nette à la flottation : autrement dit, mal-
gré le rebroyage à 20 y, il sera difficile d'augmenter la teneur Cuivre du concen-
tré Cuivre tout en voulant conserver une récupération satisfaisante (de l'ordre de
70 % en essai de laboratoire).
L'analyse du mixte Pb Cu (cf. fig. 25) montre que la galène est libé-
rée à 70 % et que la blende est libérée à 80 % ; par ailleurs, il y a essentielle-
ment des mixtes blende-galène et des mixtes blende-pyrite et galène-pyrite.
Si on compare cette analyse à celle de l'échantillon 88 (cf. fig. 18,
paragraphe 32412, mixte Pb Cu de l'essai 11), on constate que le degré de libéra-
ration de la blende et de la galène augmente mais dans des proportions plus faibles
que celles observées en comparant les deux concentrés Cuivre (voir ci-dessus).
Ce phénomène de libération devient encore moins net si l'on tient compte que l'on a
analysé la seule fraction supérieure à 15 y de l'échantillon 88 (d'où des résultats
pessimistes).
Les teneurs et récupérations de ces deux mixtes sont les suivantes :
Echant. 189 Echant. 88
Cu 2,26 - 13,5 2,94 - 13,0
Pb 11,10 - 27,0 12,10 - 21,8
Zn 11,00 - 23,3 10,55 - 17,0
Fe tot. 18,70 - 24,1 13,70 - 13,4
Les récupérations de galène, blende et pyrite sont beaucoup plus éle-
vées dans le Mixte 189 que dans le mixte 88. Comme par ailleurs on a extrait, des
concentrés de la flottation à laquelle appartient le mixte 189, plus d'espèces li-
bérées que dans les concentrés de la flottation à laquelle appartient le mixte 88,
on comprend que la différence de mixité entre ces deux échantillons n'apparaît pas
nettement à l'analyse ; l'efficacité du rebroyage vis à vis des Mixtes Pb Cu ne

(1) Rappelons que pour cet échantillon 903 seule la tranche + 15 y a été soumise
à l'analyseur d'images ce qui "pessimise", les résultats par rapport à l'en-
semble de l'échantillon ; la différence très nette entre les deux résultats
peut être attribuée au rebroyage.
- 63 -
peut être remise en cause par cette comparaison.
Pour mieux apprécier l'efficacité du rebroyage,d1autres mesures ont
été effectuées par analyseur d'images sur le mixte Pb Cu de l'essai 32 (cf. fig.
27 à 31) (1).
La première mesure (cf. fig. 27) est une estimation de la granulo-
mëtrie de la blende et de la galène "totales" (c'est-à-dire libérées ou sous forme
de mixtes minéralogiques).
On constate que le CI75 de la blende est de 18 microns et que le
de la galène est compris entre 12 et 15 microns ; la galène est plus fine que
blende. Les figures suivantes (cf. fig. 28 à 31) donnent la granulométrie des
espèces minérales associées sous forme de mixtes minëralogiques à la blende et la
galène ainsi que la granulométrie de la galène libérée (cf. figure 29) et de la
blende libérée (cf. fig. 31).
On constate que ces histogrammes sont très voisins de ceux de la blen-
de et de la galène "totales" (cf. fig. 27), ce qui signifie que les mixtes sont ré-
partis dans toutes les tranches granulométriques considérées.
Cette observation est confirmée par la granulométrie de la blende et
de la pyrite associées à la galène (fig. 28 et 29) ainsi que par la granulométrie
de la galène associée à la blende (fig. 30). Ce dernier histogramme montre que 45 "/<
de la galène associée sous forme de mixte à la blende sont constitués de plages de
galène de dimension comprise entre 18 et 21 microns.
Cependant, si on rebroie le concentré global à 17 microns (c'est-à-
dire 100 % inférieurs à 17 microns) au lieu du d80 de 20 microns utlisé, ces
mixtes ne seront pas complètement libérés car la cassure des grains ne se réalise-
ra pas nécessairement selon le contact blende-galène.
Rappelons que ces mixtes blende-galène ne représentent que. 10 % de
la blende et 18 % de la galène contenues dans le mixte Pb Cu (cf. fig. 25). Le
choix de la maille de broyage à ÚQQ de 20 microns a été arbitraire et seule une
étude systématique de l'influence de la maille de rebroyage sur les résultats
permettrait de lever l'indétermination. Encore convient-il de noter que les ré-
sultats d'essais de broyage en laboratoire (libération minérale en fonction de la
finesse de broyage) sont difficilement transposablesaux résultats de broyages
industriels. Cependant, au vu des résultats d'analyse de mixité et des bilans des
essais, la maille de rebroyage choisie pour ce traitement se justifie pleinement.

(1) Ces différentes mesures doivent être analysées avec "précaution : elles ne repré-
sentent pas des résultats quantitatifs mais qualitatifs et doivent être consi-
dérées pour déterminer seulement des tendances.
Les minéraux pour lesquels il n'y a pas assez de grains mesurés ne sont natu-
rellement pas pris en compte.
* ECHHNTILLÜH IS?/) GRRNULÜMETRIE
- 64 -

MICRONS :•: RIRE BLENDE


3- 6 4.9 **
¿! — q 1 '5
1 7 . ">
C
23.4 ***********
Q- 12
12- 15 • 21.4 ***********
15- IS 5.9 ***
13- 21 10.2 *****
21- 24 7.9 ****.
24- 27 7.0 ***
27- 30 0.0
30- 33 0.0
33- 36 0.0
36- 39 0.0
39- 42 0.0
42- 45 0.0
45- 4 S 0.0
48- 51 0.0 *

MICRONS :•: RIRE GRLEHE

3- 6 11. 2 ******
6- 9 27. 4 **************
9- 12 23. 7 ************
12- 15' 21.6 ***********
15- IS •r.
a b
18- 21 6.4 ***
21- • 24 0.0
24- 27 V5.0
27- 30 0.0
30- 0.0
33- 36 0.0
36- 39 0.0 •
39- 42 0.0
42- 45 0.0
45- 4S 0.0
43- 51 0.0

figure n" 27 : Estimations


Es\ granulométriques de la
blende et de la galène contenues
dans le mixte PbCu de 1 'essai 32.
ECHñNTILLDN 189. MIHÉRflUX flSSOCIES ñ Lñ GflLENE

- 65 -

GRFiNULOMETRIE BLENDE

MICRONS :•: ñIRE fiPPfiRENTE


3- 6 14.4 *******
6- 9 24.3 ************
9- 12
12- 15 16.4 ********
15- 18 9.8
18- 21 17.4 *********
21- 24 3.6
24- 27 6.6
27- 36 8.6
36- 33 8.6
33- 36 6.6
36- 39 8.6
39- 42 8.6
42- 45 8.6
45- 48 6.6
48- 51 8.6

GRfiNULÜMETRIE CHñLCO

MICRONS ': ñIRE ñPPflRENTE


3- 6 •6. 6
6- 9 . 6. 8
9- 12 6.
6
12- 15 188.
6 **************************************************
15- 18 8.
6
13- 21 8.
8 (pas assez de grains mesurés)
21- 24 6
6.
24-- 27 8
6.
27- 36 8.
6
36- 33 8.
8
33- 36 8
8.
36- 39 8. 0
39- 42 6. 8
42- 45 8. 0
45- 48 8. 0
48- 51 8. 0 Figure n" 28 Granulométrie de la blende et de la
chalcopyrite associés à la galène.
* bUHHHTILLOH 189. MINERñUX RSSOCIESfiLH GRLENE I

- 66 -

ijRflNULOMETRIE GflLENE (c'est-à-dire granulométrie de la galène libérée).

MICRONS y. RIRE flPPfiRENTE

3- 6 H . 8 ******
6- 31. 7 ****************
9- 12 24. 2 ************
12- 15 16. 8 - * • * * • * * * * *

15- 18 ie. 8 * * * * *

18- 21 4. 7 * *

21- 24 6. 0
24- 27 0. 0
27- 3@ 0. 0.
3Ö- 33 0. 0
33- . 36 0. 0
36- 39 0. 0
39- 42 0. 0
42- 45 0. 0
45- 48 0. 0
"48- 51 0. 0

GRfiNULOMETRIE PYRITE

MICRONS niRE flPPfiRENTE


3- 6 . 3 .8 **
6- 9 9. 4 *****
9- 12 17. 3 *********
12- 15 49. 6 *************************
15- 18 19. 3 **********
18- 21 0. 0
21- 24 0. 0
24- 27 0. 0
27- 30 0. 0 •
30- 33 0. 0
33- 36 . 0. 0
36- 39' 0. 0
39- 42 0. 0
42- 45 0. 0
45- 48 0. 0
48- 51 0. 0
Figure n° 29 : Granulométz
et de la pyrite associée à la galène.
ECHftNTILLQN ÍS9. MINERfiUX ñSSOCIES fi Lfi BLENDE

- 67 -

GRfiNULOMETRIE GflLEHE

MICRONS ": fil RE flPPfiRENTE


3- 6 0.0
6- S 5.8 ***
9- 12 14.2 *******
12- 15 23.3 ************
15- 18 11.6 ******
18- 21 45.1 ***********************
21- 24 0.0
24- 27 0.0
27- 38 0.0
38- 33 0.0
33- 36 0.0
36- 39 0.0
39- 42 0.0
42- 45 0.0
45- 48 0.0
48- 51 0.0

GRRNULÜMETRIE PYRITE

MICRONS y. fiIRE flPPfiRENTE


3- 6 0. 0
6- 9 0. 0
9- 12 9. 9 *****
12- 15 0. 0
15- 18 0. 0
18- 21 18. 1 *********
21- 24 23. 7 ************
24- 27 0. 0
27- 30 0. 0
30- 33 0. 0
33- 36 48. 3 *******************
36- 39 0. 0
39- 42 0. 0 (peu de grains mesurés)
42- 45 0. 0
45- 48 0. 0
48- 51 0. 0
Figure n" 3O Granulométrie de la galène et de
la pyrite associées à la blende.
* tlHHHTILLQH 189. MINERflUX ASSOCIES H Lñ BLENDE I

- 68 -

GRFINULOMETRIE BLENDE (c'est-à-dire granul omet rie de la blende libérée)

MICRONS ': fil


RE flPPflRENTE

3- 6 ".' O *#
¿m
6- y 18.6 * • * • • « • • * • * • • * • • • * • • * *

9- 12 22.9 * * * * * * * * * * *

12- 15 22.0 * * * * * * * * * * *

15- 18 6.7 * * *

18- 21 9.4 * * * * *

21- 24 8.8 * * * *

24- 27 7.8 * * * *

27- 30 0.0
30- 33 8.6
33- 36 0.0
36- 39 0.0
39- 42 0.0
42- 45 0.6
45- 48 6.0
48- 51 0.6

GRfiNULOMETRIE CHflLCO

MICRONS y. flIRE flPPflRENTE

3- 6 0. 6
6- 9 0. 8
9- 12 108. 0 **************************************************
12- 15 8.0
15- 18 0.0 (pas assez de grains mesurés)
18- 21 0. 0
21- 24 0. 0
24- 27 8. 0
27- 80 6. 8
30- 33 0. 8
33- 36 8. 6
36- 39 8. 6
39- 42 8.0
42- 45 8.0
45- 48 8.0 Figure n" 31 Granulométrie de la blende libérée
48- 51 8. 0 et de la chalcopurite asso-
ciée à la blende.
- 69 -

Une étude semblable à celle qui vient d'être présentée sur le Mixte
Pb Cu a été réalisée sur le concentré Cuivre de cet essai 32 (cf. fig. 32 à 34).
La figure 32 donne une estimation des granulométries de la chalco-
pyrite, de la blende et de la galène "totales" : pour la chalcopyrite et la
blende, le CI75 est compris entre 27 et 30 microns ; pour la galène, il est
compris entre 18 et 21 microns.
Les minéraux sont plus grossiers que dans le Mixte Pb Cu (cf.
fig. 27) ce qui est logique, car il a déjà été remarqué que les minéraux fins
(et particulièrement de galène) flottent moins bien que les minéraux grossiers.

La granulométrie de la chalcopyrite libérée (cf. fig. 33) est voisi-


ne de celle de la chalcopyrite "totale" ce qui tend à prouver que les mixtes sont
répartis dans toutes les tranches granulométriques.

La granulométrie de la blende associée à la chalcopyrite (cf. fig.


33) montre que 71,6 % de la blende associée sont constitués par des plages de
blende de dimension supérieure à 24 microns.

Par contre, pour la galère associée à la chalcopyrite (cf. fig. 34)


il n'y a pas de plages de galène de dimension supérieure à 24 microns.
Rappelons que dans ce concentre Cuivre 83 % de la chalcopyrite sont
libérés, 72 % &owt cu>¿ocU.lt> à la blinde, et 5 % â la galène (cf. fig. 24). Une
amélioration de la teneur Cuivre du concentré peut être attendue d'un rebroyage
plus poussé.

A la suite des résultats de l'analyse granulomëtrique du Mixte Pb


Cu, la maille de rebroyage dßo = 20 microns se trouvait justifiée à posteriori ;
par contre, les résultats de l'analyse granulométrique du concentré Cuivre semblen
indiquer que cette maille de rebroyage est encore trop forte et qu'une maille
telle que CÍ95 = 20 mlcAowt, pourrait avoir des conséquences positives sur les
bilans de la flottation (tout au moins en ce qui concerne le cuivre).(l)

Encore faudrait-il étudier l'incidence d'un rebroyage très poussé,


d'une part sur la diminution de la flottabilité des fines alors crées, d'autre
part, sur l'économie du procédé (balance entre surcoût du broyage et valeur ajou-
tée aux concentrés).

32513 - Intérêt de la "reflottation du plomb"


L'examen de la figure 26 (paragraphe 32512) qui donne Thistogramme
de libération de la blende du stérile Plomb de l'essai 32 montre que 82 % de la
blende sont libérés dans ce stérile ; cette observation confirme à posteriori
l'intérêt de la reflottation du Plomb â partir du non flotté de la la séparation
Plomb Cuivre et l'addition de ce stérile Plomb au stérile d'épuisage Pb Cu pour
flottation de la blende.

(1) Cette étude du rébroyage n 'a pas été entreprise à ce niveau des essais
essentiellement pour des raisons de délai et des raisons matérielles :
nous verrons que le rebroyage en pilote est difficile à réaliser techni-
quement et pratiquement impossible à contrôler.
* ECHRHTILLÜN 191. GRflNULOMETRIE

- 70 -

MICRONS V.flIRE CHflLCÜ


3- 6 Q. 6
6- 6. 8 ***
9- 12 14. 2 *******
12- 15 14. 2 *******
15- 18 10. 1 *****
13- 21 13. 4 *******
21- 24 8.5 ****
24- 27 3.9 **
27- 30 8.5 ****
36- 33 12. 1
--i
******
33- 36 o •7 **
36- 39 4. 2 **
39- 42 0.0
42- 45 0. 0
45- 48 0.0
48- 51 0. 0

MICRONS :; flIRE BLENDE


• 3- 6 " l,.8 *
6- 9 8,.9 ****
9- 12 7..4 ****
12- 15 12,.4 ******
15- 18 9,.6 *****
18- 21 18 .2 *********
21- 24 • ' 4.1 **
24- 27 10 .6 *****
27- 38 9 .5 *****
30T 33 12.4 ******
33- 36 5 .1 ***
36- 39 0 .0
39- 42 0 .0
42- 45 0 .0
45- 48 0 .8
48- 51 0 .0

MICRONS y. ñIRE GñLENE


3- 6. 0.6
6- 9 4.0 **
9- 12 22. 9 ***********
12- 15 : - 13. 8 *******
15- 18 17. 2 *********
18- 21 13. 1 *******
21- 24 14. 0 ******* •
24- 27 0.0 Estimations granulométriques
27- 30 6. 3 *** Figure n" 32
de la chalcopyrite, blende
30- 33 0.0 et galène contenues dans le
33- 36 8.0 **** concentré Cuivre de 1 'essai 32.
36- 39. 0.0
39- 42 0.0
42- 45 0.0
45- 48 0.0
48- 51 0.0
* ECHflHTILLON 191. MIHERRUX fiSSOCIES fi Lfl CHRLCOPVRITE I

- 71 -

GRflNULOMETRIE CHflLCO

MICRONS :•: ft I R E flPPftRE


3- 6 8.2
6- Ci 5.2 «**
9- 12 13.1 *******
12- 15 13.4 *******
.15- 18 9.0 ****
18- 21 11.3 ******
21- 24 8.1 ****
24- 27 2.8 *
27- 36 9.3 *****
36- 33 15.9 ********
33- 36 5.5 ***
36- 39 6.2 ***
39- 42 0.0
42- 45 0.0
45- 48 0.0
48- 51 0.0

GRflNULOMETRIE BLENDE

MICRONS % ftIRE flPPflRENTE


3- 6 1.2 a.
6- 9 1.5 *
9- 12 1.6 *
12- 15 14.0 *******
15- 18 4.2 **
18- 21 5.9 ***
21- 24 0.0
24- 27 20.0 **********
27- 30 0.0
30- 33 31.9 ****************
33- 36 . 19.7 **********
36- 3 9 •" 0.0
39- 42 0.0
42- 45 0.0
45- 48 0,0
48- 51 0.0 Figure n" 33 Granulométries de la chalcopyrite
libre et de la blende associée à
la chalcopyrite.
* ÉCHflHTILLOH 191. MINERflUX ñSSOCIES ñ Lfl CHRLCÜFVRITE

- 72 -

GRñHULOMETRIE GflLENE

MICRONS '/. ñIRE ÑPPflRENTE

3- 6 0.0
6- 9 0.0
9- 12 15. 1 ********
12- 15 6.4 ***
15- 18 28. 3 **********
18- 21 26. 4 *************
21- 24 31. 8 ****************
24- 27 0.0
27- 30 0.0
30- 33 0.0
33- 36 0.0
36- 39 0.0
39- 42 0.8
42- 45 0.8
45- 48 0.0
48- 51 0.0

Figure n" 34 : Granulqmétrie de la galène associée


à la chalcopyrite.
- 73 -

3252 - Deuxième essai d'optimisation (cf. fig. 35)

REMARQUES :
- La consommation de collecteur au dégrossissage et à l'épuisage
Pb Cu a été augmentée par rapport à 1'essai précédent.
- Après rebroyage, le collecteur a été ajouté dès la flottation
de relavage, et la flottation d'épuisage a été maintenue.

- Au niveau de la séparation Pb Cu du sulfure de sodium a été


utilisé dans le but d'améliorer la séparation (cf. paragraphe
32432) ; en réalité, il semble que le seul avantage de ce
réactif soit d'élever le pH de la pulpe.
Le sulfure de sodium a été maintenu à l'étape de reflottation
du Plomb pour son rôle sulfurant.
- Au niveau du relavage Cuivre, la pulpe a été conditionnée avec
du sulfite et du charbon actif pour améliorer la séparation (1)
- Le stérile Plomb a été rejoint au stérile d'épuisage Pb Cu pour
la flottation de la blende.

32521 - Analyse des résultats (cf. tableau XIII)

L'augmentation de la consommation de collecteur au dégrossissage et


â l'épuisage Pb Cu permet une diminution de la perte Plomb dans le stérile d ' é -
puisage Pb Cu.

En effet, sion compare les récupérations métal de l'ensemble C Zn +


M Zn + stérile de cet essai à celles de l'ensemble Stérile Plomb et stérile d ' é -
puisage Pb Cu de l'essai précédent ( c f . tableau XII), on obtient les valeurs
suivantes :
Rec. Cuivre% Rec. Plomb% Rec.Zinc%
C Zn + M Zn + Stérile
(essai 34) 6,97 18,48 49,19
S Pb + Sep Pb Cu
(essai 32) 9,41 25,35 59,67

On observe parallèlement à la diminution de la perte Plomb et Cuivre,


une diminution de la répartition zinc.

Cette diminution zinc n'est pas complètement compensée par l'augmenta-


tion de la récupération zinc au niveau du mixte Pb Cu ; en effet :
Rec. Cuivre % Rec. Plomb% Rec.Zinc%
Mixte Pb Cu 9,14 23,72 25,24
(essai 34)
Mixte Pb Cu 13,54 26,99 23,3Z
(essai 32)

Par contre, pour ce mixte Pb C u , l'augmentation de la consommation


de collecteur au relavage après rebroyage se traduit par une diminution de la
récupération Cuivre et de la récupération Zinc.

(1) On verra par la suite qu'un relavage supplémentaire est préférable à un seul
relavage en présence de charbon actif et sulfite.
- 74 -

Figure 35 - flowsheet de l'essai 34

Nota : sur ce flowsheet les concentrations solides des différentes flottations


ont été reportées (Cs).
Broyage : 32 ptn]
dégrossissage (Cs : 35 %)
NaHS03 1 kg/t , n f V 1
ZnS04 700 g/t ' LiU J
AXk + Aph 50 g/t [3']
A65 20 g/t rebroyage [d80 '• 20

NF
tp 6'30 pH 6.8
I relavage {C¿ M 6 %)
AXk + Aph 20 g/t [31]
NF (tR 5')
Epuisage (C¿ : 30 I)
NaHS03 500 g/t nn, P age
epuisage
ZnSÛ4 300 g/t } L1U r
AXk + Aph
Aph 20 g/t [31]
AXk + Aph 40 g/t [31] -A65 20 g/t
A65 25 g/t
6' pH 7.2
séparation NF(tR6' ph 7.8)
plomb cuivre (C¿ ~ 13 I)
NaHS03 1 kg/t
NF Na2S 100 g/t Mixte PbCu n° 203
2 g/t [20']
Ca2S 200
Stérile plomb A65 25 g/t
recyclé
t F 6' pH 8.1 NF

flottation zinc (Ci ^ 26 11 relavage [&> ^ 8 % reflottation plomb


CuS0 4 1 kg/t [10'] NaHSÛ3 500 g/t , CaO «x. pH 9.4 , r , M
AXk + Aph 70 g/t [31] Ca2S 100 g/t J Na2S 100 g/t i L J
A65 10 g/t A65 20 g/t CNNA 200 g/t U7n
ZnS04 400 g/t n / J
AXk + Aph 50 g/t [31:
F t R 4' NF A65 20 g/t
NF pH 8.3 f
p 7'
pH 7.5) CCu MCu
Stérile (n° 204) (n° 205)
n° 210

relavage (C¿ ^ U I) relavage (C4 \\


F t R 4' NF F t R 4' pH 8.5 NF
pH 8. 1 ê r

CZn MZn CPb MPB


0
(n° 208) (n° 209) (n ° 206) (n 207)
P% Cu * Pb * Zn * Fe

204 Concentré Cu 7,59 25,80 72,52 8,24 10,05 6,93 7,00 24,40 14,71
205 Mixte Cu 1,79 7,20 4,77 22,30 6,41 16,90 4,03 15,30 2,19

206 Concentré Pb 5,02 2,48 4,61 44,70 36,06 12,40 8,29 8,78 3,53
207 Mixte Pb 3,13 1,72 1,99 10,50 5,28 15,00 6,25 23,20 5,84
203 Mixte Pb Cu 17,89 1,38 9,14 8,25 -23,72 10,60 25,24 17,50 25,17
208 Concentré Zn 6,74 0,93 2,32 5,34 5,78 40,70 36,51 12,80 6,91
209 Mixte Zn 7,29 0,68 1,84 3,70 4,33 7,10 6,89 14,50 8,46
210 Stérile 50,55 0,15 2,81 1,03 8,37 0,86 5,79 8,20 33,19

100,00" 2,70 100 ,00 6,22 100,00 7,51 100,00 12,48 100,00

TABLEAU XIII : BILANS VE L'ESSAI 34 [crf. FLOWSHEET Fi%. 35]


- 76 -

Ces différents éléments expliquent bien que dans le bilan de l'essai


34, on observe par rapport ä celui de l'essai 32 (cf. tableau XII) pour le
concentré Cuivre et le concentré Plomb une augmentation de la récupération métal
et une diminution de la teneur puisque galène et blende flottent mieux.

En ce qui concerne le concentré zinc, le fait de ne pas avoir tra-


vaillé à pH basique se traduit par un entraînement de pyrite très important dans
le concentré ; cependant, la récupération zinc du concentré (de 36,5 % par rapport
au tout-venant) représente 74 % de l'alimentation de ce circuit considéré isolément.

32522 - Analyse de la mixité

Tous les produits de cette flottation ont été étudiés à l'analy-


seur d'images, exceptés le Mixte Zinc(n° 209) et le Stérile (n° 210) car les
seules particules mesurables étaient constituées de pyrite libérée (cf. fig.
36 à 40).

L'analyse du concentré Cuivre (cf. fig. 36) et sa comparaison


avec celle du concentré Cuivre de l'essai précédent (cf. fig. 23)montre que l'aug-
mentation de la récupération Cuivre dans le concentré est due à une meilleure
flottation de la chalcopyrite libérée et s'accompagne de la flottation d'une
quantité plus importante de mixtes galln2.-ble.yide..
Par conséquent, pour le mixte Cuivre de l'essai 34 comparé à celui
de l'essai 32 (cf. fig. 37 comparée à la fig. 24) la quantité de chalcopyrite
libérée est plus faible ainsi que celle de mixtes galène-blende.

Ces résultats sont logiques et s'intègrent parfaitement à ceux


déjà acquis.

Les résultats concernant le concentré Plomb (cf. fig. 38) et le mix-


te Plomb (cf. fig. 39) sont particulièrement intéressants : dans le concentré Plomb,
79 % de la galène sont libérés et 11 % sont sous forme de mixte galène-blende ;
la blende se répartit pour moitié environ sous forme de mixte avec la galène et
pour moitié libérée alors que dans le mixte Plomb (cf. fig. 39) la blende est
libérée à 78 % et 14 % seulement sont associés à la galène.

Ces résultats confirment d'une part, l'intérêt du relavage des


concentrés et indiquent qu'un relavage supplémentaire peut être très efficace ;
d'autre part, ils reconfirment l'intérêt de l'étape de "reflottation du Plomb".

L'analyse de mixité du concentré zinc (cf. fig. 40) et l'histogram-


me de libération montrent bien que la blende contenue dans le concentré zinc est
presque totalement libérée.

Jusqu'à présent, on a considéré que la blende de Bodennec avait une


tendance à la flottation particulièrement élevée : à la suite de ces différentes
analyses de mixité sur les produits des flottations de laboratoire, on constate
que le problème de la pollution par le zinc des concentrés de Cuivre et Plomb
semble autant posé par la mixité minéralogique de la blende que par sa flotta-
bilité naturelle.
[~ft ECHflNTILLON 294*]
- 77 - .
UBERfiTION CUMUL • 0 20 40 60 89 100
Z CHflLCO CHfiLCO ! ! ! ! !
9@ 9K.7 ##############£############################£#
SO 90.7
70 91. S
#############################################
65 91. S
5Ö 94.3
40 97.3
38 99.0
20 99.7
10 100.0
6 100.0 ################«#################################

CHflLCO LIBEREE 90 '/.


fiSSOCIEEflPYRITE 0 V.
RSSQCIEEflBLENDE 6 %
RSSÛCIEEflGflLENE 3 '/.

LIBERflTION CUMUL 'A 0 20 40 60 80 100


'A BLENDE BLENDE ! ! ! ! ! !
90 49.8 ######################### .....'
S0 63.2
70 74.1 ################################ ,
60 • S3. 8 #####################################
50 90. 4 ##########################################
40 94.,5 #############################################
30 98.5
20 100.0
10 100.0
0 100.0

BLENDE LIBEREE 3 9 '/.


flSSOCIEE fl P Y R I T E 1 'A
flSSOCIEEflCHflLCO 43 'A
flSSOCIEEflGflLENE 17 'A

LIBERflTION CUMUL 'A 0 20 40 60 80 100


% GflLENE GfiLENE
90 50.6
80 53.7 .
70 57.7
68 66.3
50 70.1
40 72.7
30 81 5
20 90 3
10 96.6
0 100.0

GALENE LIBEREE 47 V.
flSSOCIEE fl PYRITE '0 '/.
flSSOCIEE fl CHflLCO 31 V.
flSSOCIEE fl BLENDE 22 '/. Figure n" 36 Analyse de mixité du concentré,
cuivre de 1 'essai 34
I* ECHANTILLON '205.
- 78 -
LIBERflTIOH CUMUL '4 0 28 48 68 88 108
'4 BLENDE BLENDE ! ! ! ! ! i
96 • • ; • * • * ' - '

80 98.8
78 95.2
69 95.4
50 97.4
40 98.7
30 99.2
28 99.8
10 180.0
0 100.0

BLENDE LIBEREE 59 '4


flSSOCIEEflPYRITE 2 V.
ñSSOCIEE fi CHflLCO 6 '4
RSSOCIEE fl GflLENE' 33 '4

LIBERfiTION CUMUL '4 0'" 20 40 60 80 180


'4 CHfiLCO CHflLCO
90 79.6
88 79.6
70 80.5 ########################################
60 88. 5 #################«##################«###
50 82. 3 #########################################.
48 87, 2 ############################################
38 89.9
28 93.1
18 98.8
8 100.0

CHflLCO LIBEREE 75 '4-


flSSOCIEEflPYRITE 1 ':
ñSSOCIEE fl BLENDE 21 '4
RSSOCIEE fl GfiLENE 3%

LIBERfiTION CUMUL '4 0 28 48 ' 68 88 18


%
4 GflLENE GflLENE ! ! ! ! ! !
98 73.S- #####################################
80 77.7 #######################################
70 81.4 #########################################
60 53.8 ##########################################
58 86.8 ###########################################
48 89.4 ###########^####tt###########################
30 93. 8 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # • # # # # # # # # # . . .

20 97.4
10 99.8 ##################################################
8 188.8 #########'#########################################

Figure n" 37 Analyse de mixité du Mixte Cuivre


de 1 'essai 34.
1 ECHñNTILLÜN
- 79 -

LIBERflTION CUMUL y. Q 40 60 80
'/. BLENDE BLENDE ! ! !
90 57.9
80 77.9 #######################################
70 83.8
60 94.2
50 95.7
40 97.8
30 99.0 ###############################################4t#i
20 100.0
10 100.0
0 100.0

BLENDE LIBEREE 47 *
RSSOCIEE fl PYRITE 3%
ñSSOCIEE ft CHflLCO 1 V.
m
flSSOCIEE fl GflLEHE 49 A

LIBERflTION 0 20 40 60 80 100
CUMUL y. ! ! ! ! ! i
y. GflLENE GflLENE ######################################## • ;
90 79. 4
80 79. 4 ########################################
70 79. 7 #################tt##########a###########
60 88. 3 ############################################
• 50 • 89. 5 ######*#*###########*###*#####*#**##########*
40 • 90.6
30 93. 9
20 95. 3
10 98. 5
0 100. 0 ###############################=###################

GflLENE L I B E R E E • 79 '•'.
flSSOCIEE fl PYRITE 9 Ji
flSSOCIEE fl CHflLCO 1 %
flSSOCIEE fl BLENDE 11 '/.

*
Figure n" 38 : Analyse de mixité du concentré Plomb
de 1 'essai 34.
) * ECHfiNTILLÜN 2S?7 - 80 -
Figure n" 39 : Analyse de mixité du Mixte
Plomb de 1 'essai 34.

LIBERñTION CUMUL 0 20 40 60 100


y. BLENDE BLENDE I
90 86. 1
80 92.4
70 93.8
60 96.0
50 97.1
40 98.9
30 99.1
20 100.0
10 100.0
' • 0 100.0

BLENDE LIBEREE 78 \
ftSSOCIEEfiPYRITE 7 'A
fiSSOCIEEfiCHfiLCO 1 :•:
flSSOCIEEfiGflLENE 14 V.

* ECHfiNTILLON 203

-IBERflTION CUMUL 'A Ö 20 46 . 60 80 100


>; BLENDE BLENDE ! ! ! ! ! !
90 91.7 #################################£############...'
80 93.7
70 93.9
60 97.3
50 97.3 #
40 99.3
30 100.0
20 100.0
10 100.0
' 0 100.0

BLENDE.LIBEREE 88 y. Figure n" 39 : Analyse de mixité du Mixte Plomb


fiSSOCIEE fi
PYRITE 1 y. bis Cuivre de 1 'essai 34.
fiSSÜCIEE fi
CHfiLCO 3 * •

flSSOCIEE fi
GflLENE 8 y.
ECHfiNTILLÜN 26S.
- 81 -

LIBERñTIDN CUMUL ': 0 20 40 60 80 100


y. BLENDE BLENDE ! ! ! ! ! !
90 97.9 ########################£########################.
80 99.1- ##############################################*###
70 99.5 *##############################*##############&###•
60 100.0 ###########################•#######################
50 100.0 ##################################£############£##
40 100.. 0 ##################################################
30 100.0 ##################################################
28
18 100.0 ################################tt#tt#######S#######
100.8 ##################################################
0 100.8 ##«###############################################

BLENDE LIBEREE 87 'A


RSSOCIEE fi PYRITE 2 'A
fiSSOCIEE fi CHfiLCO 0 '/.
flSSOCIEE fi GflLENE 11 X

Figure 40 : Analyse de mixité du concentré


zinc de 1 'essai 34.
- 82 -

3.2.6 - Comportement des éléments mineurs

Les éléments mineurs ainsi que la silice ont été dosés sur les produits
de la deuxième flottation d'optimisation (cf. paragraphe 32522 ; essai 3 4 ) . Les
résultats des dosages sont présentés sur le tableau XIV.
Pour l'argent, la teneur du tout-venant est de 142 g/t ; celle du
concentré Cuivre est de 322 g/t et celle du concentré Plomb est de 824 g/t.

Il est possible d'établir une corrélation linéaire entre les rende-


ments Ag et les rendements Cuivre et Plomb des différents produits de la flot-
tation ; elle est du type :

Rec Ag = 0 , 1 ? Rec Cu + 0 , 8 3 Rec Pb.

L'argent est donc a peu près distribué â 17 % avec 1° cuivre et


83 % avec le plomb.
Pour les autres éléments mineurs, il faut noter la teneur en Bis-
muth du concentré Plomb (985 ppm pour un tout-venant de 159 ppm) et la teneur
en Cadmium du concentré Zinc (1650 ppm pour un tout-venant de 293 ppm).
Ag SiO2 Sb Bi As Cd
Rp % (%) % (ppm) (ppm)
(PPm) (PPm) (PPm)

204 C Cu 7,59 322 17,23 0,72 0,13 225 , 220 20 276


I
205 M Cu 1,79 557 7,03 5,20 0,22 280 500 200 630
CO
00 206 CPb 5,02 824 29,16 2,20 0,27 375 985 100 475
207 MPb 3,13 225 4,96 10,60 0,79 220 255 300 550
203 M Pb Cu 17,89 183 23,08 27,60 11,83 220 210 175 400
208 Czn 6,74 128 6,08 5,40 0,87 145 140 175 1650
209 MZn 7,29 90 4,62 41,20 7,19 180 115 150 280
210 Stérile 50,55 22 7,84 65,00 78,70 115 40 100 32

100,00 141,9 100 ,00 41,75 100,00 168,2 158,7 124,1 292,6

TABLEAU XI1/ : VOSAGE VES ELEMENTS MINEURS ET VE LA SILICE SUR LES


PRODUITS VE LA FLOTTATÏON (ESSAI 34) (C¿. FLOWSHEET
Q. 35).
- 84 -

3.2.7 - Bilan des essais de laboratoire ; leur influence sur la


conception du flowsheet de l'essai pilote

C'est essentiellement à partir des deux derniers essais d'optimisa-


tion que le flowsheet de l'essai pilote a été conçu et plus particulièrement à
partir de l'essai 34 (cf. paragraphe 32522).

Les caractéristiques principales du procédé sont donc les suivantes


(cf. fig. 41)

- broyage du tout-venant à dso = 32 microns,


- flottation d'un concentré semi global Pb Cu par l'utilisation
de l'ensemble hydrogénosulfite de sodium/sulfate de zinc,
- rebroyage du concentré semi global Pb Cu à dg 0 : 20 microns
et relavage du produit rebroyé ; le mixte de relavage est re-
cyclé en tête de Vépuisage Pb Cu,
- séparation Pb Cu par flottation du Cuivre et dépression du
Plomb à l'aide d1hydrogénosulfite de sodium et de charbon actif,
- reflottation du plomb à partir du non flotté de la séparation
Plomb Cuivre et recyclage du "rejet" au circuit zinc,
- relavage des concentrés Cuivre et Plomb,
- flottation du zinc par la méthode classique à pH basique et
relavage du concentré.

Les problèmes qui pourront apparaître en essai pilote dans ce circuit


concernent essentiellement le recyclage du mixte de relavage Plomb Cuivre ; en
effet, ce mixte contient (dans les essais de laboratoire) environ 25 % du plomb
et 25 % du zinc tout-venant : il y a un risque lié à l'éventualité d'une accumu-
lation de zinc et de plomb dans ce mixte de relavage.

Un autre problème - d'ordre technique - concerne la qualité et la


constance du rebroyage des concentrés d'ébauchage Plomb Cuivre ; par ailleurs,
nous avons noté au cours de cette étude que la maille de rebroyage fixée à dgo
de 20 microns peut être encore trop élevée.

Les points forts de ce circuit sont d'une part, la qualité de la sé-


paration Plomb Cuivre par la méthode sulfite et charbon actif et d'autre part,
la relative "indépendance" du circuit vis à vis de la blende grâce au rebroyage
du concentré semi global et à l'étape de reflottation du plomb.
conditionneur
condi tionneur
NaHSO3 charbon actif charbon actif
ZnSOá ' N0IIS03

conditionneur

collecteur NaHSO3
moussant ZnS0/| collecteur
moussant

Mixte Reí. Pb Cu
conditonneur 00

col lecteur
moussant
I conditionneur
CuSO/i condtionneur

FIGURE 41 : PILOTE DE FLOTTAT ION


- ESSAIS PILOTES
- 86 -

¡
\ - ESSAIS PILOTES

Les essais se sont déroulés en trois semaines (du 14 janvier au


1er février) en 3 x 8 du lundi matin au vendredi matin pour chacune des semaines
d'essai.
Il faut noter que la complexité du circuit a nécessité une très
importante surveillance : en effet, le temps d'équilibrage^ de ce circuit tel
qu'il est présenté au paragraphe 3.2.7 peut être estimé à 20 heures, d'où
l'obligation de prévenir au maximum les pannes d'appareils car leurs effets sur
la marche du circuit, en raison du temps d'équilibrage, rendent les bilans
ininterprétables.
On conçoit aisément que lors de ces essais, peu de paramètres
auront été modifiés (volontairement tout ou moins) ; les modifications appor-
tées au cours d'essais ont concerné essentiellement les consommations de réac-
tifs au niveau de la flottation Pb-Cu et de la séparation Pb Cu.
L'appareillage lourd (broyeurs, pompes, cellules) - les pannes
classiques mises à part - a donné entière satisfaction ; les plus grosses dif-
ficultés sont venues de la distribution des réactifs et de l'échantillonnage
(pour les deux dernières semaines seulement).
En ce qui concerne la distribution des réactifs, la quantité des
points d'alimentation (26 points d'alimentation lorsque l'ensemble du circuit
fonctionne) nous a obligés à utiliser pour les collecteurs et moussants une
pompe Technicon multivoies, mal adaptée à ce type de travail.
La trop grande disparité et parfois la vétusté des distributeurs
de réactifs ont été à l'origine de nombreuses pannes dont Tes réparations mobi-
lisaient l'ensemble d'une équipe au détriment d'autres travaux de contrôle ou
d'échantillonnage.
En ce qui concerne l'échantillonnage d'un tel circuit, seul l'échan-
tillonnage automatique permet d'obtenir des résultats fiables pour les diffé-
rents flux ; cependant, l'échantillonnage manuel des sorties et de l'alimenta-
tion permet aussi d'obtenir des bilans globaux fiables.
Les échantiHonneurs automatiques que nous avons utilisés
(bien que assez mal adaptés à l'échantillonnage des mousses) ont permis
d'obtenir des résultats cohérents lors de la première semaine d'essai. Ils
sont tombés progressivement en panne au cours des deuxième et troisième semaines
d'essais et seul l'échantillonnage manuel des sorties et des flux a permis
d'obtenir des bilans.
Pour ces différentes raisons, les résultats qui vont être mainte-
nant présentés sont à "manier" avec précaution bien que il s'agisse des bilans
les plus fiables.

(1) Encore ne s 'agit-il que de l'équilibrage pondéral à savoir que la somme des
poids des sorties est égale au poids de l'alimentation.
- 87 -

Après la description des caractéristiques du circuit, les bilans


des trois semaines d'essais seront présentés (chronologiquement) avec la des-
cription des modifications (et des pannes) intervenues dans le circuit.

Enfin, l'analyse de ces résultats permettra de déterminer les


conclusions de ces essais pilotes.
- 88 -

4.1 - DESCRIPTION DU CIRCUIT PILOTE


4.1.1 - Broyage du tout-venant
Plusieurs essais préliminaires ont permis de mettre au point le
schéma de broyage pour délivrer une alimentation flottation dont les caracté-
ristiques sont les suivantes :
- 32 microns
- concentration solide - 45 %
Cette concentration peut apparaître trop élevée à première vue,
mais elle laisse la possibilité de diluer la pulpe à volonté et donc de contrô-
ler les temps de séjour dans les conditionneurs et les cellules de flottation
d'ébauchage.
Le schéma de broyage retenu comprend deux broyeurs en série suivis
d'une classification par un Rotosieve équipé d'une toile de 63 microns (cf.
figure 42).
Le débit d'alimentation sèche est de 80 kg/h ; la charge du broyeur
à barres est de 80 kg, celle du broyeur biconique de 380 kg.
Le temps d'équilibrage est de six heures environ ; un résultat type
de cette opération est le suivant :
Débit Concentr on Rapport de
(kg/h) Solide (%) charge circulante

Alimentation tout-venant 83,9


Sortie broyeur Biconique 120,2 71,9
Charge circulante 53,9 75,8 64 %
Alimentation flottation 84,2 48,7

L'analyse granulométrique de l'alimentation flottation donne


+ 32y 22,3
- 32y 77,7
100,0
REMARQUE :
II faut noter que le tout-venant est constitué de particules dont
la dimension peut atteindre 30 mm (il s'agit essentiellement de schistes frag-
mentés selon la schistosité lors du passage au concasseur à cylindres). Pour
cette raison, il n'a pas été possible d'utiliser le dosomètre : l'extraction de
la trémie est réalisée par une ouverture d'aire fixée pour donner une alimen-
tation de 80 kg/h et l'alimentation du broyeur à barres est réalisée par une
FIGURE 42

Trémie
Stockage

Tout venant (80 g/h)

Eau 60/65 1/h


\ ' Broyeur
• Barres ^
Broyeur
Biconique
Boulets ^' Rotosieve
Eau 40 1/h V (63 u)
cri
oo 1 Refus • Vers f1
°ttation
(charge circulante) - 32M

SCHEMA VU BROYAGE VU TOUT VENANT


EN ESSAI PILOTE
- 90 -

bande à déroulement constante. Le taux de remplissage de la trémie peut donc


influencer le débit d'alimentation (par pression sur la bande et donc augmen-
tation de l'ouverture d'extraction) de sorte que le débit d'alimentation peut
varier entre 70 et 90 kg/h.
- 91 -

4.1.2 - Circuit de flottation


Le flowsheet du circuit de flottation est présenté sur la figure
43 ; il s'agit du flowsheet initial tel qu'il a été appliqué lors de la première
semaine d'essais, les modifications qui y ont été par la suite apportées seront
décrites lors de la présentation des résultats.

Ce flowsheet reprend - sous une présentation différente - les carac-


téristiques de celui fourni au paragraphe 3 . 2 . 7 . Chacune des grandes étapes du
circuit (flottation Pb Cu/Spération Pb Cu/Flottation Zinc) est ensuite détaillée
dans les figures 4 4 , 45 et 46.

4121 - Flottation Pb Cu (cf. figure 44)

Le tout-venant est envoyé dans le conditionneur Cl (concentration


solide de 30 à 40 %) où sont ajoutés le sulfite et le sulfate de zinc (temps de
conditionnement ^ 20' lorsque le mixte de relavage est recyclé en tête de l'ëpui-
sage et ^ 15' lorsque le mixte de relavage est recyclé au conditionneur Cl). La
pulpe est envoyée dans le conditionneur C2 où sont ajoutés le collecteur et le
moussant (temps de conditionnement de 24 minutes environ ou 18 minutes environ
selon le point de recyclage du mixte de relavage Pb Cu).
Après la flottation de dégrossisage dans la cellule A (temps de
flottation estimé à environ 20 minutes) le non flotté est envoyé dans le condi-
tionneur C3 où sont ajoutés le sulfite et le sulfate de zinc (temps de condition-
nement estimé à 20 minutes environ);aprës addition du collecteur et du moussant
la flottation d'ëpuisage est réalisée dans la cellule B (temps de flottation
estimé à 30 minutes).
Les concentrés de dégrossissage et d'ëpuisage sont regroupés avant
d'être rebroyés.
Lors des deux premières semaines d'essai, le broyeur utilisé était
inefficace (tube broyeur avec une charge de 10 kg).
Les résultats de l'opération sont par exemple les suivants :

Analyse Alimentation Sortie


granulometri que flottation % broyeur %
(ech. 49 et 51 le semaine)

+ 32y 19,7 15,7


+ 20y 15,4 16,4
- 20y 64,9 67,9
100,0 100,0

Pour la troisième semaine d'essais un tube broyeur de dimension


plus importante (avec une charge de 330 kg) a permis d'obtenir le résultat
souhaité soit un dgo de 20 microns.
- 92 -
FIGURE N° 43 : FLOWSHEET

Dégrossissage Pb Cu Epuisage Pb Cu

Dégrossissage Cuivre

Dégrossissage Plomb
- 93 -

LEGENDE DE LA FIGURE 43

- C : Conditionneurs.
- A, B, C, D, E, F, G, H, I : Cellules de flottation.
- El ä E13 : Echan ti Honneurs automatiques.
- M14 à M16 : Points d'échantillonnage manuel.
- P : Pompes.
Description des éléments du circuit

1) Circuit flottation Plomb Cuivre.

- Cl : conditionneur 50 litres.
- C2 A61 : Cellule Minemet 80 litres (utilisée comme conditionneur).
- A A62 : Cellule Minemet 80 litres
- C3 A71 : Cellule Minemet 80 litres (utilisée comme conditionneur durant les
deux premières semaines puis comme cellule au cours de la troisième
semaine).
- B A72 : Cellule Minemet 80 litres.
- C A3 : Cellule Minement H300 : 2 x 25 litres.

2) Circuit séparation Plomb Cuivre.

- C4 Conditionneur 50 litres (Te volume de ce conditionneur sera modifié


en cours des essais).
D A2 Cellule Minemet H300 : 2 x 25 litres.
C5 Conditionneur 30 litres.
E Cellule Minemet 25 litres.
C6 Conditionneur 30 litres
C7 Conditionneur 30 litres
F Al Cellule Minemet H300 : 2 x 25 litres
G B8 Cellule Wemco : 2 x 28 litres.
3) Circuit flottation Zinc.

C8 : Conditionneur 60 litres.
C9 : Conditionneur 50 1 i tres.
H B7 : Cellule Wemco 2 x 28 litres,
I B6 : Cellule Wemco 2 x 28 litres.
- 94 -
FIGURE N° 44 FLOWSHEET DE LA
FLOTTATION Pb Cu

Collecteur Collecteur
+ moussant + moussant

T.V.
broyé
Peg. Pb Cu NaHS03+ ZnS0 4 Ep Pb Cu

NaHSO
ZnSO

3 3
t_3 S Ep Pb Cu
(vers circuit
Zinc)
Re

0)
ai
^-collecteur + moussant
Relavage Pb Cu
•E4 E6 C Rel Pb Cu
(vers circuit de
séparation Pb Cu)

P4
- 95 -

0
(ec, « rr a a,», "isas !
+ 32p 23,5 6,7
+ 20y 16,1 12,1
- 20y 60,4 81,2
700,0 700,0

Après rebroyage, les concentrés sont envoyés à la flottation de


relavage dans la cellule ou le collecteur et le moussant sont ajoutés (la concen-
tration solide est de 20 % environ, le temps de flottation est estimé de 15 à
20 minutes).
Le mixte de relavage est renvoyé soit en tête de la flottation
d'épuisage Plomb Cuivre, soit en tête de la flottation de dégrossissage (ces
deux solutions ont été testées lors de la première semaine d'essais puis le
recyclage en tête de la flottation de dégrossissage a été maintenu pour les
deux dernières semaines).
4122 - Circuit de séparation Pb Cu (cf. figure 45)

Le concentré de relavage Pb Cu est envoyé dans le conditionneur C4


où sont ajoutés la chaux, le sulfite et le charbon actif (concentration solide
de 15 à 20 % ; temps de conditionnement estimé à 25 minutes environ) puis à la
flottation de dégrossissage cuivre (cellule D ; temps de flottation estimé à
30 minutes).
Le concentré de dégrossissage cuivre est envoyé dans le condition-
neur C5 où sont ajoutés le charbon actif et le sulfite puis à la flottation de
relavage (cellule E ; temps de flottation estimé à 30 minutes) qui fournit le
concentré cuivre.
Le mixte de relavage Cu rejoint le concentré de relavage Pb Cu dans
le conditionneur C4 (cette formule sera abandonnée au cours de la deuxième
semaine d'essai, le mixte de relavage Cu étant directement envoyé à la cellule D
de dégrossissage Cuivre ; de même, le concentré de dégrossissage sera envoyé
directement au relavage Cuivre dans la cellule E sans passer par le condition-
neur C5 qui sera donc supprimé).
Le stérile de dégrossissage Cuivre est envoyé au circuit de reflot-
tation du Plomb par les conditionneurs C6 et C7 où sont ajoutés chaux et sulfure
de sodium, cyanure et sulfate de zinc.
A partir de cette étape du circuit de séparation Pb Cu, les estima-
tions du temps de conditionnement et de flottation que nous fournissons sont
très peu fiables en raison d'une part de ce que le débit de pulpe est générale-":
ment très faible à ce niveau du circuit et d'autre part de ce que ä ce niveau
les plus grandes variations de fonctionnement ont été enregistrées. On peut donc
estimer les temps de conditionnement à 30 ou 40 minutes environ et ceux de flot-
tation à 50 ou 60 minutes environ.
- 96 -

FIGURE N° 45 : FLOWSHEET DE LA SEPARATION


Pb Cu

Relavage
Cuivre

/ NaHSO,
\ CA 2S"3

(Cad
ICA 2S
Collecteur
+ moussant"!

Collecteur
Dégrossis + moussant
sage Pb u_ <:

EU E1O
03
00

n Reí Pb Cu

P3 P5
S Deg Pb (vers circuit Zinc)
- 97 -

Après conditionnement la pulpe est donc envoyée à la flottation de


dégrossissage Plomb (cellule F) ; le concentré de dégrossissage est relavé dans
la cellule G qui fournit le concentré Plomb. Le mixte de relavage Plomb est
envoyé en tête du conditionneur C6 alors que le stérile de dégrossissage Pb est
rejoint au stérile d'épuisage Pb Cu pour alimenter le circuit de flottation du
zinc.
Le collecteur et le moussant sont ajoutés à la flottation de dégros-
sissage et à la flottation de relavage.
REMARQUE :
Lors de la troisième semaine d'essai une flottation d'ëpuisage
Plomb a été rajoutée après la flottation de dégrossissage (cellule Agitair de
2 x 43 litres).
4123 - Circuit de flottation zinc (cf. figure 46)

Le stérile d'épuisage Pb Cu et le stérile de dégrossissage Pb sont


regroupés dans le conditionneur C8 où sont ajoutés la chaux et le sulfate de
cuivre puis envoyés dans le conditionneur C9 où sont ajoutés le collecteur et
le moussant.
Dans chacun des conditionneurs le temps de séjour peut être estimé
à 20 minutes (concentration solide de 25 % environ). La pulpe est envoyée dans
la cellule H pour la flottation de dégrossissage zinc (temps de flottation de
25 minutes environ) le concentré de dégrossissage étant relavé dans la cellule I
pour fournir le concentré zinc définitif.
Le mixte de relavage est envoyé en tête de la flottation de dégros-
sissage Zinc, le stérile de cette flottation constituant le stérile définitif.
- 98 -
FIGURE N° 46 FLOWSHEET DE LA FLOTTATION
ZINC

Relavage
Zinc

Dégrossissage

i Collecteur
1+ moussant
- 99 -

4.2 - REACTIFS - CALCUL DES BILANS DES ECHANTILLONNAGES DE FLUX


4.2.1 - Réactifs
Les réactifs utilisés pour ces essais sont les suivants :
Collecteur : mélange 1-1 d'amylxanthate de potassium (PCUK ; industriel) et
d'aérophine S3418 (Cyanamid Co ; industriel).
Moussant : Aerofroth 65 (Cyanamid Co ; industriel).
Réactifs modifiants :
Hydrogenosulfite de sodium : NaH SO3 (Prolabo, technique en solu-
tion à 50 %)(D
Sulfate de Zinc, sulfate de Cuivre, sulfure de sodium et cyanure
de sodium (Prolabo, produits techniques)
Charbon actif (acticarbone 2S ; CECA S.A.)
Chaux (Prolabo, technique).
Les consommations de réactifs sont données en grammes par tonne de
tout-venant.
Les abréviations utilisées sont les mêmes que celles du précédent
chapitre (cf. paragraphe 3.2.1).
4.2.2 - Calcul des bilans à partir des échantillonnages de flux
(C. REINHART - A. MABILLE SGN/MIN)
(?) Objet du programme. Bilan matière cohérent
L'objectif de ce programme est d'analyser les débits et compositions
(ou granulométries) mesurées sur une unité en fonctionnement continu ou dans une
suite d'opérations discontinues.
Dans le cas général, les grandeurs expérimentales mesurées sur
l'unité, ne satisfont pas les équations de bilan exprimant la conservation de
la matière (globale ou par constituant).
Q M Principe
Soit un schéma de traitement faisant intervenir n appareils entre
lesquels circulent m flux dont le débit m flux dont le débit massique global
vrai est r-¡ (i = 1, ... m) ; on peut écrire n équations de bilan exprimant que
la totalité de la matière rentrant dans l'appareil j en ressort comme suit :
m
(1) ( z mij H = 0 ) . ,
1=1 K - 1 » 11

oü mij est une matière décrivant le sens de circulation du flux.

(1) Les consommations données dans les résultats des essais sont celles de cette
solution commerciale à 50 %.
- 100 -

6X
Si on suppose qu'on a fait des mesures ri sur l'installation, ne
vérifiant pas les équations de type (1), le problème consiste à trouver en
tenant compte de ces mesures, des estimateurs r-j:i de ces débits satisfaisant
les équations (1) tout en étant voisines des valeurs mesurées di e x .
On emploie la méthode classique des moindres carrés pour minimiser
les écarts quadratiques entre les estimations r-¡" chercëes et les différentes
mesures (rij) pondérées par Wij. On doit donc minimiser la fonctionnelle :
m hi :: 2
H = z T, Wij (r,- - rij) tout en respectant les
il jl
contraintes de bilan
m

La méthode du multiplicateur de Lagrange nous permet d'atteindre


le vecteur r-¡:c estimant les flux (i = 1, m ) .
REMARQUE
Le calcul de la sensibilité des valeurs estimées relativement aux
valeurs mesurées est fait sous la forme d'une matrice de covariance.
L'information correspondante permet de mettre en évidence dans le
circuit de l'installation ayant la configuration donnée, les flux dont la mesure
doit être faite avec le maximum de précision.
- 101 -

4.3 - RESULTATS DES ESSAIS PILOTES

Cette présentation est divisée en trois parties, chacune d'entre


elles correspondant à une semaine d'essais.
Au cours de la première semaine, seules les deux premières étapes
du circuit - à savoir flottation Pb Cu et séparation Pb Cu - ont été mises en
route.
Ce n'est qu'à partir de la deuxième semaine d'essai que la flot-
tation zinc a été démarrée.
Rappelons que au cours de cette première semaine d'essais, les
pompes à réactifs et les ëchantiHonneurs automatiques ont dans l'ensemble
correctement fonctionné d'où une bonne fiabilité d'interprétation des résultats
et donc un développement plus important de cette première semaine dans ce rap-
port.
4.3.1 - Première semaine d'essais
Le démarrage de cette semaine a été réalisé avec le recyclage du
mixte de relavage Pb Cu en tête de la flottation d'épuisage Pb Cu puis le mixte
de relavage a été recyclé en tête de la flottation de dégrossissage.
4311 - Recyclage du mixte de relavage Pb Cu en tête de
flottation d'épuisage Pb Cu

Le circuit de broyage a été démarré le lundi à 12h ; à 18h, démar-


rage de la cellule d'épuisage Pb Cu;à 0hl5 le mardi démarrage de la cellule de
relavage Pb Cu.
43111 - Premier échantillonnage automatique

II a été réalisé le mardi de 6h50 à 9h30 (poste ,4).


Les conditions de marche du circuit sont données au tableau XV et
les résultats de l'échantillonnage au tableau XVI.
- 102 -

Alimflot : pH 6.0 g/t g/t


Dégrossissage Pb Cu Epuisage Pb Cu Relavage Pb Cu
NaHSOz 1000 NaHSOZ 400
Zn SO4 700 Zn SO4 230
Collecteur 70 Collecteur 70 . Collecteur 56
Moussant 28 Moussant 14
Dégrossissage Cu Relavage Cu Dégrossissage Pb
NaHSOz NaHSOz CaO
CaO pH pH
pH Charbon Na2S
Charbon CN Na
Zn S.O4
Collecteur
Moussant
Dégrossissage Zn Dégrossissage Zn Relavage Pb
CaO Collecteur Collecteur
pH Moussant Moussant
Cu SO4

TABLEAU XI/ : CONVITIONS VE MARCHE


POSTE 4 (6k50 - 9h30)

Pds Cu Pb Zn Fe
44 Alimflot 277 2,82 6,68 7,54 12,00
40 C Deg. Pb-Cu 105 5,65 7,88 8,16 14,20
39 C Ep. Pb-Cu 31 5,90 27,40 15,60 13,90
42 A Rel. Pb-Cu 151 5,80 12,35 9,65 14,30
41 C Rel. Pb-Cu 74 9,46 18,55 12,4 16,90
43 M Rel. Pb-Cu 54 0,60 2,96 5,4 10,20
45 S Ep. Pb-Cu 107 0,27 2,17 5,8 10,40

TABLEAU XVI ; ECHANTILLONNAGE


POSTE 4 [6k30 - 9h30)
- 103 -

Le bilan global calculé à partir des teneurs donne -

Rp Cu p Pb p Zn p
41 C Reí. Pb Cu 26,0 9,46 92,5 18,55 75,0 12,4 42,9
45 S Ep. Pb Cu 74,0 0,27 7,5 2,17 25,0 5,8 57,1
Alimentation reconstituée 100,0 2,66 700,0 6,42 700,0 7,52 700,0

On constate l'entraînement important de zinc (43 % du tout-venant)


dans le concentré de relavage Pb Cu ainsi que la perte plomb de 25 % dans le
stérile d'épuisage.
La teneur fer du concentré montre aussi que l'entraînement de
pyrite n'est pas négligeable.
L'application du programme MIN 070 permet d'estimer les réparti-
tions métal (tableau XVI bis).

Cu Pb Zn
Al im Flot 100,0 100,0 100,0
C Deq . Pb Cu 77,1 47,3 50,4
C Ep. Pb Cu 23,5 48,5 28,5
A Rel . Pb Cu 100,5 95,8 78,9
C Rel . Pb Cu 96,4 86,7 61,4
M Rel . Pb Cu 4,1 9,1 17,4
S Ep. Pb Cu 3,6 13,3 38,6

TABLEAU Xl/I bJU : REPARTITIONS METALS


VE L'ECHANTILLONNAGE POSTE 4
(6k50-9h30)

Ces résultats sont bien sûr à manier avec précaution et ne doivent


considérés que qualitativement dans un but comparatif pour dégager des tendances
cependant ils montrent que le cuivre et le zinc flottent mieux au niveau du dé-
grossissage Pb Cu qu'à celui de l'épuisage ; pour le plomb la flottation se
répartit sur les deux étapes.

(1) On constate facilement que les poids donnés par l'échantillonnage automatique
"bouclent" mal ; on considère alors que les teneurs sont justes et on adapte
les rendements poids de façon à obtenir des teneurs de l'alimentation recons-
tituée voisines de celles de l'alimentation dosée. Ce procédé de calcul donne
des résultats fiables et satisfaisants dans ce cas mais il n'en ne sera pas
tous ours de même.
- 104 -

43112 - Deuxième échantillonnage automatique

II a été réalisé le mardi de 10hl5 à 12h20.


Les conditions de marche sont les mêmes que précédemment (cf.
tableau XV). Les résultats de l'échantillonnage et les répartitions estimées
sont données sur le tableau XVII.
En comparant ces résultats à ceux de l'échantillonnage précédent
(cf § 43111) on constate que :
- les récupérations Cu Pb Zn dans le concentré et les pertes de
ces métaux dans le stérile restent identiques,
- l'entraînement de Pb et de Zn dans les concentrés de dégrossis-
sage augmente très nettement,
- les répartitions Pb et Zn dans le mixte de relavage augmentent
très nettement.
Le circuit n'est donc pas équilibré (10 heures après le démarrage
du relavage Pb Cu). D'autre part, l'augmentation des répartitions métal Pb et
Zn dans le mixte relavage laisse présager un risque d'accumulation.

Teneurs Répartitions
métal estimées

Poids Cu Pb Zn Fe Cu Pb Zn

49 Alim Flot • 285 2,66 6,73 7,50 12,00 100,0 100,0 100,0
50 C De g . Pb Cu 233 3,70 6,86 7,56 12,70 77,8 61,1 66,8
52 C Ep. Pb Cu 43 5,20 24,10 15,3 15,60 24,0 45,4 29,0
51 A Rel. Pb Cu 223 4,20 10,05 9,05 13,40 101,8 106,4 95,8
54 C Rel. Pb Cu 96 8,30 17,60 11,95 16,60 96,5 86,4 63,2
55 M Rel . Pb Cu 105 0,46 3,25 6,03 10,30 5,5 20,0 32,6
53 S Ep. Pb Cu 151 0,22 1,65 5,05 9,82 3,7 13,6 36,8

TABLEAU Xl/II RESULTATS VE L'ECHANTILLONNAGE AUTOMATIQUE


{POSTE 4 10kl5 - ¡2h30)
- 105 -

Le bilan global calculé à partir des teneurs donne :

Rp Cu p Pb p Zn P

54 C Rel. Pb Cu 31,0 8,30 94A 17,60 82,7 11,95 51,7


53 S Ep. Pb Cu 69,0 0,22 5,6 1,65 17,3 5,06 48,3
Alimentation reconstituée 100,0 2,n 100,0 6,59 100,0 7,U 700,0

Ce résultat montre une augmentation très nette de l'entraînement


zinc dans le concentré de relavage Pb Cu.
Sur l'ensemble des échantillons de cet échantillonnage, une analyse
de mixité a été réalisée (rappelons que le rebroyage est pratiquement inefficace)
(cf. figure 47 à 52).
Pour l'alimentation flottation (cf. fig. 47) les résultats sont
très voisins de ceux du laboratoire (cf. fig. 4, 5, 6 paragraphe 3.1) bien que
la chalcopyrite semble mieux libérée.
Au dégrossissage et à l'ëpuisage Pb Cu (cf. fig. 48 et 49) en ce
qui concerne la galène on flotte essentiellement les espèces libérées ; en ce
qui concerne la blende, la moitié qui est entraînée à ces niveaux est libérée.
Le rebroyage se révèle inefficace (si ce n'est qu'un petit peu vis-
à-vis de la blende) car dans l'alimentation relavage Pb Cu (cf. fig. 50) les
degrés de libération de la chalcopyrite et de la galène ne sont pas modifiés
par rapport à ceux observés dans les concentrés de dégrossissage et d'épuisage
(cf. fig. 48 et 49).
Le relavage Pb Cu est assez efficace vis-à-vis de la blende puisque
la blende libérée flotte moins que les mixtes (cf. fig. 52 comparée à la figure
51).
Par contre, les mixtes blende galène et blende chalcopyrite flottent
bien au point d'abaisser sensiblement les degrés de libération de la chalcopy-
rite et de la galène dans le concentré de relavage Pb Cu (cf. fig. 51).
Dans le stérile d'épuisage Pb Cu la blende est libérée à 79 ce
qui confirme que la blende mixteuse flotte bien et n'est pas déprimée.
Ces différents résultats montrent bien l'importance fondamentale
du contrôle du broyage et du rebroyage sur les résultats de la flottation Pb
Cu.
Les essais de laboratoire ont montré que l'entraînement de zinc
dans le concentré de relavage Pb Cu semblait inévitable mais pouvait être en
partie contrôlé par le rebroyage : les résultats obtenus ci-dessus confirment
cette opinion.
- 106 -
* ELHHHriLLUH 4:' FIGURE 47 - ANALYSE DE MIXITE DE L'ALIMENTATION FLOTTAT ION
[ECHANTILLONNAGE AUTOMATIQUE DU POSTE 04]
LIBERRTIOH CUMUL y. 6 £Ù 4G 66 8M ÍÜ0
'"i C H HL CO CHñLCO ! ! ! ! ! !
90 85.2 ############'###############################
Su 85.2 ##########################################£
"7" pt 87.2 ############################################„
6Ú 91.9 ##############################################
50 94.O ###############################################...
4y 94.7 ###########################################**###...
30 95.9 ########################################«#######. .
98.6 #################################################.
99.5 #############################################*####
180.6 ##################################################

CHflLCÛ LIBEREE 85 '-.


flSSOCIEE f¡ F Y RI T E 0 '•-.
flSSOCIEE H BLENDE 11 %
fiSSOCIEE H GflLENE 3 Ü

LIBERRTION CUMUL ; 0 £0 40 60 80 100


V. BLENDE ! ! ! ! ! !
90 BLENDE ######################################.\
8ü 75.9 ####################################### ,
70 78.8
34.9 ######tt######tt##########ft###tt#####tt####S#tt
6 ¡3 ###########################################„ . . . . . .
50 86.9
40 89.9
30 93.4
20 94. 4
97.5
99.2
100. 0

BLENDE LIEEREE
flSSOCIEEfiPYRITE 13 %
flSSOCIEEfiCHflLCO 13 'A
flSSOCIEEfiGflLENE 13 "/.

LIBERBTION CUMUL " 0 2Ú 40 60 30 100


y. GflLEHE GflLENE ! ! ! ! ! !
90 58.1 : #############################.
80 67. 6 ' #####################«############
70 73.2 #####################################
60. 73Ü #####a##########################a######
50 38.5 ########################################.
40 83. 9 ##########################################.
30 91.2 ######################«#######################
£0 96.7
10 99. 3 #######&##########################################
fi 1 00. 0

GflLENE LIBEREE 54
flSSOCIEE H PYRITE 9 •••.

flSSOCIEE H CHflLCO 18
flSSOCIEEflBLENDE 19
- 107 -
* E ' H H N T I L L ÜH 5ii FIGURE 48 - ANALYSE DE MIXITE DU C Deg. Pb Cu
[ECHANTILLONNAGE AUTOMATIQUE DU POSTE 04]

LIBERFIT I DM CUMUL '••. Q 20 48 68 88 188


y. CHflLCG CHñLCÜ ! ! ! ! ! !
77. 4 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #
S 8 86. 3 # # # # # # # # # # + | : # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # Í J : # # # # # # . ......
78 88.0 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #
68 92.9 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # . . . .
: 56 95.3 # # # # # # # # # # í t # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # . .
48 97.0 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # .
38 97.4 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # .
28 98.7 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # .
18 99.7 #######################################•###########
¡•î
188.8 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #

C H ñ L C Ü L I B E R E E 7 4
flSSOCIEE H P Y R I T E 8
flSSOCIEE ñ B L E N D E 1 6
ñ S S O C I E E H G flLENE 1 8

LIBERHTION CUMU L : 0 2 8 4 8 6 8 8 0 1 0 0
:•; BLENDE B L E N D E ! ! ! ! ! !
98 78. 8 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #
88 82. 4 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # - # # # # # # # # # # # # # # # # # # . . .
78 87. 1 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # , ..
6 8 9 3 . 7 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # . . .
58 94. 5
40 96. 2
38 98. 9
28 188. 8
18 188. 8
ft 180. 8

BLENDE LIBEREE 58
ñSSOCIEE H PYRITE
ñSSOCIEE H U H H L U U
ñSSOCIEE H GflLENE

LIBERfiTIG H CUMUL : fl 2 8 4 8 6 8 3 8 1 8 0
y. GflLENE GflLENE ! ! ! ! ! !
98 71.2 • # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #
38 73. 1 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #
78 76. 3 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #
68 77. 1 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #
58 82.
o=
6 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # . . ,
48 l 4 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #
38 88.2 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #
28 94.8 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # . . .
18 99. 1
8 188.8 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #

GflLENE LIBEREE 1
1
••••
••.

ñSSOCIEE ñ PYRITE
ñSSOCIEE H CHñLCÜ 7
ñSSOCIEE ñ BLENDE 18
- 108 -
# E.-HHNTI LLON 52 FIGURE 49 - ANALYSE DE MIXITE DU C Ep. Pb Cu
[ECHANTILLONNAGE AUTOMATIQUE DU POSTE 04]

LIBERfiTION CUMUL 0 28 40 60 88 100


'•: C H H L C O CHflLCO i i i i i i

90 77.6 #######################################

88 79. 3 ########################################
7Û 33.4 ##########################################

60 s 8. y tt###########################################
50 91 . 4 ##############################################
40 93.3
38 94.8
£0 97.6
10 99. 2 ##################################################
180.8

CHflLCO LIBEREE
flSSOCIEE H PYRITE
flSSOCIEE R BLENDE
flSSOCIEE H GflLEHE 7

LIBERRTIÜN CUMUL '< 8 28 48 68 30 10


:••; BLENDE BLENDE ! ! ! ! ! !
90 68.1 ##################################
80 77.8." #######################################
70 84.1 ##########################################.
68 89.7 #############################################
50 93.7
48 96.6
38 98.4
28 99.7 ##################################################
18 188.8
y 108.8 ##################################################

BLENDE LIBEREE 55
flSSOCIEE H PYRITE 1
flSSOCIEE H CHflLCO 21
flSSOCIEE R GflLEHE 23

LIBERHTIO CUMUL e 2e 4e eo se 10
y. GRLENE GflLENE
! ! ! ! ! !
98 75.6/
######################################
88 79.8 ########################################
78
60
81.3 #####################«###################
83.8
58 84.7 #########################################
4U 86.8 ##########################################
?0 39.3 ###########################################
28 93.3 ###########################tt####tt######tt#####
18 98.8 # # # # # # # # # # # # # • # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # . . .

0 180.8

GflLEHE LIBEREE 76
flSSOCIEE H PYRITE 6
flSSOCIEE R CHHLCO 6
flSSOCIEE R BLENDE 12
- 109 -
* E U IHN TILL ON 51 FIGURE 50 - ANALYSE DE MIXITE DE L'ALIMENTATION
RELAVAGE Pb Cu [ECHANTILLONNAGE AUTOMATIQUE
DU POSTE 04]
LIBERFlTI ON CUMUL :•••: ü 20 ¿Ü 40 40 69 30 100
CUMUL
•••; C H f i L C O CHñLCO l i i l i l í
90 CHñLCO #########################################. ........
80 32. 6
############################################. .....
70 38. 1
91.5 ##############################################. , .
60 ##########################################*####...
56 9 3. 3
40 9 4 . 54
39 96. 4
20 97.
98
10 99
0 100.0 ##################################################

CHfiLCO LIBEREE
ñSSOCIEE fi PYRITE
ñSSOCIEE H ELENDE 12
ñSSOCIEE fi GflLENE il

LIBERATION CUMUL ' 0 20 40 6fl ññ Iññ


y. BLENDE BLENDE ! ! ! ! ! !
90 74.6 #####################################
30 30.1 ########################################
70 34.0
60 89.5 #############################################
50 93.6
40 95.7
30 93.3
20 100.0 ##################################################
10 100.0 ##################################################
100.0 ##################################################

BLENDE LIBEREE 60
fiSSOCIEE H PYRITE 1
ñSSOCIEE H CHñLCO 14
ñSSOCIEE fi GflLENE 26

LIBERflTION C U M U L •• 0 20 40 60 80 100
••: GflLENE GflLENE ! ! ! ! ! !
90 71.4 ####################################, . . '.
30 76.3 ' ##########################*###########
70 76.8 #######tt####tt###tt##########tt##########
60 79.3 ########################################
50 30.3 ###tt########tt###tt#######tt####tt##tt####tt##
40 36.0 ################################tt#########tt .
30 88. 9
20 96.6
10 93.6
R 100.0

GflLENE LIBEREE 71
ñSSOCIEE H PYRITE 4
ñSSOCIEE ñ CHñLCO 8
ñSSOCIEE ñ BLENDE 17
- 110 -
* ECHflNTILLÜI FIGURE 51 - ANALYSE DE MIXITE DU C Reí. Pb Cu
[ECHANTILLONNAGE AUTOMATIQUE DU POSTE 04]
LIBERhTlÜh UUMUL ' 6 £8 4y 6b fifi löö
'•; CHRLCO CHflLCO ! ! ! ! "! !
98 73. 7 #############################*######*. . . . . . . . . . . . .
fin 86.4 ########################################, . . . . . . . . .
?y 85. £ ###########################################.. .
60 38. 1 ############################################
•' 50 91. 5
40 94.7
95.4 ###############################################...
30
£0 93.3
10 99.5
##################################################
0 100. 0
##################################################

CHñLCü LIBEREE 63
ñSSOCIEE ñ PYRITE 1
ñSSOCIEE R BLENDE 28
flSSOCIEEflGflLEHE 7

LIBERñTIüN CUMUL : 0 £0 40 60 ' 80 10@


': BLENDE BLENDE l i l i l í
90 69, ###################################. ...,! . . . . . . . . . .
80 #######################################
70 31 #########################################.
60 89 #############################################
50 94
40 94.8
30 96.6
£0 98.5
10 100. 0
o 100. 0

¿¡LENDE LIBEREE 51
flSSOCIEE ñ PYRITE £
ñSSOCIEE fi CHRLCO 31
ñSSOCIEE ñ GflLEHE 16

LIEERñTIüH CUMUL '-. 0 £0 40 60 30 100


'-. GñLENE GñLENE ! ! ! ! ! !
90 67.4 / ##################################
80 76.3 ######################################
70 78.4 #######################################
79.3 ########################################
35. 8 #####################«#####################
30 93. £ ###############################################...
£0 94.7 ###############################################...
10 98.6 ############################tt######tt#########tt###.
fi 100.0 ################################################««

GñLENE LIBEREE 65
ñSSOCIEEflPYRITE 4
ñSSOCIEE H CHñLCÜ 7
ñSSOCIEEflBLENDE £5
- Ill -
* ECHflNTILLON 55 FIGURE 52 -ANALYSE DE MIXITE DU M. Reí. Pb Cu
[ECHANTILLONNAGE AUTOMATIQUE DU POSTE 04]

LIBERATION CUMUL ' 0 20 40 ¿ M • ñfl ifl


y. BLENDE BLENDE ! ! ! ! i "
90

93.0
50 96.
40 97. #################################################
30 98. #################################################
20 99. ##################################################
10 100.
100.0 ##################################################

BLENDE LIBEREE 64
fiSSOCIEE H PYRITE 11
fiSSOCIEE H CHñLCÜ 9
flSSOCIEE H GHLENE 15

* ELHRNTILLON 53 ANALYSE DE MIXITE DU S Ep Pb Cu


(ECHANTILLONNAGE AUTOMATIQUE DU POSTE-04)

LIBERATION CUMUL y 20 40 60 80 10
y. BLENDE BLENDE I i i | ! !
99 90.7
se 91.7
70 94. S a
60 96.9 ################################################•

50 96.9 ################################################.

40 97.0
30 97.2
20 97.2
10 100.0
0 100.0

BLENDE LIBEREE 79
ASSOCIEE A PVRITE
ASSOCIEE H CHflLCO S
ASSOCIEEfiGALENE 6
- 112 -

Le rebroyage ne pouvant être mieux contrôlé, et afin de diminuer


l'entraînement de zinc dans le concentré de relavage, le mixte de relavage a
été recyclé en tête de la flottation de dégrossissage dans le conditionneur Cl
(sulfite et sulfate de zinc). Ce changement est intervenu le mardi â 13 heures.
4312 - Recyclage du mixte de relavage Pb Cu en tête de la
flottation de dégrossissage Pb Cu (mardi 13 heures)

A la suite de cette modification du circuit, plusieurs échantillon-


nages automatiques ont été réalisés dont nous présentons les résultats avant
d'en donner une analyse.
Par ailleurs, le circuit de séparation Plomb Cuivre a été mis en
route (mercredi 2hl5) suivi par le circuit de reflottation du Plomb (mercredi
Les conditions de marche du circuit pendant toute la fin de cette
première semaine d'essais n'ont pas été autrement modifiées - mis à part quel-
ques changements mineurs (cf. tableau XVIII).
Par contre quelques pannes de distribution de réactifs et une
panne d'alimentation du circuit à la trémie ont entraîné des variations de
marche assez importantes (qu'il est cependant possible de départager des varia-
tions "naturelles").

g/t g/t g/t


Dégrossissage Pb Cu Epuisage Pb Cu Relavage Pb Cu
MHSOz 1000 NaHSO3 580
Zn SO4 720 Zn SO4 300
Collecteur 70 Collecteur 56- Collecteur 50
Moussant 25 Moussant 14
Dégrossissage Cu Relavage Cu Dégrossissage Pb
NaHSOz 1000 NaHSOz 490 CaO 390
CaO 330 pH 7,5 pU 9,2
pH 7,6 Charbon 560 Na2S 100
Charbon 560 CN Na 250
Zn S.O4 400
Collecteur 100
Moussant 28
Dégrossissage Zn Dégrossissage Zn Relavage Pb
CaO Collecteur Collecteur 63
pH Moussant Moussant 10
Cu SO4

TABLEAU XVIII : CONVîTJÛMS VE MARCHE MVENUE


POUR LA FIN VE LA PREMIERE SEMAINE V ESSAIS
- 113 -

43121 - Résultats des échantillonnages

Les échantillonnages retenus sont ceux des postes suivants :


- poste 6 (mercredi Ûh-4h) : tableau XIX
- poste 8 (mercredi 16h-20hl5) : tableau XX
- poste 9 (mercredi 20h20 - jeudi 2h) : tableaux XXI et XXI bis
- poste 10 (jeudi 2h45 - 6h25) : tableau XXII
- poste 10 (échantillonnage ponctuel manuel jeudi llh) : tableau XIII
- poste 11 (jeudi 12h35 - 16h) : tableau XXIV
- poste 12 (jeudi 17hl0 - 22hl5) : tableau XXV.
Teneurs Répartitions estimées
Poids Cu Pb Zn Fe Cu Pb Zn

81 Al im Flot 259 2,85 6,83 7,64 12,00 100,00 100,00 100,00


82 C Deq . Pb Cu 39 17,40 11,45 10,15 20,90 70,2 17,0 15,4
83 C Ep. Pb Cu 68 5,35 28,50 16,35 13,50 37,2 69,5 45,4
84 A Rel . Pb Cu 189 10,90 20,60 13,80 17,00 107,4 86,5 60,8
86 C Rel . Pb Cu 100 13,00 22,10 13,45 17,70 87,2 65,8 44,8
87 M Rel . Pb Cu 31 6,20 16,00 13,20 15,70 20,2 20,7 16,0
85 S Ep. Pb Cu 394 0,34 3,41 6,44 10,76 12,8 34,2 55,2

Bilan global estimé à partir des teneurs :

Rp Cu p Pb P Zn p

C Rel Pb Cu 19,9 13,00 90 ,7 22,10 61,7 13,35 34 ,0


sAlEp Pb Cu 80,1 0,30 9 ,3 3,41 38,3 6,44 66 ,0
im flottation
reconstituée 100,0 2,&5 100,0 f,13 100,0 h %1 100,0

Le flux "A Rel. Pb Cu" est un flux aberrant quelque soit le pourcentage d'incertitude appliqué à
sa valeur (de 17 ä 75 %).
Ce phénomène est lié à un défaut d'ëchantiHonneur et à un non équilibrage du circuit.

TABLEAU XIX : ECHANTILLONNAGE AUTOMATIQUE - POSTE 6 (MeACiectt Oh - 4h)


TEHEURS ET REPARTITIONS ESTIMEES - BILAN GLOBAL ESTIME
- 115 -

Teneurs
Pds Cu Pb Zn Fe
117 Al im Flot. 2,78 6,77 7,68 11,92
114 C Deg . Pb Cu 103 17,10 11,25 10,60 21,00
115 C Ep. Pb Cu 67 4,82 29,00 15,55 14,15
116 A Rel . Pb Cu 129 10,90 20,85 13,25 17,55
118 C Rel . Pb Cu 103 12,70 22,55 12,85 17,86
119 M Rel . Pb Cu 38 5,60 16,10 14,00 16,80
113 S Ep. Pb Cu 422 0,30 2,70 6,89 10,20
120 C Cu 22 27,55 7,97 4,32 25,40

Bilan global estimé à partir des teneurs

Rp Cu P Pb P Zn P

C Rel . Pb Cu 20, 0 12,70 91 ,4 22,55 67 ,6 12,85 31 ,8


s Ep. Pb Cu 80, 0 0, 30 8 ,6 2,70 32 ,4 6,89 68 ,2
Al im. flottation
reconstituée 700, 0 2, ?S 700 ,0 6, 67 100 OS 700 ,0

TABLEAU XX : ECHANTILLONNAGE AUTOMATIQUE


POSTE S [MeAjViadi 16k - 10kl S)
TENEURS VES ECHANTILLONS
BILAN GLOBAL ESTIME
- 116 -

Teneurs

Pds Cu Pb Zn Fe
130 Alim Flot. 665 2,83 6,86 7,75 12,05
131 Cone. Deg Pb Cu 224 8,70 8,13 8,60 15,82
132 C Ep. Pb Cu 82 6,70 25,80 15,65 17,71
133 A Re!. Pb Cu 261 7,70 13,30 10,40 15,44
135 C Re!. Pb Cu 108 14,10 19,00 12,00 18,74
136 M Rel. Pb Cu 149 2,72 8,57 9,45 13,03
134 S Ep. Pb Cu 504 0,39 4,18 6,80 10,18
137 C Cu 20 29,30 4,75 3,20 27,00
138 S Deg. Cu 244 8,50 26,80 14,80 15,58
139 S Deg. Pb 48 7,70 27,0 15,70 14,77
140 C Pb (ponctuel 2 1 ) 12 14,25 21,85 9,20 16,00

TABLEAU XXI : ECHANTILLONNAGE AUTOMATIQUE


POSTE 9 [moJiUKLdJL ÎOhlO - J2iuU 2k)
TENEURS VES ECHANTILLONS

Rp Cu p Pb p Zn P

C Rel. Pb Cu 17,8 14,10 88,7 19,00 49,6 12,00 27,6


S Ep. Pb Cu 82,2 0,39 11,3 4,18 50,4 6,80 72,4
Alim. flottation
reconstituée 100,0 2,83 100,0 6,82 100,0 7,72 100,0
C Cu 4,8 29,30 49,7 4,75 3,2 3,20 2,0
S Deg. Cu 13,0 8,50 39,0 26,80 48,7 14,80 25,1
S Ep. Pb Cu 82,2 0,32 11,3 4,18 48,1 6,80 72,9
Alim. flottation
reconstituée 100,0 2,83 100,0 7,15 100,0 7,67 100,0

TABLEAU XXI bib : ECHANTILLONNAGE AUTOMATIQUE


POSTE 9 {mQACJindl ÏOhîO - jzudl îh)
BILANS GLOBAUX ESTIMES A PARTIR VES TENEURS
- 117 -

Teneurs Répartitions
estimées
Poids Cu Pb Zn Fe Cu Pb Zn

151 Alim. Flot. 439 2.85 6,83 7,73 12,22 100,0 100,0 100,0
152 C Deg. Pb Cu 178 7,30 8,24 8,90 15,33 86,7 43,9 41,1
153 C Ep. Pb Cu 66 5,30 27,80 15,95 14,56 26,7 54,3 28,3
154 A Rel. Pb Cu 184 7,25 15,15 11,35 15,61 113,4 98,2 69,4
156 C Rel. Pb Cu 89 13,00 21,40 13,00 18,31 91,5 68,8 39,2
157 M Rel. Pb Cu 112 2,40 8,50 9,60 12,98 21,9 29,5 30,2
155 S Ep. Pb Cu 336 0,32 3,02 6,44 10,64 8,5 31,2 60,8
158 C Cu 14 29,90 4,66 3,10 27,50 33,1 2,0 1,2
159 S Deg. Cu 216 10,50 23,70 14,25 16,86 58,4 66,8 38,0
160 S Deg. Pb 61 8,75 20,90 17,30 16,17 42,4 40,0 7,7
161 C Pb (manuel 2 1 ) 132 10,75 35,05 11,00 13,89 16,0 26,8 30,3

TABLEAU XXII : ECHANTILLONNAGE AUTOMATIQUE


POSTE 10 ljeudi 2h45 - ê>kZ5)
TENEURS VES ECHANTILLONS
ET REPARTITIONS METAL ESTIMEES
- 118 -

Poids Rp Cu p Pb p Zn p Fe P

167 C Cu 159 3,11 30,00 34,0 3,90 1,7 2,50 1,1 27,65 7,7
168 C Pb 566 11,06 7,60 30,6 37,25 57,9 12,40 18,8 12,25 12,6
169 S Deg. Pb 481 9,40 8,45 29,0 15,30 20,2 18,65 24,0 18,09 15,1
170 S Ep. Pb Cu 3912 76,43 0,23 6,4 1,88 20,2 5,37 56,1 9,50 64,6
Reconstitué 5118 100,00 2 , 7 ^ 100,0 7,11e 100,0 7,30e 100,0 11,24 100,0
166 Alimentation 6375 2,76 6,75 7,60 11,94

TABLEAU XXIII : ECHANTILLONNAGE PONCTUEL MANUEL 15',


POSTE TO {jeudi 11h)
BILAN VES SORTIES VU CIRCUIT
Teneurs Répartitions estimées
Poids Cu Pb Zn Fe Cu Pb Zn

185 Alim. Flot. 277 2,87 6,85 7,82 12,32 100,0 100,0 100,0
186 C Deg. Pb Cu 168 10,15 15,65 12,45 17,47 156,0 71,0 55,5
187 C Ep. Pb Cu 36 4,04 25,85 16,90 15,11 18,7 38,0 24,3
188 A Rel. Pb Cu 106 8,40 19,40 14,15 16,98 174,7 109,0 79,8
190 C Rel. Pb Cu 61 11,15 22,25 15,10 17,24 94,2 82,9 53,2
191 M Rel. Pb Cu 43 31,20 11,80 13,00 16,08 80,5 26,1 26,6
189 S Ep. Pb Cu 175 0,25 2,05 5,92 10,84 5,8 17,1 46,8
192 C Cu 2 30,00 4,15 2,28 27,65 7,8 0,4 0,2
en
S Deg Cu (non échantil.) 86,4 82,5 53,0
193 S Deg. Pb (pollué) 132 12,00 18,20 15,65 19,16 77,2 74,7 49,2
196 Conc. Pb (3 voies) 7 10,05 23,00 11,85 14,88 9,2 7,8 3,8

Panne alimentation broyage (14h45 à 15h45)

TABLEAU XXÏl/ : ECHANTILLONNAGE AUTOMATIQUE


POSTE 11 (i<Ludl 12h35 - 16k)
TENEURS VES ECHANTILLONS ET REPARTITIONS ESTIMEES
Teneurs Répartitions estimées
Poids Cu Pb Zn Fe Cu Pb Zn

205 Al im. Flot. 425 2,80 6,87 7,56 11,71 100,0 100,0 100,0
206 C Deg . Pb Cu 221 8,25 14,50 12,45 18,49 117,3 65,1 48,5
207 C Ep. Pb Cu 32 4,78 18,20 16,55 17,64 44,9 28,8 17,9
208 A Rel . Pb Cu 220 7,70 14,10 12,45 17,94 162,2 93,9 66,4
210 C Rel . Pb Cu 14 9,10 23,00 14,65 17,17 60,2 26,7 10,0
211 M Rel . Pb Cu 98 2,70 9,30 11,30 17,03 101,9 67,2 56,4
o 209 S Ep. Pb Cu 392 0,30 2,90 5,48 9,86 39,8 73,3 90,0
CM
212 C Cu 7 28,30 4,48 2,50 26,60 32,2 1,7 0,7
S Deg . Cu (non cchant.) 28,0 25,0 9,3
214 S Deg . Pb 41 9,55 13,00 18,90 19,20 6,5 13,7 5,4
213 C Pb 9 9,70 30,95 13,00 14,31 21,5 11,3 3,9

Panne alimentation broyage 14h45 - 15h45.

TABLEAU XXl/ : ECHANTILLONNAGE AUTOMATIQUE


POSTE 7 2 {jíucU 17h10 - 22h15)
TENEURS VES ECHANTILLONS ET REPARTITIONS ESTIMEES
- 121 -

43122 - Analyse des résultats

Le dernier échantillonnage doit être totalement exclu de l'analyse


(cf. tableau XXV) car les résultats sont particulièrement aberrants ; l'avant
dernier échantillonnage doit être manié avec une grande précaution (cf. tableau
XXIV). Ces deux tableaux ont cependant été fournis pour montrer la gravité des
conséquences d'une panne, pourtant très classique sur ce genre de circuit (à
savoir l'arrêt de l'alimentation pendant un peu moins d'une heure). Le déséqui-
libre du circuit se manifeste très nettement par les valeurs des mixtes de
relavage Plomb Cuivre et des concentrés. On peut par ailleurs estimer que
l'amortissement de cette dégradation des résultats ne peut être inférieur à
24 heures.
Cette remarque exprimée, trois faits peuvent être dégagés des
résultats des échantillonnages :
1 - Le premier concerne la très grande stabilité de la récupéra-
tion cuivre dans le concentré de relavage Pb Cu (de 88 à 94 %) et la variabi-
lité des récupérations Plomb et Zinc.
En regroupant les résultats, on obtient pour ce concentré, les
valeurs de récupérations suivantes :

Cu Pb Zn
Poste 6 [Mere. Oh-4h]. Tableau XIX 90,7 61,7 34,0
Poste 8 [Merc. 16h-20hl5]. XX 91,4 67,6 31,8
Poste 9 [Merc. 20h30 - Jeudi 2h]. - XXIbis 88,7 49,6 27,6
Poste 10[Jeudi 2h45-6h25]. XXII 91,5 68,8 29,2
Poste 10[Jeudi llh]. XXIII 93,6 79,8 43,9
Poste lltJeudi 12h35-16h]. XXIV 94,2 82,9 53,2

Les récupérations Pb et Zn dans le concentré de relavage Pb Cu


varient "sinusoidalement" et avec une bonne corrélation.
L'observation des autres résultats de cet échantillonnage permet
de donner l'hypothèse suivant de fonctionnement du circuit :

- I Ebauchage Pb Cu Le Plomb (et le zinc) flottent


bien à 1'ebauchage, mais moins bien
au relavage ; la proportion de Plomb
MRel PbCu (et de zinc) dans le mixte augmente.
Cependant la perte Plomb (et zinc)
dans le stérile est faible.
Relavage Au cours du temps, l'alimenta-
tion de 1'ebauchage (comprenant le
C Rel.vPb Cu tout-venant et le mixte recyclé) se
charge en Plomb (et en zinc).
- 122 -

Les conditions étant maintenues constantes à l'ébauchage, le Plomb


(et le zinc) de l'alimentation flottent mal et la perte dans le stérile d'ëpui-
sage augmente. La quantité de Plomb et de Zinc arrivant au relavage diminue et
on se retrouve dans la situation initiale.
Ce phénomène cyclique doit avoir tendance à s'amortir mais sa
période doit être d'une longueur telle que cet amortissement n'a pu être obser-
vé^.
Ce phénomène est classique en flottation, mais pour ce type de
minerai où les paramètres de la flottation sont très nettement limités et défi-
nis, il constitue une pénalisation du procédé.
2 - Le deuxième fait marquant de l'analyse de ces résultats concerne
le concentré Cuivre : ses spécifications métallurgiques sont excellentes mais la
récupération Cuivre est beaucoup trop faible.
Ceci est dû (et sera confirmé par la suite) à une trop forte consom-
mation de charbon actif - d'autant que les niveaux des conditionneurs C4 et C5
(cf. figure 45) ont été relevés en cours d'essai ; dans ces conditionneurs, la
pulpe est mélangée avec le charbon actif et le sulfite et le relèvement du ni-
veau se traduit par une augmentation du temps de conditionnement ; on observe
alors nettement la chute de la récupération Cuivre dans le concentré Cuivre (cf.
tableaux XXI bis et XXIII).
Une autre remarque peut être tirée de cette observation:dans le cas
où la concentration de charbon actif est élevée, la teneur du concentré Cuivre
est élevée (30,0 % environ) : tout se passe comme si on "écrémait" le concentré
en ne récupérant que les particules de chalcopyrite les mieux libérés.
L'effet déprimant du charbon actif sur le Plomb et le Zinc devient
très net.
3 - Ces résultats sont aussi marqués par une reflottation du Plomb
assez satisfaisante même si le circuit Plomb n'a été démarré qu'assez tard (cf.
tableaux XXII et XXIII).
La récupération Plomb par rapport à l'alimentation du circuit
Plomb (c'est-à-dire du stérile de dégrossissage Cu) augmente de 40% dans l'échan-
tillonnage automatique du poste 10 (cf. tableau XXII) à 74 % dans l'échantillon-
nage manuel de ce même poste (cf. tableau XXIII).
Il faut noter que cette augmentation peut être reliée à l'augmen-
tation de la consommation de collecteur au dégrossissage et au relavage Plomb.
Cependant, on peut aussi supposer qu'une faible consommation de
charbon actif au circuit Cuivre permettrait encore d'améliorer cette récupéra-
tion.

(1) Par contre, les changements de couleur des écumes de l'ébauchage et du


relavage ont pu être nettement observées et confirment cette hypothèse
de fonctionnement.
- 123 -

II faut noter enfin que l'entraînement de Zinc (et de Cuivre) dans


le concentré Plomb reste important et ce, malgré l'utilisation de cyanure et de
sulfate de Zinc dans le circuit Plomb.
4313 - Conclusions des essais de la première semaine

La première conclusion est que le flowsheet présente un risque


très net de fonctionnement cyclique au niveau du circuit de flottation Pb Cu.
Il serait nécessaire de repenser la recirculation des mixtes de
relavage Pb Cu pour s'affranchir de ce risque ^ .
La deuxième conclusion montre (et confirme) que l'obtention d'un
concentré Cuivre de teneur et récupération satisfaisantes passe par une défini-
tion minutieuse des paramètres du circuit Cuivre et particulièrement de la
consommation de charbon actif.

(1) En réalité, ce n'est que vers la fin des essais que ce problème a été clai-
rement cerné, un certain recul étant nécessaire pour cela.
Par conséquent3 les deux autres semaines d'essais ont été réalisés sans
modification majeure à ce niveau du flowsheet si ce n'est une nouvelle
conception du conditionnement à l'ébauchage (cf. troisième semaine d'essais),
- 124 -

4.3.2 - Deuxième semaine d'essais


Les principales modifications apportées au flowsheet par rapport à
la première semaine concernent le circuit cuivre :
- le mixte de relavage cuivre n'est plus envoyé dans le condition-
neur C4 mais directement dans la cellule de dégrossissage Cuivre D (cf. fig. 4 5 ) .
- les niveaux des conditionneurs C4 et C5 sont remis à leur niveau
initial (début de la première semaine) d'où une diminution du temps de condi-
tionnement de la pulpe avec le sulfite et le charbon actif.
- enfin, les consommations de charbon actif sont diminuées de
560 g/t ä environ 200 g/t.
Par ailleurs, le mixte de relavage Pb Cu est recyclé en tête du
dégrossissage Pb Cu dans le conditionneur Cl et non plus en tête d'épuisage dans
le conditionneur C3.
Ainsi, les conditions de démarrage du circuit sont les suivantes :
(cf. tableau XXVI).

g/t g/t g/t


Dégrossissage Pb Cu Epuisage Pb Cu Relavage Pb Cu
NaHSO3 1080 NaHSOZ 540
Zn SO4 750 Zn SO4 420
Collecteur 70 Collecteur 70 • Collecteur 50
Moussant 28 Moussant 14
Dégrossissage Cu Relavage Cu Dégrossissage Pb
NaBSOs 1030 NaHSOz 420 CaO 340
CaO 600 pH 8,4 pH 10,6
pH 10,6 Charbon 230 Na2S 120
Charbon 490 CN Na 190
Zn S.O4 742
Collecteur 50
Moussant 28
Dégrossissage Zn Dégrossissage Zn Relavage Pb
CaO Collecteur Collecteur
pH Moussant Moussant
Cu SO4

TABLEAU XXl/î
- 125 -

Le circuit de broyage a été démarré le lundi à 10h45, le circuit


Cuivre à 22h45, le circuit Plomb le mardi à 8hl5 et le circuit Zinc le mardi
à 22h30.
Pendant toute cette mise en route le stérile d'épuisage Pb Cu a
été analysé. Les résultats sont les suivants :

Cu Pb Zn Fe
Poste 14 (lundi 18h55 ponctuel) 1,30 5,69 8,04 11,40
Poste 15 (lundi 22h30-Mardi lh30 auto) 0,38 3,00 6,36 10,26
Poste 15 (mardi lh45-5hlO auto) 0,26 2,88 6,40 10,26
Poste 16 (mardi 10h ponctuel) 0,33 2,78 6,62 9,87
Poste 16 (mardi 10h05-13h00 auto) 0,39 3,49 6,94 10,14
Poste 17 (mardi 13hl5-17h auto) 0,33 3,92 6,93 10,50
Poste 18 (mardi 17h-22h50 auto) 0,45 5,20 7,12 10,54

Les mêmes constatations que celles de la première semaine d'essais


peuvent être faites à savoir le comportement constant du cuivre et une variation
très importante des teneurs Plomb et dans une moindre mesure des teneurs Zinc et
fer.
Après la mise en route du circuit, la teneur Plomb diminue (et donc
la perte Plomb dans le stérile) puis augmente continuement ; le Zinc et le fer
suivent ces variations mais avec une moins grande intensité.
Plusieurs incidents mécaniques sont alors intervenus (arrêt de
l'alimentation du circuit flottation au poste 19 - Mercredi 3h30 - 4h20, et au
poste 20 - Mercredi 15h - 15h30, 16hl5 - 16h30 et 17h50 - 18hlO). Ces arrêts se
traduisent par une diminution du débit de l'alimentation flottation donc une
meilleure flottation du Plomb (et du zinc) et une recirculation des mixtes de
relavage Pb Cu moins importante.
Les valeurs des teneurs du stérile d'épuisage Pb Cu traduisent
ces changements (et particulièrement les teneurs Plomb).

Cu Pb Zn Fe
Poste 19 (mercredi 4h-10h auto) 0,34 2,77 6,23 10,40
Poste 20 (mercredi 10h45-17h30 auto) 0,30 2,40 5,25 9,88
Poste 20 (mercredi 18h30-23hl5 auto) 0,33 2,45 5,22 9,24

Les pannes d'alimentation remplacent (ou se combinent avec) le


cycle de distribution du Plomb et du Zinc dans le circuit de flottation Plomb
Cuivre et permettent de diminuer la perte Plomb (et zinc) dans le stérile
- 126 -

d'épuisage Pb Cu (cf. paragraphe 43122).


A partir du moment où le circuit de flottation Pb Cu fonctionne
correctement, les résultats de l'ensemble du flowsheet sont à peu près constants.
4321 - Résultats

Les échantillonnages présentés sont uniquement des échantillonnages


de sorties du circuit :
- poste 19 (mercredi 9h ponctuel) tableau XXVIII,
- poste 20 (mercredi 21h ponctuel) tableau XXIX,
- poste 21 (mercredi 18h30-23hl5 auto) tableau XXX.
Les consommations de réactifs pour ces flottations sont restées
à peu près constantes durant ces échantillonnages et sont fournies au tableau
XXVII. Il faut noter que le sulfure de sodium (Na2S) introduit à la flottation
Plomb a été supprimé ; par contre la consommation de collecteur a été augmen-
tée à 100 g/t.
- 127 -

g/t g/t g/t


Dégrossissage Pb Cu Epuisage Pb Cu Relavage Pb Cu
NaHSOz 1035 NaHSOZ 590
Zn SO4 780 Zn SO4 720
Collecteur 70 Collecteur 56 . Collecteur 50
Moussant 28 Moussant 14
Dégrossissage Cu Relavage Cu Dégrossissage Pb
NaHSOz 980 NaHSOz 400 CaO 280 à 850
CaO 240 pB 8,2 pH variable de 8,0 à 11,0
pH ' 8 / Charbon 220 Na2S supprimé
Charbon 180 CN fía ' 250
Zn S.O4 600
Collecteur 100
Moussant 50
Dégrossissage Zn Dégrossissage Zn Relavage Pb
CaO 700 à 2500 Collecteur 70 Collecteur 0
pE variable de 8,5 à 11,5 Moussant 28 Moussant 0
Cu SO4 560

TABLEAU XXl/77

Rp Cu P Pb p Zn P Fe

288 C Cu 8,0 24,50 72,8 10,40 14,3 5,86 6,8 23,90


289 C Pb 7,0 5,30 13,8 31,40 37,8 18,90 19,4 10,30
290 C Zn 14,0 1,90 9,9 13,70 33,0 31,30 64,2 11,60
291 S tot. 72,0 0,13 3,5 1,20 14,9 0,91 9,6 10,30
Alim. flot,
reconstituée 100,0 2,69 100,0 5,81 100,0 6,83 100,0 11,70
Al im. flot. 2,58 6,21 7,28 11,40

TABLEAU XXI/7II : ECHANTILLONNAGE PONCTUEL


VES S0KT1ES
POSTE 19 [mVicAzdl 9h)
- 128 -

Rp Cu P Pb p Zn P Fe
331 C Cu 6,00 25,50 66,0 6,84 6,7 5,46 5,0 24,50
332 C Pb 6,7 4,98 14,4 33,80 36,9 16,90 17,4 10,40
333 C Zn 14,4 2,55 15,8 17,40 40,8 31,20 69,2 11,20
334 S tot. 72,9 0,12 3,8 1,32 15,6 0,74 8,4 9,35
Alim flot,
reconstituée 100,0 2,32 100,0 6,14 100,0 6,49 100,0 10,596
Alim. Flot. 2,58 6,08 7,03 11,50

TABLEAU XXIX : ECHANTILLONNAGE PONCTUEL


VES SORTIES
POSTE 20 [muicAtLcLL 21 h)

Rp Cu P Pb p Zn P Fe

341 C Cu 6,2 25,10 65,9 7,55 7,8 6,18 5,1 24,50


342 C Pb 6,8 5,06 14,6 30,10 34,0 17,50 15,9 11,80
344 C Zn 14,8 2,38 14,9 15,90 39,1 33,40 65,8 10,70
345 S tot. 72,2 0,15 4,6 1,59 19,1 1,37 13,2 9,52
Alim Flot.
Reconstituée 2,36 100,0 6,01 100,0 7,50 100,0 10,78
Alim Flot. 2,58 6,08 7,03 11,50

TABLEAU XXX : ECHANTILLONNAGE AUTOMATIQUE


VES SORTIES
POSTE 2 7 [moAcniudi 18h30 - 23h15)
- 129 -

4322 - Analyse des résultats

Ainsi que cela avait déjà été constaté, les pertes Cu, Zn et sur-
tout Plomb dans le stérile total sont faibles, la perte Plomb variant entre 15
et 19%.
- Le concentré Cuivre a une teneur Cuivre satisfaisante et une
récupération variant entre 66 et 73% qui peut être améliorée en optimisant de
façon plus précise les consommations de charbon actif.
- Dans le concentré Plomb, l'entraînement de Zinc est important
et la récupération Plomb est faible (aux environs de 36%).
- Dans le concentré Zinc, la teneur Plomb et la teneur fer pyrite
sont élevées ; ceci est dû essentiellement au fait que le pH de la flottation
Zinc n'a pratiquement jamais dépassé la valeur de 11,0 d'où une bonne flotta-
bilité du Plomb et une assez bonne flottabilité de la pyrite.
Par contre, la récupération Zinc dans le concentré Zinc est très
satisfaisante (entre 65 et 70%).
D'autre part, sur les produits de l'échantillonnage ponctuel des
sorties du poste 20 (cf. tableau XXIX) une analyse de mixité a été réalisée
(cf. figures 53 à 55).
Rappelons que le rebroyage du concentré débauchage Pb Cu est au
cours de cette semaine d'essais, toujours inefficace.
Dans le concentré cuivre (cf. figure 53) la chalcopyrite apparaît
comme étant bien libérée (degré de libération de 87%) alors que dans le concen-
tré Plomb (cf. figure 54) et surtout dans le concentré zinc (cf. figure 55)
son degré de libération est très faible (respectivement 59 et 39%).
Cette observation confirme ce qui avait été déjà avancé dans l'ana-
lyse des résultats de la première semaine d'essais à savoir que l'effet dépri-
mant du charbon actif sur Plomb et Zinc est très marqué et conduit à "écrémer"
le concentré Cuivre par dépressions des mixtes chalcopyrite galène et chalco-
pyrite blende.
Dans le concentré Plomb (cf. figure 54) la galène est bien libérée
(78 %) et la blende est libérée ä 55% alors que dans le concentré Zinc (cf.
figure 55) la blende n'est libérée qu'à 65% et la galène à 67%.
Ces différents éléments de l'analyse de mixité montrent que la
quasi inefficacité du rebroyage est préjudiciable à la sélectivité des concen-
trés Plomb et Zinc et n'affecte le concentré Cuivre que du point de vue récu-
pération métal.
- 130 -
* ECHHNÏlLLUN 331 FIGURE 53 - ANALYSE DE MIXITE DU CONCENTRE CUIVRE
[ECHANTILLONNAGE PONCTUEL POSTE 20]

LIBERHTIÜN CUMUL • 20 40
i
;•: CHFiLCO CHfiLCO i

se 9 2 . €<

68
50 98. 6
4ö 9 9. 0 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # » # # # » • » * # # #

30 9 9.- 6
2S 99. 6
ÍÜ 9 9. 9
100.0

CHñLCO LIBEREE
RSSOCIEE ñ PYRITE 0 "•;
flSSDCIEE Fi ELENDE
RSSOCIEE H ijfiLENE 5 ":
- 131 -
t ECriñH LÜM 332] FIGURE 54 - ANALYSE DE MIXITE DU CONCENTRE PLOMB
[ECHANTILLONNAGE PONCTUEL - POSTE 20]
L I B E R R T KON CUMUL : 0 26 40 68 ftfí ifip
'i ChflLCC CHñLCO ! ! , ! ! i " !
9@ 62.2 ############################### . ' . . . . .
80 6'3. 7 #############ï###tt##############
70 ############*#######################.
fc'Q i' • - '
###################################### . . . .
5G ##########################################:;.# . .
40 4
92
30 0
97
20 99. 2
10 99. 5
100. 0

CHñL.CO LIBEREE 59 :•:


flSSOCIEE H PYRITE 0 V.
flSSOCIEE H BLENDE
22 'A
flSSOCIEE H GRLENE
19 '/.

LIEERñTIüh CUMUL : y 20 40 60 ñíi lñfl


Sí BLENDE BLENDE ! ! ! ! ] ']
9Û 70.3
S0 74.5
###################################... . , ..
70 82.4 ##################################### .. .
60 'I1 O • t1
#tt########tt#tt#^###############it########u#
50 92.0 ############################################.;....
40 96.0
30
20 100.0
10 100.0 ############################################?U.4##
fi 100.0

BLENDE LIBEREE 55
fiSSOCIEE Fl PYRITE 1
flSSOCIEE fl CHflLCO 24
flSSOCIEE H GHLENE i9

.IBERflTION CUMUL ; 0 20 40 60 ftiï 1 f-P>


'A GflLEHE ! ' • ! ! ! i j
90 GflLENE
#####################'##################; „ . ' .'.
80 73.5
########################################
70 30. 2
#########################################
S1.9
60
50 S4.7
40 89. 1
30
93. 1'
20
94.2
10 97.6
0 9 9 . ft
100. 0

GflLENE LIBEREE
flSSOCIEE fl PYRITE 1 •/.
flSSOCIEE h CHflLCO
flSSOCIEE H BLENDE . s ••-.
- 132 -
E C N H N i -;
FIGURE 55 - ANALYXE DE MIXITE DU CONCENTRE ZINC
[ECHANTILLONNAGE PONCTUEL - POSTE 20]
LIBERHTIÜr CUMUL : ñ 2Ü 4 0 6S b •- i •-• !-!
'-. C H h L C ü CHñLCÜ ! ! ! ! : i
40 47-3 ############£###########. . . ,.,...... - . . .
80 47.3 ######################## ..............
70 49.4 #############1###########. . , . - »
60 #############################. . . » - . .
59 b :-;. #######tt#######fc################
40 # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # . = . • •• •

30 1 # # # # # # # # # # * # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # * ! . . . ' . . . - . . . . .

20 90. 3 ##########&#####M####################!i#4fr.fífí*.
10 96. 3 ##########################################1f###?ff. -
0 100. 0

CHflLCO L I B E R E E 3 9 y.
fi S S Ü CIE E H P V R U E 3 ".
fiSSOCIEE R B L E N D E 51 V,
flSS0CTEE R GfiLENE 7 '•:

LIBERFITI ON CUMUL O 20 40 60 80 1 00'


y. BLENDE BLENDE ! i ! i i I
90 81.4
80 87. 6
70 91.9
60 93.4
5 0 •. 94. ? ## FF ########## 1* ###################### 4-1-
40 98:, 1
30 99. 0 FTf# .
!
20 99. 6 "TÍ#tt
10 100.0
fi 1 fin. ñ :• n TF #

BLENDE LIBEREE 65
flSSOCIEE R PYRITE
HSSOCIEE Fi CHñLCü 18
fiSSOCIEE M G.RLEHE 13

LIBERRTIÜN CUMUL • 0 20 40 60 80 \ y 0
% GRLENE GfiLENE 1 ! ! ! ! !
90 67. 3 ##################################. . , . . ' . . . .
80 73=0 #####################'###############
70 80.9
60 83.3
50 ##########################################
40 86 ! 9
30 9 0 . F.
2'0 94.2
10 98.0
0 100. 0

GfiLENE LIBEREE
HSSOCIEE R PYRITE 4 "•:
HSSOCIEE R CHfiLCO
HSS0C1EE h BLENDE
- 133 -

4323 - Conclusions des essais de la deuxième semaine

Cette deuxième semaine d'essais a permis d'améliorer les spécifi-


cations du concentré Cuivre par une meilleure définition des paramètres du
circuit de séparation Pb Cu.

De plus, elle confirme la nécessité du rebroyage du concentré


d'ébauchage Pb Cu afin d'améliorer la sélectivité des concentrés Plomb et Zinc
et d'augmenter en partie la récupération Cuivre dans le concentré Cuivre.
Cependant il est évident que la reflottation du Plomb dans le cir-
cuit de séparation Pb Cu est une opération délicate liée à la mauvaise flotta-
bilitë du Plomb d'une part et à la bonne corrélation galène blende en flottation
d'autre part.
Il est possible d'envisager d'élaborer un concentré global Pb Zn
plutôt que deux concentrés séparés ; en effet, cette solution présente l'avan-
tage de supprimer complètement le circuit de reflottation du Plomb, le stérile
de dégrossissage Cuivre étant directement envoyé au circuit zinc, le seul pro-
blème technique posé par cette solution étant la sélectivité de la flottation
mixte Pb Zn par rapport à la pyrite.
Cependant, un autre avantage de cette solution est que - en raison
de l'excellente sélectivité de la flottation cuivre par rapport au Plomb et au
Zinc - l'entraînement de Zinc dans le circuit d'ébauchage n'est plus un risque
de fonctionnement.
Ainsi, si on regroupe les concentrés Pb et Zn de l'échantillonnage
automatique du poste 21 (cf. tableau XXX) on obtient le bilan suivant (tableau
XXX bis).

Rp Cu p Pb P Zn P Fe
341 C Cu 6,2 25,10 65,9 7,55 7,8 6,18 5,1 24,50
342+344 C mixte Pb Zn 21,6 3,22 29,5 20,37 73,1 28,39 81,7 11,05
345 Stérile 72,2 0,15 4,6 1,59 19,1 1,37 13,2 9,52
Alim. Flot
reconstituée 100,0 2,36 100,0 6,01 100,0 7,50 100,0 10,78

TABLEAU XXXbis - PRODUCTION D'UN CONCENTRE CUIVRE


ET D'UN CONCENTRE MIXTE Pb Zn

Moyennant une légère amélioration de la teneur Zinc, ce concentré


mixte Pb Zn pourrait constituer un concentré I.S.F. et à condition d'améliorer
la récupération Cuivre dans le concentré Cuivre cette solution peut être envi-
sagée.
- 134 -

4.3.3 - Troisième semaine d'essais


Les principales caractéristiques et modifications du flowsheet
pour la troisième semaine d'essais sont les suivantes (cf. figure 56) :
- recyclage du mixte de relavage Pb Cu en tête du dégrossissage
Pb Cu dans Cl,
- conditionnement du stérile de dégrossissage Pb Cu dans un condi-
tionneur C3 avec hydrogenosulfite de sodium et sulfate de zinc puis flottation
d'épuisage dans la cellule A71 et la cellule A72 (la cellule A71 n'étant donc
plus utilisée comme conditionneur). Cette modification a pour but essentiel
d'améliorer la récupération Pb dans le concentré d'ébauchage Pb Cu,
- pour le circuit Cuivre, le mixte de relavage Cuivre est envoyé
directement dans la cellule de dégrossissage Cuivre sans passer par le condi-
tionneur C4 et le conditionneur C5 est supprimé.
Ces modifications ont pour but d'augmenter la récupération Cuivre
dans le concentré Cuivre en diminuant (et supprimant) le conditionnement avec
le charbon actif ;
- pour le circuit Plomb, addition d'une flottation d'épuisage
après la flottation de dégrossissage (cellule F' : cellule Agitair 2 x 43 1)
afin d'améliorer la récupération Plomb ; cette modification n'est intervenue
qu'en cours d'essai.
- la plus importante modification des caractéristiques du circuit
est l'utilisation d'un nouveau broyeur pour le rebroyage du concentré d'ébau-
chage Pb Cu qui permet de délivrer un produit avec un d80 de 20 microns,
- les consommations de collecteur à l'ëpuisage Pb Cu,au relavage
Pb Cu et dans le circuit Plomb ont été augmentées.
Le circuit de broyage a été démarré le lundi â 6h30, le circuit
Cuivre le mardi à 3h, le circuit Plomb à 9 heures.
Signalons qu'au cours de cette semaine les pompes de distribution
du lait de chaux ont été à l'origine de nombreuses difficultés ce qui a amené
à remplacer le lait de chaux par de la soude diluée en début d'essais ; les
pompes de distribution du sulfate de zinc se sont souvent déréglées d'où des
variations importantes de la consommation de ce réactif.
De même au niveau du broyage primaire de nombreux problèmes (bou-
chage de trémie, panne de pompe etc.) ont causé de fortes perturbations au cir-
cuit de flottation.
- 135 -
FIGLJ
RE 56 - FLOWSHEET DE LA TROISIEME SEMAINE PILOTE
Na HSO3 +' Zn SO4
.collecteur + moussant
Dégrossissage Pb Cu Epuisage Pb Cu

Rebroyage

Relavage Cuivre

Relavage Zinc

Relavage Pb Cu

Dégrossissage Cuivre

suppression du
conditionneur
Dégrossissage Zinc

Dégrossissage Plomb

Relavage Plomb
E10

Epuisage Plomb
Eli
- 136 -

4331 - Résultats

Les résultats des échantillonnages sont présentés avec les carac-


téristiques de fonctionnement du circuit ; il ne s'agit que d'échantillonnage
manuel des sorties du circuit ou des flux, l'échantillonnage automatique étant
inutilisable :

- Poste 31 (mardi 21h - sorties) tableaux XXXI et XXXI bis,


- Poste 32 (mercredi 4h - sorties) " XXXII et XXXII bis,
- Poste 36 (jeudi 8h45 - Flux) " XXXIII à XXXIII ter,
- Poste 39 (vendredi 7h30 - Flux) " XXXIV à XXXIV ter,
- Poste 39 (vendredi 8h45 - sorties) " XXXV et XXXV bis.
- 137 -
g/t g/t g/t
Dégrossissage Pb Cu Epuisage Pb Cu Relavage Pb Cu
NaHSOz 945 NaHSOZ 500
Zn SO4 760 Zn SO4 170
Collecteur 70 Collecteur 70 Collecteur 70
Moussant 28 Moussant 14
Dégrossissage Cu Relavage Cu Dégrossissage Pb
NaHSOz 1800 NaHSOz 0 CaO 220
CaO^^^Qti 80 pü pH 9,6
pH 8.6 Charbon 0 Na2S 0
Charbon 230 CN Na 200
Moussant 28 Zn SO4 480
Collecteur 140
Moussant 28
Dégrossissage Zn Dégrossissage Zn Relavage Pb
/ /
CaO / Collecteur / Collecteur 0
pH / Moussant / Moussant 14
Cu SO4 / /

TABLEAU XXXI Consommation de réactifs


Poste 31 (mardi 21 h)

Pds Rp Cu p Pb P Zn p Fe

431 C Cu 390 8,3 22,26 75,8 10,75 11,0 10,5 10,2 . 21,8
432 C Pb 472 10,1 3,45 14,3 40,80 51,0 17,8 21,3 8,52
433 S Deg Pb 67 1.4 2,44 1,4 19,59 3,4 25,00 4,0 5,27
430 S Ep Pb 3764 80,2 0,26 8,5 3,49 34,6 6,92 54,8 11,86
Cu
Aliment, *693 LOO.O 2,44 100,0 8,09 100,0 8,57 100,0
flot, recons
tituêe

TABLEAU XXXI bis Echantillonnage manuel


des sorties
Poste 31 (mardi 21 h)
- 138 -
g/t g/t
Relavage Pb Cu •q/t~i
Dégrossissage Pb Cu Epuisage Pb Cu
NaHS03 950 NaHSOZ 500
Zn SO4 450 in SO4 330
Collecteur 70 Collecteur 70 • Collecteur 70
Moussant 28 Moussant 14
Dégrossissage Cu Relavage Cu Dégrossissage Pb
NaHSÛ3 NaHSOZ CaO 450
1030 0
CaOrs* NaOH 75 pH pH 10,7
pH 8,8 Charbon 0 Na2S 0
Charbon 240 CN Na 260
Moussant 28 Zn SO4 (arrêtée) 0
Collecteur 140
Moussant 28
Dégrossissage Zn Dégrossissage Zn Relavage Pb
/ /
CaO / Collecteur / Collecteur 0
pH / Moussant / Moussant 14
Cu SO4 / /

TABLEAU XXXII Consommation de réactifs


Poste 32 (mercredi 3h)

Pds Rp Cu P Pb p Zn P Fe

446 c Cu 533 10,2 24,50 80,9 7,63 11,8 8,70 10,5 23,20
447 C Pb 611 11,7 2,79 10,6 26,95 48,0 21,40 29,6 13,36
449 S Deg Pb 33 0,7 2,10 0,5 14,45 1.6 23", 30 1,9 12,52
448 S Ep Pb 4038 77,4 0,32 8,0 3,28 38,6 6,34 58,0 11,35
Cu

Aliment, 5215 100,0 3,09 100,0 6,57 100,0 8,46 100,0


flot, recons
tituée

TABLEAU XXXII bis Echantillonnage manuel des


sorties Poste 32
(Mercredi 4 h)
- 139 -

_ g/t g/t g/t


Dégrossissage Pb Cu Epuisage Pb Cu Relavage Pb Cu
NaHS03 900 NaHSOZ 470
Zn SO4 615 Zn SO4 450
Collecteur 70 Collecteur 70 • Collecteur 70
Moussant 28 Moussant 14
Dégrossissage Cu Relavage Cu Dégrossissage Pb
NaHSOz 1125 NaHSOz 0 CaOr^t NaOH »10
Caö^NaOH 75 PB pH 8,6
pH 7,6 Charbon 0 Na2S C
Charbon 270 CN Na ' Î15
Moussant 28 Zn S.O4 ¡70
Collecteur 140
Moussant 28
Dégrossissage Zn Dégrossissage Zn Relavage Pb
CaO 1570 Collecteur 70 Collecteur 0
pB 11,1 Moussant 14 Moussant 23
Cu SO4 420

TABLEAU XXXIII: CONSOMMATION VES REACTIFS


POSTE 36 [jvjuU 7 h)

Cu P Pb P Zn P Fe

528 C Cu 24,70 78,5 6,24 5,9 7,24 6,1 24,65


530 C Pb 2,25 8,7 25,75 16,4 21,10 11,8 15,52
532 C Zn 1,55 2,9 7,98 5,1 36,80 25,4 8,88
533 Stérile 0,26 9,9 4,32 72,5 4,09 56., 7 11,18
100,0 100,0" 100,0

TABLEAU XXXJUbli : BILAN GLOBAL VES S0ZT1ES


POSTE 36 [jeudi Sh45)
TENEURS VES ECHANTILLONS ET REPARTITIONS
METAL ESTIMEES (e¿. tableau ¿uivant XXXZII tin)
niveau Teneurs Répartitions estimées
échan- Poids
tillon Cu Pb Zn Fe Cu Pb Zn

521 1 Al im. Flot. 5010 3,15 7,76 10,30 16,18 100,0 100,0 100,0
522 2 C Deg Pb Cu 380 22,23 7,44 6,92 23,85 57,9 10,6 8,7
523 3 C Ep Pb Cu 794 7,76 24,96 15,90 16,29 49,6 51,6 27,8
524 4 A Rel . Pb Cu 897 12,86 18,90 12,55 19,41 107,5 62,2 36,5
525 5 S Ep Pb Cu 3303 0,33 6,10 7,67 10,82 11,6 74,8 78,0
526 6 C Rel .Pb Cu 388 17,90 12,45 11,30 22,60 88,4 25,2 22,0
I 527 7 M Rel . Pb Cu 244 5,30 25,00 11,50 15,55 19,1 37,0 14,5
o 78,5 5,9
528 8 C Cu 244 24,70 6,24 7,24 24,65 6,1
529 9 S Deg Cu 375 2,41 25,10 20,30 15,63 9,9 19,3 15,9
530 10 C Pb 318 2,25 25,75 21,10 15,52 8,7 16,4 11,8
531 11 s Deg . Pb 99 1,12 8,66 20,30 24,60 1,2 2,9 4,1
532 12 c Zn 155 1,55 7,98 36,80 8,88 2,9 5,1 25,4
533 13 s tot 3124 0,26 4,82 4,09 11,18 9,9 72,6 56,7
534 14 A Deg Cu 592 13,95 14,67 13,80 20,30 93,0 34,4 29,3
535 15 A Deg Pb 421 1,95 21,30 21,30 17,32 9,2 35,5 32,1
536 16 C Deg Zn 1461 0,37 5,82 7,46 10,92 6,1 33,7 39,0

TABLEAU XXXIII ter : Echantillonnage manuel des flux-Poste 36 (jeudi 8h45)


Teneurs des échantillons et répartition métal estimées
- 141 -

g/t g/t
Dégrossissage Pb Cu Epuisage Pb Cu Relavage Pb Cu
NaRSOz 450 NaESOZ • 0
Zn SO4 375 Zn SO4 360
Collecteur 70 Collecteur 70 • Collecteur 70
Moussant 28 Moussant 28 14
Dégrossissage Cu Relavage Cu Dégrossissage Pb
tlaHSOz 1060 MHSOz 0 CaOr^r NaOH 285
CaO r^r NaOH 80 pH F* 9,0
pH 8,1 Charbon 0 Na2S 0
Charbon 250 CN lia ' • 210
Moussant 28 Zn S.O4 700
Collecteur 140
Moussant 28
Dégrossissage Zn Dégrossissage Zn Relavage Pb
CaO 2700 Collecteur 70 Collecteur 0
pS 10,3 Moussant 0 Moussant 28
Cu SO4 1050

TABLEAU XXXIV : CONSOMMATION VES REACTIFS


POSTE 39 [vmùiexU 7 h)

Cu P Pb P Zn P Fe
594 C Cu 14,90 82,4 16,00 14,6 14,20 6,0 19,80
596 C Pb 2,11 7,2 21,10 26,7 20,50 14,5 17,92
602 C Zn 1,01 3,1 7,77 10,8 49,15 46,7 7,29
599 Stérile 0,29 7,3 3,33 47,9 4,22 32,8 11,57
100,0 100,0 100,0

TABLEAU XXXIV bib : BILAN GLOBAL VES SORTIES


POSTE 39 [vindKoAi ?k30)
TENEURS VES ECHANTILLONS ET REPARTITIONS
METAL ESTIMEES Ici. tablea ¿tUvant XXXIV tvi)
niveau Teneurs Répartitions <îstimées
PniH<;
r u i UJ
tillon Cu Pb Zn Fe Cu Pb Zn

1 A Flot. 4720 3,22 7,95 9,86 13,30 100,0 100,0 100,0


587
588 2 C Deg Pb Cu 200 25,10 5,76 5,18 26,00 46,2 6,3 3,6
589 3 C Ep Pb Cu 416 12,80 13,88 14,00 20,20 48,2 41,4 23,7
590 4 A Rel. Pb Cu 606 12,90 13,90 12,55 21,16 94,4 47,7 27,3

591 5 S Ep Pb Cu 2248 0,33 4,77 7,68 10,20 9,7 57,2 75,2


I 592 6 C Rel. Pb Cu 466 11,15 18,30 13,05 19,23 90,3 42,8 24,8
CVJ
593 7 M Rel. Pb Cu 110 3,08 9,70 7,28 14,18 4,1 4,9 2,5
594 8 C Cu 272 14,90 16,00 14,20 19,80 82,4 14,6 6,0
595 9 S Deg Cu 491 1,77 17,80 17,25 19,10 7,9 28,2 18,8

596 10 C Pb 241 2,11 21,10 20,50 17,92 7,2 26,7 14,5


597 11 S Deg Pb 70 0,82 4,43 19,55 22,55 0,7 1,5 4,3
Ó02 12 C Zn 253 1,01 7,77 49,15 7,29 3,1 10,8 46,7
599 13 S Total 2141 0,29 3,33 4,22 11,57 7,3 47,9 32,8
600 14 A Deg Cu 1005 10,30 16,70 13,85 20,07 123,8 85,0 46,0
601 15 A Deg Pb 441 1,28 11,40 20,10 21,19 6,8 25,5 29,2
16 C Deg Zn 332 0,88 7,10 46,80 7,40 3,5 11,9 51,2
598

Tableau XXXIV ter : Echantillonnage manuel des flux


Poste 39 (vendredi 7 h 30)
Teneurs des échantillons et répartitions estimées.
- 143 -

Dégrossissage Pb Cu Epuisage Pb Cu Relavage Pb Cu


NaHSOz 450 MHSOZ (arrêtée) 0
Zn SO4 315 Zn SO4 780
Collecteur 70 Collecteur 70 • Collecteur 70
Moussant 28 Moussant 28
Dégrossissage Cu Relavage Cu Dégrossissage Pb
NaHSOz 1035 MHSO3 0 CaO^NaOE 105
CaO <->- NaOH 80 pH pH 8,9
PB 8,5 Charbon 0 NazS 0
Charbon 225 CN Na 240
Moussant 28 Zn SO4 600
Collecteur 140
Moussant Z8
Dégrossissage Zn Dégrossissage Zn Relavage Pb
CaO 2200 Collecteur 70 Collecteur 0
pH 11,2 Moussant 14 Moussant 28
Cu SO4 1050

TABLEAU XXXV Consommation de réactifs


Poste 39 (vendredi 8 h 45)

Pds Rp Cu P Pb P Zn p Fe
607 C Cu 452 10,9 23,35 82,2 10,65 13,7 7,84 9,6 23,60
Ó08 C Pb 244 5,9 3,08 5,8 13,65 9,5 18,45 12,2 20,30
609 C Zn 372 8,9 1,68 4,8 7,48 7,9 47,00 46,8 7,97
610 S Tot. 3089 74,3 0,30 7,2 7,85 68,9 3,78 31,4 10,40
606 Al. flot 5639 3,18 8,05 9,12 13,30
Aliment,
flot, recons 4157 100,0 3,12 100,0 8,46 100,0 8,93 100,0
tituêe

TABLEAU XXXV bis Echantillonnage manuel


des sorties Poste 39
(vendredi 8 h 45)
- 144 -

4332 - Analyse des résultats

43321 - Circuit de flottation Plomb Cuivre

Si on regroupe les teneurs et récupérations estimées des stériles


d'épuisage Pb Cu, on obtient le tableau de valeurs suivant :

Cu p Pb P Zn P Fe
Poste 31
(mardi 21 h) 0,26 8,5 3,49 34,6 6,92 64,8 11,86
Poste 32
(mercredi 4 h) 0,32 8,0 3,28 38,6 6,34 58,0 11,35
Poste 36
(jeudi 8 h 45) 0,33 11,6 6,10 74,8 7,67 78,0 10,82
Poste 39
(vendredi 7 h 30) 0,33 9,7 4,77 57,2 7,68 75,2 10,20

On note la bonne stabilité de la perte cuivre de 8 à 10 % et l'im-


portance de la perte plomb (de 35 à 75 %) dans ce stérile d'épuisage. La perte
de plomb varie de façon "sinusoïdale" tel que cela avait été déjà remarqué lors
des deux précédentes semaines, mais pour cette troisième semaine elle atteint
des valeurs très élevées et jamais atteintes.
Etant donné qu'à l'ébauchage les consommations de collecteur ont été
augmentées par rapport aux deux semaines précédentes, la seule explication de ce
phénomène doit être cherchée dans la modification du broyage.
En effet, le broyage étant plus poussé, la galène est très finement
broyée, d'où une augmentation importante de sa surface spécifique ; parallèlement,
le temps de séjour de la pulpe dans le broyeur a considérablement augmenté et des
modifications de la surface de la galène peuvent se produire (oxydation, modifi-
cation chimique, etc ... ? ) .
Les conditions au relavage et à l'ébauchage ne sont plus optimales
pour une bonne récupération de la galène ; particulièrement les consommations de
collecteur sont insuffisantes.
Notons que ce phénomène doit être cyclique et que ce cycle de "sur-
broyage" doit se superposer au cycle de circulation des mixtes de relavage Pb Cu
déjà observé, (cf. paragraphe 43122).
Il est évident que ces mauvais résultats à l'ébauchage pénalisent
considérablement l'intérêt de cette troisième semaine d'essais.
En effet, une grande proportion de galène ne rentre pas dans le circuit
de séparation Pb Cu et au niveau de la reflottation plomb, les paramètres de flot-
tation se trouveront surdimensionnés.
- 145 -

43322 - Circuit de séparation Plomb Cuivre

La flottation du cuivre reste très sélective (1) , ce qui est logi-


que puisque le contenu plomb et zinc dans le circuit cuivre est plus faible
que lors des précédentes semaines ; la récupération cuivre dans le concentré
cuivre est améliorée et se situe autour de la valeur de 80 %.
Cette amélioration peut être liée aux modifications apportées au
circuit Cuivre au niveau du conditionnement avec le charbon actif (cf fig. 56) et
aussi à la meilleure efficacité du rebroyage.
En ce qui concerne la reflottation plomb, 1'entrainement,dans le con-
centré, de zinc et dans une moindre mesure de pyrite, est très important du fait
de la faible proportion de plomb entrant dans le circuit plomb et donc du sur-
dimensionnement des paramètres de flottation.
En calculant les récupérations Pb et Zn dans le concentré plomb par
rapport à l'alimentation du circuit de reflottation plomb (c'est-à-dire le stéri-
le de dégrossissage cuivre), on obtient les valeurs suivantes :

Récupérations métal dans le


concentré pi orib par rapport
au Í5 Deg Cu
Rec Pb % Rec Zn %

Ech. Poste 31 (cf. tab!. XXXI bis) 93,7 84,0


Ech. Poste 32 (cf. tabl. XXXIIbis) 96,8 94,0
Ech. Poste 36 (cf. tabl. XXXIIIter) 84,9 74,2
Ech. Poste 39 (cf. tabl. XXXIV ter) 94,7 77,1

II apparait que les récupérations plomb sont excellentes et se confir-


me que l'entraînement de zinc est considérable.
43323 - Circuit de flottation Zinc

Les concentrés zinc obtenus au cours de cette troisième semaine d'es-


sais atteignent des teneurs satisfaisantes (47 à 49 %)s mais la récupération zinc
dans le concentré est généralement faible (elle ne dépasse jamais 47 % du zinc
tout-venant) et la perte zinc dans le stérile est élevée.
En regroupant les teneurs Pb, Zn et Fer dans le concentré zinc et
les récupérations Pb Zn calculées par rapport à l'alimentation du circuit zinc
(c'est-à-dire Stérile Dégrossissage Pb + Stérile Dégrossissage Pb Cu), on obtient
les valeurs suivantes :

(1) Noter cependant le résultat aberrant de l'échantillonnage du poste 39 (ta-


bleau XXXIV bis) lié à un dérèglement du circuit cuivre (cf. en particulier les
valeurs des teneurs et répartitions de l'Alimentation du Dégrossissage Cuivre -
A Deg Cu - dans le tableau XXXIV ter).
- 146 -

Teneurs Pb, Zn Fer, Pyrite et répartitions


Pb Zn calculées par rapport à l'alimentation
flottation zinc

Zn p Pb p Fer-Pyri-
te

Ech. Poste 36
(cf. Tab. XXIIIter) 36,80 30,9 7,98 6,6 7,52
Ech. Poste 39
(cf. Tab. XXXIVter) 49,15 58,7 7,77 18,4 6,40

On constate que la teneur zinc est indépendante de la teneur fer


pyrite (i) et donc que 1'entrainement de silice dans les concentrés peut être
importante.
Cette observation est logique car les cellules utilisées pour le
circuit Zinc (Wemco) ne sont pas équipées de raclettes et fonctionnent unique-
ment par débordement ; selon le réglage de moussant, 1'entrainement mécani-
que de silice peut être important.
La récupération zinc calculée par rapport à l'alimentation du cir-
cuit Zinc est très faible (puisqu'elle ne dépasse pas 59 %) ; deux hypothèses
peuvent être fournies pour expliquer ce mauvais résultat :
- les paramètres du circuit zinc n'ont jamais été optimisés - le
débit de la pompe alimentant la pulpe en lait de chaux était très variable et la
régulation du pH pratiquement impossible ; il est probable que la consommation
de collecteur est très insuffisante - La consommation de sulfate de cuivre n'a
jamais été optimale : on constate en effet, que lorsqu'elle est de 420 g/t (cf.
Tableau XXXIII) la récupération de zinc par rapport au tout-venant est de 25,4 %
(cf. Tableau XXXIIIbis) : lorsque elle est de-1050 g/t (cf. tableau XXXIV) la récu-
pération zinc est de 46,7 % (cf. Tableau XXXIV bis).
- d'autre part, la récupération plomb dans le concentré zinc (calcu-
lée par rapport à l'alimentation du circuit zinc) est très faible (6,6 à 18,4 %).
Or, la dépression du plomb par le pH est peu probable puisque le pH a rarement
dépassé 11,5 ; en comparant les résultats de cette troisième semaine avec ceux de
la deuxième semaine (cf. tableau XXIX et XXX), il apparait que l'explication de la
non flottabilité du plomb dans le circuit zinc doit être recherché au niveau du
rebroyage.
En effet, en comparant les répartitions Plomb des 2 échantillonnages
de flux de cette troisième semaine, on peut tirer les valeurs suivantes :

(1) La teneur Fe-pyriteest calculée en considérant que le fer total dosé se


répartit seulement entre chalcopyrite et pyrite.
- 147 -

Poste 36 Poste 39
(Tableau XXXIII ter) (Tableau XXXIV ter)
Répartititon Pb Répartition Pb

A Rel. Pb Cu 62,2 47,7


C Rel. Pb Cu 25,2 42,8
S Ep Pb Cu 74,8 57,2
C Pb 16,4 26,7
C Zn 5,1 10,8
Stérile total 72,6 47,9
D; Rep. Pb C Pb x 100
r\cipport
Rep. Pb C Rel Pb Cu 65,0 62,4

Pb Stérile Total x 100


Rapport
Rep. Pb (A Rel. Pb Cu + SEp Pb Cu)
53,0 53,0

On constate que la répartition Plomb dans l'alimentation du relava-


ge Pb Cu (c'est-à-dire dans la fraction tidbnoytz) est plus faible dans 1"ëchantilon-
nage du poste 36 et que la perte plomb dans le stérile total présente une variation
analogue.

Par contre, les deux rapports de répartitions Plomb qui ont été calcu-
lés ont les mêmes valeurs .

Ces différentes constatations montrent que la répartition du plomb aux


différents niveaux de ce circuit ne dépend que de la quantité de plomb qui a été
rebroyée.

Autrement dit (et tel que cela apparaissait déjà lors des précédentes
semaines) le circuit est mal adapté à la flottation du Plomb.

4333 - Conclusions des essais de la troisième semaine

Cette troisième semaine d'essais a permis d'obtenir un concentré cui-


vre de teneur et récupération satisfaisantes ; l'optimisation des paramètres du
circuit cuivre et l'efficacité du rebroyage sont à l'origine de cette amélioration
des résultats.

Par contre, les paramètres du circuit de flottation Pb Cu ne sont plus


adaptés à l'introduction d'un rebroyage efficace (contrairement à celui des deux
précédentes semaines) et les mauvais résultats (concernant le Plomb seulement) dans
ce circuit sont dus à la fois à l'inadéquation du recyclage du mixte de relavage
Pb Cu (déjà noté pour les précédentes semaines) et à cette inadaptation des para-
mètres de la flottation.

Le concentré zinc atteint des teneurs satisfaisantes mais la récupé-


ration zinc y est trop faible, les paramètres de la flottation zinc n'ayant pas
pu être optimisés.
- 148 -

4.4 - BILAN DES ESSAIS PILOTES

Les faits marquants de ces essais sont les suivants :

- mauvaise conception du circuit de flottation semi-globale Pb Cu


vis-à-vis du recyclage des mixtes de relavage Pb Cu et inadaptation des para-
mètres de ce circuit (vis-à-vis du Plomb) lorsque le rebroyage est efficace.
Malgré les problèmes qu'il entraine, le rebroyage permet d'améliorer
de façon sensible la récupération cuivre dans le concentré cuivre.
- obtention d'un concentré Cuivre de teneur et récupération Cuivre
satisfaisantes (25 % Cu et 80 % récupération) moyennant une optimisation minu-
tieuse des paramètres du circuit Cuivre (conditionnements, structure du circuit
et consommations de charbon actif particulièrement),
- difficulté d'obtenir un concentré plomb marchand ; 1"entrainement
de zinc dans le concentré plomb est important mais, considéré seul le circuit
plomb autorise une bonne récupération du Plomb entrant,
- obtention d'un concentré zinc de teneur zinc satisfaisante (49 %)
mais de récupération trop faible (47 % du zinc tout-venant). Il faut cependant
noter que les consommations de réactifs n'ont jamais été optimisées dans le cir-
cuit de flottation zinc.
- l'échec de l'obtention d'un concentré plomb marchand a conduit à
envisager la possibilité de produire un concentré mixte Pb Zn. Celui-ci titre :
3,2 % Cu, 20,4 % Pb (73 % de récupération) 28,4 % Zn (82 % de récupération) et
11,1 % fer.
Ce concentré est obtenu en regroupant le concentré Pb et le concentré
Zn, mais pourrait être aussi obtenu en recyclant directement le stérile de dégros-
sissage Cuivre au circuit de flottation Zinc afin de réaliser une flottation mixte
Pb Zn.
Ces essais montrent que le procédé de flottation semi globale peut
donner de bons résultats sur le minerai de Bodennec à condition que la structure
du circuit de flottation Pb Cu soit entièrement modifiée dans le sens d'une "ouver-
ture" du circuit pour s'affranchir totalement du recyclage des mixtes de relavage
Pb Cu- (V.
Dans cette optique, il faut faire suivre la flottation de relavage par
une ou deux flottations d'épuisage de façon à aboutir au schéma suivant :

(1) Ces essais-entre autres enseignements-confirment les conclus-ions des essais


de laboratoire préparatoires concernant la qualité du concentré cuivre et
l'éventualité de difficultés provenant du recyclage des mixtes de relavage
Pb Cu.
- 149 -

SEp Pb Cu
TV Broyage Ebauchage Pb Cu —— ••Circuit Zinc

I
Concentré d'ebauchage
Pb Cu


Rebroyage


Relavage Pb Cu Epuisage Pb Cu«
Relavage Non flotté

Flotté

Flotté

Concentré Pb Cu

Le non flotté de la (ou des) flottations d'épuisage relavage Pb Cu


n'est plus recyclé à l'ébauchage Pb Cu mais est envoyé directement dans le circuit
zinc où il rejoint le stérile d'épuisage Pb Cu.
Cette modification de structure doit aussi s'accompagner d'une modifi-
cation des paramètres de la flottation débauchage Pb Cu et particulièrement de
l'addition de sulfite à 1'epuisage Pb Cu que l'on soupçonnait (au niveau des essais
de laboratoire) d'être néfaste à la récupération plomb à l'ébauchage (cf. paragra-
phe 3242).
Toutes ces remarques nous ont conduits à reprendre quelques essais de
laboratoire pour tenir compte des enseignements de ces essais pilotes afin d'amé-
liorer leurs résultats vis-à-vis du plomb (cf. chapitre 5).

4.5. COMPORTEMENT DE L'ARGENT - COMPOSITION CHIMIQUE DES CONCENTRES


4.5.1 - Comportement de l'argent
Le comportement de l'argent a été étudié sur les bilans de l'échantil-
lonnage automatique du poste 21 (cf. Tableau XXX paragraphe 4321) ä partir duquel
avait été envisagé la possibilité de produire un concentré mixte Plomb zinc.Les
résultats sont donnés au Tableau XXXVI.
Il faut noter que le concentré mixte Pb Zn titre 420 g/t en Ag ce qui
représente 70 % de 1'argent tout-venant.
La corrélation entre la répartition de l'Argent et celles du Plomb
et du Cuivre (pAg = 0,17 pCu + 0,83 Pb) s'applique de façon satisfaisante à ce
bilan (cf. paragraphe 3.2.6).
Rp Cu Pb Zn (ppm) Fë
P p P Ag P

341 C Cu 6,2 25,10 65,9 7,55 7,8 6,18 5,1 290 13,8 24,50
342 C Pb 6,8 5,06 14,6 30,10 34,0 17,50 15,9 620 32,4 11,80
344 C Zn 14,8 2,38 14,9 15,90 39,1 33,40 65,8 327 37,2 10,70
342 + 344 C Pb+Zn 21,6 3,22 29,5 20,37 73,1 28,39 81,7 420 69,6 11,05
345 Stérile 72,2 0,15 4,6 1,59 19,1 1,37 13,2 30 16,6 9,52
Alimentation
flottation
reconstituée 100,0 2,36 100,0 6,01 100,0 7,50 100,0 131 100,0 10,78

Tableau XXXVI : Comportement de l'Argent.


Echantillonnage automatique des sorties
(poste 21 - 2ème semaine d'essais)
- 151 -

4.5.2 - Composition chimique des concentrés


Ces dosages concernent à la fois des concentrés obtenus en labora-
toire et en essais pilotes et une alimentation flottation. Il s'agit des concen-
trés des essais suivants :
Essai de laboratoire n° 34 (cf. paragraphe 3252) :
Concentrés Cuivre (204), Plomb (206) Zinc (208)
Essai pilote : échantillonnage poste 20 (cf. paragraphe 4321, ta-
bleau XXIX)
Concentrés Cuivre (331), Plomb (332), Zinc (333)
Essai pilote : échantillonnage poste 39 (cf. paragraphe 4321, ta-
bleau XXXIV bis)
Concentré Zinc (602).
Alimentation flottation (essai pilote;81)
Les résultats de ces dosages sont donnés au tableau XXXVII.
Cu Pb Zn Fe % S Si0 2 ppm ppb ppm ppm ppm ppm ppm ppm ppm ppm MgO ppm
tot. Ag Au As Bi Sb Se Sn Cd Ni CaO Ba Ge
% % % % % ci- Hg %

Alimentation
flottation 2,85 6,83 7,64 12,00 15,40 41,90 145 190
(éch.n° 81 - ¿lOO 160 1080 2,5 230 270 60 3100 1,64 130
Essai pilote)

Concentré cuivre
(éch.n° 204 - 25,80 8,24 6,93 24,40 29,30 0,72 322 340 20 220 780 1.9 225 ND" ND ND ND ND ND
Essai labo)

Concentré cuivre
(éch.n° 331 - 25,50 6.84 5,46 24,50 31,90 2,10 278 ¿100 40 190 1190 1.7 330 ND ND ND ND ND ND
Essai pilote)

Concentré plomb
(éch.n° 206 - 2,48 44.70 12,40 8,78 23,05 2,20 824 180 100 985 ND ND 375 ND ND 475 30 240 0,09 20 ND
CNJ Essai labo)

Concentré plomb
(éch.n° 332 - 4,98 33,80 16,90 10,40 25,00 3,64 660 $100 120 700 ND ND 370 ND ND 620 40 1200 0,20 80 ND
Essai pilote)

Concentré zinc
(éch.n° 2J8 - 0,93 5,34 40,70 12,80 31,90 5,40 128 ilOO 175 140 850 13,5 ND ND 1650 60 220 0,27 30
Essai labo)

Concentré zinc
(éch.n° 333 - 2,55 17,40 31,20 11,20 28,20 5,22 335 ilOO 290 360 620 8,3 ND ND 1160 50 2100 0,25 50
Essai pilote)

Concentré zinc
(éch.n° 602 - 1,01 7,77 49,15 7,29 30,50 2,30 183 S100 230 170 1150 6,0 ND ND 1930 30 1000 0,17 15
Essai pilote)

Tableau XXXVII : Composition chimique de concentrés de flottation


(laboratoire et pilote) et de l'alimentation
flottation.
Ni> : non doié.
- 153 -

4.6. CARACTERISTIQUES DE FILTRABILITE DES CONCENTRES


Les caractéristiques de filtrabilité des concentrés ont été détermi-
nés sur les concentrés produits lors de la troisième semaine d'essais.
Concentré Cuivre Cu 25 %
Concentré Plomb Pb 28 .20 Cu 2 ,30 Zn : 22,60 Fe : 12 ,70
Concentré Zinc Zn 43 .10 Cu 1 .20 Pb : 15,00 Fe : 7 ,80
Les concentrés ont été filtrés sous vide, sous un gradient de pression
constant, le volume de filtrat écoulé a été mesuré en fonction du temps.
La filtration à gradient de pression constant AP est représentée par
la relation :
t » n am' V2 + n Rm V (1)
2 AP S 2 S A P
où en unités C.G.S.
t = temps en secondes (s)
V = volume de filtrat écoulé au temps t (cm3)
AP= gradient de pression en baryes
a = résistance spécifique â la filtration cm. g"
m'= masse de gâteau sec déposé par unité de volume de filtrat g. cm"
2
S = surface de la cellule de filtration cm
n = viscosité du filtrat à la température de l'essai (Poises)
Rm= résistance du médium filtrant en cm .
La relation (1) peut être linéarisée en posant :
- = aV + b (2)
V
où a = tge est la pente de la droite obtenue en portant V en
absisses et t en ordonnées et b l'ordonnée à l'origine.
V
Les caractéristiques de filtration a et Rm sont calculées à
partir des déterminations expérimentales de a et b :
tge . K
a
m1
où K = est une constante dont la valeur dépend de la

cellule utilisée et des conditions opératoires


a _ b.AP. S
"m -
- 154 -

Une cellule de laboratoire de diamètre 90 mm a été utilisée, avec


un filtre comme médium et une pression résiduelle de 100 mm Hg correspondant à
un gradient de pression de 660 mm Hg, soit 0,881 x 10^ baryes. La cellule est
constituée d'un Büchner en porcelaine, d'une éprouvette à pied, d'un manomètre-
régulateur de vide assurant une dépression constante dans 1'éprouvette en fonc-
tion du temps contrôlé par un chronomètre.
Sur le concentré cuivre, plusieurs essais ont été réalisés à pH na-
turel sans floculant pour choisir le filtre (filtre rouge à filtration rapide n° 111
Durieux).
Il est apparu que des floculants étaient nécessaires pour améliorer le
temps de filtration et le choix s'est porté sur le Separan NP 10.
Avec le filtre choisi et le Separan NP 10 à la concentration de 50 g/t
les essais de filtration ont été réalisés sur chacun des concentrés : concentré
cuivre (fig. 57), concentré plomb (fig. 58), concentré zinc (fig. 59).
Les caractéristiques de filtration sont données sur le tableau
XXXVIII.
On note que la résistance spécifique à la filtration du concentré
Plomb est 8 à 9 fois supérieure à celles des concentrés Cuivre et zinc ; la plus
grande finesse de la galène est à l'origine de cette différence de résultats.
- 155 -
Figure N° 57 Filtration sous vide du concentré
Cuivre (Essai 9)

t/v

^n
iff--"^.:

:r^z~r=pz:=t:-

EEE

--~-^-

—H

—'—p~;— _ —î ~

- / ~

EEE
- 156 -
Figure n° 58 Filtration sous vide du concentré
Plomb (Essai 17)
- 157 -

Figure n° 59 Filtration sous vide du concentré


Zinc (Essai 15)
Constante Résistance Résistance Humidité Epaisseur
tje b spécifique du médium du du
Conc. soli- m1 Tempé- cellule à la filtrant gâteau gâteau
de alimen- _3
rature K filtration Rm 100 Pe humide
gern _3 _1 u
10 _a 9
tation UCGS.10 CGSIO sem Cmg x 10 cm x 10 Ps mm

Concentré
Cuivre 35,2 % 0,543 20 7,096 158 1,2 20,6 6,69 40,8 13
00
Concentré
Plomb 44,3 % 0,795 20 7,096 1812 4 fc
161,7 33,7 19
Concentré
Zinc 35,8 % 0,558 20 7,096 144 2,1 18,3 11,70 37,7 15

Tableau XXXVIII : Caractéristiques de filtration sous vide


des concentrés.

L'ordonnée à l'origine de la courbe de filtration du concentré plomb ne peut pas être déterminée.
5 - ESSAIS DE LABORATOIRE COMPLÉMENTAIRES
- 159 -

5. ESSAIS DE LABORATOIRE COMPLÉMENTAIRES

Ces essais ont été entrepris pour tenir compte des enseignements
des essais pilotes concernant d'une part "l'ouverture" du circuit (au niveau
de la flottation Pb Cu) pour éviter au maximum le recyclage des mixtes de re-
lavage Pb Cu et d'autre part, l'optimisation des paramètres de la flottation
Pb Cu pour améliorer la récupération Plomb dans le concentré Plomb.
Signalons que les réactifs utilisés pour ces essais sont ceux qui
ont été utilisés en pilote (cf. paragraphe 421) ; en ce qui concerne la conduite
des essais, les mêmes paramètres que ceux de l'essai d'optimisation (broyage et
concentration solide ; cf. paragraphe 3252) ont été conservés.
Ces essais de laboratoire ont été réalisés en mesurant le potentiel
d'oxydo-réduction de la pulpe au fur et à mesure du déroulement de l'essai (au
moyen d'une électrode de platine).
En effet - et ainsi que cela a déjà été souligné - la mauvaise
flottation du Plomb peut être attribuée, en partie, à une oxydation des surfa-
ces de la galène (au cours du rebroyage en particulier) ; la mesure du potentiel
d'oxydo-réduction de la pulpe pourrait faire apparaître une corrélation entre
sa valeur et le taux de flottation de la galène et permettre de déterminer d'une
part l'influence du potentiel d'oxydo-rëduction et d'autre part les combinaisons
de réactifs permettant de contrôler le potentiel d'oxydo-réduction.
Ces mesures ont fourni une quantité importante de valeurs dont
l'interprétation est délicate voire impossible ; en effet, il apparaît que la
valeur initiale du potentiel redox (c'est-à-dire la valeur au démarrage de
l'essai de flottation) dépend du temps écoulé depuis la fin du broyage. Pour
cette raison nous avons essayé, dans la mesure du possible de ne démarrer l'es-
sai de flottation qu'après un laps de temps constant depuis la fin du broyage.
Cette remarque sur les variations de la valeur du potentiel de
la pulpe avec le temps peut être mise en parallèle avec celle sur le dosage
des ions solubles après broyage (cf. paragraphe 313) : on notait en effet une
très importante variation de la teneur en fer soluble au cours du temps.
Avant d'aborder la présentation et l'analyse des résultats de ces
essais, nous résumons la démarche que nous avons suivie :
(T) quelque soit l'essai réalisé, il n'y a pas de recyclage des
mixtes de relavage Pb Cu mais un (ou deux) épuisage(s) du stérile de relavage
Pb Cu selon le schéma ci-après :
- 160 -

Broyage- »Ebauchage Pb Cu S Ep Pb Cu ••• circuit Zinc


TV"

I
Rebroyage du
concentré Pb Cu

i
C Pb Cu l^_Relavage dégrossissage
I NF
r ---••
C Pb Cu 2 + Relavage*-¿-Relavage épuisage .1
NF

Mixte de relavage S Reí. Pb Cu.


Pb Cu__

REMARQUES :
- Le C Pb Cu 1 et le C Pb Cu 2 sont réunis pour alimenter le cir-
cuit de séparation Pb Cu.
- Le Mixte de relavage Pb Cu devra être recyclé en tête du rela-
vage épuisage 1.
- Le relavage épuisage 1 peut être suivi d'un relavage épuisage 2.
- Le stérile de relavage Pb Cu devra être recyclé en tête du cir-
cuit de flottation Zinc.
(T) Définition des paramètres des flottations débauchage Pb Cu
pour améliorer la récupération Plomb au niveau du concentré d'ébauchage Pb Cu.
(T) Définition des paramètres du rebroyage du concentré d'ébauchage
Pb Cu pour améliorer la récupération Plomb au niveau du concentré Pb Cu relavé
(alimentant le circuit de séparation Pb Cu).
4} Une fois ces paramètres définis, réalisation d'essais d'opti-
misation.
- 161 -

5.1 - DEFINITION DES PARAMETRES DEBAUCHAGE

La principale modification apportée aux flottations débauchage


concerne la suppression du conditionnement avec 1'hydrogénosulfite de sodium
en tête de la flottation d'épuisage Pb Cu ; il était déjà apparu que ce condi-
tionnement pouvait pénaliser les résultats de la flottation Pb Cu (cf. para-
graphe 3242).
Le flowsheet proposé est donc le suivant (cf. figure 60 et tableau
XXXIX).

FIGURE 60 - FLOWSHEET DE L'ESSAI 35

Broyage d8o : 32y


Dégrossissage
NaHS03 500 g/t > n n ,,
Zn S04 700 g/t iLiU J
AXK+Aph 70 g/t [ 3' ] Rebroyage (dso - 20y)
A65 20 g/t 9' pH 6,6
Relavage Deg
NF AXK + Aph 70 g/t [31]
A65 15 g/t

Epuisage
Zn S0 4 300 g/t [10' ] •» C Pb Cu 1
AXK+Aph 50 g/t [ 3' ] F
6' pH 6,5 tF 81 pH 7,3 . (n° 212)

NF NF

S Ep Pb Cu
(n° 211)
Relavage Ep
AXK + Aph 50 g/t [31]
C Pb Cu 2 m F A65 10
(n° 214) tR 3' pH 7,9 31 pH 7,'9
NF NF

M Re . Pb Cu S Rel. Pb Cu
(n° 215) (n° 213)
Rp Cu P Pb P Zn P Fe tot. Fe pyr. P

212 C Pb Cu 1 18,5 12,20 84,9 22,10 64,5 12,30 28,1 18,60 7,86 14,5
214 C Pb Cu 2 3,1 2,81 3,3 15,90 7,8 21,20 8,1 21,00 18,53 5,7
C Pb Cu 1 + 2 21,6 10,85 88,2 21,21 72,3 13,58 36,2 18,94 9,39 20,2
CVJ
215 M Reí. Pb Cu 1,3 1,92 0,9 8,35 1,7 18,40 2,9 21,70 20,01 2,6
KO
213 S Reí. Pb Cu 15,4 1,20 7,0 5,30 12,9 10,30 19,6 19,10 18,04 27,7
214 S Ep. Pb Cu 61,7 0,17 3,9 1,34 13,1 5,42 41,3 8,20 8,05 49,5
Reconstitué 100,0 2,66 100,0 6,33 100,0 8,10 100,0 12,37 10,03 100,0

TABLEAU XXXIX - RESULTATS VE L'ESSAI 35


- 163 -

Les récupérations Cuivre et Plomb dans 1'ensemble des concentrés


Pb Cu sont satisfaisantes ; l'entraînement de Zinc (36,2 %) est plus important
que celui de pyrite (20,2 % ) .
Le stérile de relavage Plomb Cuivre est nettement enrichi en blende
et pyrite ; la perte Plomb de 12,9 % y est assez importante, mais il semble
difficile de la diminuer sans entraîner plus de Zinc dans les concentrés Pb Cu.
Le schéma d'ébauchage peut être considéré comme étant optimisé (et
ceci en fonction des nombreuses remarques faites tout au long de ce rapport sur
les relations Pb-Zn) mais il peut être possible cependant d'améliorer les rela-
vages du concentré d'ébauchage par une meilleure définition des paramètres du
relavage.
- 164 -

5.2 - DEFINITION DES PARAMETRES DE RELAVAGE DU CONCENTRE DEBAUCHAGE Pb-Cu

Ce travail a d'abord été réalisé à partir d'un schéma de flottation


Pb Cu différent de celui présenté au paragraphe précédent dans la mesure où
d'une part les consommations de collecteur étaient plus faibles et d'autre part
la pulpe était conditionnée avant 1 'épuisage Pb Cu avec de l'hydrogenosulfite
de sodium.
Les paramètres de la flottation ont été maintenus constants pour
tous ces essais ; ce n'est qu'au niveau du rebroyage du concentré débauchage
que des modifications ont été apportées :
- addition de chaux après rebroyage (essai 37),
- addition de chaux au rebroyage (essai 38),
- addition de sulfure de sodium au rebroyage (essai 39),
- addition de chaux + sulfure de sodium au rebroyage (essai 40).
Le schéma général des essais est donné figure 61 et les résultats
des différents essais sont donnés sur les tableaux XL à XLIV.
- 165 -

FIGURE 61

Broyage d8Q : 32y

Dégrossissage
NaHS03 1 kg/t
Zn SO4 700 g/t [10']
AXK+Aph 50 g/t [ 3']
A65 15 g/t
t F 91 pH 6,f
NF

Epuisage Rebroyage : 20y)


Na HSO3 500 g/t\ [10']
Zn SO4 300 g/t / Relavage Deg
AXK+Aph 40 g/t [ 3'] AXK+Aph 50 g/t
A65 20 g/t A65 * 15 g/t
tF 9' pH 6,6

NF NF Pb Cu 1

Relavage Ep
S Ep Pb Cu AXK+Aph 50 g/t
A65 ^ 15 g/t

NF I F C Pb Cu 2

S Rel. Pb Cu

FLOWSHEET GENERAL VES ESSAIS P'OPTIMISATION


VU RELAVAGE ?b Cu
Rp Cu P Pb P Zn P Fe tot. Fe pyr. P

C Pb Cu 1 + 2 13,3 13,99 70,1 22,33 47,3 11,63 21,1 17,41 5,10 6,8
217 S Reí. Pb Cu 13,7 4,47 23,1 13,70 29,9 10,70 20,0 17,20 13,27 18,2
216 S Ep. Pb Cu 73,0 0,25 6,8 1,97 22,8 5,92 58,9 10,50 10,28 75,0
Reconstitué 100,0 2,66 100,0 6,28 100,0 7,33 100,0 12,34 10,00 100,0

ID TABLEAU XL : BILAN VE L'ESSAI 36 (SAWS AVVTTJON VE REACTIF AU REBRíWAGE)

Rp Cu P Pb P Zn P Fe tot. Fe pyr. P

226 C Pb Cu 1 11.2 15,70 64,3 21,70 37,5 10,70 15,8 18,60 4,78 5,3
227 C Pb Cu 2 2,8 7,00 7,2 24,50 10,6 15,10 5,6 15,80 9,64 2,7
C Pb Cu 1 + 2 14,0 13,96 71,5 22,26 48,1 11,58 21,4 18,04 5,75 8,0
S Rel . Pb Cu 11,9 4,88 21,2 14,24 26,1 9,91 15,4 17,03 12,74 14,9
S Ep. Pb Cu 74,1 0,27 7,3 2,26 25,8 6,48 63,2 10,79 10,55 77,1
Reconstitué 100,0 2,73 100,0 6,49 100,0 7,60 100,0 12,55 10,15 100,0

TABLEAU m : BILAN PE L'ESSAI 37 (AW1T10M VE CHAUX APRES REBRÔVAGE^pH 9,7)


Rp Cu P Pb P Zn P Fe tot. Fe pyr. P

233 C Pb Cu 1 15,8 13,10 74,8 20,00 48,6 12,00 24,8 19,80 8,27 13,0
234 C Pb Cu 2 2,3 6,30 5,2 21,40 7,6 15,50 4,7 16,90 11,36 2,6
C Pb Cu 1 + 2 18,1 12,24 80,0 20,18 56,2 12,44 29,5 19,43 8,66 15,6
S Reí. Pb Cu 10,0 3,37 12,2 13,00 20,0 9,21 12,1 15,52 12,55 12,5
S Ep. Pb Cu 71,9 0,30 7,8 2,15 23,8 6,20 58,4 10,29 10,03 71,9
Reconstitué 100,0 2,77 100,0 6,50 100,0 7,63 100,0 12,31 10,03 100,0

TABLEAU XLÎÏ : BILAN VE L'ESSAI 3% [AVVÏU0N VE CHAUX AU REßROVAGEs^ pH 9,6)

Rp Cu P Pb P Zn P Fe tot. Fe pyr. P

240 C Pb Cu 1 12,2 14,80 65,0 21,20 39,3 11,10 17,8 18,10 5,08 6,1
241 C Pb Cu 2 4,4 7,10 11,3 24,00 16,1 15,50 8,9 15,40 9,15 4,0
C Pb Cu 1 + 2 16,6 12,76 76,3 21,94 55,4 12,27 26,7 17,38 6,16 10,1
S Rel . Pb Cu 14,1 3,44 17,5 11,62 24,9 11,58 21,4 19,11 16,08 22,3
S Ep Pb Cu 69,3 0,25 6,2 1,87 19,7 5,71 51,9 10,13 9,91 67,6
Reconstitué 100,0 2,78 100,0 6,58 100,0 7,63 100,0 12,60 10,16 100,0

TABLEAU XLIII : BILAN VE L'ESSAI 39 (AWIUOU VE hla.2S - 300 g/t - AU REBROYAGE)


Rp Cu P Pb P Zn P Fe tot. Fe pyr. P

C Pb Cu 1 + 2 20,7 10,40 80,8 18,96 60,9 11,75 33,0 20,82 11,67 24,7
247 S Reí. Pb Cu 12,4 3,05 14,2 13,00 25,0 11,20 18,8 14,80 12,12 15,3
S Ep Pb Cu 66,9 0,20 5,0 1,35 14,1 5,32 48,2 8,97 8,79 60,0
Reconstitué 100,0 2,66 100,0 6,44 100,0 7,38 100,0 12,15 9,80 100,0
CO

TABLEAU XLÏl/ : BILAN VE L'ESSAI 40


{AW1T10N VE ÑCL2S - 300 g/t ET VE CHAUX AU REBRiWAGE 9,7)
- 169 -

La comparaison des différents concentrés Pb Cu globaux (c'est-â-


dire des C Pb Cu 1 + 2 ) des différents essais montre que :
- l'addition de chaux après rebroyage n'entraîne aucune modifica-
tion des résultats (cf. tab. XL et XLI),
- l'addition de chaux au_ rebroyage entraîne une augmentation de la
récupération de tous les métaux dans le concentré Pb Cu global (cf. tabl. XL,
XLI et XLII) et une diminution conséquente de la récupération dans le stérile
de relavage Pb Cu,
- 1'addition de sulfure de sodium au rebroyage entraîne aussi une
augmentation de la récupération de tous les métaux dans le concentré Pb Cu
global (cf. tab. XL et XLIII) ; cependant, il faut atténuer peut être l'inten-
sité de cette augmentation car le stérile d'épuisage Pb Cu a été plus épuisé
pour cet essai avec le sulfure de sodium que pour l'essai sans addition de
réactif au rebroyage,
- enfin l'addition combinée de chaux et de sulfure de sodium en-
traîne une augmentation de la récupération de tous les métaux dans le concentré
global Pb Cu (cf. tab. XL et XLIV, et XLIII et XLIV) mais la même remarque concer-
nant l'épuisage Pb Cu doit tempérer la valeur absolue de cette augmentation.
De toute façon, l'addition de chaux et/ou de sulfure de sodium au_
rebroyage permet d'augmenter la récupération métal du concentré global Pb Cu
sans aucune sélectivité.
Les résultats de ces essais peuvent être présentés différemment
pour essayer de s'affranchir des différences concernant le stérile d'épuisage
Pb Cu en considérant la valeur de la récupération métal du concentré global
Pb Cu calculée par rapport au concentré d'êbauchage Pb Cu (c'est-à-dire le
rapport :
100 x p métal C Pb Cu 1 + 2
p métal (C Pb Cu 1 + 2 + S ReT7 Pb Cu)
On obtient le tableau suivant : (tab. XLV)

p Cu p Pb p Zn p Fe pyr.
Essai 36 (sans addition de réactifs
au rebroyage) 75,2 61,3 51,3 27,2
Essai 37 (avec addition de chaux
après rebroyage) 77,1 64,8 58,1 34,9
Essai 38 (avec addition de chaux
au rebroyage) 86,8 73,8 70,9 55,5
Essai 39 (avec addition de NazS
au rebroyage) 81,3 69,0 55,5 31,1
Essai 40 (avec addition de chaux
+ Na2S au rebroyage) 85,0 70,9 63,7 61,7

TABLEAU XLV : RECUPERATION METAL VES CONCENTRES


GLOBAUX Pb Cu CALCULEE PAR RAPPORT AU CONCENTRE V'EBAUCHAGE Pb Cu
- 170 -

II apparaît que c'est l'addition de chaux au rebroyage qui permet


d'obtenir les plus fortes récupérations métal dans le concentré global Pb Cu
sans aucune sélectivité.
On peut noter parallèlement à ces résultats les valeurs des pH et
potentiel redox mesurées au début du relavage dégrossissage (après rebroyage)
et à la fin du relavage épuisage.

Pot. redox (mV) Ecart (mV) pH


début fin (en valeur début fin
relavage relavage absolue) relavage relavage

Essai 36 - 56 + 60 116 6,6 7,4


Essai 37 - 100 0 100 9,8 9,5
- 38 - 45 + 20 65 9,4 9,1
- 39 - 87 + 26 113 7,0 7,7
- 40 - 100 + 5 95 8,8 8,5

On constate qu'il est impossible d'établir une corrélation


entre ces valeurs des paramètres (potentiel redox et pH) et les résultats des
floatations de relavage, sinon de remarquer que les fortes récupérations métal
au relavage (essai 38 ; addition de chaux au rebroyage) correspondent au plus
faible écart de potentiel redox.

Ce travail de définition des paramètres du rebroyage s'est


poursuivi par un essai de flottation réalisé selon le flowsheet de la figure 60
(cf. paragraphe 5.1) c'est-à-dire sans hydrogenosulfite à l'épuisage Pb Cu et
avec addition de 500 g/t de sulfate de zinc au rebroyage mais avec des concen-
trations en sulfite et en collecteur différentes (cf. figure 62 ; tableau XLVI)
- 171 -

FIGURE 62

Broyage : 32y.

Dégrossissage
NaHS03 700 g/t ) nn ,,
Zn SO4 700 g/t * LiU J
AXK + Aph 70 g/t [ 3']
A65 : 30 g/t c

91 pH 6,3 .Zn SO4 : 500 g/t


Epuisage
Rebroyage (dso - 20y)
Zn SO4 500 g/t [10']
AXK + Aph 60 g/t [ 31]
A65 10 g/t Relavage Deg.
AXK + Aph 80 g/t [31]
1
tp 9 pH 6,5" A65 10 g/t
NF
C Pb Cu 1 NF
S Ep Pb Cu tF 8 1 pH 6,5
(nè 271)

Relavage Ep
AXK + Aph 60 g/t [31]
A65 10 g/t

C Pb Cu 2
t R 4 ' pH7,3 ^lavage 6,7

NF NF

M Rel. Pb Cu S Rel. Pb Cu
(n° 273) (n° 272)

FLOWSHEET VE L'ESSAI 44
Rp Cu P Pb P Zn P Fe tot. Fe pyr. P

C Pb Cu 1 + 2 26,4 9,18 92,0 18,81 78,2 13,95 48,1 20,01 11,93 30,6
273 M Reí. Pb Cu 2,5 1,28 1,2 6,94 2,7 17,30 5,6 21,10 19,97 4,8
. 272 S Reí. Pb Cu 15,5 0,77 4,5 4,48 10,9 9,80 19,8 17,70 17,02 25,6
CM
t—1
271 S Ep. Pb Cu 55,6 0,11 2,3 0,93 8,2 3,65 26,5 7,32 7,22 39,0
1 Reconstitué 100,0 2,64 100,0 6,35 100,0 7,66 100,0 12,62 10,30 100,0

TABLEAU XLl/I : BILAN VE L'ESSAI 44


- 173 -

En comparant les concentrés globaux Pb Cu (C Pb Cu 1 + 2) des deux


essais (essais 35 et 44 ; cf. tableaux XXXIX et XLVI), on constate que l'aug-
mentation de la consommation de collecteur se traduit par une augmentation de
la récupération de tous les métaux dans les concentrés globaux malgré l'intro-
duction de sulfate de zinc au rebroyage qui n'apporte aucune sélectivité à
cette augmentation.
Les récupérations Cu et Pb dans le concentré global Pb Cu de l'es-
sai 44 (cf. tableau XLVI) sont très satisfaisantes(respectivement 92 et 78,2 %)
et l'entraînement de zinc et de pyrite est très élevé (respectivement 48,1 et
30,6 %) ; ce résultat confirme - une fois de plus - l'interdépendance des récu-
pérations Plomb et Zinc dais le concentré global Pb Cu.

En l'état actuel des travaux qui ont été réalisés sur le minerai
de Bodennec, il apparaît qu'il n'est pas possible d'améliorer la sélectivité
de la séparation blende galène et dans une moindre mesure galène pyrite si l'on
souhaite obtenir une récupération Plomb égale â 70 % dans le concentré global
Plomb Cuivre.
Deux modifications supplémentaires ont cependant été apportées aux
paramètres du relavage Pb Cu pour les essais d'optimisation :
- la première concerne le rebroyage où, seule, la fraction + 20
microns du concentré d'ébauchage Pb Cu a été rebroyée à environ 20 microns (cf.
paragraphe 531),
- la deuxième concerne 1 'addition au rebroyage de charbon actif,
sulfite et sulfate de zinc (cf. paragraphe 532).
- 174 -

5.3 - ESSAIS D'OPTIMISATION

5.3.1 - Premier essai d'optimisation (essai 48)


Pour cet essai (cf. figure 63 et tableau XLVII) les principales
caractéristiques du flowsheet sont les suivantes :
- pour la flottation Pb Cu le schéma de l'essai 44 (cf. figure 62
paragraphe 5.2) a été retenu ; cependant seule la fraction supérieure à 20 mi-
crons du concentré d'ébauchage Pb Cu a été rebroyée en présence de sulfate de
zinc.
Après rebroyage, on peut estimer le dg5 du concentré d'ébauchage
à 20 microns.
- pour la séparation Pb Cu, le procédé mis au point au cours des
essais pilotes a été retenu à savoir pour la flottation cuivre - un seul condi-
tionnement de la pulpe en présence de charbon actif et de sulfite à pH 8,5 ;
de plus le stérile du premier relavage du concentré Cuivre n'est pas recyclé,
mais est envoyé au circuit de reflottation Plomb avec le stérile de dégrossis-
sage Cuivre.
Pour la reflottation Plomb, le concentré Plomb est relavé deux
fois.
Du fait du rebroyage différent de celui des essais précédents, les
paramètres de la flottation Cuivre se trouvent mal adaptés et l'entraînement de
Plomb dans le concentré Cuivre est important (30,7 % du Plomb tout-venant).
Dans le concentré Plomb, l'entraînement de zinc est important
(15,7 % du Zinc tout-venant) et les relavages sont assez peu efficaces vis-à-
vis de la blende ; par contre, leur efficacité vis-S-vis de la pyrite est par-
ticulièrement nette.
Dans le concentré Zinc la teneur Zinc est trop faible et un rela-
vage supplémentaire eût été nécessaire d'autant que son efficacité vis-à-vis
de la pyrite est très net ; les récupérations métal dans le concentré zinc,
calculées par rapport à l'alimentation de la flottation Zinc s'établissent
ainsi : 78,6 % pour le zinc, 41,6 % pour le Plomb et 11,5 % pour le fer pyrite.
- 175 -

FIGURE 63

Broyage 45' (d80 : 32y)


Flottation Pb Cu
Deg. NaHS03 700 g/t \ nn ,,
Zn SO4 700 g/t / LiU J1
AXK + Aph 70 g/t [ 3 ]
A65 30 g/t
Tamisage à 20 microns
NF t F 10' pH 6,5 + 20y
Rèbroyage
Ep. Zn SO4 500 g/t [10'] - 20y i 50% Solides
AXK + Aph 60 g/t [ 3'] 15 minutes
A65 10 g/t Zn SO4 500 g/t

tF 9' pH 7,0 Relavage Deg.


NF AXK + Aph 80 g/t [31]
A65 10 g/t
S Reí. Pb Cu 91 pH 7,0
S Pb NF
Relavage Ep.
Flottation Zinc AXK + Aph 60 g/t [31]
CaO 3,8 kg/t pH 12 \ LiUn n iJ. A65 20 g/t
Cu SO4 500 g/t/ F (tF 61
AXK + Aph 80 g/t [ 3'] pH 7,1)
A65 20 g / t .
Relavage NF
Séparation (tR 4'30 pH 7,7) ,
Pb Cu S Reí. Pb Cu
t F 8'30 NF recyclé
pH 11,7
M. Reí. Pb Cu
n° 300
NF Relavage tR 5'30 pH 11,3

C Zn M Zn
n° 308 nO 307

Stérile
n° 306
FLOWSHEET VE L'ESSAI 4S
- 176 -

FIGURE 63 (suite)

Séparation Pb Cu \
CaO 180 g/t) pH 8,5
CA2S 400 g/t>
NaHS03 l,5kg/t)
A65 30 g/t
NF

F te 6'30
6'
pH 8,0

Relavage 1
tR 4'30 NF
pH 8,1 Reflottation Pb
CaO pH 10,5
CNNa 200 g / t \urui nJn
Relavage 2 Zn SO4 600 g/t f 1
AXK + Aph 90 g/t [ 3 ] + 25 g/t 1
|NF A65 20 g/t , après 5 de
flottation
C^Cu M Cu
n° 301 n° 302 F tp 8 1 pH 9,8 NF

Relavage 1 tR 3'30 S Pb 1
pH 9,1 recyclé!

NF

CNNa 100g/t [S1] MlPb


CaO pH 9,5 n° 303
Relavage 2 tR 4' pH 9,6

NF

C Pb M2 Pb
n° 305 n° 304

ÏLOWSHEET VE L'ESSAI 4S
Rp Cu P Pb P Zn P Fe tot. Fe Pyr. P
301 Cone. Cu 10,4 21,30 81,2 19,20 30,7 7,80 11,1 18,70 0,00 0,0
302 Mixte Cu 1,4 4,14 2,1 32,30 7,0 18,10 3,5 13,80 10,16 1,4
5 9
305 Cone. Pb ' K 2,58 5,6 36,90)° 33,5)
°i 19,50)« 15,7K 11,60 9.32)« 5,6 f_l
304 Mixte 2 Pb 1,4 i ^ 1,55 0,8 6,68fe" Mi 19,40\2 3,7(« 26,10 24,74 ( ^ 3,5
303 Mixte 1 Pb 3,6 0,71 0,9 3,78 2,1 16,30 8,0 30,20 29,57 10,8
300 M Reí. Pb Cu 1,8 1,24 0,8 7,35 2,0 17,50 4,3 21,30 20,21 3,7
42>2
308
307
Cone. Zn
Mixte Zn
8,7
6,9
1,20
0,46
3,8
1,2
7,24
3,02
9,7
3,2 co
35,50
3,85 3,6p
|2 10,80
12,20
9,74
11,79
8,6
8,2
*
CM
306 Stérile 59,9 0,16 3,6 1,12 10,4 co 0,97 7,9 9,75 9,61 58,2
Reconstitué 100,0 2,727 100,0 6,49 7 100,0 7,32,, 100,0 12,28 9,88 4 100,0

TABLEAU XLl/II : BILAN PE L'ESSAI 4S


- 178 -

5.3.2 - Deuxième essai d'optimisation (essai 49)


Les principales caractéristiques de cet essai (cf. fig. 64 et
tableau XLVIII) sont les suivantes :
- pour la flottation Pb Cu, le schéma de l'essai est identique à
celui de l'essai précédent (cf. fig. 63, paragraphe 531) mais le rebroyage est
effectué selon le procédé "classique" (c'est-à-dire rebroyage de l'ensemble du
concentré d'ébauchage Pb Cu à dßo - 20 microns). De plus la pulpe est rebroyée
en présence de charbon actif, sulfite et sulfate de Zinc.
- pour la séparation Pb Cu et en raison de l'introduction de
sulfite et charbon actif au rebroyage, les consommations de ces deux réactifs
au dégrossissage Cuivre ont été diminuées par rapport à celles de l'essai précé-
dent. De plus, la chaux a été supprimée.
Par contre, comme lors de l'essai précédent, le stérile du premier
relavage du concentré Cuivre est envoyé au circuit de reflottation Plomb.
Pour la reflottation du Plomb, le procédé à la chaux et au cyanure
- sulfate de Zinc a été abandonné au profit d'un procédé sulfite - sulfate de
Zinc à pH naturel.
Dans cet essai, le concentré Plomb n'est relavé qu'une seule fois.
- pour la flottation Zinc du charbon actif a été ajouté à la pulpe
avant conditionnement à la chaux et sulfate de Cuivre,et une flottation d'épui-
sage a été ajoutée au circuit.
En comparant les résultats de cet essai à ceux de 1'essai précédent
(cf. tab. XLVIII et XLVII) on constate que l'entraînement de Plomb et de Zinc
est beaucoup plus faible dans le concentré Cuivre,du deuxième essai, à récupé-
ration Cuivre constante.
Pour le concentré P l o m b é la récupération Plomb est supérieure
dans le deuxième essai et la récupération Zinc inférieure ; la récupération pyrite
est identique pour les deux essais ; le procédé utilisé dans le deuxième essai
(sulfite et charbon actif) semble plus sélectif. Cependant, étant donné que l'on
ignore la composition de l'alimentation de la reflottation Plomb (le stérile
de flottation étant recyclé au circuit Zinc) il est impossible de confirmer cette
observation.
Si on compare les sommes des répartitions métal de l'ensemble
"concentré et mixte Cuivre + concentré et mixtes Plomb + mixte de relavage
Pb Cu", on obtient les valeurs suivantes :

Cu % Pb % Zn % Fe pyr. %
1er essai (cf. tableau XLVII) 91,4 76,7 46,3 25,0
2ême essai (cf. tableau XLVIII) 89,1 66,2 28,5 17,1

(1) II faut dans ce cas comparer le concentré Plomb du deuxième essai à l'ensemble
"concentré Plomb + mixte 2 Plomb" du -premier essai, puisqu'il y a eu deux
relavages du concentré Plomb lors du premier essai.
- 179 -

FIGURE 64

Broyage 45' (d 80 : 32y)


Flottati on Pb Cu
Deg. NaHS03 700 g/tl rl011
Zn SO4 700 g/tJ U U J
AXK+Aph 70 g/t [ 3']
A65 30 g/t Rebroyage 30' ( 20y) avec
9' pH 6,7 (CA2S 250 g/t
JNaHS03 lkg/t
Ep. Zn SO4 500 g/t [10'] ÍZn SO4 500 g/t
AXK+Aph 60 g/t t 3 1 ]
A65
t F 9" pH 6,8
NF Relavage Deg
S Reí. Pb Cu AXK+Aph 80 g/t [31]
/ PH 6, A65 30 g/t
S Pb
Séparation NF
Flottation Zinc Pb Cu Relavage Ep
Deg. CA2S 200 g/t [51] AXK+Aph 50 g/t [31]
CaO 4,4kg/t/^,pH 12,0 A65 40 g/t
Cu SO4 500 g/t [10']
AXK+Aph
A65
80 g/t [ 3']
20 g/t
F
tp 4'30
pH 7,3
"Relavage
t F 10' pH 11,7 tR 2'30 pH 7,7
I NF

S Reí. Pb Cu
NF recyclé
NF
Ep. AXK+Aph 40 g/t [31]
M Reí. Pb Cu
tF 5 1
pH 11,5 n° 309
Relavage
NF t R 6' pH 10,5

C Ep Zn
Stérile n° 314 NF
n° 315
M Zn C Zn
317 316

FLOWSHEET VE L'ESSAI 49
- 180 -

FIGURE 64 (suite)

[ Séparation Pb Cu

Ca2S 200 g/tî 20,


¿U
NaHS0 3 500 g/tJ
A65 20 g/t
NF
Reflottation Pb
NF NaHS03 500 g/t\ H t el
Relavage 1 Cu Zn SO4 500 g/t/
tR 5'30 pH 8,0 AXK+Aph 60 g/t [ 3']
A65 20 g/t
5' pH 7,4
Relavage 2 Cu NF
t R 4 1 pH 8,1
S Pb Relavage Pb
recyclé t R 4' pH 7,9
NF
C Cu M Cu NF
n° 310 n° 311
C Pb M Pb
n° 312 n° 313

FLOWSHEET VE L'ESSAI 49
- 181 -
co CO CO co co co co co co
1—» —
i » —
i '
»—' o — i • t—> —
i » — i *

en 4^ cn to co ro • — ' o
is> O o 3; y. o
«i. _i.
o
3
o
3
o
3
m X X X
-s -a O TO r+ O r+ n
—'• • ro • ro ro • n> •
ID r-j M M . -o -o o
3 3 3 cr CT c c
-o
cr
o
c

H-»
O en t—»
O ro O ro o 00 T3
o en V£> ro œ —
i " Ol O ro

ro
ro O O o —
i • —
i > 1—> —
i •
en en O
^i —
i » en 00 ro —
i >ro 00 CO to
s j
00 ro —
i » 00 cn ro o
to

t—»

o co
O3 o ro ro ro O o ro •o

o ro o ro en UD CO cn co o

1—> co co t.
cn —
i •
co en 00 00 ro 00 •—>
o
43» O i—» 00 co en to 00
en ro to o o o o o o o
100


i » t—>
OS C0 en en co ro —
i » —
i > en

I o ro 4* 00 4=» ro oo cn
>•

33 ? 8
m H-» i-» 1—» K—>
ro
O cn vo co cn cn M

t
1 en 4* cn tO h— 1
00 cn co
F 00 cn cn o O O O o o cn
1/3
i—»

O en 1—'

o co co -e» —
i »
ro ro
o ro 00 en O «vi en JÍ» cn co
64 i 5

)_i
-n
i—» —
i » ro ro i—» —
i > ro a>
ro en cn o o O en 4*
en ro co i—> —
i >
o co CO o
en o O o o o o O o o n-
-n
t—> 1—» h-' n>
O tO en vo 00 CO to i—»

o 00 co o 00 ro cn cn «^
VO en co 00 00 00 o ro —
i •
-s
*-'

I—«

o 4* cn
i—> —
i •
•vj
O 00 co i—» VO —
i > —
i « "O
o
o ro O to 00 VO ro en t
— •
*


1—» —
I " ro f—'ro cn cn co
co ro co -«Jen *
ro ro co
o tO en o co *j
en •o
o «•»i
pm)\

1—«
o —
i • co ro
»vi cn --J ro ro en -o
o
o 00 ro en 00 ro cn cn 00
- 182 -

Malgré la diminution de répartition Plomb de 10 points entre le


premier et le deuxième essai, il apparaît queles paramètres du rebroyage du deu-
xième essai rendent le procédé plus sélectif puisque la répartition Zinc diminue
de 15 points et la répartition pyrite de 8 points.
Ces paramètres (à savoir charbon actif, sulfite et sulfate de Zinc)
n'ont pas été optimisés mais le résultat de leur utilisation est très prometteur.
Pour le concentré Zinc les teneurs sont satisfaisantes mais un
relavage supplémentaire du concentré permettrait d'améliorer la teneur en Zinc ;
les récupérations métal dans le concentré Zinc, calculées par rapport à l'ali-
mentation de la flottation Zinc s'établissent ainsi : 79,7 % pour le Zinc,
39,6 % pour le Plomb et 10,6 % pour le fer pyrite.
Ces valeurs sont identiques à celles calculées pour le concentré
Zinc du premier essai (78,6 %, 41,6 % et 11,5 % respectivement).
Si on compare les sommes des répartitions métal de l'ensemble
"concentré et mixte Zn + stérile total" des deux essais, on obtient les valeurs
suivantes :

Cu % Pb % Zn % Fe pyr. %
1er essai (cf. tableau XLVII) 8,6 23,3 53,7 75,0
2ème essai (cf. tableau XLVIII) 10,9 33,8 71,5 82,9

La quantité de métal entrant dans le circuit zinc est supérieure


pour le deuxième essai ; étant donné que les récupérations métal calculées par
rapport à l'alimentation de ce circuit sont identiques pour les deux essais, on
peut en déduire que le procédé de flottation Zinc dans le deuxième essai est
plus sélectif c'est-à-dire que l'introduction de charbon actif au circuit Zinc
améliore la sélectivité de la séparation (puisque tous les autres paramètres
sont identiques).
5.3.3 - Comportement de l'argent
L'argent a été dosé dans les produits du deuxième essai d'optimi-
sation (cf. tableau XLVIII).
La relation entre la récupération de l'argent et les récupérations
Cuivre et Plomb s'applique bien à ce bilan (pAg = 0,17 pCu + 0,83 pPb).
- 183 -

5.4 - BILAN DES ESSAIS COMPLEMENTAIRES DE LABORATOIRE

Pour apprécier le bilan de ces essais, nous comparons les bilans


de l'essai d'optimisation préparatoire au pilote (cf. paragraphe 3252 ; tableau
XIII) et le bilan de l'essai d'optimisation complémentaire (cf. paragraphe 5.3.2 ;
tableau XLVIII).
Les spécifications des concentrés et du stérile peuvent être regrou-
pés sur un même tableau (tableau XLIX).

Cu P Pb P Zn P Fe tot Ag(ppm) P
Conc. Cu (34) 25,80 72,5 8,24 10,1 6,93 7,0 24,40 322 17,2
(49) 25,90 81,0 10,80 14,6 6,36 7,3 24,40 337 21,8
Conc. Pb (34) 2,48 4,6 44,70 36,1 12,40 8,3 8,78 824 29,2
(49) 1,82 4,6 38,50 41,8 13,40 12,4 15,30 627 32,6
Conc. Zn (34) 0,93 2,3 5,34 5,8 40,70 36,5 12,80 128 6,1
(49) 1,28 4,5 8,80 13,4 44,10 57,0 10,10 200 14,6
Stérile
total (34) 0,15 2,8 1,03 8,4 0,86 5,8 8,20 22 7,8
(49) 0,12 2,2 1,02 8,2 0,46 3,2 9,20 20 7,8
Mixte Rel.
Pb Cu (34) 1,38 9,2 8,25 23,7 10,60 25,2 17,50 183 23,1
(49) 1,16 0,9 8,30 2,7 16,80 4,7 20,00 178 2,8

TABLEAU XLIX : SPECIFICATIONS VES CONCENTRES ET VU STERILE


VES ESSAIS P'OPTIMISATION 34 U 49

L'analyse des résultats met en relief les éléments suivants :


- pour le concentré Cuivre, amélioration de la récupération Cuivre
à teneur constante,
- pour le concentré Plomb, amélioration de la récupération Plomb
s'accompagnant d'une diminution de la teneur Plomb liée à un entraînement plus
important de pyrite,
- pour le concentré Zinc, amélioration de la récupération et de la
teneur Zinc,
- les stériles sont pratiquement identiques.
- 184 -

Ces résultats sont donc positifs, sauf ceux concernant le concentré


Plomb qui sont plutôt décevants ; cependant, il est important de noter que le
bilan de l'essai complémentaire d'optimisation (essai 49) est pratiquement un
bilan définitif puisque le circuit a été "ouvert" au maximum (c'est-à-dire que
l'on s'est affranchi au maximum du problème du recyclage des mixtes).
La comparaison des mixtes de relavage des deux essais (cf. tableau
XLIX) montre bien la valeur des modifications apportées au procédé grâce à l'es-
sai pilote et aux essais complémentaires : les mixtes de relavage ne représentent
plus qu'une répartition métal très réduite ; de plus, ces mixtes ne sont plus
recyclés en tête de 1'ébauchage mais seulement en tête du relavage épuisage.