Vous êtes sur la page 1sur 18

…………………………………………………

L’ACHAT ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

Management Logistique Appliquée

Réalisé par : Encadré par : Mr MOSTAFA ACHOUI


Othmane GHALIL
Taha BA MOHAMED

Année universitaire :2019/2020


AVANT-PROPOS

Dans le cadre de notre formation de MASTER spécialisé en « MANAGEMENT LOGISTIQUE


APPLIQUEE » au sein de la Faculté des sciences juridiques , économiques et sociales
Mohammedia notre professeur Monsieur ACHOUI MOSTAFA nous a donné un sujet qui a une
grande importance « L’ACHAT ET LE SAPPLY CHAIN MANAGEMENT », un sujet qui a une grande
importance dans le monde entier et surtout dans notre domaine de formation.
Sommaire

Introduction

I. La Supply Chain Management

 La logistique : définition et objectifs


 La Supply Chain management : définition, principe et enjeux

II. Les achats

 Revue de littérature
 Rôle et importance de la fonction achats

III. La Supply Chain management & l’achat : place et relation

Conclusion
INTRODUCTION

Lorsque Fayol, au début du siècle dernier, définit les six grandes fonctions d’une entreprise que sont
les fonctions technique, commerciale, de sécurité, financière, comptable et administrative, les
achats sont englobés dans la fonction commerciale, qui consiste à savoir acheter et vendre.
Aujourd’hui, les achats se distinguent des autres fonctions et occupent une place de plus en plus
centrale dans les préoccupations des dirigeants de PME. Les achats contribuent de façon
significative à la performance des entreprises non seulement par leur capacité à réduire les coûts,
mais également en tant que fonction tactique qui doit s’ajuster aux évolutions du marché et
contribuer à l’innovation. Les compétences des acheteurs ont beaucoup évolué ces dernières
années. Certains ont des formations supérieures en gestion ou dans les domaines techniques,
d’autres, autodidactes, ont été formés sur le terrain. Les acheteurs sont beaucoup plus impliqués
dans la conception des produits qu’ils achètent, produits plus complexes et avec des critères
d’achat qui dépassent largement la gestion des volumes et des prix.
Le Supply Chain management est la suite des étapes de production et distribution d’un produit
depuis les fournisseurs des fournisseurs jusqu’aux clients de ses clients. (Définition du Supply Chain
Council)
Récemment, la relation client/ fournisseur apparaît comme un levier de création de valeur, car un
bon fournisseur est une véritable ressource. Certaines entreprises ont compris l'importance
d'améliorer et sécuriser leurs relations avec leurs partenaires. La réduction des coûts, qui reste
une de leurs premières préoccupations, si elle n’est pas complétée par d’autres objectifs, conduit
paradoxalement à fragiliser la relation avec le fournisseur en le considérant implicitement comme
un adversaire et non comme un partenaire. Concept d’une importance majeure, le Supplier
Relationship Management (SRM) désigne ainsi les moyens mis en place par les entreprises afin
d’associer les fournisseurs au développement de leur business. On sent bien alors que les fonctions
achats et Supply Chain doivent travailler main dans la main pour construire, piloter et pérenniser
la relation fournisseur. Donc on ’est devant les questions :
• C’est quoi le Supply Chain Management ?
• C’est quoi la fonction achats ?
• Quelle est la place et la relation entre la fonction achats et le Supply Chain management ?
I. Le Supply Chain Management

La logistique
La logistique est une notion d’origines militaires, elle a pour objectif d’apporter ce qu’il faut, là
où il faut quand il faut. Le dictionnaire Larousse définit la logistique comme étant « l’ensemble
des opérations ayant pour but de permettre aux armées de vivre, de se déplacer, de combattre
et d’assurer les évacuations et le traitement médical du personnel ».
L’utilisation du l’expression logistique est considérablement nouvelle dans le monde de
l’économie, c’est une expression qui désigne en premier lieu la gestion des flux de production
au sein de l’entreprise. La logistique est un paradigme, donc elle est impossible da la définir
d’une manière unique et acceptable par toute les parties.
La CEE/ONU défini la logistique comme étant un processus de conception et de gestion de la
chaîne d’approvisionnement dans le sens le plus large. Cette chaîne peut comprendre la
fourniture de matières premières nécessaires à la fabrication, en passant par la gestion des
matériaux sur le lieu de fabrication, la livraison aux entrepôts et aux centres de distribution, le
tri, la manutention et la distribution finale au lieu de consommation.
La logistique est à la fois un outil, une technique, une activité, une technologie et une démarche
globale qui signifie une technologie de maîtrise de la circulation des flux physiques obtenues à
un coût minimal avec la meilleure qualité possible.
L’ASLOG donne à la logistique la définition suivante : « la logistique est l’ensemble des activités
ayant pour but la mise en place, au moindre coût, d’une quantité déterminée de produits, à
l’endroit et au moment où la demande existe. »
La logistique est une démarche qui englobe un double mouvement, chaque fois qu’il y a un flux
physique en amont, il est nécessairement associé par un flux d’information en aval.

Le cycle logistique :

1ère étape : L’analyse marketing et commerciale (l’analyse de la demande)


2ème étape : La logistique d’approvisionnement ou la logistique amont
• la recherche de sources d'approvisionnement ;
• Les achats ;
• Le transport amont et les opérations de douane, et acheminement des marchandises
vers un point de stockage ;
3ème étape : La production ou la logistique interne
4ème étape : La logistique de distribution ou la logistique aval
• Le stockage en entrepôt (entreposage) ;
• Le suremballage, la constitution de kits ou de lots, le conditionnement à
façon, l'adressage, etc. ;
• la préparation de commandes ;
• Le transport aval (La distribution) ;

L'analyse de
la demande

La logistique La logistique
aval amont

La
production

Figure 1 : Représentation du cycle logistique

Objectifs fondamentaux de la logistique :

La logistique est une activité qui vise donc à satisfaire les clients avec l'optimisation des délais
et le meilleur rapport qualité/ prix. Elle est fondée sur quatre paramètres :
• Tout d’abord, les produits dépendent de la nature de la clientèle, la destination, la
saison et la concurrence.
• L'optimisation des délais, En choisissant les acheminements les plus performants on
pourra réduire les attentes des clients.
• Les itinéraires : Préparation à l’avance des acheminements qui permettront
d’optimiser les flux.
• Le cout : La compétitivité des entreprises est favorisée par la réduction des couts.
A. Le Supply Chain management

La gestion de la chaine logistique, connu souvent sous le nom ‘’Supply Chain Management’’
(SCM). Définir la SCM (gestion de la chaîne d’approvisionnement ou de la chaîne logistique)
et aussi une mission délicate que de définir la logistique. La plupart d’entre elles mettent en
avant le client, traduisant le fait que c’est par principe c’est le demand side qui tire la Supply
Chain.
La SCM signifiait initialement un rapprochement intra-organisationnel des fonctions d’achat,
de production, de distribution et de vente, mais il a rapidement été enrichi d’une dimension
inter-organisationnelle (« du fournisseur du fournisseur au client du client »).
La Supply Chain Management est la gestion et pilotage de différentes étapes de
l’approvisionnement, de la production et la distribution, depuis les fournisseurs des
fournisseurs jusqu’aux clients de ses clients.
Une Supply Chain ou une chaîne logistique globale peut être définie en tant que la chaîne de
tous les intervenants de toutes les entreprises qui contribuent à apporter un produit à des
consommateurs (B to C) ou à des entreprises utilisatrices (B to B) pour produire d’autres biens
ou les consommer.
Le Supply Chain Management sert à anticiper les besoins des clients et d'être en mesure de
délivrer le juste produit, là où il faut, lorsqu'il le faut, tout en assurant une maîtrise optimale
des coûts et de la qualité de service. Cette notion de pilotage dépasse largement la seule
gestion technique des flux. Il s'agit en effet de bousculer les idées reçues afin d'établir de
solides coopérations avec l'ensemble des partenaires de la chaîne dans un esprit d'avantage
concurrentiel partagé.
Figure 2 : Schéma générale d’une Supply Chain
Pour parler d’un Supply Chain Management il serait nécessaire de citer la notion du
partenariat inter-organisationnel associant des groupes de fournisseurs, transporteurs,
producteurs et clients pour « rapprocher, voir unifier, les procédures de transaction et
d’établir des chaines logistiques cohérentes et transversales aux frontières interentreprises »
(Colin et Paché, 1988, p. 27).
La globalisation est aussi un facteur qui exige un engagement de toutes les parties prenantes
dans une Supply Chain pour contribuer à sauvegarder l’écosystème dans une logique de
développement durable (Colin et Paché, 1999,2000).
Principe du Supply Chain Management

Le Supply Chain Management c’est de comment passé d’une gestion statique à une gestion
fluide et dynamique. C’est là où on en parle du principe du Supply Chain management.
La clé de la réussite de chaque chaine de valeur est l’échange d’informations et la
communication, la moindre erreur se traduit par la pénalisation de tout la chaine ‘’la notion
de solidarité’’.
Le système du SCM marche selon quatre fonctions majeures :
 Collecter
Le SCM nécessite des informations à jour (commandes passées, prévisions, capacités
disponibles) collectées auprès des ERP, Système de Gestion de Production(GPAO) et système
commercial (CRM).
 Traiter l’information
Les outils spécialisés d'APS (Advanced Planning and Scheduling) sont une aide essentielle pour
le manager. Ce sont aussi des outils d'aide à la décision de part leurs fonctions de type "What
if ?" bien utiles pour raisonner à partir de scénarios possibles.
Ces outils couvrent, entre autres, les fonctions de prévision, d'ordonnancement, de
planification étendue et de gestion des approvisionnements (algorithme de programmation
par les contraintes). D'autres outils de suivi sur le terrain comme les SCE (Supply Chain
Execution) complètent la panoplie du gestionnaire pour mieux synchroniser les maillons de la
chaîne logistique.
 Dispatcher l’information en interne et en externe
Les informations sont distribuées auprès de l'ensemble des acteurs internes et externes
concernés. Ils ajustent ainsi leurs besoins et l'occupation optimale de ressources.
 Mesurer la performance
Le système de Supply Chain Management s'inscrit dans une dimension de progrès continu. Le
gestionnaire dispose impérativement d'un tableau de bord pour piloter sa performance selon
les objectifs définis initialement.

Figure 3: Représentation schématique de la Supply Chain

Enjeux du Supply Chain Management

Le contexte économique actuel caractérisé par la compétitivité exige à la chaîne de valeur


d’être coordonnée et collaborative aux fins de garantir une meilleure qualité du service
logistique en conformité avec les dispositions figurant au cahier des charges logistique. Le
Supply Chain management est vraiment une arme stratégique pour toutes les entreprises
dans les différents domaines d’activité économiques pour le développement des marges et
parts de marché.

Tout d’abord, la maitrise du service logistique de l’organisation peut être dans le contexte
économique actuel une clé de performance pour l’entreprise, aussi un élément important de
la compétitivité prix ou hors prix, c’est un réel avantage concurrentiel.
La maitrise de la chaine logistique ne permet pas seulement de marché plus vite, mais aussi
mieux faire et moins cher que la concurrence.
• Plus vite en réduisant les délais et en éliminant les interopérations sans valeur ajoutée
qui entravent la circulation des flux.
• Moins cher réduisant les stocks, les couts de transport et les couts de structure qui
alourdissent la chaine logistique.
• Mieux faire en offrant des services à valeur ajoutée aux clients et aussi en réduisant
l’émission du gaz à effet de serre (enjeux environnemental et de durabilité).
La maitrise de la Supply Chain permet de faire le lien entre l’offre et la demande, elle contribue
d’une façon significative à offrir aux clients des produits et services variés, moins chers et
disponible par la maitrise des leviers tels que :
• L’amélioration de la visibilité de la demande.
• La synchronisation de la production et de la distribution avec la demande.
• L’optimisation des ressources industrielles et logistiques.
Le caractère fragmenté de la Supply Chain attribue à elle différents finalités et défis, à
savoir :
• Une meilleure qualité de service en amont la qualité de collaboration avec les
fournisseurs et en aval la qualité de service offerte aux les clients.
• la gestion au moindre coût en vue d'améliorer la marge et d’augmenter la part de
marché de l’entreprise.
• la garantie de l'intégrité des personnes et de l'environnement, c’est-à-dire la sécurité
et la sûreté.
Les quatre paramètres : qualité, productivité, sécurité et sûreté, dépendent les uns des
autres, doivent s'articuler en amont et en aval avec l'ensemble des processus de
l'organisation, doivent prendre en compte les attentes et besoins de la Clientèle servie, aussi
pourraient explique l’importance stratégique de la Supply Chain.

Figure 4 : Représentation du Supply Chain Management selon Mentzer et al., 2001

Un produit n'est jamais réalisé de bout en bout par la même entreprise. De nombreux
fournisseurs, intermédiaires et sous-traitants interviennent à différentes phases de la
réalisation du produit.
Traditionnellement les relations se réduisent au classique : bon de commande, livraison et
facture. Les anticipations tout comme les soucis de fabrication ne sont pas échangés. D'où
les livraisons partielles et les ruptures de stocks.
Pour se prémunir des aléas, chacun constitue des stocks plus ou moins importants, coûteux
en tout cas. La moindre erreur ralentit le flux voire l'interrompt et toute la chaîne est
pénalisée.
Le Supply Chain Management permet d'assurer la fluidité globale tout en garantissant une
meilleure flexibilité. Elle assure le passage d'une production orientée produit à une
production centrée client.
II. Les achats

Revue de littérature

D’une manière générale, l’achat signifie l’acte d’acquérir un produit ou service, moyennant
une contrepartie financière. Il semble nécessaire d’apporter une précision quant à l’acte
d’acheter lui-même. Dans les entreprises, les achats sont de type ‘’Business To Business’’ (B
to B), l’entreprise acquièrent des biens et services en vue de produire d’autres biens et
services, il s’agit d’une démarche an amont dans toutes les entreprises qui visent une certaine
compétitivité.
Il convient nécessaire de noter, que dans les entreprises, l’acte d’acheter ne désigne pas
uniquement les achats destinés à la production des biens et services (les achats stratégiques)
mais recouvre aussi tous les autres achats de l’entreprise (les consommables).
La taille et le poids de l’entreprise, le volume et la qualité des achats, et les méthodes
d’approvisionnement varient d’où la complexité de la fonction achats et notamment son
importance pour l’ensemble de la chaine de valeur.

Rôle et importance de la fonction achats :

La fonction achats a commencé récemment d’acquérir une importance, c’est la raison pour
laquelle cette fonction est considérer comme étant une fonction stratégique à un impact
significatif sur la performance de l’entreprise notamment sur le chiffre d’affaires.
Face au contexte économique actuel, à savoir la compétitivité acharnée et les exigences des
consommateurs en terme de qualité, les entreprises sont engagées de maintenir leurs couts
de production pour une certaine marge bénéficiaire.
Dans nos jours, les achats apparaissent comme un gisement de réduction des couts, aussi que
les entreprises se regroupent autour de l’idée que la clé et le secret de réussite est au niveau
de la capacité de négocier les achats.
En conclusion, on peut dire que la fonction achat se positionne comme le principal garant de
qualité des produits achetés, l’achat aujourd’hui est un centre de profit et non pas de cout.
Les achats dans l’entreprise :

Vu la dimension complexe et stratégique de la fonction achats dans les entreprise, on peut


définir la fonction achats comme consistant à prospecter les marchés, négocier et sélectionner
les produits ou services répondant aux besoins internes ou externes de l’entreprise. A ce titre,
elle doit respecter trois points importants à savoir :
• un niveau de qualité exigée,
• une livraison des quantités souhaitées dans les délais attendus,
• des conditions de sécurité et de service optimales.
L’organisation et la place de la fonction achats ont un impact majeur sur l’efficacité même de
la fonction. D’une part, elles reflètent l’importance que la direction accorde aux achats,
d’autre part, elles assurent plus ou moins bien la coordination avec l’ensemble des autres
fonctions de l’entreprise.
La fonction achats se doit d’assurer les quatre missions suivantes :
• acquérir le bien ou le service demandé en interne grâce à des solutions externes ;
• contribuer au profit de la société en augmentant sa marge par une bonne négociation
des achats ;
• rechercher les meilleures matières et produits possibles afin de contribuer à la valeur
ajoutée grâce aux avantages concurrentiels qui en découleront ;
• assurer la qualité des produits et services consommés ;
Afin de satisfaire les besoins internes, la fonction achats doit ainsi assister les utilisateurs dans
la définition de leur besoin mais aussi consulter les marchés fournisseurs pour relever
l’ensemble des biens et services disponibles. Elle doit également négocier tous les aspects de
l’achat, formaliser les accords avec les fournisseurs et s’assurer de leur bonne exécution. Enfin,
elle doit assurer la pérennité des sources d’approvisionnement et transmettre l’ensemble des
informations nécessaires aux acteurs concernés.
Pour contribuer au profit de la société, elle doit rechercher en permanence le meilleur rapport
qualité/prix/service et être capable de déterminer les quantités d’achat les plus intéressantes
pour l’entreprise.
III. Les achats & le Supply Chain management : place et
relation

Pour rester compétitif dans un environnement mondialisé et offrir des produits et services
toujours plus adaptés aux attentes des clients, l’excellence de la Supply Chain et des Achats
est incontournable.
Les achats et la Supply Chain ont un objectif commun : assurer la continuité et la fiabilité des
flux, du fournisseur jusqu'au client final, au meilleur coût. La coordination entre les achats et
la Supply Chain à l'échelle internationale est un volet incontournable dans l'organisation des
approvisionnements. Néanmoins, elle reste soumise à des facteurs exogènes comme le cycle
de vie des produits à acheminer, la recherche de gains et la satisfaction du client.
Dans 70% des cas, les fonctions achats et Supply Chain sont dissociées au sein d'une
entreprise. Et un tiers d'entre elles sont managées conjointement par une direction des
opérations.
Les achats sont impliqués à 87% dans les choix de la Supply Chain Or, ces deux fonctions ont
des champs d'action complémentaires. Ainsi, les achats sont impliqués à 87% dans les choix
de la Supply Chain : flux, impact fournisseur, promesse client, etc. et à 75% dans l'achat des
prestations logistiques. De même, la Supply Chain est impliquée dans le process d'achat
(cahier des charges, contraintes, coûts logistiques, etc.) à 82%. Et en cas de décision de
sourcing lointain, la Supply Chain est impliquée en amont (pour le transport, l'impact entrepôt,
etc.) à 82%.
Ces chiffres révélateurs de la nécessaire collaboration entre les achats et la Supply Chain sont
extraits d'une enquête de l'ASLOG, association française de la Supply Chain et de la logistique,
présentée lors du salon Supply Chain Event2016.
Selon l'ASLOG, ces fonctions sont encore insuffisamment intégrées. Et les chiffres lui donnent
raison. Ainsi, plus de 40% des entreprises considèrent que l'intégration est insuffisante, avec
des pertes évidentes de synergies et d'opportunités de gains. Cette intégration achat/Supply
Chain doit être une priorité dans les 3 ans pour 65% des sondés. Une des raisons avancées? A
l'heure actuelle, pour 43%, chacun optimise les coûts sur son périmètre, sans voir les impacts
sur l'autre. Un manque de visibilité qui s'explique par le fait que dans plus de 50% des
entreprises, les objectifs et indicateurs de pilotage sont séparés.
Pour une meilleure collaboration des 2 fonctions, l'ASLOG recommande de définir des
objectifs partagés et des mécanismes d'incitation comme un objectif de réduction des stocks,
un système de bonus/malus sur les ruptures.

L'ASLOG plaide pour une implication de la direction financière et le contrôle de gestion pour
identifier les gains et chiffrer les réalisations. Il convient également d'être vigilant sur la
prévision et l'approvisionnement, zones d'interface entre achats et Supply Chain car dans 30%
des cas, il n'y a pas d'élaboration commune de la stratégie d'approvisionnement. Il s'agit donc
de renforcer la collaboration sur ce domaine et aligner les objectifs (par exemple prix au
volume vs écoulement du stock).

Enfin, la Supply Chain doit être impliquée en tant que co-client dans les décisions de Sourcing
prises par les achats mais aussi dans l'établissement du cahier des charges. Et à l'inverse, les
achats peuvent apporter une professionnalisation de l'achat des prestations logistiques. Une
collaboration gagnant-gagnant qui a notamment fait ses preuves dans plusieurs entreprises
multinationales.

Qui dit achats à l'international dit logistique. Une interaction qui nécessite d'emblée une
coordination entre la direction achats et la direction de la Supply Chain. La collaboration entre
service achats, service juridique et Supply Chain est indissociable et stratégique pour la bonne
conduite des achats internationaux.
CONCLUSION :

Aujourd’hui, 87% des achats sont impliqués dans le choix de la supply chain et inversement,
82% de la supply chain intervient dans le processus achats (cahier des charges, contraintes,
coûts logistiques..) Ces données démontrent bien qu’aujourd’hui ces deux services sont liés
pour répondre à un même objectif : assurer la continuité et la fiabilité des flux du fournisseur
jusqu’au clientfinal, et ceci au meilleur coût.C’est pourquoi, face aux nouvelles problématiques et
aux nouveaux enjeux de la supply chain,une collaboration avec les achats est inévitable.Une
collaboration entre ces deux services favorisera l’échange et le partage des objectifs,
unemeilleure communication, une définition commune des mécanismes à adopter pour
répondreaux problématiques rencontrées et atteindre le même objectif. Plusieurs leviers/outils
sont déjà mis en avant:

 Choix du fournisseur grâce au sourcing : traçabilité, qualité, délais de livraison


 Nouvelle organisation hiérarchique ou structure collaborative avec les autres entités
métiers de l’entreprise
 Outil prévisionnel des commandes
 ….

Pour répondre aux nouvelles exigences du marché et des consommateurs, les organisations
sont amenées à renforcer les interactions métiers dont notamment la supply chain et les achats
pour trouver les nouvelles synergies les plus à même de répondre aux enjeux de demain.
De nouvelles stratégies Achats sont mises en place pour répondre aux exigences de la Supply
Chain et se traduisent par de nouveaux critères de sélection et d’évaluation des fournisseurs
comme la flexibilité, la logistique et la qualité L’implication des fournisseurs se traduit
principalement par une grande transparence dans la diffusion des informations comme la
décompositions des coûts et facilite ainsi le co-développement Le rôle de l’acheteur à travers la
Supply Chain suit la tendance d’approfondissement de la relation avec des fournisseurs
partenaires capables de fournir la flexibilité, la qualité requise tout en générant de l’innovation et
en prenant en compte l’aspect écologique des produits. Les exigences de la Supply Chain ont
modifié les critères de mesure de la performance du service achats et les mesures qui les
accompagnent sont facilitées par la fiabilités des informations mises à disposition des
entreprises.
Bibliographie

Les ouvrages :

• FENDER M. PIMOR Y. Logistique & Supply Chain. 7ème édition.


DUNOD.
• Le Moigne R. Supply Chain management. DUNOD. Février 2013.
• Perrotin R. Le marketing achats : Stratégies et tactiques. 3 ème Edition.
Editions d’Organisation. 2005.
• La fonction achats en entreprise : rôle, évolution et solutions apportées.

Les sites internet :

• https://fr.wikipedia.org/wiki/Gestion_de_la_cha%C3%AEne_logistique
• http://www.decision-achats.fr/Thematique/tendances-achats-1039/Breves/Pour-
meilleure-collaboration-achats-supply-chain 311276.htm#3bSMloRPHDYtSZ39.97
• http://www.decision-achats.fr/Decision-Achats/Article/Achats-et-supply-chain-une-
collaboration-indispensable-43289-1.htm#dITpo28L8tfzhxRL.97
• https://www.supplychain-masters.fr/index.php/enjeux-et-defis
• https://www.buvetteetudiants.com/cours/94/enjeux-de-la-supply-chain

Vous aimerez peut-être aussi