Vous êtes sur la page 1sur 7

UNIVERSITE SULTAN MOULAY SLIMANE Année Universitaire 2014/2015

Faculté des sciences et techniques


Département de physique
Béni-Mellal

Epreuve de Thermique 1
Filière ingénieur d’état

Génie physique/ Productique et Mécatronique Date : 17 juin 2015


Module : Thermique 1 Durée du sujet : 2h15mn

Barème : questions de cours (3,5pts), Exercice1 (8pts), Exercice2 (8,5pts), Présentation : (0,5 pt)

Questions de cours :
a) Donner le schéma électrique équivalent du flux
radiatif ϕ12 net échangé entre deux surfaces grises S1
et S2 opaques isothermes aux températures et S2, ε2 , T2
émissivités respectives T1, ε1 et T2, ε2
b) En déduire l’expression de ϕ12 net S1, ε1 , T1

c) Donner l’expression du facteur de forme gris ƒ12 dans le cas où S1=S2=S

Exercice1 :
I/ Echange entre l’air du local et le plancher chauffant :
Comme le montre la figure ci-dessous, on considère un local de superficie au sol S, à une température T a où la
dalle (de conductivité λd et d’épaisseur ed) repose sur une couche de béton. La couche de béton (conductivité λ b et
épaisseur eb) est posée sur une conduite d’eau. Bien évidemment ceci est une simplification d’un plancher chauffant
dans lequel la conduite d’eau est noyée dans le béton. L’eau qui circule dans la conduite avec un débit massique 𝑚
entre à la température Te et sort à la température Ts. On note Cp sa capacité calorifique.
On considère des échanges convectifs entre la dalle et le milieu ambiant T a ; le coefficient de convection est noté h.
L’isolant, d’épaisseur ei et de conductivité λi, est au contact d’une part avec la conduite d’eau et d’autres part avec la
terre à la température Ti.
Hypothèses :
- Les contacts thermiques entre les différentes couches sont supposées parfaits.
- Dans cette partie on néglige l’existence des murs et plafond fermant le local.
- On néglige la résistance de convection qui permet le transfert de chaleur de l’eau vers le tube ainsi que la
résistance de conduction qui permet la propagation de la chaleur au travers du tube.

Ta

h
Dalle (λd , ed )
Béton (λb , eb)
Eau Te Ts
Isolant (λi , ei )

Sol Ti

a) Exprimer et calculer la densité de flux φ perdue par l’eau entre l’entrée et la sortie de la conduite. Puis
exprimer la puissance ϕ cédée par l’eau si la surface au sol est de 20m2.
Données numériques : Te=44,5 °C, Cp= 4,18 kJ °C-1 kg-1, 𝑚=0,1 kg s-1, Ts=40,5°C.
𝑇 +𝑇
b) Dans toute la suite du problème on travaillera à la température moyenne de l’eau notée 𝑇= 𝑒 2 𝑠 Donner le
schéma électrique équivalent au problème d’échange entre l’eau et les parties supérieures et inférieures en
faisant apparaître Ti, Ta, 𝑇. On notera sur le schéma ϕ1 le flux qui part dans la partie inférieure et ϕ2 le flux qui
part dans la partie supérieure.
c) Donner l’expression littérale de l’épaisseur ei de l’isolant pour que 5% du flux fourni par la conduite d’eau
passe dans la partie inférieure. Calculez ei.
d) Calculer la température Ta dans cette configuration.
Données numériques : Ti=12°C, λi=0,02 W m-1 °C-1. eb=10cm, ed=2cm, ep=10cm, λb=2,1 W.m-1.°C-1, λd=1,8 W.m-
1
.°C-1, S=20m2

II/ Echanges entre le local et le milieu extérieur :


Nous reprenons la configuration I/ en prenant maintenant en compte les échanges thermiques entre le local à
la température Ta et l’extérieur à la température Text. On considère que l’échange avec l’extérieur se fait à travers une
paroi (qui englobe plafond et murs) de conductivité λp, d’épaisseur ep, de surface globale Sp et qu’il existe un échange
convectif avec l’extérieur caractérisé par le coefficient de convection noté h ext ainsi qu’à l’intérieur du local où le
coefficient de convection est noté hint. L’échange convectif entre le sol et l’air est toujours caractérisé par le coefficient
de convection h.
a) Donner le schéma électrique équivalent relatif à la nouvelle configuration d’échange.
b) Calculer le flux ϕ2 ainsi que le nouveau débit à faire circuler dans la conduite d’eau pour que 𝑇=42,5°C avec
une température extérieure Text=2°C.
AN : eb=10cm, ed=2cm, ep=10cm, S=20m2, Sp=80m2, λb=2,1 W.m-1.°C-1, λi= 0,02 W.m-1.°C-1 ,λp=0,8 W.m-1.°C-1,
λd=1,8 W.m-1.°C-1, h=4 W.m-2.°C-1, hint= 5 W.m-2.°C-1, hext= 10 W.m-2.°C-1.
c) Calculer la température du local Ta.

Paroi (λp ,Sp, ep)

Text h ext h int


Ta

h
Dalle (λd , ed )
Béton (λb , eb)
Eau Te Ts
Isolant (λi , ei )

Sol Ti

Exercice2 : On considère une ailette telle que celle représentée sur la figure ci-dessous. La conductivité thermique du
matériau constitutif de l’ailette est λ. Le périmètre de l’ailette est p, sa section S, sa longueur L. Le coefficient
d’échange entre l’ailette et le milieu ambiant à la température T ∞ est noté h. Enfin la température à la base de l’ailette
est notée T0. On admet que le flux à l’extrémité de l’ailette est nul.

h T∞

T0 2e
h

O L
x
a) A quelle condition la température de l’ailette peut elle considérée uniforme sur la section ?
b) Donner la loi d’évolution de la température le long de l’ailette suivant x, préciser les conditions aux
𝑝ℎ
limites. On fera le changement de variables suivant : ϴ(x)= T(x) -T∞ ; ϴ∞=To-T∞ et ω= λS
c) Que devient cette expression si l’ailette est considérée comme semi infinie ?
d) Donner l’expression du flux dissipé par l’ailette semi infinie.
e) Comparer ce flux à celui qui serait évacué en l’absence de l’ailette d’une part et à celui que l’on
obtiendrait avec une ailette de conductivité infinie (soit isotherme) d’autre part. Evaluer alors l’efficacité
de l’ailette.
f) Quelle est la représentation électrique équivalente de l’ailette semi infinie ?
Corrigé de l’examen

Questions de cours
a) Le schéma électrique équivalent du flux radiatif 𝜙12.𝑛𝑒𝑡 échangé entre les surfaces
S1 et S2 est le suivant:

J1 J2

𝜎 (𝑇1 4 −𝑇2 4 ) 𝜎 𝑆1 (𝑇1 4 −𝑇2 4 )


b) D’où : 𝜙12.𝑛𝑒𝑡 = 1−𝜀 1 1 1−𝜀 = 1−𝜀 1 1 𝑠 1−𝜀
𝜀1𝑆1
+ 𝑆 𝐹 +𝜀 𝑆 2 𝜀1
+ 𝐹 +𝑠1 𝜀 2
1 12 2 2 12 2 2

Dans notre cas 𝐹12 = 1 𝑐𝑎𝑟 𝐹11 = 0


𝑆1 𝑛𝑒 𝑝𝑒𝑢𝑡 𝑝𝑎𝑠 𝑟𝑎𝑦𝑜𝑛𝑛𝑒𝑟 𝑣𝑒𝑟𝑠 𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑚ê𝑚𝑒

c) On définit le facteur de forme gris ℱ12 tel que :

𝜙12.𝑛𝑒𝑡 = 𝜎 𝑆1 ℱ12 (𝑇1 4 − 𝑇2 4 )

1
D’où : ℱ12 = 1−𝜀 1 1−𝜀 avec 𝐹12 = 1 et S1=S2 il vient :
1+𝐹 + 𝜀 2
𝜀1 12 2

1 1 𝜀1 𝜀2
ℱ12 = = =
1 − 𝜀1 1 − 𝜀2 1 1 𝜀1 + 𝜀1 − 𝜀1 𝜀2
+ 1+ + −1
𝜀1 𝜀2 𝜀1 𝜀2

𝜀1 𝜀2
Soit : ℱ12 =
𝜀1 +𝜀1 −𝜀1 𝜀2

EXERCICE 1

I/ a) La densité de flux φ perdue par l’eau entre l’entrée et la sortie de la conduite a


pour expression :
𝑚
𝜑= 𝐶𝑃 𝑇𝑒 − 𝑇𝑆 = 83,6 𝑊/𝑚2
𝑆

D’où le flux : 𝜙 = 𝜑 𝑆 = 𝑚 𝐶𝑃 𝑇𝑒 − 𝑇𝑆 = 1672 𝑊

b) On a 𝜙 = 𝜙1 + 𝜙2

Où : 𝜙1 : est le flux qui part dans la partie inférieure.


𝜙2 : Le flux qui part dans la partie supérieure
Le schéma électrique équivalent des échanges est le suivant :

c) Calcul de l’épaisseur 𝑒𝑖 de l’isolant tel que : 𝜙1 = 5% 𝜙


𝑇 −𝑇𝑖
On a: 𝜙1 = 𝑒𝑖 = 0,05 𝜙
𝜆 𝑖𝑆

(𝑇 −𝑇𝑖 )𝜆 𝑖 𝑆
Ce qui donne : 𝑒𝑖 =
0,05 𝜙
AN : 𝑒𝑖 = 0,146 𝑚

d) Dans cette configuration 𝜙2 = 0,95 𝜙 = 1588,4 𝑊


𝑇 −𝑇𝑎
Avec : 𝜙2 = 𝑒𝑏 𝑒 1
+ 𝑑 +
𝜆𝑏𝑆 𝜆𝑑𝑆 𝑆ℎ

𝑒𝑏 𝑒𝑑 1
D’où : 𝑇𝑎 = 𝑇 − 𝜙2 + +
𝜆𝑏𝑆 𝜆𝑑𝑆 𝑆ℎ

AN : 𝑇𝑎 = 17,98 °𝐶 ≈ 18°𝐶

II/ a) Le schéma électrique équivalent relatif à la nouvelle configuration est :

b) On a
𝑇 − 𝑇𝑒𝑥𝑡
𝜙2 = 𝑒𝑝
𝑒𝑏 𝑒 1 1 1
+ 𝑑 + + + +
𝜆 𝑏 𝑆 𝜆 𝑑 𝑆 𝑆 ℎ 𝑆 𝑝 ℎ𝑖𝑛𝑡 𝜆 𝑝 𝑆𝑝 𝑆𝑝 ℎ𝑒𝑥𝑡

AN: 𝜙2 = 1956,52 𝑊
𝜙
D’où: 𝜙2 = = 2059,5 𝑊
0,95

Ce qui donne pour le débit en conservant les mêmes températures 𝑇𝑒 et 𝑇𝑠


𝜙
𝑚= = 0 ,123 𝐾𝑔/𝑠
𝐶𝑃 𝑇𝑒 −𝑇𝑆

d) On a d’après le schéma électrique équivalent :

𝑇 −𝑇𝑎
𝜙2 = 𝑒𝑏 𝑒 1
+ 𝑑 +
𝜆𝑏𝑆 𝜆𝑑𝑆 𝑆ℎ

Ce qui donne :
𝑒𝑏 𝑒𝑑 1
𝑇𝑎 = 𝑇 − 𝜙2 + +
𝜆𝑏𝑆 𝜆𝑑𝑆 𝑆ℎ
AN: 𝑇𝑎 = 12,4 °𝐶

Ou encore:
1 𝑒𝑝 1
𝑇𝑎 = 𝑇𝑒𝑥𝑡 + 𝜙2 + +
𝑆 𝑝 ℎ 𝑖𝑛𝑡 𝜆 𝑝 𝑆𝑝 𝑆𝑝 ℎ 𝑒𝑥𝑡

EXERCICE 2

a) La condition pour laquelle l’ailette la température peut être considérée comme


constante sur la section de l’ailette, sera donnée par le calcul du nombre de Biot :
ℎ(2𝑒)
𝐵𝑖 = < 0,1 Ce qui est vrai pour les ailettes fines et de haute conductivité
𝜆
thermique.
b) Comme la température la directe ne dépend que de la direction longitudinale,
faisant le bilan thermique sur un tronçon de largeur dx de l’ailette selon le
schéma suivant :

ϕx ϕc Φx+dx h,
2e
T0
H
L

0 x x+dx x

le bilan global s’écrit pour le tronçon:

𝜙𝑒 + 𝜙𝑔 = 𝜙𝑠 + 𝜙𝑆𝑡

Dans notre cas :𝜙𝑒 = 𝜙𝑥 ; 𝜙𝑔 = 0; 𝜙𝑠 = 𝜙𝑥+𝑑𝑥 + 𝜙 𝑒𝑡 𝜙𝑆𝑡 = 0.


𝑐
Soit : 𝜙𝑥 = 𝜙𝑥+𝑑𝑥 + 𝜙
𝑐

𝑑𝑇 𝑑𝑇
Avec : 𝜙𝑥 = −𝜆 𝑆 ; 𝜙𝑥+𝑑𝑥 = −𝜆 𝑆 𝑒𝑡 𝜙𝑐 = ℎ 𝑆𝑒𝑐ℎ (𝑇(𝑥) − 𝑇∞ )
𝑑𝑥 𝑥 𝑑𝑥 𝑥+𝑑𝑥

𝜙𝑐 : étant le flux échangé par convection où Sech= p dx


Avec p=2(H+2e) : périmètre ; S=Hx2e

D’où l’équation au bilan :

𝑑𝑇 𝑑𝑇
−𝜆 𝑆 = −𝜆 𝑆 + ℎ 𝑃 𝑑𝑥 (𝑇(𝑥) − 𝑇∞ )
𝑑𝑥 𝑥 𝑑𝑥 𝑥+𝑑𝑥

𝑑𝑇 𝑑𝑇
𝜆𝑆 −𝜆 𝑆
𝑑𝑥 𝑥+𝑑𝑥 𝑑𝑥 𝑥
⇔ = ℎ 𝑃 (𝑇(𝑥) − 𝑇∞ )
𝑑𝑥

𝑑 𝑑𝑇 𝑑2 𝑇
⇔ 𝜆𝑆 ) = ℎ 𝑃 𝑇 𝑥) − 𝑇∞ ) ⇔ 𝜆𝑆 = ℎ 𝑃 𝑇(𝑥) − 𝑇∞ )
𝑑𝑥 𝑑𝑥 𝑑𝑥2
2
𝑑 𝑇 ℎ𝑃
⟹ = 𝑇 − 𝑇∞ )
𝑑𝑥2 𝜆𝑆

𝑑𝛳 𝑑𝑇 𝑑2 𝜃 𝑑2 𝑇
On pose ϴ=T-𝑇∞ ⟹ = et =
𝑑𝑥 𝑑𝑥 𝑑𝑥2 𝑑𝑥2

𝑑2 𝛳
L’équation s’écrit alors : 2 − 𝜔2 𝛳 = 0 équation du second ordre à coefficients
𝑑𝑥
constants

ℎ.𝑃
Avec :ω2=hP/λS ; 𝜔 =
𝜆.𝑆
L’équation caractéristique est a2-ω2=0 ⟹ a=±𝜔. La solution s’écrit sous la forme :

ϴ(x)= A ch (ω x)+B sh(ω x)

Avec les conditions aux limites :

𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑥 = 0 𝑜𝑛 𝑎 𝑇 = 𝑇0 ⟹ 𝛳 𝑜) = 𝑇0 − 𝑇∞
𝑑𝑇 𝑑𝛳
𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑥 = 𝐿 𝑜𝑛 𝑎 = 0 ⟹ =0
𝑑𝑥 𝑥=𝐿 𝑑𝑥 𝑥=𝐿

On trouve alors : A=ϴ0= T0-𝑇∞

𝑑𝛳 𝑠ℎ(𝜔 𝐿)
𝑥=𝐿 = 𝐴𝜔 𝑠ℎ 𝜔 𝐿) + 𝐵 𝜔 𝑐ℎ 𝜔𝐿) = 0 ⟹ 𝐵 = −𝛳0
𝑑𝑥 𝑐ℎ( 𝜔 𝐿)

Finalemnt la variation de la température le long de l’ailette peut être exprimée


comme :
𝛳(𝑥) 𝑇(𝑥) − 𝑇∞ 𝑐ℎ 𝜔 𝐿 − 𝑥))
= =
𝛳0 𝑇0 − 𝑇∞ ch⁡𝜔𝐿)

e) Si l’ailette est considérée comme semi infinie (𝐿 → ∞), l’expression devient :

𝜃 𝑥 = 𝜃0 𝑒𝑥𝑝(−𝜔𝑥 )

f) Le flux dissipé par l’ailette semi infini soit 𝜙𝑃 a pour expression :

𝑑𝑇
𝜙𝑃 = −𝜆 𝑆 = 𝜆 𝑆 𝜔 𝜃0 = 𝜆 𝑆 𝜔 (𝑇0 − 𝑇∞ )
𝑑𝑥 𝑥=0

g) En l’absence de l’ailette le flux évacué est :


𝜙 ′ = 𝜆 𝑆 ℎ(𝑇0 − 𝑇∞ )

Le flux évacué si l’ailette est de conductivité infinie est :


𝜙 ′′ = 𝑝 𝐿 ℎ(𝑇0 − 𝑇∞ )

Ainsi l’efficacité ε de l’ailette est donnée par le rapport du flux dissipé par l’ailette à
celui qu’elle aurait dissipé si sa conductivité est infinie d’où :

𝜙𝑝 𝜆 𝑆 𝜔 (𝑇0 −𝑇∞ ) 𝜆𝑆𝜔 𝜆𝑆 𝑝ℎ


𝜀= = = =
𝜙′′ 𝑝 𝐿 ℎ(𝑇0 −𝑇∞ ) 𝑝𝐿ℎ 𝑝𝐿ℎ 𝜆𝑆

1 ℎ.𝑃
Où : 𝜀 = ; 𝜔=
𝐿𝜔 𝜆.𝑆

h) 𝜙𝑃 = 𝜆 𝑆 𝜔 (𝑇0 − 𝑇∞ ) ; 𝜙 ′′ = 𝜙𝑚𝑎𝑥 = 𝑝 𝐿 ℎ(𝑇0 − 𝑇∞ )

𝑇0 −𝑇∞
𝜙𝑃 = 𝜀 𝑝𝐿ℎ 𝑇0 − 𝑇∞ = 1
𝜀 𝑝𝐿 ℎ

1
On en déduit la résistance thermique de l’ailette : 𝑅𝑡ℎ𝑒𝑟 =
𝜀 𝑝𝐿ℎ

Vous aimerez peut-être aussi