Vous êtes sur la page 1sur 7

Définition :

Ce sont des particules solides très fines et généralement visibles à l’œil nu,
théoriquement, elles ne sont ni solubilisées, ni à l'état colloïdale. Elles déterminent la
turbidité de l'eau. Elles limitent la pénétration de la lumière dans l'eau, diminuent la
teneur en oxygène dissous et nuisent au développement de la vie aquatique.

Ces matières sont en relation avec la turbidité, leur mesure donne une première
indication sur la teneur en matière colloïdale d'origine minérale ou organique.

En fait, les limites séparant les trois états sont indistinctes et seule la normalisation de
la méthode d'analyse permet de faire une distinction précise mais conventionnelle.
Les matières en suspension comportent des matières organiques et des matières
minérales. Toutes les matières en suspension ne sont pas décantables, en particulier
les colloïdes retenus par la filtration.

La portée de la mesure des matières en suspension se trouve limitée, le prélèvement


opère déjà une sélection : la mesure donnera systématiquement un résultat par défaut.

Deux techniques sont actuellement utilisées pour la détermination des matières en


suspension (norme AFNOR T90-105) ; elles font appel à la séparation par filtration
directe ou centrifugation. On réserve cette dernière méthode au cas où la durée de la
filtration dépasse une heure environ.

Les causes de la variabilité de la mesure sont nombreuses (volume de la prise d'essai,


teneur en MES de l'échantillon, séchage à 105 °C jusqu'à poids constant). La
précision reste cependant très acceptable.
Bute de la manipulation :
Les matières en suspension, et particulièrement la fraction décantable de celles-ci
Peuvent constituer à l’aval du rejet des dépôts qui empêchent la vie d’une flore
benthique normale et qui dégradent la qualité de l’eau sous-jacente des fermentations.

Les MES contribuent aussi à déséquilibrer le milieu aquatique en accroissement la


turbidité, elles contribuent a diminuer l’oxygène dissous et a limiter alors le
développement de la vie aquatique et à créer des déséquilibres entre divers espèces
Donc la détermination de cette dernière est un critère primordial pour contrôler son
influence sur l’environnement.

Méthodes de déterminations :

Les MES sont mesurées en amont et en aval des stations d’épuration afin d’établir le
niveau d’efficacité des procédés utilisés et d’ajuster le dosage des agents chimiques
appliqués. La principale méthode de mesure est celle réalisée par filtration, Une autre
méthode est celle réalisée par centrifugation et séchage a 105°c.

La filtration est une méthode utilisée pour enlever les particules en suspension d’un
liquide ou d’un gaz. Elle consiste à faire passer le liquide à travers un corps poreux
(filtre) qui retient les particules en suspension.

- balance de précision à 0,1 mg prés


-tamis de mailles carrées de 5 (mm)
(pour confirmé que l’eau ne contient pas des grosse
particules)

-Dessiccateur -étuve

- fiole de filtration

- fiole de filtration -disque de filtration


-Coupelle

- identifier et mettre les capsules 24h à 105°c.


- sortir et mettre 15 min au dessiccateur les capsules puis les peser.
-Mettre 50 ml des eaux usées a l’éprouvette dans le disque de filtration puis rincer de
l’eau distillée.
-Filtrer et éliminer le surnageant puis transférer le culot dans une coupelle.
-mettre au dessiccateur 8h minimum à 105°c puis peser : on obtient les MES.
La concentration des MES est estimée par le calcul suivant:

MES (mg/l) = [(M0-M1)/V]x 1000

M0: poids de la capsule avant le séchage (mg)


M1:poids de la capsule + solide après le séchage et avant calcination (mg)
V:volume de l’échantillon utilisé (ml

La centrifugation est une opération de séparation mécanique par action de la force


centrifuge de 2 à 3 phases entraîner dans un mouvement de rotation .
Cette méthode consiste a centrifugés les échantillons puis récupérer soigneusement
tous les culots de boue qu’on laisse sécher à l’étuve à 105°c pendant 12h.

- balance de précision à 0,1 mg prés

-tamis de mailles carrées de 5 (mm)

(pour confirmé que l’eau ne contient pas des grosse particules)

-Dessiccateur

-étuve

-Centrifugeuse
-godet de 100 ml

La concentration des MES est estimée par le calcul suivant:

MES (mg/l) = [(M0-M1)/V]x 1000

M0: poids de la capsule avant le séchage (mg)


M1:poids de la capsule + solide après le séchage et avant calcination (mg)
V:volume de l’échantillon utilisé (ml)

Les normes des MES :


Le rôle de l’étuve :
Une étuve de laboratoire est un appareil de chauffage fonctionnant le plus souvent à
la pression atmosphérique (parfois sous vide ou sous gaz neutre) et permettant
d'effectuer divers traitements thermiques à température régulée.
Les laboratoires d'analyse ou de recherche en sont souvent pourvus.

Une étuve, lieu caractérisé par sa chaleur, peut être de deux types : sèche (à chaleur
sèche) ou humide (on y fait pénétrer de la vapeur d'eau)

Le rôle du dessiccateur :
un récipient cylindrique utilisé en verrerie de laboratoire servant à protéger des
substances contre l'humidité ; un appareil servant à mesurer l'humidité contenue dans
des substances.

conclusion :
En calculons les concentrations des MES a la sortie de la STEP et on compare ces
derniers aux normes citées ci-dessus on peut savoir si la STEP concernée possède un
bon système épuratoire ou dans le cas échéant un système a améliorer.

Les MES constituant l'un des vecteurs majeurs de transport des micro¬ polluants
métalliques en rivière, il est essentiel de disposer de techniques de prélèvement
permettant d'obtenir des échantillons représentatifs du mi¬ lieu aquatique naturel.
Pour pouvoir être qualifiée de «représentative», une technique de prélèvement doit
ré¬ pondre à divers critères : respect du seuil de coupure et du spectre
granulométrique, respect de la nature des particules, emploi de matériaux inertes vis à
vis des micro polluants devant être ultérieurement dosés.

Vous aimerez peut-être aussi