Vous êtes sur la page 1sur 4

ZAD AL MUSTAQNI' - Imam Al Hajjawy

Commentaire par Salih ibn Fawzan al Fawzan

CHAPITRE – SECTION - PACTE AVEC LES DHIMMIS ET SES REGLES :

Hajjawy : Les Dhimmis sont traités en accordance avec la loi Islamique par l’imam en ce
qui concerne la vie, la richesse et l’honneur et al-hudud sont imposés sur eux en ce qu’ils
considèrent interdit pas en ce qu’ils considèrent comme permis.

Fawzan: Cette section parle à propos des droits des Dhimmis qui sont obligatoires sur l’imam qui
doit les respecter en ce qui concerne la loi Islamique. C'est parce que les Dhimmis ont le devoir
d'adhérer à la loi islamique. Cependant, avant que cela soit légiféré, il faut dire que les Dhimmis et
les mécréants des Juifs, des Chrétiens et autres ne devraient pas être autorisés à résider dans la
péninsule arabique. Ils doivent en être expulsés. Le Prophète ('Alayhi salat wa salam) a ordonné
que cela soit fait. Il a dit: « Expulsez les juifs et les chrétiens de la péninsule arabique. » [Hadith
rapporté par Al Bukhary (4/85, 120) et Muslim (5/75)]

« Les Dhimmis sont traités en accordance avec la loi Islamique par l’imam » C’est-à-dire, l’imam
des musulmans. Ils sont traités en concordance avec la loi Islamique car le traité de paix appelle à
cela.

« la vie » S'ils préméditent de tuer et de le faire par inimitié, alors le qisas (talion) est infligé de la
même manière qu'un musulman.

« la richesse » Si elle est volée par eux, la loi islamique relative au vol est infligée. La main du
voleur est coupée juste au moment comme la main d'un musulman est coupée s'il vole.

« l’honneur » S’ils accusent faussement qu’un musulman a forniqué ou qu‘il est homosexuel, alors
la loi concernant le faux témoignage est appliquée pour préserver l’honneur des musulmans.

Al Hudud sont aussi imposés sur eux. Al Hudud est le châtiment appliqué pour les crimes en
concordance avec la législation Islamique comme un moyen de dissuasion contre le fait d'être
commis à nouveau. Les Hududs sont imposés sur les Dhimmis s'ils devaient commettre un crime
qui le mérite.

« en ce qu’ils considèrent interdit » Par exemple la fornication. Ils la considèrent interdite. Par
conséquent, la loi Islamique pour la fornication d’un fornicateur marié est la lapidation et le
fornicateur qui n’est pas marié est fouetté tout comme cela est imposé sur les musulmans qui
forniquent. Le Prophète (‘Alayhi salat wa salam) a appliqué cette peine sur les Juifs qui vivaient à
Médine comme il l’a fait sur des musulmans. [Hadith rapporté par Al Bukhary (4/251) (6/46) et
Muslim (5/121)] Il a ordonné de lapider un couple de Juifs qui ont forniqués à Médine, tous deux
étaient veufs.

« pas en ce qu’ils considèrent comme permis. » Par exemple, le mariage d’un parent Mahram (non
épousable) était pratiqué par les Majus ; Ils considèrent cela comme permis. Par conséquent, al-
Hudud ne leur est pas imposé pour cet acte.

Hajjawi : Ils devraient être fait en sorte qu’ils se distinguent des musulmans. Ils sont
autorisés à monter des animaux autres qu'un cheval monté sur une selle mais ils peuvent
monter sur un bât. Ils ne sont pas le centre d’attention de n'importe quel événement et
aucun ne devrait se lever pour eux ni leur adresser des salutations de paix en premier.

Fawzan : « Ils devraient être fait…les musulmans » C’est-à-dire dans leur disposition, tenue et
mode de transport comme ça ce sera plus facile de les identifier comme Dhimmis et ne pas se
tromper et les prendre pour des musulmans.

« Ils sont autorisés…qu’un cheval » Par exemple un âne, une mule ou un chameau. Cela car le
cheval est exclusivement réservé pour les musulmans. Si un Dhimmi monte à cheval, il pourrait
être confondu avec un musulman. Par conséquent, ils montent ces animaux avec un bât (dispositif
en bois pour faire porter des charges), pas une scelle utilisée pour monter un cheval. C’est encore
une fois pour les distinguer des musulmans qui montent ces animaux.

« Ils ne sont pas le centre d’attention de n’importe quel évènement » Il n’est pas permis de les
vénérer ou de les avoir en haute estime. Ils ne sont pas autorisés à être les invités d’honneur pour
une occasion, un évènement - un honneur mis de côté pour les musulmans respectés de la
communauté. Au lieu de cela, les Dhimmis devront être assis à l’arrière de l’audience.

« aucun ne devrait se lever pour eux » Quand ils rentrent dans la salle ou le lieu désigné de
l’évènement. Cela parce que se lever est un acte d’admiration pour eux ce qui est interdit.

« ni leur adresser des salutations de paix en premier » Car le Prophète (SallaAllahu ‘alayhi wa
salam) a interdit aux musulmans de passer le salam en premier aux juifs et aux chrétiens. Il a dit :
« Quand les gens du Livre vous saluent, répondez-leur par : "Et à vous de même. » [Hadith
rapporté par Al Bukhary (8/71) et Muslim (7/3)] C’est une sorte de blâme pour leur mécréance et
leur détermination inébranlable dans leur croyance. Allah les a déshonorés. Par conséquent, ils ne
devraient pas être vénérés. Ce maniérisme noble est exclusif pour les musulmans et les musulmans
seuls.

Hajjawy : Les Dhimmis ont l’interdiction de construire des églises et monastères. Ils ont
l’interdiction de restaurer celles qui sont vétustes ou démolies de force. Leurs maisons ne
devraient pas être plus grandes que celles des musulmans. Leurs maisons peuvent être de
la même hauteur toutefois. Ils ont l’interdiction de consommer du porc et de l’alcool
publiquement. La sonnerie des cloches et la lecture de leurs Écritures ne devraient pas
être faites publiquement.

Fawzan : « Les Dhimmis ont l’interdiction de construire…ou démolies de force. » Les Juifs et les
Chrétiens sont autorisés à garder leurs églises et monastères existants lorsque le pacte de paix est
signé. Toutefois, ils ne doivent pas les restaurer si elles deviennent vétustes. Ils devraient les laisser
tel quel jusqu'à ce qu'elles tombent en ruine afin que les églises deviennent progressivement
inexistantes dans les pays musulmans. Ils ne devraient certainement pas en construire de
nouvelles dans les pays musulmans car ce sont des maisons d'incrédulité et de Shirk. Par
conséquent, les églises ne sont pas autorisées à être construites dans des pays musulmans.

Similairement les synagogues sont permises en fonction de si elles étaient déjà présente quand le
pacte de paix a été signé. Toutefois, les Juifs ne devront ni construire de nouvelles synagogues ni
les restaurer ou celles qui sont forcément démolis.

« Leurs maisons…hauteur toutefois. » Les maisons des Dhimmis ne devront pas être plus haute
que les maisons des musulmans. Par exemple, un musulman a une maison avec un étage alors que
son voisin Dhimmi a une maison avec deux étages. Cela n’est pas permis car le Prophète (‘Alayhi
salat wa salam) a dit : « L’Islam est toujours supérieur et ne devrait jamais être surpassé. » [Hadith
rapporté par Al Bukhary (2/117)] Leurs maisons peuvent être à la même hauteur que les maisons
des musulmans toutefois.

« Ils ont l’interdiction de consommer du porc et de l’alcool publiquement. » Les Dhimmis ne sont
pas permis de commettre des péchés publiquement ; c’est-à-dire, des actes qui sont permis et
interdits pour eux. Des exemples seraient de consommer de l’alcool publiquement ou la
fabrication d’alcool. Ils devraient uniquement le faire en privée dans les limites de leurs maisons.
Ils ont l’interdiction de manger du porc en public. Cependant, ils ne doivent pas le faire dans les
restaurants ou les magasins d'alimentation dans les pays musulmans. Ils ne devraient pas le
vendre publiquement de la même manière. Ils ne devraient pas vendre ou fabriquer de l’alcool
dans les pays musulmans, même s'ils en consomment régulièrement et mangent souvent du porc.
Cela doit être fait entre eux de telle manière qu'aucun ne puisse les voir le faire.

« La sonnerie des cloches » Ils ne doivent pas non plus faire sonner leurs cloches d'église qui ont
pour but d'inviter d'autres personnes à venir prier dans l'église. Dans les pays musulmans, les
cloches doivent être placées dans l'église de telle sorte que la sonnerie soit entendue dans l'église
et non à l'extérieur.

« et la lecture de leurs Ecritures » C’est-à-dire la Torah des Juifs et la Bible des Chrétiens qui ne
devraient pas être lu en public. Ils ont le droit de les lire entre eux et pas de le lire à voix haute de
tel sorte que ce soit entendu au-delà de leurs locaux comme leurs églises, monastères et leurs
résidences. Ils doivent les lire de façon discrète. Ils ne doivent pas imprimer leurs livres dans les
pays musulmans ou les avoir en vente ou pour les feuilleter dans les librairies ou les bibliothèques.
Au lieu de cela, ils devraient être interdits dans le public.

Hajjawy : Si un Chrétien se convertit au Judaïsme ou vice versa, cela n’est pas reconnu ni
accepté officiellement. Il lui est seulement permis d’embrasser l’Islam ou rester dans sa
religion dans laquelle il est né.

Fawzan : C'est parce que sa religion est déclarée dans le traité de paix signé avec les musulmans.
Par conséquent, un Juif ne doit pas se convertir au Christianisme ni le Chrétien ne devrait se
convertir au Judaïsme pour éviter d'avoir des désaccords dans le traité.

« Ni accepté officiellement…il est né. » Aucune conversion n’est acceptée excepté la conversion à
l’Islam comme étant la religion de vérité. C'est ce qui est préféré de lui. S'il ne le fait pas, il doit
rester dans sa religion d'origine sur laquelle il était avant la signature du traité.

Vous aimerez peut-être aussi