Vous êtes sur la page 1sur 2

ZAD AL MUSTAQNI' - Imam Al Hajjawy

Commentaire par Salih ibn Fawzan al Fawzan

CHAPITRE – SECTION 2 - PACTE AVEC LES DHIMMIS ET SES REGLES :

Hajjawy : Si le Dhimmi refuse de payer la Jizya, de respecter les lois de l’Islam, tue un
musulman par inimitié, fornique, commet un vol sur les routes, espionne ou agit comme
un complice en espionnant ou diffame Allah, Son Messager ou Son Livre, le traité signé
avec lui est annulé en excluant ses femmes et ses enfants. Il devient permis de prendre sa
vie et de saisir sa richesse

Fawzan: Dans cette section, l’auteur nous parle des facteurs qui annulent le traité de paix avec les
Dhimmi.

« Si le Dhimmi refuse de payer la Jizya » Alors le traité est annulé. Cela parce que c’était stipulé
dans le traité qu’il devait payer la Jizya en humilité. Allah a dit : « jusqu’à ce qu’ils versent la
capitation par leurs propres mains, en état d'humiliation. » (Sourate At-Tawba – V.29)

« de respecter les lois de l’Islam » C’est-à-dire, il refuse de respecter les lois de l’Islam concernant
la vie, la richesse et l’honneur – comme discuté plus tôt – alors le traité avec lui est rendu nul et
non avenue. Cela est dû à sa violation des termes stipulés dans le traité.

« tue un musulman par inimitié, fornique » Il tue un musulman avec préméditation ou commis
l’adultère avec une femme musulmane. Dans ces cas, le traité avec lui est rompu car ce sont des
actes interdits dans toutes les religions. Il enfreint les termes du traité de paix, à savoir: il ne doit
pas verser illégalement le sang d'un musulman ou empiéter sur ses droits.

« commet un vol sur les routes » S’ils font cela contre des musulmans en brandissant des armes et
en gênant ceux qui traversent la route ou contre les voyageurs en leur volant leur richesse. Le
traité avec ces personnes est annulé à la suite de leurs actions car il enfreint les termes du traité
avec les musulmans.

« espionne » En agissant comme informateur des mécréants contre les musulmans. Dans ce cas, il
est permis d’exécuter le Dhimmi car son espionnage est préjudiciable aux musulmans.

« ou agit comme un complice en espionnant » Même s'il n'est pas lui-même un espion, il aide un
espion dans sa trahison en lui offrant aide et protection contre les musulmans. Le traité de paix est
annulé à cause de cette action.
« ou diffame Allah, Son Messager et Son Livre » C’est-à-dire en blasphémant contre Allah, Son
Messager ou le Coran et s'il recourt aux lois prescrites par Allah, alors le traité de paix avec lui est
annulé et il est traité comme un mécréant avec qui aucun traité de paix n'a été signé.

Si les Dhimmis tombent dans un de ces scénarios mentionné plus haut, le traité avec eux sera
annulé. Cependant, il exclut ses femmes car elles ne sont pas à blâmer pour ses mauvaises actions.
Elles conservent leur statut de Dhimmis. Par conséquent, il n'est ni permis de prendre leur vie et
celle de leurs enfants ni saisir leur richesse car ils ne sont pas en faute. C'est simplement la faute
d'avoir contrevenu au traité de paix.

Si le Dhimmi commet un de ces crimes mentionné précédemment, il est permis de l’exécuter. En


fait, cela devient obligatoire de le faire. Sa richesse est saisie après sa mort du à son statut de
Dhimmi.

Quand le statut de Dhimma est perdu, il retourne à une situation où sa vie et ses biens sont
permis pour les musulmans. En ce qui concerne cela, le Prophète (‘Alayhi salat wa salam) a dit :
« J’ai été ordonné de combattre les gens jusqu’à qu’ils disent « La ilaha illa Allah ». S’ils disent cela,
alors leurs vies et leurs biens sont préservés de moi. » [Hadith rapporté par Al Bukhary (1/12) et
Muslim (1/39)]