Vous êtes sur la page 1sur 4

ZAD AL MUSTAQNI' - Imam Al Hajjawy

Commentaire par Salih ibn Fawzan al Fawzan

CHAPITRE – L’ABATTAGE RITUEL :

Hajjawy : Aucun animal n’est permis à la consommation sans l’égorger quand une
personne a la capacité de le faire. Les exceptions sont les criquets, les poissons et les
animaux qui ne vivent que dans l'eau.

Fawzan: Linguistiquement « Dhakah » fait référence à terminer une tâche. L'abattage est ainsi
défini parce que la vie de l'animal abattu prend fin complètement. Allah dit : « sauf celle que
vous égorgez avant qu’elle ne soit morte […] » (Sourate Al Ma’ida – V.3) Dhakah est utilisé
pour désigner l'abattage indéfiniment.

Dhakah concernant la Shari’a signifie : sacrifier un animal dont la viande est permise pour la
consommation, l’abattage de l’animal en coupant sa gorge et l’œsophage ou blesser l'animal qui ne
peut pas être abattu (en raison de sa nature sauvage par exemple.)

« Aucun animal n’est permis…de le faire. » Ceci est la règle concernant l’abattage d’animaux. Des
animaux abattus par une autre façon sont considérés comme des carcasses mortes. Allah a dit :
« Vous sont interdites les bêtes mortes. » (Sourate Al Ma’ida – V.3) La raison derrière
l’interdiction de la consommation de carcasse est parce que son sang est retenu dans son corps
après la mort, ce qui nuit à sa foi et à sa santé.

Hajjawi : Il y a 4 conditions pour l’abattage des animaux : Première, celui qui abat doit
être compétent. C’est-à-dire, il doit être sain d’esprit, Musulman ou des Gens du Livre. Un
jeune garçon, une femme, un homme non circoncis ou une personne aveugle ne peut pas
être celui qui abat l’animal. Il n’est pas permis non plus pour celui qui abat (l’animal)
d’être un alcoolique, un fou, un polythéiste, un magicien ou un apostat.

Deuxièmement, l’ustensile utilisé pour tuer l’animal même si possédé illégalement, doit
être tranchant et peut être fait de métal, de pierre, de roseau ou d'autres matériaux sauf la
dent et la griffe.

Troisièmement, de couper la gorge et l'œsophage. Si l'on est incapable de le faire, par


exemple pour les animaux qui sont chassés, les animaux sauvages ou tombés dans un
puits, ces animaux sont blessés dans n'importe quelle partie de leur corps. Cependant, les
animaux qui ont la tête immergée dans l'eau et les situations similaires ne sont pas
permises.

Quatrièmement, de dire « Bismillah » quand il est sur le point d’abattre l’animal. Toute
autres phrases n’est pas permise. Oublier de le dire est excusable et la viande est permise,
mais pas quand elle est volontairement laissée de côté.

Fawzan : « Il y a quatre conditions…il doit être sain d’esprit. » Car le fou ne saura pas le but de
l’abattage. Donc, son abattage n’est pas permis comme l’abattage de l'ivrogne et de l'enfant qui
manque de discernement.

« Musulman ou des Gens du Livre » Comme Allah a dit : « Vous est permise la nourriture des
gens du Livre […] » (Sourate Al Ma’ida – V.5) Al Bukhary a dit que Ibn ‘Abbas (Radiya Allahu
‘anhu) « La nourriture fait référence à la viande des animaux abattus par eux. » [Hadith rapporté
par Al Bukhary (7/120)]

« un jeune garçon » C’est-à-dire, celui qui n’a pas atteint la puberté ou l’âge de discernement.

« la femme, l’homme non circoncit » Comme la condition l'exige d'être un musulman et il doit
avoir accompli les rites islamiques.

« ou une personne aveugle » Ceci est basé sur une preuve général, pas une preuve spécifique.

« Il n’est pas permis non plus pour celui qui abat d’être un alcoolique, un fou » Comme ils
ignorent l'objectif de l'abattage.

« Polythéiste, un magicien ou un apostat. » Comme compris du verset : « Vous est permise la


nourriture des gens du Livre […] » (Sourate Al Ma’ida – V.5) La viande des animaux abattus
par des mécréants autre que les Gens du Livre est haram pour la consommation.

« Deuxièmement, l’ustensile utilisé…la dent et la griffe. » C’est-à-dire un outil pointu fabriqué à


partir de n'importe quel matériau qui peut faire jaillir le sang. Cependant, il ne doit pas être
fabriqué à partir d'une dent ou d'une griffe. Le Prophète ('Alayhi salat wa salam) a dit : « Mangez
ce qui est abattu (avec n'importe quel instrument) qui fait couler le sang, sauf ce qui est abattu
avec une dent ou une griffe. » [Hadith rapporté par Al Bukhary (3/185) (7/119, 120), Muslim (6/78)
et d’autres.]

« Troisièmement, de couper la gorge et l’œsophage » La nourriture et les boissons sont canalisées


à travers la dernière tandis que l'air est canalisé à travers la première.

« Si l’on est incapable de le faire…de leur corps. » Le sens de ceci est que ce n'est pas un critère que
ces animaux soient sectionnés à l'œsophage et à la gorge sur la base des hadiths de Rafi 'qui a dit
e"Un chameau s'est enfui et un homme a tiré avec une flèche et l'a tué. Le Messager d'Allah
('Alayhi salat wa salam) a dit "Chaque fois qu'un animal s'échappe, faites de même." [Hadith
rapporté par Al Bukhary (3/185), Muslim (6/78) et d’autres.]

« Cependant, les animaux…ne sont pas permises. » Si un animal est blessé au cours de la chasse et
que sa tête est immergée dans l'eau, il pourrait être mort par noyade et non par la blessure. Donc,
en faisant preuve de prudence, l'animal n'est pas autorisé à la consommation.

« Quatrièmement, de dire Bismillah » Comme Allah dit : « Et ne mangez pas de ce sur quoi le
nom d’Allah n’a pas été prononcé, car ce serait (assurément) une perversité. » (Sourate Al
An’am – V.121) La raison derrière cela en disant at-Tasmiya sur l’animal est pour le purifier avec le
souvenir, rappel d’Allah et d'en chasser Shaytan. Si cela n’est pas dit, Shaytan a une influence
néfaste sur celui qui abat et la bête sacrifiée.

« quand il est sur le point d’abattre l’animal » Juste avant qu’il bouge sa main pour accomplir
l’action (d’égorger l’animal).

« Toute autre phrases n’est pas permise. » C’est-à-dire, tout autre forme de Dhikr pour remplacer
le « Bismillah », par exemples des phrases «Al Hamdulilah » ou « Subhan’Allah » ne sont pas
permises. Egalement de dire « Bismi al-Khaliq ou al-Razaq » n’est pas permis, la Tasmiyah exige
que l’on dise « Bismillah ».

« Oublier de le dire est excusable et la viande est permise. » C’est-à-dire, s’il oublie de prononcer la
Tasmiyah quand il égorge l’animal. La viande est permise pour la consommation car le Prophète
(SallaAllahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Un animal abattu par un Muslim est hala même si la
Tasmiyah n’est pas prononcée tant que l'omission n'est pas intentionnelle. » [Hadith rapporté par
Abu Dawud (378) et Al Bayhaqi (9/240)]

« mais pas quand elle est laissée volontairement de côté. » Si la Tasmiyah n’est pas prononcée
intentionnellement alors la viande de l’animal est haram pour la consommation comme Allah a
dit : « Et ne mangez pas de ce sur quoi le nom d’Allah n’a pas été prononcé, car ce serait
(assurément) une perversité. » (Sourate Al An’am – V.121)

Hajjawy : Il est détestable d’abattre avec un outil mal taillé, qui ne coupe plus, affûter
l'outil pendant que l'animal le voit et placer l'animal dans une direction autre que la
Qibla. Il est également détesté de couper complètement son cou et de l'écorcher avant
que son corps ne devienne froid.

Fawzan : « Il est détestable d’abattre avec un outil mal taillé » Pour que l’animal ne soit pas
torturé à mort. Cela est basé sur le hadith du Prophète (‘Alayhi salat wa salam) : « En vérité, Allah
a prescrit al-Ihsan dans toutes choses. Donc si vous tuez alors tuez bien ; et si vous abattez,
abattez bien. Que chacun de vous aiguise sa lame et qu'il épargne la souffrance à l'animal qu'il
tue. » [Hadith rapporté par Ahmad (4/123-125), Muslim (6/72) et d’autres.]

« affûter l’outil pendant que l’animal le voit » Il est détestable que celui-ci le fait à la vue de
l'animal qu'il a l'intention d'abattre. Ibn 'Umar a dit : « En vérité, le Messager d'Allah a ordonné
que la lame soit aiguisée et cachée aux animaux. » [Hadith rapporté par Ahmad (2/108) et Ibn
Majah (3172)]

« et placer l’animal dans une direction autre que la Qibla. » Cela est détestable de le faire car c’est
contraire à la Sunnah ; que ce soit en appelant l'adhan ou d'autres actes de culte. L'abattage est un
acte de culte similaire à al-Udhiya.

« Il est également détesté de couper complétement son cou » C’est-à-dire, l’animal ne doit pas être
décapiter avant qu’il meure car cela équivaut à de la torture.

« et de l’écorcher avant que son corps ne devienne froid. » C’est-à-dire, avant qu’il meure. Cela est
basé sur le hadith rapporté par Abu Hurayra (Radiya Allahu ‘anhu) qui a dit : « Le Messager
d’Allah a envoyé Budayl Ibn Waraqa al-Khaza’i chevauchant un chameau en criant dans les
sentiers entre les montagnes de Mina avec ces mots : « Ne vous hâtez pas de faire quoi que ce soit
avec le corps avant qu'il ne meure. » [Hadith rapporté par Ad-Daraqtuni (4/283)]