Vous êtes sur la page 1sur 2

Revue de l'histoire des religions

L. Gardet. La mystique ; H. Graef. Histoire de la mystique


Antoine Guillaumont

Citer ce document / Cite this document :

Guillaumont Antoine. L. Gardet. La mystique ; H. Graef. Histoire de la mystique. In: Revue de l'histoire des religions, tome 188,
n°1, 1975. p. 108;

https://www.persee.fr/doc/rhr_0035-1423_1975_num_188_1_6125

Fichier pdf généré le 11/04/2018


108 REVUE DE L'HISTOIRE DES RELIGIONS

le lecteur et à le confirmer dans la croyance que le zen, et en général


toutes les doctrines extrême-orientales, sont des choses
fondamentalement mystérieuses, ésotériques et parfaitement impénétrables à
notre esprit cartésien. S'il peut suffire, en somme, à un lecteur
simplement curieux, ce petit ouvrage risque fort de décevoir celui qui veut
s'informer plus sérieusement.
André Bareau.

Louis Gardet. — La mystique, Paris, Presses Universitaires de


France, 1970, 128 p., (coll. « Que sais-je ? »). — Hilda Graef. —
Histoire de la mystique, traduit de l'anglais par G. Maximilien et
E. Marguerite, Paris, Editions du Seuil, 1972, 316 p., coll. « Livre
de vie ». — Deux livres sur la mystique, tous deux d'inspiration
catholique, mais assez différents quant au contenu. Le premier est
d'un théologien, spécialiste bien connu de la mystique musulmane ;
les perspectives sont essentiellement comparatistes : mystiques
indienne et bouddhiste (sur lesquelles M. Gardet est bien informé
aussi), mystique chrétienne, mystiques juive et musulmane. Dans
l'interprétation, on retrouve une idée chère à l'auteur, disciple de
Maritain : la distinction qu'il fait entre « mystique naturelle »
(caractérisée par Г « enstase ») et la « mystique surnaturelle » (caractérisée par
Г « extase », entendue comme sortie de soi vers un Dieu transcendant).
Mises à part les vingt premières pages, consacrées à la « mystique
non chrétienne », le livre de Mme H. Graef traite uniquement de la
mystique chrétienne, qu'elle suit dans son développement historique,
depuis le Nouveau Testament jusqu'à nos jours ; le livre repose sur
de vastes lectures, les analyses des doctrines sont dans l'ensemble
pénétrantes ; l'auteur prend en considération, non seulement la
mystique occidentale catholique, mais aussi la mystique orientale
orthodoxe ; elle ne dit rien de la mystique d'expression syriaque, plus
difficilement accessible pour elle ; elle aurait pu cependant lire en
anglais, donc dans sa langue, non seulement les textes traduits par
Mingana, mais aussi le Livre de Hiérolhée, traduit par Marsh, et
surtout, traduite par Wensinck, l'œuvre ď Isaac de Ninive,
importante non seulement comme témoin de la mystique nestorienne, mais
aussi pour l'histoire de la mystique orthodoxe, en raison de la
profonde influence qu'a exercée la version grecque qui en fut faite au
ixe siècle.
A. Guillaumon't.

J. Waardenburg. — Classical Approaches to the Study of


Religion, vol. I : Introduction and Anthology, La Haye-Paris, Mouton,
1973, xiv + 742 p. Prix : 50 florins. — Après 78 pages d'introduction
qui ont pour objet de raconter comment sont nées les études
scientifiques dans le domaine de l'histoire de la religion, le livre se présente
comme une anthologie de 41 auteurs, tous décédés, mais certains
depuis peu, et qui peuvent être considérés comme des pionniers, voire