Vous êtes sur la page 1sur 39

BRGM

SERVICE DE L'INDUSTRIE ET DES MINES

CARTE DE SUBSTANCES UTILES

COLLOBRIÈRES

(VAR)
par

J. ALLOMBERT/ M. YVROUX

BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES ET MINIERES


SERVICE GEOLOGIQUE NATIONAL
B.P. 6009 - 45018 ORLEANS - Tél. (38)63.00.12

SERVICE GEOLOGIQUE REGIONAL PROVENCE-CORSE


DOMAINE DE LUMINY - ROUTE LEON LACHAMP
13009 - MARSEILLE Tél. (91) 41.26.04

7 7 SGN 450 PRC MARSEILLE, DÉCEMBRE 1977


LA CHARTREUSE VE LA l/ERNE XIIeme Uzclz

le. poficke. (en ¿eA.pe.nttm de.


Í.A CKARTREüSE VE LA l/ERWE XIIâme

¿ç, poxckt (en ¿dAptntine. de.


- 3 -

SERVICE DE L' IfCIUSTRIE ET DES MINES

CARTE DE SUBSTANCES UTILES


COLLOBRIERES
(VAR)
par

J. ALLOMBERT/ M, YVROUX

77 SGN 450 PRC MARSEILLE, SEPTEMBRE 1977

RESUME

A la demande du Service de l'Industrie et des Mines,


dans le cadre du programme "Evaluation des Ressources en Matériaux"
( E.R.M.), le Service Géologique Régional Provence Corse du Bureau de
Recherches Géologiques et Minières a été chargé d'établir la maquette
de la carte de substances utiles de Collobrières à l'échelle du
1 / 50 000.

Le présent rapport est la notice explicative de la ma-


quette, laquelle est annexée sous forme d'une photographie couleur â
l'échelle du 1 / 100 000. Le document original à 1 / 50 000 fera l'ob-
jet d'une édition imprimée ultérieure.

Les substances utiles que l'on a recensées sur cette


feuille sont variées, mais à de rares exceptions leur exploitation est
abandonnée depuis longtemps :

- les calcaires ont été anciennement exploités pour des besoins ponc-
tuels (remblais et ouvrages d'art du chemin de fer, pierre de taille
pour les bâtiments administratifs ou religieux...). Leur exploitation
à l'heure actuelle se heurte à des contraintes d'habitat et les quel-
ques rares gisements exploitables sont excentrés par rapport aux prin-
cipaux centres de consommation. Néanmoins, il existe une zone favora-
ble d'extraction au N.W. de Puget Ville.

- au contraire les terrains métamorphiques qui ont été essentiellement


exploités dans le passé pour la voirie peuvent répondre aujourd'hui
à une demande concernant la pierre apparente et la dalle. Il est ce-
pendant probable que ce développement sera limité à quelques ouvertu-
res de carrières. Les gisements les plus favorables sont les mica-
schistes à grenat, et les amphibolites.

Ce rapport contient 31 pages.


Il a été réalisé grâce à la collaboration de :
M. GOIBEAULT - D. DUROZOY secrétariat
- 5 -

TABLE VES MATIERES

Résumé pagz 3
J. Int/ioduction 7
1.1. - Mzthodz de. t/iavait s
1.1. - Glologlz

1. •RzpnfozntcuLLon caAtogfiaphlqu.iL zt 6zlzction du JJ


dA.Mzn.zntA
1.1. - RipfLe.6zyvtationcaA.togn.aphA.que,
1.1. - SÛ.zction d i
3. CotmzyvtaÁAZ dz la caxtz ^
J3
3.1. - CaJLcaJjiz* duJiA
J4
3 . 2 . - CalcaMizi, S. i>ilex
3 . 3 . - MasinzA avzc banu caJLcoúAzt, **
3.4. - Volomiz¿> y
J6
3 . 5 . .- CalcaJAz* dolomltiquzt, .
3 . 6 . - Conglomérats zt aA.gilz& Î6
3 . 7 . - A¿Zuv¿oyu> oJig.VLzvu>zi> zt peu an.gÁZzuü>eA> *'
3.S. - SchU>tzt> IS
3 . 9 . - WLcom>chïia>tz6 IS
3.10.- GneJj,i> 11 .•
3.11.- AmphikotUzi ' U
3.11.- RhyoLitz - boAoJLtz - ¿eApzntinz - gianitz 11
3.13.- Synthz^z 24

4. ConcZiulonà 17
LISTE PES FIGURES
1. - Vzultlz dz CollobfüJzKzi [n° 1046) - caAtz gzologlquz zt itnuctuAal
1. - CalcaJjiz a ¿Hex, bondvJiz ¿ud du Ma¿.ó¿á dz ThzmeA
3. - HLca¿>chÁAtz à 1 m¿ca¿, can/ilztz dz TeJj>¿onYiLznz
4. - Wicoi&clujitz à gnzwxt, caxxWiz du Vaou
5. - SynthzAz du obt>eJvooJÜLovti> zt dzt> po¿¿ib¿LLtz¿ ofáeAteA pan. lz¿> teAAaÁní,
dz la. zone étudizz
29
TABLEAU - ïnvzntaÀAz dzi>
LISTE VES AMMEXES
Annexe 1. - Ca/ttz deM ¿>ub¿>tancer utiZzi CotlobnA.eA.z6
- 7 -

IWTROPUCTIÖW

I.I. - METHOVE VE TRAl/AIL

La carte des substances utiles ' a été réalisée en 1977 sur la


demande du Service de l'industrie et des Mines de Marseille par le Service
Géologique Régional Provence Corse du Bureau de Recherches Géologiques et
Minières. Elle s'insère dans un programme pluri-annuel d'évaluation des
ressources en matériaux.

Elle a été établie à l'aide de la carte géologique au 1 / 50 000


de Collobrières publiée en 1969, de l'exploitation de la documentation géo-
logique et des dossiers établis dans le cadre de la Banque des données du
sous-sol. Elle a nécessité dt.s visites d'exploitants, des essais sur les
matériaux ainsi que des levées complémentaires de terrain.

Toutes les carrières en exploitation, ou ayant été exploitées,


ont été systématiquement visitées. Chaque site a fait l'objet d'une descrip-
tion détaillée (dimensions, état actuel, géologie...), d'un archivage pho-
tographique systématique, d'une prise d'échantillons représentative des
principaux faciès. L'ensemble de ces données est mis à la disposition du
public au S.G.R. Provence Corse.

La présente notice fournit quelques indications sur le système de


représentation cartographique adopté, le cadre géologique, la description
et l'utilisation des matériaux, la définition des zones favorables en fonc-
tion des critères économiques actuels et le tableau des principales carri-
(2)
ères figurées sur la carte en annexe 1 .

(1) On entend par substances utiles tous matériaux naturels non concessibles.

(2) Un nombre important de très petites exploitations anciennes, parfois


de la taille d'un affleurement n'ont pas été retenues dans le tableau
mais sont figurées sur la carte.
—•ft —

Ce document constitue essentiellement un outil en vue de


l'orientaticr. et ne permet pas d'emblée l'ouverture d'une carrière de tel
ou tel type de matériau exploitable, en vue d'un emploi précis . Seule,
une prospection détaillée d'un site, complétée par une étude des propri-
étés de ses matériaux, permettra de reconnaître parmi les formations litho-
logiques représentées sur la carte, celle qui peut être économiquement
valable (qualité, géométrie, etc.) compte tenu des critères d'environne-
ment de ce site (accès, occupation des sols au voisinage ou du secteur, etc.)

7.2. - GEOLOGIE

L'obsarvatic". ae la carte géologique nous amène à distinguer


trois secteurs très contrastés (cf. figure 1) :
- la moitié S.E. de la feuille est occupée par la partie sep-
tentrionale du Massif des Maures.
- le quart N.W. se rattache aux formations de la basse Provence
calcaire.
- la zone intermédiaire correspond à une partie de la dépression
permienne.

7.2.7. -

C'est une succession monotone de bandes isoclinales d'orientation


N.N.E. - S.S.W. (pendage moyen apparent 60° N.W.) donnant les principaux
reliefs du secteur étudié.

D'ouest en est on a schématiquement quatre grands types de ter-


rains :
. schistes (phyllades à chloritoïde, schiste et quartzite gréseux)
. micaschistes (à grenat ou à faciès de gneiss) dans lesquels s'intercalent
d'importantes bandes d'amphibolites
. gneiss de Bonnes en une large bande régulière
. micaschistes (à grenat et / ou à deux micas)

(3) Représenté en annexe par une photographie couleur au 1 / 100 000. Le do-
cument original fera l'objet d'une édition imprimée ultérieure.
(4) II est difficile de réaliser, dans les limites imparties à ce travail, un
document qui permettrait de définir les notions de "gisement" (rappelons
que la notion de gisement dépend étroitement du contexte et de la conjonc-
ture économiques) en outre, ce document aurait entrainé des risques de
spéculation sur les terrains concernés.
MASSIF de FLASSANS

lTI.Lt' ' ! \ T \X H --- J - 1 ->- -^'' . ' ! I T 1 .^i ' '/•, '/ )°

í 1 _ Hyères - Porquerolles (1065-1080) ^L^>-:


5 km
FIGURE 7 cíe n° 1046
- 10 -

1.2.2. -

- Formations d'âge secondaire

Par ordre d'importance on a :


. Le massif triasique de Flassans. Il forme un plateau bas, karstifié
ayant subi d'intenses efforts tectoniques se traduisant par une grande
complexité structurale.
Il est surmonté localement à son extrémité S.W. par un synclinal juras-
sique (nassif des Trois-Evéchés).
. Le massif de St Quiñis d'âge jurassique et crétacé, donne une barre
dolomitique bien visible dans le paysage (altitude 591 m) surmontant
la vallée de l'Issole.
Enfin le massif de Thèmes essentiellement constitué par un synclinal
perché jurassique creusé par deux importantes dolines.

- Dépression permienne

Elle est occupée par une puissante série Cl 200 à 1 500 m


d'épaisseur) composée de terrains détritiques de granulométrie variée
(conglomérat, grès, argile meuble ou indurée). Elle se traduit dans le
relief par une série de collines au relief peu accusé.
- 11 -

REPRESENTATION CARTOGRAPHIQUE ET SELECTION VES DIFFERENTS TERRAINS

2.1. - REPRESENTATION CARTOGRAPHIQUE

- Pour les terrains métamorphiques


Lorsque les différences pétrographiques faites sur la carte géo-
logique n'impliquaient pas des propriétés mécaniques différentes, on ne les
a pas prises en compte :
ex : Les micaschistes ä deux micas et les micaschistes à grenat ont été
regroupés.

De la même façon certaines formations présentant des propriétés


mécaniques intéressantes pour la fabrication de granulat n'ont pu être
distinguées car leur extension trop limitée interdisait la création d'une
carrière :
ex : Les formations de quartzite du temple ont été englobées dans la zone
des schistes.

- Pour les terrains sédimentaires


La cartographie que l'on a pratiquée appelle plusieurs remarques
. des formations de même nature lithologique sont confondues, même si leur
âge est différent.
ex : les calcaires à silex jurassiques et crétacés ont le même figuré.

. d'autre part les contours sont parfois différents de ceux de la carte


géologique car ils tiennent compte de la notion de gisement ; par exem-
ple un faible recouvrement d'argile sur un massif calcaire, ne sera pas
représenté pour ne faire apparaître qua: l'intérêt présenté par les cal-
caires.
ex : le massif de Flassans.
- 12 -

. enfin des niveaux calcaires ou marno-calcaire au sein de formations


marneuses ont été regroupés sous le terme général de marnes avec bancs
calcaires, le dessin ne pouvant: rendre cette alternance (faible puis-
sance des horizons calcaires).
ex : les calcaires liasiques (Rhétien supérieur) ont été confondus avec
les marnes et calcaires du Trias (Keuper).

2.2. -SELECTION VES FACIES

On a ainsi sélectionné treize types de terrains différents dont


la lithologie (ou nature des roches) des formations est représentée par
différentes couleurs, dont la légende est donnée avec la carte.

FORMATIONS SEDIMENTAIRES FORMATIONS METAMORPHIQUES

Calcaires durs Schistes


Calcaires à silex Micaschistes.
Marnes avec bancs calcaires Gneiss
Dolomies Amphibolites
Calcaires dolomitiques
Conglomérats et argiles
Alluvions argileuses
Alluvions peu argileuses

Enfin on a regroupé une série de faciès très particuliers et


très différents, affleurant très peu, sous un même figuré. Il s'agit de :
- Rhyolite, basalte, serpentine, granite, que leurs propriétés
mécaniques permettent de classer dans la mime grande famille.
- 13 -

COMMENTAIRE VE LA CARTE

3.1. - CALCAIRES VURS

Dans le massif de Flassans se sont principalement des calcaires


du Muschelkalk moyen.

Ils se présentent en bancs massifs bien lités, de calcaire gris


fume ou rose, compact, à grains fins, séparés par des minces niveaux mar-
neux jaunâtres. Ces formations ne sont pas homogènes à 1'affleurement, on
observe fréquemment des niveaux bréchiques ou cargneulisês.

Il s'agit d'un calcaire de moyenne qualité :


. deval sec ~ 10
. résistance à la traction (pressede Franklin). Rt (bar) = 50 valeur moyenne.
. résistance à la compression (évaluée ). Re (bar) ~ 600.

Ces calcaires ont été anciennement exploités dans de nombreuses


carrières à la périphérie et à l'intérieur du massif pour la construction
(colline de La Roquette - Gonfaron), la fabrication de granuláis, le ballast
et les ouvrages d'art de la voie ferrée (Carnoules, Pignans, Gonfaron).

A l'heure actuelle la quasi totalité du massif de Flassans est


occupée par des résidences secondaires ce qui rend toute ouverture de car-
rières problématique.

En nJi&umé., la quotité, moyunnz du calcalnz, V imponXance. de. la


iMLcXixuation, la morphologie, défavorable, et la. pfiéiznce. d'habitations, IL-
mitznt lz& ouv2AtuJiz¿> de.
- 14 -

Dans le massif de Thèmes, le Bathonien supérieur (Jurassique)


forme la surface du plateau. C'est un calcaire dur en bancs épais, carac-
térisé par la présence d'entroques et d'oolithes.

Il forme une falaise d'une dizaine de mètres (bordure sud), c'est


un bon matériau de construction (deval sec = 7 ) , il est d'un accès difficile
ce qui rend son exploitation aléatoire.

Dans le massif de St Quiñis affleurent des calcaires blancs


principalement urgoniens et portlandiens (colline de Côte Crêpe, Garusse).

De développement réduit et d'accès difficiles, ils sont d'un


intérêt limité malgré leurs caractéristiques favorables.

3.2. - CALCAIRES A SILEX

Les calcaires du Lias sont formés à la base par des calcaires


finement cristallisés en gros bancs gris à roux surmontés par
des bancs de calcaire à silex. Des calcaires strictement équivalents ont
été testés dans la région toulonnaise, ils ont donné comme résultats :

- deval sec 12 à 16,3


- deval humide .1,7 à 5
- Los Angeles 18,8 à 19,7
- des essais effectués à la presse de Franklin ont donné les résultats
suivants :
- résistance à la traction : Rt (bar) = 60 valeur moyenne.
- résistance à la compression (évaluée) Rc (bar) î^ 750.

Ils ont fait l'objet de quelques anciennes exploitations (Puget


Ville) pour la construction et la viabilité.

Ces formations affleurent à la périphérie des massifs de St Quiñis


et de Thèmes, elles sont en position facilement exploitable.
- 15 -

Ce ¿ont IZA {¡onmationA ¿zdúñzntcJüiz¿ IZA plu¿ i.ntzAZA¿antz¿


dz la zonz. ztn.di.zz. CZAt là quz Von dzvn.a dam, VavzniA n.zt>zn.vzA un
maximum dz tzAAainA vouz¿ à VzxploiA.ati.on, zn paAticulizA zn bonduAz
>cíe la fioutz dz Vugzt Villz à RocboAon dam IZA thalwzg* (c¿. &i.gun.z 2)

3.3. - MAMES AVEC BAMCS CALCAIRES

Dans le massif de Flassans on rencontre des niveaux marneux


du Keupèr, ce sont des marnes bariolées à montmorillonite riches en Ca Co«
(plus de 50 %) ; elles renferment des intercalations de dolomies et de
cargneules.

Localement elles renferment des lentilles de gypse qui ont fait


par le passé l'objet d'une exploitation artisanale (Pignans, début du
XIXème siècle).

Dans les massifs de St Quiñis et de Thèmes les étages Bathonien


et Bajocien du jurassique sont représentés par une puissante série de cal-
caires marneux jaunes et gris (bancs de 1 m d'épaisseur) alternant avec des
marnes grises dont la teneur en Ca Co_ est de 40 à 75 %.

Une carrière a été temporairement ouverte dans la vallon de


Masséou pour fournir de l'enrochement et du remblais (dérivation de Ste
Anastasie).

SI IZA maAnzA du KzapzA nz. pnJíi,z,ntz.nt pluA d'¿ntzAÍt zconomlquz.


a.dtu.zZlzmz.nt pouA Iz. gypAz., cz.nJuu.nzAfaonmatlonAman.no-calcaJAz pz.uvz.nt
occ.aAlonnztlzmz.nt ztAz. zxplolttzA pouA Iz. tout-vz.na.nt, tn paAticutizA IZA
valloni zt la boKduAz. nona du moAbil dz. ThzmzA ofân,z.nt quzlquzA

3.4. - P0LÖMIE3

Dans le massif de St Quiñis les dolomies du Jurassique supérieur


affleurent largement, formant des barres de 40 à 50 m d'épaisseur (St Quinis-
Colline 534,5 - La Lèque), ce sont des dolomies grises, peu résistantes,
- 16 -

fracturées d'aspect ruiniforme renfermant localement des poches sableuses,


Les gisements s'étendent à l'ouest sur la feuille de Cuers où ils font
l'objet d'exploitation, l'accès étant beaucoup plus aise (route de Forcal-
,queiret à Brignoles). De la même façon" sur la feuille de Draguignan, sur
cette formation sont implantées des carrières fournissant des calcaires
magnésiens pour l'amandement et les produits réfractaires.

Cette, {¡onmation eMt inté.h.e.w>antz pouJi -óe-6 pftopfiiétíi> chimiques,


¿><¿Á condition*
du g<Aeme.nt \ionte. ipaliàejuA et neJULzi), malt, ¿a position
u t Vie* exce.ntA.ez pan nappont aux giandz* voiz* de. dz**eAtz&.

3.5. - CALCAIRES V0L0MT1QUES

Dans les massifs de St Quiñis, de Thèmes et des Trois-Evêchês


affleurent des calcaires dolomitiques se rapportant à l'Hettangien (Juras-
sique) et à divers niveaux du Trias.

L'Hettangien affleure en petits bancs, bien stratifiés, à dé-


bit parallélépipédique caractéristique ; certains niveaux dolomitiques
sont souvent cargneulisés. Il a servi dans le passé à la construction
(Puget Ville).

Ce mateAA.au ne pnzt>zntz pat> de cnitzneA d'exploitation -i


•àanti [maix\!aii>eA condition* d'zHteuA.eme.nt en pafiticuZieh.).

3.6. - CONGLOMERATS ET ARGILES

Ce sont principalement des argilites permiennes (bien visibles


le long de la route de Gonfaron au Luc) intercalées de bancs gréseux et
calcaires de faible épaisseur.

Des faciès argileux équivalents ont été testés pour leurs pro-
priétés expansibles (feuille de Draguignan, au Luc et à Vidauban).
Ces essais ont montré des propriétés très moyennes et très variables
selon les lieux d'échantillonnage.

(1) Prospection d'argiles susceptibles d'être expansées Provence Dau-


phiné - rapport BRGM 75 SGN 342 PRC par L. Damiani
- 17 -

La natuAe. eA6e.nttelleme.nt ah.gite.uAZ dz cz¿ {¡onmatiom nu


pfiédi¿po¿>z peu, à unz utilisation, IZUAA ptioptiiétU expansible* /testant
à dziinin. plbdÁ complçjtemznt. Qy-elqueA niveaux gAé&eux peuvent convenir
pouA la dalle., apnz& ¿dagz.

3.7. - ALLUVIONS ARGILEUSES ET PEU ARGILEUSES

3.7.1. -

Les vallées (Issole, Aille, Real Martin, Real Collobrier, Verne,


Mole) sont occupées par des alluvions modernes formées de sable micacé plus
ou moins argileux avec des lits de galets ou de blocs de phyllades, mica-
schistes ou quartz.

La granulométrie des éléments est variée, on peut trouver des


blocs de quartz atteignant plusieurs décimètres.

Ces alluvions ont été exploitées superficiellement pour le sable,


gravier, galet et localement pour le quartz (silice réfractaire), princi-
palement dans les vallées de la Môle (Ste Marie, Bargean) et du Real Collo-
brier (Jas de Cape, La Portanière, La Rivière).

Vit, £palî>&eiite ¿ntêAeA&anteA exJj>te.nt comme, le. mb.ntAe.nt diveAA


¿ondageA [7 m, pont -ÓUA le. CollobnieA, M m valZie. de. la Ve/ine.), maU>
l'implantation de. nouvzlle¿ zxplo¿tat¿on¿ semble. altato-Uie., eu egasui aux
corvtxalnteA d1 ame.nageme.nt e.n coûte ¿>UA ^e¿ be/igeA> [dlgueÁ anti-chsxe ¿un
le. CollobKieA.), n.e.pnJj,e. Jmpotájxntz de. la végétation natwieZle, [La Môle.),
oX qualité tsiei médlocAz du mateAA.au [beaucoup de. micas).

Remarque :
- Massif de Thèmes : on signalera ici à titre indicatif que des
sondages ont recoupé 5 mètres de cailloutis à matrice argileuse dans les
dolines du grand et du petit Thèmes.

3.7.2. -

La plaine de Puget Ville montre des épaisseurs d'alluvions


intéressantes de nature calcaire (7 m au Mas de Brun).
- 18 -

Elle. cohAzi>pond à unz tvLchz zone agfUcolz occupez pnindpalz-


mznt pah. dz¿ vzngz/u it de. ¿a vignz ce qui compnomzt lz& zxtnactionA.

3.S. - SCHISTES

Ce sont les formations s'étendant à l'ouest d'une ligne Les


Mayons-Collobrières, elles sont caractérisées par de mauvaises propri-
étés mécaniques dues aux nombreuses surfaces de discontinuité (schistosité)
et à leur nature pétrographique (richesse en phylliteux).

L'association de ces mauvaises propriétés mécaniques avec un


pendage très redressé favorise l'action de l'altération (10 m d'épaisseur
dans la vallée du Real Collobrier).

Seuls les bancs compacts de quartzite dans les formations des


quartzites du Temple font relief dans la morphologie (Le Peirol, Le Temple)

Leo ¿chUtte ¿ont dant> l'zn&zmblz du matzKiaux dz qualité, tAzt>


m&diocAz qui ont i<xit l'objet de HOAQA exploitation* pouA. £e tout-venant
et Iz nemblaJL. QeAtainA nlvzaax dz ¿chAAtzi pn.z¿>zntznt un dzbit pouvant
¿ntiizi>&ant pouA. la production dz pLznxz apptvizntz zt dz dallz [pkyl-
dz Uottz Vcunz du Angeó). Leo quaAtz-itz& ne pzuvznt ztAz zxplo-itzzt
à. cau&z dzi, difâicultli, d'acez* zt dz la {¡albleA&z dzt> volumeA.

3.9. - MICASCHISTES

Ils sont présents sous forme de deux faciès principaux : le faciès


à grenat, le faciès à deux micas. La zone d'altération est très variable
en fonction de la morphologie, elle peut être nulle sur certains versants
et très importants dans les fonds de vallée (14 m dans la vallée de la Verne)

3.9.1. -

Ils sont exploités à l'heure actuelle sous un faible recouvre-


ment comme tout-venant ou pour l'enrochement (carrière de Teissonnière).
Les grands plans de diaclase facilitent l'exploitation mais le matériau
reste extrêmement fissile (cf. figure 3).
fígutc 1 - CCLZCOLÍKQ à i ilex.
bo'idihc iivcí du masbil de

Ft gate 3 - m-tcaic/iísíc à I »it'cai


de T

4 - ftw'caic/w'ótc à g le nerf
du Faca
- 21 -

II exlAtz une. &VU.Z dz po¿¿¿b¿Z¿tí¿> d'zxtAactlon ¿un la' tioutz do.


GhXmaud à CollobfvLeAeA dam de& cond¿t¿on& ¿dznt¿quz¿. Ce.pe.nda.yit la multi-
plication de. ce. type, dz QXuud.eh.eA n'eAt guziz plauAlblz.

3.9.2.-

C'est une roche claire, massive, plus ou moins riche en grenat de


taille très variable, se délitant préférentiellement selon des plans paral-
lèles et perpendiculaires à la schistosité. On obtient ainsi des parallélé-
mimèdes de taille dëcimétriques facilement utilisables pour la construction
en pierre apparente.

Une carrière est exploitée dans le vallon de Valescure,sur la


route départementale de Collobrières aux Mayons (cf. figure 4). Ce type
de matériau est souvent altéré en surface, ce qui peut en compromettre
son exploitation.

Le (Jac¿eó à QKe.ncut eAt donc pfiinclpaZeme.Yvt vont oi une. explo-l-


tatton attùanalz, nía.ymo¿m> la demande, ¿ans ce&t-e. cAoJU&ante. de. ce. type
de. tnattfUaa LoJj>t>e. phfa>0QeA V¿mpùintcutcon de. nouvelZeA

3.10. - GNEISS

Ils montrent une alternance de lits micacés Csonrt)*68) e t


d&
lits quartzo-feldspathiques (clairs) qui les prédisposent à l'altération
surtout sur les fonds de thalweg.

Lorsque la roche est saine, elle forme des reliefs importants


et dénudés (Roc Rigaud, Signal de Boucicaut, plateau du Treps).

Les gneiss ont fait 1' objet de petites exploitations destinées


essentiellement ä l'empierrement et à la construction locale.

Leo ¡it&eAveA ÀxvpohJjmteA pouvant hje.ntneJUizme.nt eJJie.


pouA. Ve.nA.ocheine.nt et te. tout-ve.nant exÀAttnt ¿un. ta leuWLe. de. Cotto-
bfù.e.KU, maii lu d¿^¿cultéi d'acc&A &t VH.olgnem2.nt de¿> ce.ntA.eA de. con-
sommation ftzndznt leuA utiZL&cutcon kypothztCquz.
- 22 -

3. IL - AMPHIBÖLITES

Roches massives de couleur vert sombre, très dures à l'état


frais, elles se rencontrent associées à des leptymites blanches ; elles
donnent un sol d'altération brun couvert par des châtaigniers.

Localement elles contiennent des veines de calcite blanche ou


rose (carrière sous l'ancienne église de Collobrières).

Elles ont fait l'objet par le passé d'exploitation pour l'em-


pierrement et la construction.

A la limite N . E . de la feuille (Verger d'Icard) une pierre de


qualité a été récemment exploitée pour la dalle et la pierre apparente.

Il 6'agJX d'une, cfe¿ tiochoA le¿> phx ma¿¿¿veA que. l'on alt'ne.n-
contníe. ; ¿on exploitation dzvna tanin compte, de. la chcitalgneAaie, la.qixe.lLe.
2¿>t une deA hlcheAbeA du maó-óX^ du. MauAeA. QueZqueA ¿>¿te¿ au. noid de. IA
Gan.de. TneÁneX. pe.ixv&nt ¿ O U A C M A de. la. daJLle. eX de. la piejoie. de. co m inaction.

3.12. - MVOLÏTE - BASALTE - SERPENTINE - GRANITE

. Rhyolite :
II s'agit de l'extrémité de la coulée dont l'origine se trouve
au Cap Roux (voir feuilles de Draguignan et de Fréjus-Cannes) .

Elle affleure dans la région du bois de Rouquan (N.E. de la


feuille). C'est une coulée de rhyolite calco-alcaline que l'on trouve inter-
stratifiée dans le permien (associée à des tufs ou des brèches de rhyo-
lite au nord) . Une ancienne carrière ouverte en bordure de la D 558 (St
Daumas) permet d'observer l'intense fracturation de la roche

En surface elle s'arénise facilement montrant des phénomènes de


desquamation.

(1) Des essais réalisés par le C.E.T.E. donnent comme caractéristiques


physiques : Deval humide = 3 à 4
Los Angeles = 35 à A5.
- 23 -

Si certains niveaux ont une bonne résistance à l'écrasement,


d'autres montrent un fond vitreux altéré, ce qui nuit à leur dureté.

La rhyolite a été exploitée principalement pour l'empierrement


et l'enrochement (réserve de St Damnas).

C z & t un matVU.au ¿zniZbZz aux choc*, zt CL Z'zau, donc d'un


t¿m¿tz, d'autant pùu qua lzí> g-L¿zmznt¿ ¿ont do.fia¿b¿z6impon.-

. Basalte
Trois pointements de basalte existent au nord de la faille de
la Mole (Bargean, les Campaux, la Magdeleine), ce sont d'anciennes che-
minées ayant émis la nappe de Maravieille (feuille de St Tropez-Cap Lardier)

ÏZ& ¿ont i.Yizxplaita.blzi>.

. Serpentine :
Cette serpentine située à l'est de la ferme de Gorbières a été
anciennement exploitée pour la pierre de construction et l'ornementation
(chartreuse de la Verne).

C'e¿t une. fiocha veAtt, voÁnzz, ayant un <¿.H<¿£ dzcoKatii c&utaln,


<n>t

. Granite :

Dans l'angle sud de la feuille (nord de la Môle) on trouve la


terminaison occidentale du granite des Figaret (feuille de St Tropez-Cap
Lardier) que nous signalons pour mémoire.

Pour être complet il faut mentionner l'existence de nombreux


filons de quartz (parfois accompagnés de minéralisation de blende,
galène et pyrite) qui ont fait l'objet d'exploitations anciennes pour
l'utilisation de la silice comme réfractaire (St Daumas, Rieille, Collo-
brières, Maraval).

(1) Non figuré sur 1?. carte.


- 24 -

Bien que des réserves existent, leur exploitation est actuelle-


ment ab and onné e.

3.13. - SYNTHESE

Le tableau de la figure 5 résume les observations effectuées


sur le territoire couvert par la feuille de Collobrières. On a classé les
matériaux en fonction de leur utilisation et de leur lithologie.
Pour chaque substance on a défini 3 catégories :
- a été exploité
- est exploité
- peut être exploité.
FIGURE 5 : Synthèiz de¿ obiíXvationi tt de.¿ poaiblUtíi
O a été exploit« fáiti pax tu ttMJÜjni de. La. zone 6-tndtëe
Vexittz de
g est exploité

X re exploité ROCHES SEDIMENTAIRES 'ROCHES METAMORPHIQUES AUTRES

LITHOLOGIE CALCAIRES CALCAIRES MARNES DOLOMIES CALCAIRES ONGI.OME- / LLUVIONS CHISTES ICASCHIS- GNEISS AMPHIBOLI- RHYOLTTE SERPENTI- QUARTZ
3URS A SILEX VEC BANCS DOLOMITI- IATS ET ES TES NE
-ALCA 1RES QUES- RGILES

MUSCHEL- DOMERŒN KEUPER(l) JURASSIQUE IUSCHEL- ERMIEN ALLUVIONS PHYLLADES C. A GNEISS AMPHIBOLI- (Bois du (Porbières ) Filons
\ FORMATIONS bUPERIEUR KALK renat Rouquan)
KALK DE BOR- TES ET
\ (principa*
MES LEPTYNITES
\les)
BATHONIEN ALBŒN RHETIEN HETTANGIEN RES B I - Notre D a - IC. A 2
SUP. ARRE me des cas
Ange» ,

PORTLAN- BATHONIEN Sauvette«) 1ÉISS


DIEN mlgmatltl
ues

BARREMIEN BAJOCIEN lUARTZITES ARACHEISS


lu Temple
UTILISAT I O N \

CONSTRUCTION • • e • & O
EHPIERREHEOT • O • • 0 • e 9 • to
TRAVAUX P U -
ELICS • • . • X X
ENROCHEMEtfT

CKANULATS
• •
AGRÎGATS E X -
PENSES X in

SABLES G R A -
VIERS
X

PIERRE DE
TAILLE 0 •

PIERRE APPA
RENTES DALLE • 0 a (2 B
ORNEMENTA-
TION O
,GYPSE O <D X
AMENDEMENT
X •

REFRACTA IRE 0 9
- 27 -

CONCLUSIONS

Les substances utiles que l'on a recensées sur cette feuille


sont variées, mais à de rares exceptions leur exploitation est abandonnée
depuis longtemps :

- Les calcaires ont été anciennement exploités pour des besoins ponctuels
(remblais et ouvrages d'art du chemin de fer, pierre de taille pour les
bâtiments administratifs ou religieux...). Leur exploitation à l'heure
actuelle se heurte à des contraintes d'habitat et les quelques rares
gisements exploitables sont excentrés par rapport aux principaux cen-
tres de consommation. Néanmoins, il existe une zone favorable d'extrac-
tion au N.W. de Puget V i M e •

- Au contraire, les terrains métamorphiques qui ont été essentiellement


exploités dans le passé pour la voirie, peuvent répondre aujourd'hui
à une demande concernant la pierre apparente et la dalle. Il est ce-
pendant probable que ce développement sera limité à quelques ouvertures
de carrières. Les gisements les plus favorables sont les micaschistes
à grenat et les amphibolites.
29

IWEWTAISE VES CARRIERES

N* DU • DE COMMUNE ET
COORDONNEES EXPLOITANT* 1 ^:
I1TTT TCATTrtM T TCIf H TT Tlt>/MHV TL*T1 T! i
BRGM ARTE NATURE U 1 liildAl lUfl HEU-UZT X Y ACTIVITt PROrRIETAIKr.
COLLOURIEUES 1

53 1 Calcaire à sl- Construction Rocharon 906,825 118,020 ABANDONNEE INCONNU


dex {ranulats

54 2 Calcaire dolora. Empierrement Puget-Vllle 907,020 117,770 n n


Le Canadel

55 3 Calcaire a si- Pierre de tail- Puget-Vllle 907,050 118,130 n • H


lex le Le Canadel
4 H n Puget-Ville 907 118,140 n u
56
Le Canadel
5 ' Mamo-calca ire Travaux Publics Ste Anastasie 907,800 121 n Entreprise LÄ-
57
* GET (l)Dragui-
gnan
• 58 6 Calcaire Construction Csrnoulca 912,420 119,600 n INCONNU
granulate
59 7 M Carnoules 913,020 118,720 « VI1U
60 8 n Construction Besse 911,060 113,100 n INCONNU

COLLOBRIERES 2

55 9 . Calcaire Granulat 'laasans 913,800 126,260 n Sté construct.


de villa
56 10 Plâtre-construc Fignans H
Calcaire-Gypse 915,840 119,300 Villa
tlon
57 11 Calcaire Pierre de tail- Plgnans 918,540 120,440 n INCONNU
le
58 12 n Granulats Gonfaron 919,700 122,100 n u

59 13 H n Gonfaron 919,200 123,100 n il

60 14 n Pierre de tail- Gonfaron 920,260 121,600 n Commune de Ccn-


le La Roquette faron ?
61 15 n M Gonfaron 919,780 121,780 n n
La Roquette
62 16 •i n Gonfaron 919,800 121,720 •f n
La Roquette

COLLOBRIERES 4
49 H
17 Rhyollte Empierrement Le Cannet 930,250 125,460 INCONNU
Enrochement St Daumas
50 18 Voirie La Garde-Freinet 933188O 123t02O n n
Gneiss

COLLOBR TERES 6
50 19 Alluvions Sable - Gravier Collobrières 918^00 111,100 n n

COLLOERŒRES 7

Empierrement Collobrières 924,620 112,850 n H


8 20 Micaschistes
n H
9 21 Amphlbollte Construction Collobrières 922,780 111,940
Empierrement
10 22 Micaschistes Dalle - Pierre Coliobriercs 926,840 116,040 REGULIERE E. SALVATORE (^
apparente Valescure 83260 La Crau
11 23 Gnelsa Voirie Collobrières 925,650 114,260 ABANDONNEE INCONNU
1X
Valescure
12 24 Micaschistes Dalle - Pierre Collobrières 923,200 108 ABANDONNEE
apparente Le Faou

COLLOBRIERES 8

Sable - Gravier Bonnes Ste Marie 932 108,300 N n


6 Alluvions
25
La Mîle 111,660 ABANDONNEE n
7 26 Serpentine Construction 934,780
Ornementation Corbicres *
8 0*7 Micaschistes Trcvaux Publics La Mole 935,320 115,280 ARRETEE Entreprise
d t
MIClltLY O
1
Grlmaud
9 28 Micaschistes Voirie Grlmaud 935,720 115,530 ABANDONNEE Inconnu
- 31 -

BIBLIOGRAPHIE

Ouvrages consultes :

GUEIRARD S. (1959) - Description pétrographique et zonéographique des


schistes cristallins des Maures (Var). Thèse Doctorat Sciences, Marseille,
194 p.

GUEIRARD S. (1962) - Le massif des Maures de Toulon à Saint-Raphaël.


Géologie regionale de la France, Guide géologique, n°'•. IX, Hermann ëd.

LUTAUD L. (1924) - Etude tectonique et morphologique de la Provence


cristalline. Rev. Géogr., T. 12, n° 1, 271 p.

MASUREL Y. (1964) - La Provence cristalline et ses enveloppes sëdimen-


taires. Essai de géographie physique. Thèse Doctorat Lettres, Paris,
418 p.

MENNESSIER G. (1958) - Observations tectoniques dans les massifs de


Saint-Quinis et de Thèmes, près de Besse (Var). Bull. Serv. Carte géol.,
Fr., T. LVI, p. 197-207.

MENNESSIER G. (1969) - Etude tectonique du massif de Flassan (Var).


Bull. BRGM, Sect. I, p. 55-72.
COLLOBRIERES
LEGENDE DE LA CARTE

LITHOLOGIE

Calcaires durs

Calcaires a silex

Marnes avec bancs calcaires

Dolomies

Calcaires doiomitiques

Conglomérats et orgiles

LZJ Alluvions argileuses

Alluvions peu argileuses

Schistes

LZJ Micaschistes

Gneiss

Amphibolites

Rhiolile , basalte , serpentine, gronite

CARRIERES

Carrière réduite à l'état d 'off leu reme nt

Carrière abandonnée et numero de référence


a
Ä Corriere exploitée et numero de référence

O Zones favorables pour l'implantation de nouvelles carrières


SERVICE GEOLOGIQUE REGIONAL
PROVENCE-CORSE
Ech.; 1/tOO OOO
¿r

Vous aimerez peut-être aussi