Vous êtes sur la page 1sur 2

Revue théologique de Louvain

Perry Schmidt-Leukel et al. (éd.), Buddhist Perceptions of Jesus.


Papers of the Third Conference of the European Network of
Buddhist-Christian Studies, 2001
Jacques Scheuer

Citer ce document / Cite this document :

Scheuer Jacques. Perry Schmidt-Leukel et al. (éd.), Buddhist Perceptions of Jesus. Papers of the Third Conference of the
European Network of Buddhist-Christian Studies, 2001. In: Revue théologique de Louvain, 35ᵉ année, fasc. 4, 2004. p. 558;

https://www.persee.fr/doc/thlou_0080-2654_2004_num_35_4_3405_t1_0558_0000_1

Fichier pdf généré le 29/03/2018


558 NOTICES BIBLIOGRAPHIQUES

Perry Schmidt-Leukel et al. (éd.), Buddhist Perceptions of Jésus. Papers of


the Third Conférence of the European Network of Buddhist-Christian
Studies (St. Ottilien 1999). St. Ottilien, EOS Verlag, 2001. 179 p. 21 x
15. Isbn 3-8306-7069-9.
Comment la personne et l'enseignement de Jésus ont-ils été perçus dans
divers milieux bouddhistes? Après une introduction générale, six études
particulières se répartissent en trois domaines géographiques et culturels.
Extrême-Orient : I. Kern parcourt les écrits de la controverse entre
bouddhistes et chrétiens dans la Chine du 17e s., tandis que Sh. Ueda présente la
figure de Jésus chez des penseurs japonais contemporains, en particulier
K. Nishitani. Asie du Sud et du Sud-Est: H. Miirmel explore le courant du
«modernisme bouddhiste» qui s'est formé au Sri Lanka vers le milieu du
19e s. et Bhikkhu Santikaro, disciple occidental du moine réformateur
thaïlandais Buddhadasa, présente la pensée et l'œuvre de celui-ci. Occident:
Fr. Usarski passe en revue ce que les premiers bouddhistes allemands,
autour des années 1900, écrivaient sur Jésus et le christianisme, avant que
K. Schmied ne fasse de même pour les enseignements de Thich Nhat Hanh,
bien connu notamment en France et aux États-Unis. C'est alors au tour de
deux chrétiens, N. Thelle (Norvège) et M. von Briick (Allemagne),
d'exprimer de manière personnelle leurs attentes à l'égard de ce que les
bouddhistes pourraient encore découvrir de Jésus.
Il est heureux qu'à l'exemple de l'Amérique du Nord, un réseau et des
journées d'études commencent à rassembler en Europe des bouddhistes et
des chrétiens. Signalons que les Actes de la rencontre suivante (Lund 2001),
«Christian Perceptions of Buddha» ont paru dans la revue Swedish
Missiological Thèmes I Svensk MissionsTidskrift, t. 90, 2002, n° 1 .
J. Scheuer

Mark J. Sedgwick, Le soufisme. Traduit de l'anglais par Jean-François


Mayer (coll. Bref, 57). Paris, Cerf, 2001. 147 p. 18 x 10. 60 Frf. Isbn
2-204-06626-5.
Ce mince volume expose de manière claire et nuancée les traits essentiels
du soufisme (surtout dans ses formes sunnites). Il le présente comme un
phénomène qui ne se comprend qu'au sein de l'islam et comme un
ensemble de traditions et de pratiques spirituelles accessibles à un grand
nombre de croyants. L'A. s'intéresse moins en effet à de subtiles
classifications de phénomènes mystiques réservés à quelques «virtuoses»; vivant en
pays d'islam (il enseigne à l'Université américaine du Caire), il s'attache
plutôt à faire comprendre le fonctionnement des confréries, la nature des
liens entre maître et disciple, les rapports avec les expressions populaires de
la spiritualité, le rôle éducatif et social du phénomène soufi. Il analyse les
relations parfois tendues entre le soufisme et des interprétations rigoristes ou
légalistes de l'islam et fournit de brèves indications historiques sur les
grands ordres soufis du passé et du présent ainsi que sur certaines formes
plus ou moins authentiques qui ont cours en Occident. Sans cacher
«l'éclipsé partielle» dont le mouvement soufi souffre depuis un siècle envi-