Vous êtes sur la page 1sur 2

Revue théologique de Louvain

Raimon Panikkar, Milena Carrara, Pèlerinage au Kailash. Retour


à la Source, 2011
Jacques Scheuer

Citer ce document / Cite this document :

Scheuer Jacques. Raimon Panikkar, Milena Carrara, Pèlerinage au Kailash. Retour à la Source, 2011. In: Revue
théologique de Louvain, 44ᵉ année, fasc. 2, 2013. p. 313;

https://www.persee.fr/doc/thlou_0080-2654_2013_num_44_2_4127_t8_0313_0000_2

Fichier pdf généré le 10/05/2019


NOTICES BIBLIOGRAPHIQUES 313

sein de sa communauté. Étudiant cette division entre messianistes et anti-


messianistes, l’auteur ne nous renseigne pas seulement sur une page récente
de l’histoire du judaïsme, mais – comme le sous-titre de l’ouvrage le laisse
entendre – nous éclaire aussi sur toute forme de messianisme confronté à la
non réalisation (ou à la réalisation partielle) de la prophétie.
Cette même idée messianique est aussi l’objet d’étude de David Banon,
directeur du Département des études hébraïques et juives de l’université de
Strasbourg. Au travers de textes de penseurs médiévaux (Maïmonide, Abrava-
nel), de la Renaissance (Maharal de Prague, Ménashé ben Israël), ou encore de
la période contemporaine (Gershom Scholem, Moshe Idel, Israël Knohl), l’au-
teur s’attache à cerner ce qui caractérise le messianisme juif – ce qu’il nomme
sa structure d’attente –, mais il entend aussi, à l’occasion, montrer ce qui le
distingue de l’espérance – ou faudrait-il dire de l’impatience – chrétienne. Trai-
tant également du messie de Habad, il n’hésite pas, à la suite du rabbin améri-
cain David Berger, à considérer cet épiphénomène et d’autres du même genre,
comme une dérive hérétique malheureusement passée sous silence.
Didier LUCIANI

Raimon PANIKKAR, Milena CARRARA, Pèlerinage au Kailash. Retour à la


Source. Paris, Cerf, 2011. 252 p. 20 ≈ 14. 29 /. ISBN 978-2-204-09597-6.
Trois temps, brefs et intenses, ponctuent ce petit livre. En septembre 1994,
Raimon Panikkar, en compagnie d’une amie et disciple italienne, réalise
enfin, en dépit d’une santé fragile, le projet d’un pèlerinage au mont Kailash,
cette masse de roche et de glace vers laquelle ont convergé, à travers les
siècles, des pèlerins indiens et tibétains, hindous et bouddhistes. Il définit en
quelques pages le sens de cette démarche: «chaque pas est le premier et le
dernier»; elle relate plus au long les difficultés de la route, les rencontres,
les découvertes, des bribes d’enseignement ou de conversation plus fami-
lière. Trois ans plus tard, ils se retrouvent pour une retraite d’un mois dans
un ashram, quelque part en Inde. Méditations et échanges prennent appui sur
le classique taoïste La Voie et sa vertu ainsi que sur le Nuage de l’Inconnais-
sance. Pour l’aider à faire le point, le maître engage la disciple à mettre par
écrit quelques étapes de son itinéraire. Elle l’invite en retour à partager
quelque chose de son propre parcours. La relation mûrit et s’équilibre, dans
la reconnaissance des dons et des limites de part et d’autre. Durant l’été
2010, sachant que sa fin est proche, Raimon remet à Milena ses journaux
intimes; elle note leurs derniers échanges. Le pèlerinage qui s’achève est
vécu comme un retour à la Source.
Ces pages intensément personnelles et cependant pudiques n’avaient pas
été rédigées en vue d’une diffusion. Il convient de les aborder dans l’esprit
qui inspira la décision d’une publication: «Nous nous adressons au lecteur
qui ne cherche pas à satisfaire une simple curiosité, mais à celui qui, à son
tour, est en chemin et, peut-être, désire être soutenu par l’expérience d’autres
pèlerins» (p. 223). La parution de ce petit livre ouvre en quelque sorte la
voie à la publication, chez le même éditeur, des Œuvres de R. Panikkar en
langue française: l’ensemble devrait comporter une vingtaine de volumes.
Jacques SCHEUER